AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Visite de courtoisie au laboratoire de physique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 181
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Visite de courtoisie au laboratoire de physique   Jeu 26 Juil 2018, 16:30
► █ Date :  1er mars 2203RP Tout public
Yuno'Menna Nar Eidolo ♦️ Namida'Silke Vas Haratar ♦️ Etc
Visite de courtoisie au laboratoire de physique.


Aujourd’hui, Yuno fut envoyée en promenade, comme le qualifiera sa cheffe de laboratoire. Elle devait rencontrer le chef des chefs et découvrir un peu plus en profondeur les chercheurs avec qui son équipe travaillait en étroite collaboration.

« Bonjour, Mena. » Le professeur se tourna vers elle à son arrivée, quittant le groupe avec qui il discutait. « Bien, nous nous sommes déjà croisés lors de vos évaluations et stages immersifs. Étant donné que vous avez été attribuée plus spécifiquement au domaine des implants, IV, … » Il secoua une main, le quarien était grand et sec. « Edonn’Jarle Vas Haratar, Je suis le chef du laboratoire de physique qui regroupe divers domaines, dont le vôtre. C’est moi qui gère votre dossier qui m’est transmis par votre chef de laboratoire, durant la période probatoire et la première année.»

« Suivez-moi. » Il se mit en marche, sans prendre la peine de regarder s’il avait été suivi.

« J’ai malheureusement une journée très chargée en réunion aujourd’hui. Je ne pourrais pas m’occuper de vous longtemps, je vais donc vous confier à l’une de nos collaboratrices. »

Parvenu devant une porte close, il marqua un temps d’arrêt.

« Jeune Mena, un avertissement... Ne prenez pas à cœur ce que pourrais dire ou faire sur un plan relationnel … » Il marqua un temps d’arrêt, semblant chercher une formulation adéquate.
« Namida’Silke est une chercheuse brillante qui travaille à mes côtés depuis quelques années déjà. Vous aurez beaucoup à apprendre d’elle, car c’est notre spécialiste en microtechnique, physique des matières, ezo, biotique, … et bien d’autres choses dont les implants que ce soit sur la programmation ou l’implant en lui-même... »

« Ce qui signifie que vous serez amenée à collaborer assez étroitement avec elle. A vous d’entretenir avec elle un rapport courtois et productif, le contraire pouvant vous nuire. Je ne vous dis pas ceci pour vous mettre sous pression, c’est un conseil. Il est évident que si quelque chose ne vas pas, vous pouvez vous référez à moi ou votre supérieure directe et nous organiserons des médiations. Ca ne devrait toutefois pas dégénérer, mais j’ai pu m’apercevoir qu’il est toujours compliqué de gérer les tracas émotionnels des petits génies. » Il soupira. Heureusement pour lui, Namida avait été relativement calme ces temps et il n'avait pas eu de tracas particulier à gérer. Il savait toutefois que ce n'était qu'une question de temps.

« Cela dit, j’espère que votre originalité lui plaira et que vous saurez travailler en bonne intelligence. Je pense que pour vous et elle, ce sera une bonne expérience. »

Il survola le lecteur de la porte qui s’ouvrit.



ds2 = −dt2 + a2(t) [ (dr2 / 1 − kr2) + r2(dθ2 + sin2 θdφ2)]

f(R,Rμν,Rαβρσ)μν = 8πGNTμν

Elle observait le mur sur lequel était projetée les formules en holo. Elle appréciait détendre son esprit sur des questions fondamentales cosmologiques. L’inspiration lui venait souvent. Elle fut dérangée ce jour-là, par son chef suivit d’une quarienne dont le scanne d’identification ne lui permis pas de situer. Elle se leva.

« Namida, ma chère, voici une jeune collaboratrice qui a dernière intégré le laboratoire de Neemu'Jeela. Elle apprécierait que tu lui montre ton travail, dans le domaine des implants, pour qu’elle puisse comprendre un peu l’importance de leur propre travail et de vos collaborations respectives. »

« Moi, vraiment ? J’ai une charge de travail exponentielle et tu ne voudrais pas que quelqu’un de plus…»

« ntntnt… pas de choix. » Il fit demi-tour « et tu devrais sérieusement envisager de ranger un peu ce laboratoire… Bonne journée. »

Clunk,chhh. La porte se referma derrière lui.

La quarienne qui faisait face à Yuno était plus petite qu’elle, très frêle. Elle portait une combinaison simple, mais équipée de nombreuses modifications originales. Le laboratoire individuel était de taille très appréciable, ce qui confirmait le statut de membre important dans l’équipe de physique de la concernée. De nombreuses machines et autres objets étaient éclatés pêle-mêle dans le petit espace. La quarienne posa son datapad.

« Namida’Silke Vas Haratar Nar Karasuh. »


Elle aurait pu ajouter autre chose, mais elle ne connaissait rien de son interlocutrice. Elle savait que quelques nouveaux avaient rejoints l’équipe, mais ne s’était pas préoccupés de ces nouvelles têtes. Une perte de temps. Soit parce qu’ils seraient évincé à l’issue de la probation et ne méritait donc par définition aucune attention au vu de leur médiocrité, soit parce que c’était littéralement fatiguant de devoir tout expliquer. La vulgarisation ne faisait pas partie de ses compétences, pourtant très larges.

« Je suis une physicienne. Au sens large. Je travaille… » Elle sembla se perdre dans ses pensées. « Sur beaucoup de chose en parallèle. C’est pour cela que je possède autant d’appareils, tels que l’écographe, l’AMQ, l’analyste Magnéto-Quantique, un électroscan, une AL. Divers microscopes, des pinces nanométrique, et tout ce qui peut être nécessaire. Nous possédons certaine machinerie plus volumineuse dans le laboratoire centrale. »

« Je n’ai pas de précisions à t’apporter sur nos types de collaboration. Le travail de Neemu ne m’est utile que par gain de temps éventuel. Donc ce sera plutôt à vous de vous référer à mes publications dans le réseau pour vos prototypes. Je préfère de loin travailler seule à ce niveau, je perds trop de temps à m’expliquer sinon. »

« En ce moment, concernant ton domaine réduit d'expertise, je travaille sur des implants biotiques. Voilà. »

« Questions ? »


- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 43

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie au laboratoire de physique   Sam 04 Aoû 2018, 19:57
5 mois .. 5 mois à passer des tests de travail dans tel ou tel labo, trois jours par-ci une semaine par là, des rencontres, certaines gênantes, heureusement la plupart sympathiques ou au moins curieuses, quelques rares cas plus malsains, une seule violente (même au GIP certains esprits brillants s’effondrent) qui l’avait laissée renfermée dans son logement de service plusieurs jours.
Et puis il y avait eu l’équipe de Neemu’Jeela, cette grande quarienne flegmatique un peu atypique pourvue d’yeux artificiels opto-mécaniques, un maniérisme volontaire de sa part .. un souvenir de la guerre disait-elle.
Ils avaient intéressé Yuno, lui faisant bon accueil selon ses standards, à savoir pas de questions.
On ne l’avait pas regardée de haut, pas trop de visites et la petite bande était du genre passionnée, plongés dans leur travail sans grands éclats de voix constants... idéal pour se concentrer.
Mieux même, plutôt que de la flanquer en mode apprentissage, passé un entretient initial on lui avait confié un projet réel en guise de test, le groupe étant fort débordé par les travaux en cours ils n’avaient pas le temps de materner et manifestement ce n’était pas dans leurs habitudes. Neemu lui avait juste donné un délai de deux semaines, fournis un espace de travail dans le petit labo encombré, quelques jours après elle disposait des outils nécessaires pour commencer son travail.
Perdue derrière une pile de caisses d’équipements et de cartons divers, Yuno avait travaillé avec acharnement, cela lui plaisait ainsi, là où une autre se serait sentie isolée et délaissée, elle y avait vu un refuge où travailler dans le calme et à son rythme, deux réunions expédiées en ving minutes pour faire le point sur les avancées de chacun, contacte avec l’équipe par messagerie pour ne pas troubler le silence studieux.
C’était l’idéal et lorsque le moment de décider son affectation finale était venu, à comparer les commentaires relativement élogieux de chaque chef de services sur son travail et les remarques sur son manque d’intégration spontanée, la décision fût rapide, corroborée par la liste de choix qu’elle avait dû fournir.
5 mois.
Voici Yuno, devenue chercheuse dans un laboratoire de prototypage de pointe, imaginant des structures et combinaisons de nano machines qu’elle programme elle-même depuis un bureau perdu derrière un mur de caisses et cartons qui n’a pas l’air bien stable...
Et accessoirement s’intégrer au GIP, LA corvée …
Devoir sortir du terrier, parcourir des centaines de mètres de couloirs aseptisés, rencontrer des gens, perdre son temps dans des réunions d’accueil, répondre à quelques questions de collaborateurs inconnus mais curieux…
Et justement aujourd’hui c’est le jour de sortie du chat .. on lui met son collier avec adresse et propriétaire pour qu’elle retrouve son chemin si elle se perd, on lui désigne un parc où aller se dégourdir les pattes, et houste .. la porte du laboratoire se referme dans son dos.
Soi-disant, aujourd’hui c’est spécial, elle va voir le grand manitou, le big boss, Edonn’Jarle en personne.
Quand la naine se présente, les choses vont vite, cela semble être tout autant une corvée pour lui que pour elle, autant il doit baisser le nez pour donner l’impression de la regarder, autant elle doit se dévisser les cervicales pour donner l’idée qu’il l’intéresse.
Au moins daigne t’il lui adresser la parole d’une façon qui semble aimable.

Bonjour monsieur. Merci de m’accorder un peu de votre temps.
Courbette de circonstances, une petite voix dans sa tête l’incite à faire des efforts, à se montrer respectueuse et ..
Suivez-moi.
Sans crier gare, le grand escogriffe démarre un footing, partant à longues enjambées d’échalas dans les couloirs, expliquant pourquoi il transmet la patate chaude à une petite quarienne déjà essoufflée après les premiers 50 mètres.

Quand ils parviennent devant la porte, il lui faut toute la durée du speech suivant, mélange d’éloges de critiques polies, et d’avertissements, pour ramener son cœur maigrichon à un rythme régulier, elle arrive tout de même à hocher la tête et glisser un

Oui monsieur Jarle.

Puis la porte s’ouvre. Elle n’a pas le temps d’en dire plus, la formule qui s’imprime sur sa rétine réveille les souvenirs de thèmes ambitieux, de matière noire, relativité, gravité … elle a déjà oublié le big boss et ses avertissements.
Qui a-t’ il mentionné déjà ? Nami Silk ou quelque chose du genre. Elle a surtout retenu ses spécialités, des domaines qui lui paraissaient intéressants mais il y a tant de spécialistes dans ce complexe... là c’est autre chose, on lui présente sans crier gare un domaine d’intérêt indéniable, un regard circulaire lui permet de relever des outils dignes d’intérêt : l’occupante n’est pas là pour faire semblant, le bazar ambiant la met immédiatement à l’aise, ce n’est pas du show : quelqu’un travaille réellement ici et manifestement cela plait aux deux locataires sous le casque.
Le temps d’observer tout cela que le grand manitou est déjà reparti, laissant les deux gnomes casquées face à face.
La plus petite attaque sans chichi, directe, sans ronds de jambes.


Namida’Silke Vas Haratar Nar Karasuh.

Le discourt qui suit est sobre, d’aucun dirait « ennuyé » mais Yuno ne s’en offusque pas.
Mélange d’habitude, du fait qu’elle-même serait agacée par l’intrusion, d’intérêt pour l’énumération d’outils qu’elle reconnait, et de conscience de son statut de débutante officielle dans un milieu propre à l’ego et à la compétition pour la reconnaissance … la jeune quarienne écoute avec attention et intérêt la présentation de son hôte, même si l’autre Yuno songe avec ironie ..
En gros tu es experte en tout ?
Les deux volontés n’ont pas le temps de se chamailler à ce sujet, un couperet abrupt indique qu’il est temps pour elle de manifester son existence de façon vocale.


Euh .. Yuno’Mena Nar Eidolo…
Hum … merci pour cette présentation Namida. Je veux dire Madame Silke.
J’ai été marquée par la formule affichée quand je suis entrée, est-ce là l’un de vos sujets de recherches en cours ? Cela rappelle les équations physiques de la matière noire mais d'après ce que vous venez de me dire je n'en suis plus si certaine..

Rétropédalage, c’était sans doutes trop curieux.
Euh enfin je ne voulais pas .. être indiscrète, désolée.
Hem .. donc mon affectation officielle est certes limitée, bien sûr j’adorerai travailler sur des sujets plus vastes mais je débute alors .. euh bref, tous les sujets m’intéressent en tout cas, même si mon intérêt principal se porte sur les .. IA ... Euh ! Jeveuxdire les IV, et l’interface organique synthétique. …
En tout cas c’est plaisant de rencontrer une physicienne compétente et active, désolée d’occuper votre temps ainsi.


Elle regarde le bordel environnant .. On dirait chez elle ... Peut-être dans quelques années ?
Un lieu de travail, certainement pas un musée ou un étal marchand avec des outils présentés pour la visite ou la vente… manifestement elle brûle d’envie de regarder de plus près mais sa congénère expéditive la fige un peu sur place, comment va-t-elle réagir si elle se met à regarder, peut-elle demander à regarder maintenant ? Non surement il vaut mieux attendre un peu, si elle va trop vite cela va braquer la physicienne…
Yuno se retient à grand peine de trépigner sur place et se force à se tourner vers Namida, deux miroirs sans expression qui se font face, comme une mise en abyme.


Vos implants biotiques ont quelle fonction ? Je veux dire vous créez des implants facilitant l’usage de la biotique ou bien vous exploitez les processus de la biotique pour d’autres usages ? Pour des sujets autres que ces fonctionnalités biotiques conscientes comme la télékinésie ou des champs de forces ?


Il y a forcément un moyen ..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 181
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie au laboratoire de physique   Mar 28 Aoû 2018, 22:25
« Non, j’ai des connaissances générale en biologie. Un peu plus élaborée en chimie, car on y retrouve bien plus de chiffre. Les sciences sociales me sont plutôt étrangères et je ne vais pas continuer la liste. »

Elle répondit d’un ton égal, sans relever l’ironie cinglante qui aurait pu en agacer plus d’un.

« Non, bien sûr, ce n’est pas un sujet de recherche… »
Un silence plana, le temps d’une digression cérébrale. « Je dirais que… cette vérité bien connue n’est qu’une porte vers un tout bien plus passionnant. » Elle décala légèrement une pince qui trainait là, sur la table. « Je me divertissais. » Une réflexion saine, une porte immense à peine entrouverte et tant de clés à trouver. Elle adorait cette sensation vertigineuse.

« Les implants biotiques ont un meilleur impact commercial, il paraît. »

Qu’il était affreusement lassant de devoir obéir à des quotas, des rendements alors que seule la science comptait vraiment. Elle avait appris à ronger son frein. Procéder à des recherches rentables pour qu’on lui laisse ronger son os d’illusion. Le marché était équitable et malgré les regards en coin et raillerie, elle se sentait heureuse. Ces derniers mois, la quarienne flottait sur un petit nuage. Ses réussites scientifiques, mais aussi personnelles n’étaient pas étrangères à cela. Un instant, le calcule d’une courbe de hanche asari lui passa par la tête. Elle secoua légèrement son casque, dodelinant puis reportant son attention sur le présent. La petite fayote qui essayait visiblement de lui lécher les bottes un peu maladroitement. Ah. Il ne fallait pas prendre Namida pour une créature naïve, elle avait appris les rudiments des sciences sociales. Elle en était plutôt fière d’ailleurs.

« Alors. Tes deux questions. Donc. Les implants biotiques. Je travaille sur l’essence de l’implant biotique à travers de l’étude quantique des matériaux ézotifié. Ce qui adjoint à une meilleure qualité des matériaux et par la maîtrise de nodules artificiels pour pouvoir programmer des champs électriques stimulants de manière plus précise encore le système nerveux des sujets tests. Je suis physicienne et je travaille dans la recherche, on me demande de trouver de nouvelles clés pour créer des implants de nouvelles générations. Ce qui permettrait à notre communauté de briller un peu sur le plan intergalactique et de reprendre le contrôle d’un marché qui nous a quelque peu échappé ces derniers temps. Bref. Mes travaux à ce sujet se font en collaboration avec l’équipe en générale puisque les biologistes, chimistes et compagnie sont également utile sur ce plan. Je travaille également dans des consortiums inter-espèce. Je crée un biomatériau, ils sont mieux placés pour le tester ou me donner des contraintes pour les simulations. C’est pour cela, qu’il est important que tu comprennes la dynamique de ce laboratoire dans son ensemble. »

« Je ne pourrais pas créer ce nouvel implant biotique seule. Et toi, dans ton petit coin, à ton occupation de technicienne, quand tu testeras les interfaces réactionnelles à la chaine tu participeras. Même les plus grands cerveaux ne sont rien seuls. C’est ce qu’on dit. A moins, évidemment, d’être milliardaire. »

« Second point. Fais attention, ici ils n’aiment pas les personnes qui sortent des rails. Je veux dire, tes IA… cantonnent toi à ton affectation officielle, pour commencer. »


Oui, parce qu’il ne fallait pas la prendre pour une naïve, vraiment. Elle avait dû espérer que ce lapsus ne soit pas noté. Pourtant elle l’avait relevé. Par sympathie, certainement, c’est ce qu’il lui semblait tout du moins. Elle avait le souvenir cuisant du blâme et de la mise sous tutelle. Elle n’avait piraté le réseau de la station que par intérêt intellectuel, mais ce n’était pas une chose à faire pour rester sur ces jolis rails. Elle avait bien failli tout perdre et avait appris à être plus attentive aux règles.

« Que veux-tu voir ? »


Elle ne souhaitait pas s’attarder sur un sujet aussi inintéressant que glissant. Qu’on ne vienne pas l’accuser de pervertir les petites recrues. Chacun ses tares !


- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 43

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie au laboratoire de physique   Ven 28 Sep 2018, 12:14
Les répliques ne laissent pas de doute à Yuno : Namida est un de ces fameux « cas ».
Une de ces chercheuses à part, comme l’avait avertie Informateur.. un groupe dans lequel elle se sent instinctivement incluse : les « cas à part».
Yuno a appris à les reconnaitre au fil des semaines et des présentations. Elle n’en a pas vu beaucoup, et la majorité des scientifiques et techniciens sont professionnels, certes avec leur petit caractère mais ceux-là spécifiquement ont tous un caractère particulier et des compétences hors normes.
Souvent imbus de leur savoir et hautain envers les autres. Parfois violents, parfois introvertis comme elle, la plupart sont aussi handicapés socialement qu’elle.
Et encore, Yuno fait de terribles efforts pour combattre son malaise et tenter de s’adapter… pourquoi faut-il qu’on l’oblige à rencontrer autant de gens en si peu de temps ?
Elle se demande si elle sera pareil dans quelques années si elle parvient à quelques succès scientifiques.

L’autre Yuno vient rapidement la « rassurer » en quelques phrases mentales catégoriques.

Si tu te mets à dérailler comme ça, tu peux être certaine que je ne te laisserai plus dormir jusqu’à ce que tu redeviennes raisonnable. Concentre-toi un peu cette quarienne est spéciale mais c’est surtout un élément scientifique important et passionnée de ce complexe, elle pourrai t’apporter des connaissances. Elle peut nous aider.
Tu rêves, elle a qu’une envie c’est de nous dégager pour reprendre son travail, je la comprends… on est un parasite qui lui faisons perdre son temps.
Pas nécessairement, si déjà tu lui lâches des informations sur tes aspirations de recherches, éveiller sa curiosité, ça pourrait l’intéresser même si pas lié directement à ses recherches à elle. Et puis elle a l’air aussi inepte socialement que toi, vous êtes faites pour vous entendre.
J’aime quand tu me parles gentiment…
Il n’y a que la vérité qui blesse. Maintenant répond lui ou elle va te prendre pour une dinde, ce qui est probablement déjà le cas. Et ne te laisse pas rabaisser non plus, on est là pour la recherche et pas pour faire de la production, tout comme elle.
J’ai confiance, j’ai confiance, j’ai confiance, j’ai ..
Action !


L’échange interne prend fin aussi vite qu’il a commencé, après plus de dix secondes d’immobilité silencieuse, elle relève le nez, vaguement galvanisée mais surtout terrifiée.
Pour se donner contenance comme pour donner signe de vie elle se met à hocher de la tête, prend mentalement son élan et se jette dans cette eau trompeuse et chaotique qu’est la conversation avec Namida.



Désolée je .. euh .. je réfléchissais à ce que vous me disiez.
Que répondre, que … Idéalement .. tout.
Ce qui se passe ici est plutôt enchanteur pour moi et je suis en train de me demander combien d’années de travail il vous a fallu pour obtenir la confiance du CIP et obtenir votre propre laboratoire .. Enfin .. donc comme nous n’avons pas encore trouver le moyen de ralentir le temps, euuh .. Eh bien je dois choisir n’est-ce pas ?


Silence brusquement coupé par la voix qui reprends, essayant de ne pas se perdre.

Ah ! Euh du coup, si vous pouviez .. je veux dire si vous vouliez bien me montrer comment vous programmez ces champs électriques ? Oh bien sûr s’il faut commencer par là je suis aussi intéressée par les équations qui régissent ce système.. mais m euh ..

Elle soupire et secoue la tête, puis dénoue ses mains dont les doigts commençaient à s’entremêler instinctivement. Une inspiration et elle reprend, essayant de tenir une voix audible.

E .. excusez-moi, je crois qu’on est parties du mauvais pieds.
Je .. ma directrice m’envoie .. rencontrer des gens, pour que je me fasses des contacts, comprendre qui est qui, comment interagissent les laboratoires. Mais aussi parce qu’elle connait mes projets.
Pour m’expliquer, je .. ne suis pas une technicienne, on travaille sur de la recherche plus .. plutôt .. plus orienté sur le code, mais nous ne sommes pas tant chargés des applications pratiques et productives que de trouver de nouveaux moyens de programmer modules et nano machines .. m mais ce n’est pas pour cela que j’ai choisi ce poste.

Inspiration .. chasser le poids sur la poitrine .. Expiration ..
Ecoutez, je vais essayez d’être honnête comme ça vous me jugerez au moins pour ce que je suis, et pas ce que . ce que vous croyez que je suis.
Ici c’ c’est pour débuter, l’environnement me convenait et je peux nourrir ma  passion pour le code, mais je ne veux pas en rester là, je souhaite faire des recherches également.
Comme il faut bien commencer quelque part j’ai décidé de m’attaquer d’abord aux IV des prothèses.


Un hochement de tête à nouveau, oui c’est bien ça, un point de départ..

C’est mes débuts.
Je comprends bien que vous me voyiez comme un simple larbin, mais je suppose que nous avons tous dû commencer plus ou moins bas.
En fait j’ai rejoint le GIP pour les opportunités de recherches, l’accessibilité au savoir et au matériel unique disponible ici, j’aimerai.. trouver de réelles avancées sur .. sur .. je ne dirai peut-être pas la fusion, mais le rapprochement de nos corps avec les constructs non organiques. Cela va au-delà des simples prothèses dans l’absolu, même si au GIP il ne s’agira jamais que de prothèses et implants j’imagine mais...
Je ..


Elle ne sait pas par où commencer ni finir. Cette scientifique va la prendre pour une folle !
Le malaise de s’exprimer ainsi amplifié par le caractère tout aussi maladroit de son interlocutrice l’arrêtent deux secondes. Quand elle reprend elle en a oublié de parler de façon audible et c’est un filet de voix qui reprend l’histoire.


Excusez-moi, c’est pas facile à raconter. Je vais essayer d’expliquer rapidement comment je suis arrivée là, pour que vous compreniez mon intérêt pour vos travaux.

Donc ..
Euh e en .. à vrai dire une partie de moi est machine en quelques sortes. J’ai eu un accident il y a longtemps, j’aurai dû mourir, ou au moins finir à l’état de légume mais des des scientifiques geths ont tenté une expérience sur moi…
Ils ont pu me sauver en implantant un prototype de nodule synthétique qui remplace une partie de mon cerveau.


Un court silence de gêne ..

.. et .. euh .. eh bien je suis là comme vous voyez. Donc cela a marché.
Ce n’est pas un secret, c’est sur mon dossier médical, c’est arrivé durant la grande guerre…

Mais au fil des ans je me suis interrogée : Que suis-je devenue ?
J’ai posé la question à divers geths au fil des ans, parce que les quariens m’ont tous dit que c’était une simple prothèse, mais moi je me demandais si j’étais devenue .. un peu comme eux.
J’ai eu plusieurs réponses, mais la plus récurrente, c’était que j’étais autre chose.


Est-ce le plus dur ? Confier son « anormalité » la met toujours mal à l’aise mais c’est nécessaire pour expliquer les raisons de ses recherches, la partie qui vient est presque plus facile à sortir pour Yuno, plus passionnelle.

Bref, la question me taraude depuis des années maintenant, je veux dire c’est pas un simple membre .. mécanique disons. Non, c’est réellement un élément de mon cerveau, je ne peux pas avoir de révision car mes pensées viennent en partie de là et au moindre changement … On me change.


C’est pour ça que j’ai décidé de devenir chercheuse, scientifique, et donc j’aimerai me consacrer à la recherche sur ces sujets, de mon point de vue d’être organique .. pour comprendre mieux ce que je suis, et peut-être apporter un nouveau regard au monde sur ce qu’est le vivant. Aux organiques comme aux Geths.

Je ne fais pas du tout cela à vue commerciale, le GIP se charge de cela et encore .. je j’ai choisi de les rejoindre eux parce qu’il y a … u une forme d’éthique ici. Je ne voudrais pas que mon travail soit détourné à des fins militaires ou autre, il y en a bien assez dans l’univers qui font cela.
Donc tant qu’ils sont satisfaits de mon travail et de ce que je peux leur apporter, et que moi j’ai accès à ce matériel et à ces informations pour gagner en expérience, contacts me permettant d’échanger en savoir, pour nourrir mes recherches.. Cela me convient vraiment. Je ne tiens pas à être exclue, vous avez tout à fait raison.

Mais oui je .. oui je suis au GIP pour .. pour que mes recherches aient un avenir. Voilà, ce .. ce sont mes motivations. Je sais que c’était un peu long mais comme ça au moins vous pourrez me …


La tête lui tourne d’avoir trop parlé, mais elle n’a pas fini.
Inspirer, expirer, se calmer oui oui .. Revenir au sujet.


Me juger sur ce que je suis.


Voilà .. euh .. je reviens sur vos travaux sur l’Ezo et ces nouveaux matériaux, parce que ce sont pour moi de nouvelles .. pistes, que je ne pourrai pas étudier ailleurs qu’au GIP.
Je veux dire, pas juste pour améliorer des membres artificiels, c’est là quelque chose de très mécanique même si l’on peut l’améliorer constamment, mais pour les gens comme moi.
Et l’intérêt de la compréhension de ce qui fait de nous des êtres conscients .. Jusqu’à quel point sommes-nous proches des geths ? Que deviendrais-je si tout mon cerveau était remplacé par des éléments synthétiques par exemple ? Et des éléments synthétiques Ezotifiés ?
A quel point ces nouveaux matériaux pourraient-ils être « vecteur de pensée » ?

Vos nouveaux matériaux .. leurs propriétés sont un vaste champ de possibilités peu exploré et non seulement les propriétés dont vous me parlez ouvrent des portes, mais comme vous me l’avez dit vous-même, il reste beaucoup à découvrir sur ces phénomènes.

Donc .. euh .. Bien sûr toutes les hypothèses ne peuvent être explorées et testées en situations réelles .. Du moins en restant dans la notion d’éthique ..
Je .. je ne pourrai pas tester ces recherches sur un cobaye à part moi-même.
Mais au moins étudier les propriétés de vos matériaux, chercher de nouvelles possibilités de programmation par ce biais, et au moins les tester .. dans des environnements de simulation ..
Voila, ça me permettrait de progresser.

...

Pardonnez-moi, j’ai parlé si longtemps…
Je .. j’ai essayé d’être honnête avec vous parce que vous … je n’étales pas mes motivations à n'importe qui, mais vous me semblez .. apte à comprendre mes motivations. Et on m’a dit que vous êtes … je veux dire, monsieur Jarle Vas Haratar vous a décrite comme la plus éminente spécialiste ici sur la physique des matières, l'Ezo, la biotique, et les implants, entre autres.
Vous représentez logiquement la personne la plus apte pour comprendre l'intérêt de mes sujets de recherches... et peut-être m'aider.


Le moulin a paroles s’est tue, à bout de souffle, elle n’a plus rien à dire après avoir évoqué sa passion avec plus de facilité qu’elle ne l’aurait cru.
Sous la visière, sous le visage pâle d’angoisse, elle se rend compte de toute sa vie sans intérêt déballée ainsi, le ridicule de la situation… et l’interrogation mentale reprends :

Et si Namida me met dehors ou pire, se moque de moi ?
Au moins elle ne devrait plus être indifférente, soit elle te vire, et tu y survivras, soit elle aura une réaction intéressante. Ecoutons la maintenant.
Je vais mourir.
Non-sens, elle n’a pas le gabarit pour nous tuer.
Tu es toujours si rassurante.
Je suis plus logique que toi c’est tout.
Je parlais pas de la mort physique.
Au fait .. Yuno ?
Quoi ?
Tu as vraiment la subtilité d’un Krogan piégé dans un diner d’ambassade Asari... Mais tu parles plus qu'eux.



Il y a forcément un moyen ..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 181
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie au laboratoire de physique   Sam 29 Sep 2018, 18:40
"En 2197 j'ai intégré l'équipe en qualité de technicienne et stagiaire." Comme elle. "Durant la même année, après deux  mois d'essai, ils m'ont intégrée à l'équipe des physiciens en qualité de chercheuse." Inutile de préciser que c'était une progression extrêmement rapide. "J'ai fait des études avant cela." précisa-t-elle, pour éluder toute réflexion sur cette rapidité. "En 2200, j'ai gagné un galon et ce laboratoire individuel." Voilà, première question. Méthodiquement, elle continua sa réponse, comme si le monologue avait été une chose normale.

"Il faut commencer par quelque chose, les IV des prothèses, c'est un début. Si vous êtes compétente, vous pourrez progresser."
Elle ne cherchait pas à la rassurer, c'était une confirmation neutre. "Je vais vous rassurer, je ne vous prends pour rien du tout."


Elle n'avait pas même conscience que ses mots pouvaient blesser. Elle ne la jugeait pas, pour ce qu'elle était ou faisait, car elle ne la connaissait pas et ne nourrissait aucun intérêt à ce genre de socialisation. Rien était un terme qui correspondait donc bien à ce que Yuno était pour elle.

"Si votre prothèse vous permet de fonctionner correctement, c'est bien. On a pu constater que la matière cérébrale avait l'ingénieuse capacité à adapter les échanges neuronaux et dévier leur fonctionnement en cas d'endommagement. Avec du temps, il n'est pas étonnant que vous ayez pu récupérer un fonctionnement viable."

Elle inclina la tête.

"Évitez la panne, alors, mais personnellement je suis certaine qu'on peut intervenir sans causer de dommage sur votre schéma cognitif. J'ai déjà révisé plusieurs implants de ce genre."
Dont un d'humain, celui-là avait été un peu plus compliqué au vu de la différence raciale. Heureusement, il n'était relié qu'à la partie visuelle du cerveau et la révision avait pu se faire avec facilité. Elle se demandait comment cet Edgard se portait d'ailleurs. Si elle n'avait eu de ses nouvelles, ni celle de Zen'Bodda c'est que tout devait bien aller.

"Les pensées à leur état scientifique se résume à une activité cérébrale mue par des phénomènes chimiques et électriques. Voilà donc à quoi se résume vos pensées. Si les implants font des miracles, le fonctionnement des neurones n'est pas tout à fait copiable. Cela dit, la biochimie et la régénérescence cellulaire ont progressé au point de pallier à ce point. Avec des cellules souches, on vous fait des miracles, parait-il…"

"Mes recherches ne sont pas des recherches ouvertes. Votre niveau d'accréditation ne vous permet pas d'y collaborer. Il me faudra encore quelques temps pour les finaliser, surveillez les parutions de brevets si elles vous intéressent réellement."



"La programmation…." Elle se déplaça et s'assit sur le seul siège, condamnant Yuno à une position verticale pour le reste de la visite. Elle ouvrit, via son omnitech, l'accès à l'ordinateur quantique qui illumina la pièce de sa lumière froide. Les écrans de l'ensemble du laboratoire s'éveillèrent et après un déverrouillage de compétition en plusieurs degrés de sécurisation, leur contenu s'afficha.

"L'avantage d'avoir une machinerie de la sorte, c'est que pour programmer ces champs, c'est réellement enfantin. Il faut simplement avoir une idée générale du genre désiré et des variables à moduler. On peut rester en mode de simulation ou passer en pratique"


Elle nota quelques variables et sur la table d'expérience, le générateur de champ s'exécuta. La vibration très caractéristique naquit et rompit le silence. Puis, il se coupa, alors que la scientifique, pianotant, ouvrit un second volet. Une orgie de ligne de code défila. C'était les équations sur lesquelles elle travaillait. La complexité des lignes feraient obstacle à la compression de Yuno. Ce n'était pas une simple programmation, mais une programmation mathématique. Si les fondamentaux de la physique quantique et les équations de nombreux phénomène n'étaient pas acquis, il était tout bonnement impossible d'y entendre quoique ce soit. Ce n'était qu'une suite de chiffre, de lettre et symbole qui dansaient devant les yeux de la stagiaire. Namida ne prit pas la peine de ralentir et ses doigts faisaient naitre une suite de ces mêmes lignes.

"Voilà, j'ai adapté le vecteur quantique des atomes. Comme vous le voyez. L'impact sur les propriétés générales est conséquent. La conductivité là… et si je l'inverse, a contrario cela augmente. Mais l'équation n'est pas linéaire ou d'une quelconque régularité. Un écart type a été noté entre le point 9 et 20, ce qui suggère qu'à cette masse, c'est la corrélation la plus efficiente pour permettre à cette matière de fonctionner comme conducteur sur cet implant. Hors, si on ajoute à cette structure simple, une molécule différente. Voilà. Par exemple, un fer ézotifié dont la structure est rendue totalement différente du fer normal. On observe une étrange formation. De ce genre. Voilà. Parce que les électrons sont en état excité. Selon le niveau quantique, on obtient différente variable d'énergie. Bon, j'incorpore cette donnée au calcule."
Une série de ligne défile, les calculs dansent un peu plus encore.

"Voilà. L'écart type est nettement réduit à 18/20. Bon, évidemment, c'est très grossier. Je travailles actuellement sur des ordres de grandeur infinitésimal…"


Namida était toujours une professeur incompétente. Elle savait que Yuno n'avait pas pu la suivre, même un physicien d'expérience et de ce domaine d'expertise aurait eu besoin de plus de temps. Ce point-là ne la perturbait pas le moins du monde.


"Quelque chose d'autre ?"


- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie au laboratoire de physique   
Revenir en haut Aller en bas
 

Visite de courtoisie au laboratoire de physique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: L'Amas du Phénix :: Haratar-