AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 41

MessageSujet: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Lun 29 Jan 2018, 20:40
Intervention MJ : S'ils ont envieDate : 29/01/2023 RP Tout public
Yuno'Menna nar Eidolo ♦ Informateur ♦ Qui passera au moment opportun .. ♦
De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.



*Thump !*

Oh .. Pardon, je vous avais pas vue.

Le quarien aide sa petite congénère étalée sous le choc à se remettre sur pieds, elle a volé directement au sol comme une gamine percutée par un adulte trop pressé.
Il s’excuse encore puis, faute de réaction, il repart en la laissant se remettre du choc.

Yuno reste figée un instant, encore surprise de ce qui s’est passé. Une poignée de secondes plus tard elle soupire et redresse sa valise à roulettes.
Elle flippe intérieurement tout en trottinant avec son bagage le long de la coursive menant du vaisseau transporteur qui vient de s’arrimer à la station Haratar.
Trop de monde.. normal pour une telle station, mais pour la jeune femme c’est beaucoup trop : elle n’a plus l’habitude, cela fait des années qu’elle a quitté l’Eidolo et ses coursives surpeuplées. Et puis il faut être réaliste, elle a passé le tiers de sa vie en isolation quand ce n’était pas dans un lit.. fichu accident.
Une demi-heure plus tard quand c’est enfin son tour de passer aux contrôles des visiteurs, elle n’en mène pas large.. mais n’en montre rien pour l’instant, sortant en silence ses identifications.


Yuno’Menna nar Eidolo .. bienvenue, motif de votre visite ?

Mademoiselle ?

Yunoooo IL TE PARLE !!!!

Elle sursaute comme sortie de transe.

Oh oui .. euh.. pardon, excusez moi. Je j’ai rendez-vous au centre de recherches du G.I.P. pour un entretiens. Je viens d.. euh c’est sur mon billet.
Ce n’est pas grave, c’est votre premier séjour ici ?

Hochement affirmatif du casque.

Bien.

La fouille des bagages commence, rien d’alarmant dans la petite valise : médicaments, une combinaison de rechange, affaires de toilettes.. l’homme reprends ses questions.

Combien de temps resterez-vous ?

Yunoooo !
Oui j’ai entendu, mais je sais pas quoi lui répondre , j’en sais rien.
Dit lui quelques jours au plus court, plus si le G.I.P. t’embauche. Ce n’est pas un secret.
… Je vais faire ça.
Mademoiselle ?
Oui .. euh c’est compliqué je ne sais pas quelques jours ou peut être plus si je suis engagée.. j’essaye d’obtenir mon stage de fin d’études, ou un poste s’ils veulent bien.

Ah .. jeune diplômée hein ? Très bien, tout cela me parait en règles, rien de suspect n’a été trouvé dans vos affaires, passez ce portique et nous en avons fini.
D’accord.

Yuno s’avance d’un air molasson vers le portique .. regarde à droite, regarde à gauche, puis traverse le portique en baissant la tête sans raison valable.
Et sursaute comme un chat effrayé quand le bip d’alerte se fait entendre, avant de regarder terrorisée le personnel de sécurité s’approcher, la main sur l’arme.
Pouls emballé elle reste paralysée, ne sachant que faire.


Yuno réveilles toi, dis quelque chose..

Un geth et une solide quarienne lui font face à présent... professionnels, c’est la quarienne qui parle, fermement :

Mademoiselle veuillez montrer vos mains, qu’avez-vous dans vos poches ?

Ses mains sont parfaitement visibles en un rien de temps et elle semble avoir perdu encore 10 centimètres tant elle est terrorisée, comment a-t-elle pu oublier de signaler son « problème » ? Un coup de pieds mental réactive un filet de voix à peine audible.

C’est ma tête .. c’est mon implant, désolée j’ai oublié je .. c’est juste un implant médicalj’aieuaccidentpetite..
Ok, on va vérifier ça, calmez-vous, ne résistez pas et ne bougez pas.

Le geth passe prudemment un appareil de détection au niveau du casque de Yuno tandis que sa collègue l’observe, sur le qui-vive et prête à réagir au moindre mouvement brusque.

C’est bon.
C’est un implant ?
Oui il y a le numéro d’identification, la créatrice dit vrai je l’ai au scanner, pas besoin de lui enlever son casque pour vérifier.
Très bien…
Elle regarde la jeune femme qui tremble de manière incontrôlée à présent.
C’est bon mademoiselle, prévenez la prochaine fois.

Mademoiselle ?

Yuno je sais que tu es totalement paniquée mais il va falloir que tu te reprennes s’il te plait. Maintenant.

Elle ferme les yeux, les rouvre et essayes d’inspirer, son regard ne parvenant pas à éviter le détour vers l’arme au flanc de la quarienne avant de revenir vers la visière de son casque.

Yuno ne t’évanouis pas je pourrai plus rien voir .. Yuno !!

Elle perçoit soudain l’agitation de sa combinaison qui travaille dur pour « éponger » la sueur qui lui glace le creux des reins et éviter l’hyperventilation, ce constat lui permet d’ouvrir la bouche et d’aspirer une goulée d’air.

Je .. suis là.

C’est comme sortir la tête de l’eau, tout à coup le brouhaha ambiant lui reviens, elle se découvre plantée là, avec un agent de sécurité qui est sur le point d’appeler l’équipe de premiers secours et une autre qui tente de capter son attention, une réponse .. une réponse ! Ah oui..
Clignement, cette lumière est trop forte.


Mademoiselle vous m’entendez ?
Oo oui pardon, excusez-moi l’émotion ..le la. Je ..
Bon, vous êtes au bord du malaise, vous voulez vous assoir au calme deux minutes avec un verre d’eau ? Le temps de retrouver vos esprits ?

Elle hoche lentement la tête, encore hagarde, l’agent de sécurité lui prends alors doucement le coude pour la mener dans une petite pièce vitrée au bord du grand hall terminus en la rassurant comme elle peut.

Je suis désolée nous ne savions pas pour votre handicap, on doit assurer une sécurité stricte pour protéger tout le monde, ce n’était pas contre vous mademoiselle. Vous ne risquez rien je vous promets.

Encore un hochement de tête tandis que la femme va lui chercher une mini bouteille d’eau avec sa paille.

Yuno ça suffit maintenant, reprends toi tu as assez joué, on est PAS si fragiles que ça, je sais que tu as peur de passer cet entretiens et d’être le centre de l’attention mais c’est notre choix. L'attention, tu l’as vue partout, sur les séries et films, tes lectures, ça arrive à tout le monde. Et dans notre cas personnel, on l'a déjà vécu dans les cours, et quand on a rendu nos rapports expérimentaux de projets ? Quand il a fallu dire ces trois mots devant le public lors de la soirée de remise des diplômes ? Quand…
C’est bon c’est bon, je suis là, arrête, s’il te plait... encore deux secondes et... c’est bon, ça ne se reproduira pas... de suite. Je vais répondre à l’agent, elle est gentille.
Je trouve aussi.

Elle relève le nez quand on lui tend la bouteille, essaye machinalement un sourire crispé avant de se rappeler qu’il est invisible sous son casque .. elle hoche alors du chef et accepte l’eau.

Merci, je suis désolée .. t’es tout le temps désolée .. hrem .. je je sais pas ce qui m’a pris, j’ai eu peur et… on dirait une proie surprise par un chasseur Krogan oui ! Voila. Je n’ai plus l’habitude des voyages.
Ah, vous aussi vous avez eu du mal à vous ajuster à la nouvelle vie.. J’ai pas pu tenir le coup sur Rannoch moi-même mademoiselle, et quand je suis repartie ça m'a fait très étrange de changer à nouveau d'environnement malgré les années, mais vous serez bien sur cette station, prenez juste le temps de vous acclimater.
Je dois retourner assister mon collègue, quand vous vous sentirez prête à repartir, vous prenez à gauche là et vous rejoignez la file des arrivants, c’est bon vous avez passé l’accueil les fouilles d’accueil, je dois juste consigner l’incident avec votre identité mais vous êtes la bienvenue à bord.



Elle est mignonne cette fille.
Elle a deux fois notre âge, arrête ça.
Non je veux dire qu’elle est gentille, ça te rassures pas ce qu’elle dit ?
Si .. non .. enfin si.
Bah dis le lui.
Ça va aller ?
Oui, je .. Aspirer l’eau *srrrrrrrrp* .. oui, je reconnecte mes neuronnes, c’est très perturbant de perdre prise comme ça.
Je crois que c’est moi-même qui me suis faite le plus de frayeur en fait.
Merci. Je suis désolée pour toute cette scène mais je vous remercie pour votre gentillesse. Ça va aller maintenant.


Elle cherche son bagage du regard, puis l’heure indiquée sur sa visière.. et ouvre la bouche en rond surpris.

Je dois y aller aussi, je j’ai l’entretiens de ma vie qui m’attend.
Ah .. ?
Je, je postule comme chercheuse, enfin assistante, enfin apprentie ou stagiaire, je sais pas, chercheuse.. au G.I.P.
Oh, je vois, eh bien je vous souhaite bonne chance mademoiselle.

La quarienne s’incline avant de rejoindre son collègue, un peu émue devant cette enfant qui s’élance hors du nid pour son premier vol, puis retourne à son travail.

Pour Yuno par contre, le vol se poursuit... Suivre les pancartes dans la foule, il faut marcher, c’est long, heureusement le plan de la station est déjà dans son omnitech ainsi que les lignes de transports, l’hotel lowcost où elle est sensée se rendre après ses entretiens.
Sa bourse et l’argent envoyé par ses parents lui ont permis de vivre durant ses études sans trop manquer de choses, mais elle n’a pas non plus d’économies flamboyantes et certainement pas les moyens de passer 2 semaines sur la station sans emploi, même dans un hôtel miteux.
Rien que le prix du voyage a grignoté le tiers de ces économies, c’est sa meilleure chance, mais elle n’a pas le droit à l’erreur non plus, il lui faut ce poste. Elle est pourtant major de sa promotion, même si ça ne veut pas dire grand-chose pour elle, une étape pour aller plus loin dans ses recherches, elle se souviendra surtout de l’angoisse épouvantable en captant du coin de l’œil les regards envieux ou lourds de reproches de certains de ses camarades.
Après tout elle avait fait cavalier seul, douée mais solitaire au point de faire ses projets sans binôme comme les autres, elle qui n’aimait pas se faire remarquer elle s’était loupée en beauté.
Du passé, il lui faut se concentrer sur son présent, l’enjeu n’est rien moins que son avenir, ses recherches, sans ce poste elle n’aura jamais les moyens d’y parvenir.
Yuno chasse les souvenirs qui affluent et repère la station de transport qui doit la mener au Q.G. du G.I.P., pas de place assise .. elle s’assoit sur sa valise dans un coin, observant les lieux.


C’est plus joli que sur les vidéos non ?
Oui, je me plairai bien ici je crois.
Raison de plus pour faire une belle prestation, on a besoin de ce poste, quel qu’il soit mais ici.
Oui tu as raison…
Comme d’habitude.
N’exagère pas.
Ne te berces pas d’illusions.
On ne va pas recommencer ?
Hum, tu as raison, concentrons-nous, voici la navette.

Se lever, ramasser la valise à roulettes, attendre dans le groupe de voyageurs, monter, se glisser dans un recoin.
Yuno revoit sa présentation sur son omnitech en silence, ne rien laisser au hasard, ne pas se déconcentrer, travailler sa respiration, il ne faut surtout pas qu’elle perde à nouveau les pédales devant la personne qui lui posera des questions.
Perdue dans ses pensées et ses exercices mentaux, l’arrêt la prend par surprise. Elle saute littéralement de la navette, les portes se refermant derrière elle avec un chuintement sec, déjà son pouls s’accélère... un coup d’œil à l’heure, elle sera dans les temps si elle ne retombe pas en pamoison comme au spatioport.
Ce sera un souvenir cuisant que cet échec, tout le monde devait la regarder… les gens raconteront son histoire en rigolant autour d’un verre pendant deux semaines, la jeune quarienne se sent envahie par la honte en y repensant, il lui faut une remontrance mentale et un soupir rageur pour la repousser de l’avant.
Deux grandes portes vitrées.


En avant.
Avant de fuir.
Ce n’est pas drôle.
Mais si, avec un peu de recul, tu verras.
Tais-toi.
Techniquement je n’ai jamais parlé de ma « vie ».
Aide-moi au lieu de me démolir !
Je t’aide en te rappelant où est le nord.
Ça marche pas bien…
Je constate cela.

Entrée … formalité d’accueil, vérification de rendez-vous, badge visiteur, salle d’attente, seule. Enfin.
Dernière ligne droite, Yuno cherche un moyen de se calmer alors que son cœur bat la chamade et que même les murs en acier semble lui être menaçants.


Si tu n’arrives pas à te calmer, pourquoi tu n’exploiterais pas toute cette adrénaline pour te mettre en conditions ?
Comment ça ?
Faisons une répétition veux-tu ? Je suis l’examinatrice, tu es Yuno la major de promotion venant présenter son potentiel et ses talents, ça joue ?
Oh oui ! Oui ça, ça peut marcher oui !
C’est parti.

Une demi-heure de jeu de rôle plus tard, c’est une Yuno plus calme que l’on vient chercher.

Mademoiselle Menna ? Votre rendez-vous commence dans 5 minutes, veuillez me suivre.

Le quarien qui l’accompagne semble sympathique, il fait deux têtes de plus que la jeune femme mais fais l’effort de la regarder, lui demande si elle a fait bon voyage, raconte un peu les lieux. Les réponses obtenues de la visiteuse sont succinctes mais déjà plus fluides et articulées, quelqu’un fait de gros efforts pour paraitre de bonne humeur.
D’ascenseurs en couloirs, la jeune femme pourrait être perdue, mais la voici enfin devant la porte.

C’est ici, je vais vous laisser. Bonne chance pour votre premier entretient mademoiselle, au plaisir de vous recroiser en tant que collègue.
Collègue ?
Le beau parleur…
Comment ça beau ?
Non rien, oublie ça, concentre-toi.

Inspiration… Expiration… L'oiseau se jette hors du nid.


Il y a forcément un moyen ..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 720

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Jeu 01 Fév 2018, 04:04
Voilà une situation des plus particulières. C'était cette idée qui trottait dans la tête d'Informateur. Le geth était assis dans une salle de conférence du GIP, attendant l'arrivée d'une quarienne pour une entrevue. Il y avait encore peu de temps, c'était encore une journée de congé comme une autre. Cependant voilà, certains événements c'étaient précipités et certaines choses étaient arrivées. Le synthétique décida de se remémorer tout ce qui c'était passé pour qu'il se retrouve dans cette situation particulière. Au moins, l'avantage de sa nature de machine, c'était qu'il pouvait se remémorer n'importe lequel de ses souvenirs s'il le souhaitait et surtout, comme tout c'était passé et non de manière déformé, comme la mémoire organique avait tendance de le faire. Évidemment, c'était différent pour les drells, cependant ils étaient une exception et puis la mémoire geth ne se présentait pas avec un regard étrange et une manière de parler faisant penser à un poème.

Il y a encore quelques heures, Informateur marchait dans les ruelles composant la station haratar. Cet endroit était vraiment une merveille, la troisième grande station de la galaxie. Une démonstration plus qu'évidente du savoir faire quarien et geth. Une station spatiale géante, qui contrairement à la Citadelle n'avait pas eu besoin pour être construite d'une race se cachant dans l'ombre pendant des temps immémoriaux. Le geth se dirigeait sans se presser vers le Q.G du GIP. Quelques jours plus tôt, son équipe avait effectué une mission d'intervention contre des pirates sévissant à proximité des frontières de l'amirauté. La mission c'était bien déroulé, même si l'un de mes membres de son équipe avait été touché à l'épaule par un tir ennemi. Heureusement, la blessure avait été légère, l'ennemi responsable du tir abattu et le quarien avait pu recevoir des soins médicaux rapidement. Le blessé avait souffert de fièvre et autres petits inconvénients à cause de l'infection, mais il avait contacté son supérieur hier pour lui annoncer qu'il allait mieux. Encore un peu de temps pour laisser sa blessure guérir et il serait de retour en service. Aucune raison de s'inquiéter dans l'immédiat.

C'est donc avec une certaine bonne humeur que le geth se dirigeait vers le Q.G, car il avait quelques détails administratif à régler. Comme à son habitude, le synthétique avait son animal de compagnie avec lui. En effet, son gohala des montagnes, Anuli, était perché sur l'épaule droite de son maître. La petite créature adorait ce point d'observation, idéal pour scruter les environs et assouvir sa curiosité. Informateur soupçonnait la petite bête d'en profiter également pour se faire voir et apprécier. En effet, le geth avait rarement vu quelqu'un ne pas réagir favorablement en voyant le gohala. Parfois, les femmes s'approchaient et demandaient la permission de le caresser. Quant il s'agissait d'enfant, cela se produisait presque à chaque fois. Informateur ne lui en tenait nullement rigueur. Depuis qu'il était entré dans sa vie, Anuli avait apporté de la joie et de l'affection au geth. Ce dernier le lui rendait comme il le pouvait. Cela avait donné naissance à un duo plutôt particulier. L'important, c'est qu'Informateur aimait beaucoup le gohala et que ce dernier le lui rendait bien. La petite bête ne se gênait jamais pour le démontrer et refusait la plupart du temps de quitter son maître. Quant à Informateur, il prenait soin d'Anuli. Il le nourrissait, jouait avec lui et lui chouchoutait de toutes sortes de manière possible. Cela déclenchait souvent des expressions de charme chez certaines personnes observant la relation entre l'animal et le synthétique.

Quoi qu'il en soit, le geth pénétra dans le Q.G sans problème, saluant quelques gardes à l'entrée et ces derniers le saluant à leur tour. En tant que commandant, Informateur était plutôt bien connu en ce lieu. Sa réputation, son caractère et ses états de service parlaient d'eux-même et inspiraient le respect. Les portails de sécurité ne furent qu'une formalité et le geth put se débarrasser rapidement des obligations administrative dont il devait s'occuper. L'avantage d'être synthétique avec ce genre de chose, c'est qu'on pouvait remplir des documents très longs en quelques instants, alors qu'il aurait fallut quelques heures à un individu organique moyen. Le geth comprenait la logique de telles obligations administrative, mais ce n'est pas pour autant qu'il les aimait. Si Informateur avait pu s'en priver, il l'aurait fait. Le synthétique aurait profiter de sa journée de manière très différente. Au moins, une fois la paperasse remplis, il eut l'occasion de se divertir autrement, en discutant avec quelques quariens et geths. Les sujets de discussions furent assez variés, allant de discussion sur une rencontre sportive à des plaintes sur des nouvelles réglementations sur Rannoch. Informateur aimait ce genre de discussion. C'était différent de ce que s'échangeait les geths avant le retour de leurs créateurs. Avant les sujets de discussions étaient plus rigide, si on peut le dire ainsi. Alors, ajouter les quariens à la discussion permettait de rendre la chose plus diversifiée et surtout plus intéressante.

Une fois les sujets de conversation épuisée, chacun retourna à ses affaires. Pour Informateur, cela signifiait quitter les lieux. Il pourrait peut-être retourner à sa demeure et bichonner un peu Anuli... Le gohala adorait quand son maître lui donnait un bain ou lorsqu'il cachait des friandises et que l'animal devait les retrouver. Alors que le geth réfléchissait à ce qu'il ferait du reste de sa journée, il aperçu un quarien courant à toutes vitesses dans sa direction, mais regardant à peine devant lui. Le synthétique eut tout juste le temps de faire un léger pas de côté pour éviter que le quarien ne lui rentre dedans. Avec la masse, le poids et les matières solides dont étaient composés la plateforme d'Informateur, cela aurait été très mauvais pour le créateur. Aucun doute qu'à cette vitesse, il aurait risqué de se blesser sérieusement. Suite au mouvement soudain de son maître, Anuli poussa un léger cri pour faire connaître sa frustration. Le quarien poursuivit malgré tout sa course sans s'arrêter ni s'excuser. Qu'est-ce qu'il pouvait bien avoir? Si c'était un voleur, la sécurité l'attraperait très rapidement. Il pourrait cependant le poursuivre, afin d'accélérer les choses. Informateur coupa cependant cours à ses penser lorsqu'un autre quarien s'adressa à lui. Il n'eut aucun mal à reconnaître le nouvel arrivant, San'Seell, un membre du GIP chargé de divers travaux administratifs et de la supervision d'autres employés du même domaine. Le quarien se rapprocha, il avait une taille légèrement plus grand que la moyenne pour un quarien. Toutefois, cela n'empêchait pas Informateur de le dominer totalement, après tout Informateur faisait plus de 2 mètres de haut.


-Salut, commandant. Vous allez bien, j'espère?

-Très bien et vous, San'Seell?

-On fait aller, Informateur.

-Le quarien qui vient tout juste de passer n'est pas passé loin de me percuter, il aurait pu se blesser si je ne m'étais pas écarté.

-Ah. Ça devait très sûrement être Kaas'Caal. Il ne faut pas lui en vouloir, commandant. Apparemment, sa femme est enceinte et il a reçu une alerte il y a quelques instants. Il est partit à toute vitesse en gueulant qu'il fallait absolument qu'il y aille. Logiquement, Kaas'Caal doit être sur le point de devenir papa.

-Une bonne nouvelle pour lui, dans ce cas.

-En effet. Je me demande si ce sera une fille ou bien un garçon? Hum... par contre, ça me cause un gros problème, de mon côté. Il devait s'occuper de plusieurs entrevues aujourd'hui et il me faudra au moins une bonne heure pour trouver un remplaçant... Hum... maintenant que vous êtes là... vous pourriez vous en occuper?

-Moi? Pourquoi?

-Oui. S'il vous plait, juste pour la première entrevue, je me débrouille pour le reste. S'il vous plait... et puis vous m'en devez une.

Informateur fouilla dans sa mémoire pour voir si San'Seell disait vrai. Après quelques instants à chercher, le geth trouva une partie de sa mémoire concernant cette dette. C'était il y a plusieurs mois. Anuli avait de gros problèmes de fourrure et son maître n'arrivait pas à trouver un seul vétérinaire pouvant l'examiner immédiatement. San'Seell avait cependant un frère qui était vétérinaire et avait arrangé le coup. Anuli avait pu suivre un traitement grâce à cela et retrouver la santé. Visiblement, le quarien avait raison, il lui en devait une. Il accepta donc de l'aider.

Voilà comment le geth se retrouvait maintenant dans cette salle de conférence à attendre la candidate. San'Seell lui avait envoyé le dossier de la dite candidate, une certaine Yuno'Menna. Major de sa promotion et connaisseuse dans le domaine de la technologie des implants et des prothèses. Selon son dossier, un implant lui avait été implanté quand elle était encore très jeune, par deux geths, afin de lui sauver la vie suite à un grave accident. Probablement la raison de son intérêt pour ce domaine si particulier. Le geth continuait de lire le dossier de la quarienne, en restant assit derrière la table de conférence. Dès qu'il était entré dans la pièce, le synthétique avait pris cette place et n'en avait pas bougé de là. Anuli pour sa part était descendu de l'épaule de son maître pour s'installer confortablement sur ses cuisses. Ensuite de quoi, le gohala c'était enroulé sur lui-même et endormis, désormais couché sous la table, peu de chance que quelqu'un puisse le voir. De temps à autre, le geth glissait une main à proximité du gohala des montages et le caressait doucement d'un seul doigt. Les minutes s'écoulèrent jusqu'à ce qu'on le prévienne de l'arrivée de la candidate. La porte s'ouvrit laissant place à la quarienne. Cette dernière se déplaçait encore avec sa valise. Elle n'était pas bien grande. environ 1m70 de haut. De son sa combinaison avait une teinte gris bleu avec des arabesques faisant penser à des circuits. C'était un style intéressant. De toute façon, même si cela avait été laid, le geth n'aurait pas été en position de la critiquer. Lui-même avait eu son propre style pour sa plateforme. En effet, la plateforme chasseur qu'Informateur occupait avait subit quelques modifications et personnalisation. Tout d'abord, les lignes blanches sur son torse et ensuite son ventre qui avait été teint en rouge. Il ne fallait pas non plus oublier les caméras optiques du synthétique. En temps normal, les yeux d'un geth était d'une certaine teinte de bleue. Cependant, ceux d'Informateur étaient rouges, celui qu'on retrouve chez les geths primes. Quelque chose de plutôt logique, car le geth avait subit une réparation d'urgence pendant la guerre et la quarienne l'ayant réparée avait utilisé des pièces récupéré sur la carcasse d'un geth prime.


-Entrez, je vous prie.

Le geth attendit calmement que la quarienne fut rentrée et assise, avant de reprendre la parole. Avant cela, il indiqua un récipient fermé hermétiquement disposé près de la place occupé par la quarienne.

-Si vous le souhaitez, vous avez de l'eau à votre disposition.

Informateur n'avait pas pris la peine de mentionner qu'elle était purifiée, car c'était une évidence. En territoire getho-quarien, tous les aliments pouvant être consommé par des quariens étaient purifiés, sans exception. C'était la norme. Puis, le geth repris la parole sur un ton se voulant sympathique.

-Je me présente donc, j'ai reçu le nom d'Informateur et je suis chargé de votre entretien. Alors, vous êtes donc Yuno'Menna Nar Eidolo. Major de votre promotion. Aujourd'hui, vous désirez rejoindre le GIP et obtenir un poste dans le département des recherches, ou à défaut, un stage dans ce domaine. Avant de commencer, je dois vous préciser que cet entretien se déroulera en plusieurs étapes. Tout d'abord, il y aura cette entrevue, suivi d'un test théorique et d'un test pratique. Également, un test de maniement des armes, du moins, si vous savez en maniez.

Le geth se tut un court instant afin de laisser le temps à la jeune quarienne d'absorber toutes ces informations. Il évitait de préciser exactement en quoi consisterait les divers test auxquels Yuno serait soumise.
Il ne fallait pas lui donner trop d'information. Elle était là pour démontrer ce dont elle était capable.


-Pour commencer, j'aimerais que vous me parliez de vous. Vos impressions, vos rêves, vos ambitions, etc. Tant que vous jugez cela important.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 41

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Sam 03 Fév 2018, 14:10
La porte s’ouvre en silence, disparaissant dans la cloison, le mouvement fait sursauter Yuno alors qu’on l’invite à entrer.
Elle jette un regard à l’intérieur ... une salle de conférence, ils ont de la place.
Houspillée par une petite voix intérieure, elle prend son courage à deux mains et traine sa valise et son poids plume en trottinant vers la table.
Concentration, la respiration, ne pas oublier la respiration.
Yuno laisse la valise le long du mur, puis vient s’assoir, pieds à plat, dos droit, les mains sur les cuisses, elle relève le casque pour avoir l’air brave. Et remercie sa visière opaque qui masque son visage apeuré. Pourquoi fallait-il que ce geth soit aussi effrayant ?


Si vous le souhaitez, vous avez de l'eau à votre disposition.

La quarienne regarde le récipient, hochant la tête, puis regarde le Geth à nouveau, elle a la gorge trop nouée pour envisager de boire, elle s’étoufferait probablement.

Le discours d’introduction débute, Yuno écoute Informateur, qui la présente d’office (toujours ça de moins à faire elle-même) puis résume ses prétentions et le déroulement général de l’entretiens à venir.
Il est concis et précis, pas de fioritures ni de ronds de jambes, Yuno apprécie, étant une catastrophe dans le noble art de tailler le bout de gras en termes ampoulés, cette tournure la soulage quelque peu.
Du classique, entretiens, tests ... Maniement d’armes ?
Heureusement il précise dans la foulée que c’est optionnel, Yuno n’a jamais tenu une arme à feu (ou non d’ailleurs) de sa vie, mais elle se paye néanmoins un bel ascenseur émotionnel.

Et puis elle est poussée sous les feux de la rampe. Pas de questions, pas de guide, à elle de parler ... d’elle-même !
Toute assurance naissante a disparu, Yuno n’est plus, n’a jamais été, brave. Il faut alors de longues secondes tendues durant lesquelles elles luttent contre la panique les mains crispées sur ses cuisses pour éviter de se tordre les doigts, avant qu’elle ne parvienne à s’éclaircir la voix.


Hrem ..
Moi .. euh .. eh bien bonjour. Vous m’avez nommée déjà et... euh je suppose que vous avez un dossier à mon sujet... du coup je vais pas revenir dessus, il y a peu à dire.

D'abord, je euh .. je n'ai jamais tenu une arme de ma vie, j'ai regardé des vidéos, j'ai regardé comment elles fonctionnent d'un point de vue technique, mais je ne saurai pas tirer avec, je veux dire je n'ai aucune notion de recul, je n'ai sans doutes pas la force pour ça, comme vous le voyez je ne suis pas très .. physique.
En fait je .. J’ai toujours étudié.
A plus forte raison après mon accident, j’étais coincée dans mon lit et .. euuh .. bref j'ai passé la plupart de mon existence devant une console.
Après c'est un plaisir aussi, je suis .. je suis passionnée par les IV .. les I..
Non, pas ça. Les .. IV, et les relations ou intégrations d’implants synthétiques dans les corps organiques.
Euh vous savez sans doutes, je crois que c’est dans le dossier, j’ai reçu un implant, ça fait partie de de .. ma tête
Elle tapote son casque, pour se donner contenance plus que pour indiquer l’emplacement alors.. Euh voilà, ça m’a sauvée, sans ça je .. serais .. Elle baisse le nez en quelques sortes, un légume.
Je peux bouger mon corps et réfléchir grâce à ça, une partie de mon cerveau était détruit et cet implant le remplace.. Plus qu'une prothèse je veux dire, maintenant ça fait partie de moi, de qui je suis.

Du coup j’aimerai aller plus loin, vous comprenez ?
Poursuivre les travaux des Geths qui ont conçu cela, améliorer ces implants, perfectionner les procédures de pose, comprendre les variations et possibilités selon chaque espèce..
Je sais que les méthodes de clonage sont largement utilisées mais elles nécessitent du matériel, des infrastructures importantes, c'est cher, et cela nécessite du temps...
Tout cela n'est pas vraiment disponible partout : sur un vaisseau ou pour les soldats qui combattent, ou encore dans des colonies reculées ou des petites stations.
Les gens pauvres n'ont pas non plus les moyens de profiter de ces soins.

Je crois qu’il y a beaucoup à faire sur la cybernétique, c’est finalement une voie peu explorée et j’aimerai offrir au monde des possibilités grâce à ce ces procédés.

Je pense que grâce aux IV intégrées dans de tels implants on peut ... Améliorer les possibilités médicales, soigner ... Ou améliorer.
C’est bien tu prends confiance en toi, continue. Hum ... Améliorer, je veux dire, le champ d’applications est vaste, offrir aux organiques des possibilités qui sont innées à votre peuple monsieur.
Piloter des vaisseaux d’une façon bien plus précise par exemple, grâce à l’interfaçage avec la machine, améliorer l’efficacité des recherches, le traitement d’informations, ou encore des soins rapides.


Elle s’arrête, la bouche sèche, et reprend son souffle.

Parle lui des armes, ça peut intéresser les militaires.
Je ... tu crois ?
Oui.

Euh alors ... il y a aussi les possibilités sur les armes... Mais j’avoue ne pas rêver de révolutionner les moyens de tuer son prochain… Mais non pas comme ça !!
Son regard s’est finalement focalisé sur l’œil électronique rouge qui la fixe sans ciller, implacable. Elle déglutie. Lancée dans sa tirade Yuno avait totalement oublié où elle était et à qui elle parlait.
Elle termine son couplet avec une voix à moitié étranglée.

Je vais… euh en fait je voudrais rejoindre le G.I.P. parce que je… euh mon implant.

J’ai travaillé dur toute ma vie, au début je n’y pensais pas, pas trop, mais au fil des années avec la création du G.I.P. c’est devenu… important.
Parce que c’est symbolique : Je me sens en .. en partie synthétique, alors je crois que c’est ma place.
Continue, dis lui pourquoi tu es là. Parce qu’une partie de moi... je pense que je suis entre les deux, vous… vous comprenez ? Je prouve qu'on reste une personne.. Je sais que vous aussi mais .. mais beaucoup de gens ne sont pas convaincus par le peuple geth, alors j'aimerai avec mes recherches, leur prouver...
Ce que vous cherchez à faire ici, je veux en être.


La pièce tourne un peu et Yuno se rend compte qu’elle a mal aux doigts et aux cuisses à force de crisper ses mains. Elle attrape le récipient d’eau pour se redonner contenance, quitter enfin du regard l’œil rouge hypnotisant qui remplit la pièce comme le jugement dernier, et soulager sa gorge sèche. Elle n’avait pas autant parlé depuis longtemps, peut-être depuis son dernier rapport de projet il y a 9 mois, et encore à l’époque avait-elle bien plus de confiance, elle maitrisait son sujet, savait ce qu’attendaient les interlocuteurs.. Ici elle n’est qu’une petite proie piégée par un prédateur qui la domine de toute sa taille, elle n’en mène pas large.
Pourquoi fallait-il qu’il soit si grand et tout rouge ?


Il y a forcément un moyen ..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 720

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Mar 06 Fév 2018, 20:36
Informateur observait bien la quarienne qui lui faisait face. Généralement, lorsqu'un quarien se chargeait de ce genre d'entrevue, une caméra cachée était utilisée afin de filmer le candidat. L'enregistrement était ensuite consulté par membres du service administratif et du personnel afin d'évaluer le candidat. L'analyse se faisait sur ses compétences et son comportement. Toutefois, tant que le comportement n'était pas trop extrême, seules les compétences importaient véritablement. Cependant, comme c'était Informateur, un geth, qui s'occupait de cette entrevue, l'utilisation de la caméra n'était pas nécessaire. Le commandant du GIP enregistrait dans sa mémoire ce qui se passait et transmettrait le tout à la personne ressource lorsque tout cela serait terminé. Voilà pourquoi le geth faisait son possible pour ne manquer aucun détail chez la jeune quarienne lui faisant face. Cette dernière semblait hésitante, d'après sa gestuelle. Il lui fallut d'ailleurs un petit moment, avant qu'elle ne trouve la force de commencer à parler. Informateur écouta attentivement tout ce que Yuno avait à dire, sans chercher à l'interrompre une seule fois.

La jeune quarienne était assez hésitante dans ses paroles. Comme le geth l'avait déjà présenté, elle ne voyait pas l'utilité de le faire. Elle mentionna ensuite rapidement qu'elle n'avait aucune expérience réelle du maniement des armes, tout au plus, une connaissance théorique. Yuno fit ensuite un petit historique de sa vie, expliquant qu'elle avait été davantage fixée sur ses études, suite à son accident. Elle avait été coincé dans son lit, à utiliser une console pour ses études, mais se découvrant une passion pour les IV, les implants et les prothèses. La jeune femme se tapota également la tête légèrement, certainement pour indiquer l'emplacement de son implant, avant de parler de ce qu'il faisait pour elle. C'était intéressant, le dossier ne faisait pas mention du niveau d'importance de cet implant. Ainsi, sans lui, Yuno aurait été plongé dans un état végétatif profond. Les paroles suivantes confirmèrent la théorie du geth, selon laquelle la créatrice c'était plongé dans ses études afin de mieux comprendre son propre implant. Que cet accident et les conséquences qui en découlaient ont changé totalement sa vie.

Yuno poursuivait ses explications. Pendant ce temps, Anuli commençait à s'agiter sur les jambes de son maître. Apparemment, les babillages de la quarienne était en train de réveiller la petite bête. Pour en revenir à la quarienne, cette dernière exprimait la nécessité des recherches dans son domaine, pour venir en aide à ceux et celles ne pouvant pas avoir accès aux méthodes de clonage. Il était vrai que même si ce genre de thérapie était très utilisé aujourd'hui, encore fallait-il y avoir accès. Elle poursuivait en parlant de diverses possibilités que pourraient offrir les implants, notamment dans le domaine médical, en pilotage ou autre. La quarienne se tut un court moment, avant de rajouter avec hésitation que ce procédé pourrait également être utilisé sur l'armement, afin de le rendre plus performant. Cependant, cette option ne l’enchantait guère. Informateur n'avait aucun mal à comprendre pourquoi, ni à se ranger à cet avis.

Finalement, Yuno évoqua le cas de son implant et son sentiment de se situer quelque part entre organique et synthétique. L'analogie n'était pas mauvaise. Certes, elle n'avait pas besoin de son implant pour être en vie, d'un point de vue biologique. Cependant, la quarienne aurait été incapable de vivre une véritable vie sans son implant. Elle était également d'avis que ce genre de recherche permettrait de mieux faire comprendre aux gens que les êtres synthétiques, comme les geths, pouvaient être plus que de vulgaires machines. Un objectif des plus intéressant. Puis, alors que la jeune femme terminait son exposé, elle attrapa le récipient d'eau et commença à se désaltérer. Le geth n'eut aucun mal à remarquer que les mains de la jeune femme affichaient des signes de crispations, de part la manière dont elles tenaient le récipient. La faute au stress, mais pas de quoi influencer son jugement pour cette entrevue.


-Eh bien, pour commencer, jeune créatrice, sachez que le GIP possède de nombreux corps dans le domaine de la recherche. Je ne suis pas en mesure de vous identifier chacun d'eux, car ce n'est pas mon domaine, je suis militaire moi-même. Je n'appartiens pas à la branche civile du GIP. Sachez que si votre candidature est retenue, vous serez alors informer sur la nature de chacun des corps de recherche. Il vous suffira alors de prendre un de ceux ne se rapportant pas à la recherche militaire. Même si j'appartiens à l'armée, je comprends votre position sur l'armement. Je préférerais également que la science se concentre davantage sur des moyens d'améliorer la vie de chacun, plutôt que des moyens de la raccourcir. Si j'ai choisi de devenir militaire, ce n'est pas-

Pendant qu'Informateur avait commencé à parler, Anuli c'était totalement réveillé. L'animal était resté tranquillement couché sur les jambes du geth pendant un moment. Cependant, à mesure qu'Informateur parlait à Yuno, le gohala avait commencé à bouger. Il avait remonté le long des jambes du synthétique assez pour avoir un bon espace, avant de se retourner. Puis, alors que le geth entamait l'explication pour son intégration au sein de l'armée, la petite bête bondit, utilisant la force de ses pattes arrière. Anuli sauta ainsi depuis les jambes de son maître et atterrit au milieu de la table. Informateur s'interrompit aussitôt. Le gohala des montagnes resta fièrement au milieu de la table, observant avec son petit minois charmant la quarienne. Il se fit aller la tête à gauche et à droite quelques instants, avant de retourner vers le synthétique. Lorsque l'animal fut à sa portée, Informateur tendit une main, tout en penchant sa tête et son regard vers lui et commença à caresser sa petite tête duveteuse d'un doigt. L'animal se laissa faire, démontrant des signes plus qu'évident qu'il aimait cela. Puis, sans se détourner des caresses de son maître, le gohala se retourna pour regarder encore une fois Yuno et il poussa un léger cri doux.

-Désolé pour cette interruption. Je vous présente Anuli, mon gohala des montagnes domestiques. Vous n'avez rien à craindre. Il est très gentil et très câlin. D'ailleurs, le cri qu'il a poussé est sa manière de vous dire bonjour.

Le geth continuait de caresser la tête du petit animal, avant de reprendre où il en était.

-Comme je le disais, si j'ai rejoint l'armée, ce n'est pas pour prendre des vies. Ce que je voulais c'était protéger les innocents contre les menaces qu'on trouve à travers la galaxie. C'est ce que je fais depuis. Je n'aime guère l'idée de voir des armes devenir trop puissante ou encore des projets détournés. Comme par exemple, prendre des prothèses et les équipés d'armes, voir transformer une arme en prothèse. Voilà pourquoi je vous recommande de faire attention au corps scientifique que vous choisirez, si vous candidature est accepté. Autre point, je dois avouer que je suis quelque peu surpris par l'importance de votre implant crânien. Votre dossier n'est pas très explicite sur la question. D'un autre côté, cela tient du domaine médical et donc, certains secrets n'auraient rien de bien anormal.

Le geth se tut un court instant, afin de laisser le temps à la quarienne de bien assimiler tout ce qu'il venait de lui dire. Pendant ce temps, Anuli continuait de profiter des caresses de son maître. L'animal se déplaça légèrement, afin que les caresses s'appliquent sur son dos.

-Pour ce qui est du maniement des armes, ne vous en faîtes pas, ce n'est pas grave. Si je vous ai questionné sur ce point, c'est parce que le GIP a certaine politique interne sur le maniement des armes. L'une d'elle prévoit que tout membre du personnel civil sachant manier les armes a droit à une prime sur son salaire. Cet examen ait donc pratiqué pour vérifier que ces individus savent véritablement utiliser une arme. Une simple mesure pour s'assurer que leurs affirmations sont vrai et non destiné à avoir un salaire plus important. Toutefois, je dois vous préciser que le GIP offre des formations en maniement d'armes et que les suivre permet d'obtenir la prime de salaire. Cela reste cependant totalement volontaire.

Encore un court silence.

-Votre position sur votre statut hybride est également intéressant. L'analogie est pertinente étant donné l'importance de votre implant. J'ai également quelques questions pour vous, Yuno. Votre implant a-t-il d'autres fonctions? Avez-vous déjà pratiqué des travaux sur des implants, prothèses ou IV hors du cadre scolaire? Où vous voyez vous dans une quinzaine d'années?

Le geth terminait ses questions, sans interrompre les caresses au gohala. Anuli porta encore son regard vers Yuno, avant de commencer à s'avancer vers elle. La petite bête s'approcha de la quarienne et s'arrêta à une dizaine de centimètres du bord de la table, devant Yuno. Anuli s'assit tout bonnement là, en observant la femme. Encore une fois, il poussa un petit cri doux.

-Il cherche à attirer votre attention.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 41

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Jeu 08 Fév 2018, 20:44
Un militaire !
Yuno pensait faire face à un scientifique, voilà qu’il lui annonce être un soldat.
Elle fait de son mieux pour ne pas s’étouffer avec l’eau qu’elle était en train d’avaler et repose la bouteille en l’écoutant parler, remerciant mentalement la visière semi opaque de son casque qui cache son expression surprise et déplacée.
Finalement il ne semble pas être mauvais bougre et ses paroles rassurent la jeune femme rapidement: apparemment on ne lui propose pas obligatoirement de recherches sur les meilleurs moyens de massacrer son prochain.
Reposant ses mains sur ses cuisses, à présent qu’elles tremblent moins, elle suit son petit discours avec attention, ne s’attendant pas à ce qu’il lui raconte sa vie, quand le « fauve » miniature bondit sur la table.
La quarienne manque tomber de sa chaise en poussant un hoquet de frayeur, dans la panique qui l’étreint deux secondes avant de reconnaitre la bestiole.


Un Gohala !
Voilà qui est singulier, que fait cet animal ici ? Nous n’en avions jamais vu autrement qu’en images.
Je ne sais pas mais il a failli me faire mourir de peur !
Mais non… ce n’est qu’un petit animal familier, regarde il a l’air gentil.
Mais s’il nous mord ça va traverser la combinaison, on pourrait être infectées !
Il-a-l’air-gentil !

Pendant ce temps, Informateur a entreprit de s’excuser pour l’interruption et tente de rassurer la quarienne en caressant l’animal, Yuno de son coté se remet droite sur sa chaise avec un petit rire nerveux, tout en hochant la tête fébrilement,
Elle fait de son mieux pour se maitriser et se composer une attitude professionnelle.

Désolée je .. je ne m’y attendait vraiment pas et .. enfin il a l’air mignon.


Allons un peu de courage, de self control.
C’est mon point faible…
Je sais, mais il va falloir progresser.
J’essaye…

Le geth poursuit, un gohala n’étant pas spécifiquement perceptif aux convenances professionnelles, Yuno se demande si l’intrusion n’est pas volontaire juste pour la mettre à l’aise, auquel cas c’est moyennement réussi, mais cela ne décourage pas le geth qui se met à affirmer ses bonnes intentions et lui prodigue à présent des conseils sommes toutes bien vu, avant de s’étonner sur son implant.

Gaffe…
A quoi ?
Il devient curieux sur .. nous.
C’est bon, il pourra contacter Hygie ou Panacée pour en savoir plus, personne ne sait et personne ne lira dans nos pensées.
Soit prudente.

La séance de gratouilles se poursuit, Pas d’armes imposées, mais une incitation, tant par la formation que par le salaire... elle ne sait que penser mais s’efforce de lâcher un « D’accord, j’y réfléchirai. » peu convaincant.

Bel effort…
Shhht ! Il revient sur nous.

Le voici curieux ouvertement, Yuno s’est mise à triturer ses mains de nervosité, n’est-ce pas là des questions personnelles ? Elle perd le fil de sa respiration quand l’animal émet son espèce de miaulement mais se rattrape vite cette fois-ci et inspire profondément.

Euh .. eh bien c’est .. un peu personnel, mais vu que j’ai .. j’ai abordé le sujet…
Mon implant est en quelques sortes une prothèse pour mon cerveau, il me permet de .. disons diriger mon corps, il contrôle les impulsions nerveuses en fait. Il me permet également d’interpréter mes sens, sans lui je serai aveugle et sourde en quelques sortes, ou plutôt incapable de traiter les signaux de mes organes sensitifs.
Il fait également le lien entre un certain nombre de parties de mon cerveau, notamment l’hémisphère droite, siège des fonctions conceptuelles de notre cerveau, sans cet implant je serai en partie incapable d’avoir un raisonnement logique… ou de maitriser mes émotions.
C’est déjà beaucoup monsieur, il n’y a pas d’autres fonctionnalités, c’est une prothèse et non une « amélioration ». Pour en savoir plus .. euh cela .. sort du cadre d’un entretien à vocation professionnelle je pense, mais vous pouvez contacter les concepteurs, il s’agit des geths Hygie et Panacée, dont j’espère poursuivre et prolonger les travaux, ou peut-être avoir la chance un jour de travailler avec eux.


Yuno avale sa salive, elle a fait un gros effort pour en parler mais son malaise sur la question est palpable dans sa voix tendue, emplie d’émotions.

Suffit, tu lui en as dit bien assez, passes à tes compétences et expériences, le reste ne le regarde pas.
Hum .. euh et donc pour .. Pour en revenir à mes compétences.

Elle relève le casque vers Informateur.
J’ai été formée en médecine jusqu’à une spécialisation en chirurgie neurologique, nécessaire pour la conception et la pose d’implants et prothèses sur un corps organique. A ce titre nous avons régulièrement travaillé en milieu hospitalier durant plusieurs années et j’ai participé à plusieurs opérations durant mes dernières années de cursus, sans cela je n’aurai pu prétendre à comprendre comment créer des implants évolués ni comment les greffer sur un corps organique.
Néanmoins je ne suis pas non plus une chirurgienne pratiquante de longue date avec toute l’expérience que cela impliquerai, mais je suis parfaitement apte et habilitée à procéder à des greffes et opérations chirurgicales, pour peu que le matériel adéquat me soit fourni.

Respirer... reprendre son souffle... régularité, on reprend.
En parallèle j’ai suivi une formation d’ingénierie des micro matériaux et micro composants, en majorité des techniques geth et quariennes bien que nous ayons reçu de belles ouvertures sur les procédés des autres espèces, Galarienne notamment.
Cela me donne le corpus de connaissances nécessaires à la conception d’implants programmés à base de micro machines.
Tout cela reste limité néanmoins si ces implants et micro machines ne disposent pas de la programmation adéquate, ce pourquoi ce domaine faisait partie intégrante de notre formation, et j’espère pouvoir dire que j’excelle dans ce domaine.
En effet, les IV sont pour moi un domaine passionnel. Je suis allée bien au-delà du corpus d’enseignement standard de ma formation en ingénierie informatique et je crois pouvoir affirmer être une programmeuse de très bon niveau. Je me suis spécialisée en IV et en IA geth, avec l’aide d’enseignants de votre espèce qui ont nourrit ma passion de leur savoir.


Elle fait à nouveau une pause pour retrouver son souffle, encouragée mentalement, elle se prépare à poursuivre quand Anuli vient poser son cul poilu sous son nez, brisant sa concentration comme un Krogan traversant une baie vitrée.
Euh… euh.. et euh…
Elle baisse le casque vers l’animal, inquiète de ses intentions.
-Il cherche à attirer votre attention.

Caresse ce machin, ça fera plaisir au geth et tu lui montrera que tu peux t’adapter.
Il me fait peur…
Fais-le bon sang ! Ce n’est qu’un gohala, un herbivore, il ne va pas te mordre !

Yuno fini par lever une main hésitante, elle regarde Informateur, cherchant un signe d’approbation qui aurait été implicite et évident pour tout autre qu’elle.
Finalement elle tend un de ses doigts fins vers le duvet surmontant le minuscule crâne.
Quand le contacte se fait, elle a l’impression d’entendre des tambours de guerre mais ce n’est que son cœur qui bat à tout rompre, tandis que son corps flotte dans l’océan du stress.
C’est un hurlement agacé qui résonne dans sa conscience, tel une sirène d’alarme, qui la ramène à la réalité.

YUNOOOOOOOOOO !!!!!!!!!

*Plop*
La bulle crève et elle est de retour dans la réalité, un doigt posé sur une toute petite tête fourreuse, et un grand geth qui l’observe avec attention.
Elle balbutie, bredouille une excuse incompréhensible puis inspire fort et finir ce qu’elle disait.


Euh .. hum .. et donc .. ahrem .. Donc je suis parfaitement compétente pour développer et programmer de tels implants.
Je j’espère être toujours là dans quinze ans et avoir fait suffisamment de progrès sur les recherches que l’on acceptera de me confier, peut-être obtenir un budget pour lancer d’autres projets, j’aimerai par exemple .. je j’aimerai expérimenter les possibilités d’améliorer le système immunitaire quarien avec ces méthodes, ou peut-être trouver des solutions pratiques pour notre capacité à tolérer les aliments non dextroanimés, pour les voyages ou favoriser la survie de mon espèce dans des conditions hostiles, ce genre de choses. Je .. je n’aime pas trop me projeter dans un avenir si lointain, c’est présomptueux et peu scientifique, vous comprenez ?


Yuno n’a pas oublié son doigt posé sur la tête du gohala, et elle l’observe à présent, le regard méfiant sous son masque, prête à retirer sa main d’un coup sec si besoin mais caressant bravement le fauve dangereux.


Il y a forcément un moyen ..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 720

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Lun 12 Fév 2018, 02:00
Informateur était de plus en plus curieux sur la nature de l'implant de la jeune quarienne. Après tout, il semblait posséder un grand nombre de fonctions, dont plusieurs étaient essentiels pour permettre à Yuno d'avoir une vraie vie. Cela démontrait que la technologie employés pour cet implant était avancé et surtout développé pour un maximum d'efficacité. Après tout, réussir à agir sur autant de fonction biologique, c'était une preuve d'une technologie très spécialisée. La quarienne ne semblait pas avoir subit d'impact particulier suite à la présence de cet implant. Certes, le comportement de Yuno était plutôt particulier, cependant le geth avait pu voir plusieurs quariens avoir ce genre de comportement, alors il ne mettait pas cela sur le compte de l'implant. Pour en revenir à Yuno, cette dernière avait été fortement surprise par l'apparition soudaine d'Anuli. En effet, lorsque le gohala avait surgit, la quarienne avait poussée un hoquet de terreur et son mouvement laissait à penser qu'elle était passé à peu de chose de tomber de sa chaise. Heureusement, elle c'était rattrapée. La jeune femme l'avait écoutée, en dissimulant mal sa nervosité. Toutefois, lorsqu'il fut question du maniement des armes, le geth remarqua un certain inconfort chez la quarienne, même si elle laissa échapper sans conviction qu'elle y réfléchirait. Le synthétique se demanda pendant un moment s'il devait revenir sur le sujet. Au final, il décida de garder l'idée en mémoire, mais de ne pas en faire une priorité.

Yuno en vint enfin à parler de son implant et de toutes les capacités qu'il possédait. Pendant que la femme parlait, les plaques de tête du geth bougeait légèrement. Chacun avait sa manière de démontrer qu'il réfléchissait. Chez le synthétique, c'était sa manière à lui. Informateur ne manquait pas un seul mot prononcer par la candidate. Selon ce qu'il entendait, cet implant avait des fonctions encore plus grandes que ce qu'il aurait cru. Pour commencer, il contrôlait les impulsions électriques du cerveau. Cette interaction permettait à Yuno d'interpréter ce que ses sens percevaient. Même son sens logique et ses capacités à contrôler ses émotions dépendaient de son implant, à cause des dégâts subit par son cerveau. Bref, un implant destiné à lui permettre d'avoir une vie, non un implant destiné à améliorer sa biologie. Elle mentionna ensuite les deux geths responsable de la conception et de la pause de son implant, Hygie et Panacée, ainsi que son désir de poursuivre leur travail, voir de travailler avec eux. Depuis l'individualisation, Informateur n'avait pas eu l'occasion de croiser ces deux geths. Le synthétique se promis de les rencontrer, si jamais il en avait la chance, afin d'en savoir plus sur leur travail.

La quarienne en vint ensuite avec ses compétences. Comme son dossier l'indiquait, elle avait suivi une formation en médecine, avec spécialité en chirurgie neurologique. Évidemment, c'était lié à son passé, chose qui pouvait arriver souvent aux organiques ayant été victime d'un élément particulièrement marquant. Pour en revenir à Yuno, elle avait de l'expérience dans le domaine médical, ayant travaillé dans le milieu hospitalier. Elle affirmait ne pas avoir beaucoup d'expérience en chirurgie, mais se sentait capable de le faire, à condition d'avoir accès à du matériel adéquat. Donc, consciente de son manque d'expérience, mais sûre de ses capacités. La suite de sa formation c'était concentré sur ce qu'elle avait besoin pour la pose et l'élaboration d'implants, ainsi que sur les IV et les IA. Selon ces dires, elle avait eu des professeurs geths, dans ces derniers domaines. Elle c'était cependant tût quand Anuli était venu la voir, la petite bête faisant son possible pour attirer l'attention de la jeune femme. Très hésitante, elle finit cependant par poser un doigt sur la tête du petit animal, avant de reprendre la parole. Sa vision du futur n'était pas très complexe, poursuivre ses projets, espéré avoir un financement et du matériel adéquat. Elle disposait cependant de certaines ambitions précise, améliorer le système immunitaire quarien, rendre tolérable la nourriture non-dextro pour les quariens ou encore des moyens de favoriser la survie de son peuple. Cependant, elle n'aimait pas l'idée de se projeter aussi loin dans l'avenir.

Sur le moment, Informateur ne fit aucun commentaire sur ce dernier point. Il pouvait comprendre cela. Il trouvait également que de trop longues projections n'étaient pas toujours très utile. Les choses pouvaient changer très rapidement. Toutefois, faire des projections sur des sujets légers, cela ne faisait pas de mal. Le synthétique ne perdait pas Anuli de vue pour autant. La quarienne commençait à peine à le caresser d'un doigt. Le gohala se laissa faire, fermant les yeux et profitant du moment. Après avoir savourer les caresses de la jeune femme pendant un moment, le gohala se retira soudainement, rapprochant la main de la femme de la table. Une fois la main à trois doigts plus près de lui, le gohala se frotta la tête contre le dos de la main de Yuno, cela dura quelques secondes.


-Il semblerait qu'Anuli vous aime bien.

Puis, le gohala se retira, retournant vers son maître. Lorsque l'animal fut près du bord de la table, le geth déposa son bras droit sur le meuble. Aussitôt Anuli monta sur le bras et y remonta en gardant son équilibre. En quelques instants, il atteignit l'épaule droite du geth. Il se rapprocha du cou d'Informateur et frotta sa petite tête duveteuse contre le cou de son maître, avec entrain. Une fois terminée, il s'assit tout bonnement sur l'épaule du synthétique, en observant la quarienne en faisant aller sa tête à gauche et à droite. Du moins, jusqu'à ce qu'Informateur commence à le gratter sous le menton. La petite bête ferma les yeux, un air ravis sur son minois.

-Je peux comprendre que vous trouviez présomptueux de vous projeter autant dans l'avenir. L'avenir est assez incertain après tout. Pour ma part, je ne fais que vous soumettre certaines des questions d'usage pour ce genre d'entrevue. Même si je dois avouer que mes questions sur votre implant son issu de ma curiosité personnelle. Ce que vous m'avez révélé est des plus intéressant. Je ne suis pas vraiment versé dans ce domaine, mais il n'est pas difficile de voir les implications de ce genre de technologie. Si elle ne s'est pas encore répandu, elle pourrait le faire rapidement. Après tout, une pièce technologique capable de rendre un ou plusieurs sens à ceux qui les ont perdus, cela à de quoi faire rêver. Vos ambitions sont également intéressantes. Je ne sais pas si votre idée de rendre la nourriture non-dextroaminé est possible, je laisse cela aux experts, cela ne l'empêche pas d'être intéressante. Si une telle prouesse est possible, cela ouvrirait également des opportunités, pas uniquement pour les quariens, mais pour tous les peuples organiques.

Informateur se tut un court instant.

-À l'heure actuelle, je ne suis pas en mesure de vous dire si Hygie et Panacée font partie du GIP et s'ils le sont, dans quel département. Cependant, si vous le souhaitez, je pourrai vous obtenir cette information, voir leurs coordonnées si vous souhaitez les rencontrer, ou les revoir devrais-je dire. Autre sujet, j'ai pu remarquer que vous sembliez inconfortable pour ce qui est du maniement des armes. Cela n'a rien d'obligatoire, cependant mentionné l'existence des primes et des formations l'était. Personne ne vous forcera à suivre de telle formation. De plus, vous ne seriez pas la première employée civile dans ce cas. Une proportion importante du personnelle civile ne sait pas manier une arme. Ce n'est pas tout le monde qui est fait pour cela, alors aucune raison d'avoir honte.

Une fois ce point dit, le geth cessa ses caresses et ses grattouille sur Anuli. Il activa son omnitech et activa quelques commandes. L'écran d'un terminal s'afficha lentement devant la quarienne.

-Sur ce, nous allons pouvoir commencer le test théorique. Si vous avez des questions ou encore un besoin d'aller aux toilettes, vous pouvez le faire maintenant. La salle de bain des femmes est au bout du couloir à droite, en sortant. Dès que vous serez prête à commencer le test, vous n'aurez qu'à rentrer votre nom. Une fois le test débuté, vous avez deux heures pour le terminer.

Le geth restait prêt à répondre à toutes questions que la quarienne aurait à lui soumettre. Une fois ces points soulevé, Informateur tendit une main vers Anuli. Le gohala s'approcha de la main de son maître. Ce dernier le fit descendre de son épaule et le déposa de dos contre son autre bras. Ensuite de quoi, le synthétique commença lui caresser le torse et le ventre, pour le grand plaisir de la petite bête.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 41

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Mar 13 Fév 2018, 23:06
Yuno observe l’animal qui s’en va, finalement il n’y avait pas eu d’incident, elle en était soulagée. Le toucher était même quelque peu agréable, pour autant que le système de retransmission sensitif de la combinaison en ait témoigné, la quarienne se prend néanmoins à respirer plus librement.
Elle se demande quelle capacités cognitives cette petite bête possède dans un volume céphalique aussi minuscule, sans doutes du niveau de certains volatiles. Y aurait-il seulement l’espace suffisant pour un implant crânien ?

Autant de capacités motrices et sensitives régies dans un si petit espace crânien, cela force l’admiration, tu imagines l’optimisation encéphalique ?
En même temps il n’a pas l’air de faire autre chose que les autres petits animaux, manger boire se reproduire sans doutes, il semble affectionner le bien-être vu comme il recherche les caresses.
Il est doué de sentiments affectifs manifestes tout de même.
Ce n'est pas lié uniquement au cerveau, les hormones jouent aussi.
Certes...

Elles regardent avec sérieux le geth exposer son intérêt pour leur implant puis leurs objectifs de recherche, s’interrogeant sur ce qu’il ne dit pas.

On en a trop dit ?
Je ne sais pas, il a plus l’air intéressé sur le fait que l’on poursuive les recherches à ce sujet, c’est une bonne chose.
C’est vrai.. alors j’ai bien fait, c’était la chose à faire. Et il propose de retrouver Hygie et Panacée, ce serait bien si l’on pouvait les contacter pour obtenir plus de données, ils .. nous ont conçues.
Hmmh, je me permet de diverger d'opinion, d'une part parce qu'ils ne savent pas que j'existe, nous sommes le fruit du hasard et de l'évolution. De plus je souhaites que nous évitions qu’ils demandent une révision de routine tout de même, je ne tiens pas à être découverte ou même être altérée.
Tu as raison, moi non plus je ne le souhaites pas. Il ne faut plus toucher. Notre identité en dépend.

Informateur clarifie la position sur l’usage d’armes, poussant Yuno à hocher la tête pour souligner qu’elle a bien compris, puis le programme de l’entretien est lancé, les laissant réfléchir deux secondes, le nez baissé vers ses mains fines.

L’envie de se réfugier un peu effleure Yuno même si elle n’a aucun besoin de se rendre aux toilettes, n’ayant pas mangé depuis son débarquement sur la station. Il lui serait agréable de se calmer, retrouver son souffle, retrouver sa zone de confort dont elle a été cruellement éloignée depuis quelques heures maintenant.

Pourtant une petite voix la convainc de rester...
Ce n’est pas qu’un examen d’entrée, c’est elle-même qui se teste, doit se prouver qu’elle est plus forte qu’elle ne le pense. Cet entretiens et les tests de recrutement sont son entrée dans la vie d’adulte.
Il lui faut s’endurcir car bien pire l’attend dans le futur, à commencer par son pèlerinage… Elle s’en passerait bien mais il lui faut faire ses preuves pour être acceptée par ses congénères quariens, elle le sait.
Cette tradition l’ennuie mais c’est un processus social de son peuple, elle se sait bien assez étrange et regardée avec soupçon d’habitude.
Déjà être recrutée au GIP sera sa première étape vers un nouveau monde qu'elle doit faire sien.
Ce test, c'est le lancement de sa conquête d'un nouvel espace vaste et plein de découvertes.. ou du moins de nouveaux laboratoires, mieux équipés, mieux financés, de meilleurs accès réseaux emplis de données jusqu'à présent hors de portée de ses doigts numériques.
Elles ne veulent surtout pas reculer ou hésiter

Au travail Yuno, ce ne sont que quelques tests, tu sais que tu vas les passer facilement.
"On"
Ce serait de la triche.
Nous ne sommes qu’une, ils nous engagent toutes les deux.
Cela me fait plaisir de l’entendre.
Au travail.

Yuno Relève le casque pour regarder les oculaires rouges d’Informateur.


Cela ira, je n’ai pas mangé, je n’ai donc pas besoin d’expulser de d...

Yuno, social..
Pardon.


Je veux dire, je n’ai pas de besoin pressant, je suis prête à passer vos tests techniques.

La quarienne serre puis étire ses longs doigts, inspire profondément puis expire, elle vient de rentrer dans sa zone de confort.
Les sciences, les chiffres, elle se demande avec curiosité à quoi elle aura affaire et entre son nom sur la console, plus rien d’autre n’existe à ce moment et un attentat pourrait avoir lieu devant le bâtiment, tant qu’elle ne serait pas soufflée par une explosion elle était hypnotisée par les informations défilant sur l’écran holographique.
Avec un sourire aux lèvres, elles se jettent de la falaise.



Il y a forcément un moyen ..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 720

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Ven 16 Fév 2018, 21:42
Informateur continuait de donner de l'attention et des caresses à son gohala. Anuli se délectait du traitement auquel il avait droit. Comme certains amis du geth lui avait dit: Si les caresses et l'attention faisaient grossir, ton petit gars serait encore plus gros qu'un elcor. Il faut dire que la métaphore était plutôt approprié quand on découvrait la nature du gohala. Anuli adorait attirer l'attention sur lui. Surtout, la petite bête faisait son possible pour qu'on lui donne de l'affection et des caresses. Cela se voyait quand Informateur se promenait avec lui. Dès que quelqu'un se montrait intéressé ou intrigué par le gohala, ce dernier jouait les charmeurs. Il avait bien compris qu'en agissant ainsi, cela augmentait l'envie des gens de le caresser. Bref, un petit animal adorant les petites attentions. Toutefois, même s'il donnait une partie de son attention à son animal de compagnie, Informateur ne négligeait pas pour autant Yuno. La quarienne semblait en pleine réflexion, se demandant probablement si elle pouvait se retenir assez longtemps, du moins si elle avait une envie d'aller aux toilettes ou non. Après un moment de silence, la quarienne affirma qu'elle n'avait pas besoin d'aller faire un tour aux toilettes et était prête à commencer le test. Alors, le geth activa le programme. Yuno rentra aussitôt son nom et le test théorique put commencer. La suite ne dépendait plus que des connaissances de la quarienne.

Les questions étaient assez variées. On y trouvait des questions de vrai ou faux, des choix multiples, des réponses courtes, des réponses à développement long et également des mises en situation fictive. Toutes les questions étaient sur le sujet de la cybernétique, des prothèse, des implants, les technologies IV et IA, ainsi que sur la biomécanique. À cela s'ajoutait également des questions plus basiques du domaine de l'informatique, les mathématiques et de sciences plus générale. De nombreuses questions étaient davantage destinés à voir le niveau de connaissance générale des candidats, que celle de leurs spécialités. Le geth resta silencieux pendant toute la période durant laquelle Yuno s'occupa de l'examen théorique, pendant cette période, elle était libre de répondre aux questions dans n'importe quel ordre, de reprendre ses réponses et ainsi de suite. Au bout de la première demi-heure, Anuli finit par remonter sur l'épaule de son maître, se rouler en boule et s'endormir, la tête posée sur sa queue. L'épreuve se termina après un bon moment, soit environ une heure et demi. Informateur resta cependant silencieux pendant un moment, voulant s'assurer que la jeune fille avait bien terminée son examen. Lorsque cela fut certains, le synthétique lui fit signe de se lever.


-Très bien, puisque vous avez terminée ce tout premier test, nous allons pouvoir passer au prochain. Pendant que nous procéderons à la suite, un expert s'occupera d'évaluer votre examen théorique. Suivez moi, je vous prie.

Le geth quitta la salle, s'assurant que la quarienne continuait de le suivre. Ils progressèrent pendant une dizaine de minutes dans les couloirs avant d'arriver à proximité d'une double porte. La porte s'ouvrit devant eux et leur dévoila une petite salle de repas. Actuellement, il n'y avait que deux quariens qui mangeaient ensembles dans un coin. La pièce disposait d'une quinzaine de table, disposé en 3 par 5, chacune pouvant accueillir environ 6 personnes. Divers distributeurs de nourriture étaient visibles près de l'entrée, ainsi que des distributeurs de boissons. Devant eux, un sas de décontamination était bien visible. Le geth se retourna en direction de Yuno et la regarda.

-La prochaine étape aura lieu dans une heure et dix-neuf minutes. Cependant, elle sera beaucoup plus longue que la précédente. Voilà pourquoi nous faisons une pause ici. Vous devriez en profiter pour vous nourrir, vous hydrater et vous reposer un peu. Si vous le souhaitez, vous pouvez également interagir avec les deux autres quariens présents. L'un d'eux est l'examinateur et l'autres, un autre candidat pour une embauche. J'ignore cependant s'il tente t'intégrer le même département que vous ou s'il s'agit d'un département différent. Pas besoin de vous inquiéter, vous n'avez pas à payer pour le repas.

Informateur se dirigea ensuite vers le sas de décontamination. La porte se referma derrière lui. La décontamination se fit rapidement et réveilla Anuli. La petite bête regarda autour d'elle, surprise par ce réveil soudain. Lorsque la décontamination fut terminé, le sas s'ouvrit devant le geth qui rentra dans la salle de repas. Les deux quariens lui jetèrent à peine un regard. Un seul avait retiré son masque pour manger. L'autre se contentait d'un régime liquide qu'il aspirait dans sa combinaison avec une paille. Informateur se dirigea vers un des distributeurs et se fit servir un bol de fruits. Le geth prit alors place à une table libre et déposa le bol sur la table. Anuli descendit aussitôt de son maître pour aller manger avec appétit. Le synthétique jeta un regard en direction de Yuno, qui regardait les distributeurs de nourriture. Probable qu'elle se demandait encore ce qu'elle allait choisir parmi les divers choix offerts. Intérieurement, Informateur se demandait si elle opterait pour le régime liquide ou solide.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 41

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Lun 19 Fév 2018, 02:08
La jeune femme est silencieuse, seuls ses longs doigts fins bougent à une vitesse frénétique, pas un instant elle ne relève le nez, concentrée voir hypnotisée par les questionnaires qui se succèdent. Pourtant, Sous le casque c’est une véritable cacophonie qui se déroule, dialogue ininterrompu, excité, ludique. Tout simplement.
C’est à celle qui retrouvera la réponse la plus rapidement dans ce qui leur tient lieu de base de données organiques, annonçant son score à chaque petite victoire.
Informateur serait surpris s’il pouvait voir le sourire béat dessiné sous la visière opaque, Yuno s’amuse. Heureuses de trouver tant de sujets plaisants et d’intérêt, cela augure le meilleur pour cet emploi, elles ne s’étaient pas trompées en venant ici et commencent presque à se sentir à l’aise.
Est-ce réellement leur futur chez-elles ? L’endroit où elles s’épanouiront ? Aucunement dotées de dons de voyances, la quarienne s’est instinctivement contentée d’augmenter le niveau de probabilités d’avoir trouvé la perle rare. Pour le moment elles rigolent intérieurement face à la facilité de certaines questions : leur demande-t-on réellement quels sont les protocoles de sécurité les plus usités dans les réseaux médicaux et le moyen le plus probant de distribuer une note de service au personnel concerné sans fausses destinations ? Est-ce bien là une équation différentielle holomorphe ? Et ici une fonction de logarithme complexe ?
Certains sujets de questions les ravissent, tel la repolarisation de la membrane d’un neurone et les règles de transmission synaptique par signaux chimiques convertis en signaux électriques, un sujet qui leur tient à cœur, tout comme les questions sur les rejets de greffe d’ordre synthétique par les différents corpus biologiques concernés. Mais ce sont les questions sur les I.A. qui les réjouissent le plus et elles se font un plaisir à énumérer les différentes stratégies historiques abordées par les développeurs de la galaxie dans leur recherche de la création de la conscience artificielle.
L’examinateur qui vérifiera ce questionnaire regrettera peut-être qu’une question libre de type "quelles sont les dernières approches en programmation d’I.A. avez-vous suivit en matière de veille technologique ?" ait été au programme, l’essai de plusieurs pages offert en réponse par Yuno tenant plus de l’article scientifique que d’une simple réponse se résumant à trois lignes de références.

La plupart des gens éprouvent du stress et de l’appréhension dans ce genre de tests, même si c’est là leur élément de maitrise ils restent conscients des enjeux ce qui influence lourdement leur comportement. Yuno, elle a quasiment oublié ce "détail", ne voyant plus là que des sujets d’intérêt comme l’aurait vécu une enfant prenant un test pour un jeu.
En conséquence, elle est presque déçue en parvenant à la fin, il lui en faut plus, et puis elle se souvient qu’elle est là pour faire ses preuves, ce n’est clairement pas suffisant, trop généraliste, trop éloigné de sa spécialité.
Heureusement Informateur la rassure en la voyant gigoter puis déclarer finalement "J’ai fini." . Il finit par se lever et l’intimer à en faire de même avant de lui annoncer la suite. Curieuse à présent, la jeune femme se lève et trotte de son mieux à sa suite, essayant de suivre les longues foulées du geth qui la domine totalement.

Quand ils parviennent finalement au réfectoire, elle l’écoute sagement, hochant la tête à ses explications, l’annonce de la gratuité des repas marque la fin du discours et le synthétique pénètre dans le sas de décontamination. Yuno observe par la vitre les lieux et ses occupants en attendant son tour de pénétrer dans le sas, elle ne s’attarde guère sur l’autre candidat mais passe plus de temps à observer l’examinateur, se demandant quelles sont ses qualifications.


C’est peut-être lui notre futur directeur de recherches.
On en sait rien Yuno…
Je sais, mais j’énumère simplement une possibilité, pas un fait.
Compte tenu du fait qu’il y a probablement plusieurs dizaines de directeurs de recherche au vu de la taille du complexe et sa population estimée, la probabilité reste faible, même en majorant par le facteur intérêt et vérification de futurs collaborateurs.
Tu veux dire que cet homme vérifie personnellement les futurs chercheurs de son propre département ?
C’est une possibilité.
On verra bien alors, il nous fournira les explications nécessaires le moment venu.
Tu es soudainement devenue pragmatique.
Ces tests nous ont aidées à retrouver un taux de stress plus optimal, le plaisir évident de parcourir ce questionnaire a poussé notre complexe hypotalamo-hypophysaire à délivrer suffisamment d’endorphines pour que je me sente mieux.
Ah c’était ça cette sensation.
Tu le ressens aussi à ta manière ?
Bien entendu, une partie de moi proviens bel et bien de notre cerveau. C’est intéressant, nous n’avions pas pu tester ce genre de choses avant.
J’ai hâte qu’on puisse avoir accès à du matériel de scan suffisamment performant pour vérifier nos théories sur l’évolution de l’organisation de notre complexe implant-cerveau, on n’avait pas pu utiliser les scanners de l’hôpital sans surveillance, ici on aura peut-être un accès plus libre.
C’est l’un de nos objectifs, pense quand même à déjà entrer au G.I.P. , on verra par la suite quelles sont nos options. Et Informateur a fini sa décontamination, à notre tour. Il faut sustenter et hydrater notre organisme… et essayer de socialiser un peu, tu y arriveras ?
Je me demande en quoi consistera le test suivant.
… Va y…


Yuno hoche la tête seule, puis pénètre dans le sas de décontamination à son tour.
En sortant du sas peu après, elle se dirige sans hésiter vers un distributeur liquide, sélectionne un composé au gout neutre mais riche en éléments nutritifs protéinés, plus proche d’une boisson vitaminée pour sportifs, un choix surprenant en comparant le gabarit poids plume de la quarienne et le type d’apport alimentaire. Ce doit être un cas exceptionnel sans quoi une consommation régulière d’un tel repas aurait donné soit une obèse miniature, soit une sportive accomplie ou une biotique.
Escortant son repas d’un gobelet d’eau fraiche calé sous le bras, Yuno traine alors sa petite valise d’une main et son repas de l’autre jusqu’à Informateur.


Merci beaucoup monsieur, je ne sais pas si je vous reverrai d’ici la fin de ces entretiens. En tout cas j’espère réussir mes tests et avoir l’occasion de vous revoir. J’ai eu plaisir à vous rencontrer, vous et votre gohala.

Ces paroles prononcées avec sincérité, Informateur l'ayant bien traitée malgré son air effrayant, elle s’attarde un peu pour respecter les conventions sociales élémentaires avant de partir finalement s’installer à une place qu’elle s’attribue à une table libre jouxtant la table des deux autres quariens.
Pourquoi pas à leurs cotés ? Peu rompue aux interactions sociales, et ne sachant pas trop comment aborder les choses, Yuno a choisi instinctivement une tactique prudente, s'approchant à portée sans avoir à s'introduire, elle laisse soin aux deux hommes de s'enquérir de sa présence, et s'ils ne lui posaient aucune question elle n'aura pas à supporter la gène d'être à leur coté en étant ignorée

Installée, elle se met alors à siroter son repas en silence. Commentant avec elle-même la situation.



Il y a forcément un moyen ..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 720

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Mar 20 Fév 2018, 03:20
Le synthétique laissait son animal de compagnie manger tranquillement, en observant comment les choses se déroulait dans le reste du réfectoire. La jeune Yuno resta quelques instants devant un distributeur de nourriture liquide. Lorsqu'elle fit sa sélection, le geth s'interfaça avec la distributrice, curieux de savoir ce que la jeune quarienne avait pu choisir comme aliment. Au final, elle avait choisi un composé très riche en éléments nutritifs protéinés, mais avec une saveur que la plupart des gens jugeraient faible, voire inexistante. C'était un choix comme un autre. Elle accompagnait le tout d'un grand gobelet d'eau. Peut-être avait-elle fait un tel choix car le fait de profiter d'un repas gratuit la gênait? La quarienne s'approchait dans sa direction. Allait-elle choisir de partager son repas en sa compagnie? Ce ne fut pas le cas, la jeune femme le remercia, espérant le revoir d'ici la fin des entretiens, puis par la suite une fois tous ses test terminés. Visiblement, elle croyait que maintenant, le rôle du geth était terminé, cependant elle se trompait.

-Aucun problème, madame. Toutefois je reste avec vous jusqu'à la fin des épreuves d'embauche d'aujourd'hui. Profitez bien de votre pause repas. Le reste de la journée pourrait être longue.

La quarienne se retira par la suite, allant prendre place à une table à proximité de celle des deux autres quariens en train de manger. Informateur les observait de temps à autre, offrant également de son attention à Anuli. La petite bête continuait de manger avec appétit les fruits et les légumes. Une fois son repas terminé, le gohala se roula en boule sur la table et décida de faire une sieste. Informateur rapporta le plat vide à l'endroit prévu à cet effet et repris place près de son compagnon. Il resta assis tranquillement, tandis que le temps s'écoulait. Au bout d'un moment, le geth pu apercevoir Yuno qui avait commencé à discuter avec les deux quariens, mais impossible de savoir qui avait commencé l'échange. Le synthétique faisait toutefois preuve de politesse en n'espionnant pas la discussions des trois individus. Au bout de 15 minutes, un autre groupe de deux quariens rentra dans le réfectoire. Informateur reconnu l'examinateur escortant une autre recrue potentielle. Les deux quariens prirent place près du geth et ils discutèrent pendant un bon moment, la recrue, une jeune quarienne, en profitant pour prendre Anuli dans ses bras et le bercer comme un bébé. Les discussions s’enchaînèrent jusqu'à ce qu'il ne reste que 20 minutes avant la prochaine épreuve de Yuno. Le geth salua alors les deux quariens avec qui il échangeait depuis presque une heure. Il reprit Anuli sur son épaule et alla rejoindre Yuno. Dès que le synthétique fut assez près, il la prévint.

-Il est temps d'y aller. Votre seconde évaluation va avoir lieu dans presque 20 minutes.

Ils quittèrent le réfectoire par où ils étaient rentré, passant encore une fois par une décontamination et retournant dans les couloirs. Une quinzaine de minutes passé à marcher à travers des couloirs, franchissant des portes ici et là. Finalement, ils arrivèrent à proximité d'une salle doté d'une double porte et avec l'interface l'identifiant comme le Laboratoire 15. La porte s'ouvrit devant le geth qui rentra à l'intérieur. Le laboratoire était plutôt de grande taille, une dizaine de quariens étaient présent sur place. Il y avait du matériel de pointe un peu partout, des instruments médicaux et mécaniques. On pouvait même voir des postes destinés à la fabrication et la réparation de pièce technologique. Pas difficile de comprendre que cet endroit était un laboratoire utilisant les dernières technologies. Trois quariens étaient là en temps que patients et les sept autres travaillaient. Quelques uns jetèrent des regards dans la direction des nouveaux venus, mais retournèrent à leur travail, sauf un. Ce dernier délaissa son travail sur des processeurs et vint à leur rencontre de manière assez nonchalante. Il salua le geth de la main.

-Bonjour, mon grand. Salut à toi aussi petit bonhomme.

Lors de cette seconde remarque, le quarien caressa la tête d'Anuli.

-Tu es là pour une révision de certains de tes membres, Informateur?

-Non, docteur Lolun. J'accompagne Yuno'Menna pour ses épreuves d'entrevue pour l'obtention d'un poste scientifique au sein du GIP.

Le quarien se tourna vers Yuno. Malgré son masque, on pouvait voir juste à la forme de ses yeux qu'il était quelque peu perplexe sur ce que venait de lui dire le synthétique.

-Sérieux? C'est toi qui te charges de ça?

-Un problème?

-Quand même... Donner ce genre de travail à un commandant des Phoenix.

-La personne en charge de cette affaire a dû s'absenter, apparemment car sa compagne donnait naissance.

-Quand même... un commando qui remplace un type avec un travail de gratte-papier. C'est comme si un des membres du Conseil commençait à faire le ménage parce qu'un concierge s'est foulé un poignet.

-Pourriez-vous vous occuper de l'épreuve de Yuno, je vous prie?

Le docteur Lolun fit signe à Yuno de s'approcher et l'installa à un bureau de travail libre. Ensuite de quoi il s'éloigna sans dire un mot et revint au bout de deux minutes. Le quarien déposa deux boîtes sur le bureau de travail. Il vida brusquement une des boîtes devant Yuno, dévoilant une trentaine de puces technologiques. Si on se donnait la peine de bien les regarder, on pouvait constater qu'elles avaient toutes des dégâts variées les rendant inutilisable et bonnes pour la poubelle. Puis, le quarien ouvrit la seconde boîte, on y trouvait de nombreuses pièces détachés éparpillés dans la boîte.

-Alors, on va faire les choses en deux étapes. Pour la première étape, tu t'occuperas d'abord de classer ces puces technologiques. Elles sont toutes destinés à des prothèses. Je veux qu'elles soient classifier en fonction du membre auquel elles étaient rattachés. Pour ces catégories, nous avons: bras gauche, bras droit, jambe gauche, jambe droite, œil cybernétique et ainsi de suite. Une fois que ce sera fait, c'est au tour du contenu de la boîte. Vous y trouverez des pièces d'un bras geth. Vous avez encore du tri à faire entre les pièce encore bonne, celles nécessitant de l'entretien, celles qui ne sont plus bonnes et également celles qui n'ont rien à faire là. Suffit de me prévenir quand c'est fini. On pourra alors passer à la seconde partie. Bonne chance.

Puis, le quarien retourna à ce qu'il était en train de faire avant l'arrivée de Yuno, Informateur et Anuli. Le geth quant à lui pris place à proximité afin d'observer la méthode de travail de la jeune quarienne.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 41

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Dim 25 Fév 2018, 16:28
Intéressant, Informateur resterait durant toute la durée des épreuves, cela fait étrangement plaisir à Yuno.
Certes elle ne connait pas le Geth plus que cela, mais il est à présent le seul point familier de son environnement, et le seul à avoir été franchement gentil avec elle.
Socialement inepte, soit, mais pas insensible, Yuno a fini par s’habituer à l’étrange geth et son petit animal de compagnie calinivore et apprécie le fait que le militaire l’accompagne dans son périple vers l’âge adulte.


Bien monsieur, je vais essayer de sociabiliser avec les autres personnes comme vous me l’avez suggéré, et régénérer mes réserves énergétiques. Ce repas devrait pourvoir à mes besoins limités.
Je vous remercie pour votre présence tout au long de ces épreuves.


Elles s’inclinent à nouveau puis s’installent non loin des deux autres personnes, en apparence bien calmes...

Et maintenant, tu te présentes ?
Absolument, tu me connais si bien, j’aborde les inconnus avec aisance et naturel, je sais quoi leur dire, comment, et en plus j’ai de l’humour.

Je t’ai coupé l’ironie ?
Je ne sais pas quoi dire, tu as tellement bien cerné ton caractère en une phrase…
N’est-ce pas ? Bon une idée au moins ?
Aucune, déjà vu où tu nous a installées nous ne sommes pas vraiment positionnées pour aborder un dialogue.
Sans rire ?
Laisse tomber, ingère ce combustible, tu as beau dire on va en avoir besoin si la suite dure plusieurs heures, notre corps n’est pas des plus endurants.
Le geth était plus simple à aborder…

Yuno déplie la paille et se met à siroter le concentré protéiné énergétique fade qu’elles ont choisi au distributeur.
Le gout leur importe peu à vrai dire, elles ne sont pas franchement portées sur la gastronomie, n’ayant jamais été habituée aux plaisirs de l’assiette de par son enfance passée sur le convoi quarien puis leur adolescence concentrée sur les études et les univers numériques qui les passionnent tant. Enfin, enlever son masque inquiète plus Yuno qu’autre chose même en zone stérile, surtout dans un lieu aussi étranger à son clapier habituel. Dès lors ce genre de boissons-repas leur est familier et les contentent parfaitement : rapidement préparé, rapidement consommé, vite oublié, c’est une formalité aussi insignifiante que de recharger la batterie d’un appareil électrique.
La présence proche de la quarienne attise tout de même la curiosité des deux hommes à sa gauche, et l’examinateur fini par la saluer.


Bonjour ? Je ne vous ai jamais vue ici, je suppose que vous êtes l’une des postulantes. Je suis Nisin’Jor vas Hanatar. Voici un de vos camarades postulants : Reto’Temin nar Valladan.

Yuno lève le nez de sa « soupe » pour regarder les deux types en faisant de son mieux pour masquer sa panique et ne pas s’étouffer.

Allez, réponds, c’est pour ça que tu t’es assise ici.
Me pousses pas.
Je ne peux pas.

Elle aspire l’air puis se force à répondre d’une voix neutre.


B.. bonjour monsieur Nisin’Jor, Reto’Temin. Je… « Enchaine » Je suis Yuno’Menna, vous avez bien deviné, je suis ici pour postuler en tant que chercheuse.

Oh ? Vous devez avoir de l’expérience « Bravo pour ton humilité » Je vérifierai sans doutes vos réponses au questionnaire tout à l’heure, vous vous sentez prête pour la suite ?
*koff* Euh oui, je je crois. Non je veux dire, oui bien sûr.
Parfait, n’ayez crainte les gens ici sont sympathiques, ne soyez pas intimidée par le docteur Lolun qui vous fera passer votre examen suivant, il est un peu bourru avec les candidats car il n’aime pas perdre son temps, mais c’est un brave homme. Tâchez de montrer vos compétences et il s’adoucira surement.
Vous êtes déjà venue sur Haratar ?

*grimace cachée par la visière opaque* N… non, c’est la première fois « dit quelque chose de bien sur la station » je… eh bien c’est très grand et propre, c’est agréable et la femme à la douane était sympathique. « Tu te moques de moi là ? Ne parles pas de l’incident de la douane ! »

Le quarien ne semble pas saisir le rapport mais choisit heureusement de ne pas la questionner.

La douane ? Hum, eh bien, oui c’est l’une des trois plus grandes stations spatiales de l’espace connu, c’est un bel endroit pour vivre et faire des recherches.
J’en suis certaine. *ton catégorique*
Euh eh bien, bienvenue à bord donc, j’espère que vos résultats nous satisferont et que vous serez bientôt rattachée à l’un de nos groupes de recherche.

Yuno hoche la tête en guise de réponse, sans sa visière opaque l’homme aurait vu qu’elle était cramoisie. Elle se remet à aspirer le liquide nutritif pour ne pas avoir à répondre.

Quels sont vos domaines de compétences ?

Encore… Elle espérait que cela prendrait fin mais la voici forcée de repasser un entretient. Elle réprime un soupire et répond d’une petite voix.

Je suis spécialisée en conception d’implants électroniques, geths, micromachines, IV programmées, leur pose et entretiens. J’aimerai pouvoir améliorer cette branche en poussant les recherches dans ce domaine.
Rien que ça ! Ma foi c’est un domaine peu abordé, mais je pense qu’il y a quelques projets sur le sujet dans nos laboratoires, si vous passez les tests je suis sûr que vous serez employée au bon endroit.
C’est ce qu’a dit monsieur Informateur.. *nouveau hochement de tête et petite voix*
Monsieur.. ?

Le quarien a un petit rire.

Je ne sais pas pourquoi le commandant Informateur se charge de vous suivre, mais ce n’est normalement pas son travail, vous a-t’ il donné son grade ?

La jeune femme secoue la tête.

Juste qu’il est militaire…
Ah, toujours aussi discret je vois. C’est un gradé des commandos Phoenix, un excellent soldat qui a participé à de nombreuses opérations, c’est curieux qu’il vous fasse passer cet entretiens d’embauche mais tant mieux pour vous, c’est un geth particulièrement sympathique.
La plupart des gens adorent son gohala, il est affectueux n’est-ce pas ?


Elle hoche à nouveau la tête, avec plus de conviction cette fois-ci.

J’ai rencontré Anuli.

Yuno regarde ses doigts qui ont été en contact avec la petite peluche exubérante, songeuse.

Tous les gohala sont-ils si insistants pour recevoir des caresses ?
Assez souvent quoi que pas systématiquement, mais celui-ci est particulièrement bien traité par son maitre, Informateur adore Anuli et il est rare que l’animal soit séparé du geth, après ils sont comme nous, chaque gohala a sa personnalité, celui-ci est très entreprenant il est vrai.

Nisin regarde l’heure puis son compagnon.

Reto’Temin, cela va être votre tour, êtes-vous prêt ? Nous allons laisser cette demoiselle se reposer. Yuno‘Menna, j’espère que nous nous reverrons sur un projet ou au détours d’un couloir, j’ai hâte de lire vos tests. A bientôt qui sait.
Absolument monsieur Nisin’Jor, je vous suis. Et merci à vous pour cette collation bienvenue. Bonne chance à vous mademoiselle Yuno’Menna, nous serons peut-être collègues prochainement.


L’intéressée marmonne un « bonne chance » à son intention avant de replonger dans son absorption de liquide nutritif, pressée de retourner dans sa bulle confortable et sécuritaire, Yuno espère franchement que cet emploi ne la forcera pas trop à devoir fréquenter les gens, avec leurs questions, leurs manies sociales bizarres, leurs intrusions dans l’espace privé d’autrui, et leurs questions incessantes.
Soulagée d’avoir enfin la paix, elle profite du répit, utilisant son omnitech elle finit de siroter son repas en lisant un rapport scientifique salvateur sur les dernières avancées en matières de nano machines adaptatives reprogrammables en fonction des fréquences ondulatoires de courants comparé à leurs équivalents réagissant à différents taux d’enzymes EC3 hydrolases.
Tout au plus le calme rassurant est quelque peu gâché un peu plus tard quand Reto revient avec un autre candidat, cette fois-ci le quarien s’installe spontanément avec sa visiteuse à la table d’Informateur, au grand soulagement de Yuno, et se lance dans une grande conversation tandis que la femme se met à pouponner le gohala de manière surprenante, du moins pour Yuno.
Soit, le bourdonnement de la conversation n’est pas trop envahissant, cela elle sait le gérer du moment qu’ils sont plus loin, focalisant sans mal sa pensée sur son article passionnant.
Quand Informateur vient la chercher, la jeune femme sursaute presque : elle ne l’a pas entendu approcher.
Relevant la visière vers le geth, il lui faudra l’intervention d’une petite voix dans sa tête qui lui répète aimablement la phrase d’Informateur pour qu’enfin elle comprenne de quoi il s’agit : c’est son tour.
Partagée entre la curiosité, le soulagement d’avancer enfin, et le stress d’avoir à rencontrer à nouveau d’autres personnes, elles se lèvent et le suivent, toujours en pédalant rapidement pour se maintenir à la hauteur des grandes foulées du geth.
Elles auraient voulu lui poser des questions mais après quelques minutes à ce rythme elles doivent se concentrer sur leur respiration pour maintenir la cadence. Arrivés devant le laboratoire numéro 15, la combinaison est passé en mode refroidissement et a augmenté le taux d’oxygène pour permettre à son occupante d’encaisser cet effort physique inhabituel. C’est une quarienne essoufflée qui passe la porte sur les talons d’Informateur et découvre avec ravissement les installations, le matériel ultra moderne fait briller des étoiles dans ses yeux laiteux et elle se contient à grande peine de courir d’un serveur à un scanner et observer avec minutie des instruments dont elle n’a vu des exemplaires que dans des brochures scientifiques.

Yuno calme toi, on est là pour les tests, passe-les et on aura accès à tous ces jouets.
Oui je sais mais…
Concentre-toi !
Oui…

Une mine presque boudeuse, elle s’arrête à côté de son guide et écoute la conversation, trop excitée pour s’offusquer d’être comparée à une « tâche subalterne », elle prend tout juste une seconde pour noter mentalement de se renseigner plus tard sur les grades militaires afin de vraiment comprendre qui est Informateur.
Quand le docteur Lolun la mène à son bureau, elle suit docilement après s’être assise, pendant tout ce temps elle a surtout regardé l’homme en se demandant s’il serait son chef de laboratoire et quelles étaient ses compétences. Un rappel à l’ordre la pousse heureusement à se présenter poliment.


Bonjour, je suis Yuno’Menna nar Eidolo …. .. euh j’espère ne pas vous décevoir docteur.

Présentations faites, l’homme lui présente son épreuve sans s’ennuyer de lourds protocoles sociaux : simple, efficace, pas de perte de temps. Cela plait immédiatement à la candidate qui hoche la tête en silence pour exprimer sa compréhension.
L’exercice est simple et efficient : soit elle connait son travail, soit elle hésite voir se trompe, le temps passé à réaliser l’exercice démontrera probablement son degré d’expertise, d’un commun accord elles trouve le procédé ingénieux. Cela ne leur pose aucun problème du reste, elles sont dans leur élément.
La jeune femme étire ses doigts fins et enfile la paire de gants antistatiques fournis par-dessus sa combinaison, puis se met au travail à l’aide d’une loupe de travail fixée par un bras articulé à la table de travail, un outil standard dans un tel laboratoire.
N’ayant guère de problèmes avec un exercice qu’elle considère comme simple, Yuno choisit d’optimiser son temps de réalisation, le plus simple est de travailler en plusieurs passes : d’abord réunir les puces par types, bras, jambes, œil, ce qu’elle fait méthodiquement et rapidement à l’aide ponctuelle d’un petit scanner portable dédié au relevé de signature électromagnétique de tels composants. Connaissant bien ces composants, tout au plus fait-elle un tas qui ne lui revient pas au premier coup d’œil. Sans doutes des puces de nouvelles générations non étudiés durant ses études.
Assez vite, les différents tas sont disposés devant elle, elle aborde alors la seconde passe de son tri : distinguer les membres droits des membres gauches. Là encore l’exercice n’est guère complexe, un détrompeur fin standardisé est présent, c’est un simple travail mécanique et répétitif mais il fait partie du métier et l’aspirante chercheuse s’acquitte de la tâche avec la diligence d’un travailleur à la chaîne.
Finalement vient le tour de la dernière passe du tri : déterminer avec application les quelques éléments inhabituels qu’elle avait laissé de côté.
Nomenclature des numéros de séries et configuration logique des puces aidant, elle finit après un temps relativement court par ranger toutes les puces, n’en laissant de côté que trois, ces dernières étant finalement des puces de plateformes geth, sans doutes glissées malencontreusement dans la boite par mégarde. Un tel savant n’aurait pas fait une telle erreur n’est-ce pas ?

Elle se lève pour déplacer les tas à l’autre bout de la table afin d’aménager assez d’espace pour sa tache suivante. Après la reconnaissance d’unités de calcul, les différents états d’usure.
Attirant la boite à portée, elle jette un œil au contenu... un beau bric à brac, « docteur Lolun » ne la ménage pas. Soit.
De par l’encombrement des pièces et l’espace limité de la table de travail, elle choisit de les trier d’emblée en sortant les éléments un par un.
Bon état, révision, poubelle, hors sujet, cela devrait être relativement simple, le plus dur étant de décider lesquelles sont réparables de celles qui sont vouée au recyclage des composants.
Elles entament leur inspection du premier élément pioché au hasard dans la boite...
Hmmh c’est l’articulation du poignet ça, passe-le au scan pour voir en quel état est l’intérieur ? De l’extérieur on dirait qu’il y a eu une force de torsion contraire au vecteur régulier de l’articulation.
On va confirmer ça oui, mais s’il y a eu déformation interne, la pièce est bonne pour la poubelle, faudrait la refondre entièrement, les autres méthodes prendraient bien trop de temps.

Une observation avec l’un des outils disponibles au plan de travail plus tard, le constat est sans appel.

Non réparable, la pièce serait trop fragilisée et cela prendrait bien trop de temps.
En plus c’est un composant courant facilement remplaçable à moindre coût.
Scrap.

Elles déposent sans hésiter l’élément d’articulation sur le tas des rebuts puis piochent une autre pièce.
Le manège se poursuit ainsi pendant un long moment, similaire, observation de surface, analyse poussée, diagnostique, puis dépôt sur un tas.
En quelques occasions Yuno lâche un gloussement amusé et range la pièce à l’écart.
Finalement elles se lèvent sur la pointe des pieds afin d’être assez hautes pour observer le fond de la boite : Vide.
Elles ont terminé.

Yuno prends la demi-douzaine de pièces « hors sujet » pour les remettre dans la boite, puis se tourne vers Informateur, elle a fait vite.


J’ai fini monsieur.

Commandant on t’a dit.
Ah oui, il y tient tu crois ?
Cela ne coûte rien de le dire, tu dépends de lui pour avoir cet emploi.
Bon.. d’accord.


Euh, je voulais dire, Commandant.


Il y a forcément un moyen ..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 720

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Mer 28 Fév 2018, 20:03
Informateur avait observé en silence tandis que le docteur Lolun donnait les instructions pour l'épreuve de Yuno. Le geth n'avait pas à se mêler de ça. Son rôle maintenant consisterait à observer la méthode de travail de la jeune quarienne et de mesurer son temps. Les raisons pour cela étaient assez simple. Le GIP voulait du personnel qui savait ce qu'il faisait et non des gens qui se contentaient d'improviser et de compter sur la chance. Certes, ces deux derniers éléments n'étaient pas forcément mauvais. Cependant, quand on comptait sur eux sans cesse, c'était un gros problème. La seconde raison, c'était que le temps était précieux. Alors, entre embauché une recrue capable de faire un travail en six heures ou une recrue faisant le même travail avec la même qualité, mais en seulement 2 heures, le choix n'était pas bien difficile.

Une fois le docteur Lolun repartit, le geth fixa son attention sur Yuno. La jeune femme commença par enfiler des gants antistatiques et commença à travailler. Le synthétique commença à mesurer le temps de travail de la quarienne dès qu'elle prit sa première puce technologique en main. Une à une, Yuno les observait à travers la loupe de travail fournit. D'où il était, Informateur pouvait la voir former diverses piles de puces. De part sa méthode de travail, elle devait sûrement les diviser d'abord par membres et par incertains. Ensuite de quoi, elle serait en mesure de déterminer lesquels appartenaient à un membre gauche ou droit. La jeune femme utilisait un petit scanner de poche pour travailler, pour l'heure, elle semblait très méthodique. Au bout d'un moment, après avoir divisé en deux trois petites piles, elle se concentra sur la dernière. Yuno continua de travailler, laissant au final trois puces technologiques de côté.

La quarienne commença ensuite à éloigner les diverses nouvelles piles de puces dans un coin du bureau, afin de commencer à travailler sur la seconde partie de cette épreuve. Ensuite de quoi, elle rapprocha la boîte et commença à sortir chaque pièce une à la fois, les analysant et les catégorisant avant de passer à la prochaine. Le synthétique n'avait aucun mal à reconnaître les diverses pièces et leur état de conservation, malgré la distance. Cependant, c'était plutôt normal. Après tout, il était geth lui-même. Du coup, reconnaître des morceaux semblable à ceux utilisé pour la conception de sa plateforme n'était pas difficile. De même pour leur état d'usure. La quarienne continuait de travailler dans la bonne humeur, poussant même quelques gloussement, visiblement cet exercice l'amusait grandement. Approcha lentement la fin du travail, alors qu'elle avait sortit toutes les pièces de la boîte, pour ensuite y déposer autres pièces, qu'Informateur avait reconnu comme des pièces n'appartenant pas à un bras geth. Une fois cela terminée, Yuno se tourna vers lui. Elle lui annonça avoir terminé, d'abord en l'appelant Monsieur, puis ensuite Commandant. Le geth n'avait pas de raison d'être surpris qu'elle sache son grade, même s'il ne lui avait pas dit. Après tout, elle avait discuté avec un autre examinateur pendant la pause repas et le docteur Lolun l'avait mentionné à leur arrivée. Toutefois, elle ne semblait pas dans son assiette quand elle avait utilisé son grade.


-Vous n'êtes pas obligée de m'appeler monsieur ou commandant, si cela vous met mal à l'aise, Yuno. Je n'exige jamais du personnel non-militaire et non diplomatique d'utiliser de m'appeler commandant ou monsieur. Si vous souhaitez ne pas le faire, ce n'est pas un problème. Il n'y aura aucune réprimande ou conséquence à cela. Je considère qu'agir ainsi est mieux pour établir un bon rapport avec des individus n'appartenant pas à l'armée... Je vais prévenir le docteur Lolun.

Informateur s'éloigna légèrement pour aller prévenir le quarien. Il évalua aussi le temps de la jeune quarienne, environ 2 minutes plus rapides que la moyenne, c'était bien. C'est alors qu'il allait le chercher qu'il remarqua que pendant ce temps, Anuli c'était endormit sur son épaule. Informateur décida de ne pas le déranger et de le laisser dormir. Le geth revint au bout de deux minutes en compagnie du docteur Lolun. Sans dire un mot, ce dernier s'approcha de la table de travail de Yuno et observa la répartition qu'elle avait fait. Il fouilla dans les petites piles et au bout d'un moment, il attrapa deux puces, l'une dans la piles des pièces de jambe droite et une dans celle des jambes gauches. Il les montra à la jeune femme.

-Petite précision, tu t'es trompée pour ces deux-là. Aucune raison de t'en faire cependant. Cette génération ce puce, c'était une vrai saloperie. Les crétins qui les ont mis au point ont tout mis à l'envers. Résultat, les puces de jambes droite agissait comme des puces de jambes gauches et inversement. Le tout alors que tout les relevés annonçaient le contraire. Même des experts se faisaient prendre au piège.

Ensuite de quoi, il les laissa retomber dans la boîte, avant de regarder les autres puces. Quand il vit la pile correspondant aux pièces de plateformes geths intruses. Il poussa un léger rire.

-Bien, loin d'être idiote. Capable de reconnaître les pièces intruses ajoutée au test. Tu as pu voir que ces trois pièces n'avaient rien à faire là et tu les as éliminés. Plutôt que de faire comme certains crétins qui les glissent au hasard dans des catégories.

Puis, il regarda le classement des pièces pour le bras geth. Il n'émit absolument aucun commentaire. Il fit glisser toutes les pièces de bras dans leur boîte. Puis fit de même avec celle des puces technologiques. Une fois fait, il dit simplement à Informateur: Numéro 4. Le geth fit signe à la jeune femme de le suivre. Ils se rendirent à une zone du laboratoire où l'on retrouvait toutes sortes d'outils et instruments destinés à l'entretien et la pose de prothèses variées. On y trouvait également un fauteuil destinés aux patients et un siège de travail. Puis dans un coin, un bureau de travail. Le docteur Lolun revint au bout d'un moment, en poussant un autre quarienne devant lui. On pouvait facilement voir que la prothèse de la quarienne, c'était sa jambe droite.

-Comme le poste que vous recherché t'amèneras à travailler sur les prothèses aussi, pour cette partie, il va falloir retirer la prothèse d'un patient. Ensuite, calibrer la prothèse, la nettoyer et la remettre en place.

Le docteur fit s'asseoir la quarienne qui l'accompagnait. On pouvait voir facilement que la concernée n'avait pas l'air d'avoir envie d'être là. Résultat, elle tenta de se relever, mais Lolun la fit se rasseoir.

-Tu reste assis.

-J'ai aucune envie d'être là moi.

-T'étais la seule disponible, alors arrête de te plaindre comme une gamine et fait toi pousser des couilles.

-C'est sexiste. Je vais te mettre un grief sur la gueule, tu vas voir.

Les deux quariens continuèrent de se disputer pendant un bon moment. Informateur regardait le tout impassible, avant de regarder Yuno, afin de lui donner des explications sur la situation.

-Il s'agit de la spécialiste en informatique Alita'Lolun, la sœur du docteur Lolun. Comme vous pouvez le constater, ils ont une relation plutôt particulière. Alita a horreur des procédures médicales. Quant au docteur, il tient à ce que sa sœur reçoive les traitements dont elle a besoin. C'est d'ailleurs lui, qui lui a sauvé la vie lors du conflit pour la reprise de Rannoch et lui a posé sa prothèse. Ces deux-là crient beaucoup, mais ils s'aiment beaucoup quand même. Alita a encore du mal avec la procédure, elle est sans douleur, mais elle s'imagine sans cesse que cela fera très mal.

Les propos du geth se démontrèrent d'eux-même lorsque la dispute se transforma. Finit les engueulades, maintenant, la quarienne avait besoin d'être rassuré pour ce qui allait suivre. Le docteur lui caressa la tête, en lui disant de ne pas s'inquiéter que c'était sans danger. Pour aider Alita à se calmer, Informateur vint chercher Anuli sur son épaule, réveillant ainsi la petite bête. Il le déposa sur l'épaule de la quarienne. Le gohala fixa du regard Alita, puis cette dernière le prit dans ses bras et le serra contre elle, en le caressant. Au moins, comme cela, elle était plus détendue et Anuli avait droit à des caresses.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 41

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Jeu 01 Mar 2018, 19:17

Pourquoi il m’autorise à l’appeler Informateur directement ?
Soit pour t’amadouer, soit parce qu’il n’a pas la grosse tête, son explication se tient.
C’est bien alors, non ?
A priori oui. On peut garder ta convention de nomination pour cette personne.
Tant mieux… je comprends jamais bien ces histoires de conventions hiérarchiques, on est tous des amas d’éléments biologiques ou synthétiques ou un peu des deux.
Cherche pas trop, c’est comme ça c’est tout, question d’organisation de meute, c’est l’équivalent des postures de domination chez les autres animaux.
Tu dois avoir raison.
Toujours…

Elles en sont là de leur conversation quand Lolun revient avec le geth et se met à évaluer le test.
Une erreur… Elles ont fait une erreur !
Malgré les paroles rassurantes du docteur, Yuno se sent humiliée par le constat. Trop sûre d’elle, elle aurait dû être plus attentive, moins enjouée, et elle s’en mord la lèvre sous son casque. Même le compliment sur les intrus ne la rassure pas, comment a-t ’elle put faire une erreur aussi grave ? Ykiu parvient à peine à la rasséner et c’est une quarienne maussade qui suit Informateur quand ce dernier la mène à l’étape suivante, se jurant d’être plus attentive pour la suite.

Elle regarde timidement le couple qui vient les rejoindre, hoche du chef aux explications du docteur avant de rester immobile, observant avec surprise l’échange entre frère et sœur.

Elle a peur.
C’est sur ? Elle a peut-être juste du travail à faire non ?
Non, je suis catégorique, cette agressivité est une protection pour masquer la gêne occasionnée par sa faiblesse, elle n’aime visiblement pas que l’on observe cette peur publiquement alors elle passe à l’attaque, c’est typique des êtres biologiques.

Informateur vient confirmer de sa voix neutre et détachée, apportant des précisions sur la situation. Pour finalement confier le calinauvore thérapeutique à la patiente.


C’est à toi !
Oh ! Ah oui oui pardon.
Rassure la avant de la tripoter, il ne faut pas qu’elle s’enfuit.
On pourrait l’attacher non ?
Cela ne la rassurerait pas le moins du monde, et il n’y a pas de sangles sur ce siège, il faut que tu lui parles.
Oh lala.. je…
Fais le !

Yuno fait trois pas timides pour venir au coté d’Alita, et s’incline.


Bonjour madame.
Euh ..
Je … Je suis Yuno’Mena nar Eidolo, candidate pour un poste au GIP.
On .. on m’a dit que vous êtes une spécialiste en informatique, je suis ravie de vous rencontrer, je suis passionnée par ce domaine.


Yuno ne dit plus rien durant quelques instants, cherchant ses mots.

Je euh .. Vous. Vous faite partie du protocole de test du GIP visant à estimer ma capacité à opérer avec des patients implantés. Il s’agit d’une procédure simple qui n’aura d’autre effet que de vous aider à mieux vous sentir sur votre jambe et améliorer ses performances au long terme.

Encore un silence, puis elle termine.

Hum.. et .. euh .. je … Je suis désolée pour l’inconfort de votre situation, mais je vous promets de ne rien vous faire de douloureux. Avez-vous des remarques à me faire part avant que nous procédions ?


Il y a forcément un moyen ..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 720

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Sam 03 Mar 2018, 05:04
Informateur était curieux de voir comment la candidate Yuno allait se débrouiller avec sa patiente. Après tout l'experte Alita'Lolun n'était absolument pas rassurée par le traitement qu'elle devait subir. Une partie de son esprit rationnel lui disait que c'était une formalité sans douleur. Cependant, une partie de son esprit davantage liée à sa mémoire se rappelait de la souffrance qu'elle avait subit lorsque sa jambe avait été arraché. À cela à quel point elle avait frôlé la mort de peu et que pour lui sauver la vie, son frère avait dû cautériser la plaie, à défaut d'avoir du médigel. Donc, rien de bien surprenant à ce qu'Alita conserve un mauvais souvenir concernant les traitements liés à sa prothèse de jambe. Pour le moment, elle restait cependant calme, accordant son attention à Anuli et caressant sa petite tête duveteuse. La petite bête gardait les yeux fermés, profitant du moment et laissant par moment entendre un petit bruit caractéristique, démontrant qu'il appréciait le traitement auquel il avait droit. Ce n'est qu'à ce moment que Yuno s'avança timidement vers Alita et eu le courage de prendre la parole, mais sur un ton hésitant. La jeune quarienne tenta son approche, en se présentant à sa patiente. Elle ne cacha pas le fait qu'elle était candidate pour le GIP et qu'elle était passionnée par l'informatique. Yuno poursuivit les explications, avant de promettre que rien de douloureux n'aura lieu. Finalement, elle demanda à Alita si elle avait des remarques à formuler. Informateur avait pu remarquer que la patiente avait démontré quelques signes de stress à mesure que Yuno parlait. En effet, la quarienne avait commencé à caresser Anuli plus rapidement et à le remonter légèrement plus près de sa tête. Bref, les paroles de Yuno n'avait pas été suffisante pour le moment, à calmer véritablement Alita. Heureusement, elle n'était pas en plein état de panique non plus.

-Ça va être douloureux? Ça va être long? Je peux garder la petite bête avec moi pendant l'intervention?

Alita prononça ces mots à toutes vitesses, puis en enchaîna d'autres, mais beaucoup plus rapidement, rendant les mots suivants incompréhensibles. Pas de doute à avoir, elle continuait à être très stressé par ce qui allait suivre.

-Du calme, Alita. Cela ne te fera aucun mal. La partie de ta jambe dont elle doit s'occuper n'est pas relié directement à ta chaire. Que cela puisse faire mal est scientifiquement impossible. Pour le reste, c'est à elle de te répondre. Par contre, pour répondre à tes autres questions, oui c'est absolument nécessaire. Je te rappelle que cela fait deux jours que tu te plains que ta jambe se bloque soudainement et réagit lentement.

Le docteur Lolun fit signe à Yuno de commencer. La jambe de Alita pouvait se diviser d'une certaine façon en trois zones générale. La première débutant par le pied et se terminant sous le genou. Ensuite, la seconde partie composé du genoux et de la cuisse. Finalement, la troisième partie était celle qui reliait la prothèse au corps et à la combinaison de Alita. Le docteur indiqua cette dernière partie à Yuno.

-Vous laissez cette partie en place, vous retirez et vous occupez du reste de la jambe.

Ensuite de quoi, le docteur s'occupa de rassurer sa soeur en continuant de lui caresser la tête. La jambe d'Alita avait été fabriqué avec soin. La jambe avait bien sûr la forme d'une jambe quarienne. Le revêtement extérieur était composé d'une multitude de plaque destiné à dissimulé et protéger les composants intérieurs. Les quelques intertices visibles étaient situé au niveau des articulation afin de permettre de pouvoir se mouvoir sans risque. Les plaques avaient également été arrondies aux extrémités pour donner une apparence plus gracieuse au membre artificiel. L'oeuvre avait été réalisé avec soin et également personnalisé. On pouvait le voir au fait que la jambe avait eu droit à une touche de couleur d'un violet doux, comme la combinaison d'Alita. Le concepteur avait même pris la peine de rendre les orteils aussi flexibles que des vrais afin qu'Alita puisse les bouger légèrement, là où la plupart des orteils de prothèse étaient plus limités. Le troisième orteil, un orteil atrophié que seule les quarienne possédaient, était également présent. Pas besoin d'être un génie pour comprendre que la personne qui avait construit cette prothèse avait voulu créer quelque chose de jolis, solides et pratique pour Alita.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 41

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Sam 03 Mar 2018, 22:20
-Ça va être douloureux? Ça va être long? Je peux garder la petite bête avec moi pendant l'intervention? ….

Et ainsi de suite. Yuno subit le flot d’inquiétude verbale de plein fouet, la laissant sonnée deux secondes tandis que le frère en blouse de travail rassure la patiente.
Elle s’efforce tout de même de répondre aux questions d’Alita avec une voix qui se veut rassurante.


Comme l’a expliqué votre frère, il n’y aura aucune douleur, concentrez-vous juste sur le gohala et restez calme, je vais procéder aussi vite que possible afin de limiter l’inconvénient de votre situation.

Après une hésitation elle se sent forcée d’ajouter :
Madame, ne vous inquiétez pas je comprends votre situation, je suis moi-même implantée, je procèderai en douceur.

L’homme lui fait soudainement signe de commencer en donnant une précision… peu utile pour Yuno qui se doute bien qu’il n’est pas question de procéder à une opération chirurgicale sur le moignon de jambe.
Sur ordre interne, la quarienne hoche la tête et confirme d’un mot.


Bien.

Elle s’accroupis auprès de la jambe prosthétique, admirant le travail fait sur mesure.

C’est une belle jambe qu’elle a.
Oui, elle a eu de la chance, cela fait vraiment partie d’elle vu le degré de personnalisation.
Son frère doit avoir des moyens importants, si ça se bloque c’est soit le flux nerveux synthétique soit au niveau du cerveau moteur d’impulsion primaire vu ce que dit Lolun, sinon les symptômes seraient différents. C’est sans doutes un faux contacte à cause d’une saleté, une gaine de protection doit être déplacée… ou bien juste un souci de calibrage, un problème simple en tout cas, sans remplacement de pièces.
Je suis parvenue à la même conclusion, déconnectons-la.
Soit prudente, elle a l’air prête à s’enfuir à tout moment.

Malheureusement…


Après avoir configuré la transmission sensitive de ses gants de combinaison à leur maximum, Yuno palpe doucement à l’endroit où devrait se trouver le cache de l’interrupteur de déconnexion de la prothèse afin de lancer la procédure d’arrêt des flux sensitifs. Ses doigts fins trouvent rapidement l’espèce de clapet protecteur.
Elle prend un minuscule tournevis alvéolaire mis à disposition sur la tablette supportant les outils d’intervention et débloque le cache qui coulisse sans problème.
Regardant la patiente, elle prévient :


Vous avez une très belle jambe madame, je vais devoir la déconnecter maintenant. S’il vous plait, ne paniquez pas si vous ne sentez plus les retours sensitifs c’est normal, c’est pour vous éviter toute douleur.
Concentrez-vous sur le Gohala, vous pouvez même fermer les yeux si cela vous rassure, et votre frère est là pour surveiller, ayez confiance.

Je dois vous demander de ne pas bouger, me donnez-vous votre autorisation pour procéder ?


Yuno a déjà opéré assez patients durant ses trois années d’internat hospitalier pour savoir que la procédure est simple, de plus le matériel est d’une qualité rare, ce qui facilitera l’opération.
Son expérience lui a néanmoins appris que de nombreux implantés sont sujets à des crises de paniques lorsque l’on intervient sur leur prothèse, et celle-ci semble particulièrement apte à gesticuler par surprise. Ce pourquoi même si les autorisations d’opérer sont claires elle préfère poser la question officielle imposée à l’ordre médicale lors des opérations sur patients lucides et aptes à s’exprimer : Peut-être que ce respect procédurier rassurerait la quarienne, en plus de ne pas la prendre par surprise.

Prête à tourner le minuscule interrupteur qui va déconnecter les influx nerveux entre les parties organiques et synthétiques de la jambe d’Alita, elles observent cette dernière en espérant


Il y a forcément un moyen ..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 720

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Mar 06 Mar 2018, 03:46
Informateur continuait d'observer en silence le déroulement des événements. Ce n'était pas à lui d'intervenir ou d'aider la candidate Yuno. Le geth devait juste observer la méthode de travail de la quarienne et intervenir si elle dépassait les bornes ou mettait la vie ou l'intégrité de la patiente en danger. Évidemment, les risques étaient faibles, mais pas inexistant. Le synthétique doutait cependant qu'il ait besoin d'intervenir dans le déroulement de l'épreuve. Pour avoir observer le travail de la candidate jusqu'à maintenant, il ne doutait pas qu'elle en savait assez pour ne pas mettre en danger une autre personne. Pour ce qui est de la calibration de la prothèse, c'était une autre question. Après tout, reconnaître et différencier des puces technologiques et des pièces détachées, cela démontrait une certaine expertise et connaissance. Toutefois, le calibrage, c'était quelque chose de différent. Tellement de petits détails à prendre en compte pour permettre à la prothèse de fonctionner adéquatement. Après tout, le système était relié au système nerveux du porteur, afin que ce dernier puisse déplacer le membre artificiel comme s'il s'agissait d'un véritable membre. Le synthétique lui-même en doutait pas de ses propres capacités à faire un tel travail. Après tout, les geths avaient tous en mémoire le moyen d'entretenir les plateformes de leur peuple. Alors, faire de même avec un membre artificiel leur était tout à fait possible. Cependant, de là à décider si Yuno faisait cela de la bonne manière ou non, c'était différent. Voilà pourquoi Informateur enregistrait ce qu'il voyait. L'enregistrement serait évalué par un expert par la suite.

Pour l'heure, Yuno tentait de calmer Alita avec des paroles réconfortantes, tout en répondant à ces questions. La quarienne conseilla à sa congénère de se concentrer sur le petit animal dans ses bras, avant d'ajouter qu'elle-même était implanté. Pendant qu'Alita s'évertuait à se calmer en caressant Anuli, Yuno se s'accroupissait afin d'observer la prothèse. Bien, l'observation était une étape importante à ne jamais négliger. La quarienne sembla ensuite configurer ses gants, avant de commencer à rechercher la cache où se trouvait l'interrupteur de déconnexion. Une fois l'emplacement trouvé, la quarienne commença à manipuler un tournevis afin de commencer à faire la séparation. Toutefois, avant de procéder, Yuno s'adressa encore à Alita pour la rassurer et demander sa permission pour procéder à la déconnexion. Alita réagit en rapprochant Anuli plus près de sa visière et en le serrant contre elle, avant d’acquiescer, les yeux fermés. Lorsque le bruit de la déconnexion se fit entendre, Alita eut un léger sursaut, mais comme les systèmes étaient déconnectés, la prothèse ne bougea pas.


-Bon, vous allez pouvoir vous occuper de la jambe de ma sœur. Surtout faite bien attention avec ça, ça n'a pas été une sinécure de la fabriquer.

-Parce que tu crois que l'opération l'était? Sans parler du début de la procédure.

Le pire dans l'esprit d'Alita semblait passer, car elle avait pris plus d'assurance dans sa voix. Son frère lui répondit par le sarcasme.

-Bah, désolé si j'ai dû utiliser une méthode improvisée pour t'empêcher de mourir d'une hémorragie. Je sais que prendre un morceau de métal rougit par la chaleur pour cautériser ton moignon sanglant, c'est pas une méthode approuvé médicalement.

-C'était atroce.

-Je ne dis pas le contraire, mais c'était ça ou mourir. Je te rappelle qu'on avait pas de médigel ou autre moyen médical pour arrêter l'hémorragie à temps.

Alita préféra se concentrer sur Anuli. Elle continuait de caresser le petit animal avec tendresse, tandis que le docteur Lolun observait ce que Yuno était en train de faire avec la jambe.

-Comme je disais, faîte attention. J'ai passé plus de deux ans à fabriquer cette jambe dans mes temps libres, afin de la rendre aussi fonctionnelle que possible. Sans parler de Jaan, le mari de ma sœur. Ancien ingénieur sur la flotte nomade et artiste aujourd'hui. Il a travaillé dur sur l'extérieur, pour rendre la prothèse aussi agréable à l’œil que possible. Je dirais que ça a aidé Alita à mieux accepter le fait de porter une prothèse.

-Je confirme.










Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 41

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Ven 09 Mar 2018, 18:22
Enfin le feu vert..

Tu es impatiente.
Non, mal à l’aise surtout, je comprends sa peur au plus profond de moi-même, et j’aime pas ça parce que ma prothèse à moi, c’est toi, et je suis pas fière de la peur et du désespoir que j’ai ressentis quand nous avons fait connaissance.
Tu ne peux pas t’en vouloir pour ça, tu avais de très bonnes raisons d’être effrayée, je l’étais aussi.
Tu ressens pas la peur.
Détrompes toi, je la maitrise mieux que toi.
Tu m’avais jamais dit ça.
On en reparlera, maintenant répare cette jambe ou ils auront fini de se disputer que tu n’auras pas commencé. Faut la porter au plan de travail et l’ouvrir maintenant.
Mais …
Concentration, il y a un temps pour tout.

Yuno cligne des yeux puis, dans un instant de flottement, regarde Alita et son frère, guère plus doué qu’elle finalement pour rassurer sa sœur semblait-il.
Puis le « blanc » passe et elle se met à agir sans hésiter, elle ne se préoccupe même plus des regards du geth et du docteur. Les doigts palpent pour repérer les 3 fentes verticales juste sous le lien entre l’élément greffé à la jambe biologique et le reste de la jambe synthétique qu’elle veut détacher. De l’autre main elle attrape un étrange outil à mi-chemin entre un tournevis et une sorte de T plat qu’elle insère successivement dans chaque fente et dévisse sur 3 tours. Trois « clic » à peine distincts se font entendre à mesure que les attaches se défont.
Retirant l’outil elle attrape la jambe et la guide doucement de façon à la faire sortir de sa greffe support en suivant le circuit irrégulier du « rail » de fixation. Un dernier « clic » et la jambe artificielle est détachée de sa porteuse.
La jeune quarienne la soulève avec précaution en se redressant, elle incline la tête aux répétitions d’avertissement du docteur puis à l’attention de sa sœur avant de se rendre à l’établis de maintenance où elle dépose doucement son fardeau sur le support prévu. Un rapide coup d’œil lui assure que les équipements d’entretiens sont standards, derniers cris certes mais connus, pas de technologie révolutionnaire et top secret dont elle n’aurait jamais entendu parler ici.
A présent elle peut vérifier plus en profondeur l’état de la jambe.
Après une inspection manuelle initiale, Yuno lance un premier scan standard qui lui donnera rapidement les informations si la prothèse avait été conçue dans les règles de l’art.
Le docteur Lolun étant parfaitement compétent et « l’œuvre » ayant été maturée durant plus est après 2 ans de travail sur l’objet, la jeune candidate constate rapidement que les règles de l’art ont été caressées dans le sens du poil : cette seconde analyse de surface lui confirme les positionnements des interfaces, les mécanismes de démontage des plaques de protection, même la présence d’un luxueux dispositif sensitif, similaire au fonctionnement de sa propre combinaison relayant toucher et chaleur.

Lolun ne se vantait pas, c’est véritablement une petite merveille, elle ne devrait pas être si plaintive, pour faire mieux il lui aurait fallu bénéficier des techniques de clonages organiques.
Ils avaient pas ça à disposition à l’époque de l’accident. Et probablement pas les moyens.
Comme toi…
Nous ! Et je ne suis pas certaine que les techniques de clonage organiques soient assez avancées pour notre espèce pour remplacer une partie entière du cerveau.
Je ne vais pas m’en plaindre, j’aime exister.
Bien entendu, moi aussi, reste que ça va ralentir l’opération, ce type de prothèses est plus sujet aux complications de par leur complexité.
Seulement ralentir ?
Voyons… arrêtes ça, on a déjà étudié et travaillé sur ce type de prothèses, ce n’est pas un problème.
On a travaillé virtuellement, c’est la première fois qu’on en voit une de cette classe en vrai, elles valent trop cher pour la grande majorité des gens et pour l’école.
Physique et Numérique représentent la même chose d’un point de vue conceptuel, cela revient au même, on a déjà fait ça.
J’aime te sentir si pleine d’assurance, pour une fois.
Commence pas, allez on branche pour la première passe de diagnostic.

Avec précaution, ayant bien repéré les prises, la candidate branche chaque câble sur la prothèse, puis valide la connexion à la console, les informations se mettent à défiler dans les espaces dédiés.
Quelques manipulations sont suivies de l’ouverture d’une fenêtre où des lignes d’informations apparaissent, avec quelques commandes d’habituée Yuno déporte rapidement l’affichage sur son omnitech et se met à entrer des demandes au système avec la vitesse que procure une longue pratique régulière.
S’étant déplacée face à la prothèse, la quarienne observe les données qui défilent rapidement sur l’holo-interface de son avant-bras, elle fait un check up intégral depuis les micro centres de commande en charge de chaque grand groupe musculaire et nerveux, lors que des données sortent trop de l’écart type toléré pour ce type de prothèse elle déporte le groupe de données sur l’affichage tête haute intégré à sa visière, une transformation de son casque effectué durant ses études dont elle ne saurait se passer aujourd’hui.
Bien plus rapidement qu’avec l’interface conventionnelle, Yuno aura débroussaillé l’état conditionnel de la jambe, hochant la tête de temps en temps, quand le mouvement fou de ses doigts sur le clavier de son omnitech prend fin, une demi-douzaine de minutes plus tard, elle se tourne vers Lolun et Alita, s’adressant à eux d’une voix neutre.


Souhaitez-vous connaitre et valider le statu de votre œuvre-jambe ainsi que les actions à entreprendre, outre la re-calibration, pour remettre l’ensemble dans des conditions optimales ?
Je vous fournirai un rapport des données et leur analyse afin de vous permettre d’étudier mes méthodes et processus de diagnostiques docteur Lolun.

Je ... peux proposer une amélioration du microcode de transmission sensitif afin que le calibrage des nano machines pseudo-neuro-transmettrices des muscles se réadapte automatiquement d’une manière plus naturelle pour le corps biologique. Cela améliorerait le confort de votre sœur, sa jambe lui paraitrait alors totalement intégrée à son corps et préviendrait certaines chaines de dé calibrages futures, limitant ainsi les besoins de maintenance.


Elle se tourne vers la patiente, il y a plus d’émotion dans sa voix.

Docteur Alita, votre jambe est en bon état général et vous allez la retrouver rapidement dans des conditions optimales.

Une hésitation puis …

Vous avez de la chance de posséder une telle prothèse madame, on peut difficilement faire mieux en l’état actuel des recherches sur les prothèses biomécaniques, c’est un prototype unique dont la conception gagnerait à être diffusée et industrialisé afin de soulager bon nombre de quariens handicapés.
La couche sensitive est d’une élégance magnifique, votre époux a créé une bien belle œuvre d’art, tant d’un point de vue visuel que technique.




Il y a forcément un moyen ..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 720

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Lun 12 Mar 2018, 03:25
Informateur continuait d'observer le déroulement des choses dans le plus grand silence. Il n'avait aucune raison de s'impliquer dans le déroulement des événements, du moins pour le moment. La prothèse d'Alita avait été retiré et attendait patiemment que Yuno s'occupe de son entretien. Le docteur Lolun continuait de s'occuper de sa sœur. Quant à la patiente, elle était désormais plus calme, puisqu'elle n'avait plus à redouter le processus de séparation de sa prothèse. Ainsi, Alita pouvait concentrer toute son attention sur Anuli. La quarienne caressait le petit animal sous le menton d'une main et lui caressait le dos de son autre main. Le gohala restait bien en place, les yeux fermés, profitant des caresses auxquels il avait droit. Que du bonheur pour lui, si on peut dire la chose ainsi. Pour en revenir à Yuno, elle était en train de commencer son travail sur la jambe artificielle. Elle débuta par une analyse manuelle basique de la prothèse. Cette étape n'avait rien de bien compliqué et était à la portée du premier venue. Même pas besoin de suivre un cours en ingénierie. Le simple fait de regarder une vidéo de la manœuvre sur l'extranet suffisait pour connaître la marche à suivre. Après tout, c'était un test basique servant surtout à révéler les problèmes les plus évidents. Après cette rapide inspection, Yuno lança un premier scan sur la prothèse, commençant ainsi à faire des examens plus approfondit et plus spécialisés.

Yuno passa un moment à observer la jambe avant de passer à la suite des choses. La quarienne commença par relier la prothèse à la console de maintenance à l'aide de divers câbles et prises conçues à cette fonction. Les informations commencèrent rapidement à défiler sur l'interface visuelle de la console. Toutefois, au lieu de traiter directement les données sur la console, la jeune recrue décida plutôt de travailler avec son omnitech, en déportant les données dessus. Les doigts de Yuno bougeaient à toutes vitesses alors qu'elle rentrait de nombreuses commandes variées. Ce petit manège dura pendant plusieurs longues minutes. Pendant tout ce temps, Informateur restait où il se trouvait depuis le début, totalement immobile. Le seul moment où il déviait légèrement son attention c'était pour jeter un petit coup d’œil sur son animal de compagnie. Anuli ne craignait cependant rien. Alita continuait de lui donner des caresses et de l'attention. Ce à quoi l'animal répondait favorablement, et par moment, en se frottant le museau contre la visière d'Alita, ce qui la faisait rire à chaque fois. Toutefois, Lolun et sa soeur portèrent leur attention sur Yuno lorsqu'elle s'adressa à eux. Yuno débita de nombreux termes très techniques et juste le regard à travers la visière d'Alita suffisait à vous faire comprendre qu'elle n'avait pas vraiment saisi tout ce que Yuno venait de dire. Elle se tourna donc vers son frère lorsque Yuno eut terminé, puis regarda de nouveau sa congénère.


-Euh... Je suis experte en informatique, pas docteur. De plus, c'est pas mon domaine d'expertise les prothèses et l'ingénierie, je n'ai pas compris la moitié de ce que vous avez dit sur l'entretien de ma jambe.

-Elle veut dire qu'elle peut rendre ta jambe plus réceptive aux directives provenant de ton cerveau. Bref, la faire bouger de manière plus naturelle ou du moins que tu es l'impression que ce soit plus naturelle. Cela te rendrait plus confortable avec ta jambe et permettrait d'avoir moins souvent besoin de la recalibrer et de lui faire des maintenances.

-Ah... Pourquoi tu ne l'as pas fait avant?

-Ta jambe est un prototype, il faut donc procéder étape par étape pour s'assurer qu'elle fonctionne au maximum de ses capacités sans difficultés. Je comptais faire ces modifications dans un mois ou deux. Mais bon, puisque la demoiselle le propose, autant le faire maintenant.

Puis, le docteur Lolun se tourna vers Yuno afin de s'adresser à elle directement.

-Sinon, pour répondre à tes questions, oui envoies moi tout ce que tu as une fois que tu auras terminés. Je vais m'assurer qu'il n'y a aucun problème avant que la jambe ne soit de nouveau connectée. Sinon, petite précision, mon beau-frère a uniquement participé à l'aspect esthétique de cette jambe, c'est moi qui me suis occupé de tout l'aspect fonctionnel, dont la couche sensitive. Quant au fait de la rendre accessible à tout les membres de notre peuple qui pourrait en avoir besoin, ce n'est pas pour tout de suite. J'ai déjà soumis les plans et obtenus la reconnaissance qui va avec. Cependant, il reste encore des test à faire avant de pouvoir offrir cette technologie au grand publique. En soit, pas besoin de s'en faire, ce n'est pas une technologie secret défense ou ce genre de connerie. Donc, si tu veux en parler en sortant d'ici, tu peux le faire. De toute façon, avec un peu de chance, encore deux ou trois mois de test et on pourra offrir cette nouvelle option à travers tout le territoire de notre peuple. Du moins, en espérant que le gouvernement décide d'offrir une aide financière pour diminuer le coût. On verra bien avec le temps. Bref, assez parlé, reprends où tu en étais, jeune fille.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 41

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Mar 13 Mar 2018, 22:09

Et voilà, tu l’as vexé.
Mais j’ai pas dit qu’il avait rien fait, j’ai juste parlé de l’aspect artistique de la couche sensitive pour faire plaisir à sa sœur !
Tu l’as mal tourné.

Bon d’accord bel effort mais il faut rattraper maintenant.

Et ne te referme pas dans ta coquille comme ça maintenant, c’est pas le moment Yuno ! Allez c’est la fin.
D’accord d’accord, je vais essayer, c’est pas ma faute il parle trop, et Alita a pris pour elle ce que je disais à son frère et... bon j’essaye alors.

La candidate sort de l’immobilité gênée où elle s’était tenue durant tous les échanges, dénoue ses doigts qu’elle croisait fermement, les renoue en regardant les deux quariens et s’exprime d’une petite voix.


Bien docteur, désolée de vous avoir fait croire que je remettais en question votre travail, je voulais juste dire à votre sœur que son compagnon … que euh … qu’elle possède une prothèse magnifique, la technique est tout autant somptueuse et … euh bien, je recalibre cette jambe donc.

Dénouant ses doigts douloureux d’avoir été trop serrés, elle se tourne vite vers l’ouvrage, s’activant pour masquer sa gêne en relançant l’affichage de son omnitech.
Les lignes défilent à nouveau, Yuno démarre les routines de pré test du calibrage, cette partie là est automatisée, ça lui laissera le temps de taper le code auquel elle pensait.
Les secondes puis les minutes s’égrènent en silence, à peine interrompu de temps à autre par les observateurs, la candidate tape son code sans hésiter comme s’il s’agissait de simples lignes de commandes d’administration, après avoir extrait les séquences de code des fonctions à modifier, elle les réécrit dans un langage proche de l’assembleur, micro code optimisé qui défile bientôt comme un roman indéchiffrable à mesure que les lignes s’amassent, dizaines qui deviennent centaines, puis…


Bleep.

Les séquences automatisées de simulation de nouveau calibrage sont joyeusement annoncées par une discrète alarme.
La future chercheuse remise dans un bureau virtuel son travail en cours et prends le temps de parcourir les résultats présentés, les courbes déportées sur son affichage de casque la satisfont, ses paramètres sont parfaits.
Satisfaite elle modifie juste un paramètre, vérifie rapidement la simulation qui en résulte, puis, avec un hochement de tête comme si elle répondait à quelqu’un, lance la tâche de calibration réelle.


Opération de recalibrage lancée, durée de réalisation estimée à dix-huit minutes, quinze secondes, douze centièmes, l’opération sera suivie de la mise à jour du micro code mentionné, j’espère avoir le temps de vérifier ce dernier avant la fin du recalibrage et donc pouvoir procéder au déploiement de l’amélioration directement à l’issue du calibrage.
Après quoi je procèderai à un léger nettoyage de certaines têtes de terminaisons optiques, les contacteurs vivent leur cycle standard et peuvent provoquer des micro-interférences au niveau du lien avec le module greffe d’attache de la jambe.
Rien d’anormal pour une prothèse détachable.
Je terminerai cette maintenance par des tests de fonctionnement, après quoi il reviendra au docteur Lolun de procéder à ses vérifications et de valider ou non l’opération.


Sans attendre de réponse, Yuno rappelle sa console de développement et reprends son code là où elle en était, les longs doigts nerveux s’agitent sur l’holoclavier comme de longues et fines pattes d’un animal en pleine course rageuse. Une course qui s’étends et s’allonge à mesure que les minutes s’égrènent…

Ajoute une fonction de recyclage des données d’impulsions nerveuses pour les 100 derniers cycles, tu as largement l’espace mémoire nécessaire et tu gagneras en réactivité si tu n’as pas à les recalculer entièrement, une simple fonction d’update du résultat optimisera de beaucoup les flux nano-machines.
Certes, mais je ne voudrais pas que cela réagisse plus vite que sa jambe biologique, comme elle n’a qu’une prothèse il faut que les flux soient aussi similaires que possible aux données biologiques de sa jambe valide disponibles en base de données.
Ce n’est pas grave ça, il est plus efficient de retarder un cycle pour ajuster la réactivité que de recalculer systématiquement, après quelques pas sa jambe synthétique devrait lui sembler aussi naturelle que sa jambe organique. De plus le stockage en mémoire vive est bien plus rapide que le passage par la base de données d’activité.
Mmmh soit, bonne suggestion, faisons ça ainsi.
Comment gères-tu la mise à jour des données de recalibrage à la volée ? Je n’aurai qu’à déporter en parallèle les données obsolètes de la mémoire en base de données afin de remplir les tables destinées au recalibrage. Une comparaison checksum avertira le noyau primaire d’une variation par rapport à l’écart type, et la méthode de recalibrage n’aura qu’à récupérer ces données d’évolution afin d’influer sur les courbes de réaction pour remettre les choses en ordre, les variables de l’algorithme de recalibrage sont dynamiques.
N’oublie pas non plus la méthode de récupération d’erreur, il faut penser aux interférences extérieures imprévisibles.
Notamment en cas de choc oui, c’est prévu, je l’écris après.
Parfait.

Le dialogue mental se poursuit ainsi dans une transe toujours muette, le petit corps de la quarienne restant immobile à l’exception de ses mains. Une demi-douzaine de minutes avant l’échéance du recalibrage, ses épaules se détendent, de brèves inspirations silencieuses sont suivies d’une reprise d’activité, Yuno teste et corrige son micro code à présent.


Bleep.

Le son discret annonçant la fin du recalibrage de la jambe, elle lit le rapport d’intervention, hoche la tête, satisfaite, puis termine ses vérifications… il est temps de déployer son correctif.
Le micro-code est rapidement empaqueté, Yuno lance le déploiement avec un sourire triomphant, elle a hâte de voir si les résultats physiques répondront aussi bien aux critères de performances qu’elle a attribué à ce projet que durant ses simulations.

Un bref regard derrière elle, elle vient de se souvenir qu’elle a des témoins, un hochement de tête rapide, puis elle repart à la charge. C’est que le temps passe, et elle doit encore nettoyer les contacteurs, puis lancer une dernière vague de tests simulés avec les données de la jambe mise à jour.
Fouillant du regard les outils disponibles sur son plan de travail, elle repère le nécessaire avec soulagement : ce nettoyeur à infrasons est quasiment neuf, dernier cris, et parfaitement entretenu. Elle n’en attendait pas moins du GIP mais c’est rassurant de travailler avec du matériel de précision en parfait état.

Attrapant le module monté sur un bras motorisé sensé prévenir les faux mouvements et corriger les déviations de trajectoires, elle le positionne prestement auprès de l’extrémité de la prothèse concernée par le nettoyage, allume l’appareil, puis déporte l’interface de gestion de l’appareil sur son omnitech.
Un scan et quelques vérifications de sécurité plus tard, les données initiales concordant avec le scan du nettoyeur lui donnent le feu vert pour procéder au nettoyage : l’intérieur de la prothèse concerné par le nettoyage lui apparait 3D sur son affichage de visière ainsi que le champ d’action du nettoyeur, une pression sur le bouton de démarrage initie le processus et une lueur rouge apparait sur l’appareil, indiquant l’activité.
Lentement, avec minutie et adresse, Yuno guide le flux d’infrasons réglés à une fréquence sans danger pour les composants tout en dispersant les atomes de poussière présents dans la prothèse… Cela ne lui prend que quelques minutes, le procédé agit rapidement, bientôt elle se redresse, relâchant la poignée de l’appareil dont la lueur est revenue à un bleu rassurant.
C’est fini.

Quelques commandes initient alors la dernière simulation de test, l’opératrice tire profit de ce délai final pour ranger les outils avec minutie.

Yuno a toujours été soigneuse avec le matériel, une sorte de respect amical envers ces objets inertes et pourtant si complexes dont elle aime être entourée, son comportement à ce moment en est une preuve éloquente.
C’est également pour elle un bon moyen de vaincre le stress, non pas qu’elle doute de ses résultats mais elle sent les deux paires d’yeux des quariens dans son dos, ainsi que les optiques rouges du geth, toujours attentif, elle espère avoir fait bonne impression mais ne sait guère à quoi s’attendre de leur part.

Tu as bien travaillé, cesse de t’inquiéter.
C’est pas comme si je commandais mon stress, j’ai adoré ce travail mais ils me regardent depuis tout ce temps, j’ai pas l’habitude d’être observée comme un animal de laboratoire.
Ne t’en fait pas, c’est normal et leur regard n’est pas négatif en soit.
Je préfère quand même travailler sans avoir de spectateurs, je serai plus à l’aise si c’était des collaborateurs…
Tu recevrai des commentaires et ça t’agacerai encore plus, tu le sais.
Saleté .. en plus tu as raison.
Comme d’habitude.
Arrêtes ça, j’ai l’impression que tu es ma mère des fois.
Heureusement que non, ce serait une bien curieuse situation sinon.
Je veux pas penser à ce que tu insinues !
C’est toi qui devrais m’apprendre le sens de l’humour tu sais.
T’as fini de te moquer ?
Mais oui, allons, souris tu devrais être satisfaite de ta performance, regarde la simulation est finie dans 5 secondes, tu va pouvoir te retourner triomphante.
Ah !!


Bleep.

Dire que Yuno se précipite sur ses résultats serait exagéré, déjà parce qu’ils s’affichent sur sa visière de casque, ensuite parce que pour une fois elle rechigne presque à lever le regard sur les chiffres. Elle sait qu’elle a parfaitement calculé son travail, mais le jugement qui gronde dans son dos lui donne quasi l’impression d’être courbée sous le poids d’une quelconque divinité surnaturelle telle que présentées dans les encyclopédies galactiques des autres espèces, notamment celles des humains.
Pourquoi s’affublent-ils d’une telle pression imaginaire ? Elle n’a jamais vraiment compris le besoin instinctif de cette espèce de s’imposer de tels poids. Ils sont fous ces humains.

Mais pour l’instant c'est elle qui expérimente ce qu’elle suppose être le poids d’un jugement divin présidant à sa destinée, et cela la met mal à l’aise comme elle ne l’a rarement été.
Peut-être ses premiers pas sur Rannoch, quand elle est descendue pour la première fois sur ce sol non métallique, censé être sa patrie, sa maison, sa vie.
La jeune Yuno avait surtout l’impression d’être dans une autre dimension, bouillonnante de danger, d’étrangetés et d’inconvénients. Rien que le poids, son propre poids ainsi augmenté par la pesanteur du corps céleste, l’avait traumatisée, malgré les préparations physiques et psychologiques.
A la première occasion, Yuno était prestement remontée dans le vide spatial, son monde, là où elle était née.

Mais cette fois-ci, c’est son propre choix qui est en cours, choix de vie, choix de destinée, choix du monde où s'établir, son espace à elle.
Alors elle surmonte le malaise, lève les yeux… et constate les chiffres.













Une inspiration et l’aspirante chercheuse se retourne.


J'ai terminé...


Docteur Lolun vous pouvez vérifier et procéder à la validation de la maintenance et mise à jour de la prothèse.
Le dossier complet de l’opération est en attente sur la console, vous pouvez le récupérer et le consulter. Les résultats sont très bon.

Madame Alita votre jambe vous semblera un peu étrange, c’est parce que vous avez marché dans une configuration donnée durant de longs mois, mais à présent votre jambe réagira comme votre jambe valide et il vous faudra réapprendre un peu à l’utiliser, rien de grave je vous promets, votre cerveau se fera très vite à cette nouvelle configuration, vous aurez l’impression d’avoir votre jambe d’origine en fait.


Inclinaison, quelques pas de côté pour laisser le docteur s’approprier les lieux et les résultats du travail, c’est à son tour d’attendre.


Il y a forcément un moyen ..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 720

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Ven 16 Mar 2018, 01:48
Informateur continuait d'observer en silence. Ce n'est pas comme s'il pouvait faire grand chose dans la suite des événements. Pour cette épreuve, le geth devait seulement agir en tant qu'observateur. Ce serait au docteur Lolun de déterminer si le travail de Yuno était bon ou mauvais. Certes, le geth s'y connaissait dans ce genre de système, car les prothèses quariennes et les plateformes geths utilisaient une technologie très semblables. Cependant, le docteur quarien restait un expert dans le domaine, bien plus grand connaisseurs que lui. Alors, si jamais Lolun déclarait que Yuno réussissait ou échouait, ce ne serait pas le synthétique qui s'y opposerait. Au mieux, il pourrait transmettre ce qu'il avait observé à ses supérieurs et ces derniers pourraient choisir de changer la décision de leur congénère. Toutefois, pour l'heure, Informateur n'avait pas l'impression que cela serait nécessaire. La quarienne semblait plutôt bien se dérouler avec la prothèse de jambe dont elle était chargée. La candidate se montra d'ailleurs très affectée par la réponse que Lolun lui avait donné quelques instants plus tôt. Elle parlait même à voix basse. Cela fit réagir Alita, qui regarda Yuno, sans pour autant arrêter de donner des caresses au gohala, toujours dans ses bras.

-Vous devriez arrêter de vous en faire autant avec mon frère. C'est sa façon de parler de tous les jours. Il précisait les choses, il ne vous engueulait pas. Il est presque aussi bourru qu'un krogan.

Puis, elle reporta son attention sur Anuli, laissant sa congénère travailler, tandis que Lolun rouspétait à voix basse. Informateur pour sa part continuait d'observer Yuno qui travaillait. La quarienne faisait défiler devant elle les lignes de codes de la prothèse, tout en entrant de nouvelles commandes, probablement pour modifier, réparer ou ajouter des programmes. Les minutes passèrent sans que rien ne change, puis une légère alarme se fit entendre, provenant de l'omnitech de la candidate. Yuno ne s'arrêta pas de taper des commandes pour autant, du moins jusqu'à ce qu'elle fasse un léger hochement de tête et s'adresse à Lolun et sa sœur. La candidate donna une estimation très précise du temps nécessaire pour la recalibration des systèmes. Après cela, elle procéderait à une maintenance physique de la jambe et pour finir, des tests pour s'assurer que la prothèse fonctionnait bien. Puis, elle se remit au travail. D'après la démarche que la quarienne était en train de suivre, le geht supposa que Yuno avait modifiée son masque pour pouvoir y afficher des données. Le geth avait vu de nombreux quariens adopter ce genre de changement, dont certains travaillaient sous ses ordres. Même au sein de son escouades, tous les quariens avaient procédé à ce changement. C'était pratique, car ainsi il était possible de transmettre des informations, des consignes et des ordres sans que ceux-ci puissent être vu physiquement par autrui.

Les minutes continuent de s'écouler à mesure que le travail avance. Le docteur Lolun a finit par activer son omnitech et le geth remarquait qu'il passait le temps en faisant des jeux, en jetant de temps à autres un coup d’œil en direction de Yuno. Alita pour sa part continuait d'offrir toute son attention à Anuli. Le gohala avait finit par décider de faire une sieste. Il dormait paisiblement, couché de dos au niveau de la poitrine de la quarienne. Alita n'était nullement gênée par l'endroit occupé par la petite bête. En fait, elle continuait de lui caresser doucement le haut de la tête et le torse. Lorsqu'une autre alarme retentit, cela attira l'attention du groupe sur Yuno. Cependant Lolun et Alita revinrent à leur préoccupation d'avant après que Yuno eut commencé la maintenance physique de la prothèse. La candidate commença à utiliser un nettoyeur à infrasons, ainsi qu'un bras motorisé de fixation et elle commença à travailler. Cette maintenance physique dura plusieurs longues minutes, avant que Yuno ne repose le nettoyeur à infrasons. La candidate poursuivit avec une suite de test et par le rangement de son espace de travail. Une autre alarme, suivit d'une autre vérification avant qu'elle prenne la parole et annonce qu'elle avait terminée.

Le docteur écouta rapidement Yuno, avant de se diriger vers le terminal et d'observer les données. Alita écouta également ce que sa congénère avait à lui dire et répondit par un léger hochement de tête. Comme le moment de remettre sa jambe approchait, la quarienne se coucha bien droite, en fermant les yeux. Son frère regardait les données, en les faisant défiler à toute vitesse. Lorsqu'il eut terminé en moins de deux minutes, il prit la prothèse et se dirigea vers sa sœur. Sans dire un mot, il commença à connecter la jambe. Le tout se fit avec vitesse, bien plus rapidement que ce que Yuno avait réussi à faire plus tôt, preuve qu'il avait plus d'expérience qu'elle dans le domaine. Une fois la prothèse remis en place, il donna quelques petits coups de doigts sur le masque de sa sœur pour la ramener à la réalité. Cette dernière ouvrit les yeux et regarda sa jambe enfin remise à sa place.


-Il est temps de faire tes premiers pas. Rien à signaler sur les codes de Yuno. À toi de voir maintenant.

-D'accord.

Avant de se redresser, Alita pris Anuli dans ses mains et le tandis à Informateur. Le geth vint chercher son animal de compagnie qui se réveilla pendant l'échange, mais se laissa poser sur l'épaule de son maître sans se plaindre. Puis, Alita posa ses deux pieds au sol, mais toujours assise sur le fauteuil d'examen. Puis, lentement, elle commença à faire ses premiers pas, très lentement. Son frère restait à proximité, juste au cas. La quarienne parvint à faire une dizaine de pas avant de tituber et de retourner s'asseoir.

-Ça va?

-Oui. C'est juste bizarre de pouvoir ressentir de nouveau le contact avec le sol. Aussi... je sais pas, comme un léger inconfort. J'ai l'impression que ça vient du mouvement du genou.

-J'ai peut-être ma petite idée sur la raison.

Le docteur se pencha et observa le genoux de la prothèse de sa sœur. Il attrapa ensuite quelques outils et effectua quelques manipulations mineures. D'où Informateur et Yuno se trouvaient, impossible de voir ce que le quarien faisait, mais ce fut rapidement finit. Alita bougea de nouveau la jambe et l'inconfort sembla avoir disparu. Lolun décida d'apporter une explication.

-C'est le genre de chose qui arrive. Nos patients peuvent avoir certains préférences sur leur prothèse. Des préférences qui font en sorte qu'il faut apporter une modification légère après que les calibrations aient été terminés. Cependant, ce n'est pas quelque chose que nous faisons nous-mêmes, on laisse ce travail à des infirmiers et infirmières. Là c'est ma sœur, alors c'est différent. Toutefois, rien ne vous empêche de le faire avec vos propres patients si vous le souhaitez.

-Votre verdict, docteur?

-Pour moi, c'est bon.

La réponse déclencha un rire chez sa sœur.

-Eh bien, lui qui d'habitude dit à peine un: C'est passable. Pour les bons candidats. Je dirais que vous lui avez fait une bonne impression, Yuno.

Cela mettait donc fin à cette partie des épreuves du GIP pour une embauche potentielle de Yuno. Informateur évalua rapidement la situation. D'après l'horaire établit, ils étaient maintenant en avance. Autant en profiter pour se détendre. Il considéra que le mieux était de laisser le choix à la jeune quarienne.

-Nous sommes en avance sur l'horaire prévu. Nous pouvons donc vaquer à des occupations plus libres pendant un bon moment. Souhaiteriez-vous visiter des laboratoires, des salles informatiques ou autres lieux dans ce genre?











Dernière édition par Informateur le Ven 16 Mar 2018, 23:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 41

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Ven 16 Mar 2018, 19:50

Il va vite.
Il a conçu et fabriqué la prothèse et ses micro codes, à part celui que l’on vient de réécrire, c’est normal.
Oui mais …
Il a l’habitude, allez sourit. Et sa sœur a l’air plus sereine, ça va bien se passer.
D’accord.

Yuno n’en reste pas moins immobile, observant le scientifique vérifier son travail, la tension crispe ses épaules… puis se relâche.
Ikyu a raison après tout, elles ont fait du bon travail, à quoi bon se tendre ainsi.
La jeune femme dénoue ses doigts, instinctivement serrés quelques instants plus tôt, et vient se déplacer pour observer le branchement de la jambe, elle se sent détendue finalement, son travail n’était finalement pas grand-chose et c’était un test simple et routinier en fait.
Quand le couperet tombe peu après, il est sobre et factuel : pas de problèmes, et la patiente fait ses premiers pas timides.
Ah ça, c’est sûr qu’une jambe c’est un peu plus intimidant à chausser qu’une paire de bottes, mais une petite adaptation rapide plus tard, tout fonctionne. Comme vu durant ses opérations passées : adapter le réglage aux habitudes du patient. Elle aurait pu le faire, c’était même l’une des tâches qui lui étaient confiées lors de son tout premier stage, il y a maintenant 6 ans, mais le commentaire du docteur Lolun lui est agréable à l’oreille : s’il lui explique quelque chose, c’est qu’il la considère comme suffisamment intéressante pour se préoccuper de lui prodiguer des conseils.

C’est bon signe.
Oui je suis d’accord.
Je pense que l’on va pouvoir se réjouir d’ici peu.
… Tant d’opportunités…
Et de matériel à notre portée.
Ça y est, après tout ce temps…
… on va pouvoir commencer enfin.


-Pour moi, c'est bon.


Yuno relève le nez, regardant Alita qui vient de traduire la validation « frugale » de son frère, puis le dit frère… Un passage sur son geth d’examinateur puis elle fixe son regard sur le docteur Lolun.


Merci docteur d’avoir pris de votre temps pour procéder à mon examen.



Tu peux remercier sa sœur aussi, elle a été aimable avec toi.
Ah oui, il faut faire ça aussi c’est vrai.




Je vous remercie également madame Alita.
Je… euh je suis désolée si mon test vous a occasionné du stress, j’espère que… que vous ne regrettez pas cette expérience.


Une inclinaison du buste vient ponctuer ce constat, elle se demande comment se présentera la suite mais il serait impoli de demander de suite. Alors à présent elle attend voir le déroulement des évènements à venir, spectatrice de son propre destin.

L'évènement arrive immédiatement, Informateur annonçant la fin provisoire de la procédure de test et offrant une visite des locaux. La mention des locaux et salles informatiques font relever le nez un peu brusquement à la postulante.


Visiter ? Je peux ?


Dit oui, c'est une occasion rêvée.
Pas la peine de me le dire deux fois !


De l'enthousiasme, c'est la première fois depuis son arrivée au GIP que Yuno manifeste ce genre d'émotion.

Ce... ce serait avec un immense plaisir monsieur Informateur !
Oui je serais ravie de visiter les salles de serveurs ! Et .. et les laboratoires !


Affirmation suivie d'un hochement vigoureux du casque confirmant l'affirmation, toute gène oubliée momentanément, la jeune femme présente une autre facette de sa personnalité prouvant que le geth vient de toucher une fibre sensible.



Il y a forcément un moyen ..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 720

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Lun 19 Mar 2018, 01:46
Informateur se demandait à quoi ressemblerait la suite des choses. Il avait certes proposé à la jeune quarienne de faire une visite d'autres locaux des installations du GIP. Cependant, rien n'empêchait Yuno de décliner son offre. Elle pouvait également préférer aller observer d'autres éléments. C'était des possibilités parmi plusieurs. Dans le pire des cas, la jeune quarienne pourrait préférer retourner à la salle de départ et attendre les résultats de ses divers tests. La jeune femme avait commencé par remercier le docteur Lolun d'avoir pris de son temps pour cette évaluation. Ensuite de quoi, elle présenta quelques remerciements et excuse auprès d'Alita. Ce n'est qu'ensuite que la candidate répondit à la proposition du synthétique, une réponse qui se fit avec beaucoup d'enthousiasme. Elle manifesta une forte envie de visiter les salles des serveurs, ainsi que des laboratoires, le tout avec un hochement de tête et la disparition soudaine de sa gêne. Visiblement, ce genre de sujet la passionnait tellement qu'elle en éprouvait pratiquement un changement de personnalité. Voilà qui était intéressant. Toutefois, le petit problème fut la question des salles des serveurs. Il s'agissait d'une zone à accès restreint. Alors, ce n'est certainement pas une potentielle candidate qui recevrait le droit d'aller y faire un tour. Après tout, il y avait de nombreuses règles de sécurité à respecter.

-En fait, Yuno, je ne peux autoriser une visite des salles des serveurs. Cette zone est à accès restreint. Il faut appartenir à certaines spécialisations, grades ou cas particuliers pour y avoir accès. Vous êtes toujours une civile à l'heure actuelle, vous y faire accéder est donc totalement exclut. Il s'agit de mesure de sécurité de base établit par le GIP. Il n'y a cependant aucun problème à visiter certains laboratoires. Veuillez me suivre.

Le geth salua poliment le docteur Lolun et Alita avant de sortir. Sur l'épaule de son maître, Anuli regardait à gauche et à droite, visiblement excité par cette nouvelle promenade. Le synthétique jetait de temps à autres un regard derrière lui pour s'assurer que la jeune candidate parvenait à suivre le rythme. Ils marchèrent pendant une quinzaine de minutes, avant d'arrivée dans un des secteurs de recherches. Cette zone était utilisé pour les divers laboratoires et terrains d'essaies, pour des recherches n'ayant pas besoin d'être gardé secrète. Le geth fit une rapide recherche pour déterminer les salles qui pourraient potentiellement intéresser la jeune quarienne. Pendant que le synthétique continuait de chercher, il constata que la jeune quarienne semblait s'intéresser à un laboratoire auquel un petit mot avait été inscrit sur le mur, près de la porte d'accès. On pouvait y lire: Attention, bosh'tet à l'intérieur.

-Je vous déconseille de tenter d'entrer dans ce laboratoire. Il est occupé par un chercheur du nom de Geen'Nirol vas Rattic. Un brillant chercheur en chimie et biologie animale. Cependant, il est reconnu pour son mauvais caractère et son comportement. Je m'y suis aventuré une fois et à peine rentrer, cet homme m'a insulté, ordonné de quitter son laboratoire. Avant de commencer à me lancer des éprouvettes contenant des substances variées. Son génie scientifique dans son domaine est la seule raison pour laquelle le GIP ne l'a pas encore congédié.

Une fois les explications donnés, le geth put terminer ses recherches. Il avait trouvé deux laboratoires dont les recherches pourraient intéresser la jeune candidate. Le synthétique décida de commencer par le plus près. Informateur fit signe à Yuno de le suivre et ils se rendirent à un laboratoire dont la porte était au bout du couloir. La porte resta fermée à leur approche, le geth devant confirmer son identité à un système de sécurité au préalable. Une IV identifia le geth rapidement: Informateur, grade commandant, bienvenue. Puis, la porte s'ouvrit. Ils purent rentrer et voir l'état des lieux. Le laboratoire était de grande taille et divisés en trois zones. À gauche en rentrant, on pouvait voir six tables de travail occupés par des prothèses variées. Au premier coup d'oeil, on pouvait cependant remarqués qu'elles avaient des formes étranges. Certaines jambes avaient des angles étranges, des bras étaient plus gros et des yeux semblaient disposés de fonctions étranges. Ensuite, à droite, on retrouvait cinq bureaux de travail également occupés par des prothèses. Cependant, les prothèses en question semblaient être mise au point pour être implantés à des animaux et non à des représentants d'une civilisation galactique. Il y avait également un couloir se divisant en deux embranchement de ce côté de la salle. Finalement, le centre de la pièce était libre, mais avec une grande vitrine donnant une bonne visibilité sur une salle en contrebas. Pour l'heure, le laboratoire était occupé par quatre quariens. Deux en train de travailler sur des prothèses étranges, un sur les prothèses animales et un qui observait à travers la baie vitré. Personne ne semblait avoir remarqué leur présence.

-Excusez moi.

Lorsque le geth prit la parole, le quarien qui jouait les observateurs se retourna aussitôt. Informateur reconnus immédiatement le scientifique. Il s'agissait de Vaar'Gisa vas Rannoch, l'ami d'un ami. Le geth n'avait eu que peu de contact avec lui, raison pour laquelle il ignorait son affectation sur la station.

-Ah, c'est vous, commandant Informateur?

-C'est moi.

-Très bien... euh... qu'est-ce que vous faîtes ici?

-Je fais visiter certains lieux à la candidate, Yuno'Menna Nar Eidolo, ici présente. Elle veut rejoindre le GIP et offrir ses connaissances. Comme votre laboratoire expérimente dans un des domaine l'intéressants et que nous avions du temps libre, je l'ai amené visiter.

Vaar se tourna aussitôt vers Yuno. Il l'observa en silence pendant un instant avant de s'approcher d'elle. Puis, il reprit sur un ton ouvert et chaleureux.

-Eh bien, une potentielle collègue. Bienvenue. Vaar'Gisa vas Rannoch, chef de laboratoire. Si vous avez des questions n'hésitez pas. Par contre, évitez de vous approcher à plus de deux mètres des tables de travail. Certains de nos projets sont quelques peu sensibles aux mouvements. Vous avez un champs que vous préférez en particulier ou bien est-ce que-

Vaar s'interrompit soudainement. La raison de cette interruption, Yuno et Informateur purent la voir. C'était sous la forme d'un quarien ayant subitement semblé surgir de nul part et qui était aller s'écraser contre la baie vitrée. L'impact semblait avoir été un peu fort. Il restait collé contre la vitre un moment avant de glisser doucement et de retomber, disparaissant du champs de vision des intéressés. Informateur et Vaar se rapprochèrent. À travers la baie d'observation, on pouvait voir une salle d'essaie quatre fois plus grande que le laboratoire. À travers la salle d'essaie, on retrouvait une multitude de structure diverses. On retrouvait des zones destinés à faire des bonds au dessus d'une ''précipice'', des zones d'escalades, deux petites piscines, des rangés d'haltère de tailles et poids divers et une multitude d'autre chose. La salle disposait également de sol et de murs capitonnés. Une trentaine de quarien s'affairaient dans ce lieu. Une dizaine d'entre eux portaient des prothèses étranges. Cependant, tout le monde avait cessé ses activités et observait le quarien au sol. Vaar utilisa l'interphone pour s'adresser aux gens dans la salle et échanger avec un des chercheurs présent.

-Il vient de se passer quoi là?

-On testait les capacités de bonds des prothèses numéro 7. Cet idiot n'a cependant pas écoutés quand on lui a dit de faire attention au moment de sauter. Il a courut et fait un trop grand bond.

-Il est blessé?

-Un peu sonné et déboussolé, mais ça va.

Vaar se retourna vers Yuno.

-Comme je disais, vous avez des questions?









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 41

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Mar 20 Mar 2018, 20:28
Au refus du geth à lui faire visiter les salles de serveurs, la jeune femme hoche la tête. Elle comprend malgré la déception, elle aurait dû s’en douter. Tant pis, elle fera avec et demandera à voir les salles d’informatique en guise de consolation.
Machinalement, elle se tourne vers les Lolun frère et sœur et s’incline en guise d’au revoir, puis suit son guide geth original, toujours surmonté de sa boule de poils. A nouveau il lui faut trottiner aussi vite que lui permet sa condition physique pour suivre le rythme des longues jambes synthétiques d’Informateur.

On va perdre du poids à ce rythme, il faudra doubler ta ration nutritive ce soir.
C’est pas grave, c’est bien parti on aura bientôt les moyens de nous payer de quoi entretenir notre corps convenablement.
Sans faute.

La combinaison déclenche la baisse de température interne visant à refroidir le frêle corps de son occupante, alors que Yuno se concentre pour tenir la cadence. Mais l’effort fini par payer, à l’arrivée en zone de recherche, elles découvrent leur futur environnement avec un peu de curiosité.
Un regard un peu insistant vers un curieux message sur le mur lui rapporte néanmoins un rappelle à l’ordre : certaines zones sont plus dangereuses que d’autres manifestement.


Je comprends, j’éviterai d’aller ennuyer cette personne.

« L’incident » est naturellement dûment commenté. Mentalement.
Au moins on ne sera pas les seules originales.
Comment ça originales ? Exceptionnelles !
C’est cela, oui. Enfin on va essayer d’éviter de se rabaisser à ce niveau et tacher de ne pas se retrouver seules avec cette personne.
Il y a intérêt.

Yuno hausse mentalement des épaules. De toutes manières ces disciplines ne relèvent pas de son domaine de compétences de prédilection, et puis la description ne lui donne certainement pas envie de tenter sa chance, la jeune femme n’est pas vraiment une trompe la mort, au moins dans l’environnement physique.
La course poursuite involontaire se poursuit donc, Informateur avançant toujours de ses longues enjambées, chassé par une aspirante chercheuse guère sportive qui tente de rester à sa hauteur sous les encouragements amusés d’un gohala perché.

La ligne d’arrivée, enfin ! Quand le guide synthétique s’arrête finalement devant une porte, la jeune touriste est, elle, essoufflée.
Sa combinaison fait de son mieux pour alimenter en oxygène les poumons malmenés de son occupante et la sueur perle sur sa peau, rapidement absorbée; Elle n’aurait pas tenu 10 minutes de plus probablement.
Le souffle court elle n’a pas le temps de ronchonner que la porte s’ouvre suite aux identifications du geth, elle le suit alors en tentant de calmer le rythme excessif de son cœur.

Il faut quelques dizaines de secondes encore avant qu’elle daigne enfin remarquer son nouvel environnement, s’arrêtant pour faire le tour des lieux du regard. Informateur, lui, a pris de l’avance et est allé converser avec un grand quarien.
Ce dernier se tourne vers elle alors qu’elle approche et la salue aimablement.

Voilà qui lui change du docteur Lolun, celui-là a l’air plus performant en interactions sociales.
Mais est-il aussi compétent ?
On verra, présentes toi à ton tour..


Euh… Bonjour, Yuno’Menna nar Eidolo.

L’homme se met à bavarder mais est interrompu en pleine question de politesse par un *BUNK !* tonitruant qui fait sursauter la visiteuse. Elle découvre avec stupeur un autre quarien écrasé comme une grenouille sur une baie vitrée derrière le chef de laboratoire.
Suivant Vaar et Informateur, elle découvre alors la zone d’essais où s’est produit l’incident, la scène lui fait lever un sourcile.

Comique.
Comment ça?
La façon dont il s’est collé à la vitre puis est retombé, cela avait un coté comique.
Il a surtout dû se faire mal.
Il a l’air sonné en effet mais ça n’enlève rien au potentiel amusant de la scène, ça ressemble à des vidéos de synthèses que nous avions vues.
Je ne m’attendais pas à ce que leurs tests soient dangereux.
Et tu t’attendais à quoi au juste ? A ce qu’ils jouent en rond au virtua spacepod ?
Tshhh, regarde, il y a des prothèses non communes sur certains d’entre eux.
Augmentation physique par implants ?
Je sais pas, je vais demander.
Bonne idée, de toutes manières l’incident est clos vu leur échange vocal.

Le quarien offre de lui-même l’opportunité de se renseigner en revenant vers Yuno.



Hem… euh donc… euh oui bonjour Vaar'Gisa vas Rannoch.
Donc pour me présenter, je… euh postule au GIP pour un poste de chercheuse, je veux dire, assistante chercheuse pour commencer.
Et euh… mon domaine de recherche touche aux implants prosthétiques mécaniques et biomécaniques, mais ma spécialité relève du développement spécifique d’assistances semi intelligentes incorporées aux prothèses, à la manière des programmes fonctionnels geths.
J’espère améliorer les performances et le confort de tels implants par la régulation des nano machines et influx divers de manière à obtenir de meilleures réactions des prothèses selon le contexte obtenu par des capteurs et les influx nerveux du porteur. Par exemple pour éviter ce genre d’incident auquel nous venons d’assister où le porteur n’a pas su contrôler la force de son membre artificiel, probablement peu habitué encore à son potentiel physique.


Moment de flottement, sans doutes le temps de reprendre son souffle, mais elle enchaine bravement, les questions, elle a des questions !


Voila. Hum… euh des questions… Oui ! J’ai des questions !
Quels types de prothèses concevez-vous ici ? Cela semble aller au-delà du simple remplacement médical.
Et comment fonctionnent-elles ? Je veux dire, ce sont des prothèses répondant aux influx nerveux directes ou semi-directes avec gestion microcode ? Ou bien y va-t-il une assistance IV spécifique dédiée au contrôle des prothèses ?



Il y a forcément un moyen ..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 720

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Jeu 22 Mar 2018, 02:26
Informateur observait en silence pour le moment, laissant Yuno discuter autant qu'elle le désirait avec Vaar. Le geth s'intéressait davantage aux divers test en cours dans l'aire d'essai. Ce qui se passait ici pourrait mener à des avancées technologiques des plus intéressantes dans le futur. Certes, les chercheurs développaient des prothèses destinés à des individus et à des animaux. Toutefois, la nature synthétique des geths faisait en sorte que ces prothèses pourraient également être utilisés par eux. La grande différence, c'est que les prothèses équipés d'IV n'en aurait pas besoin si elles étaient rattachés à un geth. Après tout, le fait d'être des IA rendaient la chose complètement superflu. Pendant ce temps, Vaar écoutait Yuno s'exprimer sans chercher à l'interrompre, mais sa gestuelle démontrant une certaine bonne humeur. Ainsi, la jeune candidate présenta ce qu'elle visait comme poste, ainsi que son domaine et certaines de ses aspirations pour le futur. Il ajouta quelques hochement de tête tandis qu'elle parlait des nanomachines et de leur utilisation. Le quarien continua tandis que Yuno posait ses diverses questions sur les prothèses que Vaar et son équipe créaient et mettaient en l'épreuve dans leur grand laboratoire spécialisé.

-Je vois, intéressant. On veut commencer en bas de l'échelle et monter en grade petit à petit, voilà qui est bien. Cela démontre que vous avez assez d'humilité pour tracer vos limites et éviter de devenir prétentieuse. J'ai souvent eu droit à des petits nouveaux qui arrivaient en croyant absolument tout savoir sur tout. Pour au final les voir faire des erreurs stupides et jeter la faute sur tout et n'importe quoi. Le tout en visant des fonctions trop élevés pour leur niveau de compétence, sans parler de leur expérience qui était évidemment très faible. Ce genre là, on ne les garde pas très longtemps.

Puis, le quarien se dirigea pour commencer vers la droite du laboratoire en direction des prothèses animal. Il s'arrêta à trois mètres du technicien quarien qui travaillait sur une prothèse de bonne taille. Sans chercher à interrompre le travail de son collègue, il désigna ce sur quoi il travaillait.

-Eh bien, pour répondre à vos questions, disons qu'il n'y a pas de réponse claire. Tout dépend du secteur concerné par la prothèse. Ici par exemple, vous avez Ragar qui travail sur une prothèse destinée à être posée à un varren. Comme les animaux sont plus basique dans leur pensée, il faut y aller avec l'influx nerveux direct. Comme vous êtes dans le domaine, vous savez que même si la technologie est très avancée, le taux de transmission des commandes du cerveau n'est pas parfaite. La pensée des animaux étant plus basique, réussir à mettre au point des prothèses plus réceptive à leurs systèmes nerveux nous permet de faire de même pour les prothèses destinés à des êtres pensants évolués. De plus, en acceptant des commandes personnelles d'individus divers, ça permet de faire un profit et donc de rajouter des crédits aux financements de nos recherches. Celle sur laquelle Ragar travaille a été commandé par une matriarche asari pour son varren de compagnie.

Puis, le quarien revint en direction de la baie vitrée. Les essaies des diverses prothèses avaient repris. On pouvait voir l'accidenté de tout à l'heure assis sur un banc, surveillés par un médecin, s'assurant qu'il allait reprendre ses esprits.

-Pour ce qui est des prothèses destinés à des individus, tout dépend de leur fonction. Certaines ayant des fonctions presque identiques à celle d'une prothèse normale fonctionnent par influx nerveux direct. Alors que d'autres ayant des fonctions semblables à des fonctions biologiques normales, mais de manière amplifiées et nécessitant une adaptation mentale, alors les micro-codes sont utilisés. L'idiot de tout à l'heure appartient à la seconde catégorie. Il faudra voir s'il y a eu une erreur dans les codes ou bien si l'erreur viens de lui. Regardez, vous allez justement voir deux utilisateurs de prothèse par influx direct en action.

Le quarien désigna une quarienne située plus bas. Elle disposait de deux prothèses de bras plus grand que des prothèses ordinaire. Les prothèses composaient ses bras, mais recouvraient également ses épaules et une partie de son dos et sa poitrine. La quarienne s'approcha d'une rangée d'haltère prenant un poids léger pour commencer, puis changeant, augmentant le poids à chaque changement. Pas difficile de comprendre que ces prothèses étaient destinés à une amplification de la force physique. Plus loin, on pouvait cette fois voir un quarien équipé avec des prothèses aux deux jambes. Les prothèses avaient cependant une forme étrange. En effet, le commencement ressemblait à une jambe humaine avec le genoux à l'avant, pour ensuite se tordre vers l'arrière tel une jambe quarienne ordinaire. Pour ensuite se tordre à nouveau, comme s'il y avait un second genou. Le plus intéressant était cependant de voir le porteur courir. Ce dernier allait à une vitesse folle sur un parcours tournant en rond.

-Voilà deux autres bons exemple. Nara est équipée de prothèses destinés à soulever des poids importants. Rack quant à lui, ses jambes comme vous pouvez le constater lui donne une vitesse immense. Je crois bien qu'il pourrait rattraper un véhicule sans difficulté... d'ailleurs faudra tester ça un jour. Ensuite, nous avons également des prothèses équipées d'IV. Cependant, pour le moment, nous les utilisons pour des prothèses utilisant des systèmes qui ne sont pas naturelle pour le cerveau. Attendez, je vais vous montrer.

Le quarien s'adressa à nouveau à son équipe, demandant une démonstration de deux autres prothèses pour leurs invités. Il cita rapidement deux numéros. Au bout de deux minutes, un premier quarien arriva, sa prothèse de bras semblait normale, à trois détails près. Premièrement, la main était deux fois plus grosse que la normale. Ensuite, la main avait une forme ronde et les doigts étaient chacun disposé à un tiers du rond. Finalement, le quarien se baladait avec un grand sac à dos. Il continua d'avancer, avant de pointer son bras vers une poutre situé à une dizaine de mètre dans les airs, agrippant la prothèse de sa main organique. Soudainement la grosse main fut propulsé dans les airs, un câble rattaché à son extrémité, en direction de la poutre. Toutefois, elle manqua sa cible et alla retomber au sol quelques mètres plus loin. Le quarien activa alors un système enroulant lentement le câble propulsé et faisant revenir la main.

-Un bras prothétique équipé d'un système de grappin. On a beaucoup de mal avec celui-là. La visée est encore mauvaise. De plus, le porteur doit encore se trimbaler un sac avec tout le câblage. Pas très pratique pour le moment. La seconde devrait vous intéresser davantage.

Plusieurs minutes s'écoulèrent sans que rien ne se passe. Puis, une porte de la salle d'essaies s'ouvrit laissant place à trois quariens. Deux d'entre eux poussaient le troisième couché sur une civière. Le porté avait une combinaison modifiée, pour le milieu aquatique et ses jambes se terminaient par des fentes étranges. Le duo poussa la civière jusqu'à l'une des piscines aménagés. Dès que le troisième leur fit signe, ils renversèrent la civière le faisant tomber à l'eau. Le quarien coula comme une grosse pierre. Au bout de quelques secondes, on put cependant le voir se déplacer rapidement sous l'eau, propulsé par ses prothèses. L'essai ne dura cependant qu'une trentaine de secondes avant que le quarien remonte à la surface et se fasse sortir de la piscine par les deux collègues de tout à l'heure.

-Ici, nous avons des prothèses destinées à des milieux aquatiques. Pour l'heure nous avons de multiples problèmes avec ceux-là, notamment leur autonomie. Nous finirons bien par résoudre les problèmes. Chacune des prothèses que vous voyez développée ici seront des percées scientifiques majeures lorsqu'elles seront parfaitement fonctionnelle. Elles pourront également sauver un grand nombre de vie. Imaginez des experts en sauvetage pouvant faire des bonds de plusieurs dizaines de mètres de haut, courir plus rapidement qu'un véhicule et ainsi de suite. Avec ce genre de chose, il serait possible d'envoyer des secours pouvant s'infiltrer n'importe où et sauver des gens en détresse. Également, nos prothèses aquatiques pourraient également offrir des opportunités pour l'exploitation de ressources en milieu aquatique ou encore l'entretien d'installation sous-marine.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 41

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   Ven 23 Mar 2018, 19:45
Encore un laïus sur l’humilité. Yuno le prends avec mauvaise humeur même si rien n’est visible. Le besoin d’être à sa place et de pas attraper la grosse tête, ne pas se croire plus fort qu’elle ne l’est, ne pas brûler les étapes, et ainsi de suite. Pourquoi lui font-ils tous le même discours ? A-t-elle l’air d’une évaporée intrigante et ambitieuse pour que ces types se sentent le besoin de rappeler des choses aussi élémentaires ? L’invitée d’Informateur ne bronche pas, mais bouillonne intérieurement, d’autant qu’elle se sent humiliée d’être vue ainsi comme une sous débutante, après plus de dix ans d’efforts intensifs.

C’est au moins le second qui nous barbe avec ses histoires d’humilités.
Quelque part c’est normal, même si il est vrai que lui insiste particulièrement, je trouve aussi, mais nous sortons d’une formation certes prestigieuse, avec plusieurs années d’avance, mais aucune expérience professionnelle en dehors du cadre des stages et internats hospitalier. Comme on est très jeune et pas trop imposante …
Oui oui je sais, je sais. Mais là j’ai l’impression qu’il chercherait presque à nous rabaisser.
Nous n’en avons rien à faire, on aura notre heure quand on aura fait nos preuves. Pour l’instant on veut obtenir des informations et il nous les .. Tient voilà il va nous montrer des prothèses, on entre dans le vif du sujet.
Enfin…

Yuno regarde Vaar en lâchant un soupire inaudible puis le suit, écoute en silence l’exposé, voici qui est intéressant, des prothèses animales. Elle ne savait pas que de tels travaux étaient en cours, mais à présent qu’elle a découvert la passion irraisonnée et définitivement pas « robotique » d’Informateur pour son gohala, le projet ne la choque même pas. Après tout pourquoi pas, les geths mis à part, ils sont tous des animaux dont l’espèce a évolué vers une étape plus complexe et productrice.
Le réseau regorge de vidéos de couples plus ou moins célèbres composés d’espèces différentes, sans même parler des Asari et leurs particularités, des liens forts entre animaux sont donc logiques et que des commandes de prothèses pour les dits animaux soient financées lui apparait lié au bon sens finalement.

Il faudra travailler avec des spécialistes animaliers pour mieux comprendre les besoins spécifiques de ces espèces, si l’on doit travailler sur un tel type de sujet.
Je me demande si certains ont tenté des prothèses hybrides, au point où ils semblent en être sur les formes de leurs prothèses et implants, ce ne sont plus de simples remplacements.
Evitons cette question, elle semble sensible.
Je te l’accorde, je vais juste demander au sujet de la conception de cette prothèse animale.
Soit.


… C’est très intéressant, j’imagine que vous… faite appel à un spécialiste de cette espèce pour la conception ? Ou monsieur Ragar a une double spécialisation ?

L’exposé se poursuit, revenant à la verrière, le chef de laboratoire expose à présent d’autres tests en cours. Définitivement, les tests présentent des projets d’augmentation physique. Une forme de transquariannisme à la fois dérangeante et fascinante, Yuno ne savait pas que de telles recherches avaient cours. Des exosquelettes oui, mais rien d’aussi permanent que ces prothèses.
Yuno se prend à imaginer ces gens, leur vie radicalement différente de celle de leurs semblables, cette Nara par exemple, à la force indéniable, qu’était-elle hors de cette salle de test, parvenait-elle à vivre une vie normale ou bien était-elle recluse et renfermée comme Yuno elle-même ? Le vivait-elle bien ? Quelle était son histoire ?

Elle n’est pas comme nous.
Pardon ?
Elle n’a pas le même contexte que toi et moi, elle est seule.
Comment le sais-tu ?
Déduction logique, il n’y a pas de vie artificielle qui s’est développée dans ses bras, je suis issue de la liaison de ton cerveau organique et synthétique, pas d’une liaison avec de simples organes musculaires spécialisés.
Oh, tu parles de ça, mais je me demandais comment elle le vit.
Tu vis mal mon existence ?
Bien sûr que non, au contraire ! Je le vivrai sans doutes mal si tu n’étais pas là, c’est justement ça que je me demande… sa force lui suffit-elle pour s’accepter comme elle est ?
Quel est l’intérêt du questionnement ?
L’avenir… les gens sont-ils prêts à accepter le synthétique en eux, c’est autre chose que de côtoyer les geths et les voir comme des individus, là il s’agit de devenir à moitié synthétique soit même. Se sentent-ils toujours quariens ou se voient-ils comme autre chose à présent ? La réponse à cette question pourrait en dire long sur le futur de l’évolution des espèces organiques.
Hum… je vois, cela a du sens. En tout cas ce chef de laboratoire a beau être probablement une tête, il n’a vraiment pas l’air de se poser la question.
Cela m’inquiète un peu à vrai dire.

L’intéressé n’ayant aucun moyen d’imaginer le débat silencieux poursuit son monologue de son coté, demandant de nouvelles démonstrations, manifestement très fier des progrès réalisés, présentant à présent des évolutions que Yuno et même Ikyu qualifient mentalement d’exagérément étranger aux fonctions moteurs de ces corps quariens. Que deviennent ces gens hors de leurs quelques minutes de tests ? Comment vivent-ils ?
La spectatrice de cette étrange galerie de freak show fini par s’exprimer.


C’est … je suis impressionnée monsieur.
Je ne savais pas que de telles recherches avaient lieu au GIP. J’aurai quelques questions.
Déjà au sujet de ces cobayes, qui sont-ils ? Car j’imagine bien qu’ils ne se sont pas fait amputer de leurs membres organiques pour participer aux tests, donc logiquement ce sont des accidentés divers qui ont accepté de participer. Mais du coup, vous mentionniez l’intérêt civil en tant que sauveteurs ou pour de l’exploitation en milieu sous-marin, à moins de proposer aux gens de se voir opérés pour tenir ces postes d’agents « augmentés », je ne vois pas trop comment exploiter tout cela à grande échelle. Après tout, si les geths peuvent modifier à volonté leurs corps, ou plutôt plateforme comme ils préfèrent l’exprimer à raison, ce n’est pas le cas des espèces biologiques : les modifications deviennent irréversibles sauf nouvelle opération.
Y a-t-il des débouchés pour des systèmes exosquelettes ou ce genre de choses ? A moins que vous ne prévoyiez des prothèses modulaires sur une base fixe avec des modules interchangeables ?
En tout cas ce sont des projets impressionnants, et je vois déjà à quels niveaux des IV dédiées pourraient assister ces personnes à l’usage optimal de leurs implants prosthétiques.
Dans quelle mesure travaillez-vous en collaboration avec des geths pour prototyper ces idées avant de faire appel à des cobayes volontaires quariens ?



Il y a forcément un moyen ..
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.   
Revenir en haut Aller en bas
 

De l'espace. Ou la transition vers un nouveau monde.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: L'Amas du Phénix :: Haratar-