AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Fanatisme dévorant [Vélès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 26
Crédits : ( j'y travaille )

MessageSujet: Fanatisme dévorant [Vélès]   Dim 02 Juil 2017, 23:21
Intervention MJ :NonDate : 02/07/2203 RP Tout public / Violent
Astrid Mayer ♦ Urdnot Graash ♦
Fanatisme Dévorant


Citadelle - 16h

Une Journée qui se voulait tranquille avait déjà bien commencé pour notre petite boule de nerfs. Astrid prenait tranquillement son goûter, croissant et café, une vraie fana de bouffe Française. La petite blondinette avait fait tellement d'effort socialement qu'elle arrivait même à manger avec quelques marines sans s'engueuler avec eux
Du moins... pas trop fort.

- Eh les gars ! Paraît que le capitaine vous a fait courir à poil dans la cours, ça fait comment d'avoir le machin qui fait des gauches - droites à chaque tournant ?

L'un des soldats éclata de rire, les hommes étaient dans la même unité que Astrid.

- Pas maintenant Mayer... on s'en remet doucement. On avait le droit à nos sous-vet quand même.

Déçue, la jeune lieutenant faisait mine de bouder. Amusée, elle taquinait sur la circonférence pénienne et la virilité du groupe. Etant la seule fille de la table, elle ne pouvait qu'en profiter. Après avoir lancé quelques vannes douteuses, Mayer dû reprendre ses activités.

17h La jeune femme fit un tour auprès de son mantis, elle adorait vraiment bichonner cet engin, ça devait être sa façon de donner un peu d'affection. Avant de pouvoir laisser son amant mécanique, Astrid reçu un appel visiblement urgent de part la couleur de l'écran de son omnitech.

- Ouais ? Lieutenant Mayer.
- Lieutenant, je vois que votre courtoisie et le respect au grade grandit de plus belle...
- Hein hein. Aquiesa t'elle désinvolte.
- Booon... navré de devoir vous déranger lieutenant mais on va devoir vous confier une mission assez particulière. Répondit son supérieur sur un ton ironique.

- Mouais, particulière comment ? Presque sur le ton de la bouderie.
- On a totalement perdu le contact avec 3 marines du corps de reconnaissance sur Vétès . Les communications y sont très mauvaises, vous allez devoir y déposer un groupe de 5 marines. Les disparus sont Carber, Angelo et Djibril.

- Ah...c'est une certitude qu'ils ne répondent plus...? Elle avait l'air de tenir à ces hommes.
- Oui Mayer, je sais que vous étiez plutôt proches. Puisque vous les connaissiez, vous pourriez les reconnaître plus vite en participant à la mission. Je vous ai choisi pour maximiser nos chances de succès, est- ce que vous comprenez ?

- Oui capitaine. Hum... Astrid se montre polie et courtoise, ça en dit long sur son mal être...

En fait Angelo et Djibril étaient deux bons camarades de beuverie avec qui la blondinette arrivait à s'entendre. Des gars patients comme ceux là, y'en avait pas beaucoup...

- Vous partirez à 20h, rendez vous au hangar 7, prenez par la piste B pour rejoindre l'escouade que vous allez accompagner. Ils ont un blason argenté et seront 5, il s'agit de rangers du 3e bataillon d'infanterie, prenez en soin ... Une fois que vous les aurez dans votre appareil, rejoignez la frégate amarrée au quai 3, elle doit justement passer dans le même système pour déposer du matériel en nombre.

Ces mecs là étaient formés à prendre de l'information en territoire hostile, se baladent avec un béret rouge la journée, un casque à caméra le soir. Ces types sont des durs, apparemment la situation est plus compliquée qu'il n'y paraît...

19h30

Après s'être nerveusement préparée, Astrid avait rejoint l'endroit indiqué pour . Les 5 rangers étaient là, armés jusqu'aux dents et étaient accompagnés d'un robot FENRIS équipé d'un Predator qui tirait sur les cibles désignées comme hostiles par les lasers des armes du commando de ranger.

- Lieutenant entama le meneur de l'éscouade. Je suis le colonel Li Wei, voici le caporal Tac notre TP ( tireur de précision ), le sergent Julio notre expert en démolition, le caporal chef Lusina et le sous - lieutenant Takä nos fusiliers.

- Hum, Lieutenant Mayer, votre taxi.

Un soupire amusé échappa du nez de Tac. Le colonel ne voulait pas relever, il était au courant que Astrid avait encore beaucoup à apprendre sur la hiérarchie... L'embarquement se fit très vite, prêts à partir, le groupe décolla pour rejoindre la frégate chargée de transporter le mantis dans la nébuleuse de la tête de cheval.

Le trajet se fit assez rapidement, Astrid était assez pressée de savoir ce qui était arrivé à ses potes. Pied sur le planché, le petit bout de femme avait déjà choqué ses passagers par la nervosité de sa conduite. Elle aimait la vitesse et n'hésitait pas à le faire comprendre.

- " A tous, des sacs en papier se trouvent sous vos sièges, si je vois un gerbis dans mon appareil je vous jure que je vais vous le mettre dans ...

- " Ici le SSV Stalingrad, demandons de confirmer la matricule de l'appareil "
- " SSV Stalingrad ici Prétoria 2, demande d'amarrer dans le hangar extérieur "
- " Prétoria 2 vous avez le feu vert, bienvenue à vous "

Quelques minutes de manœuvres ont été nécessaires pour positionner l'appareil au niveau d'un hangar aménagé sur le côté de la frégate pour poser le mantis. Astrid ne faisait qu'un avec son appareil, elle manœuvra sans avoir eu besoin de s'arrêter ou de modifier sa trajectoire. En un mouvement fluide et régulier, le mantis se posa dans la frégate, c'était du répété, léché, carré.Les mains de la pilote bougeaient avec lenteur et précision sur les joysticks comme s'il s'agissait de quelque chose de naturel.

Astrid ne regardait plus sont tableau de bord pour piloter, elle écoutait son appareil et sentait les vibrations du moteur du bout de ses doigts sensibles.

- " Qu'est ce que j'allais dire sur les sacs en papier...? Oh peu importe.




Dernière édition par Astrid Mayer le Sam 02 Sep 2017, 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 47
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Re: Fanatisme dévorant [Vélès]   Sam 08 Juil 2017, 13:26
Quelque chose que Graash n'avait jamais compris, c'était pourquoi il était envoyé dans une navette à part systématiquement une fois qu'il était employé par l'alliance interstellaire. On pourrait apparenter ça à du racisme de prime abord. Mais ça devait être par soucis d'espace. Après tout, un krogan prenait facilement la place de trois à quatre hommes dans une navette. Cela dit, il fallait avouer qu'il s'ennuyait un peu, n'ayant pour seule compagnie qu'un pilote n'en ayant rien à faire de lui, et ne voulant probablement pas du tout parler avec le reptile, Graash regardait son armure, comptait les rayures et autres impacts de combats qu'il n'avait pas pu réparer, faute de temps ou d'argent. Un long et pesant silence s'était installé dans la navette, seulement interrompu par les bruits de réacteur, ou du gargouillis des estomacs du Krogan. Il n'avait pas mangé ses quatre entre-côtes avant de partir, ce qui était fort regrettable, Graash étant du genre à perdre 50% de ses performances lorsqu'il a faim.

Le Krogan lâcha un petit grognement avant de regarder une nouvelle fois le pilote, une forte envie de lui arracher la tête et de la dévorer émergeait, mais c'était loin d'avoir un quelconque rapport avec la faim.

Regardant le plafond de la navette, le jaune se remémorait un peu le briefing. Il avait eu le droit à un briefing à part, dans une petite salle ressemblant étrangement à une salle d'interrogatoire. Et ça devait en être une, mais ce jour là, elle était improvisée en salle de briefing pour Krogan. Une table, trois chaises, quatre gardes armés, un pour chaque coin de la pièce. Comme si Graash allait s'amuser à attaquer tout seul et sans préparation une base de l'alliance humaine. Parfois, les humains sont vraiment stupides avec leur méfiance envers les autres espèces de la galaxie. D'accord, son espèce était sanguine, s'énervait facilement, mais ils n'étaient stupides. Loin de là. C'est juste qu'il n'a jamais été nécéssaire de faire de la grosse stratégie pour parvenir à remporter une bataille. Leur force, leurs endurance, et leur capacité à effrayer l'ennemi quand, même avec une quinzaine d'impact de balles ils continuent de tuer l'air de rien suffisait.

Mais là, franchement, toute cette sécurité était réellement nécéssaire ? Surtout qu'il se rappelait bien, que ce fût un membre de l'alliance qui était venu le chercher . Il picolait tranquilement sur la citadelle ce jour-là. Profitant de la solde d'un de ses contrats durement réussi. C'était avec un membre de l'alliance d'ailleurs, si sa mémoire était bonne. Un type tout en tenue de cérémonie officielle venait débarquer à sa table, une lettre dans la main, tendue vers Graash. Au début, le Krogan avait cru à une mauvaise blague. Personne ne l'avait contacté ainsi depuis qu'il est né. La lettre était sur un datapad, évidemment mais quand-même. Surtout pas pour un contrat. Mais, ça semblait assez urgent et important . Le type était un officier avec un rang plus ou moins elevé, il n'avait pas retenu ce détail, jugé trop superficiel. Mais sa phrase d'accroche était juste magnifique.

"Monsieur Urdnot Graash, l'alliance a besoin de vous ! "

Le sourire jusqu'aux oreilles du Krogan en disait long sur sa réaction en lisant la lettre.

"Monsieur Urdnot Graash. Nous vous contactons, car nous avons urgemment besoin de votre assistance sur une affaire délicate...[...]"


La lecture de cette lettre fit éclater de rire le reptile qui, comme à son habitude tapait sur la table durant son rire, pendant que l'humain, pourtant venu officiellement se trouvait gêné par la réaction, probablement même honteux, s'attendant déjà a essuyer un refus, ou pire, un bon coup de boule de la part du mastodonte. Mais il n'en était rien. Il renvoyait le datapad vers l'humain, en le glissant vers ce dernier.

"J'accepte, je veux la moitié maintenant, le reste plus tard. Vous aurez tout loisir de reprendre la moitié si je meurs, même si ya peu de chances. J'veux aussi un bonus de 15% supplémentaire si je dois massacrer plus de cent personnes, les munitons, l'entretien des armes, ça coûte cher."

Bon, la vérité, c'était juste une excuse pour avoir plus d'argent. Son équipement ne lui coûtait rien en entretien, quant aux munitions, il n'en utilisait que très peu, préférant de loin le corps à corps et utiliser les armes des ennemis. Mais il acceptait avec joie un peu plus d'argent de poche.

Une petite lumière accompagnée d'une sonnerie retentit, indiquant qu'ils avaient atterri sur Veles. La planète où allait se dérouler la mission. Si sa mémoire était bonne, il devait accompagner et aider les humains à retrouver trois personnes. Sa navette venait d'atterrir non loin de celle des humains. La planète était.. une jungle. Une jungle immense. Après un bref coup d’œil, Graash émit un grognement de mécontentement. Cet endroit était un nid à embuscades. Rien qu'à l'atterrissage, ils auraient pu se faire tuer une quinzaine de fois. Les humains étaient à leurs habitude bien ordonnés, en rang, Graash, profitera juste de sa régénération accélérée au cas où il se prendrait une balle au hasard. Pour l'occasion de cette mission, il avait d'ailleurs enfilé son casque de protection pour l'occasion, flambant neuf, garanti protéger contre la plupart des balles.

Il s'impatientait, regardant autour de lui une nouvelle fois, ayant la désagréable sensation d'être observé. Mais pas en position de danger, ce qui était paradoxal. Il était évident pour lui que ce n'était pas la faune locale. Mais.. ils n'étaient pas dangereux..

"Bon..comment on procède ? Ca sent pas bon cette planète.. On va se faire cueillir comme des bleus si on reste sur place."

Comme à son habitude, Graash était impoli, direct, mais juste.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 26
Crédits : ( j'y travaille )

MessageSujet: Re: Fanatisme dévorant [Vélès]   Sam 15 Juil 2017, 19:30
Orbite de Vélès

Le craquement de la coque des chambres improvisées pour le groupe du mantis empêchait notre blondinette nationale de dormir… Des poches se formaient sous ses yeux à mesure que ces derniers rougissaient. Un bâillement bruyant fini par s’échapper de la bouche d’Astrid. Elle en avait déjà marre de cette mission et ça… c’est jamais bon signe…

En fait Mayer est si capricieuse que le fait de devoir en chier avant même d’avoir atteint son théâtre d’opération la rendait encore plus insupportable que d’habitude…Et franchement, c’était dur à faire.

- J’en ai marre… j’en ai maaaaare ! Répéta t’elle pendant au moins une bonne vingtaine de minutes. Lassés, ses camarades décidèrent de ne plus trop l’écouter. Le calvaire du groupe allait pouvoir se terminer d’ici peu… Une voix salvatrice se fit entendre dans le SSV Stalingrad.

- Ici le commandant Jason Jeslin, Prétoria 2 nous approchons de votre destination, s’il vous plaît veuillez-vous présenter au hangar extérieur 2

Je crois que même une gamine de 4 ans devant un cadeau de noël ne pouvait montrer plus de joie que Mayer…Une fois tout ce petit monde embarqué, il fallait maintenant le déposer sur Vélès et ça… c’était plus difficile.
Graash était nerveux et il avait raison… Après quelques minutes, des feuillages assez proches s’ouvrirent pour laisser passer le groupe de rangers. Professionnels, ils étaient séparés d’une vingtaine de mètre des uns des autres, leurs armes n’étaient pas levées, il est probable que ces types évitaient d’inutiles ennuies avec un Krogan vétéran, c’était plutôt intelligent.. Après quelques pas en direction de Graash, le commando s’immobilisa. Le colonel menant l’escouade s’approcha du reptile.

- Mercenaire Graash… Je suis le colonel Li Wei, voici les hommes qui vont nous accompagner dans cette mission.
Astrid était naturellement à la traîne, elle trébucha sur des ronces et tomba sur les mains avant en poussant un petit cri aigue … quelle idée d’avoir ramené pareille calamité.. Astrid n’était utile que dans les airs, et ça va vite se voir…

Un soupire échappa de la bouche de Julio, l’expert en démolition.
-Hey barbie… va falloir s’appliquer un peu » lança t’il sur un ton à la fois déconneur et réprimant. La réponse de notre petite boule de nerf ne tarda pas à donner le ton à leur relation …

-VA CHIER !!! C’est grâce à moi que t’es là !

- Hey ! Tu veux pas rester pro un peu ? » en tentant de faire passer ça avec humour.

- Mon poing dans ta gueule de puceau ça va être pro !

- hey hey , on se calme… » s’interposa le colonel

- De quoi on se calme ?! Regardez moi ce bourbier ! J’ai de la merde partout sur mon pantalon ! La blondinette été définitivement énervée et hurlait à s’en casser la voix, c’était insupportable…

Après avoir quelques mots doux partagés et une bonne dose de camaraderie, le groupe de l’alliance expliqua de nouveau la situation à Graash, ce dernier semblait pour le moins blasé de la scène à laquelle il venait d’assister, en même temps, se dire qu’il fallait faire équipe avec une telle énergumène ne rendrait pas la mission plus facile…

Le colonel discutait tactique avec ses hommes, la pilote elle, allait vers la navette d’où provenait le krogan, intéressée par ses systèmes et son modèle, une vraie geekette… Le lieutenant inspectait tous les recoins de ce dernier, c’était la seule chose à laquelle elle accordait de l’importance. Après avoir fait son petit tour, Mayer fixa le krogan d’un air interrogateur.

- Qu’est-ce qu’un krogan peut-il bien foutre sur cet endroit… ? Lança t’elle sans la moindre diplomatie, ni politesse.

Après avoir écouté la réponse de ce dernier, le lieutenant ne montra pas plus de sympathie qu’auparavant.
- Peu importe… de toute façon je ne pense pas que tu sois là pour relever niveau hein ? Décidément… la politesse et le tact de cette fille n’avaient aucune limite…

Après cette agréable présentation, le groupe se décida à avancer en direction de la colonie la plus proche de la disparition des 3 marines. Rien de suspect n’était visible pour le moment, tout le monde avait l’air de vivre une vie ordinaire, les humains qui vivaient à cet endroit semblaient tout ce qu’il y avait de plus normal. A leur approche, un homme s’avança près du groupe, il semblerait qu’il s’agisse du chef de la colonie. D’une voix avenante, il se présenta de manière très simple.

- Messieurs et Madame, bienvenues dans notre belle colonie.

Ça Sentait un peu le retravaillé quand même, limite un peu guide touristique. Le colonel Li Wei allait se présenter quand une petite tête blonde lui passa devant en le bousculant.

- Ils sont où ??! Lança la pilote passablement énervée.

- Qui donc mademoiselle.. ???

- Mayer… Ou sont les 3 marines Recon que l’»on recherche ? Accusatrice, Astrid savait que ces mecs-là ne pouvaient pas disparaître simplement.

- Allons allons mademoiselle Mayer… Essayant de la calmer de la calme, visiblement pacifiste.

- Lieutenant…

- Nan, on me l’a fait pas ! Ces mecs là étaient les meilleurs de leur unité !

- LIEUTENANT MAYER Hurla l’officier responsable - veuillez rester en arrière je vous prie… et me laisser parler… c’est un ordre Astrid.

Un instant plus tard, le lieutenant s’était résigné à laisser son supérieur parler au chef de la colonie. Ils avaient l’air de bien s’entendre et de coopérer pour trouver les marines portés disparus. Le chef proposa au groupe de passer la soirée avec eux avant d’aller les chercher le lendemain. Graash semblait trop expérimenté pour se laisser séduire comme ça et alla causer un peu au groupe pour partager son avis. La pilote n’était pas très coopérative mais il fallait s’y attendre…

Après quelques minutes de froid et bouderie en tout genre, Mayer se décida à suivre la troupe légèrement en arrière du groupe. Le chef fit un peu visiter la colonie aux nouveaux arrivants et leur proposa de rester un peu pour fêter leur arriver comme il se doit… c’était un peu suspect même si toute la population semblait être très aimable. L’endroit était propre et soigné, des bâtiments érigés sur plusieurs niveaux de passerelles donnaient une belle vue sur le territoire et l’architecture arrondie des locaux était plutôt séduisante.
Astrid faisait définitivement la gueule, elle s’adressait au krogan qui ne semblait pas avoir de relation particulière avec le groupe de soldats.

- Alors comme ça t’es là pour du blé c’est ça ? Demanda la jeune officier sur un ton accusateur.

Le krogan semblait relaxe et lui répondit sans se trop se prendre la tête.

Mayer n’insista pas, elle décida de quitter le groupe pour se balader un peu, surprise par un pyjak qui tenait ce qui ressemblait à un doigt… La pilote décida de le suivre, jusqu’au moment ou une odeur de charogne assez forte lui vint au nez… La blondinette s’enfonça dans la colonie en suivant cette odeur, Mayer avait peu de qualité, mais avait un odorat très fin ( pratique pour choisir de bons parfums ). La petite boule de nerfs passa entre plusieurs échoppes , les visages des habitants étaient froids et la regardait bizarrement. Préférant les ignorer, elle continua sa recherche et se dirigea vers de grandes poubelles assez loin du groupe…

L’odeur était difficilement soutenable. Curieuse de nature, elle décida d’ouvrir l’une d’elle d’une main hésitante. Ce qu’elle y découvrit allait surement changer le cours de cette mission..

Pendant ce temps le groupe était partit en direction de la grande place de la colonie, des habitants étaient regroupés autour du groupe de rangers, maintenant légèrement nerveux. Le chef décida de monter sur une estrade pour parler au groupe et à la foule en même temps. Ce dernier commença :

-Colons, soldats, nous nous rencontrons aujourd’hui pour vous aider à rejoindre un groupe de marines disparus.
Pendant qu’il parlait, l’un des rangers regarda autour de lui et ne vit pas Graash.

-Colonel, ou qu’il est passé musclor… ?

Un silence pesant planait après ces quelques mots.

-Et si nous commencions notre cérémonie de rapprochement ?

D’un coup, toute la colonie se mit à prier dans un dialecte inconnu et et lever un signe distinctif fait avec la main au dessus de leurs têtes. Seuls au milieu de cette foule, le groupe d’arrivant regardait autour d’eux dubitatifs.

- Nous vous souhaitons la bienvenue visiteurs, maintenant, nous allons vous joindre à vos amis ! Lâcha t’il sur un ai presque hystérique difficilement contrôlé.

A ces mots, un violent bruit d’éclat de vitre se fit entendre, suivi de quelques bruits et râles d’agonies. L’un des colons avait transpercé le casque et le visage d’un ranger avec une pioche…

Mayer venait d’ouvrir la poubelle, et remarque avec effroi, et une terreur difficilement descriptible des membres découpés et emballés. Ici, un bras portait le tatouage du bataillon des marines Recon. La vision de décomposition, l’odeur de la pourriture et la violence des images qu’elle venait de voir avaient totalement paralysé le lieutenant qui ne réagit pas immédiatement. Plusieurs secondes s’écoulèrent avant qu’elle ne réalise la présence de morsure humaine dans la chair des cadavres… La tête d’un de ses amis gisait au fond de la benne à ordure, les yeux dévorés, la langue arrachée, le visage pétrifié d’une expression d’horreur.

La blondinette comprit qu’ils lui avaient fait ça vivant… Des mouches à merde venaient pondre leurs œufs dans les carcasses humaines et dans ce qui ressemblait de loin à une cage thoracique sur laquelle il n’y avait presque plus chair… certaines côtes ont visiblement étaient rongées.

Après avoir ressenti ce qu’était la réelle détresse et l’horreur de ce qu’elle venait de voir, Astrid ne put s’empêcher de vomir à côté de la poubelle et manqua de peu de faire une crise de larmes assez violente. Ses mains tremblaient en même temps que sa mâchoire inférieure, la jeune femme était en état de choc.

- Qui…sont…ces animaux… ces monstres… ?

La jeune lieutenant fut interrompue dans l’horreur en entendant des coups de feu dans la colonie. Paniquée, elle se dirigea vers la sortie la plus proche mais fut interceptée et piégée par 2 hommes armés de barre en fer.
Le lieutenant tenta de courir sur le côté pour leur échapper mais reçu un violent coup dans le visage. La jeune femme tomba sur le côté, adossée au mur et pleura sans savoir quoi faire. Du sang coulait de son nez et de son arcade, la violence du coup traduisait réellement la folie de ces hommes, capables de battre une femme à mort. Au moment où l’un de deux se décida de s’approcher du lieutenant, pour repositionner sa tête avec son index sous le menton, pour mieux envoyer son coup avec un plaisir inhumain…

Le crâne de ce dernier se disloqua en bout de cerveau, de sang et d’os au son d’un fusil à pompe. Le deuxième n’eut pas le temps de se tourner que ses entrailles virent le jour après une deuxième décharge. Les corps tombèrent mollement au sol pour finir de se vider de leur sang. Graash se tenait debout derrière eux, agrippant l’humaine pour la relever.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 47
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Re: Fanatisme dévorant [Vélès]   Ven 21 Juil 2017, 12:06
La première chose qui venait à l'esprit du Krogan, c'était une question. Une question toute bête mais qui avait toute son importance. " Que-est-ce que le pilote faisait en dehors de sa navette, dans une mission à haut-risque comme celle-ci ?" Après tout, c'était elle le ticket de sortie, pas les autres avec leurs grosses armes et armure. Le comble dans l'histoire ,c'était qu'elle n'était même pas armée. Et insupportable de surcroît. La soudaine envie de lui hurler de la ferme était si forte, qu'il devait penser à des choses inhabituelles pour conserver son calme. Même lui n'est pas aussi insubordonné avec ses collègues. Et pourtant, il en a envoyer bouler des gens ! Mais bon, ça n'était pas le plus important. L'idée du supérieur des humains étaient d'aller dans la colonie la plus proche. Bien sûr, si trois soldats disparaissent, c'est dans une colonie qu'ils vont se réfugier. Ou s'ils se fait buter, c'est dans la première poubelle qu'on va les jeter et faire taire les témoins, d'une manière ou d'une autre.

Arrivés dans la ville, ils furent accueuillis par un type humain, aux yeux jaunâtres. Ce qui n'était pas naturel. Ils sont blancs leurs yeux, pas jaunes. L'accueuil fut plus ou moins chaleureux et ils ne considéraient même pas un gros lézar de 2m30 -bosse non comprise- armé d'un M-300 spécial " Arrache bras". Graash sentait une arnaque avec cet accueuil, mais il ne dit rien, déjà parce que ça allait tous les faire tuer sauf lui, et surtout, parce qu'ils devaient tous avoir des doutes. Ce fut pendant la visite guider que le Krogan se rappelait d'un endroit similaire, un endroit ou tout le monde était gentil, poli, accueuillant. C'était un masque, pour couvrir toutes les atrocités qu'ils commetaient. Une bande de bouchers ayant déguiser leurs QG en une colonie accueuillante, ils invitaient des gens à venir chez eux pour les massacrer ensuite et revendre les organes. Difficile pour eux de garder leurs "gentille face" avec de telles horreurs dans leurs CV. Mais ces psychopathes y arrivaient. Eux aussi.

L'humaine semblait vouloir discuter avec Graash. Sa question soulevait d'autres au reptile, évidemment qu'il faisait ça pour l'argent ! Ce n'était pas une association caritative.. Il répondit d'un air blasé.

"J'ai l'air d'un bénévole d'une oeuvre de charité ?"

L'humaine, sans doute blasée elle aussi de sa réponse parti faire un tour. Graash en profitait pour se séparer lui aussi du groupe et mener sa courte enquête. Les regards méprisants, il avait l'habitude, les regards de peur et de haine aussi . Mais, être totalement ignoré, jamais. Il y avait quelque chose d'étrange. Au détour d'une ruelle, il tomba sur une poubelle qui sentait la vieille charogne, du sang seché était sur le sol et des morceaux... humains en dépassait. Le krogan compris assez vite qu'ils étaient dans un piège, et qu'il avait -encore une fois- eu raison. Retourant sur ses pas, il croisait au bout de la ruelle deux humains, tenant des armes blanches de fortune, une barre de fer et ce qui s'apparente à un pied-de-biche. Ils devaient être complètement défoncés pour penser pouvoir le retenir avec des choses aussi rudimentaires un Krogan de 390 kg.

"J'ai un boulot à faire, j'ai pas le temps de faire joujou avec des abrutis ."

Le reptile chargea vers eux, et pour la première fois il revit la peur dans leurs yeux. Leurs nombre exagéré et l'effet de surprise ne fonctionnait plus. Ils allaient crever et ils le voyaient . Graash assaina un coup de poing avec une force prodigieuse droit sur le nez d'un des deux humains, sauf qu'il n'a pas cassé que le nez. Mais son crâne entier. L'autre, le tapait vainement avec le pied de biche, Graash lui infligea un coup de boule qui l'assoma directement dans un soupire mélangeant souffrance et ... perte de connaissance ? Difficile de comprendre ces petits cris d'humains. Bon, déjà retrouver la petite humaine énervante qui s'était séparée du groupe. C'était elle la plus propre à se faire tuer, les autres sont nombreux, organisés et armés, ils peuvent survivre un peu plus longtemps. Elle faisait quoi déjà ...? Ah oui ! Elle suivait un pyjak ! Sales bêtes ...


La recherche ne fût pas longue, le hasard faisant bien les choses, elle n'était qu'à deux pâtés de maisons de la position de Graash. Elle était encerclée par deux humains prêts à en faire leurs prochain dîner. Dégainant son M-300, il tira une balle, la seule dans la cartouche vers l'un des humains, ce dernier vivait son dernier instant, son crâne volant en éclat, avec une grosse partie de son tronc d'ailleurs. Le second se retournait vers lui, regardant tour à tour le Krogan et l'humaine, se demandant quelle cible était la plus facile. Evidemment, il tentait sa chance avec l'humaine.

Graash se sentait d'humeur joueuse aujourd'hui, il saisit le bras du cannibale avant qu'il n'eut le temps de porter une nouvelle fois la main sur elle, tordant celui-ci comme on tordrait une brindille avant de soulever l'humain au dessus de sa tête, alors qu'il hurlait de douleur, déjà à cause de son bras, et ensuite, car le Krogan était en train de littéralement briser sa colonne vertébrale, la pliant comme une paille jusqu'à entendre le "crac" fatidique qui ôtait la vie de l'être humain, que le krogan jeta sur le côté comme une vieille chaussette sans le moindre respect pour son adversaire. Un sourire carnassier sur le visage il regardait la pilote. Prenant parole.

"Lève-toi gamine, et reste près de moi. Dès que tu trouve une arme, sers t-en."

Le krogan regardait autour de lui, le groupe a du avoir le bon réflexe d'aller à la navette. La pilote allait le gêner plus qu'autre chose. Ces cannibales semblaient nombreux, mais totalement désorganisés, aveuglés par la faim entre autre. Il voyait une dizaine d'entre eux, arriver vers eux, armés encore d'armes rudimentaires, pas d'armes à feu alors que le Krogan lâchait un petit rire amusé.

"Je sens que je vais m'amuser..."

Il poussa alors un cri bestial, animal, chargeant vers eux, de mêmes qu'ils chargeaient vers lui, le Krogan rechargeait son fusil à pompe durant la charge, sachant pertinemment que personne à part lui ne le manierait, il utilisa sa cartouche sur le premier crétin venu l'attaquer. D'une salve bien placée sur le torse, on pouvait voir au travers de celui-ci l'arrivée des autres, Graash rangeait son arme au sol, répliquant contre ses assaillants d'un coups de poings, de coupe de tête bien placés. Des os se brises, des cris cassent le silence ambiant de la colonie, enfin, si on oublie les coups de feu de l'escouade. Le dernier humain encore debout de ce combat violent subit plusieurs assaut frontaux intenses de la part du Krogan jusqu'à ce que sa nuque se brise sous la violence des coups. Le Krogan se retourna vers l'humaine, et lui fit signe qu'ils pouvaient avancer. Il récupéra son M-300 qu'il rechargeait une nouvelle fois..

"Et je n'ai pas encore utiliser mon marteau gamine."
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 26
Crédits : ( j'y travaille )

MessageSujet: Re: Fanatisme dévorant [Vélès]   Dim 30 Juil 2017, 17:42
Horrifiée était un bien jolie mot pour décrire l’état de notre petite boule de nerfs… Des lambeaux de chair encore chaude gisait sur le sol, elle n’arrivait plus à parler. Le krogan était déchaîné et semblait massacrer tout ce qu’il trouvait. Le son de son fusil à pompe, les cris d’agonie des cannibales qui n’avaient pas la chance de mourir dès le premier tir… le massacre glaça le sang de notre jeune pilote. C’était la première fois qu’elle assistait d’un combat d’aussi près, elle qui les voyait d’habitude depuis les cieux, et l’un des plus violents que l’on puisse voir…

- Hey… c’est bizarre…
Le lieutenant était en état de choc et regardait la scène comme si il s’agissait d’un rêve, les rires de Graash se déformaient dans sa tête en des moqueries mortuaires envoyées à ses victimes. Astrid n’arrivait plus à pleurer ou à réellement avoir peur.

- Là…là Graash, y’a un type…
La blondinette reprenait ses esprits mais se plongeait dans un état de transe typique des champs de bataille, l’euphorie du combat face au massacre. C’est l’un des moments ou l’adrénaline prenait trop le dessus et ou tout acte de barbarie était considéré comme normal…

- A deux heures Graash !!! Hurla la blondinette au krogan en se servant de lui comme d’un tank biologique, cachée derrière le mastodonte, elle lui désignait les cibles qu’il ne voyait pas immédiatement. Aussitôt dit, le reptile envoya une petite pastille de M300 dans le torse d’un fusilier situé plus en hauteur. Quelques tirs d’armes de poing filèrent dans leur direction, Astrid se pencha pour rester cachée derrière le krogan et passa sa tête sur l’un de ses cotés pour repérer les tireurs.

- En hauteur à 300 m sur ta droite ! BUTE LES !!!! La petite blondinette était en train de devenir folle, c’est normal pendant un combat intense… mais ça ne présageait rien de bon.

Le krogan répondait avec un air d’amusement à l’humaine pendant qu’il charcutait les cibles qu’elle lui avait indiqué. A Un moment, une grenade leur arriva aux pieds, Graash étant trop occupé pour démonter les cannibales, ne la remarqua pas. Mayer se jeta dessus et la lança aussi loin qu’elle le put. Ce ne fut pas énorme mais elle explosa suffisamment loin pour ne les asperger que de sable et d’un peu de poussière.

- Derrière nous !!! Hurla la pilote.

D’un seul mouvement clair et précis, retravaillé et perfectionné avec l’expérience, le krogan se retourna et envoya une salve au dessus de l’humaine qui s’était accroupie pour laisser passer le tir. Des cartouches thermiques pendaient à la ceinture des assaillants abattus, elle les récupéra et les donna à Graash pour le lui éviter d’aller les chercher dans les clips de son armure.

Pendant ce temps, les rangers à l’autre bout du village étaient pourchassés par une foule affamée et étaient en train de se diriger vers une bâtisse en hauteur, accessible que par de nombreuse marches d’escalier, les hommes les franchirent 2 par 2. Une fois arrivés en haut, les poursuivants commençaient déjà à atteindre le début des marches.

- Dépêche-toi mec !!!

Lança le tireur de précision à l’expert en démolition qui s’empressa d’ouvrir la porte le plus vite possible sans trop l’amocher pour pouvoir la fermer une fois à l’intérieur.

- Ça arrive… ça arrive… le calme de ce type était extrêmement professionnel.

Après 5 minutes de bidouillage, les tirs de ses coéquipiers se firent entendre à cote de lui et les cris des poursuivants résonnèrent dans l’étroit couloir. La situation se gâtait il fallait se dépêcher. De l’autre coté de la colonie cavalait Graash et Astrid, ils avaient enfin trouvé un couvert derrière plusieurs gros conteneurs. Astrid vérifia la position de son mantis, il n’était pas si loin que ça…

- Hey Graash… Faut que tu m’y emmènes !

Le krogran répondit avec un air un peu dubitatif, des tirs d’armes lourdes les clouèrent derrière leur couvert.

- Hey !!! Je serais plus utile aux commandes de mon appareil et tu me remercieras pour vous voir sauvé vos culs !

Le krogan semblait acquiescer et tenta de la couvrir le temps qu’elle puisse courir en direction de son appareil. Graash envoya une grenade incendiaire sur le plâteau ou était localisée la mitrailleuse fixe en prenant soin de ne pas leur laisser la possibilité de la renvoyé en la garde quelques secondes à la main. C’était un mouvement extrêmement risqué mais particulièrement punitif…

Des cris d’agonie se firent entendre au déclenchement de la déflagration et une odeur de chair calcinée vint planer dans les aires. Les hommes touchés étaient en train de brûler vif jusqu’à l’os pour certaines zones ou la chair était plus mince. Les fibres de leur vêtement brûlés se mélangeaient à leur peau liquéfiée.

- Allez ma fille… allez ma fille !

A défaut de savoir se battre, Astrid avait un énorme avantage par rapport à la moyenne des soldats… elle courait vraiment… vraiment très vite. Légère et entraînée à l’athlétisme, la petite blondinette était pourchassée par 3 hommes équipée d’armes blanches. Alourdis par leur matériel ils n’avaient aucune chance de la rattraper. Après s’être engouffrée dans la végétation et semé ses poursuivants, Un son de moteur se fit entendre depuis l’autre bout de la colonie. Graash lança un sourire diabolique en entendant ce son.

De leur côté, les rangers avaient fini par percer le système de sécurité de la pote et pénétrèrent presque à court de munition dans la bâtisse. Aussitôt à l’intérieur toute l’équipe s’affola pour barricader chaque entrés et commençait à monter au 2e étage pour avoir un meilleur angle de tir.

Le chef de la colonie dirigea ses troupes avec un haut-parleur au milieu de la place publique. Celui ou celle qui aurait le malheur de tomber entre leurs mains allaient finir écorché et brûlé vif au milieu de la colonie. Des coups acharnés tombèrent sur la porte refermée par les rangers, elle devrait tenir pour l’instant… Au 2e étage, c’était la défense d’un véritable siège. La colonie entière amenaient échelles , et de quoi mettre le feu au bâtiment. Certains colons avaient des armes de poing mais ils étaient rares.

Le tireur de précision devait choisir ses cibles avec attention et visa les porteurs de matériel inflammable pour ralentir leur avancé. Des crânes explosèrent dans les rues au son du fusil de sniper.

Une silhouette noire passa enfin au-dessus de leur tête et une avalanche de leurres, fusées éclairantes et bombes fumigènes se déversèrent autour de la bâtisse en siège. Des cris de joie se firent entendre au passage du mantis prétoria II qui arborait fièrement un as de trèfle sur le coté. Ce dernier frôlait le sol pour faire baisser toutes les têtes. Le son du mantis propulsé à une vitesse de 120 km /h avait de quoi intimider les colons qui tentèrent tout de même de l’abattre. En une manœuvre répétée des milliers de fois, perfectionnée au fil des entraînements intensifs sur Thessia, l’humaine fit vriller son appareil pour éviter la majorité des tirs.

- Vous avez de la chance que je n’ai pas d’équipement létale bande de monstres… mais on va arranger ça…

La pilote se dirigea ensuite vers Graash en dessinant un angle de presque 75° pour tourner le plus vite possible. Cette manœuvre lui envoya une grosse dose de G que la pilote avait beaucoup de mal à supporter de part sa condition physique. Le krogan était presque encerclé, des fumigènes vinrent le séparer de ses assaillants et Astrid se posa presque à coté de lui en une manœuvre rapide, précise et fluide. Aucune partie de l'appareil ne tapa le sol ou les bâtiments alentours. Il faut ne moyenne 5 minutes à un pilote ordinaire pour se poser. Cela traduisant la dextérité de Astrid... Au sol la jeune femme n'était qu'un boulet, dans les airs il s'agissait d'un démon ailé.

- Monte !!! Hurla t’elle en lui indiquant d’attraper une poignée située sur le coté de l’appareil. Le krogan courut vers le mantis et s’était installé sur une plateforme latérale du vaisseau, des mousquetons assez solides pour transporter des véhicules légers lui permirent de s’attacher sans avoir à risquer de tomber. Astird n’avait pas d’équipement pour tuer… mais elle venait de trouver pire qu’une mitrailleuse.

- Hey… je vais voler à rase motte… c’est le moment de te servir de ton marteau…


Cela dit, leur temps étaient compté, les rangers devaient réussir à communiquer avec le SSV Stalingrad stationné en orbite pour envoyer des renforts pour contrôler la colonie. Le colonel venait d’apercevoir une tour d’émission qu’il fallait maintenant atteindre… Le combat ne faisait que de commencer.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 47
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Re: Fanatisme dévorant [Vélès]   Mer 02 Aoû 2017, 18:33
Tout est allé très vite, il était passé de protégé une gamine non-armée dans une zone pleine de cannibales à une balade en navette. Les images de ses actions défilaient plus vite qu'elles ne le devrait. Il ne se souvenait pas de tout, c'était comme un rêve, un rêve "foutrement grisant" Il se souvenait juste de massacrer des gens à la pelle, l'humaine lui donnant même quelques munitions. Une vague idée de rejoindre un mantis. Des tirs de M-300 qui décrochent quelques têtes, des coups de marteau biotique et, l'instant d'après, il se retrouvait dans une navette, au dessus du sol. Son seul réflexe fut regarde ce qui se passait, accroché . Les alliés d'Astrid et , les siens tout du moins temporairement étaient encerclés par une horde de colons affamés. Il ne savait pas pourquoi, mais il aimait ça. Pas la notion de danger pour ses alliés, mais l'envie de foncer dans le tas le démangeait. C'est alors qu'il tapait sur la tôle de la navette, faisant signe au pilote qu'il voulait communiquer.

"Gamine ! Rapproche-toi d'eux . J'compte pas fuir si j'peux pas tous les massacrer, mais on va faire ça avec quelque chose qui a de la gueule. "


Comme si elle l'avait écouté, elle s'était déjà rapprochée d'eux, lui parlant d'utiliser son marteau. Non mais elle est sérieuse ? Elle commençait à lui plaire cette gamine. Chétive et énervante, mais avec de bonnes idées de Krogan en tête ! Alors qu'il se marrait en dégainant son marteau, le réptile relâchait sa prise sur l'accroche, se tenant en équilibre plus ou moins correctement, alors qu'ils s'approchaient le plus bas possible des humains, le Krogan tenait son marteau comme on tiendrait un club de golf humain. Lâchant un petit : "Et une balle dans le trou !", frappant la tête d'un pauvre type qui eu le malheur d'être à portée , se faisant décapité sur le coup, grâce à la vitesse de l'impact et en grande partie la force du mastodonte. Mais il lui fallait plus que de jouer au golf avec des têtes de cannibales, toujours dans l'excès !

"On va jouer à dégomme trois types !"


Il se concentrait légèrement lors d'un nouveau vol en rase-mottes, frappant le plus fort qu'il pouvait sur la tête d'un type, qui vint en frapper une, puis une troisième lorsqu'enfin le coup du Krogan fit décoller la gelée de chair humaine dans les airs. La scène de combat durait encore un peu, mais, au delà de la fatigue naissante, le grand bossu se lassait de ce mode de tuerie. Marteau sur l'épaule, il comptait brièvement le nombre de cadavres au crânes eclatés sur le sol. Une bonne dizaine, peut-être vingt à tout casser.

"On va jamais y arriver comme ça gamine...Je descends !"


Encerclé ? Graash ? Non, c'est lui qui étend un périmètre d'embuscade , même seul ! Sautant de la navette à une haute relativement respectable, le Krogan se concentrait, marteau en l'air jusqu'à effectuer une nova très puissante, lui offrant par la même occasion sa petite arène personnelle. Se marrant comme un vieux grigou avec une case en moins, il enfonçait son poing sur l'un des cannibales fonçant sur lui, le bougre avait du perdre une dent ou deux dans le processus.

"Eh les humains là haut ! Assurez vous de les massacrer aussi ! J'ai pas envie de faire tout le boulot ! J'arrive ! "


Se tournant vers la haute bâtisse, le Krogan regardait la horde d'humains, certains étaient obnubilés par la viande humaine là-haut, et d'autres en voulaient au krogan pour tout les frères éliminés par ses griffes. Marchant d'un pas assuré vers ses ennemis il lança sa charge biotique au dernier moment dans le tas, le résultat vu comme un jeu de quilles. Frappant de ses coudes et autre coups de marteau pour avancer dans le tas, le krogan, par chance, ne se mangeait que quelques coups d'imbéciles qui frappaient une armure à coup de bâtons ou de poings, de ce fait, certains se brisaient tout seuls leurs mains et bras sur lui. L'un d'entre eux, une sorte de cannibale complètement cinglé se jeta sur lui d'un bond, il fût stoppé net dans son élan par un coup de boule qui lui a sans doutes brisé le crâne. Cependant, il fallait avoué que la marrée humaine commençait à avoir raison de lui. Mais il n'allait pas abandonner, la rage montait... Jusqu'à ce qu'il se prenne un coup d'outil en plein dans le coin de la tête, cela eu l'effet de l’énerver..énormément. Son torse son gonflait d'air, ses mains se crispèrent sur le manche de son marteau et un grand cri bestial sortit de sa gueule, la rage de sang, la pure, l'unique était activée ... D'un gros coup de marteau, il écrasait un pauvre type, ils répliquèrent ensemble sur lui, mais ça avait le don de l'énerver encore plus, lâchant son marteau au profit du bon vieux corps à corps à mains nues. Crochets du droit, direct du gauche et bien sûr, coup de boule. Plus rien n'allait l'arrêter. Entouré, encerclé, il s'en fichait.

Leurs coups ne faisaient plus qu'énerver la bête, mais lui, il faisait bien plus que les effleurer, il les massacrait, bien sûr, il ne pourrait pas venir à bout de tout ces gens, mais la rage l'aveuglait.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 26
Crédits : ( j'y travaille )

MessageSujet: Re: Fanatisme dévorant [Vélès]   Sam 26 Aoû 2017, 13:57
Les coups d’un krogan en colère étaient en train de raisonner dans toute la colonie.. Graash avait perdu les pédales et Astrid observa le spectacle depuis son mantis. C’était quelque chose qui vous prenait aux tripes de voir ce mastodonte hacher menu tout ce qu’il trouvait. La pilote ne savait plus comment réagir face à tout ça, tout est allé trop vite. Le massacre de ses amis, le massacre d’humains de tout à l’heure et maintenant un autre massacre à mains nues. Mayer avait déjà vu des horreurs mais jamais autant en si peu de temps.
Y’avait de quoi questionner la condition humaine quand on assistait à ce genre de spectacle. Une rage de sang… y’avait de quoi faire trembler les plus endurcis. Du coté des rangers, la vue était encore plus spectaculaire puisqu’ils se trouvaient à moins de 50 mètres du krogan…
- Qu’est-ce que c’est que ça… Lança le tireur d’élite en observant la bête massacrer les cannibales qui se jetaient sur lui.

- Ça, rien que tu ne veuilles approcher !

Graash avait beau être un redoutable combattant, il n’en demeurait pas moins submergé… il fallait agir ou l’alien allait se faire buter. Les rangers décidèrent d’évacuer la bâtisse en profitant de la diversion qu’offrait la rage de sang… Il y a avait une antenne de communication pas loin de leur position, fallait qu’ils se bougent… très vite. Encore pourchassés par un groupe important, les rangers durent se précipiter dans une ruelle entre deux bâtiments et firent tomber poubelles et autres éléments pour tenter de ralentir les cannibales.

Astrid survola la zone à la recherche de ses camarades et dû faire un choix… Les aider à se mettre à l’abris ou aider le krogan sur le point de se faire bouffer… ? Mayer se rappela une fraction de seconde que Graash lui avait quand même sauvé la mise et que les rangers étaient en mesure de riposter… C’est dans un grand coup de guidon que la blondinette se dirigea vers le krogan en furie. Même depuis son appareil, la pilote flippait pas mal, elle décida de faire du vol stationnaire au-dessus de la bête en furie , le son de l’appareil écarta un petit groupe de colons au sol, ce dernier était expressément pensé pour être menaçant à basse altitude.

- Mon dieu… Lâcha Mayer en voyant le carnage en contrebas.

La pilote tenta d’ignorer ce qu’elle voyait en faisant descendre un câble munis d’une pince pour transporter du matériel. L’idée était d’extraire le krogan de ce groupe de cinglés… Après quelques minutes de manœuvre et d’essaies ratés, Mayer pu enfin saisir Graash et le soulever dans les airs. La pilote dû gérer la pression de la pince pour ne pas blesser le krogan, ce dernier était en train de hurler des choses incompréhensibles et se débattait comme un diable.

Une fois récupéré, Astrid repartit avec son chargement pour retourner voir ou en était le groupe de rangers. Ces derniers étaient en train de cracher leurs poumons à courir aussi vite qu’ils le pouvaient et n’avaient même pas le temps de se retourner pour riposter. Par chance, la porte du bâtiment ou se trouvait l’antenne était ouverte et les hommes purent y entrer sans encombres.

- Où est passé notre foutue pilote et son acolyte ?!

Le mantis passa juste au-dessus de l’antenne dans un bruit très caractéristique, le krogan était encore enragé mais il semblait se calmer petit à petit hors du combat, il continuait de se débattre dans les airs, heureusement que la pince qui le retenait était faites d’un matériau excessivement solide… Une fois à l’intérieur de la bâtisse, les rangers barricadèrent une nouvelle fois l’entrée et l’un d’eux se précipita vers l’antenne pour emmètre un message d’urgence à l’attention du SSV Stalingrad qui attendait encore leur appel. Il fallait du temps pour faire passer ce dernier… les perturbations atmosphériques rendaient les transmissions difficiles.

- Ici Stingray 1, SSV Stalingrad nous demandons une évacuation, nous avons un mort !
Pas de réponse…

Les cannibales étaient en train d’essayer de défoncer la porte. Sur le toit, Mayer dû déposer l’appareil, le carburant commençait à en prendre un sacré coup avec un chargement pareil… Mais elle ne savait pas encore ce qui l’attendait en laissant le krogan libre… La jeune pilote n’avait pas du tout conscience du danger qu’elle devrait affronter… Elle était seule avec un krogan enragé sur le toit d’un bâtiment…sans armes.

- Graash… ?
Lança t’elle incertaine en ouvrant la vitre de son cockpit.

Le krogan était de dos, penché en avant et semblait avoir encore des spasmes assez violents. Le lieutenant prit le risque de s’approcher un peu et répéta d’une voix tremblante. Franchement, ça sentait pas bon…

- Graash… ça va ?

Pendant ce temps, les rangers continuèrent d’envoyer des appels de détresse à la frégate qui les avait conduits jusqu’ici. Le temps pressait, les colons étant en train de ramener un véhicule et des chaînes pour faire sauter la porte de la bâtisse. L’escouade était à court de munitions, chose qui ne leur ait jamais arrivé auparavant. Les soldats durent sortir leurs armes de poing et tentèrent de faire tomber un maximum de meuble pour ralentir les cannibales au cas ou ils feraient tomber la porte.

Pendant ce temps, le lieutenant observa le krogan de dos, celui-ci se retourna lentement vers elle avec un rictus de folie dans le regard, sa respiration était saccadée et très forte. Graash était couvert de sang humain et de plaies sur le visage rendant l’expression de ce dernier encore plus sinitre... Mayer pose ses yeux noisette dans le regard bleu glacé du krogan et sentit qu’elle allait devoir courir pour sa vie… très vite. Mayer ne pouvait voler avec le mantis que quelques minutes de plus, c’était insuffisant pour se poser hors de la portée des colons en contrebas.

La seule option de survie qu’avait le groupe était d’espérer l’arrivée de la frégate… Le véhicule des colons venait de se mettre en place, le bruit des chaînes qui glissèrent sur le sol se fit entendre de l’intérieur de la bâtisse, les hommes retenaient leur souffle, barricadés derrière des meubles et des chaises, leurs armes pointées sur la porte qui était en train de grincer au son du moteur du véhicule. De la sueur perlait sur le front de chacun d’eux. Soudain, un cri strident se fit entendre depuis le toit, Mayer était en train de se faire poursuivre par un krogan enragé. L’un des rangers se décida à aller voir, après tout, si leur pilote venait à crever, ils seraient VRAIMENT dans la merde, ce qu’il ne savait pas, c’est qu’elle avait eu l’idiotie de ramener Graash…

- Merde mais c'est moi !!! Hurla l'humaine en courant aussi vite qu'elle le put autour de son appareil.

Le krogan ne semblait pas raisonnable et la poursuivit en se cognant contre le mantis en laissant un énorme bosselure dans la carrosserie, en temps normal, ce genre d'incident aurait transformé notre boule de nerfs en être vengeur assoiffé de sang... mais là c'était différent, Mayer venait de faire une énorme erreur en s'isolant avec un machine de guerre enragée.

Il fallait redoubler d'ingéniosité pour survivre le temps que la rage s'apaise... Mayer passa sous les ailes de son véhicule pour forcer le krogan à faire le tour... Heureusement que ce dernier était suffisamment stable pour encaisser les charges frénétiques de Graash. Le lieutenant avait rarement ressentit pareille terreur, à chaque impact contre l'appareil, Astrid lâcha un petit cri apeuré, les larmes lui montèrent rapidement aux yeux, elle ne savait pas combien elle pourrait tenir à courir dans les sens à cette cadence...

Le ranger avait finalement atteint le toit par une trappe accessible depuis une petite échelle et pu découvrir avec effroi ce que la pilote devait affronter... Par instinct il se décida à interpeller le krogan qui fonça vers lui comme un char lancé à pleine vitesse... Pour éviter de finir en confiture, il se re-planqua sous la trappe, fort heureusement pour lui, celle ci était trop étroite pour que le reptile puisse le saisir. Le lieutenant se dépêcha de sortir pour pour tenter de faire le tour de son mantis pour rejoindre son cockpit et s'y enfermer mais Graash se tenait déjà elle et la saisit pas le cou, la soulevant dans les airs. Le lieutenant se voyait déjà morte, elle suffoqua sous l'étreinte du krogan en toussotant douloureusement, les larmes coulaient le long de ses joues tandis que son regard se posa dans le siens. Ses mais frêles tentèrent de le le faire lâcher prise, un fin filet de sang commençait à couleur sur le coin de sa bouche.

Le ranger ressortit à ce moment pour tenter d'attirer son attention, il savait que lui tirer dessus n'allait que l'enrager d'avantage et lui ferait briser la nuque du lieutenant... Si elle était encore en vie, c'est probablement parcequ'il était plus calme que tout à l'heure...
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 47
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Re: Fanatisme dévorant [Vélès]   Sam 02 Sep 2017, 16:09
La rage de sang. La chose crainte des ennemis d'un Krogan, crainte des krogans eux-mêmes. Oui, ils aiment se battre, jusqu'à la mort mais, ils aiment beaucoup moins l'idée de se battre bêtement jusqu'à la mort. En général, personne n 'a jamais demandé à un krogan de la décrire de son point de vue, les gens étant trop occupés à essayer de survivre. Mais si Graash devait décrire sa rage de sang, ce serait une vision vermillon, aveuglé par une ivresse du combat si intense qu'il se met à rire, rire comme un fou, mais il ne sait plus qui il est, ce qu'il fait. Amis, ennemis, plus rien n'a d'importance, on ne sent plus la gravité, on ne sent plus rien. Du rouge, de la haine, de la colère, mais surtout une envie de tuer, de combattre. Dans d'anciens écrits Krogans, on racontait que la rage de sang était une tare génétique, très rare, dangereuse et incurable. Cette tare s'est transformée en atout. Cette soif de sang, de combat il l'avait sentie de plus en plus grande, à mesure qu'il recevait des coups de tout ces cannibales dégénérés, ce n'était ni à coup de marteau, ni à coup de M-300 que se réglait ce combat, c'était une bête sauvage de 400 kg contre une colonie de cinglés. Et pour le moment, c'était Graash qui tenait, vaillamment peut-être pas, mais bien, ça oui. Une véritable boucherie, du point de vue extérieur, c'était une créature qui dépassait facilement de trois têtes les autres qui éviscérait, démembrait, brisait ou réduisait simplement en bouillie de la cantine un mercredi après-midi tout ce qui venait près de lui.

Contrairement aux habitudes, il n'était pas aussi inventif que d'ordinaire. Pas de reproductions d'actions vue dans les holo-films de série B . Pas de cigare allumé, juste la pure, barbarie. Un de ses adversaires pu constater que non, son torse ne résiste pas à une main Krogan plongée dans sa cage thoracique et non, on ne survit pas longtemps avec son propre coeur écrasé en bouilli une fois sorti de celle-ci. Evidemment, le classique coup de boule était remit au goût du jour dans cette rage purement berserk, le but n'étant pas de frapper avec sa tête, mais littéralement réduire en bouillie la tête de l'autre. Chose que le Krogan faisait à merveille. Et plus ces imbéciles frappaient le krogan, plus ses méthodes pour tuer étaient...brutales. L'un d'eux trouva bon de planter sa lame dans le bras du réptile, qui la tira vers lui, la plantant ensuite directement dans l'orbite de son porteur, du manche à son bras, oui oui. Et puis, soudain, il est tracté, en l'air, il se débat, il bouge, il frappe. Et puis, il charge, il charge à répétition contre quelqu'un . Quelqu'un qui ne l'attaque pas. Il se fatigue. Il s'épuise, il revient peu à peu à ses esprits.

Le temps qu'il se rend compte de qui il attaquait, il se rendait compte qu'il était en train d'étrangler l'humaine qu'il avait sauvé quelques minutes auparavant. Il n'était pas pleinement ressorti de sa rage de sang, mais suffisamment pour voir que ce qu'il faisait n'étant pas une bonne idée. Pour sa propre sécurité. Elle semblait mourir de suffocation alors qu'il relâchait enfin son emprise sur elle, la faisant tomber comme pauvre chaussette. Il s'approchait d'un mur de la tour, la respiration bruyante et saccadée, Frappant soudainement un énorme coup dessus, lâchant par la même occasion un énorme et bestial cri. Le coup était puissant et résonnait dans la vallée comme une cloche d'Eglise un dimanche.

Un long silence pesait dans l'endroit, alors que tout ceux à peu près conscients regardaient le Krogan, ne sachant s'ils devaient faire feu ou non. Les membres de l'équipe se concentrèrent de nouveau sur les cannibales restants, alors qu'un bruit d'allumette qui s'embrase bien que discret fût entendue par l'équipe. A ses lèvres, le krogan avait un cigare, énorme, bien trop gros pour tout autre espèce que lui qu'il allumait en rapprochant l'allumette de celui-ci. Prenant une bouffée et faisant craquer les os de son cou, il lança au loin le bout de boit consumé et regardait l'équipe un large sourire amusé sur le visage.

"C'était amusant. On se barre maintenant ? Et bombardez moi ce machin après. J'veux pas qu'un seul de ces fils de pyjak sorte de cette planète si ce n'est en tas de cendre fumant."
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 26
Crédits : ( j'y travaille )

MessageSujet: Re: Fanatisme dévorant [Vélès]   Lun 11 Sep 2017, 23:38
La colonie était littéralement devenue un terrain de guerre. Des corps éclatés jonchaient le sol, marque du passage de Graash. Le pire, c’était l’odeur d’urine, de merde et de sang qui pouvaient vous atteindre à l’autre bout de l’emplacement… Les rangers la sentait cette odeur de charogne, ça puait horriblement et gênait grandement leur concentration. Sur le toit du bâtiment de l’antenne, se trouvait Mayer, toussotant tout ce qu’elle pouvait, heureusement, le Krogan avait repris ses esprits à temps. Astrid avait du mal à reprendre son souffle et cette journée venait de lui fendre le moral. Des cernes mauves marquaient le visage de la blondinette, visibles malgré son épais maquillage. Elle se releva douloureusement et s’avança vers le krogan , rouge de colère.

- En… * tousse * Foiré !! T’as faillis me crever !
Lança le lieutenant furax, le krogan tenta d’ouvrir la bouche mais la boule de nerfs l’interrompit.
- CHUT !!! je veux pas le savoir ! Je t’ai sauvé la peau gros malin et t’as voulu me buter !! Mais t’es de quel camps bordel ! Hurla Mayer avec la voix à moitié cassée.

Pendant ce temps, le véhicule des cannibales avait fini de détruire la porte, le ranger qui était sur le toit fit signe à Mayer de se dépêcher de remettre son appareil en état. L’humain fixa le krogan encore apeuré, il avait vu de quoi il était capable une fois lâché au milieu du combat et c’était pas jolie à voir…
A l’étage d’en dessous, des tirs se firent entendre , et fort heureusement… Il y avait du matos dans le mantis de Mayer, la blondinette montra au reptile un caisson avec le logo du punisher bombé dessus.

- Hey Graash ! Tu vas pouvoir te racheter !

Si le krogan ne pouvait pas passer par la trappe par laquelle le ranger était venu sur le toit, il y avait un ascenseur à côté du mantis dans une petite structure rappelant une cabane de béton, ce dernier menait à l’étage ou se trouvait les autres rangers. Les cartouches thermiques filèrent au rez de chaussé tandis que les corps de ces fou furieux s’amassèrent devant la porte arrachée par leur véhicule.

- SSV Stalingrad demandons évacuation !!! Toujours pas de réponse, la situation semblait désespérée.

De derrière les soldats de l’alliance, l’ascenseur venait de s’ouvrir, Mayer lança un regard froidement calme à la horde qui se tenait devant eux, un gros silence plana .Elle s’alluma une clope que le ranger qui l’avait aidé contre la rage de sang de Graash lui a dépanné… Cela faisait longtemps que le lieutenant ne s’étais pas mise à fumer… Mais ce n’était tant l’entrée théâtrale des deux soldats qui venaient de calmer tout le monde… Mais plutôt le fait que Graash armait la mitrailleuse de kodiac contenu dans la boite d’équipement d’urgence du mantis, frappé du logo du punisher… Astrid lâcha lentement sa bouffée et pointa en direction des cannibales ses doigts formant un pistolet.

- Bang… Lâcha le lieutenant en donnant un petit mouvement de poignet vers le haut…
Et ainsi déferla les enfers sur la horde qui se trouvait devant eux. Sous les rires diaboliques de Graash, les cadavres commençaient à s’empiler à l’entrée, certains des cannibales restants avaient vite fuit le barrage de tirs du krogan. Mayer n’osa par regarder et ferma les yeux en se bouchant les oreilles. Ce nouvel équipement fit gagner un temps précieux à la petite escouade de survivants qui recula progressivement pour se barricader sur leur dernier point de replis : le toit.

Astrid ne pouvait s’empêcher de ressentir un immense sentiment de satisfaction, elle savait qu’en donnant ce nouveau jouet à Graash, elle venait de contribuer à venger ses amis massacrés et dévorés par ces cinglés. Mais toute bonne chose ayant une fin, les munitions de l’arme était limitées, mais pas la horde qui se trouvait dehors. Comme l’un de ces monstres tombait, 10 autres se pointaient, c’était une marée infinie à l’échelle de nos 5 survivants.

Les dernières déferlantes finirent par sortir de la mitrailleuse du kodiac, tout le monde allait devoir se réunir et tenir le toit. Une fois monté, le groupe plaça des caissons de chargement sur la trappe pour empêcher quiconque d’emprunter l’échelle, malheureusement, il n’y avait plus de munitions pour détruire l’ascenseur… la situation ressemblait étrangement à un baroud d’honneur…

Tout le monde se regardait, et voyait le frère et la sœur d’arme qui allait accompagner l’autre dans l’au-delà . Quelques minutes passèrent, et la horde semblait se rapprocher. Au moment où cette dernière commençait à revenir dans le bâtiment après avoir fui les tirs du krogan, un bruit de moteur venant de quitter l’hyperespace se fit entendre…

Des nuages sombres sortit une frégate de l’alliance, le ciel affichait enfin une bonne nouvelle « SSV STALINGRAD » les cris du groupe se firent rapidement entendre, même Mayer avec sa voix pétée pouvait vider l’air de ses poumons en acclamant l’arrivée du vaisseau. Immédiatement, ce dernier se posa non loin de la bâtisse des survivants et cracha une bonne grosse poignée d’hommes armés jusqu’aux dents appuyés par un Nomad.
Devant un tel déploiement de force, la colonie due se rendre, immédiatement, les agresseurs levèrent les mains en l’air tandis qu’une arrestation massive eu lieu. Des ordres de soldats de l’alliance en colère se firent entendre à travers la colonie, le cauchemar était terminé…

Exténués, nos survivants se dirigèrent vers la sortie de la bâtisse, qui aurait cru que le Stalingrad avait finalement reçu les appels à l’aide depuis cette vielle antenne… Le chef de la colonie fut capturé et mené devant le groupe a qui il avait fait vivre un enfer. Tous durent se retenir de le tuer à mains nues.

- Vous ne comprenez pas l’étendue de ce projet ! Notre religion allait renouveler notre espèce !!! ICI SUR CETTE PLANETE !!

- Ouais ouais connard… En espérant qu’elle t’aide dans ta future cellule !! J’espère que tu tomberas sur des gros enculeurs à vapeur !!! Des tapettes casse-têtes et des homosexuels cruels !!! Lâcha Mayer en lui crachant dessus. Elle avait sorti son couteau et voulu se jeter sur lui, mais un des ranger l’avait retenu sans trop de difficultés.

C’était une effroyable journée de massacre, peut être une cinquantaine de vie venaient d’être prises aujourd’hui. Astrid ne pourrait jamais oublier ce qu’elle venait de vivre avec ses camarades. Etrangement, elle s’était attaché à chacun d’entre eux, l’adversité resserrait les liens. Mayer lança un regard amical au krogan, elle pourrait même avoir envie de le respecter… mais faut pas pousser non plus.

- Hey… t’as pas été trop inutile quand on y repense. Lança t’elle souriante avant de regarder ses camarades rangers.
- Je pense qu’on a bien mérité de prendre une grosse murge au bar… ajouta le lieutenant en direction de tous ses coéquipiers qui acquiescèrent ensemble.

Le capitaine du SSV Stalingrad était venu en personne saluer les survivants accompagné de plusieurs médecins.

- Je suis navré pour ce qui vous ait arrivé… nous donnerons des funérailles convenables à vos amis disparus, venez, rentrons…
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Fanatisme dévorant [Vélès]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Fanatisme dévorant [Vélès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Nébuleuse de la Tête de cheval-