AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Supplies for the Alliance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


En ligne
Messages : 26
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Supplies for the Alliance   Sam 15 Juil 2017, 00:02
Intervention MJ : NonDate : 17 juillet 2202 RP Tout public
Ada J. Raikes ♦ Beeythia Moraios ♦
Supplies for the Alliance



Supplies for the Alliance

- Vancouver, Spatioport de l'Alliance, Quai C27
- Débarcadère et aire d'arrivée

Le SSV Okinawa prit le chemin du retour sur Terre, non loin de l'endroit où il est né et lancé voici quelques mois déjà. La première véritable période de déploiement actif de l'Okinawa s'était déroulée sans véritable encombre mais ce n'était pas pour autant que mes soldats et moi allions nous retrouver en permission. La frégate de l'Alliance serait à quai pendant seulement quelques jours, le temps de faire quelques réparations et de le réarmer mais aussi de combler les pertes que nous avons eus. Hormis la mission des Affaires Internes qui m'avait laissé un souvenir assez mitigé malgré ce qui s'est passé avec les soldats des Affaires Internes dont leur lieutenant, Blanche Faydal, le sauvetage de ce vaisseau avec le Turien et d'autres accrochages avec des vaisseaux non identifiés, notre mission de surveillance fut un franc succès, aussi faute d'avoir pris part à des évènements vraiment importants. Le souvenir de ma conversation un mois et demi plus tôt à Londres avec mon ami Urdnot Ante me revint en mémoire alors que Snakeshit amorça l'arrivée de l'Okinawa et anticipa l'arrimage du vaisseau. Je n'avais pas eue de plus amples détails sur cette opération mais il était vrai que j'aurais bien aimée y prendre part. De ce qu'Ante m'en avait dit, il y avait eu de gros enjeux sur cette opération. Bien évidemment, le fait qu'il ait aussi évoqué Shaun McAvoy ne fut pas occulté par mon esprit et je devais aussi admettre que j'y aurai bien retrouvé ma meilleure amie/ennemie là bas. Alors que je laissai mes pensées vagabonder, une petite turbulence ainsi qu'un bruit assez puissant indiqua à tout le monde à bord que l'Okinawa était arrimé. Agrippée à la rambarde de la passerelle de commandement donnant sur la carte de la galaxie, je relâchai mon emprise et passa machinalement mais doucement ma main sur mon tatouage du bras droit. En effet, vêtue de mon uniforme quotidien renforcé d'officier, j'avais les manches retroussées comme chaque soldat à bord, montrant la moitié de mon tatouage de roses noires agrémentées de pistolets Predator, tatouage qui s'étendait en réalité de mon poignet droit jusqu'à l'épaule.

Peu avant l'arrivée à notre destination, j'avais laissé quartier libre à mes hommes pour le reste de la journée ainsi que celle du lendemain, exigeant en revanche leur retour à bord du vaisseau avant la soirée. Je le rappelai à mes navigateurs et opérateurs au niveau de ce pont et chaque soldat sortit du vaisseau dans le calme, ne manquant évidemment pas de me saluer alors que je me tenais au sas de sortie, le lieutenant Haver à mes côtés. En compagnie de ma subalterne, je sortis alors en dernière de mon vaisseau, légèrement satisfaite de pouvoir enfin respirer autre chose que de l'air pressurisé mais aussi d'évacuer un peu de tension. Ce mois de déploiement achevé suite à la fin de l'autonomie de l'Okinawa avait été plutôt stressant, pour moi en première. C'était la première fois que j'étais seule à la tête d'une frégate, même pas d'une corvette, bien une frégate, la première fois que ma supérieure directe était joignable non pas en allant sur le pont où elle se trouvait mais par communication dans la salle de com, aussi la première fois où l'on me confiait autant de responsabilités. La pression était grande et ce, malgré le soutien de ma supérieure, le contre-amiral O'Neill à la fois à cause de mon rôle d'officier commandant mais aussi à cause de moi-même. Comme d'habitude depuis que j'étais en grade et en position de donner des ordres, je me mettais une pression énorme que je tâchais d'évacuer dans le travail. J'avais une peur bleue de tellement mal faire que même moi je me demandais comment je faisais pour ne pas exploser et ne pas paraître comme l'officier la plus emmerdante de l'Alliance auprès de mes hommes. Quelque part, j'avais aussi la réponse à cette réflexion, j'avais à bord une de mes meilleures amies, la médecin Rebecca Miyazaki qui me suivait avec assiduité mais aussi Haver qui remplissait parfaitement son rôle de commandant en second, m'assistant et me soutenant, en retour je lui déléguais des tâches que j'aurais autrefois faite moi-même, me permettant alors de pouvoir tenir le rythme de travail et de pauses que m'imposait Rebecca. Sans Rebecca et Haver, je me disais que je ne serais peut être pas arrivé à supporter la pression dû à mon grade et à mes fonctions. L'exercice du commandement est délicat mais maintenant que ce mois était achevé, j'avais une plus grande aisance pour commander un vaisseau et je me sentais bien plus confiante qu'au début.

Je marchai alors sur le quai déserté par mes hommes et avec une équipe de techniciens en marche vers l'Okinawa, en compagnie de Haver qui se taisait et qui gardait toujours son air dur sur le visage lorsque l'on s'arrêta. Un peu plus loin devant nous, un petit groupe d'autres personnes se dirigea vers nous. Ces gens étaient quant à eux, vêtus d'uniformes d'officiers de l'Alliance et de grades plus élevés que les miens à voir leurs manchettes, leurs barrettes et leurs passants d'épaule. Je reconnus immédiatement l'officier à leur tête, c'était le contre-amiral O'Neill. J'échangeai un regard avec Haver qui haussa les épaules et l'on vint à la rencontre des nos supérieurs, s'arrêtant à environ deux mètres d'eux. D'un air solennel et réglementaire malgré une légère fatigue, je saluai la commandant de la flottille de la Cinquième, aussitôt imitée par Haver qui bien qu'aussi grande que moi, releva légèrement le menton alors que je regardai directement dans les yeux celui ou celle qui me fit face. O'Neill nous rendit notre salut et nous mis immédiatement au repos, la mine un peu plus sévère et fermée qu'Haver.

Lieutenant-Commandant Raikes, Lieutenant Haver. Je tiens à vous adresser mes félicitations et mes encouragements quant à votre commandement de l'Okinawa. Vous avez fait ce que l'on vous a ordonné et vous l'avez bien fait.

Merci Amiral.

Merci Amiral.

Mais je ne suis pas venue juste pour vous féliciter. Raikes, j'ai besoin de vous. Haver, vous êtes désormais responsable de l'Okinawa le temps que votre Lieutenant-Commandant effectue la tâche que je vais lui confier. Comme vos hommes, vous avez quartier libre jusqu'à demain soir. Vous pouvez disposer.

Ma commandant en second salua une dernière fois le contre-amiral avant d'échanger un regard avec moi, ces yeux exprimant l'encouragement et de nous laisser en prenant par la sortie. O'Neill se tut pendant quelques secondes en regardant Haver partir avant de me dire de la suivre alors qu'elle prit aussi par la sortie. Ses officiers que je présumais être ses aides de camp et assistants s'écartèrent pour me laisser la rejoindre. Ma supérieure avait un pas étrangement rapide pour une femme que je supposai avoir la soixantaine et ce, malgré les progrès de la médecine, c'est pourquoi je mis quelques foulées de plus que je ne le pensais pour être à son niveau. Sans rien dire pour le moment, je la suivis alors que l'on traversait l'aire d'arrivée comprenant la salle d'embarquement et une zone de transit. L'endroit fourmillait toujours autant d'activité mais assurément une troupe d'officiers de l'Alliance qui marchait de ce pas rapide attirait l'œil. O'Neill avait parfois la manie de ne piper mot sur la prochaine mission qu'elle avait à confier, elle ne disait rien avant d'être arrivée dans un endroit qu'elle considérait comme sûr ou s'il n'y avait personne en sa présence en qui elle n'avait pas confiance.


- Quartier Général de l'Alliance, Hall d'entrée
- Milieu du hall, le sol représentant le sigle de l'Alliance

Le grand hall d'entrée du bâtiment servant au QG de l'Alliance était bondé malgré l'heure approchant du milieu d'après-midi. Le building fourmillait d'activité jusqu'à une heure tardive, l'Alliance ne s'arrêtait jamais quel que soit le jour. À l'entrée du hall, une grande statue de Shepard se tenait, le regard fixant l'horizon, le N7 sur l'armure se détachant nettement du reste. L'artiste avait également choisi de représenter le Normandy prenant son envol derrière l'illustre commandant, les quatre réacteurs de la célèbre frégate étant rapidement reconnaissables. C'était une statue différente de celle qui se dressait aujourd'hui là où des siècles auparavant, la Statue de la Liberté à New-York était plantée. Celle de New-York représentait Shepard tenant la Terre dans une de ses mains en suspension, symbole de la protection de la Terre et de son sauvetage avant tout par son plus grand guerrier de tout les temps, puis il tenait une arme dans son autre main, certainement pour représenter le bras armé de l'Alliance protégeant sa planète mère, Shepard personnifiant certainement l'armée pour laquelle je me battais moi et des millions d'autres Humains. Je continuai de suivre le rythme imposé par les talonnettes des chaussures d'O'Neill, leur bruit se perdant au milieu des bruits de pas de dizaines voire centaines de paires de chaussures mais je pris quelques secondes pour observer la statue de Shepard qui dominait de sa hauteur chaque visiteur du QG de l'Alliance. Le visage grave et impressionnant du commandant me gonfla de fierté, à la fois parce que voir notre plus grand héros même en statue me réjouit mais également parce que j'avais été là lors de sa contre-offensive et que j'avais pris part à ma mesure à la reprise de notre planète des griffes des Moissonneurs, que j'y étais. Mes yeux descendirent du visage de Shepard jusqu'à son N7 et je me promis d'un air déterminé que je ferai bientôt partie de cette élite. Le N5 deviendra bientôt un N6 puis un N7. L'arrivée dans le hall m'arracha à ma contemplation de la statue et je posai enfin la question à O'Neill qui me taraudait depuis l'arrivée de l'Okinawa au spatioport de l'Alliance à Vancouver.

Amiral qu'est ce que vous attendez de moi exactement ?

O'Neill ne me répondit pas immédiatement. Elle s'arrêta en plein milieu du hall et fit face à l'entrée, son petit état-major derrière nous, petit car composé uniquement de trois personnes en plus de nous deux. Posté à côté d'O'Neill, elle me jeta un regard.

Nous recevons une invitée aujourd'hui. Beeythia Moraios, ça vous dit quelque chose ?

... Ça devrait ?

Pas tellement non. C'est la PDG de Lumenia Corporation, une boîte asari. Depuis le scandale qui a éclaboussé sa boîte, elle travaille a redonner une meilleur image à la Lumenia. Elle s'est proposé d'elle-même de nous montrer ce que son entreprise sait faire vu que la Lumenia ne fait pas partie de nos fournisseurs. Nous avons consenti à une réunion avec cette Beeythia Moraios et des officiers supérieurs de la Cinquième se chargeront de représenter l'Alliance avec ce potentiel nouveau partenaire pour l'Alliance. C'est une réunion d'officiers, Lieutenant-Commandant mais votre présence est requise de part votre statut de N5 et d'officier commandant.

Rassurez-moi Amiral, je viens pas juste pour que vous soyez bien vue ? Avec tout le respect que je vous dois, si je viens pour faire la potiche, je préfère encore retourner dans ma cabine.

O'Neill me darda un regard dur comme la pierre et me lançant des petits éclairs, le genre de regard à pétrifier sur place.

Raikes, vous avez une frégate neuve, vous avez un équipage encore à roder. Je vous donne l'opportunité de voir s'il est possible d'améliorer votre équipement pour vous et vos hommes voire de rencontrer une personne puissante et vous préférez rentrer dans votre cabine ?

Légèrement intimidée par ce regard et confuse, je fis une moue très discrète avant de la regarder droit dans ses yeux.

Vous avez raison, Amiral. Je vous prie de m'excuser.

O'Neill ne réagit pas immédiatement mais opina de la tête, indiquant que l'incident était clos. Avec les autres officiers, on échangea un regard sans rien dire. Je faisais un peu tache au milieu de ces trois hommes et du contre-amiral, ils étaient tous les quatre habillés dans leur uniforme d'officier, les passants d'épaules et les manchettes différentes selon leur grade, la chaînette réglementaire qui liait le haut de l'uniforme avec les boutons, seul le symbole de l'Alliance ainsi que quelques barrettes se voyaient en plus sur l'uniforme d'O'Neill. Moi j'étais toujours avec mon uniforme quotidien d'officier, les passants d'épaules sombres et le haut renforcé contrairement à eux. On se mit alors à attendre patiemment l'arrivée de l'Asari Beeythia Moraios au milieu de l'activité du QG. Notre invitée se pointa environ une quinzaine de minutes après que l'on se soit posté, escorté par un capitaine de la Flottille de la Cinquième et deux autres soldats, un Lieutenant et un Enseigne. Je m'attendais à la figure hautaine et légèrement arrogante d'une Asari aussi haute placée, je constatais avec surprise qu'il n'en était rien. À l'instar de ses congénères, Beeythia Moraios était grande et svelte, la silhouette élancée. Elle était vêtue d'un ensemble très classique et sobre près du corps, composé d'un pantalon noir moulant et d'un haut blanc qui ressemblait à un chemisier un peu élaboré, rien à voir avec ce que je portais en civil. Les formes de l'Asari à la peau étonnamment violette étaient bien soulignées, lui conférant une stature et une grâce séduisante que l'on ne pourrait retrouver que chez très peu d'Humaines. En remontant mon regard vers son visage, ce que j'y vis coïncidais admirablement avec l'image qu'elle envoyait, celle d'une Asari d'affaires charmante et avenante mais avec un petit côté innocent et chaste. Elle avait un visage avec des traits délicats mais aussi deux yeux verts émeraudes presque stupéfiants. Deux pupilles qui ressemblaient à des joyaux et qui étaient fixées droit vers notre groupe. Même la démarche candide voire sautillante ne ternissait pas le tableau de cette Asari et moi comme tout les hommes étions charmés par la présence de l'alien. Des têtes se retournaient sur le passage de la PDG de la Lumenia mais elle n'y prêta pas attention, seule O'Neill paraissait hermétique au charisme de l'Asari. Elles deux se serrèrent la main en échangeant des salutations alors que moi avec les autres officiers on la saluait et nous partions peu après pour la salle de réunion.


- Quartier Général de l'Alliance, 17e étage
- Salle de réunion 22A

La réunion s'était achevée juste après le début de soirée mais elle avait été assez ennuyeuse. Certes, Beeythia Moraios avait charmée son auditoire composé quasi-exclusivement d'hommes, O'Neill et moi étions les seules femmes et j'étais la seule dans mon uniforme quotidien, mais il y avait beaucoup de termes techniques qui ne m'évoquait pas grand-chose. Dans cette réunion, il y avait des représentants du corps du Génie de l'Alliance, composé d'officiers ingénieurs, des gars de la division Biotique, la Marine était représentée par O'Neill, moi et deux autres officiers de la Cinquième, il y avait aussi un officier du CFCI. Tous étaient presque en train de baver en regardant Beeythia et passée le moment où j'étais séduite, ça me rendait presque malade de voir un tel intérêt de la part de tout ces hommes. Malheureusement la plupart étaient plus gradés que moi et O'Neill ne pouvait pas taper sur tout le monde. Pour le moment, personne n'ennuya davantage l'Asari et après la fin de cette réunion, un petit cocktail avait été organisé dans la salle de réunion avec des boissons alcoolisées, des petits amuse-gueules et un buffet léger. Les officiers présents se mirent à discuter entre eux, la salle retentissant des conversations entre les militaires, la baie vitrée de la pièce donnant une vue sur Vancouver, le crépuscule laissant peu à peu place à la nuit. De ma place assise, je vis Beeythia Moraios en conversation avec une autre Asari que je n'avais pas remarqué auparavant, O'Neill discutait avec l'officier du CFCI et avec un officier du Génie. Quand à moi, j'étais encore la seule assise à la table de réunion. Soupirant légèrement, je jetai un dernier regard à Beeythia que l'autre Asari venait de quitter et je croisai son regard pendant une fraction de seconde. Rougissante, je préférai néanmoins regarder ailleurs et je me levai de ma chaise. La PDG de la Lumenia disparaissant de mon champ de vision, je me dirigeai vers les tables où étaient entreposées les victuailles et je m'emparai d'un verre d'un des cocktails humains. Constatant avec surprise que c'était un mojito, j'ingurgitai quelques gorgées en tournant le dos au reste de la salle et je me mis à piocher dans quelques amuse-gueules, me demandant maintenant comment j'allai finir ma soirée.

Codage par Libella sur Graphiorum





Revenir en haut Aller en bas
 

Supplies for the Alliance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Bulle locale :: Planète Terre-