AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 *Toc toc*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : UCIP
Rang : Colonel/Médecin en Chef
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4879-arcadia-mcknight
http://www.masseffect-reborn.fr/t4915-medicum-commentarius


Messages : 177
Crédits : Hage

MessageSujet: *Toc toc*    Dim 11 Nov 2018, 03:48
► █ Date : 1er Septembre 2203 RP Tout public
Shura Fender ♦️ Arcadia McKnight
*Toc toc*



*Toc toc*
Ft. Shura Fender



Assise dans la salle réservée aux visiteurs de l'UCIP, Arcadia se tenait bien droite sur sa chaise, son visage aussi expressif qu'un sépulcre. Sa tenue d'officier supérieur de l'Alliance n'avait jamais été aussi propre. Reprisée il y a peu, cette dernière lui allait comme un gant. Les cheveux tirés en arrière lui conférait un air sévère dont n'importe quel sergent instructeur rêverait.
Mais sous ce masque inflexible, le docteur n'en menait pas large, une foule de questions lui traversaient la tête. Serait-elle à la hauteur ? Ferait-elle bonne impression ? Ses capacités allaient elles être suffisantes ? Mais ces interrogations n'étaient rien en comparaison de qui allait lui faire passer l'entretien. Quelqu'un des ressources humaines ? Elle craignait plus que tout de recroiser Shura. L'une comme l'autre ne s'était pas recontactée depuis cette fois là. La blonde n'aimait pas vraiment le piston, si le capitaine Fender avait décidé de s'occuper de son cas, le terme « promotion canapé » prendrait tout son sens. Au sens littéraire comme figuré. En bref elle avait le trac. Son ventre la torturait au point qu'elle n'avait rien pu avaler au petit matin, pas même un café.

Le plus insupportable restait cette attente, seule dans cette pièce sans vraiment d'identité. Une affiche murale holographique vantait les mérites de s'engager, quelques revues diverses traînaient sur la table basse, mais rien qui ne passionnait la toubib.
On lui avait simplement dit de patienter ici. Que quelqu'un viendrait la chercher prochainement. Cela faisait maintenant quinze minutes et elle n'avait pas bougé d'un seul orteil.

Était-ce le bon choix de rejoindre l'UCIP ? Cette question fusa dans son esprit sans crier gare. Oui... Elle pensait... Oui. C'était le bon choix. Elle espérait ne pas faire de bêtises en tournant le dos à sa faction d'origine. Mais elle avait prit un tel plaisir à rouler pour les Butariens que bosser avec les autres races devaient être similaires non ? Elle était certaine que si elle avait demandé à rejoindre l'Hégémonie, elle aurait eu sa place. L'UCIP ne devait pas être si différent. Même si la structure était encore jeune et souffrait des critiques de tout les côtés, il fallait reconnaître qu'elle était incroyablement flexible dès qu'il s'agissait d'agir.

L'UCIP était une pierre brut, sale, délaissée, difficile à travailler et dont personne ne souhaitait s’embarrasser. Si l'on voulait l'embellir, la laver, la polir, la faire briller de mille feux. Cela ne pouvait pas être le travail que d'une personne. Cela ne devait pas l'être. Cette force d'intervention unie des races différentes, qui ont toutes une culture différente, et ceux même au sein de leur propre espèce. Un effort commun, une volonté d'aller de l'avant, l'envie du meilleur, découvrir ce qui rapproche plutôt que ce qui éloigne, l’exécration de la médiocrité. Tout cela peut paraître bien utopiste, surtout pour un médecin chirurgien de l'armée, que l'on pourrait alors qualifier de sotte. Alors ainsi soit-il. La Martienne s'était toujours battue pour les causes qu'elle avait trouvé juste, parfois son code moral et son éthique avaient été mis à mal surtout ces derniers mois. Mais elle n'était jamais allé à l'encontre du serment qu'elle avait prêté voilà plus de dix sept ans.

Alors si elle pouvait apporter sa pierre à l'édifice pour construire quelque chose de meilleur, pour permettre de protéger ses semblables, de se battre pour la dignité des faibles, Arcadia le ferait sans hésiter.
La porte coulissa dans un bruit de piston, laissant entrer une recrue qui salua sa supérieure. La praticienne répondait par un simple hochement de tête.

« Si vous voulez bien me suivre colonel McKnight ? »

Elle se leva, marchant quelques mètres derrière le jeune Turien dans un corridor sans grande agitation. Ils empruntèrent un ascenseur qui diffusait une musique commune à ce genre de situations, qui s'ouvrit sur des bureaux.

« Voilà colonel ! Votre interlocutrice sera le capitaine Fender. Son bureau est là bas. Si vous voulez bien m'excusez. On me demande ailleurs.

- Merci. »

Sa mâchoire s'était crispée pendant un court instant à l'évocation de ce nom. Devant l'entrée de l'office, elle leva la main pour frapper à la porte, retenant son geste in-extremis. Comment devait-elle l'appeler ? Même si elle était sa supérieure d'un point de vue hiérarchique, elles appartenaient à deux factions différentes et la quadragénaire n'était pas sous les ordres de la biotique. Colonel Fender c'est quand même un peu ampoulé. Vieille branche est définitivement proscrit. Quant à l'appeler simplement par son prénom dans l'exercice de ses fonctions, surtout qu'elle ne l'a pas revu depuis plusieurs semaines. C'est un peu prématuré... Oh et puis merde... Elle frappa.

(c) King (Sacrifars)


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 38

MessageSujet: Re: *Toc toc*    Dim 11 Nov 2018, 18:34
Un animal en cage, titre peu honorifique mais ô combien adapté en de telles circonstances. Shura fulminait, enfermée dans son bureau, remplissant et validant à la chaîne des rapports fades sans aucun réel intérêt à ses yeux. Tout semblait se ternir, perdre de sa substance, ne devenir qu'une nuance infinie de gris sans jamais apporter la moindre couleur salvatrice.

Seule l'unique fenêtre de la pièce située dans son dos venait apporter un semblant de luminosité à l'endroit, mais la monotonie ne s'en trouvait au final que renforcée. Aucune passion, aucun vie n'émergeait de ce qui représentait habituellement un portail vers le monde extérieur et ses infinies possibilités. Même les néons de l'avenue Stellargent n'auraient pas été en mesure d'éradiquer la fadeur de cet endroit. Non, la seule nuance présente en ces lieux provenait de Shura elle même, une frustration qui avait évolué en colère inutile. Elle haïssait cet endroit et il le lui rendait bien.

La furie se retrouvait avec le poids d'une responsabilité qu'elle avait voulu fuir depuis les événements de Vaard. Mais sa récente promotion la forçait désormais à occuper une place hiérarchique d'importance au sein de l'UCIP. Elle refusait pour l'instant de s'y dérober, mais cela ne l'empêchait pas de la haïr. Le recrutement, la formation, la répartition du matériel et des troupes, l'inventaire global des effectifs, autant de domaines passionnants qui occupaient son temps alors qu'elle aurait pu le passer à lutter sur Shanxi.

Le sang, la sueur et l'acier. Shura était un être forgé par les batailles et les horreurs qu'elle avait vécu ces vingts dernières années. Elle était une N7, une furie, une combattante utile pour soutenir le front ou enfoncer les défenses ennemies, pas pour remplir des rapports. Et l'animal n'appréciait guère de se retrouver ainsi enfermé.

Oméga, recueil des mercenaires, pirates, brigands, criminels, la station regroupant ce que la galaxie avait de plus cruel était tombée. Avec la disparation des forces majeures qui avaient régné sur cette partie de la galaxie depuis des siècles, les Systèmes Terminus étaient désormais à feu et à sang. La nouvelle République Galarienne était tout aussi isolationniste que l'Union à la différence près que son départ du Conseil la rendait particulièrement imprévisible, une menace fantôme qui pouvait surgir de nulle part, poussée par des motivations inconnues. Le Conseil continuait de se fracturer et la Corruption était toujours présente, une tâche sombre en plein milieu de l'espace concilien, ennemi aux intentions et aux futures manœuvres indéchiffrables.

La galaxie était en proie au chaos et Shura était enfermée entre quatre murs.

L'unité était une utopie infantile après laquelle la furie avait cessé de courir depuis un moment. Elle n'était désormais motivée que par le souhait de préserver ce qui restait de la civilisation concilienne désormais l'ombre d'elle même et par sa vengeance personnelle sur l’œil.

Malgré tout, sa position lui laissait quelques avantages dont elle savait tirer profit. Le caractère de plus en plus indépendant de l'UCIP était aussi de son fait, ralentissant voir annulant les communications avec le Triumvirat et le Conseil, l'unité pouvait vaguer à ses occupations avec plus de libertés. Une pente qui restait cependant dangereuse. Sans le Conseil, l'UCIP perdait sa source de financement principal et son seul soutien politique, devenant purement et simplement un groupe de mercenaires. Mais la situation était encore loin d'en arriver là.

Le train de ses pensées se stoppa lorsque quelqu'un frappa à sa porte. Ah oui, elle devait recevoir une visiteuse qui allait peut être apporter un peu de couleur à cet endroit.

Entrez.

Ce fut bien Arcadia qui passa l'encadrement de la porte, le sas métallique se refermant derrière elle. Elle portait un uniforme d'officier de l'alliance, tenue qui tranchait radicalement avec celle de ses souvenirs.

Lieutenant Colonel McKnight.


Shura désigna d'un geste l'une des chaises de la pièce, l'invitant à prendre place de l'autre côté de son bureau.

Ta candidature a bel et bien était sélectionnée aussi, je ne vais pas tourner autour du pot.

La furie joignit ses mains, toutes deux séparées l'une de l'autre par une couche de protection. Shura portait en effet sa combinaison de furie, seul son casque manquait à l'appel, posé sur une étagère dans un coin de la pièce.

L'UCIP ne possède que peu d'effectifs, mais cette contrainte est équilibrée par la qualité de ses membres. Chacun d'eux est un combattant d'élite ou un spécialiste chevronné en plus de posséder un esprit de coopération et une tolérance accrue envers l'exotisme, chaque place est méritée. Les candidatures représentent déjà une première sélection et elles sont suivies par différentes évaluations. Dans ton cas, je suppose que les plus importantes d'entre elles auront lieu dans nos laboratoires.

Shura s'enfonça dans son siège, agitant une main alors qu'elle parlait.

Mais il s'agit d'une formalité, les compétences sont déjà relevées dans le profil de la recrue. Bien que ne m'y connaissant guère je sais que tes travaux ont déjà fait parler d'eux, sans compter que tu as un certain passif d'opérations en coopération avec d'autres membres du Conseil. La seule véritable confirmation nécessaire sera la tienne.

La furie se redressa un instant, plongeant son regard dans celui de son interlocutrice.

Et il faut garder conscience que quitter l'alliance est un acte irréversible. Ils n'auront plus aucun pouvoir sur toi, mais tu n'en auras plus aucun sur eux. Ça peut paraître une évidence mais c'est pourtant quelque chose que certaine recrue ont du mal à pleinement concevoir. Le Conseil et lui seul, sera l'unique entité à qui tu devras jurer fidélité.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : UCIP
Rang : Colonel/Médecin en Chef
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4879-arcadia-mcknight
http://www.masseffect-reborn.fr/t4915-medicum-commentarius


Messages : 177
Crédits : Hage

MessageSujet: Re: *Toc toc*    Lun 12 Nov 2018, 00:12

*Toc toc*
Ft. Shura Fender



S'asseyant de nouveau après en avoir reçu l'invitation, la recrue écouta d'une oreille distraite le laïus de la recruteuse. Celui-ci ne lui apprendrait rien de nouveau, surtout après avoir lu une quantité non négligeable de documentations autour de l'UCIP.
Son regard se perdait furtivement dans les recoins de cette pièce qui était d'une tristesse infinie, même un caveau était plus accueillant. En y réfléchissant un peu cela reflétait l'UCIP. Absolument aucune identité.
L'endroit était monotone, tout paraissait si vide. Comment pouvait on rester des heures ici sans péter un plomb. Du peu qu'elle connaissait Shura, elle s'était attendu à une décoration un poil plus énergique. Il n'en était rien.

Si l'on ne jugeait que l'apparence alors l'UCIP allait devoir parcourir un long chemin avant de s'élever. Des rumeurs circulaient comme quoi, l'organisation essayait se s'émanciper du triumvirat ainsi que du conseil. Vrai ou pas ce mouvement était très dangereux et risqué. S'y essayer alors que cette force armée n'en était qu'à ses prémices revenait presque à se tirer une balle dans le pied. Mordre la main qui nous nourrit n'apporterait rien de bon.

Néanmoins tout ceci lui permettait de réaliser l'ampleur du travail à venir. Au fond d'elle, Arcadia avait la sensation d'avoir vu une pub promettant monts et merveilles pour au final se retrouver avec un produit très moyen. Heureusement les défis ne l'effrayaient guère, reconnue comme étant une bête de travail, n'abandonnant jamais quoi qu'il arrive. Elle même le savait.
Et pourtant quoi de plus glorieux et gratifiant que de bâtir quelque chose de A à Z. De le voir grandir et mûrir. Quitte à être un architecte, autant l'être pour quelque chose qui se doit d'être bon, autant l'être aux côtés des bonnes personnes. Et cela commençait par son interlocutrice.

Est-ce que Shura faisait partie des bonnes personnes ? Difficile de juger elle n'avait jamais vraiment travaillé ensemble. La blonde espérait qu'elle le soit. Les deux femmes étaient radicalement différentes, tout les opposaient et pourtant ces différences les avaient rapprochés l'espace d'une nuit. A moins que ce ne soit l'exception qui confirme la règle ? Non... Il ne peut pas y avoir de règle s'il y a des exceptions.
Toute son attention se reporta sur la Furie, la scrutant sans que son visage ne trahisse ses doutes.

« Est-ce vraiment au Conseil que je dois prêter serment ou aux cadres de l'UCIP ? »

Sans laisser le temps de répondre, elle leva une main inquisitrice.

« L'UCIP devrait être plus prudent. Beaucoup de rumeurs circulent dans les armées régulières, cela ne manque pas de remonter jusqu'aux oreilles du corps des officiers supérieurs et des généraux. »

Se levant de sa chaise, elle alla regarder par la fenêtre qui à défaut d'être immense offrait tout de même une vue imprenable. Hélas pas de quoi casser trois pattes à un canard. S'adossant contre le mur, les mains croisées sur la poitrine, elle admira le présidium en effervescence.

« J'accepte bien évidemment. D'après ce que j'ai compris j'ai déjà l'aval de l'organisation. j'ai déjà fait l'erreur une fois de refuser l'offre, je ne la ferai pas une deuxième fois. Ce serait immature.. et stupide. »

Le docteur pivota la tête vers la N7, réprimant un sourire.

« Mais revenons en à nos moutons, et ne tournons pas autour du pot comme tu l'as si bien dit. Il y a un autre sujet à éclaircir. Aussi épineux soit-il nous ne pouvons pas faire l'impasse dessus. L'une comme l'autre sommes coupables. »

Quittant son poste, elle s'approcha de la chaise de Shura, empoigna les reposes bras pour la faire pivoter face à elle, la blonde s'accroupit, un air sérieux et plus déterminé que jamais occupait son visage. Ainsi aucune des deux ne pouvaient fuir cette inévitable confrontation qui aurait dû se résoudre il y a bien longtemps.

« J'ai pour habitude de ne pas mélanger travail et sentiments... Pourtant je mentirai si je te disais que je n'ai pas pris de plaisir lors de cette soirée, que cette nuit ne pas m'a pas fait me souvenir de quelque chose que j'avais oublié, de ressentir à nouveau cette passion. Peut-être que je me trompe, mais j'ai besoin de savoir, de mettre cette histoire au clair avant d'aller plus loin. Je n'ai pas envie de te mettre l'embarras. Ni moi d'ailleurs. »

(c) King (Sacrifars)


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 38

MessageSujet: Re: *Toc toc*    Hier à 22:42
Des rumeurs ? Quel intérêt d'y prêter la moindre attention ? La plupart des hauts gradés des forces armées méprisaient déjà l'UCIP, sans même mentionner le Triumvirat qui en était à l'origine mais qui aimerait pourtant bien la voir disparaître. Tant que le lien avec le Conseil était conservé et que l'UCIP était en mesure de démontrer son utilité, les avis extérieurs étaient d'une futilité aberrante.

La fragilisation du Conseil était la seule véritable raison qui faisait que le bateau commençait à prendre l'eau. Le projet avait déjà eu un début difficile, l'opération sanguinaire contre Machiavel avait privé l'unité de ses premiers membres les plus enthousiastes, et l'union galactique empirant n'avait fait que renforcer méfiance et dédain, sabotant lentement mais sûrement tout le potentiel de ce qui aurait pu devenir à terme la première redoutable armée multiraciale concilienne.

Et Shura n'aidait pas particulièrement. Son enthousiasme avait été balayé, si bien qu'elle ne valait désormais pas mieux qu'un spectre. Plutôt que de tenter de stabiliser le galion et de colmater les fuites, elle préférait foncer tout droit vers l'île à l'horizon, quitte à provoquer sa destruction. C'était ça aussi le poids des responsabilités, et il fallait éradiquer le danger avant que l'isolation ne finisse par gagner et par les détruire tous. Le temps n'était malheureusement pas un luxe.

En ce qui concernait Arcadia, elle semblait avoir déjà mûrement réfléchi à son intégration, comme attendu. Le doute en lui même élevait généralement une barrière qu'il était difficile d'effacer, même si dans le cas de la chercheuse, il ne fallait pas oublier qu'elle s'était déjà écartée de ce chemin, quelques mois plus tôt. Mais les paroles de la Martienne semblaient converger dans une direction dont Shura ne saisissait pour l'instant pas réellement le sens.

Ce n'est que lorsqu'elle se décida à s'accroupir devant elle et à se confier que la N7 comprit, affichant une surprise qu'elle eut du mal à dissimuler. Voilà qui la prenait réellement au dépourvu. Après tout, Shura n'avait commencé à l'apprécier que lors de leur dernière rencontre, et si sa compagnie lui semblait agréable et qu'elle conservait un excellent souvenir de cette nuit, elle n'était pas vraiment certaine d'éprouver quelque chose envers elle, si ce n'était peut être une certaine forme de taquinerie. Mais le problème ainsi soulevé était en réalité quelque chose de bien plus enfoui.

Je... ne m'attendais pas réellement à cela.

Elle fit glisser un doigt sous le menton de son interlocutrice, tentant par ce geste d'effacer son expression qui paraissait presque plus sérieuse qu'à son arrivée.

T'ais-je donc laissé un si bon souvenir que tu souhaites déjà remettre le couvert ?


Elle croisa les jambes, reposant ses mains sur son abdomen.

Son attitude ne semblait pas changer d'ordinaire maintenant que la surprise était passée. Mais il ne s'agissait pourtant que d'une façade, car cette situation venait titiller une des fondations qu'elle se gardait bien de venir déterrer, habituellement. Shura ne s'était en effet plus jamais engagée après les événements de Vaard et la dévastation qui avait alors envahi son âme. Elle avait abandonné son ancienne vie, grimpant un à un les échelons N, consacrant désormais son existence toute entière à devenir une arme, à se vouer corps et âme à un devoir éternel. Elle avait ainsi décidé de laisser derrière elle les sentiments et toute la douleur qu'ils pouvaient engendrer, devenant ainsi plus forte.

C'était la raison pour laquelle sa vengeance contre l’œil était presque devenue une obsession, et également pourquoi les sentiments et les relations même amicales rebondissaient sur son armure comme des balles de mauvaise facture. Sans attachements, elle n'avait plus aucune faiblesse, et elle pouvait se livrer à corps perdu dans sa quête, perdant volontairement son humanité pour devenir une bête enragée, impitoyable et inarrêtable. Une bête qui allait causer la perte de ceux qui lui avaient autrefois tout pris.

Un chemin que les plus sages condamneraient sans doute ce dont Shura se foutait éperdument.

Un chemin qu'Arcadia condamnerait sans doute elle aussi si elle en avait connaissance, fait qui ne faisait que confirmer que sa « passion » n'était que factice. Comment pouvait elle en cet instant avoir conscience de la bête qui posait un regard désintéressé sur elle ? Cette ignorance était cependant partagée, car à vrai dire, Shura ne connaissait en réalité quasiment rien de la chercheuse.

Je ne pense pas que tu auras besoin de faire ce « mélange » pour le moment.

Elle se redressa.

Et je ne cherche pas à provoquer une quelconque scène d'apitoiement, mais se rapprocher de moi n'est pas vraiment un excellent placement d'avenir. Au delà de ma seule condition, disons que les gens qui me sont proches ont généralement tendance à avoir une espérance de vie plutôt courte.

Sinon, j'ai également beaucoup apprécié la nuit que nous avons passé ensemble et je... ne pense pas que je dirai non à une éventuelle séquelle. Mais je te mentirai si j'affirmais éprouver des sentiments.


Certaines choses se devaient de rester enterrées. Si cette situation venait à définitivement détériorer ses futures relations avec Arcadia, qu'il en soit ainsi.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : UCIP
Rang : Colonel/Médecin en Chef
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4879-arcadia-mcknight
http://www.masseffect-reborn.fr/t4915-medicum-commentarius


Messages : 177
Crédits : Hage

MessageSujet: Re: *Toc toc*    Aujourd'hui à 02:27

*Toc toc*
Ft. Shura Fender



Son masque sérieux se fissura, laissant apparaître un sourire sincère. Elle sentit un poids s'envoler, ses épaules se firent bien plus légères. Elle ressentait bien une légère déception, mais le fait d'être fixée était un immense soulagement pour elle. Arcadia n'aimait pas particulièrement l'ambiguïté, ainsi avoir tiré cette histoire au clair était une bonne chose.
Elle se releva, toujours souriante, sans décrocher son regard de la biotique.

« Tu me vois ravie que nous soyons parvenus à un terrain d'entente. Si... jamais tu as besoin d'un check-up, tu sauras ou me trouver, marmonna t-elle sentant le rouge lui monter aux joues. Reprenant rapidement sa contenance, elle alla se replacer de l'autre côté du bureau. Du coup tu me fais une visite des lieux ou on continue à attendre bêtement que le temps passe ? »

Visiblement cela fit mouche, la Furie ayant l'air plutôt pressé de s'évader de son clapier. La toubib feignit l'intérêt devant le mess, les salles communes et de détente. L'excitation atteignit son comble lorsque sa guide atteignit les laboratoires, comme si cette dernière avait fait exprès de faire durer le plaisir. La Martienne pénétra dans les locaux, des étoiles plein les yeux devant ce matériel flambant neuf, s'imaginant sans peine y passer des heures à y bosser. Elle s'extasia devant les derniers scanners et autres outils médicaux dont le fonctionnement avait l'air d'échapper à sa collègue.

« Bon du coup, je signe où », demanda t-elle en enlevant la main d'un microscope.

Le binôme retourna dans le bureau de Fender, prenant à nouveau place sur les sièges. Le docteur remplit la pile de papier qu'on lui tendit dans une écriture digne des plus grands médecins : absolument illisible.
Lorsque enfin elle apposa la dernière signature, les deux femmes se serrèrent chaleureusement la main.

« Oui ne t'en fais pas Shura, je brûle cette uniforme dès que je rentre chez moi. A bientôt ! »

Elle lui sourit une dernière fois avant de fermer la porte.

(c) King (Sacrifars)


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: *Toc toc*    
Revenir en haut Aller en bas
 

*Toc toc*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Bulle locale :: Citadelle-