AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Aucun règne n'est éternel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 473

MessageSujet: Aucun règne n'est éternel   Jeu 07 Juin 2018, 21:47
► █ Date :  7 Juin 2203 RP Badass
Anton Ardak ♦️ Kydra Ardak
Aucun règne n'est éternel



L’apocalypse, la fin des temps, si ce jour n'en faisait pas réellement partie, il y ressemblait pourtant fortement. Les rues étaient plongées dans le chaos, les bruits de tirs et les hurlements de la foule résonnant parfois au travers des rugissements et autres cris inhumains poussés par les créatures. Le ciel était envahis de skycars cherchant à fuir, le trafic dense provoquant bien souvent des accidents tant la désorganisation et la terreur générale étaient importantes. Les pauvres forces de police tentaient de faire régner l'ordre dans ce qui n'était absolument pas en mesure de l'accepter.

Une femme d'une quarantaine d'années sortit d'un bâtiment qui semblait encore relativement épargné, transportant quelques affaires qu'elle enfourna avec précipitation dans le coffre de sa skycar rouge. Elle jetait des coups d’œil paniqués autour d'elle, vérifiant qu'elle était bien seule sur la sortie de ce petit parking. Après avoir vérifié le niveau de carburant elle appela sa progéniture d'une fois qui se voulait le plus ferme possible malgré la situation.

Venez, dépêchez vous !

Un petit garçon d'une dizaine d'années apparut ainsi que sa grande sœur qui venait sans doute tout juste de rentrer dans l'adolescence. La famille prit place dans la skycar dans un silence angoissé, uniquement perturbé par le bruit du chaos qui avait prit possession de la ville.

Maman ? Qu'est ce qui se passe ?

Vérifie que ton frère est bien attaché Kydra.

Mais j'ai même pas eu le temps de prendre mes instruments !

On reviendra les chercher ma chérie. Maintenant on va jouer à un petit jeu, vous allez tous les deux fermer les yeux jusqu'à ce que maman vous dise de les ouvrir d'accord ?

Quelque chose dans le ton de sa mère força Kydra à obéir sans rechigner, se penchant en avant et plaçant ses mains devant ses yeux. Le véhicule encaissa soudainement un choc venant de l'avant. Une créature à la peau grise avait sauté sur le capot, ses yeux étaient d'un bleu sans âme et des excroissances semblables à des tuyaux lui sortait du visage. La mère démarra la skycar et décolla rapidement, se débarrassant ainsi du zombie qui tomba dans le vide.

Le trafic était beaucoup trop chaotique pour risquer de s'engouffrer sur les voies habituelles, le véhicule pris donc la direction du spatioport en passant par des voies aériennes interdites. Les transports de police volaient dans tous les sens et les premières navettes de l'alliance commençaient à arriver.

La curiosité de Kydra prit le pas sur le bon sens de sa mère. Elle écarta les doigts de sa main droite pour jeter un coup d’œil à l'extérieur. La seule chose qu'elle vit fut une ombre gigantesque, s’étendant dans les cieux et masquant même le soleil. Un moissonneur qui surplombait la ville. L'horrible bruit mécanique qu'il produisit alors lui vrilla le crâne, plongeant son âme dans une profonde terreur et restant à jamais gravé dans sa mémoire.

***

Le turien portait une lourde armure de fer qui paraissait bien plus encombrante qu'autre chose, mais cela ne l'empêchait pas d'afficher une mine déterminée, une expression qui lui restait collée au visage en toute circonstances. D'étranges runes semblaient gravées sur l'épée qu'il portait, il la gardait dressée devant lui, comme défiant tout ce qui pouvait avoir le malheur de lui faire face.

A quelques mètres derrière lui se trouvait une asari vêtue d'une longue robe et portant un bâton qui faisait au moins sa taille. Un galarien sous une cape se tenait à sa gauche, le reflet de deux dagues pouvant être aperçus dans ses mains alors que son visage demeurait dans l'ombre.

Une fière équipe de trois figurines qui aurait volontiers affronté les cultistes de Neurgueule face à eux si leurs propriétaires n'avaient pas été interrompus. Ils n'étaient plus au complet de toute façon, le quatrième membre du groupe, un butarien barbare vêtu uniquement d'un pagne venait de quitter le plateau de jeu, roulant avec plus ou moins d'élégance sur le sol avant de s'arrêter près d'une botte.

L'humaine se pencha et l'attrapa, observant le détail des muscles sur le torse à nu du butarien visiblement passablement énervé. Un large sourire étira les lèvres de Kydra lorsqu'elle imagina Anton mener ses troupes au combat dans la même tenue. La figurine fut déposée face à ses ennemis sur la table et la jeune femme reporta son attention sur le reste de la pièce.

Je veux être au courant de la moindre avancée que tu pourras faire.

Assis devant une multitude d'écrans, un humain plutôt maigrichon semblait plus que mal à l'aise face à celle qui s'était invitée de force dans ses locaux. Il n'avait pour le moment aucune réelle raison de craindre quoi que ce soit, mais sa nature introvertie appréciait mal d'être ainsi dévoilée sous les projecteurs. Bien sûr, connaître le passif de l'humaine à la chevelure de jais n'aidait pas forcément non plus, mais il s'agissait d'un fait anecdotique.

Et de préférence le plus rapidement possible.

Sur ces mots, Kydra quitta la petite pièce et son occupant, refermant la bulle dans laquelle il appréciait tant se plonger. Il fallait toujours que les génies dans tel ou tel domaine soient des cas à la sociabilité plus que particulière, c'était presque une constante.

Mais la jeune femme n'avait cure des préoccupations qu'elle pouvait avoir d'ordinaire et ce pour une raison simple, la galaxie semblait à nouveau être sur le point de sombrer dans le chaos.

Le cycle se répétait, tout comme à l'époque où elle avait dû survivre des mois au milieu des terres désolées, une expérience qui avait transformé à jamais la jeune artiste qu'elle était alors en une créature agressive et prête à tout pour survivre. Mais Kydra n'était plus une adolescente, et si l'instable fragilité qui avait fissuré son âme à cette époque demeurait toujours, elle était enfouie derrière des remparts érigées par la vie sur Oméga.

Elle avait donc repris son entraînement avec une grande assiduité, elle devait être cette fois ci parfaitement prête pour se mesurer à ce défi galactique s'il venait à toquer aux portes de la station pirate. Elle devait se montrer digne de le combattre et d'y survivre. Peut être s'agissait-il d'un obstacle qui surpasserait même celui plus immédiat de Shoran et en réalité elle n'avait absolument aucune idée de ce que la fatalité avait prévu pour elle au bout de ce chemin qui s’enfonçait dans un épais brouillard d'incertitude.

Mais elle jubilait.

Le nouveau poste que lui avait offert Anton et l'idée que l'opulence à peine regagnée des conciliens recommençait déjà à leur filer entre les doigts étaient largement suffisants pour provoquer un surplus de bonne humeur et d'énergie chez la fille d'Ardak. Une bouffée d'air frais suite à la morne période qui avait suivie la trahison au sein de sa flottille.

Kydra avait donc agrandi son studio d'une terrasse, elle avait participé à quelques courses au Wonderland, elle s'était tapée une asari pour la première fois de sa vie et elle aurait même tenté d'ajouter des crudités dans sa nourriture. Une semaine à la productivité incontestable.

***

La skycar de Kydra l'emmena au point de rendez vous fixé par son paternel, le toit d'un bâtiment qui surplombait le Tartare ainsi que la statue à son entrée. Anton se tenait face au vide, embrassant du regard ce paysage qui ne représentait rien d'autre que son œuvre. Il avait demandé sa présence pour une raison qui lui était encore inconnue mais il n'y avait nul doute qu'il y voyait un intérêt certain, le butarien ne faisait jamais les choses au hasard.

La jeune femme fit passer son véhicule en conduite automatique par l'IV de bord avant d'en descendre, suivie de Nova qui avait attendu patiemment sur le siège passager. La skycar repartit dans les airs alors que Kydra s'approchait d'Anton, portant une amure noire estampillée aux couleurs des pacificateurs. Nova quant à lui, portait un harnais et un bouclier cinétique.

Une fois suffisamment proche, Kydra plaça son poing au niveau de sa poitrine et s'inclina.

Père.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Ravageur
Rang : Pacificateur
Voir le profil de l'utilisateur


Empereur-Dieu
Messages : 1149

MessageSujet: Re: Aucun règne n'est éternel   Ven 08 Juin 2018, 15:16
La pisto-mangue roulait entre les doigts d’Anton et son bureau massif, lorsqu’elle s’arrêta brusquement lors la poigne de fer du colosse butarien s’arrêta sur elle pour l’enserrer impitoyablement. Soudain, la coquille fissura et éclata, libérant jus et chair en tous sens, salissant le bureau et le sol, ainsi que l’armure du seigneur de guerre sans que ce dernier ne s’en rende compte sur le moment. Lorsque ce fut finalement le cas, Anton scruta le massacre avec un sourire brutal, les veines de colère paraissant régulièrement sur le front et sur les bras du colosse à un rythme alarmant.

Finalement, la carcasse du fruit fut propulsée à travers la pièce et s’écrasa ridiculement contre un mur avant de s’effondrer pathétiquement au sol. Lâchant un soupir devant un tel gâchis, le fondateur des Pacificateurs se dirigea vers le toit du QG de l’organisation, ne saluant ni ne calculant personne sur sa route. Chacun esquiva d’ailleurs allègrement la traversée du butarien ouvertement furieux, le laissant atteindre sa destination dans un silence de mort. Arrivé sur place, Anton scruta son arène et son territoire avec un plaisir évident, tuant peu à peu sa fureur en observant son œuvre, sa création.

Quelques longues, très longues, minutes plus tard, un véhicule parvint jusqu’au toit, et libérer sa conductrice et l’animal qui la suivait, dévoilant Kydra et son varren. L’humaine, et protégée du seigneur de guerre, s’inclina lorsqu’elle fut proche, et ne lâcha qu’un unique mot, le seul à même de légèrement apaiser encore d’avantage sa colère, père.

« Bien, tu es déjà là. » Se contenta de répondre Anton tout en refusant encore de se tourner en sa direction, l’esprit encore bien trop désireux de laisser la fureur vaincre pour accepter l’idée de l’apaiser totalement. « Encore une fois une personne sur qui je compte a eu l’idée de me décevoir. » Le ton était d’une froideur mortelle. « Toutefois, elle a acheté sa vie en me donnant l’emplacement ou se terre deux lieutenants du courtier de l’ombre. Ceux qui sont parvenus à détecter et exterminer ces nouvelles saloperies qui foutent le bordel dans toute la galaxie. Il est hors de question que Shoran ou les trois incapables ne mettent la main sur eux.

Ils sont à nous. Prépare ton vaisseau, nous partons pour récupérer ces raclures de fond de bidet. Pas de pitié pas de quartiers, on extermine tout ce qui se met en travers de notre chemin. Prends une équipe avec toi. »
Soudain Anton se retourna et se dirigea rapidement vers sa protégée. « Je viens avec toi, il est plus que temps que je laisse éclater la colère que je ressens pour toute cette histoire. En hommage de Deruuk dirons-nous. » C’est vrai que le contrebandier avait clamsé dans l’histoire, l’information venait d’apparaitre brutalement dans l’esprit du butarien.

« Préviens tes gars. » Continua Anton tout en terminant de lancer la venue de son propre véhicule, en l’occurrence une navette militaire, qui termina de se poser à quelques mètres d’eux. La chose faite, le colosse butarien s’y dirigea sans attendre, se plaça au siège conducteur et scruta avec énervement sa fille. « Bouge-toi, on doit partir. »

Les deux compères, et leur allié varren, à bord, la navette décolla et prit la direction du point de rendez-vous, ou une équipe de Pacificateurs commandée par Gorbag, Foudre de guerre krogan, et sûrement la ou les équipes de Kydra les attendraient. Cela allait saigner, salement.


Je suis la fille d'Anton Ardak. Et accessoirement, reine pirate profitant actuellement de ses congés.
Kydra Lifith, 27 janvier 2202

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 422
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: Aucun règne n'est éternel   Mer 05 Sep 2018, 12:45

Sur les traces des lieutenants / Aucun règne n’est éternel
Juin 2203

Oméga



Zeckus Farien avait réussi. L’entrevue avec les Pacificateurs était organisée. Une communication à distance, sécurisée. Ardak sur son territoire, sans doute sur le trône qu’il avait rendu célèbre. Abbadon au sein du vaisseau pris par l’UCIP, dans un spatioport tenu par les Soleils Bleus. C’était plus prudent ainsi : Zeckus n’ayant pas cherché à cacher la vérité, la vie de ses hommes étant en jeu, la distance était un moyen raisonnable de parvenir à discuter. Un face à face, avec l’inimitié reliant le Spectre et le Pacificateur, risquait trop facilement de tourner en combat. Cependant, une communication à distance pouvait vite être coupée, et Abbadon ne devait pas en arriver là.

Son objectif était simple : les lieutenants du Courtier de l’Ombre s’étaient enfuis. Ils disposaient de connaissances approfondies sur la corruption liée à l’énergie noire. Sur comment l’affronter. Des connaissances indispensables pour la défense de l’espace concilien, et du reste de la galaxie. Des connaissances désormais entre les mains de Anton Ardak. Le butarien, aussi royal que d’habitude, lui faisant face par écran interposé.

« Pacificateur Ardak »

Abbadon maintenait le regard du butarien. Pas de maquillage, cette fois-ci, mais la même armure. Il était reconnu, sans aucun doute. Une fois la guerre terminée, Oméga deviendrait définitivement un endroit à éviter.

« Le capitaine Ferien vous a expliqué la situation. Les lieutenants qu’il vous a livré m’était en premier lieu destiné. Leur savoir est nécessaire à la lutte contre la corruption de l’énergie noire. Vous avez connaissances des ravages qu’elle provoque, sur plusieurs planètes. Aussi bien dans l’espace concilien que sur les Terminus. »

Au moins, la corruption ne s’était pas concentrée uniquement sur les conciliens. Si tel avait été le cas, le butarien aurait facilement pu supposer ne rien risqué. Techniquement, il pouvait encore le supposer.

« Je ne compte pas vous affronter pour obtenir ces lieutenants et leurs connaissances. Par les temps qui courent, il y a bien assez d’ennemis pour ne pas s’en ajouter inutilement. Je vous propose donc une trêve, et un accord. Une collaboration temporaire pour lutter contre la corruption : vous me livrez les lieutenants, pour que nos obtenions d’eux les connaissances nécessaires au développement et à la production massive d’équipement de guerre permettant de lutter contre les infectés. En échange de quoi, je m’assurerai personnellement que vous ferez partie des bénéficiaires des premières cargaisons, et des améliorations quand elles seront peu à peu créées. Vous deviendrez le véritable sauveur d’Oméga, seul apte à lutter lorsque la corruption arrivera. Le sauveur des Terminus même, si vous choisissez d’agir en dehors de la station. »

L’ennemi de mon ennemi est mon allié, en somme. Même avec les lieutenants, la production d’équipement en grande quantité prendrait du temps, au sein des Systèmes Terminus. L’espace concilien serait bien plus rapide. Cependant, il ne fallait pas compter sur les gouvernements pour défendre en dehors de leur territoire, et il était évident qu’Aria, l’ancienne Reine d’Oméga, reviendrait prendre sa station. Il fallait quelqu’un pour l’en empêcher. Donc donner à un gang, ou à plusieurs, les moyens de se défendre.

« La situation ne se prête pas à des négociations trop longues. Si vous vous estimez lésé, dites-moi ce que vous voulez. Si vous acceptez, organisons la livraison des lieutenants au plus vite. Le plus tôt ils seront amenés à collaborer avec les armateurs, le plus tôt vous serez équipé. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Ravageur
Rang : Pacificateur
Voir le profil de l'utilisateur


Empereur-Dieu
Messages : 1149

MessageSujet: Re: Aucun règne n'est éternel   Mer 05 Sep 2018, 18:24
Le batracien, enfin l’image holographique extrêmement fidèle qui servait à le représenter, parlait rapidement, exprimant un désir, une volonté, une demande. De son côté, Anton siégeait sur son trône, regardant l’œil vide l’individu déblatérer ses âneries habituelles. Gains mutuels, partage, cadeau, etc etc, que des conneries comme toujours. Cela pourrait être n’importe qui de l’autre côté que les propos seraient exactement les mêmes.

Et ce que le souverain légitime d’Oméga pouvait exécrer ces clones, cette armée informe qui servait de laquais à ce Conseil de merde. Ah si seulement il était possible de refuser cette offre, et si seulement ce connard pouvait se trouver physiquement sur place … Mais les deux choses étaient ce qu’elles étaient, un mirage à peine bon à perdre l’idiot. Ici maintenant, Anton était le représentant d’une nation en devenir, d’un idéal qui avait pour but de ne pas mourir à peine né. Et pour se faire, il était malheureusement vital de ne pas se faire l’ennemi de la puissante alliance concilienne et son armada d’assassins de confort.

Hypocrites de merde.

« Il parait évident aux Pacificateurs que nous avons tout à gagner à satisfaire le Conseil. » Ces mots, si simples, étaient d’une extrême violence dans la bouche du butarien, lui donnant l’impression qu’il crachait sur tout ce qu’il pouvait représenter. « L’échange est accepté. Nous conserverons toutefois un lieutenant pour quelques temps. Je vous préviendrai lorsque je serais prêt à vous le donner aussi. Pour le reste, faisons comme vous le dite. Les lieutenants seront à ce dock. »

Il était tellement frustrant de devoir agir contre son désir, mais c’était là le rôle d’un dirigeant, c’était le rôle du grand Ardak, et il allait le tenir aussi difficile cela pouvait être. Aussi le colosse se força-t-il à expédier l’adresse au traitre lui faisant l’affront de lui parler en face. Ah ce qu’il serait merveilleux d’exploser lentement le crâne du batracien à mains nues, sentir la matière cérébrale s’écouler le long de ses doigts, tandis que les globes oculaires exploseraient, tâchant le visage du bourreau.

Tout en scrutant le larbin du Conseil, l’ancien chasseur de prime cherchait la chose qu’il conserverait en collection, hésitant fortement entre les appendices crâniens et la mâchoire inférieure, les deux auraient leur place, aussi le butarien accepta qu’il était incapable de choisir ainsi, il allait falloir attendre le moment fatidique pour réussir.

« Bien Machiavel, tu as encore besoin de quelque chose de moi ou je peux enfin me voir débarrasser du lourd fardeau de supporter ton faciès grotesque ? »

Il était plus que clair que le fondateur des Pacificateurs manquait visiblement de diplomatie à cette heure, et face à cet individu précis, mais le butarien n’en avait clairement rien à foutre de discuter outre mesure, ou même d’envisager la politesse.

« Je suppose que tu as la lourde tâche d’aller prévenir tes maîtres qu’ils vont pouvoir continuer à alimenter leur syndrome du messie. »

Quelle ironie d’utiliser précisément cette critique alors que le butarien souffrait très justement de ce trouble, mais à la différence de la masse abrutie et des quelques dirigeants incapables de le comprendre, Anton savait qu’il était un malade mégalomaniaque croyant sûrement à tort être quelqu’un d’exceptionnel, toutefois le colosse se moquait royalement d’en souffrir et cherchait toujours, à tout instant, à prouver que la chose était un fait indéniable et pas une simple lubie. Voilà la différence entre ces raclures de conseillers et un vulgaire criminel d’Oméga.

La communication se coupa, le tyran d’Oméga ignora royalement si c’était lui-même ou le galarien qui l’avait fait, et s’en moqua. L’important était que le batracien avait ce qu’il voulait et Anton gardait un minimum de dignité dans l’affaire, le reste importait peu.


Je suis la fille d'Anton Ardak. Et accessoirement, reine pirate profitant actuellement de ses congés.
Kydra Lifith, 27 janvier 2202

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Aucun règne n'est éternel   
Revenir en haut Aller en bas
 

Aucun règne n'est éternel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Nébuleuse d'Oméga :: Oméga-