AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Une rencontre un peu étrange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 53

MessageSujet: Une rencontre un peu étrange   Jeu 23 Nov 2017, 22:51
Intervention MJ : NonDate : 17/11/2202RP Tout public
Marcus Coles ♦ Kori'Penyo Nar Tarek
Une rencontre un peu étrange



La Citadelle bouillonnait d'activité, comme d'habitude. La station spatiale géante continuait de voler en orbite autour de la Terre. Pour beaucoup de gens, que la Citadelle ait ainsi quitté sa place d'origine au milieu de l'espace, pour venir en orbite autour d'une planète, c'était quelque chose d'étrange. Du moins, étrange au début. Avec le temps, les voix sur cette question avait diminuée. Aucun doute que cela continuerait d'attiser des débats pendant fort longtemps. Après tout, la précédente position de la station démontrait une certaine neutralité. Alors que maintenant, à orbiter autour de la planète d'origine d'une des 4 espèces du Conseil, la neutralité pouvait être remise en question. Au tout début, elle était resté à cet endroit pour des raisons pratiques. Après tout, pour la reconstruction, il était plus simple de la maintenir où elle était, avec ses plus gros morceaux flottant dans le coin. Quant à maintenant, mystère. Qui sait, peut-être que dans quelques années, le Conseil déciderait de ramener la Citadelle à sa place d'origine. Pour l'humanité, l'emplacement de la Citadelle avait du bon et du mauvais. Il y avait de nombreux aspects positifs, comme une plus grande facilité pour rejoindre la Citadelle et à plus faible coût. À cela pouvait s'ajouter un commerce plus florissant. Sans parler que la proximité entre la planète et la station permettait d'attirer plus de touristes sur Terre. Toutefois, les inconvénients ne manquaient pas. Une quantité titanesque de vaisseau franchissant le relais Charon dans un sens ou l'autre et ce à tous les jours. Donc, nécessité de renforcer la surveillance. Sans parler de cet incident il y a de nombreuses années lorsque des terroristes avaient voulu envoyé la carcasse de la Citadelle s'écraser sur Terre.

C'était dans ce genre de petite réflexion que se perdait Marcus Coles. L'humain était assit sur un banc du présidium, savourant un certain calme. En fait, il savourait une bonne journée de congé et de repos. Les dernières journées à l'ambassade avait été particulièrement épuisant physiquement et mentalement. Alors, prendre une petite semaine de congé, ce n'était pas du luxe. Marcus en était à sa troisième journée, les deux premiers jours lui ayant permis de se remettre. Même s'il permettait à son esprit de vagabonder sur des sujets politiques, il n'avait aucunement l'intention de faire quoique ce soit dans ce domaine, pendant les prochains jours. Tout ce qu'il voulait, c'était profiter du temps de repos et avec sa famille. En ce moment, assit à côté de lui et regardant la foule, sa compagne de vie Moïra. L'asari portait une robe classique de son peuple, attirant parfois le regard de passants. Marcus n'y prêtait pas d'importance. Moïra était belle, c'était un fait, comme toutes les asaris, alors il n'allait pas faire des histoires sous prétexte que d'autres la regardait. Après un petit moment de silence, le couple commença à discuter dans la bonne humeur. Ils discutaient de petites choses banales: quelques petits compliments, prévision pour les repas de la semaine, activités intéressantes à faire et ainsi de suite.

Ils étaient venus dans cette partie du présidium depuis environ une heure, pour se balader et faire quelques petites emplettes. Moïra et Marcus n'étaient cependant pas venu seul. Leurs filles Kiari et Visas c'étaient joint à eux. Les autres enfants étaient restés à la maison. Les emplettes n'avaient pas donné grand chose. Marcus n'avait pas réussi à trouver les articles qu'il cherchait. Moïra n'avait vu aucune nouveauté la charmant. Seule Kiari avait eu de la chance. Ils allaient rentrer à la maison quand Visas avait manifesté une envie pressante. Kiari c'était portée volontaire pour emmener sa petite sœur de 7 ans aux toilettes les plus proches. Maintenant, les deux parents attendaient le retour des enfants. Après plusieurs longues minutes, Moïra repéra sa fille aînée et prévint Marcus. Ils la virent approcher, en traversant la foule, un sac avec ses achats dans chaque mains, mais aucune trace de Visas. Les deux parents se regardèrent. Dès que Kiari immergea de la foule, toujours aucune trace de la petite asari. Marcus prit aussitôt la parole.


-Kiari, où est ta sœur?

-Comment ça, où elle est? Elle est juste là.

La demoiselle asari se retourna et se figea, constatant l'absence de la petite. Quand elle se retourna, sa teinte bleuté c'était quelque peu éclarcit. Les parents se levèrent aussitôt. Il fallait retrouver leur fille et rapidement. Elle n'avait que 7 ans, alors ils ne pouvaient pas faire comme si de rien n'était. Marcus et Moïra choisirent chacun une partie de la zone où Kiari avait vu sa soeur pour la dernière fois. Le couple se sépara et partit à la recherche de la petite, Moïra prenant sa fille avec elle. Marcus avançait dans la foule, en criant presque le nom de Visas. Où est-ce qu'elle était? Déjà, dans son esprit, les pires scénarios se manifestaient sur ce qui étaient ou pouvaient arrivés à sa petite dernière. Le stress et la peur commençaient à s'infiltrer dans son esprit. Marcus fut sur le point d'appeler les SSC lorsqu'entre deux groupes de passants, il aperçut Visas. Il ne la vit que brièvement, mais remarqua pendant ce court moment qu'elle n'était pas seule. Un quarien et une quarienne étaient en compagnie de la fillette. Sans attendre, le père de famille se dirigea vers eux, en passant à travers la foule, se fichant bien de bousculer quelques personnes sur son chemin. Qu'est-ce que ces quariens voulaient à sa fille? Si jamais ils lui faisaient du mal, alors pour Marcus, il n'y aurait plus de diplomate recherchant la conciliation et la paix. Non, à la place, il n'y aurait plus qu'un membre de l'Inquisition espagnole.

Lorsque Marcus termina enfin de passer à travers la foule, il tomba finalement sur un spectacle plutôt inattendu. En effet, à première vue, ce n'était pas les deux quariens qui avaient approchés la petite, mais le contraire. Comme preuve, Visas s'accrochait après l'une des jambes du quarien et refusait de le lâcher. Ce dernier tentait de la faire le lâcher, mais démontrait de l'hésitation, probable qu'il craignait de la blesser. C'est à ce moment que Marcus put enfin les rejoindre, s'arrêtant légèrement à distance en reprenant son souffle.


-Bon sang, Visas, on te cherchait partout.

Sa fille se retourna en l'entendant et lui répondit avec enthousiasme.

-Papa!

-Qu'est-ce qui t'as pris? On s'inquiétait tous pour toi.

-J'ai trouvé grand-père.

-Quoi?

-J'ai trouvé grand-père. J'allais pas le laisser partir.

La fillette avait dit tout cela sur un ton innocent. Au vue de la situation, Marcus prit un moment avant de comprendre ce qu'elle voulait dire. Après un moment de réflexion, la signification apparut dans son esprit. Bien sûr, le père de sa mère était un quarien. Elle avait toutefois cru que c'était ce quarien précis son grand-père. Probablement parce qu'il s'agissait du premier quarien qu'elle voyait en chair et en os.

-Ce n'est pas lui ton grand-père.

-Non?

-Non.

Visas lâcha enfin le quarien, avec un peu de regret. Marcus se rapprocha, la souleva et la prit sa fille dans ses bras. Il la garda contre lui d'un seul bras, avant de regarder le duo de quariens.

-Désolé pour ça.

Pendant ce temps, Visas toujours dans le bras de son père et appuyé contre son épaule continuait d'observer les deux quariens.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 768

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Jeu 30 Nov 2017, 11:50



- Alors ? Demanda Naki à son frère avec une pointe d’impatience. On se fait un Turien ou quoi ?

Kori haussa les épaules, comme à son habitude. Le regard distrait, perdu dans l’amas incontrôlable de ses pensées sans cesse en vadrouille.

- Lequel ? Demanda-t-il tout de même avant que sa jumelle ne se décide à le planter là.
- Celui qui est au bout de la rue là-bas.
- Bof, il est plutôt moche non ?

La jeune quarienne se stopa, plongeant son regard dans celui de son frère, le sourcil légèrement relevé comme pour souligner l’ironie qui perçait pourtant sa voix.

- Parce que ça t’as déjà dérangé qu’il soit moche, peut-être ?
- La dernière fois qu’on s’en est taper un moche, il m’a retourné dans tous les sens, je pouvais même plus marcher tellement j’avais mal...
- T’as pas l’impression d’abuser un peu là ?

Les bras levé au ciel, Naki désespérait de voir son frère tenir un discours quelque peu censé un jour.

- On voit que c’est pas toi qui a finis à quatre pattes…
- Je croyais que t’adorais ça, soupira Naki dépité d’avoir à attendre la résolution des conflits intérieurs de son frangin pour se décider.
- Quand c’est bien fait, oui. Trancha Kori de sa voix grave.
- Et donc ? Va falloir choisir Kori parce que, moi, j’en peux plus, il va falloir que quelqu’un me remplisse. Je suis en vacances et il est hors de question que je le fasse moi-même !

Toujours la même chose. Un question simple pourtant, mais, dans l’esprit d’un Kori, rien n’était facile et chaque question se transformait en interrogation intense et torturée.

- Ouais...Bon, va pour ce Turien.
- Keelah Se’lai ! Lança ironiquement sa jumelle. Il a choisi !
- Si je me tape encore un mal de ventre...

Puis d’un pas plein d’entrain, Naki avala la distance à grandes enjambée, prête à se jeter sur ce malheureux Turien pour le gober tout entier si elle le pouvait !

- Deux heures pour choisir un malheureux restaurant alors que je meurs littéralement de faim ! J’espère qu’ils font du Torraste à la Palaven, je tuerai pour un steak...Kori ?

Ne percevant aucun son de son frère Naki arrêta sa course pour comprendre ce qui retenait son abruti de son frangin alors que son estomac était à deux doigts de s'éjecter de son ventre pour se ruer en cuisine si elle ne le retenait pas.
Au bout de quelques secondes, la jeune femme trouva son jumeau à quelques pas d’elle, le visage tourné vers le sol, l’air encore perdu dans un univers que lui seul semblait percevoir...Puis la foule s’écarta, et Naki remarqua la petite Asari agrippée à la jambe de son frère.

- Euh...Tenta celui-ci sans vraiment savoir comment réagir. Bonjour...Petite chose.

Les deux individus formaient un étrange spectacle, à se regarder ainsi dans le blanc des yeux, la petite fille paraissant chercher un semblant de visage derrière ce masque opaque, et le grand Quarien l’observant comme s’il s’agissait là d’un animal inconnu qu’il ne fallait surtout pas brusquer de peur qu’elle décide de l’avaler tout cru.

- Bonjour petite, salua Naki d’une voix douce en se penchant au niveau de l’Asari. Tu cherches quelqu’un ?
- Grand-père ? Demanda l’Asari d’un ton mi hésitant, mi convaincu.
- Euh...

Naki ne put réprimer un gloussement amusé.

- Désolé petite, ria Naki de sa voix fluette, je sais qu’il a l’air tout vieux et tout rabougri, mais je ne crois pas que ça soit ton grand-père.
- Je te remercie...Lança un Kori quelque peu vexé.

A ses pieds, la petite chose vivante balançait son regard d’un Quarien à l’autre, les yeux à demi clos, comme si elle cherchait, par une réflexion intense, à confirmer que Kori était bien son grand-père, malgré les dires de l’autre inconnue en combinaison.

- Tu sais où sont tes parents ? Demanda plus sérieusement la Quarienne en posant une main rassurante sur l’épaule de l’enfant, bien que celle-ci ne semblât pas le moins du monde inquiétée par la situation.
- Comment est-ce qu’elle peut croire qu’un quarien soit son vieux au juste ?
- Les Asaris peuvent se mêler à beaucoup d’espèces Kori.
- Sérieusement ? Même avec un Krogan.

La jeune Quarienne leva les yeux aux ciel, geste couramment utilisé lorsqu’elle se trouvait avec son frère.
De son côté, Kori, qui ne supportait habituellement pas quand le touche, commençait à sentir une gêne grandissante à se trouver collé de près pour une de ces choses. Délicatement, il tenta de s’extirper de l’emprise de la créature.

- Attends grand-père ! Insista la chose. Papa va arriver !

Et, dieu merci, il arriva enfin !

- Bon sang, Visas ! S’exclama un Humain. On te cherchait partout.
- Papa !

Alors la petite Asari lâcha enfin le Quarien lorsque son père lui fit comprendre qu’il n’était pas celui qu’elle s’imaginait. Ce fut à ce moment que Kori bugua. Grand-père Quarien. Père Humain. Fille Asari…

- Désolé pour ça, s’excusa le père.
- Aucun problème, assura Naki avec un sourire, elle est vraiment adorable.

Puis, montrant du doigt son jumeaux à ses côtés :

- Enfin, c’est surtout mon frère qui en a fait les frais, un peu plus et elle repartait avec sa jambe !

Elle rit de bon coeur, visiblement amusée par la situation, sa faim intransigeante oubliée pour quelques instants. Elle aurait beau trouver tous les défauts du monde à son frère, il fallait avouer qu’il lui faisait voir toutes sortes de situations plutôt incongrues !

- Et avec mon égo surtout ! Renchérit le Quarien. C’est pas souvent qu’on me traite de grand-père...D’ailleurs, j’ai du mal à comprendre qu’elle puisse prendre un Quarien pour son grand-père…

Nouveau regard dépité. Pauvre Naki, la personnalité de Kori revenait toujours au galop, et même si elle connaissait parfois des moments hilarants, ceux-ci s’accompagnaient toujours de moments gênants...




Honneurs:
 


Dernière édition par Kori'Penyo Nar Tarek le Mar 05 Déc 2017, 19:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Dim 03 Déc 2017, 22:07
Marcus tenait encore sa fille Visas dans ses bras. Étant donné ce qui venait de se passer et de la peur qu'elle venait de lui faire, le père de famille n'était pas prêt de la lâcher, avant un moment. Pendant ce temps, la fillette asari continuait d'observer les deux quariens, pas vraiment consciente du risque qu'elle avait pris et de la peur que son geste avait causé pour sa famille. De plus, elle semblait bien aimer sa position, probablement le fait d'être soulever dans les airs. Le père de famille se demandait cependant comment réagirait le duo de quarien au vue de ce qui venait de se passer. Certes, les quariens étaient réputés pour avoir un bon fond et ne pas être du genre colérique ou haineux. Cependant, comme c'est le cas chez toutes les races, il y a des individus différents des autres, qui diffère de la norme de leur espèce. Également, Marcus s'interrogeait sur le lien entre la quarienne et le quarien. Impossible de voir leur visage à cause de leur masque, du coup, les possibilités étaient multiples: amis, frère et sœur, parent et enfant, amoureux?

Ce fut la quarienne qui se manifesta en premier. D'après sa voix, l'humain estima qu'elle était encore jeune, probablement moins de trente ans. Elle prenait plutôt bien la chose. La quarienne pointa d'un doigt son congénère, dévoilant le lien entre eux et riant de la situation. Ainsi, c'est deux-là étaient frère et sœur. Après cela, le frère prit la parole à son tour. Encore une fois, la voix suggérait un jeune homme ayant moins de trente ans. Difficile de dire s'il le prenait aussi bien que sa sœur. Toutefois, le commentaire qu'il fit sur les asaris laissa Marcus des plus perplexe. C'était de l'humour quarien ou bien, ce garçon était un peu con? Le père de famille resta silencieux pendant un instant, avant de s'adresser à sa fille, la regardant et cette dernière le regardant en retour. Il s'adressa à Visas sur un ton enjoué.


-Tu as entendu ce qu'a dit la demoiselle? Qu'est-ce qu'on dit?

La petite asari porta son regard sur la quarienne.

-Merci.

-C'est bien, Visas.

Puis, la fillette regarda de nouveau son père.

-Maman et Kiari, elles sont où?

Marcus se crispa légèrement entendant sa fille prononcer ces mots. Ils étaient complètement en train d'oublier les deux autres asaris. Elles devaient encore être à la recherche de la petite et en pleine panique. Comme il tenait toujours sa fille de son bras gauche, l'humain dû rapprocher son bras droit pour activer son omnitech et contacter sa compagne. Moïra répondit presque instantanément, prenant la parole avant que Marcus n'en ait le temps, paniquée et parlant à toute vitesse.

-Marcus! Kiari et moi, on ne la trouve nulle part! On a cherchée partout où on pouvait le faire et où elle avait une chance de se trouver! Je vais appeler le SSC, pas le choix. Je ne vais pas laisser mon petit trésor disparaître ainsi.

L'asari continua ainsi pendant un moment, Marcus tenta de prendre la parole, mais n'arrivant malheureusement pas à en placer une seule. Encore une chance que Visas fut capable de prendre la parole, contrairement à son père.

-Maman.

-Visas?!

-C'est ce que j'essayes de te dire depuis un moment, chérie. Elle est avec moi.

-Oh, la déesse soit louée.

-Je vous envois notre position. Vous n'avez qu'à nous rejoindre.

Marcus communiqua ainsi sa position à sa tendre moitié. Puis, la connexion se coupa. À n'en pas douter, Moïra arriverait rapidement sur place, avec Kiari. Maintenant que c'était réglé, Marcus fixa de nouveau son attention sur le duo de quarien. Plus précisément, il porta son regard sur la quarienne. C'était probablement la plus âgée des deux, sinon la plus intelligente.

-Votre frère est sérieux? C'est pas de l'humour?

Après la réponse de la quarienne, Marcus regarda le quarien.

-Les asaris peuvent avoir des enfants avec n'importe quelle autre race pensante. Ça n'a rien d'un secret. C'est même tout le contraire, elles peuvent en parler à tout le monde. C'est plus ou moins une information répandue à travers toute la société galactique. Quant à pourquoi ma fille a pu vous prendre pour son grand-père, c'est parce qu'elle est bien la petite-fille d'un quarien. Ma conjointe est la fille d'une asari et d'un quarien.

Marcus se tut un instant, espérant que le quarien avait bien compris cette fois. Puis, il se rendit compte qu'il n'avait toujours pas fait les présentations de base.

-J'oubliais les présentations, Marcus Coles. Puis, ma fille, Visas Janiris.

-J'ai 7 ans.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 768

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Mar 05 Déc 2017, 22:18



Les jumeaux Quariens attendirent poliment pendant que l’humain conversait avec sa femme via omnitech. A entendre la voix soulagée de la femme, la petite Visas semblait s’être débarrassé de ses parents depuis un petit moment ! Kori se remémora ses escapade en solitaire sur le Tarek et de l'angoisse qu’avaient éprouvé ses parents toutes les fois où il n’était pas reparut avant le soir. Puis il s’imagina sur un vaisseau de la taille de la Citadelle et imagina un moment la peut qu’avait dû ressentir le paternel de la petite Asari.
Pour une fois, le Quarien nota dans un coin de sa cervelle de s’excuser auprès de sa mère pour avoir été aussi agité.
Non pas qu’il le regrettait, d’ailleurs, il était toujours autant intenable un fois adulte...Est-ce que la petite Visas serait comme a aussi en grandissant ?

“J’espère pour elle que non !” Songea Kori avec auto-dérision.

Puis, l’omnitech enfin raccrocha, l’Humain échangea quelque mot avec Naki, ne répondant toujours pas à sa question qui, Kori le sentait, avait placé une certaine gêne ou hésitation dans le comportement du vieil homme. Peut-être un sujet sensible ? Les gens étaient si facilement vexable...
Finalement, ce fut à Naki qu’il s’adressa en premier, Kori attendant patiemment de son côté, jusqu’à ce qu’on lui réponde par une autre question. Enfin...Question plutôt adressée à sa jumelle, comme si Kori se trouvait à des kilomètres de là.

- Votre frère et sérieux ? C’est pas de l’humour ?
- Et non...Avoua Naki avec un certain amusement. Il est très sérieux, on finit par s’y faire.

Enfin, l’explication suivit, écoutée par un Kori finalement peu intéressé par les parole de cet Humain qui semblait le prendre pour un abruti fini.

- J'oubliais les présentations, Marcus Coles. Puis, ma fille, Visas Janiris.
- Je m’appelle Naki, et voici mon frère, Kori, les présenta sa soeur. Désolée pour ses question un peu stupides parfois…
- Excusez-moi, lâcha ironiquement le Quarien, de ne jamais m’être penché sur la reproduction des Asaris ! Vous savez peut-être comment les Quariens vont aux toilettes vous ?

La jeune Quarienne lança un regard étonné à son jumeaux, peu habituée à ce qu’il s’emporte ainsi, lui qui était plutôt du genre à ignorer tout et tout le monde plutôt que de se prendre la tête.
La petite chose émit un rictus amusé, peut-être à l’entente du mot “toilette” ?

- Ben oui ? Demanda Kori à son attention avec des gestes démesurés et comique. Tu le sais toi, comment y font ?

Elle fit non de la tête, un tout petit geste mignon juste avant de cacher son grand sourire dans le vêtement de son père.

- Ah mince, moi non plus !

Près de lui, Naki semblait tiraillée entre une moue amusée et dépité par ce que pouvait sortir son jumeaux sans même réfléchir. Au final, elle opta pour le premier choix, comme la petite Asari visiblement !



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Jeu 07 Déc 2017, 00:31
Marcus venait ainsi de faire les présentations. Il doutait que son nom fasse réagir les quariens. Certes, il travaillait à l'ambassade, cependant l'humain n'était pas ambassadeur, ou plutôt, il ne l'était plus. Aujourd'hui, il était devenu l'assistant de l'ambassadeur aux espèces non-concilienne. De toute façon, même si Marcus était encore ambassadeur aujourd'hui, ce n'est pas pour autant qu'ils auraient su qui il était. Après tout, déjà que la plupart des gens ignorent sont leurs propres ambassadeurs, alors savoir ceux des autres peuples, bonne chance. Évidemment, les quatre membres du Conseil étaient une exception. Pour en revenir aux quariens, ce fut la sœur qui se chargea de faire les présentation. Leur nom était donc Naki et Kori. La quarienne n'avait cependant pas mentionné le nom de leur vaisseau. Est-ce qu'ils faisaient partit de ces nombreux quariens qui avaient abandonnés le nom de leur vaisseau de naissance ou actuel, afin de prendre celui de Rannoch? Marcus se promis de leur poser la question, lorsque le moment semblerait le plus indiqué.

Une fois les présentations faite, Kori reprit la parole, sur un ton ironique. Il se permit de lancer avec ironie une question sur l'hygiène des quariens. Agissait-il ainsi pour se moquer de lui? Visas ne se posait pas ce genre de question, préférant sourire en entendant le quarien parler. Ce dernier continua son petit jeu, en s'adressa à la fillette et en effectuant des mouvements exagérés. Ah d'accord, en fait, il cherchait juste à faire rire Visas. Cela fonctionna plutôt bien, car elle afficha un grand sourire qu'elle dissimula rapidement contre la veste de son père. Marcus ricana légèrement, avant de rajouter sur un ton amusé.


-Oh, j'ai ma petite idée. J'ai été dans l'Alliance. Je l'ai intégré quand j'avais 16 ans, mais service actif seulement à 18 ans. C'était donc, il y a environ 35 ans. Parfois des longues missions sur le terrain, en armure 24 heures sur 24, sans pouvoir la retirer. Je ne doute pas toutefois que votre peuple a de meilleur système.

Il ricana encore légèrement pour faire comprendre qu'il faisait juste un peu d'humour. Il caressa légèrement la tête de sa fille, avant de glisser un doigt entre deux cartilages de la fillette et de caresser l'espace délicatement. Aussitôt, Visas commença à rire. Il avait découvert ce point chatouilleux jadis. En fait, c'était en le faisant accidentellement à sa compagne qu'il avait découvert l'existence de ce point. Toutefois, sa compagne et Visas étaient les seules à avoir cela. Ses deux autres filles ne l'avaient pas. Du coup, difficile de savoir si c'était quelque chose de répandu chez les asaris. Marcus s'arrêta rapidement, autant éviter d'en faire trop. Puis, des bruits derrière lui attirèrent son attention. L'humain porta un regard devant lui, remarquant rapidement que des gens au loin étaient soudainement bousculés. Il n'avait aucun mal à savoir la raison de cela et surtout ce qui arrivait à toute vitesse. Marcus ajouta ainsi sur un ton amusé, à l'intention des quariens.

-Attention, mère en approche.

Quelques instants plus tard, Moïra arrivait, en bousculant une dernière personne. Marcus vit également Kiari qui arrivait rapidement aussi. Cependant, contrairement à sa mère, elle prenait la peine d'éviter les gens. La mère de famille se dirigea aussitôt vers sa fille. Cette dernière était toute enjouée en voyant sa mère.

-Maman!

-Visas, bon sang, trésor. Qu'est-ce que-

-Vous êtes complètement folle ou quoi!

Cette déclaration venait d'un humain, une des dernières personnes que Moïra avait bousculé. Le type était gigantesque et tout en muscle. Surtout, il était visiblement en colère.

-Ça va pas dans votre petite tête bleutée de faire ça! Tout ça pour quoi? Rejoindre une mioche?! C'est complète-

L'humain s'interrompit cependant, car Moïra c'était retournée juste après que cet homme ait insulté la fillette. Comme elle était maintenant de dos à Marcus, Visas et les deux quariens, impossible de voir son visage. Cependant, la réaction de l'humain donnait une bonne idée. En effet, il interrompit sa phrase soudainement, son rictus et son regard de colère se métamorphosèrent. En quelques instants, la colère avait fait place à la frayeur. Le type blêmissait même légèrement, en reculant.

-Désolé, madame.

Puis, l'homme s'en alla à toute vitesse. Quand Moïra se retourna, elle avait une expression normale et porta son attention sur sa fille. C'est à ce moment que Kiari les rejoint enfin à son tour.

-Visas, qu'est-ce qui t'as pris?

-Elle a vu ce quarien et elle a cru que c'était ton père.

Marcus avait pointé du doigt la sœur et le frère, en disant cela. Ce n'est qu'à ce moment là que Moïra sembla remarquer la présence des deux quariens, ayant fixé son attention uniquement sur sa fille. Elle se rapprocha, observant Kori, allant même jusqu'à lui tourner autour.

-D'accord... Je ne suis pas certaine de comprendre comment elle a pu croire que vous étiez son grand-père.

-J'ai ma petite idée, maman.

Kiari avait activée son omnitech et faisait défiler quelques photos. Elle s'arrêta sur l'une d'elle et l'afficha pour que tout le groupe puisse la voir. Il s'agissait d'une photo de famille. On y trouvait une matrice asari et un quarien en combinaison, assit côte à côte sur un banc. À cela s'ajoutait une fillette asari assise sur les genoux du quarien. Marcus n'eut aucun mal à reconnaître le couple, c'était les parents de Moïra. Elle-même était-là, alors une fillette sur les genoux de son père. La combinaison avait un style plutôt vieillot. Kiari indiqua du doigt la capuche composant la combinaison, la couleur sur la photo était la même que celui de Kori, le reste était cependant différent.

-Je crois bien que c'est à cause de ça.

Marcus poussa un léger rire en voyant cela. Le moins qu'on puisse dire, c'est que Visas c'était contenté de peu pour identifier Kori comme étant son grand-père. Après avoir rit quelques instants, il décida de terminer les présentations.

-Autant reprendre les présentations. Vous avez donc, ma compagne, Moïra et ma fille Kiari. Moïra et Kiari, voici les frères et sœurs, Naki et Kori.

À peine avait-il finit de les présenter que Moïra s'adressa aux quariens, en utilisant leur propre langue. Considérant que son père était quarien, rien de bien surprenant là-dedans. Un rapide échange eut lieu, mais ils n'eurent pas le temps d'échanger des choses importantes, car un grondement se fit entendre. Plus précisément, un grondement provenant de l'estomac de chacun des quariens. Marcus rit légèrement encore une fois.

-Affamé, on dirait. Qu'est-ce que tu en penses, chérie?

-Je me doute bien ce que tu as en tête, ça me va. Il y a longtemps que je n'ai pas eu la chance de discuter avec des quariens.

-Alors, c'est parfait.

Marcus s'adressa de nouveau à Naki et Kori.

-Comme vous semblez affamés, que ma fille vous aimes bien et que vous êtes plutôt sympathiques. Intéressé par un repas dans un restaurant? Je vous invite. Je connais un restaurant où vous pourrez manger sans avoir peu d'être victime d'une contamination.

Visas réagit à l'invitation lancée par son père, en regardant les deux quariens et faisant des petits oui de la tête. Comme pour les encourager à accepter l'offre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 768

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Mer 13 Déc 2017, 21:40



Il était parfois étonnant de constater que la vie pouvait nous offrir d'étrange situation, des rencontres en bout de rue auxquelles on ne s'attendait pas, des invitations au restaurant qu'on aurait jamais cru possible.
Quelques minutes à peine, les jumeaux traînaient dans les ruelles de la Citadelle parmi une multitude de gens s'ignorant les un les autres, n'ayant presque pas conscience de leur existence tant chacun demeurait dans son propre monde, et, sans vraiment comprendre l'enchaînement des événements, les voilà attablés, partageant un verre avec un Humain, une Asari et leurs deux enfants.

Les Quariens avaient tout d'abord hésité face à l'invitation soudaine du couple, eux qui étaient à deux doigts de leur sauter dessus en apercevant leur fille au bras du Quarien. Au premiers abords, Kori avait vu en cet Humain un homme plutôt âgé avec qui le dialogue paresserait difficilement, choc des générations, même entre espèces différentes cette expression semblait prendre sens, et lorsque sa femme Asari arriva, prête à lancer quelques décharge biotique à quiconque se trouvait sur son chemin, le pauvre Quarien cru voir son heure arriver par le même chemin !
Toutefois, la mère de la petite Visas changea radicalement de visage lorsqu'elle comprit que la chair de sa chair ne courait aucun risque, et encore plus quand ses yeux se posèrent sur les deux jeunes Quariens.

- C'est sûr que l'arrivée sur Rannoch à bouleversé énormément de chose, expliqua Naki, maintenant attablée, à l'Asari qui semblait particulièrement intéressée par les souvenirs de la Quarienne.
- On était pas bien vieux, en même temps, renchérit Kori.
- C'est vrai qu'on est plutôt de la génération qui a plus connu Rannoch que la flotte.

Aussi étrange que cela puisse paraître pour le Quarien, d'habitude si avare de parole, Kori prenait quelques plaisirs à discuter de cette époque presque oubliée tant elle remontait.
Lui, comme probablement tous les Quariens, se souvenait fraîchement de son arrivée sur Rannoch, la sensation de liberté qui s'était emparé de son petit corps d'à peine sept ans, l'impression de découvrir un vaste univers s'étendant à portée de bras, renforcé par le fait qu'un enfant Quarien ne quitte , à vrai dire jamais, son vaisseau d'origine avant longtemps, et le vaisseau Tarek ne pouvait se targuer d'avoir beaucoup de place...

- On nous reproche souvent de ne pas avoir la culture d'entraide qu'il y avait sur la flotte, railla le Quarien. Surtout de la part des vieux...

Puis, se ravisant précipitamment en réalisant l'âge probable des deux interlocuteurs.

- Euh...Enfin de ceux qui ont vécu sur la flotte quoi...

Après quelques secondes d'un silence gênant dont Kori gardait jalousement le secret, Naki entreprit de dévier la conversation, habituée à faire diversion aux discours que tenait son frangin.

- Et vous...Moïra ? Questionna la Quarienne, hésitante à nommer l'Asari par son prénom. Est-ce que vous avez déjà été sur Rannoch ? J'imagine que votre père ne se trouvait pas sur la flotte au moment de la réunification ?

Evoquer cette période restait toujours embarrassante à poser à des personnes d'un certain âge puisqu'elle ramenait à des souvenirs bien plus douloureux et cruels. Naki et Kori avait vécu cette période de guerre à bord du Tarek, imaginant le carnage via les messages qu'ils recevaient régulièrement. Le couple face à eux l'avait vécu de l'intérieur, qui pouvait savoir quelles séquelles en étaient resté ?



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Sam 16 Déc 2017, 02:35
Marcus et sa famille avaient attendu de voir si les quariens allaient accepter l'invitation. Rien ne les obligeait à le faire, mais chacun espérait que l'offre soit accepté, pour des raisons différentes. Pour Marcus, c'était parce qu'il avait peu eu l'occasion de discuter avec des représentants de cette espèce, en dehors du travail, du moins. Pour Moïra, on pourrait appeler cela un élan de nostalgie pour son père et pour tout ce qu'elle avait vécu auprès de ce peuple dont elle partageait des racines. Kiari était quelque peu curieux également. Quant à Visas, elle se situait quelque part entre sa mère et sa sœur aînée. Au bout d'un moment, les frères et sœurs acceptèrent l'invitation. Marcus guida donc le groupe ainsi formé à travers les rues de la Citadelle, les conduisant jusqu'à un restaurant à proximité du présidium, le Palais du Gourmet. L'humain avait eu mainte fois l'occasion de venir savourer un repas, souvent lors du travail. La nourriture était très bonne, le personnel était professionnel et le restaurant pouvait accueillir n'importe quelle espèce. Humain, asaris et quariens rentrèrent à l'intérieur.

Le restaurant était décorés avec goût, des murs à couleurs rayés, avec des rideaux rouge, ainsi qu'une musique douce pour l'ambiance. Des tables un peu partout, occupés par des représentants d'une multitude d'espèce. On pouvait cependant remarqué l'absence de quariens, de volus et de butariens. Marcus ne put s'empêcher que c'était une bonne chose, que cette dernière espèce n'ait pas de membre en ces lieux aujourd'hui. Près de l'entrée, un maître d’hôtel se tenait bien droit. Marcus n'eut aucun mal à le reconnaître, ce turien portait le nom de Baccus Viktrint et il avait souvent eu à faire avec lui lorsqu'il devait préparer un repas entre son supérieur et l'ambassadeur d'une autre espèce. Le turien remarqua à son tour la présence de l'humain, des asaris et des quariens.


-Bonjour et bienvenue au Palais du Gourmet, monsieur Coles. Venez-vous pour prévoir un autre repas?

-Non, Baccus, nous sommes ici pour prendre un repas, je vous prie.

-Très bien, monsieur, nous avons quelques bonnes tables de libres. Nous disons donc, 3 asaris et 1 humains. Je vais vous faire préparer une table, tout de suite.

-Attendez Baccus, ce n'est pas uniquement nous.

-Ces quariens sont avec vous?

-Oui. Il y a de la place dans votre pièce réservée?

-Oui, monsieur. Il faudra cependant attendre quelques minutes pour que la pièce soit purifiée pour vos invités. Un acompte est également nécessaire.

Le turien factura ainsi Marcus pour faire préparer la pièce en question. Ensuite de cela, il les fit diriger par un serveur à une table libre, pour y attendre calmement que la pièce soit prête. Une fois tout le monde assit, des boissons furent commandés. Marcus et Moïra choisirent une boisson sans alcool. Kiari se prit une boisson non alcoolisé d'origine asari et pour Visas, ce fut un jus de fruit. Une fois tous attablé, ils purent reprendre la conversation. Chacun avait sa propre chaise, excepté Visas qui avait insisté pour rester avec son père. Ainsi, la fillette restait tranquillement assise sur les genoux de Marcus. Ce fut Naki qui reprit la parole en premier, suivi par son frère. Ils parlèrent ainsi du changement radical qu'avait été le retour de leur peuple sur Rannoch et comment ils étaient de la génération ayant connu davantage leur monde d'origine, que la flotte nomade. Le quarien parla même du changement sur l'entraide et des remontrance subit par les plus âgés de son peuple. Toutefois, lorsqu'il évoqua ces aînés, il sembla soudainement gêné. Il y eut un court silence pendant lequel la mère et le père de famille se jetèrent un rapide regard. Avant que l'humain ou la mère asari prenne la parole, Naki le fit, interrogeant Moïra sur Rannoch et sur son père. Marcus, Moïra et Kiari ne purent s'empêcher de rire un peu, Visas quant à elle regardait le tout légèrement surprise, n'ayant pas suivi le fil de la conversation.

-D'après vos paroles, je comprends que vous faîtes erreur sur mon âge.

-Une grosse erreur même, elle est bien plus âgée que vous semblez le croire. Amusant quand même, j'ai l'air plus vieux que je ne le suis vraiment et elle a l'air plus jeune qu'elle ne l'est.

-Sous-entendrais-tu que je vieillis?

-Oui, pour devenir de plus en plus belle avec l'âge.

La déclaration de Marcus fit bien rire Kiari. Moïra, pour sa part, réagit en lui donnant une légère tape sur l'épaule, puis en s'approchant pour lui donner un bisou sur la joue.

-Petit flatteur, va. Bref, comme je le disais, je suis plus âgée que vous semblez le croire. En fait, j'ai 657 ans, pour être exact. Alors, le calcul est simple, je dirais. Papa a vécut plusieurs génération, ou devrais-je dire, plusieurs générations quarienne avant les geths. À son époque, les geths n'existaient pas encore. Donc, pas de guerre de l'éveil, pas d'exil et pas de flotte nomade, de son vivant. Pour ce qui est de Rannoch, la réponse est oui et non.

-Pour ma part et celle des enfants, c'est juste non.

-Je suis allé sur l'ancienne Rannoch, pour ainsi dire. Celle avant que votre peuple ne se retrouve en exil. Papa m'y a emmené à plusieurs reprises. Souvent, c'était afin d'aller visiter grand-mère et grand-père. Également pour quelques fêtes ou événements spéciaux. Par contre, après sa mort, j'avoue ne pas y être retourné une seule fois. Je n'ai pas eu la chance d'y retourner depuis que les quariens y sont de retour. Avec la fin de la guerre, trop de chose à faire. Notamment se trouver un nouvel endroit où vivre. Notre résidence d'avant la guerre était sur la Citadelle.

-Difficile de retourner à la maison, quand celle-ci est un tas de débris qui flotte dans l'espace. Du coup, on s'est établis sur Terre, jusqu'à ce qu'il fut possible de revenir sur la Citadelle.

-Toutefois, aller sur Rannoch est un projet. J'ai bien l'intention de montrer à nos enfants le monde avec lequel ils partagent des racines. Pour Thessia, c'est fait depuis longtemps. Pour la Terre, comme Marcus l'a dit, on s'y est établis pendant quelques années.

-Nous nous y rendons de temps en temps, sur ces deux planètes. Sur Thessia pour qu'ils puissent voir leur grand-mère maternelle et sur la Terre, leurs oncles, tantes, cousins et cousines. Pour plusieurs autres genres d'occasions aussi.

Baccus arriva enfin, leur annonçant que la pièce était prête. Ils purent quitter la table et suivre le turien qui les guida jusqu'à une autre section du restaurant. Le maître d'hôtel les amena jusqu'à deux portes, indiquant aux quariens de prendre celle de gauche et aux autres, celle de droite. Les portes débouchaient dans la même pièce, occupée au centre par une table rectangulaire. Toutefois, on notait la présence d'une sorte d'écran séparant les lieux en deux arrivant en plein centre de la table. Ils étaient ainsi séparé par cette sorte de vitrine. Au fond de la pièce, on pouvait noter une sorte de grande boîte faisant corps avec la séparation. Marcus s'approcha et tapota sur la vitre.

-Voila l'endroit, cette parois est constituée des mêmes matériaux utilisé dans les hôpitaux. Nous pouvons ainsi nous voir et discuter, sans risquer une contamination. Quant à cette grande boîte, elle permet de se passer des objets. Tout ce qu'on y met subit une purification, avant d'être accessible au côté opposé. Les serveurs viendront vous porter vos commandes, avec les mesures nécessaires pour éviter une contamination. Vous pouvez donc manger sans crainte.

Ils purent tous prendre place, Marcus et Kiari s'assirent du même côté, le père se tenant plus près de la séparation. De l'autre côté, Visas avait voulu être plus proche des quariens, sa mère lui ayant accordé cette requête. Les menus apparurent, ils ne restaient plus qu'à choisir sa commande.

-N'hésitez pas, faîtes vous plaisir.

Marcus et sa famille commencèrent à feuilleter le menu, réfléchissant à ce qu'ils prendraient. Moïra arrêta son choix sur un plat de pâte asari. Visas opta pour une pizza format enfant. Finalement, Marcus et Kiari optèrent respectivement pour une recette combinant cuisine humaine et asari. Une fois que chacun eut fait sa commande, la conversation put reprendre.

-D'ailleurs, si vous permettez une petite question. Je connais un peu la culture quarienne et je connais cette fameuse tradition qu'est le pèlerinage. Chaque quarien quittant temporairement la flotte et ramenant quelque chose d'utile pour les siens. Je me demandais, maintenant que votre peuple à retrouver son monde, est-ce que c'est une tradition qui perdure encore?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 768

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Mer 20 Déc 2017, 00:09



Tout à leur discussion, le quarien ne cessait de jeter des coup d’oeil aux alentours, admirant la vaste salle dans laquelle ils semblaient attendre qu’on vienne les chercher. L’endroit bénéficiait d’un décor pour le moins raffiné, du genre de ceux que les jumeaux n’avaient pas l’habitude de fréquenter. A côté de ça, même le plus beau des Turiens des secteurs passait pour un bordel à rats…
Kori avait quelque peu hésité face à la carte des boissons, le choix s’étalant sur tout une page de liquide en tout genre dont certains lui était inconnu. Finalement, et au vu des choix fait par leurs hôte, Kori opta pour une boisson Turienne non-alcoolisée. Un regard discret vers sa frangine lui fit comprendre que la même tourmente s’était effectué chez elle. Non pas que les jumeaux abusaient de la boisson, mais il était communément admis que la nouvelle jeunesse issue de Rannoch profitait plus souvent des denrées rares à l’époque de la flotte.
Certains diraient clairement que les jeunes buvaient trop. Chacun son point de vue, il serait bête de ne pas profiter de tous les plaisirs qu’offrait leur nouvelle vie sur la planète ! Et personne n’allait leur faire croire que tout restaient sobres à bord de la flotille, il n’y avait qu’à voir les soirées que passaient leurs parents…
Quelques secondes plus tard, alors que la discussion avec la femme de Marcus Cole se poursuivait, Kori manqua s’étouffer en entendant l’âge réel de l’asari.
657 ans ! Cette femme était déjà née lorsque les quariens ne vivaient pas en nomade ! Ce qui paraissait avoir toujours été pour lui, car de son point de vus, les quariens avaient toujours vécu sur la flotte nomade, l’époque lointaine où cela n’avait pas lieu sonnait comme une légende qu’on retrouvait dans les livres d’histoire, sans trop vraiment comprendre qui pouvait attester que ce qui y était écrit soit réel. Si cette Asari ressentait les événements du monde en proportion de sa longévité, cette section de l’histoire quarienne devenait l’équivalent de quelques années de vies seulement !
Le quarien réalisa alors, un peu morbidement, que le grand-père que la petite Visas pensait avoir reconnu mangeait les pissenlit par la racine depuis belle lurette…

Vint alors le serveur, dans sa posture guindée et son costume tiré à quatre épingles. Les un après les autres, quariens, asaris et humain le suivirent dans un espace visiblement privé où il leur fut demandé de prendre une porte à l’opposée de la petite famille, ce qui eut pour effet premier de surprendre les jumeaux. Pourquoi passer par une porte différents s’ils finissaient tous au même endroit. Avaient-ils mal compris ? Peut-être que l’homme ne pensait pas les inviter à dîner mais juste leur offrir un verre. Ou peut-être se débarrassait-il d’eux comme quelque vermine que ce soit. Kori avait bien remarquer l’absence de personne de son espèce. Même depuis leur retour sur la planète mère, les quariens souffrait toujours d’une discrimination certaine, le terme de “voleur” leur collait au casque quoi qu’il advienne.
Au lieu de ça, le frère et la soeur pénétrèrent dans une salle de décontamination, ce qui acheva de leur convaincre qu’il se trouvait là dans un établissement qu’ils ne refréquenteront sûrement jamais, même sur Rannoch, les sas de décontamination personnel demeurait relativement cher pour le ménage moyen.
Toutefois, les jumeaux hésitèrent quelques instants à ôter leurs masques une fois la stérilisation effectuée. Pour tout Quarien, se défaire de cette protection demeurait un acte peu anodin, le risque d’infection courait toujours, quand bien même une décontamination avait lieu.
L’humain songeait sûrement bien faire en leur offrant ce luxe, et les jumeaux ne pouvait que l’en remercier. Toutefois, il était toujours délicat pour les membres de leur peuples de se montrer sans protection, quitter ce casque paraissait comme se balader nu, offert aux yeux de tous. Chez les quariens, quitter sa combinaison pour quelqu’un restait en soit un acte des plus intime, et bien que cette intimité est quelque peu décrue depuis Rannoch et les nouvelles technologie qu’elle leur offrit, se dénuder face à des inconnus - qui plus est non quarien ! - les intimidaient quelque peu…

Malgré tout, Kori et Naki finirent par s’installer à table, leurs visages à découvert laissant apparaître une vive ressemblance entre eux, si ce n’était la mâchoire légèrement plus carrée de Kori, séparé du reste du groupe par une fine couche de verre que Marcus leur présenta comme un matériel médical sophistiqué. Bien que particulièrement transparent, Kori trouva d’abord étrange d’être ainsi éloigné de ceux qui l’invitait, mais cette sensation se dissipa bien vite, en effet, la plaque de verre ne semblait altérer gravement ni l’image, ni les sons qui la traversait.
Une fois installé face à face, le frère et la soeur ne purent s’empêcher de passer une main dans leur cheveux respectif pour en constater leur état pour le moins ébouriffé. Heureusement pour le quarien, ses cheveux noirs restaient relativement court, sa jumelle ne pouvait pas en dire autant…

- D’ailleurs, demanda Marcus Cole tandis que Kori confirmait sa commande, Farandole de légumes farcis en tout genre pour lui et le steak de torraste tant rêvé pour sa soeur, et que Naki titillait la petite Visas à travers la vitre, si vous permettez une petite question. Je connais un peu la culture quarienne et je connais cette fameuse tradition qu'est le pèlerinage. Chaque quarien quittant temporairement la flotte et ramenant quelque chose d'utile pour les siens. Je me demandais, maintenant que votre peuple à retrouver son monde, est-ce que c'est une tradition qui perdure encore ?
- Et bien oui, répondit le quarien en songeant à son propre pèlerinage et à la manière dont il s’était terminé. Même s’il a plus le même impact qu’auparavant puisqu’on a plus vraiment besoin de matériaux ou de technologie de l’extérieur maintenant. A moins d’une bonne raison la plupart des jeunes le font.
- On est justement sur la Citadelle pour revoir une vieille amie rencontrée pendant le notre. Ajouta Naki en tripotant presque maladivement ses cheveux. Ca reste tout de même une tradition importante.
- Après, concéda Kori, nos parents ont vécu le pèlerinage “utile” - Il insista sur les guillemet par un geste de doigts -, je pense que pour eux, c’était évident que leur enfants le ferait.
- Même pour nous, on a toujours vu les plus grand partir, je ne me voyais pas déroger à la règle.
Kori acquiesça au propos de sa soeur. Il n’était pas rare qu’il s’échangent les propos à tour de rôle, laissant parfois penser qu’ils menaient une conversation de leur côté. L’un des inconvénients des jumeaux.
- Mais je suis pas sûr que les enfants qui suivront auront la même conception du pèlerinage...
- Je crois même qu’ils réfléchissent pour savoir s’ils doivent officiellement rendre le pèlerinage obligatoire ou non. Ca n’a jamais été clairement dit puisque ça paraissait évident quand on était encore sur la flotte.

Enfin leurs plats arrivèrent, comme promis, leur assiette avaient subies toute la stérilisation possible avant de leur être servie.

- Encore merci pour l’invitation monsieur Cole, insista la jeune quarienne, c’est vraiment très aimable de votre part.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Ven 22 Déc 2017, 03:27
La petite famille avait attendu avec un peu d'impatience que les deux quariens se montrent le bout du nez. Certes, grâce aux photos de Moïra, ils avaient déjà eu l'occasion de voir à quoi ressemble les quariens derrière leurs masques. Toutefois, il restait une légère curiosité de voir le visage de ces deux quariens en particulier. En secret, Moïra et Kiari avaient même fait un léger pari sur l'apparence de leurs deux invités. Ainsi, la fille avait misé que Kori devait avoir des traits féminin ou maigrichon et sa sœur, des traits plus brute. Pour Moïra, elle avait parié le contraire. L'enjeu de ce paris, la corvée de faire le ménage de la résidence familiale pendant une semaine. Ainsi, lorsque les deux quariens se montrèrent enfin, Kiari afficha une mine légèrement contrarié, ayant perdu le pari. Marcus remarqua tout de suite la grande similarité des visages entre Naki et Kori. Normal pour un frère et une sœur, mais dans leur cas, la ressemblance était même un peu plus grande. Toute la famille c'était ensuite intéressé au menu pour passer commande, excepté Visas qui jetait des regards de temps à autres aux deux quariens.

La commande fut passé, Marcus ayant put apercevoir du coin de l'oeil ce que chacun avait commandé. Ainsi, des légumes farcis pour le garçon et un steak de torrasque pour la fille. L'humain fut un poil amusé. Après tout, les stéréotypes qu'on voit dans les holo auraient fait exactement le contraire. Le gros steak très cuit ou très saignant pour le garçon et le plat de légume pour la fille. D'ailleurs, cette dernière s'amusait à titiller Visas à travers la vitre les séparant. La petite asari regardait la quarien amusé, imitant les gestes de cette dernière. Marcus les regarda amusé pendant un instant, jusqu'à ce que Kori prenne la parole.

Chacun à leur tour, le frère et la soeur affirmèrent que le pélerinage était toujours quelque chose qui se faisait dans la culture quarienne. Toutefois, son importance était quelque peu réduite comparé à ce qui se faisait avant. Eux-mêmes l'avait fait, cependant ils se demandaient si cette tradition allait bien perduré. Après tout, avant le pélerinage avait une fonction pratique et de survie pour le peuple quarien, mais aujourd'hui, ce n'était plus vraiment le cas. Déjà, les générations futures risquaient d'avoir une vision différente sur cette pratique et selon les deux quariens, certains envisageaient même de rendre la pratique obligatoire. Marcus ne dit rien sur le moment, mais il trouva l'idée plutôt mauvaise. Forcer ainsi les gens à faire un tel périple, alors que ce n'était plus une raison de survie, c'était un bon moyen de créer des problèmes inutile.

Il continuait de réfléchir à la chose, lorsque les portes de chaque côté de la vitre s'ouvrirent. Les serveurs rentrèrent en apportant les plats commandés par chacun. Toutefois, il y avait deux grandes différences entre le côté des quariens et celui humain-asari. Pour commencer, le serveur des quariens portaient un masque respiratoire, afin d'éviter d'envoyer des agents pathogènes par sa respiration. Ensuite, les plats des deux quariens étaient disposés dans une boîte hermétiquement scellé, pour permettre de les transporter à travers le restaurant sans les contaminés. De chaque côté, les serveurs déposèrent les plats devant les clients, avant de se retirer poliment. Les breuvages furent déposé en même temps. Ceux de Kiari et Visas étaient les mêmes que tout à l'heure, alors que Moïra et Marcus avaient optés pour une boisson légèrement alcoolisé. À peine l'assiette de Visas avait-elle quitté la main du serveur que la fillette avait commencé à manger sa pizza avec appétit, tirant un sourire au père de famille. Avant que ce dernier n'entame son propre plat, Naki se fit entendre, le remerciant pour cette invitation au restaurant. Il répondit sur un début de ton amusé.


-Pas de problème, jeune fille, votre ventre semblait en avoir besoin. D'ailleurs, si vous le souhaitez, vous pouvez m'appeler simplement Marcus. D'ailleurs, vous devriez apprécier particulièrement votre plat. Dans le cadre de mon travail, j'ai dû organiser quelques repas dans ce restaurant. À chaque fois, j'ai entendu d'excellant commentaire sur leur plat à base de torraste. Évidemment, je dois me limiter à rapporter ce qu'on m'a dit. J'aurais bien aimé essayer ce genre de cuisine moi-même, mais bon. Levo et dextro font un mauvais mélange. J'ai un frère qui l'a démontré.

Il entama ensuite son repas, sa fourchette s'enfonça dans son plat prenant quelques morceaux de viande qu'il découpa avec son couteau en plusieurs morceaux avant de commencer à manger. Toujours aussi bon la nourriture de ce restaurant. Moïra et Kiari avaient également commencé à manger. Visas ne c'était pas arrêté, mais avait maintenant un peu de sauce tomate sur le coin de la bouche. Marcus jeta d'autres petits regards aux deux quariens, avant de décider de reprendre la parole.

-D'ailleurs, pour ce que vous avez dit sur le pélerinage. Je vais me permettre de vous donner mon opinion. EN soit, je trouve que le principe du pélerinage comporte de nombreux éléments très pratique. Cela amène chaque quarien à apprendre à se débrouiller et à se responsabiliser. De plus, du temps de la flotte, à son retour, il devait ramener quelque chose d'utile pour son peuple. Évidemment, cela pouvait être dangereux, mais bon, il y a du danger un peu partout peu importe ce que l'on fait. Cependant, je ne crois pas que rendre le pélerinage obligatoire soit une bonne idée. Avant, cela pouvait se justifier pour des raisons de survie. Maintenant, cependant c'est autre chose. Après tout, vouloir forcer les nouvelles générations à faire quelque chose sous l'unique prétexte que cela se faisait avant, c'est un argument quelque peu ridicule. Il y a une époque lointaine dans l'histoire de l'humanité, j'aurais pu être réduit en esclavage à cause de la couleur de ma peau. Un bon exemple qu'utiliser le passé comme excuse n'est pas forcément une bonne chose.

-Donc, Marcus, tu leur dit que les quariens devraient purement et simplement abandonner le pélerinage. Cela semble quelque peu abrupte. C'est quelque chose faisant partie de la culture quarienne tout de même.

-Je sais, très chère. Je ne dis pas de faire disparaître cette pratique, juste que la rendre obligatoire serait une erreur. Votre peuple pourrait faire cela différemment. Au lieu de rendre cela obligatoire, y mettre des avantages. Par exemple, une reconnaissance officielle d'avoir accompli le pélerinage, une reconnaissance qui pourrait être utilisé dans le domaine de l'emploi. Si j'étais employeur et que je devais choisir entre deux candidats quariens, avec les mêmes aptitudes, mais un seul des deux ayant fait le pélerinage. Sans hésitation, je prend celui qui a effectué son pélerinage. L'expérience qu'il aurait acquise serait un plus non-négligeable. Bien sûr, ce n'est qu'un exemple.

Marcus observa encore les quariens. Il y avait deux détails le chiffonnant un peu chez Naki et Kori. Il n'en avait pas parlé, mais il en avait de plus en plus envie. Après un moment, il décida de se lancer à l'eau.

-Désolé, si je vous mets mal à l'aise à force de vous regarder ainsi. C'est juste qu'il y a deux choses que j'ai remarqué qui me font me poser des questions sur vous deux. Je m'excuse d'avance si mes questions s'avèrent offensantes. Tout d'abord, Naki, je dois avouer être quelque peu surpris par la longueur de vos cheveux. Je savais que votre race en avait, tout comme les humains. Cependant, je n'aurais pas cru que certains des vôtres les porteraient long. Cela ne vous pose pas de problèmes avec votre combinaison? Pour avoir eu à porter des combinaisons complètes pendant mon service dans l'Alliance, j'ai pu constater que certains aspects sont peu pratique. Quant à ma seconde question, est-ce que c'est juste une impression de ma part ou bien vous seriez encore plus proche comme frère et sœur? Je veux dire dans le sens, seriez-vous jumeaux? Je sais que cela peut sembler étrange comme question, c'est juste que j'ai un peu l'habitude d'en voir. J'ai une sœur et un frère aînés qui sont jumeaux et également deux fils, également jumeaux. Disons que ça exerce les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 768

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Ven 05 Jan 2018, 22:32



Le Quarien mangeait tranquillement son plat tout en écoutant les propos de leur hôte. Contrairement à sa jumelle qui dévorait sa viande en prenant tout juste le temps de respirer, Kori avait toujours été du genre lent quand il s’agissait de se nourrir. Non pas qu’il soit du genre à faire attention à sa santé ou autre, ses pensées vagabondaient sans cesse d’une idée à l’autre, passant du coq à l’âne, perdu quelque part au fond de sa cervelle, et le repas passait généralement en arrière plan de ses divagations intérieures. Et quand quelqu’un lui adressait la parole, le repas pouvait durer des heures…

- C’est vrai, reprit Naki après que Marcus eut donné son point de vue, que valoriser le pèlerinage pour celles et ceux qui l’ont fait serait une bonne idée !
- Je suis même pas sûr que beaucoup de Quariens ramènent quelque chose de leur voyage, rebondit Kori en laissant ses légumes fumer quelques minutes de plus. Y en a beaucoup qui considère ça plus comme des vacances qu’autre chose maintenant.
- On a un cousin qui est parti seulement une semaine en pèlerinage avant de revenir pour ses études.

Le Quarien picora quelques fourchette de son plat, visiblement convaincu par ce qu’il y trouvait. Etant né sur la flotte nomade, Kori n’avait que peu mangé de viande pendant ses sept premières années, comme pour beaucoup de Quarien, l’élevage restant bien plus compliqué que la culture sur un vaisseau, nombre de ses semblables avaient adopté, un peu par défaut, un régime exclusivement végétarien. Si lui-même avait consommé de la viande assez tôt dans son enfance, le Quarien avait conservé ce goût et cette habitude alimentaire.
Quant à Naki, l’adaptation de sa nouvelle vie sur Rannoch n’avait apparemment pas posé de problème !

- Je ne sais pas s’ils veulent vraiment rendre ça obligatoire, continua-t-elle après s’être essuyée la bouche, ils craignent peut-être de voir cette coutûme disparaître.
- Moi je pense que les gens devraient le faire, avoua le Quarien, pas forcément un long pèlerinage mais au moins un voyage de découverte d’autre chose que Rannoch, un espèce de voyage organisé peut-être. Pour découvrir un peu comment fonctionne le monde…

Kori se perdit quelques temps dans la contemplation de son verre, son propre voyage lui revenant en mémoire. Il était vrai qu’ils avaient tous deux pu constater comment tournait ce monde…
La seconde remarque de l’Humain étonna quelques peu les jumeaux. Constamment camouflé sous leurs combinaisons, il était rare, hormis par d’autres Quariens, que quelqu’un constate leur gémellité. Puis leur revint en mémoire l’absence de leur casque et les deux Quariens ne purent s’empêcher de tâter leur visage, comme nostalgique d’une partie d’eux qu’on leur aurait enlevé.

- Vous avez l’oeil dis donc ! Ricana Kori presque timide maintenant qu’il se rendait compte qu’on fixait son visage à nu. On est bien jumeaux oui. Il paraît qu’on se ressemble, je sais pas comment on doit le prendre…
- Moi je suis la féminité incarnée, railla sa jumelle, c’est toi qui ressemble à une fille Kori, désolé !

Une fois de plus, Naki tripota ses cheveux, les passant entre les doigts, tirant quelques noeuds au passage.

- Pour mes cheveux, disons que ça devient la mode à Rannoch, maintenant qu’on peut enlever de plus en plus nos combinaisons, les Quariens font un peu plus attention à leur présentation. Quand on était petit sur la flotte j’avais la même coupe que Kori, je les ai gardé court longtemps, peut-être jusqu’à mes 17 ou 18 ans je pense…

Elle sembla chercher une réponse chez son frère qui haussa les épaules avec une moue qui devait sûrement signifier “Ouais, quelque chose comme ça…”.

- Mais là je les ai détachés en enlevant mon casque, évidemment dans la combinaison il sont mis en chignon serré, sinon ça serait invivable ! Imaginez que je m’en mette un dans l’oeil, impossible de l’enlever avant de rentrer ! Du coup je profite d’avoir la tête à l’air pour les lâcher un peu.

Un silence s’installa quelque temps, chacun finissant son assiete avec envie. Puis, voyant que Marcus semblait s’intéresser aux voyages, Kori lança un nouveau sujet de discussion qu’il affectionnait également.

- Vous avez dû pas mal voyager avec l’alliance non ? Vous aussi Moïra vu que...Enfin...Depuis le temps quoi…

Le Quarien eut beau se creuser les méninges, il ne trouva aucun moyen agréable de dire à l’Asari à quelle point elle était âgée !




Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Dim 07 Jan 2018, 21:24
Marcus avait exprimé sa vision des choses sur ce que les quariens pourraient faire avec le pèlerinage, à cette nouvelle époque sans flotte nomade. Évidemment, il se gardait bien de dire à ce peuple que c'était la chose à faire. Il préférait se limiter à leur faire une suggestion. Après tout, il était humain et non quarien, alors la décision ne lui revenait en rien. Rien ne l'empêchait d'apporter des conseils, mais son rôle n'irait pas plus loin. Personnellement, il espérait que l'Amirauté ne ferait pas l'erreur de rendre la chose obligatoire. Dans de tel cas, cela pourrait causer des problèmes inutiles. Après tout, passer d'une tradition obligatoire et essentielle à la survie de son peuple, à une tradition uniquement obligatoire, ça pouvait être compliqué. Justifié une telle entreprise quand la survie était en jeu, cela pouvait se faire sans trop de mal. Faire la même chose, sans de motif solide, ça risquait de vous revenir à en pleine gueule. Notre homme n'avait aucun mal à imaginer les nouvelles générations protester contre ces mesures.

Toutefois, Naki et Kori donnèrent à leur tour leur opinion sur la question. D'après leur parole, il semblait que le pèlerinage avait déjà grandement changé. Apparemment, un de leur cousin avait effectué un pèlerinage pendant environ une semaine, avant de revenir sur Rannoch pour poursuivre ses études. À les entendre, on aurait dit que cette tradition c'était transformé en l'équivalant d'un congé sabbatique. Quoiqu'il en soit, les jumeaux semblaient favorable au maintien du pèlerinage, afin de permettre aux jeunes quariens d'en apprendre plus sur la galaxie. Marcus était d'avis que cela pouvait en effet être une bonne perspective. À la limite, l'Amirauté pouvait rendre la chose obligatoire, en offrant cependant aux candidats divers endroits sécuritaires où se rendre. Après tout, pas de raison d'envoyer les leurs dans des endroits dangereux, comme cela se faisait parfois avant la reprise de Rannoch.

Marcus avait également grandement observé les deux quariens, en continuant de manger. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils avaient un style vraiment différent. Naki dévorait son plat avec vitesse, appétit et voracité. On aurait presque dit un dévoreur. Kori était l'exact opposé, il picotait un peu dans son assiette et mangeait lentement. Lorsqu'il fut question de la possibilité qu'ils soient jumeaux, les deux quariens réagirent en se touchant le visage, probablement parce qu'ils n'avaient pas l'habitude d'être à visage découvert. Kori révéla timidement qu'il avait raison et qu'ils étaient bien jumeaux. Ce à quoi sa sœur en profita pour le taquiner en lui disant qu'il ressemblait plus à une fille. À cette annonce, Marcus et sa famille ne purent s'empêcher de rire un peu. Le père de famille fut le premier à cesser de rire pour écouter Naki dévoiler ce qu'il en était pour ses cheveux. Le port des cheveux longs étaient donc plus récent, mais ils demeuraient solidement attaché tant que la combinaison était porté. En même temps, c'était logique. Le risque d,avoir les cheveux dans le visage ou encore qu'ils se coincent dans un joint de la combinaison, ce n'était pas à négliger.

Peu à peu, tout le monde termina son assiette. Dès qu'elle eut terminé de manger, Moïra se leva et s'approcha de Visas. Elle prit sa fille dans ses bras, cette dernière se laissant faire. Puis, la mère de famille prit la place de la petite, la gardant maintenant sur ses genoux. Elle prit une des serviettes sur la table et essuya les quelques taches de sauces tomates et de fromages que la fillette avec sur les coins de la bouche. Marcus consulta rapidement sa compagne et ses filles, afin de savoir si elles voulaient un dessert. Visas choisi aussitôt un dessert chocolaté dans le menu, pour Kiari, un dessert glacé et finalement, Moïra et Marcus décidèrent de se partager un dessert composé de fruits variés. Dès que la commande fut passée, Kori les interrogea sur les voyages qu'ils avaient dû faire. Pour Marcus, grâce à l'alliance et pour Moïra, à cause de son âge. Toutefois, pour l'asari, il le fit avec beaucoup d'hésitation. Visiblement, il semblait mal à l'aise à l'idée d'évoquer le grand âge de Moïra. Cette dernière en put retenir un rire.


-Qu'est-ce qu'il y a, mon gars? On se sent mal à l'aise à cause de mon âge? Il n'y a pas de quoi être complexé. Je ne suis pas encore entré dans ce qu'on pourrait appelé l'âge des vénérables. Sinon, pour répondre à ta question, oui, j'ai bien voyagé. Avant mon centième anniversaire, cela c'est cependant limité à partir de Thessia, pour se rendre sur Rannoch et la Citadelle. Ce n'est qu'après que j'ai voyagé ici et là à travers la galaxie. Je me suis établis sur la Citadelle environ 50 ans... euh non, 60 ans, avant la naissance de Kiari. De très nombreuses décennies après, c'est là que j'ai rencontré Marcus. Depuis, on voyage sur certaine planète de la galaxie, quand nous le pouvons.

Marcus avait écouté sa conjointe faire le récit de ces petits voyages, calmement. Arrêtant cependant sa phase calme, pour jouer un peu avec Visas. Lui tapotant d'un doigt le bout du nez, ce qui la fit rire. Quand il constata que Moïra avait terminé, il se cala de nouveau dans sa chaise.

-Pour moi, c'est oui et non à la fois. Voyons... comment présenter cela sans que cela prenne des heures... Avec le contexte cela pourrait être un peu long quand même.

-Essaies, papa. Au pire, toutes les trois, on te dira de te taire.

-Ah, ah, très drôle Kiari. Bon, alors... J'ai rejoint l'Alliance à l'âge de 16 ans, grâce à un programme très simple: Quelques années de service et l'Alliance paye vos études supérieures. Mes parents, ma sœur, mes frères et moi, nous ne roulions pas sur l'or à l'époque. Le service militaire se fait à partir de 18 ans. L'Alliance m'a engagé dans des travaux administratifs, grâce à ma maîtrise des langues aliens. J'avais 8 ans lorsque le conflit contre les turiens à éclater. Après ça, je restais quand même très positif pour l'avenir au sein de la communauté galactique. C'est pour ça qu'à 12 ans, j'ai rejoint un groupe partageant cette même passion. Grâce à des contacts turiens et asaris de ce groupe, j'ai pu apprendre les langues asaris et turiennes. Je m'en suis servis dans mon travail au sein de l'Alliance. L'Alliance recherchait des gens avec ce genre de connaissance, notamment pour traduire des messages en tout genre. Beaucoup pensaient que ce n'était qu'une question de temps avant que les turiens ou une autre race vienne nous massacrer... en même temps le conflit avait été récent. Je ne partageais pas cette idée, mais ça me donnait un boulot. Puis, mon grand-père, un homme fortuné, mais qui devenait de plus en plus cinglé à force que sa fortune grandissait, est mort vers mes 18 ans. J'ai quitté l'Alliance à 19 ans.

Marcus se tut un court instant pour prendre une gorgée d'eau.

-Du temps que j'ai fait partit du service actif, j'étais sur un vaisseau qui s'est baladé un peu à travers l'espace de l'Alliance et qui est passé par la Citadelle à trois reprises. Après ça, je suis venu faire mes études sur la Citadelle et j'ai pu obtenir un poste à l'ambassade humaine, j'ai gravis les échelons peu à peu. J'ai beaucoup voyagé grâce à cela. Après, comme Moïra l'a mentionné, rencontre entre nous, début de notre relation, les enfants. Bref, vous voyez la suite.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 768

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Jeu 11 Jan 2018, 16:31



C’était donc ça, les jumeaux avait en face d’eux un membre de l’ambassade Humaine sur la Citadelle. Autant dire qu’ils étaient tombés sur quelqu’un du haut du panier !
Etonnant qu’une personne de ce rang prenne le temps de papoter avec de simples Quariens banals. Parce c’est ce qu’ils étaient en général pour ce gens là, Kori ne se faisait pas d’illusions, il n’était qu’un civil sans vraiment d’importance pour les hautes sphères. Quelqu’un sans qui le monde continuerait sûrement de tourner sans même faire une vague. Non pas que ça le dérangeait, bien au contraire. Il n’attendait rien de personne et personne n’attendait rien de lui. Une situation qu’il appréciait particulièrement.
L’histoire de cet homme était pour le moins intéressante, Kori avait vaguement entendu parlé de cette guerre entre les Humains et les Turiens, bien qu’il ne parvenait pas à savoir comment cette information avait pu entrer dans son cerveau...Il n’avait jamais été très doué quand il s’agissait d’apprendre ou de retenir quelque chose mais, parfois, son cerveau lui rebalançait une information vieille d’on ne savait où. Pour le coup, Kori se dit que, bien qu’il soit nettement plus “jeune” que sa compagne, l’Humain devait avoir pas mal roulé sa bosse déjà.

- Oui, j’imagine bien ! Confirma Naki avec un sourire.

A dire vrai, non, Kori ne voyait pas. A seulement 23 ans, il était loin de se soucier d’une famille qui viendrait l’empêcher d’aller où bon lui semblait, ou de contraintes de ce genre. Autant dire que tout ça n’étais pas à l’ordre du jour !

- J’ai failli postuler au GIP un jour, indiqua ce dernier. Je me disais que ça pouvait me permettre de voyager un peu partout sans rien avoir à payer. Enfin...A part de ma personne en travaillant quoi.

Parfois, le Quarien repensait au GIP. Une opportunité s’était présentée à lui il y avait de ça un peu plus d’un an. Une chance qu’il avait finalement laissé passer. Trop indécis et peu convaincu de trouver quelque chose de plaisant à être payé pour se battre. Et encore moins à se retrouver posté quelque part sur Rannoch, loin de toute chance de voyage.
Bon, avec son travail de mécanicien sous payé, on ne pouvait pas non plus dire qu’il voyageait à tout va ! Kori désespérait de trouver un métier qui lui corresponde un jour…

- Mais ma démarche a été un peu entravée par une alerte à la bombe sur Haratar ! C’est tout moi ça ! Jamais de chance !

Kori sourit à sa propre blague, un sourire un peu de façade, qu’il s’empressa de rendre plus convaincant lorsqu’il se remémora l’absence de son casque.
C’était plutôt vrai qu’il n’avait pas de chance...Personne ne pouvait le nier !

- On a pas mal voyagé aussi avec notre pèlerinage, poursuivit sa soeur. Enfin sûrement moins que vous mais quand même.

- On a surtout vu la Citadelle...Railla le Quarien.

Qu’avaient-ils vu d’autre ? Oméga ? Pas vraiment le genre de destination dont on pouvait se vanter. Trébin ? Ils s’était retrouvés face à un dévoreur. Illium alors ? Attentat à la bombe aussi.
Avaient-ils déjà passé des vacances tranquille à part sur Rannoch et à la Citadelle ? Pas sûr…

- Et la terre alors ? Demanda soudain le Quarien. Comment c’est la terre ? On est juste à côté et ça m’est jamais venu à l’idée de la visiter !

En fait, peu de bon écho leur parvenait de cette planète, du moins dans le temps où les jumeaux vivaient sur la Citadelle. Beaucoup parlait de pollution et de ville où se côtoyaient fortune et misère. Un tableau peu captivant à les entendre.

“Si on pousse un peu plus loin que Khaley’Sephä, songea le Quarien, on tombe sur des villages complètement miteux aussi, un peu comme Tarek…”

Kori s’en voulu quelque peu d’avoir cru ces gens sans se faire une idée par lui-même.

- Ca doit pas être trop cher en partant d’ici, réfléchit Naki à voix haute. On pourrait peut-être profité d’être là pour y passer une journée !



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Dim 14 Jan 2018, 19:52
Marcus trouvait cette rencontre avec les jumeaux quariens des plus intéressantes. Il n'avait pas souvent eu la chance de rencontrer des membres de ce peuple. Les quelques fois qu'il l'avait fait, c'était dans le cadre de son travail ou bien croiser dans les rues de la Citadelle. Pouvoir ainsi s'entretenir avec des quariens sans les filtres du professionnalisme, c'était très intéressant. D'autant que le contraste entre ces deux-là avait une touche d'humour. D'un côté, la sœur confiante et forte et de l'autre, le frère qui semblait avoir plus de mal à se fier à ses propres capacités. Cela démontrait bien que le caractère d'une personne et sa race n'était pas deux choses indissociable. Ainsi, que peu importe son espèce, on pouvait être d'une nature différente.

Kori commença à parler un peu de sa propre expérience. Ainsi, il avait pensé pendant un temps à tenter de rejoindre le GIP. Marcus avait bien entendu parler de cette organisation militaire. Les forces armées des peuples geths et quariens. Une alliance entre ces deux peuples, afin de protéger leurs territoires et leurs habitants. C'était une bonne chose que ces peuples, jadis ennemis soient aujourd'hui capable de travailler et de vivre ensemble. De toute façon, d'après ce que Marcus avait appris, les conflits entre les geths et les quariens étaient surtout dû à de l'incompréhension. Ça et aussi des branches d'extrémistes, une pour chacun des deux peuples, mais à des époques différentes. Pour en revenir à Kori, il avait finalement renoncé à rejoindre le GIP, il avait eu un manque de chance à cause d'une alerte à la bombe sur la station Haratar. Puis revint la question des voyages, les quariens en profitant pour interroger Marcus sur la Terre. Ce dernier eut un léger sourire amusé. Kiari fut toutefois la première à répondre, suivi aussitôt par Moïra.


-C'est bien, comme planète. Des belles plages, du sable chaud, des grandes villes. Bon par contre, on a droit de temps à autres à quelqu'un qui vient tenter de nous draguer.

-C'est le genre de chose qui arrive peu importe où l'on va, sauf des mondes asaris. La nourriture est également très bonne. En plus, le reste de la famille de Marcus est sur Terre.

Le père de famille acquiesa. Il activa ensuite son omnitech, montrant une carte planétaire de la Terre, à tout le monde. Une petite zone rouge dans le sud de la France fit son apparition, suivit d'une bleu dans l'est du Canada.

-La tache rouge, c'est dans cette région que je suis né et que mes parents ont vécut. Malheureusement, cette petite ville a été ravagé par les moissonneurs et la résidence de mon enfance anéanti. La tache bleu, c'est la région où nous nous sommes établis après la guerre. Quant à ma famille, ils vivent sur le continent européen. Autrement, Naki, vous avez raison, les coût pour visiter la Terre sont assez bas. Ils ont baissé drastiquement avec le déplacement qu'a subi la Citadelle.

Il appuya sur quelques touches, les zones rouges et bleu disparurent et d'autre apparurent ici et là sur la carte.

-Ce sont les zones que je vous recommanderais, si vous visitez la Terre. Particulièrement Vancouver, notre capitale, ou bien Londres. Comme la plupart des mondes, la Terre a pris chèrement pendant la guerre. La reconstruction avance bien, mais de large portion de la planète sont encore en reconstruction, nous les appelons les zones mortes. Disons que ces endroits ne sont pas sécuritaire. Heureusement, la reconstruction avance à grand pas. Notre première ministre espère que tout soit terminé d'ici 2205. Alors, disons que nous approchons petit à petit. D'ailleurs, si cela peut vous intéresser, à Londres, vous pouvez trouver un mémorial à la mémoire des victimes. Pour ce qui est de la nourriture, je vous conseilles de rester dans les grandes villes. Vous n'aurez aucun mal à trouver de la nourriture dextro dans les grandes villes, cependant dans les plus petites, ça risque d'être compliqués.

Le fait d'évoquer la nourriture dextro le ramena à une situation plutôt récente. Marcus regarda les quariens, réfléchissant à s'il devait en profiter et leur demander. Après quelques instants de réflexions, il se dit mentalement qu'il ne risquait rien à leur en parler. Dans le pire des cas, ils refuseraient tout bonnement d'en discuter.

-D'ailleurs, cela me fait penser. Puisque je vous ai sous la main, si on peut dire, j'aimerais vous demander un petit quelque chose.

-Ah, une demande spéciale, Marcus?

-Oui et non, c'est à propos de Gérald.

-Ah, d'accord.

-Donc, Naki, Kori. Comme j'allais le dire, j'ai un petit quelque chose à vous demander. Vous vous souvenez, je vous parlais de nos fils jumeaux? D'un côté, Rupert qui est du genre à draguer presque toutes les filles qu'il croise et de l'autre Gérald qui cherche la bonne. Pour résumer, depuis un certain temps Gérald a commencé à faire les yeux doux à une quarienne de son âge, établis sur la Citadelle. Il pense que ça pourrait être la bonne. Nous ne l'avons pas encore rencontré, nous attendons de voir si leur relation va aller assez loin pour ça et qu'ils soient prêts tout les deux. Cependant, disons que je veux éviter de tout gâcher, le jour où Gérald nous la présentera, elle et ses parents. Si vous aviez des recommandations, disons que je suis preneur.

Moïra avait observé, puis décida d'en profiter également pour interroger les jumeaux.

-D'ailleurs, je sais que ça peut avoir l'air un peu bizarre, mais est-ce que vous savez s'il y aurait des membres de vôtres peuples répondant au nom de famille Cinn. C'était le nom de famille de mon père et il avait trois frères et sœurs. Depuis peu, j'essayes de savoir si mes cousins ont eu de la descendance et donc si j'ai des petits cousins... ou du moins, je crois que c'est le terme.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 768

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Dim 21 Jan 2018, 18:32



Les jumeaux acceptèrent avec plaisir les indications que leur donnait leur hôte sur sa planète natale. Un prochain voyage qu’il ne manquerait pas d’effectuer, Kori laissant à sa soeur tout le soin de mémoriser ce que leur disait Marcus, lui aurait sûrement oublié leur possible escapade le lendemain, à quoi bon s'échiner à retenir...Toutefois, le Quarien nota l’engouement des deux petites Asaris et n’en fut que plus intéressé ! Si Vancouver était leur capitale, sûrement qu’un transit s’effectuait à partir de la Citadelle, ils pourraient y passer la journée et retrouver leur chambre, déjà loué sur la Citadelle, au soir. Ils penseraient tout de même à se préparer de quoi manger, juste au cas où…
Naki allait les remercier chaleureusement quand le couple les lancèrent sur des sujets plus...Personnels. Si les deux questions étonnèrent les Quariens, Naki fut plus surprise par la question de l’Humain. Leur parler ainsi des relations de leur fils alors qu’ils se connaissaient de quelques heures à peine n’était pas vraiment ce à quoi s’attendait la Quarienne. D’autant plus que si leur fils s’était amourachée d’une Quarienne vivant hors de Rannoch, celle-ci devait avoir à peu près le même âge que les jumeaux. Peut-être plus ! D’un autre côté, elle comprenait la démarche, les relations interespèces pouvaient se révéler compliquée...D’autant plus avec les Quariens qui nécessitait de besoin particuliers que certaines races avaient du mal en mesurer toute l’importance.
Ce qui la choqua le plus venait surtout du fait qu’elle se demandait ce que sous-entendait son interlocuteur exactement. Est-ce qu’il voulait qu’ils leur parlent de traditions, mode de vie ou façon d’être Quarienne qui pourrait être surprenant pour eux ? Etant donné le peu de connaissance qu’elle possédait de la culture Humaine, difficile d’effectuer une comparaison pertinente. Ou est-ce qu’il cherchait des informations plus...Intimes ? La deuxième supposition l’aurait grandement étonnée, un si gentil couple avec leur enfants, mais la Quarienne s’était si souvent vu demander comment les Quariens “s’envoyaient en l’air” selon leurs termes exactes. Certes, l’idée de n’avoir des rapports sexuels que très limités devait sûrement être surprenante pour les autre espèces, mais lorsqu’on associe cette expérience aux réactions virulentes qui s’en suivaient pour les Quariens, l’acte en lui-même prenait un tout autre sens. Moins nécessaire, moins incontrôlable que certaines espèces…
Naki décidé tout bonnement d’écarter cette idée plutôt déplacée ici.

- Ben...Commença Kori avec un rire quelque peu hésitant. Déjà, si vous voulez les emmener dans ce genre de restaurant.

Il désigna la vitre du bout du doigt.

- Demandez-leur d’abord, juste au cas où. Tous les Quariens ne sont pas encore très à l’aise sans combinaison...


La jeune Quarienne acquiesça vivement aux propos de son frère.

- Ca fait plus de cinq cent ans qu’enlever sa combinaison est un acte privilégié et plutôt...Intime. Ca peut-être mal vu parfois.
- Surtout si c’est pas demandé par d’autres Quariens. Ca fait un peu curiosité malsaine parfois…

Déplaçant son regard sur la petite famille, Kori se ravisa immédiatement, secouant ses paumes devant lui en signe d’excuses.

- Enfin, je dis pas ça pour vous ! Nous ça nous dérange pas, hein ?

La jumelle confirma d’un signe de tête entendu.

- Après...Continua-t-elle. Les Quariens ont vécu longtemps en autarcie dans la flotte. J’espère pour vous que ses parents seront pas trop vieux jeu...Ca arrive que certaines familles ne concoivent pas trop les relations interespèces. Enfin, ça reste rare quand même, acheva-t-elle pour les rassurer.

Pour ce qui était de Kori, ce fut plutôt la question de Moïra qui l’interpella. Pour le coup, la question semblait purement formelle, histoire d’attiser la conversation, par ce que Kori ne voyait pas comment il aurait pu connaître les descendant d’une famille vieille de quatre cents ans...Les chances d’un tel hasard était plutôt maigre, voir inexistante. “Mon père est mort il y a quatre cents ans, vous le connaissiez peut-être ? Machin chose, ça vous parle ? Mais c’est dingue ! Je lui parlait pas plus tard qu’hier…”
Bref. Peu de chance. Du coup, Kori se retrouvait un peu bête à ne pas savoir quoi lui répondre à part : “Ben...Non. Connais pas.”
Heureusement pour lui, sa soeur, comme toujours, savait trouver les mots qui lui manquait tout pour échanger des banalités.

- Cinn ? Réfléchit-elle un instant, au cas où elle connaissait vraiment quelqu’un et qu’il faille jouer au loto le soir même. Non, désolé, ça ne me dit rien du tout...Vous avez déjà essayé de consulter les archives sur Rannoch ? On peut-y retrouver une généalogie complète sur plusieurs générations. C’était surtout utilisé sur la flotte pour éviter la consanguinité dans les plus petits vaisseaux, mais je pense qu’ils la tiennent encore à jour.
Ca fera une sacré recherche pour remonter jusqu’à votre père, mais vous pourriez retrouver de petits cousins, oui.

“Petit cousins puissance mille plutôt…”Songea le Quarien en riant à part lui.
- Mais elles ne sont consultables que par les Quariens je crois. En tout cas quand on était sur la flotte. Je ne sais pas ce qu’il en ai maintenant. Mais si jamais vous passez à Khaley’Sephaa, j’irai avec vous avec plaisir si ça peut vous aider.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Mer 24 Jan 2018, 00:09
Moïra et Marcus attendaient avec impatience les réponses des quariens. Après tout, les sujets sur lesquels ils les avaient interrogés ne manquaient pas d'intérêts pour les deux parents. Pour commencer, quelques conseils sur comment s'y prendre plus généralement avec les quariens. Leur fils Gérald faisant les yeux doux à une quarienne de son âge, Moïra et Marcus voulaient éviter de faire une bourde qui nuirait au jeune homme. Certes, Moïra avait eu de la famille parmi ce peuple, mais les mœurs avaient évolués en plusieurs siècles. Ainsi, ce qu'elle savait n'était plus d'actualité. Quant à Marcus, les contacts qu'il avait eu avec les quariens étaient assez limité. Alors, des conseils, cela ne ferait pas de mal. Quant au second élément, la famille quarienne de Moïra. L'asari avait manifesté ce désir de reprendre contact avec cette branche de la famille, après la guerre contre les moissonneurs. Cela pouvait se comprendre, tant de gens étaient mort, qu'on en venait à se demander où pouvait se trouver tout ses proches.

Donc, lorsque les deux quariens commencèrent à s'exprimer, les parents firent bien attention à écouter tout ce que leurs invités avaient à dire. Le restaurant pouvait être une bonne idée, à condition que cette famille de quarien soit à l'aise à l'idée de retirer leur masque ou leur combinaison. Cela car pendant plusieurs siècles, retiré sa combinaison était un geste extrêmement intime et était une suggestion grossière, selon le contexte. Puis, il y avait la possibilité que les parents de la jeune quarienne soient opposé à l'idée de voir leur enfant développer une relation amoureuse avec une personne n'appartenant pas à leur peuple. Marcus prit en note tout cela, mentalement. Il tenait à faire une bonne impression lorsqu'une rencontre entre parents aurait lieu. Du moins, si la relation entre Gérald et la demoiselle devenait assez sérieuse. Le père de famille l'espérait pour son fils. De toute façon, à 15 ans, ce n'est pas comme s'ils allaient se marier. Ils auraient des années pour se fréquenter et déterminer s'ils seraient heureux se de s'établir ensemble.

Vint ensuite la question de la famille de Moïra. Ce fut Naki qui se pencha sur la question, réfléchissant, probablement tentant de se rappeler si elle connaissait des individus avec ce nom de famille. La réponse fut toutefois négative et la quarienne leur demanda s'ils avaient pensé à consulter les archives de Rannoch. Moïra et Marcus se regardèrent un court instant, pendant que la jeune fille poursuivait. Ainsi, c'était un registre généalogique qui était utilisé du temps de la flotte nomade pour éviter la consanguinité et il était apparemment tenu à jour. De toute façon, même si ce n'était pas le cas, ce n'était pas grave. Cela faisait à peine 15 ans que la flotte nomade avait été dissoute. Alors, même si les archives n'étaient pas à jour, les informations seraient assez récente pour trouver ce que Moïra cherchait. Selon Naki ces archives ne pouvaient être consultés que par les quariens, du temps de la flotte, mystère de nos jours. Est-ce qu'une asari avec un père quarien, ce serait accepté? Comme Naki se proposait cependant de les y emmener, si jamais la famille se rendaient un jour à la capitale de Rannoch, cela réglait le problème.


-Je vous en remercie. Évidemment, je doutais que vous puissiez connaître des membres de cette famille, mais bon, cela ne coûtait rien de poser la question. Voyez-vous je-

Moïra s'interrompit lorsque la porte de la salle de leur côté s'ouvrit. Le serveur rentra en apportant les desserts commandés quelques minutes plus tôt. Le turien déposa le plat de fruit entre Moïra et Marcus, la coupe glacée devant Kiari et le dessert au chocolat devant Visas. Les deux sœurs commencèrent aussitôt à manger. Marcus attrapa un fruit dans le plat et le croqua avec appétit, Moïra fit de même, en devant faire attention à sa fille toujours sur ses genoux.

-Comme je disais, je tente de retracer les descendants de mes cousins depuis peu. Après la mort de mon père, les contacts avec cette branche de la famille se sont peu à peu réduit. Après l'exil de Rannoch, je n'arrivais plus à les contacter. J'ignorais toutefois l'existence de telle archive. Je dois dire que si mes cousins ont eu des descendants et que les générations ont survécut à l'exil, la flotte nomade et la guerre contre les moissonneurs. J'aimerais les rencontrer.

-Ça se comprend. Une fois la guerre terminée, je faisais tout ce que je pouvais pour retracer mes proches. Aussi bien ma famille que mes amis. Évidemment, il y a eu son lot de mauvaises nouvelles. Également des bonnes. Pendant un temps, j'ai cru qu'excepté les enfants, j'avais perdu toute ma famille. Heureusement, je me suis trompé. J'ai retrouvé Moïra, un de mes frère et ma sœur. Toutefois, perdu ma mère, mon père et mon petit frère. Dire qu'on était cinq frères et sœur à l'origine.

Marcus allait poursuivre lorsque Visas cessa soudainement de manger et commença à rire. Les parents jetèrent un oeil en direction de ce qui faisait rire leur petite fille. Ils virent Kiari, qui avait aussi cesser de manger et se tenait la tête avec une légère expression de douleur sur le visage. Le fait qu'elle ait mangé sa coupe glacée à moitié en quelques secondes donnait la raison. Père et mère ne purent s'empêcher de rire un peu, alors que Marcus frottait le dos de l'asari.

-Tu n'aurais pas dû manger aussi vite. Gel de cerveau, comme on dit.

La jeune asari laissa échapper un commentaire du bout des lèvres, comme quoi cela n'avait rien de drôle. Une fois la douleur passé, elle recommença à manger, comme si de rien n'était. Marcus reprit donc.

-Merci pour votre offre. Cela fait un moment que nous pensons visiter Rannoch. Nous pourrons en profiter pour jeter un œil à ces archives. Si ma compagne a vraiment des cousins éloignés, cela promet d'être intéressant. J'imagine bien la chose. Ces personnes qui font tranquillement leurs petites affaires et soudainement une asari débarque et leur annonce qu'elle est la cousine d'un de leur lointain ancêtre. Ça risque de faire son petit effet, je crois.

Puis, il poussa un léger rire, auquel Moïra répondit en attrapant une petite baie et en la lançant sur son conjoint. Le lancé était léger, signe d'un agacement plutôt que de colère.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 768

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Mer 07 Fév 2018, 18:02



Durant la conversation, il arrivait à la Quarienne de sourire un peu niaisement, du moins selon le point de vue de son frère, en écoutant le couple discuter et se chamailler par moment. Ce genre de sentiment ne l’étonnait pas trop venant de sa soeur, le couple semblait tout droit sorti d’un téléfilm du dimanche ! Bon, Kori avait rit un peu en voyant la petite Asari se plier en deux à cause d’une glace, mais dans l’ensemble, le Quarien n’avait jamais été très réceptifs à tout ça.
Bon, il était vrai que de les voir tous manger au restaurant donnait quelques idées, est-ce que Kori se retrouverait à cette place un jour ? Enfin, en omettant les petites baies roses qui volent et les petites caresses niaises, de toute façon, Kori n’aimait pas qu’on le tripote, ça compliquait les choses. Bien sûr, il faudrait enlever les enfants Asaris aussi, le bleu n’était pas trop son genre, peu de chance de ce côté là ! de toute façon, il ne risquait pas d’avoir d’enfant alors bon, d’un côté comme de l’autre…
En fait non, plus il y songeait et moins Kori parvenait à s’imaginer dans une situation similaire. Quelque chose bloquait, un détail imperceptible, comme lorsqu’on est dans un rêve. Un rêve si bien fait qu’on le croirait réel, mais qui comporte un petit quelque chose d’anormal, un élément, discret, qui cherche à nous pousser vers la vérité, comme une petit mémo pour nous souvenir de ne pas se fier à ce qu’on pourrait y voir.
Pourtant, Kori aimait bien les enfants, du moins la plupart du temps. Les enfants gentils, pas ceux qui pleurent tout le temps pour un oui ou pour un non. Les enfants un peu casse-cou aussi. Le quarien sourit en songeant ironiquement qu’il serait sûrement incroyablement inquiet à longueur de journée s’il lui était donné un jour d’avoir un enfant casse-cou. Un peu comme ses parents avec lui, qui n’était pourtant pas le plus casse-cou des trois à cet âge…
Ce qui le turlupinait le plus dans cette histoire, restait le fait qu’il voyait très bien sa soeur fonder une famille, il voyait très bien ses quelques cousins et cousines fonder un famille. Il voyait bien ses amis également, et même Talus, le mercenaire, s’il faisait l’effort d’y penser. Tous ! Absolument tout le monde semblait apte à créer une petite smala dans la tête du Quarien. Tous sauf lui. Encore et toujours ce petit détail gênant, comme une tâche qui gâche un peu l’ensemble. Un tâche un peu verte dirait-il même…

Le Quarien évacua ces idées de son esprit, inutile de développer ce genre de pensées ici, elles ne menaient de toute façon qu’à d’autre idées un peu plus noires les une que les autres. Le jeune Quarien se pencha sur son dessert, ramassant au passage quelques bribes de la discussion qu’entretenait sa frangine avec le couple modèle.

- Vous verrez, bavardait la Quarienne, Rannoch est vraiment magnifique ! Bon, je dis peut-être ça à cause des années passées sur la flotte, mais quand même ! On trouve beaucoup de chaînes montagnardes dans les alentours de Khaley’Sephäa et il reste encore plein de petit village du temps des premières arrivées. Comme Tarek, d’où on vient avec Kori, tu te souviens ?

Ca pour s’en souvenir ! L’arrivée sur Rannoch avait sûrement été le plus beau jour de sa vie, enfin libéré de l’espace étriqué dans lequel ils avaient grandi !

- Je m’en souviens même très bien, ça avait l’air gigantesque ! Railla le Quarien. Alors qu’en fait y a que trois pauvres rues…
- Arrête ! C’est super mignon comme village encore aujourd’hui !
- Ah oui c’est mignon...Mais y a rien à faire…

En réalité, le Quarien gardait de bon souvenirs de son petit village. Excepté la fois où un Geth avait fait sauté le centre des communications et détruit une bonne partie du village. Ah aussi cette même fois où ils trouvèrent un cadavre dégringolant la montagne.
Et on se posait encore des questions sur sa santé mentale…

- Excusez-moi, demanda Kori a Moïra. J’ai du mal à imaginer vivre 4OO ans...Ca doit être horriblement long au bout d’un moment non ?

Regard appuyé de sa soeur. Encore une question qu’on ne pouvait apparemment pas poser. Où du moins, la poser plus délicatement...



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Ven 09 Fév 2018, 20:23
Marcus et sa famille continuèrent de manger leur dessert, attendant que les quariens fassent de même. Chacun profitait de ce qu'il avait commandé et mangeait avec appétit. Visas fut la première à terminer et la petite se permit de chaparder quelques fruits à ses parents. Du coup, à trois, le bol de fruits se vida à toutes vitesses. Kiari qui avait semblé la plus rapide fut finalement la dernière à terminer, le gel de cerveau avait ralentit ses ardeurs. Une fois que tout le monde eut terminé de manger, Moïra dût une nouvelle fois passer une serviette mouillée sur le visage de Visas, la jeune asari ayant des traces de chocolat sur les bords de la bouche. C'est à ce moment que Naki reprit la parole, ventant la beauté de Rannoch. Il était question notamment de chaînes de montagnes autour de Khaley’Sephäa, la capitale de la planète, et également de petits villages datant du début du retour des quariens sur leur monde. Un détail surpris légèrement Moïra et Marcus cependant. Il s'agissait du nom du village dont provenait les deux quariens, Tarek. Quand les jumeaux c'étaient présenté, ce nom avait été mentionné, mais ils avaient cru qu'il s'agissait du nom du vaisseau où ils avaient vu le jour. Marcus avait déjà rencontré des quariens utilisant désormais Rannoch, plutôt que le nom de leur vaisseau. Est-ce que certains allaient jusqu'à prendre le nom de leur localité? Pour en revenir aux deux quariens, les paroles de Kori laissait entendre que leur village était cependant minuscule et ennuyeux. Ces deux-là devait à peine avoir 7 ou 8 ans lorsqu'ils ont découvert Rannoch, alors l'humain aurait cru que vivre dans un espace aussi grand les aurait déstabilisé. Marcus allait faire un commentaire sur la question, lorsque Kori s'adressa soudainement à Moïra. Les propos du quarien causèrent un léger haussement de sourcil chez l'humain. Il demandait ouvertement à la mère asari si le fait de vivre aussi longtemps, cela devenait un peu long à force. La concernée resta silencieuse pendant un moment.

-Plutôt du genre philosophique comme question, vous ne trouvez pas? Certes, mon peuple a une espérance de vie de 1000 ans et le votre de 150 ans. Cependant, n'oubliez pas d'autres espèces comme les galariens qui ont une espérance de vie de 40 ans et les vortchas de 20 ans. Vous ne pensez pas qu'ils se disent la même chose sur les quariens? Alors pour répondre à votre question, non je ne trouve pas. Vous oubliez de prendre en compte un détail important, la perception du temps. Cela diffère selon l'espèce et l'espérance de vie. Ainsi, dix ans, c'est beaucoup pour vous, mais presque rien pour moi.

L'asari se tut un instant, en faisant sautiller sa fille sur ses genoux.

-Cela a ses avantages et ses inconvénients. De part mon âge, j'ai eu la chance de connaître les quariens du temps où ils ont vécu sur Rannoch. Puis, comment ils ont créé les geths, puis été chassé et maintenant revenu sur Rannoch, mais avec une culture qui a changé depuis. De même pour les geths, j'ai pu être témoins des changements. Comment ils sont passé de machine serviles à des monstres tapis dans l'ombre et ayant massacré leurs créateurs. Avant que finalement, ils démontrent qu'ils ne sont pas vraiment méchant et deviennent un autre peuple galactique. Voilà notamment pourquoi les asaris sont doués en diplomatie, parce que notre longévité nous permet de voir que les choses peuvent changer.

Elle se tut encore un court instant.

-Bien sûr l'inconvénient majeur, c'est que nous sommes destinés à voir nos proches qui ne sont pas asari ou krogan disparaître. Je sais que je vais finir par perdre Marcus, voilà pourquoi nous profitons de chaque moments ensemble. Nous avons déjà eu droit à de nombreux événement qui auraient pu mettre fin à notre relation, avant et pendant la guerre contre les moissonneurs. Aujourd'hui, nous n'avons absolument aucune envie de nous perdre.

-Comme n'importe quel couple, nous avons nos hauts et nos bas. Cependant, nous n'oublions jamais nos sentiments envers l'autres. Alors, cela nous aide à faire la part des choses.

-Tout à fait. Comme je le disais, les asaris apprennent très tôt à profiter de chaque moment avec leur proche.

Marcus se gratta la barbe pendant un moment, en réfléchissant. Kiari observait en silence. Quant à Visas, au bout d'un moment, elle descendit des jambes de sa mère et fit le tour de la table pour rejoindre son père. Ce dernier la pris dans ses bras et la déposa à son tour sur ses genoux.

-D'ailleurs, changeons de sujet. J'ai remarqué que vous avez dit que votre village s'appelait Tarek. Je dois avouer que cela m'a quelque peu surpris. Je savais que certains des vôtres utilisaient rannoch dans leur nom, mais je ne pensais pas que vous pouviez également utiliser le nom de vos cités et villages.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 768

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Mar 13 Fév 2018, 23:22



Le moins que l’on puisse dire était que l’Asari avait su lui apporter un point de vue auquel Kori n’avait jamais songé. A vrai dire, il ne s’était jamais demander ce qu’on pouvait ressentir en vivant plus ou moins longtemps. L'espérance de vie Quarienne était pour lui une évidence, comme un repère, une base lambda qui semblait être universelle, alors que non...Les Galariens vivaient effectivement une quarantaine d’année, ce qui paraissait horriblement peu à ses yeux, pourtant l'espérance de vie Asari lui semblait bien longue...Cent cinquante ans. Voila un longueur tout à fait respectable.
Donc oui, Moïra avait sans doute raison, chaque espèce était sûrement prédisposer à se suffire de son espérance de vie.

“Encore heureux !” Songea le Quarien.

- Oui, concéda-t-il enfin, c’est pas bête ce que vous dîtes, surtout que le corps vieillit en proportion. Les Galariens doivent se sentir vieux à quarante ans du coup…

L’espace d’un instant, Kori tenta d’imaginer ce qu’il ressentirait s’il n’avait plus qu’une vingtaine d’année à vivre...Difficile à concevoir...Il lui restait temps de choses à faire, comment faisait les Galariens pour vivre avec un tel poids sur la conscience ?
Décidément, Kori ne parvenait pas à ancrer cette conception dans son esprit.

- Je trouve qu’on devrait tous avoir la même vision que vous, lança Naki une fois que Moïra eu fini son explication. Je ne sais pas si c’est à cause de cette différence de perception du temps qui passe, mais j’ai le sentiment qu’on essaye de tout faire trop vite, et on perd notre temps au final à courir partout au lieu de profiter de ce qu’on a déjà et des personnes qui nous entourent.

Finalement, Marcus éloigna le sujet vers une question plus concrète, moins philosophique. Une question à laquelle pouvait amplement répondre le Quarien.
L’interrogation de leur hôte portait sur leur nom, plus exactement leur nom d’appartenance : Tarek.

- En réalité, répondit le Quarien, le Tarek est le vaisseau sur lequel on est né. C’est pour ça qu’on l’a dans notre nom.
- C’était un des plus petits vaisseaux de la flottille, ajouta Naki pour étayer les propos de son frère.
- Quand la flotte a attérit sur Rannoch, certains vaisseaux se sont sont regroupés pour créer de plus grandes villes.
- C’est pour ça qu’on a quelques noms à rallonge, poursuivit la Quarienne. C’est parfois l’association de plusieurs vaisseaux civils.
- Et d’autres sont restés en solitaire et on établit leur propre petites colonies sur Rannoch, même si certains ont décidé de changer de nom, la plupart ont gardé celui du vaisseau.
- A l’arrivée, la majorité des Quariens sont restés avec les membres de leur vaisseau, la force de l’habitude j’imagine…
- Donc techniquement, on a le nom d’appartenance au vaisseau Tarek, qui est devenu ensuite un village.

Les Quariens laissèrent un instant flotter ces informations, le temps de picorer quelques bouts de leur dessert.
Dans le fond, Kori comprenait celles et ceux qui avaient abandonné leur nom d’appartenance pour celui de Rannoch. Symbole de liberté, de renouveau. s’il avait eu le choix au moment de l'atterrissage, peut-être l’aurait-il fait également. Mais il n’était qu’un gamin, et ses parents tenait à conserver ce pan de leur histoire. La majorité de leur vie s’était écoulée sur le Tarek, comment balayer d’un coup tout ces années ?

- Je préfère garder le nom de Tarek, pour ma part, lança Naki comme si elle répondait aux pensées de son jumeaux en même temps qu’à la question de Marcus. D’ailleurs, beaucoup ont refusé le nom de Rannoch, et certains voyaient mal ce changement au début. Malgré toute la bonheur d’être à nouveau sur une planète, il reste difficile de se détacher de son lieu de vie, et, on aura beau dire ce qu’on veut, ces vaisseaux, c’était nos maisons. Difficile de s’en détacher complètement.
- Mais aujourd’hui, ça pose quelques problèmes administratifs je crois, railla Kori. Surtout pour les nouveaux né. Beaucoup d’entre eux s’appelle Nar Rannoch du coup, mais si tout le monde a le même nom, y a plus vraiment d’intérêt…
- Encore un des problème caché qu’à engendré l’arrivée sur Rannoch ! Il va falloir pas mal de temps avant que tout soit clairement bien défini, même si on a beaucoup avancé depuis, y a encore des tas de petits détails de ce genre, ça donne des situations un peu stupides parfois !

Tout à leur discussion, les deux Quariens finirent leur dessert sans s’en rendre compte. D’ailleurs, celui de Kori gardait un petit goût de reviens-y...Mais il avait eu son compte pour aujourd’hui, et plus qu’il ne l’aurait imaginé ! Le Quarien gardait en mémoire son plat délicieux qu’il n’aurait sûrement plus la chance de regoûter un jour...Est-ce que la petite Visas pourrait éventuellement le reprendre pour son grand-père ? Peu de chance…
C’est alors qu’une question vint au Quarien, une question à laquelle Moïra pourrait peut-être apporter quelques éclaircissement

- Moïra ? Commença-t-il en s’adressant à l’Asari. Vous qui avez connu les Quariens au temps de Rannoch, est-ce qu’il utilisait déjà un nom d’appartenance ? J’ai toujours cru que ces noms venaient du système établi sur la flotte, est-ce qu’ils avaient juste un nom de famille à l’époque ?

Quand bien même le Quarien ne s’était jamais vraiment pris de passion pour l’histoire, ce qui est passé n’est plus, des gens se spécialisaient dans ce genre de savoir, ce qui était en soi extrêmement important, mais Kori n’avait jamais pu se concentrer sur des vieilleries, savoir qu’il pouvait obtenir des réponses concrètes d’une personne ayant vécu les évènement rendait la chose soudainement plus passionante !



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Dim 18 Fév 2018, 00:03
Marcus avait écouté sa compagne défendre son point sur l'âge et la longévité des asaris. Il avait bien aimé le point de vue de l'asari. Elle avait raison. La perception du temps était fortement lié à l'espérance de vie. Voilà pourquoi on pouvait voir certaines espèces faire preuve d'impatience, là où d'autres étaient naturellement d'une patience extrême. Sur ce point, il ne put s'empêcher de se demander pendant quelques instants comment les geths pouvaient bien percevoir l'écoulement du temps. Après tout, comme ils étaient des machines, ils étaient techniquement immortels. Marcus pourrait probablement interrogé un geth sur la question, si jamais la chance se présentait un jour. De toute façon, cela n'était pas bien important. Pour en revenir au sujet principal, les arguments de Moïra avait fait mouche. Kori approuva les dire de l'asari, en profitant pour faire un léger commentaire sur les galariens et leur espérance de vie de 40 ans. Sa sœur pour sa part trouvait que la mentalité de Moïra était remplit de sagesse, qu'il fallait profiter de chaque moment, plutôt que de courir sans cesse.

Vint ensuite la réponse à la question que Marcus c'était posé plus tôt. Ainsi, les quariens portaient bien le nom de leur vaisseau de naissance. Ce dernier c'était posé sur Rannoch et avait ensuite été recyclés afin de devenir leur village, en conservant toutefois son nom d'origine. En fait, selon le dire de Naki et Kori, c'était quelque chose qui était arrivé à de très nombreuses reprises. Certains vaisseaux avaient donc créé leur propre village. D'autres, c'étaient regroupés afin de former des grandes villes. Certains avaient conservés leur nom, d'autre non. Surtout, cela avait donné naissance à des agglomérations avec des noms à rallonge. Les membres d'équipage avaient de plus eu l'habitude de rester entre eux. La suite se montra également intéressante. En effet, selon Naki, de nombreux quariens voyaient mal l'idée de changer leur nom pour vas Rannoch, les habitudes de la flotte ayant la vie dure. Marcus n'était cependant pas dupe, cela changerait rapidement. Après tout, les nouvelles générations seraient nés sur Rannoch et n'auraient pas de véritables attaches à la flotte nomade. Toutefois, cette histoire de Nar et Vas Rannoch semblait apporter son lot de problème administratif. L'humain réfléchissait pendant quelques instants à la question, lorsque Kori s'adressa à Moïra. Il l'interrogea sur les noms des quariens d'avant la flotte nomade. L'asari sourit en entendant la question du jeune quarien. Marcus pour sa part ne put s'empêcher de rire légèrement.


-C'était une des questions que j'ai posé à Moïra lorsqu'elle m'a dit être la fille d'un quarien... Même si je dois avouer que ma première question était de savoir si elle n'avait pas des photos de son père sans combinaison. J'étais curieux de savoir à quoi votre peuple pouvait bien ressembler derrière ces masques. J'avais environ votre âge à l'époque... Quoi que non, quelques années de plus.

Toujours sur les genoux de son père, la petite Visas avait écouté la discussions en silence, mais les paroles de son père semblèrent l'intriguée. La petite asari regarda son père et attira son attention en venant lui toucher le nez.

-Pourquoi c'est curieux un quarien sans combinaison?

-Parce qu'il y a encore très peu de temps, c'était presque impossible de voir un quarien retirer seulement son masque. C'est un peu comme un paquet cadeau. On ne sait pas ce qu'il y a dedans, mais on a envie de le savoir.

Marcus avait rajouté cet élément, car l'expression de la petite ne laissait place à aucun doute, elle n'avait pas compris tout a fait la première explication. La seconde fut plus efficace, car elle se contenta de hocher la tête, avant de regarder de nouveau Naki et Kori. Moïra put prendre la parole cette fois, le tout avec un ton légèrement amusé.

-Eh bien, disons que la réponse est oui et non en même temps. Les prénoms et les noms de famille étaient d'usage courant, évidemment. Pour ce qui est des noms d'appartenance, c'était également utilisé, mais presque uniquement pour les détails administratifs. Certain quarien l'utilisait quand même, mais cela n'avait rien d'une obligation et la majorité ne s'en préoccupait pas vraiment. C'était échangés, mais ce n'était pas aussi important qu'au temps de la flotte. De plus, le système était simplifié. Tout d'abord, le Nar était utilisé pour la planète sur laquelle l'individu était né, voir la station selon les cas. Ainsi, mon père était Nar Rannoch. Ensuite, le Vas venait quand la personne atteignait sa majorité. Là par contre, c'était légèrement plus complexe, car cela pouvait changer constamment.

L'asari se tut un court moment, pour prendre une gorgée de son breuvage.

-Le Vas désignait alors le lieu de résidence général où la personne vivait. Donc, cela pouvait changer si l'individu changeait d'endroit. La description se limitait encore une fois à la planète ou station. Cependant, lorsqu'une personne voulait travailler au gouvernement, alors ça devenait très compliqué. Le nom d'appartenance devait comprendre la planète ou station, le secteur administratif et le nom de l'agglomération. Donc, un nom d'appartenance extrêmement long. Alors, avec les déménagements en plus... Mon père est un bon exemple de la chose. Comme je disais, il est né Nar Rannoch. Il est devenu Vas Haestrom, puis Vas Adas. Il a ensuite rencontré ma mère et est devenu Vas Citadelle. Peu de temps avant ma naissance, Vas Thessia, le nom d'appartenance qu'il a gardé pendant la plus grande part de sa vie. Finalement, dans les derniers 15 ans de sa vie, Vas Citadelle à nouveau. D'ailleurs, selon comment certains veulent le voir, on pourrait dire qu'il est aujourd'hui Vas Thessia. À sa mort, ma mère a décidé de le garder avec elle. De tout les compagnons qu'elle a eu, il est le seul dont elle a refusé de se séparer.

-Ma belle-mère a eu 5 ou 6 compagnons de vie dans sa longue existence. Parmi ces compagnons, seulement 3 lui ont donnés des enfants. D'abord Moïra, par son compagnon quarien dont nous parlons. Ensuite, sa deuxième fille Cora, avec un turien. Finalement, Athia, avec un elcor. Pour les autres compagnons, jamais vraiment entendu parlé d'eux.

-Grand-mère est comme ça.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 768

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Mar 20 Fév 2018, 15:44



Kori ne sut dire si la curiosité à laquelle faisait référence Marcus l’amusait ou le gênait. Non pas qu’il soit du genre à s’offusquer pour un oui pour un non, mais cette intérêt avait tout de même un petit côté malsain, un peu comme si chaque Quarien qui passait ressemblait à une bête de foire dont on ignorait tout, une sorte d’espèce exotique incompréhensible aux yeux du reste de la populace. D’un autre côté, lui-même s’était souvent demandé à quoi pouvait ressembler un Volus sous sa combinaison, alors pourquoi trouvait-il si perturbant qu’on se pose des questions sur la morphologie cachée des Quariens ? Peut-être parce qu’il en était lui-même un. Est-ce que les Volus qu’il croisait se faisaient les même réflexion quand ils le surprenaient à les lorgner plus ou moins discrètement ?
Finalement, cette pensée rejoignait les propos de Moïra sur la perception du temps, tout n’était qu’une question de point de vue. Sûr que pour une personne habituée à vivre le visage au grand air, se camoufler perpétuellement dans une combinaison pouvait avoir quelque chose de curieux. De même que le Quarien se demandait comment parvenaient les autres races à vivre sans jamais pouvoir cacher son visage, toutes émotions au grand jour.
Ca ne faisait qu’à peine une heure que Kori avait ôté son casque, et le sentiment d’avoir une tête inhabituelle ou des mimiques stupides le rongeait déjà, alors vivre en permanence sans, quel enfer !
Décidément, lui qui rêvait depuis toujours d’ôter cette combinaison trop restrictive, voilà qu’elle lui semblait bien familière maintenant que l’occasion se présentait à lui.
Malgré tout, le Quarien ne fit pas part de ses impressions à leur hôte, tous ne pensait pas à mal et Kori doutait que l’Humain eut une pensée désobligeante envers eux. Et puis, être comparé à un paquet cadeau était tellement originale qu’il pouvait bien laisser couler !

Finalement, Moïra répondit à la question du Quarien à propos des noms de famille de ses ancêtres. Bien sûr, l’histoire pré-flotte nomade était enseignée sur la flotille, bien que Kori n’ai jamais vraiment été du genre à écouter ce qu’on lui racontait, il doutait néanmoins que la question des noms de famille ai été un point important de ce qu’on leur enseigna. Après tout, plus personne chez les Quariens ne pouvait prétendre être certains de ce qu’il se passait il y a plus de quatre cent ans. Sûrement que certains historiens, du temps de leur pèlerinage, ont été glaner quelques informations auprès des Asaris mais, connaissant la mentalité de son peuple, surtout à l’époque de leur errance, peu de gens devait admettre des preuves de leur passées venues d’autres espèces que la leur.
Toutefois, le retour sur Rannoch avait révélé quelques antiquités s’étant avérer une vrai mine d’informations sur un temps oublié.
De ce qu’en racontait l’Asari, l’utilisation du nom d’appartenance de l’époque semblait être d’une complexité sans nom ! A quoi bon avoir un nom s’il change à tout bout de champs ? Le Nar avait son importance sur la flotte, il devenait ainsi plus facile de retrouver les gens sur une horde de vaisseau eparpillé, le Vas avait plus une signification émotionnelle, être lié à un vaisseau pour un Quarien revêtait presque d’un passage à l’âge adulte, et l’association à un équipage un grand honneur. Déjà que ces termes perdaient de leur sens aujourd’hui, l’idée d’en changer à chaque déménagement les rendait encore moins importants…
Si le gouvernement décidait d’en revenir à cette méthode, Kori se demandait s’ils en viendraient à tous s’appeler Vas Rannoch.

- Tout ça m’a l’air bien compliqué à gérer...Lança Naki en haussant les sourcils. Ca voudrait dire que quand on a emménagé sur la Citadelle pendant notre pèlerinage, tous nos papiers auraient dus être modifié pour qu’on devienne Vas Citadelle.Alors qu’on y est resté moins d’un an…
- Ca serait limite mieux que ce nom disparaisse au final, commenta son jumeaux. Tout ça avait du sens à l’époque, maintenant qu’on est plus libre de s’installer où bon nous semble, pourquoi s’enquiquiner de tous ça ?
- Ca fait quand même parti de notre histoire Kori.
- Vivre dans des vaisseaux aussi, et pourtant on a arrêté non ?

Soit, la comparaison était un peu extrême, même lui en consentait. toutefois, l’âge avançant, le Quarien se sentait de plus en plus partisans d’un renouveau chez les Quariens.

- Laissons l’histoire à l’histoire, si une chose n’est plus compatible avec notre mode de vie, pourquoi s’acharner à la conserver ? Non ? Vous êtes pas d’accord ?

Kori interrogea du regard leurs deux hôtes. Il ne lui arrivait pas souvent d’avoir une pensée philosophique et lui-même doutait d’être capable de tenir une conversation entière sur le sujet tant ses connaissances en la matière se limitait à peu de choses. Malgré tout, il lui arrivait par moment de se pencher sur ce genre de question.
Contre toute attente, Kori le Quarien un peu à l’ouest pénétrait doucement dans le monde des adultes. Génial...




Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Dim 25 Fév 2018, 04:39
Marcus avait bien observé Naki et Kori tandis que Moïra leur avait récité un peu d'histoire sur les anciens usages des noms quariens. L'expression de la sœur et du frère ne laissaient pas de place à beaucoup de doute. De part leur expression, soit il trouvait les anciennes méthodes étranges ou complètement débile. À moins bien sûr qu'il ne s'agisse d'un mélange des deux. En un sens, l'humain pouvait comprendre cela, après tout changer de nom aussi régulièrement, c'était quelque peu étrange. Ce n'était pas présent chez les autres cultures. Toutefois, la galaxie était vaste et les traditions également, alors qu'un tel système ait existé n'avait rien de bien étrange. Au moins, les quariens avaient fait évoluer le système des noms avec la création de la flotte nomade. Les jumeaux donnèrent chacun leur tour leur opinion sur la question. Naki trouva le tout très compliqué, poussant une réflexion sur le fait qu'ils auraient dû changer leurs nom pour Vas Citadelle, lors de leur pèlerinage. Par la suite, frère et sœur discutèrent sur le fait qu'abandonner la pratique des noms semblait plus logique. En fait, c'était ce que pensait Kori, alors que Naki considérait cela comme une tradition importante. Kori conclut en disant que si quelque chose n'était plus compatible avec le mode de vie, pourquoi perdre son temps à le conserver, ensuite de quoi, il demanda son avis à la petite famille. Kiari s'exprima rapidement.

-Je ne sais pas. Vous avez bien gardé le pèlerinage, même si ce n'est plus vitale pour la survie de votre espèce, non?

-Il serait dommage d'abandonner votre héritage comme ça.

-Je suis bien d'accord avec Moïra. S'il était question de votre ancien système de nom, je ne dis pas. Toutefois, il n'est plus le même qu'avant ou presque. Le Nar n'a pas vraiment changé, cela reste pour indiquer l'endroit où un quarien a vu le jour. Soit un vaisseau pour tout quarien de plus de 15 ans et Rannoch ensuite. Cela n'a rien de bien compliqué, alors je ne vois pas de raison pour laquelle votre peuple devrait l'abandonner. Pour ce qui est du Vas, c'est l'élément qui a le plus évolué. Après tout, avant le système faisait en sorte qu'il était lié au lieu physique, plutôt qu'à un sentiment d'appartenance. Je regarde le cas du père de Moïra, d'après ce que je sais ce qui comptait c'était sa compagne et sa fille, le lieu c'était secondaire, alors le changement de nom n'était qu'une formalité administrative, changeant de temps en temps. Le système restait cependant trop complexe. Encore heureux qu'il se limitait à la période de vie d'un individu. Cela aurait été encore plus étrange si ma belle-mère avait été obligé de faire des changements de noms pour une urne contenant les cendres de son amoureux, chaque fois qu'elle s'établissait ailleurs... Désolé, si cela peut sembler offensant pour vous deux, ou pour toi, Moïra.

-Je ne le suis pas. D'ailleurs, avec ce système, il serait redevenu Vas Thessia, maintenant.

-Bref, pour en revenir au sujet, le système a évolué. En soit, c'était logique, après tout les vôtres n'avaient plus de planètes où s'établir et le reste de la galaxie les traitait en paria. Chose totalement injuste, d'ailleurs. Comme votre peuple ne pouvait plus vivre que sur des vaisseaux, peu de changement. Un quarien naissant sur un vaisseau, puis allant s'établir sur un autre vaisseau après un certain temps. De plus, en général, un quarien restait sur son nouveau vaisseau jusqu'à sa mort. Peu de changement, uniquement dans des cas très particulier. Par exemple, la perte d'un vaisseau obligeant à relocaliser l'équipage. Ou encore, sur une note plus joyeuse, l'obtention d'un nouveau vaisseau et donc des quariens changeant de vaisseau pour lui donner un équipage. De plus, ce nouveau système de nom est devenu une tradition quarienne, un peu comme le fait de porter presque en permanence une combinaison. Une nécessité vitale, qui est devenu traditionnelle, avec ses petits événements y étant lié.

Marcus se tut un court moment.

-Ce n'est pas une tradition ancienne qui soit nocive. Si elle l'était je vous dirais bien de l'abandonné. Je vais prendre l'humanité en exemple. J'ignore si vous connaissez un peu l'histoire humaine, mais pendant une certaine période de notre histoire, les humains ont pratiqué l'esclavage. Plus ou moins n'importe qui pouvait être esclave. Cependant pendant quelques siècles, c'était les gens comme moi qui étaient réduit en esclave. Parce que j'ai la peau foncé, il y a quelques siècles sur Terre, on m'aurait cru et traité comme un esclave. Pendant certaines périodes, la vie d'un esclave était même considéré comme inférieur à tout. Heureusement, cette ''tradition'' a fini par disparaître avec le temps, car les gens ont fini par se rendre compte que c'était une mauvaise chose. D'autres traditions plus anciennes sont demeurés, le meilleur exemple: la religion. Les croyances changent ici et là, mais cela ne change pas le fait que la religion est une tradition. Alors n'en doutez pas Kori, ce n'est pas parce qu'une tradition est vieille et semble un peu étrange que cela signifie qu'elle est mauvaise.

Le serveur turien arriva quelques instants plus tard pour prendre les plats maintenant vide. Il demanda ensuite à chacun s'ils souhaitaient prendre un dernier breuvage. Moïra et Marcus commandèrent simplement un café. Pour Kiari, ce fut une infusion asari et pour Visas, un autre jus de fruits. Le serveur prit ensuite les commandes de Kori et Naki avant de se retirer poliment.

-D'ailleurs, je me demande. Naki, vous avez mentionné que vous avez vécu pendant un an sur la Citadelle lors de votre pèlerinage. Je suis curieux, dans quelles endroits de la station avez-vous vécu? Également, je ne sais pas trop si c'est personnel ou non, mais est-ce que vous seriez d'accord pour nous dire à quoi a consisté votre pèlerinage? Du moins, si cela ne vous dérange pas, évidemment. Après tout, c'est un repas à la bonne franquette... Euh... quoique vous ne devez probablement pas connaître cette expression. C'est une vieille expression humaine, pour signifier sans façon ou simplement. Bref, ce n'est pas un repas où nous devons compliquer inutilement les choses. Alors, si vous préférez ne pas en parler, ce n'est pas un problème.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 768

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Ven 02 Mar 2018, 21:37



Marcus leur présenta sa vision des choses avec force de détail et d’explication. Le cas du père de Moïra revint sur le tapis avec les différents noms d’appartenance qui se succédèrent pour lui. Marcus insista sur le fait que le lieux, et par conséquent le nom, n’avait pas vraiment d’importance aux yeux de son beau-père puisqu’il ne souhaitait qu’être avec sa compagne. Soit, Kori n’avait jamais attaché beaucoup d’importance au nom Tarek, cette particule associée à son nom n’était qu’un détail de plus, de même que Penyo, non pas qu’il dénigrait ce nom et sa famille, mais un nom restait un nom, un simple mot pour se désigner. Il ne représentait en aucun cas une quelconque valeur que ce soit.
Mais tout de même ! S’empêtrer dans la paperasse administrative à chaque changement de lieu de vie ! De plus, le quarien doutait qu’il était si aisé que ça de changer de patronyme, surtout lorsqu’on connaissait la vitesse des services administratifs de Khaley’Sephäa…
Lorsque le serveur revint leur soutirer leurs plats, chacun pris un dernier verre que les jumeaux refusèrent poliment, le dîner ayant été plus que conséquent et frère et soeur ne pouvait plus rien ingérer ! Marcus dévia le sujet sur le périple qu’avaient vécu les deux jeunes gens. Sujet quelque peu compliqué, une bonne partie de leur pèlerinage n’avait été qu’une succession d’épreuve plus dure à supporter les une que les autres.
A l’annonce du nouveau sujet de discussion les jumeaux se lancèrent un regard entendu qui, oubliant une fois de plus l’absence de leurs masques, fut sûrement capter par leurs interlocuteurs.
La question ayant été posé à la Quarienne, se fut elle qui répondit en première.

- Nous avions un petit appartement dans les secteurs, pas bien grand mais bon, ça suffisait pour le temps qu’on y a passé. On travaillait dans un bar pas très loin, Kori à la plonge et moi au service.
- Le Parigo des secteurs, précisa son frère, non sans douter que leur hôte puisse connaître ce genre d’endroit…
- Ca payait pas vraiment de mine, poursuivit Naki, mais c’était plutôt une bonne expérience au final !

Une bonne expérience...Kori, pour sa part, passait ses journées à laver des assiettes sales jusqu’à pas d’heure…

- On est resté ici à peu près un an, il me semble, supposa-t-elle en cherchant confirmation auprès de son frère.
- Quelque chose comme ça oui, en même temps, il ne vaut peut-être pas mieux rester plus longtemps dans ce genre de coin…
- Oui...Confirma sa soeur. On a eu quelques soucis par-ci par-là. A peine arrivé, un Krogan complètement taré est venu frapper chez nous. Il voulait se servir de nous pour poser un émetteur sur un inconnu pour je ne sais quelle raison...Un type dangereux en plus !

Ce que Naki omettait de signaler était que ce Krogan les avait trouvé après un petit dérapage de la part du Quarien, obsédé par le message que leur avait remis leur avait remis Taal, un soi-disant ami. Le Krogan avait troqué quelques informations en échange de ce service. Une histoire qui aurait pu très mal finir, Kori ressentait la douleur des coups qu’il avait reçu, allongé sur le sol.

- Mais bon ! Conclut le Quarien, ça s’est bien terminé puisqu’on est encore là ! Ensuite on a essayé de voyager un peu partout, histoire d’en profiter, même si c’était plutôt compliqué avec la misère qu’on gagnait.

D’autant plus que leur “vacances” se finissait souvent dans des destinations peu commune pour des vacanciers, Oméga, Trébin…
Leurs hôtes écoutaient poliment leur histoire et Kori se sentit presque coupable d’oblitérer la plupart des fait. Toutefois, il ne voyait pas comment raconter plus en détails leur pèlerinage sans passer pour des fous ou de dangereuses personnes.
A les entendre comme ça, leur voyage avait été d’une misérable banalité ! Alors qu’en réalité, Kori en venait presque aujourd’hui à regretter toutes les aventures qu’ils avaient vécues, sa soeur et lui. Bien sûr, vivre en sécurité avait aussi du bon, mais quelque chose lui manquait, un sentiment qu’il ne retrouvait plus depuis qu’il s’était tranquillement installé sur Rannoch.

“L’adrénaline…” Songea-t-il alors.

- Et puis, nous somme rentré sur Rannoch, termina la Quarienne. J’ai repris mes études et Kori à commencé à travailler.

Sur son visage s’étala un sourire à demi teinte, sûrement le plus sincère qu’elle put à ce moment précis.
Il était arrivé au deux Quariens de reparler de leur périple et, bien que le sujet restait quelque peu sensible, Naki n’ayant apparemment pas le même ressenti aujourd’hui que son frangin, ils s’entendaient tous les deux pour dire que leur pèlerinage avait été, certes jonché de problèmes et de souffrance, mais restait néanmoins une aventure exceptionnelle.

- J’ai parfois du mal à me dire qu tout ça est terminé, confia alors Kori. Même si je pense qu’il ne se termine jamais vraiment. C'est vrai, rien ne nous empêche de retourner vivre ailleurs, ce qui reviendrait à refaire un pèlerinage sans que ça en ai vraiment le nom.

Puis, s’adressant à Moïra.

- D’ailleurs, vu la vie qu’à vécu votre père et tous les noms qu’il lui ont été donnés, on pourrait presque dire que ça vie a été un très grand pèlerinage.

Un très grand pèlerinage. Une idée qui n’était pas sans déplaire au Quarien. Rien que d’y penser, des envies d’évasion venait refaire surface dans un coin de son esprit.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Lun 05 Mar 2018, 04:26
Marcus était assez curieux d'en savoir plus sur le parcours des jumeaux quariens lors de leur pèlerinage. Qu'ils aient vécu pendant un temps sur la Citadelle n'était déjà pas banal en soit. Après tout, le retour de la bonne réputation des quariens était assez récent à ce moment-là. Alors, cela n'avait rien d'anormal que des gens se montrait alors encore hostile envers ce peuple. Heureusement que les choses c'étaient tout de même adouci après la guerre. Les quariens avaient fourni des efforts considérable pendant la guerre contre les moissonneurs. Notamment en combattant lors de la bataille finale, mais aussi en évacuant la population d'une multitude de planètes à travers la galaxie. Cette image de vaisseau quarien passant entre les lignes ennemis pour embarquer autant de gens que possible et les emmener en sécurité, cela avait eu un fort effet pour effacer peu à peu la mauvaise réputation de ce peuple. Une mauvaise réputation totalement injuste du point de vue de Marcus. Pour en revenir aux jumeaux quariens, ce fut Naki qui commença l'explication de leur vie pendant leur pèlerinage. Ainsi, ils avaient trouvé un petit appartement dans les Secteurs. Toutefois, quand on sait comment les quariens pouvaient vivre dans un environnement très confinés sur un vaisseau, le terme petit devait être assez relatif. Ils avaient travaillé dans un bar, le Parigo. Marcus connaissait l'endroit. Il y avait été à quelques reprises pendant ces études. Toutefois, ses fonctions à l'ambassade l'avait amené à cesser de se rendre dans ce genre de bar. La vie politique n'avait pas que des avantages. Il fallait préserver sa réputation, sans parler du fait d'éviter d'aller dans des endroits où n'importe quel type pouvait tenter de vous enlever, afin d'exiger une grosse rançon, le tout sans que personne dans les environs ne réagissent pendant que l'enlèvement se déroulait.

La période de services des quariens au Parigo avait duré environ un an et en plus, ils avaient eu des ennuis à cause d'un krogan. Marcus ne pouvait s'empêcher de trouver le comportement de ce krogan malheureux. Des individus comme Urdnot Wrex avaient remués ciel et terre afin de réhabiliter les krogans et au final, des emmerdeurs de ce genre entachait de nouveau la réputation de leur peuple. Des crétins incapable d'apprendre de leurs erreurs. Par la suite, les deux quariens avaient voyagé à travers la galaxie avant de retourner sur Rannoch. Naki avait repris les études et Kori avait travaillé. Cela signifiait donc que la sœur était plus diplômés que son frère. Le concerné en profita pour émettre quelques commentaires et parler du père de Moïra. L'asari sourit en entendant les paroles du jeune quarien. Avant toutefois qu'elle prenne la parole, le serveur arriva avec les boissons commandés par chacun. Marcus devait faire attention en prenant son café, pour ne pas en renverser sur Visas, toujours présente sur ses genoux.


-Il est vrai que mon père a beaucoup voyagé au cours de sa vie. Il était marchand indépendant avant de rencontrer ma mère. Alors, voyager dans l'espace de planète en planète pour faire des affaires était son quotidien. Il s'est calmé un peu quand il a rencontré ma mère, se contenant de continuer, mais dans des systèmes voisins de Thessia. Mon père a ensuite tout arrêté quand ma mère et lui ont décidés de devenir parent et de s'installer sur la Citadelle. Cela ne l'a pas empêché de continuer à voyager, mais cette fois, c'était des voyages en famille. Avec lui, j'ai visité un très grand nombre de planète à travers la galaxie. D'ailleurs, dans un sens philosophique, il a continué, même après qu'il nous a quitté. Maman l'a fait incinérer et a conservé ses cendres dans une urne funéraire. Elle l'a gardé avec elle depuis des siècles, il a donc emménagé sur d'autres mondes, quand ma mère décidait d'aller s'établir ailleurs.

-Les voyages forment la jeunesse, comme le dit une expression humaine.

Marcus soufflait sur son café, le trouvant un peu trop chaud. Il en avait donc profité pour glisser cette petite pensée. Il prit une gorgée de sa boisson chaude, avant de reprendre.

-Je considère que voyager est quelque chose d'important dans une vie. Une personne qui reste toute sa vie au même endroit n'apprend pas à s'ouvrir au monde. Il devient plus difficile de comprendre que les choses peuvent être différentes. Ainsi, on n'ouvre pas assez son esprit aux possibilités et à la diversité. On finit parfois même par croire que son mode de vie est le seul qui convient, ce qui peut conduire à des stupidités et autres événements regrettable.

Il prit une autre gorgée avant de reposer sa tasse.

-J'ai beaucoup voyagé moi-même, pour le plaisir et professionnellement. C'est d'ailleurs un petit voyage qui m'a fait découvrir ma vocation. J'étais alors un jeune étudiant dans le domaine politique. Je ne savais pas encore dans quelle branche de la politique je désirais m'orienter. J'avais entendu parler d'une conférence sur la politique galactique qui aurait lieu dans une autre université, l'invité était une matriarche asari. J'aurais du mal à vous dire combien de personne étaient là pour le sujet de la conférence et ceux qui l'étaient uniquement pour mâter une matriarche asari. Quoiqu'il en soit, j'ai été fasciné par cette conférence où elle a discuté du rôle des asaris dans la diplomatie galactique, cela m'a fait découvrir enfin dans quelle branche politique m'orienter. J'ai même pu discuter un peu avec elle sur la question. Au début, elle m'ignorait. Elle avait eu droit à plusieurs individus avant moi, venu la draguer, plutôt que l'interroger sur la politique. Elle a changé d'avis quand je lui ai démontré mes compétences en langue asari. La matriarche m'a orienté vers une bonne université sur la Citadelle, cela m'a permis de quitter la Terre pour la seconde fois.

Marcus se tut un court moment, pour prendre une autre gorgée de café.

-Avant cela, j'avais servit dans l'Alliance, le service militaire pendant un an, pour payer mes études à l'Université. Toutefois, c'est après que mes études se sont fini que j'ai pu voyager davantage. Mon grand-père était mort en léguant à la famille une somme de crédit des plus conséquente, alors pas difficile de financer mes voyages. Après, eh bien, c'est avec mon travail à l'ambassade que j'ai été amené à me promener à travers la galaxie. C'est fascinant de découvrir la galaxie et ses merveilles.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 768

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Lun 12 Mar 2018, 16:03



Un héritage, voilà quelque chose que le Quarien aurait apprécié à l’heure actuelle !
Comme le disait Marcus, les voyages étaient on ne peut plus bénéfiques et surtout salutaire dans le cas de Kori qui ne supportait pas de rester en place, encore plus depuis qu’il se morfondait dans un boulot inintéressant et déprimant.
Il fallait bien l’admettre, voyager nécessitait un budget que les jumeaux ne pouvaient pas toujours se permettre, d’autant plus que Naki dû à ses études, ne gagnait pour ainsi dire, pas d’argent, hormis les quelques missions éparses qu’elle parvenait à se faire pendant ses congés. Son frère ne roulant pas non plus sur l’or, il dut débourser de sa fortune pour que sa soeur puisse participer elle aussi à ce voyage qu’il préparait depuis au moins huit mois. Huit mois d’économie pour un petit voyage d’une semaine à peine à la Citadelle, et encore ! Ils comptaient bien sur leur amis dans les parages pour leur épargner quelques nuits en hôtel. Autant dire que la Citadelle restait sûrement le seul luxe qu’ils pouvaient se permettre à l’heure actuelle.
Kori en fit alors part à leurs hôtes.

- C’est même primordial de voyager, en fait. Mais ça compte quand même un peu cher par moment, surtout pour des destinations plus éloignées ou exotiques.
- On a toujours voulu aller sur Sur’kesh, visiter Garynos, mais c’est presque mission impossible, renchérit la Quarienne. Il y a plein d’endroit magnifiques à voir mais totalement fermé où hors de prix.
- Comme pour Thessia, ajouta son frère, un regard vers l’Asari, y aller, ça passe, mais pour se loger une fois sur Zenera ça devient hors de prix.

Encore une destination à laquelle les Quariens avaient dû faire une croix pendant leur pèlerinage, entre Zenera et Illium, les prix avaient parlé d’eux-même.

- Où alors on se retrouve dans des quartiers un peu inquiétants ou très loin de ce qu'il y a d’intéressant à voir…
- L’idéal serait de gagner de l’argent en voyageant ! Un peu comme tous les globe-trotters engagé pour promouvoir certains lieux touristiques, mais j’ai dû mal à voir comment faire pour se lancer là dedans…
- Sans aucun contact, difficile...Supposa Naki. Et puis beaucoup d’entre eux ont attendu des années et des années avant de pouvoir toucher un somme conséquente, d’autant plus qu’ils ne doivent sûrement pas vivre uniquement de ça.[/color]
- Tout de même, ça serait le rêve…

L’espace d’un instant, Kori songea avoir trouvé sa vocation, comme à peu près chaque mois, en fait. Mais la réalité l’écrasa une fois de plus sans aucun scrupule, il était mécano, et il le resterait sûrement. A lui de voir s’il trouvait les moyen de rendre ce travail intéressant, ou d’en changer complètement.

Enfin, le serveur vint récupérer leur ultime boisson, débarassant sans jamais déranger personne et avec tant de volonté que les jumeaux se sentaient presque honteux de ne pas leur venir en aide même si, en réalité, ils n'auraient pas pu faire grand chose de leur côté de la bulle.
Voyant le repas toucher à sa fin, Kori se demanda avec une curiosité malsaine à combien s'élèverait la note finale. Par courtoisie et respect, il aurait aimé s'assurer auprès de leurs hôte s'ils ne souhaitaient tout de même pas que les jumeaux participent au paiement. sauf que kori restait bien incapable de savoir s'ils en auraient les moyens !



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   Mer 14 Mar 2018, 17:53
Marcus terminait de prendre sa dernière gorgée de café, tandis que les jumeaux quariens parlaient. Face à lui, Moïra avait terminé son café quelques instants avant lui. Kiari avait également terminé. Quant à Visas, toujours sur les genoux de Marcus, la petite avait terminé son breuvage avant même que son père ait le temps de prendre une première gorgée de café. Depuis, elle avait finit par se désintéresser du fil de la conversation et avait commencé à faire un petit jeu avec sa sœur aînée. Pour en revenir aux deux quariens, ces derniers parlèrent de l'importance des voyages et leur désir d'en faire d'autres. Ainsi, ils évoquèrent le cas de Sur'Kesh et Thessia. Toutefois, le problème majeur pour eux, c'était le coût d'un tel voyage. L'humain pouvait comprendre, il est vrai que voyager en touriste d'une planète à l'autre pouvait être assez chère. La Terre était une légère exception à cause de sa proximité avec la Citadelle. En gros, si les deux quariens parvenaient à se payer le déplacement, ils manquaient de fonds pour se trouver un logement convenable. Ils supposèrent ensuite qu'une solution pourrait être de jouer les globe-trotters, avant d'ajouter que c'était sans doute difficile de décrocher un tel emplois et que ce n'était sûrement pas assez pour vivre que de cela. Puis, le serveur arriva et vint prendre ce qui restait du service. Une fois les derniers verres et tasses ramassés, le turien regarda Marcus et lui parla poliment.

-Combien de facture, monsieur Coles?

-Une seule, pour moi.

-Bien monsieur.

Puis, le serveur se retira. Marcus reporta son attention sur les quariens, en attendant que le serveur revienne avec la facture pour ce repas.

-Comme je vous l'avais dit, vous êtes nos invités, c'est la moindre des choses. D'autant qu'à vous écouter, vous ne semblez pas rouler sur l'or. Autrement, j'ai peut-être une solution pour vos problèmes à voyager. Bon, je ne parle pas de devenir globe-trotters. Je n'ai aucune idée comment on se fait recruter pour ça. De plus, comme vous l'avez dit, difficile de vivre uniquement de cela. Certains y arrivent sûrement, mais qu'une poignée. Une solution qui pourrait cependant vous aider à économiser des frais pour le déplacement, c'est d'agir en tant que coursier. Il existe encore aujourd'hui des possibilités de servir de coursier dans les spatioports. Certains tests de sécurités doivent être passé avant d'être acceptés comme coursier indépendant. Cependant, une fois que vous devenez un coursier indépendant en règle, il vous suffit de vous présenter dans un spatioport et de vous rendre dans la zone appropriée. De là, vous pouvez vous faire confier un colis dont vous serez chargé de faire la livraison ailleurs dans la galaxie. Selon la nature et l'importance du colis, l'envoyeur paye une partie ou la totalité de votre déplacement. En échange, vous faîtes la livraison du colis jusqu'à destination.

-Je me souviens de ce genre de travail. J'en ai fait pendant une trentaine d'année pendant ma période de demoiselle, afin de voyager en économisant sur mes déplacements. En fait, on pouvait choisir la livraison qu'on voulait prendre et donc la destination où l'on préférait aller. Cependant dans mon cas, je choisissais uniquement les demandes où le déplacement était entièrement payés, sans vraiment me soucier de la destination. Ça m'a fait énormément voyager et rencontrer de gens.

Puis, la porte s'ouvrit de nouveau et le serveur vint près de Marcus en affichant la facture du repas sur une projection holographique. L'humain jeta un regard à la facture, il paya rapidement en ajoutant un pourboire de 20%. Le serveur lui adressa des remerciement avant de les informer qu'ils devaient libérer les lieux d'ici 15 minutes, avant de se retirer. Marcus se tourna vers sa compagne qui répondit en faisant un léger hochement de tête. Le père de famille fit descendre sa fille de sur ses genoux et se leva, Moïra et Kiara faisant de même. Ensuite de quoi, il reprit Visas dans ses bras et invita d'un geste les quariens à les suivre dehors. La petite famille attendit à l'extérieur de la pièce que leurs aient eut le temps de se décontaminer et de remettre leurs combinaisons. Ensuite, ils purent tous quitter le restaurant. Quelques mots furent encore échangés, avant que chaque groupe reparte de son côté, en se saluant poliment. Il était temps pour la petite famille de retourner à la maison. Ils auraient des choses intéressantes à raconter au reste de la famille.




Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu étrange   
Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre un peu étrange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Bulle locale :: Citadelle-