AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Double D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Courtier de l'Ombre
Rang : Informatrice
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t5054-boum-badaboum
http://www.masseffect-reborn.fr/t5055-mira-nehos-nar-tonbay-informatrice-agent-p-2803


Messages : 32

MessageSujet: Double D   Lun 18 Juin 2018, 19:43
► █ Date : 15 mai 2203 RP Tout public
Gabriel Allen ♦️ Mira Nar Tonbay ♦️
Double D

Une silhouette encapuchonnée traversait la foule d’Illium. Elle conservait une apparence féminine malgré les amples tissus dont elle était vêtue. Sa tenue s’affinait au niveau de sa taille pour de nouveau s’élargir. À chaque pas, se dessinait, à l’arrière des jambes de la silhouette, des excroissances pointues. Elles apparaissaient au rythme effréné des pas de la silhouette, se dessinant subitement sous l’ample tissu. La plante des pieds de la silhouette s’écrasait rapidement sur le sol pour de nouveau se projeter en avant, sans jamais que ses talons ne s’abaissent à ce niveau et ne foule le sol. Sous les tissus couvrant le haut de la silhouette, se dessinait une structure osseuse rappelant les corps turiens. Ce qui était vraisemblablement une native du peuple de Palaven adoptait une marche rapide, athlétique. Ses jambes se pliaient et se dépliaient. Ses mains gantées fendaient l’air avec une rapidité incroyable.

Sous sa capuche, se dessinait la crête caractérielle de son espèce, un œil attentif pouvait même observer les mandibules apparaître au gré des mouvements de la turienne. Sa marche semblait ne jamais pouvoir s’arrêter tant elle était rapide et énergique, le corps athlétique de l’alien tourna brusquement pour s’enfoncer dans une ruelle, puis une autre, encore une. Un parcours qui fut reproduit sans la moindre hésitation. Finalement, la turienne se planta devant la porte d’un appartement. Tandis que sa main s’élevait pour taper un code de sécurité, ses talons s’abaissèrent pour venir toucher le sol. Après avoir entendu le son signifiant que la porte était bel et bien déverrouillée, l’alienne regarda à droite puis à gauche et finit par se glisser entre les portes coulissantes de l’appartement.

Lorsque ces dernières se refermèrent, que l’individu se fut adapté au silence du spacieux logement plongé dans la pénombre, celle qui venait d’entrer découvrit son crâne. Et la turienne s’avéra être une quarienne. Mira’Nehos Nar Tonbay, l’une des habitantes de l’appartement.

La combinaison de cette dernière avait été modifiée de sorte à reproduire les formes d’une silhouette turienne. Une douleur lancinante venant de ses pieds fit tressaillir Mira, n’ayant pas trouvé comment donner à ses pieds une apparence turienne en modifiant sa combinaison, elle avait décidé d’employer l’ancienne méthode, celle de faire semblant. Mais pourquoi tous ces stratagèmes ? Eh bien, Mira était présentement terrorisée. Terrorisée par le fait d’être suivie et arrêtée. Si elle avait pris le risque de revenir sur Illium et dans cet endroit, c’est que le secret de sa nature n’en était plus un. Qui plus est, le Réseau ne pouvait plus se permettre de payer des loyers pour ses agents aux quatre coins de la galaxie. L’appartement allait donc être fouillé par à peu près n’importe qui, l’UCIP, les agents de la corruption. Mira devait absolument supprimer les données conservées ici.

Ni une, ni deux, elle plongea dans l’enceinte de l’appartement, en faisant balader son regard le long du mobilier, des souvenirs envahirent soudainement son esprit, lui déchirant le cœur. Il y avait également une autre raison de sa présence ici. Elle espérait trouver quelque chose. Un indice que Namir aurait laissé à son égard, s’il était capturé ou… tué. A cette simple pensée, Mira sentit ses lèvres se crisper et ses yeux se remplir de larme. Elle se baffa intérieurement, elle ne devait pas céder, pas maintenant.

Inspirant longuement, elle passa entre le canapé et l’écran holographique du salon avant d’ouvrir les portes de la chambre de Namir. Alors que la modeste chambre et une montagne de console high-tech se dévoilaient aux yeux de la quarienne, cette dernière attrapa un holodisque dans une de ses poches et s’approcha du bureau de son meilleur ami. En prenant place sur le siège, elle sentit une pointe d’excitation s’éveiller en elle. C’était la première fois qu’elle se tenait à cette place, Namir détestait que quelqu’un d’autre que lui ne s’assoit sur son siège.

Cette pensée fit sourire, Mira. Elle perdit sa commissure devant l’évidence ; aujourd’hui, elle n’avait pas le choix.

D’un geste, elle alluma l’amas de consoles. Un soudain brouhaha électronique perturba le silence qui régnait dans la pièce. Mira fut subitement éclairée par les innombrables lumières des écrans. Le symbole du Réseau apparu et un mot de passe fut demandé. Mira se figea un instant, perplexe. Puis, soudain, elle se leva de sa chaise et fonça vers la cuisine. Elle fit glisser une des portes coulissantes d’un placard et en sortit un appareil humain. Cylindrique et muni d’un tas de boutons. Namir s’en servait pour rendre liquide des objets solides. Mira avait toujours songé à essayer de mixer des aliments turiens pour changer de sa bouillie. Cessant de diverger, elle fit tourner l’appareil entre ses mains. Elle repéra enfin ce qu’elle cherchait, des lettres incrustées dans l’armature de l’appareil.

La quarienne fit volte-face avec l’appareil et regagna le siège de Namir. Elle nota le nom de l’appareil dans la barre de texte réservée à cet effet.

-Tu es le plus mauvais espion de la galaxie, Namir.

Les consoles déverrouillées, Mira put y lier son holodisque et commencer le téléchargement des données. Ses yeux furetaient également sur les divers noms de dossier, par respect pour son meilleur ami, elle tentait de se contenir, mais, lorsque qu’une fenêtre apparue pour demander les téléchargements des données d’un fichier sécurisé, sa curiosité prit le pas sur ses bonnes attentions. Elle peina cette fois à trouver le mot de passe, mais c’est un regardant une holophoto d’elle et lui peu de temps après leur rencontre qu’elle eut un flash. Elle tapa le nom du vaisseau sur lequel ils s’étaient rencontrés.

-Bingo !

La joie d’avoir accédé au dossier s’estompa vite en découvrant le contenu du dossier ; d’innombrable fichier dont Mira n’avait jamais eut vent de l’existence se trouvait là. Son indice était là ! Elle passa une bonne heure à éplucher chaque fichier, ne manquant pas de se sentir en colère en voyant qu’il écrivait des rapports sur elle depuis longtemps maintenant. Cependant, quelque chose attira davantage son attention. Le protocole Dominion. Ce message, envoyé par un certain Dolmenk, parlait d’une ligne sécurisée pour les agents dormants du courtier et les potentiels clients. Apparemment, Namir l’avait beaucoup utilisé à une époque.

Sans attendre davantage, elle lança une recherche à travers la console principale pour trouver toutes les archives concernant ces communications. Le nombre des divers identités, dossiers, rapports étaient colossal, pourtant, Mira n’hésita pas une seconde à se jeter à corps perdu dans la quête d’information.

La soirée commençait doucement quand Mira tomba sur un nom, ou un pseudonyme plutôt. « Dogen » un coursier indépendant qui revenait souvent dans les rapports de Namir, notamment pour sa fiabilité. De plus, il opérait dans le secteur d’Illium. Mira vue en ce pesudonyme un soudain espoir de retrouver Namir. Sans se poser davantage de question, elle réactiva le protocole Dominion et tapa un message à l’égard de Dogen.

« Bonjour Dogen,
Nous vous envoyons ce message pour vous avertir d’une part que, malgré la chute du Courtier de l’Ombre, le Réseau a encore des ressources et conserve ses connaissances accumulées. Cela étant, nous avons besoin de vos services pour une course plus… personnelle. Nous sommes disposés à partager certaines choses avec vous. Si vous voulez de plus amples informations, rendez-vous à l’adresse ci-jointe, cette nuit.
En espérant avoir piqué votre curiosité.

Dominion. »

Sans même prendre le temps de se relire, Mira envoya le message. Elle avait donné rendez-vous à ce Dogen dans un établissement miteux des bas-fonds de Nos Astra. S’enfonçant dans le siège de Namir, elle soupira. Un bip sonore lui indiqua que le téléchargement des données était terminé. L’informatrice déconnecta l’holodisque et installa un virus qui saboterait la mémoire des consoles et effacerait toutes les données présentes sur les consoles.

Mira se releva et se traîna jusqu’à la chambre blanche. Elle se planta devant la porte, lançant la décontamination de cette dernière, puis entra. Le cœur lourd de regret. Elle alla s’asseoir devant son propre bureau et brancha un autre holodisque. Tout en observant les données se télécharger, elle se laissa glisser dans son siège et porta la main à son casque. L’air de sa chambre s’écrasa alors contre sa peau malade et ses traits creusés par les larmes. Les lèvres sèchent de la quarienne laissèrent passer un soupire las.

C’était la fin d’une époque pour Mira. Et ça la rendait affreusement triste.


Citation :
[15:08:24] @ Adrien Annaz : Mira est une Quarienne indépendante, elle a besoin de personne pour mourir !
[23:45:39] @ Adrien Annaz : Tu connais la blague de la Quarienne sans pouce ? Elle est comme ça
[21:26:49] @ Kydra Lifith : Il pourra se la taper qu'une fois, ou deux si elle survit Miraculeusement
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5
Crédits : Mirror's Edge Catalyst

MessageSujet: Re: Double D   Mar 19 Juin 2018, 19:21




Double D

Mira Nar'Tombay - Gabriel Allen



Dans le milieu, on appelait ça le SDR, littéralement la « surveillance détection route » et ça faisait maintenant deux heures trente que Gabriel devait le subir. Un processus long et précis auquel il fallait se plier pour sa propre sécurité, dès que la situation l’exigeait. Il était sorti de ses quartiers en catimini, sombrement et formellement vêtu, peu avant la tombée de la nuit sur Illium même si la nuit ne tombait jamais vraiment ici. Tant de logos lumineux, de lumières crues, de sources vacillantes qui émoustillaient les cerveaux saturés de centaines d’insectes. Grimpant lestement à l’arrière d’une navette à l’allure vieillotte, partiellement rouillée par endroit, il laissa le chauffeur suivre un itinéraire sans cesse différent, apparemment aléatoire, mais minutieusement planifié. Comme à l’accoutumée, Illium était une planète vivante et grouillante d’activités, mettant les sens à rude épreuve surtout lorsqu’il s’agissait d’être attentif à quelque chose en particulier. Le parcours était conçu pour forcer d’éventuelles « mouches » à se montrer. Il aimait les appeler comme ça, des mouches accrochées à leur hôte qu’elles suivaient bêtement et ça traduisait très bien ce qu’il pensait d’eux. Ennemis ou concurrents, organiser des filatures était monnaie courante et Gabriel ne le savait que trop bien. La nuit était maintenant tombée et la navette bifurqua dans une voie plus étroite et sombre. Ils n’avaient rien détecté de suspicieux, il était « noir ». Gabriel sauta de la voiture en marche alors que celle-ci continuait son trajet. Il se trouvait à environ deux cent cinquante mètres du bar dont il était question dans ce mystérieux message et le balet nocturne d’Illium se poursuivait sans tenir compte de lui.

Peut-être que toute cette opération se révélerait superflue, mais sous-estimer constituait une grave erreur que beaucoup avaient payée de leur vie. De plus, il était sensiblement probable que si problèmes il y aurait, ce serait au bar. Pourquoi donner une adresse sinon ? Mais, résigné, il enfonça ses mains dans ses profondes poches. Jamais de risques. Le courtier avait senti l’anguille sous roche dès la première lecture de l’écrit, reçu à peine quelques heures plus tôt. Cela faisait plusieurs mois qu’il n’avait pas été contacté par la ligne Dominion. Le Réseau et lui s’en étaient servis, à l’occasion d’un intérêt commun, pour rester en contact. Plus curieux encore était le message. Quiconque traitait avec lui via cette ligne savait qu’il n’effectuait plus de courses lui-même et ils faisaient habituellement affaire sur l’achat ou la vente d’informations et, plus rarement, sur la composition d’un groupe d’intervention sur Illium. Gabriel, plus connu sous le nom de Dogen, avait petit à petit acquis une réputation élogieuse sur la planète, par son intégrité et la qualité de son travail, malgré le mystère dans lequel il avait pris soin de s'enrouler. Et sa « toile », qui lui permettait une veille informative efficace, était très bien tissée ici. Le message faisait référence à son passé de coursier qui remontait à sa vie terrienne. Extrêmement curieux et terriblement dangereux. Si cette personne savait cela, que savait-elle d’autre ? Et si son but était de faire sortir Dogen de ses quartiers sécurisés, il avait gagné. Mais cette personne avait lancé quelque chose qu’elle ne maîtrisait plus.

Durant les heures qui suivirent la réception, le courtier mobilisa son réseau. Déjà au fait, il s’aperçut pourtant que le Courtier de l’Ombre se trouvait dans une bien mauvaise posture. Soit. Et ce bar ? Situé dans les bas-fonds, loin d’être reluisant, il put apprendre que le dirigeant était un Turien lunatique et cupide, que l’endroit avait été plusieurs fois condamné pour son insalubrité même si ces règles sont joyeusement ignorées et que 80 % de la clientèle avait un passé douteux. Deux heures avant le rendez-vous, il avait envoyé des hommes vérifier le lieu. Tout indiquait que c’était une mauvaise idée et qu’y aller était contraire à tous les principes de prudence que Gabriel appliquait normalement. Après réflexion, il conclut pourtant qu’une personne faisant référence à son passé constituait une menace bien plus importante sur le long terme. Toutefois, il n’irait pas là-bas aveuglément et sa sécurité serait quand même garantie. S’il se passait quelque chose, il avait juré que ce trou à rat deviendrait un tas de cendres fumantes.

Quelques minutes après être descendu de la voiture, il sortit de la ruelle et s’engagea dans le flot de la marche. Il tourna sur une rue perpendiculaire, éclairée par un néon grésillant et clignotant qui découpait des ombres mouvantes. L’air ambiant était chaud, rempli d’odeurs. Il prenait garde de regarder où il marchait, certains endroits étaient peu entretenus et constellés de nids-de-poule trompeurs. Puis, il continua son trajet vers la gauche et reconnut, un peu plus loin, la façade miteuse de l’établissement en question. Quelques péquenauds, déjà imbibés d’alcool, baragouinaient devant des videurs impassibles. Gabriel traversa rapidement la rue et présenta un faux papier d’identité à l’un d’eux. Ils s’échangèrent un regard bête et hochèrent la tête alors que le courtier poussait les doubles portes, déterminé. Le visage fermé, il jeta un œil transversal sur la salle avant de s’installer à une table un peu reculée. Gabriel savait que plusieurs de ses gardes se trouvaient ici et au premier abord, rien d’alarmant. Au centre, des danseuses Asaris exhibaient sensuellement leurs courbes devant le visage avide de quelques frustrés. À l’opposée de sa table se trouvait le bar. Deux humains, et trois turiens y étaient accoudés. Décidément, presque tout était tenu par les Asaris, l’argument vendeur par excellence. Gabriel ne pouvait démentir la beauté si caractéristique de cette espèce, mais s’il y a bien un domaine dans lequel il n’avait jamais trempé : c’était tout ce qui consistait à considérer des êtres conscients comme des objets.

D’un geste léger, il plaça méticuleusement un mouchoir rouge dans la poche pectorale de sa veste. Un signe qu’ils avaient pris pour se reconnaître. Ce serait déjà un premier test à partir duquel il pourrait réfléchir sur la suite.



Dernière édition par Gabriel Allen le Jeu 28 Juin 2018, 16:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 

Double D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Nébuleuse du Croissant :: Illium-