AccueilRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez
 

 Transactions de routine

Jila'Kis Nar Lanketh
Jila'Kis Nar Lanketh
Membre
Messages : 130

Transactions de routine Empty
MessageSujet: Transactions de routine   Transactions de routine Icon_minitimeSam 24 Fév 2018, 01:45
Intervention MJ : NonDate : 24/02/2203 RP Tout public
Madyson Marshal ♦ Jila'Kis Nar Lanketh
Transactions de routine


Jila se prélassait dans un divan, maintenant que ses nouveaux quartiers étaient complètement amenagée et que les temps se calmaient enfin pour elle, la galaxie elle, était pleine de rebondissements avec ces histoires de Galariens. Se redressant, elle ferma le datapad sur lequel étaient affichées les informations récentes, une telle conjoncture serait une aubaine pour elle, peut être devrait elle faire jouer ses contacts pour trouver un contrat parmi les habitants de Sur'Kesh, même si il valait mieux attendre. Les rancœurs propres à la société Galarienne allait donner lieu à un festival de règlement de compte sous couvert de l'ombre.

Un bip régulier émana de son Omni-tech, c'était un appel de son pilote, Arkus, un des hommes d'Anton. Il la servait depuis bientôt un an mine de rien et était devenu un bon ami à elle.
Prenant l'appel, celui ci ne dura que quelque seconde, en effet le Turien ne fit que la prévenir que leur vaisseau était prêt à partir et c'est en raccrochant, que Jila prit un élan emprunt de mollesse pour se lever.

La chasseuse de prime s'était trouvée un petit job de contrebande cette fois. Il fallait qu'elle se rende avec son cargo volé il y a presque deux ans à l'alliance maintenant, sur une station commerciale Turienne dans la Crête Apienne. Sur place elle devrait retrouver son contact, charger la cargaison de fruit dextro-aminé "normalement" en partance pour Rannoch, à quelque chose près que dans toute cette marchandise, des explosifs turiens étaient disséminés.
La plupart étaient destinés à Anton et ses hommes, il prélevait logiquement un dû sur les actions de Jila en échange de ses services et de sa protection, mais la Quarienne en garderait elle même une partie.

Elle attendit la fin du long "pshiiiitt" de décompression du sas avant d'entrer dans le cargo qui commençait à être familier. Il ne payait pas de mine mais depuis le temps, elle et son équipe avait pu réparer les dommages accumulés au fil des mois, les plus sérieux étant de leur fait.. le jour où ils l'avaient volés.
Sur cette mission seul Jila et Arkus partaient pour la station. Le contact avait prévu une équipe sur place qui simulerait les ouvriers de la compagnie d'exportations pour charger le cargo.

- Alors ! Pas trop tôt Jila j'ai failli partir sans toi. plaisanta le pilote sans même se détourner de son tableau de bord.

- Ferme la Arkus répliqua-elle avant de venir lui donner une tape sur l'épaule, la porte du sas se refermant derrière elle. On en a pour longtemps ?

- Un peu plus d'une journée je crois.

La chasseuse poussa un soupir exageré devant cette nouvelle.

- Oh merde, autant de tant avec toi dans un si petit vaisseau, qu'est ce que j'ai fais pour mériter ça ?

- Tu me payes mal, c'est le karma ma grande. Rigolait le Turien avant de décrocher les bras de la station de leur vaisseau.

Jila partie sur une plaisanterie, s'accrochant à une poignée, surprise par le décollage avant de se relaxer immédiatement.
Le vaisseau avait vaguement un étage, enfin plutôt une soute dans laquelle ils avaient aménagé quelques couches séparées par des rideaux, laissant le reste de la place à l'entreposage de matériel ou d'hommes.

24h plus tard

Après un voyage faussement long, Jila s'était installée à côté du pilote pour observer leur approche de la station. Le centre de commerce n'était pas extrêmement grand, il avait tout au plus la taille d'un gros croiseur, peu de personnes devaient y résider à l'année.
Leur petit cargo se rangea dans une file de vaisseau en attente d'une place pour accoster, l'attente dura plus de trois heures, ce qui souleva plusieurs question entre les deux comparses, il devait se passer quelque chose pour que tant de monde daigne porter son attention sur une station si modeste. Jila n'aimait pas ça.

Quel soulagement lorsque les bras de la station finirent par stabiliser leur cargo. La Quarienne s'empressa de se rendre dans le sas, désireuse de marcher, elle supportait mal les voyages dans de petits vaisseaux. Arkus resterait ici pour le moment, au cas ou quelqu'un vienne le questionner et puis.. il avait l'habitude de s'occuper seul. Si rien ne craignait, Jila l’appellerait pour qu'il se détende un peu.

Naturellement et par curiosité, la chasseuse suivit un tas de monde. Ce regroupement expliqué par les nombreux Vaisseaux de transport garés dans la station, un tas de touristes incroyable mais pourquoi...
Pourquoi ? La réponse Jila tomba dessus lorsqu'elle arriva dans l'une des salles aux enchères de ce grand hotel de vente qu'était la station. Peut être qu'elle n'était pas si petite que ça finalement et que la Quarienne comparait trop à Omega, après tout, hormis la Citadelle, tout était plus petit qu'Omega non... ?

Une musique s'échappait d'une scène un peu aléatoire, un groupe hétéroclite se produisait et une foule immense était rassemblée là, mais l'observation fut de courte durée qu'un grand Turien se plaça devant elle.

- Votre billet Madame ?

Jila n'eut pas le temps de répondre que la lumière s'éteignit ainsi que la musique. Des protestations commençaient à fuser en provenance de la salle lorsqu'un coup de feu suivit d'une explosion se fit entendre avant que les lumières ne se rallume. Le garde n'était plus là, mais a travers la baie vitrée donnant sur la salle aux enchères, Jila vit un impact d'explosion assez imposant au centre de la foule dont les survivants cherchaient à s'échapper dans un chaos total alors que le groupe était immédiatement évacués.
Par réflexe Jila se jete à travers la foule pour en savoir plus, elle venait acheter des explosifs et il y avait une explosion, c'est ce à quoi elle pensa immédiatement tout en oubliant pas que cela pouvait être autre chose.





Thème Jila:
 
Mad Marshal
Mad Marshal
Membre
Messages : 17

Transactions de routine Empty
MessageSujet: Re: Transactions de routine   Transactions de routine Icon_minitimeSam 24 Fév 2018, 20:08





Quelle bande de veaux, pensait Mad en parcourant le dédale des marchands, noyée dans le brouhaha incessant que meuglaient clients et négociants, se riant sans doute de tous ces endettés qui, en sursis, finiraient par crever de ne plus pouvoir en faire ; de dettes. A présent au cœur de la station commerciale, elle continuait de déambuler parmi ses allées, habillée d'un ensemble uniformément noir, un blouson de cuir en guise de haut dont l’entrebâillement donnait sur le décolleté d'un débardeur militaire tout aussi sombre. Elle marchait ainsi d'un pas rythmé et semblait savoir où se rendre, mise en quête de l'enseigne Labs Aldrin par Madame le Commandant Tanya Dragova dont la frégate était amarrée à quai, mais sans véritablement se presser et profitant de la promenade. C'était peut-être bien une apparition étrange, comme un chat de gouttière qui se faufilait dans la foule, avec dans la bouche une savoureuse sucette goût fraise, le holster pendulant sous son aisselle laissant timidement apparaître la crosse de son Locust...
Une ombre qui n'échappa pas à l'attention de Végas :

Végas :
 

« Soldat Marshal ; chérie, tu m'as l'air en forme... »

Végas était une vielle, très vielle connaissance rencontrée sur Oméga qui se tenait là, perchée sur ses hauts talons, comme une asperge dandinant du bassin au son de la musique que jouait un groupe hétéroclite. C'était désormais une informatrice ayant déjà pu fournir quelques indications à l'attention de l'autorité concilienne contre une somme importante par le passé, s'assurant de ne jamais être trop dangereuse pour qui que ce soit ; ayant la tête bien ancrée sur les épaules. Mad ne pouvait s'y tromper, passant outre sa dégaine de prostituée qu'elle connaissait depuis toujours, les lentilles blanches, une robe profilée à raz le corps ou les cheveux décolorés, elle reconnaitrait Végas même si elles étaient entièrement plongées dans la pénombre tant son haleine empestait la nicotine, comme de coutume, soufflant ses paroles d'une voix rauque, si grave et âpre qu'on aurait dit celle d'un homme. Elle s'approcha finalement de Miss Marshal, se penchant vers elle pour lui présenter la tige d'une cigarette qu'elle retenait dans son bec.

« Tu m'allumes ?
- Végas... Fit Mad, sortant de sa poche un briquet-chalumeau, pour en faire claquer une flamme qu'elle vint sitôt présenter à la sèche. Qu'est-ce qui a bien pu te faire échouer ici, mh ?
- Je pourrais te retourner la question, trésor ; t'es comme qui dirait hors juridiction. Répondit l'escorte girl après avoir tiré sa première bouffée, la teinte orangée embrasant la cigarette sembla enflammer leurs regards, comme réchauffant la noirceur qui pouvaient encore glacer leurs âmes.
- T'occupes pas. T'as des rumeurs pour moi ?
- Mmh ça se pourrait que je sache deux-trois petites choses sur la vente aux enchères qui se tient juste là, devant toi, mais... Tu connais la chanson.
- ... Okay, Vég', tu veux quoi ? T'es à sec, et moi j'ai pas un rond. »

Subitement vint le Black Out ! Les lumières s'éteignirent, plongeant la station dans les ténèbres. La foule mugissait à présent ses interrogations ; personne n'y voyait rien, mais on pouvait les deviner relevant la tête, tous jugeant l'état des projecteurs ; était-ce une mauvaise plaisanterie ? Quand soudain plusieurs coup de feu retentirent non loin, dans la salle, les flashs lumineux que recrachaient les canons déferlant dans l'obscurité et se découpant en travers les silhouettes des uns et des autres. Une attaque qui sembla se conclure par la détonation d'un explosif qui fit s'éclabousser de nombreux débris auxquels se mêla nombres de corps sur la baie vitrée de l’hôtel des ventes. Les rassemblements, ça pouvait rendre extrêmement con, forcément, ainsi les veaux succombèrent à la peur panique, le troupeau alarmé commençant à se mouver dangereusement, la masse grouillante de monde se poussant par remous vers les sas et les accès, ne sachant guère vraiment où se rendre si ce n'était au plus loin de la salle des ventes.

« Végas !? ... »

Avec le fracas vint la disparition de la prostituée, comme si elle avait été balayée. Mad avait beau humer l'air qu'elle n'en ressentait plus les effluves de tabac, mais seulement l'odeur roussie et caractéristique des explosifs, tâchant aussi bien que faire se peut de rester droite face à la nuée. Fronçant les sourcils lorsqu'elle se fit bousculer, ses yeux aux iris clairs tâchant de trouver les lueurs qui lui indiqueraient une issue de secours, c'est alors avec une joue gonflée par la sucette qu'elle comptait coute que coute conserver en bouche qu'elle dégaina son Locust, pour en défaire le cran de sécurité d'un geste du pouce puis l'armer méthodiquement, avant de... tirer une rafale de balles en l'air, dégradant le plafond qui fit pleuvoir aux alentours quelques particules de fondrilles. L'hystérie collective atteignait son paroxysme, tous hurlaient à gorge déployée, mais c'était ça ou finir piétinée.

« Dégagez, BORDEL ! »








Dernière édition par Mad Marshal le Mer 28 Fév 2018, 18:05, édité 4 fois
Jila'Kis Nar Lanketh
Jila'Kis Nar Lanketh
Membre
Messages : 130

Transactions de routine Empty
MessageSujet: Re: Transactions de routine   Transactions de routine Icon_minitimeLun 26 Fév 2018, 01:07
La cohue était sans égale, une nouvelle rafale de tirs attira son attention sans qu'elle n'arrive à voir le tireur. La Quarienne jura derrière sa visière. "Trop bonne trop conne" pensa elle, ayant laissée ses armes en sûreté en cas de fouilles et surtout pour ne pas attirer l'attention sur eux. Seul son omnilame restait avec elle.

D'un coup d’œil et malgré la foule, elle retrouva le garde qui tentait de restaurer un peu d'ordre tout en implorant les gens de sortir le plus vite possible, ordre et rapidité mmh..
Un petit grésillement résonna dans l'oreillette de la chasseuse, il fallut quelques secondes à cette dernière pour reconnaître la voix d'Arkus.

- Putain il s'passe quoi Jila ? Les hangars sont en train d'être bouclés, plus personne ne sort ou ne rentre, je fais quoi, je te laisse là pour l'instant ? Je peux encore sortir !

Dans la mêlée la reflexion fût compliquée, le laisser partir et se démerder pour rentrer seule ? Elle était assez grande et savait se débrouiller, mais cela signifier abandonner leur contrat alors que rien ne craignait encore pour eux... Enfin sauf cette histoire d'explosifs évidemment..

- Non reste où tu es et prépare toi à jouer la comédie si on vient te poser des questions. Vérifie que rien ne traine dans le vaisseau, tu vas sûrement être perquisitionné. On se recontacte plus tard bonne chance. Conclu-t'elle pour se concentrer.

Il y avait encore assez de monde pour qu'elle puisse se faufiler sans avoir l'air suspecte. Contournant largement l'épicentre de l'explosion tout en évitant de marcher sur des lambeaux de chair calcinée, Jila tenta de rejoindre l'entrée secondaire au fond de la salle. C'était la seule autre entrée de la salle aux enchères, celle qui donnait accès a l'entrepôt d'après les écriteaux était verrouillée.
Pourquoi courir après un fantôme après tout ? Parce qu'on l'avait peut être volée, si ces armes appartenaient à son chargement elle devait attraper le coupable, qui plus es, c'était des charges explosives tactiques, il fallait les activer manuellement et donc être présent sur les lieux, alors à moins qu'elle ne se trompe totalement de piste et que cet attentat ne soit qu'une coïncidence, il fallait qu'elle mène sa petite enquête.

Passant sans soucis par la sortie secondaires normalement réservée aux vendeurs. La Quarienne suivit le couloir quelques instants avant d'arriver devant une porte fenêtrée qui ne s'ouvrit pas à son arrivée, un panneau de commandes était disposé sur l'ouverture, voyant du monde de l'autre côté elle se baissa, préférant rester discrète. Cognant contre son pied, elle découvrit un cadavre qu'elle n'avait pas remarquée absorbée par sa course, c'était un autre Turien arborant le même uniforme que le garde de tout à l'heure, le fouillant rapidement jusqu’à découvrir sur lui une arme conventionnelle, un M3-Predator et deux cartouches thermiques, c'était mieux que rien. Malheureusement, le malheureux ne semblait pas avoir de carte d'accès sur lui ou quelque chose d'autres d'utile. La Quarienne déploya son drone pour l'envoyer là d'où elle venait, afin qu'il serve de caméra de sécurité pour elle, cette pensée lui fit lever la tête pour voir si aucunes caméra ne la fixait et en effet il y avait bien une caméra... détruite.

Le drône parti en émettant comme un petit son lorsque l'on valide une action sur son OmniTech.
De son côté, elle allait tenter de pirater le plus rapidement possible la porte, cela lui prendrait au moins deux minutes vu la qualité de l'établissement, son drône pourrait aller plus vite mais il fallait assurer ses arrières. Un civil ne serait pas un problème, c'était la sécurité...



Pendant ce temps, Arkus battait du pied dans son poste de pilotage, attendant avec appréhension qu'une patrouille vienne le contrôler, ce qui ne manqua pas d'arriver. Le turien n'ayant encore rien de concret à se reprocher réussit à se maîtriser, convaincant la sécurité qu'il n'était qu'un partenaire des ses associés vendant sur la station, il attendait la fin du blocus pour être chargé en fruits dextro et partir sur Rannoch. Les dossiers contrefait marchèrent à merveille, si bien que les gardes n'hésitèrent pas une seconde, déscendant du cargo toujours en quête d'un coupable. Pour une fois qu'ils pouvaient faire montre d'un peu d'autorité et jouer avec leur joujoux...


Thème Jila:
 
Mad Marshal
Mad Marshal
Membre
Messages : 17

Transactions de routine Empty
MessageSujet: Re: Transactions de routine   Transactions de routine Icon_minitimeLun 26 Fév 2018, 06:33



La Sécurité marchait désormais comme un seul être, suivant avec célérité leur protocole d'alerte afin de boucler le secteur. Avoir tirer en l'air n'était pas la meilleure des choses à faire, à vrai dire, si on envisageait d'esquiver les problèmes à long terme... Mais pas le temps d'y songer d'avantage, Mad n'était pas formée pour se creuser les méninges. Agissant d'instinct en l'absence d'ordre à suivre, hâtant le pas d'enjambées qu'elle désirait implacables, la sucette dans la bouche, le Locust dans un poing, jouant d'un premier coup d'épaule pour éjecter sur son flan l'un de ces fuyards, suivi d'un second qui vint à s'affaler, sa mâchoire glissant de tout son long par terre... Violences sur civils pouvant entrainer de lourdes séquelles, elle alourdissait son dossier, mais qu'importait : il lui fallait avancer sans vriller de son chemin.
Et dire qu'elle était venue ici en quête de fournitures médicales, juste quelques boîtes de bandages, de stérilisant et autres remèdes étiquetés par tous ces noms capillotractés qui lui échappaient. Restaurer les réserves de la frégate, une ridicule petite mission qui, normalement, aurait dû lui procurer un peu de liberté, de la joie en se dégourdissant les jambes dans un espace bien moins étroit. Mais non. Bien sûr que non. Il a fallu que tout explose.

A ces pensées, une fine ridule s'esquissa pourtant sur la joue de Mad, creusant sur celle-ci la ligne d'un sourire en coin tandis que son regard incisif transperçait un troisième cavaleur qui vint, lui aussi, à s'éclater par terre. Outch... S'en amusa presque Mad en soufflant un murmure, quelque peu exaltée par le chaos environnent. Mais rien de malsain. Non. Vraiment. Cet instant fugace, qui la confrontait à l'autre, symbolisait la collision de deux univers ; symbole qui s'incarnait en Mad, la misanthrope de la Grande Rouge pensant que lorsqu'on choisissait de vivre la vie d'un assisté, subir devait sans doute être assumé... Néanmoins, ses yeux clairs se relevèrent plus froidement vers la foule, tâchant de retrouver Végas qui s'était volatilisée. Les lumières s'étaient éclairées à nouveau, depuis un petit moment déjà, mais à aucun moment elle ne perçu cette chevelure d'un blond décoloré transparaître dans la cohue. La foule était tellement diversifiée, tant et si bien que toutes excentricités semblaient paradoxalement se confondre dans la normalité...

La jeune Marshal pesta en elle-même jusqu'à ce que son regard s'arrête sur une combinaison intégrale et typiquement quarienne semblant se mouver à contre courant, suspecte et intrigante, discrète et se tenant à l’abri du regard inquisiteur des gardes de la station qui, quant à eux, méthodiquement, adoptaient plusieurs formations dites de « mise en souricière » afin de réguler le flux des affolés.

Une poignée d'entre eux se dirigeait dangereusement de la seconde source de tirs, et donc vers Madyson, les armes à l'épaule, se révélant bien trop vigilants pour la laisser en paix, elle et son pistolet mitrailleur. Ainsi sans plus attendre, la jeune femme opta pour une énième issue, pensant qu'il y avait toujours une autre façon de faire les choses : elle finirait bien par mette la main sur Végas plus tard, préférant jouer la carte de la prudence en suivant le pas de la quarienne.

Se plaquant contre la parois de cet accès secondaire, normalement réservé aux commerçants, le Locust levé à proximité du visage, elle jeta un oeil en biais à l'endroit même où celle qu'elle avait prise en filature s'était engouffrée. Malheureusement, pas le temps d'en savoir plus que Mad apporta son index et son majeur à proximité de son oreillette. Cette dernière grésillait :

« Marshal, vous me recevez ? C'était la voix glaçante de Tanya Dragova.
- Cinq sur cinq... Répondit Mad sur un ton plus bas.
- Situation ?
- Panique à bord, Commandant... Une attaque, peut-être un raid éclair sur la station ; l’hôtel des ventes en fut la cible, à moins qu'il n'ait servi de diversion.
- Ne supposez de rien. Vous êtes en possession du ravitaillement ?
- Négatif.
- *soupir* ... Rentrez saine et sauve, Soldat.
- Compris. »

Fin de communication, Mad poursuivit aussitôt sur sa lancée en pénétrant dans le couloir... Et bim, son crâne percuta de plein fouet le drone de la quarienne ! « Aoutch... » Émit-elle d'une voix monocorde, blasée, posant sa main libre sur son front comme pour en atténuer la douleur. S'avançant de quelques pas félins supplémentaires, concentrée, elle balaya d'un revers de main l'objet volant, le chassant de son périmètre afin qu'il percute violemment le mur, pour alors redresser le canon de son Locust en direction de l'étrangère, suivant ses mouvements, l'air d'attendre l'opportunité qu'elle lui donnerait de faire feu.

« Mmh. Vite prise est la souris qui n'a qu'un seul trou...
Ses lèvres s'articulaient en travers le bâton de sa sucette, semblant d'abord amusée, avant que le timbre de sa voix ne vire étrangement à l'impassible, l'éclat d'un regard plus dur comme deux pointes de flèches sabordant la quarienne dès qu'elle vit le cadavre turien vautré à ses pieds : Pas. Un. Geste. »











Dernière édition par Mad Marshal le Mer 28 Fév 2018, 17:55, édité 4 fois
Jila'Kis Nar Lanketh
Jila'Kis Nar Lanketh
Membre
Messages : 130

Transactions de routine Empty
MessageSujet: Re: Transactions de routine   Transactions de routine Icon_minitimeMar 27 Fév 2018, 01:35
Jila se dépêchait, tellement qu'elle ne faillit pas voir que son drône avait embrassé le mur d'un coup sec.
La Quarienne se retourna en brandissant le M3 mais trop tard, elle était déjà en joue et elle lâcha l'arme avant de s'en prendre une par un malheureux réflèxe de la femme qui lui faisait face.

La chasseuse leva les bras, ne montrant aucun signe d'hostilité. Ce qui n'était pas simple lorsque on ne pouvait pas voir votre visage.

-"Olha calmons-nous calmons-nous..."

Jila aperçue le regard de la jeune femme, dirigé vers le Turien. Mmh..

- Je sais ce que tu te dis, mais je ne l'ai pas tué, regarde c'est son arme de service, je l'ai ramassée pour me défendre, mais.. baisse toi bon sang ! "

Un flottement se fit sentir mais l'humaine finie par se baisser. Jila en profita pour jeter un rapide coup d'oeil à travers la fenêtre mais elle ne vit rien. Vive, elle reporta immédiatement son attention sur l'humaine.

- Ils sont partis, il y avait deux personnes de l'autre côté juste avant que t'arrives. J'ai trouvé la porte lockée et le garde était déjà mort. Regarde au dessus de toi, la caméra a été détruite et il n'avait aucuns pass sur lui, ce qui signifie probablement qu'on a fermé cette porta après l'avoir abattu. Mais ce n'est plus un problème.

Jila tapota sur le clavier de sécurité, son crack étant terminé, la porte céda. La salle ressemblait à s'y méprendre a l'arrière d'une boutique de meuble, de grosses caisses et cartons attendaient à droite et à gauche de la pièce, probablement là où arrivaient les prix mis en vente par les différents marchands etc...
Attentive, la chasseuse écoutait mais aucuns bruits immédiat ne se faisait entendre, la pièce semblait vide à l'exception d'une caméra leur faisant face mais.. elle aussi détruite.

La Quarienne ramassa son arme doucement, en faisant des gestes suffisants pour mettre son interlocutrice en confiance. Elle le rangea à sa ceinture, ramassant aussi les cartouches qu'elle n'avait pas pu emporter, interrompue par l'humaine.

- Je suis Kléo et je cherche qui est derrière tout ça, on m'a volée une cargaison très importante, c'est ma seule piste pour le moment. Je peux te faire confiance ? Tu n'as pas l'air de faire partie de la garde et tu ne m'a pas abattue à vue donc.. tu dois pas être mêlée à tout ça.

Derrière son masque où elle se savait quasiment invisible, elle observait, chaque trait du visage de son interlocutrice. Quel genre de personne avait-elle l'air d'être ? Son air était sérieux et elle dégageait selon elle, une impression de froideur. Tout ceci devait être liés aux évènement bien évidemment, mais pas que, son visage portait les marques de cette rigidité. Enfin, ce n'était pas pour observer son minois que la Quarienne la fixait, mais pour déceler le moindre signe qui la préviendrait d'une attaque ou d'un mensonge. Votre visage pouvait être votre pire ennemi, trahissant la plupart des gens sur leurs véritables intentions. Il fallait avoue que les Quariens et les Geths pouvaient jouer facilement à ce jeu là et être de bon menteurs.


Thème Jila:
 
Mad Marshal
Mad Marshal
Membre
Messages : 17

Transactions de routine Empty
MessageSujet: Re: Transactions de routine   Transactions de routine Icon_minitimeMer 28 Fév 2018, 00:13



La Noirceur en dedans, par les yeux s'exprimait. Des murmures firent échos dans les méandres de ses songes, des pensées psalmodiées qui lui chuchotaient nombres de vérités, entrecoupées de mensonges, à propos de l'étrangère. Certaines étaient affirmatives, d'autres plus vindicatives, agressives, se confrontant toutes face à ses interrogations. Elles disaient, ces voix : C'est des êtres conscients, et d'eux seulement, qu'il te faut avoir peur, Mad dévoilant une canine dans ce qui semblait être un rictus, éphémère, alors qu'elle fixait la quarienne, celle-ci se désarmant, l'invitant à conserver son calme. Mais lorsque qu'elle l'invita à se baisser prestement et faire montre de prudence, ce sourire carnassier qu'elle affichait disparu subitement, aussi rapidement qu'il était apparu.

Elle s’exécuta méthodiquement, démontrant sa souplesse lorsqu'elle s'abaissa accroupie, féline, une main posée en appui sur le sol... L'étrangère lui disait savoir ce qu'elle pensait, qu'elle était sans doute pleine d'aprioris à son sujet. Elle n'avait pas tord, mais le regard de Mad ne s'en troubla pas, semblant plutôt l'éplucher, inclinant son visage sur le côté comme pour y courber son tranchant. Il s'épointait lourdement sur la visière de la quarienne, on pouvait l'imaginer telle une griffe lui rayant le casque ; et ce son strident, insupportable, que font des ongles sur un tableau noir.
Ce regard la compressait, il l'oppressait : L'Enfer est ici, quarienne ; il est dans mes yeux, et c'est ton âme qu'il soupèse. Inclinant alors son visage d'un pivotement à l'aune du précédent, Mad fit prendre à ce regard un angle nouveau lorsque l'étrangère s'expliqua, comme cherchant à percer ce voile opaque qui l'empêchait d'entrevoir ses traits, de la même façon qu'une pieuvre jouait de ses tentacules, méticuleuses, afin de trouver la faille qui lui permettrait de décapsuler ce foutu bocal la séparant du petit poisson qui, en son sein, s'était fait prisonnier ; Est-ce que tu mens ?

A aucun moment Mad n'ouvrit la bouche ; elle n'interrompait que rarement les gens. Seul ce regard outrageusement expressif, toujours, projetait sa curiosité, son désir d'en savoir plus, laissant la quarienne lui livrer tout ce qu'elle avait envie de lui confesser. Ce regard la quitta un temps pour se poser sur le Predator, sur le turien inerte, sur la caméra endommagée à mesure qu'elle contait sa version, puis revint bien vite sur son interlocutrice lorsqu'elle rangea son arme à sa ceinture, cette dernière tâchant ensuite de la mettre en... confiance ?
En réponse, Mad baissa lentement son Locust, ses mitaines de cuir craquelant sous la pression que son poing exerçait sur sa crosse. Il y avait de la violence en elle, pour sûr, et ce regard qui toujours ne cessait de l'exprimer ; Regarde. Deux femmes peuvent s'entendre. Elles le peuvent, comme telles, s'entendre crier lorsqu'elles ne réussissent pas à s'entendre autrement... Donne-moi une raison de te faire hurler...

Elle se redressa lentement, soufflant un soupir sur cette mèche rebelle venue soudain lui obstruer les yeux, à présent droite sur ses longues jambes, sa main libre posée sur sa hanche, toisant l'habitacle qui s'étaient ouvert à elles maintenant qu'il avait été déverrouillé. Elle sembla longuement apprécier le silence qu'il régurgitait, songeant aux compétences en piratage de l'étrangère tout en parcourant ces caisses et ces divers produits qui y étaient entreposés, notant également la présence d'une énième caméra endommagée ; ce qui acheva de la rassurer à son sujet.

Puis reportant vivement son attention sur l'inconnue, pour laquelle son regard ne parvenait à trancher : « Kléo, mh ? Fit-elle, l'air de se décontracter, relevant avec nonchalance son arme, cette fois pour en appuyer le canon contre le casque de la quarienne, la repoussant doucement, suffisamment pour la désaxer de son point d'équilibre et s'assurer qu'elle reste à bonne distance. Rabaissant son Locust à nouveau, son bras armé reposé le long de son flanc, elle poursuivait : C'est drôle... à t'entendre on dirait que tu divague de bonheur et d'optimisme. C'est que je risquerai de poser des questions auxquelles tu ne souhaiterais pas répondre... Comme... Pourquoi agir en solitaire alors que la sécurité pourraient t'appuyer dans tes recherches ? »

Elle fit un pas vers la porte, jetant un œil plus acéré encore dans la pièce :
« J'ai l'impression, toi qui me demande si tu peux me faire confiance, que tu n'aimerais pas que l'on vienne à fouiner dans tes affaires, mh ? ... Moi, je sais seulement que si on se tirait dans les pattes, là comme ça, sans se connaître, ça ne serait défendu et même encouragé que par les gens trop sérieux. Au lieu de cela, sûr, que ta confiance irait de paire... en concluant un pacte avec moi. »

Elle opina lentement de la tête, affirmative, tandis que ses yeux roulèrent à nouveau dans sa direction, ajoutant, le sourire soudain malicieux aux lèvres et lui présentant sa main comme pour l'inviter à la serrer :
« Moi, c'est Mad. Mets-moi dans la confidence, et je t'épaulerais peut-être... Ensuite tu n'entendrais plus jamais parler de moi ; Croix de bois, Croix de fer. »






Jila'Kis Nar Lanketh
Jila'Kis Nar Lanketh
Membre
Messages : 130

Transactions de routine Empty
MessageSujet: Re: Transactions de routine   Transactions de routine Icon_minitimeVen 02 Mar 2018, 00:56



Jila se retourna, pour entendre un "poc" contre sa visière, sa tête flanchant vers l'arrière elle se recula. La quarienne se raidit d'un coup et sa main approcha le M3 sans présenter plus de menace. Que sa nouvelle amie comprenne bien qu'elle n'était pas la seule à savoir se servir d'une arme, et que ce petit jeu n'allait pas l'intimider plus que ça. Certes elle n'était pas en position de force, mais ce genre de manège psychologiques ne prenaient pas sur une personne ayant par le passé, eu l'habitude de faire avouer aux gens l'inavouable.

Tout en l'écoutant parler, Jila regardait les alentours, rien ne semblait vraiment digne d'intérêt ici si ce n'est cette caméra détruite, appuyant sa certitude que leur homme était passé par là. Enfin, la jeune femme posait beaucoup de questions, faisant des remarques qui n'avaient pas grand intérêts ici. Pourquoi était-elle seule ? Bha.. la question se retournait facilement après tout, Jila eut un sourire intérieur, lâchant un petit soupire à mi chemin vers le sourire.

La chasseuse ne décrocha pas un mot pendant cinq seconde, avant de s'approcher doucement, terminant par une légère courbure.

Oh Ne'Bahnté..

Dit-elle en Quarien avant de tendre sa main et de donner une petite frappe dans celle de l'humaine, ne voulait pas lui donner l'occasion de la serrer. Peut être se trompait-elle mais Jila sentait un coup fourré, peut être était-elle parano.

-Je te serrerai la main quand nous en aurons terminés. Tu remarqueras que je fais comme toi, j'agis seule car j'en ai les capacités Mad. Sache juste que je ne veux de mal à personne ici mais pour ta confidence, je veux juste récupérer mon chargement et le meilleur moyen pour y parvenir, c'est de coincer ce qui semble être pour le moment, la seule brebis galeuse à bord.

Sur ces mots, la Quarienne dégaina son arme, sans menacer personne, se contentant juste de la prendre en main avant de se retourner, ne penchant que la tête pour voir son interlocutrice.

- Je pense qu'il va falloir avancer sans plus tarder, moi je te fais confiance bien que je ne comprenne pas cette notion de croix.

Comme si elle cherchait à appuyer ses mots, elle entama une marche lente et gracieuse en direction de la porte suivante, n’accélérant le pas qu'en entendant l'humaine la suivre. Cette fois-ci la porte s'ouvrit sans faire de caprice. Un couloir s'offrait devant-elles, un ascenseur les attendant au bout. Un regard a droite un regard a gauche et oui.. une caméra au sol.

- MMh.. on suit la bonne voie.

Progressant doucement, une voix se fit entendre sur leur gauche, une porte vitrée qu'elles ne pouvaient pas voir avant d'être devant s'y trouvait. La fenêtre étant flouée la Quarienne ne vit rien, en plus elle refusait de s'ouvrir. Jila lança son hack qui normalement devait être plus rapide, familier avec les standards de sécurité de la station dorénavant. Le voyant passa au vert en vingt secondes seulement, découvrant une nouvelle pièce. C'était un bureau de taille moyenne, le genre d'endroits utilisés pour y mener des réunions, une table ovale au centre autour de laquelle était disposés plusieurs fauteuils relativement luxueux, une jeune humaine et deux Turiens étaient derrière la table.

Jila entra dans la pièce prudemment, pointant tous les recoins du bout de son arme. Arrivant au niveau de l'humaine visiblement ligotée, elle vit que celle-ci était drôlement parée, fortement maquillée et qu'elle ressemblait fortement à la femme qui faisait la une des affiches du concert. D'ailleurs... les turiens aussi avaient un air des deux musiciens présents sur le papier.. mais...

Jila enleva le ruban adhésif qui empêchait la femme de parler mais celle ci réagit de manière surprenante, ne prenant pas en compte la présence de Jila mais appelant fortement l'Humaine. La quarienne jeta un oeil aux deux Turiens, salement exécutés.

- Éloignez vous de moi vous ! Vous êtes avec eux, avec ce monstre de Quarien !
Madame, je vous en supplie sortez-moi de là ! Vous ne pouvez pas me laisser comme ça !


Sa voix était criarde, le ton pleurnichard, cela enerva Jila même si elle comprenait quand même un peu la situation, la mort n'était pas le quotidien de tout le monde et ces Turiens devaient être ses amis, enfin elle l'espérait. Comment avaient-ils pu faire parti d'un seul et même groupe sinon ?

Mad..? se retourna Jila toujours accroupie à côté des Turiens.






Thème Jila:
 
Mad Marshal
Mad Marshal
Membre
Messages : 17

Transactions de routine Empty
MessageSujet: Re: Transactions de routine   Transactions de routine Icon_minitimeVen 02 Mar 2018, 23:25



Oh Ne'Bahnté... !? Tentative de noyer le poisson, peut-être de déconsidération à en juger par le timbre de sa voix. Était-ce du mépris ? ...Comme de coutume, cet état de conscience sois-disant supérieur, qu'il se présente à elle sous une forme douée de trois doigts dont un pouce à chaque main, si prétendument fantastique, n'avait strictement rien à lui dire. La chasseresse répéta ses précédentes explications, occulta ses deux malheureuses questions, sans parler de l'humiliation ; ce refus qu'avait cette dernière de lui serrer la main. Ce qui fit plisser les paupières de Mad ; suspicieuse. Bien que l'essentiel, se disait-elle, ce n'était pas de savoir si son interlocutrice avait tord ou raison d'agir de la sorte. Ça n'avait pas d'importance. Au fond, elle songea que la quarienne souhaitait sans doute décourager le monde qu'il s'occupe d'elle. Chacune avait ses petits secrets, de bons droits, mais quant à dire que les réponses données étaient suffisantes pour qu'elle s'engage à corps perdu sur le sentier vaseux qu'elle suggérait ? Décidément non, ce n'était pas aujourd'hui, ni demain, ni jamais, que l'humaine se ferait larbin d'une inconnue.

Après tout, le Commandant Dragova lui avait donné ordre de rentrer saine et sauve, et c'est ce que Mad tâchait de faire. La confiance n'étant donc pas au rendez-vous, la jeune Marshal consulta un bref instant l'écran de son omnitech afin d'afficher sous ses yeux une carte des lieux, lui délivrant un ittinéraire et les points d'accès publics que la station lui mettait à disposition, et qui lui permettraient plus facilement de déboucher sur ses quais d'amarrage.
Une carte à portée des yeux, celle-ci affichée sur son avant bras, elle se tint en position aux côtés de la quarienne, suivant le pas avec pour seul objectif de parvenir au croisement qui, plus tard, les séparerait. Entre autre, sa façon de se déplacer pouvait trahir sa formation militaire, marchant de profil, avec prudence, ses deux mains soulevant son Locust devant son visage, son canon pointé toujours dans la direction où se projetait son regard. Toujours prête à faire feu à la moindre apparition douteuse, soucieuse de sa propre mise en défilade en longeant les parois afin que, dans le pire des cas, elle puisse épargner sa chair d'éventuels tirs ennemis.

A voix basse, à la fois concentrée et solennelle, Mad murmura en travers la sucette qu'elle retenait encore en bouche, ses yeux scrutant les environs :

« La croix... C'est une expression badinne, populaire chez les humains, Kléo. Pour certains d'entre eux, la croix s'oppose à l'enfer qui est promis en cas de mensonge. Prononcer deux fois la croix, c'est appuyer sur son serment. Par superstition peut-être, je l'ignore, mais je suis certaine que vous, les quariens, n'êtes pas insensibles à la parole donnée. »

Mad ne s'attendait plus vraiment à ce que la quarienne lui fasse don d'un commentaire, cette fois. Elle leva plutôt un sourcil, se rendant compte tardivement de l'ironie ; qu'instinctivement, elle avait parlé d'eux comme d'un groupe dont elle s'excluait, les humains, ayant esquivé la première personne du pluriel qui aurait été plus adaptée... Soit. On pouvait penser que chuchoter n'était pas prudent tandis qu'elles déambulaient dans un couloir qui pouvait, à tout instant, révéler un groupe qui leur était hostile. Pourtant, il s'agissait là d'une technique propre aux snipers. Attirer l'attention dans un long corridor pouvait être dévastateur, qu'elles soient elles-même la source d'un leurre ou non, il suffisait qu'une tête s'échappe à l'embouchure opposée du dit couloir pour que Mad en fasse un carton plein... Mais il n'en fut rien, toutes deux parvinrent jusqu'à un nouvel indice sans tirer un seul projectil ; c'était encore une caméra endommagée qui gisait sur le sol.

« MMh.. on suit la bonne voie.
- Vu. Confirma-t-elle d'un mouvement de tête. »

Celui ou ceux qui ne désiraient pas être vu étaient donc passés par ici. Intéressant. Mais une voix vint à troubler l'enquête de la quarienne, celle-ci surgissant depuis une baie vitrée dont la parois leur sembla semi-translucide, difficile donc d'y percevoir quoique ce soit, malheureusement. Mad s’apprêtait à dire qu'elle comptait poursuivre sa route, qu'elle la laisserait à ses mystères et ses problèmes de chargement, quitte à lui souhaiter bonne merde, mais la voila qui s'empressait d'appliquer son logiciel de piratage sur la porte. Ce n'était pas prudent de déverrouiller un accès sans point de vue sur ce qui se tramait à l'intérieur, estimant que la quarienne la mettait en péril, Mad se plaquant aussitôt tout contre l'encadrement de la dite porte, son regard porté sur le compte à rebours de l'omnitech en phase de piratage, comme prête à arroser tout ce qui pourrait surgir de la salle.

Une fois ouverte, la quarienne s'engouffra à l'intérieur puis, s'aidant tout d'abord d'un aperçu de l'agencement de la dite salle affichée sur sa carte, Mad lui emboita immédiatement le pas pour couvrir ses flancs. Il s'agissait visiblement d'une salle de réunion avec, caché derrière sa table ovale et ces quelques sièges, un trio constitué d'une humaine et de deux turiens, correspondant trait pour trait aux musiciens qu'elle avait pu croiser plus tôt en compagnie de Végas, tous dont les membres avaient été entravés par des liens, leur bouche étouffée sous des baillons... Aucune présence hostile, Mad leva pourtant un sourcil, car une fois libérée de l'adhésif qui lui recouvrait la bouche, l'artiste injuria pratiquement la quarienne...

« Éloignez vous de moi, vous ! Vous êtes avec eux, avec ce monstre de Quarien ! Madame, je vous en supplie sortez-moi de là ! Vous ne pouvez pas me laisser comme ça ! »

Madame...? Mad eut comme un sourire en coin, écarquillant les yeux dans un même temps, à la fois amusée et étonnée.

« Mad.. ?
- Mh ? ... »

Madyson reporta son attention sur la quarienne qui s'était penchée sur les turiens, recouvrant son sérieux. Elle ne savait pas comment se l'expliquer, mais le ton qu'avait prit la chasseresse en prononçant son prénom lui en disait long sur ses intentions. A tord, peut-être, elle s'imaginait que c'était comme pour Tanya Dragova, son supérieur, qui lui faisait comprendre de cette même façon que le temps était venu pour elle d'exploiter son tempérament. Mad n'était pas spécialement brutale tout comme pouvait l'être un krogan, cela dit. Elle s'estimait radicale, sans détourner le terme de sa véritable définition ; ce qui signifiait qu'elle mettait tout en œuvre pour prendre le mal à la racine. Ainsi elle s'avança implacablement de l'humaine, cette chanteuse qui sanglotait, posant un genou à terre, à demi accroupie à ses côtés, son bras armé en appui sur sa cuisse, le Locust ballant... Elle l'observa en soupirant, silencieuse un instant...

... Lorsque vint le sanglot de trop, soudain, forçant le tête à tête, Mad attrapa d'une main le visage de la chanteuse, pressant ses joues entre ses doigts, lui déformant complètement la bouche en une grimace amorphe. On aurait dit un poisson-ballon en état de stress, les yeux globuleux qui gesticulaient partout, et puis ce visage gonflé, à la limite de l'hypertrophie...

« Shhhut... Làaa... Voila... Tout. Va. Bien... Fit-elle, de la tendresse dans la voix...
Maintenant... Je veux des détails. Puis, faisant un signe de tête en direction de la quarienne, elle ajouta : Qui est-ce, elle, tu la reconnais ? Et qui est ce quarien dont tu parle ? »






Jila'Kis Nar Lanketh
Jila'Kis Nar Lanketh
Membre
Messages : 130

Transactions de routine Empty
MessageSujet: Re: Transactions de routine   Transactions de routine Icon_minitimeMar 06 Mar 2018, 22:45



L'agitation de la civile fit monter Jila en tension qui se retenait de laisser partir son poing sur le crâne de l'humaine, heureusement il n'en fit rien. Ne voulant pas faire croire à Mad que la chanteuse venait de dire quelque chose de sensible, ce n'était pas le cas de toute manière. Enfin suite à la question de Mad, Jila tourna lentement son regard vers la femme apeurée qui lui jeta un bref regard avant de répondre fébrilement.

- Je.. je j'en sais rien ! Non je ne l'ai jamais vue.. Mais je suppose que c'est une trop grande coïncidence que de voir deux Quariens ici. L'autre est apparu dans notre dos pendant qu'un des hommes de la station nous emmenait en sécurité, il a été abattu dans le couloir à la sortie du concert.

Visiblement, la Quarienne était tombée sur ce cadavre, probablement le garde sur lequel elle avait ramassée le M3, cela expliquait aussi pourquoi il avait une carte d'accès ayant permit au fauteur de troubles de verrouiller cet accès primaire.

Jila s'approcha à distance raisonnable, toujours accroupie, le Predator tenu entre ses jambes.

- Arrêtez de divaguer et dîtes nous ce que vous avez vu d'autres, décrivez ce Quarien s'il vous plaît.

L'humaine dévisagea la chasseuse avant de croiser le regard de Mad qui la décida à répondre.

- Le Quarien.. je.. je ne saurais le décrire il est.. il est comme vous ! Que voulez-vous de plus, on ne peut pas vous faire confiance sans visages ! Je ne me rappelle pas d'un élément particulier... à vrai dire.. il avait une légère fissure sur le casque.

Jila acquiesça pour montrer qu'elle écoutait. Le terroriste car on pouvait l'appeler ainsi, avait dû se retrouver trop proche de l'explosion, son armature devait être endommagée et soit il était préparé, soit il courait se mettre à l'abris dans un lieu ou il pourrait prendre de quoi se prévenir, la maladie pouvant le guetter sous quelques heures après avoir été touchés par tant de bactérie, explosions.. foule et j'en passe...

- Mad il faut bouger, il va nous filer entre les doigts plus rapidement qu'on ne le pense si son armure est réellement endommagée. Que voulez-vous faire d'elle ?

*Tac Tac Tac.. Des bruits de pas se firent entendre dans le couloir, venant du même endroit qu'eux.
Jila se plaça contre la porte pour observer ce qu'il se passait. La Quarienne fit dépasser sa tête, malheureusement visible avec ce fichu casque.

- Juliss, droit devant ! C'est cet enfoiré qui a dû abattre Harius !

Le turien portait la même armure que celle de la garde, le bougre fit plus rapide que prévue et trois balles vinrent frapper le mur juste devant le nez de Jila, l'une d'entre elle la faisant sursauter de peur, une balle l'ayant frappée en plein visage, heureusement déviée par son bouclier méchamment endommagé à présent.

- Merde ! Des gardes Mad, ils vont nous prendre pour cible, enfin c'est déjà le cas ! Une idée pendant que je prépare un éventuel leurre ?

Pendant qu'elle parlait, la chasseuse se retrouvait déjà à genoux, programmant le plus rapidement qu'elle le pu un leurre avec son drône, une image d'elle pourrait être projetée et distraire les gardes, peut être le temps nécessaires aux deux femmes pour qu'elles prennent la fuite.
Interrompue un bref instant dans sa concentration, elle jeta un regard masqué à sa comparse, flairant un mauvais coup de sa part... La confiance allait s'établir maintenant ou bien s'éteindre à jamais.







Thème Jila:
 
Mad Marshal
Mad Marshal
Membre
Messages : 17

Transactions de routine Empty
MessageSujet: Re: Transactions de routine   Transactions de routine Icon_minitimeMer 07 Mar 2018, 11:07



« Mad il faut bouger, il va nous filer entre les doigts plus rapidement qu'on ne le pense si son armure est réellement endommagée. Que voulez-vous faire d'elle ? »

Pour Mad, c'était élémentaire. La réaction se fit sans attendre, mais si elle récapitulait de mémoire, se promenait donc dans la station un quarien suicidaire escorté d'au moins une humaine et de deux turiens déguisés en musiciens. De plus, si elle se fiait à la remarque on ne pouvait plus judicieuse de la chanteuse, la quarienne serait elle-même dans le coup, puisque c'était... une quarienne. D'une logique claire et limpide ; ça coulait de source. Tellement, que Mad se défit vivement de sa sucette pour l'enfoncer d'un geste abrupt dans la bouche de la diva, resserrant l'emprise de ses doigts sur le bas de son visage pour lui refermer la mâchoire... La toisant satisfaite, Mad lui ébouriffa les cheveux, s'aidant alors de sa tête comme s'il s'agissait d'une béquille pour se redresser droite sur ses jambes, puis enfin pivoter en direction de la chasseresse.




Pas le temps de réfléchir que des pas lourds résonnèrent aussitôt dans le couloir, la quarienne filant y jeter un œil en se campant à l'angle de la porte, et y faire passer son casque. Une voix fit alors échos au dehors, suivie par une rafale de tirs, dont l'une des balles faillit transpercer le bouclier de sa comparse ! Action, réaction ; Mad joua d'une épaule, comme pour échauffer ses articulations, tout en activant le module antigravité de ses munitions en un imperceptible bip sonore. Il était clair pour elle qu'il était inutile de la jouer fine. Ces gardes tiraient sans sommation...

« Merde ! Des gardes Mad, ils vont nous prendre pour cible, enfin c'est déjà le cas ! Une idée pendant que je prépare un éventuel leurre ? »

La quarienne s'attelait à la tâche, retombant sur ses genoux pour programmer un leurre en pianotant sur son Omnitech. En position de faiblesse ; vrai qu'elle était parfaite... Quant à Mad, elle marcha d'un pas inexorable, le sol croustillant sous ses pieds, car ses semelles piétinaient les quelques débris et bouts de verres dispersés sur son chemin, sans doute gisant là depuis la précédente lutte des musiciens désireux d'échapper à leurs entraves. A raison, la quarienne, suspicieuse, leva ses yeux dans sa direction, mais se heurta soudain au regard froid de l'humaine qui s'en approchait, son visage se faisant l'expression de l'impassible ; les traits lisses et insipides...

« Je ne te dois rien... »

Et bam, sans crier gare, Mad se fit immédiate et décocha insensiblement l'arc d'un coup de pieds sifflant droit dans la visière de la dite Kléo, comme si elle dégageait un ballon de football. Brutale, lui laissant tout loisir de déguster sa douleur tandis que son corps se souleva de terre avant de partir à la renverse... Sa victime désormais au sol et profitant de l'effet de surprise, Miss Marshal pointa son Locust dans sa direction, se penchant sur la quarienne, son talon écrasant de tout son poids ce bras armé d'un M3... Certains ignoraient la complexité. D'autres en souffraient. Certains, encore, parvenaient à l’éviter, c'est vrai, mais seulement quand les plus radicaux songeaient à la supprimer.

Depuis sa hauteur, et la fixant d'un regard impavide :
« Je n'ai toujours pas compris où était l'entente, Kléo. Je risque la cour martiale, tu comprends ? Ce jeu de piste, là, c'était très amusant. Mais ce n'est pas dans mon intérêt de courser après des combinaisons percées ; si t'as des problèmes de fuites, c'est toi que ça regarde. »






Contenu sponsorisé

Transactions de routine Empty
MessageSujet: Re: Transactions de routine   Transactions de routine Icon_minitime
 

Transactions de routine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace concilien intérieur :: Espace Interstellaire-