AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Intrigue #7 : La Conscience sombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 161
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Mar 14 Juin 2016, 00:47
Elle avait très peur, ça oui. Elle fut surprise d’être tirée du sol par son compagnie d’infortune. Leur sauveur se trouvait être visiblement une agente de ce que la scientifique choquée pu voir. Elle n’enregistra ni ne prêta attention à ses mots. Dans le brouhaha avoisinant et son état émotionnel, rien de très pragmatique n’atteignit son système cognitif. La phrase ne pouvait pas même la concerner dans l’esprit crédule de la scientifique. Lorsqu’elle avait parlé, des coups s’étaient déjà échangés et elle avait vu voler des objets. La tension était si palpable qu’elle avait pensé que lui offrir une voix lui permettrait de se calmer. Elle n’avait pas pensé à grand-chose de sensé, elle l’avouait volontiers et la frustration, la colère avaient été ses premiers moteurs. Pourquoi ne pouvait-on pas échanger sans que les choses ne dérapent… ? Pourquoi ne pas avoir convié un orateur plus neutre qui ouvre un débat ? Leurs autorités avaient une étrange manière de gérer le problème. Alors qu’on l’entraînait, elle essaya de juguler un peu la colère. Sa main ne lâchait pas celle de Kori qu’elle serrait, fort.

« Merci de nous avoir tiré de là ! »


Elle s’exprima assez fort pour que l’agent les entende. Elle se sentait très reconnaissante devant cette étrangère qui avait risqué, sans motif, pour les tirer de ce mauvais pas. Malgré tout ce qu’on pouvait penser du laxisme des autorités, le GIP était composé de nobles âmes. Ce n’est que sortis de la masse qu’elle remarqua l’arme. La seconde chose qui la frappa fut que le canon soit dirigé contre elle. Elle. Pas d’erreur possible, c’est bien sa personne qu’on visait. Il lui semblait impossible qu’un membre du personnel ne soit la source d’une telle action. Une trahison ?

Aucune pensée cohérente ne parvint à la satisfaire, elle lâcha Kori pour ne pas être un fardeau pour lui. Il saura mieux fuir seul. Ils ne se connaissaient pas, après tout. D’ailleurs, il semblait que l’agente ne soit pas seule et la fuite semblait une option peu préférable. On lui indiqua de les suivre. Elle suivit on ne peut plus docilement.

La colère, source dangereuse d’énergie, était usuellement étrangère à la quarienne. Elle se sentait mal. Très mal. Elle se sentait se recroquevillée au fond de sa combinaison. Une sensation qu’elle avait pourtant perdue avec le temps et le succès au travail. Les esprits brillants souffrent souvent de bien tristes désagréments. Sa sociabilité était à l’image inverse de son succès de scientifique. Elle était incapable de gérer des situations qui demandaient beaucoup de ressource de ce type. Elle sentait ses lèvres se sceller sous le poids de l’angoisse et sa combinaison changer la composition de son air sous la menace imminente d’une crise d’hyperventilation. Elle n’avait rien fait de mal dans son esprit et la situation improbable la laissait muette. C’est un rêve, se répéta-t-elle en boucle dans sa tête. Je fais encore un cauchemar à cause du traumatisme, c’est un rêve. Elle se pinça le bras et chouina. Les stimuli physiques ne fonctionnaient pas. C’était vraiment un cauchemar horrible.

Elle constata qu’on l’emmenait vers ce qu’il semblait être une chambre d’interrogatoire. Le mot torture s'inscrivit dans ses pensées. Ils n’avaient pas marché longtemps, mais le temps semblait se dérouler au ralenti dans son esprit paniqué. Le masque ne laissait que peut paraître d’information faciale, mais les yeux opaques légèrement luminescents de la scientifique tournaient littéralement dans tous les sens. Sa tête s’agitait, elle tremblait de la tête aux pieds et se triturait les mains. Même le plus néophytes des psychologues aurait pu voir là l’expression très pure de la peur. A dire vrai, même un enfant l’aurait pu tant il était clair que la frêle quarienne était dans un état de stress insurmontable.

Elle trouva un moyen de juguler sa totale perte de moyen, se concentrer sur la physique quantique et se mit à réciter mentalement, un par un, tous les théorèmes qu’elle connaissait, puis elle bascula à un domaine encore plus complexe de la physique moléculaire. Ses réflexions s’accompagnaient parfois de marmonages incompréhensible pour toute personne étrangère aux domaines et n’ayant pas suivi d’étude approfondie. On pouvait toutefois y reconnaitre des terminologies mathématiques.

C’était sa façon à elle de faire sauter un plomb, afin d’éviter une surtension cérébrale néfaste. Elle se repliait au fond d’elle-même et ne se focalisait plus que sur ce qui importait vraiment. La science, ses travaux, il fallait qu’elle trouve. Devait-elle augmenter la densité moléculaire carbonique ? Elle suspectait un phénomène thermique d’avoir causé le réalignement, car leur assemblage n’était pas commun. Il faudra qu’elle recherche des informations dans la bibliothèque. Ses collègues avaient peut-être des pistes intéressantes pour elle.





- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4139

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Mar 14 Juin 2016, 13:39

La Conscience sombre
13 Mai 2201

Haratar



A proximité de la manifestation,
Salle d'interrogatoire n°1


Fadila regardait sa collègue, qui semblait effondrée. Le reste de l'escouade les avait rejoint, les deux suspects séparés, et une enquête préliminaire effectuée. La jeune membre du GIP reconnaissait maintenant la scientifique, avec qui elle avait collaboré quelques années auparavant. Bon, elles ne s'étaient que croisées, pas de quoi dire qu'elles se connaissaient vraiment. Mais la trahison semblait tout de même étonnante, Namida n'ayant jamais présenté de profil à risques.

Fadila s'assit face à la suspecte, attira son attention, puis commença à la questionner doucement. La scientifique semblait perturbée, elle ne voulait pas empirer la situation.

« Namida'Silke, écoutez moi. Je m'appelle Fadila. Nous nous sommes déjà rencontrée, il y a quelques années, sur Trebin. Vous vous rappelez ? »

La jeune du GIP laissa sa collègue se calmer un instant, se remettre dans la situation.

« Votre hacking des réseau de la station a été surpris : prise de contrôle d'un flux vidéo, prise de contrôle des hauts-parleurs, connexion non-autorisée sur des serveurs sécurisés en collaboration avec un intrus potentiellement dangereux et incitation à la haine envers les manifestants. Pourquoi avoir fait ça ? »

Salle d'interrogatoire n°2

Le quarien suspect semblait un peu perdu. Il ne s'était pas vraiment débattu, semblant plutôt en état de choc, ou surpris. Son identité n'avait rien révélé de spécial : Kori'Penyo, il venait de terminer son Pélerinage, et n'avait jamais été suspecté de criminalité auparavant. Bien sûr, il s'était retrouvée avec l'autre quarienne, mais l'inspecteur soupçonnait davantage un hasard, pour une fois. Mais il fallait le vérifier.

« Kori Penyo, je suis l'inspecteur Vae Soli. Vous avez été pris en même temps que Namida'Silke. Pouvez vous me dire ce que vous faisiez avec elle, et pour quelle raison êtes vous présents à cette manifestation ? »

Loge des organisateurs

Le politicien humain avait jeté un regard interrogateur aux deux combattants de l'Alliance en les voyant entrer, puis s'en était désintéressé en comprenant qu'ils aidaient comme ils pouvaient le GIP.
De l'autre côté de la vitre, en revanche, les indications des deux soldats, aidaient, dans une moindre mesure. Au moins, les groupes anti-émeutes avaient une idée de vers où aller, que ce soit pour calmer les rixes ou pour neutraliser les individus poussant à l'affrontement.

Un responsable de la sécurité de l'événement de tarda d'ailleurs pas à renvoyer un message, directement aux deux humains, sur une ligne plus discrète.

« Merci. On va s'assurer que la loge ne risque rien, même si visiblement les gens préfèrent se frapper directement les uns les autres plutôt que de viser les organisateurs de ce bordel. Sans vouloir vous offenser, je veux dire, cette manifestation... enfin bref. La situation va de nouveau être sous contrôle. Mais dans le cas où il y aurait une urgence, pourrais-je compter sur vous ? Je sais que vous devez protéger Grimson, que c’est votre mission, et je ne peux pas vous dire pourquoi, mais il se pourrait que votre aide soit utile. En ultime recours, bien sûr. »

QG principal

Les différentes parties avaient exprimé leurs points de vue. Tali avait protesté, mais les arguments et l'absence de soutien – Garrus étant du même avis que Informateur, Kalia et l'Union – l'avait poussée à renoncer. Elle se mit aussitôt en communication avec l'autre QG, leur exposa ce qu'elle souhaitait faire, et la transmission se mit peu à peu en état de marche. La quarienne apparut sur les holoécrans habituellement réservés aux publicités, autour de la foule, et elle commença à parler.

Kalia, pour sa part, repris sa surveillance de la section des Archives. Et se rendit vite compte qu'elle n'avait plus accès à une petite zone au sein de la section. Apparemment liée aux serveurs de maintenances – pas d'informations contenues dans ces serveurs donc, mais des accès aux contrôles de la sécurité de la section, et peut-être au-delà.


____________INFOS MJ____________


Nami et Kori, vu que l'on est vraiment dans de la discussion, je pense que jouer ça en MP ou sur Skype est plus pratique. Mais comme vous voulez.

Sara et Alec (surtout Alec, du coup Redman ), à vous de décider ce que vous répondez. Si vous voulez posez des questions ou discuter, idem, boîte à MP ou Skype !

Kalia, n’hésite pas à me demander des informations spécifiques par MP. Je parle pas forcément de ce qu'il y a dans mes posts, tu peux demander à peu près n'importe quoi que tu pense pouvoir obtenir via ta surveillance. Je ne peux pas vraiment écrire tout ce que tu vois, sinon ce serait long, ce serait chiant, puis tu n'aurais rien à écrire derrière à part recopier Trollface

Info, j'attends que tu me lance un dé 20 sur le sujet de l'organisation, pour voir ce que ton hacking donne.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance / Conseil
Rang : Commandant (N7)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4123-alec-sykes
http://www.masseffect-reborn.fr/t4129-journal-de-bord-d-alec-sykes


Messages : 192
Crédits : Kathleen (retouche)

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Jeu 16 Juin 2016, 01:39


Tableau peu flatteur et navrant que celui d’une divergence d’idéaux qui vire à l’émeute. Du rassemblement qui n’avait plus de pacifique que le nom, tous garderaient probablement un très mauvais souvenir. Meurtrie par trois siècles de guerre contre des synthétiques de leur propre invention et une réconciliation toute récente obtenue au prix de grands sacrifices, la société Quarienne semblait peu encline à se voir dicter sa politique de reconstruction par un tiers. Sentiment ô combien compréhensible et naturel lorsque l’on gardait à l’esprit qu’ici, l’influence des espèces conciliennes avaient ses limites.

Ils étaient les étrangers en ces lieux, ceux envers qui la méfiance des locaux était tournée, et depuis peu, la haine. Quoi de plus normal lorsque l’on vient remettre en question votre façon de vivre et rebâtir votre civilisation, cela dit ?

Arrivé à cet évident constat depuis le début des violences, Alec observait les affrontements avec une certaine appréhension. Certes, l’homme dont il avait la charge de protéger la vie se trouvait bel et bien hors de portée des échauffourées, mais rien ne lui certifiait que ce serait toujours le cas. Les contestataires intensifiaient d’ailleurs leur « activités » en même temps que les forces de sécurités et les unités anti-émeutes, ce qui promettait une riposte encore plus prononcée des deux côtés.

Cantonné à un rôle de spectateur depuis la tour dorée que représentait la loge des organisateurs, Alec se retrouvait affublé de la tâche de jouer les vigies avec son équipière du moment. Pas vraiment le genre d’action qui correspondait à leurs capacités et entrainements respectifs, mais au moi avaient-ils moyen de se rendre utile de cette façon. La paire de jumelles de l’humain balayait les environs depuis plusieurs minutes déjà, suivant les directives et indications de Sara, lorsque son contact du GIP se manifesta à travers son omnitech. A croire que leur contribution au déroulement des évènements, aussi infime soit-elle, était appréciée par les autorités locales.

Y voyant là l’occasion de participer de manière plus active au processus de désamorçage des tensions grandissantes, le N7 ne se fit pas prier pour répondre sur le même canal. Après de longues secondes d’un silence seulement troublé par les manigances des politiciens rassemblés plus loin, sa voix se fit entendre sur les ondes.

- « Mes directives premières sont en effet la protection du VIP qui m’a été assigné. Si quelque chose venait néanmoins menacer la sécurité de la station ou celle de ses occupants de façon immédiate, sachez que vous pourrez compter sur mon concours dans le cas où une menace se concrétiserait. »

Le temps d’obtenir une réponse du Quarien à l’autre bout de la ligne, qui retransmettait très certainement les propos du soldat de l’Alliance à qui de droit, le Lieutenant-Commandant se détacha des affrontements en contrebas. Son attention se porta ainsi sur celle qui l’accompagnait depuis plusieurs jours sur cette mission, et dont il pouvait aisément deviner le ressenti au vue d’années à se côtoyer avec assiduité au sein d’un cercle social très restreint.

- « Ils font leur beurre de ces violences, qu’ils se feront une joie de condamner et de mettre sur le dos de leurs opposants lorsque tout sera terminé. Si tout se termine avec seulement ces débordements… Je sais que ton envie d’aller aider en bas est forte, mais on va devoir faire avec… J’ai besoin de toi ici si jamais les choses empirent d’avantage. C’est le genre de distraction parfaite pour quelqu’un animé d’intentions plus sombres qu’une simple émeute. Et la dernière comm’ du GIP semble aller dans le sens de ces suppositions. Un ultime recours… Je ne peux néanmoins pas t’ordonner d’aller au-devant du danger au vu de la situation… » fit-il d’un ton songeur, tout en se tournant vers la blonde.

Il scruta l’intéressée un moment, son air soucieux se trouvant dissimulé par son casque, mais aisément palpable pour qui connaissait un minimum son caractère. Le médecin n’eut cependant pas l’occasion de répondre dans l’immédiat, car tandis qu’il continuait à la dévisager, la voix de Sykes se fit à nouveau entendre d’une façon plus sonore. La nécessité de hausser le ton s’expliqua très vite par l’identité du destinataire des mots qui suivirent : l’homme qui était la raison de leur présence ici.

- « Je vous conseille de réfléchir à l’éventualité de vous retirer vers votre appareil, une fois un itinéraire sûr déterminé et le vaisseau inspecté dans son ensemble, Monsieur. Au vu de la tournure des évènements, il est évident que votre projet d’apparaître à la fin du cortège est compromis. Et je ne serais peut-être pas en mesure d’assurer votre protection si les choses dérapent d’avantage. Ne comptez pas sur moi pour rester ici à faire le pied de grue si jamais la situation empirait et que le GIP avait besoin de bras supplémentaires… »

Précis, sans fioriture et pas même une once de défi… Simplement une mise au point sur ce qu’il comptait faire dans les prochaines minutes, et au Diable l’ordre de mission !


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 697

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Ven 17 Juin 2016, 00:45
Le piratage était encore en cours. Plus le piratage progressait, plus Informateur recevait des données auquel le drone avait accès, à travers l'omnitech de son maître. Cependant, manque de change, le flot de donnée pris fin. Informateur était occupé à analyser les informations obtenues lorsque l'Union s'adressa à lui. Selon eux, il était probable qu'ils aient été détecté lors du piratage. Toutefois, cela n'était pas certains. L'opérateur préférait cependant se montrer pessimiste sur la question. Considérer qu'ils étaient bel et bien repérer était plus sécuritaire. Au moins, leur piratage n'avait pas été vain.

Déjà, Informateur avait désormais le contrôle du drone de l'intrus. Il analysa les données concernant le fameux drone. Apparemment, il était très avancé technologiquement. Fort à parier qu'il s'agissait d'un drone des forces spéciales, l'un des groupes des espèces conciliennes. Le geth réfléchit rapidement et élimina la possibilité que l'une des 4 races du Conseil ou plusieurs soient responsable. Chacune de ces races avait les moyens et la puissance pour faire plier le GIP, que se soit par voie légale ou violente. Il était plus probable que le drone avait été volé ou encore qu'il appartenait à un groupe ou un individu extrémiste. Après tout, Cerberus avait bien été une unité des forces spéciales par le passé. Le geth fit une rapide estimation de la durée de vie restante du drone... environ 10 minutes standards.

Autres données intéressantes, des traces d'un vaste réseau connecté en de nombreux points sur Haratar. Donc, notre intrus devait avoir des alliés à quelques endroits sur la station. Certes, il y avait une possibilité qu'il n'y ait personne et que le pirate soit tout simplement extrêmement doué. Cependant, Informateur doutait de cette possibilité. S'il était aussi bon que cela, il n'aurait pas déclenché d'alerte en accédant aux secteurs des Archives.

Finalement, Informateur et l'Union obtinrent l'itinéraire des rondes effectués par le drone. Cela permettait au moins de ce faire une idée de la zone que le pirate désirait surveillés. Logiquement, il serait donc au-de-là des zones surveillées.

Il était temps de partir à sa poursuite. Pour cela, autant profiter du drone. Informateur entra quelque commandes qu'il envoya au drone. Les commandes étaient assez simple. Tout d'abord, se rendre au dernier endroit où l'intrus se trouvait avant que le contact soit rompu. Également, détecter la présence de piège et alerter s'il en trouvait sur son chemin. Comme il s'agissait d'un drone militaire de haut niveau, ce genre de système était incorporés. Ainsi, il serait possible de progresser rapidement, de rejoindre la dernière position connue du pirate et le tout sans craindre un piège.

Tandis que les geths courraient, suivant le drone, Informateur fit transmettre plusieurs choses au QG, par l'intermédiaire de l'Union. Premièrement, toutes les informations qu'ils venaient d'obtenir: le réseau, le drone, l'itinéraire du drone, les réflexions d'Informateur, etc. À cela, le geth ajouta également la proposition d'un plan pour arrêter l'intrus.

Son plan consistait à activer les systèmes anti-incendies des Archives. Du moins, dans certaines zones. Plus précisément, dans la zone où le pirate se trouvait. Cela restait une zone de grande taille, mais ce n'était pas grave. Une fois les cloisons de ces zones abaissées et l'air vidé, le pirate serait coincés. De là, le pirate aurait des possibilités limités. Soit, il n'avait pas d'équipement pour survivre au manque d'oxygène et il mourrait. Soit, il avait le nécessaire, mais se voyait gêné par les cloisons. De plus, Informateur ajouta qu'il serait important de surveiller la zone pour plusieurs raisons. Déjà, s'assurer que le pirate soit obligé de franchir plusieurs cloisons, afin de le ralentir. Également, connaître la position ou l'itinéraire du pirate. Après tout, qu'il détruise les cloisons, les ouvre de force ou les pirate, cela laisserait des traces. Finalement, il faudrait bien que le QG ouvre les cloisons sur le chemin d'Informateur et de son équipe.

Pendant ce temps, Informateur s'interrogeait également sur le réseau à travers la station. Si des forces de sécurité étaient envoyés à ces endroits, trouveraient-elles les alliés de l'intrus? Si oui, combien seraient-ils et qui seraient-ils?









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 766

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Ven 17 Juin 2016, 10:57


Kori pénétra dans la salle exsangue que lui désignait l'officier du GIP. Pour plus de sûreté, le Quarien s'était vu remettre des menottes jusqu'à ce qu'on les lui retira avant de lui demander de s'asseoir.
L'officier face à lui, un Quarien, évidemment, le toisait d'un regard vide d'expression derrière son masque.
Kori s'était encore mis dans de beau draps. Ce qu'il ne comprenait pas était qu'on s'enquiquine à l'arrêter lui, qui ne cherchait qu'à 'extirper de la foule, plutôt que toutes les énergumènes qui peuplaient la manifestation et qui se foutait joyeusement sur la gueule.
La réponse se trouvait sûrement dans la salle d'à coté, la Quarienne qu'il avait eu la Bonne idée de vouloir aider. Le problème était le même pourtant, même si son intervention n'avait pas été la chose la plus censée à faire – Kori n'en revenait pas de penser une telle chose, lui qui était le premier à agir sans réfléchir – son message était loin d'être un appel à la violence.
Le Quarien jetait des regards qui se voulaient assurés pour camoufler le stress qui commençait à poindre au creux de son ventre.
L'officier du GIP se décida enfin à prendre la parole.

- Kori'Penyo.

Le Quarien acquiesça machinalement.

- Je suis l'inspecteur Vae Soli, poursuivit celui-ci. Vous avez été pris en même temps que Namida'Silke.

Au moins connaissait-il son nom à présent.

- Pouvez-vous me dire ce que vous faisiez avec elle et pou quelle raison êtes-vous présent à cette manifestation ?

Kori mit quelques temps à répondre, accusant le regard impassible de l'agent, laissant sa question résonner dans le silence de la salle d'interrogatoire.

- Je vous assure, commença l'intéressé en appuyant chaque mot, que je ne connaissais pas cette Quarienne avant aujourd'hui. Moi tout ce que j'essayais c'était de m'enfuir.

L'inspecteur Soli pencha légèrement la tête sur le coté.

- Vous enfuir ? De la station vous voulez dire ?
- De la manifestation, s'empressa d'ajouter le Quarien. Je venais juste déposer un CV à la base.

Kori croisa les bras sur son torse, ne sachant quoi ajouter. De toutes manières il n'avait rien à se reprocher. C'était bien ce qui comptait, non ?

- Mademoiselle Silke qui était avec vous, reprit l'inspecteur après un temps de réflexion, a piraté le système de communication pour faire passer son message, ce qui constitue en soi une infraction. Pourquoi se serait-elle accrochée à vous si elle ne vous connaissait pas ?
- Parce que je l'ai aidée à éviter de se faire piétiner par la foule, j'imagine.
- Vous admettez donc que vous avez tenté d'aider cette demoiselle à s'enfuir elle aussi ?

Kori serra les dents. Il détestait cette façon d'affirmer ce qu'il ne disait pas. Ce genre de discussion ne menait qu'à l'exaspération de celui qui subissait l'interrogatoire. Ce qui semblait parfaitement fonctionner avec le Quarien.

- Pourquoi vous vous occupez pas plutôt de ceux qui se castagnent dehors, reprit Kori, au lieu d'arrêter deux pauvres Quariens qui se sont fait écraser dans la mêlée ? Le message de cette Namida était bien moins violent et haineux que ceux qui étaient sur l'estrade, pourquoi en faire tout un flan ? Ok, elle a piraté vos communications, c'est pas comme si elle cherchait à hacker la station toute entière.
Kori et l'inspecteur se fixèrent quelques secondes, chacun laissant travailler ses pensées.

- Quelqu'un essaye de pirater la station ? Supposa le Quarien, un sourire amusé naissant presque à la commissure de ses lèvres.

Après tout, où porter un grand coup à la population Geth si ce n'était sur Haratar ? Toutefois, il serait stupide de mettre en danger une foule de sympathisant au mouvement anti-Geth pour ça. Les choses avaient tout de même bien dégénérées sur l'allée principale.
Non, soyons sérieux, n'importe qui ne pouvait pas hacker l'une des plus grande station mis en place par un peuple n'ayant vécu que de sa connaissance technologique pendant des siècles et des siècles et d'un autre étant la technologie eux-même.
Kori se faisait encore des films pour peu de chose.
L'inspecteur le toisait toujours de son œil impavide. Il avait si peu réagis à ses propos que le Quarien se demandait même s'il l'avait réellement écouté. D'un geste lent, il se leva de sa chaise et, d'un signe de tête à l'agent qui les accompagnait, droit derrière Kori, quitta la pièce, le laissant seul avec son garde du corps.
Kori n'était décidément pas prêt de rentrer chez lui...



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Le Courtier de l'Ombre
Rang : Agent de renseignement
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4130-kalia-t-surek
http://www.masseffect-reborn.fr/t4274-nom-de-code-spyder-maj-le-16-05-16


Messages : 69

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Sam 18 Juin 2016, 21:45

Les choses se mettaient en place de notre côté tout comme cela semblait être le cas de l’autre. La quarienne avait finalement abdiqué en constatant l’absence totale de soutien pour ses idées, se pliant ainsi à la solution qui garantissait le plus de sécurité. Un hologramme à son effigie s’adressait depuis à la foule, et si mes yeux se concentraient sur tout autre chose, j’avais tout de même fait afficher sur l’un des moniteurs devant moi le retour vidéo de l’une des caméras donnant sur l’avenue chaotique.

J’espérais que celle-ci retrouve un calme relatif aux paroles avisées de l’héroïne de la Grande Guerre. Toutefois, je ne me faisais pas d’illusion. Si effet il y avait, il ne serait d'éphémère. Puisse t-il seulement durer le temps nécessaire pour mettre à jour les plans de l’ennemi et nous permettre de les désamorcer avant qu’il n’y ait une première victime… Mais cette tâche s’annonçait compliquée. Nous n’avions pas encore le moindre indice de ce que pouvait bien rechercher l’ennemi dans les Archives, et nous n’en savions toujours pas plus sur son identité, ses moyens, son allégeance, et ses complices. En définitive, nous étions plutôt proche du point mort jusque là, même si nous connaissions au moins sa position approximative… Seulement les Archives d’Haratar n’étaient manifestement pas le lieu le plus évident à fouiller. Son immensité faisait de l’endroit la planque parfaite pour tout individu désireux de nuire à la station tout en assurant ses arrières, et il avait fait jusque là presque un sans faute.

C’est en scrutant attentivement mes écrans que je m’aperçus subitement d’une anomalie particulièrement louche. Je n’eus pas immédiatement le temps de l’explorer, une communication du trio geth parvenant au QG. Ils avaient visiblement rencontré un drone, et pas le plus low cost du marché… Une technologie digne des forces d’élite des races conciliennes. Cela ne laissait définitivement rien présager de bon… Et si attaque il y aurait, on ne pouvait s’attendre qu’à des ennemis dotés d’armes et armures redoutables, contre lesquelles les miennes et ma biotique foireuse ne seraient d’aucune utilité…

Autre information inquiétante mais à laquelle je m’étais aussi attendue : l’agent des Archives n’opérait pas en solitaire. Apparemment, les geths avaient découvert la trace d’un réseau inconnu auquel de nombreuses IP se trouvaient connectées. De ce que je vis, elles paraissaient liées à des terminaux informatiques, mais peut être que certaines provenaient d’appareils de communication… Au moins nous avions de quoi travailler… Mais là encore, localiser les probables individus s’annonçait difficile, parce que remonter ces IP pour les géolocaliser sans se faire repérer prendrait du temps, et ne serait pas une chose aisée. Tout comme interpeller qui serait derrière.…

Seulement notre mission secrète semblait déjà être compromise, car la suite du rapport transmis par l’Union indiquait la rupture de la connexion entre le drone et l’ennemi présent aux Archives. Les geths avaient sûrement été grillés… Et l’anomalie précédente prit alors tout son sens. Me reconcentrant dessus, je l’explorai alors pour y comprendre que l’ennemi avait isolé une petite zone des Archives, et pas n’importe laquelle : celle liée aux serveurs de maintenance et permettant les accès aux systèmes de sécurité des lieux. Si la présence des geths avaient bel et bien été compromise, l’ennemi devait être entrain de chercher un moyen de repérer nos forces en présence pour s’adapter. Il pouvait aussi s’être rendu dans cette zone stratégique pour modifier ou déverrouiller certaines sécurités d’autres zones pour que lui ou ses complices y pénètrent ensuite afin d’y faire leurs petites affaires…

Je me mis à m’interroger sur la faculté de nuisance de ces serveurs. Pouvaient-ils permettre pour un individu s’y connaissant, de porter d’une manière ou d’une autre atteinte aux systèmes vitaux de la station ? La structure des sections d’Haratar me laissait à penser que l’ennemi ne pourrait rien faire de tel depuis les Archives. Revenait dès lors la question de ce qu’il y cherchait précisément...

Les geths nous avaient soumis un plan visant à neutraliser, d’une manière ou d’une autre, l’agent présent là bas. L’idée transmise était intéressante, et si rien d’autre me vint à l’esprit sur le moment, j’eus quand même quelques réticences. Même si ce semblait être le cas, nous n’étions pas entièrement certains que l’ennemi avait découvert la présence de nos forces sur place. Tenter une manoeuvre qui serait à mon sens forcément rapportée aux serveurs de maintenance sur lesquels l’ennemi se trouvait actuellement , pourrait griller les geths une bonne fois pour toute, et l’agent infiltré préviendraient instantanément ses collègues si ce n’était pas déjà chose faite…

Le temps nous était d’autant plus compté à présent, puisqu’en toute logique, l’ennemi avait ou allait accélérer ses plans s’il se savait découvert. Et si dans leurs plans des vies alliées ou civiles étaient menacées, elles le deviendraient d'autant plus rapidement. Nous nous devions donc d’agir au plus vite tout en agissant au mieux.

- « Amirale, j’aurais besoin de vos compétences et de vos accréditations pour assister Informateur et l’Union dans le plan qu’ils nous ont soumis. Il va vous falloir gérer les systèmes de sécurité et anti-incendie pour le piéger et l’empêcher de fuir. De ce que je comprends, il se trouve actuellement dans la zone contenant les serveurs de maintenance. fis-je lorsque Tali eut un instant de répit avec son discours sur holo-écran. « Je ne peux être sur autant fronts à la fois, et nous devons en apprendre plus sur le réseau inconnu identifié par l’Union. Je vais essayer de remonter discrètement les IP générant le plus de data tout en tentant de savoir ce que les transmissions contiennent, puis chercher à localiser les terminaux les plus actifs, afin que nous puissions interpeller en même temps qui pourrait se trouver derrière. »

Je marquai une brève pause, reportant mes yeux sur mon terminal avant de redresser la tête pour m’adresser cette fois-ci à Tali, mais également à Garrus :

- « Au vu de l’équipement de pointe de l’ennemi présent aux Archives, on doit s’attendre à ce que lui et ses copains soient très lourdement équipés. Il va nous falloir du personnel d’élite. S’il y a des ressources de ce type actuellement présent sur la station, j’aimerais être mise en contact avec. Nous n’allons pas pouvoir gérer la menace qui se profile qu’avec votre commando geth et nous même. Pour pouvoir interpeller l’ennemi dans sa globalité par un coup de filet, il nous faut plus de moyens. D’autres individus formés et équipés pour ce genre de mission et de menace, et sachant demeurer dans le secret. Avez-vous connaissance de profils correspondant à ces critères ? »

S'il y avait ce genre d'individus dans les parages, il nous fallait les mettre dans la confidence, et je les orienterai vers les zones à fouiller tel un agent de liaison, voire me rendrai avec eux sur place si cela me permettait d'en apprendre plus et de localiser plus d'ennemis directement depuis les terminaux utilisés.





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 161
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Dim 19 Juin 2016, 19:31
# Salle d'interrogatoire n°1

La quarienne sembla trembler plus encore lorsque Trebin fut rappelé à sa mémoire. Un épisode tout aussi sombre que son traumatisant attentat sur la station. Décidément, cette journée avait décidé d'être classée sous le signe des catastrophes. Elle secoua la tête en réponse d'un mouvement si flou, qu'il fut impossible à son interlocutrice d'y lire un oui ou un non. A dire vrai, elle se débattait avec ses pensées désordonnées.

"Pas de haine. Pas de haine. Si la croissance de la donnée béta tend à l'infini, alors le densité moléculaire décroit proportionnellement. Il faut les en empêcher. Ils sont trop dangereux. A = 67.45983522179. Variable calculée à l'aide du théorème de ... pourquoi la haine est-elle permise ? Le néant fait peur, mais en réalité, il n'est pas illogique, il est purement scientifique. La haine ne l'est pas. Je n'ai pas de haine.

Pas de haine. "


Fadila regardait la scientifique débiter des paroles sans répondre à ses questions. Elle semblait complétement perdue, en état de choc. Impossible de l'interroger dans cet état.

La jeune du GIP était embêtée. Elle était seule pour l'instant, et ne voulait pas rendre un rapport vide avec une suspecte traumatisée. Elle avait besoin d'un psychologue, mais ne savait pas s'il y en avait un de disponible dans l'instant. Et elle ne croyait plus vraiment à la culpabilité de la scientifique - pas volontaire, en tout cas. Alors elle fit ce qu'elle pût. Elle s'approcha de la chercheuse, s'asseyant à côté, lui passant un bras autour des épaules pour tenter de la réconforter.

"Allons, allons, du calme. Du calme. On ne vous fera pas de mal. on veut juste comprendre. Savoir ce qu'il se passe. La manifestation ne va pas bien, on craint des ennuis, et on veut arrêter ça. Arrêter la haine. Pouvez vous nous aider ?"

Elle renifle. Ca gargouille dans ses narines, un mélange probable de larmes et de morve. Elle s'applique à respirer plusieurs fois, très régulièrement. Elle décompte. Res-pi-rer.

"Ce qu'il se passe ? Ils vont nous faire du mal."

Elle tourna son masque vers la quarienne qui s'était assise près d'elle. Cette position la faisait se sentir moins acculée.

"Je... je peux aider ?"

C'était plus une question qu'une affirmation. La scientifique se perdit à nouveau dans une démonstration d'un théorème quelconque, très perturbée. Elle ne voyait pas où l'autre voulait en venir.

Namida semblait légèrement ré-émergée à la surface, avoir de la bonne volonté. Fadila poursuivit sur cette voie.

"Personne ne vous fera du mal. Les forces de l'ordre et le GIP sont là, ils ramènent le calme."
La jeune quarienne continuait de réconforter sa collègue. "Oui, vous pouvez aider. J'ai besoin de savoir pourquoi vous vous êtes connectés au flux vidéo, aux hauts parleurs et aux serveurs du secteur C-03."

« Pour surveiller. J’ai touché aux caméras. Pour parler. Aux micros. Pour que la foule puisse s’exprimer autrement qu’avec la violence. » Elle pince ses lèvres. On ne musèlera pas le peuple. Si le GIP voulait soutenir les violences, les atrocités de cette faction… elle s’y opposait.

« Je n’ai touché à aucun serveur, si vous pensez ça. Vous êtes nuls !! Vous êtes avec eux, c’est ça !? »
Elle crie, choquée par la révélation qui s'impose. Horrifiée. Trahie.

« Je pensais pas… je pensais pas… je pensais pas… pas la haine. Je suis si stupide. Pourquoi ils permettent la haine, pourquoi ils font taire … pourquoi… pourquoi les radiations affectent différemment l’ezo d’une matière ordinaire ? Alfred’Kriden apporta une réponse à cette question à travers son théorème central. C'est enfantin.» Elle a un rire nerveux. « Vous m’avez bien eue. Toute seule. Ne me frappez pas, s’il-vous-plait… »

Et elle se remet à pleurer. Le bon sens semblait à peine survivre au milieu de son agitation.

"Personne ne vous frappera. je vous le promet."


Fadila réfléchissait à la suite. La scientifique disait vouloir éviter les débordements, mais s'était complétement fourvoyée. C'était un crime, mais pas volontaire. Elle prétendait aussi ne rien avoir à faire avec les serveurs, malgré les informations données par le QG. il n'y avait qu'une seule façon de vérifier ça.

"Namida, puis-je analyser votre omnitech ? C'est le meilleur moyen de prouver ce que vous dites, de retracer vos actions durant le défilé. Ça nous permettra d'être sûrs que vous dites la vérité."


Un geste protecteur répond à la demande. Pas question qu'on trifouille dans son omnitech.

Elle finit par pianoter et ouvrir plusieurs pages code. Elle crée un dossier et d'un geste très sec et tremblant le transmet à la quarienne.

"Copie de la base code concernée. Le reste, c'est personnel."

Si elle avait été un peu plus épaisse, forte et guerrière, elle aurait peut-être osé un "venez le chercher sur mon cadavre"... mais en l'état, elle se dit qu'une copie conforme de ses dernières actions suffirait. Elle se replongea dans ses calcules et ignora Falida pendant de longues minutes.


- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4139

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Mar 21 Juin 2016, 22:54

La Conscience sombre
13 Mai 2201

Haratar



Section des Archives

L'Agent releva la tête en entendant les cloisons se fermer. Un bref coup d’œil à son omnitech confirma le fait : il était repéré, et ses ennemis avaient une idée de sa localisation. Depuis qu'ils avaient trouvé le drone, ou avant ?
Le second son fut le chuintement de l'air aspiré en dehors des pièces cloisonnées. Intelligent. Inefficace sur l'Agent, mais intelligent. Mais au delà, cela montrait que ses adversaires ne prenaient pas de gants et recouraient à tous les moyens possibles pour le neutraliser.
Lui aussi pouvait donc se permettre d'y aller franchement. Il accrût aussitôt son contrôle sur les réseaux informatiques infiltrés.
On l'enfermait ? Alors soit, les Archives deviendraient labyrinthe. Agissant à son tour sur le réseau de sécurité, sans prendre la peine de s'attaquer tout de suite aux portes qui lui étaient fermés, il verrouilla de nombreuses closions un peu partout dans la section, s'assurant que quiconque voudrait accéder à lui serait obligé de prendre de larges détours ou de hacker les portes sous son propre contrôle.
Puis, l'Agent retourna dans le réseau de communication de la station et y diffusa un virus. D'une part, pour laisser un petit message aux manifestants. Rien de discret ou de subtil, mais au vu des niveaux de haine présents, ce devrait être facile de mettre le feu aux poudres. Et d'autre part, pour nuire aux communications et complexifier la tâche de ses opposants, même sil faudrait plus de temps au virus pour qu'il atteigne ce second objectif. Haratar bénéficiait de protections solides, même pour un hacker déjà infiltré.
Enfin, l'Agent reprit sa route. Il avait gagné du temps, il devait désormais atteindre le plus rapidement possible le cœur de la section malgré l'opposition d'un ou plusieurs tech adverse. Il avait des informations à trouver et copier. Beaucoup, d'informations.

Avenue de la manifestation.

La situation semblait se stabiliser. L'intervention de l'Amirale Tali Zorah avait fait son effet, même sur ceux désapprouvant ses choix.
Mais l'écran brutalement coupé pour laisser place à un chargement ne rassurait pas, lui. Pas plus que le geth qui apparût à l'écran. Derrière lui, on voyait l'avenue et ses manifestants, légèrement en contrebas. Le geth ne dit rien, mais il ouvrit l'armure protégeant ses composants internes, dévoilant un explosif avec un temps marqué dessus. Puis le synthétique sembla s'endormir, alors que ses lumière s'éteignaient. Seul resta allumé le timer, qui passa de 60 minutes à 59:59. Dans l'avenue, la foule devint instantanément folle.

QG principal

La quarienne donna à l'asari les accès demandés, et le plan soumis par Informateur fut mis en place. Garrus acquiesça également et commença à contacter les forces spéciales présentes sur la station. Il émit également l'idée de rejoindre le trio de geth déjà présent dans les Archives, sitôt que des renforts seraient disponibles.
La riposte de l'intrus ne se fit pas attendre, secouant la station tel une tempête. Au sein du QG, l'ambiance passa à l'urgence, alors que les différentes opinions s'opposaient.
Évacuer la station de manière précipité ? Cette solution ne plaisait à personne : trop peu de temps, trop de pertes matérielles. Arrêter la bombe donc, auquel cas il fallait absolument trouver sa localisation – mais il n'y avait que peu d'indices, et arrêter l'intrus pour l'interroger était risqué.
Et le chaos renouvelé sur l'avenue n'arrangeait pas les choses. L'Amirale avait envoyé une demande pour des renforts, mais l'autre QG lui annonçait que tout le monde était convoqué sur l'avenue : la sécurité des civils était compromise, et il fallait au minimum évacuer l'ensemble de la section concernée par la manifestation tout en menant les recherches pour trouver l'emplacement de la bombe.
L'Amirale insista, faisant prévaloir son rang. Finalement, le second QG l'informa qu'il avait besoin de toutes ses forces, mais que deux soldats humains dont un N7 étaient présents sur les lieux. Ils avaient déjà leur propre mission mais il était possible de les mettre en communication. Le voulait-elle ?
Tali accepta, et son écran s'ouvrit sur Alec Sykes et Sara Vaylee.

Salle d'interrogatoires n°1

L'analyse des informations données par Namida semblait prouver son innocence. En tout cas, rien ne montrait falsification, même si les techs auraient aimé vérifier directement sur l'omnitech de la quarienne qu'elle disait la vérité.
Mais ils n'en n'eurent pas l'occasion. Sitôt que la vidéo sema de nouveau le chaos dans la manifestation,tous les techs furent appelés pour traquer son origine et localiser l'endroit montré, et Namida fut laissée au second plan, toujours sous la surveillance de Fadila.
La jeune du GIP stressait de l'attente, incapable d'agir dans sa position. Elle suivait en direct la vidéo depuis son omntiech, connectée au réseau de communication du GIP. Finalement elle se tourna vers la captive.
« Tu as réussi à hacker les flux vidéos non ? Tu peux aider les techs à trouver d'où vient cette vidéo ci ? »

Salle d'interrogatoire n°2

L'inspecteur Vae Soli et Kori sortaient de la pièce quand la nouvelle vidéo apparut sur les écrans, semant la panique. Aussitôt, les ordres d'urgence tombèrent, imposant d'aider à calmer la foule pour l'évacuer le plus calmement possible. Vae Soli eut tout juste le temps de dire à Kori de ne pas se faire davantage remarquer avant d'être emporté avec ses collègues de terrain, laissant le quarien isolé dans le bâtiment voisin de la manifestation.

Loge des organisateurs

L'ensemble des organisateurs se leva en voyant la vidéo du geth apparaître. Puis ils exigèrent d'être évacués. Le QG les appela aussitôt, les invitant à se calmer. Dans l'état actuel des choses, le calme devait être ramener dans l'avenue afin de les évacuer, et agir sans coordination n'arrangerait rien. Le QG contacta également les deux combattants de l'Alliance, puis ouvrit la discussion à l'Amirale Tali Zorah.

« Bonjour soldats. Nous n'avons que peu de temps. Je sais que vous devez protéger les vôtres, je le comprend. Mais nous avons besoin d'aide pour sauver la station. Les unités du GIP sont déjà prises dans la manifestation, et travaillent à localiser la bombe. Vous ne pouvez les aider à ça – vu les actes xénophobes qu'il y a eu plus tôt, votre présence n'arrangerait rien. Mais nous avons besoin de combattants pour arrêter un individu dangereux, celui qui est à l'origine de la dernière vidéo. »


____________INFOS MJ____________



Les choses s'accélèrent LOL

Un résumé des événements :
- les archives sont transformées en "labyrinthe". le terme est fort, mais l'idée est que les déplacements sont très réduits
- La foule redevient chaotique, elle tente de quitter les lieux mais se marche dessus
- Garrus et Tali prévoient de quitter le QG pour rejoindre Info et l'Union, mais ils hésitent aussi à laisser Kalia seule

les infos perso maintenant !

Kori : t'es en free-lance, fais ce qu'il te plaît :p Aider, fuir, foutre la merde, que sais-je x)

Namida : tu peux essayer de t'enfuir, mais Fadila ne te laissera pas faire. Tu peux aussi l’aider. Ou tu peux rester buguer. Ou faire ce à quoi tu pense. Comme tu veux !

Info : Le drone te guide toujours, mais doit trouver son chemin vers la dernière position connue du hacker, hors il n'a pas le plan de la section labyrinthique. A toi de voir si tu hack les portes pour les forcer à s'ouvrir, (pas de jet de dés, tu peux le faire avec l'aide de l'Union/de Kalia), ou si tu les fais exploser (ça risque de prendre du temps, mais on parle pas non plus de portes de bunker, c'est faisable), ou si tu contourne. Il y a également des cloisons contrôlées par Kalia sur ton chemin, celles qui enferment l'Agent : celle ci, tu peux les ouvrir sans problèmes, évidemment. Sauf si Kalia décide de t'enfermer, mais bon x)

Kalia, Alec : vu que vous vous connaissez IRP, je pense que vous pouvez jouer un dialogue pour amener Alec et Sara à venir en renfort. Si vous voulez des interventions des PNJs, n'hésitez pas à me demander.

Kalia : en dehors de ça, à toi de voir ce que tu fais : localiser l'origine de la vidéo, continuer de traquer jusqu'où s'étend le réseau (là, tu as tout juste démarré, pas encore de résultats), attaquer les sections contrôlées par l'Agent, etc.

Kalia et Info : je n'ai pas écrit les discussions qu'il pouvait y avoir entre tous les membres du QG. trop long, et je ne vais pas écrire les dialogues de vos persos à votre place. Mais si vous voulez les jouer, voir essayer de modifier les comportements des PNJs, vous pouvez, on jouera ça en MP

Alec, Sara : si vous décidez de rejoindre le groupe de Info, Garrus et Tali vous donne leurs coordonnées et vous rejoignent à l'entrée des Archives. Ils vont vouloir intervenir eux aussi. Si vous restez avec les organisateurs, faut se faire une discussion MP ou Skype, afin de déterminer leurs actions : passage en force pour évacuer, ou rester bien tranquillement à sa place, ou obtenir des renforts du GIP, bref, ce que vous demanderiez dans cette situation.

Comme toujours, si vous avez des questions ou des suggestions, n'hésitez pas. Y a pas mal de choses qui se passent dans ce post, donc peut être que tout n'est pas clair. N'hésitez pas à me le signaler alors, afin que je reprécise ça !



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Le Courtier de l'Ombre
Rang : Agent de renseignement
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4130-kalia-t-surek
http://www.masseffect-reborn.fr/t4274-nom-de-code-spyder-maj-le-16-05-16


Messages : 69

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Jeu 23 Juin 2016, 17:54

L’ennemi découvert avait bel et bien décidé d’accélérer ses plans. Dans l’avenue de la manifestation, et peut être même partout ailleurs dans la station, les écrans s’étaient brouillés pour faire apparaître la seconde suivante et aux yeux de tous, le timer d’une bombe implantée à l’intérieur d’un geth. Le décompte se reflétait depuis dans mes yeux bleus, qui s’étaient figés dessus à son apparition. Tout juste moins d’une heure. Le temps sûrement nécessaire à l’individu présent aux Archives d’y faire ce qu’il y recherchait avant de disparaître. S’il avait voulu créer une diversion plus importante, il n’aurait pas laissé autant de temps, à moins que la puissance du dispositif en question le mette lui même en péril. Était-ce le cas ? Impossible à dire sans l’ouvrir, la vidéo ne permettant pas de distinguer clairement ses composants, et donc d’établir le profil de l’engin ainsi qu’une estimation des pertes.

Mais il était probablement l’assurance vie de celui qui cherchait nous ne savions toujours quoi, à plusieurs niveaux inférieurs de là…

En bas, la panique reprenait le dessus sur la foule que la quarienne était parvenue à adoucir la minute précédente. Des mouvements de civils désordonnés et terrorisés étaient retranscrits par toutes les caméras du secteur. Le chaos prenait un peu plus possession de l’avenue chaque seconde, et on percevait même quelques cris d’effroi rebondir sur la baie vitrée du quartier général. Il nous fallait gérer ce bordel, tout en continuant notre traque de l’ennemi dans les archives. Il était bon, il fallait le reconnaître. Mais ni moi, ni Garrus, ni Tali, et ni les geths, comptions le laisser s’en sortir ainsi.

Face à cette foule en panique, et devant les tâches que nous avions à accomplir, laisser à nouveau l’Amirale tenter de calmer les gens n’aurait cette fois-ci eu aucun effet notoire, et nous ne pouvions perdre du temps. Ce serait aux forces du GIP qui avaient été préparées à un risque d’attentat de faire leur travail. J’essayai toutefois, et tandis que la quarienne réquisitionnait des effectifs supplémentaires, de couper le piratage des écrans publics en vue d’y diffuser des instructions basiques, mais au moins ne plus laisser la bombe et son timer à la vue des civils :

« FOR YOUR SAFETY, STAY CALM AND FOLLOW SECURITY INSTRUCTIONS. » *

Pianotant à un rythme effréné sur mon terminal, mon esprit passé depuis un moment en mode multitâches se trouvait partagé entre les lignes de codes que j’écrivais sur la console, les paroles de Zorah, et les informations visuelles que mon regard récoltait en se levant parfois pour se mettre à jour sur le timer, le scan parallèle que j’avais lancé précédemment sur le réseau inconnu, et un écran tiers qui venait de m’afficher la confirmation que le piratage vidéo avait pour source l’ennemi des Archives, qui semblait alors se diriger vers leur coeur.

- « Amirale, j’ai besoin de vous ici. » déclarai-je, submergée par le travail.

Aussitôt qu’elle eut mis en attente l’holo-communication avec le personnel qu’elle cherchait à recruter, je lui transmis sur ses écrans les informations que j’avais à disposition, et détaillai à elle et Vakarian ce que j’avais en tête :

- « Je m’occupe de la bombe, vous gérez la situation aux Archives. Vous êtes plus à même que moi de savoir ce que l’ennemi pourrait y rechercher, et vos accréditations et connaissance des systèmes vous permettront d’agir plus vite que moi. Il est entrain de se diriger vers le coeur des Archives tout en rendant la progression de vos unités encore plus complexe. Informez et aidez votre commando geth à distance depuis ici Amirale et essayez de ralentir ou de piéger l’ennemi comme vous le pouvez. »

À mes directives qui ne laissaient pas vraiment place à la discussion, la quarienne s’exécuta sans objection, prenant la place qui avait été mienne jusqu’alors : celle d’agent de liaison pour l’Union et Informateur. Le turien quant à lui, fit part de son intention non négociable de se rendre aussitôt aux Archives pour prêter assistance aux geths directement sur le terrain. Son intervention fut accueillie par un bref hochement de tête de ma part qui signifiait « Compris. Prudence. » ainsi qu’une mise en garde sur l’absence actuelle d’oxygène dans cette section d’Haratar.

Il quitta le QG l’instant suivant, sous surveillance de Tali qui l’assisterait dans sa progression. Un ancien duo de la Grand Guerre à nouveau rassemblé pour une mission... Je les admirai en silence une fraction de seconde, avant d’être rattrapée par la réalité et de réactiver l’holo-communication avec l’une des loges des organisateurs.

[HOLOCOMMUNICATION] « Veuillez pardonner l’interruption. Agent Spyder, je collabore avec le GIP en qualité d'agent de renseignement anti-terroriste sur cette opération. » [/HOLOCOMMUNICATION] fis-je dès lors la transmission à nouveau établie.

Dans le fond pièce, des acteurs de la manifestation, et au premier plan, deux militaires de l’Alliance, dont un N7 à en juger l’armure. Celle-ci avait d’ailleurs un air de déjà-vu. Sombre, parsemée de quelques reflets grenat, et arborant ce fameux insigne d’élite sur le torse. Mais impossible de distinguer le visage de son propriétaire dissimulé derrière son casque. Si l’idée d’avoir devant moi celui que cette armure me rappelait s'immisça un instant dans mon esprit, je la chassai aussitôt pour ne pas être parasitée par cette pensée qui me paraissait aussi inappropriée qu'improbable.

Après un léger temps d’arrêt en les découvrant, je m’exprimai aux deux humains sur la raison de cet appel :

[HOLOCOMMUNICATION] « Comme l’Amirale Zorah vous l’a indiqué, nous faisons face à une situation exceptionnelle mobilisant déjà l’intégralité du personnel du GIP. J’ai recommandé l'appui de forces supplémentaires extérieure et ai demandé à être mise en relation avec tout profil de forces spéciales actuellement présent sur Haratar et étant potentiellement disponible pour une mission de première urgence. Je ne peux pas vous en donner tous les détails sur cette ligne, mais si vous consentez à nous aider, rejoignez moi immédiatement pour briefing au QG principal du GIP, Secteur 1, niveau 3. Je vous y attends et vous fait transmettre un itinéraire pour vous éviter au maximum les problèmes de foule sur le trajet. Le personnel de garde sera informé de votre arrivée et vous laissera passer. » [/HOLOCOMMUNICATION]


*ndlr à Dahl: Kalia essaye de couper le piratage des écrans de voies publiques, faudra me dire si ça marche, j'ai oublié cette question là hier ^^

HJ : Je referai un post directement après Alec et Sara pour la suite !





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 697

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Ven 24 Juin 2016, 17:15
Informateur et son équipe poursuivaient leur progression en suivant le drone dont ils avaient pris le contrôle. L'Opérateur du GIP préférait avancer le plus rapidement et le plus loin possible avant que les cloisons ne soient abaissées. Son plan avait été approuvés par le QG et il allait bientôt être mis en action. Leur avancée rapide se poursuivait, alors qu'ils se rapprochaient peu à peu du pirate. Soudainement, les cloisons commencèrent à se refermer. Informateur et son équipe eurent juste le temps de franchir une dernière cloison avant d'être enfermé. À partir de maintenant, ils ne pourraient progresser qu'en contournant ou bien en se faisant ouvrir la voie par le QG. Au moins, l'intrus était également enfermé désormais. Peut-être même qu'il était mort, suite au retrait de l'oxygène dans les zones cloisonnés.

La première cloison s'ouvrit devant eux et ils reprirent leur progression, le drone les guidant. Cependant, lorsqu'ils arrivèrent devant la seconde cloison, rien ne se passa. Elle resta fermée. Informateur se tourna vers les membres de l'Union, leur transmettant de demander au QG d'ouvrir la cloison. La réponse vint presque aussitôt. Le pirate avait passé de nouveau à l'action. L'intrus avait pris le contrôle d'une partie des cloisons. De plus, il avait diffusé une vidéo dans laquelle on pouvait voir un geth transportant une bombe à l'intérieur de sa plateforme.

Informateur resta calme malgré la situation qui c'était empiré. Il jugea qu'il n'y avait aucune raison de paniquer. Tout d'abord, une compte à rebours d'une heure donnait amplement le temps au force de sécurité pour trouver al bombe. Ensuite, si c'était bien l'intrus qui l'avait déclenché, il devait avoir les moyens pour la désactiver. À la minute où Informateur attraperait le pirate, il lui demanderait les codes pour arrêter la bombe. Si cependant l'intrus refusait de se montrer coopératif, le geth n'hésiterait pas à utiliser des arguments plus convaincant. Soit, en attachant le pirate à la bombe et en lui donnant le choix entre cracher les codes ou bien faire un voyage dans le vide spatial, attaché à une bombe sur le point d'exploser.

Tandis que l'Union s'occupait de pirater la porte, Informateur restait en liaison avec le QG via l'Union. Ainsi, il put apprendre qu'il y avait eu quelques changements là-bas. Pour commencer, l'agent Spyder n'était plus son agent de liaison. Elle se concentrait désormais sur la recherche de la bombe. L'Amirale Tali'Zorah s'occupait désormais de ce poste. Quant à Garrus, ce dernier était en chemin pour les rejoindre. Les geths ne pouvaient se permettre de l'attendre. Le turien devrait donc se débrouiller pour les rejoindre. Au moins, le chemin qu'ils avaient pris était sans danger.

Le geth songea à la suite de sa stratégie. Il s'adressa à l'un des membres de l'Union.


-Dîtes à l'Amirale Tali'Zorah de lancer un redémarrage du réacteur des Archives afin d'y couper temporairement toutes sources d'énergie. Nous allons profiter de la panne pour ouvrir plus facilement les cloisons et continuer à avancer. Nous sommes plus nombreux, donc nous n'aurons aucun mal à progresser plus rapidement que l'intrus solitaire.

Le geth se tut un court moment.

-Ajoutez également à l'Amirale de rajouter 11 secondes supplémentaires au temps de redémarrage du système. Je veux que nous tentions de reprendre le contrôle de toutes les cloisons. En supposant que le pirate sache combien de temps dure normalement la procédure de redémarrage, un délais le rendra plus lent à réagir. Nous aurons donc l'avantage car nous saurons exactement quand le réacteur redémarrera.

Le tout fut transmis au QG par l'Union. La confirmation vint presque aussitôt. Pendant ce temps, la cloison devant eux s'ouvrit. Il fallait continuer à avancer. Au moins, le dernier coup d'éclat du pirate avait révélé plus précisément sa position. Les geths avançaient, se tenant prêt à se battre. Dès que le courant cesseraient, il faudrait qu'ils se tiennent également prêt à reprendre le contrôle des cloisons et qu'ils empêchent le pirate de faire de même.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance / Conseil
Rang : Commandant (N7)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4123-alec-sykes
http://www.masseffect-reborn.fr/t4129-journal-de-bord-d-alec-sykes


Messages : 192
Crédits : Kathleen (retouche)

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Dim 26 Juin 2016, 20:29


Passer de l’appréhension gentillette de débordements vis-à-vis d’une manifestation un peu trop virulente à celle incommensurable de la menace d’un attentat à grande échelle est une drôle de sensation… Si l’entraînement et le vécu préparent et forment à ce genre de choses, il n’est jamais aisé d’encaisser le coup sur le moment. Pourtant, l’heure n’était pas à la réflexion profonde, mais bien à celle de l’action immédiate. Désormais, la menace se trouvait être concrète et imminente, restait à trouver comment la contrer.

Tandis que tout s’agitait autour de lui, le N7 était resté étonnement calme et silencieux depuis que l’image de ce qui s’avéra être une bombe sur pattes synthétiques apparut sur tous les écrans de la loge. Le nez levé en direction d’un moniteur, il observait le dispositif qui ôterait de très nombreuses vies dans moins d’une heure maintenant, comme indifférent à la panique qui régnait dans la pièce. Si certains membres de la délégation invectivaient depuis un moment le personnel de sécurité afin d’évacuer les lieux au plus vite, ce n’est que lorsque le QG du GIP leur adressa une réponse que l’officier sembla émerger.

Il fallait désormais voir ce qu’il était possible pour eux de faire afin d’aider au mieux ceux qui œuvraient déjà à combattre la menace, et cela passait visiblement par rejoindre le centre névralgique des opérations. Conformément aux messages échangés plus tôt et aux déclarations précédemment faites à Grissom, le duo de soldats quitterait bientôt les lieux, laissant volontairement et en toute connaissance de cause de côté leur ordre de mission pour se consacrer à tout autre chose. Cela dépassait les prérogatives de leur présence sur Haratar et pourrait être très mal vu si quelque chose arrivait au VIP, seulement Alec avait toujours été partisan « du moindre mal ». Entre l’idée d’épargner une vie, aussi « importante » soit-elle, et celle d’empêcher des dégâts matériels et humains aux proportions encore inconnues, le choix se trouvait vite fait pour lui…

Aussi, après avoir confirmé qu’ils quittaient les lieux sur le champ par un simple retour de comm’ sur la même fréquence, le N7 se tourna une dernière fois vers l’assemblée hétéroclite ici présente. Gardes du corps, agents de sécurité, politiques et partisans s’affairaient déjà pour les uns, paniquaient pour d’autres, ce qui n’empêcha pas le militaire d’hausser la voix pour dominer le chaos ambiant.

- « Mesdames, Messieurs… L’évacuation vers vos différents appareils est désormais à proscrire, car trop risquée au vue des mouvements de foule et des réactions que pourraient entrainer votre apparition dans les sections concernées. Vous représentez les parfaits boucs-émissaires pour ceux livrés à la panique, et l’on pourrait aisément vous accuser des exactions qui se déroulent ici afin d’apporter du crédit à votre point de vue. Dans une telle situation, Je ne peux que vous conseiller de faire coopérer les différents éléments de vos dispositifs de sécurité respectifs. Quittez la zone dans le calme pour rejoindre une section plus calme et close, privée de toutes parois vitrées comme celles qui se trouvent ici. Ce genre de détail pourrait faire de vous des cibles. La meilleure chose à faire pour le moment est de vous retrancher en lieu sûr en attendant une fin d’alerte émise par le GIP. » dit-il sur un ton ferme et posé.

Avant que les protestations ne puissent monter quant à ce que ses instructions sous-entendaient, il ne laissa qu’un léger blanc, le temps pour lui de jauger les nombreux visages lui faisant face avant de reprendre.

- « Le Lieutenant Vaylee et moi-même allons apporter notre soutien aux forces déjà mobilisées afin d’aider à endiguer la crise. Quoiqu’il arrive, tâchez de limiter vos communications avec l’extérieur durant notre absence, de façon à ne pas attirer l’attention d’un tiers sur vos personnes… Nous reprendrons contact dès que la menace sera enrayée. »

Et ce fut tout. Pas même un « bonne chance » ou « restez calme, tout se passera bien ». A quoi bon supposer ou mentir de toute façon ? Devant l’ampleur de la menace, il était peu probable que tous en sortent sains et saufs. Sans parler de la valeur hautement symbolique que représentait un tel rassemblement de politiciens des différentes espèces conciliennes ressemblés dans la même pièce… Une cible de choix pour quiconque voudrait marquer les esprits, ce qui n’avait pas échappé au N7. Il en était d’ailleurs arrivé à accepter l’éventualité de voir sa mission première échouer parce qu’il s’en détournait. La possibilité que Grissom et son entourage de fervents suiveurs ne périssent faisait partie des risques acceptés par le soldat. Un pari ô combien dangereux pour les retombées qu’il pourrait avoir sur le plan diplomatique, ainsi que son avenir et celui de son équipière…

Un tel cas de figure n’entrait pourtant pas en ligne de compte pour le moment, le temps jouant désormais contre eux. Aussi, après s’être assuré qu’il emportait tout son équipement avec lui, le trentenaire fit signe à Sara de le suivre à l’extérieur vers leur prochaine destination. Le destin des anti-synthétiques n’était désormais plus entre leurs mains mais bien dans celles des concernés, ce qui ferait, espérons-le, un soucis de moins à traiter lors de la suite des évènements.

Le trajet en direction du QG principal se fit dans un silence total entre le duo, trop occupé à essayer d’éviter les principaux obstacles mis sur sa route pour discuter du caractère extrêmement risqué du choix fait par le Lieutenant-Commandant. De toute façon, ce dernier n’était pas vraiment d’humeur à en parier, et le choix de se focaliser uniquement sur la bombe et le responsable de ce merdier aidait plus ou moins à ne pas douter du point de vue pragmatique qu’il venait d’adopter.

Coursives condamnées par endroit, files d’attente interminables pour quitter les rues attenantes à l’avenue principale et colonnes armées Getho-Quariennes du GIP bouclant le périmètre furent de la partie sur la route. Si cela compliqua très certainement leur progression et la ralentit de façon non négligeable, il fallut reconnaitre que les renseignements mis à leur disposition pour éviter le gros des débordements s’avérèrent extrêmement utiles. En leur qualité « d’invités » et de membres de la délégation qui venait de déclencher un mouvement de haine et de violence peu commun quelques dizaines de minutes plus tôt, cela leur évita très certainement de bien mauvaises rencontres… et complications.

- « Voyons de quoi il en retourne… » glissa-t-il plus pour lui que le médecin, juste avant de passer le pas de la dernière porte s’ouvrant sur la salle des opérations.

- « Lieutenant Sara Vaylee et Lieutenant-Commandant Alec Sykes, forces spéciales de l’Alliance, détachés à la sécurité de l’orateur William Grissom. En quoi pouvons-nous apporter notre concours ? »

Le tout lâché d’un air très protocolaire une fois sur place, et qui risquait grandement de différer de ce qui suivrait lorsqu’il apprendrait l’identité de celle qui allait les briefer.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 161
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Dim 26 Juin 2016, 23:04
Au lieu d’une stressée, elles furent deux. Voir l’agente ainsi avait quelque chose de réconfortant. Cependant un peu moins que l’énumération de tous les nombres premiers. Se concentrer sur ces nombres la calmait magnifiquement, elle en était à 5953 quand Falida l’interrompit.

« Oui, je peux. »

5981. 5987. 6007. 6011. Tilt.

« Oh. Tu veux que je le fasse ? »

On peut être très brillante et décliquer tardivement sur de la rhétorique aussi simple que logique. Elle estimait qu’une grande partie de son acuité cérébrale était enchaînée par le stress et justifia de sa lenteur. C’est que son égo se trouvait là passablement remué. Elle activa son omnitech et tapota sur le clavier de l’ordinateur de la salle d’audition. Elle oublia de demander à Falida le mot de passe d’accès et se mortifia d’avoir commis une seconde violation légale. Elle n’avait guère de difficulté à le faire, en réalité, car elle connaissait les codes courants. L'agente n'avait pas dû y prêter attention, après tout, Namida faisait partie du GIP. Non, elle n’avouerait pas sa petite et fâcheuse manie à fouiner dans toutes les données qui passaient à portée de piratage. Elle avait commencé en 2199 après l’attentat. Cela avait été un moyen de noyer son traumatisme et son ennui à l’hôpital. Elle avait d’abord erré sur les réseaux qu’elle nommera sombres. Le genre de trucs illégaux où les vilains traînent plus que les gentils agents. Cette piste, un peu effrayante, n’avait pas donné d’immense résultat. Elle n’avait jamais réussi à trouver les accès à une quelconque organisation anti-synthétique terroriste. Les fichiers du GIP étaient plus bavards et elle avait pris l’habitude de se tenir informée.

Elle avait remarqué après son interrogatoire que personne n’avait pris la peine de l’informer des résultats. Elle avait eu besoin d’en savoir plus, c’est ainsi qu’elle s’expliquait ses actes "un peu" illégaux. La fin justifie les moyens, elle n’avait jamais rien diffusé, stocké, copié ou autre… raison pour laquelle, elle pouvait fouiner sans être inquiétée sans doute. Elle connaissait bien les méthodes des techniciens, généralement scolaire. On est plus rapide quand on a une cervelle capable de réciter par cœur les nombres premiers jusqu’à quelques milliers. Elle avait des techniques un peu plus improvisées et beaucoup plus culottée, de son opinion d’autodidacte un peu prétentieuse.

Elle commentait pour la pauvre Falida qui voyait défiler des lignes de codes assez indigestes ce qu’elle faisait. « Là, je craque l’entrée du réseau pour avoir un accès élargi…. Avec sa signature en tête… je peux repérer ses actions…. En comparant les données de sauvegarde serveur on peut retracer… ah… non… oui… voilà… doc. Tab… » Ca avait l’air simple, ainsi dit, la vérité c’est qu’elle devait se concentrer pour obtenir ce qu’elle voulait. Elle cessa d’ailleurs de parler. Elle n’eut aucun mal à trouver l’origine du flux, dans les archives, ni à identifier qu’il s’agissait a priori d’un pirate seul. Elle avait cependant un doute, car ils étaient quelques-uns à trifouiller dans la masse d’information. Elle ne s’attarda pas car sa priorité était la vidéo diffusée.

Il lui suffisait maintenant de recouper les vidéos pour identifier d’où provenait celle de la bombe. Il ne lui fallut pas trop longtemps, il lui sembla en tout cas, pour déterminer cette information. Elle déglutit en découvrant qu’il s’agissait d’une des caméras de l’avenue, située sur le devant des manifestants. Hop, une petite copie. Elle ouvre une boite de dialogue texte, qu'elle sécurise et crypte, avant de rédiger rapidement.

De N'S à QG a écrit:
Camera K4567-8, avenue, champ de vision : devant des manifestants. Namida.

Elle se laissa aller en arrière dans sa chaise en soupirant. Elle fit craquer ses doigts machinalement.

« Voilà, j’ai envoyé le message au QG. Je dois faire autre chose ? »

Machinalement, elle ouvrit quelques fenêtres pour tâcher d’étudier plus en détail le hacker. Elle s’attarda sur la vidéo du geth et sa bombe. Bombe. Un très mauvais souvenir. Elle agrandit l’image et la repassa au ralenti. Pestant, elle constata que la qualité de l’image alliée à la position du geth l’empêchait de déterminer quoique ce soit. Elle continua à trifouiller les lignes de codes, sans réellement savoir quoi chercher. Comparé à d’autres, Namida était brillante, mais pas un flic. Elle avait un peu de mal à anticiper ce que le terroriste pouvait faire ou vouloir…

« Hmrghleht … »

Un truc clochait dans la vidéo.
Elle a été retravaillée.
Comment ?

« Fiiifghruml… »

Impossible de savoir exactement où, ça l’agace ! Elle souffle bruyamment et s’acharne un peu. Elle s’interrompt pour envoyer un second message au QG.

De N'S à QG a écrit:
La vidéo a été retravaillée, je n’arrive pas à déterminer exactement comment la qualité de la retouche est excellente. Namida.

Elle s’attaqua aux décimales du nombre PI, pour se calmer un peu. La scientifique perdait très vite ses moyens, elle observa Falida, un peu dépitée de ne pas pouvoir faire mieux. L’agente rêvait certainement d’aller sur le front plutôt que de baby-sitter une scientifique dépressive.


- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 766

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Lun 27 Juin 2016, 13:52


Kori remercia brièvement l'inspecteur qui eut la courtoisie de pointer du doigt le chemin à parcourir pour retourner gentiment là d'où il venait. Finalement, toute cette embrouille s'était bien passée, il espérait juste que les inspecteurs n'avaient pas noté son nom quelque part, après toute ce quiproquo stupide, il était plus que sûr que déposer un CV aujourd'hui fut loin d'être la chose la plus intelligente à faire. Comme s'il avait le temps et l'envie de revenir plus tard.

- Et l'argent ! Pensa le Quarien. C'est pas gratuit la navette jusqu'ici !

Il allait quitter le confort somme toute précaire de la salle d'interrogatoire quand l'une des télévision qui agrémentait le couloir attira son attention et celle de l'inspecteur.
Tout d'abord, Kori ne comprit pas vraiment ce que représentait l'image ni ce qui avait attiré son regard. Peut être le fait qu'une personne statique et un plan aussi mal cadré lui fit penser à une pub pitoyable. Non, ce n'était pas ça. Alors quoi ? Plus bas. Au niveau de son buste qu'il ouvrit comme on ouvre le capot d'un vaisseau, le Geth laissa apparaître, pour tout organe vital, un horloge numérique. Accompagné d'un élément bien plus gros que Kori reconnut sans vraiment en avoir la certitude. Le silence malsain qui s'installa entre l'inspecteur et le Quarien conclut leur interrogation.
Une bombe.
Le temps sembla se suspendre tandis que Kori sentait son corps s'affaisser lentement. Puis la seconde passa, 59:59, comme une affirmation à ce que leur cerveau rationnel refusait encore d'admettre.
Au quart de tour, les agents présent dans le couloir s'agitèrent à l'unisson, laissant un Kori en plan, seul face à cette horloge qui jouait avec leurs nerfs.

- Ca recommence...Pensa le Quarien le regard hagard sur les diodes rouge qui défilaient sans retenue.

Son voyage à Illium lui revint comme un coup de matraque en pleine figure, ce jour où il s'était retrouvé, lui et sa sœur, déambulant dans les couloir d'un immeuble, un explosif à la main, tentant de survivre à un attentat perpétré à l'encontre de personnalité se trouvant dans la ville.

- Est-ce qu'on vie à une époque particulièrement dangereuse où est-ce que c'est juste moi qui n'ai pas de chance ?

Quelles étaient les probabilités d'être témoin et présent sur les lieu de deux attentats dans une vie ? Et pourtant, le temps filait sans demander son reste, jamais une minute ne lui avait parue si courte, et pourtant le timer affriolait dangereusement avec le 57 déjà.
Kori sortit de sa stupeur, il crut vaguement entendre la voix de l'inspecteur qui s'adressait à lui mais n'avait rien entendu, trop occupé qu'il était à contenir la peur qui tentait de le ronger de l'intérieur, petit bout par petit bout.
Machinalement, laissant son instinct de survie prendre possession de ses muscles, son cerveau tout occupé au mouvement de ses jambes, le Quarien prit la direction que le groupe du GIP avait emprunté juste avant lui.
Retourner sur l'avenue, là où il évacuerait les gens. Trop de monde sur l'avenue, et puis il se retrouverait à la fin, est-ce que le GIP aurait le temps d'extirper tout le monde de la station en une heure ? Pas sûr...Fuir, il faut fuir. Son cerveau lui tonnait ces propos comme un marteau sur une enclume, broyant sa raison pour ne se focaliser que sur cet ordre simple.

Kori respira profondément, la porte métallique s'ouvrit dans un chuintement inaudible, recouvert par les cris de panique qui lui parvenaient de l'avenue principale.
Debout dans l'encadrement de la porte, Kori ne put être que témoin du chaos qui régnait au sein d'Haratar. De part et d'autre, une foule incontrôlée hurlait, courant à tout va vers l'entrée principale, n'ayant d'yeux que pour sa survie personnelle. Plus rien ne les contrôlait d'autre que l'instinct, celui de quitter la station au plus vite, quitte à en écraser quelques un au passage. Ceux qui partent en derniers on plus de chance de mourir, se sont eux ou nous.
Kori ruminait ces pensées, tiraillé entre la raison et la folie qui le démangeait. Sans vraiment le vouloir, guidé par la seule force de ses muscles, Kori prit place au sein du déluge d'êtres vivant qu'était devenu l'avenue.
Bousculant, écrasant, piétinant sans vergogne, la moindre personne qui avait le malheur de perdre pied ne serait-ce qu'une seconde risquait sa vie, étendue sur le sol, la foule devenant alors plus dangereuse encore que la bombe elle-même. Kori souleva un corps du sol, au risque de se retrouver lui même enssevelie. Le pauvre ère repris sa course folle sans même un regard. Sur les cotés, les voix des agents du GIP s'acharnant à faire régner une once d'ordre se faisaient entendre. Et partout ces inscriptions : « For your safety, stay calm and follow security instruction »
Le calme n'existait plus, tout n'était plus que bruit et bousculade.
Un instant, Kori repensa à la Quarienne à cause de qui il s'était retrouvé en salle d'interrogatoire. Est-ce qu'elle s'était elle aussi retrouvée en plan au milieu d'un couloir ? Le Quarien jeta un bref coup d'oeil en arrière, il avait regagné la foule vers le milieu du cortège, impossible de retrouver qui que ce soit, impossible de faire marche arrière. Kori adressa une pensée à cette inconnue, se répugnant à ne penser qu'à lui-même.
Que pouvait-il faire d'autre ?



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4232-sara-vaylee
http://www.masseffect-reborn.fr/t4233-journal-de-bord-de-sara-vaylee


Messages : 230
Crédits : me

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Lun 27 Juin 2016, 16:56

La Conscience sombre



Le médecin continuait ses observations tandis que son coéquipier répondait à la demande du GIP affirmativement. Ainsi, les deux militaires se détacheraient de leur mission principale afin d'aider face à la menace. Trop concentrée à chercher les menaces à travers la foule, Sara ne mesurait pas encore les conséquences du choix du Lieutenant-Commandant. Cette décision risquait d'impacter sur leur avenir, surtout si Grimson était atteint. Vivant comme mort, il y aurait des conséquences. Mais la trentenaire serait d'accord avec sa décision, car en aucun cas, ce politicien n'avait besoin de deux soldats en plus des autres gardes du corps.

Alors que plusieurs personnes tombaient sous les coups de colère de la foule, Alec lui adressa à nouveau la parole, sentant les tensions qui s'emparaient de la blonde. Elle le dévisagea un temps sans réponse de sa part. Les blessés augmentaient au fur et à mesure que la manifestation dégénéraient et elle ne pouvait rien faire à part observer. Il ne pouvait voir sa réaction, mais il se doutait bien de ce qu'elle ressentait.

Quelques minutes plus tard, une Quarienne apparut sur les holoécrans de la zone. L'Amiral Tali Zorah, présente sur la station Haratar, se présenta afin d'apaiser la foule en furie. Le médecin fut quelque peu impressionné par cette femme qui fut l'une des coéquipières de Shepard et dont les titres honorifiques ne s'arrêtaient pas seulement à ça. La foule sembla se calmer peu après son intervention. Pour autant, la barre de chargement qui suivirent fit hausser un sourcil au Lieutenant. Rapidement, un Geth apparut à l'écran, montrant en contrebas l'avenue et les manifestants. Sara se rapprocha de la fenêtre pour regarder où se situer le synthétique. Impossible de le voir. Impossible de trouver où il était, du moins, de sa position. Mais son regard s'arrêta à nouveau sur l'écran lorsque le timer se déclencha sous son armure. Le médecin recula de quelques pas, choquée, sa main se porta automatiquement sur sa bouche sous le casque. Elle ramena ses bras le long du corps pour tenter de cacher ce débordement d'émotions.

Rappelle-moi pourquoi j'ai dit oui? Demanda-t-elle n'attendant pas de réponse de le part d'Alec.

Tali Zorah s'adressa rapidement aux deux soldats, confirmant le besoin de personne en plus sur le terrain. Alec n'hésita pas et confirma leur aide. S'en suivit un message leur informant du point de rendez-vous. La communication semblait être mauvaise car la personne à l'origine du message n'apparaissait pas clairement. Il n'était pas difficile, par contre, de reconnaître la peau bleutée d'une Asari. Recevant l'itinéraire afin d'éviter au maximum les lieux surpeuplés, Sara lui annonça qu'ils partaient immédiatement.

De l'autre côté, les organisateurs commençaient à paniquer et préparer leur affaire pour décamper. Ils eurent aussi une invitation de la part du QG leur demanda de rester calme et suivre les instructions leur permettant d'évacuer, comme n'importe qui. Ils étaient suffisamment bien entourés par les gardes du corps afin qu'il y ait le moins de dégât possible. Avec tous les événements récents, ce genre de manifestation allait forcément déraper, dirait n'importe quel pessimiste.

Sykes haussa la voix afin de prendre les choses en main. Ne leur laissant pas le temps de répondre, il leur annonça leur départ puis prit ses affaires et lui fit un signe de le suivre. Sara regarda une dernière fois les organisateurs dont certains les suivaient du regard tandis que d'autres attrapaient à leur tour leur affaire pour partir. Prenant conscience qu'il y aurait des conséquences, elle n'eut qu'une seule réaction que le médecin préféra garder pour elle. Grimson, vivant ou mort, travailler à l'hôpital arrivera plus rapidement que prévu.

Suivant le chemin envoyé par l'Asari, ils restèrent silencieux tout le long du trajet. Et l'itinéraire leur permit d'arriver d'éviter des groupes xénophobes pouvant les rendre responsables d'une manière ou d'une autre. Les gardes les laissèrent passer leur indiquant la salle des opérations. Une fois à l'intérieur, Alec les présenta, attendant de voir qui allait les briefer sur la situation. Asari, Turien, Geth et Quarien se mêlaient dans ce QG pour la sécurité d'Haratar.





"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Le Courtier de l'Ombre
Rang : Agent de renseignement
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4130-kalia-t-surek
http://www.masseffect-reborn.fr/t4274-nom-de-code-spyder-maj-le-16-05-16


Messages : 69

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Mer 29 Juin 2016, 03:05

Ils rejoindraient donc le QG. Si mon esprit fut soulagé de cette décision la seconde suivant la fin de la communication, bien vite la situation lui fit retrouver cette tension oppressante qui vous saisit lorsque quelque chose vous échappe. Mon regard s’était levé sur le timer toujours affiché sur l’un de mes écrans, avant de glisser sur la vue de l’avenue principale où les civils terrifiés se livraient à des scènes désolantes pour fuir les lieux. La peur est notre pire ennemi dans ce genre de situation. Il n’y avait qu’à observer les gens en panique pour le comprendre. Chaos et victimes étaient entrain d’être crées par la foule, et non directement par la bombe. Je trouvai cela plutôt ironique.

Mais tout terroriste saisissait parfaitement bien ce mécanisme, et celui aux Archives en usait pour mobiliser nos forces.

Sans perdre plus de temps, je consultai le résultat de l’action menée pour contre pirater les écrans publics. J’étais parvenue à retirer la vue de la bombe des affichages pour y mettre les consignes de sécurité. Ce serait au moins ça pour aider nos forces sur le terrain. Maintenant, et avant que les deux humains n’arrivent, il allait me falloir remonter jusqu’à cette bombe. Je laissai de côté mes recherches sur le réseau inconnu pour me concentrer sur cet objectif prioritaire. En me basant sur l’arrière plan visible sur l’enregistrement ennemi, je comparai les différents flux vidéo pour finalement trouver la caméra K4567-8 filmant le même côté de l’avenue, à une hauteur identique. Je tenais l’endroit, et cela me semblait trop simple…

Un ennemi aussi ingénieux que l’était l’agent aux Archives ne nous aurait jamais servi sur un plateau position de la bombe grâce à l’arrière plan de l'enregistrement vidéo, à moins que cela ne fasse partie de son plan, ce dont j’étais convaincue. Les accès donnés par l’Amirale me permirent de télécharger et étudier plus en détails la zone concernée. Les lieux se trouvaient au premier étage du Secteur B, face finalement aux loges attribuées aux organisateurs. Des plans que j’avais sous les yeux, il ne semblait s’agir que de bureaux. Aucune pièce sensible à cet étage. Rien qui aurait pu accentuer une explosion. Curieux emplacement pour y mettre une bombe… Cela n’aurait clairement pas été mon premier choix, et mon inquiétude quant aux plans de l’ennemi s’accentua.

Que cherchait-il à faire ? Pourquoi placer des explosifs à un étage désert ? Pourquoi donner leur position ? Ne comptait-il faire aucune victime ? Ou bien manigançait-il quelque chose de plus bien élaboré et sombre qu’il ne le laissait penser ?

Je finis par m’interroger à nouveau sur son identité. Cette méthode là ne ressemblait aucunement à Machiavel, et je me mis à douter que l’agent aux Archives ait le moindre lien avec lui. Seulement vers quel individu se tourner si ce n’était pas celui auquel nous avions tous pensé ? La mission confiée par mon employeur me parut bien difficile à accomplir. Peut-être cette bombe m’y aiderait-elle…

Toutefois son modèle m’était inconnu. J’eus beau zoomer sur la vidéo et essayer de l'améliorer, impossible de déterminer la technologie ou la composition de l’engin. Il allait falloir l’ouvrir pour le savoir. Et je pressentais le piège...

Je poursuivis mon enquête jusqu’à entendre les portes hermétiques du quartier général s’ouvrir. Me levant de mon siège, le nez encore dans les plans du secteur préalablement transférés sur mon datapad, j’avançai vers l’entrée, jusqu’à finalement m’arrêter et relever la tête pour découvrir face à moi mes deux “recrues”. Mes yeux bleus se figèrent instantanément sur l’N7 qui s’était présenté quelques secondes plus tôt mais dont les paroles n’avaient pas été entendues par mon esprit alors trop préoccupé. Je ne cherchai même pas à masquer le temps d’arrêt conséquent que j’eus en l’apercevant. La surprise m’avait saisie.

C’était Lui.

Je crois que je n’eus sur l’instant, strictement aucune réaction, restant figée sur place, à l’observer sans ciller ni comprendre. L’idée chassée plus tôt me revenait en place face. C’était bien cette armure là, et c’était bien Lui, malgré cette fameuse probabilité infinitésimale… Par la Déesse ! Je n’avais pas prévu ça, quand bien même je m’étais imaginé de nombreuses fois ce qui se passerait si jamais je le revoyais… Et inutile de préciser que le gros blanc qu’il y eut n’avait pas fait parti de mes plans…

En un quart de seconde, je me sentis divisée en de multiples émotions contraires. Passée la surprise, c’est un profond agacement qui se manifesta tout en se faisant atténuer par un sentiment de reconnaissance qui raviva une mauvaise foi certaine, qui elle, serait contrariée par une petite voix intérieure venant me murmurer des choses aussi agréables que pénibles.

En somme, j’eus mal au crâne.

Rebootant mon esprit qui s’était brutalement tût, je parvins fort heureusement à reprendre un semblant de dessus sur cette rencontre inattendue, portant alors mon regard insondable sur l’humaine qui accompagnait Sykes. Une blonde aux yeux verts. Qu’avaient-ils tous avec les yeux verts, sérieusement ? Pas d’N7 sur son armure, mais l’insigne de Lieutenant si je ne me trompais pas dans la hiérarchie de l’Alliance. Mattock et Predator sur elle. Choix judicieux.

Je me décidai finalement à rompre l’étrange silence qui planait depuis de trop longues secondes à mon goût.

- « Agent Spyder, c’est moi que vous avez eu en holo-communication un peu plus tôt. Veuillez me suivre, je vous prie. »

Sobre et n’adressant rien de spécifique à ma “veille connaissance”. De toute façon ce n’était pas le moment ni le lieu, et surtout, j’avais encore besoin de temps pour “traiter l’information” afin de trouver une réaction adaptée.

Tournant le dos aux deux militaires, je me dirigeai vers le fond de la grande pièce, pour pénétrer dans une petite salle de réunion aux vitres insonorisées. Nous y serions tranquilles pour le briefing, et ne dérangerions pas l’Amiral Zorah qu’ils pourraient apercevoir en chemin. Au centre de la salle, une table holographique où je fis projeter une maquette de la station en trois dimensions.

Mais je ne pris pas immédiatement la parole, les laissant contempler un court instant l’hologramme. Sur mon datapad s’était affiché un message provenant de la zone de détention où j’avais fait envoyer la quarienne ayant piraté vidéos et haut-parleurs durant la manifestation.

« Camera K4567-8, avenue, champ de vision : devant des manifestants. Namida. »

Namida ? Etait-ce cette fameuse hackeuse ? Que se passait-il en zone de détention ? Je trouvai surprenant que le GIP laisse l’individu trafiquer ses systèmes d’information, même si cette fois ci ce semblait pour aider. Elle avait en tout cas su trouver rapidement le même résultat que moi, et je me dis que ses compétences pourraient m’être utiles pour la suite. Ne répondant pas et laissant pour l’heure cette pensée dans un coin de mon esprit, je redressai mon attention vers les humains pour entamer mon briefing.

- « Merci d’avoir accepté de nous apporter votre soutien. Même si ce serait protocolaire, je ne vous ferai pas le speech du - ce qui va vous être communiqué est confidentiel et compagnie... -, le secret, vous connaissez, entrons directement dans le vif du sujet. Un individu non identifié se trouve actuellement au coeur des Archives d’Haratar, qui était supposée être une zone de sécurité maximale… Nous pensons qu’il s’agit d’une taupe du GIP, ou qu’en tout cas, il a bénéficié d’aide d’agents infiltrés. Nous ignorons son objectif final, et sommes sur sa trace depuis que nous avons détecté son intrusion. De ce que j’ai moi même constaté, il est extrêmement ingénieux et particulièrement doué en piratage. C’est lui même qui est à l’origine de la diffusion de la vidéo de la bombe. Un commando que vient de rejoindre Garrus Vakarian et que dirige l’Amirale Zorah se trouve en ce moment aux Archives pour l’interpeller, mais sa présence a été détectée, et l’ennemi a vraisemblablement enclenché son plan B. Nous avons la charge de nous occuper de cet engin explosif. »

Accompagnant mes mots, l’hologramme de la station grossit pour montrer une vue plus globale des secteurs inférieurs afin d’illustrer la position des Archives, puis celui des lieux que j’indiquai alors:

- « Par recoupements, nous avons déterminé que le dispositif se situerait Secteur B, au premier étage. R.A.S là bas, ce ne sont que des bureaux vides séparés par des parois relativement fines. Six points d’entrée possibles à cet étage. Une entrée unique pour le bureau en question. Je n’ai rien trouvé de notable à son propos dans les registres, et j’avoue ne pas du tout saisir le choix de l’ennemi. Sûrement un piège. Concernant la bombe, pas d’information. Rien ne nous permet sur cette seule vidéo d’en déterminer la provenance, le type ou la puissance. On n’en saura sûrement pas plus sans l’approcher et l’ouvrir… Je ne sais concrètement pas ce qui nous attend là bas, et je pense même que c’est une très mauvaise idée de s’y rendre parce que c’est ce que veux précisément l’ennemi, mais je ne vois pas vraiment d’autre solution… »

Laissant les deux humains digérer les informations et commencer à songer à un plan d’approche dans lequel il me semblait judicieux de faire intervenir un drone de reconnaissance en prévention d’éventuelles zones piégées, je baissai un instant les yeux sur mon datapad pour y découvrir un nouveau message.


« La vidéo a été retravaillée, je n’arrive pas à déterminer exactement comment. La qualité de la retouche est excellente. Namida. »

Je fis une légère grimace. Avec tout ce que j'avais eu à faire, je n’avais pas trouvé le temps de me pencher sur la question, et quelque part, je ne fus guère surprise du contenu de cette transmission, ni de son émetteur. La logique revenait en force, et mes soupçons se confirmaient. L’ennemi essayait définitivement de nous piéger. Peut-être n’y avait-il rien là bas et que ce serait juste une perte de temps. Ou peut-être y avait-il notre fin. Restait à savoir ce qui avait été trafiqué sur cette vidéo, pour essayer de réduire notre champ d’hypothèses quant aux intentions de l’ennemi…

Je me mis sur cette tâche, gardant en parallèle une oreille attentive aux propos de Sykes et du Lieutenant, pour finalement, avoir une réaction plutôt inattendue. Tandis que je n’avais plus ouvert la bouche depuis un petit moment, je laissai échapper un franc et soudain « Nom d’un kirik ! » typiquement asari et d’un ton empreint d’une contrariété manifeste. Relevant finalement le regard vers eux, je leur annonçai avec un air bien plus grave alors que celui totalement hermétique que j’avais eu depuis le début :

- « La vidéo a été trafiquée. Je viens de découvrir qu’il s’agit de deux vidéos superposées. Celle d’une caméra de sécurité donnant sur l’avenue, et celle du geth et de sa bombe. Impossible de déterminer si celle du timer est un enregistrement ou si c’est une retransmission en direct. Nous ne pouvons être sûrs du temps restant indiqué. Et nous ignorons donc où se trouve réellement cette bombe… »


HJ : Namida, je te contacterai par MP pour t'indiquer les instructions de Kalia par la suite. J'ai préféré ne pas les inclure dans ce post.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4232-sara-vaylee
http://www.masseffect-reborn.fr/t4233-journal-de-bord-de-sara-vaylee


Messages : 230
Crédits : me

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Mer 29 Juin 2016, 14:39

La Conscience sombre



L'heure tourne et il ne pouvait rien faire. Une sensation d'étouffement l'envahit, l'obligeant à enlever son casque le temps de prendre une bouffée d'air... Pratiquer une opération chirurgicale devient soudainement un jeu d'enfant. Alec avait fait de même en se présentant. L'Asari était assise non loin d'eux, à pianoter à toute vitesse sur le clavier. Elle se leva pour se diriger vers eux, son regard se posa sur les deux militaires et elle semblait soudainement troublée. Ce sentiment, court mais palpable, fut vite maîtrisé par la créature à la peau bleue. Ne la connaissant pas, Sara émit l'hypothèse que Sykes l'avait déjà croisée. À croire que son armure le rendait irrésistible. Elle se présenta sous le nom de code Spyder. Intéressant. Le médecin lui fit un signe de tête pour la saluer. La jeune femme se tourna pour commencer à marcher, Sara se tourna vers le Lieutenant-Commandant, son regard lui faisant comprendre qu'elle avait loupé un épisode et qu'elle aurait besoin de plus d'informations. Oui, malgré la situation.

Spyder les emmena au fond de la pièce dans une autre salle plus petite qui semblait être une salle de réunion. Vitres et murs insonorisés. La pièce était sécurisée. Sur le chemin, elle aperçut la combinaison de l'Amirale Zorah qui ne leva pas la tête sur les deux militaires, trop concentrée sur son écran.

Si on s'en sort vivant, tu me devras au moins un resto. Et un tas d'explications, murmura-t-elle en entrant dans la pièce lui donnant un petit coup d'épaule, arrivant à décocher un petit sourire.

Une représentation holographique de la station les attendait au milieu de la salle. Sara s'en approcha, croisa les bras, songeuse. L'Asari leur expliqua la situation tout en montrant divers lieux de la station. Sara regarda, soucieuse, Spyder lorsqu'elle lui annonça le lieu où se situait la bombe. Un endroit étrange. La hackeuse pensait à un piège et la blonde était d'accord avec elle. Que faire... Sara se tourna vers son coéquipier, dubitative tandis que l'agent se concentrait sur son écran.

C'est forcément un traquenard, elle a raison. Pourquoi l'avoir mis à cet emplacement et surtout pourquoi l'avoir montré si ce n'est pour nous piéger? Il n'a aucune raison de montrer l'emplacement de la bombe si ce n'est nous obliger à s'en occuper afin de détourner notre attention. Soit il n'y a rien dans le secteur B et on aura perdu un temps précieux, soit il nous a truffé l'endroit de pièges. On va se jeter dans la gueule du loup, Alec.

Et il n'y avait pas de solution. Le sentiment d'être impuissant face à cette menace grandissante la rendait encore plus fébrile. Elle croisa les bras, marchant autour de l'hologramme, tantôt regardant Sykes tantôt regardant l'image en trois dimensions. L'Asari s'exclama soudainement puis lui annonça que la vidéo était fausse.

Donc ... On a rien, conclut-elle immédiatement après l'Asari laissant tomber ses bras le long du corps, perplexe . Ce n'est pas mon terrain de prédilection, mais vu que les deux vidéos sont superposées, si on regarde uniquement la vidéo du geth, peut-elle nous renseigner, nous donner une petite information? Quelque chose qui puisse affirmer ou non d'un enregistrement ou d'une transmission en direct? Et y aurait-t-il un moyen de savoir s'il y a réellement une bombe sur la station Agent ... Spyder ?

Sara ne savait pas si elle posait les bonnes questions, ne connaissant qu'extrêmement peu ce monde. Elle restait sur son idée qu'Il voulait détourner leur attention. Qu'avaient-ils loupé comme informations?





"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance / Conseil
Rang : Commandant (N7)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4123-alec-sykes
http://www.masseffect-reborn.fr/t4129-journal-de-bord-d-alec-sykes


Messages : 192
Crédits : Kathleen (retouche)

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Jeu 30 Juin 2016, 21:05


Agréable surprise que celle de l’identité véritable de leur contact Asari. Ainsi, celle qu’il avait croisé dans des circonstances très inhabituelles sur Korlus, pour ensuite faire le voyage jusqu’à Anhür en sa compagnie, opérait toujours dans le milieu. Si Alec savait plus ou moins de choses sur les activités de l’Agent, qui allaient du hacking de haute volée au trafic d’informations, jamais il n’aurait la croiser ici en tant qu’agent de liaison. La voir œuvrer ainsi pour « le côté des gentils » avait quelque chose de troublant. S’il y en a bien une qu’il n’aurait jamais imaginé prendre parti, c’est bien elle, et ce malgré leur brève rencontre qui remontait à trois ans en arrière.

C’est donc tout naturellement que l’éventualité qu’elle fasse partie de la conspiration à une certaine échelle germa dans l’esprit avide de réponses du militaire. Après tout, il n’avait jamais été en mesure de percer à jour l’identité du mystérieux employeur de la bleue. Un sombre personnage qui disposait très certainement de lourds moyens pour offrir à ses employés un appareil et du matériel aussi perfectionné que ceux habituellement employés par Kalia.

L’idée qu’elle se soit glissée au QG par le biais d’un contact quelconque afin de faciliter le progression de l’intrus aux Archives et de brouiller les pistes n’avait donc rien de farfelue en soit. Cependant, compte tenu de la confiance que semblaient lui accorder l’Amiral Zorah, et Vakarian à en juger ses dires, le N7 décida de mettre la question entre parenthèses pour le moment. L’heure était à la réflexion et l’action, pas vraiment au doute… La possibilité d’une coopération précaire s’imposait donc, et cela tant qu’aucune preuve concrète ne venait corroborer telle ou telle thèse.

Mettre sentiments et appréhensions dans un coin, comme on leur apprenait si bien à Rio…

- « Tu n’es pas la seule à qui je dois un dîner dans cette pièce, n’est-ce pas? Curieux de vous retrouver ici…Mais oublions les mondanités pour le moment. » furent les premiers mots de l’humain à l’encontre de leur nouvelle interlocutrice.

Une référence difficilement compréhensible pour quiconque était étranger à cette fameuse mission au fin fonds de la casse principale de la Travée, mais qui avait évidemment son destinataire tout désigné. Pourtant, le N7 ne tourna pas immédiatement son regard vers la concernée, méditant intérieurement sur les questions soulevées par Sara et la supercherie décelée par l’Asari. On se foutait littéralement et royalement d’eux. Quelqu’un tentait de les balader pour semer la confusion la plus totale, mais ce n’est pas pour autant qu’ils se voyaient autorisés à ne pas creuser l’affaire…

Trop de vie en jeu dans cette histoire pour simplement partir du principe d’un grotesque canular visant à gagner du temps. Que ce Geth piégé existe ou non, il convenait de le pourchasser avant d’en avoir la certitude. Une évacuation totale de la structure n’étant plus envisageable vue la panique et la terreur déjà présentes, c’est un jeu de piste bien sadique qui s’imposait désormais à eux.

Animé par cette conviction, c’est un soldat à l’air bien las qui poussa un profond soupir impatient, s’arrachant à la contemplation de la représentation holographique d’Haratar.

- « En partant du principe que cette bombe existe bel et bien ou ne soit pas factice, votre intrus devrait l’avoir placé dans un endroit à haute valeur stratégique. Le genre qui peut foutre un sacré merdier si neutralisé. Réseaux de production et de distribution énergétique, baies d’embarquements, section des systèmes de survie, sans parler des zones d’affluence… ça laisse un nombre de possibilités quasi infinies sur un corps céleste artificiel de cette taille. » dit-il comme une évidence.

En tant « qu’invité » en ces lieux, l’officier ne se trouvait en aucun cas en position de décisionnaire, ce qui - pour une fois - avait un certain avantage. Les deux humains n’étaient là qu’en tant que « consultants » et « opérateurs », ce qui impliquait pour le moment d’émettre son avis et de poser beaucoup de question… Une manière de faire déjà adoptée par Vaylee, bientôt suivie par son supérieur.

- « Mes compétences en matière de hacking et de sécurité numérique se limitent à la formation accélérée des commandos, et la plupart des Geths que j’ai eu à croiser se sont retrouvés criblés de balle. Donc je ne remettrais pas en doute votre expertise. Mais je sais que depuis la Guerre, il n’existe plus de consensus, et qu’ils ne peuvent communiquer que sur de courtes distances… »

Il marqua un temps d’arrêt, histoire de rassembler ses idées, avant d’entrer dans le vif du sujet.

- « Alors… Aucun moyen pour les Geths présents sur la station de « communier » afin de détecter la plateforme mise en cause, si elle existe ? Ce truc doit bien émettre un signal particulier pour servir de transport, à moins que l’engin explosif lui-même ne laisse une trace énergétique quelconque ? Un résidu chimique particulier, où l’émission d’un spectre particulier ne sont également pas à exclure… S’il y a bien une chose qui comble mes lacunes en matière de piratage, c’est bien le sabotage et les explosifs en général… Ironique quand on se dit qu’il faut désormais en stopper un. Cela dit, la Citadelle est équipée d’appareils de mesure et de contrôle très pointus dans de nombreux secteurs. Ne me dites pas qu’une station qui représente le summum de l’ingénierie Getho-Quarienne ne dispose pas de ce genre d’engins… Balancer une armée de drones, programmés pour déceler ce genre d’incohérences, à travers les sections de maintenances et les conduits qui parcourent la station, pour faciliter leurs mouvements. Ça pourrait aussi être une solution… Mais je suppose que vous ne disposez pas d’assez d’effectifs en la matière ? » lança-t-il, sans doute déjà convaincu de la réponse au vu de sa grimace.

Cependant, T’Surek n’eut pas le temps de répondre sans couper la parole à son interlocuteur humain, qui ne put s’empêcher de faire preuve d’une curiosité maladive mais bel et bien de rigueur.

- « Mais dites-moi, vous n’avez rien à voir avec tout cela au moins ? Lors de notre dernière rencontre, vous opériez plutôt entre deux eaux dans le but d’extorquer des fonds à l’Alliance si mes souvenirs sont bons… »

Cette fois, ton et regard inquisiteurs se trouvaient de la partie. Il devait savoir, sans quoi la suite s’annonçait très très mal en termes de coopération et d’efficacité.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4139

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Ven 01 Juil 2016, 00:00

La Conscience sombre
13 Mai 2201

Haratar



Section des Archives, non loin du cœur

Intelligent. Ses poursuivants avaient eu la prudence de ne pas se confronter à nouveau à son contrôlé des cloisons. À la place, ils avaient reboot tout le système.
Plusieurs choix s'offraient à l'Agent. Attendre que le courant revienne, se ré-attaquer aux cloisons lui bloquant le chemin – selon ses informations, il n'y en avait plus que deux – et atteindre enfin son objectif. C'était une possibilité, mais impossible de dire quand le courant reviendrait, ou si ses ennemies le réactiverait avant de l'avoir neutralisé.
Autre possibilité, ouvrir manuellement les portes. C'était lent, mais faisable. Sa proximité avec son objectif rendait cette solution extrêmement attirante. Et c'est finalement ce qu'il commença à faire.
En conséquence, le redémarrage du système le prit légèrement à dépourvu. Ne perdant pas de temps à s'intéresser aux cloisons qu'il contrôlait précédemment, il s'attaqua directement à celles lui bloquant le chemin. De toute façon, ses poursuivants étaient encore sans doute bloqué dans son labyrinthe.
C'est donc une nouvelle fois surpris qu'il entendit un cloison s'ouvrir derrière lui, alors qu'il finissait seulement d'ouvrir celle lui faisant face. Il se retourna, observant les traqueurs.

Trois geths. L'Agent en identifia deux comme étant membres de l'Union, le dernier comme membre du GIP. Très peu nombreux donc, surprenant après toutes les manœuvres qui avaient été faites pour le contrer à distance. Une mauvaise surprise les attendait, potentiellement.
Il pianota sur son omnitech, activant le virus dormant, espérant que ses adversaires y ait été confrontés. Et effectivement, un membre de l'Union s'effondra au sol, tandis que l'autre s'arrêtait et visait le troisième geth. Un sur trois donc, pas énorme, mais toujours ça. Puis c'était toujours un combat à deux contre un, désormais : l'Agent n'était pas là pour capturer des sujets d'expérience.

Informateur se retrouva à seul contre deux. Un membre de l'Union, dans son dos, et l'ennemi infiltré, un individu en armure. Celle-ci lui était inconnue, impossible de savoir qui était derrière, on pouvait seulement éliminer les espèces à la morphologie particulière. Tant qu'à ce que savait faire cet adversaire... Et bien, il prouvait déjà être plein de surprises.

QG principal

Synthèse, le membre de l'Union resté au QG, s'effondra au sol. Pas mort, mais comme en plein reboot, comme l'était la section des Archives peu auparavant. Tali n'avait plus vu ce genre de phénomène depuis la fin du Consensus, quatorze années auparavant.
Son contrôle des Archives n'était que partiel. Elle avait concentré ses forces sur les dernières cloisons, afin d'empêcher l'ennemi d'infiltrer le cœur des Archives, mais ne disposait pas d'un visuel correct sur ce qu'il se passait. Elle rappela aussitôt à elle Spyder et les deux humains étant venu, et contacta Garrus.

« La situation aux Archives empire. Synthèse vient d'être... désactivé, je crois, et je ne pense pas que le reste de l'Union aille mieux. Impossible également de contacter Informateur. Je vais essayer de réactiver rapidement Synthèse afin d'en apprendre plus. Mais Garrus, tu vas avoir besoin de renfort. Du nouveau sur la bombe ? »
La quarienne fut rapidement mise au courant. « Hum... Impossible de détecter une onde énergétique particulière sur Haratar. Les geths créent des interférences naturellement. Un résidu chimique est la meilleure option, mais nous ne pourrons compter que sur des drones, toutes les forces sont déjà occupées. Mais c'est ce que nous allons faire. En espérant obtenir un résultat assez vite. Et en commençant par les points vitaux. ». La quarienne retourna sur l'ordinateur, usant de ses codes pour ordonner aux drones de quadriller les zones les plus importantes : autour de la manifestation, des systèmes de survie principaux, des sources d'énergie, dans les spatioports... « Je vais m'atteler à remettre sur pied Synthèse. Nous avons besoin de ses informations. Spyder, il faut que vous ralentissiez le pirate. Si Informateur et l'Union n'ont pas pu l'arrêter, il doit être face au cœur des Archives à présent. Utilisez mes codes d'accès si besoin. Vous deux, » continua-t-elle en s'adressant aux humains, « soit vous restez ici en attendant que les drones trouvent quelque chose afin que je vous dépêche sur place – je sais que vous ne maîtrisez pas le déminage, mais qui sait si ce geth explosif ne sera pas apte à se défendre ? - soit vous allez rejoindre Garrus aussi rapidement que possible. À moins que quelqu'un ait une autre suggestion ? »

Avenue de la manifestation

L'inspecteur Vae Soli était débordé. Les manifestants étaient hors de contrôle. Les forces anti-émeutes agissaient de leur mieux, tentant de créer des couloirs afin de diviser la manifestation en de plus petits groupes qui seraient plus facilement calmés.
Au moins l'image du geth explosif avait été désactivée des écrans. À la place, les consignes de sécurités apparaissaient, répétées en boucle. Pas vraiment efficace, mais toujours mieux qu'un timer.
Le membre du GIP soupira et reprit sa position légèrement surélevée. Connecté aux hauts parleurs de la manifestation, il tentait de ramener tout le monde au calme.


____________INFOS MJ____________



Coucou mes loulous !

Info, je commence par toi : tu vas devoir jouer un combat en net désavantage. Fais moi un jet 20 de blessure avant de poster, s'il te plaît !
Je précise également que le virus du pirate bloque les communications autour de lui.

Nami, je n'ai rien dit te concernant car j'ignore ce que Kalia t'as envoyé en MP.

Kori, si tu veux aider le GIP, tu peux éventuellement aller voir l'inspecteur. Il te donnera une accréditation temporaire:p

Kalia, Alec, Sara, je vous laisse gérer vos choix.

Comme toujours, je suis à votre disposition pour répondre aux questions, faire dialoguer les PNJs, etc. N'hésitez pas !



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Le Courtier de l'Ombre
Rang : Agent de renseignement
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4130-kalia-t-surek
http://www.masseffect-reborn.fr/t4274-nom-de-code-spyder-maj-le-16-05-16


Messages : 69

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Sam 02 Juil 2016, 15:46

Un regard inquisiteur, qui quand bien même clair, se voulait sombre. Peut être même aussi froid que la cryogénisation que l'N7 m’avait assenée sur Korlus… Mais si tout comme ses mots, son regard me traversa, je choisis en définitive de l’ignorer. Du moins sur l’instant…

Probablement aurais-je réagi aussitôt si nous avions été seuls, et si la quarienne ne nous avait pas interrompu la seconde suivante.

Silencieuse, visage fermé, je l’écoutai attentivement nous énoncer les mauvaises nouvelles supplémentaires. L’Agent ennemi en avait été jusqu’à pirater les geths pour les désactiver, et si celui du QG venait d’être mis hors d’état de nuire, probablement les trois autres envoyés aux Archives l’avaient-ils été également… La situation s’aggravait, et mon inquiétude quant aux plans de l’ennemi aussi. Son niveau de connaissance des technologies getho-quarienne dépassait largement le mien. Qui sait ce qu’il serait capable de faire s’il mettait la main sur les données présentes au coeur de la section....

Et nous n’avions toujours rien, sinon une vague idée de là où il se rendait. Nous ignorions son identité. Ce qu’il cherchait. Ses complices. Si cette bombe était un leurre, ou si elle était bien réelle. Nous n’avions pas le moindre indice sur sa localisation, pas plus que nous ne pouvions faire une estimation des pertes. Nous venions de probablement perdre le commando geth, seul restait le turien là bas. Et nous ici. Un N7 et sa coéquipière dont je ne savais pas encore qu’elle était médecin. Puis moi et Tali, qui étions dépassées par les compétences de l’ennemi.

Tandis que chacun méditait intérieurement sur le meilleur plan à adopter devant une telle situation, je baissai mes yeux bleus vers mon datapad, sur lequel se trouvait toujours affiché le précédent message de cette fameuse Namida. Une idée me vint en le voyant.

- « La quarienne que nous avons fait interpeller plus tôt possède un savoir faire technologique en mesure de nous être utile. Nous devrions l’utiliser comme ressource supplémentaire. Le drone ennemi rencontré par les geths et analysé par Informateur tout à l’heure indiquait la présence d’un réseau inconnu, relié en de nombreux points sur toute la station. J’ai lancé plusieurs recherches dessus, mais n’ai rien obtenu jusqu’alors puisque cela demande du temps. L’ennemi a probablement dû passer par ce réseau pour faire diffuser la vidéo de la bombe et doit commander celle-ci à distance par ce même moyen, si bombe il y a. Amirale, je propose de mettre la quarienne dessus, elle pourrait remonter jusqu’à la localisation du geth piégé par ce biais ou au moins nous trouver des informations supplémentaires sur ce qui transite par ce réseau. Elle serait également en mesure nous assister à distance pour ralentir l’ennemi. »

Je fis alors projeter sur un écran les deux transmissions de Namida afin d’illustrer mes propos quant à son niveau de compétence, puis reprit en m’adressant à l’inquisiteur et son équipière qui devait se poser des questions…

- « Je ne vois pas d’autre solution que de se rendre immédiatement aux Archives pour apporter notre renfort à Garrus et aux geths si ceux-ci sont toujours de la partie bien que j’en doute. Attendre l’emplacement de la bombe pour bouger d’ici serait une perte de temps. Concentrer nos forces sur l’ennemi et son interpellation me semble être la meilleure solution à l’heure actuelle. Si c’est bon pour vous, je vous accompagne, et si cela peut vous rassurer Sykes, je passerai devant... »

Mon regard, d’un bleu iceberg, se retrouva planté dans le sien à ce commentaire volontairement très édulcoré.

- « Une personne de plus ne sera pas de trop, et je pourrai plus aisément user des systèmes de sécurité locaux pour vous ouvrir des accès et ralentir l’ennemi en y accéder physiquement. Quant à la bombe, si jamais vos drones la trouve, et qu’aucun membre de votre personnel n’est en mesure de la désamorcer ni de la retirer du geth Amirale, je suis d’avis de balancer celui-ci dans l’espace... » fis-je en portant ensuite mon attention sur Tali.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 697

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Dim 03 Juil 2016, 20:17
Informateur et son équipe attendaient patiemment. Le plan de l'Opérateur avait été envoyé au QG et il ne restait plus qu'à attendre son déclenchement. Plus vite l'Amirale Tali'Zorah déclencherait le redémarrage du réacteur des Archives, plus vite ils pourraient passer à l'action. Heureusement, la quarienne agit rapidement, comme le démontra la panne de courant soudaine. Les geths disposaient maintenant de plusieurs minutes pour atteindre l'intrus, sans devoir craindre de piratage des systèmes. Sans attendre, Informateur et Cénacle s'occupèrent d'ouvrir la cloison face à eux, tandis que Phalange demeurait aux aguets, prêt à abattre le pirate s'il osait se montrer.

Les geths avaient un gros avantage comparé à l'individu présent dans les Archives. Eux, ils pouvaient modifier les spectres de leurs modules visuels, afin de voir dans cette obscurité. Un organique ne pouvait pas faire une telle chose. Du coup, l'intrus devrait soit resté dans le noir, soit utilisé une lampe torche ou autre technologie similaire. Ainsi, il serait facile à repérer dans le noir.

Manque de chance cependant pour le trio geth. En effet, leur progression était certes rapide, mais pas assez. Ainsi, tandis qu'ils continuaient à ouvrir des cloisons et à avancer, le drone fut à court d'énergie et disparu. Cependant, avant sa disparition, le trio avait eu le temps de lier un virus au drone. Si jamais le pirate tentait de le réactiver, il aurait droit à une très vilaine surprise. Rien ne garantissait que cela fonctionnerait, mais cela ne coûtait rien d'essayer.

Selon les données dont disposait Informateur, deux cloisons les séparait probablement encore de l'intrus, tandis qu'ils commençaient tout juste à en ouvrir une nouvelle. Lorsque la cloison s'ouvrit, cela fut confirmé. En effet, à travers la cloison suivante, les geths pouvaient apercevoir une faible lueur. L'intrus était là. Toutefois, selon l'horloge interne de l'Opérateur, le courant serait rétablis dans une dizaine de seconde, trop peu pour ouvrir la cloison manuellement. Informateur fit signe à Cénacle et Phalange. Dès que la cloison s'ouvrirait, ils interviendraient et arrêteraient l'intrus.

L'énergie revint soudainement, les Archives s'illuminant sous les lumières. Au même moment, les trois geths repassèrent en vision normale et la cloison les séparant de l'intrus s'ouvrit. Cénacle pénétra en premier dans la section occupée par le pirate, le tenant en joue, suivi par Informateur et par Phalange à l'arrière. Informateur détailla l'intrus du regard. Son armure empêchait toute identification. Cependant, les races possibles se limitait à asari, humain ou butarien. L'opérateur retira toutefois l'asari de cette liste. Ce pirate n'avait visiblement aucune capacité biotique. De plus, les asaris étaient bien plus sveltes et mince que cet individu.


-Plus un geste, vous êtes en état d'arrestation.

Le pirate ne répondit rien, se contenant de taper des commandes sur son omnitech. Qu'est-ce qu'il tentait de faire? La réponse vint presque aussitôt. Cénacle s'écroula au sol, désactivé ou quelques chose dans le genre. Puis, un bruit attira l'attention d'Informateur derrière lui. Il fit rapidement un bon en arrière, alors qu'un tir de fusil à pompe geth se faisait entendre. Une alerte interne l'informa qu'il avait été touché. Informateur percuta violemment Phalange, le repoussant contre un des murs du couloir. S'il avait été organique, cela lui aurait sûrement causé quelques problèmes physique, mais étant organique, les dégâts étaient insignifiant.

Apparemment, le virus que l'intrus avait envoyé avait désactivé Cénacle et pris le contrôle de Phalange. Est-ce que l'intrus avait eu uniquement pour but de contrôler ces deux geths de l'Union? Pas le temps de trop y réfléchir, il fallait agir. Informateur frappa Phalange à la main tenant encore son arme. Cela fut suffisant pour lui faire lâcher son arme, mais pas pour vraiment l'endommager. Il fallait maintenant en profiter pour reculer et appeler des renforts. Malheureusement, pour le moment, les communications étaient bloquées.

L'opérateur n'était pas stupide, un combat à deux contre un, ce n'était pas l'idéal. De plus, il ignorait les aptitudes militaires de l'intrus. Tandis qu'il se repliait rapidement, Informateur tira quelques rafales en direction des commandes de la cloison que le pirate avait partiellement ouvertes. Les tirs firent mouches. Les systèmes de la porte provoquèrent une très légère explosion, pas de quoi blesser qui que ce soit, à moins d'être à quelques centimètres des commandes. Aussitôt la cloison se referma violemment et se verrouilla. Parfait, avec les commandes de la cloison détruite, elle serait impossible à pirater. L'intrus serait obligé de l'ouvrir manuellement.

Informateur continua de reculer et se trouva une position de replis avantageuse, grâce à une intersection de couloir à quatre voies. Il prit position, utilisant le mur comme couverture. Le geth fut une rapide évaluation matérielle de sa plateforme. Le tir de Phalange n'avait causé aucun dégât, excepté un peu de peinture pour personnalisé sa plateforme qui avait été rayée. Au moins, de cette position, il avait encore une excellente vue sur la cloison qu'il venait de saboter. Si le pirate tentait de l'ouvrir, le geth aurait une bonne position pour l'abattre. De plus, le geth c'était visiblement assez éloigné pour communiqué avec le QG. Juste avant il tira deux rafales, une sur les commandes de la cloison à sa gauche et l'autre sur celle de sa droite. Le résultat fut le même que pour la cloison sabotée de tout à l'heure. Elles étaient maintenant verrouillées, ainsi l'intrus ne pourrait pas le contourner par les côtés. Quant à l'arrière, il en aurait pour un long moment. Après tout, le QG avait repris les contrôles des cloisons. Il était temps de communiquer avec le QG, cette fois en utilisant le réseau normal. Inutile de se montrer aussi prudent qu'avant et en plus, c'était désormais impossible sans l'Union. Il appela donc directement l'Amirale Tali'Zorah.


-Ici Informateur, je suis en difficulté. L'intrus a désactivé Cénacle et pris le contrôle de Phalange. L'ennemi est à deux cloisons du cœur des archives. J'ai pu saboter la première et je fais ce qui est possible pour empêcher une ouverture manuelle. Faite ce que vous pouvez pour la dernière cloison.

Le geth tira une courte rafale en visant à côté de la cloison. Cela avait deux buts. Le premier, démontrer à l'ennemi qu'il était encore là et donc qu'il pouvait encore l'abattre. Deuxièmement, intimidation et peur.

-J'envoie ma position et le trajet le plus rapide pour me rejoindre. J'ai saboté certaines cloison menant à ma position pour faire une meilleure défense. Me prévenir si l'ennemi tente de me contourner. L'intrus a une forme humanoïde, humain ou butarien, plus probable qu'il soit humain. Besoin de renfort immédiat.

-Les renforts sont en chemin, je leurs communique vos coordonnées ! Spyder est avec eux.

Telle avait été la réponse de l'Amirale. Le geth avait la fréquence de l'asari, il lui envoya donc les plans du trajet à suivre pour le rejoindre, avec un message simple: Dépêchez-vous!









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance / Conseil
Rang : Commandant (N7)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4123-alec-sykes
http://www.masseffect-reborn.fr/t4129-journal-de-bord-d-alec-sykes


Messages : 192
Crédits : Kathleen (retouche)

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Mar 05 Juil 2016, 21:05


Pas d’idée précise sur l’identité du hacker, un terrain à son avantage transformé en véritable chausse-trappe grâce à de multiples bidouillages de sa part et des alliés imprévus en la personne de Geths aisément reprogrammable… A cela venait s’ajouter cette histoire de bombe, réelle ou non, et l’on avait le parfait exemple de la menace fantôme qui profite de l’incertitude et de la peur pour parvenir à ses fins. Une chose est sûre, leur opposant connaissait sacrément bien les lieux et le fonctionnement des différents systèmes de la station. Le tout semblait avoir été minutieusement préparé dans les moindres détails, anticipant même les réactions des services de sécurité.

Sans doute y aurait-il une chasse aux sorcières à la suite de ces évènements, si par miracle tout se finissait relativement « bien », évidemment…

Pour le moment, en revanche, c’est bien la traque du pirate qui devenait la priorité, à défaut de pouvoir certifier l’existence des fameux explosifs et de pouvoir les localiser. Avec les différents détails connus en tête et le souhait d’en finir au plus vite avec tout ceci afin de retourner auprès de Grissom, dont il doutait du bon sens, le N7 se contenta d’acquiescer avant de faire signe à Kalia d’ouvrir la marche. En fait non, il ne put rester totalement silencieux, et ce en dépit de l’extrême gravité de la situation. Comme sur Korlus trois années auparavant, le soldat adopta ce même air nonchalant l’espace d’un instant, se fendant d’un commentaire tout à fait hors propos lorsqu’elle lui passa devant.

- « Nous en sommes déjà à nous appeler par nos noms ? Heureux de l’apprendre. Je me demande ce que nous réserve la suite... » lâcha-t-il de ce petit ton insolent et moqueur que l’Asari ne connaissait que trop.

La réalité s’imposant à eux de façon très percutante, le Lieutenant-Commandant ne laissa pas le temps à l’intéressée de répondre, se tournant cette fois vers son équipière. Tandis que leur alliée de circonstance laissait quelques pas de plus entre eux pour montrer le chemin, il en profita pour briefer Sara sur ce qu’il attendait d’elle une fois à destination.

- « Je vais avoir besoin de toi sur les lieux. Si par miracle nous parvenons à capturer l’intrus vivant, il pourrait essayer d’attenter à ses jours pour ne livrer aucune info... Et au vu de la situation, ce n’est pas une option envisageable. Tu devras alors faire tout ce qui est en ton pouvoir pour le garder en vie, quand bien même cela signifie retarder ou priver de soins une toute autre personne…»

Des instructions qui sonnaient presque comme des ordres, et ce en dépit du caractère très prononcé de la blonde lorsqu’il s’agissait d’aider les autres et de leur prodiguer des soins. Après quelques années passées à se fréquenter, le trentenaire en savait long sur les convictions de la jeune femme. Aussi était-il important de faire le point sur les enjeux de ce qu’ils s’apprêtaient d’entreprendre. Et au diable les excès de conscience et états d’âme pour le moment.

Sans rien ajouter, il enfila à nouveau son casque, ajusta son fusil d’assaut qu’il empoigna fermement, avant d’emboîter pour de bon le pas à Spyder. Parti au pas de course, il profita du temps de trajet nécessaire avant d’arriver au point chaud pour beugler une ultime mise au point.

- « Il va falloir limiter l’intensité de nos tirs sur le pirate. La priorité est de stopper ses activités, mais sa capture pourrait représenter une opportunité à ne pas négliger. Sans compter que son matériel doit à tout prix être épargné pour tirer au clair ses agissements. Des rafales courtes et précises, pas de grenades létales. Pour ce qui est des Geths, en revanche… A défaut de pouvoir les reprogrammer dans la minute, nous les considérerons comme hostiles, avec tout ce que cela entraîne… »


Le trio devrait encore s’engager dans le labyrinthe des Archives, aidé par le plan fourni par Informateur, certes, mais rien ne garantissait de ne pas tomber sur un contretemps en chemin. Le temps : une notion devenue bien trop précieuse à partir de maintenant…


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4139

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Ven 08 Juil 2016, 03:55

La Conscience sombre
13 Mai 2201

Haratar



L'Agent regarda le geth agir avec célérité et s'échapper, malgré le désavantage numérique. Son ennemi prit même le soin de tirer sur l'ouverture de la cloison, l'empêchant de poursuivre son piratage de celle-ci ! Enfin, le geth prit position plus loin, tirant régulièrement vers l'obstacle bloquant l'avancée de l'intrus, se rappelant à son existence.

Celui-ci poussa un soupir d'énervement. Pour le coup, il perdait réellement du temps. Puis sourit. Le geth n'était pas le seul à pouvoir tirer sur les cloisons.
A son tour, l'intrus fit exploser le système d'ouverture de la porte par laquelle le geth avait fuit. Celle-ci se ferma aussitôt, empêchant toute ouverture autre que manuelle.

Le pirate pouvait reprendre son avancée, jusqu'à ce que le geth du GIP revienne.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4232-sara-vaylee
http://www.masseffect-reborn.fr/t4233-journal-de-bord-de-sara-vaylee


Messages : 230
Crédits : me

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Sam 09 Juil 2016, 17:13

La Conscience sombre



L'Amirale les appela dans l'autre pièce. Le geth présent dans la pièce était tombé, sombrant dans une inconscience, un reboot pour ces êtres synthétiques. Ou bien était-il complètement désactivé ? La Quarienne n'arrivait plus à contacter les autres synthétiques partis arrêté l'ennemi. Ils étaient probablement tombés. Impossible pour l'instant de savoir ce qui c'était passé. L'Amirale donna ses directives, laissant à Sykes et Vaylee le choix d'aider aux Archives ou bien attendre des nouvelles de la bombe.

Ils allaient laisser Tali Zorah seule avec un Geth pouvant se retourner à tous moment contre elle. L'idée ne l'enchantait guère, tout comme attendre que les drones aient repéré la bombe. Les trois solutions étaient risquées, mais Spyder et Sykes semblaient d'accord pour prêter main forte aux Archives.

Si la bombe a bel et bien était activé, c'est soit manuellement soit à distance. Soit par le réseau, soit par un émetteur. Et s'il a utilisé le réseau, il doit bien y avoir une information indiquant sa présence ou bien une ligne de code qui montre son activation, lança-t-elle peu sûre de ses paroles n’ayant des connaissances que très basiques sur le piratage.

Trop de probabilité, trop de possibilités qui rendaient seulement un peu plus flou la situation. Les drones donneraient des informations en espérant que cela ne soit pas trop tard. Pourront-ils recevoir ou émettre une fois au cœur des Archives ?

Entendant la joute verbale lancée par le Lieutenant-Commandant, Sara leva les yeux au ciel, amusée, mais à la fois agacée. Il aura tout le temps de batifoler avec l’Asari une fois le pirate neutralisé. Mais étant présent ici en tant que son supérieur, elle n’en ferait rien. Enfilant son casque, prête à repartir, Alec se tourna cette fois-ci vers elle pour lui donner ses ordres. Sara répondit simplement par un signe de tête. Priorité au pirate pour obtenir toutes les informations possibles. Fermant la marche, elle les suivait au même rythme, jetant de temps à autre un regard en arrière, son Mattock en mains.

Sur le chemin, l’Asari reçut de nouvelles informations. Sur les trois Geths, un était désactivé, l’autre s’était retourné contre le dernier. Cela avait tout l’air d’être un virus au premier abord. Le dernier Geth du nom d’Informateur avait réussi à se replier et avait saboté les cloisons le séparant de l’intrus. Il avait réussi à retarder l’entrée du pirate dans le cœur même des Archives. Il leur envoyait le chemin le plus rapide afin de le rejoindre.

Alec donna ses derniers ordres. Entrant dans ce labyrinthe sur les indicateurs de l’Asari, le chemin était tout tracé, de longs couloirs semblant être sans fin débouchant sur d’autres couloirs amenant à des archives d’une autre catégorie. Il y avait aussi quelques postes de surveillances désactivés par le pirate. Le trio put rapidement, bien que cela soit une notion très abstraite au vu de la situation, rejoindre le Geth. Garrus Vakarian était arrivé bien avant eux. Sara laissa son supérieur faire les présentations et demanda simplement s’il y avait eu du nouveau depuis son dernier message.

Le pirate semblait être humain. Cela ne présageait rien de bon quant à la suite. Si une grande partie des Geths étaient tombés ou avait été reprogrammé, il risquait d’y avoir plus de dégâts que prévu. Et bien que cela soit probablement qu’un virus à l’origine de cela, les hommes comme Grimson allaient s’en donnait à cœur joie, clamant haut et fort de la dangerosité des synthétiques. À croire que cela soit fait exprès !





"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"





Dernière édition par Sara Vaylee le Sam 09 Juil 2016, 20:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Le Courtier de l'Ombre
Rang : Agent de renseignement
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4130-kalia-t-surek
http://www.masseffect-reborn.fr/t4274-nom-de-code-spyder-maj-le-16-05-16


Messages : 69

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Sam 09 Juil 2016, 20:37
On y venait. Je m’étais attendue à un commentaire du genre, et ça n’avait pas loupé. L’individu ne semblait pas avoir grandement changé en trois ans… Pas que je le connaissais par coeur, je ne savais pas grand chose de lui au final en dehors de sa prétention à toujours vouloir se servir de mes moindres faits et gestes pour les retourner contre moi afin de me mettre dans l’embarras ou de me taper sur le système… Ou les deux d’ailleurs. De ce que je constatai, son jeu favori restait intact depuis la dernière fois. Si rien n’était apparu sur mon visage, je crois bien que j’avais souri intérieurement à sa remarque, par pure et simple satisfaction de l’avoir sentie venir, bien évidemment…

Mais je ne rétorquai rien, lui passant à autre chose et donnant ses instructions à son équipière avec laquelle je le trouvai fort familier. Peut être était-ce de coutume dans l’Alliance, mais je doutai grandement que tous les officiers supérieurs tutoyaient et invitaient leurs subalternes au restaurant… L’image de coureur de jupons qu’il m’avait donnée sur Korlus demeurait pour l’heure toujours intacte elle aussi. Peut être néanmoins que mon opinion des humains flirtaient un peu trop avec celle qu’eux-mêmes avaient des asaris... Toutefois ma mission actuelle n’était pas de découvrir qui il était vraiment, mais bien de percer à jour l’identité de celui - vraisemblablement lui même un humain - qui nous emmerdait depuis les Archives.

Et accessoirement, éviter les pertes.

Pour ce faire, je mis en application mon plan grossièrement énoncé précédemment. Contactant la zone de détention où se trouvait privée de liberté la fameuse Namida, je fis transmettre mes ordres à l’officier de surveillance, qui ferait lui même suivre les instructions à la quarienne après avoir lu le contenu de mon message. L’idée était que sous sa garde et une fois qu’il lui aurait ouvert les accès nécessaires, que Namida puisse enquêter sur le réseau ennemi. Pour ce faire, je lui demandai de recouper la signature éléctronique de la vidéo avec celle de paquets de données transitant sur le réseau. Ainsi, et si elle trouvait un “match”, il lui serait possible de remonter jusqu’à la source d’envoi pour espérer la géolocaliser ensuite, et peut être donc, trouver la bombe. Ou au minimum, obtenir des informations qu’elle quelles soient. Ce serait toujours plus concret que ce que nous avions pour l’heure, à savoir quelque chose d’aussi palpable que le vide intersidéral… Si toutefois elle ne découvrait absolument aucune trace de transit de cette fameuse vidéo, je la chargeai d’approfondir ce que je n’avais pas eu le temps de faire: enquêter sur le contenu même de ce qui pouvait bien s’échanger entre les différents et nombreux terminaux interconnectés.

Finalement débarrassée de cette tâche, je pourrai me concentrer sur l’objectif principal de ma mission: l’agent ennemi en lui même, et je devais bien avouer qu’il m’intriguait grandement par son but ultime encore mystérieux, mais surtout par ses compétences de piratage particulièrement surprenantes. J’espérai d’ailleurs que nous puissions l’interpeller vivant… Mais avec Sykes, rien n’était sûr…

Souvenir du krogan mourant qu’il avait fait littéralement exploser à la grenade...

Prêts, nous nous mîmes en route. Moi devant, comme annoncé à l’N7 dont je soupçonnai le regard d’être concentré vers le bas durant le trajet… Et il nous fallut malgré tout de longues minutes pour rejoindre les secteurs inférieurs, car si Vakarian me transmit l’itinéraire pour le retrouver lui et Informateur, les Archives n’étaient pas franchement ce qu’il y avait de plus facile d’accès. Finalement arrivés dans cette fameuse salle serveurs faisant office d’antichambre et depuis laquelle l’ennemi s’était frayé un chemin au tout début, je nous fis passer la porte blindée sans difficulté grâce aux accès fournis préalablement par l’Amirale.

Ce qui nous attendait de l’autre côté dépassait plutôt ce que j’avais pu imaginer. La taille gigantesque des lieux était bien plus impressionnante que la description que j’avais pu en avoir. Rien à voir toutefois avec le style de l’architecture Asari, car celle présente ici donnait à l’environnement une ambiance un peu lugubre et primitive de mon point de vue… Mais nous n’étions pas ici pour faire du tourisme ni apprécier ou non la maçonnerie getho-quarienne qui devait toutefois saisir les humains m’accompagnant. Guidés par les indications alliées, nous nous mîmes donc en chemin à travers ce dédale de couloirs aussi déserts qu’interminables. Je n’aurais d’ailleurs pas été étonnée d’un commentaire de l’N7 sur ce sombre labyrinthe où il serait tout à fait aisé de se perdre…

Mais nous étions tous à présent concentrés sur la mission, quand bien même cette réflexion était-elle apparue dans mon esprit multitâches. Allez savoir pourquoi...

Ce fut finalement après une marche silencieuse qui pouvait peut être en dire long chez certains d’entre nous, que nous arrivâmes enfin au croisement où nous devions retrouver le turien et le geth. Si Garrus avait ma confiance, rien ne garantissait qu’Informateur n’était pas ou ne serait pas corrompu par la suite. Au vu des compétences de l’ennemi et ce qu’il avait pu faire à l’Union, je n’écartai en effet pas que le geth puisse lui même se retourner contre nous. C’est donc prudente que je m’étais avancée vers le point de rendez-vous, et prudente que je demeurerai ensuite.






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 697

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   Sam 09 Juil 2016, 21:03
Informateur continuait d'envoyer quelques rafales. Il ne fallait pas laisser la moindre chance à l'intrus d'approcher la cloison que le geth venait de sceller. L'idéal, se serait que le pirate reste planqué assez longtemps pour que les renforts d'Informateur arrive. Puis, qu'ensemble ils passent à l'attaque et arrête ou sinon élimine l'intrus. Cependant, cela ne se passa pas vraiment comme cela. Pour commencer, le pirate retourna la stratégie précédente d'Informateur contre lui. En effet, l'intrus ouvrit le feu sur les systèmes de la cloison les séparant. Cette dernière se referma et le geth l'entendit également se sceller. Le pirate espérait ainsi gagner du temps et probablement forcé l'Opérateur du GIP à se mettre à découvert. Sur ce dernier point, il se trompait lourdement. En effet, Informateur avait une autre idée en tête et surtout, pas de temps à perdre. Le geth ouvrit le feu sur la cloison à coup de tirs percutifs. Tandis qu'il envoyait son premier tir, il communiqua avec le QG et l'Amirale Tali'Zorah.

-Amirale, l'intrus vient de refermer une cloison entre ma position et la sienne. Je fais le nécessaire pour la forcer. Il faut verrouiller toutes les cloisons séparant encore l'intrus du cœur des archives. Faites ce que vous pouvez pour qu'elle soit le plus difficile possible à pirater. Je suggère également de vous tenir prête à redémarrer encore une fois le réacteur en cas de tentative de piratage de l'intrus. Pareil s'il tente de se connecter au cœur des archives.

Ce n'était pas le plan le plus élaboré de la galaxie, mais au moins cela serait efficace. Le pirate serait obligé d'ouvrir manuellement les portes lors du redémarrage. De plus, s'il parvenait à l'atteindre, le redémarrage l'empêcherait de télécharger quoi que se soit. Ainsi, que se soit pour prendre ou implanter quelque chose dans les archives, il serait bloqués. Le geth continuait ainsi à tirer sur la cloison. Cette dernière commençait à se fissurer, puis vola en éclat sous les assauts armés d'Informateur. Ce dernier se tenait prêt. Si le pirate et/ou Phalange étaient encore là, il n'hésiterait pas à tirer. C'est à ce moment que Garrus Vakaryan arriva, en le mettant en joue. Visiblement, le turien prenait ses précautions au cas où tout le commando geth avait été piraté. Informateur se contenta de lui faire quelques signes en direction de la cloison détruite.

-Prenez garde, ils sont peut-être tout près. Je n'ai pas été affecté par le virus de l'intrus. Phalange est armé d'un fusil à pompe et d'une mitrailleuse légère, armes de type geth.

Quelques instants plus tard, le reste de l'équipe arriva, un humain, une humaine et Spyder. Les présentations furent rapide, Sara Vaylee et Alec Sykes, ce dernier étant un N7, ce qui serait fort pratique. Le N7 exigea un rapport de situation.

-Le pirate a pris le contrôle de Phalange et a désactivé Cénacle. Phalange est armé d'armes geths, fusil à pompe et mitraillette légère. Ils ont refermés la cloison qui nous séparait, mais je l'ai détruite. Il faut se dépêcher. J'ai envoyé des instructions tactiques à l'amirale Tali'Zorah, mais cela n'arrêtera pas l'intrus indéfiniment.









Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Intrigue #7 : La Conscience sombre   
Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue #7 : La Conscience sombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: L'Amas du Phénix :: Haratar-