AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Vodka et Dépression

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateurs
Rang : Mercenaire
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2975-elena-t-soran
http://www.masseffect-reborn.fr/t3304-elena-t-soran-journal-de-bord


Messages : 299
Crédits : tsabszy - Deviantart

MessageSujet: Vodka et Dépression   Mar 12 Juin 2018, 21:02
► █ Date :  12 Juin 2203 RP Tout public
Elena T'Soran ♦️ Kydra Lifith
Vodka et Dépression






Oméga
Centre de formation biotique
2h30 du matin



“ Résultats en hausse par rapport à la dernière évaluation générale. Tests montrent une augmentation du taux d’adaptation en environnement inconnu. Épreuves toujours décevantes sur le travail en équipe avec autres soldats normaux. Doit trouver un moyen de stimuler le potenti--”





Elena coupa la lecture de son dernier mémo. Inspiration. Expiration. Ses pensées tournaient dans son tête à une vitesse folle, mais semblaient ne pas pouvoir progresser plus loin. Inspiration. Expiration. Cela faisait quelques temps que la mercenaire sentait son imagination dépérir, et cela se répercutait sur son travail. Elle n’arrivait plus à trouver des solutions innovantes aux problèmes qui survenaient dans sos cours. Inspiration. Expiration. Elle s’était donc mise à la méditation pour tenter de remédier à ce problème. Inspiration. Expiration.

Bien sûr, c’était sûrement contre-productif de méditer tout en écoutant les messages qu’elle enregistrait pour mieux travailler. C’est pourquoi elle décida d’arrêter sa séance plus tôt que d’habitude. De toute façon, elle n’était pas vraiment d’humeur pour une introspection. L’Asari se releva et alla coller son front contre la fenêtre, qui surplombe ce quartier d’Oméga. Les reflets rouges et bruns de la ville à moitié endormie luisaient dans ses yeux, et illuminaient la pièce avec la même lumière que depuis deux ans. Deux ans qui paraissaient à la fois être passés en un éclair, et avoir pris une éternité pour s’écouler. Il lui semblait avoir accompli tellement de choses en peu de temps, mais avoir sacrifié son avancement personnel dans la foulée.


Il fallait qu’elle décompresse.


Il fallait qu’elle sorte.


Elle alluma son OmniTech et, après avoir fait défiler ses contacts, appuya sur un nom familier. Celui de la pilote de son vaisseau.

Après quelques instants, une voix endormie répondit à l’appel :

“- Allo ?

- Lucy, c’est Elena. Je viens de finir ma méditation, et j’allais sortir dans Oméga.

-

- Et je me demandais si tu voulais me rejoindre…

-

- Lucy ?

- Après deux semaines sans nouvelles, tu me réveilles au milieu de la nuit pour me demander si je veux aller en boîte ?

- Lucy, je--

- 2 semaines sans une seule réponse à mes messages ? Sans accepter de descendre me voir quand je passe à ton centre !? Je savais que tu te souciais pas de moi, mais là c’est carrément une autre niveau !

- Écoute, je suis désolée, j’ai été absorbée par mes pensées, par le travail et je--

- Haha, toujours l’excuse du travail, d’Anton Ardak, des Pacificateurs, du bien commun. Mais apparemment le bien commun n’inclus pas mon bien à moi. Désolé pour ta soirée entre filles, mais je ne suis plus sur Oméga. J’ai payé une navette pour partir il y a 3 jours. Si tu t’étais intéressée un minimum à autre chose que tes biotiques, tu l’aurais su. Maintenant si ça ne te dérange pas je vais finir ma nuit.



**COMMUNICATION INTERROMPUE**



La lueur orangée de l’OmniTech disparut doucement, laissant la mercenaire seule dans la pénombre. Elle voulait décompresser, et ce n’était pas un franc succès jusque là. Se décidant tout de même à sortir, elle traversa la porte de son bureau et descendit les étages de sa base d’opérations. La porte des quartiers des trois orphelins qu’elle avait recueilli la tenta un moment de rester pour les surveiller, mais son désir d’oublier ses obligations pour au moins une nuit la poussa à sortir du bâtiment.


Malgré l’heure tardive, les rues étaient toujours aussi pleines de monde, tous en plus ou moins bon état. D’ici, on pouvait entendre les musiques sortant des bars alentours, mais tout ce qu’elle entendait semblait un peu faible pour l’Asari. Elle avait besoin de quelque chose de plus énergique et entraînant ce soir. Et quoi de mieux pour s’oublier à la nuit que le nouveau phare d’Oméga, le Wonderland. Ses lumières brillant dans la distance attiraient les clients en recherche de plaisir comme des mouches autour d’une ampoule, et Elena n’était pas une exception.


La mercenaire arriva rapidement à l’endroit voulu et franchit les portes.


“- Hé toi ! Tu veux du Hallex ?”, lui cria un humain tapi dans un coin sombre près de l’entrée. Au vu de sa tête et de ses habits, ce n’était manifestement pas un vendeur professionnel. Elena le regarda un instant, considérant son offre avec envie. Puis elle se rappela qu’accepter des drogues d’un inconnu dans une ruelle d’Oméga pouvait mener au paradis plus vite que n’importe où ailleurs. Et ce n’était pas un paradis dont on revient…

Merci, j’ai mon propre stock”, envoya l’Asari avec un clin d’œil, avant de reprendre sa route vers l’intérieur du bâtiment.

Après quelques couloirs, elle passa finalement les portes du Temple, une des boîtes de nuits les plus prisées de la station. La foule était déjà en délire aux pieds d’un des nouveaux DJs tendances, HyperKicker. Premier arrêt pour Elena : le bar, où elle commanda son premier whisky de la soirée. Puis son deuxième. Puis son troisième. Un Turien visiblement déjà bien entamé monta sur le bar et gueula “C’est ma tournée, bande d’enculés !”. Sans attendre, les serveurs alignèrent sur le bar une rangée de verres à shot de plusieurs mètres de long, qu’ils remplirent d’un liquide orangé aux reflets verdâtres. Elena vida le verre qui se trouvait devant elle, puis se fraya un chemin à travers la foule jusqu’à la piste de danse.

Les lumières dansaient devant ses yeux, et tout commençait à devenir flou. Dansant seule au début, elle se retrouva très vite face à face avec une autre Asari. Elle commença à se perdre dans les reflets de sa peau aux teintes violettes. Sans doute s’embrassèrent-elles à un moment ou un autre. Puis l’autre Asari disparut, et une humain prit sa place. Celle-ci avait l’air plus sûre d’elle, et fit presque perdre ses moyens à Elena. Elle n’était en tout cas plus du tout en position de force, l’alcool ne l’aidant pas à retrouver sa contenance.

Mais sans doute était-ce une bonne chose de perdre ses moyens de temps en temps. Après du tout, que pouvait-il lui arriver de si grave ?



Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 471

MessageSujet: Re: Vodka et Dépression   Mer 13 Juin 2018, 23:23
Un feu ardent se répandit dans le corps de Kydra, envahissant chacun de ses membres et grimpant jusque dans sa tête lui faisant lâcher un soupir de jubilation. Son visage affichant un sourire carnassier, elle tournait avec un air menaçant autour d'une loque butarienne qui parvenait avec peine à rester debout, avachie sur elle même et le visage en sang. La foule lançait des acclamations tout autour d'eux, certains hurlements frénétiques surpassant même les notes lourdes de la musique psychédélique qui envahissait l'intérieur du temple. C'était là son environnement, le genre d'endroit où l'âme pouvait se détacher du corps avec une facilité déconcertante, la foule apportant également son lot de merveilles en de rares occasions.

Mais également son lot de dégénérés. La pathétique entité butarienne qui se recroquevillait désormais devant l'humaine en était une parfaite illustration. « La fifille à son papa », l'alcool avait tendance a augmenter le nombre de conneries proférées, mais il y avait certaines limites que des êtres conscients se savaient parfaitement devoir ne pas franchir. Et insulter une ancienne gladiatrice devenue tueuse professionnelle faisait justement partie de cette liste.

Non pas que cela déplaisait particulièrement à Kydra, elle était venue ici pour s'éclater, pour céder à toutes les pulsions de son corps quelles qu'elles soient. Et il fallait bien avouer que la dernière course avait fait monter un désir irrépressible de violence en elle, attendant le moindre prétexte pour être soudainement relâché. Quel bonheur que de pouvoir ainsi se défouler avant de s'enfoncer dans ses vices les plus profonds.

Un coup de genou de l'humaine vint donc percuter la mâchoire du butarien qui se brisa sans aucun doute sous la puissance du choc. Elle s'enroula alors tout autour de lui, lui fracturant l'épaule avant d'attraper son crâne et de le fracasser le long du comptoir, dans une gerbe de sang.

Kydra lâcha alors avec dédain la loque pathétique sur le sol tandis que les hurlements autour d'elle avaient atteint leur paroxysme. Mais l'euphorie fut de courte durée, car deux videurs pacificateurs s'approchèrent de la scène avisant ce qui était désormais presque un cadavre sur le sol et l'humaine qui se frottait les mains à ses côtés. La jeune femme leur fit un salut de la main, affichant un sourire innocent.

Lorsque les deux pacificateurs comprirent de qui il s'agissait, ils inclinèrent la tête avant de disparaître à nouveau dans la foule. Kydra se retourna donc vers le comptoir, y déposant ses gants désormais gorgés de sang et quémandant de quoi étancher sa soif. Il était agréable de se défouler de la sorte, tout particulièrement quand elle ne supportait pas la façon dont on pouvait la voir. Il s'agissait cependant malheureusement d'une tendance qui semblait s'accentuer, elle n'était plus l'assassin d'Oméga, ou Scylla la reine pirate, mais simplement la fille d'Anton Ardak.

Et cela la révulsait au plus haut point.

Mais peu importe, elle n'était pas ici pour laisser sa bonne humeur se dégrader à cause d'une épave alcoolique. L'Aube d'Oméga était délicieusement proche, et la jeune femme souhaitait profiter un maximum de ce que la station pirate avait à offrir avant de s'engager dans cette lutte à mort qui aurait peut être raison de sa peau. Car il n'était plus question de reculer, plus l'heure de faire des concessions, Anton et Kydra l'emporteraient dans une victoire éclatante ou mourraient en essayant.

L'humaine attrapa l'Anhur Bomb qui lui était servi et le termina d'une seule traite comme à son habitude. Si la jeune femme ne tenait pas vraiment l'alcool, elle avait au moins le mérite de posséder une bonne descente. Il ne fallut donc pas longtemps pour que son esprit commence à surfer dans les airs au rythme des lumières à l'hyperactivité débordante. Que cette sensation était diablement agréable.

La musique était plus entraînante que prévu et interrompit la jeune femme dans son début de cuite. Dépliant ses longues jambes, Kydra s'éloigna ainsi du comptoir, se fondant au milieu de la masse grouillante et dansante qui envahissait l'endroit. Sur son passage, l'humaine attrapa le joint d'un toxico affalé dans son fauteuil et tira dessus à plusieurs reprises avant de le replacer précautionneusement entre les doigts de son propriétaire défoncé qui semblait ne même pas avoir remarqué l'emprunt.

La jeune femme s'abandonna alors au violent tempo de la musique, laissant chacun de ses membres s'exprimer de leur propre volonté tandis qu'elle s’enfonçait dans son trip. Elle ne sut réellement combien de temps elle resta ainsi, enfermée dans le nuage qui venait étouffer son esprit, évitant autant que possible tout contact avec autrui de peur de casser son trip qui la faisait voyager dans des contrées qu'elle était la seule à pouvoir atteindre. La seule chose qui lui fit reprendre un tant soi peu pied dans la réalité fut l'éclat d'une peau d'un bleu intense.

Une asari. Un sourire s'afficha alors sur le visage de Kydra. Voilà bien longtemps qu'elle ne s'était pas livrée à ce jeu du chat et de la souris avec l'une d'entre elles. Il s'agissait de créatures aux courbes délicieuses qui étaient généralement très réceptives au flirt. Le désir charnel venait alors éveiller une faim profonde, un désir sauvage et primitif de sentir son corps collé contre celui d'une autre dans une étreinte torride, mais les flammes du désir venaient également réveiller une soif particulière, celle du sang. Une danse du cœur et de l'âme où l'humaine terminait par extraire doucement la vie de sa partenaire, atteignant l'orgasme sur le cadavre encore bouillant de désir de sa partenaire.  

Cette « chasse » aux asaris était une activité à laquelle Kydra s'était fréquemment livrée il y a plusieurs années de cela. Mais nombreux avaient été les événements à s’enchaîner depuis, et la jeune femme avait appris à mettre sa haine des natives de Thessia de côté après avoir côtoyé certains individus formidables. Dashanxa, Vira, Kyreshorl, comment ne pas tomber amoureuse de ces femmes d'exception, toutes asaris pouvaient elles être ?

Toujours était-il que l'éclat bleu de l'asari avait tapé dans le regard émeraude de Kydra. Elle pouvait toujours tenter de se livrer à ce petit jeu avec elle, espérant que les conséquences ne seraient pas différentes d'autrefois, de quoi rendre la soirée parfaite.

Le piège de Kydra se mit donc doucement en place tandis qu'elle commençait à se rapprocher de sa proie en dansant à ses côtés. L'asari semblait réceptive aux quelques contacts tactiles de l'humaine avec sa peau, confirmant ainsi à la jeune femme que le jeu était définitivement sur le point de se lancer. Il fallait dire que bien que maîtrisant à la quasi perfection son approche et paraissant grandement sûre d'elle, les démonstrations de souplesse du corps de l'asari devant ses yeux et au bout de ses doigts ne rendaient pas Kydra insensible.

Elle sentait un désir de possession et de proximité physique monter en elle, attisant le brasier dans son corps et allumant une lueur lubrique dans son regard. Kydra vint alors coller son corps contre le sien, glissant une jambe délicieusement provocante entre celles de l'asari et plaçant une main sur l'une de ses joues chaudes. Elle susurra à son oreille.

Toute cette chaleur me donne soif, j'attends ta présence à mes côtés chérie.

Kydra se retira alors en gloussant, lâchant un clin d’œil à l'asari avant de disparaître dans la foule. L'humaine ne s'arrêta qu'une fois de nouveau prêt du comptoir, faisant signe à une serveuse qu'elle nécessitait un breuvage.

Ce que vous avez de plus fort.

Elle s'installa alors plus confortablement sur son tabouret, croisant les jambes et espérant que sa proie allait montrer le bout de son nez. Si cette étrange asari faisait l'effort de venir la retrouver ici, cela signifiait que son charme avait fait effet et que Kydra pouvait donc passer à la vitesse supérieure. L'humaine leva la tête, embrassant du regard la foule disséminée sur plusieurs étages et les projections lumineuses qui éclairaient le tout. Quel endroit magnifique.



Revenir en haut Aller en bas
 

Vodka et Dépression

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Nébuleuse d'Oméga :: Oméga :: Wonderland-