AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez
 

 A l'heure des signatures [Ehra]

Tori Jorunn
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Membre
Messages : 289
Crédits : moi-même

A l'heure des signatures [Ehra] Empty
MessageSujet: A l'heure des signatures [Ehra]   A l'heure des signatures [Ehra] Icon_minitimeDim 27 Jan 2019, 22:19
► █ Date : novembre 2203 RP Tout public █ ◄
Tharak Nar'Jamon ♦️ Tori Jorunn
A l'heure des signatures


En ce jour, une délégation butarienne franchit l’espace spatial d’Orchana. Bien que la direction globale fut Rhakana, la flottille se posa sur Ehra, lune de cette dernière. Depuis son satellite, on pouvait apercevoir un disque lumineux qui rappelait la proximité de la planète. La lune à l’atmosphère viable mais fine, a permis l’implantation d’un avant-poste puis le développement de la petite colonie des Enfants d’Amonkira. La rencontre se faisait chez eux. Il a été question de la symbolique de procéder sur leur planète mère. Cependant, l'inhospitalité des lieux et la symbolique trop importante en a décidé autrement. Ils avaient conscience de représenter beaucoup de drells, mais pas tous. Tragiquement, leur peuple était scindé en diverses opinions. Chacun jugeant l’autre durement. Cela aurait été trop problématique et provocateur. Le but était de rassembler, pas de diviser et la sagesse l'avait emporté.

C’est pour cela que les butariens n’eurent le loisir de contempler la grande planète aride que de loin. Rakhana n'avait rien d’accueillant. Un paysage de déserts et de mers acides, dont seuls les pôles sont vaguement viables. un air suffoquant et une chaleur invivable. Une colonie s’y trouve, mais elle n’a qu’un but scientifique et manque cruellement de ressources. Sans parler des Deras Nokh qui amenaient un lot de question et de problématiques. Un immense nœud de problèmes dont bon nombre préfèrent éviter de se pencher. A quoi bon, puisque la planète ne sera certainement pas habitable avant longtemps. Ce n'était pas leur opinion, ici, logé si proche. Les scientifiques travaillaient durement, beaucoup était entreprit pour que ce monde puisse être réinvesti.

Ce jour, pour l'occasion chacun avait été mis à l’œuvre. Chaque maison nettoyée, décorée. Toute la bonne volonté avait été nécessaire pour donner un aspect plus élégant à la colonie. Les bâtiments cubiques et préfabriqués souffraient des affres de la poussière. Aujourd’hui les dieux semblaient avoir été cléments puisqu’aucun vent ne venait perturber la météorologie. En contrepartie, il faisait chaud, très chaud. Cela ne semblait pas déranger les drells qui s’afféraient et déambulaient. La délégation fut escortée. Le soin apporté à l’ensemble des services était évident.

Devant le bâtiment principal, Tori attendait. On l’avait désignée pour guider leurs hôtes, tandis que le siège décisionnel attendait patiemment à l’abri. Attendre debout ne fut pas un problème, elle était habituée à ce genre de condition et protocole long. Même si l’effort était visible, l’ensemble restait sobre. La communauté restait fidèle à elle-même.

« Nous vous souhaitons la bienvenue, Galant’Ark. Nous sommes honorés de l’importance que vous donnez à notre communauté en vous déplaçant en personne. »
Elle se courba protocolairement. « Veuillez me suivre je vous prie, nous allons gagner la salle préparée à l’occasion. »

Elle tourna les talons et se mit en marche. La délégation suivit.

« Comme vous avez pu le voir, cette colonie s’articule autour de ce bâtiment central qui regroupe l’essentiel de notre organisation. Mis à part l’hôpital qui se trouve dans un bâtiment séparé. Vous trouverez ici, le centre administratif, l’école et ce que l’on nomme le point central. Il comprend des dortoirs, cuisines et autres salles communes. Il y a aussi la caserne qui est l’espace dédié aux miliciens actifs. A la naissance de l’organisation, l’entier tenait dans ces bâtiments, à présent, une majorité de la population bénéficie de caissons individuels qui s’organisent en une petite ville. Vous avez pu la voir sur le trajet de votre arrivée. »


Elle veillait à ne pas parler trop vite et marcher au rythme de leur invité de marque.

« Notre mode de vie est extrêmement communautaire. »

L’ensemble était à la fois très neutre et personnalisé. Il y avait quelques peintures que l’on devinait traditionnelles qui décoraient les murs. Ils arrivèrent bien vite dans une salle immense qui servait visiblement de réfectoire. Le centre, comme l’avait mentionné plus tôt Tori. Des tables avaient été aménagées et à l’agitation de nombreuses petites mains, on devinait qu’un banquet s’organisait. Après l’avoir traversées, elle et quelques couloirs, ils arrivèrent dans une salle moins conséquente, pourvue d’une table centrale ovale.

« Voici nos dirigeants. Lokren Thir, responsable de l’administration et du centre d’hébergement. »
Un drell visiblement âgé au teint et à l’aspect de sa peau s’inclina. « Rubert Effran, qui gère l’éducation. » L’intéressé à l’instar de son aîné, salua l’invité. « Dorian Osré, le commandant de notre milice. » Le militaire salua, il avait dans le regard et la détermination des gestes, tout du militaire. « Brim’na Tagan, ma supérieure et responsable de la diplomatie. Vous vous étiez déjà rencontrés. » L’intéressée lui offrit un sourire en sus du salut. « Et pour finir, Lour Denka, responsable de l’économie. »

« Soyez le bienvenu »
Lokren Thir s’exprima de manière posée, de sa voix profonde et rocailleuse. « Prenez place. » Il s’assit et fut suivi par l’ensemble du collège. « Nous tenions à vous remercier, cette alliance nous est précieuse et j’espère que l’avenir commun de nos deux peuples saura se souvenir de cet élan d’espoir et de cohésion dans laquelle sera scellé cet accord. Si cela vous convient, nous avons prévu de nous occuper de la partie administrative et protocolaire dans un premier temps, de discuter. Puis nous pourrons regagner la salle pour fêter cette journée historique. »

Tori s’assit discrètement, légèrement en retrait. Si elle était un membre important, elle ne siégeait pas au conseil et n’avait donc aucun droit d’expression dans ce cercle. De nombreux écrits et discussions diplomatiques avaient été menés en amont. Il ne devait donc pas y avoir de mauvaises surprises d’un côté comme de l’autre. Il n’empêchait qu’une certaine fébrilité régnait dans la salle. En tout cas, Tori sentait ses intestins se serrer.
Tharak Nar'Jamon
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction :
Rang :
Membre
Messages : 191

A l'heure des signatures [Ehra] Empty
MessageSujet: Re: A l'heure des signatures [Ehra]   A l'heure des signatures [Ehra] Icon_minitimeMer 06 Fév 2019, 17:42
« Galant’Ark ! »

Le D’Yanoi s’inclina lourdement sur la gauche alors qu’il croisait son supérieur direct, et ne se releva que quelques longues secondes plus tard. Durant ce laps de temps, Tharak apprécia le silence qui se fit. Emplit de respect et de soumission, ce savant mélange que tout dirigeant apprend à apprécier avec le temps. Et tout cela sans jamais perdre le plaisir des moments de liesses populaires.

« D’Yanoi. » Inclinaison nettement moins marquée. « L’heure est venue. Nous ignorons encore combien de temps notre absence durera, mais nous comptons sur vous tous pour maintenir l’évolution et l’ordre durant ce laps de temps. Nous communiquerons tous les jours pour évaluer les avancées et retards dans nos décisions. Nous avons toute confiance en vous. »

Et le dirigeant de tous les butariens s’en alla sans attendre la moindre réponse d’un individu qu’il savait de toute manière extrêmement économe en paroles, un maître espion de qualité en somme.


Espace de Rhakana

« Merveilleuse planète et ô combien triste sort. » Tels furent les premiers mots du tyran de l’Hégémonie en apercevant pour la première fois de sa vie la planète natale des Drells. Une espèce de sentiment de supériorité envahi alors soudainement l’esprit du butarien qui réprima difficilement telle pensée.

Espèce vaniteuse parmi toutes, les butariens avaient toujours enseigné à leurs plus jeunes combien l’espèce pouvait être supérieure à toutes les autres et que seule l’ironie du destin avait fait d’un peuple élu comme le leur une espèce mineure dans cette histoire atroce que pouvait être celle de la Voie Lactée. Pourquoi donc la balise prothéenne avait été si abimée ? Pourquoi le destin avait-il été si cruel avec un peuple génétiquement programmé pour dominer ? De si importantes questions qui avaient toujours été savamment diluées dans l’enseignement butarien.

Le sentiment de supériorité fut soudain remplacé par un sentiment puissant de honte. A quel âge, Tharak avait-il appris l’existence de Rhakana ? A quel âge avait-il considéré les drells comme autre chose qu’un peuple esclave des hanaris ? Bien trop tardivement pour mériter de se targuer d’une quelconque supériorité. Et en vérité, l’histoire de l’Hégémonie n’avait que trop souvent démontré combien les butariens se terraient derrière cette illusion de la supériorité pour masquer des décisions douteuses et des échecs catastrophiques.

Ce que les drells avaient commis avec leur planète natale, les butariens avaient manqué de le faire, mais simplement, ils avaient eu la chance de trouver les balises prothéennes avant. Et ce que la science avait empêché, la belliquosité et la xénophobie avaient presque réussi à le réaliser. Par facilité, corruption, et assurance mal placée, ils avaient été vaincu par une nation jeune mais plus ambitieuse et dynamique.

Alors non, les butariens n’avaient aucune leçon à donner aux drells, ni même à se sentir d’une quelconque manière supérieurs à eux.

Au contraire, il était du devoir de Tharak de porter son peuple dans une nouvelle existence, à faire évoluer son peuple pour bâtir un âge d’or inégalé. Et pour le jeune dirigeant de l’Hégémonie pouvait soutenir et se servir des drells dans cette tentative, pour l’heure couronnée de succès, alors il était hors de question de se priver d’une telle chose. Et même si de nombreux citoyens doutaient encore énormément du bien fondé de l’ouverture envers des espèces jugées mineures, il était du devoir d’un tyran éclairé que de forcer quelque peu les choses.

***

Ehra, Lune de Rhakana

Tharak se présenta à la délégation drell vêtu aussi fastueux que dans les moments semblables, c’est à dire dans son armure impeccablement blanche et décorée des symboles de l’Hégémonie en or pure , mais aussi de sa longue cape pourpre comportant les mêmes armoiries que la carapace, mais surtout de sa couronne de laurier d’un vert éclatant. Ce choix était simple, le représentant de l’Hégémonie avait à porter une tenue symbolisant sa vision de sa nation, qu’importe la vanité ou le ridicule que cela pouvait comporter pour les sots.

Et même si cela devait faire souffrir le Galant’Ark de part la chaleur insoutenable des lieux, il était hors de question d’amoindrir le faste de l’expression la plus absolue de la puissance butarienne. Il était aujourd’hui et à jamais le représentant de ses peuples et ses planètes.

Heureusement, l’apparition d’un visage familier permis au dirigeant de l’Hégémonie de se changer les idées concernant cette torture qui allait être sienne. Enfin, en vérité l’armure comportait une protection contre les fortes chaleurs et c’était surtout les parties mises à nues qui lui rappelaient sans cesse que ce monde n’était pas fait pour lui. Dans tous les cas, la présence de Tori Jorunn, drell à l’intellect aussi aiguisé que ses talents martiaux, semblait vaincre la puissance du soleil aussi Tharak se dirigea vers cette dernière avant même qu’elle ne termine sa présentation cérémonielle.

Toutefois, elle ne laissa pas le temps au butarien de l’atteindre ni même de lui répondre que déjà la cavalcade reprenait. Foutre, ce que les drells pouvaient être protocolaires.

Le voyage ne dura guère, heureusement, et la visite de la … capitale des enfants d’Amonkira ne s’avéra guère plus longue qu’une visite de colonie minière. Un intense et profond amour pour ce peuple courageux frappa immédiatement l’esprit du butarien lorsqu’il se rendit compte que la colonie de Gellix, vieille de deux années était déjà plus grande que cette ville. Quelle pitié que Nar’Jamon ne puisse prendre le peuple entier sous son aile, et assimiler entièrement cette espèce au sein de la Nouvelle Hégémonie. Quel bonheur cela eut-été de voir des drells peupler librement Camala, obtenir des postes de haut rang à ses côtés. Cela aurait été un immense honneur que d’offrir à Tori Jorunn une place entièrement mérité dans le Ministère de la Vérité.

Nuls doutes que la drell aurait été une merveilleuse maître-espionne.

Mais le destin en avait décidé autrement. Tharak n’était pas là en tyran mais en ami, et ce peuple allait devoir trouver sa voie et son âge d’or par ses seuls moyens, enfin avec l’aide de l’Hégémonie mais en peuples frères et non comme un seul être.

« Nobles représentants de l’honorable peuple drell, sachez que l’Hégémonie est fière, sincèrement et profondément honorée de pouvoir se tenir ici. Ici, dans l’antre, dans le cœur d’une nation que le passé à par trop abîmé. » Tharak se tenait encore debout, malgré l’invitation à s’asseoir. « Nous exprimons en ce jour, une honte qui est nôtre. Celle de n’avoir jamais posé pied sur cette lune avant ce jour, et celle de n’avoir jamais posé pied sur Rhakana, ce monde qui a donné naissance à cette rencontre. Et avant de continuer ... » Le butarien se dirigea vers l’ambassadrice Tagan, se planta devant elle et inclina lourdement la tête sur la gauche, puis il fit de même avec l’ambassadrice Jorunn.

« Nous souhaitons remercie les deux personnes sans qui rien ne serait arrivé. » Puis seulement Tharak se dirigea vers sa chaise et s’y installa invitant le responsable de l’administration Lokren Thir à reprendre la parole. « Cette rencontre se déroule sur vos terres, nous ferons donc dans l’ordre qui vous siéra le plus. »

Cette rencontre plaisait déjà fortement à l’ancien gouverneur de Gellix, qui sentait sa passion dévorante pour la politique se raviver comme rarement depuis quelques mois. La bête était de retour.


A l'heure des signatures [Ehra] 1472062856-14011212440811408111889220

A l'heure des signatures [Ehra] 1502442111-explorateur-de-lasjae
Tori Jorunn
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Membre
Messages : 289
Crédits : moi-même

A l'heure des signatures [Ehra] Empty
MessageSujet: Re: A l'heure des signatures [Ehra]   A l'heure des signatures [Ehra] Icon_minitimeJeu 14 Mar 2019, 18:04
Tori hocha doucement de la tête, tout de même un peu surprise par le geste. Autant il n’était pas surprenant que sa supérieure soit remerciée, autant sa participation n’avait pas été qu’une pierre parmi l’édifice. Une jolie pierre, bien taillée, certes. L’assemblée sembla apprécier le geste et à dire vrai, depuis quelques temps, l’expérience et les réussites de Tori lui avait conféré un statut spécial. Les contrats qu’ils monnayaient pour elles étaient indécemment chers. Après tout, ses exploits médiatisés en avait fait une figure réputée du monde du mercenariat ou de l’assassinat. Autant dire que la retraite n’était largement pas à l’ordre du jour et que ces interludes diplomatiques étaient les bienvenus. Lokren reprit donc son discours sans se faire prier.

« Vous n’êtes pas sans ignorer que nous-mêmes possédons une mémoire parfaite. Ni plus, ni moins. Les drells sont par définition un peuple qui n’oublie rien. La tradition orale ne peut être écornée que par une volonté insidieuse de le faire. De tous temps, les nôtres ont donné à la parole un sens profond et nécessaire. Ce qui est dit ne l’est jamais à la légère. »


« Oui, les : chéries, mais je te jure que je n’ai pas dit ça… ne fonctionnent pas le moins du monde. »
Ponctua Brim’na, visiblement amusée par cet aspect culturel des races aliens.

« Oui, enfin. » reprit son collègue, visiblement pas enclin à relever la touche humoristique. « Ceci pour dire que nous sommes tout autant touché et honoré de l’aboutissement de cette alliance. Votre aide concrète et désintéressée, ne sera jamais oubliée. L’évolution des pouvoirs politiques de la galaxie nous inquiète et nous n’avons plus l’envie de subir plus longtemps cette inefficacité. »

Il se tourna vers son collègue qui lui fit glisser une belle feuille. Le papier était grossier.

« Cela peut sembler passablement désuet, mais nous aimons à respecter les traditions des nôtres. Voici donc un traité qui officialise aux yeux des nôtres notre statut respectif d’allié. » Le drell y appose une signature à l’aide d’un stylo. Il fait glisser la feuille jusqu’au butarien. « Ceci vous octroie le droit d’usage de deux binômes choisis parmi nos guerriers. Vous pouvez en disposer comme bon vous semble. Cette tradition remonte aux us nomades et s’est toujours appliqués même à l’heure moderne de notre civilisation entre les nations qui s’allient. C’est un gage de durabilité et du sérieux donné à l’alliance. »

« Pour l’aspect plus complet et officiel, nous procéderons évidemment de manière moderne. » Dit-il en désignant un cube d’enregistrement holographique qui trônait au centre de la table.

Les détails administratifs ayant déjà été discutés et validés, contre validé. Traité et retraité au cours de réunions, aujourd’hui n’était que l’aspect officiel. Le jour où le peuple drell prenait un nouveau départ aux côtés du Galant’Ark.

« Alors, prêts ? » Brimn’a se leva ainsi que toute l’assemblée. La vieille drelle lui adressa l’un de ses regards énigmatiques. « Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’on crée ou recrée une nouvelle nation et qu’on montre son fondement au conseil galactique. »

« Aujourd’hui sera un jour faste et heureux, les complications ne traineront pas pour le lendemain. Nous avons foi en nous et en nos nouveaux frères. Nous avons foi en cet avenir et espérons que nous donnerons tort à tous ceux qui s’élèveront contre cette alliance historique et se permettront de critiquer. »

Oui, elle donnerait cher pour voir la tête de ce cher conseil lorsqu’ils verront débarquer sur les holonews des magnifiques photographies et vidéos de drells et butariens, main dans la main. Cette nouvelle en contrarierait plus d’un. Parmi eux, il y aura un certain nombre de drell. Trop absorbés par le synacte pour pouvoir encore penser comme une entité autonome. Une fois la colonie lancée et prospère, il ne ferait cependant aucun doute qu’un réel appel d’air serait créé vers ce lieu.

Lokren après avoir laissé à son compatriote le temps de signer, vint se placer à ses côtés pour la déclaration officielle.

« Galant’Ark, vous êtes celui par lequel ce projet a commencé en juin 2201, lorsque vous avez contacté notre ambassade et noué un premier contact. Nous vous laissons donc l’honneur de commencer et de parachever ce qui a été initié il y a maintenant deux ans. »

Tout ces discours pouvaient sembler rébarbatifs ou protocolaires. Ils étaient pourtant la base, la déclaration sincère qui donnerait à ce mouvement tout son élan. Il était donc pour tous important de nouer ces premiers liens de la plus jolie des manières. A cet instant, la salle sembla plus silencieuse et il était certains que l'ensemble du peuple qui observerait cette déclaration par le biais d'une retransmission en direct vibrerait tout autant. Ils étaient là, à côté, autour, tous prêt à laisser entendre la sourde clameur de leurs voix. La voix des drells, unis et puissants.

Tharak Nar'Jamon
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction :
Rang :
Membre
Messages : 191

A l'heure des signatures [Ehra] Empty
MessageSujet: Re: A l'heure des signatures [Ehra]   A l'heure des signatures [Ehra] Icon_minitimeMar 19 Mar 2019, 11:17
Sage et silencieux, le deuxième n’étant pas particulièrement commun pour le Galant’Ark de l’Hégémonie, Tharak Nar’Jamon écoutait patiemment les représentants de la toute nouvelle nation drell. Cette impression d’écrire l’histoire n’avait jamais quitté le butarien, pas un seul instant de son existence, depuis qu’il avait reçu l’insigne honneur de devenir D’Yanoi sous la direction de ce corrompu égocentrique de Dal’Shan . Et même lorsque le paranoïaque dirigeant d’alors avait tenté de signer son arrêt de mort politique, il en avait sa force, rachetant une planète au nom de l’Hégémonie.

Mais depuis qu’il était devenu Galant’Ark, tout ceci avait drastiquement changé, il s’épreignait à chaque secondes de cette impression d’être l’histoire, de faire l’Histoire et de participer activement à changer cet univers qui avait autrefois décidé que les butariens n’y avaient plus leur place. Ils avaient connu l’exil politique, l’impression de n’exister que parce que les autres te laissent une place, de n’être limité aux yeux de la galaxie qu’à un archétype stupide mais persistant. Pour toutes ces raisons, une joie puissante et sincère emplissait l’esprit du butarien en observant cette réunion se dérouler ainsi.

« Les peuples de l’Hégémonie sont tout aussi attachés aux traditions, et elles dominent encore largement le fonctionnement de notre société, et si nous avons dû nous passer de certaines … » Ah l’esclavage ce boulet politique qui avait maintenu l’Hégémonie dans la boue des siècles durant. « Ce n’est que pour simplement privilégier certaines autres. Il n’est jamais bon d’oublier d’où l’on vient. Même si cela à moins de risques de vous arriver. » Cette mémoire absolue, cela serait pratique mais Tharak n’avait aucune envie d’en être capable. L’oubli pouvait tout à fait être une arme en politique, et une excellente.

Le dirigeant de l’Hégémonie signa sans hésitation aucune le traité d’alliance que le politicien drell lui avait fait passer, ses yeux supérieurs se laissant toutefois aller à une petite relecture. Rien de surprenant, toutefois, ne ressortait d’une telle déclaration. S’en suivi alors la signature moderne du traité, le cube d’enregistrement holographique s’activa alors et se prépara à immortaliser la scène. Une magnifique image pour le reste de la galaxie. Vint alors le moment du discours, la deuxième partie préférée, de Tharak, d’une rencontre diplomatique, après la victoire.

« Nous vous remercions représentant Lokren, représentante Brimn’a. » Le Galant’Ark se présenta, flamboyant dans son armure en or et platine et équipé de sa sublime cape pourpre. « Tout ceci n’est pas qu’une alliance de nature entre des peuples ayant connu des trajectoires communes. Tout ceci n’est pas qu’une déclaration d’amitié tout comme ce n’est pas qu’une tentative cynique de l’Hégémonie de se redonner une image politique. » Le ton de l’ancien gouverneur en exil était profond, calme et chaque mot étant prononcé distinctement.

« Ceci est le début d’un nouveau cycle, d’un nouvel âge d’or pour de nombreuses nations. »
Un nouveau merhrug , un mot signifiant tant et si peu dans la langue butarienne. Âge d’or, demain glorieux, ténèbres illuminés, tant de signification se regroupant autour d’un même concept. « Le traité d’Ehra est une première dans cette galaxie, un renouveau de la conscience politique mais ce n’est que le premier pas d’un tout. Chacun peut observer que les anciennes barrières tombent les unes derrières les autres. » Le ton devint soudainement nettement plus martial.

« Alors que les fausses fraternités s’effondrent devant les murs de la réalité, que la conscience aigüe des illusions passées est désormais ancrée dans l’esprit des peuples, que la Grande Guerre Patriotique contre les Moissonneurs est derrière nous, nous sommes désormais tous conscients que la politique d’hier n’est plus une réponse aux problèmes de demain. La menace de l’énergie noire a renforcé cette prise de conscience générale et aujourd’hui nous actons véritablement ce monde de demain. »

Allusion à la séparation de l’Union galarienne, ou République, du Conseil, des mensonges de Thessia sur sa balise prothéenne et sur son abandon des alliés durant la Grande Guerre, comme les Tribunaux elcors, Tharak était assez offensif dans son discours.

« Le traité d’Ehra est la première pierre d’une fondation nouvelle. Alors que les précédents traités étaient une conséquence de l’avidité, de la nécessité guerrière et se basaient sur la seule force brute, notre alliance d’aujourd’hui se base sur des valeurs bien différentes. Il n’est pas ici question d’expédier une nation à la guerre à notre place, d’assimiler un peuple moins puissant militairement comme une espèce mineure, au mépris de l’insulte que cela représente. Non ce traité représente un échange équitable et équilibré sur les plans qui ont une réelle importance pour demain. La culture, la science, la colonisation et, dans une moindre mesure, le militaire.

Aujourd’hui est un modèle, un cas d’école pour la politique de demain, pour une politique respectueuse des principes qui ont guidé toutes les nations de la galaxie dans la victoire contre les Moissonneurs. »
Le ton étant redevenu plus calme, il devint soudainement profondément amical.

« Peuple drell, peuples de l’Hégémonie … Nous sommes désormais frères et sœurs. Bienvenue sur Camala, bienvenue au sein de l’enclave et que demain brille encore plus qu’aujourd’hui. »

Et Tharak se tourna vers Lokren et s’inclina lourdement vers la gauche, signe de profond respect dans la tradition butarienne. Se dirigeant ensuite vers Brimn’a et, tout en lâchant son plus beau sourire, colla son front contre cette dernière, un signe uniquement à usage d’une mère ou d’une sœur dont on se sent proche. Puis le butarien laissa les représentants drells en terminer avec ces déclarations. Après tout, il n’avait pas à monopoliser toute l’attention.


A l'heure des signatures [Ehra] 1472062856-14011212440811408111889220

A l'heure des signatures [Ehra] 1502442111-explorateur-de-lasjae
Tori Jorunn
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Membre
Messages : 289
Crédits : moi-même

A l'heure des signatures [Ehra] Empty
MessageSujet: Re: A l'heure des signatures [Ehra]   A l'heure des signatures [Ehra] Icon_minitimeDim 12 Mai 2019, 19:59
Lokren prit donc sa place et initia son discours par un récit bien connu de l'assemblée.

« Ukuti créa notre monde. Cet être suprême était un sage contemplatif. Il créa la terre, le ciel, les étoiles et peupla d’êtres vivants le monde. Il observa la vie éclore, changer, muer, disparaître ou naître. Il aima ce qu’il vit. Le monde était peuplé de magie et d’esprits qui vivaient avec les créatures mortelles. Cependant, cette harmonie fut brisée par certains esprits cupides.

On les nomma les Ombres, ils asservirent les races et se lancèrent dans une guerre de puissance pour dominer le monde. Face à tant de souffrance, Ukuti décida d’offrir à son monde le bien le plus précieux qui lui manquait : l’équilibre. Pour ce faire, un jour, Ukuti descendit de sa montagne et s’arrêta devant une plaine et observa le soleil se lever à l’horizon. Il prit sa tête, l’arracha de son corps et la posa au sol. Ainsi naquit Kalahira, l’aînée. (La plaine fut nommée à son nom.) Ukuti continua sa route et lorsque le soleil fut à son Zénith, il s’arrêta près d’un bois. L’abri des arbres était un berceau pour de nombreuses espèces. Le dieu créateur y plaça son buste. Ainsi naquit Arashu. Elle fut recueillie par une tribu drelle. Ukuti continua sa route jusqu’à ce que le soleil gagne l’horizon. Il se tenait au pied d’un grand volcan qui crachait sa fureur. Il s’assit et s’immobilisa. Lorsque le soleil disparu, naquit Amonkira, le cadet. Ukuti s'était sacrifié pour sauver sa création.

Protégée par les esprits du feu, Amonkira grandit et devint un dieu fort et combatif. Son esprit ardent et ses talents en firent un chasseur redoutable. Arashu se prit d’affection pour la tribu qui l’avait accueillie et garda une tendre affection pour ce petit peuple. Cependant, elle aima sans exception toutes les créatures mortelles et s’émerveilla devant leur capacité à créer la vie. A leurs côtés, les secrets de la vie n’eurent plus aucun secret pour elle. L’Aînée, Kalahira, se trouva seule sur cette plaine désertique. Elle avait hérité de la tête d’Ukuti et possédait un savoir infini. Consciente de l’état du monde et du mal causé par les Esprits des Ombres, elle prit la route et alla trouver ses sœurs après son troisième jour de méditation.

Ainsi commença le monde.

Kalahira, l’aînée possédait savoir et puissance. Elle commandait aux forces mystiques. Arashu, était pourvue de la puissance de la vie, tendre et protectrice. Amonkira, fougueux possédait toutes les capacités d’un bon chasseur, adroit, rapide, il ne manquait jamais sa cible. Ralliant les esprits à leur cause, ils entamèrent une grande guerre contre les Ombres. Cette guerre marqua la surface de Rakhana, des falaises aux pics abrupts, les paysages escarpés et torturés de la planète témoignent de la violence du choc. Cependant, Kalahira, après des siècles de combat, comprit la volonté de leur père, Ukuti : l’équilibre. Il ne pouvait y avoir ni vaincu, ni vainqueur. Pourtant, les Esprits des Ombres continueraient à détruire la vie jusqu’à l’éteindre totalement, si elles n’étaient pas arrêtées.

Il est dit, qu’un jour, alors que le soleil se levait, Kalahira revint vers sa sœur et son frère et leur parla en ces termes : « J’ai cherché parmi mon savoir la solution à notre problème. Il m’est apparu qu’il en existait une. Les Ombres ne s’arrêteront pas, leur nature est trop pervertie pour cela, ils continueront à voler les vies sans prêter attention à l’Équilibre. Notre devoir est de les arrêter et voici ce que nous allons faire. Je vais me poster sur cette plage afin de servir d’appât. Amonkira, tu regrouperas tous les esprits combatifs et vous pousserez les Ombres vers moi. Arashu, veille à ce qu’aucun autre esprit ne se trouve là. Je vais créer un sortilège qui emprisonnera tout esprit qui pénétrera dans ce cercle. N’y mettez jamais un pied où vous serez vous aussi prisonniers. »

Ainsi fut dit, ainsi fut fait. Kalahira créa les ancres nécessaires à son sortilège et toutes les Ombres furent poussées en son sein. Quand ils furent certains qu’elles y étaient dans leur majorité, les deux cadets revinrent au rivage. Le soleil se couchait alors et plongeait vers l’horizon. Ils furent frappés par une révélation : Kalahira leur avait dit de ne jamais entrer dans le cercle sous peine de ne jamais en sortir, pourtant, elle se trouvait à l’intérieur. Leur Aînée leur sourit paisiblement. Rassurante, elle s’adressa à ses cadets : « Je vais créer une prison où ils ne pourront plus causer de tort qu’à eux-mêmes. Afin d’en garantir la viabilité, je devrais y demeurer. Cependant, je compte bien purifier toutes ces Ombres… Nous nous reverrons, par-delà les océans, dans l’au-delà. »

Les cadets promirent à leur aînée de veiller à l’Équilibre et de surveiller les quelques Ombres qui auraient échappés à leur Chasse. Lorsque le soleil disparu, Kalahira et les Ombres se volatilisèrent. »


Il marqua un temps d'arrêt, puis reprit.

« Voici, le mythe, tel que nous l’avons tous appris de la bouche de nos ancêtres qui nous l’ont compté depuis la nuit des temps. Quel que soit le crédit que l’on porte à ce récit religieux, il révèle l’essence même de notre peuple. Il faudra à notre planète mère bien des années pour se régénérer et retrouver l’équilibre dont nous l’avons privée. Je doute que ni vous, ni moi ne puissions voir cela un jour. Il est donc de notre devoir de porter le peuple drell vers un avenir fleurissant. De le porter vers son développement pour que nous puissions à nouveau rire au nez de ceux qui nous mentionne comme en voie d’extinction. Ils ont tous eu tort de nous estimer perdu ou quantité négligeable. Notre force et notre équilibre sont bien vivants. »

« Nous n’avons aucune intention de velléité, nous ne voulons que vivre. Nos alliés, l’Hégémonie, nos chers et nouveaux frères l’ont compris et nous on offerte l’aide la plus bienvenue et désintéressée que nous ayons pu obtenir ces siècles passés. »

« Ils me permettent aujourd’hui de vous rassurer et de vous sourire en vous affirmant, que demain, les premiers travailleurs partiront et bâtiront les bases de notre nouvelle colonie. Nous ne serons plus limités par l’atmosphère si fine d’Ehra, nous pourrons vivre et croître. Ehra redeviendras le simple avant-poste qu’elle devait être. Nous ne l’abandonnerons pas. Nous serons enfin une nation autonome et nous accueillerons chacun des nôtres, quel que soit son passé qui souhaite nous rejoindre. »

« Nous souhaitons, tout comme nos alliés, que ce traité soit la pierre d’un édifice nouveau. Je ne me perdrais pas en discours interminables. Mes frères, rappelez-vous d’où nous venons, du chemin que nous avons parcourus et réjouissons-nous de l’avenir qui s’éclaire ! »

« Nous renaissons. Que chacun l’entende ! Le peuple drell est … fier et heureux… de se dresser face au monde et de montrer que l’adversité ne l’a pas fait ployer et qu’il est promis à un avenir florissant. »


Dans l’intimité de leur étreinte, Brimn’a souffla un merci et laissa rouler quelques larmes sur sa peau parcheminée. Elle avait le temps de voir éclore cette colonie et constater que les efforts effectué jusqu’à ce jour payait. Aujourd’hui la presse le relayerait, était un jour exceptionnellement symbolique. Puisque ni les hanaris, ni le conseil n’avait voulu les écouter, eux, les drells, s’étaient trouvé des alliés bienveillants et grandiraient malgré toute l’indifférence qu’il subissait. Lokren était un sentimentaliste, elle le reconnut bien là et il était pourtant nécessaire d’évoquer leurs mythes fondateurs.

Tori quant à elle, partagea l’humidité de sa supérieure, essuyant le plus discrètement possible ses yeux. Elle regrettait que sa mère n’ait pu assister à ce jour. Elle aurait été tellement heureuse, comme l’ensemble de ces drells qui se mirent à hurler dans la rue, dans le bâtiment, partout. Au point de faire vibrer les parois et les vitres de la salle qui les abritait. La clameur irrépressible ne sembla jamais vouloir mourir. Les portes s’ouvrir et dans un élan spontané et joyeux le banquet débuta. Les quelques trois cent âmes qui peuplaient cette lune était présent, hormis peut-être un médecin de garde, quelques blessés et les militaires en mission. Ceux qui n’avaient pu être présent avaient assurément pu assister à la rediffusion en directe. Assurément qu’ils avaient tous vibrés d’un même élan. Nous renaissons. Nous avons un nouveau monde, un nouveau tout.

Tori essaya de maintenir les personnes présentes, mais la foule se pressa bien vite vers le Galant’Ark qui fut pressé de main, de baisers humides et de cris soulagés. Il ne risquait rien, ce n’était que l’expression d’une victoire, une réussite et une gratitude. S’ils étaient fiers, personne ici n’oubliait le rôle prépondérant de celui qui avait parlé. Il représentait une nation, mais c’était lui seul qui avait ouvert cette porte et permis ce pas. Aujourd’hui, il était certain que pour la communauté, Tharak Nar'Jamon était devenu un personnage de l’histoire avec un grand H. Quel que soit l’issue, il n’était permis aucun doute. Le butarien était un héros national, au même titre que leurs dirigeants.

Après quelques exhortations au calme, la foule s’apaisa et on s’intéressa en vrac à l’avenir et au goût des narkens et autres aliments préparés par les cuisines pour l’occasion. Le Galant’Ark put enfin respirer et c’est avec un sourire à la fois heureux et contrit que Tori lui tendit une assiette.

« Gouttez donc, ce sont des spécialités de chez nous. Certaines graines ont été récoltées sur Rakhana et nous avons réussi à les faire pousser dans nos fermes. »


Il était certainement plus rassurant de parler du goût des mets que de mettre plus de mots sur le moment si puissant et historique qu’ils venaient de vivre. Après tout, la vie continuait et le combat n’était pas gagné.

Contenu sponsorisé

A l'heure des signatures [Ehra] Empty
MessageSujet: Re: A l'heure des signatures [Ehra]   A l'heure des signatures [Ehra] Icon_minitime
 

A l'heure des signatures [Ehra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace concilien extérieur :: Nébuleuse de Synéria :: Rakhana-