AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Amalia S'inya [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar



Invité
Invité

MessageSujet: Amalia S'inya [Terminé]   Mer 19 Sep 2012, 22:12



Registre Galactique des espèces

Amalia S'inya

Sexe : Féminin
Race : Asari
Âge : 212 ans
Planète d'origine : Thessia
Faction : ///
Poste/grade : Scientifique
Situation : Célibataire
Parenté : Mère Asari, père Galarien

Histoire


Je suis née en pleine nuit sur Thessia, monde de ma mère, pour qui l'accouchement fut douloureux, mais grâce au savoir-faire et à la science asari, qui se déroula sans plus d'encombre. Mon père, un chercheur Galarien des plus talentueux resta me voir grandir juste le temps qu'il fallait avant de disparaître pour ses missions gouvernementales qui deviendraient son habitude. Des missions allant de quelques mois à un an, voire encore davantage, mais il revenait toujours, pour moi, et pour ma mère.

Ma mère était une scientifique Asari renommée parmi les nôtres, et leur couple n'était pas le fruit du hasard. Comme elle aimait à le répéter, "la science cherche à repousser les limites du hasard pour faire en sorte que plus personne ne laisse sa vie à la chance". Elle avait une manie de vouloir toujours tout démystifier que je n'eus jamais droit aux contes pour enfants ou autres légendes qui faisaient vibrer la corde héroïque de mes camarades de classe.

En dépit de mon jeune âge, ma mère m'emmenait souvent voyager à ses côtés, dans des conférences sans fin débattant de telle ou telle question scientifique ardue, me confiant aux bons soins des membres de permanence, avec pour toute distraction un livre résumant les recherches de la Galaxie au cours des derniers siècles. C'est à peu près vers cette période que j'ai commencé à montrer des signes de phobie du contact inconnu, puisque étant laissée à chaque fois seule en présence de parfaits inconnus aux visages jamais semblables.

Mon père vint rapidement à décéder, et ma mère, loin d'être inconsolable, me fit une leçon le jour de ses funérailles, comme quoi il fallait que je m'y habitue, car je verrais de très nombreuses fois au cours de mon existence la mort de mes proches à l’espérance de vie bien plus courte que la nôtre. Moi, en fille bien sage et attentive, enregistra ces paroles, mais sans les accepter pour autant. Il me semblait que c'était une injustice, et tout ceux qui par la suite me firent des plaisanteries sur ma chance de posséder une espérance de vie aussi longue perdirent bien plus que quelques points dans mon estime. Pour moi, cela ressemble bien plus à une malédiction qu'autre chose.

Parallèlement, je commençais à croire que j'étais en train de vivre l'Histoire, que ma vie allait être le théâtre d'événements hors du commun, et cela sembla se confirmer avec la découverte des Humains, alors que je venais d'atteindre les cent-soixante douze ans. Cette événement me marqua beaucoup, puisque je suivis avec énormément d'intérêt les différents entre contacts entre les Humains et les autres espèces.

Cette nouvelle race avait fait plus qu'attirer mon attention, elle en était presque devenue une obsession, je passais mon temps à assimiler leur Histoire, leur cultures, leurs us et coutumes. J'avais l'impression d'être l'un de ses noms qu'on retient plus tard dans les cours d'Histoire, de ceux qui ont voulu le rapprochement entre deux civilisations... Mais la mort brutale de ma mère lors d'une escarmouche avec des esclavagistes mit fin à ce rêve.

Brutalement devenue repliée sur moi-même, ayant perdue mon seul repère familial auquel j'avais toujours pu me raccrocher, je me désintéressait des Humains et de la société en général, plongeant dans des études sans fin sur les sciences et la techniques, poussée par le spectre de ma mère à prendre sa place qu'elle m'avait laissé. Ce fut une partie sans grand intérêt pour moi, puisque j'arborais sans cesse ce masque de frigidité et de glace qui me caractérise si bien auprès des autres.

Ce n'est que lorsqu'il fut de notoriété publique qu'un Spectre avait retourné sa veste, et qu'un Spectre Humain avait été dépêché pour l'arrêter, que je sortis de ma léthargie. Cette nouvelle raviva ma flamme de la curiosité, et la sensation que l'Histoire s'écrivait de nouveau revint, et je recommençais à croire en quelque chose, à croire que j'allais assister à l'un des épisodes les plus importants que la Galaxie n'ait jamais connu.

Et pour cause : je me trouvais à la Citadelle lors de l'attaque de Sovereign, le vaisseau géant du traître Saren, mais parvint à rester en vie en fuyant au hasard des chemins et allées, parfois obligée de mimer la morte pour me permettre d'échapper à la vigilance des Geths. Une fois la Citadelle sauvée, je me mis à croire aveuglément dans les paroles du Commandant Shepard, le croyant lorsqu'il affirmait le retour des Moissonneurs. Après tout, n'avions pas été témoins d'une attaque qu'aucune armée Geth n'aurait pu espérer perpétrer ?

C'est pourquoi je participais de mon mieux à l'effort de Shepard, d'abord en aidant à la reconstruction de la Citadelle, désireuse d'analyser des morceaux du Moissonneur. Lorsque j'appris la mort de Shepard, je tombais dans la même sorte d'apathie que lorsque ma mère m'avait quitté, avec une différence près cependant : loin de durer aussi longtemps, je fus celle de ceux qui continuais à croire ses paroles, en exhortant les espèces de la Galaxie à se tenir prêts. Mais autant prêcher dans le désert face à un Dévoreur...

Je fis plusieurs séminaires dans une école multiraciale de Thessia durant cette période, où je rencontrais une jeune Humaine du nom de Melany Faith, que je remarquais d'abord par son nom inspirant, puis par ses capacités tout à fait hors normes. J'ai la prétention de croire que nous devînmes amies, aimant pour ma part le fait qu'elle ait adopté certains points de la culture asari, et fascinée qu'elle ait une mère adoptive de ma race.

Deux ans plus tard, lorsque la nouvelle tomba, que Shepard était de retour, j'eus d'abord toutes les peines du monde à y croire, et je fis énormément de recherches pour tenter d'en savoir plus sur la "résurrection" du Commandant, chose qui me paraissait totalement farfelu à mes yeux de scientifique. Cerberus gardait cependant bien ses secrets, et je ne reçus mes informations tant désirées qu'au compte goutte.

En 2 186, les attaques de Moissonneurs achevèrent de me convaincre que je vivais l'Histoire, et que rien n'était certain sur le monde à venir. J'évacuais Thessia juste à temps et passait le reste de la Guerre sur un vaisseau de réfugiés. Quelques temps après la victoire des races conciliennes, je ne pus reprendre mes activités ni au sein de mon laboratoire, car l'équipe avait été décimée à plus de 98%, ni au sein d'une Thessia ravagée. Je cherchais donc à me rendre utile par-ci, par-là, gardant en tête comme objectif d'aller sur Terre pour aider à sa reconstruction.

Autrement dit, je cherchais, et je cherche toujours ma voie dans ce petit bout de Galaxie...




Apparence


Commençons par quelques détails très appréciés des bases de données : je mesure 1 mètre soixante-seize, et pèse cinquante-neuf kilos. Je suis une Asari, originaire de Thessia. J'ai 212 ans, née en 1 985. Voilà. Passons aux détails.

Comme toutes les autres Asari, ma peau est évidemment bleue, mais si certaines arborent un bleu sombre digne de ceux des océans les plus profonds, j'aime à me dire que la mienne ressemble davantage a un clair ciel de printemps terrien. Je n'en suis pas peu fière, bien que je n'ai bien entendu pas pu la choisir, mais je me considère plutôt gâtée sur mon physique. Je possède des yeux presque décolorés, approchants du jaune pâle, et je les affectionne tout particulièrement, en raison de leur singularité.

Sinon, mon corps est bien proportionné, pratiquant une activité physique régulière, j'ai su me maintenir en bonne forme et ainsi me permettre de garder mon allure élancée et ma souplesse. Contrairement à mon apparence physique que j'ai hérité de ma mère, c'est quelque chose dont je peux me permettre d'être fière, puisque ce sont des années d'entraînements et de persévérance qui m'ont endurcie, au contraire de nombreux scientifiques qui ne se préoccupe que de développer la partie mentale de leur corps. Comme le disait ma mère :"Mieux vaut un esprit sain dans un corps sain".

Bon, après, je ne suis certes pas une grande sportive, on pourrait même me dire que je suis faible physiquement, mais au moins, je suis capable de courir, et de courir vite et longtemps. Donc, en cas de combat, je sais m'enfuir, et ça m'arrange plutôt bien parce que je suis bien obligée de reconnaître la réalité : je ne suis pas une combattante, loin, très loin de là.

Vous l'aurez donc compris, je privilégie toujours la réflexion aux attaques brutes et sans préparation. J'aurais l'occasion d'y revenir. Je préfère donc observer attentivement une situation avant de m'y lancer, bénéficiant pour cela d'une bonne acuité visuelle, quelque chose que je tiens de mon père il paraît. Je peux voir de loin et de façon précise, ce qui est particulièrement appréciable pour jauger d'un événement à distance, et prendre des décisions en conséquence.

Concernant mon style vestimentaire, j'apprécie des vêtements assez ouverts, notamment dans un cadre strictement privé, avec mes proches et mes amis. En effet, lorsque je dois me rendre à mon travail ou dans un contexte public, je préfère garder des vêtements fermés, ne laissant pas apparaître ma peau, ou du moins le moins possible. En effet, j'ai développé une réaction quasi allergique au contact inconnu et direct sur ma peau, les réactions variants du simple frissonnement (si jamais je connais un tant soit peu la personne ou si je m'y attendais et que je parviens à me contrôler), à des symptômes plus graves, allant de l'évanouissement au spasmes de douleurs. A cela, aucune raison particulière, je n'ai pas été touchée durant mon enfance, juste une réaction génétique qui me pourrit l'existence depuis deux siècles. Cependant, en présence d'amis et de mes proches, ceux que je connais bien et en qui j'ai confiance, je ne ressent pas de problèmes particulier. On pourrait donner comme second nom à ma phobie du contact physique la phobie de l'inconnu.




Caractère


Si j'étais une I.A., je pourrais vous dire qu'en l'espace des secondes qui me sont nécessaires pour vous dire mon nom, je pourrais effectuer des millions d'opérations simultanées. Je n'en certes pas une, mais la première chose que je vais vous dire sur moi est que je suis capable d'effectuer des dizaines de choses à la fois. Par choses, comprenez des éléments basiques, comme faire la cuisine, réfléchir au dossier en cours, observer avec attention le ciel pour guetter des changements visibles dans la météo, compter les minutes restantes avant que le plat ne soit cuit, etc.

Ce n'est pas grâce à des gênes hors du commun, enfin, quoique, juste à énormément d'entraînement. Cette capacité à faire plusieurs choses en même temps est ce qui m'importe le plus chez moi, j'en suis extrêmement fière, bien que je ne l'avoue pas souvent à autrui. Cela ne vient pas d'une fausse modestie, ni d'une modestie tout court soit dit en passant, mais tout simplement parce que les gens au courant ont tendance à me surcharger de travail.

Non pas que je n'aime pas travailler, bien au contraire, je peut être une véritable bourreau de travail, mais je ne vais pas accepter avec joie une surcharge de travail m'obligeant à repousser certaines échéances, déplacer certains rendez-vous, ... Si il y a bien quelque chose que je n'aime pas, c'est changer l'ordre établi. Les choses sont ce qu'elles sont pour une raison, et je ne vois pas pourquoi on devrait tout chambouler pour quelque raison que ce soit.

Comme je l'ai déjà dit, je déteste l'inconnu. Je hais tout ce qui n'est pas prévu, ou plutôt, tout ce que je n'ai pas réussi à prévoir. Si je suis exigeante avec les autres, en particulier mes collègues de travail, je le suis bien davantage envers moi-même. Je peux apprécier les fêtes "surprises" uniquement si je m'y attends. Si jamais elles me prennent au dépourvu, je risque de passer le reste de ma soirée à ruminer, cherchant quel détail j'ai manqué pour tenter de deviner ce qui aurait pu me mettre la puce à l'oreille.

Mes collègues de travail m'ont souvent considérée comme froide et distante envers eux, mais uniquement parce que leur amitié ne m’intéressait pas. Mes vrais amis savent que je suis plus ouverte envers ceux en qui j'ai totale confiance, appréciant leur compagnie et lâchant ma façade de miss glaçon en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.

Ah oui. Parce qu'il faut aussi que je mentionne un point important, que constitue ma fierté. Je déteste qu'on me dise que j'ai tort, surtout lorsqu'on me le prouve. C'est comme ça, j'ai hérité de ma mère son caractère hautain et quelque peu détestable. Je n'y peux rien, ce n'est pas faute d'avoir envie de changer, mais je garde toujours ce comportement maniéré et à toujours considérer les personnes ne comprenant rien à ce que je raconte comme inférieures. Oui, c'est idiot, voire même carrément ignoble, mais ma première réaction devant l'incompréhension de l'interlocuteur est de le prendre de haut, comme un enfant à qui on explique le fonctionnement d'un jouet.

Hum, dernière chose, et pas la plus reluisante, mon caractère romantique à toujours attendre, après 200 ans, LA bonne personne, celle qui fera battre mon cœur. Oui, je sais, c'est ridicule, mais encore une fois, on ne se refait pas. Et puis, si je pouvais me refaire, il n'est pas dit que je me referais exactement comme je suis maintenant.




Complément d'informations (facultatif)


Signe(s) distinctif(s) : ////
Relations avec les autres : Froide et plutôt réservée en public, je suis en revanche davantage démonstrative avec mes proches.
Des liens prédéfinis ? Un avec Melany



Et vous ?:
 


Dernière édition par Amalia S'inya le Mer 19 Sep 2012, 23:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Guest
Invité

MessageSujet: Re: Amalia S'inya [Terminé]   Mer 19 Sep 2012, 23:00
Bienvenue Amalia !! Enchanté Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

MessageSujet: Re: Amalia S'inya [Terminé]   Mer 19 Sep 2012, 23:10
Bave Trop belle
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

MessageSujet: Re: Amalia S'inya [Terminé]   Mer 19 Sep 2012, 23:12
Bienvenue Amalia dans notre forum et communauté ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Guest
Invité

MessageSujet: Re: Amalia S'inya [Terminé]   Mer 19 Sep 2012, 23:18
Rebienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

MessageSujet: Re: Amalia S'inya [Terminé]   Jeu 20 Sep 2012, 18:08
Rien à redire (enfin, plus rien à redire Wink ), tu es validée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Haut-Veilleur
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.net/t867-keedan-braha-n-base-de-donnees-personnelle


L'Âme et le Maître des Codex
Messages : 954

MessageSujet: Re: Amalia S'inya [Terminé]   Jeu 20 Sep 2012, 20:29
Bienvenue parmi nous Amalia Fishman Les Asaris ont la cote en ce moment Redman



    - L'ombre est omniprésente. Ne pas la voir ne signifie pas qu'elle n'est pas sur toi -
    Titres honorifiques:
     
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Amalia S'inya [Terminé]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Amalia S'inya [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Anciennes fiches-