AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Une armée à deux.[Ada]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 48
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Une armée à deux.[Ada]   Jeu 13 Juil 2017, 17:13
Intervention MJ : NonDate : 01/30/2197 RP Violent
Ada J. Raikes ♦ Urdnot Graash♦
Army of two


Berceau de Siegfried, Sanctum c'est assez ironique que Graash soit en cette année, si « proche » de sa planète Natale, lieu où il ne met d'habitude jamais les pieds, du moins, en dehors de quelques réunions « administratives » avec Wrex. Aujourd'hui, c'est tout autre chose qui amenait le Krogan dans ce secteur. Un travail en somme tout bête. Être le garde rapproché d'un gros bonnet du monde du crime. Du genre d'Aria T'loak oui. Mais en moins gentil. Il avait comme passe temps de tuer des humains et de les torturer après. Le genre de choses que Graash n'aime pas faire. La torture ne devrait avoir pour but que d'extorquer des informations, arracher un bras juste pour le plaisir de le faire n'a aucun sens. Même pour un Krogan qui éclate des crânes au marteau à longueur de journée. D'ailleurs, Graash ne s'était pas privé pour en parler à son employeur. Cela devait être de là que tout avait commencé.

D'abord, ça avait débuté par des paiements en retard. De quoi irriter le Krogan qui commençait à pousser sa gueulante auprès du banquier personnel du chef, puisque ce dernier refusait catégoriquement de le voir. Le piège était d'une évidence même, mais le Krogan savait qu'eux-mêmes n'attendaient que ça. Alors, il attendait, patiemment, qu'ils préparent un plan pour se débarrasser de lui. Mais ce moment n'arrivait jamais. Graash a six cent ans d'existence et est passé par toutes sortes de patrons, des plus honnêtes aux plus véreux, exactement comme celui qu'il avait actuellement. Ce jour-là, il était étalé sur le canapé personnel du patron, à regarder un très vieux film adapté aux holos : « Flic ou Ninja » l'histoire abrutissante d'un flic qui est aussi Ninja et qui combat le crime. Bière pour krogan à la main -Les humains appellent ça de la vodka aussi-, il profitait du confort de la base pirate pour narguer le chef jusqu'à ce qu'un garde débarque, tremblotant légèrement. Il était un peu plus équipé que d'ordinaire, avec son armure , son fusil de combat. Mais, à moins de l'hypnotiser, le gamin était terrorisé rien qu'à la présence du reptile.

« G-Graash, le chef veut te voir... »

Enfin ! L'occasion qu'il espérait tant était là, sous ses yeux. Il se levait de son canapé, lâchant sa bière Kroganne, se saisissant de son marteau de guerre qu'il accrochait à son fourreau. Le bruit du pauvre garde qui déglûtissait confortait dans l'idée de la trahison du chef. C'est d'un pas lourd, mais déterminé qu'il se dirigeait vers le bureau. Les pas de la bête raisonnait tel un appel à un événement macabre. Une fois la porte du bureau ouverte, le Krogan examinait brièvement la pièce. Quatre gardes lourdement armés, fusils de combat, grenades.. Il n'allait pas en réchapper, même s'ils étaient mauvais, il en mourrait d'une façon ou d'une autre. A moins que la biotique ne fasse son effet. A situation désespérée, mesures désespérée. Mais pour l'instant, il allait jouer le jeu du chef. Celui-ci était les deux coudes sur son bureau, mains jointes devant sa bouche. C'était un Turien, marqué par des cicatrices qui en disaient très long sur son passé de criminel.

« Bonjour Graash. Tu sais pourquoi tu es là pas vrai ? »

Le Krogan regardait le chef, s'approchant, sans la moindre manifestation d'hostilité, alors même que les gardes étaient tendus, prêts déjà à mettre en joug le Krogan.

« Non, j'sais pas. Mais je te le dis d'avance, tu fais une grave erreur. »

Le turien se leva de son siège, faisant le tour du bureau puis, passant derrière le Krogan, mains dans le dos. Un petit soufflement du nez, narquois indiquait clairement que le Turien avait reçu une information capitale.

« Mes renseignements m'indiquent qu'une bande de l'alliance arrive, pour m'arrêter. Cette base, sur Sanctum est censée être secrète de tous. A part le courtier de l'ombre, je doute fortement que qui que ce soit ait cette information, et j'ai payé une petite fortune ce monsieur pour qu'il ne la transmette pas. »

Le Krogan était immobile, impassible, mais ses doigts s'agitaient, pour s'exercer, dans sa tête, c'était un western spaghetti. Il était prêt à dégainer son pistolet s'il en avait un, mais, à la place, ce sera un marteau qui dégomme des têtes avec hargne. Cela dit, il devait rester calme, un geste de trop et c'était trop tard. Le turien ouvrit la porte de son bureau, s'arrêtant juste à l'entrée, il n'avait pas donné un seul regard au reptile.

« C'est toi, qui a donné cette info pas vrai ? Tu as déjà travaillé pour eux... tu me deçois. »

Lorsque la porte se fermait, le Krogan lâcha un grand «  Tocard ! » de mécontentement, son regard à à 280° analysait la situation dans laquelle il s'était fourré. Un piège où il ne pourrait même pas éliminer l'enflure derrière. Le silence dura quelques secondes.. jusqu'à ce qu'un des hommes prit parole.

« Messieurs, en joug... »

Les armes se braquèrent sur lui, c'était sans doutes la fin. Tout ça à cause d'un petit merdeux qui avait balancer des conneries à son sujet. Soudain, le Krogan lâcha un grognement lorsque la lumière s'éteignit, profitant de cet instant de surprise, Graash se saisissait d'un homme, le plaquant contre le mur à côté de la porte, prenant deux de ses grenades qu'il dégoupillait. Riant d'un rire lent, mais malsain, le reptile fit rouler les deux explosifs dans leurs direction. Enfin, celle qu'il croyait être la direction mais, il avait vu juste. La porte qui était coincée à cause de la coupure de courant virevolta dans les airs, avec un Krogan collé à elle. Lorsque le réptile s'écrasait sur le sol, il fumait, avait quelques brûlures un peu partout mais se relevait sans soucis. Le courant était d'ailleurs revenu. Retirant toute la poussière sur son armure, il regardait le jeunot qui l'avait amené au bureau. Un long silence accompagné d'un regard pesant écrasait le jeune qui, dans la panique lâchait son arme et prit les jambes à son cou. Le Krogan se saisissait du fusil d'assaut, regardant combien de munitions il avait, bien, un chargeur plein. Un grand sourire carnassier sur le visage, le Krogan prit une grande inspiration.

« Que la fête commence. Moi, contre eux. He he he... »


Dernière édition par Urdnot Graash le Mer 02 Aoû 2017, 00:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


En ligne
Messages : 73
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Une armée à deux.[Ada]   Jeu 20 Juil 2017, 01:55
Army of two


- 2 juillet 2202, Espace de l'Alliance
- Pont 1 de l'Okinawa, cabine de l'officier commandant

Assise à mon bureau, je repensai aux derniers évènements ou plutôt échauffourées survenues dans notre déploiement. Cela faisait quelques jours que l'affrontement à bord de ce cargo venait de se passer. Je préférai ne pas y penser pour le moment même si rien de véritablement marquant s'y était déroulé. Des fusillades, des gens à sauver, des pirates, des pertes... un Turien un peu trop dragueur à mon goût et qui n'hésitait même pas à me faire du gringue en plein combat et qui avait apparemment pris la tête de la résistance du cargo... Bref, mis à part ce Turien un peu trop excentrique pour un représentant de cette espèce, j'avais effectué des missions sauvetage de ce type des dizaines de fois et mon rapport de mission serait tout ce qu'il y a de plus banal. Une mission de routine... Un léger tintement provenant de mon OmniTech retentit et mon planning intégré m'avertit que j'avais dépassée l'heure conseillée par Rebecca pour aller me coucher d'environ deux heures et que selon l'heure à bord du vaisseau, il était minuit passé. Soupirant légèrement, je m'étirai sur ma chaise de bureau et me levai pour aller me diriger vers le lit puis je me débarrassai de ma veste renforcée d'officier en même temps que mes bottines. Laissant échapper un gros soupir de fatigue, je m'assis sur le lit avant de m'y étendre dessus, mes pieds dépassant du bord, fixant le plafond. Ce dernier me renvoya une image du vide interstellaire alors que le volet de la vitre du plafond était relevé. Une pensée me vint à cet instant alors que les mots mission de routine me revinrent en mémoire. Cette pensée était le souvenir terrible d'une ancienne mission quelques temps après mon arrivée dans la Cinquième. C'était censé être une mission de recherche et destruction mais elle avait très mal tournée, c'était aussi une mission où j'avais rencontré un Krogan que je pensais être la manifestation de mon arrêt de mort mais qui au final s'est battu à mes côtés, il s'appelait... Craasse ou Braash... c'était un Urdnot, ça je m'en souvenais mais son nom d'individu... Ah oui Graash, il s'appelait Urdnot Graash. Bien malgré moi, je fermai les yeux et me replongea dans mes souvenirs de cette mission que j'aurais volontiers enfoui profondément dans mon âme sans les ressortir.


- 30 janvier 2197, Systèmes Terminus, Berceau de Siegfried
- Soute de la frégate SSV Wake

C'était l'une des rares fois où je me trouvais à bord d'une frégate de l'Alliance de classe Fantôme dont le Normandy avait été le précurseur de la classe. Selon moi, cette classe aurait dû porter le nom du vaisseau du commandant Shepard mais visiblement, l'état-major de la Cinquième n'était pas du même avis. La raison qui m'avait amenée à bord de cette frégate était la prochaine mission que nous allions effectuer, moi et l'escouade à laquelle j'appartenais, il nous fallait éliminer le chef d'un gang de criminels dangereux, un espèce de petit cartel des Systèmes Terminus qui était à la botte d'Aria T'loak mais qui selon le renseignement de l'Alliance, n'était pas assez influent pour que la dirigeante d'Omega y prête la moindre attention ou soutien majeur. De plus, il avait été prouvé que ce gang était à l'origine de plusieurs rapts et kidnappings d'Humains dans la Travée, de trafic d'armes et de sable rouge. Certaines sources indiquaient que ce gang se servaient de leurs captifs comme simple source d'amusement pour satisfaire les impulsions sadiques de leur chef mais cela n'avait pas été formellement confirmé. Le gang n'avait d'ailleurs pas besoin de ça pour noircir un peu plus son tableau car il y avait déjà toutes les raisons suffisantes pour que l'Alliance ne l'élimine. Ce cartel était estimé à quelques individus, ils n'étaient pas nombreux mais suffisamment abominables et dangereux pour que l'Alliance ne fasse signer leur arrêt de mort. Rien donc d'insurmontable pour une unité de soldats expérimentés de l'Alliance, dirigés par un lieutenant-commandant chevronné et épaulé par un soldat de grade N5, c'est à dire moi. Dans l'équipe où je servais depuis quelques temps, j'étais d'ailleurs la seule issue du N7, tout le monde le savait et mes camarades d'unité me regardaient avec respect, le plus jeune avec crainte même. Pourtant et comme on nous l'apprenait dès le N1, il était hors de question de se vanter d'une telle distinction. J'aidai mon chef d'unité à diriger ses hommes et je faisais comme je le faisais toujours avec mes soldats : je restai proche d'eux, je m'assurai qu'ils étaient dans les meilleures conditions possible et je veillai presque sur eux. C'était mes soldats et en tant que commandant en second, ma place était auprès d'eux.

Le lieutenant-commandant Kim, notre chef, rassembla une dernière fois notre unité alors que nous étions prêts et distribua les dernières consignes pour la mission. J'avais mémorisé autant que possible chaque détail du briefing. L'unité devait rester soudée ensemble. Le renseignement nous avait indiqué que les membres du cartel seraient dispersés dans leur planque et seraient désorganisés après que l'on ai coupé le courant et désactivé l'alarme de leur planque. Détail troublant néanmoins : la planque me paraissait bien grande pour un gang n'abritant même pas une quinzaine de personnes et par rapport à notre point de droppage, les générateurs de l'électricité n'étaient accessibles qu'après avoir traversé une partie de la planque dont une assez large zone à découvert. Il nous fallait donc faire preuve de discrétion pour couper l'électricité puis agir vite. Après la zone à découvert, nous prenions par le premier bâtiment sur notre gauche, le seul non préfabriqué et le bureau de leur chef se trouvait à l'étage, au fond du couloir. Toute résistance sur la route devait être éliminée mais l'objectif principal était de descendre leur chef. Les seuls informations dont on disposait sur lui indiquaient qu'il était Turien. Cela ne m'enchantait guère de devoir tout tuer sur mon passage mais au vu du passif de ces raclures, la pitié et la miséricorde n'étaient que faiblesse. Il n'y avait aucune rédemption possible pour ces pauvres âmes et nous serions l'instrument de leurs dernières heures. Après avoir tué le Turien, nous devions nous exfiltrer au plus vite, éventuellement avec des prisonniers même s'ils n'étaient pas notre objectif premier car la frégate allait bombarder la zone. Le lieutenant-commandant Kim insista bien sur la nécessité de ne pas faire de prisonniers mais aussi de permettre à des captifs de s'échapper si nous tombions sur des prisonniers. Cela me paraissait être une bonne idée pour ma part et alors que plus personne n'avait de remarques à faire, nous embarquions à bord du Kodiak.


- Planète Sanctum
- Base du gang des criminels

L'insertion sur zone s'était faite sans aucune encombre. C'était le crépuscule sur Sanctum voire déjà presque la nuit et pour le moment tout était calme. Nous nous déplacions le plus furtivement possible malgré nos armures et nos armes avant d'arriver au point identifié par le renseignement par lequel nous devions nous engager pour rentrer dans la planque. Il y avait une espèce de poterne qui se dressait au milieu de la barricade qui servait de rempart, c'était notre entrée. En revanche, le sniper de notre équipe n'avait détecté aucune sentinelle derrière la barricade mais cela ne choqua personne à part moi. Je ne trouvai pas cela normal, il y avait normalement toujours au moins un garde en faction dans un endroit pareil malgré les conditions climatiques rudes. Une peur sourde s'insinua en moi et j'en fis part à mon chef. Ce dernier, bien trop concentré dans sa tâche ne m'avait pas écouté et prit la tête après que l'on ai fait sauté la serrure de la poterne dans un petit *pop* de l'engin explosif posé dessus. Pour le moment, l'alarme de la planque n'avait pas retentit et j'espérai sincèrement que tout aille dans ce sens. Nos armes toujours pointées vers l'avant, l'on prit notre formation. Un de nos soldats faisait l'éclaireur et ouvrait la voie, moi juste derrière lui, le lieutenant-commandant Kim au centre entouré par trois soldats, le reste de l'unité derrière. La zone à découvert nous apparut peu après, après avoir longé des préfabriqués et évité une patrouille, seul témoin pour le moment d'une présence de vie ici. Notre officier commandant s'assura que la voie était libre et peu à peu, on s'engagea à sa suite en courant le plus furtivement mais aussi le plus rapidement possible en direction de la zone des générateurs de la base. Couper l'électricité ne fut pas difficile avec notre spécialiste en technologie, en revanche, nous n'avions pas prévu un bruit d'explosion un peu plus loin puis le retour de l'électricité. Le renseignement ne nous avait pas parlé de générateurs supplémentaires ou de secours, le retour du courant fut donc un mystère. Le lieutenant-commandant Kim appliqua la suite du plan : aller buter le Turien. Il ordonna alors de sortir d'ici au plus vite.

Ce qu'il n'avait malheureusement pas prévu, c'était que nous étions tombé dans un guet-apens dont lequel personne ne sortirait vivant. À la sortie de l'endroit où se trouvait les générateurs, la zone à découvert s'étendit à nouveau mais nous fûmes accueillis par des rafales de tirs. Je ne savais pas combien d'armes faisaient feu mais ils étaient assurément plus nombreux que nous. Ils attendaient que l'on soient tous sortis pour ouvrir le feu et cueillir chacun d'entre nous. Kim fut le premier à mourir alors qu'une roquette fusait dans notre direction. L'explosion de la roquette me projeta contre un préfabriqué et je perdis connaissance pendant quelques secondes. Les autres membres de mon équipe tombèrent dans l'embuscade tendue et suivirent feu le lieutenant-commandant Kim dans la mort. Presque une dizaine de soldats passèrent ainsi l'arme à gauche. Lorsque je revins à moi, les coups de feu retentissaient encore et je vis le plus jeune de nos soldats qui ne devait pas avoir plus de vingt-quatre, vingt-cinq ans, se faire cribler de cartouches thermiques avant de s'effondrer à terre. Des rires et des cris de joie accueillirent le massacre qui venait de se dérouler avant que des pirates ne viennent vider leurs chargeurs sur les cadavres. Par chance, personne ne m'avait remarqué se faufiler sous les préfabriqués pour déboucher de l'autre côté. Tant qu'il y avait encore un soldat de l'Alliance vivant, la mission se poursuivait. Je ne devais plus penser à mes camarades morts, je devais penser à accomplir la mission et faire tout mon possible pour sauver ma peau. Mais dans une planque que je ne connaissais pas, sans alliés... Je suivis alors l'itinéraire menant au bureau du chef en tuant de quelques balles de mon Mattock un pirate qui prenait la fuite en sortant du bâtiment à toutes jambes et je constatais avec stupéfaction que le couloir était en miettes. Je n'étais pas dans un meilleur état, mon armure avait plutôt bien morflée avec des traces d'impacts dessus. L'air était respirable au sein du bâtiment, mon casque s'atrophia légèrement comme mes armes lorsque je les remisais dans mon dos pour alors s'accrocher à un pan de mon armure tandis que j'étais maintenant tête nue. Un peu de crasse se voyait sur mon visage mais j'allais globalement bien pour quelqu'un survivant à une explosion.

Le corps toutefois légèrement endolori, je marchais à travers les décombres, le Mattock en avant. Je n'avais fait que quelques pas lorsque la silhouette massive d'un Krogan se détacha dans le couloir alors qu'une faible lumière éclairait le couloir. La lueur blafarde de l'éclairage me fit apparaître un véritable monstre dont un sourire carnassier s'était dessiné sur le visage. Je me maîtrisai pour ne pas m'enfuir mais j'étais tétanisé sur place, mes mains ne m'obéissant pas alors que je voulais appuyer sur la gâchette de mon fusil d'assaut. Je le braquai de mon Mattock mais lui n'esquissa pas le moindre geste pour se protéger. Il semblait même s'en réjouir. Était-ce lui à l'origine de ce qui avait mis le couloir dans cet état ? Heureusement, il n'avançait pas mais il ne se détendit pas non plus pour autant. Qui allait faire feu en premier ? Qui allait parler en premier ? Qui allait tenter le moindre geste en premier ? Lui ou moi ?


Codage par Libella sur Graphiorum





Revenir en haut Aller en bas
Messages : 48
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Re: Une armée à deux.[Ada]   Mar 25 Juil 2017, 14:42
Une chose indéniable sur cette petite base de bandits, c'est que Graash allait s'amuser. Leur chef turien était un homme paranoïaque, mais méthodique, du genre qui va «  taper dans ses pneus  » avant de partir. Le Krogan savait déjà quel genre de combat se préparait. Quelque chose de violence, de sanglant, peu de chances de survie pour le reptile, mais, quitte à mourir, autant en emporter un maximum avec lui. C'était sa devise. Mais aujourd'hui, un dieu de la chance devait être de son côté. Quelqu'un d'aussi perdu que lui et un peu plus désespéré par la situation quand même se présentait à lui. Une femelle humaine de l'alliance qui, à son visage tétanisé par la peur, n'avait sans doutes pas envie de voir un krogan dans un couloir et franchement, il la comprenait. Mais, la bonne nouvelle c'est que sa peur est sincère. Cela se voyait et se sentait. De plus, si cette humaine était une sorte de taupe pour le turien, elle lui aurait déjà tiré dessus à vue, à défaut de tuer le reptile, ça l'aurait retardé. Mais il fallait reconnaître qu'un mastodonte avec deux fusils d'assaut pointé vers vous, ça pouvait avoir tendence à faire peur. Le Krogan baissait ses armes, afin de montrer son absence d'hostilité. De toutes façons, ce n'était pas l'arme de l'humaine qui allait le tuer. Et elle, serait morte si elle tentait quoi que ce soit.

«  Et ben, l'alliance se perd dans une base de pirates  ?  »

Le krogan regardait autour de lui. Même si la sécurité de leur chef était plus importante que la bonne tenue des locaux et donc, qu'ils étaient facilement remplaçables, les frais impliqués là-dedans les mettraient dans la banqueroute. Quelle chance pour Graash qu'il y avait des débiles armés de grenades dans le bureau. Le grand jaune regardait l'humaine, puis pointa l'un des fusils d'assauts dans sa direction, tirant une seule balle, frôlant la demoiselle et se logeant dans la tête d'un type qui passait derrière Ada, très probablement accompagné d'autres personnes. Voir même probablement. Pour un turien, il était assez débile d'essayer de coincer un Krogan dans un couloir.

« Reste pas plantée là comme une quiche ! Tire ! »

Le krogan se plaquait contre un mur sans se soucier de si oui ou non l'humaine avait fait la même chose. Lâchant un rire aux éclats, qui résonnait dans le couloir, c'était un rire enjoué, un rire de psychopathe.. Il lança vers l'humaine les deux fusils d'assauts. Il n'en aura pas besoin..Se plaçant pile à l'entrée du couloir, le mastodonte craquait les os de ses mains, puis de son cou, attendant le moment propice, des ombres se dessinaient sur le mur lui faisant face, un sourire carnassier se dessinait sur ses lèvres. Un prédateur s'apprêtant à chasser. Il pouvait entendre leurs paroles, basses mais sûre, à base de «  On va les buter ! » et de « On a prévu les fusils de combat ? »... Encore un peu..le Krogan patientait, pile à l'entrée du couloir, les ombres grandissaient... Le silence pesait, seul leurs bruits de pas résonnaient dans ce silence d'ambiance...Et puis, un grand bruit, le bruit reconnaissable d'une charge biotique, bruyante, assourdissante, alors que le premier des pirates lâchant un «  Qui va ... » Mais il n'eu jamais le temps de finir sa phrase, littéralement encastré dans le mur, le Krogan regardait le pirate s'écrouler sur le sol, dans un bruit de chair et d'os écrasés. Alors qu'ils engageaient le Krogan celui-ci lança un hurlement, malgré les balles pleuvent sur lui, chargeant vers eux, il saisissait l'un d'eux une nouvelle fois, encastrant plusieurs fois sa tête contre le mur, créant une trace d'impact qu'il allait être difficile à enlever. Un autre à portée de bras reptilien encaissait un coup de coude lui brisant la mâchoire, mais si cela ne suffisait pas, le Krogan se servit de sa pauvre victime comme d'un bouclier pour arriver vers les autres, saisissant les bras d'un d'eux, qui tirait à l'aveugle, il dirigea l'arme vers ses collègues qui se jetèrent au sol pour éviter les tirs. Du moins la plupart.

Profitant que l'un d'entre eux était à terre, le Krogan se saisit de son bras, le brisant pour commencer, avant de parvenir, non sans un peu forcer à l'arracher du reste du tronc du pauvre malheureux qui hurlait de douleur. Dans la panique, un des pirates tirait vainement dans la direction du mastodonte qui n'eut d'autre choix que de lancer le bras dans sa direction, fonçant vers lui avec une charge biotique, il le saisit par la gorge, rattrapant de sa main libre le bras et commençait à le frapper avec, à coup de..de giffles ?

« Voilà..ce ..qu'on.. récolte..pour..me..doubler ! »

A chaque coups, un mot. Une fois assommé par ces nombreux assauts, le Krogan termina cet être en lui brisant la nuque. Profitant de la peur des autres devant ce spectacle carnassier, le Krogan se saisissait du pistolet de sa victime encore dans sa main et abattu de plusieurs balles chacun les autres, qui n'eurent pas le temps de réagir. Il n'en restait plus qu'un de ce petit groupe d'assaut. Mais s'en était loin d'être terminé. Graash s'approchait de lui, tandis qu'il tirait. N'importe comment, la panique l'empêchant de viser correctement sans doute jusqu'à ce qu'une balle lui offre une balafre de plus sur le visage, juste en dessous de son œil. La rage monta soudainement en lui alors que le Krogan se jetait sur ce pauvre gars, le ruant de coups, le bruit devrait sans doutes hanter la plupart des gens saints d'esprits, et marquer ceux qui avaient un mental solide. Mais Graash lui, n'y prenait qu'un plaisir sadique à tabasser ce pauvre gars, jusqu'à quelques bruits de gorge noyée dans son propre sang ne mette un terme à la vie du pirate..

Essoufflé, le Krogan se retournait, en direction de l'humaine, dégainant son marteau, conservant le pistolet du pirate en souvenir, et comme arme de secours au cas où.

« La voie est libre pour le moment, humaine. Arrête de te faire dessus et avance. »

Il était juste taquin. Il avait sans doutes du recevoir son aide durant son assaut, même les plus paniqués peuvent toucher une cible de sa taille. Et, les nombreux impacts de balles sur son armure le prouvaient. Il lâcha un gros soupire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


En ligne
Messages : 73
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Une armée à deux.[Ada]   Ven 28 Juil 2017, 02:47
Army of two


- Planète Sanctum
- Base du gang des criminels

Merde mais c'était quoi cette horreur ? Un Krogan avec deux putains de fusils Avenger, un dans chaque main ? Et pourquoi est ce qu'il ne tirait pas ? La surprise vint se rajouter à la peur en moi voire une stupéfaction car je m'attendais déjà à être trucidée sur place par ce monstre armé jusqu'aux dents et de finir comme tout le reste de mon unité, criblée de cartouches thermiques. Étant de grade N5, je maîtrisai ma peur et je ne parus pas aussi effrayée que je ne l'étais intérieurement mais même si j'avais été une N7, cette vision cauchemardesque d'un Krogan avec ce teint blafard et inquiétant à cause d'une lumière défectueuse ainsi que les deux Avenger à ses côtés m'aurait tout de même faite peur comme maintenant, mon rang au sein des N n'aurait rien changé. Je savais néanmoins que ce n'était pas celui que je devais tuer, certainement un de ses sous-fifres ou garde du corps mais dans ce cas, pourquoi ne m'a-t-il pas tué ? De plus en tombant sur lui, il me semblait qu'il voulait quitter les lieux et non le protéger. Peut être que son chef avait prit la fuite et qu'il cherchait à le rejoindre... Je ne baissai pour autant pas le canon de mon Mattock contrairement à lui qui baissa ses armes à ma grande surprise. Qu'est ce que c'était que ces conneries ? Il s'imaginait que j'allais baisser mon arme parce que lui venait de le faire ? Il se fourrait sa griffe dans l'œil si c'était le cas mais je savais très bien que malgré mon entraînement d'élite, je ne faisais pas le poids contre un Krogan qui n'était même pas blessé alors que je moi je l'étais, bien que légèrement et superficiellement. Il devait aussi le savoir et cela sembla toujours le faire presque jubiler. Pour le moment, il n'esquissa pas un geste hostile à mon encontre mais je ne baissai pas ma garde et je ne le considérai pas autrement qu'une menace à retardement contre moi, il était un ennemi à éliminer.

Je ne répondis pas à sa remarque acerbe envers ma situation mais il avait reconnu aisément le discret emblème sur mon armure et son commentaire ne me fit pas réagir. Puis, je le vis soudainement lever son fusil Avenger dans ma direction et immédiatement, je raffermis mon emprise sur mon Mattock mais le Krogan tira un temps plus tôt que moi. Le bruit du coup de feu ainsi que l'éclair de l'arme me surprirent instantanément et mes mains par réflexe relevèrent légèrement mon fusil d'assaut dont la cartouche partit s'encastrer dans le plafond un peu plus loin, quelques centimètres au dessus de la bosse du Krogan. Or, alors que je m'attendais à me prendre une rafale en pleine tête qui n'était plus protégée par mon casque, je me dis au premier abord que le Krogan avait raté son coup alors que je n'étais qu'à quelques mètres de lui mais le gargouillis incompréhensible que j'entendis dans mon dos me fit faire volte face pour voir un homme s'effondrer, frappé par la cartouche de l'Avenger envoyé par le Krogan. Le désormais pirate mort était accompagné par une volée de ses copains et les mots gutturaux du Krogan parvinrent à peine à mes oreilles alors que mes réflexes de combattante reprirent le dessus sur tout le reste. Mon cerveau se remettant en marche à toute vitesse pour trouver une issue à ce couloir bloqué, je vis alors une porte fermée à quelques mètres sur ma gauche. Sans plus chercher à comprendre, je lâchai une salve de cartouches en direction de nos assaillants sans prendre le temps de viser, il fallait me faire gagner du temps jusqu'à la porte. Parvenue à celle-ci, je ne vérifiai même pas si elle était ouverte et fermée et j'entrai avec fracas en tapant de la bottine de mon armure la porte. Celle-ci ne résista pas longtemps et je pus rentrer dans la pièce en défonçant la dite porte alors qu'un rire terrifiant et profond remplit le couloir. Ce Krogan était décidément bien atypique, il était bien le seul à trouver la situation marrante et à son goût... Plaquée contre le mur de la pièce plongée dans la pénombre, je m'interrogeai toujours sur comment j'allais me sortir de cette situation catastrophique dans laquelle je me trouvais et avec un Krogan aux tendances psychopathes qui n'en demeurait pas moins un ennemi dangereux.

Une nouvelle fois, mon "allié" du moment et il fallait bien insister sur les guillemets, me surprit une fois de plus. En effet, les deux Avenger qu'il tenait à l'instant atterrirent à mes pieds et je relevai le regard pour voir le Krogan se placer à l'entrée du couloir. Maugréant contre la stupidité de l'alien, je remisai mon Mattock dans mon dos puis je m'emparai d'un des Avenger pour également le fixer à l'accroche magnétique de mon armure avant de me saisir de l'autre et de l'empoigner. Je levai ensuite le fusil d'assaut pour essayer de protéger le Krogan et je me mis en route derrière lui alors qu'il restait à l'entrée du couloir. Il fallait absolument qu'il se mette à couvert ou une embuscade de feux croisés ou pire, une arme automatique, bien plus puissante que des fusils d'assaut, l'arroserai et même plusieurs organes identiques en lui ne pourraient le sauver. Mais visiblement, ces pirates ne faisaient pas partie de l'élite de la vermine de la galaxie et personne n'attaqua le Krogan alors que la situation était propice pour un piège si tant est qu'il y avait la puissance de feu nécessaire. Affronter un Krogan n'était jamais une mince affaire et par sécurité pendant que j'étais à couvert à un angle, je remisai mon casque sur la tête, heureuse quelque part de me sentir intégralement protégée et de retrouver l'interface de mon casque de l'Alliance. Soudain, un bruit sonore que je reconnus immédiatement comme une charge biotique se fit entendre et je bougeai illico de mon couvert temporaire. Le Krogan n'était plus là mais je notai l'apparition d'un gros trou dans le mur du bâtiment décidément construit en carton pâte. Le Krogan était dans la pièce d'à côté et regardant par le trou causé par la charge biotique de mon acolyte de combat, rien ne me laissait présager du spectacle atroce et horrible de la mise à mort de nos ennemis et dont j'allai être témoin malgré moi.

Le Krogan avait décidément le goût de la mise en scène gore et sanguinolente, je me dis alors que le plus chanceux des pirates était celui qui était mort encastré dans un mur et s'était retrouvé écroulé sur le sol de la pièce car les autres n'eurent pas cette chance d'avoir cette mort certes violente mais au moins rapide. Je préférai passer sur la contemplation de leur mort et j'étais plus occupée à voir s'il n'y avait pas d'autres ennemis dans la pièce. Je considérai toujours le Krogan comme un ennemi mais pour le moment, je devais avoir cette brute épaisse de mon côté. Ce calcul de ma part était bien plus dirigé par mon instinct de survie que par véritable désir d'apprécier son goût du sang et de la mort. L'un des pirates s'était planqué derrière une table renversée et brandissait une arme lourde que j'identifiai comme un lance-grenades. Ce malade allait faire exploser toute la pièce au risque de crever tant qu'il annihilait le Krogan et m'ensevelir par la même occasion. Peut être savait-il qu'une soldat de l'Alliance se baladait encore au sein de leur base ou pensaient-ils qu'ils nous avaient tous tués... Mais je refusai de crever par l'effondrement d'un bâtiment parce qu'une ordure s'était dit que le meilleur moyen de stopper la créature reptilienne était de tout faire sauter en tuant tout ses petits camarades et lui même. J'envoyai alors une rafale dans la direction du pirate artilleur non pas pour le faire se mettre à couvert mais bien pour le tuer. Des cartouches l'atteignirent et le bougre lâcha son arme lourde. Il tourna alors la tête pour déterminer la provenance du tir et ce fut à ce moment là que je vidais le reste de l'Avenger dans la tête et la poitrine du pirate. Les cartouches frappèrent le bouclier alors qu'il mit trop de temps pour se mettre à couvert avant d'entamer l'armure et de voir de petites gerbes de sang s'échapper. Mon ennemi s'effondra alors à terre pendant que le Krogan achevait les autres en mettant fin à leurs cris de souffrance. Lorsque je tournai ma tête vers lui, il n'y avait que des corps ensanglantés et dans un état indescriptible. Le Krogan s'acharnait sur un type déjà mort et je voulus le faire arrêter mais l'alien s'arrêta de lui-même puis se tourna vers moi, l'air enragé.

Il dégaina un impressionnant marteau de guerre que j'avais déjà remarqué dans son dos et m'informa que la voie était libre pour me dire de passer devant mais je ne l'entendais pas de cette oreille. Je me débarrassai de l'Avenger vide en le jetant contre un mur pour ensuite prendre l'autre dans mon dos et je hochai négativement la tête dans sa direction pour signifier ma désapprobation envers ce qui était un ordre.

J'ai une meilleure idée, Krogan. Bien que vous ayez un sens de la mise à mort que je déteste, vous êtes plus utile au contact avec ce marteau que moi avec mon fusil d'assaut et vous encaissez assurément mieux les dégâts. Vous passez devant. Vous serez de plus aux premières loges pour continuer votre massacre si ça vous chante tant que je n'en fais pas partie. Je ne sais pas pourquoi vous m'avez épargné et que vous vous battiez contre vos collègues ni même pourquoi on... coopère mais je pense que si vous aviez voulu me tuer vous l'auriez déjà fait. C'est pourquoi je n'essaierai pas de vous tuer dans votre dos. Maintenant, avancez, je suis derrière vous.

Il y eut une légère confrontation de regards et même moi derrière mon casque, je sentis les prunelles claires du Krogan tenter de me percer mais fort heureusement, il obtempéra, toujours avec un sourire carnassier et désireux de mort et passa devant moi. Mon Avenger était levé mais je protégeai les flancs du Krogan jusqu'à ce que l'on débouche dehors. Là, une horde de pirates nous attendait, les armes levées et se mit à ouvrir le feu. Je plongeai derrière une pile de caisses pour me mettre à couvert alors que le Krogan réitéra sa charge biotique en plein dans les rangs des pirates. Occupés à essayer d'arrêter le monstre reptilien, ils semblaient m'avoir oublié mais sans abandonner le Krogan à son sort, je sortis de mon couvert pour abattre deux pirates qui me braquèrent en vidant mon Avenger sur eux. Un autre pirate, beaucoup trop proche à mon goût me toisa et fit un sourire mauvais avant de m'attaquer au corps à corps. Il se servait de son fusil d'assaut comme d'une massue et pour anticiper son assaut, je jetai le mien à son visage. Il se prit violemment l'arme en pleine tête et j'eus le temps d'activer mon OmniLame pour le saisir par le casque et lui enfoncer la lame dans le cou dans un cri de rage. Le malheureux mourut en se prenant l'OmniLame avant de s'effondrer. Des ordres fusèrent sur ma droite et je tournai la tête pour voir ce qui se passait. Le Krogan avait déjà fait des victimes et un groupe assez nombreux s'acharna sur lui tandis qu'une autre équipe me fit face. L'un d'eux ouvrit le feu avec son fusil à pompe et je pris le cadavre du précédent pirate comme bouclier humain qui encaissa le tir. Mon Mattock m'encombrerai dans un combat si proche et je me saisis de mon Predator alors que je tins le cadavre devant moi. Mon arme de poing tira une salve de balles qui tua le pirate armé du fusil à pompe et je me débarrassai du cadavre en le jetant sur mes ennemis. L'un d'eux se rua sur moi mais j'arrêtai son bras avec le mien avant de tirer une cartouche en plein ventre à bout portant puis à travers son casque. Ma main gauche retrouva son OmniLame et j'engageai un combat mortel contre deux ennemis qui m'attaquèrent en même temps mais de manière désordonnée, soulignant leur manque d'expérience d'attaque coordonnée.

Je repoussai immédiatement le premier d'un coup de pied assorti d'une cartouche pour l'affaiblir alors que j'accueillis l'autre de mon OmniLame. Maintenant réglée comme une machine à tuer, je ne pensais à rien d'autre que la mort de mon ennemi par mon OmniLame. Celle-ci lui entailla le bras, lui arrachant un cri et j'en profitai pour lui tirer quelques cartouches en pleine poitrine. L'autre revint mais j'esquivai son coup en faisant un pas de côté. Emporté par son élan, mon assaillant s'effondra à terre mais laissant alors le temps d'attaquer son acolyte par derrière et de lui couper l'alimentation de son casque. Ma lame le tua en l'égorgeant puis je vidai le reste de mon chargeur sur le pirate qui se releva en me jetant sur lui. Le ventre percé de plusieurs cartouches, je le laissai agoniser alors que je rechargeai mon Predator pour accueillir l'attaque d'un autre pirate. Il ne put faire que quelques pas avant que je ne le tue de plusieurs cartouches, mon geste de rechargement des centaines de fois répété pour gagner en vitesse et en efficacité. Un de ses compagnons sortit une OmniLame lui aussi et j'esquivai son attaque. Le poing de mon OmniLame lui atterrit en pleine tête avant de la traverser de part en part et je jetai le corps du malheureux comme s'il était la peste avant de fixer le reste de l'autre groupe qui échangea des regards et commençait à reculer. Mais comme emporté par une folie furieuse, ils se remirent à m'attaquer. Implacable, alternant parade et attaque, OmniLame et cartouches de mon Predator, souvent à bout portant et constamment en mouvement, n'hésitant pas à me servir de boucliers humains et de l'environnement autour, je réglai le sort des pirates responsables de la mort de mes coéquipiers sans la moindre trace de folie jubilatoire ou de sadisme abominable, pas vraiment dans le style du Krogan.


Codage par Libella sur Graphiorum





Revenir en haut Aller en bas
Messages : 48
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Re: Une armée à deux.[Ada]   Lun 31 Juil 2017, 06:22
Une personne avec une éthique.. Et un sens critique. De tout les alliés qu'il aurait pu avoir dans cette petite évasion, il est tombé sur une personne pleine de morales à la noix. Graash prenait plaisir à tuer ces gens, mais ce n'était pas le meurtre qui lui procurait ce plaisir, c'était d'éliminer des raclures qui de toutes façons aurait sans doutes fait pire à l'humaine s'ils étaient parvenus à la capture, une pensée sombre qui renforcait son idée de les massacrer jusqu'au dernier, afin d'être sur de ne pas laisser une seule de ces pourritures vivre. Oui, Graash était un psychopathe qui prenait du plaisir à tuer. Mais entre un professionnel qui est passsionné par son boulot et un dangereux tueur qu'il faut arrêter, il n'y a qu'un pas à franchir. Et celui-ci, le Krogan ne l'avait jamais franchi. Il plantait son regard sur l'humaine, enfin son casque, presque d'un air de défi, mais elle avait raison sur un point, il était meilleur au corps à corps. Et avec son marteau, c'était encore pire. Cependant, il retiendra le fait qu'elle ait manqué de lui tirer dessus... Elle aurait pu avoir la descence de ne pas se louper ! Une cicatrice de fusil d'assaut, ça donne un tel bonus de charisme ! Il lâcha un petit rire à sa remarque, comme quoi elle ne lui tirerait pas dans le dos.

« De toutes façons gamine, si tu me tirais dessus volontairement, j'te ferais sortir tes yeux de leurs trous avant que t'aies le temps de regretter ton geste.»


Dégainant son marteau lentement, il prit les devants, sortant dehors le premier. A sa grande surprise, une grosse embuscade. Son sang de guerrier bouillonnait, son cynisme lui démangeait. Lâcher une petite punchline ou juste foncer dans le tas ? Lâchant un cri bestial, le Krogan fonça à la charge..biotique sur un des pauvres gars, le saisissant à la gorge alors que ses boucliers contenaient les quelques tirs paniqués, le Krogan enserrait cette si fragile petite nuque, qui finit par se briser.. Là, il se concentra une brève seconde, déclanchant une Nova Biotique destabilisant et repoussant les quelques hommes présents, les renversant au sol. Le reptile effectua une roulade, se saisissant de l'arme de sa victime et se mit à couvert, tirant des salves précises mais efficaces sur les hommes au sol afin de les achever. Les ennemis étaient nombreux et ça n'allait pas être quatre personnes en moins qui allaient être la bonne indication qu'ils étaient tous deux saufs. Depuis sa couverture, il émit un petit rire..

« Hé l'humaine ! Tu sais, on dit que les meilleurs partent en premier.. pourtant je suis encore là. »

Là, un pirate se déplaçait de sa couverture alors qu'il tirait sans réellement viser le krogan, sans doutes pour l'obliger à rester à couvert et se déplacer en sécurité. L'humaine pourra se débrouiller sans lui. Fouillant un peu le cadavre le plus proche, il se saisissait d'une grenade, qu'il lança dans la direction du pirate mobile, sourire aux lèvres, lorsqu'il entendit le fameux «  Grenade ! » du pirate paniqué, il sortit de sa planque, commençant à sprinter vers eux alors qu'eux, se déplaçaient dans diverses directions, d'autres planques. Comme pour un effet cinématographique, comme dans un Holo-film, Graash effectuait une charge biotique, suivie d'une nova sur le trio de pirates à gauche, en synchronisation totale avec l'explosion de la grenade. Bien sûr, cela ne suffisait pas, alors, frappant de son marteau l'un d'entre eux, il assaina un coup de tête bien placé à un autre qui braquait son arme sur lui, le dernier vit un marteau de guerre de 40 kg foncer droit sur lui. Assomés ou morts, le Krogan se retournait après avoir saisit l'arme d'un autre pirate, tirant vers le groupe de pirates sur la gauche, pas pour les tuer, mais pouvoir se déplacer dans une couverture plus appropriée, après avoir ramasser son marteau. Il s'était mit à couvert derrière un gros rocher, hors de portée de tir de la plupart des pirates.

Le seul avantage à être Krogan, c'est que, sur le coup de l'adrénaline, on ne remarque les blessures, mortelles ou non qu'après le combat, ou pendant une pause. Il ne pensait pas avoir été négligeant. Mais il l'avait été. Son bras perdait du sang à grande vitesse, sa jambe avait été traversée par plusieurs balles et son armure en avait quelque peu assez d'encaisser les dégâts pour un gros bourrin qui ne faisait attention à rien. Au final, sa punchline allait paraître bien biaisée si «  le meilleur » lui disait qu'il devait rester un peu en retrait le temps de se soigner. Alors, il va se soigner vite fait. Un petit coup de médi-gel, là ou cela faisait mal, vingt secondes pour reprendre son souffle et un bref regard sur la scène de bataille, il trouvait déjà sa cible. Fonçant à l'aide de sa charge biotique sur le groupe de pirates de plus éloignés, il arrivait derrière eux, frappant de son marteau le plus reculé d'entre eux, sa tête s'écrasant dans un bruit assez ignoble à entendre, le casque n'ayant pas suffit à protéger ce dernier. Saisissant dans son étui le pistolet predator, il vida intégralement le chargeur sur le dos d'un des pauvres pirates et, bondissant sur l'un d'eux, il commençait à le ruer de coups, tel une bête sauvage impossible à stopper. Haletant, le Krogan s'adossait contre la couverture, la fatigue commençant à le gagner. Ce n'était peut-être pas un combat gagner d'avance finalement. Sa fougue était telle qu'il en oubliait de gérer sa fatigue. Regardant brièvement l'humaine combattre, il remarquait une détermination dans ses gestes précis. Elle était ivre de vengeance et ça se voyait à son attitude. A sa façon de combattre. Il eu un petit sourire sur ses lèvres. Un peu de taquinerie ne ferait pas de mal.

« C'est pas que j'ai l'impression de tout faire gamine, mais tu pourrais y mettre un peu plus du tiens ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


En ligne
Messages : 73
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Une armée à deux.[Ada]   Ven 04 Aoû 2017, 00:11
Une armée à deux


- Planète Sanctum
- Base du gang des criminels

Ouais ben je suis légèrement occupée là ! Merde alors !

Je n'affrontais pas l'armée entière de pirates de la base mais juste un petit groupe et malgré le fait que je trouvais que c'était des bras cassés, ils me donnèrent du fil à retordre. Sous mon casque, si mon visage pouvait être vu, les pirates auraient pu voir la haine et la fureur déformer mes traits. J'avais toutes les raisons de la galaxie d'être en colère car j'étais la seule survivante de mon unité et je tenais les responsables de leur mort entre mes mains. L'occasion était bien trop belle pour tomber intégralement dans la fureur et perdre le contrôle de moi même mais je fis un immense effort pour me maîtriser, l'entrainement du N7 était passé par là. C'était une chose primordiale dans l'instruction au sein du N7, la maîtrise totale de soi-même pour rester concentrée et alerte le maximum de temps possible. Si on laissait les émotions dicter nos actes, c'était le meilleur moyen pour faire une erreur et laisser des failles exploitables à l'ennemi. Je ne combattais pas comme le Krogan, à foncer dans le tas et à faire le maximum de dégâts possibles mais plutôt à frapper là où cela faisait mal et à anéantir mon ennemi le plus rapidement possible. Néanmoins et je devais bien l'admettre, une certaine fureur courait dans mes veines, alimentée par le désir de vengeance que j'éprouvais pendant que je combattais ces pauvres types qui tachèrent tout de même de me résister. Je frappais plus durement que nécessaire les pirates mais je ne pouvais pas entièrement me contrôler, je demeurais humaine avant tout et je n'étais pas un être parfait. Je commençai d'ailleurs à me relâcher légèrement après avoir envoyé le visage d'un pirate plusieurs fois contre la roue d'un camion non loin de là. Je laissai le corps inerte de mon dernier ennemi glisser le long de la roue mais un des pirates m'attaqua dans mon dos. Je reçus un violent coup derrière la tête mais je fus heureusement protégée par mon casque et je ne perdis pas connaissance. Néanmoins, un des pirates me prit par la jambe et essaya de me la tordre malgré mon armure. Outre le fait que je trouvai cela stupide car jamais il n'y serait arrivé tout seul, une légère douleur dans la jambe sonna comme un avertissement. Serrant les dents de colère, je me résolus d'envoyer ces connards ad patres sans aucune retenue et de l'une des manières les plus brutales et possibles.

Mon Predator était tombé à terre et l'un des pirates s'en était saisi pour certainement m'exécuter comme un chien à terre mais lui et ses ordures de copains avaient signés leur arrêt de mort. Avant que l'on ne m'immobilise ou qu'on ne me torde la jambe, j'envoyai l'autre en plein dans son entrejambe qui n'était que peu protégée. Cognant dans ses bijoux de famille avec force, j'entendis mon ennemi crier de douleur même à travers mon casque. Mes jambes libres, j'envoyai un genou contre l'autre pirate qui me tenait un bras et ce dernier rentra contre le camion. Le dernier ennemi encore debout non loin de moi fit feu dans ma direction, retournant ma propre arme de poing contre moi. Quelques balles réussirent à m'atteindre dans le ventre, m'arrachant un gémissement de douleur mêlé à celui de haine mais la plupart des projectiles furent détournés par mon bouclier avant d'atteindre l'armure qui encaissa les tirs. J'attrapais le pirate qui me tenait autrefois le bras pour m'en servir comme bouclier humain et son copain vida mon Predator sur son allié. Une fois l'arme vide, le pirate autrefois armé la jeta à terre et je balançai le cadavre du pirate sur le côté. Je me relevai alors que l'autre essayait d'attraper son Carnifex à sa ceinture mais j'armai mon OmniPoing et lui envoya une droite qui lui démonta la mâchoire. J'envoyai ensuite mon genou en plein dans sa face, il fut précipité à terre, le casque craquelé et se tordant de douleur. Mon Predator n'était pas loin et alors qu'il se recroquevillait pour essayer de soulager ses douleurs, le pirate castré ouvrit le feu dans ma direction tout en ramassant son pote. Je me mis à couvert derrière le camion mais une cartouche atteignit mon épaule et je grimaçai sous mon casque, une fenêtre sur ma visière s'ouvrit et m'avertit que l'ordinateur embarqué de mon armure administrait une dose de medigel sur mes blessures. Il était maintenant désormais temps de faire payer ces deux aminches. Je rangeai mon arme de poing et entreprit de les tuer prestement au corps-à-corps.

L'autre avait vidé son arme, crétin comme il était et paniquait entre décider de recharger le plus rapidement possible ou s'occuper de son copain tout en sachant qu'un Krogan enragé massacrait ses coéquipiers. Je sortis de mon couvert et les deux pirates se figèrent. La Mort venait d'apparaître devant eux et elle avait prit l'apparence d'une officier de l'Alliance légèrement blessée mais résolue à tuer. L'Avenger du pirate s'enraya alors que j'approchais à grands pas de mes ennemis. J'écrasai d'un coup de bottine de ma jambière le casque du pirate blessé à terre pendant que l'autre essayait de se protéger en levant les bras mais mon OmniLame mit fin à sa misérable existence en le transperçant de part en part pendant que je tenais d'un poing puissamment serré son cou, tournant légèrement ma lame holographique mais non moins mortelle dans sa blessure. Il voulait crier sa douleur mais aucun son ne franchit ses lèvres car mon poing l'en empêcha. Je relâchai alors mon étreinte et je retirai brutalement mon OmniLame de son ventre, son corps tombant lamentablement à terre dans un bruit sourd et sinistre, le pirate agonisant. Je tournai alors mon attention vers le dernier ennemi à terre qui commençait à mourir à cause de l'atmosphère de la planète et en me penchant sur lui, je lui arrachai son casque pour constater ensuite que c'était un Butarien dont deux des quatre yeux étaient crevés à cause des débris de la visière du casque. Sifflant de fureur, je me retins alors de me déchaîner sur le malheureux par vengeance envers la mort de mes hommes et je préférai offrir une mort rapide au pirate. Je n'avais rien contre les Butariens, c'était juste une race avec laquelle j'étais plutôt sur la défensive et dont je me méfiais mais cela n'allait pas plus loin. Je ne dis rien, je ne fis que le fixer alors qu'il implorait pour sa vie malgré qu'il commençait à étouffer de l'air de Sanctum et toujours sans lui parler, je dégainai mon Mattock et avant qu'il ne crie de peur, je lui logeai deux cartouches dans la tête pour lui épargner une mort lente et horrible. Le Butarien n'agonisa pas longtemps et rendit vite l'âme.

Je tournai alors la tête pour voir que le Krogan était planqué derrière un préfabriqué posé à même le sol en laissant un nombre assez conséquent de cadavre mais je constatai avec horreur que le canon d'une arme automatique derrière un autre préfabriqué se pointa vers moi et ouvrit le feu dans ma direction. Alors que je m'étais débarrassée de mes ennemis et que je sentis une vague de fatigue me parcourir, le bruit des cartouches percutant le sol ou le camion à côté de moi me donna des ailes et Mattock en main, je piquai un sprint vers la position du Krogan, les cartouches partant à ma poursuite pendant que l'arme automatique continuait de cracher ses projectiles mortels. Je me jetai d'un bond juste devant le Krogan et faisant une roulade qui m'arrachait un léger grognement de douleur à cause de mon ventre et de mon épaule blessée et qui se soignait avec le medigel, je m'accroupis et me calai contre l'abri juste à côté du Krogan. D'où j'étais, je pouvais voir le pied ensanglanté d'un cadavre de pirate dépasser et je levai mon regard vers le Krogan. Sous mon casque, s'il pouvait voir à travers, j'aurais eu un air désapprobateur mais intérieurement, je reconnus que j'étais plutôt contente d'avoir un tel colosse de mon côté, du moins pour le moment.

Hum... Je vois que vous avez encore fait dans la finesse. Je reconnais que je n'ai pas le sens de la mise en scène comme vous, je préfère tuer mes ennemis rapidement plutôt que de faire le show. Peut-être que vos talents artistiques vont pouvoir lever cette arme automatique qui détruit petit à petit ce préfabriqué ?

Une ironie non dissimulée se fit entendre dans ma voix, teintée d'un léger sarcasme et d'une mise au défi avec aussi un zeste d'exaspération. D'un côté, j'espérai sincèrement que ce Krogan avait une idée derrière la tête mais de l'autre, sa taquinerie était plutôt exaspérante et usante qu'autre chose alors qu'à voir l'état de ses blessures et mon état, nous étions tous deux déjà fatigués par la bataille.


Codage par Libella sur Graphiorum






Dernière édition par Ada J. Raikes le Lun 07 Aoû 2017, 21:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 48
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Re: Une armée à deux.[Ada]   Lun 07 Aoû 2017, 21:41
Dans la catégorie : J'suis bourrin mais j'ai la poisse, notre gagnant est … Graash ! Non seulement il était acculé contre un pauvre abri de fortune, blessé de partout, avec une humaine dans un état aussi sale que le sien, mais en plus, pour couronner le tout, il avait une arme automatique qui essayait de réduire en charpie le dit abri ! Il cherchait brièvement du regard une solution lorsque l'humaine commençait à le presser. Son long monologue sur sa capacité à être un bourrin de première le fit sourire, oui il faisait dans le grand spectacle, mais il avait ses raisons. Plus que le plaisir, il instaurait quelque chose chez ses ennemis. Une idée. Une idée, c'est à l'épreuve des balles. Une idée, est une chose à l'épreuve des balles, une idée vit bien après son penseur. Et c'est ce qu'il voulait instaurer chez ses ennemis, chez ses alliés. L'idée que si Urdnot Graash était sur le champ de bataille, il valait mieux se tirer une balle que de le combattre. Qu'on pouvait déjà fêter sa victoire si on l'avait de son côté. Le krogan tirait le pied ensanglanté non loin de lui, fouillant un peu ça et là le cadavre. Parfait. Trois grenades...Lâchant un rire entre l'amusement et le sadisme, il tapotait le ventre du pauvre corps.

« Il semblerait que Jimmy ici présent va faire son baptême du feu. Quand je te le dirais gamine, fonce dans un autre abri. »

Le Krogan appuyait sur les joues de sa victime pour mimer les paroles, alors qu'il disait "salut moi c'est Jimmy !" et avec l'autre main, il agitait son bras ensanglanté. Un peu d'humour ne faisait pas de mal. Il gloussait comme un malade, alors qu'il déclenchait les trois grenandes, qui commençaient déjà à faire le « bip » de l'explosion, se relevant , profitant que son bouclier s'était rechargé, il lança de toutes ses forces Jimmy vers la machine automatique, poussant de la main l'humaine en guise de signal pour qu'elle aille se planquer ailleurs, Graash lui, s'était accroupi sur ce qui restait de la planque, l'arme automatique avait compris que le cadavre n'était qu'une dissuasion, mais, l'était-il vraiment ?

« Trois..deux..un... Adieu Jimmy ! »

Boum ! Une explosion de trois grenades venait enrober l'arme automatique et son porteur, le Krogan vérifiat brièvement que la voie était libre, et il changea de position, rejoignant l'humaine dans sa seconde planque, ayant prit soin d'attraper l'arme de Jimmy le defunt. Mais dans sa course, il remarquait un « petit détail superficiel ». Sa jambe venait d'être touchée par le tir d'un des autres pirates. Grognant sa peine, il s'asseyait à même le sol, regardant la plaie du mieux qu'il pouvait...Bon, la balle avait traversé, un peu de régénération accéléré Krogan et dans dix minutes il repartirait, boîtant, mais il repartirait. Enfin..sauf s'il n'y avait pas maintenant une foutue salve de tir des pirates restant. Le krogan se tenait le casque en se marrant comme un fou. Ce n'était pas un rire amusé cette fois, ou si ? Mais il était en vrai exaspéré par tout ça. Ils n'étaient pas organisés, peureux, faibles, mais ils étaient déterminés.

« La persévérance, c'est une qualité, même quand on est con comme un balai... »

Prenant l'arme de Jimmy l'explosif en main et en comptait le nombre de balles qu'il pouvait encaisser avant de tomber, plus les armes qu'il pouvait récupérer sur le terrain, il pourrait au mieux en abatre dix avant de mourir. Et l'humaine, peut-être moins, peut-être plus. Aucune idées. Il donna un petit coup de coude à l'humaine, un sourire taquin sur le visage.

« He he he... Bon on est mal. Au moins cette planque va tenir. »

Écoutant attentivement, les tirs d'une des armes s'était arrêté, impossible de dire ou... Mais ils allaient finir par manquer de munitions ou alors, ils s'approchaient, en tenaille et ça allait être la fin du duo.. Ou alors...

« Ils vont tenter une manœuvre en tenaille. On a le droit qu'à une chance, on chope l'un d'eux chacun de notre côté, on s'en sert comme bouclier, on massacre à tout va, on en prend un autre. Pas le choix.. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


En ligne
Messages : 73
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Une armée à deux.[Ada]   Jeu 10 Aoû 2017, 21:53
Une armée à deux


- Planète Sanctum
- Base du gang des criminels

Mon armure était cradingue par le sang et les cartouches mais le Krogan n'était pas vraiment mieux loti que moi. Malgré une armure sûrement plus épaisse que la mienne, je pus aisément voir qu'il avait bien morflé. Couvert de traces ensanglantées, les dégâts qu'il avait dû subir m'auraient certainement déjà tué mais je n'étais pas une dingue qui fonçait dans les rangs ennemis pour faire le maximum de dégâts comme je venais de lui faire remarquer. La mitrailleuse derrière continua de cracher ses cartouches comme un tuberculeux crachoterait ses poumons et le préfabriqué continua de voler en éclats, les débris du bâtiment temporaire formant un léger écran de morceaux du préfabriqué voletant quelques secondes avant de retomber. Je m'en étais déjà rendue compte en me pointant en vitesse à côté de ce Krogan sur qui j'avais peu ou prou révisé mon jugement. Je devais me rendre à l'évidence, il était devenu un allié bien que cela soit temporaire et pour m'avoir certainement sauvé la peau à plusieurs reprises, si l'on s'en sortait, je lui laisserai la vie sauve sans chercher à le tuer. Si la garnison entière d'une base pirate n'arrivait pas à le tuer, je me disais que j'avais peu de chances d'y parvenir seule quoique s'il ramassait bien... Non je préférais l'épargner. Il aurait pu me tuer cent fois s'il le voulait, or il ne l'a pas fait, ce n'était pas pour que moi j'en profite pour le tuer dès qu'il sera criblé de balles et le dos tourné. D'ailleurs en parlant de lui, le Krogan attrapa le pied pirate qui dépassait non loin de là et il tira le cadavre à nous. Le regard baissé sur le corps inerte, mon allié temporaire se mit à rire. Sa joie au combat était décidément exaspérante, même à deux doigts de mourir, il trouvait le moyen de rire de quelque chose. Sous mon casque je roulai des yeux puis je le vis s'emparer de trois grenades dont il avait délesté l'Humain mort.

Le Krogan m'ordonna alors de me tenir prête à foncer vers un autre abri mais je ne pus m'empêcher de regarder ce qu'il faisait avec le cadavre. Ce Krogan était décidément plus que dérangé, il se mit à bouger les joues et le visage du mort maintenant dépourvu de son casque pour faire comme s'il manipulait une marionnette et il agita le bras vers l'arme automatique qui cessa son feu quelques secondes avant de reprendre dans cette direction. La main du Krogan me donna une impulsion un peu trop forte qui me fit chuter en avant mais je masquai ma chute par une habile roulade vers l'avant après avoir remisé mon Mattock qui s'atrophia dans mon dos. Sans la moindre idée d'où est ce qu'il fallait aller, un espace à découvert s'offrit à moi. Plus loin il y avait une structure plus imposante du même style que les préfabriqués mais entre ce bâtiment et moi, un endroit à découvert, des positions de tir et une paire de préfabriqués. L'arme automatique était retranchée dans l'un d'eux et à environ une vingtaine de mètres, un abri fait de barrières métalliques se levant automatiquement et formant un fer à cheval se dressait et il semblait vide. Sans hésiter, je fonçai vers le couvert, ignorant complètement la massive explosion de trois grenades lancées vers l'arme automatique alors que je me retrouvai sous le feu d'autres pirates planqués. Je me précipitai à terre et me mit à couvert derrière les barrières, rejointe quelques secondes plus tard par le Krogan. On reprit notre souffle peu à peu et le Krogan continua ses jérémiades en tâchant de faire de l'humour. Cette attitude me fatiguait plus qu'autre chose et je poussai un soupir d'exaspération en entendant le plan désespéré du Krogan avant de lui donner un coup dans l'épaule.

Fermez-la. Retenez les s'ils se pointent trop près. Wake, vous me recevez ? Ici Raikes ! Répondez bordel.

...crrrrrr... ci Wake... Raikes ? Qu'est ce..... foutez ? Vous auriez dû nous...tacter il y a dix min... Pourquoi c'est vous .... pas le Lieutenant Kim qui nous contacte ?

Le Lieutenant Kim est mort ainsi que toute mon escouade, je suis la seule survivante, sommes tombés dans une embuscade. Je ne suis pas seule, j'ai... reçue de l'aide intérieure et avons engagé l'ennemi. En attente de nouveaux ordres.

... Situation, Raikes.

Avons pris position pour le moment en plein milieu de la base, fort nombre d'ennemis et batterie anti-aérienne. Nous tenons pour le moment et avons identifié la cible à éliminer, demande permission d'avoir des renforts.

Raikes, pensez-vous pouvoir toujours accomplir la mission ?

... Affirmatif, Wake. Demande permission d'avoir quand même des renforts et de pouvoir évacuer les corps de mon unité.

... On vous envoie le reste de l'unité d'intervention. Ils débarrasseront la batterie anti aérienne et évacueront les corps avant que le Wake ne bombarde la zone. Vous avez quarante minutes avant bombardement. ETA de la seconde unité dans quinze minutes. Terminé.

Bien pris, Wake. Terminé. Bon, vous. On a quarante minutes avant que l'Alliance ne vitrifie la zone. Ça me fait chier de l'avouer mais votre plan est le meilleur pour le moment. On se fraye un chemin jusqu'au Turien, on se retrouve de l'autre côté.

Je m'emparai de mon Mattock et fit feu en surgissant de mon abri sur deux pirates qui furent surpris. L'un des deux lâcha son arme et s'enfuit alors que l'autre mourut sous mes cartouches. Tout en tirant sur l'autre qui s'enfuyait, je me mis à foncer vers la structure imposante un peu plus loin tout en bondissant de couverts en couverts...


Codage par Libella sur Graphiorum





Revenir en haut Aller en bas
Messages : 48
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Re: Une armée à deux.[Ada]   Lun 14 Aoû 2017, 22:25
La protéger..la protéger pendant qu'elle discute. Si ce n'était pas sa seule alliée dans ce conflit mal barré, il lui aurait déjà collé une baffe à l'en décapiter ! Marmonnant dans sa barbe et grognant, le Krogan regardait brièvement, juste assez pour voir ce qui arrivait sur eux. Comme il l'avait prédit, ils arrivaient en tenaille sur le duo totalement hors du commun. Sans grandes surprises, Graash accueuillait ses invités à grand coups de M-300, avec le peu de cartouches qui lui restait. Attendant qu'ils soient suffisamment près pour les abattre et récupérer leurs armes. Après sa dernière cartouche tirée sur le sol, il se saisissait de la jambe d'un pauvre mort, au risque d'y laisser son propre bras et commençait à le fouiller depuis sa planque, écoutant la conversation somme toute assez claire de l'humaine. Au moins, ils ne mourront pas seuls. Graash ne tenait pas en respect les troupes post-guerre des moissonneurs. La paix, ça vous ramollit des gens. Changeant les guerriers forts en langues perfides. Troquant leur violence contre des attaques lâches. Enfin.. tant pis. Il prendra l'aide qu'il peut. Vérifiant les munitions sur le fusil d'assaut qu'il venait de ramasser, ainsi que du pistolet, il arborait un léger sourire, c'était du basique, mais ça suffirait amplement.

Bonne nouvelle ! La zone allait être cramée jusqu'au dernier centimètre carré, et il vallait mieux qu'ils ne soient pas là. Surtout que cet enfoiré de turien devait encore mourir. De ses mains, elle pouvait aller se faire voir avec sa mission pour l'arrêter. On ne double pas un Krogan. Graash est capable d'aller en prison pour le tuer s'il faut... Et s'évader après. Puis, l'humaine admit que Graash avait raison, une petite chose qui lui faisait bien plaisir à l'oreille, et lui faisait oublier sa douleur lancinante à l'abdomen, une foutue balle l'avait traversée, la plaie n'était pas cicatrisée, à cause de toute cette bataille. Soupirant légèrement, tout en se mettant en position, il regardait une nouvelle fois de son regard perçant la zone de bataille.. Quelques abris de fortune si et là, une bonne dizaine, voir quinzaine de type énervés leurs tirant dessus... Une situation désespérée, mais motivée par un petit détail intéressant. Le turien était bourré d'arrogance, assit sur un trône improvisé, regardant la bataille au loin. Sous-estimait-il les capacités du Krogan, où était-il simplement idiot ? Lâchant un grand cri, le Krogan sorti de sa cachette, fusil d'assaut pointé vers l'avant, sa première cible se mangeant une rafale de trois balles dans le corps, le krogan s'agenouillait sur son premier abri, laissant un autre arriver, tirant quatre balles dans son corps, l'achevant probablement au bout de la quatrième, tout du moins, il espérait.

Effectuant une roulade assez peu commune chez les Krogans, il se saisissait d'un troisième, se servant de lui comme bouclier humain, dégainant la propre arme de sa victime, tirant du mieux qu'il pouvait sur ses cibles, reculant, lentement, finissant par se retrouver dos à dos contre l'humaine. Comment le savait-il ? Et bien, elle ne le visait pas, tout simplement ! Un sourire toujours plus grand se dessiner sur son visage à mesure qu'il tirait sur des cibles, tournant lentement sur lui-même, afin d'abattre le plus plus vite possible les autres. Etrangement, ou plutôt, heureusement, l'humaine avait eu les mêmes réflexes. C'est dans une sorte de danse des balles particulièrement classe, rappelant un vieux holofilm qu'il avait vu il y a quelques années de cela, que Graash commençait à rire, amusé et fier de reproduire une scène d'un de ces films culte de guerre. Lorsque les munitions virent à manquer, le réptile poussa un peu violemment l'humaine, qui tomba sur le sol alors qu'il se prenait une balle dans l'épaule.. Il venait de protéger la gamine. Et cela l'irritait. Maudits réflexes ! Effectuant une charge biotique sur sa dernière victime, et..étonnamment le dernier homme de main encore debout sans compter les deux gardes du corps du turien, il saisissait sa victime à la gorge, le jetant au sol avec une telle force que les pierres et cailloux autour de l'impact firent un bond, et le reptile dégainait le pistolet de sa victime, son regard non pas sur celle-ci, mais droit vers le turien, alors qu'il l'abattait d'une balle dans la tête de sang froid.

« Il est à moi, je le veux mort. Compris ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


En ligne
Messages : 73
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Une armée à deux.[Ada]   Dim 20 Aoû 2017, 15:55
Une armée à deux


- Planète Sanctum
- Base du gang des criminels

Le fuyard se mangea une volée de cartouches envoyées par mon Mattock dans la jambe et dans la tête alors qu'il tentait de se traîner vers un abri et qu'il se redressait. D'aucuns auraient appelé cela une exécution mais je n'eus aucun scrupule à l'abattre comme un chien car aucun de ces pirates n'avait eu de pitié en massacrant mon unité. Là où je me trouvais une seconde plus tôt, un déluge de feu provenant de plusieurs fusils d'assaut s'abattit pendant que je me mis à couvert derrière une navette au sol. Je ne savais pas où se trouvait le Krogan mais à entendre la fusillade qui se tramait un peu plus loin, je me disais au moins que mon allié temporaire était toujours dans le coup et que les pirates allaient se concentrer sur lui. C'était finalement une bonne chose que d'avoir un allié aussi massif, même complètement fracassé dans sa tête pour prendre les coups car seule, je n'y serais bien évidemment, jamais arrivée. Afin de soulager notre ennemi de quelques pirates, je dégoupillai une des deux grenades que je portais sur moi et passant la tête de l'autre côté de la navette, je remarquai non loin de là un groupe planqué derrière un anneau de sacs de sable et qui préparait un gros lance-roquettes, de type qu'on utilisait pour détruire un blindé, certainement destiné au Krogan qui combattait non loin. Je lançai mon engin explosif au dernier moment après avoir attendu quelques secondes en ayant prise le temps de préparer mon impulsion pendant qu'ils étaient tous focalisés sur le Krogan. Le grenade partit se loger contre le lace-roquette dans un bruit métallique cristallin et qui arrêta net les pirates avant qu'elle n'explose. Les roquettes étaient juste à côté de leur engin lanceur et ma grenade provoqua une jolie explosion impressionnante qui souffla l'abri de sacs de sable et les pirates dans un rayon de quelques mètres autour de la position armée.

Je bondis de mon couvert pour attaquer en même temps que le Krogan et le champ de bataille restreint s'offrit à moi. Je présumai que le Turien assis sur un espèce de trône un peu plus loin était la cible à éliminer. Entre lui et nous, deux rangées de positions de tir mais le dispositif de défense était aussi massif que stupide. Rien ne pourrait empêcher un tir bien placé d'atteindre le Turien malgré les deux gorilles de la même espèce qui lui servait certainement de gardes du corps et si les pirates avaient eu une once de lucidité, ils auraient pris la fuite ou se seraient rendus mais ils avaient préféré rester combattre, certainement sous la menace de leur chef. Notre duo de combat avec le Krogan était brutal, implacable et diablement efficace en ne laissant que des morts derrière nous, lui avec sa force brute de Krogan et sa violence déchaînée de mercenaire vétéran d'années de combat, mue par ce que je supposai être une vengeance effrayante, moi avec précision et efficacité, résultat de l'entraînement militaire le plus poussé de l'humanité et exploitant les faiblesses de l'ennemi et frappant de toute mes forces afin d'annihiler l'ennemi au plus vite. Nos ennemis avaient fait leur choix, ils allaient mourir ici et là, personne parmi eux n'allait s'en tirer. Je franchis la première ligne de défense aisément, mon Mattock tuant deux autres pirates défendant la position, le premier se prit une volée en pleine tête, le second paniquant dans la recharge de son fusil à pompe et se prenant ma bottine en pleine tête alors que je bondis par-dessus la barrière, l'achevant peu après.

Le Krogan se trouvait déjà là avant moi et je le rejoignis alors que les pirates nous encerclèrent mais au lieu de nous abattre à distance, le Turien eut un mouvement de la main et sous la menace des armes de ses gardes du corps, les pirates se jetèrent à corps perdu au contact de notre duo. Je me retrouvais dos à dos avec mon allié temporaire et l'on résista ardemment à leurs assauts. Comme une tourelle de combat, on se mit à tournoyer afin de résister au mieux. Les cartouches se mirent à pleuvoir et je m'en pris une paire sur la cuisse ainsi que d'autres dans le bras et la hanche. Mes blessures furent douloureuses mais je devais continuer à combattre, malgré que l'ordinateur embarqué de mon armure distilla son medigel. Je mis un genou à terre afin d'éviter les tirs à hauteur d'homme qui se fracassèrent contre l'armure déjà amochée du Krogan avant de faire pleuvoir la mort à mon tour en me relevant. Je variai coups de feu et OmniLame pour ceux qui s'approchaient trop près voire d'un bon coup de bottine assorti d'une cartouche ou de la lame holographique mais non moins mortelle. Les pirates se mirent à mourir à un rythme effrayant, poussés par le désespoir et la farouche mais absurde et meurtrière détermination du chef turien. Bientôt il ne restait que très peu de pirates debout qui rechignèrent à nous attaquer à part à distance. À un moment, je pris un violent coup dans le dos alors que j'étais sur mon dernier chargeur de cartouches thermiques. Je crus avoir été victime d'un coup de feu de fusil à pompe alors que j'étais à terre et grognant de douleur, je grimaçai à l'encontre d'un pirate, trop heureux de m'avoir à sa merci. Je détournai d'une main le canon de son arme avant de la lui arracher des mains puis je lui flanquai un violent coup de pied sur son tibia et je retournai son arme contre lui. Les cartouches déchiquetèrent les boucliers et le ventre de mon ennemi qui s'effondra.

Je me relevai en vérifiant mon Mattock qui comportait moins d'une dizaine de cartouches avant de regarder le Krogan abattre d'une balle en pleine tête le dernier pirate debout. Sur le trône ridicule du Turien ne restait plus que le dit Turien et ses deux gugusses gardes du corps. Dans mon oreillette, une voix me prévint que la batterie anti-aérienne était sécurisée et qu'elle allait sauter. Puis j'entendis la voix menaçante et rauque du Krogan et je grimaçais sous mon casque à la fois de douleur mais aussi de colère envers mon allié. Mon corps était perclus de douleur et comportait plusieurs blessures. Je fusillai le Krogan du regard avant de fixer le Turien, ignorant superbement les deux gardes du corps, turiens eux aussi qui nous braquèrent de leurs pistolets.

Je le veux aussi mort que vous, il a fait massacrer mon unité. Mais j'ai mieux : ON le tue.

À cet instant, tout se passa très vite. Mon Mattock se leva brusquement et avant que les gardes du corps ne fassent feu, trois cartouches partirent vers le Turien. Le Krogan gronda de colère et fit feu en même temps en tirant plusieurs cartouches. Mes projectiles atteignirent la gorge et la poitrine du Turien alors que d'autres impacts de cartouches n'étant pas de mon fait atteignirent la tête et la poitrine également. Au même moment, la batterie anti-aérienne non loin de là explosa dans une gerbe de flammes. L'un des deux gardes du corps regarda le spectacle, médusé alors que le second ouvrit le feu sur moi. Sa première cartouche crama entièrement mes boucliers tandis que je tâchais de me mettre à couvert alors que la seconde m'atteignit le plastron sur le ventre. Une douleur intense se répandit en moi alors que l'ordinateur embarqué me signala une blessure aux abdominaux, non mortelle pour le moment mais requérant une rapide assistance médicale. L'armure avait encaissé la cartouche mais mon corps avait été atteint. Je lâchai un cri de douleur alors que j'étais à terre, une main sur le ventre et je me traînai vers l'abri le plus proche. Qu'est ce que faisait le Krogan, je n'en avais aucune idée, je ne pensais plus qu'à moi, je n'entendis qu'à peine la voix du commandant du reste de l'unité d'intervention me prévenir qu'il avait entendu mon cri de douleur dans son casque et qu'il se dépêchait pour me rejoindre...

Magnez-vous... gnnn Lieutenant... et le... Krogan encore debout... uhhh... épargnez-le... c'est mon aide intérieure... khhh j'espère que vous avez trois tonnes de medigel merde !


Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 48
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Re: Une armée à deux.[Ada]   Mar 22 Aoû 2017, 22:01
Il était là, à portée de tir lors qu'un tir qu'il avait entendu encore et encore résonnait dans ses oreilles, oreilles, que ces balles frôlaient, si tant est que les Krogans avaient leurs oreilles à l'extérieur, comme les humains. D'ailleurs, quand il y pensait, les humains sont les seuls a avoir cette particularité de mémoire.. Question à creuser. Mais le turien s'était mangé une balle de l'humaine. Aveuglé par la rage, il plomba le turien de ses cartouches restantes. Des cartouches de M-300, ça vous arrache un bras, un tronc, une jambe, une tête... Tout. Il ne restait plus grand chose de son ennemi et les garde du corps n'étaient pas mieux nantis. Morts aux côtés de leurs patron, qui avait eu l'arrogance de croire que quelques pirates mal entraînés auraient suffit à le vaincre. Oh, et l'humaine lui a été utile aussi. Mais il fallait reconnaître, que se battre comme il le fait devenait de plus en plus dangereux au fil des années. Son corps était couvert de sang, le sien, celui de ses ennemis, mais la douleur était surtout la chose la plus présente chez lui. Des balles, il venait de s'en prendre pas mal, fort heureusement, rien de grave..que des blessures superficielles, tout ce qu'il aimait. Sa jambe lui faisait toujours un mal de chien mais, il s'en remettrait aussi. L'humaine en revanche...

Il s'approchait d'elle, boitant un peu moins qu'avant et l'observait, s'asseyant à côté d'elle. Ce n'était plus vraiment la même combattante qu'au début. A première vue, elle était plus que mal en point, mais, son armure faisait déjà tout le travail possible, il ne pouvait que rester là à lui parler pour la maintenir éveillée. Si elle s'endormait, les esprits, les dieux et toutes ces bêtises viendraient la chercher et l'emmener dans un autre monde. Fouillant dans sa poche, il regardait son cigare qu'il voulait s'allumer oubliant qu'il ne pouvait sans doutes pas très bien respirer ici. Et surtout, ce dernier était en train de s'effriter, le combat l'ayant totalement fichu. Il se marrait en toussant un peu. Heureusement que son casque n'avait pas eu de quoi le faire mourir par asphyxie. L'humaine semblait expliquer aux renforts qu'elle était alliée avec lui, et qu'il ne fallait pas lui tirer dessus. C'est vrai, ce serait dommage qu'il ait a tuer les copains de l'humaine en plus de l'armée de pirates. Surtout qu'il ne sait pas appliquer les premiers soins et , de ce fait, il devrait la laisser mourir aussi.

« T'as été plutôt bonne durant ce combat. Tu serais une kroganne, t'aurais eu les honneurs. Je t'en veux quand même de ne pas m'avoir laissé cet enfoiré de piaf . On va dire que je te laisse la vie sauve, uniquement parce que je ne me serais pas débrouillé sans toi.»

La navette de l'alliance atterrissait ,soulevant un nuage de poussière, alors que le krogan était là, assis, tapant la discute avec une humaine entre la vie et la mort. Des gens mourir, Graash en avait vu des tas, des centaines. La mort était pour lui une vieille amie qu'il saluait et accompagnait souvent lors de ses récoltes, il était son meilleur semeur. Bien entendu, malgré l'avertissement assez chaotique d'Ada, les membres de l'alliance braquaient leurs armes sur lui, il lâchait un petit grognement las de cette réaction. Parfois, les gens pouvaient être stupides. S'il voulait attaquer les soldats, il l'aurait déjà fait. S'il voulait tuer Ada, il l'aurait fait, surtout là, alors qu'elle était aussi vulnérable qu'un bébé pyjak. Alors qu'il levait les mains en l'air, de même que son regard exaspéré, il entendait un homme demander explication.

« Le turien m'a doublé, j'suis un mercenaire qui travaillait pour lui. Il pensait que je vous avait amené ici. Je n'aime pas qu'on me double et la gamine ici présent est la seule survivante de son équipe. Moi, je me suis contenté de m'allier temporairement avec elle. Ramenez moi au premier spatioport sur et on ne se verra plus jamais. »


Alors qu'un soldat vérifiait l'état de la demoiselle, clamant qu'elle était vivante, le haut gradé de l'équipe lui faisait signe de monter dans la navette, demandant s'il avait besoin de soin. Il voulait juste se tirer le plus vite possible de cet endroit. Ses blessures étaient superficielles. Il s'installait dans un coin, faisant craquer sa nuque et quelques uns de ses os, regardant les humains s'attarder à soigner l'humaine ou du moins les premiers soins.

Une bonne heure plus tard, il fut déposé dans un spatioport et il espérait ne plus jamais revoir cette équipe.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


En ligne
Messages : 73
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Une armée à deux.[Ada]   Dim 27 Aoû 2017, 20:55
Une armée à deux


- Planète Sanctum
- Base du gang des criminels

Je me mis à l'abri même si normalement, nous avions tout tué avec le Krogan et mes blessures me firent souffrir. Tellement que je crus que j'allai m'évanouir ou m'endormir sous l'effet soporifique de la lutte conjointe de mon corps et de mon armure contre mon mal. De plus, la bataille avait été âpre, dure, inégale et éreintante. Contrairement aux pirates et malheureusement à mon unité, j'étais bien vivante mais dans quel état... Le Krogan ne présentait pas mieux et arborait lui aussi des blessures qui m'auraient certainement tuée mais la constitution du reptilien ainsi que son métabolisme lui permettrait de se remettre bien plus vite que moi. Ce dernier s'assit à côté de moi alors que je grimaçais de douleur sous mon casque et me parla pour me maintenir éveillée. Sciemment ou pas, il me permettait de rester consciente et de ne pas sombrer le temps que mes alliés arrivent. Mon allié temporaire m'adressa alors ce que je pris pour des compliments, teinté d'une certaine dose de frustration car il n'avait pas tué à lui tout seul le Turien qu'il voulait descendre. Il admettait néanmoins que mon aide avait été nécessaire pour lui. J'accueillis ses mots par une grimace plus large qui devint un rictus alors que je lui répondis, la voix légèrement saccadée.

Vous... n'étiez pas le seul à...

Je me mis à tousser puis à rire nerveusement avant de tousser encore.

... à lui en vouloir... Il a uhhh... fait massacrer tout les gars... de mon unité... mais gnnn... merci de votre... clémence... j'y serais non plus jamais arrivée sans vous...

Mes alliés arrivèrent peu après et le médecin d'intervention se mit immédiatement à mon chevet pour me soigner comme il pouvait. À cet instant, je perdis conscience pendant quelques secondes tandis que le commandant de l'unité d'intervention interrogeait le Krogan qui était braqué par tout les soldats de l'Alliance présents. Revenant à moi et comprenant ce qui se passait, j'esquissai un geste d'exaspération alors que j'avais bien dit qu'il ne fallait pas menacer le Krogan mais le toubib me baissa la main en m'ordonnant de ne pas bouger. Les explications du Krogan finirent par convaincre mon commandant d'unité qui ordonna de m'embarquer à bord de la navette qui avait fait le déplacement jusque là. Le Krogan nous suivit à bord et sans mot dire mais les soldats qui embarquaient peu après avec nous maintinrent un espace de sécurité entre l'alien massif et eux. Moi de mon côté, j'étais allongée et l'on m'administrait les premiers soins. Encore consciente, je jetai un regard vers le Krogan. Il ne disait ne plus jamais nous revoir mais en croisant le regard meurtrier du mercenaire, j'avais l'intime conviction que ça n'allait pas être notre seule et unique rencontre. Une sorte d'intuition, peut-être féminine, avant de sombrer à nouveau...

Lorsque j'étais revenue à moi, j'étais dans l'infirmerie du Wake, allongée sur un lit et bardée de bandages. Le médecin de bord vint aussitôt auprès de moi et vérifia mon état. Je me sentais bien mieux à cet instant et lorsque j'interrogeai le médecin, il m'apprit que le Krogan avait été déposé dans un spatioport d'une colonie à sa demande et qu'il n'avait fait de mal à personne. Avec amertume, je repensai à ce monstre qui s'était transformé en une quasi providence qui m'a permis d'accomplir la mission mais aussi de revenir vivante de ce combat. J'espérai ne jamais le revoir mais j'étais maintenant convaincue que dans un avenir plus ou moins proche que lui et moi allions nous recroiser à nouveau. Tant qu'après cela pouvait arriver le plus tard possible... En revanche ce que je n'avais pas prévu, c'était que mon frère Gary ne trouve la mort quelques mois plus tard. Le début d'une longue descente aux enfers...


Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une armée à deux.[Ada]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Une armée à deux.[Ada]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Berceau de Siegfried-