AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez
 

 Retrouvailles sous couverture

Alec Sykes
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Membre
Messages : 307

Retrouvailles sous couverture Empty
MessageSujet: Retrouvailles sous couverture   Retrouvailles sous couverture Icon_minitimeJeu 31 Jan 2019, 21:29

► █ Date :  Janvier 2204 RP Tout public
Sara VayleeAlec Sykes
Retrouvailles sous couverture


Système Hélios
Citadelle, Orbite de la Terre
4 janvier 2204

Une frustration comme il n’en avait pas connu depuis la Grande Guerre. Mais aussi un ressentiment des plus virulents à l’encontre de ceux qui l’employaient.  Voilà ce qui minait Alec en ce début d’année 2204. D’ici quelques jours, une opération d’envergure se tiendrait pour frapper le nid même de la Corruption. L’endroit où tout avait commencé, où il avait assisté aux débuts de cette saloperie, et où tout pouvait bien finir. Problème, le Conseil lui avait refusé toute participation au motif de son passif avec l’affaire qui avait engendré l’émergence de la menace. A la place, c’est à une tâche de garde et d’escorte qu’on avait cru bon de le consigner, en jouant avec d’autres les babysitters pour les Conseillers des fois qu’Aria tente une action d’éclat contre le Présidium au moyen d’agents infiltrés. A défaut de toute autre mission. Une tâche qui, si elle avait son importance au niveau stratégique, ne put que renforcer l’état de tension dans lequel se trouvait le Spectre.
 
Sans compter qu’il n’avait pas de nouvelles de sa compagne depuis plusieurs jours, envoyée avec son appareil patrouiller aux environs de Shanxi…

Ne pouvant donc se résoudre à se murer dans l’attentisme, l’agent du Conseil prit justement au mot ses employeurs. « A défaut de toute autre mission » le motiva à s’en trouver une de lui-même, qu’il obtint auprès du terminal de missions des agents du Conseil. Le genre de mission qui, si l’assaut contre la Corruption échouait, n’aurait au final aucune importance sur le destin de la galaxie… Mais qui pourrait en revanche trouver son intérêt dans le contexte post Energie Noire. Et puis… il avait besoin de servir à quelque chose, de s’éloigner de la Citadelle et la Terre quelques temps.

Voilà pourquoi, lorsqu’il fit les préparatifs de son départ et planifia méticuleusement le début de ce qui s’apparenterait à une traque, le N7 en vint naturellement à la conclusion qu’il allait devoir opérer en duo. Mais ce n’est pas vers un autre combattant de son acabit qu’il se tournerait cette fois. Non, c’est plutôt une spécialiste dont il avait besoin dans cette affaire. Quelqu’un qu’il se répugnait à devoir exposer au danger en temps normal. Toutefois… Il lui faudrait prendre le risque de lui demander son aide dans cette histoire. Sa cible ne serait pas longtemps à portée, et les ravages qu’elle pouvait entrainer –ou ses créations - au sein des Terminus risquait d’être une épine dans le pied du Conseil à l’avenir.

Lorsqu’il eut la certitude que tout était prêt ou presque, Sykes contacta donc la personne concernée, lui laissant un message sur sa boite Extranet professionnelle…

Message:
 

***

Le Chimaera était paré pour le départ. L’on avait réalimenté ses réacteurs pour un voyage de longue durée, et les vivres ne manqueraient pas des fois que la mission s’éternise un peu trop. Tout l’équipage s’occupait des dernières vérifications, si bien que l’engin pourrait décoller en fin de journée au besoin. Néanmoins, ce n’est pas à bord de sa corvette qu’Alec passait le début de sa matinée. Comme il l’avait indiqué dans son message à Sara, qui lui avait adressé confirmation, il occupait une table un peu à l’écart de la salle principale du Joyeux Volus. Un établissement qui avait la curieuse particularité d’être uniquement tenu par du personnel de natifs d’Irune. Ce qui s’avérait amusant et original, mais aussi à double tranchant, puisqu’il était bien compliqué de truander une seule addition.

La taverne à la clientèle cosmopolite occupait un emplacement avantageux du secteur Kithoi, l’un de ceux regroupant le moins d’humains pour une population alien très fournie. C’est dans ce quartier qu’habitait jadis le Spectre, quoique par intermittences du fait de ses missions pour l’Alliance. Mais c’est aussi dans cet endroit qu’il se trouvait ironiquement le plus à sa place. Côtoyer d’autres peuples lui permettait de mettre la Terre et obligations de soldat entre parenthèses. Par sûr que Shaun aurait apprécié, c’est certain, mais depuis qu’ils résidaient au Présidium, cette ambiance particulière lui manquait parfois.

Ce n’était cependant pas le moment d’être nostalgique, puisque celle qu’il considérait aujourd’hui comme sa seconde petite sœur finit par débarquer après un petit quart d’heure d’attente pour le N7. Entre temps, il avait déjà élimé un cigare dont les cendres froides occupaient un cendrier tout proche, et ce qui ressemblait à une bière Butarienne gisait dans un verre non loin. Un certain épuisement se lisait sur son visage, signe que les derniers jours et même dernières semaines n’avait pas été des plus reposantes. Ses traits s’illuminèrent toutefois lorsque Sara débarqua, et même s’il savait la chose inutile, il s’efforça de ne rien laisser paraitre à celle qui avait été son médecin traitant pour un temps.

- « Bonjour Sara. »

L’invitant à prendre place face à lui après lui avoir fait la bise, un serveur Volus, pas vraiment sous pression – autrement que dans sa combinaison – compte tenu de la faible clientèle du jour, finit par débarquer pour lui demander si elle comptait consommer quelque chose.

- « Désolé de t’avoir contacté de façon si soudaine et d’avoir été aussi mystérieux… Comment vas-tu ? » la questionna-t-il en tentant de paraitre tout à fait alerte.
Sara Vaylee
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Membre
Messages : 251
Crédits : me

Retrouvailles sous couverture Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles sous couverture   Retrouvailles sous couverture Icon_minitimeVen 01 Fév 2019, 14:06

Merde, merde, merde !

Mais gueule pas putain, qu’est-ce qui t’arrive ?!

Ce qui m’arrive Liam ? Ce qui m’arrive !? Sombre crétin, j’avais dit UN verre !

C’est pas moi qui t’ai forcé à prendre les autres, Sara.

Elle lui balança la première chose qui lui vint à la main : une boite qui traînait. Il se la reçut en pleine face, ne s’attendant pas à une telle action de sa part, poussant un râle de douleur et un juron. Sara était revenue depuis presque une semaine sur la Citadelle, le Midway devant être réparé suite à une mission qui ne s’était pas déroulé comme prévu. Quelques blessés mais rien qui arrête le médecin de l’Alliance, toujours prête à recoudre, rafistoler les membres de la SO-21 qu’elle maternait comme elle avait toujours fait. Le vaisseau était arrêté pour plusieurs semaines, ce qui angoissait le lieutenant-commandant. Elle allait tourner en rond rapidement. Alors, après avoir fait un tour sur la Terre pour revoir une vieille connaissance, elle avait contacté cet homme rencontré l’année dernière pour rayer une nuit sur ce calendrier mental qu’elle s’était faite avant de pouvoir repartir dans l’espace. Et leur retrouvaille aurait dû être sage mais sage et Sara ne faisaient jamais bon ménage.

Pourquoi aurait-elle dû l’être d’ailleurs ? Parce que son ami de longue date, son frère de cœur lui avait envoyé un message la veille, lui demandant de le retrouver dans un des bars où ils avaient l’habitude de se voir. De un, pourquoi tant de mystère ? De deux … De deux, pourquoi tant de mystère ! Elle avait répondu par l’affirmative quelques minutes seulement après avoir reçu son message, ne s’étalant pas d’avantage. Jamais elle ne refuserait de le voir, le plaçant bien au-dessus de tous les autres, quitte à annuler d’autres personnes pour le voir.

La rousse se jeta sous la douche pour lui ôter cette odeur caractéristique d’une nuit mouvementée dont les relents d’alcool étaient les premiers effluves. Heureusement que l’appartement de son amant d’un soir était à une dizaine de minutes du bar où elle avait vu les dernières fois le Spectre. Si c’était le bon endroit, bien sûr. Une fois sortie de la douche, elle découvrit des vêtements posés dans la salle de bain, pliés soigneusement sur un des meubles.

Pourquoi j’ai des affaires chez toi ? Demanda-t-elle suspicieuse, s’arrêtant pour les observer après avoir avalé un cachet contre ses maux de tête.

Liam débarqua dans le plus simple appareil, la gueule enfarinée avec une rougeur sur le front, posant sa tête contre l’encadrement de la porte.

Tu les as oubliés l’autre fois. Tu reviens toujours me voir. À force, je commence à te connaître.

Tu me connais mieux que moi alors, grogna-t-elle en enfilant un haut, repoussant d’un coup de hanche l’attaque sournoise pour la ramener au lit. Bas les pattes.

Attachant ses cheveux, elle dut prendre une veste qui ne lui appartenait pas, un peu trop grande pour ses épaules mais ne pouvant pas perdre une minute de plus à chercher sa veste. Liam avait bien résumé la situation, elle revenait toujours le voir, ces affaires attendront et elle réglera ce problème après son entrevue avec Sykes. Avançant d’un pas rapide et alerte, la rouquine prit la direction du bar, priant de ne pas se tromper de lieu.

Elle franchit la première porte, en faisant quelque pas rythmée pour marquer sa victoire et entra sans montrer un quelconque signe de fierté, remettant une mèche de cheveux en place. Pile à l’heure. Enfin, juste cinq minutes de retard. Ça ne se verra pas, sauf pour un militaire chevronné. Sara pesta contre elle-même mais avança d’un pas tranquille vers le Spectre qui se leva pour l’accueillir. Sourire aux lèvres, elle annonça fièrement sur un ton mélodieux :

Et même pas en retard ! Alec !

Après un bref échange affectueux, ils s’installèrent à la table où le Spectre l’attendait. Un Volus débarqua rapidement. À la surprise générale, Sara commanda un café serré. Forcément pour sortir d’une gueule de bois, elle avait passé l’âge de vaincre le mal par le mal, bien que sa consommation d’alcool ait beaucoup augmenté l’année précédente. D’un simple coup d’œil, malgré la migraine qui tambourinait contre son crâne, elle put faire un rapide état des lieux de son ami alors qu’il s’excusait pour avoir été autant mystérieux dans son message, prenant avant tout de ses nouvelles.

On fait aller. Et toi ? Tu sais que les nuits sont faites pour dormir, plus de quatre heures si possible. Je savais que m’éloigner de toi était une mauvaise chose, je ne pourrai plus écraser des somnifères dans tes verres pour que tu sois sage. Je ne comprends pas pourquoi ton nouveau médecin de bord m’a envoyée chier lorsque je lui ai dit ce qu’il devait faire avec toi…

Elle lui adressa un sourire taquin en s’enfonçant dans sa chaise, glissant un pied sur la chaise proche d’Alec. Évidemment qu’elle plaisantait mais s’amusait de laisser planer le doute sur le temps passé ensemble lorsqu’ils étaient tous les deux sur le Midway. Elle poussa un grognement en s’étirant avant de reprendre. Ils avaient tous les deux des têtes à faire peur mais les raisons étaient loin d’être différentes.

Je ne m’attendais pas à ce que tu m’envoies un message. T’es pas censé être au front toi ?



"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"
Retrouvailles sous couverture 16073110504411408114404364
Retrouvailles sous couverture 1482668524-miss-1
Retrouvailles sous couverture 1482668523-conciliant
Retrouvailles sous couverture 1482668524-mission


Dernière édition par Sara Vaylee le Lun 04 Fév 2019, 09:59, édité 2 fois
Alec Sykes
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Membre
Messages : 307

Retrouvailles sous couverture Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles sous couverture   Retrouvailles sous couverture Icon_minitimeSam 02 Fév 2019, 21:12

Fallait-il vraiment qu’elle fasse remarquer qu’il avait une mine de déterré ? Sous doute que oui. Après tout, ce qu’ils faisaient de mieux lorsqu’ils étaient ensemble, en dehors de partager des moments de complicité, c’était bien de s’envoyer des fions à longueur de journée. Ces taquineries faisaient partie de leur petit jeu, quand les simples actions et gaffes de la rousse ne suffisaient pas à mettre le N7 dans l’embarras, évidemment. La pensée furtive d’une insulte lancée à un Krogan en train de se déhancher sur une piste de danse ne manqua d’ailleurs pas d’arracher au brun un petit sourire. Avant qu’il ne se décide vraiment à rendre la pareille à son amie… L’espace d’un instant, son regard inquisiteur détailla la toubib avec soin, jusqu’à ce qu’il récolte suffisamment d’informations pour monter au créneau. Ce qui dut bien prendre… trois secondes devant l’allure de Sara.

- « Tu te recoiffes en entrant dans le bar, tu portes une veste trop grande pour toi et commandes un café… »

D’un air taquin, il commença donc à dresser un diagnostic, comme Vaylee s’amusait parfois tant à le faire avec lui dans ses fonctions comme en dehors. Feignant de réfléchir de longues secondes, le Commandant coupa tout de même très vite court, craignant d’être la cible de la répartie de la jeune femme.

- « Diagnostic : tu dors au moins aussi mal que moi, non ? »

Evidemment qu’il savait de quoi il en retournait. Mais Sykes savait aussi d’expérience qu’évoquer avec une amie ses activités nocturnes dans le détail n’avait rien de très sûr. Encore moins avec Sara. Il avait beau être Spectre, adepte du masochisme ne faisait pas partie de son curriculum vitae. A moins qu’il ne tente lui-même de s’en convaincre depuis bien trop d’années…

La suite de la conversation dérivant très vite sur le motif de cette entrevue, Alec dut prendre une gorgée de ce qui lui restait de bière pour se donner du courage. Le moral n’était peut-être pas au beau fixe, mais il n’avait pas le droit d’en inquiéter plus que de raison Sara. En particulier avec ce qu’il avait à lui demander.

- « Je devrais y être justement… Mais le Conseil m’a collé sur la touche pour ce qui se prépare. Et je n’ai pas de nouvelles de Shaun depuis un moment. Je consulte sans arrêt les rapports de pertes contre la Corruption, son bâtiment n’a pas été touché. Alors tu te doutes que rester à attendre sur la Citadelle avec tout ce qui se passe me rend dingue… J’ai pas signé au poste le plus dangereux de la galaxie pour baby-sitter des huiles…»

Il y avait bien assez du SSC et de toute une cohorte de Superviseurs pour s’occuper de garder la Citadelle et ses élites. Tourner en rond dans l’attente de quelque chose qui ne viendrait peut-être jamais n’était pas dans ses habitudes. Alors ne pas quitter la station pendant plusieurs semaines en sachant que d’autres menaces étaient présentes mais aussi connues… C’est sans doute la raison pour laquelle Sykes avait épluché avec soin certaines données des Archives du Conseil. Certaines d’entre elles datant pourtant de bien des années avant la Corruption. Tout ce qui avait attrait aux guerres de gangs dans les Terminus, mais aussi la crise Galarienne… Voilà les sujets sur lesquels porta particulièrement l’attention du N7. Des sujets qui entraient en ligne de compte pour la mission qu’il s’apprêtait à mener.

Mais tout cela, Sara ne pouvait pas encore le savoir. Pas avant qu’il ne se soit décidé à entrer dans les détails. Ce qu’il ne pourrait faire dans un établissement public comme ce bar. Le risque de fuite étant trop grand, le soldat se contenta de se montrer concis dans ses propos, se promettant de tout lui détailler à voix basse sitôt le serveur Volus parti après avoir amené le café demandé par la rousse.

- « C’est aussi pour ça que je t’ai contacté… J’ai trouvé de quoi me rendre utile. Si on peut dire... Mais il me faut l’aide d’une experte médicale… Tu te souviens de l’agent envoyé sur Haratar pour voler des informations il y a presque trois ans ? On a fini par savoir pour qui il travaillait, et son groupe a été démantelé l’année dernière. Mais je traque le type responsable des augmentations qu’il avait subi. On n’a pas pu examiner le corps, mais on sait quel genre de ravages peut créer cette technologie… Si quelqu’un met la main dessus dans les Terminus… »

Ce jour-là, durant ce qui devait n’être qu’une banale mission de protection d’un VIP, aux idéaux méprisables en passant, ils avaient chacun été confrontés pour la première fois à l’Ordre de l’Accompli. Quoi que sans le savoir à l’époque. Mais ce jour-là, surtout, la vie de Sara avait été à deux doigts d’être écourtée brutalement. Sans l’intervention d’un Geth s’interposant entre elle et les tirs de l’ennemi, Sykes serait sans doute attablé tout seul à l’heure actuelle. Une vérité dont il avait évidemment conscience, ce qui ne faisait que rajouter à ses remords d’essayer d’amener un poids supplémentaires sur les épaules de Vaylee en prenant part à cette mission.

Cette fois c’est donc vers son étui à cigares que se dirigea machinalement une des mains du brun. Un petit plaisir que Sara était loin d’apprécier le voir consommer, mais auquel il ne s’abandonnait habituellement que pour fêter quelque chose. Au lieu de ça, la tension qui l’animait depuis quelques jours le poussait à augmenter sa consommation de façon bien trop importante. Et imprudente. Il sembla toutefois finir par se raviser en poursuivant, même si ses mains continuaient d’effleurer l’objet de tous les vices.

- « Le gars risque de disparaitre sous peu. Depuis que ses employeurs ont été neutralisés, il cherche à écouler son stock et à filer. Je ne vais pas te mentir… C’est une opération de terrain, sous couverture, et sans filet. Je ne sais ni combien de temps ça prendra, ni ce que l’on pourrait croiser. Tu sais que je n’aime pas te mettre en danger… Mais si tu es prête à courir le risque, j’ai vu avec les Opérations Spéciales, qui sont d’accord à condition que tu opère de façon volontaire. Mon vaisseau peut partir demain à la première heure, et je pourrais alors te donner les détails classifiés… »


On peut dire que le N7 savait pertinemment comment donner envie de le suivre dans Dieu sait quel guêpier, non ? Oui, bon…
Sara Vaylee
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Membre
Messages : 251
Crédits : me

Retrouvailles sous couverture Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles sous couverture   Retrouvailles sous couverture Icon_minitimeLun 04 Fév 2019, 11:32


Qu'il était bon de retrouver les siens, surtout quand ils étaient en bonne santé et qu'ils ne cachaient rien. Avait-elle déjà oublié le mystère qui tournait autour de cette rencontre ? Il était plutôt rare qu'ils se retrouvent en milieu de journée, ce qui l'avait alertée sans pour autant l'inquiéter. La rouquine s'imaginait tout et n'importe quoi, positif comme négatif. Après son passage sur Terre en début de semaine, elle s'attendait au pire. Son mentor était malade et elle n'était pas certaine qu'il tienne les prochains mois. Sa cuite de la veille se justifiait d'une certaine manière, fuyant la situation comme elle pouvait et trouvant du réconfort là où elle arrivait à en trouver. Le Spectre, maître parfait de lui-même, posa son regard sur la jeune femme la détailla quelques courtes secondes avant de répliquer ce qu'il voyait sur elle. Sourire goguenard, levant les yeux au ciel en secouant la tête, elle le laissa finir son constat.

Je peux tout expliquer mais je ne parlerai que sous la torture, répliqua Sara en levant les mains lui laissant le temps de faire tomber ce qu'il appelait son diagnostic auquel elle répondit du tac-o-tac avec un air faussement courroucé dans un mouvement de main accusateur: Eeh, j'ai le diplôme pour faire ce genre de diagnostic, pas toi. Ne dépasse pas tes fonctions. Mais je le concède, tu n'es pas mauvais seulement tu as encore des choses à apprendre, jeune bleu-bite.

Sara adorait leurs échanges taquins, parfois piquants qui leur permettaient de garder une relation saine et complice. Le médecin savait qu'ils étaient là l'un pour l'autre, à l'écoute et toujours présent dans la mesure du possible avec leur métier qui les amenait à se croiser moins souvent que lorsqu'ils étaient tous deux sur le Midway. Ils l'avaient prouvé à de nombreuses reprises et savaient qu'ils pouvaient compter sur l'autre. La jeune femme aimait Alec avec sincérité. Ce n'était pas l'amour qu'un amant pouvait donner mais bel et bien un amour fraternel fort. Elle s'inquiétait pour lui lorsque les réponses tardaient à venir, voulait le voir simplement heureux sentimentalement alors qu'elle le voyait enchaîner les conquêtes jusqu'à trouver en Shaun McAvoy la partenaire idéale au point de s'installer ensemble et professionnellement ... C'était, il semblait, un peu compliqué vu ce qu'il était en train de lui expliquer après lui avoir demandé ce qu'il faisait sur la Citadelle alors que les derniers pions sur l'échiquier étaient en train de se mettre en place face à la Corruption.

L'inquiétude au sujet de Shaun pouvait se lire dans le timbre de sa voix pourtant maîtrisé mais qui ne passait pas inaperçu pour la rouquine. Sara ne pouvait lui dire de ne pas s'en faire pour son amante, car il était impossible de savoir ce qui pouvait se passer à plusieurs systèmes de là. Ils le savaient.

Baby-sitter du Conseil. C'étaient les petites lignes du contrat, tu sais celle qu'on ne lit jamais, préféra-t-elle lancer pour rebondir sur ses paroles.

Le Conseil l'avait mis de côté et l'impression que le Spectre était un animal de compagnie lui rongeait les tripes. Dans l'armée, c'était une chose, lorsque l'on atteint un statut aussi important que Sykes, rester en arrière alors que tous pourraient profiter de son expérience face à la Corruption, c'était impensable. Mais peut-être était-ce simplement parce qu'il était trop impliqué que le Conseil voulait l'éloigner. Sara l'ignorait et préféra laisser Alec continuer, cherchant à comprendre les raisons de cette entrevue qui n'était certainement pas purement amicale. Elle le savait, elle le sentait malgré la migraine qui n'avait toujours pas été attaqué par l'antalgique pris un quart d'heure plus tôt.

Croisant les bras après s'être étirée, l'odeur de Liam qui restait sur son vêtement la frappa de plein fouet. C'était dérangeant mais pas assez pour détourner son attention du Commandant qui en vint rapidement à la raison de cette prise de contact. Il avait de quoi s'occuper pendant que les autres allaient affronter la Corruption. Sara répondit d'un signe de tête lorsqu'il lui demanda si elle se souvenait de l'agent qu'ils avaient poursuivi sur Haratar. Sara avait été marquée par cette mission. Cela faisait plusieurs années qu'elle n'était pas allée sur le terrain, et ce qui devait être qu'une mission calme s'était révélée plus dangereuse que prévue, prenant de court le médecin qui n'avait pas le même entraînement qu'Alec. Elle avait été blessée au cours de la mission et s'en voulait d'avoir été aussi peu réactive, sentant qu'elle s'était empêtrée dans sa vie de médecin, délaissant la militaire. Informateur, le Geth du GIP lui avait sauvé la vie et elle lui était redevable pour ça. Depuis, la jeune femme avait refusé toute mission hors médicale, préférant rester en retrait mais ayant repris les entraînements pour ne plus reprendre de risque.

Vite fait, glissa-t-elle sérieusement le laissant continuer.

Il cherchait à trouver la personne à l'origine des augmentations que l'agent possédait. Ce que le Spectre craignait, c'était le risque d'un développement de ce genre de technologie dans les Terminus. De base interdite, des vauriens pourraient en profiter pour évoluer et devenir des sortes de super-combattants qui pourront mettre à mal des soldats entraînés.

Il aura ce qu'il faut pour faire plier les plus grands... Conclue-t-elle en soupirant.

La récemment promu Lieutenant-Commandant savait ce qu'il allait lui demander : retourner sur le terrain. Ses traits se fermèrent attendant la suite qui ne tarda pas à venir. Le temps était compté pour attraper cette personne à l'origine de ces augmentations. Ce qui l'inquiétait était de se retrouver seule avec le Spectre, sans soutien possible. Sous couverture ce qu'elle n'avait jamais eu à faire. Rien d'officiel. Il avait tout prévu en amont, il n'attendait qu'une réponse de sa part pour partir à l'aventure. Le Volus revint avec le café que la rouquine remercia pour répondre au Commandant une fois le serveur éloigné :

Alec, je ... Je ne suis pas retournée sur le terrain depuis presque trois ans. Je risque d'être un poids plus qu'autre chose. Je n'ai pas ton entraînement ni ton expérience du terrain, encore plus sous couverture. J'ac... J'accepte évidemment, je ne te laisserai pas tomber mais pourquoi ne pas demander à Miskovic ?

L'ambiance légère des premières minutes avait vite disparu face à une telle demande. Elle s'entendait lui dire qu'elle acceptait comme si elle était à l'extérieur de cette conversation. Sara lui faisait confiance, une confiance aveugle. Peut-être croyait-il plus en elle, qu'elle-même. Elle savait qu'il voulait porter la responsabilité de sa blessure lorsqu'ils étaient sur Haratar mais elle avait cherché à maintes reprises à lui faire comprendre qu'elle avait accepté, qu'elle seule était responsable de ce qui lui était arrivée. Attrapant la tasse de café, elle aurait finalement préféré commander un whisky.



"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"
Retrouvailles sous couverture 16073110504411408114404364
Retrouvailles sous couverture 1482668524-miss-1
Retrouvailles sous couverture 1482668523-conciliant
Retrouvailles sous couverture 1482668524-mission
Alec Sykes
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Membre
Messages : 307

Retrouvailles sous couverture Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles sous couverture   Retrouvailles sous couverture Icon_minitimeMer 06 Fév 2019, 19:37


Dans quoi l’embarquait-il cette fois… Tellement de choses pouvaient déraper dans cette mission. Le seul trajet à destination des Terminus les mettait tous deux dans un grand péril, la Corruption faisant encore son office de destruction au sein et autour des systèmes contaminés. Les liaisons commerciales les plus simples n’étaient même plus assurées dans la Travée, leur transport allait devoir se faire de façon plus chaotique qu’en temps normal. Sans doute que les pilotes de Sykes s’étaient préparés au mieux sur la question, ce dernier devant approuver le plan de vol sitôt l’entrevue avec son amie terminée. Mais avant ces détails d’organisation, encore lui fallait-il rassurer au mieux celle avec qui il allait faire équipe dans cette histoire.

Un exercice pour lequel il avait toujours été… maladroit. Déjà lorsqu’il s’agissait de rassurer sa jeune sœur Caroline, alors qu’ils vivaient une enfance ennuyeuse et en autarcie totale, la chose lui avait toujours parut compliquée.

- « Je sais que c’est un saut dans l’inconnu pour toi… Mais j’ai besoin d’une présence féminine sur cette mission en plus des connaissances médicales que tu pourrais apporter. Mais je t’en dirais bientôt plus. Et je te mentirais si je te disais qu’il n’y avait pas de danger. Ce que de toute façon tu ne croirais pas, puisque tu as toujours été capable de voir quand je te menais en bateau. » fit remarquer le Spectre dans un sourire pour tenter de détendre l’atmosphère.

Le N7 laissa planer un moment de calme entre eux, alors que la salle se remplissait de plus en plus à mesure que l’heure avançait. Signe qu’ils en auraient bientôt fini de leur côté. Alec devait encore aider la toubib à faire les préparatifs de son départ et lui exposer le fond de la mission, mais pas dans un lieu public tel que celui-ci. En attendant, c’est la carte du grand frère protecteur, et toujours aussi maladroit, qu’il tenta sincèrement de jouer pour la rassurer et balayer les doutes qu’elle pouvait avoir. Une entreprise probablement vaine, mais qu’il souhaitait tout de même se donner pour tâche d’accomplir.

- « Tu te souviens de toutes ses soirées passées dans des bars à essayer de me saborder ? Quand tu jouais le numéro de la petite amie jalouse et éméchée, ou de la petite sœur envahissante pour me foutre la honte devant tout le monde, te moquer et tuer l’ennui ? C’est exactement pareil. Sauf que là je te donnerais les grandes lignes du scénario. » tenta de plaisanter le soldat.

Plus d’une fois elle s’était livrée à ce petit jeu lors de leurs permissions, au grand damne de sa « victime ». Le tout donnait bien souvent lieu à des scènes cocasses, pas toujours très classes, mais amusante à se remémorer avec le recul nécessaire. Après tout, et même encore aujourd’hui, il n’en doutait pas, Vaylee s’était toujours amusée à le faire tourner en bourrique. Hélas il n’était pas question d’amusement dans cette affaire, et tous deux en avaient conscience. Evoquer ces souvenirs constituait donc un moyen provisoire de détendre l’atmosphère, rien de plus.

Et puis… Il était hors de question de lui parleer de sa facette la plus noire. Celle qui ressortait parfois au cours de ses missions. Celle qui l’amenait à tuer parfois de façon parfaitement gratuite pour ne laisser aucun témoin. Non, il ne souhaitait pas l’évoquer avec elle. Pas s’il pouvait éviter qu’elle en soit témoin…

Mais était-il seulement réaliste de tenter de la préserver du côté le plus rebutant de son travail ?


***

Système Hélios
A bord du Chimaera, en route pour le relais Charon
5 janvier 2204

Le vaisseau du Spectre avait quitté la Citadelle à la première heure. L’équipage, au premier rang desquels les pilotes de la corvette, les Lowry, étaient à la manœuvre pour permettre au duo d’arriver à destination dans les meilleures à bord. A bord, et si les conditions se voulaient plus confortables que sur un vaisseau militaire, Sara ne serait pas dépaysée par l’ambiance qui régnait dans les coursives de l’appareil. Sykes imposait une rigueur et un sérieux quasi religieux lorsque ses hommes étaient de quart. Pas le temps de blaguer ou de placer des paroles superflues. Efficacité avant tout. Lorsqu’il était question de se détendre en revanche, son équipage d’anciens militaires était libre de vaquer à toutes les occupations qu’il estimait digne d’intérêt, pour peu que cela ne trouble pas la vie à bord.

L’attraction et mascotte du vaisseau, à savoir Alpha le varren, surnommé affectueusement « Vorace » y aidait grandement. Autrefois embarqué sur le Midway, la bestiole se montrait des plus affectueuses avec les personnes qu’elle reconnaissait de cette époque et estimait. Alors autant dire que Sara reçu chaleureux et – baveux – accueil. Le ventre sur pattes alla même jusqu’à la suivre dans ce qui serait sa cabine pour les jours à venir, s’installant au pied du lit et sans doute bien décidé à y passer ses nuits lorsque Sara occuperait l’endroit.

Mais avant d’envisager tout repos durant le trajet, c’est par un dense briefing que le médecin et le Spectre durent passer. Attablés dans la petite salle de réunion du vaisseau, bien moins imposante que celle du Midway mais tout aussi fonctionnels, ils se mirent à fixer la projection holographique de deux portraits d’humains.

- « Voici Jennifer et Lewis Keller, 38 ans pour elle, la quarantaine pour lui. Mariés depuis 15 ans… et décédés il y a plusieurs mois dans la destruction d’Oméga. Engagés volontaires dans le corps des Marines de l’Alliance avant la guerre. Lui comme chef d‘escouade, elle comme médecin de terrain. Ils ont été renvoyés à la vie civile pour conduite déshonorante et détournement de matériel militaire destiné à la revente sur le marché noir. Quatre ans de détention chacun, pour la simple raison qu’il a été impossible de prouver qu’ils n’étaient rien d’autres que des intermédiaires au bas de la chaine. Ils ont fait quelques travaux forcés pour participer à la Reconstruction, puis ont fini par disparaitre dans les Terminus sitôt leur peine purgée.


Le Renseignement a eu vent de leurs agissements de façon ponctuelle au fil des années depuis. Ils disposaient d’un commerce parallèle plutôt lucratif, en faisant dans le trafic d’armes et de protections individuelles. Ils étaient même en mesure d’obtenir des cargaisons volée aux forces armées conciliennes lorsque leurs clients pouvaient y mettre le prix. Le marché des augmentations de contrebande faisait également partie de leur catalogue. Mais leur coup de maitre reste apparemment d’avoir réussi à mettre la main sur les plans d’un canon Thanix modifé, qu’ils ont écoulé au plus offrant… Ça te donne une idée du niveau… »

Sur ces mots, Alec se leva brièvement pour apporter sur l’imposante et seule table qui ornait la pièce une mallette à code. La bidouillait quelques instants, il finit par en sortir des datapads de données concernant le couple, ainsi que quelques objets qui leur serviraient à renforcer la crédibilité de leur déguisement. On pouvait notamment citer une paire d’alliances en argent, du plus mauvais goût, au motif d’un crâne humain…

- « Là où on a de la chance, c’est qu’ils opéraient de façon suffisamment discrète pour limiter les contacts avec leurs clients. Alors la plupart de ceux qui connaissaient leur visage sont morts avec eux. Leurs noms et certains traits physiques sont en revanche connus, on va donc en jouer pour nous faire passer pour eux et prendre contact avec le réseau de la cible sous prétexte d’organiser un deal. »

Traduction ? Une transformation physique, quoique momentanée et limitée, s’imposait. Sara en aurait bien vite l’exemple type, puisqu’elle devrait se teindre les cheveux et consentir à se faire tatouer certains motifs spécifiques sur des zones apparentes du corps…

C’est alors qu’elle réalisait la chose à contemplant leurs futurs personnage que les portraits disparurent soudainement pour laisser place à celui d’un Galarien.

- « Le type que l’on cherche est un Galarien, Yarok Feldjii. Spécialiste en cybernétique appliquée aux corps organiques. Il a été parmi les têtes pensantes du programme de recherche qui visait à augmenter par la technologie les capacités physiques et offensives des agents de l’Ordre de l’Accompli. Lorsque l’Ordre a été détruit, il a disparu en emmenant avec lui des prototypes et plusieurs plans. Aujourd’hui, d’après les infos que j’ai, il chercherait à monnayer un passage sûr vers la République de Sur’Kesh, le nouveau gouvernement des Galariens. Vu les idéaux du nouveau régime et le Conseil n’étant pas en bon termes avec, on doit éviter que ses travaux retombent entre les mains des grenouilles. Il essaye apparemment de monnayer une partie de ses créations contre de grosses sommes de crédits  pour se faire la malle de Terminus et passer à travers la Corruption… Le Chimaera se dirige donc vers Illium. Il y aurait un de ses contacts qui recherche des armes de contrebande. On va essayer de le faire parler et de trouver l’endroit où Feldjii se planque pour organiser sa grosse vente… »

Cela faisait un nombre conséquent d’infos à encaisser. En particulier lorsqu’on n’avait pas l’habitude du terrain. Et encore fallait-il potasser dans le détail les dossiers des Keller pour être au point lorsqu’il faudrait jouer la comédie. Mais elle serait à la hauteur, il le savait. Il y veillerait. Pour la réussite de leur mission comme la sécurité de la rousse.

- « Ça va ? Tu penses pouvoir digérer tout ça et rentrer dans le personnage ? » la questionna tout de même finalement le N7 avec un air quelque peu inquiet.
Sara Vaylee
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Membre
Messages : 251
Crédits : me

Retrouvailles sous couverture Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles sous couverture   Retrouvailles sous couverture Icon_minitimeSam 16 Fév 2019, 20:44


Le Spectre avait-il seulement conscience de ce que cette demande provoquait chez le médecin ? Sûrement pas. Elle prit le parti de se montrer détachée après avoir observée un coin de la salle où des gens échangeaient une conversation qui semblait animée. Bras croisés, elle accueillit les explications concernant cette proposition. Il avait besoin d’une femme ayant des connaissances médicales. Elle reposa ses yeux verts sur le Commandant, hochant de la tête lorsqu’il affirma qu’elle était capable de savoir lorsqu’il ne lui disait pas toute la vérité. C’était particulièrement efficace, surtout lorsqu’elle lui jetait un regard accusateur pour lui dire "je t'ai grillé'. La rouquine esquissa un sourire en réponse au sien. C’était vrai ce qu’il disait. Un véritable saut dans l’inconnu.

Pourtant avec une perruque, je suis sûre qu'ils ne feront pas la différence, lâcha-t-elle malicieuse en attrapant sa tasse pour en boire la boisson stimulante.

L'image de son nouveau médecin était encore plus frappante avec sur la tête une perruque de couleur claire. La conversation continua sur sa lancée, gardant ses distances sur le sujet principal qu'était la mission. Alec revint tout de même une nouvelle fois dessus en l'abordant sous un nouvel angle d'attaque.

S'il faut prétendre, je peux faire ça.

À force de faire semblant, on finissait par y croire soit même, le médecin l’avait constatée et s’y tenait. Même si elle se tenait à cela, elle sentait quelque chose en elle avait disparu. Cette étincelle. Mais heureusement elle pouvait toujours partager ces moments d'insouciance avec le commandant. Sara les avait toujours appréciés. Et pourtant … Combien de fois, des femmes lui avaient mis le grappin dessus sans qu'il se rende compte qu'elles avaient tout préparées ? Elle n'était pas encore tombée sur des coriaces nymphomanes pour sortir son arme principale: l'IST tout en jouant l'ex folle furieuse encore amourachée pour rester collée à lui. Super Vaylee, toujours prête pour sauver son Commandant des griffes de féroces croqueuses d’hommes. Et surtout parce qu’elle n’avait pas envie de le voir disparaître dans la soirée avec ce qui pouvait être parfois une meilleure compagnie. Et il lui arrivait parfois de le faire juste par principe de le chercher parce qu’il avait osé la taquiner. Simple mais efficace.

Après une après-midi où elle prépara ses affaires sur les conseils du Spectre, elle finit par retourner chez Liam pour prendre le reste de ses affaires. Elle ignorait tout de ce monde, elle ne comprenait pas tout tant le mystère perdurait. Et Alec ne pouvait rien lui dire, tant qu'ils n'étaient pas dans un espace sécurisé, tel le Chimaera. En arrivant chez celui dont elle ne savait que faire, ce dernier fut déçu d'apprendre qu'elle partait le lendemain.

Mais j'avais prévu de te faire rencontrer ma mère !

Et tu lui as dit à ta mère, qu'elle ne pourra jamais être grand-mère ?! Cracha-t-elle sur la défensive.

Oooh, je plaisante Sara, arrête de partir au quart de tour.

Le médecin de l'Alliance ferma les yeux en secouant la tête. C'était vrai qu'elle était particulièrement tendue surtout lorsqu'il s'agissait de sa vie privée. Savoir qu'elle ne pourra jamais enfanter la forçait à ne pas s'attacher pour ne pas coincer n'importe quel partenaire dans une histoire qu'il regrettera par la suite. La rouquine s'excusa, lui annonça rentrer chez elle. Mais Liam fut plus pot de colle que prévu, préférant passer sa dernière soirée à ses côtés, ignorant quand elle allait revenir de cette mission imprévue. Il revint avec des sacs de nourriture d’un restaurant tenu par un Turien qui valait le détour. Et bien que la lieutenant-commandant râlait et cherchait à justifier qu'elle n'aura pas de temps à lui accorder, elle était soulagée de ne pas être seule avant son départ.

***

Sara regardait le Chimaera avec curiosité, un de ses sacs sur le dos, l’autre tenu par une main. Les personnes qu’ils croisaient au détour d’un couloir avaient cette rigueur militaire qu’elle connaissait par cœur. Le médecin manqua de tomber lorsque Vorace se rua sur elle pour accueillir cette ancienne connaissance. Un genou à terre, elle tenta de repousser la bête pour qu’elle ne lui lèche pas le visage mais se retrouva les mains pleines de baves.

Ooh sale bête, comme tu m’as manqué toi et ton haleine infecte ! lança-t-elle d'une voix énamourée.

La bête restait tout de même particulièrement affectueuse avec la rouquine avec qui elle avait partagé des moments de gratouilles intenses alors qu’elle avait les quatre fers en l’air. Et il n'est pas dit qui avait les quatre pattes en l'air... Le Spectre lui fit le tour de son nouveau vaisseau, s’arrêtant dans la cabine où elle allait loger les prochains jours, laissant tomber ses affaires sur le sol, les mains sur les hanches, se retournant vers Alec pour scander sur un ton moqueur :

Comment ça j’ai pas ta cabine ?

Elle ne vit qu’après que l’animal avait décidé de se poser au pied de son lit. Ils finirent par aller dans la salle de briefing pour se poser afin que le N7 lui exposer ce qu’était la mission qu’il avait trouvé pour ne pas rester à attendre que le reste de la galaxie s’occupe de la Corruption. Ses yeux eurent du mal à se détacher du couple qui apparut en hologramme. Deux anciens de l’Alliance qui avait sali leur honneur en volant du matériel militaire pour le revendre et se faire une place dans le milieu de la contrebande. D’une manière plutôt surprenante, ils arrivaient à obtenir des cargaisons de matériaux qui n’auraient pas dû sortir du système concilien. Sara ne put cacher sa surprise lorsqu’il lui apprit qu’il avait réussi à mettre la main sur les plans d’un canon Thanix.

Pourtant en dehors d’un “Nom d’un Pyijak en slip” elle laissa le Spectre continuer son briefing. Il finit par lui montrer une mallette qui contenait des datapads de données sur le couple et du matériel pour prétendre être eux. Les alliances posées sur la table l'arrêtèrent dans son bref coup d’oeil sur les datapads.

Ah non. Des gens de bons goûts, aurait-ce été possible ? Commenta-t-elle en prenant une pour observer l’anneau sous tous les angles.

Elle la glissa rapidement au doigt pour voir si la taille était bonne et ne put s’empêcher de pousser un râle avant de l’ôter et la remettre sur la table. Alec lui expliqua que la discrétion que le couple avait toujours eue leur permettait de prendre leur place plus facilement mais pour cela ils devaient s’en approcher. Elle revint sur le visage de cette brune où apparaissait un tatouage au niveau du cou. Ce que le portait ne montrait pas, c’était qu’elle en avait de nombreux ancrées sur divers parties de son corps. Autant la couleur de cheveux ne la dérangeait pas autant qu’une aiguille passe des heures sur sa peau, elle grinçait des dents d'avance. Le seul tatouage qu’elle avait fait était celui de l’Alliance qu’elle portait en haut de sa poitrine, fait en même temps que l’ensemble des membres du Leipzig et de la 103eme division. Et il fut difficile de la tenir en place pour qu’elle ne bouge pas. Ironique lorsqu’on savait que le médecin jouait avec des scalpels et des aiguilles sur les autres.

Apparu peu après la tête d’un Galarien. Les explications suivirent. La mission était là. Cette grenouille avait fait parti de l’Ordre de l’Accompli et tentait de fuir vers la nouvelle République de Sur’kesh en passant par les Terminus. Il avait en sa possession des plans d’augmentations cybernétiques et en était probablement le créateur. Elle voyait déjà le schéma se dessiner sous ses yeux mais elle espérait que les Galariens ne voudront pas de cette technologie. Pour l’atteindre, il voulait trouver un de ses contacts qui recherchait des armes de contrebandes.

Lorsqu’elle comprit qu’il avait terminé, elle laissa son dos, jusqu’à présent droit, s’enfoncer dans le siège. Elle croisa les bras, accusant le coup. Attentive du début à la fin, elle allait devoir potasser pour comprendre l’identité de ce couple peu ordinaire. Alec voulait trouver le contact du Galarien en se faisant passer pour des vendeurs de contrebande pour le capturer.

Oui. Je crois, hocha-t-elle en lui adressant un regard avant de le reporter sur les affaires qui étaient posées sur la table.

Elle continua d’observer les données tout en observant le Galarien. Des questions commençaient à germer dans son esprit. Des questions techniques avant toute chose. Sara les posa, les une après les autres, laissant le temps au Commandant nécessaire.

J’ai quand même des questions Alec . Dans combien de temps on arrive à Ilium ? Pour ce qui est de la préparation, t’as ce qu’il faut ou on fera ça sur place ?

Qu’est-ce qui est prévu pour Feldiii ? Le conseil veut l’arrêter ou l’éliminer ? Et j’imagine récupérer les plans ou les détruire ?

Son contact, tu comptes l’interroger comment ? Est-ce qu’on peut éviter de le laisser pendre au-dessus du vide pour avoir des réponses ? J’ai peut-être un moyen de lui flanquer les jetons juste avec une injection. Si t’es d’accord, j’irai voir dans l’infirmerie si c’est concoctable.


Evidemment que ça l'était, l'infirmerie avait forcément le nécessaire pour. Bien que la rouquine usait parfois de violence pour calmer les ardeurs de certains, elle n’aimait pas cela et pensait sincèrement qu’il y avait d’autres méthodes pour obtenir des informations mais elle n’était pas dupe. Ce sérum était un mélange de plusieurs produits qui paralysait les membres à base de curare. Cela provoquait un relâchement musculaire et une angoisse terrible parfois allant jusqu’à une sensation de mort imminente, d’étouffement après plusieurs minutes. Elle ajoutait une dose d'adrénaline pour renforcer l’angoisse d’être réveillé en ne sentant plus son corps. La rouquine n’avait jamais eu à l’utiliser mais c’était suite à de nombreux échanges entre médecins de divers horizons qu’une idée comme celle-ci était arrivé à maturation sans pour autant avoir l’occasion de l’utiliser vu que les missions de l’Alliance ne permettaient pas souvent ce genre de situation. Le remède, quant à lui, était un simple inhibiteur accompagné d’un bradycardisant. Charabia médical qu'elle évitera d'étaler pour ne pas donner la migraine à son ami de longue date.


"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"
Retrouvailles sous couverture 16073110504411408114404364
Retrouvailles sous couverture 1482668524-miss-1
Retrouvailles sous couverture 1482668523-conciliant
Retrouvailles sous couverture 1482668524-mission
Alec Sykes
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Membre
Messages : 307

Retrouvailles sous couverture Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles sous couverture   Retrouvailles sous couverture Icon_minitimeSam 23 Fév 2019, 01:20

Le briefing en tête à tête touchant à sa fin, Sara ne manqua pas de faire part de ses questions à celui qui deviendrait sous peu son coéquipier en plus d’être son ami. Ce que dernier accueillit avec un certain soulagement, quoique sans le montrer véritablement. Ses questions illustraient le fait qu’elle s’impliquait d’elle-même dans la mission, en dépit du saut dans l’inconnu qu’Alec lui imposait. Rester muette aurait sans doute signifié qu’elle avait trop d’appréhension face au danger pour pouvoir opérer. Mais si elle se montrait alerte et critique comme elle le faisait, alors elle ne paraitrait que plus crédible dans son rôle de Jennifer Keller.
 
- « Il faudra deux jours pour rejoindre la Nébuleuse du Croissant. Tout est prévu sur place. On prétextera une vente d’armes pour approcher le contact de la cible. Quant à savoir comment l’interroger… Prends tout ce qui te semblera utile, mais soit prête à tout… »

Le N7 fit disparaitre les projections holographiques qui animaient jusqu’ici la pièce. Ne restait plus alors que le duo, et les reflets bleutés du vol SLM au travers d’un hublot. Le soldat profita de cette quiétude éphémère pour se rapprocher de Sara et prendre place face à elle. Plongeant son regard dans le sien, il conclut son speech en prenant cet air qu’elle et si peu d’autres lui connaissaient. Celui où il s’ouvrait véritablement et ne se cachait pas derrière le masque du soldat. Celui où il était le plus honnête… le plus… lui-même.

- « Et pour ce qui est de Feldjii. Je ne peux rien garantir. Je vais le capturer, saisir son matériel et ses données… dans la mesure du possible. Mais je n’hésiterai pas à lui coller une balle dans le crâne si le risque qu’il rejoigne les Galariens se fait trop grand. Ce type a rejoint l’Ordre de son plein gré. Un groupe qui a manigancé les attentats d’envergure de ces dernières années, a créé la Corruption et joué avec la technologie Moissonneur. Je suis un type de convictions, mais elles ont les mêmes limites que la justice concilienne… »


Comprendre par-là que si la grenouille lui donnait le moindre prétexte pour le plomber, Sykes n’hésiterai pas une seconde. Tuer de sang-froid faisait partie de son boulot depuis des années, mais si certains meurtres lui laissaient plus de traces que d’autres, l’exécution de la vermine qu’ils devaient tout deux traquer n’en laisserait elle aucune. De son point de vue cela restait, et de loin, un service fait à la sécurité de l’espace concilien. Qui sait où il se retrouverai si on l’incarcérai… Après tout, le Conseil pouvait tout aussi bien le laisser dépérir dans une cellule de haute sécurité de la Citadelle que s’en servir comme monnaie d’échange auprès de la République de Sur’Kesh…

Voire lui donner un labo et des moyens pour mettre ses travaux à leur service…


***

Nébuleuse du Croissant, Système  Tasale
Illium, Bas-fonds de la planète
7 janvier 2204


Les quarante-huit heures suivantes passées à bord du Chimaera permirent au duo de se préparer au mieux. Au-delà de la consultation des dossiers des cibles et de leurs fausses identités,  c’est surtout le côté transformation physique qui nécessita un soin tout particulier. S’il n’eut aucun trait particulier à accentuer ou modifier pour sa part, Alec passa tout comme Sara par la case tatouage pour paraitre plus crédible. Mais si la toubib craignait les antiques méthodes employant  une aiguille, sans doute fut-elle soulagée d’apprendre que l’on utilisait désormais des procédés moins invasifs et douloureux pour ce genre de folie esthétique. Le duo joua donc le jeu de l’impression pigmentaire sur la peau. Technologie déposant des pigments entre le derme et l’épiderme à l’aide d’un faisceau d'énergie, elle avait également le mérite de permettre d’effacer le tout par un procédé similaire détruisant les pigments de couleur.

Alec et Sara laissèrent donc place à Lewis et Jennifer Keller, mariés depuis quinze ans et trafiquants d’armes de talent au sein des Terminus. Le « couple » était en planque à la fenêtre d’un squat, depuis ce qui devait maintenant faire trois heures, lorsque la personne qu’ils attendaient finit par se pointer au détour d’une ruelle adjacente à un entrepôt abandonné. Accompagné de trois porte-flingues à sa solde, un Turien imposant aux tatouages verts jetait des coups d’œil suspicieux à droite et à gauche. Toutefois, lorsqu’il sembla avoir la confirmation de ses hommes que tout allait bien, il finit par se détendre quelque peu et pénétra dans l’entrepôt. Laissant aux humains l’occasion d’opérer.

- « Drestian est sur place avec ses gorilles… 3 types. Il faudra peut-être que je m’en débarrasse. La priorité c’est lui. Il est le dernier à avoir parlé avec Feldjii avant qu’il se planque. »

Le Turien était en effet leur cible. Pour le moment. Né en périphérie de l’espace de la Hiérarchie, il n’en connaissait pas la rigueur militaire. A la place, il s’était fait un nom dans différents trafics, servant bien souvent d’intermédiaires pour de gros bonnets. C’est d’ailleurs le rôle qu’il avait joué avec le Galarien au cours de sa fuite. Engageant pour lui garde du corps et lui trouvant du matériel, il vendait chèrement ses services. Raison pour laquelle il était question de l’appâter avec des armes de la meilleure qualité pour l’approcher et obtenir des informations…

- « Lys’, tu monitores en temps réel les brouilleurs que l’on a installé. Je ne veux pas qu’il puisse appeler à l’aide quand on l’aura sous le coude… »


- « Compris patron. Amuse-toi bien… » Furent les seuls mots lâchés par l’expert technologique Asari du Spectre, restée sur le Chimaera.

- « Souviens-toi… Tu joues plus qu’un rôle. Tu ES Jennifer Keller. La fille qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, même par un mercenaire, et qui n’hésite pas à dégainer lorsqu’on se fout d’elle… »
Avait quant à lui tenté de rappeler Alec à Sara.

La crédibilité de leur couverture tenait dans leur comportement et caractère plus qu’en leur allure. Et si Sykes connaissait mieux que quiconque le caractère déluré et l’assurance qui animait la rousse devenue brune pour l’occasion, le tireur d’élite ne savait trop quoi penser de ses possibles réactions en situation de stress intense. Il allait toutefois être vite fixé, puisque moins d’un quart d’heure plus tard, le duo se retrouva face à Drestian et ses gardes…

Visiblement impatient, le Turien resta à bonne distance un moment, les jaugeant avec précaution avant de s’approcher. Ils n’avaient pourtant rien d’impressionnant en l’état actuel des choses, ayant opté pour des vestes de cuir noir en lieu et place de leurs armures habituelles. Seule l’arme de poing que chacun portait dans un holster placé à la cuisse exprimait leur volonté de se défendre en cas d’agression. Ca et plusieurs cartouches thermiques, une grenade incapacitante et un couteau dans son étui dissimulé sur le Spectre… Ils n’étaient en effet pas à l’abri de se faire doubler pas Drestian,  qui aurait pu se sentir en position de force. Même si le caractère utile et la réputation des Keller devait les protéger de ce genre de mauvais coup.

En théorie…

- « Vous avez la marchandise ? »
Questionna sèchement le trafiquant en guise de bonjour.

- « Dix N7 Typhon sans numéro de série, des modules de boucliers renforcés et des unités d’injection d’urgence de médigel et stimulants expérimentaux... En provenance de l’espace concilien. Comme demandé. » Énonça aussitôt Alec en ouvrant la caisse reposant sur un module anti-gravité qu’ils avaient apporté.

A l’intérieur, comme il l’avait énoncé, dix mitrailleuses légères N7 Typhon soigneusement réparties en deux rangées, ainsi que des paquets plus petits où étaient stockés le reste de la marchandise. Afin de paraitre plus crédible, l’agent du Conseil se tourna vers Vaylee, espérant qu’elle puisse jouer son rôle à la perfection en faisait étalage de ses connaissances médicales.

- « Jenny, tu veux bien lui détailler le fonctionnement des substances qu’on lui four… »

- « Quoi, et c’est elle qui va me faire une démonstration peut-être ? » Coupa avec dédain le Turien dans une grimace qui en dit long sur l’estime qu’il portait à Sara. Ou au personnage qu’elle incarnait.

Difficile à dire.
Sara Vaylee
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Membre
Messages : 251
Crédits : me

Retrouvailles sous couverture Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles sous couverture   Retrouvailles sous couverture Icon_minitimeMar 05 Mar 2019, 12:51


Pendant deux jours, elle potassa parfois seule ou parfois en compagnie de Vorace ou d’Alec les informations recueillies sur cette Jennifer Keller, pour en comprendre l’essence même de sa personnalité. Cette femme avait pourtant de bons résultats malgré des évaluations parfois mitigés à cause de comportements déplacés. Jenn avait un problème avec l’autorité. Elle semblait la plupart du temps filer droit malgré quelques signalements mais il paraissait évident que depuis la date de rencontre avec Lewis, les choses ne s’étaient pas arranger et les deux entraînaient l’autre dans une chute sans fin.

Sara s’était rapidement fait à sa nouvelle couleur de cheveux. Le changement n’était pas trop perturbant. Par contre, elle alla à reculons lorsque ce fut l’heure de se faire tatouer. Quand bien même, elle cherchait à ne rien montrer, tous pouvaient lire clairement qu’elle avait une trouille bleue. Heureusement que peu de monde la connaissait, il y aurait eu matière à charrier. La brune fut donc surprise et soulagée lorsqu’elle vit l’appareil, bien différent de celui qu’elle avait eu il y a plus de dix ans. Elle passa une demi-journée en brassière, soit en topless à se faire marquer par l’ensemble des tatouages qui avait pu être répertorié sur le corps de l’ancien médecin de l’Alliance. Entre des schémas de circuits électroniques, des structures chimiques, sans compter les têtes de morts que le couple semblait particulièrement adorer, des symboles et des écrits qui n’avaient qu’un sens pour elle le tout entourées de fioritures géométriques pour donner une structure, elle se perdait sur sa propre peau. Parmi tout cela, la tête d’un loup dans ce même style géométrique était celui qu’elle considérait le plus abouti, peut-être parce qu’il lui parlait plus que le reste. Le dernier tatouage se termina sur sa cuisse gauche tandis qu’une grosse partie de ses tatouages se trouvait sur tout son côté droit, du bras, de son épaule passant par le cou pour finir sur son torse jusqu’à la naissance de sa hanche. Le médecin avait du mal avec toutes ces nouveautés mais se garda de le dire, tout comme elle préférait taire ses inquiétudes sur son efficacité à remplir le rôle qu’il attendait qu’elle joue.

Ils avaient pris le nécessaire pour leur mission. Sara avait eu le temps de préparer ce dont elle avait parlé lors de son arrivée sur le Chimaera sous forme d’injection qu’elle glissa dans une mallette contenant d’autres injections mais rien qui n’avait de lien avec les stimulants qu’ils devaient proposer au contact qu’avait le Galarien et qui leur permettrait de se rapprocher de lui. De l’eau sucré injectable, rien de plus, des produits paralysants de l’autre. Ce Turien qui se nommait Drastian et qui vendait ses services aux plus offrants, appréciera ce mauvais tour.

À présent dans un squat des bas-fonds d’Illium, Sara tournait en rond pour évacuer son anxiété tandis que le N7 observait par la fenêtre le passage, attendant de voir leur cible arriver. Lorsqu’il lui annonça que Drastian était là, la brune se rapprocha pour jeter un coup d’œil, sentant un peu plus l’appréhension, prenant une profonde inspiration pour ne pas hyperventiler et tourner de l’œil.

Ils ont des armures. On est à poil. À poil. On ne joue pas dans la même catégorie.

Elle connaissait le personnage et son caractère par cœur. Elle se rassurait car elle savait qu’elle présenterait les produits et c’était un domaine qu’elle maîtrisait parfaitement et qui lui donnera sûrement un peu plus confiance en elle. J’aurai bien pris un verre ou une bouteille entière avant …

Les hommes d’Alec leur confirmèrent qu’il n’y avait pas de problème avec les quatre hommes qui venaient de rentrer dans l’entrepôt. Après un bref échange avec Lys’andra, il lui rappela son rôle, pour lui donner un coup de booste.

Tu dormiras sur le canapé ce soir, chéri, lâcha-t-elle en s’assurant avoir tout sur elle.

La jeune femme avait une arme à feu accroché à sa cuisse et dans son dos, une injection de son produit si jamais, il ne faisait pas ce qu’elle espérait. Bien qu’elle ait repris l’entraînement pendant de nombreuses années négligé pour son travail de médecin, entre l’entraînement au tir et combat au corps-à-corps avec des membres du Midway, elle espérait ne pas en arriver à échanger des tirs, même si Alec avait été clair sur sa volonté de se débarrasser des trois portes-flingues. Le peut-être n’était que pour rassurer la brune mais elle n’était pas dupe.

Ils entrèrent dans l’entrepôt, un quart d’heure plus tard, avançant accompagné d’un module anti-gravité vers leur client. Oubliant les présentations, Alec présenta vite fait la marchandise demandée par Drastian, il se tourna assez rapidement vers le médecin pour commencer à lui demander de donner des explications quand le Turien le coupa sèchement.

Showtime. Sara croisa les bras, regarda Drastian sans ciller puis se mit à rire, à la limite du nerveux, se mordant les lèvres pour ne pas trembler en baissant la tête suivi de près d’un soupir. Elle tourna légèrement la tête vers son « époux » et lança avec une pointe d’agacement dans la voix :

J't’ai toujours dit que je ne pouvais pas blairer les Turiens et leur putain de balai dans le cul. Mais tu veux toujours travailler avec eux et j’accepte. Si ça, ce n’est pas une preuve d’amour …

La brune reporta son regard sur leur client puis se rapprocha d’un pas nonchalant pour le jauger. Ses bras toujours croisés, elle était à un mètre du Turien, le fixant de toute sa hauteur alors qu’il faisait deux têtes de plus qu’elle. Ohoh. Hargneuse, elle laissa quelques secondes de battement, laissant le doute s’immiscer entre les deux parties sur ses capacités à prétendre être quelqu’un d’autre, et de l’autre l’envie de vendre un produit à un Turien dédaigneux. Son ventre se tordait dans tous les sens et elle serra les mâchoires pour ne pas trembler. Après une profonde inspiration, elle finit par dire froidement tout en reculant de quelques pas pour se mettre à côté de la caisse.

Commençons. Comme les Conciliens ont compris que leurs soldats n’avaient pas forcément le temps de lire les intitulés en moment de stress, ils ont classé les stimulants par couleurs. Ces stimulants existent déjà sur le marché mais ils ont travaillé sur la dépendance que cela provoquait et la durée d’action parfois trop courte lors de missions prolongées.

Elle sortit les unes après les autres les injections fines en inox où une petite fenêtre montrait le liquide à l’intérieur qui variait de couleur selon les stimulants. Le premier étage était ceux fait par Sara qui allait paralyser les testeurs. Les autres étages n’étaient que de l’eau colorée.

La bleu, une nouvelle forme de Minagen X3 qu’ils n’ont pas encore renommée. Ça améliore les effets biotiques. Celles-là même qui sont interdites oui. Comme quoi, ils se foutent bien de la gueule des gens. Avec l’avantage de ne pas faire de surdosage. Durée, un peu plus de six heures, délais d’action une minute et quelques secondes. La verte, un mélange d’amphét’, et une liste de substances dopantes longue comme mon bras, durée, trois heures, délais d’action quinze secondes. Plus de force, moins de fatigue, une bouffée d’adrénaline qui te permettra de faire face à deux zozio comme nous qui pourraient te refaire le portrait en moins d’deux. Un surhomme… turien ? (un sourire moqueur sur le visage, elle s’arrêta dans sa lancée pour peser le pour et le contre de cette idée, avant de hausser les épaules et reprendre) Et le jaune, un neurostimulant sur le principe même du Videlicet mais en clairement mieux, améliore l’attention, la capacité à mémoriser et augmente la capacité à résoudre des problèmes. Ils ont même réussi à enlever les nausées qu’elle provoquait. Durée d’action huit heures, délai, trois minutes. Prépare un casse-dalle à côté, ça va t’ouvrir l’appétit de réfléchir, pour une fois. Voilà . T’as le nombre demandé.

Au fur et à mesure, elle se sentait un peu plus à l’aise face à la situation même si son ventre continuait de se tordre. La présentation des produits fait, elle leva les yeux en l’air, poussant un soupir, ayant complètement oublié de faire une démonstration. Sara ignorait si l’un d’eux allait accepter de faire le cobaye. Elle n’aurait pas pris le risque en tout cas.

Ah oui, j’oubliais. Pour ce qui est de la démonstration. Simple d’utilisation, tu décapsules et tu te l’injectes là où tu peux. Juste comme ça …

La brune attrapa une seringue au liquide vert, ôta le bouchon de la seringue et alla pour se l’injecter directement dans le cou quand le Turien l’arrêta précipitamment.

Hep, hep, hep, c’est Ma marchandise !

Elle était à un poil de couilles de rentrer l’aiguille dans sa peau, reculant lentement sa main pour recapsuler l’injection. La dénommée Jennifer renâcla en haussant un sourcil.

Pas encore. J’aurai bien tiré dans l’un de tes hommes pour te prouver que même blessé les stimulants font des miracles mais je ne sais pas pourquoi vous vous vexez à chaque fois que je le fais et j’ai interdiction de vous tirer dessus. Ces stimulants t’intéressent ou non ?

Je les aurai pas demandées sinon.

Alors écoute moi bien, dit-elle en faisant un pas vers lui mais restant à une distance correcte cette fois-ci, le pointant de la seringue. Une seule remarque qui m’agace et j’annule cette vente. Si on est là, c’est parce qu’entre un Turien et un Krogan, j’peux vraiment pas blairer ces putains de bestioles. Tu comprendras peut-être alors qu’Elle ne fait pas seulement la démonstration.

La jeune femme avait une main sur son arme, prête à en découdre si besoin mais Sara priait intérieurement que son petit discours suffise à calmer ses ardeurs, espérant qu’il souhaite vraiment cette vente et qu’Alec soit capable de ne pas rater ces cibles si tout partait en vrille. Ils se dévisagèrent un instant avant qu’il émettent un grognement, comprenant l’agacement et l’irritabilité qui se déchaînaient en lui. Un sourire carnassier se dessina sur les lèvres du médecin lui tendant finalement l’injection.

Bien. Ravi qu’on soit sur la même longueur d’onde. Tu veux tester ou tu embarques le tout ? J’ai pas amené mes casse-têtes avec moi et t’es pas vraiment connu pour utiliser de la biotique.

Parce que le couple ne serait jamais allé à un rendez-vous sans se renseigner sur leurs acheteurs.



"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"
Retrouvailles sous couverture 16073110504411408114404364
Retrouvailles sous couverture 1482668524-miss-1
Retrouvailles sous couverture 1482668523-conciliant
Retrouvailles sous couverture 1482668524-mission
Alec Sykes
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Membre
Messages : 307

Retrouvailles sous couverture Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles sous couverture   Retrouvailles sous couverture Icon_minitimeMer 20 Mar 2019, 17:51

Organiser un deal, et plus particulièrement sous une fausse identité, n’avait jamais rien de simple. Même avec les meilleurs renseignements et toute la bonne volonté du monde, il était impossible de prédire la tournure des évènements. La cible serait-elle au rendez-vous ? Viendrait-elle en force ? Préférait-elle limiter le contact ? Fallait-il redouter un coup fourré de sa part ? Autant de questions dont on ne trouvait parfois les réponses qu’une fois jeté dans le bain. Le degré de préparation devenait donc un élément primordial de la réussite dans ce genre d’opération. Envisager le maximum d’issues et y trouver une parade constituait un défi grisant lorsqu’on se prenait au jeu. Mais la clé, c’était avant tout de faire preuve d’adaptabilité une fois lancé. Faire preuve d’imagination et se montrer réactif, voilà comment survivre en traitant avec les pires raclures.

Problème, ce genre de chose ne venait généralement qu’avec l’expérience du terrain. Etre mis au pied du mur à de multiples reprises se montrait bien souvent nécessaire. Ce qui avait maintes fois été le cas pour Alec, mais pas pour Sara, dont son ami redoutait la réaction face au danger. Jouer la comédie face à des types prêts à vous faire sauter la cervelle pour un regard de travers ou une parole malheureuse n’avait rien d’évident ou de naturel. Pourtant, à sa grande surprise, la jeune femme donnait le change bien mieux qu’il ne l’aurait imaginé. Peut-être le fait que leur interlocuteur ne soit pas humain aidait-il à dissimuler l’anxiété qui habitait la toubib ?

Le fait que Vaylee était parfaitement dans son rôle ne manqua pas d’arracher un sourire en coin de circonstance à son équipier. Faisant sans doute écho aux propos de sa femme du point de vue de Drestian, le Turien ne s’en offusqua guère, préférant porter son attention pleine et entière sur l’humaine. L’attitude provocatrice et dédaigneuse de la brune – de circonstance – aurait entrainé une réaction de sa part dans un autre contexte, mais dans celui d’une vente qui pouvait lui rapporter gros… L’intermédiaire préféra en faire abstraction. Ce qui permit au duo de renchérir dans son jeu d’acteur pour aboutir à la véritable raison de leur présence sur Illium…

- « Il faut excuser mon épouse. Elle est peu commode, mais il n’y en a pas de meilleure qu’elle dans ce qu’elle fait. » Lança donc le Spectre à destination du trafiquant pour appuyer le rôle de Sara.

- « T’as la langue bien pendue gamine… Méfie-toi, ça pourrait te jouer des tours… »

L’intéressé porta tour à tour son regard sur les deux humains. S’ils n’avaient pas derrière eux la réputation conséquente des Keller dans le milieu, sans doute la tentation de les dévaliser se serait faite bien trop prenante en cet instant. Las pour lui, les crédits dirigent ledit milieu, ce qui l’amena à considérer un instant la dose proposée par Vaylee, puis à appeler un de ses hommes auprès de lui.

- « Occupez-vous de tester les Typhoon, et toi… »

- « Ce composé est adapté aux organismes dextro j’imagine ? »

La confirmation donnée par Sara amena le Turien à faire de son porte-flingue un cobaye. Alors que les deux autres s’armaient un peu plus et commençaient à tirer de courtes rafales en direction de l’autre bout de l’entrepôt, Drestian amena son homme à retirer son casque pour lui saisir vigoureusement la crête et lui injecter dans le cou le contenu de la dose.

Quand il s’injecte la première dose, tu te mets à couvert et tu fermes les yeux… Ne les rouvre qu’au signal… Avait demandé Sykes à Sara alors qu’ils étaient en planque.

Et à juste titre lorsque l’on sait ce qui suivit…

- « Alors, ces armes ? »

- « Fonctionnelles patron. On va pouvoir en faire quelque chose je pen… »

Les mots du mercenaire se perdirent lorsqu’il observa son cobaye s’effondrer au sol dans une violente crise de convulsions qui le paralysèrent au sol. Dans un juron bien Turien, le trafiquant dégaina son arme pour mettre en joue ses fournisseurs humains. Imités par les deux mercenaires toujours debout, ceux-ci rejoignirent néanmoins leur camarade au sol, quoique de façon plus expéditive. Les armes fournies par Sykes leur explosèrent en effet dans les mains d’une simple pression sur son omnitech, signe qu’il avait eu l’idée retord de piéger le chargement. Des fois que l’on cherche à le retourner contre eux, évidemment… Démontées au préalable, sabotées à l’aide de micro-charges explosives puis remontées dans la foulée pour ne pas entrainer la suspicion de l’acheteur, le tout ne se révéla pas - comme prévu - assez puisant pour tuer.

Ce le fut toutefois assez pour faire voler en charpies les avant-bras des malheureux utilisateurs, qui s’effondrèrent au sol dans des cris de douleurs déchirants, des moignons ensanglantés là où se trouvaient encore des mains fonctionnelles la minute d’avant…

Privé de tout support et protection, Drestian eut la réaction escomptée par le Spectre. Né en dehors de la Hiérarchie et abusant sans cesse des plus faibles pour se constituer une aura, il n’avait jamais vraiment été un foudre de guerre. S’il savait se défendre seul et se révélait un adversaire de poids en matière de négoce, voir son petit monde et sa ligne de défense s’effondrer de la sorte lui fit perdre tous moyens. Son bras tremblant les tenant en joue et ses baragouinages se firent donc bien vite absents, emportés par un N7 qui le jeta au sol et le désarma sans grand mal.

- « Je te le laisse, je vais m’occuper de ses copains… » Finit par déclarer Sykes en se tournant de nouveau vers Sara, qui avait semble-t-il obéit à sa consigne.

Lui laissant le soin d’assommer comme il se doit leur paquet à l’aide de son cocktail chimique, Alec se chargea de la tâche ingrate du « nettoyage ». Ce qui signifiait décharger la cartouche thermique de son arme de poing dans le crâne des trois mercenaires agonisant autour d’eux. Sans guère de cérémonie tant cela devenait – trop ?- banal, le soldat exécuta donc un à un les porte-flingues recroquevillés au sol de son M-11 silencieux. En un sens, c’était faire preuve de miséricorde… Il leur évitait de mourir en état de choc d’une longue hémorragie… Et de cette façon, sans témoin direct de la scène, il serait bien plus difficile de remonter jusqu’à eux. En imaginant que quelqu’un viendrait se plaindre de la disparition d’un type comme Drestian…

Concernant Alec, la question morale ne se posait de toute façon pas. Adapte d’un certain pragmatisme, parfois à deux vitesses il est vrai, dans sa façon de faire il n’allait pas pleurer quelques mercenaires trempant dans des affaires louches pour le seul appât du gain. Cela faisait partie de son boulot. Mais hélas, pas celui de Sara… Elle qui avait voué son existence à soigner et apaiser les souffrances… Son équipier et ami craignait que devoir la confronter à ses agissements en personne ne l’amène à reconsidérer certaines choses. Son opinion sur lui pour commencer…

- « Désolé pour la tournure sanglante… Il me le fallait en vie, et sans témoins de sa capture… » Tenta-t-il donc de se justifier, mais sur un ton froid qu’elle ne lui connaissait guère.

Se lancer dans un débat idéologique n’était pas à l’ordre du jour de toute façon… Dans l’immédiat, ils laisseraient derrière eux tout ce merdier, chargeraient un Drestian inconscient dans la caisse qu’ils avaient emmenée, et lui offriraient pour nouveau royaume une cellule à bord du Chimaera. Un endroit bien plus adapté à un interrogatoire. Ce type n’était que l’apéritif. Par ses renseignements, ils arriveraient au plat de résistance.

A condition de savoir le faire parler…
Sara Vaylee
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Membre
Messages : 251
Crédits : me

Retrouvailles sous couverture Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles sous couverture   Retrouvailles sous couverture Icon_minitimeVen 29 Mar 2019, 21:10


L’envie de vomir se faisait plus grande, minute après minute, tant son estomac était prêt à renvoyer le maigre repas qu’elle avait ingurgité avant. Et bien qu’elle ait réussi avec une certaine aisance à jouer son rôle, elle était à deux doigts de flancher. Alors elle serrait un peu plus la mâchoire, sortant son regard le plus dédaigneux envers Drastian lorsqu’il lui rappela qu’une attitude pareille risquait de la mettre en danger. Une réponse cinglante lui traversa l’esprit mais il était préférable pour eux qu’elle se taise. Elle lui confirma d’un simple hochement de tête que les injections étaient valables pour tous les organismes, gardant cette fois-ci une remarque sarcastique. Ton ignorance n’a pas de limite …

Deux des portes-flingues testèrent les armes, tandis que le dernier recevait l’injection en pleine jugulaire. Le médecin ne put cacher la crispation sur son visage en comprenant que les choses allaient rapidement s’accélérer, car le produit n’aura pas besoin de faire beaucoup de chemin avant de mettre hors d’état le Turien. Sara s’avança derrière la caisse et dès les premières convulsions, elle se baissa comme lui avait demandée le N7, pour se mettre à couvert, dégainant son arme au cas où les micro-charges déconnent. Les cris qui s’échappèrent des mercenaires la raidirent. La brune n’avait pu s’empêcher de jeter un coup d’œil juste avant, observant la scène avec effroi. Ils étaient des mercenaires mais combien vivaient de ça, nourrissaient leur famille par des petits boulots quand ils ne pouvaient faire autrement qu'accepter ce genre de mission ?

Quelques secondes plus tard, elle entendit le bruit sourd d’une chute, voyant du coin de l’œil Alec plaquer au sol le Turien qui venait de perdre tous ses moyens face à une situation qui lui pétait littéralement à la gueule. Le médecin se redressa, s’avança vers Drastian alors que les gémissements terrassaient l’impassibilité qu’elle voulait montrer. Même pour une personne considérée comme un potentiel ennemi, elle ne pouvait pas s’empêcher de ressentir un élan de compassion. Ses injections auraient pu calmer leur douleur mais le N7 avait la ferme intention d’éliminer tout témoin. D’un geste armé, elle lui fit signe de se redresser et d’avancer, le tenant en joug et à une bonne distance. Une fois proche de la caisse, elle s’approcha rapidement et sortit la seringue qu’elle avait gardée dans son dos pour le maîtriser. Ils n’auront pas à le traîner, au moins ça. À trois reprises, elle eut des hauts le cœur, à chaque fois que le son atténué du M-11 retentissait. Elle avait tourné le dos pour ne pas voir la scène. Alec revint vers elle et se justifia de ce qu'il venait de faire.

Je sais, souffla-t-elle masquant son malaise par une impassibilité qu’il était rare de voir chez elle. Allons-y.

Elle ne préférait pas revenir sur ce qui c’était passé, pas maintenant. Sara comprenait qu’il avait des décisions à prendre et celles qui assuraient leur sécurité était celles qui prévalaient sur le reste mais l’importance de la vie, l’essence de la vie ne devait pas être oublié … La brune était aussi consciente que pour le bien du plus grand nombre, certain devait passer de vie à trépas. Mais qui était le juge de cette décision ? Une seule personne ? Était-ce seulement suffisant pour juger de l’importance de la mort d’une seule personne pour le bien commun ?

C’était sans un mot qu’elle retourna au Chimaera, livide, accompagnée du N7. Demandant quelques minutes seule, elle dégueula tripes et boyaux dans la salle d’eau du vaisseau, se laissant glisser sur le sol, tremblante. Sara avait réussi à tenir jusque-là sans broncher. Habituée à la tranquillité de son infirmerie, l’adrénaline était trop éprouvante. Mais Alec comptait sur elle et elle ne le décevrait pas. Il lui fallut une dizaine de minutes pour arriver à se remettre sur ses deux jambes et se rafraîchir le visage pour ne montrer aucune trace de ce mauvais moment. L’acidité de sa salive passa après quelques rasades d’eau.

Pendant ce temps, le Turien avait été emmené dans une cellule sur le pont 3, le temps qu’il émerge de ce sommeil angoissant et forcé. Le vaisseau possédait une petite salle où ils pourront l’interroger. Sara passa par l’infirmerie pour retravailler le dosage, bien trop efficace et qui n’était pas assez lent à son goût. Une fois les améliorations faites, elle glissa deux injections dans son dos. Elle passa récupérer un encas à grignoter et se dirigea vers le pont où était Drastian. Croisant le N7 dans l’ascenseur, ils semblaient avoir eu la même idée. Le prenant de vitesse, elle lui annonça :

Je vais l’interroger, comme ça, il aura le choix entre se faire exploser la tête ou non. Laisse-moi avec lui et si je n’arrive à rien, tu seras libre de faire … ce que tu sais faire.

L’ancienne rouquine n’arriva pas à cacher l’amertume qu’il y avait dans ses paroles et elle ne pourrait lui cacher. Elle s’en voulait de ressentir ça. Le médecin se savait blessante et avait beau savoir qu’il ne faisait que son travail, elle ne pouvait l'imaginer ainsi. Elle arrivait à oublier que sur le terrain, ce genre de décision était presque quotidienne. Ils étaient avant tout des militaires mais parfois Sara l'oubliait. Se dirigeant ensemble, ils allèrent dans la salle d’interrogatoire où le Turien avait été placé, certainement sur les ordres du Commandant. Ce fut à grand coup de claques que le médecin tenta de le réveiller, laissant son bol rempli à moitié d’un assortiment de diverses graines au N7.

J’ai vraiment trop forcé sur la dose… Pesta-t-elle contre elle-même en sortant une des deux seringues pour lui injecter un remontant.

Drastian, qui avait été débarrassé de son armure entre temps, ouvrit un œil et se fut immédiatement sur le qui-vive devant le couple qui lui faisait face. Il remarqua rapidement qu’il ne pouvait bouger les mains, maintenu de sorte qu’il ne puisse rester seulement assis. Récupérant son bol, elle s’installa en face de lui, une petite table les séparant.

T’en veux ? Ah c’est vrai, tu peux pas, lâcha-t-elle en picorant, un sourire en coin.

Elle jeta un coup d’œil à Alec, lui faisant comprendre de les laisser tous les deux, sachant qu’il surveillerait de près la conversation. Pendant plusieurs minutes, elle continua de grignoter, laissant au Turien le temps d’émerger dans un silence pesant. Quand elle sentit qu’il était prêt à écouter, elle posa le bol vide sur la table et retira sa veste pour ne rester qu’en débardeur, laissant apparaître tous les tatouages ancrés sur sa peau.

On te laisse le choix, trois choix. C’est toujours par trois d’ailleurs. (lança-t-elle pour elle-même, puis reprenant pour Drastian) Soit tu parles et on te libère, tu reprends tes petites magouilles et tu n’entends plus jamais parler de nous, soit y’a la méthode douce, soit la méthode forte, et vu comment tes portes-flingue ont fini, tu te doutes du vicelard qui est derrière la porte et qui n’attend qu’un mot de moi pour venir te refaire le portrait. Et de toi à moi, je me préfère niveau méthode. J’déconne pas ! Et surtout qu’avec lui, je ne peux pas te promettre que tu sortiras vivant de là, avec moi, t’auras clairement plus de chance.

Le Turien, qui avait repris ses esprits, ne semblait pas en mener large mais il garda le silence, ne lâchant pas du regard le médecin.

On veut Yarok Feldjii, dis-nous tout ce que tu sais sur lui.

Je connais pas, lança-t-il sans prendre le temps de réfléchir.

Ah non, ne commence pas comme ça, répondit-elle calmement. Vraiment j’insiste. Pour ton bien.

Alors vraiment, je ne le connais pas, gamine.

Drastian n’était pas un des plus courageux mais il avait le mérite de nier convenablement. Si elle n’était pas certaine du lien entre lui et le Galarien, elle arriverait à le croire. Sara le regarda, n’étant plus dans le rôle qu’elle avait interprété. Les bras croisés, elle le jaugea un temps avant de se redresser.

C’est dommage. Bon ben écoute, on va te libérer. Je n’y vois pas d’inconvénient. L’erreur est Humaine.

Le Turien était dubitatif face à ce changement de situation et face au sourire moqueur du médecin, il s'énerva sur ses menottes. Sara s’approcha de lui pour se mettre à sa hauteur et lorsqu’il vit la seringue, ses yeux s’écarquillèrent et il s'agita jusqu’à ce que le médecin lui plante la seringue dans la cuisse. Elle s’appuya sur la table à côté de lui pour lui faire face, elle pencha la tête pour l’observer.

C’est la même chose que tu as injectée au mercenaire tout à l’heure et que tu as reçu. Ce qui est dommage, c’est que plus tu es près du cœur, plus c’est rapide et j’ai pas eu le temps de vérifier son efficacité et les sensations que l’on ressent. Vu que tu ne veux pas parler et que tu me prends pour une abrutie, tu m’aideras au moins en me décrivant tous les symptômes que tu vas ressentir. Étouffements, crampes, lourdeurs, paralysie, tous ces petits trucs. Dis-toi que tu fais ça pour la science.

Elle lui donna une tape sur l’épaule.

Allez, je t’écoute. Ah bien sûr, si tu décides de balancer toutes les infos que tu as sur Feldjii, j’ai ça qui te permettra de vivre.

Sortant la seconde seringue, elle la posa sur la table en face du Turien. Elle laissa une première minute, voyant qu’il ne réagissait pas puis il commença à avoir une augmentation de sa fréquence respiratoire et ses yeux hagards trouvèrent les siens, en proie à une panique soudaine.

D’abord l’engourdissement puis maintenant tu ne sens plus tes membres inférieurs, ton diaphragme commence à avoir du mal à faire son travail et tes poumons ne se remplissent pas complètement. Tu étouffes et ton cœur accélère pour compenser le manque de pression. Et là, tu sais que tu vas mourir mais tu gardes l’espoir de ma clémence parce que la gamine sera la seule à pouvoir te sauver les miches.

OKAY, arrête ça !

Je veux une information Drastian, lança-t-elle en attrapant la seringue pour la décapsuler. Je ne veux pas te voir souffrir alors ne m’oblige pas à te faire subir ça plus longtemps!

Il bossait pour l’Ordre de l’Accompli ! …

Tu peux mieux faire …

Il cherche à rejoindre Sur’Kesh ! …

Dis-moi quelque chose que je ne sais pas, où se cache-t-il ?! s’exclama-t-elle en tapant du plat de la main sur la table.

Il a une planque au Bulwark à Nos Astra !!

Elle planta la seringue dans le bras du Turien qui était à deux doigts de l’évanouissement. Sara le regarda et déglutit difficilement en le voyant ainsi. Prise au jeu, elle voyait la personne assise en proie à l’effroi, à la sensation de mort imminente. Ce n’était définitivement pas fait pour elle ce genre d’intervention. Elle attrapa le visage de Drastian et observa ses pupilles et l'observa quelques instants.

Je suis désolée… Lâcha-t-elle voyant l’incompréhension et un nouveau vent de panique dans le regard du prisonnier.

Sara s’éloigna de là et sortit de la salle, l’entendant beugler des paroles qui ne l’atteignirent même pas entre insultes et supplications. Alec qui devait avoir observé toute la scène s’engageait dans sa direction et il n’eut pas le temps de réagir qu’elle se jeta dans ses bras à deux doigts de craquer, le serrant comme jamais elle ne l’avait fait.

Je ne peux pas continuer, lâcha-t-elle.




"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"
Retrouvailles sous couverture 16073110504411408114404364
Retrouvailles sous couverture 1482668524-miss-1
Retrouvailles sous couverture 1482668523-conciliant
Retrouvailles sous couverture 1482668524-mission
Alec Sykes
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Membre
Messages : 307

Retrouvailles sous couverture Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles sous couverture   Retrouvailles sous couverture Icon_minitimeVen 26 Avr 2019, 00:18

Si une poignée d’êtres dans cette galaxie faisaient l’objet de l’affection inconditionnelle d’Alec Sykes dans cette galaxie, Sara en faisait indéniablement partie. Cadeau envoyée par la Providence pour l’arracher aux griffes de la Mort plus de quinze ans auparavant, Sara Vaylee était une lueur d’espoir, de gaieté et d’optimisme dans la vie et le quotidien sordide du Spectre. Et ce depuis plus d’une décennie. Depuis lors, il n’y a pas un seul épisode tragique de leur existence respective qu’ils n’avaient pas partagé, dont ils n’avaient pas traversé les écueils ensemble, se confiant les plus intimes détails. Hélas, lorsqu’il s’agit de la mêler à des affaires pour lesquelles elle n’était pas faites, allant jusqu’à créer un traumatisme chez elle, le brun parut bien démuni. Du duo, c’était elle l’altruiste, tant dans son métier que sa façon d’être, elle qui amenait une touche de positif et rassurait ceux dans le doute, en proie à la panique ou à l’apathie la plus grave.

Fataliste à bien des égards, lui ne s’était longtemps considéré que comme un type austère, préférant garder ses distances avec la troupe et s’abriter derrière l’excuse de la chaine de commandement pour y parvenir. La faute à une enfance solitaire et certaines saloperies vécues ou faites pendant la guerre puis au-delà… Mais Sara, par le rôle qu’elle occupait dans sa vie, était parvenue à briser cette carapace. A dompter l’animal solitaire et revêche qu’il s’était donné comme identité. La chose s’était toutefois avérée possible à lui épargnant les détails les plus horribles de ses activités… Du moins… Jusqu’ici.

Car s’il reconnut une efficacité de tous les diables à sa meilleure amie et confidente dans son rôle de geôlière et tortionnaire, c’est avant tout une jeune femme brisée et aux portes de épuisement nerveux et moral qui s’effondra dans ses bras en quittant la cellule de Drestrian. Comme à son habitude, c’est un N7 penaud et maladroit qui la prit dans ses bras pour tenter de lui apporter réconfort et sentiment de sécurité, cherchant par ce simple contact à chasser de son esprit des souvenirs qui risquaient de la pourchasser pendant longtemps. Tout ceci n’était pas pour elle, Sara Vaylee s’épanouissait en sauvant des vies et aidant les autres, pas par des exactions à vomir et sous la menace d’une arme pour étouffer des menaces dont bien peu dans l’espace concilien avait finalement connaissance de l’existence, ou même se préoccupaient… La faire plonger de la sorte dans l’inconnu le plus total, la mettre en danger et lui imposer des exactions innommables s’avéra finalement aussi égoïste qu’inconsidéré de la part du soldat. Une vérité qu’il avait pourtant accepté de risquer pour le compte de la mission.

Au prix de réprimer le dégoût qu’il ressentait envers lui-même…

- « Je… Je suis vraiment désolé de t’avoir imposé tout ça… On… Tout ça c’est fini pour toi. Je ne t’imposerai rien de plus… » Tenta-t-il de la rassurer en la serrant contre lui.

La joue de la jeune femme plaquée contre le torse du brun put aisément ressentir les battements erratiques du cœur de son ami, signe qui trahissait l’état de détresse dans lequel il se trouvait chaque fois qu’il la voyait aussi mal. En être la cause directe n’arrangeait rien, si bien que le Spectre se livrait intérieurement à un duel d’émotions contradictoires, cherchant tant bien que mal à ne pas être gagné par l’abattement de son amie, confidente, et équipière malgré elle. Désireux de ne pas aggraver l’état de détresse de Sara, Alec décida de laisser en plan tout ce qui concernait son enquête, pour se consacrer à elle, et seulement à elle. Faisant fi de ses objections, il la mena à la baie d’observation, l’endroit le plus calme et reposant de tout le Chimaera pour s’y installer confortablement et réfléchir. Le duo prit place sans dire un mot dans l’une des confortables banquettes du lieu, leurs regards s’égarant dans l’immensité grouillante des mégastructures que le panorama du spatioport d’Illium offrait. Une vue à couper le souffle, mais bien loin de pouvoir chasser d’elle-même les tracas de ses spectateurs…

- « Je ne te mêlerai plus à cette histoire. Tu as ma parole. Mais… Je ne peux pas te ramener tout de suite sur Terre. Je dois d’abord stopper ce type ou le neutraliser… Tu as vu de tes yeux ce dont il est capable… Lysandra veillera sur toi jusqu’à ce que… je revienne. » Expliqua le brun d’un ton qui n’invitait pas à discuter la question.

Dans un baiser déposé sur le front de l’égarée, le N7 tenta de chasser de son esprit sa propre hésitation quant aux derniers mots qu’il prononça. La vérité voulait que sans la sécurité apportée par leur couverture, Sykes n’était pas certain de s’en sortir du mieux qui soit dans toute cette affaire… Mais il ne pouvait en demander davantage à Sara. C’est pourquoi il n’ajouta rien. Se limitant à la bercer de ses bras pour la faire gagner par le sommeil et ainsi lui offrir une maigre accalmie dans ses tracas et oublier sa détresse. Lui-même ne trouva guère le sommeil, préférant s’assurer que la jeune femme profite d’un moment de répit dans les bras de Morphée.

Ce n’est que des heures plus tard, alors que le soleil pointait au-dessus des grattes-ciel de Nos Astra, qu’il finit par abandonner son amie à sa couchette de fortune pour gagner le bar tout proche. Là, quoi qu’épuisé, le soldat retomba dans ses vieux démons en se mettant à planifier sur un datapad l’esquisse d’un plan pour se charger du Bulwark et pallier à la perte de sa couverture. Un plan qui incombait un recours « mesuré » à la force, et impliquait encore une fois de voir d’autres personnes souffrir… et mourir.
Sara Vaylee
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Membre
Messages : 251
Crédits : me

Retrouvailles sous couverture Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles sous couverture   Retrouvailles sous couverture Icon_minitimeSam 27 Avr 2019, 20:27

Le besoin de s’accrocher à lui comme à une bouée de sauvetage était vital à cet instant. Il la réceptionna comme il put, avec cette maladresse qui le sortait du statut du combattant qui avait tout vu, tout vécu. Il n’était qu’à ce moment qu’un simple homme en plein désarroi, ne sachant comment gérer une situation comme celle-ci. Et c’était ce qui était touchant chez lui, car malgré toutes les horreurs qu’il avait vues et vécues, Alec se retrouvait toujours penaud lorsque sa meilleure amie se trouvait mal. Preuve qu’il n’avait pas encore perdu toute humanité, preuve que tout n’était pas encore perdu pour lui.

La jeune femme s’agrippa un peu plus à lui lorsqu’il s’excusa de ce qui se passait, voulant l’écater de ce dans quoi elle s’était engagée. Trop émue pour parler, elle cherchait seulement à retrouver une respiration qui n’était plus saccadée à l’émotion. Il l’emmena dans la baie d’observation malgré son refus. Sara ne voulait pas l’éloigner de sa mission, alors que Drastian était encore sous le choc, ce qui permettrait au N7 de lui faire cracher d’autres informations qui auraient pu passer à l’as.

Assis côte à côte, ils regardèrent ce décor qui semblait pour la jeune femme irréaliste. Le silence était devenu le maître des lieux. Et pourtant, l’esprit des deux humains était loin d’être au repos. Les paroles impactèrent un peu plus le médecin qui les recevait comme un échec et elle fut incapable de lui répondre. La brune n’était pas en capacité de s’excuser même si les mots voulaient sortir. Alors Sara se blottit contre lui, trouvant le réconfort nécessaire dans ses bras bienveillants. Elle finit par s’endormir ainsi contre lui après un long moment de réflexion.

Lorsqu’elle ouvrit les yeux, elle se rendit compte qu’elle s’était finalement assoupie sur la banquette. Et là où le N7 aurait dû être, il n’y avait que du vide. Le Lieutenant-Commandant, qui avait pourtant un sommeil léger, ne s’était pas rendu compte qu’il s’était levé. Dans le calme de la pièce, elle entendait une faible respiration non loin, quelques mouvements qui lui indiquaient qu’elle n’était pas seule. Profitant encore un peu de la vue qu’offrait la baie vitrée, elle se laissa le temps de réfléchir à ce qui s’était dit, ce qui s’était passé. La brune avait pris sa décision et même si celle-ci n’allait pas enchanter son meilleur ami, elle devait lui dire de vive voix. Il fallait remettre les choses au clair, elle en avait que trop conscience. Le médecin finit par se redresser, se doutant que l’officier serait resté non loin d’elle, à défaut de dormir. Il était comme ça, Alec Sykes : fidèle au poste. Il était attablé au comptoir de bar, un verre à moitié vide, concentré sur un datapad. Elle feignit une réaction entre surprise et soulagement :

Aah t’es là, j’allais te faire le scandale du siècle parce que tu ne m’as pas réveillée. Tu aurais dû me réveiller.

Se levant, elle s’étira tout en avançant vers le comptoir pour venir près de lui. La brune posa une main sur la nuque de l’officier et se posa contre le comptoir pour attraper de sa main libre le verre qu’elle descendit d’une traite, observant les esquisses de plan du coin de l’œil.

Qu’est-ce que … commença-t-elle à dire en fronçant les sourcils, posant le verre pour attraper la tablette. Non, c’est un plan pourri ça.

Son plan était foireux, elle n’avait pas besoin d’être un stratège pour le savoir. Ce plan était sans elle, sans couverture, donc forcément mauvais. Soupirant, elle glissa avec douceur sa main vers la mâchoire du Spectre pour l’obliger à la regarder et pour qu’il entende tout ce qu’elle devait lui dire.

Je me suis engagée à être à tes côtés, pour le pire comme pour le meilleur (et elle joua de son annulaire où la fausse bague ornait comme sur un présentoir, rappelant ce faux mariage mais aussi l’engagement qu’elle avait pris en acceptant cette mission, petit sourire aux lèvres). C’est pas un plan en solo, c’est pas un plan à trois … (elle marque une pause, secouant légèrement la tête à cette phrase maladroite), c’est à deux que ça peut marcher. Toi et moi. J’ai été dépassé et je ne peux pas te promettre que ça ne recommencera pas. Seulement une chose est sûre, je ne te laisserai pas tomber. Je n’ai ni ta force morale ni les capacités pour faire semblant de me détacher de tout ce merdier mais il est hors de question que je te perte à cause de ça, à cause de moi. Je ne le supporterai pas. Je t’aime trop pour ça. D’accord ?

Le médecin était pourtant très démonstrative lorsqu’il était question de montrer son affection pour quelqu’un mais les mots manquaient souvent. Ces mots étaient rares et plus précieux qu’ils paraissaient. Elle continua de parler en ôtant sa main, ne lui laissant pas le temps d’en placer une. Cette pensée la taraudait sérieusement depuis qu’elle avait ouvert les yeux.

Et je me dois de remettre les pendules à l’heure. Même Spectre, tu restes mon supérieur avant tout. Tu n’aurais pas réagi de la même manière si c’était quelqu’un d’autre qui serait sorti de là … J’ai besoin que tu me bottes le cul, comme tout le monde. Toi tu fais la grosse voix, moi je materne. C’est comme ça que ça marche.

Et qui materne celle qui materne ? Celui qui fait la grosse voix, en dehors des missions. Alec se mettait en danger en prenant comme compagnons de mission des gens pour qui il tenait. Bien que pragmatique, son meilleur ami risquait de prendre de mauvaise décision pour protéger des personnes aussi proches que Sara pouvait l’être pour lui. Alors la question de continuer la mission s’était posée mais il ne tenait qu’au médecin de faire attention à ses arrières pour qu’il n’ait pas besoin de le faire.

Et maintenant je parle en tant que médecin, tu vas aller dormir quelques heures même s’il faut que je te traîne par la peau des couilles jusqu’à un lit. Tu sais de quoi je suis capable alors ne me le fait pas répéter. Mission ou non, j’ai besoin que tu sois frais et opérationnel pour la suite. Et on discutera du plan après ça.

Elle se doutait qu’il avait récupéré les plans de l’hôtel grâce à Lys’andra et certainement même les noms des clients, confirmant ainsi les dire de Drastian. Il serait alors question de savoir où aller, quelle chambre réserver pour se rapprocher au maximum du Galarien, en espérant qu’il soit dans la chambre et que cela ne soit pas qu’un leurre pour effacer ses traces.



"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"
Retrouvailles sous couverture 16073110504411408114404364
Retrouvailles sous couverture 1482668524-miss-1
Retrouvailles sous couverture 1482668523-conciliant
Retrouvailles sous couverture 1482668524-mission
Alec Sykes
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Membre
Messages : 307

Retrouvailles sous couverture Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles sous couverture   Retrouvailles sous couverture Icon_minitimeVen 17 Mai 2019, 19:44

7h00, heure locale. Le jour pointait tout juste au-dessus des superstructures constituant les innombrables tours déchirant le ciel de Nos Astra. Dans ce gigantesque centre urbain, des millions d’êtres s’éveillaient à l’aube d’une journée qui s’annonçait similaire à toutes les autres dans leur - plus ou moins morose - existence. Les milliers de véhicules et navettes qui virevoltaient autour de son principal spatioport ne mentaient pas, quant à elle : quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit, cette planète ne dormait jamais que d’un œil. Tant qu’elle grouillait d’activité ou devait occuper ses habitants et visiteurs, jamais elle ne s’abandonnerait réellement à la tranquillité et au sommeil. Un point commun qu’elle partageait avec un certain Spectre, réfugié dans son vaisseau pour veiller sur une amie et préparer son prochain coup dans la traque de sa cible. Deux tâches qu’il considérait comme son devoir, mais qui rentraient hélas en conflit dans leur accomplissement. Peut-être cela expliquait-il, du moins en partie, pourquoi il tenait en main un verre de whisky à moitié vide à une heure aussi… inadéquate, inattendue, matinale. Peut-être cela expliquait-il sa mine de déterré et les traits crispés de son visage rongé par la fatigue.

Oui, la nuit d’Alec n’avait pas été la plus agréable qui soit...

Concilier vie personnelle et la mission. Cela fut toujours considéré comme dangereux, tout au moins, et à raison. Pas une force armée moderne ne voyait la chose d’un bon œil, n’encourageait la question. Toutes sanctionnaient même ce fait, d’une sévérité plus ou moins forte, lorsqu’il se révélait avéré chez leurs combattants. Sara avait raison à ce propos… Dans l’Alliance, on l’aurait depuis déjà longtemps signalé, sans parler des risques qu’il lui faisait subir par son comportement. A eux deux d’ailleurs. Mais il était ainsi. Avant même de devenir Spectre en y repensant. En effet, plus d’une fois le N7 avait frôlé la limite de la fraternisation avec ses hommes et collègues, parfois bien plus que de raison. Avec Shaun, notamment. Et s’il avait lutté pour maintenir une distance, l’attachement lui venait toujours après trop d’épreuves passées au feu. Avec les conséquences que l’on connaissait concernant la biotique.

Sara n’échappait pas à la règle, Sykes lui devant plusieurs fois la vie et ayant survécu à la dernière guerre grâce à elle… Depuis plus d’une décennie maintenant, il avait appris à la connaitre, apprécié sa personnalité si fraiche et pétillante, total opposé de la sienne mais pourtant rafraichissante et agréable à fréquenter pour un type au quotidien si noir et à la personnalité renfermée de nature. Toutefois, parce que toutes les bonnes choses ont une fin, il semblait de plus en plus limpide aux yeux du N7 que les choses commençaient à s’inverser dans la vie des deux compères. Là où lui vivait des moments légers et découvrait un autre aspect de lui-même auprès de sa compagne, Sara lui apparaissait comme parfois plus distante, moins joyeuse, plus torturée qu’il ne l’avait un jour imaginé possible pour celle qui le faisait sourire depuis tant d’années. Il en connaissait la raison. Elle lui avait un jour avoué sur fond d’une profonde détresse qu’il s’était évertué à faire disparaitre. Un exercice dans lequel il s’avéra maladroit, jusqu’à lui confier lui aussi l’existence d’une blessure profonde qu’il avait dissimulé trop longtemps. Confidents dans la souffrance, le duo avait ce jour-là passé un cap supplémentaire dans leur amitié. Du point de vue d’Alec, tout du moins. Il avait d’ailleurs veillé la jeune femme cette nuit-là, comme la précédente, témoignant ainsi de son attachement à la toubib dont la crinière changeante reflétait le caractère.

Mais cette fois, c’était différent. Principalement car il était la source du mal-être de Sara. Ce que le N7, tout endurci qu’il était, eut du mal à accepter compte tenu de sa relation privilégiée avec la jeune femme. C’est sans doute pourquoi il ne lui avouerait pas ce qui s’était tramé dans la cale du vaisseau pendant qu’elle récupérait d’une journée éprouvante. C’est pourquoi il ne lui avouerait jamais que leur prisonnier avait tenté de se donner la mort après son expérience éprouvante de mort imminente avec Vaylee. C’est pourquoi il ne lui avouerait pas avoir tiré profit de cette détresse pour lui extorquer les dernières informations en sa possession, avant de mettre fin à son tourment de la façon la plus expéditive qui soit et sans réel autre remord que celui peut-être mettre le médecin face à la réalité ses actions.

Non. Au lieu de cela, le Spectre se contenta d’apparaitre comme simplement fatigué de cette nuit, écoutant avec attention la morale que lui fit la jeune femme sans broncher, si ce n’est peut-être un sourire amusé aux quelques gaffes qu’elle put laisser échapper malgré elle. Ce qui faisait une part de son charme en toute circonstance, il ne fallait pas se le cacher.

- « Sara… Celle que tu as été hier. Ce n’est pas toi… J’arrive à faire abstraction parce que j’ai fait pire et que j’ai accepté certaines choses depuis longtemps déjà, je ne m’en cache pas. Mais tu ne dois pas te forcer à aller contre qui tu es… Je te l’ai dit, te mettre en danger me répugne. Je respecterai ton choix de vouloir continuer, mais si tu flanches à nouveau, dis-le moi immédiatement et je t’éloignerai de tout ça. Comme tu dis… Ça pourrait poser problème sur le terrain. » Répondit le brun aux cernes marquées d’un ton calme et posé, loin de tout reproche.

Le N7 se voulait honnête jusqu’au bout, même auprès d’elle qu’il avait jusqu’ici cherché à préserver de l’horreur de sa mission. Et parce qu’il s’agissait justement de Sara, le brun ne manqua pas rebondir sur les bourdes et « paroles malheureuses » de la jeune femme, se faisant toujours une joie de la mettre dans l’embarras et de la taquiner en toutes circonstances.

- « Et par pitié… Ne parle pas de plan à deux, trois ou plus à Shaun… Pas que ça me déplairait… »
Commença-t-il d’un air plus moqueur que séducteur. « … mais je viens à peine de réussir à la convaincre de lui passer la bague au doigt dans quelques temps, ce n’est pas pour la faire flipper avec ça… Attendons encore quelques mois. »

C’est sur un sourire enjoué, en dépit de sa mine de déterré, qu’il quitta le comptoir et la baie d’observation pour aller prendre un peu de repos, comme sa toubib préférée le lui avait… ordonné. Sans vraiment se rendre compte qu’il venait d’évoquer sur le ton de la plaisanterie l’officialisation de sa relation avec une certaine aristocrate britannique et biotique N7 de son état…

***

La journée s’était terminée par un rapide briefing avant d’entamer la suite des opérations. De leur prisonnier, Sykes avait obtenu l’information qu’une réunion d’affaire clandestine devait se tenir entre leur cible et des investisseurs intéressés par la nature inhumaine de ses recherches. Sous couvert de se retrouver dans l’hôtel mentionné plus tôt à Sara par le Turien, cette petite assemblée organisait une vente aux enchères à huit clos. Une petite dizaine d’individus, sécurité comprise, serait présente sur place, discrétion oblige quant à la finalité de leurs activités. Particulièrement sur Illium.

Pour sa part, le duo d’humains déguisés en trafiquant devait se joindre à la fête dans les derniers instants avant le début de la vente. Prétextant l’intérêt pour la marchandise du scientifique, ils devaient chercher une occasion d’être suffisamment proches de lui pour s’en emparer et le mettre à fond de cale sur le Chimaera. Un plan plutôt simple dans son principe, mais extrêmement risqué dans son exécution. Ce qui motiva évidemment le Spectre à dissimuler son arme de poing sous la veste de smoking qu’il avait dégoté pour l’occasion.

- « Tu te souviens de ce que je t’ai dit… Ces types sont des trafiquants d’armes, des seigneurs de guerre, des chefs mercenaires… Ne cherche pas le contact avec eux. Chacun défend sa part du gâteau et cherchera à exploiter la moindre faiblesse pour… » Murmurait le soldat à l’oreille d’une Sara toute de rouge vêtue et pendue à son bras pour donner le change sur leur couverture alors qu’ils arrivaient devant la salle privatisée pour tenir ces enchères clandestines.

Son ultime briefing se perdit néanmoins dans le vacarme d’une fusillade en règle. Ou plutôt dans celui d’une exécution pure et simple à en juger l’absence de riposte à l’écoute de la scène macabre se produisant de l’autre côté de la cloison. Un trait d’énergie, suivant un puissant projectile à la vitesse de course hallucinante, traversa même le couloir juste devant eux, perçant sans problème chaque mur de part en part. Synonyme de l’utilisation d’une arme de gros calibre, sans doute un fusil anti-personnel ou matériel, la puissance du tir ramena vite le duo à la réalité de la dangerosité de leur mission.

Laissant parler ses réflexes, Sykes mit rapidement son équipière à couvert dans le renfort d’un mur, priant intérieurement pour que le tireur ne dispose pas d’une lunette à visée thermique. Il dégaina lui-même son M-11 suppresor, sans véritablement se faire de doute sur le rapport de force entre lui et le bourreau des râclures de la pièce d’à côté, avant de s’y aventurer lorsque les tirs cessèrent. Dès lors, il ne donna pas de signe de vie pendant bien deux longues minutes. Aucun bruit ne filtra d’un silence de mort, si ce n’est les clients de l’hôtel paniqués et luttant pour quitter les lieux en premier, jusqu’à ce qu’il se manifeste à nouveau.

- « Sara ?! Tu peux venir. »
S’exclama la voix enragée du Spectre au travers du couloir.

En entrant dans la pièce, elle pourrait découvrir une scène de chaos. La baie vitrée donnant sur l’extérieur était en grande partie brisée, la faute à la source des tirs venant du sommet d’un immeuble voisin. Le mobilier, en grande partie retourné comme pour offrir un couvert aux victimes, ne constituait plus qu’un amas de débris. Partout, des cadavres de différentes espèces, sur leur trente-et-un et plus ou moins abimés par des tirs nourris de fusil de précision. Des morceaux de chair, du sang de différents coloris répandu sur les murs et le sol… Pas un « invité » de la vente n’était indemne. Pas même Feldjii. Cloué au mur par un sabre planté dans on terme, le même genre que ceux employés par certains commandos Asaris, le Galarien n’émettait aucun son, ne fit aucun mouvement.

C’était hélas le cadet des soucis de Sykes à cet instant. Car au-delà de la seule scène de désolation qui entourait les équipiers, c’est en direction d’une silhouette féminine en armure que pointait le canon de l’arme du Spectre. Fichée devant le trou béant qu’occupait autrefois la baie vitrée, l’inconnue resta un instant sans faire le moindre geste. Si elle ne portait pas de casque, un viseur holographique habillait une partie de son visage, projeté non pas grâce à un équipement crânien, mais bien un œil cybernétique d’un bleu glacial. Plusieurs câbles de différentes épaisseurs ornaient sou cou et la base de son crâne, leurs attaches à même la peau étant mal dissimulées par une chevelure noire en bataille. Ils avaient là l’exemple vivant du genre d’individu que l’on pouvait obtenir en employant les recherches de Feldjii en matière d’augmentations militaires…

- « Vous savez que je finirai par vous retrouver Jöanna… »
Déclara mystérieusement le Spectre à celle qu’il tenait en joue.

Dans un sourire accueillant ses paroles, peut-être un brun sadique ou impatient, l’inconnue s’élança dans le vide sans aucune hésitation. Si elle disparut de leur champ de vision l’espace d’une longue seconde, sa fin ne se résuma pas à s’écraser dans le vide. Non… Depuis le soixantième étage d’un complexe hôtelier, le duo put admirer la fuite en jetpack du bourreau des trafiquants. Elle rejoignit la tour d’en face sans aucun problème ni même un retour en arrière, son équipier sniper ayant fui les lieux depuis bien longtemps déjà.

- « Sara… Tu veux bien vérifier qu’aucun de ces types ne respire vraiment ? Et voir si tu peux m’apprendre quelque chose qui sort de l’ordinaire sur les corps… »


Il n’accorda pourtant pas un regard à son amie. Arme toujours en main, quoique depuis longtemps baissée et la main crispée dessus, le N7 restait planté au bord du vide, le regard fixé dans la direction où avait filé leur… concurrente ?
Contenu sponsorisé

Retrouvailles sous couverture Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles sous couverture   Retrouvailles sous couverture Icon_minitime
 

Retrouvailles sous couverture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Orée du Valhalla-