AccueilRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez
 

 Ailes Brisées

Alec Sykes

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Alec Sykes
Membre
Messages : 310

Ailes Brisées Empty
MessageSujet: Ailes Brisées   Ailes Brisées Icon_minitimeMer 09 Oct 2019, 22:55

► █ Date : Fin Juillet 2204 RP Violent
Abbadon Bynare ♦️ Alec Sykes
Ailes Brisées

Près de trois ans qu'il n'avait pas mis les pieds dans la Nébuleuse du Sablier. Depuis la fin de la traque de Machiavel pour être plus exacte. La plus grande menace d'alors avait disparu dans un cataclysme radioactif et de biotique comme on en avait pas vu depuis la défaite des Moissonneurs. Et pourtant, ce qui fit la une des holonews pendant un temps avait depuis longtemps été balayé par une autre menace dans les esprits à la mémoire courte. Mais comment leur en vouloir? Depuis sa mort, le Turien noir à la psychée dérangée par de multiples supplices et exactions n'avait que très peu fait parler de lui en comparaison des autres œuvres de l'Ordre. Même aujourd'hui encore, alors que l'organisation avait été démantelée, la galaxie portait toujours les stigmates des agissements de puissants et savants fous œuvrant dans l'ombre à réaliser des ambitions insensées. L'apparition soudaine de l'Energie Noire, dont Alec se considérait encore comme un instrument malgré lui, le combat mené contre sa prolifération puis son éradication finale avaient depuis longtemps éclipsé les "accomplissements" de l'ancien Kabalim.

Bien moins encore étaient aujourd'hui conscients de la complexe mécanique d’engrenages qu'avait mis en branle l'individu le plus recherché de l'époque en faisant de la galaxie son terrain de jeu. Fruit d'expériences innommables et contre-nature, le Frankenstein moderne qu'avait finit par abattre le Conseil projetait toujours son ombre sur l'échiquier galactique...

Cette région de l'espace, depuis toujours laissée à l'écart depuis l'ouverture des Relais, grouillait désormais de vie depuis le succès rencontré par la Flotille Pirate, comme se plaisait à l'appeler les médias conciliens pour la dénigrer. Nombre d'analystes, amiraux et politiques rivés dans des fauteuils bien trop confortables pour envisager les quitter, ne faisaient que se jouer d'un rassemblement aussi hétéroclite lorsqu'ils devaient s'exprimer publiquement. Tant par soucis de ne pas inquiéter l'opinion publique que pour limiter les vocations insensées à rejoindre des hors-la-loi n'ayant pour seul intérêt que le pillage et une liberté totale d'action. Un point sur lequel Sykes pouvait au moins se trouver un point de vue similaire avec les pirates, terroristes et esclavagistes qu'il avait combattu dans les ruines d'un monde pénitentiaire Turien. Ce fut cette liberté, associée à un désir de vengeance et de réponses, qui l'avait motivé à accepter le poste le plus dangereux des forces de sécurité conciliennes. C'est cette liberté totale qui faisait qu'il employait aujourd'hui des moyens détournés des canaux officiels pour trouver ce qu'il venait chercher dans un coin aussi reculé.

- « La frégate est en position. Aucun déplacement d’appareil suspect détecté dans le système. Le cargo et le remorqueur nous suivent de près. Mes hommes se préparent à agir sur votre signal. »

La trogne couverte de cicatrices d’un Turien en armure se détachait de l’omnitech de l’Humain. Jusqu’ici occupé à détailler avec une attention presque malsaine la surface accidentée d’Hagalaz, planète au climat dérangé et à l’activité minière en déclin du système Sowilo depuis le hublot d’un Kodiak le rapprochant de sa destination, Alec s’en arracha comme à regret pour considérer son interlocuteur. Un autre être vivant occupait la soute à ses côtés. Et quoique plus frêle de stature malgré son armure, le Galarien du duo se trouvait de loin être celui avec le tableau de chasse le plus impressionnant en matière d’accomplissement chez les Spectres. Il n’était toutefois pas l’objet immédiat de l’attention de son collègue, qui échangeait avec le responsable de leur force d’appui. Qui n’avait rien à voir avec un commando de la Hiérarchie ou l’UCIP comme on aurait pu le penser, mais constituait plutôt la force d’élite d’une société militaire privée d’Illium. La compagnie AGS.

- « Bien. Restez en couverture des appareils de soutien jusqu’à l’assaut. Sans eux nous ne pourrons récupérer la corvette. Que vos hommes gardent à l’esprit qu’il s’agit avant tout d’une mission de sauvetage et de récupération. Vous aurez carte blanche sur la puissance de feu à déchainer sitôt ces objectifs remplis. »

- « Nous sommes des professionnels… » Coupa le colosse de Palaven d’un tic agacé.

- « C’est pourquoi j’ai déjà opéré avec vous, pourquoi je vous paye aujourd’hui, et vous paierait à nouveau dans le futur Terlio. Soyez fidèle à votre réputation d’excellence et vous pourrez bientôt trinquer dans un club d’Illium avec une bonne prime et de possibles bonus suivant la tournure que prennent les choses… Arès, terminé.»

L’hologramme s’évanouit aussi soudainement qu’il était apparu lorsque les dents aiguisées du piaf se mirent à luire brièvement d’un éclat primitif. Le Spectre n’avait pas manqué de motiver les mercenaires avec des promesses de butin arraché au complexe pirate qu’ils s’apprêtaient à prendre d’assaut. Tous anciens Légionnaires des forces armées Turiennes, les hommes de Terlio n’en restaient pas moins appâtés par le gain malgré leur code d’honneur si original de mercenaire Turien. Leur faire miroiter des gains supplémentaires à ceux promis par leur contrat du jour ne pouvaient donc que les faire saliver… Lui-même n’avait de toute façon cure de toute notion matérielle aujourd’hui. Seule l’éventualité de récupérer son équipage et ce qu’il restait de son appareil, perdu corps et bien dans la défense de Maitrum, le motivait. Quant à Abbadon, le N7 le soupçonnait de s’être avant tout lancé dans cette histoire par conscience professionnelle plus qu’autre chose. Mais peut-être ne le connaissait-il pas si bien que cela…

Toujours est-il que l’ancien agent du GSI ne cracherait certainement par sur une occasion de récolter des informations sur Tyran, chef de guerre Galarien de la Flotille reconnu pour son rôle de leader sadique au sein de la fragile coalition des Terminus.

C’est en effet une de ses installations qu’ils s’apprêtaient à frapper. Point de relais pour ses vaisseaux et quai de déchargement improvisé au sein d’une ancienne installation minière, l’endroit lui servait de base arrière pour lancer des raids sur des routes de commerce et des colonies aux défenses modérées à inexistantes. Le genre de lieu qu’il valait mieux purifier par le feu lorsqu’on y débarquait avec un commando bien préparé. Mais également celui où Sykes pourrait trouver son vaisseau disparu. Au prix de quelques investissements consentis envers des chasseurs de primes compétents de sa connaissance, le Spectre avait en effet localisé le faible signal de détresse de son appareil. Les membres de son équipage, même si dans un état inconnu, s’y trouvaient également d’après ses informations, ce qui l’avait motivé à monter un raid éclair près de trois semaines après la disparition de son appareil.

Les forces d’AGS, constituées d’une frégate lourde et son contingent de mercenaires Turiens, devaient ainsi remplir le rôle du marteau en s’abattant sur les pirates. Eux joueraient celui de l’enclume. Débarqué en pleine orage magnétique comme il s’en déclenchait chaque jour sur Hagalaz au coucher et lever du soleil, le duo d’agents du Conseil devait pour sa part profiter de la couverture météo pour infiltrer les lieux puis neutraliser les communications et le système de tourelles automatisées de l’avant-poste. A eux alors de donner le signal aux Turiens pour se montrer puis profiter de la confusion pour remplir leurs objectifs respectifs. A ce stade des opérations, une seule certitude demeurait dans l’esprit du seul humain de la force de frappe :

- « Je ne vais laisser que des cendres de cet endroit… Si tu dois récupérer quelque chose, fais-le vite. » Mit ainsi en garde le soldat à l’égard de son collègue.

Une autre façon de dire qu'une fois l'assaut véritablement lancé, plus rien ne limiterait le déchainement de feu si ce n'est la survie des otages. On pouvait dire tout ce que l’on voulait sur le caractère violent ou extrême de l’humain lorsqu’il s’agissait de remplir sa mission. Et qu’il s’agisse de critiques ou d’éloges, il s’en moquait bien tant que ses résultats parlaient d’eux-mêmes. Mais lorsqu’on touchait à des gens à qui il tenait… Des gens qui opéraient avec lui, lui apportaient leur concours et compétences, lui faisaient confiance pour les protéger… Alors mieux valait éviter de l’avoir en face. L’on pouvait y voir une faiblesse à exploiter, mais Alec n’avait qu’une seule idée en tête : récupérer son bien et ses hommes.

Un objectif pour lequel un couteau aiguisé avec soin, une armure révisée jusqu’à l’obsession, un fusil de précision Veuve Noire et un Fusil Venin ne seraient pas de trop. Oh… Et sans oublier le Galarien biotique au palmarès à n’en plus finir qui débarquait à ses côtés à quelques centaines de mètres de leur objectif sous la couverture de la tempête… Sans oublier la cohorte Turienne prête à descendre de l’orbite... Sans oublier les canons de la frégate qui les transportait… Tout ça pouvait servir… Accessoirement…
Abbadon Bynare

Personnage RP
Faction : Spectre
Rang : Agent de terrain
Abbadon Bynare
Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 702
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

Ailes Brisées Empty
MessageSujet: Re: Ailes Brisées   Ailes Brisées Icon_minitimeDim 13 Oct 2019, 11:45

Ailes Brisées
Juillet 2204

Nébuleuse du Sablier, Hagalaz



Nous avons sous-estimé la Flotte pirate, c’est un fait. Nous en avons payé le prix. Mais, à posteriori, en étudiant le nombre d’ennemis et de défenseurs, en étudiant les évadés et les repris, nous n’avons peut-être pas tant sous-estimé les Terminus que ça. Et nous ne leur laisseront pas le temps de remettre au point un nouvel assaut similaire.

Il faut trouver les capitaines les plus influents et les détruire. La Flottille ne peut survivre que motivée par des individus, le sentiment de colère, face à la perte d’Oméga, s’estompant de lui-même. Le problème est le nombre d’individus pouvant, potentiellement, relancer le mouvement, par de grands discours, des déclarations osées, du charisme, des fonds, ou une puissante flottille personnelle. Plusieurs de ces capitaines sont déjà été identifié. Reste à savoir comment gripper l’ensemble : les éliminer eux, ruiner leur influence, les retourner ? Je l’ignore.

Entamer un travail de sape ainsi, en frappant une station relais de Tyran, en y récupérant des alliés et possiblement des informations, me semble une bonne méthode. Il est amusant que Alec Sykes semble suspecter un intérêt divergent chez moi.

« Il y a toutes les chances que ton équipage ait vu ou entendu des informations intéressantes. À l’inverse, je doute d’y trouver des plans précis sur ce que prévoit Tyran, ou sur son réseau. Autant ne pas laisser quoi que ce soit d’utilisable au pirate. »

On ne dispose pas de plans précis des lieux, mais qu’importe. Une base arrière servant de relais, donc suffisamment investie pour ne pouvoir être évacuée rapidement, mais pas fortifiée au point de devenir un centre primordial pour le pirate. La détruire le ralentira, le vexera dans son orgueil, mais l’important est surtout que cette ancienne installation minière ne devrait pas réserver trop de surprises. Les lieux sont optimisés pour le stockage, pas comme forteresse. Je modifie l’hologramme représentant la base adverse, mettant en place la météo. La tourmente de Hagalaz est parfaite.

« Infiltrer sous ce couvert sera un jeu d’enfant. Je tâcherai de trouver rapidement où sont ton vaisseau et ton équipage. »

Simple et efficace. Même sans les mercenaires, les pirates n’auraient probablement eu aucune chance. Mais mieux vaut être prudent, quand d’autres vies sont en jeu.

*****



Je chancèle légèrement sous le vent en posant pied sur la planète. Les mini-pods sont pratiques, discrets, mais assez instables. Une gêne inintéressante, je m’engage sur ma propre voie, parallèle à l’humain. La base apparaît rapidement à l’œil nu, mais reste invisible pour les capteurs, perturbés par la tempête. Ce qui signifie aussi que nos ennemis n’ont aucune chance de nous voir. Venom en main, camouflage optique activé quand nécessaire, j’arrive en premier au portail fermant l’installation.

Alec me couvre tandis que j’entame l’ouverture des lieux. Sécurité… médiocre. Un chemin de ronde déserté, les pirates préférant s’abriter. Une technologie robuste et efficace mais primitive. L’idée d’un assaut d’envergure n’est apparemment pas envisagée. Un entrebâillement se fait, l’humain ouvre la marche.

Derrière, une salle de déchargement, plusieurs véhicules visibles, pas de passage, mais une salle de contrôle voisine, derrière une vitre. Deux gardes y sont, nous remarquent, trop tard, Sykes les a abattus. Je passe la vitre brisée, commence à infiltrer les commandes. Toute la sécurité n’y est pas, mais les listes des vaisseaux arrivés et leurs contenants.

« Tout est là. Le vaisseau et l’équipage. Le premier est dans un hangar en attendant d’être ‘recyclé’. Les tiens sont apparemment enfermés en sous-sol. Je transfert les plans. Le centre de sécurité est au cœur de leur base, l’ancien poste de contrôle minier. Il est aussi connecté à l’antenne relais de la station, mais ils ne pourront pas envoyer de message avec cette tempête. Il sera difficile de l’atteindre sans être repéré, mais une fois dedans, on peut le refermer pour le tenir le temps que les turiens arrivent. »

Je referme l’ordinateur, ayant les informations nécessaires.

« Soit ça, soit on rejoint ton équipage pour le libérer et le mettre à l’abri avant de s’occuper du reste de la base. Je peux aussi me charger seul du centre de contrôle si on veut profiter de l’effet de surprise. »

 

Ailes Brisées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Nébuleuse du Sablier-