AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Kazar Voth, cooking with some drugs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar



Invité
Invité

MessageSujet: Kazar Voth, cooking with some drugs   Sam 19 Jan 2013, 18:11



Registre Galactique des espèces

Kazar "Kaz" Voth

Sexe : Mâle
Race : Turien
Âge : 37
Planète d'origine : Palaven
Faction : SSC
Poste/grade : Agent du SSC / Cuisinier
Situation : Célibataire
Parenté : Travius Voth - père : décédé, Mère : inconnue

Histoire


Kazar Voth est né en 2160 selon les registres de la Citadelle, car en effet le Turien n'est pas né sur Palaven mais dans les secteurs turiens de la Citadelle, issus d'une famille de classe moyenne. Enfin le terme "famille" n'est peut-être pas le plus approprié, en effet l'environnement familial se résumait à Kazar, son père Travius et son associé Volus. En effet Travius était un audacieux commerçant et avait une société de transports de marchandise livrant de la Citadelle sur plusieurs endroits de la galaxie, en plus de tenir une petite boutique d'armement léger sur la Citadelle.

Hors, sa société de transport perdit au fil du temps de son prestige et surtout ses clients, allant vers des sociétés aux prix moins coûteux. Le coût de l'entretien des vaisseaux commença à coûter très cher à Travius et au Volus. Au vu du peu d'argent rentrant dans les caisses et de la chute inexorable de leurs bénéfices, ils essayèrent de se renconvertir dans les transports civils en vain, avant d'envisager de fermer boutique. Le Volus ne voulant pas perdre d'argent s'indigna et convaincu son associé turien de revendre plutôt que de fermer boutique et de perdre les sommes investies par le passé. Finalement, ils revendirent leur entreprise à Soleil Bleu qui cherchait une couverture pour dilapider de la contrebande. L'organisation en profita pour escroquer les deux commerçants les mettant sur la paille. Humilié, Travius tomba en déprime mais le Volus tenta de lui remonter le moral : après tout il leur restait leur boutique d'armement, et elle leur permettait encore de vivre en remboursant leurs dettes. Cependant ne vendant que des armes légères, et n'ayant pas les accréditions nécessaires ni l'argent pour acheter du stock d'armes de plus gros calibres, les clients se firent également rares dans la boutique et ils durent baisser grandement leur niveau de vie. Travius a toujours bassiné son fils que tout cela était la cause de l'injustice et de la malhonnêté de Soleil Bleu, vexé d'avoir été escroqué par l'organisation sur laquelle il a tendance à tout mettre sur le dos. Un crime ? Bah, surement Soleil Bleu ! Un vaisseau de transport détourné ? Encore ces enflures !

Kaz fut donc élevé dans une ambiance anti-pègre, et l'honnête commerçant qu'était son père lui inculqua très tôt le sens de la justice. Quel que soit le chemin à prendre, la justice doit être faite et le crime ne paie jamais. Le Volus lui avait une vision bien différente, l'argent passait avant la justice mais craignant le SSC autant que la pègre il ne faisait pas un pas de travers. Dès son plus jeune âge Kazar fut élevé selon la culture militaire disciplinée et stricte turienne via son père et ses amis. En effet, Travius Voth fréquentait grâce à sa boutique de nombreux stands de tirs où il avait fait connaissance d'agents du SSC, de passionnés d'armes et de beaucoup de gens sur la même longueur d'onde que lui et de races différentes.

Kazar apprit à tirer là-bas entouré de turiens, krogans et humains. Les relations avec les krogans étaient plutôt compliquées et houleuses, mais se réglaient souvent avec des défis de score que sur des combats, et avec les humains les turiens s'entendaient relativement bien, passant au-dessus de leur passé tumultueux. Hormis quelques individus isolés du groupes d'amis que formait le stand de tir, tout se passait relativement bien au sein du club à la mixité intéressante. Les krogans qui venaient s'entraîner ici ne se mélangeaient que peu, ce qui évitaient les ennuis et les bagarres. De plus, leurs visites étaient rares et parsemées, ils ne se sentaient visiblement pas à l'aise. En effet le club de tir étant tenu par un turien, ceux-ci étaient alors majoritaires.

Le père de Kaz lui laissa choisir sa voie, mais ce dernier était au début assez désintéressé de l'école et préférait gambader avec les autres enfants. Au fil du temps, observant la déchéance de la Citadelle et le crime aussi présent qu'ailleurs, les intentions du jeune turien changèrent du tout au tout, quand il s'aperçut de la détresse de certaines personnes au sein de l'imposante station. Tout n'était pas rose. Kazar décida alors de suivre la voie permettant d'entrer au SSC et dès son adolescence prit cette décision qui ne quitta jamais son esprit. Borné, je disais. C'est dans cette période "adolescente" que Kazar découvrit les joies de la cuisines "grâce" à l'ami Volus de son père qui convaincu ce dernier de mettre la clé sous la porte et se reconvertir dans la restauration. En effet, Travius avait par le passé été cuisinier à bord d'un vaisseau de guerre turien et le Volus connaissant ses capacités, y avait vu une aubaine pour relancer leurs affaires dans un énième changement de secteur. Travius n'avait pas parlé à son fils de ce passé militaire et Kaz décida d'aider son père en l'aidant aux fourneaux du restaurant, rapidement monté dans les anciens locaux du magasin d'armes qui fut entièrement revisité.

L'investissement fut assez colossal mais le résultat plutôt correct et ils en étaient plutôt fier. Et la clientèle au rendez-vous : rapidement les affaires reprirent. Kaz quant à lui tomba fou amoureux de la cuisine et s'intéressa à toutes les cultures culinaires conciliennes, aimant beaucoup celle humaine qu'il prenait un malin plaisir à cuisiner. Assoiffé de savoir, Kazar devint rapidement capable de nourrir n'importe quel espèce galactique et son père fut très fier de lui. Cependant, Kaz n'oubliait pas sa future carrière dans le SSC et ne travaillait au restaurant qu'après les cours. Quand il entama sa formation pour devenir agent au SSC, il arrêta un bon moment d'aider son père pour se consacrer à cette nouvelle carrière. Déjà à cette époque, quand il n'était pas à l'école du SSC ou dans les cuisines, Kaz passait son temps dans les divers clubs de la Citadelle, du plus ou moins bien famés au plus miteux et mal fréquenté des bars. C'est à ce moment là qu'il commença à toucher à la drogue, pour "s'amuser". A l'époque, il n'en usait que très peu mais buvait déjà comme un trou.

Puis vint le jour où le fier Kazar devint agent du SSC. Avec ces nouvelles responsabilités et son entrée dans la vie active, il arrêta définitivement d'aider son père au restaurant, passionné par sa nouvelle carrière et fier de ses nouvelles responsabilités et tâches. Ayant été dans les premiers de sa catégorie, il eut un assez bon poste rapidement et pu endosser le rôle dont il rêvait. Il s'illustra bien plus par son maniement du pistolet que par sa manie de faire de bons petits plats à ses coéquipiers quand la cantine étaient ne leur offrait qu'un repas indigne de son talent. Quant à es capacités de détective, elles étaient loins d'arriver à la cheville de son talent à cuisiner. Il n'était pas un de ces génies qui bouclent une enquête en trois jours mais grâce sa détermination et son obsession du détail et de la perfection il parvint à se démarquer des autres et résoudre plusieurs affaires. N'étant pas très doué pour résoudre les affaires les plus sanglantes et complexes, on le transféra dans les unités s'occupant des cartels de narcotrafiquants.

Kazar fut pour ainsi dire très heureux de cette affectation et comptait bien en profiter pour ses intérêts personnels compte tenus de sa vision des choses : expérimenter des nouvelles substances allait devenir son nouveau passe temps. Il démantela quelques réseaux de dealer, se servant de temps en temps dans les saisies par petites doses afin de ne pas être remarqué. C'est là que son addiction commença. Kaz, avide de nouvelles sensations touchait un peu à tout ce qui lui passait sous la main, et des choses un peu trop violentes pour lui le rendirent accro. Cela se fit au fur et à mesure, et bien qu'il ne s'en rendait pas compte, cela déteignait sur son comportement. Il devint lunatique et étrange et ses supérieurs le remarquèrent. Soupçonnant que son utilisation de drogue collait avec des disparitions de stock de plus en plus importantes, ils le surveillèrent de plus en plus étroitement alors que ses actes d'insubordinations se multipliaient, un évènement bouelversa le quotidien de Kaz. L'attaque de Sovereign.

Spoiler:
 

Après la bataille, Kazar apprit la mort de son père et du Volus durant la bataille, et, bouleversé il quitta la Citadelle en démissionnant du SSC - ou fut plus ou moins viré après découverte d'une liste de contacts d'un dealer contenant son nom comme bon client et de nombreuses fuites à son sujet - pour aller vivre sur Illium quelques années en travaillant comme cuisinier dans un bar et restaurant mal famé dont le patron toxico partageait ses doses avec Kaz. Il eut de nombreuses aventures avec des Asaris et des Humaines sur Illum, sans jamais parvenir à s'attacher à ses compagnes d'un soir.
Au bout de deux ans quand il apprit les travaux sur la Citadelle étaient assez avancés et que sa présence était réclamée à l'ambassade turienne sur la Citadelle pour récupérer l'acte de propriété d'un restaurant ayant tenu par un certains Travius Voth, il retourna là-bas et reprit possession du restaurant de son père, qu'il revendit immédiatement ainsi que tous les biens qui s'y trouvaient hormis les ustensiles de cuisines qu'il détient encore, les seuls avec lesquels il accepte de cuisiner à vrai dire.

Travaillant dans plusieurs restaurants pour payer ses amendes auprès du SSC, quand les enquêtes de ces derniers se firent trop insistantes à son sujet, il décida de repartir pour Illium, où les contacts qu'il avait loué lui trouvèrent sans peine un nouveau travail. Ce ne fut pas dans la cuisine cette fois : le turien se reconvertit pour quelques temps comme garde du corps d'une Asari. Il put alors observer toute la décadence de la grande Illum et son activité cessa brutalement quand la courtière en information décida de mettre fin à leur collaboration : trop d'état d'âmes, d'états lamentables en services et le turien avait eu le malheur de remettre en cause les activités de l'audacieuse fouine qu'était l'Asari. Autant dire que le jour du licenciement, les adieux furent plus que salés pour la jeune femme et le turien partit avec le sentiment d'avoir préservé son honneur derrière des injures et quelques coups dans les côtes de son remplaçant.

Il se trouva tant bien que mal un job de cuisinier dans un restaurant pour Krogan et apprit à les connaître et à se faire petit. Le patron était plutôt conciliant : lui même avait touché au narco-trafique et lui assurait alors un apport régulier de marchandises presque gratuitement tant que le turien restait tranquille et ne posait pas de question. La réputation de justicier de fortune de Kazar avait commencé à faire parler de lui dans le coin. Sans le savoir, Kazar venait de se lier aux Berserkers et à l'une de leurs couvertures. Des krogans au fin palet, comment avait-il pu y croire ? Néanmoins il fit leur bonheur un certains temps grâce à son talent, avant que les événements de la Grande Guerre ne viennent compromettre son business. Dès que les Moissonneurs furent repérés, Kazar ressentit le devoir de gagner Palaven et de défendre sa patrie, cette mère qu'il n'avait jamais connu, en réalité. C'était l'occasion d'un pélerinage et de racheter ses tords. Malheureusement le Krogan le rappela à ses obligations : ils pliaient bagage. Tuchanka les attendaient, et il était du voyage : les drogues consommées à l'oeil jusque là venaient de se transformer en dette.

Le Krogan était issu du clan Chalod, et la venue de Kazar n'était pas spécialement vue d'un bon oeil, mais une paire de bras supplémentaire n'était pas refusable. En plus, il était payé. Voilà qu'il faisait dans ce qu'il excécrait le plus désormais : le mercenariat. Tandis que Palaven appelait son peuple à l'aide, Kazar partait pour la planète des Krogans, tout juste touchée par le fléau mécanique. Ce fut un des séjours les plus désagréables de sa vie : rares étaient les étrangers sur Tuchanka, et rares étaient ceux tolérés. Comme il se battait avec eux, il était plutôt bien traité, mais les insultes et les railleries étaient monnaie courante. Etrangement, c'est ce qui lui donna le courage de se battre : il allait prouver à ces abrutis de quoi était capable un turien. Les combats étaient intenses et violents, et Kazar fut même surpris de la hargne avec laquelle se battait les colosses pour leur monde : ils n'étaient peut-être pas si différents. Nouer des liens avec eux étaient cependant difficiles, et comme on le changeait souvent d'unités, il ne loua que des rivalités ou de vagues amitiés, voir des inimités avec les plus extrémistes qui rechignaient à se battre avec un Turien.

Le plus dur fut certainement que la guerre imposait à Kazar de se sevrer. Pas de drogues sur le front, ses nuits furent courtes et difficiles : hallucination, paranoïa et crises d'angoisses. Etrangement, cela n'influença pas sa capacité à combattre jusqu'à la fin de la guerre.

Il survit tant bien que mal à la guerre et fut libéré de ses engagements, prenant le premier transport vers la Citadelle qu'il découvrit à feu et à sang, méconnaissable. ll y retrouva certains de ses anciens coéquipiers et prit la lourde décision de les aider à garder l'ordre sur la Citadelle. Une noble quête, mais impossible. La lutte contre les mafias était perdue d'avance mais sa bravoure fut remarquée et récompensée : le SSC fit table-rase sur son dossier et lui redonnèrent l'insigne. L'agent Kazar Voth était de retour.

Peu de temps après, il fut transféré vers la nouvelle Citadelle, abandonnant la station à la pègre et aux pirates qui y faisaient régner la loi du plus fort. Depuis lors, il officie de nouveau comme agent du SSC, et fort de son expérience recommence doucement ses mauvaises habitudes, refusant de se livrer à toute cure de désintoxication. Pour l'instant, l'administration ferme les yeux, mais pour combien de temps encore ?





Apparence


Physiquement parlant, Kazar est un Turien assez banal, si ce n'est sa taille. Mesurant 1m92, il est légèrement au-dessus de la moyenne turienne étant aux alentours de 1m85. Cette taille lui donne une certaine carrure et stature noble imposant le respect, à premièr vue. Sa peau est grise, terne, caractérisée comme tout turien par son épaisseurs et les marques présentes sur son visage, bleues pour sa part. Les plaques les plus épaisses composant son anatomie permettent à son espèce de s'adapter à la vie sur leur planète natale, Palaven, où les radiations excessivement élevées ont nécessitées cette adaptation des formes de vie. Ses yeux, d'un jaune profond sont souvent entourés de vaisseaux sanguins éclatés, lui donnant des colorations rougeâtre, à cause de la drogue.

Son corps est d'autant plus endurcis par sa formation au SSC et son habilité au combat n'est plus à prouver, bien qu'il ne soit pas un très bon tireur avec les fusils de précisions, il excelle au pistolet et se débrouille avec un fusil d'assaut. Malgré sa vie de cabrioles il s'en tire plutôt pas mal, avec de très rares cicatrices et aucune sur son visage, autant dire qu'il a eu beaucoup de chance de ce côté là. Hormis celà, son anatomie ne relève aucune anomalie, maladie ou déformation si ce n'est son cerveau sans-dessus dessous, mais ça, que voulez-vous...



Caractère


Quand il est clean, Kaz est un Turien aux abords fort sympathiques, aimant les plaisanteries entre amis, draguer des Asari et se battre avec des Krogans et des Humains en fin de soirées. On peut même le qualifier de séduisant avec son air mystérieux et parfois renfermé, car même s'il aime plaisanter, c'est entre amis. Le Turien est peu bavard avec les inconnus et se fait généralement des amis au travail ou quand il a un coup dans le nez - ce qui arrive régulièrement. - Comme la plupart des Turiens, il est doté d'un grand sens de camaraderie et de responsabilité bien que ce dernier soit infime par rapport aux autres membres de son espèce ce qui lui valu un certains nombre de blâme au sein du SSC. Ayant agis au sein du SSC et suivis une formation militaire classique turienne, Kaz est doté d'une habilité au combat et d'une détermination impressionnante ainsi que d'un caractère de cochon souvent comparé à celui des Krogans par ses collègues. Borné dans ses actes, il est néanmoins compréhensif de ses erreurs... quand les dégâts sont faits. C'est là qu'on voit que son sens de la responsabilité et son "honneur turien" ne sont pas très développés... En effet, il faut d'abord le convaincre que ses actes sont mauvais ou lui mettre ses erreurs sous le nez pour qu'il en endossent les responsabilités, et cela passe souvent par un violent dialogue ou un acte fréquent de Kaz j'ai nommé le "boudage". Et oui le turien est adepte du "boudage" et boude souvent lorsqu'il est vexé, tel un enfant humain, capricieux et insupportable. En plus silencieux.

Certains de ses traits de caractères sont d'ailleurs immatures, comme son sens de la festivité plutôt développé... En effet depuis tout jeune Kaz est un fêtard et un habitué des difficiles lendemains de soirées ce qui précipita d'ailleurs sa chute dans la drogue.

Ha oui, j'avais bien dit "quand il est clean". Ce qui est plutôt rare depuis plusieurs années. Kaz est accro à la plupart des drogues en circulation et dans ses déprimes et joies teste régulièrement de nouvelles substances pour de nouvelles sensations. Il a une drogue pour chaque émotion, des sortes de remèdes miracles selon lui.

Comme tout bon junkie, le Turien passe par différents états et stades de délires, dans le meilleur des cas il sera amical, souriant et attentionné bien qu'assez mou à première vue et un peu collant avec les femmes, voir ambigu et s'amusant de tout et n'importe quoi, piqué d'une curiosité aussi grande que ses pupilles dilatées. Parfois il plane simplement tout en gardant des caractéristiques psychologiques plutôt normaux et en restant réactif. En réalité les effets dépendent de la drogue, de la dose et de son état psychologique avant absorbation et varient donc du tout au tout.

Il y a aussi les "bad trip". Dans ce genre de cas, il vaut mieux éviter de parler au Turien ou le faire dégriser si on veut tirer quelque chose de lui. En général il sera avachis quelque part à ruminer des idées noires ou à pleurnicher sur son sort. Il peut aussi devenir agressif, comme en état de manque. Les délires peuvent être dangereux dans ces périodes désagréables pour lui comme son entourage : tentatives de meurtre, de suicide, actes désespérés...

Malgré cette addiction pour la drogue, Kazar a hérité d'un des traits de son père : l'obsession pour la justice. Et les moyens violents pour la régler, mais c'est une autre histoire. Il se sent investis du devoir de réparer tout injustice dont il est témoin, même s'il doit sacrifier de sa personne ou descendre plusieurs inconnus pour cela. Agir dans l'illégalité est impensable pour lui, et même si celui lui est arrivé, c'est qu'il n'avait pas le choix. Quant à la drogue... Elle n'a rien d'illégale pour lui, enfin : la loi la considère comme telle, mais elle se trompe. Il devrait être du jugement de chacun de pouvoir s'envoyer en l'air avec ces produits exquis, ces ravissements de l'âme et de l'esprit... Non ?

En tout cas il y a une chose que ni la drogue ni rien n'arrêtera, c'est la passion de Kaz pour la cuisine. Défoncé ou clean, il mettra tout en oeuvre pour cuisiner de bons petits plats, car c'est sa passion depuis tout petit. Il adore s'appliquer à créer des plats d'envergures ou de simples casses-croutes exquis et de bonne qualité. C'est le genre de type qui fait d'un poisson pas frais un succulent poisson accompagné de riz humain avec une bonne sauce. Enfin, il saît sauver les apparences et ne peut faire de miracle avec des aliments de mauvaise qualité, mais vous aurez l'impression d'avoir bien mangé avant d'être pris de vos crampes d'estomac ou d'une indigestion au moins. Il adore faire de la bonne cuisine et la satisfaction de ceux qui mangeront ses plats le motivent. Il adore décrypté leur expression à la première bouchée et en cas de succès cela lui confère une joie intarissable. En cas d'échec et de critiques... eh bien il se vexe, entre dans une rage folle et flingue le client et tout son entourage avant de confectionner un plat avec ses restes pour sa descendance. Non mais oh, y a des limites.



Complément d'informations (facultatif)


Signe(s) distinctif(s) : Junkie. Cuisinier et agent du SSC ré-habilité.
Relations avec les autres : Réservé aux premiers abords, mais sociable et obsédé par la justice.
Des liens prédéfinis Un en cours d'élaboration



Et vous ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

MessageSujet: Re: Kazar Voth, cooking with some drugs   Sam 19 Jan 2013, 21:46
Rebienvenue alors cher Kazar

Un de ces quatre faudra reparler des liens prédéfinies pour voir si on peut s'entendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

MessageSujet: Re: Kazar Voth, cooking with some drugs   Sam 19 Jan 2013, 22:15
Merci, en effet, je ne me rappelle plus de ce qu'on avait parlé, un butarien ? Il faudra que tu me mp à propos de ça !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant / Black Horse Foods
Rang : Mercenaire / PDG
Voir le profil de l'utilisateur


Administrateur
Messages : 486
Crédits : Gifs : gmacht-rpc

MessageSujet: Re: Kazar Voth, cooking with some drugs   Dim 20 Jan 2013, 09:57
Bienvenue à toi.

Garanen viendra bientôt te valider, je pense. Bon jeu parmi nous en tout cas Fishman


Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

MessageSujet: Re: Kazar Voth, cooking with some drugs   Dim 20 Jan 2013, 10:58
Salut à toi et bienvenue !

Et bien c'est une sacrée fiche que tu nous as fait là. Bravo. Intéressante, longue et bien écrite. je valide.

Si tu as besoin de trouver un RP, n'hésite surtout pas à contacter des joueurs ou les MJ.

Quelques liens utiles pour te guider sur notre forum :

Si jamais tu as besoin d'un MJ, tu peux faire ta demande dans cette zone : http://www.masseffect-reborn.net/t572-demande-de-mj

Besoin qu'un joueur t'accompagne dans un de tes RP ? Tu peux faire une demande ici : http://www.masseffect-reborn.net/t573-demande-de-joueurs

Et c'est d'ailleurs ici : http://www.masseffect-reborn.net/f129-missions-et-scenarios-rp Que tu peux t'inscrire si tu le souhaites, lorsque des missions sont proposées.

Pour en savoir plus sur les RP important de la trame principale qui se sont déjà déroulé, tu auras un résumé ici : http://www.masseffect-reborn.net/f110-chapitres-du-scenario

Cependant si tu ne sais pas quoi faire, et que tu aimerai malgré tout RP tu pourras faire une demande de mission ici : http://www.masseffect-reborn.net/f125-demande-de-mission

Il y a également une annonce qui est faite chaque semaine par le Staff, nommé "Bulletin Officiel", que tu pourras trouver ici : http://www.masseffect-reborn.net/t1056-news-du-forum-bulletin-officiel-d-information Tu y trouveras toutes les nouveautés, c'est ici que le Staff communique sur les projets à venir ou informe sur certaines choses.

Ensuite, après cette validation, une boutique sera crée pour ton personnage ici : http://www.masseffect-reborn.net/f163-boutique Tu trouveras toutes les informations nécessaires dans celle-ci. Cependant sache que dans le cas où tu voudrais une signature, elle ne pourra être mise qu'à partir de 10 point PRP. (Tu comprendras tout dans la boutique ne t'inquiètes pas).

Avant de pouvoir commencer à RP cependant, tu dois signer la charte du forum : http://www.masseffect-reborn.net/t974-charte-reglement

Et pour finir, et pour que ton personnage puisse se lancer, nous allons te proposer un petit RP, très court à L'Académie Shepard, permettant d'introduire ton personnage dans le RP : http://www.masseffect-reborn.net/f53-academie-shepard Un sujet va être crée dès ta validation.

Voilà, je pense que c'est tout pour les points importants, cependant nous restons à ta disposition pour toutes autres questions, n'hésite pas à prendre contact avec les membres du Staff au besoin voir d'autres joueurs. Cette liste de liens n'est pas forcément des plus pratique cependant. J'en conviens. Nous sommes actuellement en train de travailler à une autre méthode. Alors si tu as des questions, hurles ! Et on accourra. Very Happy

Je te souhaite donc bon jeu parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

MessageSujet: Re: Kazar Voth, cooking with some drugs   Dim 20 Jan 2013, 11:09
Merci beaucoup ! Je vais emmagasiner toutes ces infos et faire le nécessaire !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Haut-Veilleur
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.net/t867-keedan-braha-n-base-de-donnees-personnelle


L'Âme et le Maître des Codex
Messages : 954

MessageSujet: Re: Kazar Voth, cooking with some drugs   Dim 20 Jan 2013, 19:53
Bienvenue parmi nous Kazar Redman Puisse-tu te plaire parmi nous ! Fishman



    - L'ombre est omniprésente. Ne pas la voir ne signifie pas qu'elle n'est pas sur toi -
    Titres honorifiques:
     
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Kazar Voth, cooking with some drugs   
Revenir en haut Aller en bas
 

Kazar Voth, cooking with some drugs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Anciennes fiches-