AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez
 

 La Flotte des Terminus - La Défense

Maitre du Jeu
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Compte staff
Messages : 4755

La Flotte des Terminus - La Défense Empty
MessageSujet: La Flotte des Terminus - La Défense   La Flotte des Terminus - La Défense Icon_minitimeJeu 13 Juin 2019, 22:31
► █ Date : 30 juin 2204 RP Tout public◄
Alec Sykes ♦️ Ravi Vertax ♦️ Tatanka Stultus
La Flotte des Terminus



[Intrigue] La Flotte des Terminus - La Défense

30 juin 2204



Maitrum, orbite

-Spatioport de Maitrum, donnez votre identifiant, vaisseau.

-PSC Chimaera, en mission pour l'Unité Concilienne, code d'identification 2F4O. Nous sommes attendus.

-Attendez la vérification... C'est bon, vous pouvez descendre.

La pilote hocha la tête, pour elle-même, puis amorça le trajet.

-Arrivée dans dix minutes, commandant ! Hey, vous allez nous dire qui ont transporte, maintenant ?

L'avait il entendue ? En tous cas, Sykes ne donna aucune autre information à sa pilote. Les instructions étaient claires : des prisonniers VIP, à escortés discrètement et rapidement sur Maitrum, où ils seraient emprisonnés jusqu'à leurs procès respectifs... Si ceux-ci arrivaient un jour. C'était un fait connu : en tant que prisonnier, on ne sortait pas de la planète carcérale turienne. Ce n'étaient pas les tentatives avortées, ayant lieu chaque année, qui prouveraient le contraire : sur cette planète, sortir sans combinaison revenait à mourir en quelques heures sous le jour éternel de la planète, sans eau, sans végétation, sous un soleil de plomb, traqué par les forces de sécurité équipées en navettes, petits vaisseaux et satellites.

Le record actuel était de 45 minutes de fuite. Pour ceux ayant été retrouvés vivant, évidemment.

Maitrum était un enfer, que les prisonniers du PSC Chimaera méritaient, quelques soient leurs crimes. Car leurs identités, origines, actes, n'avaient pas été divulgé par le Conseil et le Triumvirat. Les deux instances estimaient simplement que ces individus, enfermés dans un bloc d'acier les maintenant en stase, étaient suffisamment dangereux pour que nul ne sache quoi que ce soit sur eux.

*****



Maitrum, salle d'accueil des prisonniers

Le colonel turien Perus, qui les accueilli, était grand, froid, sec, professionnel. Un militaire et un gestionnaire à la fois, l'un des rares membres du personnel à rester sur place plus de deux ans. Lui et Sykes échangèrent quelques paroles, puis l'équipe carcérale s'empara du chariot transportant le caisson à prisonnier, et l'emportèrent dans les profondeurs de la prison.

-Merci pour l'escorte. Je vais vous raccompagner maintenant. Le colonel Perus emboîta le pas aux membres de l'Unité. Je vous aurai bien proposé de vous dégourdir les jambes avant de repartir, mais les lieux ne sont pas propices. Vous serez mieux dans votre vaisseau, à regarder le déplacement de la Citadelle.

C'était le grand jour en effet. La Citadelle se déplaçait, reprenant sa position historique. Pour l'occasion, une flotte largement renforcée l'accompagnait, garantissant sa sécurité : il se disait que c'était en prévision des menaces diffusées par la "flotte" pirate. Quoiqu'il en soit, le déplacement était aussi l'occasion de distraire le regard de la galaxie, permettant de faire passer un convoi de prisonniers bien plus facilement.

Le trajet se déroula dans le calme, un calme brutalement interrompu lorsque les membres de l'Unité atteignirent la corvette. Brutalement, une alarme retentit, les soldats turiens s'activèrent, rejoignant leurs positions d'urgence. Le colonel turien s'interrompit, penché sur son omnitech. Il blanchit à vue d’œil.

-Une flotte... Une flotte nous attaque. Comment... Il se reprit. Commandant Sykes, je dois organiser la défense de ma prison. Si vous l'acceptez, votre corvette serait d'une grande aide, en orbite. Nos agresseurs sont nombreux.



____________INFOS MJ____________


C'est parti !

Alec, Ravi, Tatanka, vous êtes évidemment tous ensemble, réunis dans le cadre d'une opération d'escorte de l'UCIP.

Perus compte sur vous pour l'aider à défendre la planète, notamment en rejoignant la flotte pour empêcher les pirates de descendre sur le sol. Mais il n'ets pas votre supérieur hiérarchique, à vous de voir comme vous agissez.

Comme d'hab, une semaine pour répondre, en cas de retard vous êtes passé, les conséquences dépendent de la situation, je suis dispo si vous avez des questions !






La Flotte des Terminus - La Défense 1408461301-sans-titre-1
Tatanka Stultus
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Soldat
Membre
Messages : 33
Crédits : Studio Trigger tmtc

La Flotte des Terminus - La Défense Empty
MessageSujet: Re: La Flotte des Terminus - La Défense   La Flotte des Terminus - La Défense Icon_minitimeSam 15 Juin 2019, 17:03

La semaine avait été un véritable ascenseur émotionnel. Au début de celle-ci, j’avais reçu un mail de l’UCIP me convoquant d’urgence le temps d’une mission « spéciale » pour l’occasion du déplacement de la Citadelle. Une mission spéciale ! Moi ! À peine le temps de dire au revoir aux autres, j’avais claqué la bise aux journées longues et ennuyeuses à garder trois bouts de verdure et les bovins qui les dévoraient, et j’avais embarqué pour la Citadelle.

Bien sûr je pourrais passer du temps à décrire en détail l’émotion de voir ce mastodonte de mes yeux et d’y mettre en bonne et due forme les pieds pour la première fois, mais ça ne serait donner que peu d’importance à la nouvelle qui me tomba sur le bout du nez. Ma mission « spéciale » ne constituait en rien une mission pleine d’aventure et de dangers mais bien une simple mission de transport, loin de la Citadelle en elle-même. Je devais embarquer immédiatement à bord de la Corvette PSC Chimaera pour un transport de cargo en direction de la planète Maitrum, une planète Turienne.


Et me voilà dans un dernier ascenseur m’emmenant au point d’attache de la corvette pour y rencontrer l’équipage avec qui j’allais faire ce voyage. Là maintenant, tout de suite, seul dans cet ascenseur, je vous le dis comme je le pense. J’ai envie de chialer.


Une mission de transport ? Loin, très loin de l’action, c’est là qu’on m’envoyait. Pas sur le front d’un évènement qui restera dans les annales de l’histoire mais sur une planète pourrie dans un coin de la Galaxie. Personnellement, j’ai vu aucun pli de voyage pour la planète Maitrum. Je doute que le Conseil aille y passer ses vacances.


La porte s’ouvre, je m’apprête à sortir machinalement de la machine lorsqu’un énorme elcor -ou du moins, je crois que c’en est un- manque de m’écraser en entrant dans l’ascenseur.
« Préoccupé : Excusez-moi. » grogne la voix improbable et plate de la créature.
« Non, non, c’est rien. » C’était le mauvais étage. « Vous allez où ? »
« Réfléchi : Port d’attache 5-B.
-Ah, moi c’est 5-A, marrant ça haha.
-Intéressé : Vous embarquez ?
-Oui. Je sors de l’Espace de l’Alliance pour la première fois de ma vie.
-Nostalgique : Je me souviens quand j’ai quitté ma maison moi aussi, c’était en-- » La porte s’est fermée à ce moment-là, mais je vous assure que ça a été le voyage en ascenseur le plus long que j’ai jamais vécu.

La porte se rouvre après ce qui a semblé être une éternité.
« … nous étions complètement encerclés et—
-Oui oui euh, merci beaucoup pour cette histoire fascinante monsieur, euh, madame, je dois y aller, je suis en retard hein ! »
Je sais qu’iel m’a répondu quelque chose, mais j’ai pas écouté quoi, j’ai juste couru vers le port A.

La bête est énorme. J’ai vu des navires plus gros que ça, mais j’ai rarement mis les pieds dedans. Je sors le pad qui m’a été donné pour être sûr d’être au bon endroit. Port d’attache 5-A, Corvette PSC Chimaera (le même nom est écrit en grandes lettres juste sous mon nez), pas d’erreur possible. Je range le pad et m’avance d’un air pseudo assuré. Bon, quitte à être là, autant faire bonne figure. Tu y vas, tu fais ta mission, tu déchires et tu te fais remarquer par l’UCIP. Au prochain coup, pour sûr, ils t’appellent pour un truc plus—
« Dégage du chemin, tu veux ? »
Un type portant de grosses caisses manque de me renverser et se dirige à grands pas vers l’entrée du vaisseau. Paye ta politesse surtout. Une femme rousse me fit un signe de la main.
« Je peux vous aider ?
-Hein ? Ah ! »
Ressaisis-toi Stultus, elle a l’air importante ! Je claque des bottes et salue ostensiblement. Ces mois passés à rien faire m’ont presque ramolli le cerveau c’est pas possible.
« Soldat Tatanka Stultus au rapport ! L’UCIP m’a fait appeler pour une mission spéciale de transport—
-Oh ! » Elle me fit signe de me taire. « Tu veux le crier plus fort pendant que tu y es ? »
Je salue à nouveau.
« Pardon capitaine, je ne pensais pas que ces infos étaient confidentielles !
-Il va falloir te calmer, je ne suis pas capitaine, je suis le second du Chimaera, Tamara O’brien. »
Je salue à nouveau.
« Toutes mes excuses madame !
-Arrête de saluer ! »
Je salue à nouveau, ouvre la bouche, secoue la tête, puis range mon bras. Les vieilles habitudes, c’est comme le vélo. On croit avoir tout oublié, mais ça revient à la charge comme un taureau.
« Ahem. Désolé. »
Elle soupire puis regarde rapidement sur son omni-tool.
« Oui, Stultus, tu es sur la liste. Soldat hein ? Pas trop peur à l’idée de travailler à côté de deux spectres ?
-Spectres, madame ?
-Bon, je vois que tu es autant au courant que tu devrais l’être. Viens, je vais te montrer rapidement le navire. »
Je salue une ultime fois.
« Mauvaise habitude. » conclue-je face à sa mine dépitée.

Elle me présenta d’abord le pont, quelques membres importants de l’équipage, puis alla me montrer là où je dormirai pendant le voyage.
« Et derrière cette porte tu trouveras-- » Son explication fut interrompue à peine la porte ouverte elle par une masse qui me sauta dessus.
Un énorme varren venait de me coller à terre. J’avoue, j’ai pas bougé. J’étais terrifié. Honnêtement j’ai cru que c’était déjà la fin pour moi. Et avant de pouvoir me poser la question de pourquoi diable un varren s’était faufilé au sein d’une Corvette de spécialistes dont le capitaine était un maudit spectre… la bestiole me lécha langoureusement le visage, laissant une trace de bave dégoulinante à l’odeur fétide derrière le passage de sa langue.
« Alpha ! Couché ! Pas de panique, je te présente notre bonne mascotte. Elle t’aime bien on dirait. Tant mieux pour toi. Mais évite qu’elle te lèche trop souvent, à la longue, la bave de ces bêtes-là peut attaquer comme l’acide. »
J’enlevai avec ardeur le liquide visqueux de mon visage, et me préparai psychologiquement à l’idée de passer le voyage avec une saloperie pareille.



Le reste du voyage passa comme une flèche. On s’habitue au varren plus vite qu’on ne devrait, on joue même un peu avec jusqu’à ce qu’il tente de vous englober la main par un coup de croc amical, puis on y réfléchit à deux fois. Une partie de l’équipage m’était très sympathique, bien que d’autres répondaient nettement moins bien à mes tentatives de socialisation. Immédiatement désigné comme le gaillard qui n’allait pas faire long feu, j’étais comme une brebis au milieu des loups et des renards, vétérans jusqu’à la moelle. Une partie d’entre eux ne m’adressait même pas la parole. Le gaillard qui m’avait si chaleureusement accueilli lors de mon arrivée au quai 5-A, un certain Senay Fikru, prit cependant un intérêt particulier pour moi dès qu’il su que je venais de Protheus. J’avais beau tenter de percer la carapace de la charmante Ingénieure, celle-ci semblait particulièrement hermétique à ma présence. Parvenant plutôt bien à fraterniser avec les deux pilotes, il y a cependant quatre passagers que je n’osais pas approcher.
La seule asari présente à bord. La dernière fois que j’en avais vu une de près, elle ne m’avait pas laissé un souvenir particulièrement agréable visuellement parlant. Les corps à moitié déchiquetés, ça ne m’amuse guère. Je préférerais me tenir à distance de ces mémoires-là.
Le doc, que je ne voyais presqu’en compagnie du capitaine depuis qu’il m’avait examiné pour vérifier que je ne transportais pas une sale maladie à ramener à bord. Il me rappelait quelqu’un que je n’appréciais pas beaucoup, mais je n’arrivais qu’à toucher la sensation du bout des doigts.
Le capitaine, je ne l’avais vu que peu de fois pendant le voyage. Je l’évitais presque honnêtement. Le fait de savoir que c’était un spectre me faisait peur de manière presque incompréhensible. J’avais tellement peur de gaffer près de lui que je préférerais ne pas trop languir sous ses yeux.
Il y avait aussi cette turienne. O’brien m’avait avoué qu’elle était spectre également. J’éprouvais donc clairement la même sensation qu’avec le capitaine, mais en mille fois pire, puisqu’en plus d’être imposante par sa fonction, elle en imposait par son espèce, à laquelle je n’étais pas encore bien habituée.

Tout ça pour dire qu’après un voyage me rappelant les superbes mois passés sur Tyr, on allait enfin déposer cette cargaison secrète dont personne ne voulait me toucher mot, et repartir de l’autre côté.


30/06/2204 -- Maitrum


La cargaison n’est en fait qu’une énorme caisse de métal mise sous stase. Pas très impressionnant. Mais au fond de moi, en mettant mon casque sur mon crâne, je ne peux m’empêcher de penser : deux spectres pour une maigre cargaison sur une planète reculée loin du danger ? Sac à papier, il y a un truc pas net là-dedans.

La porte du vaisseau s’ouvre, et je descends avec la petite équipe accompagnant la caisse à l’intérieur. Les interprétations de l’atmosphères par mon armure m’indiquent qu’il serait bien bon de rester le plus longtemps à l’ombre possible, voir à l’intérieur. Autrement, on ne ferait pas long feu. Devant moi, les deux spectres. Je ferme la marche avec un autre et me fait discret. Tu vas finir cette mission, puis tu vas aller voir l’UCIP et tu vas leur demander une autre affectation, qu’ils ne pourront bien sûr pas te refuser voyant l’excellent travail que tu as accompli durant cette mission.

Une armoire à glace de turien nous accueil, échange quelques mots avec le capitaine que je n’entends pas bien, puis nous fait signe de rejoindre la sortie pendant que la caisse se fait emmener à l’intérieur. Tout ça pour ça. Quelle histoire. On nous raccompagne jusqu’à la Corvette, juste comme ça. Juste. Comme. Ça.


Une mission rondement menée. Avec ça, je devrais probablement pouvoir—

« Une flotte… Une flotte nous attaque. »

Il y a comme un silence. Un long silence. Puis tous les regards se tournent vers le capitaine.


Une mission rondement menée.



Spoiler:
 
Alec Sykes
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Membre
Messages : 305

La Flotte des Terminus - La Défense Empty
MessageSujet: Re: La Flotte des Terminus - La Défense   La Flotte des Terminus - La Défense Icon_minitimeMer 19 Juin 2019, 00:15

- « Spectre Sykes… Le Conseil est en session extraordinaire pour superviser le déplacement de la Citadelle et s’entretenir avec la presse et des officiels. Ils ne peuvent… »

L’Asari qui se dessinait sous forme holographique devant les yeux d’Alec avait depuis un moment perdu toute la grâce propre à ses consœurs. Sa tenue recherchée d’officielle et porte-parole du cabinet du Conseil de la Citadelle avait pourtant de quoi impressionner, voire tenir en respect ceux auprès de qui elle était amenée à exercer sa fonction. Hélas, le rythme effréné qu’on lui imposait depuis maintenant plusieurs jours ainsi que l’urgence de la situation ne l’aidaient en rien à rester impassible ou même sereine. L’attitude bourrue et insistante de son interlocuteur humain, qui occupait la salle de comm’ d’un appareil situé bien au-delà d’une distance qu’elle pouvait concevoir, n’était pas elle aussi d’un grand secours, bien au contraire.

- « Je me fous de qui vient serrer des mains ou lécher le cul du Conseil… »

La réponse fut tout aussi cinglante qu’on aurait pu s’y atteindre de la part d’un N7 à qui l’on imposait une situation de merde après une mission tout aussi… discutable. Et le tout en temps réel, grâce à la magie – quoique coûteuse – de l’ansible reliant le Chimaera à la Citadelle. En armure, casque sous le bras et déjà armé, le brun donnait l’image d’un va-t’en guerre au bord du précipice que représente la bataille.

- « Vous ne pouvez pas… »

- « Maitrum est attaquée. Perus et sa garnison sont assaillis par la flotte coalisée des Terminus. Dépêchez immédiatement les frégates déjà armées de l’UCIP en renfort et dites à Malnis que la force de réaction rapide de la Septième Turienne sera la bienvenue au milieu de ce merdier… »

- « Votre demande… Vous devez comprendre qu’il faudra au minimum plusieurs heures aux appareils les plus proches pour rejoindre le système si elle est acceptée. »

- « Je le sais bien… Dites au Conseil et à la Hiérarchie que c’est la crédibilité Turienne et le renforcement éventuel de l’effectif ennemi qui sont en jeu… Voilà qui devrait les bouger… Sykes, terminé. »


Dépassée par ce qu’on lui demandait et les enjeux du sujet, la malheureuse native de Thessia disparut au moins aussi soudainement que son hologramme s'évanouit. Sans doute s'empressa t-elle de rapporter la demande d'aide de l'humain auprès du Triumvirat et du Conseil de la façon la plus rapide - et discrète - qui soit. Laissant supposément seul le commandant de la corvette dans une intense réflexion, une autre voix distante se fit pourtant entendre dans le dos de la silhouette en armure.

- « Vous n'êtes pas doué avec les officiels, mais vous savez au moins trouver les bons arguments pour motiver les Turiens... »

- « J'ai été à bonne école Colonel... » Il glissa au responsable de la défense de Maitrum un sourire contrit en poursuivant. « Nous ne rejoignons pas la flottille de défense, vous l'aurez compris... Le contact radio ne se fera plus qu'à notre seule initiative. »

- « Vous avez un plan d'action en tête? »

- « Ça se pourrait. Je n'ai pas à vous conseiller Colonel... Mais vos appareils ne doivent pas briser leur formation ou se montrer trop téméraires, sans quoi notre ligne de défense tombera pour de bon... Quant à vos pensionnaires... Si vous en arrivez à la même conclusion que moi, vous pourrez faire savoir que la directive de les neutraliser définitivement, et en masse si nécessaire, pour couper court à tout risque de révolte ou d'évasion venait de moi... Chimaera pour Maitrum... Terminé. »

C'est l'ensemble du panel holographique qui disparut cette fois-ci, alors que l'obscurité qui baignai jusque-là la pièce fit place à l'éclairage artificiel du pont 1. Les options que l'on venait d'évoquer n'étaient ni les plus subtiles, ni les plus saines à concevoir et exécuter, mais elles reflétaient le genre de mesures qu'il faudrait prendre pour éviter un désastre total. Et tant pis s'il devait en être désigné responsable après coup. A moins qu'ils n'en partagent le fardeau à plusieurs? Car une silhouette familière, élancée et plus haute que celle du Commandant d'au moins une tête, se manifesta au travers de la lumière alors qu'ils s'apprêtaient à descendre vers la soute pour embarquer.

- « J'espère que tu as trouvé tes quartiers et ton voyage à bord agréable... Mais on dirait qu'il est temps d'aller voir ce qui se fait chez nos bruyants voisins... »

La grimace blasée qui accompagna ses mots à une Turienne survoltée et prête à en découdre fut la dernière preuve de vie au sein de la zone. Bientôt, c'est le bruit presque synchro de bottes d'armures qui parcouraient la passerelle de commandement pour rejoindre l'ascenseur central qui mit fin à la présence de Spectres au sein du centre de décision et d'action du PSC Chimaera...

***


Les moteurs des deux UT-47 furtives embarquées grondaient déjà. Au delà des pilotes et du personnel mobilisé pour en préparer le décollage, c'est un total de douze individus armés d'espèces différentes, quoique uniquement celles membres de l'UCIP, qui faisaient leurs dernier préparatifs. Si l'on comptait un ou deux rookies dans le tas, la plupart devait avoir vu au moins autant de combats que les deux agents du Conseil dont la mission venait drastiquement de changer. Sans doute bien plus si l'on comptait les deux Krogans de l'effectif et leurs collègues Asaris formant l'arsenal biotique du commando, mais ceux-là étaient hors catégorie. Toujours est-il qu'aussi expérimentés soient-ils, ou non, le groupe hétéroclite dans sa composition représentait ce que l'espace concilien avait de mieux à offrir. Des compétences, un savoir-faire et du matériel supérieurs représentaient leur meilleur allié face au nombre écrasant de l'ennemi qu'ils s'étaient choisi.

Ça... et l'effet de surprise.

Faisant signe à tout le monde de se regrouper au milieu du hangar avant d'embarquer, Sykes se lança dans un rapide briefing pour expliquer les grandes lignes de leur mission et l'avancement des affrontements à l'extérieur. Mais avant...

- « C'est fait? » Commença t-il par questionner à l'attention de Lys'andra, l'Asari qui occupait le rôle d'experte technologique et en cyberguerre à bord du Chimaera.

- « C'est bon patron. On a changé le signal du transpondeur en remontant dans l'atmosphère... Il nous prendront pour un de leurs appareils. Du moins pour un moment. » Opina du chef l'intéressée en vérifiant les jointures de son armure.

L'attention du Spectre se porta alors une unique et dernière fois sur chacun d'eux, exposant l'option qui avait été retenue pour que le faible effectif qu'ils représentaient soit d'une quelconque aide dans tout le merdier que représentait cet assaut et la future évasion de masse qui en résulterait bientôt.

- « Vous l'aurez compris, nous n'opérons pas en surface, mais directement chez l'ennemi... Lys' s'est chargée de faire passer le Chimaera pour un appareil pirate en reprogrammant la balise du vaisseau. Ils croiront que nous sommes la Gorgone, arraisonnée en secret, il y a de ça un mois par l'Alliance... Ça nous permettra de donner le change suffisamment longtemps pour approcher de ceci... »

Bidouillant son omnitech un instant, l'humain fit apparaitre devant leurs yeux à tous la projection d'une partie de la flotille pirate. Au milieu d'une dizaine d'engins dont la taille variait du transport léger à celui d'une frégate, un appareil plus imposant encore se dessinait. Et même si son allure générale semblait chaotique, signe qu'il avait été sujet à de nombreuses modifications et réparations au fil des années, l'engin n'en paraissait pas moins impressionnant par ses caractéristiques en comparaison de la plupart des épaves qui constituaient la force de frappe des Terminus.

- « Un Croiseur à en juger son tonnage. Capitaine: Inconnu. Effectif: inconnu. Il semble jouer le rôle de tour de contrôle pour une bonne partie de la flotte, à en juger les bribes de communications que l'on est parvenus à capter. Chacun opère selon ses propres intérêts dans cette coalition, mais si l'on parvient à s'occuper de cet appareil... On peut tirer profit de sa position au centre du dispositif pour faire du dégât. Je m'explique... »

L'hologramme ne se mit plus qu'a afficher le seul croiseur en question. Retransmise en direct à partir des observations faites par les instruments du Chimaera, l'image animée du cercueil de ferrailles crachait à intervalles réguliers des projectiles en direction de ses ennemis conciliens. Pourtant, comme allait bientôt le souligner Alec, ce n'est pas son seul pouvoir de destruction qui les intéressait. Mais bien ce qu'il était possible d'en faire avec les bons outils...

- « Le Chimaera profitera de son camouflage temporaire comme appareil pirate pour nous approcher le plus possible. Nous allons opérer une manœuvre d'abordage depuis l'arrière du croiseur, là où doit se trouver la salle des machines, non loin des réacteurs. Les UT-47 que nous emprunteront disposent de signatures furtives... Ce qui nous permettra de profiter de leur assaut chaotique pour s'arrimer au fuselage et pirater ou découper les sas de maintenance. A partir de ce moment, l'ennemi ne mettra pas longtemps pour s'apercevoir de notre présence. Voilà pourquoi on sécurise la salle des machines, puis on remonte en flèche le pont jusqu'à la passerelle de commandement... Ici... »

Le N7 désigna un instant une imposante baie vitrée qui occupait la façade supérieure du long fuselage rectiligne de l'objectif. Situé à mi-hauteur du vaisseau, le poste de commandement serait leur destination finale à tous. Du moins ceux qui parviendraient à s'y frayer un chemin en vie...

- « La Spectre Vertax et moi-même dirigeront l'opération. Progression sur deux colonnes le long des coursives qui traversent le vaisseau. Pas de prisonniers autres que sur la passerelle. Tirez pour tuer. Et on ne s'arrête pas pour libérer des esclaves ou je ne sais qui... Le temps est la clé de l'opération, impossible de se trainer des poids morts. L'ennemi est plus nombreux et a la maitrise du terrain, c'est pourquoi une fois l'effet de surprise passé, Lys'andra et nos ingénieurs nous feront passer les obstacles mis sur notre route. Quand nous y seront enfin et que le poste de pilotage sera à nous, Lys' chargera dans leur ordinateur de bord un virus de son cru. Ce truc fera tomber les boucliers et fera en sorte que les systèmes d'armement ciblent de façon automatique les vaisseaux les plus proches. Après ça, on évacue en vitesse. »

Des sourires sinistres et approbateurs se dessinèrent sur les visages les plus pragmatiques de la bande, signe qu'au moins une partie de l'effectif approuvait de ce que l'on pouvait aisément qualifier de coup de couteau dans le dos, coup en traitre, ou même... Coup de pute... Mais si cette perspective pouvait se montrer séduisante au vue du caractère bancal de leur situation, sans doute ce que Sykes cru bon de rajouter se montra tout aussi convaincant.

- « Cerise sur le gâteau, ce ver informatique est capable d'infiltrer le registre des communications du bord pour s'attaquer aux vaisseaux récemment contactés... Notre cadeau va donc se répliquer et se diffuser à tous les vaisseaux pirates proches qui ont entretenu une conversation plus ou moins longue avec le croiseur... Laissant un sacré merdier à traiter pour leurs experts... Si on réussit notre coup, on paralyse et détruit une partie de leur appareils, et peut-être même que l'on profite de leur absence de cohésion pour stimuler les règlements de compte au milieu de ce bordel... Tout pour les retarder et permettre l'intervention des renforts... Alors... Au boulot. »

Ses mots résonnèrent comme un ordre. Retrouvant les vieux réflexes d'opérer en commando organisé, Alec paraissait être dans son élément comme jamais. Après avoir eu une pensée pour sa compagne lorsque le merdier de l'assaut s'imposa à eux, le N7 prit sur lui de faire abstraction de toutes ses préoccupations pour se concentrer sur sa seule mission. Ce qui l'amena à presser le pas pour sauter à bord d'une navette, casque fermement vissé sur le crâne, et M-99 Sabre en main. La stratégie maintes fois millénaire du cheval de Troie parviendrait-elle à tromper son monde? Sans doute qu'ils finiraient bien vite par être fixés, alors que la corvette finissait d'approcher à distance de sécurité de leur objectif, larguant son commando à bord de deux Kodiak lancés à pleine vitesse au milieu d'un déluge de feu et de la cohue indescriptible de pilotes casse-cous et têtes brûlées à la recherche de reconnaissance ou même d'une petite vengeance pour le sort réservé par le Conseil à leur foyer, Oméga.

Spoiler:
 
Maitre du Jeu
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Compte staff
Messages : 4755

La Flotte des Terminus - La Défense Empty
MessageSujet: Re: La Flotte des Terminus - La Défense   La Flotte des Terminus - La Défense Icon_minitimeLun 24 Juin 2019, 20:24

[Intrigue] La Flotte des Terminus - La Défense

30 juin 2204



Maitrum, orbite

Lentement, les flottes se déplacèrent. La défense turienne, solide, soutenait un roulement de tirs dévastateurs, chaque volée perçant facilement la ligne désorganisée des pirates, frappant les cibles paraissant les plus intéressantes, tentant de maintenir au mieux possible ses ennemis fasse à elle pour qu'ils ne puissent approcher la planète. Pour les turiens présents en orbite, chaque adversaire de plus était un danger mortel mais un risque de moins pour la prison qu'ils protégeaient. Tous prenaient le risque sans une once d'hésitation.

Mais même la plus farouche détermination a ses limites face au nombre. La flotte pirate acceptait ses dommages, souffrant, mais débordant peu à peu ses ennemis. Face aux turiens, une partie non-négligeable de la flotte, menée par un croiseur rebattis, renommé, reconstruit, au point d'en oublier ses origines quariennes, accentua encore la pression, obligeant les défenseurs à se concentrer sur cet ennemi direct, quitte à ce que d'autres en profitent.

Concentrés l'une fasse à l'autre, aucune des flottes ne vit leurs coups de poignards respectifs arriver.

*****



Le Centenaire, croiseur de Razzor'Anni

Derrière le vaisseau quarien, mêlé à la flotte comme si c'était sa place naturelle, le Chimaera largua ses escadrons commandos. Rapides, efficaces, mortels, ils n'eurent aucun mal à pénétrer l'arrière du vaisseau, découpant les portes d'un sas et posant pied dans le vaisseau. Les ingénieurs présents, les premiers en ligne, n'eurent même pas l'occasion de tirer leur arme. Les ordres des Spectres étaient clairs : pas de prisonniers, capturer la passerelle, avancer sans ralentir alors que les alarmes résonnaient.

Sur la passerelle, l'agitation ne résistait à la panique que par le sang froid de la capitaine. Razzor'Anni tremblait de rage, refusant de perdre son vaisseau, comprenant vite que l'escadron était trop efficace. Elle qui avait craint un instant qu'il s'agisse de rivaux pirates, compris vite que le menace était bien pire.

-Bloquez tous les accès ! Préparer l'évacuation. On dérive vers les lignes arrières, on désactive l'intégralité des systèmes, on les bloque, on évacue, et on revient avec des renforts. Ces bosh'tets me le paieront.
-Que fait on pour le reste de la flotte ?
-Prévenez les nôtres, silence radio en dehors. Hors de question que qui que ce soit connaisse notre vulnérabilité. Et repérer d'où viens cet abordage, balancez toute notre puissance de feu sur le vaisseau ennemi nous ayant infiltré.

*****



Flottille de défense planétaire turienne

La flottille pirate s'étant dangereusement avancée, trop. Concentrés sur la flottille dominée par le croiseur, qui commençait à reculer - le Spectre avait il réussit, où le vaisseau pirate commençait-il à souffrir des attaques infligées ? - les défenseurs turiens n'avaient pu maintenir à distance toutes leurs cibles. Et certaines, a priori peu dangereuses, révélèrent leur véritable nature.

Discrets, solides mais peu armés, gros mais peu impressionnant, des vaisseaux cargos s'étaient approchés. Ils faisaient de bons boucliers aux autres vaisseaux, étaient apparemment renforcés, et contenaient sans doute de nombreux hommes, une flotte de débarquement typique, que les turiens empêchèrent d'approcher la surface de la planète. Mais ces vaisseaux se contentèrent de diminuer la distance les séparant de la flottille turienne, puis les nombreuses sections raccrochés au cœur principales s'ouvrir.

Un essaim innombrable de capsules en sorti. Modifiées, elles fonçaient dans le vide à grande vitesse, ciblant leurs ennemis turiens. Sans hésiter, ceux-ci tirèrent, prélevant leur tribut, mais tant de cibles et si petites... Les premiers vaisseaux furent percutés, les capsules s'enfoncèrent dans les parois comme des pieux, et des pirates en sortirent. Drogués et fous de rage, ils se jetèrent à corps perdus sur les défenseurs, ignorant leurs pertes pour tuer, blesser et capturer tous ceux s'opposant à eux.

À leur tête se trouvait un galarien. Riant à gorge déployée, se battant avec une hache et un couteau, aux tranchants aiguisés par les mods monomoléculaires, Tyran planta son couteau dans le ventre du turien lui faisant face, le mis à genoux, et le décapita, y prenant un plaisir sadique. Tout ceci, le commandant de la flottille turienne l'apprit, par le biais de ses alliés, et par les capteurs externes indiquant que l'essaim d'abordage n'en finissait pas d'attaquer.

-Canonniers, visez les cargos ! Tireurs légers, ciblez les capsules. Tout le monde prêt à se battre sur le vaisseau !

*****



Maitrum, au sol

Le colonel organisait ses défenses. La garnison avait été renforcée depuis l'année dernière, palliant à la désactivation d'une partie des IVs. Mais face à la quantité invraisemblable de pirates assiégeant sa forteresse, il n'était pas sûr que cela suffise. Les envahisseurs étaient menés par un elcor qui avait pris soin de ramener des armes lourdes, et celles-ci pilonnaient sans relâche les murs, créant des brèches. En plusieurs points, les murs de la prison étaient infiltrés, et les siens courraient le risque d'être débordé. La mort dans l'âme, il choisit de renoncer à ses objectifs premiers.

-À toutes les unités, replis vers les plateformes défensives et le centre de commandement. Les défenses automatiques vont être réactivées, et le bouclier anti-solaire levé. Je repête : replis sur vos positions de seconde ligne !

Si les pirates voulaient leurs prisonniers, ils devraient se dépêcher, où ces derniers cuiraient sous le soleil de plomb de la planète, incapables de fuir car hachés menus par les défenses automatisées ne différenciant que la garnison de ses ennemis.


____________INFOS MJ____________


Désolé pour le retard, un gros imprévu m'a empêché de préparer la suite avant mon départ en festival ! ><

Vous avez abordé sans mal le vaisseau de Razzor'Anni, et les défenses ne peuvent que vous ralentir. Cependant, votre cible ne compte pas se laisser prendre, la plupart des fonctions du vaisseau sont hors service, et le Chimeara est très exposé vu sa position dans la flottille.

La flottille turienne et la prison sont toutes deux en difficulté, et vous captez des demandes de soutien, qu'elles visent le Chimeara ou les Spectres. À vous de voir donc : prendre le vaisseau et réussir à le réactiver (mais combien de temps cela prendra ?), reprendre le Chimeara et aidez la flotte (et donc laissez le vaisseau intacte même s'il mettra du temps à redevenir actif) ou encore trouver un moyen de descendre sur la planète ! Razz

Bon courage. Smile

Comme d'hab, une semaine pour répondre, en cas de retard vous êtes passé, les conséquences dépendent de la situation, je suis dispo si vous avez des questions !




La Flotte des Terminus - La Défense 1408461301-sans-titre-1
Alec Sykes
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Membre
Messages : 305

La Flotte des Terminus - La Défense Empty
MessageSujet: Re: La Flotte des Terminus - La Défense   La Flotte des Terminus - La Défense Icon_minitimeLun 01 Juil 2019, 00:30

Des pirates abordés. Au sein même de leur appareil. La notion avait de quoi faire sourire par son ironie. D’autant plus en plein cœur de toute la force de frappe que pouvaient réunir les systèmes Terminus. C’est pourtant bien dans cette folle entreprise qu’Alec avait décidé de se lancer au côté d’un commando concilien dont il ne connaissait finalement qu’un seul membre. La valeur de ses membres avait au moins le mérite d’être garantie par la sélection de l’UCIP, à laquelle les deux agents du Conseil devraient se raccrocher pour mener leur assaut. Le doute n’étant de toute façon pour permis pour mener à bien une opération si périlleuse, le Spectre passa la grande majorité de leur trajet en navette à scruter avec minutie les plans holographiques de l’imposante masse métallique que représentait le Centenaire. Affinés en temps réel à mesure que les navettes se rapprochaient de leur objectif, le N7 put en apprécier avec une fidélité toute relative l’importance au sein de la force hétéroclite que représentait cette flotte des Terminus.

Lorsque le bruit sourd des UT-47 frottant contre la carlingue du croiseur pour s’y amarrer et en percer les sas retentit, l’humain chercha un moment à sonder l’attitude de sa collègue et amie Turienne. Pendant que leurs techniciens s’occupaient à découper plusieurs centimètres d’épaisseur d’alliage, et alors que montait en chacun l’appréhension du combat qui s’annonce, que les armures s’entrechoquaient et que les dernières vérifications d’usage de l’armement s’imposaient… L’esprit du Commandant digressa un moment à songer au caractère plutôt spécial de leur collaboration. Au demeurant plutôt fructueuse jusqu’ici… C’est sous la supervision de Ravi Vertax qu’il avait intégré les Spectres. C’est à ses côtés qu’il avait effectué la plupart de ses missions les plus importantes.

A croire que le sort - ou le Conseil – se plaisait à les mettre dans les pattes de l’un et de l’autre à tour de rôle.

Le sourire amusé qui pointa au coin des lèvres du brun à cette pensée disparut lorsqu’une brèche s’ouvrit dans le Centenaire. Dès que le seuil du sas fut passé, tous se murèrent dans un silence et un état d’esprit mêlant hâte d’en découdre et professionnalisme rigide, voire pragmatique. Preuve s’il en est, la neutralisation des ingénieurs de la salle des machines, qui se fit sans autres tirs que les quelques-uns lâchés par les conciliens. Comme attendu, aucun égard ne fut accordé à ceux œuvrant pour donner vie au croiseur pirate. Armés ou non, inconscients de leur passage ad patres pour la plupart tant l’effet de surprise joua contre eux, ces malheureux ne furent que les premières victimes d’une longue liste.

Alors que son omnilame ressortait tout juste du torse d’un Galarien désormais affalé sur sa console de contrôle, du sang au coin des lèvres, le Spectre harangua le commando pour se lancer à la poursuite de leur objectif.

- « Quatre hommes pour garder la zone. Vérifiez qu’aucun ne respire et préparez l’exfiltration. Les autres en mouvement, sur deux colonnes. Direction la passerelle. Limitez toute communication. On engage tout ce qui se place sur notre route, présence armée ou non. Signalez la moindre perte d’étanchéité dans votre armure… En avant. » Déclara-t-il d’un ton monocorde qu’on lui connaissait jadis très bien au sein de l’Alliance.

Sur son ordre, l’effectif se mit donc en formation, profitant de l’impressionnante couverture représentée par un des Krogans de l’équipe et son bouclier pour offrir un rempart conséquent à toute tentative de riposte de l’ennemi. Aidée par les silencieux montés sur les armes de ses membres, l’équipe entama une remontée relativement rapide des coursives de l’appareil, compte tenu du total de trois-cent mètres à faire en plein milieu d’un appareil ennemi pour rejoindre le poste de pilotage… Abattant de façon systématique tout individu qui croisait sa route, elle eut toutefois fort à faire lorsqu’elle déboucha sur un espace aussi large que les hangars qui occupaient les derniers ponts de l’appareil, pourtant situés plusieurs dizaines de mètres sous leur pied. Arrivée dans ce qui ressemblait à une vaste zone de quartiers pour l’équipage, et plus particulièrement pour le contingent armé du croiseur, le commando n’eut d’autre choix que se rompre sa formation pour investir l’espace.

Comme sur de nombreux bâtiments Quariens, conçus pour de longs séjours dans l’espace, le Centenaire pouvait accueillir de vastes effectifs à son bord, ce qui ne fut pas pour simplifier la tâche des conciliens. Répartis en duo, progressant d’un couvert à l’autre, les combattants déployés par le Chimaera se firent immanquablement repérer dès lors que l’absence de réponse sur les canals de communications se fit trop alarmante. Déjà responsable de bien deux dizaines de décès, le commando se retrouva alors pour la première et unique fois face à une résistance sérieuse.

- « À toutes les unités, replis vers les plateformes défensives et le centre de commandement. Les défenses automatiques vont être réactivées, et le bouclier anti-solaire levé. Je répète : replis sur vos positions de seconde ligne ! »

- « Là ! Nous les avons localisés ! Hangar 5-B, une dizaine d’intrus ! »

Un simple échange radio sur l’omnitech de l’officier de garde, et tout part en couille. Comme quoi le succès d’un objectif tient à très peu… La chose avait toutefois été prévue dès que le Chimaera s’était élancé depuis l’atmosphère de Maitrum. Prendre un croiseur sans déclencher une seule alarme, avec un effectif aussi réduit ? Impensable. C’est bien pour cela qu’ils durent disposer de plusieurs options.

- « On s’entend plus penser ici. Réduisez-moi ces salopards au silence. »
Beugla ainsi l’humain au travers de leurs casques à tous pour donner le coup d’envoi des échanges de tirs.

Abrité derrière une imposante pile de caisses, Alec put donner libre court à ses compétences de tireur pour aligner le moindre morceau d’armure qui pointait depuis la ligne de feu adverse. Se refusant d’ordonner un assaut rapproché dans un lieu si vaste face à un effectif supérieur en nombre, le N7 préféra noyer les pirates sous un déluge de tirs à la précision peu commune. La puissance d’arrêt de son M-99 fit des merveilles sur les armures des hommes de Razzor’Anni. Transpercées de part en part, les vermines des Terminus qu’il alignait dans son viseur ne se relevaient que rarement. Et lorsqu’elles le faisaient, c’était pour recevoir un autre projectile qui venait pour de bon mettre fins à leurs souffrance. La réactivation des systèmes automatiques de défense du croiseur se révéla au final leur plus grand défi. Sous l’impulsion de la capitaine, toutes les tourelles et sentinelles synthétiques du coin leur tombèrent sur le dos, rééquilibrant dangereusement le rapport de force de façon soudaine.

- « Bordel de merde… Tu me neutralises ces trucs ou quoi Lys’ ?! » Jura d’ailleurs Sykes alors qu’un des leurs se fit tailler en pièces par les tourelles automatiques de la pièce.

Prit pour cible par trois d’entre elles à la fois, le Turien vit ses boucliers tomber si vite qu’il se retrouva étalé au sol avant même de comprendre ce qui lui arrivait. Ses cris de douleurs, compréhensibles si l’on jetait un coup d’œil aux multiples trous dans son torse laissant voir de la chair carbonisée et un sang bleu qui maculait en grande partie son armures, se trouvèrent pourtant couverts pour le bruit de la fusillade.

- « Ils ont coupé l’accès à leur noyau de données… Va falloir que je pirate leurs défenses une à une si on veut les neutraliser. »

- « Ils préparent leur évacuation ? »

- « C’est proba… »

La réponse de l’Asari opérant comme hackeur pour le Spectre se perdit dans la contemplation d’un triste spectacle. L’une de ses consœurs du commando, celle-là même qui épaulait le Garde Noir grièvement blessé, chercha à profiter d’un instant de calme pour secourir et mettre à l’abri son équipier. Si l’intention était louable, mal lui en prit, puisque l’infortunée native de Thessia fut à son tour touchée, à l’épaule droite pour sa part. Réduisant d’autant plus la capacité de riposte des conciliens…

- « A tous. Changement de plan… Redémarrez cet engin prendra trop de temps… Je veux un tir de couverture pour la retraite, on ramasse les blessés et on s’exfiltre. Salle des machines, placez des charges sur les arrivées d’hydrogène de la propulsion. Je veux également des charges de thermite sur le réacteur SLM et le générateur… Allez, on bouge ! »

Au travers de son casque, Lys’andra accorda un regard lourd de sens à celui qu’elle avait l’habitude de nommer « bosser » par dérision et à tutoyer. Même si son domaine de prédilection était la cyberguerre, elle comprit très bien là où son humain de patron voulait en venir avec ses instructions.

- « Tu vas… »

- « Faire sauter les réserves de carburant de la propulsion et agrémenter la réaction d’une petite fusion du réacteur nucléaire et de l’ézo embarqué à bord… » Compléta-t-il en acquiesçant d’un signe de tête nonchalant en rechargeant son arme.

Lorsqu’il s’agissait de foutre un bordel monstre, Alec pouvait au moins se vanter d’avoir un esprit fertile. Alors qu’ils évacuèrent à grand mal leurs deux blessés, décrochant au prix de nombreuses cartouches thermiques vidées sur leurs opposants, le N7 pria tout de même intérieurement pour que cela porte un coup d’importance à l’ennemi. Les charges de thermite, amenant l’enceinte de confinement du générateur à plusieurs milliers de degrés, devaient en compromettre l’intégrité sitôt déclenchées. Le combustible laissé à l’air libre et ne pouvant plus être refroidi, associé à un apport d’énergie colossale en brûlant l’hydrogène et l’ézo embarqués à bord devaient faire le reste… Une superbe explosion en perspective, pour peu que le timing soit bon. De quoi réduire en cendres le Centenaire et peut-être créer un trou conséquent dans la flotte pirate en soufflant les bâtiments proches...

- « Il est mort… »

- « On l’embarque quand même. Allez, c’est parti. »

Le décès du Turien percé de multiples tirs à l’abdomen, alors même que les portes des navettes se refermaient pour décoller à nouveau, fut la véritable ombre noir au tableau de leur assaut. Personne n’eut le cœur de l’annoncer à l’Asari à demi-consciente qui avait tenté de l’aider quelques minutes plus tôt, des fois que cela n’entame son moral et ne nuise à sa résistance. Mais hélas, puisqu’une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seul, les messages pressants du Chimaera à l’égard de son commando leur rappelèrent également qu’ils se trouvaient en plein milieu d’un espace contrôlé par l’ennemi.

- « C’est le merdier tout autour ! Les Turiens sont abordés, et les défenses de la prison sont en train de céder. Sans oublier que ces salopards nous prennent pour cible. Bougez-vous ! »
Lança au final une voix au sein de la navette de tête qui s’élançait vers le Chimaera.

Tamara O’Brien, quoique rôdée à de nombreux affrontement spatiaux, ne chercha même pas à dissimuler le doute et la crainte qui perlaient dans le son de sa voix.

- « Prépare-toi à leur balancer les leurres sitôt que l’on serra à bord. Si ça nous fait gagner quelques secondes sur leurs systèmes de ciblage, ce ne sera pas de trop… »
Répondit Sykes à l’attention du capitaine de son appareil.

L’irlandaise avait de quoi craindre pour leur sécurité à tous. Même un bijou de technologie comme le Chimaera ne pouvait faire le poids face à tant d’adversaires. Seule la fuite paraissait vaguement viable. Ce qui l’amena à faire chauffer les propulseurs de la corvette, se dégageant avec difficulté d’une première formation de chasseurs pirates, alors que le commando posait à nouveau le pied à bord. Pour sa part, et alors qu’on amenait leur blessée à l’infirmerie, le N7 rejoignit d’un pas pressant la passerelle. Si par miracle ils parvenaient à se dégager du feu de l’ennemi, ils devaient apporter leur concours aux Turiens.

En espérant que leur petite surprise laissée sur le croiseur mette quelque peu en difficultés ceux qui se revendiquaient les esprits libres, impitoyables et indomptables des systèmes Terminus…
Récap:
 
Tatanka Stultus
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Soldat
Membre
Messages : 33
Crédits : Studio Trigger tmtc

La Flotte des Terminus - La Défense Empty
MessageSujet: Re: La Flotte des Terminus - La Défense   La Flotte des Terminus - La Défense Icon_minitimeLun 01 Juil 2019, 16:47
Tout s’était passé très vite après ça.

Le capitaine n’avait pas perdu une seconde et s’était immédiatement dirigé vers le Chimaera. Sans un mot de plus tous l’avaient suivi. Comme d’habitude, j’étais à la traîne, mais un turien avait pris le temps de me donner leur canal de communication pour rester en contact au travers de la bataille. C’était étrange, d’être donné un élément si important par un alien. Pas l’habitude. La mission de routine venait de se transformer en une mission dangereuse. Très dangereuse.

Maintenant, dans la navette, j’ai l’impression d’être le seul à ne pas être tout à fait prêt à en découdre. Alors que le plan complètement fou du capitaine est en train d’être énoncé par lui-même, je ne peux m’empêcher de remarquer avoir particulièrement du mal à charger mon arme. Un énorme N7-Crusader m’a été donné pour l’occasion. J’ai pas l’habitude, il est particulièrement lourd, mais on m’a promis qu’il était particulièrement percutant. Il y a un silencieux dessus. Probablement pour éviter d’attirer trop d’attention. Autour de moi j’ai l’impression d’être le seul novice. J’écoute au mieux les informations qu’on me donne, mais j’arrive pas vraiment à saisir l’intérêt d’une mission aussi suicidaire. Un crissement se fait entendre, tous se lèvent, je les suis.


Je tremble.

Une pensée me frappe. C’est la première fois. C’est la première fois que je vais risquer ma vie comme ça. Bien sûr j’ai déjà vécu maintes situations où je suis passé à un cheveu d’être transformé en pâté pour varren, mais c’est la première fois où j’ai le temps de m’en rendre compte, avant. Avant que ça ne commence. Une fois à l’intérieur, la moindre erreur et c’est fini pour moi.


Merde.


J’ai peur.



La navette s’ouvre, et je n’ai pas même le temps de lever mon arme que déjà des tirs sont échangés. Les soldats devant moi ont exécuté sans mal ni peine les ennemis que je n’ai pas même pu voir. Tout le monde débarque.

« Quatre hommes pour garder la zone. » Pas le temps de me porter volontaire, quatre autres sont plus rapides.

Deux colonnes, je me retrouve en fin de file. Je suis vraiment, vraiment content d’être là où je suis et pas en tête. À la place, un énorme krogan mène la charge. Voilà qui devrait être particulièrement efficace.
J’arrive pas à me concentrer. Une fois de temps en temps, j’entends des tirs venant de chez nous mais jamais de chez eux. On est en train de les massacrer je crois. C’est sûr que dans un couloir comme ça, ça ne laisse pas beaucoup de place à la manœuvre. Tant qu’on restait bien cachés dans ces corridors, on devrait pouvoir s’en sortir sans trop de mal.

Et bien sûr, nous voilà débouchés dans un énorme hangar. Et immédiatement, les tirs nous tombent dessus.
Le groupe s’éclate. Je repère une caisse non occupée qui fera une excellente couverture et je fonce dessus. L’adrénaline fait tourner ma tête, je manque de trébucher et m’écrase lourdement contre ma nouvelle protection. J’ai un moment de vide, j’entends les tirs s’échanger tout autour de moi, mais mon fusil reste froid. D’un coin de l’œil j’aperçois le capitaine tirer à un rythme régulier, faisant tomber nos adversaires comme des mouches. Non, pas nos adversaires, nos ennemis. Ce sont nos ennemis. Il faut que je tire, il faut que j’en tue au moins un, au moins un ! Pour l’UCIP, pour moi, même. Je donne un coup de recharge dans mon fusil. Une cartouche thermique vole. C’est mon heure de gloire, c’est mon moment. Je jette un coup d’œil rapide au-dessus de ma caisse et aperçois ce qui ressemble à un quarien qui ferait une parfaite cible facile. Il n’est pas bien loin, mon fusil à pompe devrait lui éclater la cervelle.

Tu vas crever connard.

Je sors de ma couverture, et pointe mon fusil dans sa direction, au moment même où les tourelles automatiques du vaisseau s’activèrent. Pas le temps de réagir, je presse la détente. On m’avait promis qu’il était percutant, c’est sûr, mais on ne m’avait pas dit qu’il était aussi percutant pour moi que pour l’ennemi. J’avais beau l’avoir tenu correctement, le recul manqua de me disloquer l’épaule. Cerise sur le gâteau, je ne vis pas un rayon de balles se disperser et éclater la tête de ma cible, mais un seul trait traverser l’espace comme la flèche d’un arc.
Dire que je ratai la tête serait un euphémisme, la balle était partie un bon mètre au-dessus. Elle s’écrasa lourdement contre la paroi du mur d’en face. Ça m’apprendra à faire le malin et à prendre des armes que je ne maîtrise pas.

Triste consolation, les tourelles automatiques couvrirent un de nos alliés de trous. L’adrénaline pompa encore dans ma tête. C’était un turien. Comment ça c’était. C’est ! C’est un turien ! Il est sûrement encore vivant, il faut l’aider. Je fis un pas en avant vers lui, mais une masse me passa devant. Une asari fonça sur le corps de son camarade pour l’aider, mais elle fut immédiatement blessée et tomba saine et sauve derrière une couverture. Mort. Il était sûrement mort. Il est définitivement mort, ça sert à rien de l’aider. Reste à l’abri derrière ta couverture Stultus.

Le capitaine sonne le repli. Avec plaisir.

Je fais un pas vers la sortie puis me stoppe. L’asari. En un coup d’œil je vois qu’elle respire définitivement, malgré le trou béant dans son épaule. Bordel. Je range mon fusil et me précipite sur elle. J’ai du mal, mais j’arrive à la soulever sur mon épaule. Je la traine du mieux possible vers la sortie, à l’abri. Un tir vient se loger à mes côtés, frôlant mon bouclier et manquant de me traverser le mollet. J’accélère par réflexe. Une autre balle me passe près de la joue, attaquant l’intégrité de mon bouclier. Vu comme elle s’écrasa contre la paroi du vaisseau, elle aurait traversé mon bouclier comme dans du beurre. Concrètement, j’ai frôlé la mort. Et ma vessie en prit un sale coup.

Dieu merci, une fois sorti du hangar, on retrouve des corridors, sains et saufs. Ni une ni deux, je la ramène à bord de la navette et lui applique du medi-gel. Il faudra qu’elle passe en infirmerie, absolument. Mais au moins, elle vivra. J’espère. Par cas de conscience, je fis partie de ceux amenant les blessés à l’infirmerie. Avant de prendre une place qui n’est pas la mienne, je m’extirpe.

Tout autour, les gens courent et hurlent, les alarmes retentissent. On est apparemment en difficulté. Moi, j’erre presque jusqu’au pont. J’ai comme une absence. Une grosse absence. Je frappe contre la paroi du vaisseau.

J’ai servi à rien.


À rien.


Bordel.


J’ai envie de chialer. Presque. Mais l’adrénaline est toujours là à frapper contre ma tête. Et mon omni-tool fait tous les signes possibles pour que je le remarque. J’ouvre le canal de communication qui m’a été donné plus tôt.
« …ort de Maitrum au PSC Chimaera, à l’UCIP, vous me recevez ? »
Pourquoi personne ne répondait ? Non, attends, si c’est le bordel sur le pont, peut-être que…
« Spatioport de Maitrum au PSC Chimaera, vous me recevez ? Répondez merde ! »
C’est moi ! Moi, je fais partie du PSC Chimaera !
« Soldat Stultus du PSC Chimaera, je vous reçois Maitrum !
-Stultus ? Qui—Soldat où est votre capitaine ?
-Sur le pont, on est un peu en—
-Écoute soldat, il faut que tu dises à ton capitaine qu’on va pas tenir ici, c’est-- »
Une explosion se fit entendre au travers de la communication.
« La prison est assiégée, ils ont atteint la surface on va pas tenir on a besoin de renforts ! De ren-- » La communication se tue.
« Maitrum ! Maitrum ! Vous me recevez ? »
Pas de réponse.

Qu’est-ce que je dois faire ? Le pont. Le capitaine. La surface.

L’adrénaline sonne comme une cloche dans ma tête. Pas le temps de se reposer Stultus !

Je fonce sur le pont, bousculant presque une ou deux personnes. Je croise Ace sur le chemin, il se met à me suivre. La porte du pont s’ouvre, et je pénètre à l’intérieur accompagné du varren.
« Capitaine Sykes ! » Je me précipite sur lui. « Il faut-- »

Merde.

Je salue ostensiblement.
« Soldat Tatanka Stultus, capitaine ! Je viens de recevoir une communication urgente venant de la surface de Maitrum ! Des pirates ont atteint la prison, ils semblent être en grande difficulté et ont un besoin euh… mortel ! de renforts ! »

J’aurais pu choisir de meilleurs mots, mais au moins, le message
Maitre du Jeu
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Compte staff
Messages : 4755

La Flotte des Terminus - La Défense Empty
MessageSujet: Re: La Flotte des Terminus - La Défense   La Flotte des Terminus - La Défense Icon_minitimeMar 02 Juil 2019, 19:12

[Intrigue] La Flotte des Terminus - La Défense

30 juin 2204



Maitrum, orbite, côté Terminus

Tyran riait. Le galarien riait en tuant, en voyant le carnage que faisaient ses hommes, en voyant le massacre de la flottille turienne, au dehors. L’attaque désordonnée - pour ne pas dire le raid kamikaze - qu'il avait lancé portait ses fruits : les turiens n'étaient tout simplement pas assez nombreux pour gérer à la fois les nacelles d'abordage et les vaisseaux les pilonnant à distance. Plusieurs vaisseaux furent détruits par leur équipage contraint d'évacuer, d'autres encore durent reculer sous les dégâts subis, quelques un enfin furent pris et passèrent sous contrôle pirate.

L'explosion dévastatrice du Centenaire, le vaisseau de la quarienne Razzor'Anni, ne mit pas fin au sourire du galarien tatoué. Il s'empressa de communiquer la nouvelle sur le canal des capitaines.

-Ah, Le Centenaire a été détruit, Razzor'Anni s'est vraiment faite avoir !
-Va crever, Tyran, on a été abordé par un navire concilien sous couverture.

La voix sèche et tranchante coupa nette l'euphorie du galarien.

-Ces bâtards sont en train de fuir la zone, les rate pas, je t'envoie leur localisation !
-Urgent : Quelle est la situation actuelle de la flotte ?
-Les turiens partent en déroute, et les amis de Razzor sont repérés !
-Heureux : C’est une excellente nouvelle. Nos canons ont mis leur couverture aérienne à genoux, mais leur défenses anti personnelles nous empêche d'avancer, un soutien aérien est nécessaire.
-Entendu, Tamtam. Nous arrivons.
-Ouais, c'est ça.

Le galarien quitta la transmission. Dommage pour la quarienne. Mais visiblement, le carnage n'était pas encore fini. Retrouvant son sourire, il lança la flotte pirate à l'assaut de la planète.

*****



Maitrum, orbite, côté concilien

-Commandant Sykes la... la flotte turienne perd.

Malgré les larges dégâts qu’infligeaient les turiens aux pirates, le constat était sans appel : leur flotte se morcelait peu à peu et partait en retraite. de nombreux navettes descendaient vers la prison pour lui apporter des renforts, tandis que les vaisseaux les plus endommagés s'éloignaient en direction d'autres systèmes pour se mettre à l'abri.

-Ils nous ont repérer. Je vais tenter de les semer, on n'a aucune chance de tenir. Si vous voulez aider au sol, c’est maintenant !

La manœuvre fut rapide et efficace. Le Chimaera s'approcha autant que possible de la planète avant de larguer la navette contenant le commando d’intervention. Il s'éloigna ensuite, rapidement, alors que le Kodiak descendait peu à peu dans l'atmosphère... Puis revint en urgence quand plusieurs chasseurs ciblèrent la navette. Celle-ci encaissa plusieurs tirs, perdant une partie de ses réacteurs, avant que les vaisseaux pirates soient abattus. La dernière vision qu'eut le commando de la frégate concilienne fût celle-ci, fuyant à nouveau alors qu'elle était traquée.

*****



Maitrum, prison, côté concilien

-Renforcez la section D ! Laissez tomber la R. Abattez les murs bloquant les lignes de vues : je veux que la prison devienne un no man's land !

Petrus dirigeait la défense d'une main de fer, faisant tenir ses hommes par la force de sa volonté. Les défenses automatiques avaient tenu leur rôle, prenant un lourd tribu chez les pirates et les bloquant un temps. Suffisant pour que les turiens réorganisent leurs défenses : la tour centrale et ses canons lourds maintenaient à distance la majeure partie de l'aviation spatiale ennemie, tandis que les tours secondaires réduisaient en poussière les pirates ayant parvenu à infiltrer les lieux si tôt qu'ils quittaient les discrets corridors pour avancer plus rapidement sur les allées principales.

Mais leurs ennemis étaient trop nombreux. Si la tour était imprenable par l'air, elle ne disposait pas de suffisamment de défenses anti-aérienne, et les tours secondaires avaient peu à peu perdu leurs armes sous le siège. Les navettes et chasseurs ennemis étaient ainsi parvenus à ouvrir d'autres brèches et d'autres voies menant à la tour centrale, et les pirate s'y engageaient, ciblant l'ultime bastion de défense ennemi. En conséquence, les tours secondaires étaient laissées aux défenses automatiques, désactivables uniquement depuis la tour centrale, où les défenseurs se rassemblaient peu à peu.

Petrus grogna en en constatant le nombre. Si le sol n'avait pas eu tant de pertes, les troupes spatiales étaient bien plus affaiblies. Il grogna encore en voyant arriver le commando concilien, qui transportait la turienne Spectre. Blessée et hors de combat. Elle fût emmené à l'infirmerie, tandis que les autres se préparèrent à aider la défense. Petrus les prit à part.

-Beau boulot en haut, même si ça n'a pas suffit. Si vous aimez toujours autant frapper derrière les lignes ennemies, il y a des passages souterrains. Mais ils seront fermés derrière vous, et ne s'ouvriront que si vous revenez sans être traqués. Sinon, on a besoin de défenseurs ici, les pirates sont trop nombreux.
La seule bonne nouvelle, c'est une réponse du Conseil. Des renforts arrivent. Si nous tenons, nos ennemis seront balayés.


*****



Maitrum, prison, côté Terminus

-Colérique : La voie est ouverte, guerriers, en avant !

Sa Majesté Tamtam fut rapidement dépassée par les troupes, son canon couvrant ses hommes, et plus encore ceux de Tyran, qui couraient vers la mort avec une frénésie bien trop joyeuse. Devant eux se dressait une succession de murs troués par les navettes pirates. Sur le chemin, des cellules avaient été ouvertes, et des prisonniers sortaient, rejoignant l'arrière des défenses pirates pour être évacués. Ils dévoilèrent rapidement leur sort : les boucliers protecteurs étaient abattus et les prisonniers exposés au soleil, qui les tuait rapidement.

-Urgent : Que les troupes principales suivent le plan, maintenons l'assaut sur la tour centrale. Une fois prise, nous désactiverons les défenses et évacuerons tout le monde.
Préventif : Que les troupes secondaires entament les libérations, sachez rester sous couverture !


Sur ces mots, certains pirates se dispersèrent, tentant de trouver une cible particulière dans la prison. Nombre d'autre, qui étaient entrés dans les premières vagues mais s'étaient retrouvés coincés par les défenses, parvinrent enfin à se remettre en mouvement, profitant des défenses débordées. D'autres enfin furent secourus, comme Kydra Lifith et ses asaris. Coincées sous le feu de plusieurs tours, seul un bouclier maintenu en permanence les avait sauvées, et désormais, les biotiques bleues n'étaient plus vraiment capables de se tenir debout. Plus loin, c'est T'Kela et son équipe qui était parvenue à quitter les lignes de tirs ennemis, s'en sortant sans trop de mal, tandis que les Pacificateurs avaient transformés en charnier les environs immédiats de leur position, mais n'avaient toujours pas bougé.

Le temps pressait, les prisonniers étaient en danger, et nul ne savait quand des renforts finiraient par arriver.



____________INFOS MJ____________


Nouveau tour !

Au niveau des lieux : imaginez une toile d'araignée : une tour centrale particulièrement imposante, des rayons en partent (les allées), avec des cercles concentriques (des murs) disposant de tours de défenses secondaires. Celles ci sont actuellement automatisées, les troupes s'étant réunies sur la tour principale.

Les attaquants sont en surnombre, les défenseurs ont une position très solide. En gros, c’est une boucherie. L'objectif des attaquants est de prendre la tour pour désactiver les défenses automatiques (en faisant ça, les tours secondaires n'agissent plus, et les cellules peuvent être évacuées sans risque). Il n'est pas nécessaire de prendre toute la tour pour ça. Les défenseurs doivent eux tenir jusqu'à l'arrivée de renforts.

Le post est commun à tous, pour que vous puissiez imaginer comme vos adversaires agissent. Le PvP est autorisé, je peux faire un rappel du fonctionnement si besoin.

Bon courage. Smile

Comme d'hab, une semaine pour répondre, en cas de retard vous êtes passé, les conséquences dépendent de la situation, je suis dispo si vous avez des questions !




La Flotte des Terminus - La Défense 1408461301-sans-titre-1
Tatanka Stultus
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Soldat
Membre
Messages : 33
Crédits : Studio Trigger tmtc

La Flotte des Terminus - La Défense Empty
MessageSujet: Re: La Flotte des Terminus - La Défense   La Flotte des Terminus - La Défense Icon_minitimeDim 07 Juil 2019, 02:52
J’ai cru que j’allais mourir.


Non, je déconne pas sur ce coup-là. J’étais déjà pas serein à l’idée de retourner direct en plein milieu de la mêlée (mais qu’est-ce que je pouvais répondre à un capitaine spectre ?), mais quand on a senti le stabilisateur de la navette s’éclater en même temps qu’un de nos réacteurs, j’ai vraiment cru que c’était la fin.
Heureusement, le Chimaera a certains des meilleurs pilotes que j’ai jamais vu. Je ne sais par quelle manœuvre il a effectué ce tour de magie, mais il est parvenu à redresser la navette et à atterrir presque correctement. Presque. Ça lui a juste coûté un bras. C’était pas beau à voir. Il était à l’envers et l’os ressortait d’une manière pas très naturelle. Mais c’était rien à côté de la turienne spectre. Elle avait pris un sale coup, on l’a transporté à l’infirmerie. Je l’ai moi-même emmenée là bas, espérant pouvoir y passer le reste du combat. Comme dans les films, quand ils ont besoin d’une paire de bras supplémentaires. Ouais, je pourrais être ce gars-là, ça m’irait très bien.

Je l’aurais été d’ailleurs, si le capitaine ne m’avait pas traîné à ses côtés pour assister à la défense. Certains d’entre nous iraient emprunter les passages souterrains pour frapper l’ennemi par derrière. En sandwiche. Ou en étau. Bref, là où ils ne s’y attendraient pas. On m’ordonna de rester au près des défenses, et c’est comme ça que je me suis retrouvé là, avec cet énorme fusil dont je ne sais carrément pas me servir, entouré de soldats à l’air bien plus vétéran que moi, face à des énormes trous dans le mur où des pirates de l’espace tentent de nous éclater la cervelle. Si on m’avait dit que j’allais mourir ici, je crois que je serais resté sur Tyr, à siroter des tasses de thé et à jouer aux cartes avec mes coéquipiers.


C’est en voyant les membres du commando disparaître dans les passages souterrains que je me demande si je suis vraiment là où je devrais être. Un tir ricoche sur un bout de béton près de moi. Par réflexe, je me baisse un peu plus, encore un peu plus. Si je me fais tout petit peut-être que je ne me ferais pas tuer ? Comme les ours noirs, quand ils voient quelqu’un d’innocent et tout chétif, ils l’attaquent pas, pas vrai ? À moins que ce ne sois les ours bruns ?

« Une nouvelle vague arrive ! »

Des tirs sont échangés. Ça tombe des deux côtés mais surtout du côté ennemi. Ouf. Je crois que je devrais réussir à survivre à ça. Quelque chose me frappe soudainement, me faisant sursauter.

« Qu’est-ce que tu fous ? Tire bon sang, tire ! Canarde-moi ces fils de chien ! »

Le turien enchaîne en me frappant sur le crâne.

« Tire espèce de bon à rien ! »

Il a probablement raison, j’ai pas l’impression de servir à grand-chose. Je vais probablement mourir ici, et je ne pense pas que ma participation ait quelconque valeur au déroulement du combat.



Oh mon dieu je vais mourir seul.



Le turien me frappe une nouvelle fois, avec le pied pour changer.

« Connard ! » Et décide de correctement faire son travail de garde en canardant à tout va.

Connard toi-même, va. Si t’aimes ça tant que ça de risquer ta vie t’as qu’à-
Un tir s’éclate contre son casque et le projette à terre. Mon cœur s’arrête un instant.


Il… il est mort ?

Un grognement de douleur sort du garde. Vivant ! La balle semble l’avoir blessé à la tête, mais le casque a dû lui sauver la vie. Il va s’en sortir.

Une forme passe par-dessus notre couverture. C’est humanoïde, ça a une armure très différente de la nôtre. C’est un ennemi. Ça veut dire qu’on est dans la merde, pas vrai ? Je regarde à droite, personne de mon camp. À gauche, quelques-uns qui tirent en se repliant. Un peu plus loin, plus à l’intérieur de notre position défensive, on nous fait signe de nous replier.

L’ennemi n’a pas l’air de m’avoir vu. Il semble plus occupé à sortir sa lame fièrement et à abattre le garde tombé à terre. Ça devrait me laisser le temps de courir.

Abattre.

Le garde est pas encore mort.

Et il le sera bientôt si je fais pas quelque chose.

Je me gèle. Oh merde. Oh merde oh merde oh merde. J’entends le le son de ma respiration s’accentuer, par peur d’être entendu je mets la main sur ma bouche avant de me souvenir que j’ai un casque sur ma tête.

Bordel mais t’es où là ? T’es sur le champ de bataille ! T’es un soldat ! T’es pas un civil, perdu là par hasard, non ! T’es un soldat. T’as passé l’académie comme tout le monde. T’as eu un sacré baptême du feu, et là, tu risques ta vie. Mais t’es un soldat.

Je me relève rapidement mais discrètement alors que le pirate attrape le col de l’armure du turien en riant.

T’es un soldat, Stultus.

J’active mon omnilame alors que le pirate lève son couteau.

T’es plus qu’un soldat. T’es le soldat le plus stupéfiant de l’Alliance !

Et alors que le pirate s’apprête à abattre sa lame sur sa cible, la mienne le transperce de part en part. Point d’entrée, colonne vertébrale. Je donne un coup sec sur le côté en le faisant crier de douleur. Point de sortie, flanc gauche.

« Ici Stultus, je vais avoir besoin de tirs de couverture ! » je hurle dans l’intercom.

Je me saisis du blessé et passe son bras par-dessus mon cou, et me mets à courir vers nos alliés. Je l’entends grogner. Il est encore conscient.

« Salut toi, c’est quoi ton petit non, soldat ? » Je suis à bout de souffle, mais on m’a toujours dit de parler aux blessés pour les garder éveillés.

« T—Tracchius… » C’est bien, on dirait qu’on lui a appris la même chose.

« Ok Tracchius, on va te sortir de là t’entends ? » Je sens un tir pénétrer mon bouclier et vois le compteur diminuer à 24%. Un haut-le-cœur suffit à me faire accélérer.

Un autre tir finit d’exploser mon bouclier et manque de traverser mon armure. Heureusement, c’est à ce moment que je dépose Tracchius derrière nos propres lignes, à l’abri. Il est immédiatement emmené au coin de soins.
Je prends un moment pour souffler alors que mon bouclier se régénère doucement. C’était fou, c’était même carrément idiot. J’ai failli mourir. Oh mon dieu. Oh merci mon dieu.

« Quoi ? Bande d’incapa—Merde ! »

Je me tourne vers Petrus.

« Un problème ? »

Doucement soldat, va pas laisser l’adrénaline te pousser des ailes. Je le salue.

« Soldat Tatanka Stultus de l’All—
-Oui, oui, vous êtes avec l’UCIP je sais. » Il semble hésiter un moment. « Quelqu’un a ouvert les cellules de la section H. Les tourelles sont toujours actives, mais on ne peut pas se permettre d’avoir les prisonniers s’ajouter aux pirates.
-Qu’est-ce qu’on peut faire, refermer les cellules ?
-Inutiles, tous les prisonniers doivent déjà en être sortis. Les quelques gardes restés en arrière sont en train de se faire décimer, seules les tourelles automatiques empêchent l’enfer même de se précipiter sur nous, mais qui sait combien de temps elles vont tenir ? » Il semble réfléchir un moment, puis arbore un mouvement de tête défaitiste. « Non, le seul moyen serait de condamner la section elle-même pour empêcher quiconque d’entrer. En plaçant des charges sous les combles des allées on pourrait faire s’effondrer les entrées.
-Ça serait une mise à mort pour vos hommes.
-Ils connaissaient les risques du métier. Mais c’est inutile. Sans oublier le fait que c’est une vraie mission suicide, il faudrait quelqu’un de suffisamment agile pour atteindre la passerelle qui mène aux plafonds, et je ne peux pas me permettre d’envoyer mes hommes, on a déjà trop à faire pour repousser les vagues de—
-Je vais le faire. »

J’ai répondu sans réfléchir. J’avais pourtant bien entendu le mot « mission » suivi de « suicide. » Mais je crois que la situation est tellement désespérée que si ça peut augmenter nos chances, mes chances de survie ne serait-ce que d’un pourcent… alors je suis prêt à le faire.

« Vous ?
-Vous trouverez pas plus agile. » Je salue à nouveau. « Laissez-moi le faire. »

Et revoilà l’hésitation de sa part. Il regarde ses hommes, le champ de bataille, puis moi, simplement. Finalement, il sort quatre charges d’une petite caisse près de nous.

« Deux devraient suffire, elles sont puissantes.
-Les deux autres ?
-Voyez si vous pouvez condamner la section qui mène à l’extérieur également. Si vous y arrivez, ça empêchera quiconque de sortir de la prison, en plus de les empêcher de pénétrer notre position. » Il pointe la direction de la section H. « Mais votre priorité est de fermer la section qui vient à nous. Une fois la détonation lancée, vous ne pourrez probablement pas revenir.
-Donc, grimper sur la passerelle, placer les charges de ce côté-ci, traverser la section H, remplie de prisonniers et de pirates sanguinaires, placer les charges du côté extérieur, revenir, faire tout péter, sauver la journée ? » Dit comme ça, ça a l’air simple.
« Le tout en un temps record j’en ai bien peur. Tentez de rester sur la passerelle une fois dans la section. On peut l’atteindre d’ici, mais d’ici seulement.
-C’est noté. » Je prends les charges et les ranges consciencieusement dans ma ceinture. « Merci de me faire confiance.
-Je n’ai pas d’autre choix, malheureusement. Tenez. C’est un pass utilisé par nos ingénieurs, il y a des portes sécurisées par lesquelles ont peut passer via la passerelle. Prenez ceci également. Les tourelles ne vous attaqueront pas tant que vous le portez à votre armure. Bonne chance. »

Sans un mot de plus, je me mets à courir en direction de la section H.


Je repère un chemin possible pour atteindre la passerelle, dans un état déplorable. Un bout de béton est tombé dessus depuis le plafond et l’a rendue inaccessible. Ou presque. J’accélère avant d’atteindre un bout de béton qui pourrait me servir de tremplin pour atteindre la barre métallique accrochée à la barrière quelques mètres plus haut.

Je crois qu’on me tire dessus. Je ferais mieux d’accélérer un peu plus.

Je me projette en avant, et attrape d’un rien la barre que je visais. Tellement d’un rien que je manque de la lâcher à peine attrapée. Je remercie intérieurement Petrus de me confier du tir de couverture, sauvant ma peau dans l’opération. Je me balance en avant, puis en arrière, gagnant de l’élan. Je lâche, et me rattrape à ce qui reste de la passerelle. Un tir ricoche contre le métal, pas loin de ma main. Ça me fait sursauter, mais je ne lâche pas. Je grimpe le plus vite possible, et parvient, après un certain effort, à me tenir debout sur la passerelle. Je vois désormais le chemin qui mène à la section H. Je me mets à courir de toutes mes forces. Je la sens trembler sous mes pas, comme si elle allait s’effondrer. Bien heureusement, elle ne tombe pas, et j’arrive à bon port. Boucliers : 40%. Courtoisie des tirs des pirates, n’étant pas bien heureux de voir un soldat ennemi contourner leurs lignes.

Me voilà au-dessus de la porte de la section H. Je place les charges, en faisant bien attention à ce que tout soit bien armé, et que mon omni-tool possède le bouton pour les déclencher. On m’a appris ça à l’académie. La démolition, j’étais nul, mais armer un pauvre C4, je sais faire. J’espère juste les avoir placées au bon endroit.

« Commandant Petrus, ici Stultus, les premières charges sont placées.
-Bon sang de bonsoir Stultus ! Je n’ai jamais vu un humain courir aussi vite ! Bon travail ! On arrive à les tenir à distance ici, dépêchez-vous d’aller armer les autres et revenez !
-Bien reçu ! »

Je repère la porte d’ingénierie. Elle s’ouvre sans broncher à l’aide du pass donné par Petrus. Je prends un moment pour respirer. Il faut que je me calme. J’entends déjà les tirs et les cris venant de l’allée. Je dois être calme, discret. Si je reste sur la passerelle, je devrais pouvoir passer inaperçu. Allons-y doucement.

J’avance calmement sur la passerelle, faisant le moins de bruit possible. J’ai une vue du dessus sur l’allée de là où je me trouve. Toutes les cellules sont ouvertes. En bas, ça se bastonne, ça s’agite. Différencier les pirates des anciens prisonniers est pas bien complexe, certains ont des armures, les autres sont en combinaison orange. Ils combattent surtout contre les tourelles, tous les gardes que j’ai pu croiser du regard se sont reconvertis en cadavres. Les prisonniers arriveront bientôt à la porte. Et aussi solide soit-elle, sans personne pour la défendre, elle ne tiendra pas longtemps. Juste les pirates passaient encore, mais les prisonniers sont trop nombreux. Il faut que je me dépêche.

Tiens ? Étrange. Cette cellule est toujours fermée.

Et c’est des pirates asari à l’équipement bien supérieur à la moyenne que je vois. Qu’est-ce qui se passe ?


Curioziti kild ze cate, comme ils disent.

tldr:
 
Tatanka Stultus
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Soldat
Membre
Messages : 33
Crédits : Studio Trigger tmtc

La Flotte des Terminus - La Défense Empty
MessageSujet: Re: La Flotte des Terminus - La Défense   La Flotte des Terminus - La Défense Icon_minitimeLun 08 Juil 2019, 16:51
HRP:
 

J’ai pas bien compris ce qui s’est passé. Après la chute que je venais de faire, j’aurais du me rompre le cou. Pourtant, je me suis stoppé en plein air avant de tomber, certes mal, mais pas dangereusement sur le sol.

Situation bien plus dangereuse cependant : je venais de me retrouver au milieu d’un groupe de pirates qui allaient sûrement m’éclater la cervelle dès qu’ils en auraient l’occasion ou l’envie. D’après ce que j’avais entendu, ils étaient là pour le krogan dans la cellule, et je venais de me mettre en travers de leur chemin.

« J’interromps quelque chose ? J’ai l’impression d’interrompre quelque chose. »

Putain mais pourquoi je réfléchis jamais avant de parler ? Je serre les dents, attendant une balle qui ne voulait pas venir se loger dans mon corps encore chaud. Une asari du groupe s’avance vers moi. Par réflexe, je lève mes mains pour les mettre en évidence et pour parer un coup qui pourrait venir en ma direction.

« Oh rien de très important. On discutait simplement avec l’un de vos prisonniers. Mais dis moi… » Elle s’accroupit à ma hauteur. « Tu devrais pas être en train de t’enfuir pour sauver ta peau avec les autres gardes ? Qu’est-ce qui se passe mon grand, t’as perdu ta maman dans la cohue ?
-Hahaha très mignon. »

Elle ne semble pas particulièrement agressive. Mon premier réflexe n’est donc pas de prier pour ma vie. Avec mon casque, elle ne peut probablement pas voir mon visage. Elle a l’air jeune, mais de diriger la bande. Peut-être qu’en étant un peu sarcastique et humain elle me laissera partir.

« C’est marrant de me poser une telle question, fuir c’est que je fais de mieux. Mais je vois qu’on a tous perdu nos habitudes. Je fuis pas. Vous m’exécutez pas lâchement.
-Oh si y’a que ça pour te faire plaisir, on peut s’arranger… » Elle sort son pistolet.

Ok, mauvais plan, mauvais plan ! Je vais mourir, je vais mourir !

« Woh woh woh ! Doucement doucement! Pas la peine de s’énerver ! Pourquoi gâcher une cartouche qui pourrait aller se loger dans plus dangereux que moi hm ? »

Eh merde, cacher sa peur c’est pas si facile. Mais après un regard vers le krogan, elle finit par ranger son arme.

« C’est juste. »

Je souffle de soulagement alors qu’elle se redresse.

« Bon, qu’est-ce qu’on va faire de toi ? Normalement j’ai donné l’ordre de tuer tous les défenseurs parce qu’eux ne font pas de cadeau. » Elle commence à me tourner autour. « Mais est-ce qu’on peut vraiment te qualifier dans les défenseurs ? T’es pas turien. Tu n’as plus d’arme. Et tu n’as jamais vraiment été une menace, pas vrai ? »

Ouch.

« Vous êtes quatre… » Je tourne la tête vers le krogan. « …ou cinq. Je suis tout seul. Autant me laisser partir, non ? Je vous laisse même mes effets si vous avez peur que je vous tire dans le dos. Je vous ai pas vu. Vous m’avez pas vu… »

Lâche, j’en conviens. Mais là je suis à court d’idée. J’ai juste envie de vivre, pas de crever comme une merde dans l’allée sale d’une prison. Avec un peu de chance, elle se montrera magnanime.

« Qu’est-ce que t’en penses Vit’ ? » adresse la pirate à un membre de son équipe.
« Le laisser partir c’est prendre le risque qu’il prévienne ses petits copains qu’on est là.
-Je suis d’avis qu’on le descende. Les morts ça parle jamais. » renchérit une humaine du groupe.

Eh merde. Foutus pirates. Je vais mourir ici et maintenant. C’est fini pour moi. Oh non. J’ai vraiment pas envie de mourir.

J’ai peur de mourir.


Peur… de mourir ?


C’est tellement idiot que ça pourrait marcher.

« Ok, vous voulez me buter ? Allez-y. C’est vous condamner vous-même. Sans moi vous êtes comme mortes. »

Qu’est-ce qui me prend ? D’un coup, je tremble plus. C’est l’adrénaline qui me fait parler comme ça ? Mais on dirait qu’on me prend pas encore totalement au sérieux.

« Ah bon ? Et pourquoi cela mon mignon ? » ricane la pirate bleue.

Pourquoi ? Je vais t’en donner du pourquoi ma grande. Je pose un pied au sol, et pousse sur ma jambe pour me relever, et me mettre à son niveau. Ah. Je—je tremble un peu quand même. Ressaisis-toi Stultus. C’est pas aujourd’hui que tu vas expirer.

T’es un soldat. Et t’as une mission à remplir. Petrus et les autres comptent sur toi.

« Parce que je suis la seule chose empêchant l’intégralité de cette section de s’effondrer sur vous. J’ai placé des charges à des endroits clé de l’allée. J’étais en train de revenir auprès de mon équipe, ils ont le détonateur. S’ils me voient pas revenir dans quelques minutes, c’est fini pour vous. »

Mensonge grossier, mais qu’est-ce qu’elles en savent ? Je la regarde droit dans les yeux. C’est dur. Elle me croit pas mais… elle doute, j’en suis sûr.

« Plastique ? » elle demande après un petit moment.
« Ça parait crédible. » répond une autre. « C’est bien une méthode de turien de tout faire péter s’ils sont foutus. »

Oh merci mon dieu.

La pirate bleue reprend.

« Ok super fuyard, en admettant que je te crois… qu’est-ce qui m’empêche de te convaincre de contacter tes petits potes pour leur dire d’attendre avant d’appuyer sur le bouton ?
-En admettant que tu parviennes à me convaincre de ne pas leur dire de tout faire péter… rien. »

Il y a comme une pause. Je viens de dire à haute voix que je ne craignais pas la torture. C’est faux.

« Si vous partez maintenant vous avez une chance de vous en sortir.
-Tu serais surpris de savoir à quel point je peux me montrer persuasive. » J’ai comme un haut-le-cœur. « Mais on risque de manquer de temps. »

Si je m’en sors, je joue au loto. Oh mon dieu, j’ai si peur.

Elle semble réfléchir un moment.

« Tu pourrais retarder le déclenchement des charges ?
-Absolument. Mais je dois remonter sur la passerelle, c’est le seul moyen de retourner auprès de mon équipe. Je ne peux pas le faire tout seul.
-En admettant qu’on puisse te faire remonter… qu’est-ce que j’ai comme assurance que tu feras bien ce que je te demande ?
- »

Une assurance ? J’ai rien à lui donner. Mais… elle… va me laisser partir ? Pour de bon ? J’ai pas de mensonge assez probable qui me vient pour appuyer mon argumentaire, mais si elle semble prête à me laisser partir…

« Aucune. »

J’ai l’impression qu’une armée d’émotions contradictoires se jouent dans ses yeux. Comme une hésitation.

« C’est bien ce qui me semblait. Dans ce cas… » Elle dégaine son arme et la plaque sur mon front. Je n’ai aucune idée de pourquoi, mais je n’ai pas peur. Ça me semble… faux. « Je veux que tu te rappelles de ce moment. Ce moment où il m’aurait suffit de presser la détente pour te tuer. » Finalement, elle baisse son arme. « Ce moment où j’ai pris le risque de te laisser la vie sauve, dans l’espoir que tu me renvoies l’ascenseur. »

Qu’est-ce que ?

À l’académie on m’a toujours enseigné que les pirates de l’espace étaient des êtres sans foi ni loi qui n’avait rien d’autre à faire de leurs journées que de trahir, piller, tuer, massacrer. Mais finalement, ils sont comme nous. C’est juste des gens. Des gens qui ont leurs doutes, leurs peurs. Des gens qui ont peur de la mort.
Je retire doucement mon casque et lui montre mon visage.

« Je m’appelle Tatanka Stultus. Je suis soldat dans l’Alliance Interstellaire. » Je lui tend la main. « Si tu regrettes, tu peux toujours venir me tuer plus tard. »

J’ai devant moi quelqu’un qui a un sens d’honneur. Je suis humain avant d’être soldat. Et je peux pas m’empêcher de respecter ça. Elle me saisit fermement l’avant-bas.

« Ne t’en fais pas, quelqu’un le fera si jamais tu me trahis. Vitany va te faire remonter, Tatanka Stultus. »

Plus d’animosité, plus de tension, plus de violence. Je m’attendais à une courte échelle, mais c’est comme par magie que je me soulève du sol et atteint sans mal la passerelle. Les asari ont donc vraiment super-pouvoirs… fascinant. Je me tourne vers elle de mon point perché. L’idée de lâcher une grenade me traverse l’esprit, mais je n’arrive pas à me faire à l’idée.

« Et… ton nom ?
-Pourquoi, t’es amoureux ?
-Ahah. Mignon.
-Elissa. La pirate sympa. » me répond-elle après un moment.
« Elissa. Hm. Je tâcherai de m’en souvenir. »

Désolé Petrus, mais je vais tenir parole.

Je me mets à courir, moins discrètement cette fois, vers mon point d’arrivée.

Oh merde Stultus t’es vraiment stupéfiant. Tu viens de survivre à une situation de mort certaine. T’étais tout seul, entouré de quatre ou cinq pirates prêtes à te massacrer. Et tu t’en es sorti. Tellement badass, tellement… alala mais elle avait qu’à presser la détente et t’étais… mort.
T’as failli mourir, Stultus.

T’as regardé la mort dans les yeux.


T’as failli mourir.


C’est probablement l’adrénaline qui baisse, mais je retire mon casque d’un mouvement avant de rendre l’intégralité de ce que j’avais dans l’estomac au reste du monde. J’halète difficilement. Je dois rester en mouvement. Vomis ou pas, si je reste là, je suis comme mort. Dégage de là, Stultus, dégage de là !

Je remets mon casque sur ma tête, et me remets à courir en titubant. L’odeur est ignoble, mais je vais devoir faire avec. Les prisonniers sont déjà en train de s’attaquer à la porte. Les tourelles ont tenu moins de temps que je ne pensais.

J’active le pass, la porte s’ouvre, et je dévale la passerelle. J’en saute et manque de me briser une cheville. Une nouvelle vague a du arriver entre-temps, on a encore moins de terrain à nous pour défendre, et les attaquants se rapproche dangereusement de l’infirmerie. Je me jette à couverts aux côtés de Petrus.

« Stultus ! Qu’est-ce qui s’est passé ? Ils sont en train de descendre la porte, on va pas tenir !
-J’ai eu un contretemps. » J’ouvre mon omnitool alors qu’un tir traverse littéralement notre couverture et passe entre moi et Petrus.
« Merde ! » Il se lève et tire quelques cartouches.
« Je suis désolé, je n’ai pas pu condamner l’autre accès. » Une idée me vient soudain. « Mais on a une petite surprise qui les attend quand même. » J’active les deux charges qui me reste dans le sac et les lance, telles des grenades, le plus loin possible au milieu de la masse d’attaquants.
« J’aime votre style, soldat. »

Pour toute réponse, j’entre le code du détonateur sur mon omnitool et me place dans une position de sécurité.



Il déconnait pas le Pétrus. Les charges sont puissantes.


Le sol entier a tremblé, et le vacarme du béton s’écroulant sur lui-même continue pendant une bonne minute. Après le dernier bout de plafond effondré, je me risque à jeter un coup d’œil au champ de bataille.

Une chose est sûre, personne ne va passer par la section H avant une bonne semaine. J’espère juste qu’Elissa a effectivement foutu le camp, parce que tout ce qui était dans un rayon d’une bonne dizaine de mètres des portes est mort et enterré. Quand aux deux autres charges lancées, elles ont chacune causé un sacré cratère, un sacré nuage de poussière, et un sacré nombre de bouts de corps déchiquetés un peu partout. Aucun de mes tirs n’avaient touché qui que ce soit. Mais rien qu’avec ça, je crois que l’Alliance me donnerait une médaille.

Pétrus me tend un fusil Phaëton. Aucune idée de comment m’en servir, mais de ce que j’ai vu, ça a l’air automatique. Je vérifie la cartouche thermique. Elle est pleine.

Bon ! C’est l’heure de survivre et de se tirer de ce merdier.

En espérant qu’aucun pirate sur-vitaminé ne nous tombera sur le coin du nez…

tldr:
 
Alec Sykes
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Membre
Messages : 305

La Flotte des Terminus - La Défense Empty
MessageSujet: Re: La Flotte des Terminus - La Défense   La Flotte des Terminus - La Défense Icon_minitimeMar 09 Juil 2019, 18:09

- « Combien il nous en reste ? »

- « Deux caisses au complet. Tu as de quoi faire sauter un bataillon mais… »

- « Charge-les à bord. Il me faut tout ce qu’on a. »

Markov, la jeune femme en charge des tâches d’ingénierie et de l’intendance des stocks du Chimaera n’avait pas cherché bien longtemps à contester les instructions du Spectre. C’est ainsi l’armurerie au grand complet de la corvette qui avait été embarquée à bord de l’ultime aller en direction de Maitrum. Cartouches thermiques en quantité, grenades, mais surtout armes lourdes et charges de démolition à ne plus pouvoir en compter. De quoi tenir un siège de façon sereine pensez-vous ? Peut-être… Ou peut-être cela devait-il avoir une autre utilité dans l’esprit échauffé d’Alec Sykes. Là où son appareil essuya un tir nourri pour rejoindre la zone du conflit, entrainant de multiples appels à la prudence de la part de son équipage et des jurons en tous sens, l’humain ne se préoccupait plus que d’une chose après la débâcle du Centenaire : limiter la casse. Pas celle des pertes ou du matériel. Mais bien l’impact que pourrait avoir cet assaut à plus long terme.

Ce n’est pas comme s’il pouvait véritablement y faire grand-chose à son échelle. Pas avec si peu de moyens face à un ennemi aussi nombreux. Mais il se devait d’essayer. Car ce n’est pas en causant des pertes à l’ennemi qu’il amènerait sa pierre à l’édifice de sa destruction. En lui coûtant un temps précieux, en revanche… Pétrus lui-même l’avait mis en évidence. Les renforts du Conseil seraient leur salut. Alors s’il fallait recourir à des tactiques peu orthodoxes pour tenir jusqu’à leur arrivée. Tout pour tenir cette tour.

Le N7 dut donc pour un moment mettre de côté ses craintes concernant l’état de Ravi. La laissant au soin d’infirmiers et de médecins Turiens qui feraient sans doute tout leur possible pour stabiliser son état, il sonna le rappel des troupes alors qu’un nouvel assaut s’organisait sur la tour. Pour certains épuisés, aucun des membres du commando ne chercha pourtant à rechigner lorsqu’il leur annonça qu’il allait de nouveau s’infiltrer sur les arrière de l’ennemi.

- « Effacez-moi ces insignes… Vous avez cinq minutes. » Avait-il lancé en guise d’ordre à se bouger le cul.

Les insignes en question, c’étaient bel et bien ceux de l’UCIP. Ornant le plastron et les épaulières des armures de ses membres, ces marques rendaient l’équipe trop identifiable aux yeux de l’agent du Conseil. Ce qui l’amena à ordonner à ses ingénieurs de les faire disparaitre au moyen de leur omnitool. Un exercice qui n’avait rien de compliqué, mais dont la tenue en plein milieu de la salle de commandement ne manqua pas d’aiguiser la curiosité de Pétrus.

- « Que comptez-vous faire exactement ? Cette vermine est partout. » Questionna-t-il entre deux lectures des rapports de pertes, actualisés en temps réel sur les écrans holographiques.

- « Voir si on peut faire en sorte qu’elle s’étripe d’elle-même. »

Pour ce qui s’annonçait comme une sortie sans retour certain, le Spectre du laisser derrière lui les éléments les moins expérimentés et ceux au profil trop reconnaissable. C’est pourquoi le soldat Stultus et les deux Krogans du commando restèrent en arrière pour appuyer la défense de la tour. Le reste emboita le pas à Alec, équipés pour la plupart d’entre eux de plusieurs charges de démolition ou d’un lance-grenades. S’aventurant dans le réseau de galeries souterraines connu des seuls défenseurs Turiens, le groupe se choisit finalement une cible au détour d’un croisement donnant bientôt sur la base de la tour. Là, à quelques coursives de leur position, une bande de petits malins avait trouvé le moyen de contourner les principales défenses automatiques du complexe pour s’aventurer vers le haut du bâtiment. Une menace que Sykes ne put ignorer très longtemps, et qui l’amena à faire surgir le commando de son trou.

Par un habile jeu de camouflages optiques et de boucliers déployés à distance par les opérateurs turiens retranchés dans la salle de contrôle principale, les conciliens forcèrent leurs victimes à emprunter un goulot d’étranglement là où deux sections de cette aile pénitentiaire se divisaient pour rejoindre la tour. Pendant un moment, seul le bruit des bottes d’armures de colosse Butariens armés jusqu’aux dents vint troubler le silence quasi religieux de l’installation. Des esclavagistes… Prudents dans leur déplacement, et inquiets de ne pas avoir rencontré de résistance sérieuse depuis un moment, les exilés de Kar’Shan souffrirent pourtant d’êtres les premières cibles d’une concilienne d’élite envoyée chasser la racaille des Terminus.

Ce fut donc le bruit d’une grenade qui roule au sol qui mit le feu aux poudres. Avant que l’un d’eux ne puisse réagir efficacement, la flashbang lancée dans les pieds des éléments de tête détona dans un flash lumineux aveuglant et assourdissant. Ceux-là n’eurent pas le temps de reprendre leurs esprits qu’ils se trouvèrent déjà criblés de plusieurs tirs en des points vitaux du corps. Le N7 en aligna lui-même deux dans la lunette de son M-99. Dans ce qui était devenu depuis longtemps une routine pour lui, il transperça les plastrons de ses victimes des puissantes munitions de son fusil d’assaut. Répandant sang et tripes autour sans vraiment tenir compte des barrières cinétiques des armures, les projectiles se mirent à ricocher dans la coursive, se faisant l’écho d’une fusillade qui s’engagea sitôt les premiers tombés. Supérieurs en nombre, en entrainement et en matériel, les siens se livrèrent pourtant d’avantage à une véritable boucherie qu’un échange de tirs en règle. Là où l’on pouvait s’attendre à une retenue dans l’effort et la façon de mettre à mort son adversaire de la part des meilleurs éléments du Conseil, ceux-ci firent pourtant preuve d’une sauvagerie peu commune. Certains allèrent même jusqu’à infliger des blessures post-mortem, voir démembrer leurs victimes lorsque les canons se firent silencieux. La raison d’un tel déchainement de haine ?

Les ordres d’un certain Spectre… Un Spectre qui se lança dans un dialogue (de sourd ?) avec le seul survivant Butarien, quoique bien amoché, de l’affrontement.

- « Alors… Vous avez pensé pouvoir trouver le passage rêvé pour prendre cette tour, hein ? »

- « Va chier ! J’ai rien à dire à un connard de larbin du Conseil. »

- « Parler ? Toi et moi ? Mais tu as dit tout ce dont j’avais besoin à vrai dire… »

- « Alors fini… »

Les mots se perdirent dans une gerbe de sang. Celle qui noya sa bouche pour se déverser abondamment au coin de ses lèvres pour rejoindre le torrent d’hémoglobine qui coulait déjà de la plaie béante ouvrant sa gorge. La lame du couteau de combat de Sykes, fautive dans cette mise à mort sommaire, se vit essuyée sur l’armure de sa victime par son propriétaire, déjà obnubilé par autre chose. Sans un regard pour le cadavre encore chaud, l’agent du Conseil sembla jauger un instant le théâtre du combat qui venait de se jouer ici. Ou plutôt « la scène du crime » comme il aimait à l’appeler sadiquement dans son esprit. Car au-delà de la menace qu’avait représentée cette escouade d’esclavagistes Butariens dans sa progression en marge de l’assaut principal… C’est par sa mort soudaine et brutale qu’elle apporterait du crédit à l’œuvre de sape entreprise par le Spectre.

- « On est attaqués ! Embuscade ! Des Soleils Bleus ! Envoyez des renf… »

- « Ça fera l’affaire… Passons au suivant. Condamnez la zone, mais conservez l’accès aux corps. Que chacun embarque une de leurs armes. »

C’est bel et bien un message de détresse avec la voix de leur prisonnier que venait d’envoyer Alec sur les ondes radio des esclavagistes. En capturant l’un des leurs et en scannant son omnitech, le Spectre comptait jouer la carte du sabotage et de la concurrence au sein même des effectifs pirates. Scanner un échantillon vocal de ses victimes, puis inonder l’ennemi de messages accusateurs entre factions pirates. Saupoudrez le tout de victimes d’embuscades laissées pourrir au milieu du complexe et abattues pour certaines avec les armes signatures de telle ou telle faction, comme les fusils Kishock Butariens, et vous devriez obtenir un délicieux millefeuille de méfiance, trahison et fusillades « fratricides ».

Tout pour alléger la pression sur les défenseurs, ruiner l’unité de l’ennemi et permettre aux renforts de se pointer.

Sitôt sa tâche accomplie, l’unité se glissa donc à nouveau dans le réseau de galeries de la prison, cherchant de nouvelles victimes à abattre. Guidée par la tour sous l’autorité de Pétrus, l’unité pouvait mettre en place des tactiques de guérilla efficaces pour prendre par surprise l’adversaire avec des pertes limitées de son côté. Ce qui ne put que l’aider à étoffer son tableau de chasse dans la demi-heure qui suivit. Ici une coursive qui s’effondre sur une unité de mercenaires, là un réservoir d’eau potable de plusieurs milliers de litres qui saute et inonde les couloirs empruntés par une unité de franc-tireurs Turiens et Vortchas, là-bas une embuscade montée par des « raclures de sales traitres ». Tout devait servir. Même les morts du commando. Que Sykes ordonna systématiquement de faire passer pour des agresseurs abattus dans leur acte de traitrise en maquillant corps et armures...

HRP:
 
Maitre du Jeu
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Compte staff
Messages : 4755

La Flotte des Terminus - La Défense Empty
MessageSujet: Re: La Flotte des Terminus - La Défense   La Flotte des Terminus - La Défense Icon_minitimeMer 10 Juil 2019, 14:52

[Intrigue] La Flotte des Terminus - L'Assaut

30 juin 2204



Maitrum, tête de pont Terminus

La marée pirate était invincible. En fasse, les défenseurs n'avaient aucune chance, leur résistance n'était qu'un barrage de fétu de paille jetée en travers d'un raz-de-marée. Ou plutôt, un barrage de pierre construit à la hâte mais avec talent, se dit Razzor'Anni.

La surnommée Amirale était resté en arrière, au spatioport improvisé, organisant l'évacuation des prisonniers libérés au fur et à mesure et surveillant les nouvelles de la flottille resté en orbite. Les pirates savaient que leur incursion devait être rapide, que la réponse du Conseil viendrait vite, et ne leur laisserait aucune chance. La défense plus solide que prévue était une gêne, insignifiante s'ils avaient eu le temps, mais celui-ci manquait.

Depuis déjà plusieurs minutes, la quarienne était branchée sur ses écrans, certains présentant ses simulations, d'autres la ligne de front fasse à la tour principale. Des simulations portant sur quand arriverait leurs ennemis, sur le niveau d'évacuation à atteindre pour pouvoir y échapper, sur quand la tour devait chuter... Des simulations aux résultats durs. La quarienne jura derrière son casque, serrant le spoints devant le constat s'imposant à elle. L'Amirale prit la parole sur le canal des capitaines.

-Ici Razzor'Anni, notre temps est écoulé. Préparez vous à battre en retraite. Dans l'ordre, bosh'tet ! Nous dominons la situation, ne transformez pas ça en débâcle comme les derniers des bleus !


*****




Maitrum, Tour principale du complexe carcéral

Petrus était à genoux, son casque fissuré, mais son crâne bien intact derrière. Le vétéran turien recula, laissant sa place à l'un des siens le temps de retrouver ses esprits après le choc encaissé, en profitant pour lire les rapports.

La situation était aussi bonne que possible, pour un désastre. Les bombes avaient limité les accès ennemis, les tourelles gênaient grandement les possibilités de fuite des prisonniers, et le plan du Spectre semblait fonctionner, nuisant à l'organisation des capitaines et de l'ensemble de la flottille. Mais le mieux était une réponse du Conseil : les renforts arrivaient ! Pour la première fois, le turien envisagea une victoire. Ou plutôt la survie, l'avancée pirate jusqu'à ce point étant déjà, en soi, un échec. Mais le colonel pouvant encore éviter que cet échec soit total.

-À toutes les unités : la flotte arrive ! Tenez, par les Esprits, tenez, et montrez à ces déchets leur erreur !


*****




Maitrum, Complexe carcéral, front Terminus

-Retraite ! Tu déconnes ? On va les avoir !
-Juste pour se faire écraser à la sortie de la planète ! Reste si tu le veux Tyran, mais n'espère pas en sortir !
-Calme : Nous avons atteint notre objectif, frapper les conciliens et récupérer nombre de nos frères. La victoire totale attendra, Tyran. Mais vous pouvez vous charger de l'arrière garde.

La réponse du galarien était intraduisible, mais assurément grossière. Pourtant, le pirate rouge repartit au combat, avec plus d'ardeurs encore, tuant tous ceux qui prenaient le risque de trop approcher.

-Confiant : Je me charge d'organiser la retraite, Amirale. Assurez vous de l'évacuation et du soutien aérien.
-Entendu.

L'elcor appliqua aussitôt les stratégies de repli. Acquises lors de sa carrière à l'armée, perfectionnées fasse aux moissonneurs, il parvint à organiser les événements. Peu à peu, les pirates commencèrent à se retirer. Mais malgré ses airs confiant, le mastodonte regrettait cette situation. Il aurait aimé quitter un lieu rasé, plutôt qu'un champ de bataille.

-Sans appel : Colonne principale, reculez selon les plans prévus. Tyran tient l'arrière garde. Raymond, Vanyl, Krant, vous organisez les positions de replis secondaires. Les autres, équipage par équipage, reculez, et dans l'ordre ! À tous les capitaines en dehors de la colonne principale : notre fenêtre d'opération touche à son terme. Les défenses sont toujours actives. Évacuez le maximum d'individus, mais ne vous laissez pas prendre au piège ! Nous continuerons d'encaisser les assauts jusqu'à la fin.


____________INFOS MJ____________


Dernier tour !

Côté conciliens, vous savez que les renforts arrivent. Il n'est pas visible, depuis les posts de défense, que les pirates évacuent, mais ceux derrière les ligne ennemies le voit. C’est le moment de contre attaquer et éventuellement de freiner vos ennemis, mais leur défense est solidement organisée, et faire preuve d'empressement risque de laisser aux pirates l'ouverture nécessaire pour finalement, vous écraser dans les temps.

Côté pirates, vous savez que la tour ne sera pas prise. Vous avez le temps de chercher et de faire évacuer des prisonniers, mais il faut compter avec le danger des tourelles qui vous ralentissent et risquent d'abattre les cibles sans défenses. Si vous rejoignez la colonne principale, les combats sont extrêmement violents, avec un front qui est à quelques mètres de la tour elle-même. Qui sait, vous pouvez peut-être être plus rapides que les prévisions de Razzor'Anni.

Bon courage. Smile

Comme d'hab, une semaine pour répondre, en cas de retard vous êtes passé, les conséquences dépendent de la situation, je suis dispo si vous avez des questions !




La Flotte des Terminus - La Défense 1408461301-sans-titre-1
Alec Sykes
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Membre
Messages : 305

La Flotte des Terminus - La Défense Empty
MessageSujet: Re: La Flotte des Terminus - La Défense   La Flotte des Terminus - La Défense Icon_minitimeMar 16 Juil 2019, 21:40

Secret. Sabotage. Tromperie. Sauvagerie. Traitrise. Toutes ces armes, les forces de l'UCIP et le Spectre à leur tête les avaient utilisé jusqu'à en épuiser les possibilités. Grâce à quelques manipulations des assaillants, les moins disciplinés et les plus grosses têtes brulées s'étripaient pour des motifs fallacieux. Éclaircissant de façon non négligeable les rangs de certaines factions pirates et mercenaires. Si cela permit aux défenseurs de limiter la pression sur leurs positions fortifiées, ces seules actions ne purent hélas garantir la victoire au camp concilien. Et à dire vrai, rien n'aurait réellement pu. Pas avec l'écrasante supériorité numérique et logistique de l'ennemi. Pas avec la puissance de feu qui stationnait en orbite de Maitrum.

Toutefois, le salut arriverait sous peu. Les Turiens avaient peut-être plié, mais pas rompu. Quelques efforts et sacrifices supplémentaires pour tenir la ligne s'imposaient pour recevoir l'aide d'une légion Turienne et de sa flotte de secours. Des renforts qui arriveraient trop tard pour prendre part au gros des combats, mais dont la relève et la menace suffirent à entrainer le repli de la plupart des forces ennemies. Beaucoup, au sein des deux camps, avaient conscience de cette vérité. Et quand bien même les médias conciliens pourraient plus tard évoquer "un raid pirate d'envergure repoussé avec succès par les vaillants défenseurs du monde prison", aucun de ceux présent ce jour-là ne pourrait se voiler la face sur la réalité des choses. Les Terminus s'unissaient désormais dans une entente précaire avec comme cri de ralliement leur haine du système et de l'Espace Concilien. Un contexte plus instable et imprévisible que pendant l'âge d'or d'Oméga.

Un contexte dont les acteurs pouvaient faire pleuvoir le feu et faire souffrir nombre d'intérêts de la Citadelle partout au sein de la Travée. Et dont les victimes, même parmi les plus disciplinés des soldats de la Hiérarchie, pouvaient leur tenir rigueur avec une haine si farouche qu'elle amenait parfois à commettre des imprudences.

- « Retenez vos hommes Colonel. Ce n'est pas aujourd'hui qu'ils auront leur revanche. S'aventurer au dehors, c'est s'exposer à leurs défenses lourdes et aux batteries de leurs appareils en orbite. »
Mis d'ailleurs en garde un certain Spectre humain au travers du canal radio commun aux défenseurs.

Après ses actions de sabotage, lui et son commando s'étaient retranchées le long de la principale voir d'accès à la tour. Quoi qu'en dehors du périmètre défensif principal, les soldats de l'UCIP avaient pourtant été témoins de quelques imprudences de la part de pelotons Turiens échauffés par des heures de combat sans perspective de survie jusqu'à récemment. Malgré tout la discipline et fermeté Turienne, certains officiers durent recourir à la menace et aux promesses de sanctions pour ne pas voir leurs hommes s'élancer sur leurs bourreaux entamant une retraite plus ou moins ordonnée.

- « Nos scanners indiquent que l'ennemi posent des explosifs sur les piliers soutenant la structure interne de votre aile Commandant. Tous ceux présents sur zone seront ensevelis et nos renforts perdront du temps à déblayer le site pour nous porter assistance... »

- « On s'en charge Colonel. Gardez les canaux ouverts avec les renforts... Qu'ils puissent balayer la vermine qui ne se sera pas enfuit assez rapidement sitôt dans le système. Sykes, terminé. »

Dans un ultime effort, c'est la totalité de l'unité concilienne, amputée du tiers de son effectif depuis le début des combats, qui s'élança en direction des positions tenues par les saboteurs. Au prix de nombreuses cartouches thermiques vidées, ils débouchèrent sur une barricade de containers et caisses jetées au milieu d'un vaste couloir. Une unité de Soleil Bleus avait cru bon de monter là un rempart de fortune pour couvrir ses experts en explosifs. Une position assaillie avec force par les éléments de l'UCIP, qui mirent de côté la tactique pour écraser l'adversaire sous sa puissance de feu. Les grenades crachées par les M-100 pilonnèrent violemment la position des mercenaires, envoyant voler certain d'entre eux, en mutilant d'autres lorsque leur vie n'était pas happée par les explosions en chaine.

A ce déluge d'artillerie du pauvre répondit une mitrailleuse légère savamment encadrée d'une casemate de fortune où un mastodonte Krogan alignait avec un sadisme mesquin ses victimes. Balayant horizontalement la coursive de salves régulières, le natif de Tuchanka eut le temps de sévèrement toucher un fusilier humain du groupe d'intervention. Touchée à la gorge et à l'épaule, l'infortunée victime s'effondra dans des cris de douleur et une gerbe de sang trahissant une hémorragie profonde. Ses camarades le tirèrent à grande peine de la ligne de tir adverse, ménageant tant bien que mal son épaule traversée par un projectile. Une vaste trainée écarlate d'hémoglobine suivit néanmoins son passage alors que le toubib du groupe s'efforçait de la stabiliser pour qu'il ne se noie pas dans son sang...

Devant ce spectacle, le N7 en charge de l'opération étouffa un juron à l'accent étrangement spéciste au travers de son casque. Suivi par un ordre de riposte immédiat face à la tournure critique de leur situation.

- « Merde... Fusil anti-matériel. Tir de saturation sur les renforts de cet enfoiré. » Mis d'ailleurs en garde un certain Spectre humain au travers du canal radio commun aux défenseurs.

Se saisissant du Veuve Noire qui équipait le tireur de précision du commando, Sykes aligna le mince interstice qui dissimulait l'engin de mort. Aidé par la lunette ultra précise de l'arme, le tireur d'élite de formation attendit le moment opportun pour délivrer sa charge de mort. Autour de lui, tous ceux en état de porter une arme inondèrent la ligne de feu mercenaire, de façon à ce qu'aucun ne puisse relever la tête et compromettre sa mince fenêtre de tir... Celle-ci se matérialisa finalement lorsque le Krogan dut remplacer la cartouche thermique surchauffée de son arme, réduisant pour quelques secondes la pression sur le camp concilien.

Retenant son souffle comme on lui avait appris, malgré le système de compensateur intégré à son arme, le Spectre déchargea deux tirs faisant mouche sur le servant de mitrailleuse. En dépit de son gabarit et la résistance si légendaire de son espèce, sa cible s'effondra au second choc. Les projectiles, conçus pour percer le vitrage blindé d'aéronefs et véhicules légers perfora ses boucliers comme une feuille de papier avant de se loger dans sa gorge. Le second, suivant d'une demi seconde à peine grâce à la cadence semi-automatique de l'arme, trouva le "carré" dont les spécimens de Tuchanka étaient si fiers. Il s'y fit une place de choix, pulvérisant la boite crânienne du mercenaire dans une pluie de sang et de cervelle mêlés. Si la chair épargnée autour de la blessure se mit à dégager fumée et odeur de brûlé, c'est bien le choc de voir le plus fort des leurs s'effondrer si soudainement qui fit se carapater les derniers éléments coriaces tenant encore la barricade.

Les forces du Conseil se jetèrent ainsi à l'assaut sans faire de quartier, abattant blessés et fuyards sans distinctions et reprenant la position ennemie.

Las, la présence proche d'explosifs de démolition prêt à faire s'effondrer sur eux une part conséquente du complexe pénitencier brisa tout élan de célébration. Aussitôt, les derniers encore debout se mirent à passer la zone au crible de leur omnitech pour trouver les charges décelées par les scanners de la prison. Le fait que la majeure partie d'entre eux soit formé au maniement de désamorçage d'explosifs n'allait pas se révéler de trop sur cette dernière ligne droite.

- « Sykes pour la tour. On a identifié et neutralisé trois des quatre signaux jusqu'ici, pouvez-vous nous faire un rapport de l'état des... »

Rien ne vint conclure la phrase du Spectre au travers de la radio. Si ce n'est le bruit assourdissant d'une détonation proche, et le son de tonnes de gravats s'effondrant sur une unité déjà bien éprouvée par les combats. Puis un silence de mort... Troublé par les seuls appels du Colonel Pétrus à la recherche d'un quelconque signe de vie. A plusieurs centaines de mètres de l'ultime bastion des Turiens, une part importante du complexe venait de se transformer en une ruine fumante. Et si l'explosion fut bien moins importante qu'elle n'aurait du l'être sans l'intervention du commando... L'état de ce dernier se voulait bien incertain.
Maitre du Jeu
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Compte staff
Messages : 4755

La Flotte des Terminus - La Défense Empty
MessageSujet: Re: La Flotte des Terminus - La Défense   La Flotte des Terminus - La Défense Icon_minitimeJeu 18 Juil 2019, 23:20

[Intrigue] La Flotte des Terminus - La Défense

30 juin 2204



Maitrum, orbite

Retraite, fuite, victoire à la Pyrrhus ? Il était difficile de le savoir, dans l'instant. En orbite, quand la 4ème flotte turienne pénétra la zone, elle n'eût que le temps d'observer les derniers vaisseaux pirates s'enfuir, disparaissant en vitesse SLM, ne laissant derrière que les carcasses des vaisseaux trop endommagés pour se déplacer, des épaves à l'abandon. Un goût amer traversa la bouche de l'amiral turien, alors que l'ampleur de la blessures infligée se dévoilait peu à peu.

Pourtant, la joie n'était pas absolue au sien de la Flotte, et se teintait de doute. Certes, la défense turienne avait été vaincue, écrasée. Certes, la prison avait perdu nombre de ses prisonniers, qui grossissaient les rangs des forces des Terminus. Certes, l'événement serait présenté comme une victoire éclatante, et ramènerai nombre de forces au sein des équipages de la Flotte, remplissant les vaisseaux ayant été capturés, quand leurs précédents équipages seraient réduits en esclavage.

Mais le fait était là : Razzor'Anni avait perdu son célèbre croiseur, Tyran avait sacrifié sans hésitations nombre de vie, Tamtam n'avait pas su faire tomber la totalité des défenses de la prison. Aujourd'hui, les Terminus avaient su profiter d'une occasion idéale, mais qui ne se représenterait pas.

Tous n'étaient pas perdants, bien au contraire. Partie dès qu'elle avait obtenu ce qu'elle voulait, l'Azur Stellaire voguait bien loin de la Flottille. Très similaire, les Pacificateurs ne s'étaient pas attardés, utilisant sans vergogne le raid pour satisfaire leurs intérêts. Plus tardifs, les pirates d'Elissa accompagnèrent la flotte pirate jusqu'au bout, recevant au passage sa part d'esclaves, une petite fortune sur le marché de Tortuga.

Comment la Flotte des Terminus poursuivrait elle son œuvre ? Comment les forces conciliennes réagiraient elles à cette nouvelle menace ? Une guerre officielle pouvait elle démarrer ?


*****




Maitrum, complexe carcéral

Le champ de bataille était horrifiant. Où que Petrus porte son regard, sa prison avait subi de lourds dégâts, ses forces de nombreuses pertes, ses prisonniers ne répondaient plus à l'appel... Un élément, un seul, le faisait tenir. Malgré tout, sa prison avait tenu.

Les défenses automatisées restèrent activées, les prisonniers furent mis au courant qu'ils n'avaient plus de moyens de s'enfuir. Ceci offrit le temps nécessaire pour que les blessés soient rassemblés et bénéficient de soins d'urgence, tandis que les renforts descendaient peu à peu sur la planète. L'afflux de troupes permis d'entamer au plus tôt le décompte des pertes - aussi bien parmi les défenseurs que chez les prisonniers - la récupération des corps, ou encore le déblaiement des lieux.

Au milieu du carnage, Alec découvrit un ultime message laissé par ses ennemis. Un turien mort, enfoncé contre un mur, un holopad en travers de la gorge. Une menace de Tamtam, qui avertissait le Conseil que la Flotte poursuivrait ses activités, tant que celui-ci ne renonçait pas totalement et officiellement à tout interventionnisme au sein des systèmes Terminus. De son côté, Tatanka fut rapidement remplacé, lui permettant de se reposer, et fut chaleureusement remercier par les défenseurs turiens.

La prison ne se remettrait pas avant des mois, les prisonniers seraient transportés ailleurs dans l'intervalle. Il fallait également utiliser les corps à disposition pour identifier le plus de groupuscules possibles, recouper les images des caméras pour identifier au seins de quels groupes les prisonniers les plus dangereux s'étaient échappés. Un travail titanesque, pour préparer la prochaine attaque.




____________INFOS MJ____________


Et c'est terminé !

Tout d'abord, merci à tous. Ce n'était pas simple et, comme beaucoup me l'ont fait remarquer, ça aurait été mieux en un seul sujet. Je saurai m'en rappeler pour la prochaine fois ! ^^ Un merci d'autant plus grand que la période n'était pas idéale pour tous !

Comme d'hab, n'hésitez pas à poster à la suite pour faire un épilogue avec votre personnage. N'hésitez pas non plus à me communiquer vos impressions et critiques pour pouvoir améliorer ce genre d'intrigue à deux factions.

Et maintenant, quelques conséquences !

Alec Sykes
Presque une mission de routine pour le Spectre, dont l'aura s'accroit. La Hiérarchie lui doit une belle faveur.
Cependant, un élément l'inquiète : son vaisseau et son équipage sont introuvables. Ont ils été capturés ?

Anton Ardak
Ardak reprend du service avec son agressivité coutumière, et a recruté des individus avec un grand potentiel, s'ils lui restent loyaux
Cependant, il s’est servi de la Flotte et n'a pas levé le petit doigt pour l'intérêt général. beaucoup de pirates de la Flotte sont déçus par le célèbre chef mercenaire d'Oméga

Elissa T'Kela
Elissa a rempli ses objectifs et obtenu qui elle voulait ! Elle gagne également deux points de compétences à dépenser dans son profil
Elle a également rejoint la Flotte de défense sur la fin, et se voit octroyé une part du butin en esclaves.
Attention cependant à ce que les rumeurs comme quoi elle aurait épargné un défenseur humain ne se répendent pas

Kydra Lifith
Une puissante Matriarche a rejoint l'Azur Stellaire, à voir quel sera son rôle. De plus, l'Azur a été suffisamment prudente pour ne pas être identifiés par les conciliens.
La découverte de son statut d'immortelle, ainsi que le départ précipité de l'Azur Stellaire, font que l'organisation n'est tout simplement pas vue comme une alliée de la part de la Flotte pirate, qui évitera de s'y associer

Tatanka Stultus
Une première mission surprenamment réussie au sein de l'UCIP, qui n'hésitera pas à faire appel à Tatanka. Il gagne également deux points de compétences à investir où il le souhaite.
Petrus ne risque pas d'oublier cet humain si rapide, et lui donnera bien une aide à l'occasion
Attention à ce que son accord avec Elissa ne soit pas connu

Ravi Vertax
Blessée pendant la chute, Ravi n'a pas participé aux événements. Il lui faudra un moment pour se remettre




La Flotte des Terminus - La Défense 1408461301-sans-titre-1
Contenu sponsorisé

La Flotte des Terminus - La Défense Empty
MessageSujet: Re: La Flotte des Terminus - La Défense   La Flotte des Terminus - La Défense Icon_minitime
 

La Flotte des Terminus - La Défense

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Travée de l'Attique :: Faille de Caleston-