AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Réponses en filigrane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 61

MessageSujet: Réponses en filigrane   Jeu 17 Mai 2018, 21:38
► █ Date : Mai 2203 RP Tout public
Flavius Arcanex ♦️ Kira Nae Châne
Réponses en filigrane


Nos Astra. Il y avait bien longtemps que Kira Nae n’avait eu l’occasion de poser les pieds sur les terres d’Illium. Pourtant, elle aimait cette ville. L’effervescence apparente en toute heure du jour ou de la nuit, et celle plus feutrée des contrats qui se signaient et des pots-de-vin glissés sous une table. Une Oméga plus chatoyante, d’où brillait le strass et paillettes en couverture d’une crasse camouflée.
Souvent, la Drelle constatait avec amertume que c’était ici même qu’elle aurait dû établir son siège social, et non pas dans les rues puantes de la station rouge. Elle se serait tellement plus amusée à jouer par ici. Mais bon, ce qui était fait était fait, et elle se devait bien de reconnaître qu’Oméga apportait son lot d’avantages également.
Loin de voyager seule, Kira Nae était aujourd’hui accompagnée de deux de ses collègues, Lyhn, Asari habituée aux frasques de Nos Astra, et Haz, son fidèle protecteur Butarien, paré en toute circonstance. Malheureusement, rare étaient les Butariens à se balader librement dans la Cité. Rare était également les Drells, dans une moindre mesure, mais il fallait avouer que l’apparence de la journaliste inspirait plus confiance que celle de son camarade Butarien. Malgré tout, il ne lui serait pas venu à l’idée d’entamer ses recherches sans lui à ses côtés.
Haz était doué, particulièrement doué et ce dans de nombreux domaines que beaucoup qualifieraient de peu recommandable. C’était là tout ce qui faisait sans importance au sein de Jarod.
Car aujourd’hui, la Drelle n’était pas venu en simple touriste. Elle avait un mystère à élucider, et quel mystère ! Découvrir qui avait commandité sa séquestration pendant que quelqu’un osait lui voler des années de travail et d’acharnement.
Et la réponse se trouvait peut-être ici. Le recherches qu’elle avait pu mener la conduisirent vers un nom inconnu, Arlina T’sasir, employée comme chercheuse en pharmaceutique à la fondation Dantius. Ces quelques précisions n’apportait pourtant aucune réponse claire. Qu’aurait pu lui vouloir une petite chercheuse sans intérêt apparent et, en visant plus loin, une entreprise spécialisée dans la biotique à but pharmaceutique ?
Rien, a priori. Mais les faits étaient là et tout portait à croire que cette T’sasir tentait de lui porter atteinte.
Par chance, le secteur de recherche dans lequel travaillait l’Asari ne se situait pas dans les hautes tours du siège social de la fondation, ce qui arrangeait bien son affaire, infiltrer une aussi grosse entreprise lui aurait été quasiment impossible. En revanche, une annexe moin surveillée pouvait se révéler bien plus accessible.
Car il s’agissait là ni plus ni moins qu’un cambriolage, bien que rien ne serait volé, si ce n’était l’adresse de cette garce.
Encore lui fallait-il trouver une personne apte à réaliser ce qu’elle souhaitait. Il était hors de question que Haz tente seul de pénétrer les lieux, quand bien même la Drelle et l’Asari seraient présente en arrière plan via une oreillette pour organiser l’opération. Non, il leur fallait quelqu’un d’autre. Une personne habituée à ce genre de procédure, rapide et efficace mais, par dessus tout, sacrifiable en cas de besoin. Et Haz n’était en aucun cas sacrifiable. Aucun.

- Bien, entama Kira Nae en se frottant les mains, ses yeux flottant sur les étalages éparses du marché de Nos Astra, juste derrière les portes du spatioport. Commençons.
- Nos chambres sont prêtes à l’hôtel de la matriarche, à quelques rues de la fondation Dantius, précisa Lyhn en vérifiant l’adresse via omnitech. Elles ont été réglées au nom habituel.
- Parfait. Est-ce que tu as une idée d’où Haz pourrait débuter ces recherches ?
- Le mieux reste l’entrée des bas-fonds, mais pas trop loin. C’est à cet endroit que ce regroupe ce genre de personne, assez habile pour se faire un nom au-dessus mais pas assez stupide pour s’enfoncer plus en profondeur.

Kira Nae se retourna vers son acolyte.

- Ca t’ira comme information ?
- Pas de problèmes, lança le Butarien de sa voix bourrue, les gars comme ça je les attire. Je vous appelle dès que j’ai des nouvelles.

La journaliste acquiesça, le regard perdu dans l’étendue d’inconnus face à elle.

- Prend-ton temps surtout, j’aimerai en profiter pour renouer avec cet endroit, reprit-elle dans un sourire nostalgique. Préviens-nous quand tu auras trouvé ce qu’on cherche, on t’indiquera l’adresse ou nous retrouver à ce moment là.

Et, non sans un dernier regard pour ses collègues, le Butarien s’enjoint à la foule, incognito parmi la masse grouillante pour trouver celui ou celle dont ils se serviraient pour arriver à leurs fins.
Pendant ce temps là, Kira Nae s’octroya le luxe de s’offrir un nouveau bijou. Ce séjour promettait d’être des plus agréable !



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant
Rang : Contrebandier
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t5094-flavius-arcanex


Messages : 9
Crédits : Pinterest

MessageSujet: Re: Réponses en filigrane   Ven 18 Mai 2018, 21:56
Installé au fond d’un bar des plus quelconque, mais où l’ambiance était des plus hardies, Flavius sirotait une douce concoction d’alcool et de spiritueux. Le mélange flattait son palais et lui apportait une certaine sérénité contrastant fortement avec l’atmosphère habitant les lieux. Alors que soiffards en tout genre s’offraient une soirée de ribote, faisant couler les liqueurs à flot, le Turien se reposait simplement et cherchait à se changer les idées. En effet, cela faisait à présent un mois qu’il était sorti de sa longue convalescence, suite à la trahison de son partenaire. Une balle dans le dos, à quelques centimètres de son épine dorsale, laissait forcément une marque, qui prenait du temps à guérir. Et à présent qu’il était à nouveau sur pieds, le contrebandier ne souhaitait qu’une chose : rendre la monnaie de sa pièce à cette canaille de Bob et récupérer son vaisseau.

Malheureusement pour lui, ne possédant plus de véhicule, Flavius était coincé sur Illium. Il n’avait plus accès à son commerce, seulement à sa fortune, qui demandait à être entretenue. Il possédait encore des contacts sur la planète, mais aucun n’était disposé à le transporter sur Omega. C’était en effet sur la fameuse station que le trentenaire comptait commencer sa traque et se donner les moyens d’exercer sa vengeance. Nos Astra était une ville pourrie de l’intérieur, certes, mais la sécurité y était nettement plus haute que sur la station pirate. Et ne possédant pas de vaisseau pour discrètement s’échapper avec des armes non enregistrées, il était simplement piégé.

Cependant, le Turien ne comptait pas se laisser défaire par des obstacles si insignifiants ; il avait connu pire. De ce fait, si la boisson qu’il dégustait était rafraichissante et lui changeait quelque peu les idées, il n’accordait pas l’honneur de sa présence à l’établissement par pure générosité. En effet, il attendait un vieil ami à lui qui détenait apparemment une information intéressante pour lui. Sans doute un moyen de quitter la planète, et Flavius était prêt à tout pour atteindre Omega. Il était certes déjà un criminel, mais il s’était toujours contenté de la contrebande, sans jamais toucher à d’autres domaines ; il laissait cela aux professionnels et autres intéressés. Mais la fin justifiant les moyens, il se salirait les mains s’il le devait. Il espérait juste ne pas avoir à tuer quelqu’un pour atteindre son but.

- Attention avec ce genre de mélange, tu ne voudrais pas être ivre pour ta seule opportunité de retrouver ton honneur, Flavius, n’est-ce pas ? »

La voix aigüe et la prononciation rapide des mots ne laissaient pas de doute : un Galarien venait de prendre la parole. Manin Tann’n était une connaissance de longue date du Turien et un cambrioleur hors pair. S’il y avait bien une personne à Nos Astra qui pouvait être au courant qu’une personne était à la recherche d’une autre pour un travail spécifique, c’était lui. La plupart du temps, lorsqu’il était question d’un vol, il prenait l’offre pour lui-même. Mais devant une faveur au Turien, il la lui transmettait.

- T’en fais pas Manin, je gère, rétorqua Flavius. Qu’est-ce que tu as pour moi ? »
- Une Drelle est à la recherche d’une personne pour l’aider à récupérer un truc qu’on lui aurait volé, répondit l’amphibien, prenant place en face de son interlocuteur. Elle n’a posté aucune annonce, mais… tu sais que je sais. »

Le contrebandier hocha de la tête silencieusement tout en prenant une gorgée de son breuvage.

- Et donc ? »
- Et donc son Butarien de compagnie cherche pour elle. Tu le trouveras dans les bas-fonds de la ville, près d’un bar du nom du « Fringant Varen ». Il n’est pas très commode, de ce que j’ai entendu dire, mais il ne devrait pas être un souci pour toi, tu devrais pouvoir le persuader. Apparemment la prime n’a pas été fixée, tu pourras sans doute négocier un vol pour Omega en échange de tes services. »

Le Galarien se leva et ajouta, avant de partir :

- Nous sommes quittes. La prochaine fois, l’information te coûtera, Arcanex. »


***


Quelle utilité de lui avoir dit qu’un Butarien cherchait quelqu’un près du Fringant Varen ! Il y en avait plein ! Les natifs de Kar’Shan n’étaient pas très populaires dans les hauts de Nos Astra, mais dans les bas-fonds, ils semblaient être une armée ! Et le souci de Flavius était qu’il n’arrivait pas à faire la différence entre deux d’entre eux ; ils se ressemblaient tous à ses yeux. Le Turien fulminait intérieurement, se disant que Manin s’était bien moqué de lui. Il ne doutait pas de la véracité de son information, mais il était convaincu que le cambrioleur avait fait exprès de ne pas lui transmettre d’informations sur l’apparence du garde du corps pour le faire tourner en bourrique. Une chose était certaine : le contrebandier allait avoir de la difficulté à trouver celui qu’il cherchait.

Mais il sembla que la chance lui sourit en cette chaude soirée, car alors qu’il guettait désespéramment les va-et-vient des Butariens dans le bar, il en repéra un qui lui semblait se démarquer des autres. Il était plus propre que ses compères, sobre, et il était clairement venu avec une idée en tête, car contrairement aux autres, il ne s’était pas dirigé d’office vers le comptoir, mais semblait simplement fureter. Il cherchait de toute évidence quelque chose. Ou quelqu’un ? S’agissait-il du garde du corps de la Drelle ? Il n’y avait qu’un moyen de le savoir.

Flavius se redressa et se dirigea vers celui qu’il espérait être la personne qu’il cherchait. Il se plaça nonchalamment à sa droite et après un bref silence durant lequel le Butarien remarqua sa présence, il prit la parole :

- Vous semblez chercher quelque chose. Ça tombe bien, je cherche aussi quelque chose. »

Le garde du corps ne répondit pas tout de suite, semblant d’abord perplexe et ayant l’air d’hésiter entre ne pas répondre et s’éloigner, et écouter son interlocuteur.

- J’écoute, lâcha-t-il au bout d’un moment, sèchement.
- Vous avez un job à offrir, et peut-être que je suis disposé à le prendre, expliqua le contrebandier. Un service pour un service, vous voyez ? »

Le Butarien ne répondit pas, semblant réfléchir. Flavius en profita pour en rajouter une couche :

- Je ne suis pas intéressé par de l’argent. Je remplis votre petite mission top secrète et vous m’emmenez sur Omega. Deal ? »


Dernière édition par Flavius Arcanex le Mar 29 Mai 2018, 18:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 61

MessageSujet: Re: Réponses en filigrane   Dim 27 Mai 2018, 14:00
Kira Nae observait les étincelles de la nuit au travers de la grande fenêtre du salon richement décoré qui leur avait été attribué. Tout l’horizon miroitait de lumières colorées, néons lumineux ou éclairage vif, tout se mêlait en une parfaite harmonie de teinte qui la fit sourire.
Elle était définitivement une femme de la ville. A cette hauteur, la Drelle se sentait élevée, comme admise au sein d’un groupe social dont certains l’envierait sûrement. Le luxe de la chambre ajoutant à cette sensation.
Toute à sa contemplation, Kira Nae leva son verre et bu une gorgée sans précipitation, savourant autant que possible cet instant.
A ses côtés, Lyhn N’Liory pianotait sur un datapad, ses longues jambes croisées sous une robe vert émeraude. Malgré ces apparences vacancières, le petit groupe gardait en tête leur objectif principal : Découvrir qui avait osé s’en prendre à eux.
Et pour ce fair, Haz n’avait pas chômé ! Quelques après que les deux femmes furent installés dans leur locaux, le Butarien appelait avec une nouvelle des plus réjouissante ! Il avait trouvé quelqu’un. Un Turien, a priori, prêt à faire ce qu’il fallait pour quitter Illium et rejoindre Oméga. Quelle idée ! Toutefois, Kira Nae et son groupe se ferait un plaisir de le déposer à leur retour, du moins si tout se passait comme elle l’entendait.

Une demi heure plus tard, la Drelle et l’Asari s’intallaient à la table du bar lounge l’Eternity, la journaliste ayant bien précisé l’arrivée imminente d’un Turien et d’un Butarien la demandant. Il ne fallait tout de même pas que son outil se fasse recaler à l’entrée.
Tout à son attente, Kira Nae réfléchissait aux moyens dont elle disposait pour parfaire sa vengeance et anéantir celui ou celle qui avait osé attenter à sa vie. Parce que sa tortionnaire n’était rien d’autre qu’un instrument, rien de plus. La personne qui tirait les ficelles en amont se pensait bien trop primordiale pour se salir les mains. La Drelle doutait même que l’Asari qu’ils recherchait les mènerait vers sa cible. Si cet inconnu jouait bien dans la même catégorie que la journaliste, il n’aurait sûrement pas laissé de trace aussi visible et facilement récupérable.
Tandis que les deux femmes discutaient affaires en attendant leur hôte, celui-ci se présenta sous la forme d’un Turien à la peau bleue pâle, se fondant largement dans l’ambiance sombre du bar. Un bon point pour la petite affaire dont Kira Nae voulait lui faire part.
Sans se lever, la Drelle accueillit le nouveau venu, précédé de près par Haz. D’un geste de la main, celle-ci l’invita à s’installer sur le sofa face à elle puis, d’un regard, indiqua au serveur de les rejoindre. Haz vint, comme à son habitude, se placer debout derrière sa patronne, les bras croisé face à lui, conservant cet air fermé et rigide qu’on lui connaissait et qui, en temps normal, dissuadait la plupart des gens de jouer au malin.

- Bonjour, monsieur Arcanex, salua la Drelle en plongeant son regard dans celui du Turien.

A première vue, leur nouveau collaborateur parut taillé pour l’affaire, du moins, de ce que pouvait en constater Kira Nae et sa faible connaissance de l’anatomie Turienne. D’autant plus que l’armure qu’arborait le Turien camouflait une partie de sa carrure. Toutefois, la Drelle s'interrogea si elle n’était pas tombé sur l’un de ces costaud avides d’échaufourrés et agissant plus par leur poings que par leur tête. Or, pour ce qu’elle avait à lui demander, la tête et le mentale risquait grandement de jouer bien plus que le physique. Ce qui lui paraissait le plus étrange, était cet arrangement qu’il leur avait soumis. Pas d’argent, juste une promesse de retour sur Oméga. Soit le Turien était stupide, soit un plan beaucoup plus intéressant se déroulerait sur Oméga par la suite.
Quoiqu’il en fut, Kira Nae tenter de sonder un peu plus leur nouvel outil pendant que le serveur prenait les commandes de chacun.

- Mon collaborateur derrière nous m’a avertie que vous souhaitiez à tout prix rejoindre la station rouge. Il se trouve que notre escale à Nos Astra n’est que temporaire et il se pourrait qu’une place se libère pour vous sur notre vol retour.

Tout en discutant, Kira Nae observait les réactions du Turien. Rien, un faciès neutre s’affichait sans cesse sur son visage. La Drelle comprit aisément qu’elle avait en face d’elle une personne habituée aux arrangement de dessous de table. Peut-être bien un mercenaire.

- Voilà ma proposition, lança soudainement Kira Nae, j’ai besoin que vous alliez rechercher une information primordiale sur une employée de la fondation Dantius. Pas de violence, pas de mort. Juste une simple recherche.

Kira Nae s’installa alors confortablement dans son fauteuil, le verre nouvellement parvenu sur la table en main, son regard doré planté dans celui bleu perçant du Turien.

- Ceci vous paraît-il être dans vos cordes ?



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant
Rang : Contrebandier
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t5094-flavius-arcanex


Messages : 9
Crédits : Pinterest

MessageSujet: Re: Réponses en filigrane   Mar 29 Mai 2018, 14:01
- Très bien, allons en parler ailleurs. »

Le Turien fut amplement satisfait de la réponse du Butarien à sa proposition. En effet, le mercenaire semblait convaincu et même intéressé par sa demande ; de toute évidence, ne pas avoir à payer en monnaie les services d’une personne relevait soit de la stupidité, soit d’une forme de compétence. Flavius était convaincu qu’il ne passait pas pour un ahuri, autrement son interlocuteur aurait eu tôt fait de mettre fin à la négociation et aurait démontré son manque d’intérêt, verbalement ou en se détournant pour recommencer sa recherche. Il avait piqué sa curiosité et c’était tout ce qui comptait. Évidemment, le garde du corps n’était qu’un intermédiaire et la décision de l’engager ne dépendait pas de lui. Mais il s’agissait là d’un pas dans la bonne direction, et le contrebandier était confiant qu’il avait entre les mains une bonne affaire, celle dont il avait besoin pour enfin s’échapper de Nos Astra et se rendre sur Omega. Il lui fallait encore convaincre son employeur d’un jour et, logiquement, présenter ses compétences. Se proposer pour le contrat n’était qu’une preuve de bonne volonté, si ce n’était de débrouillardise pour deviner les intentions du Butarien, mais en aucun cas une indication d’un quelconque niveau d’expertise dans un domaine donné.

- Votre nom ? s’enquit le mercenaire.

« Arcanex », répondit simplement le Turien, avant de suivre son interlocuteur, qui se dirigeait déjà vers la sortie. Une fois dehors, le gaillard activa son Omni-tech et sembla envoyer une missive, sans doute adressée à son employeur pour l’informer de la candidature du contrebandier, dont il ne savait toujours rien. Qu’importe, se disait Flavius, sachant qu’il aurait tôt fait de se présenter et de convaincre la personne, quelle qu’elle fût, qu’il était la bonne personne pour le job.

Dans la rue était garée un véhicule de transport, de toute évidence loué au vu du numéro de série inscrit sur une des vitres. Il s’agissait là du genre de détail que le contrebandier remarquait rapidement. Il pouvait facilement en déduire que l’employeur du Butarien n’était soit pas sur Illium depuis longtemps, soit qu’il ne comptait pas y rester suffisamment longtemps pour s’acheter une automobile. Dans un cas comme dans l’autre, il n’avait pas affaire à un courtier local, ou quelque patron que ce fût. Contre toute attente, cela l’intrigua, mais il tut ses réflexions en se rappelant qu’il aurait tôt fait de savoir avec qui il allait collaborer.

Le Butarien emmena Flavius dans les hauts de la mégapole, là où l’air était plus frais, où la lumière du jour était visible et là où les riches se délectaient du luxe que leur fortune leur offrait. C’était là que se situait le cœur de Nos Astra, où la pourriture était le plus présent sur la planète, mais également le mieux dissimulé. Dans ce monde, tout n’était qu’illusion, manipulation et conspiration. Riches despotes en désir d’ajouter des zéros à leur compte en banque, propriétaires d’entreprises privées véreuses, gangsters, mafieux, courtiers d’informations, tous se cachaient dans les hauts de la cité, aux yeux de tous, pour pratiquer leurs vices sans que personne ne les dérangeât. Le pouvoir de l’argent, le pouvoir du paradis fiscal. La Grande Guerre n’avait pas changé cela, rien ne le pourrait. Illium était définie par cet univers et s’en nourrissait allègrement. Tout le monde le savait, mais personne ne souhaitait y faire quelque chose. Pourquoi faire, lorsque tout le monde en bénéficiait ? Il n’était un secret pour personne que de nombreux ambassadeurs et autres politiciens cachaient une partie de leur fortune dans les dessous de la planète, lorsqu’ils ne faisaient pas du côté des Volus, profitant des divers trafics de la planète pour se gonfler les poches un peu plus. Et s’il n’était pas question des officiels de l’Espace Concilien, il s’agissait des contrebandiers des Systèmes Terminus, qui eux-mêmes entretenaient nombre de pirates aux crimes commis innombrables et odieux.  Oui, tout le monde profitait de la plateforme commerciale qu’était Illium, avec ses magnifiques gratte-ciels étincelant de mille feux sous les rayons d’un constant crépuscule polaire.

Bien qu’il fût indéniable que les spacieux appartements aux grandes baies vitrées donnant une vue imprenable sur le vaste horizon métallique et lumineux de la ville, sobrement décorés pour y accueillir des invités de tout peuple, faisaient rêver plus d’une âme, mais Flavius n’en faisait pas partie. Il avait toujours été du côté des modestes. Il ne se contentait évidemment pas de la pauvreté et ne souhaitait pas vivre dans un trou à rats, mais il ne possédait pas pour autant d’illusions de grandeurs ; il ne se voyait pas rejoindre les sommets de la société de Nos Astra, mais plutôt vivre confortablement dans une demeure qui serait la sienne et celle de sa famille. Il n’avait aucun désir de devenir esclave de cette élite, de devoir entretenir sa fortune pour ne pas la voir se faire chiper par un rival véreux. Il avait déjà son lot de trahisons, de manipulation et d’hypocrisie à gérer dans le monde de la contrebande pour se risquer à jouer dans la cour des grands. Non, il laissait cela aux personnes désireuses et destinées à vivre dans un monde de mensonges et d’illusions.

Le véhicule se parqua à côté d’une place vibrant apparemment d’activité, surmontée d’un large hologramme mélangeant annonces, publicités et actualités galactiques. Le Butarien et le Turien sortirent et mirent enfin pied à terre. Tout de suite, Flavius nota la différence de température entre le sommet de la cité et celle des bas-fonds : ici, l’air était notablement plus agréable et soutenable qu’à la surface, où il était lourd et étouffant. Il prit une large inspiration et savoura la pureté de l’atmosphère, libre de tous les gaz et autres pollutions volatiles qui infestaient les rues d’en bas. Il devait venir plus souvent dans ces hauteurs, cela lui éviterait peut-être d’être le premier de son espèce à développer un syndrome de Képral turien.

« Au fait, je ne t’ai pas demandé ton nom », nota Flavius, à l’adresse du mercenaire qui le guidait. En effet, aucun des deux hommes ne s’étaient adressé la parole pendant tout le trajet. Non seulement le Butarien était des plus taciturnes, mais en plus le Turien avait été obnubilé par son admiration de l’ascension de leur véhicule, et du panorama que leur voyage avait offert. Le garde du corps ne lui répondit pas, grognant à la place, signifiant à son interlocuteur de se taire et de simplement le suivre. « Quelle tête, celui-là… », se dit Flavius, grommelant silencieusement tout en suivant son guide.

Leur destination se fit claire lorsqu’ils arrivèrent devant l’entrée d’une fameuse et cotée boîte de nuit, l’Eternity, la plus célèbre de la ville, connue jusqu’au Présidium de la Citadelle. C’était bien la première fois que le contrebandier y mettait les pieds. En même temps, il ne s’agissait pas vraiment du genre d’endroit où il avait l’habitude de faire affaire. Ses associés n’étaient pas aussi bien lotis. L’établissement était tel qu’on le décrivait : sombre, sombre mais très « lounge » dans son design, et proposant une ambiance unique et reposée, contrairement à la grande majorité des boîtes de nuit. Le Turien apprécia ce qu’il voyait, c’était nouveau, mais agréable.

Le Butarien l’emmena jusqu’à un coin où les attendaient deux femmes, une Asari et une Drelle, ce qui surprit largement le contrebandier, qui n’en avait vues qu’une ou deux dans sa vie. Il fallait dire que les membres de cette espèce ne courraient pas les rues et que leur gente féminine était des plus rares en dehors de Kahjé. Elle était élégamment vêtue, de toute évidence appréciant donner bonne impression et s’entretenant autant que possible. L’Asari, elle, semblait plus modeste dans sa stature et son habillement, indiquant qu’elle travaillait très certainement pour l’autre. Cette journée était définitivement surprenante. Flavius fut accueilli, de nom, et il fut invité à s’assoir sur le sofa face à elle. On leur servit à boire, mais n’ayant pas soif et ne sachant pas encore s’il pouvait tout de suite prendre ses aises, l’homme ne toucha pas au verre.

La Drelle prit alors la parole, expliquant que sa demande d’être transporté à Omega était accessible, mentionnant un « vol de retour », indiquant de toute évidence qu’elle se rendait également là-bas. Étrange, pour une personne de sa stature. La station pirate était un trou à rat, pas une station balnéaire. Mais pourquoi pas. Elle donna également des explications sur ce qui était attendu de lui, tout en demandant si le Turien était qualifié pour la tâche, dont les détails avaient été tenu secret, si ce ne fût la cible, qui était la Fondation Dantius. Elle était maline, de toute évidence, et ne prenait pas de risques. Elle n’avait même pas donné le nom du Butarien lorsqu’elle l’avait mentionné, l’appelant simplement son collaborateur. « Joli nom pour un chien de garde », se disait Flavius. Mais tout cela ne lui importait peu. Tout ce qu’il avait retenu était qu’on n’attendait pas de lui de faire un massacre, d’assassiner qui que ce fût ou de commettre un crime grave qui mettrait en péril son accès à la planète. Non, il était ici question de vol de propriété industrielle. Ou du moins, c’est ce qu’il pensait. La réalité de l’intéressait pas. Il pouvait remplir ce contrat, et il le ferait.

- Je ne suis pas un grand amateur de violence de toute manière, répondit-il en se penchant en avant. En tout cas, je ne crois pas que cette employée vaille la peine qu’on verse du sang pour obtenir une information qui peut s’obtenir en demandant gentiment. »

Flavius n’était évidemment pas sérieux avec ce dernier commentaire. Il était évident qu’il n’allait pas entrer dans une des succursales de la Fondation Dantius et demander à la réception les réponses que la Drelle cherchait.

- J’ai de l’expérience dans l’infiltration, même si ça fait un moment que je n’ai pas eu besoin d’en faire, ajouta-t-il. J’obtiendrai ce que vous cherchez. Indiquez-moi juste où aller, qui est-ce qui vous intéresse et… il me faudra deux-trois outils, histoire d’éviter de faire trop de bruit si je dois ouvrir une porte. »

Après une courte pause, il ajouta son mot de prédilection :

- Deal ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 61

MessageSujet: Re: Réponses en filigrane   Lun 04 Juin 2018, 12:15
Le Turien ne semblait pas manquer d’assurance. Une petite expérience dans l’infiltration, visiblement, même si Kira Nae ne demandait pas un CV complet et détaillé. A vrai dire, elle se moquait un peu de ses faits d’armes ou autres, le Turien servirait seulement à les couvrir en cas de problème, la journaliste comptait beaucoup plus sur son collègue Butarien pour effectuer la mission. Cet “Arcanex” n’était réellement qu’un outil qu’il pourrait jeter si jamais la situation venait à déborder. Et quelqu’un sur qui pourrait retomber tout les problèmes en cas de raté.
Mais tout ça, Kira Nae se garda évidemment de le raconter à leur nouveau collaborateur.

- Dîtes-nous ce dont vous avez besoin, déclara celle-ci, nous verrons si nous sommes en mesure de vous le procurer ou non.

La journaliste glissa un datapad sur la table qui la séparait de son interlocuteur.

- Voila celle que nous cherchons, expliqua-t-elle en présentant la photo d’une Asari a la peau bleutée, les mains plantées dans une longue blouse blanche, Arlina T’sasir, employée en R&D à la fondation Dantius. Elle gère une petite équipe de laborantins, sans vraiment d’importance.
J’ai besoin que vous pénétriez les locaux pour récupérer quelques informations intéressantes. Notre ami commun
, elle désigna Haz de la main, qui vous accompagnera, se chargera de récupérer les données en question.

Son regard se porta à nouveau sur le Turien.

- Votre travail consiste uniquement à l’emmener jusqu’au bureau d’Arlina T’sasir sans soucis et l’en faire sortir sans dommage. Comprenez bien que s’il devait arriver quelque chose, nous ne serions pas en mesure de vous sortir des lieux et, bien évidemment, cette entrevue n’aura jamais existée.

La Drelle observa son interlocuteur quelques instants, jugeant si ce dernier n’était pas complètement décérébré ou un peu trop imprévisible.

- Mais parlez-moi un peu de vous d’abord. Pourquoi vouloir retourner sur alors que nous aurions très bien pu vous proposer de l’argent pour ce travail.

Non pas qu’elle s’intéressât réellement à la réponse qu’il lui fournirait, mais la journaliste devait savoir qu’elles étaient ses motivations. Un individu réellement motivé était toujours plus prompt à réaliser ce qu’on lui demandait, et la journaliste avait besoin de genre de personne, prêtes à tout pour obtenir ce dont elles ont besoin.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant
Rang : Contrebandier
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t5094-flavius-arcanex


Messages : 9
Crédits : Pinterest

MessageSujet: Re: Réponses en filigrane   Ven 13 Juil 2018, 16:54
La Drelle semblait disposée à fournir tout ce dont Flavius avait besoin pour accomplir sa mission, qui ne s’annonçait pas particulièrement compliquée. Il lui fallait atteindre et ramené une employée de la Fondation Dantius, dans le secteur R&D. Il serait accompagné de son garde du corps, le Butarien qui l’avait amené jusque-là, qui s’occuperait d’obtenir les informations que son employeur dlsirait obtenir. Quoi que la cible eût fait, ce devait être suffisant pour avoir froissé la femme, qui ne semblait pas manquer de moyens. Il n’était d’ailleurs pas surprenant qu’une personne disposant d’une certaine fortune puisse octroyer l’équipement que son employé nécessitait pour remplir son contrat. Ils se trouvaient sur Nos Astra, il ne fallait pas l’oublier. Sur la colonie asari, tout était obtenable, il fallait juste pouvoir y mettre le prix.

Le Turien n’avait pas besoin de matériel très sophistiqué ou particulièrement. Au fond, il ne lui fallait qu’une chose, mais il fallait absolument que ce fût de bonne qualité, afin que ce fût aussi convainquant que possible.

- J’aurais besoin d’un badge, contrefait ou officiel, qu’importe tant que c’est convainquant, d’enquêteur privé pour entreprise, expliqua Flavius à son interlocutrice. Si vous souhaitez que je vous ramène un employé d’une entreprise aussi grande que Dantius, il me faut une très bonne excuse pour entrer dans leurs locaux sans avoir à faire de scènes. Seul ces agents ont l’autorité pour entrer et sortir librement d’une succursale sans s’annoncer et sans rendez-vous. »

Le Turien s’adossa au canapé sur lequel il était posé afin de s’installer plus confortablement, avant d’ajouter :

- Quant à ma motivation pour me rendre sur Omega, au lieu de demander une prime, comme d’autres l’auraient fait, eh bien j’ai mes raisons. Disons que quelqu’un m’a fait du tort et m’a laissé coincé ici sans moyens de… partir ailleurs. Mais je ne pense pas que cette histoire vous intéresse réellement, donc restons-en là et occupons-nous de votre Asari. »

Flavius se leva, il s’avait que l’entretien touchait à son terme, il n’allait pas attendre qu’on lui demandât de prendre congé pour partir. Il n’était pas un chien dont on dictait la conduite, il était maître de lui-même. Et de toute manière, même si la Drelle se voyait certainement dans une position de pouvoir, il considérait le contrat comme un service mutuel. Il savait que la femme ne voyait pas les choses de cette manière, mais cela de l’importait pas. Il se doutait également qu’elle n’avait aucune estime pour lui et qu’au moindre soucis, il servirait de couverture pour lui permettre de se laver les mains de l’affaire et n’y être pas associée, mais c’était là une autre raison de ne pas faillir à sa tâche.

- Est-ce qu’on est au clair ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 61

MessageSujet: Re: Réponses en filigrane   Lun 03 Sep 2018, 12:54
La journaliste et le Turien durent on ne peut plus “au clair” ! Ce mercenaire avait visiblement quelques ennemis sur lesquels elle pourrait compter si le besoin d’effacer ce contact de son répertoire, ou bien de faire porter le chapeau à quelqu’un d’autre, se faisait sentir.
Ainsi, la Drelle se retrouva dans sa chambre, en compagnie de sa camarade Asari, devant un écran affichant la caméra cachée dans l’uniforme de son garde du corps Butarien.
Le complexe Dantius, bien que n’étant pas l’annexe la plus importante de l’entreprise, bénéficiait d’un nombre conséquent de gardiens. C’est pourquoi il fut décidé d’affubler leurs deux espions de la même tenue. Le plus dur serait de passer le sas de sécurité. La journaliste avait pu obtenir deux faux pass à un prix exorbitant, mais que valaut les crédits face à une vengeance personnelle ?
Kira Nae reporta son attention sur l’écran, l’oreillette prête à recevoir ses instructions et les observations de ses coéquipiers.
- Bon, vous y êtes ! T’sasir est au troisième étage apparemment mais difficile de savoir où exactement. Il va falloir fouiller un peu !

Haz et son acolyte du jour approchaient de la porte principal de l’immeuble. Comme à son habitude, le Butarien affichait sa mine sérieuse et rude qui seyait parfaitement à son rôle de garde du corps. Bien sûr, un Butarien au milieu de la foule Asari ne passait jamais vraiment inaperçu, malheureusement Lyhn, sa collègue Asari actuellement avec Kira Nae, pouvait difficilement jouer le rôle d’un agent de sécurité avec ses manières princières et délicates. Il allait falloir se montrer habile pour que sa présence passe le plus inaperçu possible, en espérant que les autres agents ne se souvienne que vaguement d’avoir vu passer un Butarien, sans être capable d’en retenir les détails.
La porte en verre s’ouvrit dans un chuintement metalique et Haz prit soin d’indiquer à son camarade de le suivre pour ce début, lui laissant la main une fois à l’intérieur. Haz s’avança alors directement vers le portique de sécurité, saluant d’un signe de tête sec les agents derrière leur poste de surveillance. quatre derrières les écrans, quatre au niveau des deux portiques, comme leur avait annoncé leur contact. Les employé s’avançait généralement vers le portique de droite, autre information obtenue qu’ils allaient vérifier sous peu.
Haz s’approcha du portique et enclencha le pass dans la fente prévue pour cela. Si tout se passait bien, son nouveau nom et visage devrait s’afficher dans la base de données du personnelle qui, très étonnement, se piratait avec une aisance affligeante lorsque que l’on prenait la peine de contacter la bonne personne. Le visage de Kramar Brebnah s’illumina sur l’écran, pour ce qui était de la discrétion quant à son visage, c’était raté. Il faudrait rapidement l’enlever de la base de donnée une fois la mission terminée. Normalement, tout devrait s’effacer au bout d’une journée, mais Haz espérait que sa patronne prenne les mesures nécessaires pour s’en assurer. Ce dont il ne doutait pas.
Le portique de sécurité ne révéla rien de suspect sur l’écran une fois qu’il déposa l’arme de service sur le côté, en espérant qu’aucun des agents ne prenne la peine de se pencher sérieusement dessus. Ils constateraient alors qu’il ne s’agissait pas de l’arme de service actuelle mais la version précédente.
Par chance, rien ne sembla choqué les agents, sûrement un peu trop laxistes, et Haz passa sans encombres.
Ne restait plus qu’à espérer que son camarade bénéficie de la même chance.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Réponses en filigrane   
Revenir en haut Aller en bas
 

Réponses en filigrane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Nébuleuse du Croissant :: Illium-