AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Intrigue #7 : La Conscience sombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 769

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Lun 11 Juil 2016, 12:29



Kori avançait par à-coups, la masse grouillante d'individu avait été stoppée dans sa course folle à la survie, au delà de la carlingue de la station, le néant. La tension était quasiment palpable alors que des injures et autres vocifération fusaient de toutes parts, chacun combattant pour sa place à bord d'une navette.
Le reflux incessant de la foule avait transporté le Quarien vers son extrémité, supportant les coups que lui portait celles et ceux qui jugeaient que leurs vies valaient plus que ceux situés plus en avant.
À quelques mètres devant, Kori aperçut plusieurs membres du GIP s'échiner à faire embarquer les civils dans un calme relatif au vu de la situation. Il reconnut parmi eux l'inspecteur Vae Soli qui l'avait interrogé plus tôt, légèrement en hauteur, les mains à plat en signe d'apaisement face à la foule qui trouvait le temps d'attente affreusement long pendant cette heure qui ne leur avait jamais parue si courte.
Malgré tous ses efforts, l'inspecteur ne parvenait pas à calmer l'angoisse de la foule. Qui l'aurait pu ?
Toutefois, il sembla à Kori que les premières rangées stoppèrent leur vacarme et adoptèrent une attitude plus propice à un embarquement en douceur, seulement agrémenté par quelques pleures et râles de colère et de frustration isolés.

Le Quarien observa la foule avec qui il partageait cet enfer, la masse d'inconnu était hallucinante ! La station était-elle préparée à faire évacuer autant de personne ? Sûrement que oui, et déjà des groupes semblaient se former pour être menés vers d'autres lieux d'évacuation.
Cependant, le calme nouvellement acquis ne fit qu'accroître le bourdonnement qui prenait naissance à l'arrière de la masse grouillante et se propageait tel un raz-de-marée dévastateur d'angoisse, remontant la foule au fur et à mesure pour enfin arriver à Kori.
L'agitation se répandait comme une traînée de poudre. Le groupe arrière qui, désespéré de ne pouvoir embarquer dans une de ces navettes salvatrice, se laissait vaincre par la peur.

- Qui pourrait les blâmer ? Songea le Quarien en faisant appel à toute sa force intérieur pour ne pas céder à son tour alors qu'il sentait son corps se déplacer au gré de la nouvelle vague organique.

Le choc fut, une nouvelle fois, très rude. Kori en eut le souffle coupé quelques instants tandis que son torse se compressait contre celui d'un inconnu. Il dut jouer des mains et des pieds pour préserver un équilibre précaire, chance que n'eurent pas tous ses compères et nombre d'entre eux s'étalèrent au sol, aussitôt recouverts par d'autres, leurs cris étouffés par le bruit sourd du chaos.
Face à eux, le transit cessa et les membres du corps armé tentaient tant bien que mal de faire opposition pour éviter un assaut de la navette, ce qui serait bien la pire des choses qui pourrait se produire. Si la foule déchaînée parvenait à pénétrer de force dans les vaisseaux, le carnage serait tel que personne ne parviendrait à s'échapper. Malheureusement, la plupart des gens étaient bien trop angoissés pour attacher une quelconque importance à ce genre de raisonnement.
La rixe générale parut durer une éternité. Balloté comme il l'était, Kori se sentait d'une impuissance rare, inutile à venir en aide à qui que ce soir, autant que de sauver sa peau. Il sentit avec horreur son pied écraser une matière molle qui craqua pourtant dans un bruit sec à vomir et devina plus qu'il n'entendit le cri de douleur qui vibra à ses pieds.

Une alarme assourdissante retentit alors dans toute la zone d'embarquement, un bruit crissant et insupportable qui mit à terre la totalité des personnes présentes. Quand il cessa enfin, la voix forte de l'inspecteur Vae soli résonné ans la vaste salle.

- Nous vous demandons de garder votre calme ! L'évacuation n'en sera que plus rapide. Si vous paniquez ou rendez les choses plus compliquées, ni vous, ni nous n'embarquerons à temps !

L'autorité de l'inspecteur eut l'effet d'une douce froide. La houle termina son balancement incessant, lassant place à un silence de désespoir étouffant peu à peu les derniers contestataires.
Sans plus attendre, Kori s'agenouilla du mieux qu'il put près des corps étalées au sol qui reprenait difficilement leur place. Il repéra le Quarien, bras plaqué sur son torse, la respiration haletante, son os formant un angle improbable venant caresser sa combinaison, pointe prête à déchirer le tissu protecteur.
Il cria.

- Y a un blessé ! Alarma Kori.

Par chance, il ne se trouvait pas loin d'une des extrémité du cortège et l'inspecteur Vae Soli parvint rapidement à se frayer un chemin parmi la masse tandis que ses subordonnés reprenaient la procédure d'évacuation.

- Et merde...Jura l'inspecteur à la vue du bras brisé.

Bien que leur système immunitaire s'était grandement amélioré depuis que le peuple Quarien avait regagné sa planète mère, une blessure, même minime, devenait rapidement un enfer pour cette espèce, alors un bras cassé...

- Norrez ! Appela l'inspecteur à grand signe de bras.

Un autre membre du GIP s'infiltra jusqu'à eux.

- Trouve-moi un médecin qui puisse venir nous aider ici.

L'agent Norrez acquiesça, composant rapidement un numéro sur son omnitech.

- Il faudrait qu'on lui administre les premier secours, informa celui-ci sans quitter des yeux le Quarien blessé. Je ne sais pas en combien de temps quelqu'un pourra être dépêché sur place.
- J'ai besoin de tout le monde ici, ordonna l'inspecteur, et y a pas de kit dans le spatioport.
- Où est-ce qu'on peut en trouver un ? Demanda Kori, emplit de remord d'avoir blessé, même involontairement, ce Quarien.

L'inspecteur observa cet individu quelques temps. La combinaison verte lui revint rapidement en mémoire. Il prit quelques secondes pour réfléchir.

- Personne du GIP peut se permettre de quitter le spatioport, vous l'avez dis vous même, tenta de convaincre Kori, moi si, et je pense pas que ce soit le seul blessé parmi la foule...

Non sans un regard à son officier, l'inspecteur Vae Soli finit tout de même par concéder aux arguments du Quarien.

- Ok, grogna Vae Soli. Vous saurez vous rendre à nouveau vers la salle d'interrogatoire ? Tout au fond du couloir, vous trouverez notre bureau, il y a un kit complet dans l'étagère de droite, près de l'évier.

Kori hocha vivement de la tête.

- Je vous donne l'autorisation d'entrer dans ce secteur UNIQUEMENT, vous m'avez bien compris ?
- Bien compris, confirma Kori devant le doigt levé de l'inspecteur.

Après quelques manipulation sur son omnitech, Vae Soli ordonna au Quarien, de son autorité qui n'était plus à prouver, de se mettre en chemin le plus rapidement possible.
Kori ne se fit pas prier et, à force de contorsion, parvint à s'extirper de la foule pour courir, non sans une pointe d'appréhension, en sens inverse, toujours plus loin des navettes d'embarquement et, par la même occasion, plus près de cette bombe prête à les anéantir.
De toute façon, il n'était pas prêt d'évacuer les lieux, autant se rendre utile.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4178

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Mer 13 Juil 2016, 19:26

La Conscience sombre
13 Mai 2201

Haratar



Les Archives

La porte fut achevée d'être dégagée, et la poussière retomba. Derrière, la salle où se trouvait l'intrus. Mais celle-ci était déjà vide, et la porte leur faisant face était déjà ouverte.
Garrus fit signe à son escouade d'avancer prudemment, scannant sur son chemin afin de s'assurer de l’absence de piège – même s'il semblait improbable qu'une mine ou autre équivalent ait pu être caché dans une cloison en métal en si peu de temps. Et effectivement, les combattants n'eurent aucuns problèmes à atteindre le bout de la salle puis à regarder dans la suivante : vide à nouveau, l'ouverture automatique de porte détruite par balles, et la cloison ouverte sur une autre pièce apparemment remplie de serveurs.
Le turien jeta un bref coup d’œil à son omnitech, confirmant ce qu'il savait déjà.
« Il sont déjà au cœur des Archives. »

Description du Coeur:
 

QG de Tali

La quarienne tentait, en vain, de réactiver le geth. Mais l'état du synthétique était une énigme : tout allait bien.
Aucun circuit principal n'était touché, le code source se défendait comme normalement, les noyaux informatiques secondaires n'avaient aucune anomalie. Tout était comme si le geth était en état de fonctionnement, mais allouait ses ressources à autre chose que sa mise en marche habituelle.
Tali n'avait jamais vu ce genre de cas. Les geths actuels étaient trop complexes, et les geths d'avant l'individualité fonctionnaient au sein du Consensus, leurs corps n'étant que des outils empruntés quand le besoin s'en faisait sentir. Mais Synthèse, pas plus qu' l'Union, n'était un geth normal : leur groupe formait un nouveau Consensus, et peut-être était-ce là l'explciation.
Finalement, la quarienne fit ce qu'elle pensait devoir faire. S'excusant mentalement auprès du geth, elle infiltra de force ses réseaux et coupa son lien à l'Union, brisant le groupe définitivement. Synthèse se désactiva aussitôt, entièrement cette fois. Puis il se réactiva de lui-même, lentement, derrière. Une fois son état normal retrouvé, Synthèse tourna sa tête vers l'Amirale.
« Créatrice Zorah. Je ne sens plus Phalange, ni Cénacle. »
« Je sais, Synthèse. Je suis désolée. »
Le geth ne dit rien un instant, puis reprit.
« Non. Vous avez eu raison. Ils ont été... détruits. Par une IA. De nature inconnue. »
« Une IA ?... »
La quarienne se releva, l'inquiétude présente dans ses gestes.
« L'intrus serait une IA ? »
« Je l'ignore. Peu probable. Elle était trop importante, trop puissante. »
« Le réseau de Kalia... »
Tali prit contact avec Namida, lui posant quelques questions brèves sur le réseau qu'elle étudiait. Celui-ci était important, mais la quarienne n'y avait trouvé que peu d'échanges, systématiquement à partir de l'intrus des Archives ou en réponse à une connexion de l'intrus. Les réponses pouvaient venir de plusieurs points, mais l'enquête de Namida semblait indiquer une origine extérieure à la station. Enfin, le cryptage du contenu même des communications était extrêmement avancé, et la quarienne n'était pas parvenue à le décoder.
A une question sur la vidéo, Namida répondit qu'elle venait très probablement de l'intrus : elle était apparue suite à l'une de ses connexions, sans réponse de l'extérieur.
Tali remercia la quarienne puis repris contact avec Garrus, Kalia et le reste de l'escouade, leur résumant ce qui venait d'être appris.

Les Archives

L'escouade avançait le long de la passerelle. Rien n'indiquait que le pirate était sur un terminal central, mais c'était le plus probable. Et s'il n'y était pas, l'accès à ce terminal permettrait de localiser la colonne qu'il étudiait.
Mais personne n'en eût besoin. L'intrus était bien là, connecté aux colonnes, flanqué de non pas un mais deux geth : Phalange et Cénacle, qui semblait lui aussi sous les ordres de l'ennemi.
Alors que l'escouade arrivait à vue, le pirate se déconnecta du terminal. Il ne jeta qu'un bref coup d’œil à ses poursuivants avant de se jeter sur une passerelle allant vers une autre direction tandis que les deux geths ennemis passaient à l'attaque.


____________INFOS MJ____________


Et c’est parti !

Kori, en premier : bah j'ai rien à te dire, désolé x) Continue comme ça Smile Dis toi que la majeure partie de l'heure est passée, mais qu'il reste encore une vingtaine de minutes. C'ets le moment le plus calme depuis le début des emmerdes.

Namida, on verra si tu as le temps de poster ce tour ci, si c’est le cas contacte moi Smile

Les autres ! Vous avez l'avantage du nombre, même si les plateformes ne vous aident pas (peu d'abris, assez serrés). Les deux geths que vous affrontez sont plus puissants que la normale, mais vous pouvez les vaincre. Toutefois, ça ne sera pas aussi simple pour tout le monde :p
Jet de dé 20 pour tous, à difficultés variables car vous n’avez pas tous le même niveau Sadik Guy ! je vous donnerai les résultats une fois les jets fais.
Vous pouvez, avant les jets de dés, faire des propositions de stratégie qui pourraient m'influencer. je précise toutefois que vous ne recevrez aucune aide extérieur.
Informateur, sache également que exploser une cloison capable de résister une dépressurisation à tirs de fusils à pompe coûte cher : tu n'a plus de munitions en réserve (pardon, de cartouches thermiques, et en dehors de celles déjà dans tes armes quoi) et les tirs spéciaux ne te sont plus accessibles. Merci d'en tenir compte dans ton post.

Comme toujours, si vous avez des questions, n'hésitez pas ! Si vous voulez discuter avec Tali ou Garrus ou autre PNJ, je suis là. Notez également que vous recevez les infos de Tali avant d’affronter les deux geths de l'Agent.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 173
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Ven 15 Juil 2016, 23:39
# Salle d'interrogatoire n°1

Après avoir transmis ses informations, elle envoya un message à Kalia.

Message privé a écrit:
Le niveau de sécurisation des Archives ne me permet pas de vous appuyer directement. Vous qui êtes à l'intérieur, pouvez-vous connecter directement...

Faites parvenir vos demandes, si besoin de soutien.
Je vais me concentrer sur la bombe



Elle se laissa basculer en arrière dans sa chaise et observa Fadila. Son programme d'analyse de vidéo tournait et décodait avec une lenteur exaspérante des images dont elle n'espérait plus rien. Elle regardait les chiffres et lignes de codes défiler. Elle était véritablement bloquée. Le pirate était à l'intérieur d'une zone noire. Elle avait souvent essayé de s'y glisser, mais avait vite renoncé. Même avec l'aide de l'Amirale cette zone était faite pour être inviolable. Pas de l'intérieur, cependant, mais elle ne pouvait pas y être physiquement. C'est pour cela qu'elle avait envoyé ce message, son interlocutrice y avait certainement déjà pensé, mais une précaution n'est jamais inutile en temps de crise. Elle n'avait pas envisagé que cela puisse être vexant, son esprit bien trop occupé par d'autres considérations.

Elle en était à rêvasser devant son écran, prise dans une réflexion métaphysique dont elle avait le secret quand une idée de génie plopa dans sa cervelle.

« Oh ? Ah !» S'écria-t-elle soudainement. Elle se remit face à son écran, frénétique.

Le pirate est préparé, intelligent, méthodique... pleins de jolis superlatifs comme ça. Ce qui signifiait... qu'il avait préparé son plan d'action. Entrer, diversion, le drone s'il se faisait suivre, les pièges... il savait où il allait dans les archives. Partons du principe que jusque-là, il est très fort. Vraiment admirablement fort. Il y a donc de forte chance qu'il réussisse à prendre les données qui l'intéresse et après ? Il faudra bien qu'il parte physiquement des archives puisqu'informatiquement il était grillé. Et puis télécharger des données lourdes, c'est lent. Il n'a pas le temps.

Il doit donc avoir prévu une sortie. Elle se reconnecta au réseau de caméra et demanda soutien à l'Amirale.

Son idée n'eut pas l'air d'être sotte, car elle lui fournit des plans détaillés et l'aida à éliminer les portes non pertinentes d'emblée. Heureusement qu'elle était douée avec un ordinateur, sinon, cela lui aurait pris vraiment beaucoup plus de temps. Le temps, c'était quelque chose dont ils allaient bientôt manquer.

C’est que si la zone n'était pas très grande au sol, elle s'élevait sur des kilomètres, ça en fait des étages et des portes ! Beaucoup trop de possibilités !

La majeure partie des portes qui permettent d'en sortir vont dans d'autres sections tout aussi sécurisées. Aucune des portes ne présentaient d’anomalie. Elle vérifia leur intégrité avec zèle. Elle connaissait la signature du pirate, cette information l’aiderait s’il avait agis à ce niveau. Elle ne trouva rien, toutes les protections étaient actives. Elle n’était certaine que ce genre de porte stoppe l'adversaire, mais s'il a une bande de militaire sur le dos, il choisira certainement une porte moins difficile qui l'amène plus directement à une échappatoire définitive.

Celles qui l'intéressèrent furent donc les autres, celles qui donnent sur des zones de sécurité moindres, plus simples d'accès. Recoupant les localisations, elle procéda à une étude vidéo, mais ne remarqua rien de spécial au abord des portes, pas de guetteurs potentiels. Les couloirs étaient déserts et plusieurs d'entre eux menaient au spatioport.

S'il arrivait au spatioport, c'était fini, il s’échapperait.

Bon, pour ce qui est de stratégie, elle n'était pas militaire. Elle se contenta donc de fournir ses résultats en les affichant sur l'écran principal du QG. Elle avait mis en surbrillance sur le plan toutes les portes à faible ou moyenne sécurité, débouchant sur un couloir permettant de quitter la zone des archives.

Communication au QG a écrit:
J’ai pu isoler les portes à risques. Elles restent malheureusement en nombre. Je vous ai joints un calcul de probabilité et si on se base sur l’écart type, on peut cibler une partie d’entre-elles.

Annexes : Plan annoté, feuille de calcul.

Elle espérait vraiment que ce genre d'information pourrait les aider. Parce qu'au niveau de la bombe, ils n'avançaient guère. Cette idée lui fit monter une autre crise de panique et sa combinaison activa son régulateur de CO2 pour contrer son hyperventilation.

« Tu crois qu’on va mourir ? » Demanda-t-elle à Fadila.

HRP:
 


- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Le Courtier de l'Ombre
Rang : Agent de renseignement
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4130-kalia-t-surek
http://www.masseffect-reborn.fr/t4274-nom-de-code-spyder-maj-le-16-05-16


Messages : 69

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Mar 19 Juil 2016, 16:10
Des tirs répétés, et puis le silence. De la porte qui avait volé en éclat, une opaque poussière masquait encore se qui se cachait derrière. Mais il n’y eut personne dans la pièce qui nous apparut après quelques secondes. Si nous étions tous prêts à engager, l’ennemi lui, avait déjà fui. Informateur nous briefa rapidement sur la situation, et si dans ses propos seul Phalange nous fut décrit comme une menace, je ne doutais guère que Cénacle le serait tout autant par la suite.

La traque reprenait donc.

Ensemble et lentement, nous progressâmes à travers les différentes pièces et couloirs suivants, en prenant soin d’éviter tout piège. Cette fois-ci, je me positionnai à l’arrière, fermant la marche. Mon équipement et mes pouvoirs ne pouvaient me permettre d’affronter ce que nous avions en face, alors je nous guidai à travers cet environnement trop silencieux. Ce qui se faisait appeler le Coeur des Archives me fit la même impression que celle que j’avais eue en pénétrant dans les Archives elles-mêmes. Mais ici, l’ambiance y était plus sombre, et la seule couleur qui la teintait était celle du halo de ces curieux circuits imprimés parsemant le sol des pièces et de la passerelle sur laquelle nous nous étions engagés.

Si tout avait été silencieux, le silence abandonna les lieux le moment où nos regards croisèrent celui de l’ennemi. Connecté à des colonnes de données renfermant nous ne savions quoi, l’agent à la morphologie effectivement similaire à celle des humains abandonna son travail pour fuir à nouveau, et nous laisser en la compagnie de ses deux charmants gardes du corps. Les geths engagèrent aussitôt, et bien quelques tirs nous frôlèrent, mais nous eûmes tous le réflexe de nous mettre derrière le premier couvert venu. Je me retrouvai ainsi à partager avec les humains un poteau moyennement large soutenant la passerelle supérieure. Il fallait dire que l’environnement n’était pas très généreux en protections, et sous le feu ennemi, notre progression fut stoppée nette. L’affrontement des synthétiques était inévitable.

De ma position et en penchant légèrement la tête par dessus la passerelle, je pus apercevoir l’ennemi s’enfuir dans une direction opposée tandis qu’à côté de moi, on engagea ses défenseurs. Je ne pouvais apporter mon soutien face à deux ennemis de ce type, tout comme je ne pouvais me réduire à attendre sagement la fin du combat... Là bas, l’agent s’échappait. J’avais une mission à remplir, et je voyais mon objectif prendre le large alors que j’avais été si proche de l’attraper. Si les ordres du Courtier de l’Ombre résonnaient telles des cymbales dans mon esprit, ma curiosité également se faisait entendre. Cet individu possédait connaissances et compétences qui dépassaient jusqu’à celles de l’Amirale elle même.

Je devais mettre la main dessus. Il était ma priorité.

À travers mon casque, mon regard bleuté se posa sur mes quatre équipiers s’affairant à neutraliser les deux synthétiques d’en face. Je les observai un court instant, espérant qu’il ne leur arriverait rien et m’attardant sur celui envers lequel je me sentais redevable. Celui qui ne m’accordait pas confiance, et sûrement était-ce mieux ainsi. Pour lui comme pour moi.

Ne pouvant me résigner à mon inutilité du moment, mais ayant surtout en tête mes ordres tout comme cette fameuse bombe dont on ne savait toujours rien et qui pourrait faire de trop nombreuses victimes, je pris une décision audacieuse, tout en assurant un minimum mes arrières.

Alors que tous se trouvaient concentrés à la neutralisation des deux synthétiques, en retrait, j’activai mon drone en le paramétrant pour qu’il rejoigne ma future position dès que je lui en donnerai l’ordre à distance. Ainsi il guiderait l’équipe à moi par la suite, et leur montrerait de la même manière le chemin à suivre pour retrouver l’agent ennemi. Cela fait, et tandis qu’un combat intense se livrait juste à côté, je penchai à nouveau la tête pour observer ce qu’il y avait en bas, puis reculai soudainement afin de prendre de l’élan, et dans une action potentiellement mortelle, je sautai par dessus la passerelle pour me jeter sur celle du niveau inférieur à plusieurs mètres en dessous.

Je ne sais si quelqu’un m'aperçut me ruer dans le vide, mais en se retournant, tous trouverait à la place que j’avais occupée, un drone attendant sagement mes instructions.

M'envoyer en l'air de la sorte fut bref mais n’en demeura pas moins intense, faisant faire à mes organes un bond très désagréable à l’intérieur de mon corps. L'atterrissage aurait pu paraître sans douleur de part la souplesse de la roulade avant que je fis pour amortir la chute, mais quand bien même mon action imprudente eut-elle réussie, sûrement me laisserait-elle quelques contusions pour me faire me souvenir du risque que j’avais pris.

Me redressant, j’aperçus la silhouette de ma proie à plusieurs dizaines de mètres devant, l’escalier de la passerelle qu’il avait emprunté rejoignant celle sur laquelle je venais de sauter. Il ne m’avait pas encore remarquée, pensant probablement que nous étions tous bloqués par le combat. Je profiterai donc de cet avantage pour m’en rapprocher au plus près et le prendre par surprise. Tout en me mettant à le courser, j’activai mon camouflage optique pour ne pas me faire repérer s’il venait à se retourner. Ma technologie me permettait de profiter d’une invisibilité pour bien deux minutes, mais je jouerai la prudence et dès que la situation et qu’un couvert me le permettrait, je rechargerai mon camouflage pour pouvoir pister furtivement l’individu bien plus longtemps.

Peut-être se rendrait-il à d’autres colonnes pour y dérober des informations ou y implanter un virus. Peut-être aussi se mettrait-il en contact avec un complice extérieur pour s’extraire de là ou donner des instructions. J’avais besoin d’en savoir plus sur ses plans et son réseau, et l’observer m’apporterait possiblement plus d’informations que tenter de l’interroger directement, car de mon expérience, ce genre d’individu ne parle pas, préférant emporter avec lui ses secrets si la fuite n’est plus envisageable.

Une stase fiable m’aurait permis de le gérer sans difficulté... Je soupirai intérieurement de ma biotique anormalement complexe à maîtriser, et me reconcentrai sur ma poursuite.

De ce que je voyais dans ma course, il se trouvait armé. Vraisemblablement d’une mitraillette. Il me faudrait l’interpeller à un moment où le risque de me faire trouer serait le moins élevé. Mais contrairement à ce que j’avais cru comprendre, son armure n’était pas aussi robuste que ce que j’avais pu imaginer au vu de la technologie rapportée. Il semblait s’agir d’une armure légère, celle qu’on les assassins ou les espions comme moi…

Nous serions au moins à égalité si les choses tournaient mal.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance / Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4123-alec-sykes
http://www.masseffect-reborn.fr/t4129-journal-de-bord-d-alec-sykes


Messages : 212

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Mer 20 Juil 2016, 21:58


De nouveau une longueur d’avance pour le mystérieux intrus… Il fallait véritablement reconnaître que l’individu ayant orchestré toute cette machination relevait d’une sorte de génie, tant les connaissances mises en jeu et le degré de préparation d’un tel acte étaient importants. Le rapport sur les dernières découvertes de l’Amirale, cloîtrée au QG, venaient d’ailleurs apporter une lumière nouvelle sur la nature des moyens mis en jeu pour les tenir en échec. Une IA, vraiment ? Recourir à une telle technologie, aussi puissante que consciente, signifiait que la menace était encore plus élaborée qu’au premier abord.

Rares étaient les groupes ou entreprises capables de mener à bien le développement d’un tel « programme », plus rares encore étaient ceux capable de le maîtriser et de garder un contrôle total dessus. Ce n’est pas pour rien si des lois toutes particulières s’appliquaient à ce propos au sein de l’espace concilien. Les Geths se trouvaient être la seule véritable entorse désormais tolérée depuis la Grande Guerre, eux qui avaient été le motif de telles restrictions il y a plusieurs siècles. La peur de voir ressurgir une révolte d’être synthétiques conscients et capables de penser complètement par eux-mêmes limita les avancées dans le domaine, n’entrainant que de timides –et très discrets – efforts de la part de certains.

Avant de prendre connaissance de l’existence d’une vie extraterrestre, l’Alliance avait elle aussi tenté l’aventure, pour très vite ranger ces programmes au placard quand cela s’avéra nécessaire. Enfin… officiellement. Depuis, l’exemple le plus connu d’une telle forme de vie restait celle conçue par Cerberus et ayant appuyé Shepard dans son périple face aux Moissonneurs. Alors de qui/quoi pouvait-il bien s’agir désormais ? Quelqu’un avait-il réussi à mettre la main sur un exemplaire si rare d’une telle technologie pour le plier à sa volonté ? Plus effrayant encore, serait-ce l’IA qui agissait d’elle-même en tirant les ficelles dans l’ombre ?

Des questions qui surgirent à la vitesse de la lumière dans l’esprit déjà bien tourmenté du N7 en quête de réponses. Lui et son équipière n’avaient certes ici qu’un rôle secondaire de sécurité et de représentation, seulement cela nécessiterait de longues heures de débriefing auprès d’huiles et d’expert en tout genre… Du moins s’ils survivaient à cette rencontre. Car très vite, le contexte pré/post-mission et toutes les interrogations soulevées furent mises de côté par plus urgent : la menace armée représentée par deux Geths sous contrôle de la fameuse Intelligence Artificielle.

Ne connaissant sur l’heure rien de la particularité que rendait leurs deux opposants si particuliers, à savoir l’existence d’un nouveau Consensus avec le dernier représentant de leur Union, Alec se contenta d’aborder le combat comme tous ceux qu’il avait livré auparavant : une opposition organique/synthétique. Victimes d’une forme de piratage ou de possession extrêmement perfectionnée, et qui rappelait d’une certaine façon un équivalent synthétique à l’endoctrinement Moissonneur, les deux plateformes représentaient de formidables ennemis. Pas de sensation comme la douleur, des capacités probablement décuplées par l’IA, un arsenal conséquent et aucun état d’âme qui rendait possible un éventuel raisonnement : le salut passerait par leur destruction pure et simple.

Trouver un couvert dans ce qui ressemblait plus à une vaste cathédrale par ses dimensions qu’un champ de tir s’avéra un véritable défi. Pourtant, la nécessité primant sur le fait de se montrer difficile, le N7 se jeta sur le pylône le plus proche, s’y adossant en vitesse alors que les tirs fusaient déjà. Connue pour leur perfectionnement, la quantité de tirs entre deux recharges et les dégâts qu’elles infligent, les armes Geths maniées par quelqu’un d’entraîné représentaient une menace très sérieuse. Le cas présent ne dérogeait pas à la règle, et c’est une véritable pluie de projectiles qui s’abattit sur l’escouade de fortune. Difficile de se concentrer sur autre chose que le besoin de trouver une ouverture pour rendre la politesse à leurs hôtes mécaniques. C’est sans doute cette même implication dans la montée en puissance de l’échauffourée qui empêcha le Lieutenant-Commandant de porter son attention sur l’Asari suicidaire qui se trouvait pourtant à quelques centimètres d’eux.

La tête tout juste sortie de son couvert afin de guetter le moment opportun, le militaire rata tout de l’acte d’audace – et quelque peu de folie – auquel se livra l’Agent. Forte d’un caractère très prononcé et d’une nature plutôt fière, T’Surek se serait très certainement jetée tout de même du haut de son perchoir si on le lui avait interdit ou même tenter de l’en dissuader par tous les moyens. Une ligne de conduite qu’Alec se serait empressé d’adopter si ses yeux ne se trouvaient pas tournés dans une direction totalement opposée. Quant à savoir s’il aurait agi par un réel soucis pour l'état de santé de la belle ou par simple méfiance de la voir s’échapper, la question restait entière…

Une question qui ne serait pas débattue à l’instant, car c’est plutôt sur l’option de s’ouvrir une voie par la force que le trentenaire se trouvait accaparé. Envoyant quelques rafales de trois à l’aveugle avec son Valkyrie, histoire d’interdire toute progression à leurs adversaires, il balança ses premiers ordres à Sara.

- « Vaylee, en retrait ! » hurla dans un premier temps l’officier, désireux d’épargner à son équipière le gros du feu ennemi.

Le savoir médical de la jeune femme serait d’un très grand secours si l’un d’eux s’en sortait mal, ce qui interdisait de la voir se blesser grièvement. A cela venait s’ajouter le protectionnisme dont l’officier faisait très souvent preuve avec ceux qu’il connaissait de longue date et avec qui il avait eu la chance de servir. Entretenir un cercle social très restreint ne donnait que davantage d’intensité aux liens existants, alors il était hors de question que tout tourne mal. Encore moins alors qu’elle avait été affectée sur cette mission à la demande expresse du N7. Au final, ce qui se voulait être une simple mission de routine et un prétexte pour se voir et échanger sur son éventuelle nouvelle affectation tournait réellement au désastre…

Néanmoins, les deux plateformes piratées continuaient leur progression en délivrant à une cadence infernale la mort, chose qui ne pouvait plus être tolérée. Aussi, d’un commun accord silencieux avec Garrus, retranché lui aussi derrière un pylône de l’autre côté de l’allée, ils échafaudèrent un début de riposte. Pour cela, et à travers une gestuelle propre à toute personne possédant une formation militaire, ils convinrent du bon timing. Très vite, le Turien se mit à arroser les deux synthétiques de ses munitions spéciales, faisant preuve d’une précision redoutable. Loin d’être suffisant pour arrêter leurs « amis » aux facultés supérieures à la moyenne de leur congénères, ce tir de couverture permis au moins de gagner le temps nécessaire pour un autre mouvement.

Profitant de la distraction, Sykes joua en effet de son omnitech pour balancer une cryogénisation en bonne et due forme sur Phalange, le plus proche de lui, ralentissant le Geth de précieuses secondes. Ce répit lui autorisa une nouvelle manœuvre, qui se manifesta dans un premier temps par un unique mot hurlé en guise d’avertissement à tous ceux de l’escouade encore présents.

- « Flash ! »

La grenade incapacitante, jetée aux pieds de leurs opposants, détona dans l’instant, surchargeant momentanément les capteurs visuels des deux unités mécaniques. Suivit ensuite un déluge de tirs cette fois en provenance du camp concilien, utilisant de façon opportuniste la détresse sensorielle des Geths pour en venir à bout. Les deux malchanceuses victimes de l’IA s’effondrèrent dans un violent bruit de ferraille, criblées d’impacts de toute part. Difficile d’imaginer une quelconque réparation possible pour eux compte tenu de leur état, qui signifiait très certainement une « mort » définitive pour deux êtres non organiques plusieurs fois centenaires. Preuve s’il en est que le combat ne fut pas de tout repos, Alec vida bien deux cartouches thermiques entières sur les points sensibles de l’armure ennemie (tête, jointures…), aidé par les efforts tout aussi efficaces du légendaire Turien.

Ce n’est que lorsque l’agitation de l’affrontement retomba que le Lieutenant-Commandant se rendit compte de l’absence de l’Asari, remplacée par un drone, ainsi que l’état peu enviable de deux de ses équipiers. Informateur reposait au sol non loin, éventré de façon assez impressionnante, mais apparemment toujours conscient. Non loin, Sara paraissait quelque peu prostrée, comme atteinte par un tir.

- « Rapport ? » se contenta-t-il de questionner à l’égard du duo, d’un ton dans lequel il était difficile de ne pas noter l’inquiétude.

Hélas, l’apitoiement relevait d’un luxe à nouveau impossible à s’accorder… D’une façon ou d’une autre, la traque du pirate devrait reprendre sur le champ, les enjeux étant trop importants.

HRP::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 720

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Ven 22 Juil 2016, 05:15
Les renforts étaient enfin là. Il était temps de reprendre la main et d'éliminer l'ennemi. Garrus leur fit rapidement signe d'avancer. Ils avanceraient à terrain découvert, mais ils avaient la supériorité numérique de leur côté. Tandis qu'ils avançaient, Informateur remarqua immédiatement l'absence de Cénacle. Où était-il passé? L'ennemi en avait-il pris le contrôle? Ce n'était pas une possibilité qu'il fallait négliger. L'ennemi avait bien pris le contrôle de Phalange par une commande à distance. Alors, il était possible qu'il ait put le faire directement, puisque Cénacle semblait avoir été désactivé. Malheureusement, Phalange et l'intrus n'étaient plus là également, ils avaient franchit la porte. Cela voulait donc dire que l'ennemi avait atteint le cœur des archives. Qu'est-ce qu'il pouvait bien chercher? Étant donné qu'il semblait avoir à sa disposition un moyen de contrôler des geth... peut-être recherchait-il des informations pour lui permettre de faire de même avec l'ensemble du peuple synthétique?

Puis, vint des informations en provenance du QG. L'ennemi disposait donc d'une IA. Cela pouvait expliquer la vitesse à laquelle il parvenait à franchir les défenses d'Haratar. Est-ce que c'était cette IA qui faisait tout le boulot depuis le début? Ce n'est pas tout, les geth étaient eux-mêmes des IA, depuis la guerre contre les moissonneurs. Cette nouvelle IA devait être extrêmement puissante et complexe pour parvenir à prendre le contrôle d'un geth. Il fallait mettre un terme à cette menace et cela au plus vite. Elle représentait une menace, surtout si elle était jeune. Les geth étaient certes des IA jeunes également, cependant en tant qu'IV et que Consensus, ils avaient eu des siècles pour apprendre. Une IA encore jeune pouvait être très dangereuse.

Ils avancèrent en diction du cœur des Archives. Informateur était en tête, la marche se terminant par Kalia. Ils arrivèrent sur place. Informateur ne prêta aucune attention aux multiples parcours et passerelles des archives, car leur cible était devant eux. L'intrus était là, téléchargeant les données d'un terminal. Surtout, il n'était pas seul, Cénacle et Phalange étaient là. Cette IA avait donc pris le contrôle de Cénacle. De plus, il y avait de forte probabilité qu'elle ait augmenté leur aptitude au combat. Sans attendre, le pirate commença à prendre la fuite. De leur côté, le commando décida de passer à l'action. Informateur se mit à couvert comme il le pouvait, voyant Garrus et Alec faire de même. Le geth ne voyait pas l'autre humaine. Quant à l'asari, le geth eut juste le temps de la voir faire un saut dans les airs et atterrir sur une autre passerelle. Visiblement, Spyder préférait poursuivre l'intrus. Le geth ne fit aucun commentaire sur la question. Cénacle et Phalange ne semblaient pas l'avoir aperçus, mieux valait ne pas vendre la mèche.

Informateur envoyait quelques rafales vers Cénacle et Phalange, il devait bien attention. Il ne lui restait plus que deux chargeurs, l'un dans son arme principal et l'autre dans son pistolet à arc. Certes, l'Opérateur pouvait toujours retirer la charge de l'une des deux armes pour en avoir une de rechange pour l'autre... cependant, ce n'était pas forcément la meilleure des idées pour le moment. Informateur tira encore quelques rafales, atteignant Cénacle à l'épaule. Cela n'eut cependant pour effet que de lui faire perdre une plaque de protection, sa fonctionnalité n'était pratiquement pas atteinte. En réalité, Informateur aurait très bien put détruire Cénacle, mais le geth espérait pouvoir leur causer assez de dégât pour les immobiliser, mais sans les tuer. Cela lui avait également coûter ses dernières munitions de son arme principal. Il ne lui restait plus que son pistolet à arc complètement chargés.

Informateur était prêt à tirer, quand dans le coin de son champs de vision, il aperçut l'humain de leur groupe. Elle n'était plus à couvert, qu'est-ce qu'elle faisait aussi exposé? L'Opérateur vit les armes ennemis se pointer vers elle. Le geth analysa rapidement la situation, avec un logiciel de probabilité. Les résultats n'avaient rien de réjouissant: risque de blessures graves/mortelles 87,15 %, risque de blessures légères 10,04%, cible ratée 2,81%. Ils allaient tirer.


-ATTENTION!

Sans hésiter, le geth quitta son couvert et se précipita devant Sara, dos à Cénacle et Phalange. L'instant d'après, les tirs commencèrent à le frapper. De nombreuses alertes internes se déclenchaient sous l'impact des tirs des armes geths. Les systèmes s'affolaient, tandis que certains s'éteignaient, grillaient ou étaient détruits par les rafales. Informateur concentrait une partie de sa puissance dans son module d'automaintenance, afin de se réparer. Cependant, le module fut rapidement grillé, mais avait heureusement empêchés des dégâts ''mortels''. Le geth s'écroula sur le dos, ayant eu juste le temps de voir l'humaine tomber. Heureusement, l'humaine ne semblait pas mortellement touché.

Informateur tomba lourdement au sol. Il lança rapidement un scan interne afin de déterminer l'ampleur des dégât subis. Déjà, plus aucune réponse venant de sa jambe droite. Rien d'étonnant, elle avait été sectionnées par les rafales ennemis. Son scan était encore en cours, alors que son environnement commença à bouger légèrement, apparemment quelqu'un était en train de le tirer à couvert. Lorsque le bruit des rafales cessèrent, Informateur avait terminés son scan interne. Résultat: il avait perdu sa jambe droite, quelques pièces d'armures au dos et une partie de son bras gauche, à partir de l'avant bras. De plus, son autre bras ne répondait presque pas, seul son pouce était encore fonctionnel. La voix d'Alec se fit entendre, demandant un rapport de situation. Le geth tourna son regarde vers l'humain, au moins les mécanisme de sa tête était encore fonctionnel. Il put voir Cénacle et Phalange un peu plus loin. C'était terminés pour eux.


-Ma plateforme a subit d'importants dégâts. Pas assez pour mettre mon existence en danger. Cependant, je ne suis plus en mesure de me déplacer ou de me battre. Vous feriez mieux de me laisser ici et de rejoindre l'agent Spyder, afin d'arrêter cet intrus. Il doit être punis pour ce qu'il a fait à Cénacle et Phalange. Il ne faut pas que sa bombe explose.

Il porta ensuite son regard vers Sara qui était visiblement blessée.

-Désolé, je n'ai pas pu vous protéger totalement contre les tirs de Phalange et Cénacle.

Le geth utilisa ses systèmes encore fonctionnel pour activer son omnitech, transférant des informations aux omnitech des humains et du turien.

-Je viens de vous transférer un plan des lieux, cela pourrait vous êtres utile. Également, si cela peut vous aider, prenez également mon pistolet à arc. Signalez seulement ma situation à l'amirale, pour qu'elle envois une équipe pour me récupérer le moment venu.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4178

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Dim 24 Juil 2016, 13:16

La Conscience sombre
13 Mai 2201

Haratar



Archives de Haratar

La passerelle file sous les pieds de l'Agent. Les deux geths défendent ses arrières, mais ils ne tiendront pas longtemps, il le sait. Pas avec autant de poursuivants. Mais avec un peu de chance, ils sauront les blesser, voir en tuer, avant d'être neutralisés.
Dans tous les cas, il est déjà trop tard pour Haratar. Lui est parvenu aux Archives, à s'y connecter. Le reste n'est plus de son ressort. Désormais, il ne doit plus que fuir, disparaître, empêcher ses ennemis d'apprendre quoi que ce soit sur ceux qui l'ont attaqué. D'autres agents s'occuperont de créer une fausse piste cohérente avec Machiavel. Puis d'organiser une ou deux attaques corroborant cette piste.
Les chemins transversaux défilent, mais l'intrus ne perd pas de temps. Il sait où il doit aller, dans quelle section, même si plus d'une porte y mène. Il est seul, désormais, sans aide, l'IA étant occupée par les Archives dès l'instant où il l'y a connectée. Inutile de perdre du temps à passer par des sections de haute sécurité où les protections le ralentiraient. Faire simple : hacker une ou deux porte, rejoindre les zones publiques, disparaître parmi les foules fuyant en tous endroits de la station.
Le pirate arrive enfin à la porte qu'il souhaite atteindre. Aussitôt, il se jette sur sur l'ouverture automatique, lançant son logiciel de piratage. Celui-ci progresse rapidement, mais une riposte informatique adverse l'interrompt au dernier moment. L'Agent sourit derrière son casque et donne manuellement un coup de pouce à son logiciel pour accélérer les choses. Ses adversaires l'attendaient, et ont bien anticipé ses mouvements. Intelligent. Pas assez pour l'arrêter.

Mais l'Agent n'a pas remarqué l'asari à ses trousses.

Terminal central des Archives

Le drone scanne la zone, constate que tous les geths ont été éliminés. Conformément à ses ordres, il approche les alliés de sa propriétaire.
« Démarrage du guidage. Veuillez me suivre s'il vous plaît. »
Le drone partit sans attendre, indiquant aux humains et au turien le chemin vers l'agent Spyder.

Commissariat de l'avenue

L'unique agent du GIP en post, obligé de rester pour réceptionner les individus venant se réfugier ici, bouillonnait. De stress, car la zone était menacée par la bombe, et il n'y pouvait rien. D'impatience, parce qu'il était obligé de rester sur place. Oh, il ne manquait pas d'activités, réceptionner et renvoyer des ordres à toutes les unités dispersées dans la section était une tache intense. Et enfin, d'énervement, contre ce quarien qu'il avait attrapé dans un bureau, et qui affirmait en avoir l'autorisation, obtenue auprès de l’inspecteur Vae Soli. Et il l'avait sur son omnitech, après tout. Mais les rapports disaient que des individus avaient infiltré le GIP, et s'il en faisait parti ?
« Et comment je sais que tu n'es venu là pour voler des dossiers, moi ? »

Dans le même temps, dans la pièce voisine, Fadila répondait à sa ''prisonnière''.
« Non, pas maintenant, pas comme ça. On ne peut pas mourir comme ça. »


____________INFOS MJ____________


Saloute !

Tout d'abord, sachez qu'il s'agit du dernier tour (je pense) ! Profitez en bien si vous voulez faire une action badass :troll :
Deuxième info importante : Kalia, tu poste en première ! Selon ton post, je jugerai de ce qui arrive à l'Agent et de si les autres parviennent à te rejoindre à temps. L'Agent n'est pas biotique, mais il se bat mieux et a un meilleur niveau tech. Par contre, tu as l'avantage de la surprise. À toi de prendre tout ça en compte dans ton post;) et du coup, tu ne décris pas la toute fin du combat, seulement son déroulement sur les premières minutes. Si t'as des questions, n'hésite pas:)
Du coup, les autres, il est possible que vous n'ayez pas à poster ou pas grand chose à dire ce tour ci. Mettez la pression sur Kalia Trollface

Kori, je te laisse te dépatouiller ? Trollface

Namida, je n'ai pas grand chose de spécial pour toi ce tour ci x)



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Le Courtier de l'Ombre
Rang : Agent de renseignement
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4130-kalia-t-surek
http://www.masseffect-reborn.fr/t4274-nom-de-code-spyder-maj-le-16-05-16


Messages : 69

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Lun 25 Juil 2016, 01:17
Il existe nombre de façons de faire connaissance. Mes méthodes, si on pouvait appeler cela ainsi au vu de leur technicité relative, laissaient certainement à désirer… Cette expérience là ne ferait pas exception à la règle.

Un couloir, une porte, un terminal. Étrangement, la situation de l’agent ennemi me rappelait celle qui avait été mienne trois ans plus tôt, dans ce cimetière de métal qu’était Korlus. La différence résidait dans le fait que je n’avais pas du tout l’équipement que Sykes avait eu pour congeler mes fesses d’hackeuse et m’embarquer sur son dos tel une cargaison de féculents humains, en prenant soin bien entendu de placer une main là où il avait trouvé cela arrangeant... Mais je ne m’aventurerai pas plus dans les détails de ce souvenir particulièrement amer, quand bien mêmes certains le trouveraient parfaitement à leur goût.

Il n’était donc pas question ici d’un N7 face à une espionne sous équipée, mais de ce même agent du Courtier de l’Ombre à la biotique aléatoire face à un agent d’on-ne-savait-qui au niveau technologique qui aurait pu faire pâlir un Moissonneur. Et je ne doutais pas que l’individu possédait un savoir faire similaire en matière de combat… En somme, j’étais mal barrée, mais cela ne m’empêcha pas de mettre à exécution cette idée totalement foireuse que vous ne découvrirez que plus bas parce que pour l’heure, vous allez vous taper la description de ce qu’il s’est passé avant ce grand final !

- ou comment tuer votre temps en vous faisant vous armer de patience… -

J’avais donc sauté sur cette fameuse passerelle et atterri dans une roulade avant à la magnificence de ce cascadeur hanari qui apparaît parfois dans l'émission “Ça passe ou ça casse” sur la chaîne 128 le vendredi soir. S’en était suivie une filature comme on ne les aime pas : longue et chiante, sans musique et sans bruitage autre que celui des pas de l’individu sur ce sol au design conceptuel de part ses circuits imprimés lumineux dont on pouvait se demander ce que leur architecte avait consommé le jour où il en avait eu l’idée. Sûrement un ingénieur quarien destiné aux arts appliqués dans une réalité parallèle, et forcé à devenir ingénieur comme ses congénères parce que décorateur d’intérieur spécialisés en luminaires sonnait moins bien…

Les minutes passant, et l’individu continuant à progresser sans s’arrêter, je finis par abandonner la pensée qu’il puisse à nouveau se connecter aux colonnes de données. Ce qui n’arrangeait pas mes affaires, moi qui avais espéré découvrir en l’observant ce qu’il était venu trafiquer ici... Ceci signifiait aussi que sa mission était terminée, et quoiqu’il ait pu faire dans les Archives, ça sentait aussi mauvais que l’haleine du vortcha de la semaine dernière qui avait cherché à me charmer par son sourire de baudroie abyssale...

Mais si mon esprit fut préoccupé un instant par les conséquences de l’intervention ennemie sur Haratar, je me reconcentrai rapidement sur les objectifs donnés par mon employeur. Ce serait aux autres de gérer l’après. Moi je devais seulement récolter des informations sur qui et comment, et pour ça il allait me falloir prendre une décision.

Suivre l’ennemi dans sa fuite et jusqu’à ce qu’il quitte la station aurait pu s’avérer intéressant, puisqu’il m’aurait conduite jusqu’à ses complices, et même jusqu’à sa destination finale. Mais le risque d’y perdre la vie était trop grand, et quand bien même les sensations fortes me plaisaient-elles, je n’étais pas suffisamment aventureuse pour me lancer dans un plan aussi périlleux. D’autant qu’aucun renfort n’aurait été possible sur ce coup là...

Il allait donc falloir intervenir, et ce avant qu’il ne quitte cette section. Plus il avançait, et moins le reste du groupe aurait le temps de me rejoindre pour l’interpeller. Voire me secourir…

… Sûrement me secourir en fait...

Ce fut donc précisément à cet instant là que germa dans mon esprit ce fameux mode opératoire que j’utiliserai pour initier les présentations avec l’agent... Nous venions de nous retrouver sur cette passerelle donnant sur une porte hermétique verrouillée que l’ennemi commença à pirater pour se frayer un chemin hors des Archives. Si lui avait l’avantage des compétences, moi j’avais celui de la surprise. Et c’est en me surprenant moi même que d’une voix aussi suave que sérieuse, je me mis à soudainement briser le silence des lieux :

- « Depuis plusieurs minutes que vous m’offrez la vue de votre dos, je trouve que votre armure vous fait un fessier d’enfer... »

J’avais abandonné mon camouflage optique, qui de toute façon, n’aurait plus fait long feu. Je me trouvai à trois mètres de l’agent, préférant éviter toute confrontation physique par crainte de son entraînement au corps à corps. J’avais également, ou en tout cas pour le moment, écarté l’idée de lui tirer dessus. Son armure était probablement dotée d’un bouclier puissant vu les moyens de l’individu. Dans d’autres circonstances je lui aurais probablement collé quelques cartouches dans les jambes pour l’immobiliser. Au final je n’avais vu aucune autre solution que d’attirer son attention et ainsi le détourner de sa fuite le temps que le reste du groupe ne me rejoigne.

Sous la surprise, l’ennemi sursauta, et dans un réflexe, s’écarta sur le côté, délaissant son piratage. Je profitai parallèlement d’avoir dans mon champ de vision le boîtier de la porte pour aussitôt y déverser plusieurs tirs de Shuriken, espérant ainsi le rendre hors service et empêcher toute fuite par cette porte. Ma silhouette s’embrassa alors d’un hypnotisant halo bleuté, étalant ainsi ma possession de pouvoirs biotiques à l’ennemi. Autant dire que c’était du bluff parce que je ne pourrai pas faire grand chose à l’agent, mais lui l’ignorait. Mes formes voluptueuses indiquant mon appartenance à la race Asari accompagnées de cet avertissement lui ferait peut être s’imaginer une puissance dont je ne disposais pas, et, j’espérais, ne rien tenter envers moi par crainte que je puisse nuire totalement à son intégrité physique.

- « ... Cela ajouté à vos compétences de piratage que j’ai pu observer et traquer un peu plus tôt, je dois avouer que vous m’impressionnez beaucoup. Et peu son capables de me faire cet effet là… »

Tout en continuant mon jeu d’actrice, je remballais mon arme de poing sous les yeux de l’ennemi afin de renforcer son sentiment qu’il me serait parfaitement possible de le neutraliser à tout moment au moyen de mes pouvoirs. De toute façon, armée ou pas, le résultait aurait sûrement été le même pour moi…

- « C’est pourquoi nous pourrions de fait peut être trouver un arrangement quant à votre situation actuelle… Ce que vous avez fait, je m’en contre fou à présent. L’allégeance à celui qui m’employait n’était qu’un écran de fumée le temps que je trouve une organisation qui dispose de plus gros moyens et d’une doctrine aux contours plus définis. Et ce que vous m’avez démontré depuis tout à l’heure me prouve qu’il existe mieux. Je veux en être. Dites moi ce qu’il faut faire pour cela, et je vous aide à quitter Haratar dans la minute. Je dispose de tous les accès et peut désinformer sur-le-champ les commandos à votre poursuite en les envoyant dans une direction opposée. »

Immobile devant l’ennemi, j’attendis sa réaction, le coeur suspendu à celle-ci.

Qu’allait-il choisir ?

À quelques passerelles de là, Sykes, son équipière et Vakarian se rapprochaient de ma position. Si j’avais programmé mon drone pour qu’il me retrouve, durant ma filature j’avais pris soin de rapidement contacter le QG et le groupe pour les informer de la dernière passerelle que nous avions prise, et donc de celle où je me trouvais actuellement.

Tout serait bientôt fini. Peut-être pour moi, ou peut-être pour l’ennemi.





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 173
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Lun 25 Juil 2016, 02:55
Ne pas pouvoir mourir comme ça. C'était une étrange réponse. Une réponse effrayante.

L'agente semblait sûre d'elle et le ton rassurant de sa voix réussi cependant à ne pas alarmer d'avantage la scientifique à fleur de nerf. Il était heureux qu'elle ait été sous le joug de quelqu'un de compréhensif et délicat. Elle n'aurait sinon, pas été en mesure de les aider. L'utilité de son action était aussi un facteur apaisant. La passivité l'aurait rongée et plongée dans un état bien plus dramatique. Elle ne savait pas au final, si elle leur avait été aussi utile qu'il lui avait été nécessaire d'aider.

Sa connexion sur la gestion des portes et accès lui permit de tout de suite relever une alarme de piratage. Le logiciel extérieur est analyser et la quarienne confirma à l'Amirale qui s'agissait de la signature de leur cible. L'intéressée avait d'ores et déjà commencé à opposer une résistance via le réseau. La scientifique admira sa réactivité. A elle, il lui avait fallu le temps d'analyser, comparer avant d'estimer qu'il serait bon d'intervenir. C'est sans doute pour cela qu'elle était une bonne scientifique et pas autre chose. L'expérience et les compétences de Tali étaient vraiment… impressionnante. Elle se plut à étudier sa manière de faire et de voir défiler les lignes de codes utilisées pour contrer le pirate.

La scientifique offrit tout de même son soutien, préparant les données pour l'Amirale, bien plus experte qu'elle dans ce genre de manœuvre. La scientifique avait l'impression d'un jeu. Tout s'enchaînait comme un vaste défi, très stimulant. Malheureusement, elle observa, impuissante, le pirate accéder manuellement aux commandes. L'informatique avait ses limites et elles n'étaient pas en mesure de l'arrêter. Il était au moins ralenti, cela permettrait peut-être à leurs équipes de se positionner et de le rattraper.

Cette expérience était enrichissante, finalement. Ses petites étourderies l'avait conduite à une situation, certes inconfortable, mais enrichissante. Elle avait apprécié observer les manœuvres, les techniques, le déploiement des effectifs. C'était comme dans un film, irréel. La scientifique avait nettement l'impression de rêver. D'ailleurs, tout cela était-il vraiment réel ? Elle soupira et se laissa, une énième fois, tomber en arrière dans son siège. Le dossier protesta en grinçant. Elle observa Fadila.

"S'il n'y a qu'une bombe, l'intégrité de la station n'est pas menacée. Ce n'est donc pas trop grave. Il faut établir quelques probabilités. Selon la structure, où est-ce que cela ferait le plus de dégâts ? Ca me prendrait du temps de faire une analyse de ce genre… je travaille dans la microtechnique. L'ingénierie architecturale ne fait pas partie de mon domaine." Elle soliloquait, devant son écran, pensive.

Elle doutait tout de même de la réelle existence de cette bombe. Les retouches des images étaient perturbantes. Quel était le but de tout cela ? Elle ne parvenait pas à comprendre. C'est ce qui la traumatisait le plus. Il lui était impossible d'imaginer et de se projeter. Quelle motif, quelle raison pouvait-il bien avoir ? Tout cela était bien étrange. Elle craignait de n'avoir jamais de réponses à ses questions. Après tout, elle n'aidait que provisoirement, elle n'était qu'une scientifique.

D'ailleurs ses prothèses et analyses lui manquaient. Il lui tardait de regagner son laboratoire.


- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4178

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Lun 25 Juil 2016, 12:45

La Conscience sombre
13 Mai 2201

Haratar



Archives de Haratar

L'Agent... ne pouvait pas prétendre s'attendre à ça.
Il ne prêta aucune attention aux sous-entendus de l'asari – les bleues utilisaient bien trop souvent ce genre de méthode – mais il se concentra intensément sur ses mouvements. Le fait est qu'il ignorait à qui il avait affaire, et donc la puissance potentielle de son adversaire.
Et de la même façon, il ignorait avec quel sérieux il pouvait prendre sa déclaration. En elle même, pourquoi pas, il avait après tout rejoins l'Ordre pour des raisons similaires. Mais les rafales de tirs sur le système d'ouverture de la porte ne lui inspirait pas confiance. Heureusement, le Shuriken n'avait pas la puissance des armes geths et le système fonctionnait toujours, son logiciel de piratage venant peu à peu à bout de la résistance ennemie. Mais sans l'aide manuelle, le temps filait toujours trop vite. Et peut-être était-ce là le but de l'asari...
Oui, l'Agent ne croyait pas à sa volonté de le rejoindre. Elle était arrivée en même temps que le reste du groupe d'ennemis, dans lequel se trouvait Garrus Vakarian. Peu probable que quelqu'un trahisse le turien de lui-même.
Mais cela ne changeait rien au questionnement de l'Agent, à savoir comment agir. L'asari ne l'avait pas attaqué malgré l'avantage de la surprise, elle ne voulait donc pas le tuer. Mais évidemment, tous le voulaient vivant. Était il contourné à l'instant même ?
Finalement, l'Agent prit sa décision. Sa mitraillette tenue d'une main et braquée sur l'asari, l'autre main posée sur le système d'ouverture de la porte afin de reconnecter l'omnitech et l'accélération manuelle du piratage, il prit la parole.
« Une preuve de bonne foi, c'est tout ce que l'on demande. Abaisse tes boucliers. Tu auras besoin d'une blessure pour faire croire à ton innocence lorsque je serai parti. »


____________INFOS MJ____________



Parfait ! Plusieurs options : si Kalia le souhaite, elle peut obéir à l'Agent. Il l'invite alors à venir avec elle et se concentre sur son piratage. Si Kalia n'obéit pas (ce que j'estime plus probable :p), l'Agent passe à l'offensive et lui tire dessus. Il poursuit son piratage manuel mais plus difficilement, étant également interrompu une ou deux fois par sa biotique.
Dans le premier cas, l'Agent et Kalia partent avant que le reste de l'escouade n'arrive. Dans le second, vous arrivez avant qu'il ne fuit. Il combattra alors mais vu que vous avez très clairement l'avantage, il tentera de sauter sur la passerelle du dessous pour vous semer. À vous de voir comment l'en empêcher. Wink Comme pour Kalia, n'achevez pas l'affrontement, je jugerai du résultat exact selon vos RPs. :p

Ah, et du coup, si Kalia n'a pas signalé son choix d'ici ce soir minuit, vous pouvez considérer que c'est la seconde option qui prime. ^^



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 769

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Mar 26 Juil 2016, 15:30



Les rues de l'avenue défilaient au rythme des pas du Quarien. Tout son esprit se tournai vers son objectif pour ne pas céder à la pression qui s'accumulait ni divaguer sur le peu de temps qu'il lui restait avant de se retrouver réduit en cendre.
Illium, le Blackout peu de temps après qu'il ai quitté Oméga, et maintenant ça ? Les événements semblaient se bousculer de toute parts créant un amoncellement de coïncidence qui dépassait grandement le pauvre Quarien qu'il était.

Courir jusqu'au spatioport, ne rien penser d'autre.

Sa sœur et sa mère devait être mortes d'inquiétude, l'information devait à coup sûr avoir été diffusée et elle savaient toutes deux que Kori devait se rendre sur la station.

Ne pas penser, juste courir.

Qu'est-ce que ça lui ferait ? Sentirait-il le souffle ardent de l'explosion ? La chaleur insoutenable des flammes grignotant sa combinaison pour se délecter de sa chaire.
À quel moment cessait-on d'éprouver la douleur, délivré par la mort ? Souffrirait-il de sentir son sang bouillir, son corps se disloquer ? Ne finir qu'en tas de cendres méconnaissable, rien qu'un amas de lambeaux organiques. Plus de vie, plus d'identité, 22 ans balayés par un souffle et quelques centaines d'histoires qui s'achèveront comme si elle n'avait jamais rien value.

Ton objectif, ne pense plus.

Kori avait souvent songé à ce jour pourtant, celui où s'achèverait son existence, laissant à nouveau une place vacante au sein du grand univers.
Il se plaisait à se croire résigné. La mort frapperait d'une manière ou d'une autre, peu lui importait où et comment, il n'aurait, de toute façon, plus à y songer une fois le travail effectué.
Toutefois, il courait toujours, une trousse de secours minable au bout du bras, comme un dernier sketch qu'il offrait au monde

“Une bombe va exploser ! Tout va bien, j'ai des pansements !“

Il se serait presque pris à rire s'il n'était pas focalisé sur sa course folle.
Le spatioport se profila à l'horizon. La masse d'individu semblait avoir diminuée, un travail visiblement efficace étant donné que le Quarien avait à peine usé dix minutes pour faire l'aller-retour. Quelques histoires qui se poursuivront. Tant mieux.
Kori retrouva rapidement l'inspecteur au chevet de la blessée tandis que ses comparses procédaient à l'évacuation de la foule encore en attente.

- J'ai trouvé ! Souffla le Quarien hors d'haleine. Il remarqua la présence d'une tierce personne.
- Bien joué mon gars, remercia Vae Soli, on a trouvé un médecin parmi la foule plus un autre du GIP qui est parti plus au fond du spatioport. Y a eu pas mal de blessé avec la cohue, quelques un plus grave que d'autre.

Le médecin en présence lui tendit à nouveau la trousse dans laquelle il avait ramassé ce qui lui serait utile.

- Je n'aurais pas besoin du reste. Peut-être que l'autre médecin en aura besoin.
- Ok, approuva Vae Soli en observant les alentours.
- Je peux m'en occuper, assura Kori en hochant la tête. Vous avez encore beaucoup de personnes à évacuer.

Et le temps n'attendra aucun d'eux.
L'inspecteur toisa ce Quarien qu'il avait interrogé même pas une demi heure plus tôt. Il trouvait ce genre de gosse insupportable, de ceux qui se fichent de tout et qui pensent que tien ne pouvait jamais leur arriver. Le genre de gamin qui n'ont vu aucun moissonneurs, bien au chaud dans l'enceinte de la flotte. Mais bon, il devait bien admettre que ce caractère ô combien agaçant lui donnait une bonne tête à ce gamin.

- Ok, trancha l'inspecteur. Il est parti à l'entrée du quai 2. Aide le s'il a besoin de faire évacuer ses blessés, on les mettra dans une navette avec lui.

Kori acquiesça en hâte, le kit de secours au trois quarts plein à nouveau en main.

Les minutes s'égrenaient, paraissant une éternité mais si courtes lorsque viendrait la fin du compte à rebours !
Kori aidait du mieux qu'il le pouvait. La cohue générale avait vu quatre blessés supplémentaires garnir ses rang dont l'un à qui le casque avait éclaté sous la pression d'un pied pressé. Le Quarien les portait alors vers la navette la plus proche avec l'aide du médecin et d'un autre civil qui jugea préférable de porter secours plutôt que d'attendre la fin.
Bien sûr, la priorité d'embarquement donnée aux mourants suscitait quelques cris de frustration et de rage tandis que d'autres, le regard fixe, des larmes embuant leurs masques, semblaient las, comme résignés à leur sort.

- À quoi pensent-ils ? Songea Kori.

En y regardant de plus près, Kori jurerait qu'on y pouvait voir leurs vies défiler, leurs choix, leurs bonheur. Comme un reflet sur leurs casque sombres.
L'évacuation se poursuivait, les blessés avait été embarqués et pris en charge par le médecin.
Lorsque Kori reparut à l'entrée de la navette, l'inspecteur Vae Soli criait ses ordres à deux pas.

- Les blessés ont tous été pris en charge, monsieur. Annonça le jeune Quarien, surpris par la formalité dont il faisait soudainement usage.

Vae Soli lui offrit une tape sur l'épaule.

- Merci. Il désigna la foule massée restante. À ton tour d'y aller maintenant.
- Je peux encore vous aider si vous en avez besoin. Affirma le Quarien avec conviction.

Vae Soli sourit derrière sa visière. Vraiment insupportable ce gosse !

- Ok, lança-t-il, j'ai besoin que t'aille me chercher l'agent Paril, c'est le médecin que t'as aidé.

Kori accepta vivement et repartit de plus belle à l'intérieur de la navette.

- Trop simple. Songea l'inspecteur avec amusement.

D'un geste énergique, Vae Soli frappa trois coups sur la carlingue du vaisseau, coté cockpit. La visière d'un pilote s'extirpa au niveau de la vitre. Vae Soli balança son bras. Départ.

Enfermé à bord de la navette, Kori plaquait sa tête contre l'un des hublots donnant sur le quai. La navette s'était mise en branle. Quel idiot ! Se faire berner aussi facilement ! Lui et son cerveau inutile...
La pression sur son corps s'accentua quelque peu alors que son embarcation l'emmenait loin de l'enfer qui envahirait sous peu la station. Au sol, il aperçut l'inspecteur Vae Soli, les yeux levés vers au ciel, un salut militaire nonchalamment effectué.
Kori soupira. Finalement, son histoire se poursuivrait, et s'il advenait que Haratar ne soit détruite avant que l'évacuation totale ne soit effectuée, il le devrait à cet homme. Cet inspecteur qu'il avait d'emblé catalogué comme un vieux flic insupportable et incompétent.

Vae Soli reposa son regard sur la foule qui restait à libérer de cet endroit. Il s'était écoulé, quoi, trois quarts d'heure ? Peut-être que l'heure serait passée avant même qu'il ne termine sa pensé. Vae Soli ne regardait plus. Il espérait seulement que les civils puissent être évacués à temps. Quant à lui...Bah !
Un dernier soupir avant de se remettre au travail. Tant de monde encore ! Au moins l'aura-t-il sauvé lui, ce gosse insupportable et un peu taré. Il fallait, de toute manière, être taré pour accepter de vivre avec une combinaison de cette couleur !
Il reprit le travail de plus bel, gardant dans un coin son esprit ce qui serait peut-être la dernière rencontre de sa vie.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4232-sara-vaylee
http://www.masseffect-reborn.fr/t4233-journal-de-bord-de-sara-vaylee


Messages : 232
Crédits : me

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Jeu 28 Juil 2016, 15:22

La Conscience sombre



La course s’acheva dans le cœur des Archives. Les premiers tirs ennemis obligèrent l’équipe à se séparer derrière des poteaux soutenant la passerelle supérieure. Peu large pour trois personnes, Sara prit un côté afin de pouvoir lancer plusieurs rafales de tir en direction des deux Geths. Cependant, sa position l’empêcher de viser convenablement, prenant le risque de ne plus être à couvert.

Elle chercha un autre pylône afin d’avoir un meilleur champ de vision. En tournant la tête, la blonde s’aperçut du départ de l’Asari, prenant les devants sur le pirate en le pourchassant. Étant en nombre face aux deux ennemis, elle avait parfaitement raison car aucun membre de ce groupe improvisé ne savait les informations recueillies par l’Agent.

Spyder se lança et sauta dans le vide sous le regard impressionné du Lieutenant. Wow. Malgré la souplesse et l’agilité des Asaris, le médecin avait déjà plusieurs diagnostics en tête tandis qu’elle tentait de tirer de sa position n’atteignant pas ou peu sa cible malgré les entraînements auquel elle participait pour ne pas être trop rouillée. Seulement les tirs ennemis étaient trop réguliers pour pouvoir lui permettre dans placer une comme arrivait à le faire le N7.

Sykes lui demanda soudainement de se mettre en retrait. Grinçant des dents car elle ne voulait pas être encore plus inutile comme elle l’était à présent. Voyons un poteau lui permettant d’être à suffisamment des tirs mais lui permettant de tirer en retour, Sara entendit un court instant les Geths ralentir dans leur attaque. Alors que le médecin se lança, les salves reprirent de plus belle. À mi-chemin, Informateur se précipita sur elle, utilisant son corps pour parer les balles qui s'abattaient sur eux. Plusieurs balles la touchèrent, mais une seule transperça son flanc gauche. Ils tombèrent l'un après l'autre sous les coups. Le souffle coupé, une douleur vive et intense l'envahit, l'obligeant à rester quelques secondes sans bouger afin de reprendre sa respiration. Les tirs semblèrent changer de direction pour s'attaquer aux deux autres personnes encore debout. Elle se redressa légèrement pour s'approcher du Geth et tenta de l'attraper par le haut de son corps synthétique afin de le mettre à couvert si jamais les deux Geths voulaient à nouveau leur tirer dessus. L'effort fut difficile et d'autant plus douloureux que le synthétique était léger.

Informateur?

Sara arriva à se redresser tout en se tenant le flanc, cherchant un signe de vie de la part du Geth mais ce dernier ne répondait pas. Pourtant les lumières rouges de ses yeux étaient encore allumées, faibles, mais là. Le médecin regarda à présent sa propre blessure. Aucun organe vital n'était touché et la balle avait traversé, cautérisant son passage, réduisant le saignement. Cependant, son effort pour tirer le synthétiques réduisit la cautérisation à un écoulement régulier sanguinolent, mais rien qui mettrait sa vie en danger dans l'immédiat.

La voix de Sykes la sortie de sa courte absence. Les deux Geths étaient tombés. Informateur répondit en premier les informant de ses dégâts, crispant un peu plus la blonde à l'origine de son état.

Rien qui ne peut être soigné, répondit-elle après lui simplement les traits tirés par la douleur sans lâcher du regard le Geth.

Sara parlait autant pour lui que pour elle. Il en vint même à s'excuser. Secouant la tête pour le faire taire, elle posa une main entre les deux bandes blanches sur le torse du Geth puis murmura inquiète:

C'est moi qui suis désolée Informateur, tout est ma faute.

Ce Synthétique avait fait plus que n'importe qui. Il lui avait sauvé la vie en risquant la sienne. Un acte des plus humains, des plus organiques ? Grimson et toute sa clique auraient dû voir cela. Elle chercha dans son sac son tube de médigel et appliqua ce baume épais et gluant à travers le trou dans l'armure. L'effet des nanites biologiques aux propriétés à la fois anesthésiantes et coagulantes soulagèrent rapidement le médecin. Ses traits se détendirent un peu tandis qu'elle recevait les informations sur son omnitech. Elle reprit son sac et vérifia sa réserve de munitions, prête à repartir. Un drone était apparu peu après le départ de Spyder leur indiquant de le suivre.

Continuons! dit-elle après avoir jeté un dernier coup d'oeil à Informateur. Spyder est sûrement en train de le retenir.

Ils suivirent le drone au pas de course, Sara fermant à nouveau la marche. De longues minutes s'en suivirent au rythme des souffles réguliers. Sur le chemin, Garrus envoya un message à l'Amirale afin de l'informer de la position du Geth blessé. Le médigel était sacrément efficace de l'ordre du miraculeux mais il était nécessaire de se reposer un temps pour ne pas rendre la cicatrisation plus longue. Fais ce que je dis, pas ce que je fais...

Le médecin craignait de plus en plus d'avoir perdu le pirate et l'Asari jusqu'à ce que des tirs se firent entendre. Elle l'avait retrouvé. Accélérant le pas, ils arrivèrent sur la passerelle en se mettant à couvert à nouveau non loin de Spyder. En face, il y avait une porte hermétique encore fermée. Le pirate était pris au piège bien qu'il ait encore la possibilité de se jeter dans le vide ou qu'il ait enclenché un piratage automatique mais relativement plus long qu'un manuelle... Le vide semblait être une solution ...





"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance / Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4123-alec-sykes
http://www.masseffect-reborn.fr/t4129-journal-de-bord-d-alec-sykes


Messages : 212

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Ven 29 Juil 2016, 01:57


Tout allait se jouer dans les minutes qui suivraient. Si on lui avait dit, quelques jours plus tôt, qu’il arpenterai les Archives pluri-centenaires d’Haratar à la poursuite d’un hacker aux talents sans commune mesure, le N7 aurait eu du mal à suivre l’enchainement des évènements… Une simple mission d’escorte et de représentation avait pris des proportions sans commune mesure depuis bien longtemps, ce qui en soit ne laissait rien présager de bon quel que soit le dénouement de tout ceci. Le seul fait de rentrer en un seul morceau sans subir de pertes matérielles ou « humaines » majeures représenterait déjà une victoire en soit.

Mais encore fallait-il pour ça se sortir de la poursuite et prier qu’aucune emmerde majeure supplémentaire ne fasse son apparition…

En parlant d’emmerde, Alec ne put s’empêcher de se demander si le drone qui leur servait de guide n’avait pas été placé là par l’Asari afin de les balader et gagner du temps. En dépit de l’aide apportée par l’Agent jusqu’ici, l’officier ne pouvait chasser de son esprit la possibilité qu’elle assiste le responsable de la menace. Et pouvait-on seulement lui en vouloir ? Avec leur première rencontre plutôt mouvementée dans les épaves de Korlus et ces retrouvailles mouvementées, il était difficile de ne pas faire un quelconque rapprochement. La dernière fois, celle à l’employeur bien mystérieux avait tout de même précédée son unité pour dérober des informations qu’elle comptait ensuite revendre à l’Alliance au prix fort.

Alors, certes, la bleue disposait vraisemblablement d’un certain code d’honneur ou de morale à en juger leur passif, seulement la confiance demeurait un élément incertain et trop risqué en de telles circonstances…

L’éventualité de devoir la neutraliser elle aussi en plus du pirate occupait donc un coin de l’esprit d’Alec, pour qui les scénarios possibles se trouvaient aussi nombreux qu’à leur désavantage pour la plupart. L’intrus disposait d’une avance confortable sur eux grâce à son tour de passe-passe avec l’Union, sans parler des moyens et éventuels soutiens à sa disposition. Peut-être était-il même trop tard pour contenir la menace dans sa globalité, les informations précédemment téléchargées se trouvant probablement déjà perdues à jamais dans le cyberespace… Capturer l’inconnu restait une consolation moindre, mais nécessaire pour avoir un début de réponse, et, en espérant un miracle, disposer d’un nom à mettre sur le groupe à l’origine de tous ces troubles.

Tout ceci se finirai par une ultime confrontation désormais inévitable, qui se matérialisa par la présence d’un cul-de-sac provisoire pour l’ennemi, apparemment retenu par le mode opératoire très peu catholique mais efficace de T’Surek. A croire que les numéros de charme et la conspiration coulaient de façon innée dans les veines de toutes les natives de Thessia. Combien avaient jusqu’ici marché dans ce jeu à double tranchant au cours du dernier millénaire de suprématie Asari sur la société concilienne ? Une question méritant un cycle complet de vie de ces êtres pour y répondre…

« Hélas », le temps jouait à nouveau contre eux, et cette fois il n’était plus question de voir le pirate se défiler. Gardé sur place assez longtemps par l’Agent du Courtier de l’Ombre, il devrait répondre de ses actes à qui de droit, ou, à défaut, expirer dans la minute. S’il y a une chose dont on pouvait d’ailleurs être certain, c’est que l’escouade de fortune assemblée par la crainte d’une crise terroriste majeure s’emploierait de toute son âme à remplir cet objectif…

Posté en embuscade à l’entrée du couloir avec Garrus à sa droite, le N7 observa la scène quelques secondes en retrait histoire de tâter le terrain avant de se décider. Lui et le Turien convinrent une nouvelle fois d’un mode opératoire par gestes, le tout avec une précipitation palpable dans la vitesse avec laquelle ils s’exécutèrent. Le dénouement des évènements se jouait très certainement sur ce coup de poker, alors inutile de dire que le droit à l’erreur ne pouvait faire partie de leur langage à l’instant T.

C’est sans hésitation que le duo s’engagea dans l’allée au pas de course, fusil d’assaut épaulé pour l’un et fusil de précision pour l’autre. Appuyés par Sara restée à couvert si jamais tout dérapait, ils ne prirent même pas la peine de se perdre en paroles et sommations. Leur opposant semblait être au moins aussi déterminé qu’eux, ce qui rendait l’usage de mots aussi efficace que parler physique quantique avec un Berserker Krogan. Celui-ci esquissa d’ailleurs une manœuvre suicidaire en s’essayant au petit jeu pratiqué plus tôt par Kalia, espérant probablement mettre assez de distance entre lui et ses poursuivants en atteignant la plateforme la plus proche en contrebas.

Désormais, il ne s’agissait plus que d’une question de réflexes et de précision, le genre de cas de figure où seuls des gestes experts pourraient faire la différence…

Conformément à leur façon d’opérer, Alec tenta d’ajuster sa visée à la course du hacker, bien décidé à lui faire un cadeau… glacé. Car oui, au lieu de lui tirer immédiatement dessus, le trentenaire lui décocha la seconde et ultime charge de cryogénisation restante dans son omnitech. Réutilisant le procédé qui venait de faire ses preuves quelques minutes plus tôt avec l’Union, il était convenu que cela ralentisse l’inconnu dans son action digne de John McCLane. Le légendaire compagnon de Shepard profiterai de ce court répit pour asséner à sa cible un tir percussif au niveau des jambes, usant de son talent peu commun en tant que sniper. Et si cela ne suffisait pas, et bien… Ils pourraient toujours vider leurs cartouches thermiques par des salves rapides mais précises en vue d’abaisser ses bouclier et de lui bousiller pour de bon ses deux membres moteurs.

De la chair qui vole ou brûle, des rotules qui explosent, des cris de douleur, voire un morceau complet qui se détache… Rien que les doigts agiles de Sara ne sauraient stabiliser le temps de voir débarquer une équipe médicale ne débarque. Récupérer un infirme estropié valait toujours mieux qu’un mort ou un évadé pour mener un interrogatoire… Bien que l’éventualité d’abattre l’individu s’il réussissait son saut n’était pas exclue…

Oh, et si par miracle leur stratagème parvenait à obtenir l’effet escompté, la possibilité d’engager le coquin à l’omnipoing ou l’omnilame afin de l’empêcher de retourner son arme contre lui et/ou son comité d’accueil devait également être envisagée !


HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4178

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Dim 31 Juil 2016, 23:10

La Conscience sombre
13 Mai 2201

Haratar



Archives de Haratar

Trop d'ennemis. L'asari a réussi son coup, elle l'a ralentit suffisamment longtemps.
Piètre biotique au finale, l'Agent aurait sans doute pu l’éliminer et fuir s'il l'avait attaquée directement. Mais c'était impossible à prévoir, évidemment.
Et désormais, le voilà face à quatre ennemis. Un bref coup d’œil à son omnitech confirme ce qu'il sait déjà : il n'ouvrira pas la porte à temps. Il y était presque...
Mais ce n'est pas encore fini.
L'intrus s'activa sans hésitation, courant vers le bord de la passerelle. Le saut était difficile, risqué, sans garantie de succès par la suite. Mais c'était mieux que de se rendre et mourir.
Deux de ses ennemis réagirent instantanément. L'humain, le N7, et Garrus Vakarian, évidemment. Le premier lui envoya une puissante cryogénisation, qui mit fin au bouclier de l'Agent mais ne le ralentit que peu. Mais rien ne put protéger l'inconnu du tir percussif tiré par le turien.
Celui-ci avait visé les jambes, et peut-être était-ce là la seule erreur des commandos, de trop vouloir ne pas blesser leur ennemi. L'Agent fut touché mais aussi soulevé, projeté contre les barrières qu'il cherchait à atteindre. Maladroitement, il l'attrapa, tentant d'incurver sa course pour atteindre la passerelle du dessous.
Il y parvint, d'une certaine manière. Bien trop violemment. Son épaule se déboîta sous la violence du mouvement, ses jambes blessées cédèrent en percutant la barrière du dessous. L'agent ne put pas se retenir cette fois-ci, et sombra dans le vide des Archives.

Épilogue

La bombe n'explosa jamais. Malgré ça, la section où la manifestation a eut lieu fut entièrement évacuée et fouillée, en vain.
Le cadavre de l'Agent ne fut repris que quelques heures plus tard. Mort évidemment, et impossible à identifier à cause de l'absence de visage : un système d'auto destruction devenu courant parmi les services secrets après la guerre des Moissonneur. Seul signe possible, un symbole, inconnu des individus présents.
Toutefois, le cadavre et l'équipement apportèrent de nombreuses informations, à commencer par la nature cybernétique de l'individu : visiblement un humain mais avec de nombreuses composantes biomécaniques dans son organismes, expliquant probablement ses capacités de hacking. Son armure était de facture inconnue, bien que reprenant de nombreux mods élitistes de diverses compagnies. Le résultat étant un équipement particulièrement exceptionnel. Le GIP récupéra l'ensemble, rapidement rejoins par d'autres scientifiques conciliens.

L'agente Spyder repartie comme elle était venue, riche d'informations en plus. Respectant l'accord avec l'employeur de l'asari, Garrus transmis toutes les informations apprises sur le cadavre à l'intéressée, au fur et à mesure des recherches.
Sykes et Vaylee rejoignirent l'Alliance en même temps que leur protégé, Grimson. Étonnement, l'humain s'avéra satisfait de la mission remplie par ses deux gardes du corps militaires. La raison vint dans les jours suivant, lorsqu'il parla de ignominieuse menace d'un synthétique armé d'une bombe sur Haratar et neutralisé grâce à l'Alliance. Malgré les démentis des médias et de l'armée humaine – qui mettaient en cause un agent terroriste ayant créé une fausse vidéo – l'image du geth bombe ne disparût pas de l'extranet...
Informateur resta deux mois en convalescence, le temps de reconstruire les membres perdus, et que lui-même se les réapproprie et les synchronise avec ses propres programmes personnalisés. Dans le même temps, le GIP le récompensa pour son rôle dans les événements. Synthèse fut en parallèle mit en isolement et étudié de fond en comble. Le geth semble être indemne mais en état de choc, sa personnalité ayant été brutalement séparée de ses deux autres composantes.
Namida'Silke passa en jugement pour ses agissements. Bien qu'elle n'eût droit qu'à une réprimande, l'Amirale ayant intervenue en sa faveur, elle est désormais davantage surveillée et les autorités de Haratar lui ont clairement fait comprendre qu'elle devrait arrêter ses exactions technologiques. Dans le même temps, le système fut renforcé, bloquant les failles qu'elle avait utilisé.
Le CV de Kori'Penyo fut retrouvé dans le commissariat par l'inspecteur Vae Soli, oublié dans la précipitation des événements. Il rit un peu, puis envoya un message au jeune quarien : « Toujours intéressé par le GIP après la manifestation ? La porte t'es ouverte, gamin ! »

Les autorités du GIP scannèrent pendant des jours puis des semaines les Archives, à la recherche de ce que l'Agent avait pu y télécharger. Son omnitech était vide, effacé automatiquement à sa mort, ne laissant que des traces de connexions à distance laissant croire que ce qui avait été volé était parti hors de la station avant même que le cadavre ne soit retrouvé. Toutefois, les relais physiques cachés sur divers serveurs furent supprimés, et plusieurs têtes tombèrent en punition de ces failles de sécurité. Dans le même temps, les cadavres de Cénacle et Phalange furent étudiés pour développer de nouveaux algorithmes de sécurité. En conséquence, la sécurité technologique de la station fût renforcée sur tous les points, et les geths avertis des risques qu'entraînaient la création d'un nouveau Consensus, explication proposée à la corruption des deux anciens membre de l'Union. Officiellement, Haratar n'a jamais été aussi sûre.
Mais officieusement, certains craignaient que le mal ait déjà été fait, que les Archives soient déjà corrompues, que la conscience des geths puissent toujours être assombrie, par cette IA inconnue...



____________INFOS MJ____________


Et voilà, c'est fini !
Le sujet reste ouvert si vous voulez jouer la fin de cette mission avec vos persos (départ, discussions, etc).

Et c’est l'heure des récompenses ! LOL
Tout d'abord, une bannière pour tous les participants, enjoy Wink


Informateur : Tes actions pour le GIP ont été prises en compte. Tu es reconnus par tes pairs pour tes capacités et ton dévouement. En conséquence, tu es récompensé avec du matériel high tech : tu gagnes deux points de compétences à mettre en militaire et/ou tech.

Kalia : Tu as prouvé tes compétences malgré le fait que l'Agent soit arrivé au cœur des Archives. Le Courtier te donne accès à du meilleur matériel pour que tu fasse preuve de plus d'efficacité la prochaine fois : 3 points à mettre où tu le préfère.

Alec : Mission remplie avec succès et diligence, ce qu'attendait l'Alliance de ta part. Ils approuvent tes choix vis-à-vis de ta mission et ta tentative d'arrêter l'Agent sans le tuer. Tu gagne 2 points à mettre en militaire.

Sara : L'Alliance apprécie beaucoup ton implication, et tu peux être concernée par une promotion dans les temps à venir (c'est à dire que tu peux en demander une et l'avoir si tu le souhaite). Tu gagne deux points à mettre en militaire et/ou tech.

Namida : Le GIP n'a pas du tout apprécié tes petits jeux de hacking, même si Tali est intervenu en ta faveur. Pas de blâme mais ils t'ont à l'oeil. Toutefois, observer les techniques de Tali et de l'Agent t'ont permis d'apprendre quelques astuces, et tu gagne 1 point en tech. Tu as également le PNJ de Fadila parmi tes contacts, si tu veux la réutiliser en RP.

Kori : Tu as désormais un contact en la personne de Vae Soli au sein du GIP de Haratar, tu pourra le réutiliser dans tes RPs. L'inspecteur t'as également envoyé une petite récompense, à titre personnel, et tu gagne un 1 point de compétence à mettre où tu le souhaite.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 720

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Dim 07 Aoû 2016, 21:29
C'était enfin terminé. La crise avait enfin pris fin et le calme revenait dans la station. Cependant, ce n'est pas pour autant que les esprits eux étaient calmes. C'était du moins le cas pour le geth Informateur. Ce dernier n'avait cessé de méditer et de réfléchir depuis que ses compagnons du moment l'avaient laissés seuls afin d'arrêter l'intrus dans le cœur des archives d'Haratar. L'Opérateur avait espéré avoir rapidement des nouvelles de l'Agent Spyder, Garrus, Alec ou Sara, cependant ce ne furent pas les premier à venir vers lui. En effet, les premiers arrivés furent un groupe de quariens, des agents du GIP envoyé par l'Amirale Tali'Zorah. Ces derniers avaient transportés le geth sur une civière et avait fait de même pour Cénacle et Phalange, toutefois ceux-là furent plutôt entassé sur la même civière.

Informateur fut rapidement amené à l'infirmerie où on le transferra sur une table d'examen. Ne pouvant y tenir seul, l'opérateur dû y être attaché par de nombreuses sangles. Le geth n'avait pu s'empêcher de trouver la situation étrange. N'étant pas un être organique, se retrouver dans une infirmerie était plutôt étrange. D'un autre côté, cela avait sûrement une forme détente? À moins que cela avait pour but d'avoir un lieu de rencontre commun pour les membres des commandos? L'humaine Sara Vaylee avait été blessée et pourrait nécessiter des soins immédiats. De plus, il était également possible que d'autres membres du groupe furent blessés. Ainsi, le geth se contenta d'attendre. C'est justement pendant qu'il attendait que le geth eut droit à un rapport de ce qui c'était finalement passé. Visiblement, la bombe était un leurre. Quant à l'agent ennemi, il avait fait une chute mortelle. Bon, le cadavre n'avait pas encore été retrouvé, mais aucun organique ne pouvait survivre à une chute de plus d'un kilomètre de hauteur.

Le geth réfléchissait donc sur ce fameux agent. Qu'était-il venu chercher? Avait-il réussi? Si c'était le cas, avait-il réussi à transmettre ce qu'il était venu chercher? Le geth fut interrompu dans ses pensées par l'arrivée d'un ingénieur quarien. Ce dernier débarquait avec divers outils et des pièces de plateforme geth. L'Opérateur n'eut aucun mal à voir que l'ingénieur n'avait pas la totalité des pièces nécessaires, mais ce n'était pas grave. Informateur savait parfaitement que les dégâts subits par sa plateforme prendraient plusieurs jours pour être réparé. L'ingénieur commença à travailler calmement.











Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4232-sara-vaylee
http://www.masseffect-reborn.fr/t4233-journal-de-bord-de-sara-vaylee


Messages : 232
Crédits : me

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Mar 09 Aoû 2016, 00:20

La Conscience sombre



Ils n’avaient pas pu l’arrêter malgré leur attaque. Le pirate tomba dans le vide. Sara vit la scène, comprenant que c’était terminé, elle se laissa alors glisser sur le sol, s’appuyant sur le pilier, épuisée. Sentant que du sang coulait à nouveau de sa blessure, suite à l’effort, elle attrapa à nouveau son médigel et reprit une dose. Sa vue se troubla un court instant. Trop tôt pour reprendre du gel. À très forte dose, cela pouvait entraîner un coma.

On l’aida à se relever, reprenant la marche afin de sortir des Archives, lentement pour sa part. Le médecin gardait le silence, les traits tirés par la colère. Ils furent rapidement retrouvés à la sortie du labyrinthe par des agents du GIP accompagnés par des Quariens qui l’aidèrent et l’amenèrent immédiatement dans une infirmerie où plusieurs personnes étaient allongées sur des tables, séparées par des rideaux. Sara fut installée sur une table examen, aidait par deux Quariens afin d’enlever son armure et son haut pour mieux voir la blessure.

Sara se laissa faire, regardant les gestes des médecins qui la prirent en charge. Perfusée puis examinée, ils cautérisèrent la blessure puis posèrent un point pour fermer. ils lui administrèrent un sédatif léger afin qu’elle puisse se reposer un peu. Une bonne heure plus tard, elle ouvrit les yeux et put voir Sykes arrivant dans le petit espace qui lui était réservée. Lui annonçant que tout allait bien, Alec lui fit par des dernières informations qu’ils avaient eues, d’une part sur le pirate de l’autre sur la réaction de Grimson. Ils auraient une journée de libre. Chouette, je vais pouvoir flâner dans la dentelle de cette blouse. Ne le voyant pas tenir sur place, le Lieutenant lui annonça qu’elle avait besoin de repos et qu’il n’avait rien à faire ici. La regarder dormir n’était pas une activité très intéressante quand on connaissait le personnage.

Bonne chasse ! Lança-t-elle en se redressant du brancard, pour diminuer la perfusion qui lui donnait la sensation d’être vaseuse.

Le médecin attendit qu'il sorte de l'infirmerie pour se lever. Elle attacha la blouse qu’on lui avait passée après avoir refermée sa blessure puis sortie de son box, s’appuyant sur le pied à perfusion. Elle découvrit un peu plus loin, le Geth allongé sur une table. Il ne lui était pas difficile de le reconnaître. Tirant une chaise afin de s’asseoir à son chevet, encore endormie. Soupirant, Sara sentait un tiraillement sur le flanc gauche mais la douleur était légère.

Mon sentiment d’inutilité m’a fait prendre des risques qui n’auraient pas dû se répercuter sur vous. Informateur, vous n’auriez pas dû prendre de tels risques. Vos capacités auraient pu être plus utiles pour arrêter le pirate que les miennes.

Elle s’arrêta pour regarder Informateur.

Mais merci.

La blonde soupira, penchant sa tête en arrière.

Alors, dans combien de temps allez-vous être de nouveau sur pied ?





"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 720

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Mar 09 Aoû 2016, 02:00
L'ingénieur continuait de faire les réparations de base sur la plateforme d'Informateur. Ce dernier gardait le silence le plus total. Depuis un moment, le geth c'était concentré davantage sur sa mémoire, se repassant certains passage de sa vie. C'était quelque chose de plus intéressant à effectuer que d'attendre sans rien faire. D'après l'ingénieur quarien, il faudrait au moins une semaine pour remplacer toutes les pièces brisées et deux jours de plus pour réparer les pièces pouvant l'être. Cela ne dérangeait pas vraiment Informateur de rester ainsi immobile pendant plusieurs jours. Pour un être organique, cela pourrait être pénible. Cependant, la perception du temps était différente pour les geths. Après tout, pour commencer, les geths avaient eu une conscience collective pendant des siècles. De plus, ils étaient virtuellement immortels. Quoiqu'il en soit, le geth comptait bien continuer à visionner son passé pendant cette période, du moins, sauf durant les moments où il interagirait avec autrui. Justement, une voix s'adressa à lui, le ramenant dans le présent. C'était Sara Vaylee qui s'adressait à lui. Visiblement, elle continuait de s'en vouloir pour ce qui lui était arrivée. La jeune femme déclara ensuite que ces compétences auraient été plus utiles que les siennes pour arrêter l'intrus. Cependant, elle finit par le remercier, avant de le questionner sur son rétablissement.

-Selon l'ingénieur chargé de la réparation de ma plateforme, il faudra au moins neuf jours. Certains composantes nécessitent des réparations à divers niveaux, mais d'autres doivent être remplacés.

Le geth tourna sa tête vers l'humaine la regardant directement dans les yeux.

-Vous n'avez pas à vous en vouloir pour ce qui c'est passé. Lorsque Cénacle et Phalange vous en mis en joue, j'ai tout de suite put constater que leur tir avait de très forte chance de vous être fatals. J'aurais très bien pu ne rien faire afin de m'éviter ces dégâts. J'aurais pu vous laisser mourir et mettre en priorité ma propre sécurité. Cependant, j'ai choisi de prendre des risques afin de vous protéger. C'était mon choix. Je sais que nombreux sont ceux qui continue de percevoir les miens comme de simple machine. Une machine ne fait pas de choix, elle se laisse guider par des impératifs logiques et les probabilité. Ce que j'ai fait, cela n'appartenait à aucun impératif logique, c'était un choix.

Le geth se tut un court instant.

-De plus, avec un peu de recul, je considère que j'ai pris la bonne décision. Si je n'avais pas fait ce que j'ai fais, je doute que le médigel vous aurait sauvée.

Pendant ce temps, l'ingénieur fut de retour. Il prit place de l'autre côté du geth et recommença la maintenance n'accordant que peu d'importance à l'humaine. Un infirmier quarien passa à son tour, jetant un oeil sur Informateur, probablement par curiosité. À ce moment là, l'ingénieur utilisa un outil afin d’interagir avec une composante de la plateforme. Aussitôt, Informateur poussa ce qui ressemblait tout à fait à un cri de douleur. La réaction de l'infirmier fut instantané, il recula en poussant un cri de surprise. La seconde d'après, l'ingénieur quarien commençait à rire fortement, en pointant l'infirmier du doigt.

-Oh, t'aurais dû voir ta réaction. Dommage que nos casques ne soient pas translucide. Je suis sûr que t'avais une tête à mourir de rire.

Informateur se tourna de nouveau vers Sara.

-Ce créateur est d'avis que des blagues aident à détendre l'atmosphère.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4232-sara-vaylee
http://www.masseffect-reborn.fr/t4233-journal-de-bord-de-sara-vaylee


Messages : 232
Crédits : me

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Mar 09 Aoû 2016, 12:35

La Conscience sombre



Une moue se dessina sur les lèvres du médecin, n’acceptant pas que ses décisions l’aient touché. Informateur défendait son choix ce qui surprenait la blonde car elle avait eu des aprioris sur cette race en grande partie à cause des médias qui ne les glorifiait pas, pour certains, les voyant toujours comme des ennemis. Surprenant de voir une machine libre de ses choix quand on savait qu’ils étaient liés. Leur fonctionnement lui était inconnu.

Il était aussi surprenant de voir une machine être réparée dans un lieu de soin. Ainsi, la barrière organique et synthétique était brisée sur cette station. D’un point de vue médical, cela ne l’enchantait guère de mélanger liquide physiologique avec des liquides dont elle ne connaissait pas le nom, s’ils en avaient. De plus, un Geth pouvait déceler les émotions des organiques mais l’inverse était-il possible ? Toutes ses questions fusaient dans l’esprit du Lieutenant qui semblait bien pensive.

Peut-être bien… Murmura-t-elle avec un haussement d’épaule, comprenant qu’en tant que synthétique, il avait pu voir au-delà de l’échange de tir. Tout ne devait être que probabilité à ces yeux.

Sara salua d’un signe de tête l’ingénieur qui arriva afin de reprendre son travail, suivi d’un infirmier qui s’approcha de Sara pour regarder le Quarien travailler quelques instants.

Jusqu’à présent, je n’avais jamais rencontré de Geth et je pense que …

Le Geth émit ce qui semblait être un cri de douleur. Surprise, Sara réagit dans la seconde qui suivit, s’appuyant sur sa chaise pour prendre de l’élan afin d’envoyer un coup de pied pour le dégager du synthétique. Mais le coup de pied n’atteignit jamais sa cible. La blonde avait pris trop d’élan et était tombée à la renverse sur le sol, entraînant avec elle, le pied à perfusion sur sa tête. Maugréant, une douleur lancinante apparut sur son front.

Deux minutes plus tard, elle avait un bandage sur la tête, l’air morose, son regard noir ne lâchant pas l’ingénieur. Il voulait détendre l’atmosphère, le défendit Informateur.

Très drôle, mais c’est encore trop tôt, dit-elle en s’adressant au deux sur un ton ferme, aucun rictus apparaissant sur son visage. Elle joua avec la molette pour régler le débit des antalgiques, jetant un regard à l’infirmier qui ne tenta pas de l’en dissuader. Je vais avoir quelques heures de libre devant moi, est-ce que je peux faire quelque chose pour vous ?





"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 720

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Mar 09 Aoû 2016, 16:42
Visiblement, la petite plaisanterie n'avait pas été au goût de tout le monde. L'infirmer était repartit, visiblement en colère. Quant à Sara, elle était tombé à la renverse et se retrouvait maintenant avec un bandage autour de la tête. Informateur prit note de mieux choisir le moment pour faire une plaisanterie à l'avenir. De plus, l'ingénieur quarien semblait désormais mal à l'aise, à cause du regard que lui jetait la jeune femme. Cette dernière questionna le geth, à savoir si elle pouvait faire quelque chose pour lui, durant le peu de temps qu'elle serait encore là.

-Je doute que vous ayez des connaissances assez approfondit sur la mécanique des plateformes geth. Cependant, je ne serais pas contre une discussions. Cela occupera notre temps à tout les deux. Ce sera moins ennuyeux que de rester coucher à ne rien faire, vous ne croyez pas?

Pendant ce temps, l'ingénieur quarien se leva, toujours intimité par le regard de l'humaine. Il commença à prétexter qu'il devait aller vérifier l'état d'un modulateur d'énergie dans la salle 46 de section 6F de la station. Avant que le quarien sorte, Informateur lui fit remarquer que l'endroit qu'il avait cité était dépourvu de tout modulateur d'énergie, puis qu'il s'agissait d'une toilette publique. Cependant, le quarien ne l'écouta pas et s'en alla. Informateur regarda Sara.

-Je suis le seul à avoir l'impression qu'il a inventé la première excuse qu'il avait en tête, pour filer en douce? Je crois bien que vous lui avez fait peur.

Avant que Sara n'ait le temps de répondre, la porte de l'infirmerie s'ouvrit à nouveau, laissant entrer un quarien, deux quariennes, un geth et un drone. L'équipe d'Informateur était de retour de mission visiblement. Le groupe se dirigea vers Informateur et Sara. Ils s'arrêtent à proximité du geth, ce dernier se retrouvant du coup avec l'équipe d'un côté et Sara de l'autre. Killick, le quarien prit la parole en premier.

-Ouais, ce type t'as pas manqué. Tu ressembles à une épave.

Ce fut le tour de Kitana ensuite, mais la quarienne portait son regard sur Sara.

-C'était pour protéger cette fille? Hum... Je comprends, elle a un certain charge et un joli-

Elle fut interrompu par l'autre quarienne, d'une claque derrière la tête.

-Eh, Kitana, sœurette! Je te rappelle qu'Informateur s'est prit des tirs pour la protéger. En plus, elle est blessée elle aussi, alors c'est pas le moment pour tes commentaires lubriques.

Killick reprit la parole, en s'adressant à Sara.

-Selon le médecin, vous vous en voudriez à cause de ce qu'Informateur a subit. Vous en faite pas pour ça, c'est un dur. Il en a vu d'autres. En plus, il est comme ça. Ça doit être bien être la cinquième fois qu'il se retrouve comme ça. À chaque fois, en protégeant un innocent ou encore Kitana, une fois. C'est un grand sensible et un tendre.

Aussitôt le geth du groupe commença à protester en affirmant que les plateformes geth étaient faite de matière solide et non de matière malléable. S'en suivit une dispute entre le quarien et le geth sur les expressions, tandis que les deux soeurs étaient en plein débat sur les manies nymphomanes de Kitana. Le tout pris fin lorsqu'un médecin et un infirmier mis tout le groupe dehors parce qu'ils dérangeaient la tranquillité des lieux. Lorsqu'ils furent tous sorties, Informateur reporta de nouveau son attention sur Sara.

-C'était mon équipe. Ils ont un certains tempérament, surtout Kitana. On peut toujours compter sur eux.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 173
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Ven 12 Aoû 2016, 19:32
# Quelques jours plus tard
# Logement de Namida

Une cassure.

La quarienne suivit une énième fois de son doigt la fissure du plastic couvrant le bord de son bureau.

Avant ça, j’étais plus innocente. C’est ça. Maintenant je suis amère, je suis déçue ? Non. Ce n’est pas le bon mot. Je suis quoi ? Pensait-elle, très concentrée sur son introspection.

Elle se laissa tomber en arrière, comme elle le ferait face à une équation insolvable, soupira. Le dossier de sa chaise grinça, lui aussi, comme à son habitude.

Qu’est-ce qui l’agaçait autant ? Elle pinça ses lèvres. On ne l’avait pas blâmée officiellement. Elle n’avait dû cette grâce qu’à l’intervention de l’amirale Zorah. Elle n’était pas un pirate, c’était un terme vulgaire, elle s’instruisait. Non, elle ne comprenait pas. Elle avait toujours été bêtement loyale. Profondément loyale. Toutes ces années d’études, ces recherches … ! Ces recherches ! Elle fit voler le contenu de son bureau d’un revers de main. Le devenir du pirate, du dénouement de la situation ne l'intéressait pas le moins du monde. Ce n'étaient pas des données pertinentes pour elle.

Les larmes lui étaient montées aux yeux. Elle renifla. L’Amirale avait été gentille. Elle avait eu pitié, corrigea-t-elle. C’était comme s’il ne s’était rien passé au laboratoire. Tout le monde la considérait également au jour précédent. Cependant, elle avait changé. Ce n’était plus la même Namida qu’ils observaient. Elle avait une conscience relative du bien et du mal, son éducation lui faisait placer le « bien » en valeur prédominante. Voilà qu’on lui disait qu’elle s’était trompée, erreur de jugement, la voilà dans le « mal ».

« Je n’ai rien fait de mal »
, pleurnicha-t-elle à haute voix pour essayer de se consoler.

Son omnitech réceptionna un message de Fadila, qui prenait de ses nouvelles. Elle y répondit laconiquement. Elle était gentille, elle aussi. La scientifique ne pouvait pas réellement penser à elle en qualité d’amie, mais naïvement, elle se promit de garder contact. Après tout, elle s’était rencontrée sur une planète lointaine et revue ici, c’était sans doute pour une raison. Le hasard, elle n’y croyait pas tellement.

Elle ne savait pas trop ce qu’elle allait faire. Probablement rien. Elle allait continuer à vivre. Continuer à chercher, à travailler sur la microtechnique, l’ezo, … seules ses choses valaient la peine de réfléchir. Le reste n’est que frivolité émotionnelle. Elle ramassa ce qu’elle avait fait tomber, bien décidée à continuer son dur labeur. Elle irait tout de même consulter sa psychologue, afin d'optimiser son rétablissement émotif.

Ce n’était pas uniquement l’intégrité des Archives qui avaient été potentiellement entachée, mais au fond du cœur de la scientifique, quelque chose de sombre couvait. Elle en avait pris conscience. Le doute serait son nouveau compagnon pour les jours, mois à venir.


- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   
Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue #7 : La Conscience sombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: L'Amas du Phénix :: Haratar-