AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 La Conquête du Jötunheim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4808-reactivation-d-ayyn-vena#7
http://www.masseffect-reborn.fr/t3849-dossier-concernant-ayyn-vena


Messages : 70

MessageSujet: La Conquête du Jötunheim   Dim 08 Juil 2018, 19:18
Date :  17/02/2203 RP Tout public
Audrey Bayard ♦️ Stephen Light



La Norvège. Le pays des 300 sommets, des fjords et des omelettes. Audrey avait décidé d'aller y passer une petite semaine de congés pour s'adonner à sa passion : l'escalade. Elle comptait bien en profiter aussi pour goûter la gastronomie locale. Mais chaque chose en son temps. Pour le moment, elle se tenait au pied d'un massif montagneux, le Jötunheimen, qui regroupait les plus hauts sommets du pays. La française s'était fixé comme objectif personnel de gravir au moins les 5 points culminants de cette chaîne durant ses vacances.

Vêtues d'une doudoune rouge vif, la jeune fille était en train de vérifier son matériel d'escalade. Piolet, corde, mousquetons sans oublier le petit fanion à planter au sommet. Tout semblait être là. Compte tenu de la saison et surtout de la neige, la sportive n'avait pas reçu l'autorisation de réaliser son ascension en solo. Elle avait donc été contrainte de rejoindre un groupe d'alpinistes amateurs. Heureusement, on l'avait tout de même autorisé à utiliser son propre équipement.

La terrienne referma son sac et le plaça sur son dos avant de se rapprocher du groupe dont elle s'était légèrement écartée un instant plus tôt. Le guide était en train de briefer les autres sur les consignes de sécurité. Rien de bien folichon. Toujours s'assurer que sa prise est bonne, personne n'est là pour faire la course, etc. Un ensemble de règles que n'importe qui ayant déjà fait de l'escalade naturelle devrait connaître. Mais ça ne mangeait pas de pain de les rappeler de temps en temps.

L'agent du SSC s'amusa à balayer l'audience du regard. Elle était indéniablement la plus voyante dans sa tenue écarlate. En dehors du meneur qui arborait lui un vêtement orange vif pour se distinguer. La plupart des autres portait des couleurs plus ternes : bleu ciel, vert, blanc, gris, noir… Espérons pour eux qu'ils n'auraient pas d'accidents parce qu'ils seraient difficiles à retrouver s'ils venaient à être partiellement enfouis. Enfin, en théorie, si personne ne s'amusait à hurler à la mort pour déclencher une avalanche, le risque d'une catastrophe était assez faible.

Le guide aborda enfin la partie intéressante du briefing. Les gens allaient former des duos pour l'ascension. Ça tombait plutôt bien, la plupart des gens semblaient être venus à deux ou à quatre.... Chaque meneur devait toujours s'assurer que son équipier suivait bien. Pause tous les 500 mètres à peu près, en théorie il y avait des petits paliers ou les gens pourraient se reposer si besoin. Les groupes étaient libres de se former comme ils l'entendaient, mais si quelqu'un ne le sentait pas trop, il était amené à le signaler dès maintenant.

Quand le moniteur eut terminé d'énoncer ses règles, quelques personnes allèrent le trouver tandis que la majorité se regroupait en duo ou en quatuor. L'ascension ne serait sans doute pas très rapide avec tout un groupe à attendre, mais bon, mieux valait ça que de ne pas grimper du tout. La neige risquait de compliquer un peu l'escalade, mais le vent n'avait pas l'air de trop souffler, c’était déjà ça. Tandis que la gendarme examinait la montagne en commençant à prévoir son trajet et ses prises, le guide vint la trouver accompagné d'un homme.

- Excusez moi mademoiselle. J'ai cru comprendre que vous aviez un bon niveau en escalade. Cela vous dérangerait-il de prendre avec vous ce monsieur ? C'est sa première fois en milieu naturel.

Le lieutenant observa rapidement le partenaire qu'on lui proposait. En soi, l'idée même d'escalader avec ce groupe la dérangeait, mais vu qu'elle y était contrainte, autant se rendre utile. La châtain aurait certes préféré pouvoir profiter de son ascension tranquillement avec un alpiniste de son niveau, mais son côté serviable lui hurlait qu'elle serait bien plus utile à aider un débutant et à s'assurer qu'il ne lui arrivait rien qu'à se contenter de grimper égoïstement à son rythme. Et puis, elle avait aussi été à sa place il y a 20 ans. On commençait tous en bas de la montagne.

- Aucun problème. Je m’occupe de lui.
- Je vous remercie.

Le guide s'éloignant, Audrey se tourna vers son partenaire.

- Enchantée. Vous pouvez m'appeler Audrey. Première montagne ? Vous n'avez pas choisi le plus facile pour commencer, déclara-t-elle avec un sourire. Je vais tâcher de nous trouver un chemin facile avec de bonnes prises. Vous voulez un coup de main pour vous assurer ?


Audrey collection hiver Razz:
 




Ce n'est pas parce que je suis fou que je suis de mauvaise compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 10

MessageSujet: Re: La Conquête du Jötunheim   Mar 10 Juil 2018, 03:48
Les yeux clos, la peau caressée par un vent frais et nostalgique, Stephen se tenait debout en plein centre d’une piste d'atterrissage. Il était bien libre dans son coeur, en plein centre d’Oslo, prêt pour repartir chez lui, dans le monde stellaire. Certes ce n’était pas fait encore, le commandant Ferel ne lui avait toujours pas donné de consigne autre que de l’attendre bien sagement dans le coins.

Un vulgaire bracelet se trouvait à sa cheville droite, en dessous de son pantalon, bien caché à la vue de tous. Il ne s’en souciait guère, car pour lui, cela restait tout de même beaucoup mieux qu’une cellule saupoudrée de caméra. Ses yeux venaient finalement à s'ouvrir droit vers le ciel, Stephen avait toujours autant de difficulté à croire que la citadelle était si proche de la planète mère humaine, comme si maintenant elle leur appartenait. Elle était si bien visible dans ce ciel d’hiver qu’il réussit même à distinguer les bras de la station concilienne.

- Je me demande si la maison y est toujours.

Il parlait bien de son ancienne demeure, là où il avait été une personne normale un jour, comme père de famille et mari aimant. Ces sourires étaient maintenant si loin de lui, n'ayant que des images de mort en tête, il lui arrivait tout de moins à réussir de se projeter des dessins de ses défunts de temps à autre, s’imaginant de temps à autre l’espoire qu’il allait pouvoir retrouver cette joie passée. Son regard revenait se positionner sur terre, sur les montagnes au loin, laissant voir quelque navettes disparaître derrière eux. C’est sous cette vue qu’il pouvait voir au loin une pointe plus haute que les autres.

♦️♦️♦️

La forme, la rouille et l’oubli, tel était les atouts de Stephen vers ce défi qu’il avait accepté d’un coup de tête. Oui il avait déjà fait de l’escalade à l’époque, mais jamais sur une montagne et cela datait de plus de 18 ans. Certes il était confiant vue sa forme et ses anciennes experiences, son but n’était rien d’autre que se battre, de survivre et de ressentir l’envie de survis. L’ancien détenu écoutait le guide trop réagir, s’assurant de temps en temps du toucher qu’il avait bien le matériel annoncé durant le discours. Les duos étaient donc une obligation et cela ne dérangeait pas vraiment l’homme en soit. Le dirigeant du groupe avait bien cerné que le futur double n’avait aucun complice et il avait prit rapidement les choses en mains pour le “matcher” avec une femme qui semblait être aussi seule. Stephen fit un sourire simple lors de la présentation, l’aspect de la sportive semblait être synonyme de “préparer.”

- Enchanté Audrey, pour ma part je me nomme Stephen.

Il venait lancer un regard vers la montagne et ensuite vers elle, apprendre ou survivre? C’était sa question.

- Oui en effet, il s’agit de ma première montagne, mais j’aimerais bien me lancer dans le plus abrupt, je ne suis surement pas de votre niveau, mais j’ai besoin de me mettre en situation intense.

L’ex-détenu venait ensuite la regarder les yeux plissé grâce à la lumière reflété par la neige. L’homme avait une tuque noir bien simple, enveloppé d’un kit hivernal rouge vin et noir.

- Mais certes, je suis prêt à suivre vos directives en chemin sans discuter, pour éviter de vous mettre dans une situation non désirable.


Born with a heart
That could ache more than beat
The mind of the killer
The soul of the meek
Born aimless and angry
Ran hard from the day
Left love at the crossroad
Into a man that I hate
"
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4808-reactivation-d-ayyn-vena#7
http://www.masseffect-reborn.fr/t3849-dossier-concernant-ayyn-vena


Messages : 70

MessageSujet: Re: La Conquête du Jötunheim   Mer 11 Juil 2018, 19:46
Audrey ne put s'empêcher d'afficher un petit sourire face aux déclarations de son interlocuteur. Alors comme ça, on était venu pour avoir le grand frisson ? Se prouver quelque chose peut-être ? Bah, c'était humain. La française elle même était en partie là par bravade. Et puis au moins, ce type avait suffisamment d'intelligence pour se montrer discipliné, il n'allait visiblement pas chercher à faire n'importe quoi et les mettre tous les deux en danger. Une "obéissance” qui semblait presque militaire d'ailleurs...

- Ne vous en faites, les prises enneigées représenteront déjà un défi en soi. Ce que je vous propose, c'est qu'on commence doucement avec une paroi facile à escalader. On fait un petit point à 500 mètres. Si vous vous êtes ennuyé ou que vous avez trouvé ça trop simple, on augmente un peu la difficulté. Et ainsi de suite jusqu'au sommet. Ça vous va ?

L'homme acquiesça. Bien, s’il restait aussi “docile” pendant toute l’ascension, tout devrait très bien se passer. La montée risquait d’être certes assez lente et peu captivante, mais mieux valait ça qu’une avancée rapide et une descente encore plus rapide. Et puis au fond, la sportive aimait bien avoir le rôle du mentor. Ce n’était jamais une perte de temps que d’aider quelqu’un à progresser et à s’améliorer. A quoi bon avoir de l’expérience si on ne pouvait pas en faire profiter les autres ?

Quoi qu’il en soit, le guide du groupe donna le signal du départ. Avant de commencer lui même son ascension, il rappela une dernière fois à tout le monde qu’il fallait attendre à chaque palier, tous les 500 mètres. La jeune femme se mit également en route. Elle prit quelques secondes pour examiner la paroi et trouver ses prises et se lança. Le chemin était assez simple sur cette première section. Les aspérités étaient assez nombreuses et la neige peu présente. Il y avait bien les flocons que le vent apportait, mais ils ne semblaient pas tenir sur la roche.

La châtain avançait relativement lentement, surtout compte tenu de son niveau, prenant bien le temps de trouver les accroches les plus faciles et s'assurant que son partenaire n'avait aucune difficulté à la suivre. La montée fut donc relativement mollassonne comme elle s'y attendait, mais à aucun moment celui qui accompagnait la française ne sembla être en difficulté. Finalement, la meneuse du duo atteignit le premier palier. C'était une petite corniche qui semblait avoir été taillée dans la roche exprès. Si cela n'avait pas la largeur d'une terrasse, on devait néanmoins pouvoir tenir à deux de front en se serrant un peu.

Une fois sur ce petit perchoir, Audrey se retourna pour aider son équipier à s’y hisser. Il n’avait pas encore atteint ce niveau, mais compte tenu de sa vitesse d’ascension, cela ne saurait tarder. A en juger par l’aisance avec laquelle il grimpait ces derniers mètres, cette paroi n’avait pas dû représenter un très grand défi pour lui. Le suite de la montée serait sans doute plus intéressante pour tout le monde. Une fois Stephen à son niveau, l’agent du SSC lui tendit une main pour l’aider à gravir les derniers mètres.

- Ca a été ? Vous voulez qu’on augmente la difficulté pour la suite ?

Le moniteur annonça 10 minutes de pause, le temps de laisser tout le monde arriver sur la corniche et souffler quelques minutes avant la deuxième partie qui serait, d’après lui, moins triviale. Cela semblait logique cela dit, plus ils monteraient, plus la neige tiendrait et donc, plus les prises risquaient d’être glissantes. Sans compter que lesdites prises allaient aussi se faire plus rares et plus traîtres. Mais ils n’en étaient pas encore là. Audrey décida de profiter de ce petits temps mort pour faire un peu plus ample connaissance avec son partenaire.

- Vous pratiquez depuis longtemps ?




Ce n'est pas parce que je suis fou que je suis de mauvaise compagnie.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La Conquête du Jötunheim   
Revenir en haut Aller en bas
 

La Conquête du Jötunheim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Bulle locale :: Planète Terre-