AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Prologue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4808-reactivation-d-ayyn-vena#7
http://www.masseffect-reborn.fr/t3849-dossier-concernant-ayyn-vena


Messages : 78

MessageSujet: Prologue   Jeu 21 Juin 2018, 20:04
► █ Date :  03 Mars 2203 RP Tout public
Arcadia McKnight ♦️ Audrey Bayard
Prologue


- Ah ça ! C'est autre chose que la fête des voisins de la résidence tout de même !

Audrey ne put s'empêcher de lâcher un léger soupir d'exaspération. Mais ce turien n'avait pas tort. Le SIELC, ou Salon Inter Espèces du Livre de la Citadelle, c'était effectivement autre chose qu'une fête de voisinage. Certes, l'on n'était pas là devant un événement majeur de la station, mais tout de même, la convention avait le mérite d'attirer quelques centaines de milliers de personnes durant la semaine sur laquelle elle s'étalait. Et cette année allait peut-être même atteindre le million de visiteurs, puisque l'événement avait été plus médiatisé qu'à l'accoutumée. Il s'agissait de sa dixième édition depuis la remise en état du centre névralgique de la galaxie, et certains scribouillards dans une agence de com avaient jugé opportun de se servir de cet anniversaire pour souligner la pérennité de la coopération entre les espèces depuis la fin de la guerre.

Mouais... C'était tout de même oublier que jusqu'à ce que ce monument d'ingénierie spatiale ne menace de s'écraser sur Terre, toutes les races de la galaxie étaient reparties vivre leur petite vie dans leur coin. Audrey n'était absolument pas contre le fait qu'on essaie de resserrer les liens entre les différents peuples, étant elle même convaincue que l'avenir passait par l'union, mais pour le coup, elle aurait tout de même préféré que l'on évite d'instrumentaliser ce salon de la sorte. Le SIELC était déjà bien assez bondé comme ça à son goût les années précédentes, il n'y avait pas besoin en plus d'y attirer toute une bande de vautours n'ayant jamais ouvert le moindre livre et ne cherchant qu'à montrer aux médias à quel point ils étaient pour la coopération inter-espèce.

La jeune femme tenta de se calmer. Après tout, elle était venue ici pour passer un bon moment et pour se détendre. Si elle commençait à ruminer sur le moindre citoyen un peu trop enthousiaste, autant rentrer chez elle tout de suite. Et l'humaine comptait tout de même bien profiter de cet événement comme elle avait pu le faire les années précédentes. D'autant que sa bibliothèque avait besoin d'un peu d'encre neuve. La française avait fait le tour de la plupart de ses romans et elle comptait sur cette convention pour lui redonner de la lecture.

Le lieutenant pénétra donc dans le bâtiment qui abritait le salon et passa rapidement le contrôle de sécurité de routine. Hum... Un peu laxiste d'ailleurs ce contrôle... M'enfin, elle n'était pas en service et elle n'avait pas spécialement envie de se prendre la tête avec des collègues à propos de la bonne application des consignes de sécurité. De toute façon, vu que toute la Citadelle était en situation de sécurité renforcée, il faudrait vraiment être le dernier des abrutis pour tenter quoi que ce soit en ce moment. Et d'un autre côté, vu la com qui avait été faite sur l'événement, un anti-union serait sans doute bien avisé de frapper la convention... Ah merde ! La concilienne était venue pour se divertir, pas pour faire de la prévention anti-terroriste. Encore une fois, la terrienne dû faire un effort pour chasser ces pensées parasites. Allez, elle était au salon du livre, il allait s'agir d'essayer d'en profiter un maximum à présent.

La sportive fut surprise de constater qu'il n'y avait finalement pas tellement plus de monde que d'habitude. Certes les allées semblaient plus remplies qu'à l'accoutumée, mais il restait cependant possible d'y circuler sans trop avoir à jouer de coudes. La jeune femme commença donc à déambuler entre les stands, jetant un oeil par ci par là à ce qui pouvait l'intéresser. L'organisation ne semblait pas avoir bien changé depuis les années précédentes, ce qui était une bonne chose. A l'entrée, les livres pour enfants, les histoires romantiques pour adolescentes et les bandes dessinées, suivis par le fantastique et les romans humoristiques, trop souvent injustement relégués au rang de lecture pour ado. Ensuite, suivant la direction choisie, les histoires romantiques plus adultes (moins gnangnan en somme), la science fiction et les romans policiers. Si l'on s'enfonçait encore, on avait accès à pléthore de thèmes plus mineurs aussi divers que variés, mais pas forcément inintéressants pour autant. Enfin, tout au fond du salon, la littérature dite pour adultes, mêlant romans érotiques et bandes dessinées explicites, dont Audrey n'avait finalement jamais vraiment compris l'intérêt...

Quoi qu'il en soit, l'humaine savait parfaitement quel circuit elle allait emprunter. Fantastique, Science Fiction, Policier (thème pour lequel elle attendait d'ailleurs tout particulièrement une sortie spécifique), un petit tour d'usage dans les sujets en vrac et un arrêt aux BDs et à l'humour sur le chemin du retour. Il n'y avait plus maintenant qu'à profiter, et surtout, à remplir son sac de lecture pour tenir jusqu'au prochain salon. Ou plus vraisemblablement, jusqu'à sa prochaine escapade dans une librairie...




Ce n'est pas parce que je suis fou que je suis de mauvaise compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : UCIP
Rang : Colonel/Médecin en Chef
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4879-arcadia-mcknight
http://www.masseffect-reborn.fr/t4915-medicum-commentarius


Messages : 192
Crédits : Hage

MessageSujet: Re: Prologue   Ven 22 Juin 2018, 20:54

Prologue
Après



une âpre négociation avec son supérieur, Arcadia avait réussi à obtenir quelques jours de perm sur la Citadelle pour profiter du SIELC.  Un salon sur le livre, papier qui plus est, n’était pas quelque chose qui courait les rues en 2203. Elle avait pu aller à cette événement voilà près de trois ans plus tôt. Par la suite, les aléas de la vie militaire l’avait tenu éloigner de ce genre de festivités.
Il y avait plus de monde qu’auparavant, principalement par la médiatisation de l’exposition.

Cela était tout aussi bien un inconvénient qu’un avantage. D’un côté, le docteur n’aimait pas vraiment les bains de foule, loin d’être agoraphobe, mais le fait d’être entassé les uns sur les autres n’est pas la sensation la plus agréable, de l’autre, l’on pouvait faire de sympathiques rencontres aussi bien chez les lecteurs que les auteurs.
Heureusement il était encore tôt, les visiteurs étaient peu nombreux. Ce qui facilitait grandement le déplacement dans les allées.

La Martienne déambulait paisiblement, son regard se perdant dans les montagnes de livres. Pour tout dire elle n’avait pas vraiment jeté d’œil au plan, se perdant au gré de ses envies parmi les rayons et catégories de romans, véritable labyrinthe littéraire.
Parfois une couverture plus ostentatoire, la faisait dévier de son chemin. Elle prenait alors le livre entre ses mains, appréciant le contact parfois lisse, parfois rugueux du carton, lisait la quatrième de couverture, feuilleter quelques pages avant de le reposer là ou elle l’avait prise.
Le temps n’avait plus vraiment d’emprise dans ces moments, la magie des livres était bien trop puissante. Tout du moins jusqu’à ce que son corps, cette faible enveloppe charnelle ne la rappelle à l’ordre, d’un gargouillement d’estomac ou de tout autre besoin pressant. Néanmoins, cela ne serait pas le cas avant plusieurs heures.

Arcadia s’arrêta sur un stand à l’air un peu vieillot, tout comme son propriétaire. Outre les auteurs, il y avait aussi quelques petites boutiques dispersées ici et là. C’était exactement ce genre de bazar dont il était question. Sa première impression fut de se dire que les livres avaient de la bouteille. Certains étaient cornés, parfois gribouillés avec des notes dans la marge, elle en trouva quelques uns  illisibles, preuve de leur ancienneté. Ces nouvelles avaient traversé la Grande Guerre, vestiges d’un héritage passé.
Mais plus que le contenu des bouquins, c’était l’odeur du vieux papier qui l’enivrait.
Elle se saisit d’un petit livre, l’ouvrant avec délicatesse, l’arôme lui chatouilla les narines. Impossible d’oublier ce parfum, des souvenirs lui revinrent en mémoire, ceux de son enfance, dans la bibliothèque de son père, elle était entourée par des dizaines d’encyclopédies, tous bien plus vieux qu’elle… Et toujours cette même odeur.
Ses yeux s’ouvrirent, portant un peu plus d’attention au contenu.

-Quand une fille me dit : « J’ai trente ans passés » ; moi j’entends : « J’ai bientôt quarante »… Et ça m’énerve.

-Par contre quand une fille me dit : « J’ai quarante ans » ; moi j’entends « Je suce très bien »… Et j’aime bien.

Un fou rire s’empara de la quadragénaire, elle continua sa lecture constatant que le reste du contenu était du même acabit. Dommage que ce soit aussi cher pour aussi peu d’encre. Elle le remit à sa place dans l’étal puis s’en alla voir ailleurs.

L’humaine acheta quelques pavés comme « La grâce des Ombres », dernier né d’un nouveau prodige du Thriller, « FreakShow », célèbre suite d’une longue saga, mais aussi quelques bandes dessinées pour compléter ses collections aussi bien pour un public jeune, que plus adulte.
Les files d’attentes pour les dédicaces étaient très courtes, si bien que chacun de ses achats reçu la griffe de son auteur.

Arcadia se dirigea ensuite vers la fantasy, son sac alourdit, mais l’esprit léger. Quelle bonne journée, il ne manquait plus qu’un fauteuil bien moelleux, une bonne tasse de café noir… Et ça serait le paradis sur Terre. Ou Citadelle en l’occurrence.

« ATTENTION », hurla une voix toute proche.

Les sens de la militaire s’éveillèrent en moins d’une seconde, son conditionnement prenant le dessus. Elle localisa la source du cri, un humain se tenait au dessus d’un Volus, couteau à la main, prêt à frapper. Elle s’élança instinctivement vers lui, écartant quiconque se trouvait sur son passage.

(c) Alyss (Kanade A. J. Rye)


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4808-reactivation-d-ayyn-vena#7
http://www.masseffect-reborn.fr/t3849-dossier-concernant-ayyn-vena


Messages : 78

MessageSujet: Re: Prologue   Dim 24 Juin 2018, 00:33

Cela faisait plusieurs heures qu'Audrey déambulait dans le salon maintenant. Elle commençait à fatiguer quelque peu, à cause du bruit et de la foule, mais elle avait réussi à mettre la main sur quelques trésors. Notamment La Grâce des Ombres, le livre qu'elle attendait tout particulièrement. Nul doute qu'il serait au moins aussi bon que les opus précédents. Certains lecteurs firent dédicacer leurs exemplaires, mais l'humaine ne les imita pas, s'intéressant plus au contenu des ouvrages qu'à leur auteur. A dire vrai, elle détestait avoir des écritures rajoutées dans ses bouquins. La jeune femme aimait que ces derniers demeurent totalement impeccables, presque comme s'ils n'avaient jamais été lus.

Quoi qu'il en soit, la terrienne venait de finir son tour des thèmes variés, non sans faire quelques emplettes, et s'apprêtait à présent à rejoindre la sortie (qui était aussi l'entrée d'ailleurs), en faisant un petit arrêt rapide aux bandes dessinées. La convention s'était pas mal remplie depuis son arrivée, et il devenait vraiment éprouvant de s'y déplacer. D'autant plus que la concilienne était désormais encombrée de plusieurs kilos de lecture. Mais elle pourrait bientôt en profiter, étendue dans son canapé avec une bonne infusion.

Enfin, ça c'était ce que la sportive avait prévu. Mais c'était sans compter sur la présence d'un abruti. Alors que la française se dirigeait tant bien que mal vers le dernier stand qu'elle avait prévu de visiter, un cri fendit la foule, tout près d'elle. Le lieutenant tourna instinctivement la tête et aperçut un éclair métallique. Une lame ! Quand elle disait que la sécurité était laxiste... L'entrainement de la gendarme prit immédiatement le dessus et elle se précipita vers l'individu délictuel. Dire qu'elle était venue pour se détendre et qu'elle se retrouvait à devoir maitriser des excités...

- Pourquoi vous avez fait ça ? Vous n'aviez pas le droit de tuer Selendis ! La relation qu'elle entretenait avec Arrulio était unique ! Vous deviez la développer !

Oh génial, en plus il s'agissait d'un idiot qui n'avait pas apprécié une péripétie d'un roman... En un enchainement, l'agent du SSC neutralisa la menace. Après avoir agrippé le poignet tenant la lame, la jeune femme asséna un violent coup de genou dans le ventre de l'agresseur pour lui couper le souffle et le courber avant de le plaquer violemment au sol tout en maintenant le bras armé. Il y a eu un bruit sec de craquement, suivi d'un hurlement. Oups... Clavicule démise. Audrey avait eu la main un peu lourde. Pour couronner le tout, son sac glissa à moitié de son épaule et vint s'écraser sur le côté de la figure de son prisonnier. Une bonne quinzaine de kilos dans le nez. Merde ! Espérons que les livres ne seraient pas abîmés. Pas la peine de s'inquiéter d'une commotion cérébrale, pour sortir un couteau en période de sécurité renforcée pour une raison aussi futile, ce type ne devait pas avoir grand chose à endommager.

- VOUS M'AVEZ CASSÉ LE BRAS ESPÈCE DE CINGLÉE !!!
- Monsieur, vous étiez en train d'essayer de poignarder un volus, vous m'excuserez donc de ne pas avoir pris le temps d'installer un sympathique petit coussin bien douillet avant de vous mettre au sol. Maintenant, je vous conseille de vous calmer et d'arrêter de bouger, si vous vous débattez, ça n'en sera que plus douloureux. Faites moi confiance, je suis une professionnelle et je ne fais que mon métier. Métier que je ne devrais d'ailleurs même pas exercer aujourd'hui, parce que voyez-vous, je suis en congé. Est ce que quelqu'un pourrait aller chercher la sécurité s'il vous plait ?




Ce n'est pas parce que je suis fou que je suis de mauvaise compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : UCIP
Rang : Colonel/Médecin en Chef
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4879-arcadia-mcknight
http://www.masseffect-reborn.fr/t4915-medicum-commentarius


Messages : 192
Crédits : Hage

MessageSujet: Re: Prologue   Dim 24 Juin 2018, 21:04

Prologue
Elle



était trop loin et pas assez rapide pour intervenir. Elle voyait déjà la lame tomber. C'était sans compter sur une autre humaine, tout aussi réactive, et plus proche de l'action. L'intervenante stoppa l'assaillant d'un bon coup de genou dans le ventre pour enchaîner sur une clé de bras.
Un craquement sinistre résonna au dessus des quelques cris apeurés.

« Ouille »

Ce fut la première pensée qu'éprouva Arcadia pour l'homme qui hurla comme un cochon de lait que l'on sépare de sa mère. Son beuglement de souffrance se tut lorsqu'un sac au contenu pesant lui tomba sur le visage. K-O !
Le Docteur s'approcha du forcené et de la jeune femme. Cette dernière avait l'air d'avoir la situation bien en main.

- VOUS M'AVEZ CASSÉ LE BRAS ESPÈCE DE CINGLÉE !!!

La suite lui fut inintelligible, trop occupée à se forcer un passage dans l'amas de curieux qui observaient la scène. Certains étaient sous le choc de l'attaque, incapable de réagir, d'autres par pure curiosité malsaine. Omnitech en main pour filmer ce traitement musclé. Ceux là étaient les pires, d'un revers d'épaule, elle en dégagea un, l'envoyant bousculer d'autres spectateurs.
La Martienne aida le Volus à s'asseoir dans sa chaise, en pleine crise de panique.

« Écoutez moi, lui ordonna t-elle d'un ton autoritaire, concentrez vous sur votre respiration, calmez vous ! Écoutez ma voix, son ton se radoucit elle fit pivoter la chaise pour que la victime tourne le dos à la foule. Voilà... Continuez à vous focaliser sur votre respiration.



Reculez bon sang ! Il lui faut de l'air », apostropha t-elle les visiteurs.

Arcadia s'avança jusqu'à l'homme, le visage contre terre. Son « oppresseur » le maintenait fermement, l'empêchant de se débattre.

« Me permettez vous de l'ausculter ?... Je suis médecin. »

De toute façon vu son état et sans arme, il n'irait pas bien loin. La praticienne retira le haut du blessé, regardant son épaule un peu plus en détail. Luxation antérieure, le scan de son omnitech confirma son diagnostic, mais pas de fracture. Une radio aurait pu être un plus, mais faute de matériel, elle allait faire sans. Ce n'était pas la première fois qu'elle rencontrait ce problème sur le terrain. En dehors d'un champ de bataille, cela allait être un jeu d'enfant.

« Mettez ça dans votre bouche et serrez les dents, dit la blonde en lui collant un paquet de kleenex dans la gueule, 3...2...*clac* ».

Nouveau hurlement, il s'évanouit sous la douleur. Elle prit le pouls de chaque bras. Aucune complication à prévoir, si ce n'est beaucoup de repos. Bien que cela allait être compliqué au vu de l'acte qu'il venait de commettre. Le visage avait lui aussi dégusté, la pommette avait éclaté sous le coup des livres.
La militaire sortit une compresse stérile de son sac, l'appliquant sur la plaie, fixant le bandage sans trop serrer avec un sparadrap. Ça ferait l'affaire jusqu'à ce que la sécurité l'emmène aux urgences.

« Il me faudrait un peu de glace pour calmer la douleur ! »

La sécurité faisait se disperser les gens maintenant que le spectacle était fini. Libérant les protagonistes de cette ambiance étouffante. Quelqu'un lui amena deux petits sacs de froid qu'elle posa sur les zones contusionnées. Son travail fait, elle laissa la main aux vigiles.
Pour tout dire la quadragénaire ne s'était pas attendue à un tel événement, enfin bon plus de peur que de mal. Elle ramassa les livres qui s'étaient échappés de son sac, jusqu'à ce qu'une main lui en pose un sous le nez «La Grâce des Ombres ».
Arcadia releva les yeux, c'était la jeune femme qui avait sauvé le Volus.

« Merci beaucoup ! »

(c) Alyss (Kanade A. J. Rye)


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4808-reactivation-d-ayyn-vena#7
http://www.masseffect-reborn.fr/t3849-dossier-concernant-ayyn-vena


Messages : 78

MessageSujet: Re: Prologue   Lun 25 Juin 2018, 00:12
- La sécurité s'il vous plait !

Cela faisait bien deux minutes qu'Audrey maintenait son prisonnier au sol et toujours personne ne semblait disposé à répondre à sa demande. Forcément, tous ces idiots s'étaient empressés de sortir leur omnitech pour filmer la scène. La concilienne serait sans doute sur tous les réseaux sociaux d'ici la fin de la soirée dans des vidéos aux titres tous plus putaclic les uns que les autres. Génial... Exactement ce dont la française rêvait... Pour le coup, elle regrettait de ne pas être en service pour pouvoir saisir tous les dispositifs d'enregistrement en temps que "pièce à conviction" et en effacer le contenu. M'enfin...

Quelqu'un sortit finalement de la foule pour s'approcher, mais au grand dam du lieutenant, il ne semblait pas s'agir de la sécurité. C'était une femme blonde, probablement un poil plus agée que la sportive, qui s'avançait avec assurance. A priori, elle n'avait pas l'air de venir pour faire un gros plan de la scène, c'était déjà ça.

- Me permettez vous de l'ausculter ?... Je suis médecin.
- Mais je vous en prie. Je crois qu'il a une clavicule démise. Je suppose qu'il faut que je me lève...

L'autre confirma.

- Très bien, je reste à côté au cas où une autre idée stupide lui traverserait l'esprit.

A peine l'agent du SSC s'était-elle relevée que la toubib commença à déshabiller son "patient" pour l'examiner. Elle semblait savoir ce qu'elle faisait et l'énergumène avait l'air calmé. La terrienne entreprit donc de disperser un peu la foule en attendant l'arrivée de la sécurité qui ne devrait a priori plus tarder. Même si personne dans la foule n'était allé les prévenir, celui qui s'empiffrait probablement de donuts devant les caméras de surveillance avait forcément remarqué quelque chose et alerté ses collègues à l'heure qu'il est. Et effectivement, quelques gardes étaient en train de se frayer un chemin à travers l'attroupement.

- Qu'est ce qu'il se passe ici ?
- Lieutenant Bayard, division d'intervention du SSC. On a un forcené qui a sorti un couteau et a tenté de s'en prendre à un volus. Aucun blessé grave, l'individu est neutralisé et du personnel médical est en train de l'ausculter.

Une fois de plus, l'entrainement de la gendarme venait de reprendre le dessus. C'est tout juste si elle avait réussi à s'empêcher de saluer son interlocuteur par réflexe. Quoi qu'il en soit, à peine avait elle fini sa phrase qu'il y eut un nouveau craquement provenant du malfaiteur, accompagné d'un bref hurlement étouffé. Hum... visiblement, l'examen était terminée, la doctoresse était passée au traitement. Les hommes de la sécurité affichèrent une mine interloquée. De toute évidence, il ne savait pas trop s'ils pouvaient se fier à l'humaine.

- Il me faudrait un peu de glace pour calmer la douleur !
- Ah oui, il faudra sans doute emmener le suspect à l'hôpital. Il a une épaule déboitée et un petit bleu sur le visage. ajouta la sportive, comme pour justifier les derniers événements.
- Bon, très bien. On va s'occuper du reste. Merci pour votre aide m'dame, vous pouvez circuler maintenant.

Audrey les salua rapidement et se retourna vers la toubib. Cette dernière avait finalement terminé son œuvre et s'affairait à présent à ramasser ses livres pendant que la sécurité évacuait le forcené. La moindre des politesses, c'était de l'aider. La terrienne ramassa le livre qui était le plus proche d'elle et le tendit à sa propriétaire, après avoir jeté un œil à la couverture qu'elle croyait avoir reconnue. Effectivement, c'était bien ce qui lui semblait. Cette médic avait bon goût...

- Merci beaucoup !
- Mais je vous en prie. Merci à vous. Vous avez... disons atténué mon petit excès de zèle. Comment va le volus ?

La blonde lui assura que ce dernier s'en sortirait.

- Bien. Je vous avoue que ça m'aurait déranger de savoir que je l'avais sauvé du couteau pour qu'il meurt d'une attaque cardiaque ou d'une crise d'asthme. Bref, je peux peut-être vous offrir un verre pour vous remercier madame...

- Vous pouvez m'appeler Arcadia. J'accepte volontiers. Vous êtes ?
- Audrey Bayard, enchantée. Je dois dire que je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer que vous aviez un excellent goût en terme de lecture. La Grâce des Ombres. Vous avez lu les volets précédents ?




Ce n'est pas parce que je suis fou que je suis de mauvaise compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : UCIP
Rang : Colonel/Médecin en Chef
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4879-arcadia-mcknight
http://www.masseffect-reborn.fr/t4915-medicum-commentarius


Messages : 192
Crédits : Hage

MessageSujet: Re: Prologue   Lun 25 Juin 2018, 20:41

Prologue
Sa



main dégagea sa mèche de cheveux alors qu'elle se relevait.

« Oh !Vous suivez cette série vous aussi ?

-Tout à fait. J'attendais d'ailleurs ce tome avec impatience !

-J'ai lu les volumes précédents. J'attendais avec impatience la sortie du dernier tome de la trilogie. Comment Cécile va s'en sortir face à cette organisation. Je suis pressée de le lire, et en même temps je n'ai pas envie de découvrir la conclusion. L'auteur est vraiment talentueux, j'ai des frissons tout le long de la lecture. Vous avez un personnage favori je suppose ?

-Hum... J'aime beaucoup Ji'Nara. Elle n'a pas encore été très développée c'est vrai, mais j'aime beaucoup son côté pragmatique et ses petites piques sarcastiques. J'espère qu'on en apprendra un peu plus sur elle dans cet opus. Et vous ?

-Son personnage est sympathique je le concède, mais je préfère Creerus, principalement parce que c'était un Turien. Plus expéditif certes, mais il est tellement bien écrit et cette rivalité avec sa Némésis... J'ai un peu peur de le voir mourir. Excusez moi... Mais je viens de réaliser que j'ai oublié d'acheter une BD. Ça ne vous dérange pas si l'on fait un détour ?

-Oh non, il n'y a pas de souci. Je vous en prie, faites donc.

-Merci ! »

Les deux humaines bifurquèrent vers les bandes dessinés. La violence exacerbée quelques minutes plus tôt laissa place à l'insouciance des jours de repos. Le calme était revenu, plus rien ne devrait troubler cette journée qui se voulait paisible.

« Quels genres de BD aimez vous ?

-Les vieilles BD européennes de la fin du XXème siècle principalement. Enfin dans ce style. Les schtroumpfs, tintin, astérix, ducobu, gaston lagaffe... Je ne sais pas si ça vous parle... Et quelques séries de comics américains sinon. Et vous ?

-Cela me parle, mon père en a une bibliothèque remplie. Je ne suis pas une grande fan des comics. Pour ce qui est des BD en revanche j'ai des goûts assez variés, l'espionnage, la magie, l'humour. »

Les dernières emplettes faites, elles sortirent de la convention, l'après midi pointait le bout de son nez, les allées se remplissaient de visiteurs, la cacophonie habituelle au salon se fit entendre. Arcadia se félicita d'être venue dans la matinée. Elle n'aurait pas supporté de passer sa journée avec un tel brouhaha, sans oublier le fait d'être bousculée à tout bout de champ. Et puis elle avait fait une rencontre qui lui avait tout l'air sympathique.
Le médecin repéra un petit salon de thé à l'air douillet, ce serait parfait pour parler bouquins et bergamote.

A l'étage se trouvait un jardin ouvert digne d'un roman fantaisiste, une haie bordait le terrain, avec de petits arbustes fleuris, des fleurs en pot ou plantées à même le sol. L'herbe était d'un vert profond, taillée courte et propre. Bien évidemment tout cela était synthétique, mais cela n'enlevait rien au charme de l'endroit. Les tables mélangeaient le verre et l'osier, alors que les sièges étaient des œufs suspendus tressés. Ne manquait plus que les oiseaux pour se croire dans un nid.

La Martienne prit place dans l'un de ses sièges, lançant d'un pied léger le mouvement de bascule. Les coussins étaient moelleux, si elle avait été seule,il y avait eu fort à parier qu'elle aurait terminé sa journée ici avec un livre entre les mains.

« Ôtez moi d'un doute... Vous êtes Française ?

- C'est mon accent ou mes goûts en terme de bandes dessinées qui m'ont trahie, demanda t-elle d'une voix amusée.

-Haha, l'accent trahit toujours. »

Une serveuse arriva pour prendre les commandes, son expression était similaire à l'endroit, décontracté presque euphorique. Le choix de la blonde se porta sur un café noir bien serré.

« Si j'ai suivi, vous bossez au SSC. C'était une jolie démonstration tout à l'heure. Pendant que j'y suis c'est vraiment comme dans « La grâce des Ombres » au SSC ? C'est tellement bien écrit qu'il est difficile de mettre ces affirmations en doute. Mais vu que j'ai un de leur agent sous la main... »

La serveuse revint avec son plateau, elle déposa les soucoupes puis les tasses, un petit livret bleu roi contenant l'addition sur le rebord, et elle repartit aussi vite qu'elle était arrivée. Arcadia saisit la tasse par la anse, le contenu était aussi noir qu'une nuit sans lune, brûlant comme les feux de l'enfer : voilà ce qu'elle appelait un vrai café. L'odeur du nectar embrasa ses sens olfactifs alors qu'elle buvait sa première gorgée, l'amertume du produit glissa sur ses papilles. Pas de doute, c'était une bonne adresse pour une petite pause, la personne à la machine était douée.

Le médecin remonta les manches de sa marinière à la moitié de ses avants bras, ici sur La Citadelle le risque d'attraper un coup de soleil et de virer sur un rouge écrevisse était nul, à son plus grand bonheur.

« Et exceptés les BD et thrillers, vous lisez autre chose ? »

(c) Alyss (Kanade A. J. Rye)


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4808-reactivation-d-ayyn-vena#7
http://www.masseffect-reborn.fr/t3849-dossier-concernant-ayyn-vena


Messages : 78

MessageSujet: Re: Prologue   Mer 27 Juin 2018, 19:28
- Si j'ai suivi, vous bossez au SSC. C'était une jolie démonstration tout à l'heure. Pendant que j'y suis c'est vraiment comme dans « La Grâce des Ombres » au SSC ? C'est tellement bien écrit qu'il est difficile de mettre ces affirmations en doute. Mais vu que j'ai un de leur agent sous la main...
- Je suis dans la brigade d'intervention, donc je ne suis pas vraiment une spécialiste concernant la division enquête, mais de ce que j'en sais, c'est tout de même un peu romancé. Notamment le fait qu'à ma connaissance, aucun de nos inspecteurs n'a de némésis attitrée. Je crains que leur vie ne soit pas aussi palpitante que celle de ce cher Creerus.

Audrey ponctua sa phrase d'un petit sourire amusée. A peine avait elle fini de parler que la serveuse reparut avec les boissons. Le service était rapide, c'était indéniable. D'un autre côté, les deux femmes n'avaient rien commandé de très extravagant, un café noir et une infusion. Tandis que la française attendait que son eau chaude s'imprègne de saveur, son invitée prit une gorgée dans sa propre tasse. Cela sembla lui plaire.

- Vous connaissiez cette adresse ?
- Du tout.
- Et bien il semblerait que vous aillez l'œil pour repérer les bons endroits alors.

La terrienne remua tranquillement sa boisson tandis que l'autre relevait ses manches en la remerciant pour le compliment.

- Et exceptés les BD et thrillers, vous lisez autre chose ?
- Oh oui. Les rapports d'opération. Plus sérieusement, je lis pas mal de science fiction et de fantastique. L'épopée d'Hatano Kazuki par exemple, je ne sais pas si vous connaissez. C'est l'histoire d'une jeune rebelle au sein d'un empire suprémaciste. L'univers développé est très intéressant je trouve, avec une façon assez originale d'aborder la magie pour de la fantasy. C'est par le même auteur que Les Chroniques d'Alaïs. Peut-être que ça vous parle plus...

Tandis que la doctoresse lui répondait, l'agent du SSC se servit enfin son thé. A priori, il devait avoir suffisamment macéré à présent. Délicieux... La châtain avait rarement eu l'occasion de boire une infusion aussi riche en saveur. Il n'y avait pas de doute, ce café était une excellent adresse. Elle y reviendrait sans doute.

Les deux humaines continuèrent d'échanger sur leurs lectures respectives pendant un bon moment. Elles avaient plusieurs références communes, mais elles échangèrent aussi de nombreux titres à se faire découvrir l'une l'autre. Fait amusant, elles avaient toutes les deux lues une même nullité de science fiction, désolante de surenchère mais qui les avaient fait beaucoup rire par son côté nanard inassumé. Une histoire qui impliquait une équipe débutante de militaires qui se retrouvait bloquée à bord d'un transporteur sur lequel des créatures semi-intelligentes se révoltaient et massacraient tout le monde pour tenter de détourner l'engin. Un récit qui partait dans tous les sens et qui n'avait aucune logique...

- Et ce moment, vous savez à la fin, où la super arme du passé resurgi comme par hasard pile dans le secteur où ils sont et qu'ils se rendent compte que le vaisseau transportait en réalité des explosifs de contrebande surpuissants qu'ils utilisent pour détruire l'arme, en allant se poser dessus en scaphandre.

Audrey en avait mal au ventre tellement elle riait et sa partenaire semblait bien s'amuser aussi. C'est fou comme se moquer d'un navet avec quelqu'un qui l'avait lu aussi pouvait rapprocher et être divertissant. C'était comme si les deux femmes se connaissaient depuis des années alors qu'elles venaient de se rencontrer. Néanmoins, toute cette conversation avait vidé les tasses du duo et asséché leur gosier.

- Ah, ça fait du bien de rire un bon coup. Vous reprendrez bien quelque chose à boire Arcadia ?

La concernée accepta volontiers et les deux humaines recommandèrent. Cette fois ci la sportive opta pour un cocktail froid. Toutes ces émotions lui avaient donné chaud et elle avait bien envie de se rafraichir. Les boissons arrivèrent tout aussi rapidement que la première fois, et la française pris le temps de siroter un peu son breuvage avant de reprendre la parole.

- Mais dites moi... je ne sais toujours pas où vous travaillez. Vous êtes médecin dans une clinique de la Citadelle ?
- Parfois dans un hôpital militaire, mais la plupart du temps je suis sur le terrain.
- Vous êtes dans l'armée ?
- J'officie dans l'armée oui.
- Et donc, vous êtes en poste sur la Citadelle en ce moment ou vous avez négocié une perm pour le SIELC ?
-J'ai dû négocier une permission. Mais je ne regrette pas d'avoir fait le déplacement. Et vous ? Vous faites des heures supp ? répondit-elle amusée.
- Vous avez le même humour que mon premier subalterne, rétorqua le lieutenant en souriant. Mais en théorie je suis en week-end. Il parait que je travaille trop. Allez savoir où ils sont allés chercher une idée pareille. continua-t-elle sur un ton empreint d'ironie. Vous êtes dans l'armée depuis longtemps ?
- Un peu oui. Cela va faire vingt cinq ans cette année.
- 25 ans ? Et bien, vous devez avoir une belle carrière à votre actif.
- Je ne sais pas pour toi... Puis je vous tutoyer ? J'ai tendance à me lasser rapidement, mais la vie militaire, j'ai vraiment ça dans la sang. J'ai la chance d'avoir un métier qui offre des situations différentes chaque jour. Je suppose que cela doit être similaire au SSC ?
- Je suppose que vous pouvez me tutoyer oui, même si je devrais sans doute vous appeler madame compte tenu du grade que vous avez dû atteindre, plaisanta Audrey. Pour ce qui est du SSC et bien, il y a moins de variété que dans l'armée je suppose, principalement en raison du théâtre d'opération qui est fixe. Mais cela me convient. J'aime bien l'idée de pouvoir m'installer quelque part et de ne pas avoir à déménager tous les 3 ans. Surtout avec ma bibliothèque ! Et puis, si un jour l'envie me prend de fonder une famille, j'imagine que ce sera plus pratique.

La chatain avait déclaré cette dernière phrase sur un ton un brin plus amer. C’était un sujet… sensible. Cela faisait plus de 5 ans que sa mère la “harcelait” pour avoir des petits-enfants. La gendarme avait espéré que cela se calmerait quand elle était devenue tante, mais apparemment, cela n’avait fait que renforcer les ardeurs de sa génitrice. Évidemment, à l’argument de l’âge qui avançait s’ajoutait maintenant celui, ô combien agaçant, d’Elise “qui a des enfants, elle”… Ses parents ne voulait pas juste avoir des petits-enfants, ils voulaient en avoir de leurs deux filles. Enfin, la doctoresse n’y était pour rien, l’autre n’avait donc aucune raison de lui faire partager son ressentiment. Elle reprit donc une gorgé de son cocktail pour se radoucir avant de reprendre la parole.

- Vous avez des enfants ?




Ce n'est pas parce que je suis fou que je suis de mauvaise compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : UCIP
Rang : Colonel/Médecin en Chef
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4879-arcadia-mcknight
http://www.masseffect-reborn.fr/t4915-medicum-commentarius


Messages : 192
Crédits : Hage

MessageSujet: Re: Prologue   Sam 30 Juin 2018, 00:43

Prologue
Ah...



Fonder une famille, avoir un conjoint, acheter une maison, des voitures, baiser comme des castors... peut-être la partie la plus intéressante de l'histoire, pondre des lardons, le chien et puis roulez jeunesse. C'était l'objectif de la grande majorité des habitants de la galaxie. En revanche ce n'était pas celui de Arcadia.
Heureusement, Chaol, son père, n'était pas à la tanner sur ce sujet. Il lui arrivait parfois de plaisanter sur le sujet mais sans jamais insister. La famille restait un dossier sensible. Du côté paternel, tout le monde avait succombé lors de la Grande Guerre, et personne n'aimait déranger ses morts.

Du côté maternel, c'était très compliqué. Pour tout dire, la Martienne n'avait jamais rencontré les parents de sa génitrice. La dernière réunion entre les Ziegler et McKnight s'étaient effectuées lors des funérailles de Alexa McKnight. Il y a quarante deux ans. Elle n'était alors qu'un nourrisson. Depuis l'enterrement et selon le souhait de Alexa, Chaol avait toujours protégé sa fille contre l'influence néfaste du clan McKnight.
Le Duc d'Argyll n'avait pas apprécier que sa descendante se marie à un roturier qui était en plus d'une autre nationalité.
Mais tout cela, Arcadia l'ignorait.

« Absolument pas, et j'espère que Dieu m'en gardera, elle croisa les doigts en souriant. Soigner des enfants et les accompagner ne me dérange pas. Mais en élever c'est autre chose. Je n'en ai jamais vraiment eu l'envie. En revanche, je t'en prie, ne m'appelle surtout pas Madame, sinon je vais prendre vingt ans de plus. Arcadia et tu, ce sera parfait. »

La blonde sirota une gorgée de son nouveau café, ce ténébreux breuvage qui l'avait fait tenir des heures durant lors des gardes. Rien ne pouvait remplacer une bonne tasse de café... Si ce n'était une deuxième tasse de café.
Poussant le vice jusqu'au bout, elle tira une cigarette d'un étui et l'alluma, inspirant une bouffée de cet air vicié. Ironique pour un médecin, il suffisait de voir le visage de ses interlocuteurs lorsqu'elle fumait une clope. Mais bon... personne n'était parfait, surtout pas elle.

« Tu as quelqu'un dans ta vie ?

-Rien de régulier non. Et v... et toi ?

-J'ai rencontré quelqu'un il y a deux mois de ça. C'est une relation un peu ambiguë. Je ne sais pas si l'on peut vraiment dire que nous sommes ensembles... Mais je dois passer le voir durant ma perm. Les débuts d'une relation c'est toujours compliqué. »

La Martienne tira une taffe, avant de laisser s'échapper la fumée par un côté de sa bouche pour ne pas déranger la Française avec l'odeur. Cette journée valait vraiment la peine, elle n'avait pas pensé  rencontrer quelqu'un d'aussi convivial en se levant ce matin. Oui on pouvait faire quelques rencontres dans des salons, mais en général cela n'allait pas plus loin que quelques mots et pourquoi pas une plaisanterie. Là, elles étaient attablées sur la terrasse d'un petit café très chaleureux, faisant connaissance, tout en partageant quelques boissons.

« Et donc à part lire et déboîter des épaules, tu as d'autres activités ?

-Me faire chambrer par des médics on dirait, répondit Audrey visiblement amusée. Je fais beaucoup de sport. De l'escalade surtout. Et parfois je bricole. Et toi, à part lire et réparer des épaules déboîter, tu fais quoi de tes journées ?

-Hahaha, je fais pas mal de sport également, j'aime bien l'endurance et l'escrime. A part ça sortir, faire des visites, buller, des activités qui changent de la vie militaire le plus souvent. »

Ce n'était qu'une partie de ses hobbys, mais peut-être valait-il mieux attendre avant de déballer la liste complète. Après tout, peut-être allaient elles se revoir ? Cela ne serait pas pour déplaire à Arcadia. Les deux femmes partageaient plusieurs points communs, une future soirée ou après midi autour d'un de leur passe temps ne serait pas pour déplaire à la militaire.

« Si ce n'est pas indiscret, qu'est ce que tu bricoles ? »

(c) Alyss (Kanade A. J. Rye)


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4808-reactivation-d-ayyn-vena#7
http://www.masseffect-reborn.fr/t3849-dossier-concernant-ayyn-vena


Messages : 78

MessageSujet: Re: Prologue   Lun 02 Juil 2018, 19:36
Une excellente question. Qui en amenait d'ailleurs souvent un paquet d'autres qui restaient sans réponse. Non pas qu'Audrey refuse spécialement d'apporter des explications, mais en général ses interlocuteurs ne les comprenaient pas. Ou plus précisément, cela ne mettait pas fin à leurs interrogations. Au final, la plupart se contentait de classer ce passe temps de la terrienne dans la catégorie des lubies incompréhensibles et potentiellement dangereuses. Voyons si Arcadia serait différente…

- Sur la Citadelle pas grand chose. Parfois je bidouille un gadget pour m'occuper les mains, mais en dehors de ça et de quelques réparations, je ne bricole pas des masses. Mon gros oeuvre est sur Terre. Une moto de la fin du XXIème siècle. Quand je rentre au pays, je passe la moitié de mon temps libre à la maintenir en état de marche et l'autre moitié à la faire rouler.
- Oh tu fais de la moto aussi… Quel modèle ?

L’agent du SSC ne put s’empêcher d’afficher sa surprise. En 15 ans de moto, c’était sans doute la première fois que quelqu’un lui répondait ça. La plupart du temps, la première réaction de ses interlocuteurs était l’incompréhension. Mais cela dit, la militaire venait de susciter un intérêt tout nouveau chez la française. Jusqu’ici, cette dernière avait pu constater que la médecin était une lectrice avec beaucoup de bon goût et un certain humour, mais peut-être les deux avaient-elles encore plus de points communs...

- Connaisseuse ?
- Complètement.

La doctoresse répondit cela avec un poil d’amusement. La gendarme n’en revenait pas. Le hasard faisait sacrément bien les choses. Tomber sur quelqu’un qui avait à peu près les mêmes goûts littéraires qu’elle était déjà une sacrée chance, mais que cette personne soit en plus une motarde… Cela semblait trop beau. Il fallut quelques temps à la sportive pour réussir à reprendre ses esprits tellement elle avait l’impression d’avoir mal entendu.

- BMW HP16, modèle 2078. Pour ma moto. Un gouffre à crédits en terme d’entretien, surtout après presque 1 siècle et demi, mais un vrai plaisir à conduire. Je me fais des petites pointes à plus de 300km/h sur circuit. Je dois avoir des photos sur mon omnitech si ça t’intéresse. Peut-être même une vidéo. Et toi du coup, tu as une moto aussi ?
- Ca m’intéresse oui ! J’en ai une chez mon père, je m’en sers peu au final, mais c’est toujours agréable de sillonner les routes avec.

Tandis qu’elle montrait les photos de son engin, Audrey se renseignait sur celui de sa nouvelle amie. Un modèle beaucoup plus récent, probablement beaucoup moins compliqué à entretenir. Moitié moins de plaisir donc.1 Il s’agissait aussi d’un véhicule beaucoup plus taillé pour un usage quotidien que pour du circuit d’après ce qu’en disait Arcadia. Un appareil plus commun en somme, et plus sûr, qui devait susciter nettement moins d’incompréhension chez la plupart des gens. Quoi qu’il en soit, cela n’empêcha pas la terrienne de s’y intéresser et d’échanger avec son interlocutrice.

Le lieutenant profita aussi de la discussion pour montrer tous les clichés de sa moto qu’elle avait sur elle. La toubib put ainsi voir la bécane plus où moins démontée, la gendarme aimant bien prendre des photos des pièces quand elle faisait son entretien. La concilienne avait même sur elle une vidéo de circuit qui datait d’un ou deux ans où elle faisait une pointe à 307km/h et où on pouvait savourer le son du moteur. Un bon vieux moteur à l’ancienne bien bruyant.

- Il faudra que tu passes sur Terre à l’occasion, je pourrais te la montrer en vrai. Et qui sait, je pourrais même te laisser la conduire si tu es sage.

A peine la française avait elle déclaré ceci que son omnitech émit un son.

- Oulà, déjà. C’est qu’on n’a pas vu le temps filer. Excuse moi Arcadia, j’avais complètement oublié que j’avais une course à faire cet après-midi, il va falloir que j’y aille. Tu as un numéro ou quelque chose pour rester en contact ?

Les deux humaines échangèrent leurs coordonnées et se dirigèrent vers la sortie en discutant. La plus jeune des deux régla les consommations malgré quelques protestations de son ainée pour participer, puis le duo discuta encore un petit quart d’heure à l’entrée du salon de thé. Finalement, les sacs commençant à peser un peu, elles se séparèrent après avoir échangé une bise. D’autant plus que si elle trainait encore, Audrey allait finir par être vraiment en retard. Il n’était d’ailleurs pas exclu qu’elle ait à courir un peu vu l’heure. Mais elle ne regrettait pas sa journée. A peine s’était elle séparée de sa nouvelle amie que la terrienne reçu un message sur son omnitech.

"Alors lieutenant, on fait des heures sup ?“

Elle sourit. Le même humour qu’Arcadia...


[RP Terminé]

1 Si tu as vu un double sens dans ce passage, tu es un pervers Razz




Ce n'est pas parce que je suis fou que je suis de mauvaise compagnie.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Prologue   
Revenir en haut Aller en bas
 

Prologue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Bulle locale :: Citadelle-