AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 À l'aube de l'enfer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : UCIP
Rang : Lieutenant Colonel/Médecin en Chef
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4879-arcadia-mcknight
http://www.masseffect-reborn.fr/t4915-medicum-commentarius


Messages : 155
Crédits : Hage

MessageSujet: À l'aube de l'enfer   Sam 04 Aoû 2018, 03:18
► █ Date :  1er octobre 2186 RP Tout public
Arcadia McKnight
À l'aube de l'enfer



À l'aube de l'enfer
Ft. ...



Ils étaient une dizaine d'internes dans la navette qui venait de se poser, tous des futurs médecins de l'Alliance, une carrière pleine de promesses les attendaient. Tous en dernière année de médecine, la lumière était visible au bout du tunnel, mais la route pour obtenir ce prestigieux titre n'était pas encore finie.
Les dix étudiants avaient soumis leur candidature parmi des centaines d'autres, puis avaient été sélectionnés pour participer à ce stage annuel. Ici la chance ne comptait aucunement. Seule la niaque, la rage d'aller de l'avant et le travail permettaient d'obtenir son billet.
Une formation de cent jours auprès d'instructeurs spécialisés allant des N, à des médecins renommés, en passant par des professeurs triés sur le volet.
Cent jours en immersion complète avec un entraînement des forces spéciales, des cours d'anatomie et de physiologie poussés sur le corps Humain et une introduction à la biologie des races Conciliennes, des interventions chirurgicales sans apesanteur où sous la pression d'un champ de bataille, traiter et soigner toutes sortes de blessures sur les Humains comme les lésions, les brûlures, les fractures, utiliser la chirurgie reconstructive en zone de guerre, le tout loin des standards sanitaires et avec le strict minimum de matériel médical. C'était sans oublier la privation de sommeil et de nourriture mais cela le groupe aura la chance de le découvrir un peu plus tard.

Aussi impatient les uns que les autres, chacun se saisit de son paquetage alors que les portes s'ouvrèrent, les laissant sortir. Un officier attendait sur le tarmac de la zone d'entraînement. Droit comme un piquet. Visiblement pas là pour coiffer les poupées.
Les cadets se mirent en rang, saluant leur supérieur.

« Suivez moi », ordonna t-il d'une voix dure.

Le gradé les emmena jusqu'à la caserne, leur montrant les dortoirs. Un pour les hommes. Un pour les femmes. Tout ce qu'il y avait de plus militaire, fonctionnel et sobre. Une pièce d'un blanc beige froid, des lits de camps, des casiers ouverts rustiques, et des superbes fenêtres à barreaux.

« Vous avez cinq minutes pour déballer vos affaires et enfiler l'uniforme du camp ! Rendez vous devant la caserne ! »

Répondant par l'affirmative, les novices se ruèrent dans les piaules, rangeant les affaires en express. Bien que dans la précipitation, le rangement devait être impeccable, bien plié, dans un ordre précis,  et ne devait pas dépasser de l'armoire. Arcadia enfila la tenue qui lui avait été assignée, un treillis militaire, un t-shirt noir et des rangers. Au total, quatre filles se partageait dans la chambrette, laissant peu de place à l'intimité, bien loin du confort du campus de l'ESA.
Le quatuor sortit en même temps que le groupe masculin, s'alignant dans la cour. Cette fois, c'était une vingtaine de formateurs présents. L'appel terminé et les présentations faites, ils partirent au galop avec l'un des formateurs vers la zone d'entraînement.
Au programme, parcours du combattant, épreuves d'endurance, course à travers la base, et combat à mains nues. Si lors de la première épreuve il était recommandé de faire preuve d'esprit d'équipe, la seconde et troisième étaient plus individuelles, quant à la dernière, ils avaient reçu l'ordre de ne pas retenir leurs coups. C'est ainsi que dès le premier jour, la blonde se retrouva avec un œil au beurre noir dès le premier jour. De rage envers son adversaire, elle lui avait envoyé son genou dans l'entrejambe.

La fin d'après midi se termina par un test sur les connaissances médicales, pendant trois heures les étudiants planchèrent sur des sujets qui bien que difficiles, n'avaient rien d'insurmontable pour des doctorants en médecine, avec un minimum de concentration. Mais après plusieurs heures à souffrir, cette capacité était mise à mal, augmentant la difficulté des exercices. Cependant tous allèrent jusqu'au bout.

(c) Alyss (Kanade A. J. Rye)


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : UCIP
Rang : Lieutenant Colonel/Médecin en Chef
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4879-arcadia-mcknight
http://www.masseffect-reborn.fr/t4915-medicum-commentarius


Messages : 155
Crédits : Hage

MessageSujet: Re: À l'aube de l'enfer   Dim 05 Aoû 2018, 01:53

À l'aube de l'enfer
Ft. ...



Dans le réfectoire de la base, l'ambiance était maussade, grise. Le groupe mangeait un repas riche en vitamines et protéines mais gustativement ignoble. Tous espéraient un discours de la part des supérieurs. Depuis leur arrivée, il y a une semaine, ils avaient reçu le même accueil que l'on réservait à des soldats de première classe. En tant qu'aspirant il y avait quelque chose de vexant dans cette façon d'être traitée.
La porte s'ouvrit en claquant, s'arrêtant de manger dans l'instant, les internes se levèrent d'un seul homme, au garde à vous. La bande des formateurs étaient au complet, un général à leur tête. Peut-être qu'ils allaient l'avoir leur discours au final.
Ils l’eurent, et ils allaient en baver.

« Une dernière chose. Votre patience, votre endurance et votre confiance vont être durement mises à l'épreuve par ce que vous êtes sur le point de traverser, mais cela ne fera que vous entraîner aux tribulations qui vous attendront, plus loin sur votre route. Vous supporterez cela comme des soldats de l'Alliance, et cela vous rendra plus forts. Je vous salue, Aspirants. Vous êtes arrivés ici en novices, mais vous repartirez en guerriers. »

Ils saluèrent en retour, se pressèrent de terminer leur repas avec plus d'engouements qu'au début. Vint ensuite une douche expresse avant de partir se coucher. Le réveil était programmé pour cinq heures du matin. Une journée exclusivement dédiée aux cours. Une migraine n'était donc pas à exclure. Arcadia sombra dans un sommeil profond, le corps endolori par les coups.
Ce n'est que quelques heures plus tard qu'elle fut tiré brutalement de son sommeil. Un genou vint s'enfoncer dans le creux de son dos, en même temps qu'une main puissante lui imposa une clé de bras. Impossible de se débattre, mais la prise était trop puissante. La blonde n'eut même pas le temps de hurler, une injection dans le cou et elle tomba dans les vapes.

(c) Alyss (Kanade A. J. Rye)


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : UCIP
Rang : Lieutenant Colonel/Médecin en Chef
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4879-arcadia-mcknight
http://www.masseffect-reborn.fr/t4915-medicum-commentarius


Messages : 155
Crédits : Hage

MessageSujet: Re: À l'aube de l'enfer   Mer 08 Aoû 2018, 19:02

À l'aube de l'enfer
Ft. ...



Arcadia se réveilla à même le sol, la lumière vive l'aveugla, il fallut quelques secondes pour que ses yeux s'y habituent. Elle se trouvait dans une tente militaire, entourée de ses compagnons. La grande majorité était encore endormie, deux s'étaient éveillés. Tout comme elle, ils portaient leur tenue de nuit. A l'intérieur d'un bâtiment cela ne posait pas de problème, mais la fraîcheur extérieure se faisait rapidement sentir. Elle se frotta les côtes pour se réchauffer.
Les autres émergèrent à leur tour, les premières questions arrivèrent. Depuis combien de temps avaient ils dormi? Ou étaient ils ? Et aucune réponse. La tente était grande, mais vide de tout matériel, la fermeture bloquée. En revanche une légère agitation régnait à l'extérieur.
Un bon quart d'heure plus tard, un militaire vint ouvrir, il balança deux sacs au milieu de la pièce, l'un contenait les tenues d'entraînement, l'autre les chaussures. D'un ton sec et autoritaire, il invita les recrues à se magner « la rondelle ».

Ils sortirent, en ligne devant la toile, attendant les instructions. En face d'eux, un poste de sécurité au toit hérissé d'antennes, collé à la paroi d'un mur d'enceinte. Peut-être n'avait-il pas quitté la base ? Un groupe de soldats étaient assis sur des quads, ces derniers portaient des combinaisons pare-balles.

« Garde à vous ! Cria Kieron Boyle. Le commandant Duraj va vous expliquer en quoi consiste l'exercice. »

Comme la plupart des instructeurs de l'Alliance, Kieron était un colosse qui imposait le respect, mais il se distinguait de ses collègues par son sens de la mesure et de la justice. Sa présence avait quelque chose de rassurant. Duraj, lui, était à l'instar de Boyle un N7. Il avait été sous les ordres de Grissom lors de la traversée du premier relai cosmodésique. Son caractère était pour le moins ombrageux.

« L'humilité, gronda ce dernier. Vous pensez sûrement tous, que vous êtes les meilleurs pour avoir atterri ici. Que cela vous offrira une opportunité de vous vanter à votre retour ? De mépriser ceux qui n'ont pas pu venir ? De prendre vos leçons par dessus la jambe ? Ce soir, vous allez recevoir un coup de pied où je pense, que vous méritez depuis longtemps. Il se tourna vers l'unité. Tous ici sont des soldats d'élites et sont venus spécialement pour participer à cette exercice. Rassurez vous l'affrontement sera parfaitement équilibré : dix contre dix. »

Les apprentis médecins baissèrent la tête, regardant la pointe de leurs chaussures. Duraj remit à chacun une paire de lunettes de protection.

« Voilà tout l'équipement que dont vous disposerez. Votre objectif : regagner votre dortoir situé à trois kilomètres d'ici, et terminer votre nuit. Une fusée éclairante illumina le ciel, indiquant la position du bâtiment. Le programme vous enchante n'est-ce pas ? Le problème c'est que mes gars ont reçu l'ordre de vous en empêcher. A chaque fois que vous vous ferez capturer, vous reviendrez ici pour recommencer depuis le début. Vos ennemis se déplaceront en quad. En outre, ils disposent d'un fusil d'assaut, de chargeurs de munitions simulées, de JVN, d'un gilet pare-balles, et d'un système de communication. Le lieutenant Boyle est moi-même coordonnerons  l'opération grâce aux systèmes de sécurité de la base, caméras, détecteurs de mouvement, radars infrarouges... Oh j'oubliais, nous avons aussi, quelques réservistes, une demi douzaine, postés à des points clés. Même s'ils ne peuvent pas vous capturer, ils seront là pour renseigner les pilotes, poser des pièges et vous tirez dessus. L'exercice s'achèvera à cinq heures. Ceux n'ayant pas réussit à rejoindre leur lit à l'heure, se verront offrir une randonnée de dix kilomètres avec tenue et matériel de combat.

- N'enlevez jamais vos lunettes. Ce sont peut-être des cartouches de catégorie trois, mais elles ne sont pas sans effet sur la peau nue. Alors évitez de vous faire toucher, compléta Kieron.

-A mon signal vous commencerez à courir, vos adversaires lanceront la chasse trente secondes plus tard. »

Arcadia n'était pas vraiment sereine, elle était tombée chez les fous. Elle prit une profonde inspiration, essayant de calmer son rythme cardiaque qui s'emballait.

(c) Alyss (Kanade A. J. Rye)


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : UCIP
Rang : Lieutenant Colonel/Médecin en Chef
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4879-arcadia-mcknight
http://www.masseffect-reborn.fr/t4915-medicum-commentarius


Messages : 155
Crédits : Hage

MessageSujet: Re: À l'aube de l'enfer   Sam 11 Aoû 2018, 23:50

À l'aube de l'enfer
Ft. ...



Le sifflet venait à peine de retentir que les médecins en devenir filèrent comme des lapins, les quads grondaient d'impatience, capable d'atteindre les soixante kilomètres, il était vain de penser pouvoir leur échapper, tout comme aux fusils d'assauts, capable de faire mouche à deux cents mètres.
Arcadia se réfugia dans un sous bois, suivie par deux autres internes. Les ronces et les orties lui griffaient les chevilles mais elle n'en avait que faire. Elle ne tenait pas à se farcir une marche forcée avec trente kilos sur le dos.
Roy hurla de douleur alors qu'une détonation retentit. Le trio se jeta à couvert. Le signal de la chasse n'avait pas encore été lancée, qu'ils se faisaient déjà tirer dessus. C'était un réserviste qui avait la gâchette facile. Amanda sortit prudemment la tête de sa cachette, essayant de déterminer la provenance du tir, une seconde balle claquait contre un tronc, la forçant à rester sur sa position.

« J'ai remarqué des fossés d'évacuations, ce matin lors de la course, on pourrait les emprunter ? Je pense que les instructeurs ne s'attendent pas à ce que l'on passe par ici, proposa Arcadia.

- Si tu parles de ces immondes fosses ce sera sans moi, répondit Roy.

- J'avoue que l'idée ne me tente pas plus que ça, ajouta le deuxième fille du groupe.

- Faites comme il vous plaira mais je préfère puer la mort et côtoyer les cafards que de me taper dix bornes en plein cagnard. »

Sa décision était prise, sa voix était ferme... et tant pis pour les autres. Après tout Roy lui avait laissé un vilain cocard. Rancunière jusqu'au bout des ongles, s'il souhait rester dans la merde, la blonde n'allait certainement pas l'aider. Elle jeta un regard à l'autre femme.

« Je reste avec lui. Bonne chance Arkady !

- Haha, ce n'est pas moi qui va en avoir besoin. »

Sautant hors de son abri, elle courut à s'en faire cracher les poumons. Une rafale accompagna son départ, se perdant dans les buissons. Continuant  sa course, elle essaya de se souvenir du chemin jusqu'à la fosse. Il n'avait pas eu une goutte de pluie depuis quelques jours, par l'action de la chaleur les relents fétides étaient bien plus intenses. Cela facilita le repérage.
Arrivée devant les tranchées d'évacuations, elle ne put s'empêcher de grimacer, des larves se tortillaient dans les flaques d'eau croupies. L'air vicié n'avait rien d'agréable, mais ce n'était pas pire que de l'odeur de la mort ou d'un cadavre en décomposition.
La Martienne se déshabilla pour ne garder que ses sous vêtements et ses bottes.Elle dissimula ses affaires dans un buisson épineux, puis se barbouilla intégralement de boue.

S'étant isolé sciemment du groupe, et sous le regard d'un des chasseurs, elle savait que quelqu'un allait venir la chercher. Arcadia s'immergea dans cette mare puante, faisant chuter sa température corporelle, seul sa tête dépassait. Les minutes lui semblaient interminables alors qu'elle grelottait. Un craquement libérateur parvint à ses oreilles, prenant son inspiration, elle plongea, se dissimulant sous un agglomérat de détritus qui flottait à la surface.
Ses yeux luttaient pour se fermer, agressés par cette eau sale. Une lampe balaya la surface, la silhouette s'accroupit au bord du canal. Le timing fut parfait, McKnight surgit de l'eau, attrapant le poignet de l'inconnu pour l'attirer à elle. La personne se débattait, mais l'apprenti ne comptait pas lâcher sa prise, précipitant sa victime dans les eaux noires. Elle lui maintint la tête un bon moment sous l'eau, appréciant cette douce vengeance.
Après plusieurs secondes de ce traitement, elle le ramena à la surface pour lui plaquer la tête contre la berge, frottant ce visage propre contre la vase puante. Elle termina par un direct à l'estomac qui fit se plier en deux le réserviste sous la douleur.

« Tu pensais vraiment m'avoir sale petite enflure ? File moi ton matériel, ton gilet et ton fusil. »

Elle lui arracha l'oreillette, hélas cette dernière n'avait pas survécu à cette petit plongée aquatique. Le jeune homme en caleçon avait l'air pitoyable maintenant, prêt à pleurer.  Il était jeune, dix sept ans, dix huit max.
Fière de son nouvel équipement, même si celui-ci était trempé, elle le regarda d'un air dédaigneux. Arcadia était furieuse d'avoir été ainsi tirée de son plumard, abandonnée dans un coin reculé et prise pour cible par un gamin. Il n'était pas responsable de ses malheurs, mais la faute a pas de chance lui avait fait croiser sa route au moment ou elle éprouvait un ardent désir de revanche.

« Qu'est ce que je vais faire maintenant ?

- Arrête de couiner, je ne pense pas que qui que ce soit t'a imposé cet exercice. Tu as dû te porter volontaire. Je ne vais certainement pas te plaindre.

- Mais... »

Elle ne le laissa pas terminer sa phrase, son poing vint s'écraser contre son visage, l'envoyant dormir pour un bon moment. L'étudiante frotta sa main, ramassa l'arme et retourna dans les canaux d'évacuations pataugeant dans la vase et les ordures. Comme prévu, personne n'osa la suivre.

(c) Alyss (Kanade A. J. Rye)


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : UCIP
Rang : Lieutenant Colonel/Médecin en Chef
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4879-arcadia-mcknight
http://www.masseffect-reborn.fr/t4915-medicum-commentarius


Messages : 155
Crédits : Hage

MessageSujet: Re: À l'aube de l'enfer   Mar 14 Aoû 2018, 03:02

À l'aube de l'enfer
Ft. ...



Arcadia ressortit de l'autre côté du camp, vidant soigneusement ses rangers de l'eau boueuse, elle reprit sa marche. Un hangar se dressait non loin de sa position, s'approchant aussi furtivement que le bruit humide de ses pompes le lui permettait, elle fût soulagée de voir que personne ne rodait dans les environs. Les lunettes de vision nocturne/infrarouge étaient d'une aide non négligeable. Avoir fait main basse sur un tel arsenal, c'était comme noël avant l'heure.

Enroulant sa main dans un tissu, elle brisa l'une des fenêtres de l'entrepôt pour se glisser à l'intérieur. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle y découvrit plusieurs véhicules. Aucun doute c'était son billet pour le dortoir.
Elle repéra la boîte fixée au mur où étaient rangées les clés, s'en saisit d'une, puis inspecta la marque pour repérer la voiture en question. La Martienne préféra déverrouiller manuellement la porte du bâtiment, afin que le gyrophare ne dévoile sa position.
Le moteur se réveilla dans un doux ronronnement, la radio crépita des mots incompréhensibles. Après quelques réglages, Arcadia réalisa qu'elle captait les conversations que s'échangeaient les chausseurs. L'auto sortit du garage, tout feux éteints, la conductrice seulement aidée par les JVN.
Le récepteur crachota à nouveau.

« J'ai Roy et Amanda, en visuel, ils se sont repliés derrière les arbres près du lac. Autorisation de faire feu ?

- Pas tout de suite, elle reconnut la voix de Kieron. Est-ce que l'on a une équipe mobile dans le coin pour les arrêter ?

- Affirmatif. Je suis avec Selva. Faites nous signe, on est prêts.

- Ok, Paul, reprit l'opérateur. Garde un visuel sur eux et préviens moi s'il bouge. »

Arcadia s'arrêta, en proie à un conflit intérieur. Elle devait disposer de l'un des seuls moyens pour s'échapper. Roy était un petit trou du cul prétentieux, qui passait le plus clair de son temps à la provoquer à l'école. En dépit de cela, quelque chose lui disait de se porter à son secours.
Elle était si proche du but, à moins de deux cent mètres. Était-elle prête à risquer tout ce qu'elle avait fait pour le sauver ? Et lui ? Qu'aurait il fait à sa place ? L'aurait-il sauver ? C'était très incertain.
La jauge d'essence à plus de la moitié, le carburant ne serait pas un problème.

« J'y crois pas », murmura t-elle en faisant demi tour.

Le véhicule n'avait que très peu d'adhérence sur l'herbe, glissant très facilement, les gestes brusques étaient donc prohibés. Prenant la direction du plan d'eau., elle longeait les arbres, le bolide noir se fondant parfaitement dans l'obscurité. Du moins c'est ce qu'elle croyait, des balles ricochèrent sur la carrosserie alors que deux quads surgirent des sous bois. Elle accéléra sèchement, tandis que l'on signalait sa position via la radio.
Deux silhouettes étaient aux prises avec une autre, reconnaissant ses compagnons, elle klaxonna, puis alluma les phares. Elle s'arrêta dans un dérapage contrôlé, une nouvelle rafale vint s'éclater contre une vitre.

« Grimpez vite ! »

Le binôme ne se fit pas prier. L'autre bonne nouvelle étaient qu'ils avaient récupéré une arme sur l'un des assaillants. Donnant le second fusil à Amanda, Arcadia appuya sur le champignon. Ses compagnons avaient baissé les vitres, faisant feu sur les poursuivants qui se rapprochaient dangereusement. La voiture patinait sur la verdure. L'un des soldats dût arrêter la poursuite visiblement aveuglé par la peinture qui recouvrait ses lunettes.
Enfin elle atteignit le bitume, la berline reprenant de la vitesse, la distance se creusa entre le traqueur et les traqués.  
La blonde pila devant le dortoir, tous sortirent pour se réfugier dans l'entrée. Ils étaient les premiers à être arrivés, une célébration bruyante mais bienvenue s'ensuivit. Malgré l'odeur épouvantable que dégageait l'aspirante, Roy et Amanda se précipitèrent pour l'enlacer.
Cette nuit là, trois personnes supplémentaires réussirent à rejoindre le bâtiment, les autres eurent la joie de partir marcher dix kilomètres avec armes, armures et sacs.

(c) Alyss (Kanade A. J. Rye)


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : UCIP
Rang : Lieutenant Colonel/Médecin en Chef
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4879-arcadia-mcknight
http://www.masseffect-reborn.fr/t4915-medicum-commentarius


Messages : 155
Crédits : Hage

MessageSujet: Re: À l'aube de l'enfer   Jeu 16 Aoû 2018, 22:43

À l'aube de l'enfer
Ft. ...



Les stages de survies étaient intéressants, outre apprendre comme faire un feu à partir de rien, les officiers avaient appris à reconnaître les plantes médicinales, et celles mortelles, comment fabriquer des cataplasmes à partir d'argile ou d'astéracées. Mettre en pratique était une autre paire de manche, mais réussir offrait une certaine satisfaction. Sa dextérité pour la suture s'améliorait de jour en jour comme son maniement de la seringue : sous-cutanée, intramusculaire, intraveineuse ou intra-osseuse, plus aucune n'avait de secret.
Chaque soir, elle se retrouvait avec une page recto verso de médicaments à apprendre par cœur pour le lendemain. L'initiation à la biologie et la physiologie des autres races était une matière vaste et passionnante, dont il était impossible d'en faire le tour en cent jours. Les professeurs se concentraient sur les races dirigeantes de l'Espace Concilien : Asari, Turien et Galarien.


Ce que Arcadia n'aimait pas vraiment était le combat à main nues. Roy, son partenaire, était un aficionado de la salle de sport, bien plus qu'elle. Son visage rencontrait trop souvent le tatami à son goût, son corps était couvert de bleus. Mais plus la session avançait, plus elle encaissait les coups, le mettre par terre relevait de l'impossible, lui résister... pas si impossible que ça.
La Martienne apprenait également les points faibles des adversaires, où frapper pour faire mal, comment neutraliser temporairement ou définitivement une cible.
Armée de ses nouvelles connaissances, et avec le temps, arriva le jour ou elle lui fit mordre la poussière à son plus grand bonheur.


Enfin il y avait les quelques joyeusetés comme la privation de repas lorsque l'un des leurs commettaient une boulette, la moindre erreur était sujet à une nuit très courte ou un réveil à la lance incendie. Arcadia avait même du creuser sa « tombe » pour avoir un peu trop traîné un jour sur le parcours du combattant, d'autres que elle avait écopé d'une punition semblable. Un lit mal fait et c'était une série de pompes pour la classe. De tels blâmes étaient là pour faire comprendre à chacun qu'il fallait travailler en équipe, jouer en solo revenait à faire punir l'escouade.

(c) Alyss (Kanade A. J. Rye)


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : UCIP
Rang : Lieutenant Colonel/Médecin en Chef
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4879-arcadia-mcknight
http://www.masseffect-reborn.fr/t4915-medicum-commentarius


Messages : 155
Crédits : Hage

MessageSujet: Re: À l'aube de l'enfer   Lun 27 Aoû 2018, 23:43

À l'aube de l'enfer
Ft. ...



Au soixante dix huitième jour, les recrues avaient été plongées dans un environnement cauchemardesque avec pour mission de secourir des camarades blessés dans un crash. La simulation était tout ce qu'il y avait de plus réaliste. Bêtes sauvages, plantes mortelles, climat incertain etc...
Roy dégageait le chemin, ils avançaient avec une extrême prudence, les instructeurs se faisaient passer pour des locaux hostiles, et avaient éliminé trois stagiaires dès le premier jour.
Arcadia se trouvait à l'avant, juste derrière son partenaire de combat. Les liens d'une rivalité forte s'étaient forgés entre ces deux là, l'un comme l'autre cherchant à se surpasser.

Un rugissement inhumain retentit dans la jungle. Toutes les armes se levèrent, les étudiants adoptèrent une position de combat. Une rafale lointaine se fit entendre. La tension grimpa d'un cran. Un nouveau staccato résonna. Trois traits rouges traversèrent le groupe, un interne s'effondra en convulsant. Les munitions utilisées pour l'exercice n'était pas létale, mais pas inoffensive pour autant. Les cadets ouvrirent le feu, tandis que l'un d'eux se porta au chevet de leur camarade.

« Merde... Roby est mort ! »

Les mots résonnèrent comme un coup de marteau. Les jeunes, camouflés derrière un couvert, cessèrent le feu, se retournant vers le cadavre. Ça ne faisait pas parti du plan.

« Internes ! Repliez vous au campement ! Nous subissons une attaque ! Ceci n'est pas un exercice! »

Arcadia et Roy soulevèrent la dépouille de leur ami, refusant de l'abandonner ici.
Ils déployèrent des écrans de fumigènes pour couvrir leur fuite, alors que les hurlements se rapprochaient. Sans gps, ni boussole, ni carte, se repérer était compliqué, le soleil perçait difficilement à travers la canopée.
Un groupe de professeurs parvint à les rejoindre pour les faire sortir au plus vite de la zone d'entraînement. De retour au baraquement, on leur distribua des armes chargées et les batteries des boucliers.
Une forme colossale descendit du ciel, se posant à quelques kilomètres de là. Tout le monde se figea, l'esprit humain incapable de concevoir qu'une telle chose existait. Une horde surgit de la forêt, créatures grisâtres, ressemblant à une parodie grotesque d'un être humain.
Les soldats firent feu, encadrés et galvanisés par les N7, ils faisaient preuve d'une efficacité à toute épreuve.
Le flot semblait intarissable, malgré la résistance acharnée, l'efficacité de celle-ci était similaire à un coup d'épée dans l'eau.
Se repliant vers une position inconnue par groupe ordonné, la situation paraissait maîtrisée.

« Ils nous contournent ! »

Arcadia pointa son arme dans la direction annoncée. Un violent coup vint percuter son casque, elle chuta, son arme alla s'écraser quelques mètres plus loin. Sonnée, elle sentit un poids lui tomber dessus, le zombi s'acharnait sur la blonde. Elle protégea sa tête, sous l'avalanche de coup, puis essaya de se débattre mais sans succès, il était trop lourd. La mâchoire du monstre se referma sur l'arrière du biceps, là ou les protections étaient moindres.Les dents mordirent dans la peau.

Elle hurla sous la douleur lorsqu'il arracha chair et muscles d'une brusque rotation de la tête. La jeune femme ne put retenir des larmes tant la souffrance était insupportable. Le sang couleur rubis se répandait à même le sol poussiéreux, créant une mare poisseuse. Elle rua pour désarçonner son bourreau, avant de ramper pour récupérer son arme. Une balle, deux balles la créature ne se laissa pas arrêter. Repartant à l'assaut, il chassa le fusil d'un coup de pied, pour reprendre son saccage. Tirant de toutes ses forces sur le bras, l'apprenti médecin sentait son articulation s'étirait, tout comme la peau qui se distendait, aggravant l'hémorragie.
Son instinct de survie lui dicta d'agir. L'omnilame se déploya, elle planta la lame sous les côtes de son adversaire, dans un cri chargé de rage. Mais cet ennemi ne connaissait pas la douleur, peu importait la gravité de sa blessure, tant qu'il se tiendrait debout, il se battrait.
Mordant à nouveau dans le bras, Arcadia crut qu'elle allait défaillir. Il tira une nouvelle fois et cette fois l'endurance des tissus musculaires et de la peau ne suffit pas. Le moissonné arracha le bras.

Aucun mot ne permit de décrire le supplice qu'elle ressentit, tout était blanc autour d'elle, plus de son, plus d'odeur, plus rien. Elle vit son omni-lame pointé devant elle, une chose difforme s'était plantée dedans. Elle n'était plus qu'une spectatrice silencieuse dans une coquille. Tout devint noir. Son corps inanimé s'écroula, vaincu par le traumatisme.
Les Moissonneurs étaient là.

(c) Alyss (Kanade A. J. Rye)


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: À l'aube de l'enfer   
Revenir en haut Aller en bas
 

À l'aube de l'enfer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Bulle locale :: Planète Terre-