AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Des plans pour l'avenir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


En ligne
De la Magie dans l'air
Messages : 721

MessageSujet: Des plans pour l'avenir   Lun 16 Avr 2018, 00:07
Intervention MJ : NonDate : 3 Avril 2203 RP Tout public
♦ Informateur ♦ Tharak Nar'Jamon
Des plans pour l'avenir



Rannoch était une planète plutôt paisible dans ce territoire tourmenté et hostile que pouvait être les systèmes terminus. Certains diraient que le territoire getho-quariens était comme un sanctuaire au beau milieu d'une zone de guerre sans fin. Certes, les systèmes terminus n'étaient pas l'endroit le plus sûr et le plus pacifique de la galaxie, mais il ne fallait pas exagérer pour autant. L'imaginaire commun percevait ce secteur galactique comme un milieu peuplé uniquement par des pirates, des criminels, des esclavagistes et autres groupes du même genre qui passaient leur temps à attaquer des innocents, quand ils ne s’entretuaient pas. Il est vrai que de nombreux groupes de cet acabits œuvraient dans ce secteur galactique, mais il ne fallait pas négliger des éléments importants. Comme le fait que certaines civilisation résidaient dans les terminus pour la simple et bonne raison que c'était là que leur race avait vu le jour. Les quariens, les geths et les vortchas étaient dans ce cas. D'autres s'y comme les butariens et les asaris y avaient établis des colonies, pour des raisons variant selon chacune d'elle. Toutes ces civilisations vivaient donc dans cet espace, s'y adaptant et surtout s'y aventurant, là où d'autres races avaient trop peur de s'y promener.

Depuis le retour des quariens, Rannoch était en plein essor. Sans surprise, les quariens avaient rebâtit leur civilisation à grande vitesse grâce à leur expertise et l'aide de leurs nouveaux compagnons, les geths. Résultat, en quinze ans, les villes et villages c'étaient érigés à toutes vitesses à travers la planète. De plus, les investisseurs étranger c'était multipliés et la réputation des deux races c'étaient améliorés. C'était même désormais que ce monde qu'on retrouvait le plus grand spatioport de la galaxie, un exploit des plus remarquable tout de même. La planète accueillait à chaque jour de nombreux visiteurs, venu pour raisons diverses. Nombre venait pour faire des affaires commerciales, pour le tourisme et divers autres raisons. Sans surprise, certains avait pour motivation de découvrir l'apparence des quariens sans leur masque, même si 15 années c'était écoulés. On retrouvait également de nombreux scientifiques tentant de venir faire des échanges technologiques et des geeks de tout poil ayant plus qu'envie de faire des rencontres avec des geths. Bref, on retrouvait de tout, comme cela était le cas sur de nombreux mondes à travers la galaxie.

Toutefois, il fallait pour l'heure se concentrer sur certains bâtiments du gouvernement de l'Amirauté. Dans l'un d'eux, celui rattaché au corps diplomatique, l'agitation et l'action était à son comble. En effet, aucun employé ne prenait le temps de prendre une pause, se concentrant sur son travail. Les fonctionnaires remplissaient des documents avec professionnalisme, les gens de l'entretiens s'assuraient que leur ménage des derniers jours était encore impeccable, les cuisiniers se tenaient prêts à préparer pratiquement n'importe quel plat existant et ainsi de suite. Cependant, les plus tendus devaient être les diplomates. Quelle pouvait être la raison de cette agitation? La venue d'un représentant d'un gouvernement étranger. Pour être plus précis, Tharak Nar'Jamon, le Galant'Ark de l'hégémonie butarienne. Parmi toutes ces personnes agités, il y en avait cependant un qui restait extrêmement calme, le commandant du GIP, Informateur.

Le geth était assis en silence dans la salle de conférence qui accueillerait le Galant'Ark. L'endroit était finement décorés. Le mobilier se composait d'une grande table de travail au centre, pouvant accueillir une vingtaine d'individus, cernés de chaise avec des coussins rembourrés. À cela s'ajoutait une rangée de fauteuil cernant une table de plus petite taille. On retrouvait également un mini-bar dans un coin de la pièce. Finalement, une grande baie vitrée permettait d'apercevoir la capitale, depuis le 30e étage du bâtiment, une vue magnifique. Le geth restait assis sur l'un des fauteuils, observant les nombreux quariens qui lui parlaient. Quelques semaines plus tôt, l'hégémonie avait contacté l'amirauté, souhaitant mettre en place une rencontre entre les deux peuples, afin de reprendre les discussions qui avaient eu lieu il y a un peu moins de deux ans. Apparemment, le nouveau dirigeant de l'hégémonie était plus intéressé par un accord avec l'amirauté que son prédécesseur. En temps normal, la rencontre aurait dû se faire entre des représentants diplomatiques de l'amirauté et le Galant'Ark, cependant une demande inattendu avait été dépêché par les butariens. En effet, on leur avait demandé la présence du commandant Informateur. Il semblerait que le Galant'Ark avait bien appréciés la compagnie du geth lors de la rencontre précédente, d'où la demande de sa présence. Évidemment, Informateur avait accepté jugeant qu'ainsi cela contribuerait à l'intérêt getho-quarien. Résultat, le geth se faisait soumettre des documents et des instructions des démarches à suivre pour cette rencontre. De plus, des membres du service diplomatique seraient présent pour parer à toute éventualité.

Informateur avait également reçu une mise à jour concernant les détails qui avaient été discutés lors de la première rencontre. Les mises à jour ne concernait cependant que le côté de l'amirauté, les butariens n'ayant rien envoyé et réciproquement, après que l'entente ait été dissoute par le précédent chef du gouvernement butarien. Les choses pourraient changer aujourd'hui. Informateur intégrait donc toutes les données une à une. Comme à son habitude, le synthétique était accompagné par son animal de compagnie, le gohala des montagnes Anuli. La petite bête dormait sur les cuisses de son maître, ayant refusé de le quitter. Les diplomates avaient cependant réussi à faire accepter à Informateur que si son animal dérangeait ou bien si Tharak Nar'Jamon le demandait, il serait évacué immédiatement.

L'heure du rendez-vous approchait. Normalement, les butariens arriveraient au spatioport dans une section ayant été sécurisé pour eux. Ensuite, le Galant'Ark et ses hommes pourraient se mettre en route dans des véhicules fournit par l'amirauté, le tout avec une escorte du GIP. Puis, on les accueillerait à l'entrée du bâtiment et on les amènerait jusqu'ici où les gardes armés resteraient à l'intérieur à protéger les lieux avec l'escorte du GIP. Évidemment, tous les butariens devraient porter obligatoirement une combinaison pressurisée. Cependant, une fois dans cette pièce, le Galant'Ark et les individus l'accompagnant pourraient la retirer et se mettre plus confortable. Il ne restait plus qu'à les informer que s'ils désiraient manger ou boire quelque chose, le tout serait préparé par les cuisines. Il fallait désormais attendre.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 176

MessageSujet: Re: Des plans pour l'avenir   Lun 16 Avr 2018, 11:37
Tharak avait longuement réfléchi à sa situation personnelle, s’interrogeant sérieusement sur ce qui pouvait l’amener à autant apprécier son rôle actuel. Etait-ce pour l’attrait du pouvoir, sûrement, pour les richesses inouïes qu’il pouvait désormais se targuer de posséder, nullement, pour l’impression intense de diriger l’avenir de toute une société et ses mondes, évidemment. Mais cela n’expliquait pas tout, et le Galant’Ark actuel de l’Hégémonie soupçonnait autre chose, de plus profond de plus puissant encore. Lorsqu’il se trouvait seul et laissait vagabonder son esprit, le butarien le plus puissant de la galaxie s’imaginait une réponse simple, la génétique.

Le premier butarien à avoir voyagé dans l’espace avait été un Nar’Jamon, le premier butarien à découvrir les ruines prothéennes de Bira était une Nar’Jamon, et dans toute l’histoire des butariens et de l’Hégémonie, ils avaient été nombreux les Nar’Jamon à être les premiers dans de nombreux sujets. Et Tharak avait l’impression que tout en lui réclame de faire partie de cette histoire familiale qui traverse les âges, surtout depuis qu’il a inauguré la chose personnellement. Le premier butarien à se rendre sur Lasjae, c’est lui, le premier butarien à fonder une colonie sur un monde de l’espace concilien, c’est lui.

Et aujourd’hui encore une première fois. Car en posant en premier le pied sur Rannoch, il se révéla être le premier butarien à se rendre sur le monde natal des deux espèces locales. Et cela fut pour lui un plaisir tout aussi intense que de de voir une immense foule de citoyens applaudir ses discours. Une partie de son esprit soupçonnant même que cela pouvait l’être encore plus.

Et c’est ce plaisir sincère qui accompagna et occupa l’esprit du Galant’Ark pour la durée du trajet qui mena le butarien et son escorte vers la première destination réelle de cette rencontre. Certains membres de la délégation de l’Hégémonie avaient montré leur morosité devant l’accueil glacial reçu, mais pas Tharak qui savait combien l’Hégémonie revenait de loin dans ses relations galactiques, surtout auprès de l’Amirauté qui avait souffert de la rapacité de pirates butariens, et de qui avait peu apprécié les annulations méprisantes de la part du précédent dirigeant butarien. Et puis qu’importe en vérité de ne pas accueillit par une foule ou les dirigeants de l’Amirauté, ce qui importait réellement c’était les contrats à venir, enfin s’ils étaient signés. Le reste était illusoire.

Finalement, le trajet passa vite, et la délégation de l’Hégémonie constituée des représentants du bureau de la pensée patriote, du bureau de l’économie, du bureau des échanges culturels et de la commandeur de la quatrième flotte, Pra’Yen se présenta rapidement à l’entrée du bâtiment de l’Amirauté désigné pour accueillir la rencontre, une structure typiquement quarienne rappelant l’architecture de la flotte. Une tripotée de gardes et de diplomates quariens et geths s’agitaient déjà pour recevoir dignement les invités butariens et la situation s’étira tandis que divers représentants étaient présentés les uns aux autres, puis les arrivants se dirigèrent enfin vers une salle, qui se révéla immédiatement être celle de la rencontre officielle.

Tharak reconnu difficilement le geth qui s’y trouvait déjà, Informateur, qui semblait pour l’heure très occupé à lire plusieurs documents que des fonctionnaires lui remettaient. Le Galant’Ark, brisant un peu la gangue s’approcha rapidement du colosse de métal et se planta devant lui.

« Informateur, c’est un honneur pour nous que de vous revoir ici. Nous espérons que nous parviendrons à discuter aussi franchement et amicalement que lors de notre première rencontre. En espérant aussi que vous parviendrez à oublier l’irrespect brutal dont avait fait preuve mon prédécesseur. »

Puis le Galant’Ark se dirigea vers un siège faisant face à celui du geth, tandis que les membres de la délégation de l’Hégémonie prenaient place à ses côtés, créant comme un face à face entre les représentants des trois communautés. Tharak se trouvant au milieu de sa ligne, tandis qu’à ses côtés se trouvaient la commandeur et la représentante de la pensée patriote.

« C’est un véritable honneur, et plaisir, que d’être reçu sur Rannoch, le seul monde de la galaxie ou chaque jour prouve qu’organiques et synthétiques peuvent vivre en cohabitation harmonieuse. Il était plus que temps que les deux nations les plus influentes des Terminus reprennent officiellement contact. » Tharak fit un large signe de la tête, s’inclinant lourdement sur la gauche. « La rupture des relations fut sûrement la pire erreur de la part de l’Hégémonie, et nous espérons que cette journée mettra un terme à cette situation. »

Maintenant, le temps de rentrer dans le vrai sujet.

« Bien, l’Hégémonie est là pour demander la même chose qu’il y a une année, alors nous sommes prêts à entendre les critiques et les changements que l’Amirauté et le GIP voudraient voir discuter. Nous sommes ouverts à tout. »

Et Tharak était sérieux, il était là pour reprendre les négociations exactement là où elles avaient été sacrifiées par Argonar Dal’Shan. En espérant que les choses n’aient pas trop changé dans les mentalités locales, et surtout que la colère vis-à-vis de l’annulation brutale ne se soit pas transformée en rancune. Mais là, seuls les propos de l’Amirauté et du GIP allaient pouvoir lever ou renforcer les doutes. Aussi le Galant’Ark se tut et attendit sagement que ses interlocuteurs prennent la parole.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


En ligne
De la Magie dans l'air
Messages : 721

MessageSujet: Re: Des plans pour l'avenir   Jeu 19 Avr 2018, 21:45
Informateur continuait de recevoir une multitude de détails et d'informations de la part des membres du corps diplomatique de l'Amirauté. Le geth prenait tout cela sans se plaindre. Toutefois intérieurement, il ne pouvait s'empêcher de trouver le tout légèrement ridicule. Ces personnes semblaient oublier la nature synthétique du commandant du GIP. Il aurait suffi de lui transmettre les dossiers au lieu de les présenter à l’œil nu pour que tout soit réglés en quelques secondes. Une autre possibilité aurait été de prendre un second geth, donner à ce dernier les informations aux comptes gouttes et le congénère d'Informateur n'aurait eu qu'à lui transmettre les informations utiles. Certes, le Concensus avait disparu, mais cela n'empêchait pas cette race de synthétique de pouvoir transmettre des informations entre eux, à condition d'être à courte portée. Informateur commençait à se demander combien de temps cela durerait encore, lorsque la porte de la salle s'ouvrit laissant place à la délégation butarienne. Le groupe était composé de trois individus, dont Tharak Nar'Jamon le nouveau Galant’Ark de l'Hégémonie. Plutôt une bonne chose que ce soit cet homme qui possède ce titre. En tant que Galant’Ark, Tharak Nar'Jamon dirigeait désormais l'armée, la diplomatie, la politique et l'hégémonie en générale. Bref, on peut dire que c'était lui le grand patron. Toutefois, il devait tout de même exister certaines instances politiques capables de le court-circuiter si nécessaire.

Le butarien s'avança dans sa direction. Les diplomates de l'amirauté s'écartèrent aussitôt du chemin du Galant’Ark. Tharak s'adressa directement à Informateur, visiblement ravis de le revoir. Le butarien espérait que la rencontre se passe en aussi bon terme que la dernière fois, puis présenta des excuses concernant le comportement du précédent chef de l'hégémonie. Ensuite de quoi, le Galant’Ark prit place dans le fauteuil face au synthétique, tandis que deux butariennes prenaient chacune place à l'un de ces côtés. Certains auraient pu croire qu'il s'agissait des femmes du chef d'état, ses maîtresses, ses filles ou autres choses dans le genre, mais Informateur en doutait. Pour le peu qu'il avait observé du chef de l'hégémonie, il n'était pas ce genre d'individu, trop sérieux pour ça. Logiquement, ces deux femmes occupaient certains postes au sein de son gouvernement. Même s'il ne le montra pas, le synthétique porta légèrement son attention sur les deux butariennes, profitant du silence entre deux discussions. C'était la première fois qu'Informateur se retrouvait face à face avec des représentantes butariennes. Pendant ce temps, deux diplomates quariens prenaient à leur tour place de chaque côté du geth. À sa gauche, une quarienne du service diplomatique et à sa droite, un membre de l'ambassade de la Citadelle revenue directement de la Citadelle pour cette rencontre. Tharak reprit la parole, Informateur le laissant parler sans chercher à l'interrompre. L'Hégémonie voulait si possible reprendre les accords là où ils en étaient il y a un an et les butariens attendaient de connaître les changements. Il était temps de commencer à présenter les choses.


-Tout d'abord, bienvenue sur Rannoch, Galant’Ark Nar'Jamon. L'Amirauté espère également que cette rencontre pourra se passer aussi amicalement que lors de la rencontre d'il y a un an. Nous tenons à préciser que nous ne vous tenons pas rigueur pour les brusqueries de votre prédécesseur. La faute est sienne, ce n'est ni la vôtre, ni celle du peuple butarien. Je ne doute pas que certains devaient partager sa vision des choses. Cependant, le fait que vous soyez devenu le nouveau Galant’Ark démontre bien que la majorité de votre peuple préfère aller de l'avant, plutôt que de revenir au style de vie isolationniste et xénophobe de jadis. Nous pouvons donc reprendre les discussions. Nous aimerions donc reprendre les divers points discutés sur la Citadelle, il y a un an. Cela comprendra les changements y étant lié. Nous pourrons ensuite passer à de nouveaux sujets si cela est nécessaire. Également, si vous souhaitez manger ou boire quelque chose, faîtes-le nous savoir et le personnel des cuisines fera le nécessaire.

Le geth se tut un court instant par politesse. Sur ses cuisses, Anuli releva légèrement la tête. Le gohala jeta un bref regard aux trois butariens, avant d'exécuter un grand bâillement et se remettre en boule et reprendre sa sieste. Informateur caressa d'un doigt la tête de son animal de compagnie, avant de reprendre la discussion entamée.

-Tout d'abord, il y a le cas des ambassades. Lors de notre précédente rencontre, il a été question de mettre en place une ambassade butarienne sur Rannoch et une ambassade getho-quarienne sur Khar'Shan. Chacune dans la capitale de ces deux planètes. Notre position sur la question n'a pas changé. L'Amirauté est toujours en faveur de la création des dîtes ambassades. Avant les divergences avec votre prédécesseur, une équipe d'expert se chargeait de trouver le meilleur site dans notre capitale pour l'établissement de l'ambassade et ils avaient réduit à liste à dix endroits probables. Lorsque votre gouvernement a souhaité reprendre les discussions, nous avons remis cette équipe au travail. Carte, je vous prie.

Cette dernière phrase était adressée au quarien de la délégation. Le concerné activa son omnitech et entra quelques commandes activant des systèmes incorporés dans les murs de la pièce. Une modélisation en trois dimensions de Khaley’Sephä fit son apparition. Un point vert fit son apparition sur la carte, on pouvait reconnaître le bâtiment dans lequel le groupe se trouvait. Deux points rouges firent leur apparition à quelques rues de distance. Les points se trouvaient dans la même rue, chacun d'un côté de la rue, presque face à face.

-Le point vert indique notre position actuelle. Les rouges sont les emplacements restant dans l'évaluation des experts. D'après les derniers détails fournis, cela devrait être conclus très rapidement. Une fois ce léger détail réglé, il resta les détails concernant l'architecture, sur les règles et les lois d'urbanismes. Cependant, ces détails seront surtout le souci d'expert dans le domaine. Ajoutons à cela certains autres détails importants, par exemple le fait que le personnel de l'ambassade sur Rannoch devront porter des combinaisons lorsqu'ils se promènent hors de l'ambassade.

C'était le premier point à aborder, pour la simple et bonne raison qu'il n'était pas bien difficile. Certains éléments étaient une évidence, donc n'amenant pas vraiment à argumenter pendant des heures. Il était temps d'abord un autre point, les enclaves économiques.

-Autre sujet, lors de notre précédente rencontre, l'aspect économique, par des enclaves avaient été abordés. Une enclave sur Haestrom et une sur Camala. Chaque enclave offrant certains avantages commerciaux à l'espèce invitée. Nous désirons toujours poursuivre sur cette voie. À l'heure actuelle, nous disposons de certaines zones sur Haestrom qui pourront servir d'enclave économique temporaire, en attendant la création d'une zone destinée à ce but. Le soleil de cette colonie oblige l'établissement sous-terrain, rendant ainsi les projets de construction plus long à réaliser qu'en surface. Nous avons également préparer une liste commerciales à l'intention de votre gouvernement.

Cette fois le quarien à la gauche d'Informateur désactiva la carte en trois dimension et pris plutôt un datapad qu'il activa et transmis à l'une des butariennes accompagnant Tharak, afin que cette dernière le lui transmette à son tour. Le datapad contenait une vaste liste de marchandises en tout genre. Le tout était classés en trois groupes: Autorisé, Interdit, Quota. Chaque groupe se divisant ensuite par catégorie et les catégories voyant leurs listes de produits être classé par ordre alphabétique. On retrouvait un nombre important de marchandises possibles dans la section autorisée. Pour celles des produits interdits, on y retrouvait majoritairement des produits interdits en vertus des lois conciliennes, mais également certains types d'armes, d'explosifs, certains produits alimentaires, de plantes, d'animaux, etc. Chaque produit interdit était accompagné d'une mention informant sur la raison de l'interdiction. Finalement, le groupe de quota recoupaient des produits variés et la quantité annuelle autorisée. Une dernière mention comportait le nombre de place d'entreposage actuellement disponible pour l'enclave et leur taille.

-Avec cette liste, votre gouvernement aura une idée générale des marchandises autorisées à l'heure actuelle dans l'enclave. La liste des marchandises autorisées n'est cependant pas exhaustive. Certains ajouts pourront venir en temps et en heure. Certains produits faisant face à des quotas pourraient voir cette limitation disparaître ou changer, une fois les locaux établis. Voilà les deux premiers points que l'Amirauté désiraient aborder en premier. Nous sommes prêts à entendre à ce que vous avez à dire. À moins que vous ne souhaitiez que nous poursuivions avec les points suivants.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 176

MessageSujet: Re: Des plans pour l'avenir   Jeu 03 Mai 2018, 11:15
Une chose était passablement énervante avec les Geths, en tant que synthétiques ils ne prennent que rarement en compte leurs erreurs du passé pour éviter de se présenter comme moralisateurs sages et omniscients. Ah non, pour eu, avoir fait une erreur te porte automatiquement comme chantre de la vérité universelle de la bonne intelligence et surtout comme empereur de la morale. En somme, les parents souffrant le plus de la révolte de leurs progénitures avec les laxistes et les tyrans, les trois catégories de mauvais parents.

Toutefois, un énorme avantage de discuter avec un synthétique compense largement ce besoin moralisateur, leur incapacité à rester longtemps sur un même sujet, chose hérité de leur consensus ne nécessitant que quelques secondes, dans le pire des cas, pour discuter d’un sujet et surtout, le clore. Aussi, Tharak n’eut guère à supporter les félicitations moralisatrices sur la sortie de l’isolationnisme, ce qui aurait fait pouffer de rire le butarien en tout autre occasion, et ils passèrent rapidement à autre chose.

« Il serait hautement irrespectueux que de refuser de goûter ce que vos cuisiniers préparent pour nous, représentant Informateur, aussi s’il est possible pour nous que de recevoir rapidement de quoi nous désaltérer, nous ne refuserons pas ce plaisir. Pour ce qui est des collations, cela peut attendre. »

Une réponse un peu longue pour demander à boire et refuser à manger, mais tel est le jeu de la diplomatie, dire peu avec beaucoup de mots. Et pour ça, Tharak était un expert. Puis vint la première négociation, le cas de l’ambassade et de son emplacement. Et les propositions de l’Amirauté avait un coté légèrement ridicule alors qu’ils présentaient les deux choix les plus évidents, deux bâtiments se faisant presque face. Gardant son sérieux, et ses conseillers masquant leur surprise, le Galant’Ark de l’Hégémonie se leva et s’avança rapidement vers la carte pour observer méticuleusement les propositions, bien que ses quatre yeux lui donnent tout à fait la capacité d’en faire de même depuis son siège.

« L’Hégémonie n’a aucune préférence quant au lieu, alors que les deux propositions actuelles conviennent tout à fait. Pour ce qui est des règles propres à vos nations, nous respecterons scrupuleusement vos dires, toutefois, pour des raisons évidentes, nous souhaitons avoir la maîtrise totale dans l’architecture et le chantier en lui-même. Il nous parait essentiel que tous sur Rannoch puissent observer et apprendre à connaître la culture de l’Hégémonie afin qu’elle perde son aspect mystérieux et lointain. »

Puis vint le sujet des enclaves, pas vraiment important étant donné que l’Amirauté semblait déjà prête à tout relancer et que Tharak n’avait pas vraiment de choses à ajouter depuis la première rencontre, si ce n’est qu’il en avait désormais tout pouvoir.

« L’enclave de Camala est déjà pleinement opérationnelle, représentant Informateur. Nous n’avons pour l’heure que bien peu de contrats, puisque nous parlions d’une quasi exclusivité des offres pour l’Amirauté, aussi seules quelques entreprises drells et hanaris œuvrent sur place pour l’heure. Pour ce qui est de la liste des produits que vous proposez et leur réglementation, l’Hégémonie va longuement étudier les propositions préliminaires mais nous n’avons aucuns doutes sur les logiques de ces demandes. »

La représentante du Bureau de la pensée patriote avait déjà transmis le dossier à son supérieur ainsi qu’au représentant du bureau de l’économie qui plongeait déjà entièrement son esprit dans l’étude méticuleuse des éléments constitutifs de ce dossier. Tandis que le représentant du bureau des échanges culturels préparaient l’envoie du document concernant l’enclave de Camala, de l’architecture prévisionnelle de l’ambassade de l’Hégémonie sur Rannoch et le dossier concernant l’université.

Tharak lui fit signe d’attendre encore, et retourna tranquillement à sa place.

« Pour l’heure, nous n’avons pas de questions. Aussi nous sommes tout à fait attentifs à la suite de votre exposition des points à développer. » Le Galant’Ark restait pour l’heure bien silencieux, préférant entendre pleinement ce que l’Amirauté avait à demander, exiger ou refuser avant de placer une demande qui allait peut être sobrement venir d’elle-même. Pour l’heure tout se déroulait à merveille alors il était plus qu’inutile de chercher à créer un malaise ou un refus de mauvais augure. Toutefois, le dirigeant butarien avait réellement hâte d’en venir aux deux points lui tenant le plus à cœur. Les chantiers spatiaux, et surtout l’université commune de Khar’Shan.

Mais pour l’heure, patience et écoute respectueuse avec le plus beau sourire possible. Enfin pas trop non plus, les autres espèces ayant souvent du mal avec la dentition carnassière des butariens, leur donnant un aspect cruel et violent, pas totalement immérité. Être la seule espèce mammalienne carnivore de la galaxie avait en vérité un impact bien plus puissant que l’espèce aurait pu se l’imaginer. Toutefois, cela ne valait que pour les représentants et ambassadeurs quariens de la salle, les geths n’étant que peu sensibles à la menace d’être dévorés. Mais ici il était vital de se faire bien voir des deux espèces, aussi Tharak souriait, mais la bouche fermée.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


En ligne
De la Magie dans l'air
Messages : 721

MessageSujet: Re: Des plans pour l'avenir   Dim 06 Mai 2018, 05:04
Le Galant’Ark semblait se montrer très ouvert pour l'heure. La preuve étant qu'il n'avait pas adressé la moindre opposition aux divers sujets apportés par Informateur. Le butarien avait commencé par accepter l'offre du geth concernant le service des cuisines. Toutefois, le représentant de l'hégémonie préférait se limiter à des rafraîchissement pour l'heure, la nourriture, ce serait pour plus tard. À cette réponse, la quarienne du trio de Rannoch activa son omnitech et envoya quelques commandes aux services des cuisines qui se mettraient au travail dans la seconde. Ensuite fut abordé la question des ambassades. Même s'il tenta de le cacher, Informateur remarqua bien que le représentant butarien montrait peu d'intérêt à la question de l'emplacement, après tout ils étaient pratiquement identiques. Toutefois, le Galant’Ark exigea que la construction et l'architecture soient laissé à la discrétion de son peuple, la construction serait de style butarien, mais respecterait les lois en vigueur sur Rannoch. Le cas de l'enclave économique fut également rapidement expédiée. L'enclave était prête, déjà partiellement occupée par les drells et les hanaris, n'attendant plus que l'amirauté. La question des produits autorisés, limités ou refusés seraient traités plus tard par des économistes butariens. Les assistants du Galant’Ark s'occupaient déjà de remplir une multitude de détails techniques sur leurs omnitechs respectifs, probablement occupés à transmettre les nouvelles données que le geth venait de fournir. Cependant, pour le moment, Tharak Nar'Jamon n'avait aucune question ou point à éclaircir. Soit il n'avait rien à ajouter, soit il préférait attendre avant de le faire. En fait, pour l'heure le Galant’Ark se contentait d'afficher un léger sourire, probablement pour se montrer aimable.

Avant que le geth reprenne la parole, la porte de la salle de conférence s'ouvrit laissant entrer un quarien tenant un grand plateau. Il s'avança vers les six représentants et déposa le contenu du plateau sur la table les séparant. On retrouvait une grande carafe remplit d'eau et de glaçons, ainsi que plusieurs verres. Trois d'entre eux étaient des verres simples et les deux autres étaient fait pour être fermés hermétiquement, évidemment destinés aux deux représentants quariens. Puis, le serveur se retira en faisant une référence polie envers les butariens. Il était désormais possible d'aborder la suite des choses. D'autant que le geth venait de recevoir une petite alerte concernant le terrain allouer à l'ambassade butarienne.


-Je me doute bien que les détails concernant le terrain destiné à l'ambassade n'a guère d'importance, considérant la proximité des deux emplacements probable. Lorsque les quariens sont revenus sur Rannoch, de nombreux règlements d'urbanisme ont dû être rapidement mis en place, cela a amené la création de nombreux règlement qui sont... comment dire...

-Beaucoup trop compliqué, parfois pour des raisons quelques peu ridicules.

Le quarien à la droite d'Informateur venait ainsi de s'exprimer. Informateur lui jeta un bref regard. Avant de reporter son attention sur le Galant’Ark. Autant passer au prochain point.

-Peu importe, passons au point suivant. Il est question des chantiers spatiaux destinés à aider l'hégémonie à rebâtir sa flotte, comme discuté lors de notre précédente rencontre. Nous avions donc parlé de mettre en place deux chantiers dans une zone sûre, mais que l'armement des vaisseaux ne devraient pas être mis en fonction avant d'avoir atteint une autre zone prédéfinie, pour des raisons de sécurités. À l'heure actuelle, nous avons un chantier en cours de restauration. Il fut créé par mon peuple, il y a plus de cent ans et exploité jusqu'au conflit ayant opposé quariens et geths, il y a un peu plus de 15 ans. Depuis cette période, il n'a plus été utilisé, mais a été préservé. Nos ingénieurs y travaillent actuellement afin de tout remettre en état. De plus, ils doivent également y faire des modifications multiples, car ce chantier avait été construit pour accueillir des geths et non des organiques. Certaines adaptations sont donc nécessaire. Toutefois, selon les derniers rapports, les activités du chantier pourront reprendre dans 2 mois, 3 dans le pire des cas. La construction de la flotte butarienne pourra donc reprendre prochainement. Le second chantier pour sa part devra être entièrement construit, ce qui prendra plus de temps. Cela laissera le temps à nos ingénieurs et techniciens à se connaître et à travailler ensemble. La question est de savoir quel type de vaisseau vous comptez y construire. Lors de notre dernière conversation, il était question de croiseur, est-ce toujours le cas?

Le geth écouta la réponse du Galant’Ark avec attention, évitant de perdre le moindre détail de ce que le butarien avait à dire sur la question. Évidemment, l'Amirauté n'avait aucunement l'intention de laisser les butariens construire des cuirassé à l'aide des chantiers navals concernés. Rien n'empêchait l'hégémonie de le faire dans son propre territoire, mais hors de question de le faire sur ceux de l'Amirauté. Au moins, Tharak Nar'Jamon calma le jeu, pas de croiseur de prévu.

-Nous aimerions également abordés la question de l'exploration, découverte et colonisation commune. Nous avions discutés de l'idée de mettre en place une flotte commune composé de divers vaisseaux de nos peuples, voir de créer des vaisseaux hybrides, destinés à explorer la galaxie. Une suite d'idées qui permettrait de découvrir de nouveaux systèmes, de potentielles nouvelles civilisations, peut-être même des vestiges d'anciennes civilisations. À l'heure actuelle, l'Amirauté à une proposition à vous faire sur cette question. Tout d'abord, un entraînement spécialisé serait mis en place, rassemblant des volontaires de nos trois races. Les volontaires seraient formés ensembles et vivraient ensemble dans un environnement contrôlé. Une fois la formation terminé, deux vaisseaux seraient alors déployés, un vaisseau butarien et un vaisseau quariens, les équipages se composant des trois races. Le vaisseau butarien ayant un représentant de votre peuple comme capitaine et notre vaisseau un capitaine quarien ou geth. Chacun de ces vaisseaux opéreraient dans un premier temps à la recherche de nouveaux systèmes. Pendant ce temps, serait lancés un autre projet destinés à créer un vaisseau prototype issu des technologies butarienne, quarienne et geth, une collaboration de nos trois peuples. Comme pour les premiers vaisseaux, l'équipage sera composé de volontaire et formés ensemble. Ce vaisseau partirait cependant dans des régions plus reculés et pour une longue durée. De plus, au sein de l'équipage il y aura un chef militaire, un chef scientifique, un expert en technologie et un diplomate. L'équipage choisirait son capitaine, un poste qui ne pourrait être occupé par un individu occupant l'une des quatre fonctions précédentes. À cela s'ajoute que comme sur le modèle de la flotte quarienne, la vie sur le vaisseau serait dirigé par un conseil composé du capitaine, les quatre experts et quatre autres représentants. Le vaisseau et ses occupants représenteraient nos peuples dans des régions inexplorées de la galaxie. Ainsi, en cas de rencontre avec de nouvelles espèces, nous démontrerions que non seulement la galaxie compte d'autres peuples, mais qu'ils vivent et coopèrent ensemble.

Le geth se tut un court moment pour laisser le temps aux trois représentants butariens de bien absorbés toutes ces informations.

-Si les résultats sont concluants, nous pourrions alors créer davantage de ces vaisseaux coopératifs, ou bien encore, créer des vaisseaux du même genre mais plus spécialisée. De plus, ce pourrait être également un bon début pour des colonisations croisées entre nos peuples. Je conçois sans aucun mal que de nombreux individus dans chacun de nos trois peuples ne sont guère emballés à l'idée de vivre en cohabitation sur la même planète avec un autre peuple et peuvent craindre certains problèmes. Cependant, avec un résultat positif quant à l'utilisation de ces vaisseaux, cela changera quelques peu les choses. Après tout, si butariens, quariens et geths peuvent vivre en permanence ensemble dans l'espace réduit d'un vaisseau, alors une planète ce n'est pas plus difficile.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 176

MessageSujet: Re: Des plans pour l'avenir   Lun 28 Mai 2018, 11:27
C’était une grande première. Une discussion diplomatique se déroulant avec un parfaite respect mutuel, sans conflits sous-jacents ou velléités humiliatrices ou revanchardes. Enfin techniquement, c’était la seconde fois qu’une telle chose se passait, la rencontre avec l’ambassadeur Urdnot Ante s’était révélé tout aussi intéressante et respectueuse, toutefois le krogan était venu dans un but très simple, faire gagner son camp quel qu’en soit le résultat pour le camp d’en face, ce qui n’était clairement pas le cas ici. Informateur, membre respecté du GIP et de l’Amirauté donnait réellement l’impression de vouloir construire quelque chose de plus que de simples contrats.

Tharak avait l’impression de faire face à un rêveur tout comme lui, un être ayant une vision plus vaste que la simple domination de l’espèce, celle d’une galaxie unifiée. Bien évidemment, il y avait peu de chances que l’idéal final des deux soit semblable mais la route pour y parvenir donnait l’impression d’être la même. Et s’ils pouvaient voyager en toute amitié alors cela était plus que le Galant’Ark de l’Hégémonie avait l’espoir de demander. Vint finalement les sujets des chantiers spatiaux et de la flotte de colonisation. Les deux points chauds de la rencontre.

Aussi Tharak Nar’Jamon laissa-t-il son interlocuteur terminait pleinement ses observations, ne répondant que sobrement à chaque partie abordée, conservant une réponse plus complète pour la fin. Le cas des chantiers ?

« L’Hégémonie ne souhaite construire ni croiseurs ni cuirassés dans le territoire national de l’Amirauté. Il serait inconvenant de placer vos nations dans une position inconfortable vis-à-vis de vos alliés concilliens. Nous ne demandons que le droit d’utiliser deux chantiers spatiaux, à double capacités, afin de produire de quatre à huit frégates l’année. »

Le cas de la flotte de colonisation ?

« Nous respectons toutes vos propositions, deux vaisseaux à équipage hybride est une idée excellente en soi, qui est le prolongement sain et constructif que l’Hégémonie recherche dans ses nouvelles interactions. Il parait d’ailleurs intéressant de lier ces idées à la proposition d’université commune que nous portons depuis plusieurs années et auquel les drells sont déjà portés à participer. Nul doute que le sujet sera abordé par la suite, mais nous aurions la proposition que les futurs générations d’explorateurs de cette flotte commune soit formée au sein de l’université pluri-espèce et plurinationale de Khar’Shan.

Pour le reste, nous avons une délimitation supplémentaire à ajouter. Le premier prototype de cette organisation unique en son genre, devra se limiter au Système Terminus. Pour le reste, le fonctionnement proche de l’Amirauté, et le partage de commandement nous convient entièrement. Tout comme l’idée que ce partenariat puise aboutir à quelque chose d’encore plus grand. Pour ce qui est de la colonisation croisée, le sujet me semble simple. Capitale commune, fonctionnement basé sur le principe des enclaves, et territoire restant découpé en deux parts parfaitement égales ou chaque nation gère sa parcelle selon ses lois et sa culture. »


Pour Tharak les deux sujets étaient pleinement définis, restait donc la possibilité d’une volonté de changement sur certains points, comme le partage des mondes édens découverts, ou la discussion concernant les mondes inhabitables mais riches en ressources stratégiques. Aussi le dirigeant du peuple butarien préféra prendre les devants.

« Concernant les découvertes de nos vaisseaux de colonisation, l’Hégémonie propose que toute planète, habitable ou non, soit portée à la connaissance des deux nations qui s’occuperont elles-mêmes de débattre de la suite à porter à cette affaire. Les mondes édens, seront bien évidemment portés à la connaissance du Conseil, pour éviter tout conflit ultérieur à ce sujet, tandis que les planètes riches en minerais, ézo et ressources dites stratégiques seront partagés entre nous de manière intelligente.

Cela signifie la création d’une entreprise d’état, appartenant pour moitié à l’Amirauté et pour moitié à l’Hégémonie, qui s’occuperait entièrement du traitement et du financement des infrastructures nécessaires à l’occupation d’une colonie minière, sous la supervision de nos ministères. Les gains seraient partagés à égale proportion, tandis que la production servirait à des projets communs. Si une nation souhaite conserver une production elle peut le faire si la seconde nation l’accepte, et sous condition de rachat des parts. »


Il n’y avait pas plus équitable comme marché, et la chose était même profondément respectueuse en indiquant que nulle nation ne pourrait doubler la deuxième puisque tout appartient à égale proportion aux deux parties. Restait le problème du contrôle de l’entreprise.

« Pour la gestion de l’entreprise commune, nous proposons la nomination d’un Geth. » Tharak sourit à Informateur. « L’Hégémonie est prête à faire pleinement confiance aux compétences de gestionnaire d’un représentant de ce peuple synthétique et voit cela comme une manière de se faire pardonner pour l’amalgame total que nous faisons dans le partage des ressources en deux parts, alors qu’il est évident que nous sommes trois dans cette affaire.

Tout cela vous conviendrait, nobles représentants de l’Amirauté et du GIP ? »


En espérant que oui.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


En ligne
De la Magie dans l'air
Messages : 721

MessageSujet: Re: Des plans pour l'avenir   Lun 04 Juin 2018, 23:14
Les choses se passaient plutôt bien, pour le moment. Chacun avait certes des points sur lesquels il désirait apporter des précisions ou des restrictions, mais rien de bien méchant ou trop contraignant. Cela pourrait bien sûr changer dans les prochains éléments qui seront discutés, mais cela serait vue le moment venu. Donc, pour en revenir aux sujets actuels. Il y avait donc eu la question des chantiers spatiaux qui avait été abordés et dont Tharak avait souhaité répondre aux interrogations de l'Amirauté. Les butariens avaient donc le désir d'utiliser le chantier spatial actuel et le futur chantier spatial afin de lancer la production de frégate. Ils ambitionnaient donc d'utiliser chaque chantier pour fabriquer deux frégate à la fois, avec une moyenne entre 4 et 8 vaisseaux de cette catégorie par an. De plus, l'hégémonie était bien consciente que l'Amirauté n'avait aucune intention de les aider à reconstruire leur flotte de vaisseau lourd. Intérieurement, le geth évalua les estimations du chef de l'hégémonie. Avoir la place pour la construction de deux frégate n'était pas un problème. Pour ce qui est de la moyenne espéré, Informateur était plutôt positif sur les estimations butarienne et même plus. Toutefois, avant d'apporter des précisions sur le sujet, le synthétique jugea préférable de laisser la chance au Galant'Ark de terminer son plaidoyer. De toute façon, aucun des deux camps n'était véritablement pressé d'en terminer. Les négociations étaient un processus pouvant être assez lent, rigoureux et fastidieux. Contrairement à ce que les holo voulaient nous faire croire, les choses politiques ne se réglaient pas en claquant des doigts.

Le Galant'Ark aborda ensuite la question de la flotte coloniale. Il se montra réceptif à l'idée d'utiliser un vaisseau quarien et un vaisseau butarien, avec équipage mixte, comme prélude d'une flotte plus mixte. Il proposa d'ailleurs de lier cette initiative de formation à l'éducation universitaire, sujet évoqué lors de la première rencontre. Le butarien proposait donc que la formation des équipages de ces vaisseaux d'explorations se fasse à l'université pluri-espèce et plurinationale de Khar’Shan, qui accueillait déjà des représentants du peuple drell. Le Galant'Ark apporta toutefois une restriction concernant la flotte d'exploration, qu'elle se limite aux systèmes terminus. Voilà une demande particulière. Informateur espérait plutôt que la flotte ait une plus grande panoplie de choix de destination, comme les systèmes terminus, la travée de l'attique et l'espace frontalier. Le synthétique prit note de questionner Tharak quand ce serait le bon moment. Le reste du fonctionnement de la flotte convenait visiblement au gouvernement de l'hégémonie, quant à la colonisation croisée, la proposition était de se diviser les planètes colonisés, avec une capitale planétaire commune.

Le Galant'Ark poursuivit en évoquant le déroulement que les choses pourraient avoir lors de la découverte de nouvelles planètes. Ainsi, chacun de leur gouvernement devra informer l'autre lorsque des planètes sont découvertes et débattre des détails la concernant. Le Conseil serait prévenu dans le cas des planètes de type édens, tandis que les planètes plus stratégiques ou riches en ressources seraient partagés entre les deux peuples selon la nécessité. Une société d'état appartenant à l'Amirauté et à l'Hégémonie serait chargé de l'exploitation des planètes ressources. Les ressources seraient divisés équitablement entre les deux nations ou monnayée selon les cas. Tharak suggérait d'ailleurs que le dirigeant de l'entreprise soit un geth, en présentant des excuses pour ses paroles. Informateur le laissa continuer, en gardant le silence. Il resta ainsi silencieux jusqu'à ce que Tharak lui demande si ces propositions convenaient à l'Amirauté et au GIP. Avant qu'Informateur réponde, Anuli se manifesta légèrement. Le gohala qui dormait jusque-là releva la tête, regardant les butariens un à un pendant quelques secondes. Puis, l'animal émit un grand bâillement avant de reprendre sa position et de se rendormir. Informateur caressa d'un doigt la tête de son animal de compagnie avant de répondre au représentant de l'Hégémonie.


-Commençons tout d'abord par les chantiers spatiaux. Si vous souhaitez fabriquer deux frégates en même temps et ce dans chacun des chantiers, ce n'est pas un problème. Pour ce qui est de vos espoirs de pouvoir mettre en service entre 4 et 8 frégates par an, ce ne sera pas non plus un problème. En fait, avec l'aide du peuple quarien et du mien, je suis optimiste quant au fait que nous pourrions faire passer ces estimations entre 6 et 9 frégates par années. L'expérience quarienne et la nature infatigable geth aideront grandement vos ingénieurs. Nous sommes conscients que votre gouvernement préfère conserver certains aspects de conception secrets, aussi sera-t-il nécessaire que vos experts puissent établir jusqu'à quel niveau nos travailleurs peuvent œuvrer, avant de devoir se retirer et laisser exclusivement la place aux vôtres.

Un petit silence pour laisser le temps à l'information de bien s'intégrer.

-Pour la flotte mixte, il est vrai que la possibilité de côtoyer également des drells lors de la formation est intéressante. Toutefois, à l'heure actuelle, l'Amirauté avait une idée légèrement différente. Pour les deux premiers vaisseaux, nous pensons qu'il pourrait être mieux que les volontaires qui serviront sur un vaisseau butarien fassent leur formation à l'université de Khar’Shan. Tandis que ceux qui serviront sur un vaisseau quarien les fassent à l'université de Khaley’Sephä. Certains se retrouveront sur un vaisseau étranger, alors vivre dans un milieu où la technologie de ce vaisseau est omniprésente devrait les aider à s'adapter plus rapidement. Pour ce qui est de l'équipage des vaisseaux mixte, nous pensons que les études pourraient se faire au sein des deux universités. Un programme de formation créée en coopération par les universités, une moitié de la formation se déroulant sur Khar'Shan et l'autre sur Khaley’Sephä, peu importe l'ordre.

Le geth poursuivait en continuant de caresser Anuli.

-Pour les colonisations croisées, je crois en effet que ce modèle est le plus adaptés à l'heure actuelle. La capitale pourraient détenir un vaste territoire au sein duquel se trouverait le spatioport principal de la planète. Les lois seraient établis par les représentants de nos trois peuples. Quant aux territoires appartenant à l'un de nos gouvernement, comme vous l'avez mentionnés, chacun gérant sa parcelle selon ses lois et sa culture. Nous  souhaitons cependant ajouter quelques autres points. D'abord, la possibilité de passage pour chacun dans la parcelle de l'autre, avec obligation de se conformer aux lois du territoire, évidemment. Les décisions n'ayant pas d'influence hors du territoire d'un de nos gouvernements sont à sa discrétion. Cependant, si ces décisions ont peuvent avoir des répercutions affectant la colonie entière, les choses sont différentes. Nous proposons donc qu'un conseil mixte soit établis dans les capitales des colonies pour s'occuper de ce genre de décisions. Voire qu'en cas d'impasse, la situation soit remise entre les mains de nos deux gouvernements. Dans l'avenir nous pourrions également voir à la création de colonie totalement mixte.

Il était maintenant temps d'aborder d'autres points.

-Pour la société d'état que vous proposez, l'idée est intéressante. Vous n'avez cependant pas besoin de vous excuser pour ce qui est de mon peuple. Je suis conscient que vous ne pensiez pas à mal, Galant'Ark. Le seul changement que j'aimerais cependant apporter concernant cette société d'état concerne sa gestion. Afin de nous assurer que le travail sera correctement fait, je propose qu'un laps de temps soit déterminé et qu'à chaque fois qu'il se soit écoulés, un vote de confiance soit mis en place sur la position du gestionnaire. Ce vote déterminera si le gestionnaire en place pourra conserver son poste ou bien doit être remplacé. S'il doit être remplacé, alors chaque peuple pourra alors soumettre un candidat. Un candidat devra obtenir la majorité des votes des individus impliqués. Lors du premier vote, si aucun des trois n'obtient la majorité, celui ayant le moins de vote est alors retirés et le vote reprend avec les deux candidats restant. Nous pouvons également mettre en place certaine mesure permettant de destituer de son poste un gestionnaire, si cela s'avère nécessaire.

Le geth jugea que c'était le bon moment pour évoquer quelques points autres. Pendant ce temps, Anuli qui ne cherchait plus à dormir se mit sur le dos afin que son maître lui caresse le torse.

-L'Amirauté aimerait également être éclairés sur un point. Pourquoi tenez-vous à ce que les vaisseaux d'explorations et de colonisation se limitent aux systèmes terminus. La travée de l'attique possède également des possibilités. Voir même l'espace frontalier, si votre gouvernement est ouvert à cette idée. Évidemment, inutile de perdre notre temps avec les autres zones galactiques, trop de compétitions et nous aurions trop de restrictions également. D'ailleurs, un autre point, vous avez évoqué les universités. L'université de Khaley’Sephä sera prête à accueillir des étudiants butariens au tout début de session scolaire prochaine. Nous ferons parvenir à votre gouvernement une liste des cours prêts à accueillir les vôtres et ceux qui pourront le faire à la session suivante.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 176

MessageSujet: Re: Des plans pour l'avenir   Mar 05 Juin 2018, 15:57
Les premières véritables discussions venaient d’être lancées, enfin. Tharak se plaça de manière bien droite sur son siège écouta sagement les propos de son interlocuteur, le Geth Informateur, étant parfois intrigué par l’animal étrange s’étirant sur les genoux du synthétique, il était en effet hautement étonnant d’amener une créature de compagnie pour une rencontre aussi officielle et cérémonielle, mais les geths étaient des êtres à part dans l’histoire et la construction galactique, et leurs habitudes suivaient e chemin de la particularité.

Lorsque Informateur eut terminé son discours de réponse, le Galant’Ark lâcha son plus beau sourire et prit la parole.

« C’est avec plaisir que nous prendrions une collation, ambassadeur Informateur. »

Et la délégation butarien attendit sagement qu’elle fut servie pour reprendre la parole, observant avec curiosité les plats proposés, et sans goûter quoique ce soit.

« Si les chiffres peuvent montrer jusqu’à neuf frégates, alors c’est un infini plaisir que l’Hégémonie est prête à s’engager dans un projet aussi ambitieux et appréciable, pour ce qui est du travail en commun, la construction ne nécessite le soutien de vos ingénieurs que pour les structures internes et externes, tous les appareils électroniques et de technologies dites sensibles pourront être mis en place par nos propres éléments. »

Tharak dégusta enfin un morceau de ce qui était proposé, trouvant la cuisson et la qualité plus que correct bien que manquant clairement d’une maitrise naissant de l’habitude, les cuisiniers étant évidemment des maîtres dans la nourriture dextro aminé, devant travailler avec des ingrédients inhabituels. Pourtant ça restait tout à fait bon, aussi le butarien apprécia la bouchée avant de reprendre la parole.

« C’est avec un grand bonheur que l’Hégémonie accepte l’idée de faire former une partie des siens au sein d’une de vos universités, toutefois nous aurons des demandes particulières à ajouter, nos résidents vivront au sein de notre ambassade, afin de restreindre les constructions particulières à fournir et faciliter l’approvisionnement en nourriture et produits que notre peuple consomme. Pour se faire, il faut que la distance séparant notre ambassade et l’université ne soit pas excessive, et sûrement que nous revoyions à la hausse la superficie allouée à notre bâtiment. Sinon la chose nous va tout à fait.

Pour ce qui est du sujet de la formation, l’Hégémonie ne voit aucun inconvénient à partager la formation en deux sessions de semblable durée mais cela ne concernera que les formations concernant les colonisations. »


Le dirigeant de l’Hégémonie termina le morceau de nourriture qu’il lui restait, réfléchissant en parallèle à la suite de la discussion.

« Nous espérons que vous comprendrez notre refus, et espérons que vous nous pardonnerez, mais nous devons malheureusement refuser l’idée de colonies parfaitement mixtes. » Tharak laissa un blanc s’installer pendant quelques courtes secondes. « L’Hégémonie possède un calendrier et une politique qui lui est propre et cela restera une vérité universelle tant que nous aurons la force de vivre par nous-même. Il n’est envisagé, ni même envisageable, par personne que de bafouer cette vérité pour vivre, même avec les peuples frères, des quariens et geths de l’Amirauté.

Nous sommes prêts à partager territoires et ressources avec autrui, mais il est une chose qui ne changera jamais, l’Hégémonie est une nation indépendante qui ne se soumettra jamais aux règles et lois d’autrui, et pour la bonne entente que nous semblons partager, il vaut mieux éviter de précipiter des choses que ne peuvent que nous diviser. »


Tharak Na’Jamon était pourtant profondément pour l’idée de mondes totalement mixtes, mais il restait persuadé que pour se faire il ne devait exister qu’une seule entité nationale à la manœuvre, seule chose pouvant rendre une nation puissante et stable. Et clairement l’Amirauté actuelle, ridiculement inféodée au Conseil, était incapable de tenir ce rôle, et il était bien trop honnête que de proposer un contrôle total de ces mondes par l’Hégémonie. Et pourtant, Tharak voyait déjà toutes les possibilités si l’Amirauté devait être annexée par l’Hégémonie, les barrières qui seraient capables d’être brisées.

« Pour ce qui est de la gestion de la société, nous proposions aussi et surtout de nommer un superviseur Geth pour des raisons plus pragmatiques. Il est universellement connu que les geths sont moins attirés par le profit et il n’existe pour l’heure aucun cas ou un geth s’est enfui avec la caisse, et ce couplé aux capacités de calcul et de réflexion absolument miraculeux dont votre espèce est capable. L’Hégémonie maintient donc sa proposition de nommer un superviseur Geth à la tête de ce partenariat. Le reste serait une perte de temps et d’énergie bien trop indexé à des magouilles politiciennes plus néfastes que productives. »

Le dirigeant se rendit alors compte qu’il avait totalement ignoré un sujet pourtant très important.

« Mais il est plus que temps de revenir sur un point oublié de notre personne. Les lois des citoyens de l’Hégémonie resteront celles de l’Hégémonie quel que soit son emplacement, qu’il se trouve au sein de la capitale ou en dehors et nous refusons de permettre la pratique de délits et crimes si d’autres nations, même la vôtre, décide que pour eux ce n’en est pas. Les mondes de l’Hégémonie, même partagés, ne sont pas des zones de non droit, et surtout pas des territoires ou les règles conciliennes supplantent toutes les autres. Il en sera de même pour vos ressortissants.

C’est ainsi que nous pratiquons le partenariat au sein de l’Hégémonie, chaque nation traite ses propres citoyens à sa manière et chacun respecte les règles et cultures de l’autre. Toutefois, il est évident que la partie réservée à l’Hégémonie sera nôtre, et uniquement nôtre et que seules nos lois prévalent sur place. Si un citoyen de l’Amirauté souhaite se rendre sur notre territoire, ce sera alors les mêmes règles que pour tout territoire nous appartenant, seulement avec une autorisation et sous condition du respect absolu de nos lois.

La proposition concernant un ressortissant bafouant nos lois sont simples, et reste la même pour tous nos partenaires, nous jugerons l’individu et transmettront à votre nation la condamnation et l’individu incriminé, vous aurez alors deux possibilités, appliquer la peine définie par vos propres moyens ou gracier l’individu en échange de l’interdiction définitive pour le condamné de se rendre sur un territoire de l’Hégémonie sous peine d’une peine allant de la prison à vie, à la peine de mort. »


L’Hégémonie avait une politique carcérale et judiciaire extrêmement plus dure que l’ensemble des autres espèces connues et sûrement les prisons ayant la pire réputation après les Clans Krogans et il était tout à fait hors de question que le gouvernement se retrouve à faire preuve de complaisance pour plaire à des séides du Conseil et leurs lois nées pour protéger les criminels en col blanc.

« Pour ce qui est des problèmes liés à l’ensemble de la colonie, nous proposons que le gouverneur de l’Hégémonie, le gouverneur de l’Amirauté et le superviseur Geth se réunissent en commun et qu’ils prennent les décisions à la condition que le vote soit unanime, dans le cas inverse, les gouvernements nationaux devront intervenir. »

Voilà, l’ancien gouverneur de Gellix avait donné finalement son avis sur le sujet, peut-être trop précisément mais au moins il n’avait rien oublié. Restait donc le sujet principal.

« Actuellement, les Systèmes Terminus sont une terre de non droit, infestée de criminels et pirates qui se jettent sur chaque monde éden découvert comme des parasites, dévorant les ressources, saccageant tout sur leur passage et rendant des mondes merveilleux à l’état de décharges. En colonisant ce territoire, nous augmentons les dangers nous visant et nous nous forçons à renforcer nos flottes et forces afin de pouvoir tenir ces territoires et surtout les protéger.

Cela va nous couter cher, extrêmement cher, et si nous nous dispersons d’avantages alors nous risquons tout simplement de transformer une collaboration fructueuse et bénéfique en un piège qui nous étranglera financièrement. Le second problème est d’un tout autre ordre. La population quarienne n’excède pas les vingt millions sur la totalité de la population, aussi plus vous aurez de colonies plus vous ralentirez l’aménagement de Rannoch et vous réduirez la capacité à construire une politique nataliste forte.

Soyons intelligents, soyons réalistes, soyons pragmatiques. Concentrons notre alliance sur un territoire proche de nos deux nations afin que nous puissions aisément transférer les individus, et surtout que nous puissions nous créer un territoire cohérent qui nous évitera de nous disperser n’importe comment.

Bien évidemment lorsque la population quarienne aura crû de manière conséquente nous devrons lancer une politique de colonisation nettement plus ambitieuse et nous attaquer sérieusement au cas de la Travée de l’Attique. »


Tharak avait longuement, surement trop, parlé et espérait que ses pensées avaient été bien comprises, surtout sur le refus concernant les colonies intégralement mixtes. L’Hégémonie restait une nation autonome, totalement indépendante du Conseil et n’avait aucune envie que cela change, l’Amirauté devait comprendre cela.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


En ligne
De la Magie dans l'air
Messages : 721

MessageSujet: Re: Des plans pour l'avenir   Sam 09 Juin 2018, 01:13
Informateur restait presque parfaitement immobile en écoutant la réponse du dirigeant de l'Hégémonie. La seule parcelle du corps de l'être synthétique qui bougeait était l'une de ses doigts qui de temps à autre allait caresser le petit animal. Toutefois, le commandant du GIP cessa cette petite activité lorsqu'il fut certains qu'Anuli c'était de nouveau endormit. À partir de ce moment, le geth n'avait plus vraiment besoin de bouger. Il écouta donc tout ce que son interlocuteur butarien avait à dire. Lorsque ce dernier commanda à manger, un de assistant quarien présenta contacta aussitôt le service des cuisines via son omnitech. Informateur n'était pas craintif sur la question de la nourriture. Pour cette occasion, l'Amirauté avait fait importé des aliens levo de très bonne qualité et tous comestibles pour l'organisme butarien. Quant à la préparation, les cuisiniers employés avaient l'habitude de préparer à manger pour des représentants de gouvernement étranger. Certes, le fait qu'il s'agisse de nourriture levo les empêchait de goûter leur plat, cependant ils savaient tout de même ce qu'ils faisaient. Quelques minutes après la demande de la délégation butarienne, la porte de la salle de conférence s'ouvrit laissant place à deux quariens tenant de grands plateaux. Ils s'approchèrent de la table entre les 6 représentants et déposèrent les plateaux avant de retirer les cloches les recouvrant.

Sur le premier plateau, on retrouvait des fruits et des légumes variés. Les plus petits fruits étaient encore entier, alors que les plus gros avaient été découpés en petits morceaux et le tout disposé de manière artistique. Sur le second plateau, on retrouvait diverses sortes de viandes. Certaines étaient servit nous crus, mais la majorité avait été cuit. De petites affiches avaient été disposés pour identifier chaque type de viande. Une fois les plats déposés, les deux serveurs se retirèrent après avoir salué poliment le groupe. La discussion put ensuite reprendre. Avant de prendre une bouchée, la question des spatioport fut évoqués. Heureusement, le Galant'Ark se montrait réceptif à l'idée d'avoir de la main d'oeuvre quarienne et geth. Il faut dire que voir le nombre de vaisseaux produits augmentés d'un bon nombre était un bon argument de vente. Quant aux restrictions, rien d'anormal dans ce qui fut demandé.

Ce n'est qu'après avoir évoqué ce point que le dirigeant butarien s'accorda une bouchée de viande. Il sembla apprécié ce petit commencement et poursuivit avec la question des universités. La question des résidences fut évoquée, le Galant'Ark proposant une solution qui amènerait un agrandissement de la future ambassade butarienne ainsi que de la formation des futurs colonialistes. Toutefois, l'idée de faire des colonies entièrement mixtes fut rejeté par le chef d'état. Le synthétique n'émit aucun commentaire, car c'était une possibilité. Ensuite de quoi Tharak insista de nouveau pour que la future société d'état régissant les ressources des colonies soit dirigés par un geth, à cause de leur tempérament prêtant peu d'importance à l'enrichissement. Il était vrai que les geths étaient moins sujet à ce genre de chose, car leur nature synthétique faisant en sorte que certains éléments organiques n'étaient nullement nécessaire pour eux. Par exemple, ils ne dormaient pas, ni ne mangeaient. Alors, dépenser des fortunes pour des lits de luxe et de la haute gastronomie étaient sans intérêt pour eux.

Le Galant'Ark s'attarda ensuite sur la question des lois et réglementations. Son point pouvait se résumer plus ou moins à ceci: Ce qui illégal pour un butarien le demeure même s'il n'est pas en territoire butarien et cela doit être réciproque pour les quariens et les geths. De plus, les étrangers se doivent de respecter les lois en vigueur sur le territoire de l'autre et nécessite une autorisation. Informateur prit note de revenir plus tard sur ce point. Tout individu enfreignant la loi devrait alors en répondre à son propre gouvernement, soit en subissant la peine pour son crime ou en étant définitivement banni du territoire étranger, sous peine de peine à perpétuité ou exécution en cas de retour. Encore heureux, après tout le système de justice butarien était connu pour être extrêmement punitif. Les décisions politiques liés à toute la colonie serait pris en charge par les 3 représentants des races de la colonie et nécessiterait un accord unanime, en cas d'échec les gouvernements de l'Hégémonie et de l'Amirauté se chargeraient alors de la décision.

Puis vint finalement les explications du Galant'Ark sur les raisons pour lesquelles il préférait concentrer les efforts de colonisation sur les secteurs terminus. Tout d'abord, prendre possessions des planètes ayant un certain potentiel pour éviter de les laisser entre les mains de groupes criminels qui ne feraient que les réduire à l'état de décharge. Ensuite, profiter des ressources de ces mondes afin de renfoncer leurs trois races. De plus, les systèmes terminus étaient des zones plus proches des territoires respectifs de l'Amirauté et de l'Hégémonie, facilitant ainsi la colonisation. Sans parler du fait que la population quarienne étant encore à un nombre assez bas, mieux valait éviter de la disperser. Comme le chef du gouvernement butarien semblait avoir terminé de présenter ses points, Informateur put enfin se permettre de répondre.


-Eh bien, en ce qui attrait la question des chantiers, l'Amirauté comprend tout à fait vos revendications. Il est normal que vous vouliez conserver vos secrets technologique. Si la situation était inversé, nous aurions la même exigence. Nous laisserons des experts s'occuper de déterminer quels sont ces limites. Certes, certains aspects de l'électronique seront laissé exclusivement à votre peuple, mais d'autres pourront toujours être réalisé avant cela. Après tout, certaines technologies sont commune à l'ensemble de la galaxie, car elles sont issu des prothéens et de leurs ruines... Même si techniquement parlant, la guerre nous a démontré qu'il pourrait en fait s'agir des technologies que les moissonneurs ont ''offert'' à la galaxie. Enfin bref, laissons des experts se charger de déterminer les limites.

Venait ensuite la question des universités et élément s'y rattachant. Cette histoire d'une ambassade plus grande n'était pas un problème, mais en soit il existait d'autres possibilités qu'il fallait au moins évoquer.

-Pour ce qui est de l'université, ne vous en faîtes pas pour la formation. Nous pensons également qu'il vaut mieux concentrer cette formation divisée sur la colonisation. Évidemment, nous n'excluons pas l'idée d'utiliser de telle disposition pour d'autres types de formations, mais au cas par cas pour commencer, et nous parlons cas par cas d'étudiant. Peut-être que ce système pourrait être utilisé plus amplement un jour, mais pas avant d'avoir au moins fait quelques essaies et mis en commun des formations entre les deux universités. L'avenir nous dira si cette idée intéresse assez de candidat pour la rendre viable ou non. Quant à la question des résidences, dans les faits, nous n'avons nullement besoin de mettre en place de nouvelles résidences pour des étudiants butariens. Il existe déjà de nombreuses résidences étudiantes, il suffirait donc d'en désigner un nombre suffisant comme résidence pour étudiants étranger. Pour ce qui est de la distance séparant l'ambassade de l'université, nous parlons d'un chemin pouvant se faire en une quinzaine de minutes à pieds. Si vous désirez cependant conservé l'idée d'hébergement au sein de votre ambassade, ce n'est pas un problème.

Informateur se tut un court moment pour réfléchir, avant de poursuivre sur le sujet des universités.

-D'ailleurs, pour les formations universitaires, je suis persuadés que chacune de nos nations aura des formation qui pourront grandement nous intéresser les uns les autres. Je ne me lancerai pas dans une grande liste de formation, je me limiterai à deux. Du côté de l'Amirauté, nous pouvons offrir des formations universitaires dans le domaine de l'ingénierie des vaisseaux. Alors que du côté de votre peuple, nous pensons notamment à des formations en biotique. Le fait qu'il existe peu de quariens biotiques n'est pas un secret. Leur combinaison et l'environnement des vaisseaux ne favorisant pas l'apparition de biotiques. Alors, il y a peu de quariens pour en former d'autres.

Le geth était bien conscient de ce qu'il proposait. D'un côté, l'expertise des geths et quariennes dans la fabrication, la réparation et l'entretien de vaisseau, reconnu comme étant d'un niveau très au-dessus du reste de la galaxie. De l'autre, la connaissance des butariens en biotique, afin de permettre aux quariens de développer leur potentiel dans ce domaine. Une fois ce point évoqués, il fallait enchaîner avec des aspects plus politique.

-Nous exigerons également des nôtres, quariens et geths, de respecter nos lois même hors de nos territoires et de respecter les lois de l'hégémonie s'ils se rendent en territoire butarien. Toutefois, il faudrait que des experts juridique de nos peuples se rencontrent. Certes, il est normal que nous n'interférions pas sur les territoires des autres pour les lois, règlements ou autres. Cependant, lorsqu'il est question des capitales communes des colonies, cela sera un peu plus complexes. Pour les droits de passage sur les zones territoriales, nous pourrions mettre un système à divers niveaux afin de mieux gérer tout cela. Des niveaux simplifiés évidemment, comme un niveau pour les dirigeants politiques et diplomates, un autre pour ceux faisant des affaires commerciales en territoire étranger et un dernier niveau pour le reste. Quant aux ressortissants devant faire face à la justice, votre proposition est raisonnable, je doute que l'Amirauté la rejette.

Un autre petite pause afin de s'assurer de laisser le temps aux butariens de bien absorber l'information. C'était un léger inconvénient pour un geth d'échanger avec un organique. La capacité de traitement d'information des systèmes nerveux d'un être organique était plus lent que celui d'un être synthétique. Les drells et leurs mémoires presque parfaite et les galariens et leur système hyperactif étaient une légère exception, mais tout de même plus lents que les geths.

-Ensuite, nous comprenons vos réticences à l'idée de colonies entièrement mixte, mais rassurez-vous Galant'Ark. Pour cette idée, nous avions songé de commencer avec une petite colonie test, mais pas dans l'immédiat non plus. Il s'agit plus d'une idée qui pourrait être mise à l'essaie dans le futur, avec des volontaires. Aucune obligation, mais plus un projet ambitieux. Quant à la question de la gestion des colonies, il est logique que des représentants de nos races se rassemblent et déterminent ensemble à l'unanimité des décisions importante à prendre. Prendre des décisions importantes sans un consensus, dans une colonie naissante, cela augmente grandement les risques d'échecs. Les Systèmes Terminus peuvent être assez dangereux sans rajouter en plus des problèmes en interne. D'ailleurs, même si nous nous limitons à coloniser les Terminus, l'Amirauté considère que ce n'est pas pour autant que l'exploration devrait se limiter aux Terminus. Nous parlons bien d'exploration et non de colonisation. Certes, nous ne pourrions empêcher des criminels de prendre possession de planète découverte dans la Travée ou l'Espace Frontalier. Toutefois, cela pourrait être utile pour éviter de voir certaines planètes prometteuses être prise par d'autres peuples galactiques.

Le geth se tut encore un court moment.

-Bref, explorer certains secteurs pour avoir un droit acquis et légal sur des nouveaux mondes. S'ils ne nous intéressent pas, il serait toujours possible de les négocier avec d'autres, notamment par la société d'état que vous proposiez. D'ailleurs, puisque vous tenez à ce qu'un geth la dirige, nous chercherons un bon candidat à ce poste. Nous mettrons également un système en place pour un remplacement et une transition efficace, si le directeur de l'entreprise souhaite se retirer ou s'y voit obliger pour une raison ou une autre. De plus, pour revenir avec l'idée de vaisseaux envoyés exploré certains coins galactiques, cela permettrait également de faire du repérage, pour que dans l'avenir, une fois la population quarienne ayant augmentés davantage, nous ayons déjà des mondes connus pour la mise en place de nouvelles colonies.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 176

MessageSujet: Re: Des plans pour l'avenir   Dim 26 Aoû 2018, 15:17
Il était plus qu’évident que la rencontre touchait à son terme, l’Hégémonie avait négocié tout ce qu’elle avait à gagner à cet instant précis et plus grand-chose n’était possible sans que le temps ne s’écoule d’avantage et que la coopération ne prouve réellement son utilité … ou simplement qu’elle était possible entre trois espèces aussi diamétralement différentes. Mais le plus grand obstacle restait le fait simple que l’Hégémonie et l’Amirauté avaient choisi des chemins très différents. Là où la nation de l’espace Frontalier avait décidé de vivre par elle-même acceptant les dangers, les difficultés la nation des Terminus avaient vendu son autorité suprême au Conseil.

Ce simple fait, cette infime différence était pourtant capable de détruire tout ce qu’ils venaient de commencer à construire. L’Amirauté était désormais soumise Caprice d’une organisation égocentrique et ignorante pouvant lui bloquer tant. Toutefois, Tharak préférait garder confiance dans le raisonnement d’une nation à l’histoire aussi unique et à la propension unilatéralement reconnue de n’en faire qu’à sa tête. Surtout qu’il ne s’agissait plus désormais de mendiants de l’espace et d’une armée de robots tueurs servant à terrifier les enfants.

Mais pour l’heure, le Galant’Ark devait terminer les premiers accords.

« L’Hégémonie reconnait que tous vos propos concluent merveilleusement bien ce que nous avions proposé. Pour l’Université et vous l’exploration, nous tombons entièrement en accord. Pour ce qui est des colonies, contentons-nous de concevoir ce que demain sera avant de prévoir ce que le siècle pourrait être. Les colonies mixtes pourront être imaginées dans un avenir relativement proche, mais aujourd’hui est une ambition qui surpasse nos capacités.

Trouvons d’abord cette première colonie dans les Terminus, trouvons là, colonisons là et surtout gardons là avant de nous avancer plus que nécessaire. Cela fait, l’Hégémonie sera toute disposée à réfléchir à toujours plus de partage si nos œuvres sont couronnées de succès. »


Puis l’ancien exilé scruta ses différents conseillers qui semblaient acquiescer à la moindre de ses paroles. Satisfait, le dirigeant de l’Hégémonie s’en retourna vers ses interlocuteurs du moment.

« Les différents experts juridiques peuvent tout à fait se réunir, nous proposons même que cela se fasse au sein des chantiers spatiaux que nous allons louer. Comme cela ils pourront tout à fait préparer les différents accords et contrats qui découleront de ces dits lieux et prolonger plus avant nos accords afin de pallier tous éventuels problèmes non envisagés.

Nous proposons d’ailleurs d’en rester là pour aujourd’hui afin de laisser le temps à nos experts de préparer les prémisses de tout ce que nous avons décidé. Et lorsqu’une année complète se sera écoulée nous pourrons nous rencontrer à nouveau pour tirer le bilan, positif comme négatif de nos accords. D’ici là nous pourrons tout à fait renégocier ou élargir les propositions afin d’améliorer la coopération ou réduire les risques.

En espérant que d’ici là la première colonie sera là pour parfaire ces accords qui prouvent qu’amitié et respect naissent de l’ouverture d’esprit et non de menaces et d’agressivité. »


Une pique à peine contenue envers les actions de l’Alliance et du Conseil mais cela importait peu. Tharak en avait terminé avec cette rencontre et il était plus que temps pour lui de revenir dans ses frontières nationales. Après tout, une quantité phénoménale de travail l’attendait.

« Honorables membres de l’Amirauté, ambassadeur Informateur, cette rencontre était un immense honneur, tout comme le fait d’être le premier représentant de l’Hégémonie à poser les pieds sur le mondes natal de deux espèces aussi remarquables. Que cet évènement d’une si grande intensité serve d’exemple aux générations futures sur ce le dialogue peut apporter à notre galaxie. Que paix et prospérité suivent ces évènements. »

Le reste de la discussion se perdit en salutations longuettes, en échanges d’objets traditionnels et autres amabilités traditionnelles. Puis une photo officielle fut réalisée, ainsi que quelques vidéos, qui serviraient allègrement à la propagande de l’Hégémonie pour les semaines à venir, ainsi qu’un bel ajout à la biographie officielle de l’actuel Galant’Ark. Premier butarien à se rendre sur Rannoch, un très bel ajout. Puis les délégations se séparèrent, chacun retournant, ou restant dans le cas des geths et quariens, sur son monde, chacun se préparant à mettre en œuvre les accords très récemment signés.

Et Tharak avait déjà extrêmement hâte de faire le bilan des résultats pour tout ceci, espérant que frégates et étudiants allaient suivre massivement, mais aussi et surtout qu’au moins une colonie serait fondée afin que l’accord produise réellement une alliance pérenne. Il est moins intéressant de trahir un allié que l’on juge capable de vitrifier un paquet de civils, et surtout capable de retenir en otage un paquet de gens qu’un allié lointain à peine capable de te menacer. Même si le butarien espérait surtout que l’Amirauté allait comprendre que l’actuel dirigeant de l’Hégémonie avait pour but de devenir un allié fidèle capable de se mettre en danger pour autrui.

Mais cela allait devoir attendre que le temps fasse son œuvre.



Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Des plans pour l'avenir   
Revenir en haut Aller en bas
 

Des plans pour l'avenir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Voile de Persée :: Rannoch-