AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Ada Jane Raikes ~ We will fight for the lost

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 51
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Ada Jane Raikes ~ We will fight for the lost   Ven 09 Juin 2017, 00:09
Registre Galactique des espèces
Ada Jane Raikes

Informations primaires

Sexe : Féminin
Race : Humain
Âge : 36 ans
Faction : Alliance Interstellaire
Poste / Grade : Lieutenant-Commandant / N5
Parenté : Li Won (mère) ; John L. Raikes (père, mort) ; Gary J. Raikes (frère, mort) ; Emilie Raikes (sœur, morte) ; Daichi Raikes (sœur)
Situation maritale : Célibataire
Planète d'origine : Terre


Histoire

Registre du personnel militaire de l'Alliance


Dossier mis à jour à la date du 1 juin 2202

Dossier militaire du Lieutenant-Commandant ADA JANE RAIKES, de grade N5, matricule 6723-AC-2727.

Entretiens rédigés par le Lieutenant-Commandant ROLAND PATTERSON, officier du Bureau des Affaires Intérieures de l'Alliance, matricule 4501-CE-0505 dans le cadre de la reconstitution du dossier du soldat Raikes





Li
Won


Terre, Londres - 10 janvier 2202

[Li Won est une femme d'origine principalement asiatique de haute taille et d'environ une soixantaine d'années mais qui n'en paraît que quarante. Elle s'est réinstallée dans Londres depuis la fin de la guerre contre les Moissonneurs. La mère du lieutenant-commandant Raikes a vécu de près cette guerre au milieu des réfugiés en compagnie de ses enfants et a aujourd'hui retrouvé un poste au sein des bureaux d'administration de l'entreprise Hahne-Kedar où elle n'est qu'à quelques années de la retraite. Elle a accepté de répondre à mes questions et me reçoit à sa sortie de bureau dans un café non loin des locaux de l'entreprise.]

Ada, c'était ma toute première, j'ai tenue à ce qu'elle porte aussi le prénom de ma mère, Jane. C'était une vraie beauté à sa naissance, elle me remplissait de fierté. Elle est née le 15 avril 2166, ici à Londres à 11:28 précises. Je m'en souviens encore, mon crétin de compagnon n'arrêtait pas de me le dire. [Elle rit.] C'était une enfant très calme, elle ne pleurait quasiment jamais, on passait des nuits très tranquilles... Je ne pouvais pas en dire autant de mes autres enfants. [Elle soupire d'un air nostalgique.]

C'était une enfant disciplinée, sérieuse mais aussi curieuse. Elle était l'aînée de mes enfants. Je leur imposais une discipline stricte et elle en était le relais. Personne n'était aussi disciplinée qu'elle et elle faisait de son mieux pour canaliser son frère et ses sœurs. Elle leur montrait souvent l'exemple, lorsque je leur demandais quelque chose directement, mes enfants pouvaient rechigner, lorsque c'était Ada, ils le faisaient souvent sans poser de questions. Elle était l'archétype même de la fille aînée sur laquelle beaucoup de choses reposent et elle le savait. Les années d'enfance d'Ada ont été pratiquement sans histoires, elle était une élève assez brillante à l'école, elle avait des amis, à une époque même un petit ami... À l'adolescence, ma petite fille s'est bien évidemment mise à grandir et à changer. On s'aimait, on se disputait assez rarement mais comme chaque mère avec sa fille de quatorze-quinze ans, elle devait rentrer chaque soir, faire attention à ses fréquentations... Tout ce qu'il y avait de plus banal. Enfin banal... Elle a une espèce de rancune à revendre, Ada, mine de rien, quelque chose que je n'avais pas avec mes autres enfants. Si elle a pris en grippe quelqu'un c'est très dur de la faire changer d'avis. J'en sais quelque chose. Mais entre mère et fille... il y a un lien indestructible et Ada et moi avons toujours pu nous réconcilier.

Elle s'entendait bien avec son père ?

Et comment ! John était dans l'Alliance dans l'Armée de terre, il était Lieutenant à la naissance de nos enfants. Il n'était pas souvent là mais Ada passait tout son temps avec lui quand il était à la maison. C'était son héros, il lui a donné son goût pour l'armée, son altruisme mais aussi une vocation. Dès qu'Ada avait compris ce que son père faisait, elle est venue me voir et m'a dit "je veux faire pareil" et elle n'a jamais cessé de vouloir entrer dans l'Alliance depuis ce jour jusqu'à son engagement. Je n'étais pas très d'accord sur son choix de carrière mais elle s'est toujours battue et regardez, aujourd'hui elle fait partie du N7. Savoir qu'elle a de plus participé à la reprise de la Terre me remplit d'une fierté inégalée en plus de la plus grande peur de ma vie...

Pouvez-vous me raconter comment se sont passées ses premières années dans l'armée ?

[Elle réfléchit avant de répondre.] Je ne pourrais pas vous en parler aussi bien que ses camarades mais je vais tenter de vous répondre. L'Alliance l'a changé presque drastiquement. Avant qu'elle ne s'engage, elle était un peu rondouillarde vous voyez ? [Elle se met à ricaner.] C'était une élève douée mais elle ne faisait pratiquement pas de sport à part en cours et encore ses professeurs disaient qu'elle ne se foulait pas trop. Ça m'énervait un peu de la voir comme ça, je n'aurais pas supporté d'avoir des enfants gros et John non plus. L'entraînement dans l'Alliance l'a... transformé. Il le fallait de toute manière sinon l'Alliance n'en voudrait pas et toute sa vie, elle a voulu porter cet uniforme et ce sigle de l'Alliance. Elle s'est engagée le jour de ses dix-huit ans, en 2184 en entrant directement en formation pour être sous-officier, elle est restée donc un an en formation avant d'entrer au service actif au grade de... Second-Maître. Sa silhouette s'est affinée, elle a perdu ses kilos en trop et même mentalement, elle a changé. Elle est devenue bien plus déterminée, bien plus ferme voire même... plus mature si cela était encore possible. Et surtout, elle a connu l'ambition. Non seulement c'était SA voie mais en plus elle voulait y grandir, s'épanouir, bref monter en grade. Ça a été un peu comme une bouffée d'air frais pour elle. Après la guerre contre les Moissonneurs, elle est restée dans l'Alliance, on la voyait deux à trois fois dans l'année, ses permissions, elle les passait à la maison avec nous et dès qu'elle le pouvait, elle nous appelait via son OmniTech. Bien évidemment, et surtout après qu'elle ait intégré le N7, elle n'avait pas le droit de parler de ses missions. J'ai perdu un compagnon militaire et j'ai maintenant une fille qui en a repris le flambeau, j'en éprouvais une espèce de fierté teintée d'inquiétude. Forcément lorsque vous avez des proches qui risquent leur vie... [Elle se met à rougir et détourne le regard, les yeux humides.] J'avais déjà perdue deux de mes enfants et mon compagnon, je ne souhaite ça à personne... Vous avez des enfants, Lieutenant-Commandant ?

Oui madame, j'ai une fille et un garçon.

Alors je ne vous souhaite jamais de perdre vos enfants comme j'ai perdu les miens. Ça a commencé avec la plus jeune de mes filles, Emilie et mon compagnon, John... ils sont morts pendant la guerre contre les Moissonneurs. Mon fils, Gary est mort plus tard, il était dans une colonie détruite par des pirates butariens. Je peux vous en parler aujourd'hui car j'en ai fait le deuil... J'ai maintenant appris à vivre uniquement en compagnie de Daichi et de Ada. Je ne souhaite à personne de souffrir comme je l'ai fait, pas même à mon pire ennemi. Lorsque mon compagnon et Emilie sont morts, Daichi et Gary en étaient aussi affectés que moi mais une chose nous faisait garder espoir en même temps de mon plus grand sujet d'inquiétude : Ada. On savait qu'elle se battait contre les Moissonneurs, nous n'avions que très rarement des nouvelles mais... elle se battait toujours. Nous étions sans nouvelles pendant je ne sais combien de temps avant que l'on ne reçoive une communication de trente secondes. J'en ai pleuré tellement j'étais soulagée, j'ai versé des larmes avec Daichi et Gary... J'étais dans un camp de réfugiés protégé par l'Alliance, ils commençaient déjà à former la résistance mais moi je ne pensais qu'à protéger mon fils et ma fille. J'ai dû me battre plus d'une fois pour me défendre... Mais on nous a rarement violentés, la présence des soldats de l'Alliance y était pour beaucoup. J'imagine qu'ils voulaient en priorité protéger les familles de militaires, je ne sais pas, mais jamais je ne remercierais assez ces soldats qui nous ont protégés, se sont battus voire sont morts pour nous.

Je me souviendrais toute ma vie de cette conversation avec Ada, c'était la veille de l'offensive menée par le Commandant Shepard pour reprendre la Terre, elle nous avait simplement dit qu'elle allait se battre le lendemain. Je l'entends encore "maman, si je fais ça, c'est pour papa, Emilie, Gary, Daichi et toi mais aussi pour tous les gens qui sont morts. Nous allons reprendre notre planète, notre foyer et l'on rentrera chez nous. On a Shepard et toute la flotte militaire de la galaxie avec nous, on ne peut que gagner." J'ai simplement répondu "fais attention à toi Ada" avant que la communication ne coupe. J'ai bien cru perdre ma fille aînée, je n'aurais pas pu supporter cette perte de plus... mais finalement elle était vivante. J'ai remercié le ciel, l'Univers, Dieu ou je ne sais quoi d'avoir épargné ma fille aînée. Elle a traversé l'enfer depuis la mort de son père, d'Emilie et de Gary comme moi ou Daichi. Elle s'est enfermée dans son travail lorsqu'elle était en mission et on avait peu de nouvelles. On a vraiment eu peur après la mort de Gary, on lui a donné une permission de plusieurs mois mais Ada était terrifiée à l'idée d'être réformée. À cette époque, Ada me disait qu'elle fréquentait une Asari je ne sais pas si leur relation était véritablement sérieuse mais elle l'a aidé à ne pas perdre pied, Daichi et moi l'avons soutenue tout autant. Elle s'est battue pour remonter la pente et aujourd'hui encore, elle en garde des traces mais si quelqu'un mérite un jour d'obtenir le grade N7, c'est bien ma Ada.

[Son OmniTech se met à clignoter à cet instant et elle le consulte avant de se lever et partir.]

Ma fille Daichi vient de sortir du bureau, je vais la rejoindre. Lieutenant-Commandant.

Codage par Libella sur Graphiorum







James
Strathölme


Terra Nova, académie d'officiers Kastanie Drescher - 7 février 2202

[L'académie d'officiers de la Marine a été ainsi renommée en l'honneur de la célèbre amirale Kastanie Drescher qui s'est illustrée pendant la Guerre du Premier Contact en anéantissant les forces turiennes qui occupaient Shanxi puis en se sacrifiant avec sa Seconde Flotte lors de l'attaque de la Terre par les Moissonneurs, permettant ainsi à la Cinquième et Troisième Flotte de se replier par le relais de Charon. L'établissement d'enseignement militaire est dirigée par le commodore James Strathölme qui a pris en main l'académie quelques années après la guerre contre les Moissonneurs. D'origine scandinave, cet officier d'une cinquantaine d'années a voulu quitter l'activité des flottes de l'Alliance pour se consacrer à l'éducation et à la formation des officiers de demain. Il a bien plus l'air d'un politicien qu'un véritable officier de l'Alliance et il me reçoit dans son bureau après les classes de la journée, deux verres de cognac sur la table. Il est debout devant la fenêtre de son bureau, les mains dans le dos, droit et fier.]

Je n'avais pas vraiment entendu parler auparavant du soldat Raikes avant qu'elle ne vienne par ici. Elle s'est inscrite en 2189 en compagnie de beaucoup de ses camarades dont certains sortaient à peine de leurs classes de recrues, à l'âge de vingt-trois ans. Au moins je dirais les 2/3 des effectifs de notre école d'officiers ont à peine connu le feu et le commandement, le tiers restant sont des militaires issus du rang ou des gens qui ont débutés sous-officiers avec une certaine expérience de combat et de commandement. Raikes était de ceux-là. [Il se retourne pour me faire face et s'approche du bureau, debout, les bras croisés.] Elle ne faisait pas de vagues et elle s'est fondue dans la masse pendant la première année, où ils ont beaucoup plus de théorie que de pratique. C'est au début de la seconde année de formation qu'elle s'est distinguée et que je me suis intéressée à son cas. Je me souviens même du jour où j'ai véritablement ouvert son dossier, c'était le lendemain d'un dîner d'officiers de la Marine le plus emmerdant possible que j'ai vécu, le seul moment dont je me souvienne vraiment de ce dîner c'est lorsque le Vice-Amiral Arcturus Waylh s'est exprimé à propos de l'état de ses vaisseaux... C'est vous dire. [Il s'assoit en prenant son verre de cognac et boit une gorgée.]

Dans son dossier militaire, il y avait tout du parcours du soldat qui avait de l'ambition mais qui était aussi compétente et expérimentée. Elle a servi avec ténacité et courage pendant la guerre contre les Moissonneurs, elle était membre de l'équipe d'intervention au sol du vaisseau où elle était déployée. Pendant la bataille de Londres entre autres, elle s'est illustrée dans le rapport de son Maître Principal, elle a remotivé son équipage, les a envoyés entamer des réparations d'urgence en pleine bataille tout en y donnant de sa personne... Bref elle s'en est tiré avec quelques blessures. La suite est un peu plus classique, elle a passé les années suivantes à grimper peu à peu les échelons jusqu'à devenir Major vers la fin 2188. Les rapports de ses supérieurs la concernant parlaient presque toujours de la même chose : un soldat exigeant mais loyal, bienveillant envers ses subalternes, motivé et exemplaire. C'est donc presque naturellement qu'elle a rejoint notre école d'officiers, les responsabilités ne lui faisaient pas peur et elle voulait continuer à servir à bord d'un vaisseau tout en allant à terre, pas étonnant que son passage lors de l'attaque de Vancouver par les Moissonneurs et les différentes missions de l'équipe d'intervention de son vaisseau soient mis en avant dans le dossier.

Que pouvez-vous me dire à propos de son parcours dans votre académie d'officiers ?

[Il boit une autre gorgée et regarde mon verre. Je hoche la tête négativement, ne buvant pas lorsque je travaille.] Un plutôt bon parcours même si je dois admettre qu'elle avait quelque chose en plus que les autres élèves. En classe, elle s'en sortait, elle encaissait bien la théorie. En pratique, lorsqu'il s'agissait de diriger ses camarades, l'élève officier avait un peu plus de mal mais les bases du commandement s'apprennent dans la difficulté, formation de sous-officiers ou non. Vous voyez Lieutenant-Commandant, c'est là que l'on voit non seulement la différence entre les crétins qui se la pètent parce qu'ils sont en école d'officiers et ceux qui connaissent les risques et les enjeux du métier, tâchant de diriger leurs hommes au mieux. Raikes faisait partie de cette catégorie. Elle était très exigeante et montrait l'exemple, elle bougeait aussi ceux qui traînaient la patte sans aucune douceur. Elle n'était pas une officier qui crachait sur ses soldats mais il y avait bien une chose qu'elle détestait : les traînards. Raikes était une officier prometteuse, elle avait le charisme, le leadership et la poigne pour que son unité la suive sans discuter.

[Il se rajoute un glaçon dans son cognac avant d'en reprendre une gorgée.] Je ne vous cache pas, Lieutenant-Commandant qu'une telle réussite attire inévitablement jalousie et ressentiment, a fortiori si l'élève officier a une belle gueule. On a tâché de lui causer des ennuis, entre élèves officiers c'est plutôt monnaie courante. Raikes détestait cela, c'était un soldat qui avait une rancune assez tenace. Elle n'a jamais oublié celles et ceux qui ont essayés de lui causer du tort, je ne sais pas si elle leur a fait payer mais si c'est le cas, elle l'a fait de manière discrète car je n'ai jamais entendu quoi que ce soit à ce propos à son sujet. À côté de cela, Raikes ne prenait rien pour acquis, elle a continué à travailler dur, ses professeurs voyaient en elle un officier brillant et elle a confirmé nos attentes. Elle a finit major de sa promo et est sortie de cette école avec le grade de Lieutenant. Nous avons pensé qu'elle en avait largement les épaules, voyez que maintenant elle a encore progressé, elle fait partie du N7. Je revois encore sa mère et sa sœur survivante le jour de la cérémonie, il y avait toutes les familles des futurs officiers.

Justement, a-t-elle reçue son invitation au programme N7 dès sa sortie d'école ?

[Il ricane et repose son verre de cognac.] Vous n'avez jamais eu d'invitation au programme N7, n'est-ce pas Lieutenant-Commandant ? [Je réponds par la négative en hochant la tête.] Vous n'êtes pas sans savoir que le programme N7 ne se rejoint pas si l'on est pas officier ? Je ne l'ai pas reçu non plus mais je sais que ceux qui y sont invités mettent du temps pour recevoir leur invitation. Donc tout dépend des gradés de la Villa mais généralement on ne reçoit pas d'invitation dès sa sortie de l'école d'officiers même si on est major de sa promo, à ma connaissance cela n'est encore jamais arrivé. Bien entendu comme toute académie d'officiers de la Marine ou de l'Armée de terre, j'ai reçu des envoyés de la Villa qui ont examinés des élèves officiers et en ont repérés quelques-uns, Raikes devait faire partie de ces rares élus puisque d'après ce que je sais, elle a reçu son invitation quelques années après être partie de chez nous.

Codage par Libella sur Graphiorum







Claire F.
Yamashita


Terre, Villa Militar, Rio de Janeiro - 15 mars 2202

[Le major Claire Fumiko Yamashita est parmi l'un des officiers instructeurs les plus reconnus au sein du CFCI, le Centre de Formation de Combat Interplanétaire, l'organisme chargé de dispenser la formation des fameux N, les Forces Spéciales de l'Alliance. Issue de l'Armée de terre et elle-même de grade N6, c'est une femme d'une cinquantaine d'années qui ne fait pas du tout son âge, ressemblant plus à une femme ayant presque vingt ans de moins et qui a préféré superviser et former les prochains soldats N que d'atteindre le grade N7. De taille moyenne, elle n'en dégage pas moins une aura impressionnante et arbore une balafre assez discrète car cicatrisée, allant de la tempe gauche jusqu'à la mâchoire du côté gauche, souvenir d'une brute qu'elle a voulu tuer en posant une charge explosive dessus. On se met à marcher dans le camp de la Villa, le major supervisant le travail de ses instructeurs moins gradés sur des candidats d'une session N1.]

Ça doit bien faire un peu plus de vingts ans que j'entraine des soldats et je peux vous dire que j'en ai vu passer des troufions. Quand les Moissonneurs se sont pointés, on s'est immédiatement organisés avec la résistance locale. J'ai même pu discuter avec l'Amiral Anderson en personne, un grand homme qui a largement mérité son grade N7 de ce que je sais de lui. Je garderais toujours le souvenir d'un homme énergique, méritant et sérieux dans son travail. J'aurais aimée qu'il puisse survivre mais que voulez-vous, dans une guerre, il y a des morts. Dites-moi Lieutenant-Commandant, vous connaissez bien le programme N7 ? [Elle plisse les yeux.]

Je ne connais que ce que les soldats de l'Alliance se disent entre eux, je n'ai jamais reçu d'invitation, Major et c'est la première fois que je travaille sur le dossier d'un N7.

C'est bien ce que je me disais. [Elle me fait un sourire sinistre, renforcé par sa balafre tout en continuant de marcher.] Les Affaires Internes et elles ne savent rien du programme le plus important de toute cette putain d'armée... Ça me rappelle une de vos collègues que j'ai croisé l'année dernière tiens, une officier... Blanche Faydal voilà, ah elle portait bien son prénom celle là, fallait voir sa coupe. Je ne sais même plus sur quoi elle enquêtait mais elle est repartie bredouille. [Elle grogne avant de s'arrêter regarder les candidats de tout à l'heure entamer un parcours du combattant.]

Donc, ce programme N7. Lorsque nous avons intégré la communauté galactique... [Elle crache sur le côté.] ... il fallait bien que nous apportions notre contribution militaire aux autres races conciliennes c'est pourquoi le N7 a été créé en grande partie en réponse aux organisations telles que la Garde Noire turienne et leur Escouade des opérations spéciales, les commandos asaris ou encore le GSI galarien. Nous sommes l'élite et les meilleurs combattants que l'humanité a à offrir à la Voie Lactée. Vous connaissez tout le mythe et la légende construite autour de notre institution et elle est en partie vraie, c'est nous qui avons formé Shepard, c'est nous qui avons fait en sorte que le plus grand héros de toute cette putain de galaxie puisse botter le cul des Moissonneurs. Ahh, on leur a fait fermer leur clapet aux autres races conciliennes et leurs fameuses unités spéciales. Je peux vous dire qu'on était fiers quand on a su par la bouche d'Anderson que c'était Shepard qui menait la danse dans la Voie Lactée pour réunir toute la force militaire possible. Un putain de soldat... Il a mis un temps record depuis son intégration dans l'Alliance jusqu'au N7, ce n'était pas un être humain, c'était une machine de guerre, Shepard. Bref, tout ça pour vous dire que nous ne formons pas des fillettes. Tout le prestige autour du programme N7, nous l'entretenons, nous n'envoyons pas les invitations à la légère. Recevoir une invitation du N7, c'est le signe que l'Alliance vous estime capable de passer le cran au-dessus et de devenir un soldat d'élite, un gros flingue ambulant, un prêtre de la mort implorant la guerre. C'est un immense honneur que de recevoir le carton d'invitation du N7. [Elle sourit.] Ce prestige et cet honneur, il est dû en grande partie à la sévérité de nos critères de sélection ainsi que de la dureté de notre entraînement. Ne vous y trompez pas Lieutenant-Commandant, celles et ceux qui échouent même à la session N1 gagnent le respect de leurs pairs voire de leurs supérieurs, l'invitation et la participation dans notre institution est consignée dans le dossier militaire et y reste. Nous sommes durs et extrêmement exigeants mais cela est fait pour faire prendre conscience à nos candidats de rester prudents et de ne pas prendre de risques inconsidérés en rêvant des médailles et des honneurs militaires. La gloire au combat n'est absolument pas notre credo, nous agissons et combattons dans l'ombre, c'est là qu'est notre place. Le Lieutenant Raikes, désormais Lieutenant-Commandant n'a pas échappé à cette doctrine. Je vous parle de ça c'était au début de l'année 2194, à l'époque où elle s'est amené pour son N1, j'avais quelques galons de moins, autant vous dire que j'étais aux premières loges parmi les instructeurs pour observer son parcours.

Comment s'est passé son parcours au sein du programme N7 ?

[Elle repart en marchant vers les champs de tir où retentissent des coups de feu réguliers.] Elle a commencé comme tout le monde, au milieu d'une session d'une cinquantaine de candidats, elle avait quelque chose comme... vingt-huit ans. Ah ! Fallait voir ce beau brin de jeune femme patauger dans la merde et la boue ainsi que la jungle brésilienne... Nos propres gradés avaient hésité avant d'envoyer l'invitation, de ce que je savais de son dossier militaire envoyé par l'officier qui dirigeait son école, il était des plus... sérieux. Soldat exemplaire, comportement quasi irréprochable, respect de ses subalternes et de sa hiérarchie, major de sa promo de l'école d'officiers... Elle avait tout du profil du soldat parfait. Et c'est ce qui nous a fait hésiter, elle nous paraissait trop... parfaite mais nous étions aussi curieux de voir ce qu'un soldat de cette trempe avait dans le bide donc nous avons envoyé l'invitation et la voilà qui se retrouve donc à diriger une bande de 5 types en pleine cambrousse brésilienne. Ah ! Le moins que l'on puisse dire c'est que l'on a pas été déçus, croyez moi qu'on a rectifié les rapports sur Raikes que je trouvais bien trop dithyrambiques. On avait l'impression de tenir le nouveau Shepard alors que c'était seulement une soldat qui était juste meilleure que le troufion lambda.

[Elle prend par un autre chemin pour revenir aux bâtiments administratifs en quittant les champs de tir.] La session N1 se compose de plusieurs disciplines comme le maniement de plusieurs armes, un entraînement approfondi du corps à corps et du tir, la direction d'escouades et la survie en milieu hostile... durant vingts heures par jour avec très peu de sommeil et de nourriture pendant un certain temps. Comme tous ces camarades, Raikes a bouffé les heures de l'entraînement militaire le plus dur de toute l'histoire humaine, les programmes d'entraînement des forces spéciales des armées nationales qui existaient auparavant comme ceux des SEALs américains, des SAS britanniques ou encore des Commandos Marine français passent pour des combats de bac à sable à côté. Notre taux de réussite dès la session N1 se plafonne entre 10 et 15 % tant notre sélection est rigoureuse mais Raikes a fait partie de ces heureux élus du grade N1. Beaucoup abandonnent en cours de route mais pas elle. Raikes en a chié, en a bavé mais elle a effectué toutes ces heures sans jamais se plaindre malgré qu'elle se soit blessée plus d'une fois, elle a toujours fait preuve d'une volonté et d'une détermination impressionnante. Néanmoins, elle n'était pas la meilleure de nos N1. Oui désolée de vous décevoir, Lieutenant-Commandant mais Raikes n'était pas la meilleure parmi les N1 retenus, loin de là. Elle avait bien du mal à se servir des fusils à pompe et a mis plus de temps que les autres, il lui arrivait de se foirer pendant les manœuvres mais comme tout nos candidats à qui ça arrive même pendant la session N1 et bien entendu, l'effort physique et psychologique demandé a dû parfois dépasser ses limites, combien de fois je la sentais au bout du rouleau... D'un autre côté, Raikes ne tolérait aucun retardataire ou trainard dans son unité même en galérant comme une dingue, elle tâchait d'avoir ce niveau d'exigence que l'on ordonnait d'avoir. Raikes n'était donc pas notre meilleure candidate au N1, elle a fait des erreurs qui auraient pu être fatales mais elle n'a rien lâché, elle était l'une des plus acharnées et persévérantes et a su se distinguer au milieu des autres candidats, elle a prouvé qu'elle savait commander en milieu hostile et être efficace.

Comment s'est déroulé la suite de son parcours ?

Nos titulaires N1 sont peu nombreux, nous avons donc un suivi quasi personnalisé pour chacun d'entre eux, je regardais encore le dossier de l'un d'eux ce matin, un jeune Enseigne du nom de Hwang Dae-Hyun. La plupart ne vont pas au-delà du N2 voire du N3 pendant un certain temps. Peu parmi eux atteignent le N4 et rares sont ceux qui vont au-delà. J'ai supervisé comme d'autres le parcours de Raikes et j'étais fière de savoir qu'elle avait atteint le grade N5 en 2196, je l'ai su notamment lorsque nous avions reçu à son sujet un rapport d'évaluation physique et psychologique venant du médecin militaire du vaisseau à bord duquel Raikes servait, la Lieutenant Sara Vaylee. Je l'ai félicité personnellement lorsqu'elle est aussi devenue Lieutenant-Commandant à trente-trois ans en 2199. Je ne vous détaillerai pas les missions qu'elle a effectuées, vous savez bien évidemment pourquoi vu que vous êtes aux Affaires Internes, je peux toutefois vous dire que j'ai jeté un œil à ses états de service. Il y avait à peu près tout le sale boulot que l'Alliance faisait faire et pas seulement dans l'espace de l'Alliance, les pirates, les terroristes et toutes les raclures de fond de chiottes de la galaxie trouvent parfois refuge dans la Travée voire les Terminus... Je ne commenterai pas davantage ses missions, ce n'est pas mon boulot. Elle est l'une des rares soldats de notre institution à avoir gagné mon respect. Rien que pour ça je ne lui attirerais pas des emmerdes. Tout ce qui m'importe maintenant c'est de faire en sorte que l'humanité puisse toujours compter sur son élite militaire et qu'on ne soit jamais à court de N.

Codage par Libella sur Graphiorum







Eireann
O'Neill


Environs de la station Arcturus II, Flux d'Arcturus, Espace de l'Alliance - 20 avril 2202

[L'entretien se passe dans le bureau du contre-amiral O'Neill à bord du SSV Saipan qui patrouille actuellement en compagnie de deux autres frégates autour de la station de l'Alliance dont la construction s'achèvera l'année prochaine selon les prévisions des ingénieurs de l'Alliance. Eireann O'Neill est une officier vétérane ayant dépassée la soixantaine et servant dans la Cinquième Flotte depuis bientôt trente ans, elle est aujourd'hui à la tête de la flottille de frégates au sein de la Flotte. Née à Dublin, c'est une femme de taille moyenne mais avec le port droit qui me reçoit. C'est une officier sévère mais juste et intègre, le regard clair perçant sur un visage marqué par les années et barré par une balafre cicatrisée du sourcil droit jusqu'à la joue gauche, les cheveux coupés courts d'un étonnant roux sombre vierge de tout cheveux gris. Influencée par l'amiral Steven Hackett dont elle a été l'un des officiers subalternes pendant la guerre contre les Moissonneurs, elle n'en possède pas moins son propre caractère. Elle me reçoit, la mine légèrement sombre.]

Cela fait bien des années que je sers au sein de cette Flotte, Lieutenant-Commandant et bien peu d'officiers sont dignes de passer par la Cinquième. La Flotte avait déjà une aura prestigieuse avant la guerre contre les Moissonneurs, les hauts faits d'armes pendant ce conflit n'ont fait qu'amplifier cette aura, demandez-vous donc pourquoi on a proposé à Hackett d'être le conseiller humain au Conseil. Les meilleurs soldats de la Marine de l'Alliance viennent servir ici dans notre Flotte. Bref ! Nous sommes ici pour parler d'un de mes officiers, Raikes. Asseyez-vous, Patterson. [Elle me montre un des deux sièges devant son bureau avant de s'assoir derrière ce dernier.]

Que pouvez-vous me dire à son propos, Amiral ?

Un tas de choses mais pas que des bonnes. [Elle soupire légèrement avant de se pencher sur son bureau, les mains jointes, son air sévère ne me lâchant pas.] Cela fait plusieurs années que j'ai le soldat Raikes sous mes ordres, elle a commencé à servir dans la Cinquième en... 2196, à l'âge de trente ans. Elle a été transférée de la Première à la Cinquième lors de sa promotion au grade N5, elle s'est retrouvée à bord d'un croiseur, le SSV Seoul et avait en charge une équipe de l'unité d'intervention sous les ordres d'un Commandant. J'étais bien entendu au courant de son parcours, il y a déjà peu de soldats issus du N7 parmi les équipages, je n'irais pas jusqu'à dire que je la connais personnellement mais disons qu'elle et moi nous connaissons plutôt bien comparé à la plupart de mes officiers subalternes. Elle a prit l'habitude de travailler assez souvent avec des unités d'autres armes de l'Alliance voire venant d'une autre armée concilienne. J'ai souvenir d'une réunion interarmes avec des représentants de la division biotique de l'Alliance, Raikes était déjà Lieutenant-Commandant à l'époque, leur chef nous avait envoyé un officier pour les représenter, le Lieutenant-Commandant Shaun McAvoy et qui était accompagnée d'une section de sa compagnie. La réunion s'était faite à bord d'une frégate et avait duré un certain temps. Raikes s'entendait plutôt bien avec les soldats de McAvoy, vous pouvez aisément l'imaginer en tant que N5... En revanche, en ce qui concernait McAvoy en elle-même... Vous savez ce qui se passe lorsque vous avez deux officiers avec des manières totalement différentes de travailler qui se rencontrent ? De prime à bord, elles se ressemblent beaucoup toutes les deux, elles ont le charisme et l'autorité que requiert le grade d'officier, capables de mener leurs troupes au combat. Cela dit, Raikes était l'exemple même de l'officier exigeant mais bienveillant, admirée et respectée par ses soldats alors que McAvoy était plus du style stricte et pragmatique, imposant distance et professionnalisme. La poigne était froide entre elles et pendant la réunion, ça se regardait en chiens de faïence. Raikes a un défaut qui peut lui être... très gênant. C'est simple si elle doit travailler avec quelqu'un qui ne lui revient pas, comme McAvoy par exemple, la mission devient assez bancale, dans le cas de McAvoy et Raikes, elles ont été assez intelligentes pour être pros et mener leur mission à bien. Mais si Raikes tombe sur quelqu'un avec une fierté mal placée, ça peut lui causer pas mal de tort. Toutefois, pour une soldat du N7, elle ne s'en sort pas trop mal mais elle a quelques taches dans son dossier, notamment des missions qui ont échouées. Personne n'est parfait Patterson et Raikes n'échappe pas à cette règle, il y a dans son dossier une légère flopée de missions qui ont mal tournées, certains de ses soldats y sont restés... et c'est le genre de conneries que les pontes du N7 n'aiment pas lire, c'est sans doute pour ça qu'elle n'est pas encore N7 et qu'elle galère à monter en grade chez eux. [Elle se lève en faisant les cents pas, les mains jointes dans le dos me regardant de temps à autre, le bruit de ses talonnettes résonnant doucement dans la pièce.]

Si je devais citer un évènement où ça a été un beau merdier pour Raikes, ça serait la mort de son frère en 2197, Raikes avait trente-et-un ans. Putain elle a failli y passer... Le Seoul était en patrouille dans la Travée. À bord, nous avions depuis un petit moment un détachement de cette fameuse division biotique, ils étaient surtout venus tester leur nouveau matériel sur le terrain en situation de combat, l'unité était équipé par Lumenia Corporation, vous savez cette entreprise asari d'Illium qui avait était entachée d'un scandale assez sale à base de blanchiment d'argent et de corruption l'année dernière ? À l'époque, cette boîte avait une bonne réputation... Maintenant ils y ont mis PDG une Asari toute jeune selon leurs standards, Beeythia Moraios, pour se donner une autre image, plus fraiche et dynamique certainement... Toujours est-il que nous devions les dropper quelque part dans la Travée sur notre chemin mais pendant la patrouille, le Seoul avait capté un signal de détresse provenant d'une colonie multi-raciale. L'équipe de Raikes a été envoyée là bas et elle y a retrouvé le cadavre de son frère. Je ne peux imaginer le choc émotionnel que ça a du engendrer sur elle mais devant nous et ses hommes, elle n'a pas versé une seule larme. En revanche dans un endroit plus intime... je suppose qu'elle devait bien faire sortir la douleur qu'elle en éprouvait. Bref, je n'ai jamais rien vu de mes propres yeux et je ne vais pas vous parler de ce genre de choses. Donc après la mort de son frère, Raikes voulait une expédition punitive. Ses supérieurs et moi nous y sommes formellement opposés au vu de son état. Je m'attendais à ce qu'elle proteste mais elle a été impressionnante de maîtrise et de professionnalisme, elle n'a pas insisté et bien lui en a pris car deux semaines après la mort de son frère, les pirates responsables ont été repérés sur Virmire, nous avons eu le tuyau par les Galariens du GSI. Toutefois, j'avais de sérieux doutes sur l'état de Raikes malgré le fait qu'elle ait obéi aux ordres. J'imagine sans peine qu'elle était dévastée, j'avais envisagé de la relever mais le tuyau des Galariens est passé à ce moment-là. Je ne sais pas si cette Asari y était pour quelque chose pour maintenir Raikes à flots mais elle a lourdement insisté directement auprès de moi pour être de cette mission. J'étais très sceptique, je l'aurais normalement consignée dans sa cabine car Raikes était très insistante mais un étrange pressentiment m'a finalement décidé à lui accorder ce qu'elle demandait. Sans lui dire, je l'avais placée sous très étroite surveillance pendant cette mission et ceux qui la surveillaient avaient pour consigne de l'arrêter à la moindre connerie avant de l'envoyer au trou une fois de retour, N5 ou non. La suite a donné raison à ma décision.

Que s'est il passé ensuite, Amiral ?

À votre avis Patterson ? [Elle me fusille du regard.] L'un des points culminants de ses états de services a été de faire sortir ses soldats du traquenard de ces foutus pirates sur Virmire. Le tuyau galarien était bon mais ce qu'ils ne savaient pas ce que c'était un putain de piège. On y avait envoyé l'équipe de Raikes avec les biotiques mais ils ont foncés droit dans un guet-apens sans qu'on ne le sache. La planque pirate se trouvait au fond d'une vallée entourée par la jungle, une zone accessible quasi-exclusivement par navette. La prise de cette planque a été trop facile et lorsque notre force attendait son extraction, les pirates ont ouvert le feu sur eux et empêchés les navettes de se poser. Nos soldats ont dû résister ensuite le temps que l'on s'organise pour les secourir. Le chef de Raikes a été tué, le commandant biotique était hors combat, elle était la seule gradée sur le terrain disponible. Elle a organisé la résistance et a défendu les blessés et les valides encore debout, résistant aux assauts des pirates. Elle a été blessée plus d'une fois mais a résisté jusqu'au bout, tuant même le chef des pirates, un Butarien énorme et je soupçonne cette ordure d'avoir été l'assassin de son frère. Jamais Raikes n'a voulue se rendre et a tenue tête aux pirates avant que l'on embrase la vallée et qu'on sorte nos soldats et nos alliés de ce trou. Il y avait eu de lourdes pertes, des morts, beaucoup de blessés dont Raikes, elle s'est écroulée à la fin du combat, minée par les blessures, elle est restée inconsciente pendant trois voire quatre jours. Seulement voilà, elle n'était pas en cause, elle n'a fait que son boulot et a tenu sa position, a obéi aux ordres et a accessoirement pu venger son frère. Mais Raikes était traumatisée après Virmire, elle s'en est sortie et nous l'avons envoyé en permission pour plusieurs mois, elle devait se remettre et être hors-service pendant un temps. Je ne vous cache pas qu'il a été question de la réformer mais la décision n'a jamais été prise.[Elle s'arrête et me tourne le dos, regardant par son hublot, la station en reconstruction.]

Quelle était la suite pour le Lieutenant-Commandant Raikes ?

Comme vous pouvez l'imaginer, Patterson. Elle a fait le deuil de son frère et a tâché de remonter la pente avant de reprendre le boulot. [Elle revient se rassoir.] De cette épreuve traumatisante, elle en est ressortie assombrie et avec une haine des Butariens confinant au racisme. On ne l'a pas jamais envoyé traiter avec l'Hégémonie... Remarquez même moi j'aurais refusé, je préfèrerais encore traiter avec les Krogans, surtout depuis que le clan Urdnot du chef Wrex a un ambassadeur du nom d'Urdnot Ante. Leur choix était très bon, j'ai rarement rencontré de Krogan aussi... disons sympathique et c'était un des soutiens de la première heure de Wrex, pendant la guerre civile krogane de 2200 entre autres. Ante a aussi fait partie de la délégation krogane lors de l'attentat sur Palaven, quel merdier ça a été cette histoire... On a eu des ennuis diplomatiques pendant des semaines, l'Alliance était placardée comme l'ennemi n°1 de la galaxie. Raikes était prête à intervenir comme toutes nos forces d'ailleurs, le niveau d'alerte des armées et des flottes de l'Alliance était même monté à Sabre 3 voire Sabre 2 pendant un temps, pour Raikes et tout le monde. D'ailleurs, elle n'était pas la seule du N7 que je connaissais, j'avais aussi déjà croisé le Commandant Alec Sykes peu après les émeutes sur Haratar, il était sur le terrain. Heureusement qu'on avait un type comme lui là bas parce que ça a failli mal tourner aussi... Pour revenir à Raikes, en plus de son racisme, elle a une qualité mais qui peut très vite devenir son plus gros défaut, elle est une bosseuse invétérée. C'est une officier travailleuse et exigeante mais elle a tendance à se surmener. Beaucoup travailler, c'est bien, se surmener, c'est rédhibitoire. Elle a été rappelée quelques fois à l'ordre pour cela, elle a souvent été retrouvée en état de fatigue avancée dans sa cabine malgré les bons et loyaux services qu'elle continue de rendre. Elle a pris conscience qu'elle devait parfois lever le pied même si elle a parfois du mal mais elle est en de bonnes mains lorsque je sais quel médecin militaire la surveille. Elle est passée Lieutenant-Commandant en 2199 à l'âge de trente-trois ans pour ses états de service et je l'ai ensuite recommandée pour prendre la tête d'une frégate furtive qui sortait des chantiers trois ans plus tard en 2202 c'est à dire il y a peu, après avoir sauvé la colonie de Fehl Prime d'une attaque de pirates et de terroristes, j'attends encore la réponse de l'état-major de la Flotte mais je pense qu'elle aura le commandement de l'Okinawa sous peu. Si c'est le cas, elle sera ma subalterne direct et servira sous mon commandement.

Codage par Libella sur Graphiorum





Apparence





Ada J.
Raikes

Il paraît que je suis un joli minois. Ça fait quand même plaisir, c'est mieux que si l'on te disait que tu ressemblais à un cul. Avant... j'étais du genre un peu grassouillette et le visage un peu joufflu, je n'étais pas mince et je ne me foulais pas beaucoup quand je faisais du sport. Mais ça fait maintenant parti du passé. Quand je me regarde dans un miroir, il est vrai que j'aime mon reflet. Cheveux coupés courts parfois à la garçonne, souvent raides et encadrant mon visage avec toujours cette même mèche rebelle retombant sur le front, je ne les laisse jamais pousser plus que la moitié du cou, un souvenir de l'éducation stricte de ma mère qui n'autorisait les cheveux longs qu'après 14 ans. Daichi et Emilie s'en sont données à cœur joie contrairement à moi qui me suis mise à apprécier les coupes courtes. Ces mêmes cheveux encadrent un visage délicat et fin, des lèvres assez pulpeuses et des yeux marrons en amande surmontés de sourcils finement dessinés d'un noir de jais.

Je suis grande, voire très grande pour certaines personnes, je faisais exactement 1,85 m lorsque je me suis engagée, l'Alliance avait des uniformes spécialement conçus pour des corps féminins, moi c'était un uniforme masculin que l'on m'a donné. Les soldats, je les impressionnais avec ma taille, ils avaient rarement vu une femme aussi grande et je dominais parfois mes pairs d'une tête ou deux. A cause de l'entraînement militaire standard de l'Alliance mais aussi de mon passage dans le programme N7, je n'ai pas vraiment de carrure qu'on pourrait qualifier de "féminine". J'ai pris pas mal de muscles à force de porter tout mon barda, mon arme et ses munitions, l'armure, de courir partout... La silhouette est maintenant plus carrée, plus musclée qu'athlétique. Bien évidemment de telles choses laissent des traces et j'ai quelques cicatrices dans le dos et sur le haut du corps. Avec la solde et en accord avec le règlement de l'Alliance, j'ai plusieurs tatouages sur moi. J'ai un tatouage d'un collier en dentelle autour du cou, je l'ai trouvé très attirant et un brin provocateur, j'en ai un qui s'étend sur presque tout mon dos, un Ange de la Mort tenant une épée, cela fait très cliché mais il a une signification particulière pour moi, je me le suis faite tatouée après avoir vengé mon frère Gary, c'était comme une représentation du destin abattant la mort sur mes ennemis pour avoir tué un de mes proches les plus chers. De mon épaule droite jusqu'au poignet, j'ai des roses noires qui s'étendent, par ci par là agrémentés de pistolets Predators et une tête de mort sur mon épaule. Celui-là je me le suis fait après être passée Lieutenant-Commandant, j'en ai eu l'idée après avoir écouté un album d'un très vieux groupe de hard rock terrien, les Guns N'Roses et j'ai ressenti une bouffée d'ego qui m'a poussé à le faire, je venais d'être promue, je sentais que rien ne me résistait et mon bras droit symbolisait le fait que je donnais la mort car c'est la main de ce bras qui appuie sur la gâchette de mes armes. J'ai un tatouage du N7 sur la hanche gauche, obtenu bien entendu après que j'ai rejoint le N7, j'ai aussi le logo de l'Alliance tatoué sur l'épaule gauche, lui par contre c'est le plus ancien je l'ai eu dès ma sortie de l'école de sous-officiers. Enfin sur l'avant-bras gauche, j'ai fait tatouer les prénoms de Li, John, Emilie, Gary et Daichi. Lorsque je combats, mon bras droit se bat, mon bras gauche me rappelle pour qui je me bats.

D'un point de vue vestimentaire, bien entendu je porte l'uniforme de l'Alliance, l'armure et l'uniforme quotidien renforcé d'officier. Hors cadre de l'Alliance, je m'habille encore selon une ancienne mode humaine, je trouve cela très classe et sobre contrairement à la plupart des femmes qui aiment s'habiller dans des robes asaris, moi ce n'est pas vraiment mon truc. Je préfère de loin, les tailleurs et les chemisiers humains. Rouge, noir et blanc sont les couleurs que j'arbore le plus. On me prend parfois pour une femme d'affaires alors que je suis seulement en permission et que j'aime bien m'habiller.

Codage par Libella sur Graphiorum



Caractère





Ada J.
Raikes

Dans l'Alliance, je suis une officier exigeante. Les hommes sous mon commandement savent comment je travaille, je suis sérieuse mais bienveillante avec eux, soucieuse de les mettre dans les meilleures conditions possibles et en retour, je n'accepte rien de moins que le meilleur dont ils sont capables. Généralement, ils me le rendent bien et font ce que je leur ordonne de faire sans discuter. Cette exigence est à nuancer car pour avoir déjà entraîné des recrues, elles savent que je peux être dure et sévère, certains ne peuvent me rendre ce que je leur demande et n'ont pas la pointure pour servir dans mon unité. Je suis exigeante avec mes soldats mais aussi avec moi-même voire plus car je suis leur chef et que je me dois de donner l'exemple à travers mes actes. Il m'arrive de passer du temps avec mes hommes et qu'ils me parlent de leur vie en dehors du service comme leur famille... tout en me taisant sur moi-même. Je suis à l'écoute de mes subalternes mais je reste très secrète sur ma propre vie personnelle. je reste proche d'eux bien que je sois leur supérieure mais je peux partager des moments avec eux tout en gardant le respect qui m'est dû, je m'assure que nous formons tous bel et bien une unité et pas seulement un groupe, c'est quelque chose d'important à mes yeux et que je fais depuis que je suis en position de donner des ordres. Le travail est une notion très importante pour moi que j'ai hérité de ma mère, je travaille énormément surtout depuis que je suis devenue officier. La mort de Gary n'a rien arrangé et je me suis enfermée dedans pour penser à autre chose, j'en suis parfois arrivée à me surmener ce qui m'a valu des rappels à l'ordre de la part de mes supérieurs. Je les comprends quelque part, ils veulent un officier qui travaille mais qui est aussi frais et disponible, pas un bourreau du travail qui s'épuise à longueur de temps... Autre conséquence de l'assassinat de mon frère, ma haine des Butariens. D'aucuns la qualifie de racisme, je me fiche complètement de ce que l'on en pense, un membre de cette espèce m'a prit une des choses les plus chères à mes yeux au delà même de ma vie, lui et ses congénères méritent le même sort : une mort certaine et horrible, un bon Butarien est un Butarien mort à mes yeux. Je serais clémente même avec un Vortcha ou un Krogan, pas un Butarien et savoir que ces pourritures veulent reformer l'Hégémonie voire ont retrouvés une ambassade me dépasse... J'en suis devenue bien plus sombre et la rancune dont je suis capable depuis mon enfance s'en est retrouvée exacerbée. J'ai déjà été rancunière par le passé envers les soldats qui se rebellaient contre moi ou encore les élèves officiers qui voulaient me faire des crasses, je leur ai fait payer mais cette haine et cette rancune envers ces aberrations à quatre yeux ne sera apaisée que lorsque le dernier Butarien vivant rendra l'âme sous mes yeux. En mettant cela de côté, la plupart du temps, je m'entends bien avec mes collègues officiers de l'Alliance dont ma hiérarchie voire même avec des unités aliens et la collaboration se fait toute seule. Seulement, je fonctionne aussi à l'affectif et si je sens que ça n'accroche pas comme par exemple avec un collègue officier comme McAvoy qui ne travaille pas du tout comme moi, j'ai tendance à être moqueuse et à devenir sarcastique voire provocatrice. Un comportement parfois reproché, j'ai du mal à collaborer avec quelqu'un qui n'est pas foutu de mettre une bonne entente dans une collaboration et qui est mon exact opposé en terme de commandement et de gestion d'unité.

En civil, j'étais autrefois une femme très sympathique et avenante, j'aimais être dans un groupe et faire la bringue. Maintenant, surtout depuis la guerre contre les Moissonneurs et la disparition d'une partie de ma famille, je me suis bien calmée. J'offre toujours ma sympathie et ma bienveillance mais de manière bien plus posée. Il m'arrive encore d'être assez avenante et de faire beaucoup de rencontres mais je m'y perds beaucoup moins qu'avant et je suis moins fêtarde. En d'autres termes, on peut dire que j'ai gagné en maturité voire en sérieux. Je suis tout de même toujours contente de faire des rencontres de tout bord mais je fais ma sélection au lieu de m'ouvrir à tout le monde ce qui n'est en définitive, pas un mal. Cela n'a échappé à personne, je suis très orientée vers ma famille. La mort des nôtres nous a toutes liées les unes aux autres et a renforcé nos liens. Je me surmène mais je tâche de rester en contact avec ma famille le plus possible, c'est à dire très peu de fois mais je pense tout le temps à eux, ils sont ma raison numéro 1 de me battre et je me sacrifierai volontiers pour que ma mère ou ma sœur Daichi puissent être saines et sauves. La famille, c'est le plus important dans la vie de quelqu'un, ce sont surtout elles qui m'ont soutenu et aidé après la perte des nôtres car nous étions toutes très affectées et la famille était plus que jamais indispensable en ces temps durs. Je devais être la plus atteinte avec ma mère, en permission j'ai eu ma période de dépression mais j'étais bien entourée avec ma famille, des amis, mon amante asari... J'ai remonté la pente mais ce fut très dur et je ne m'en suis pas encore complètement remise... À côté de ma famille, j'ai bien entendu eue des histoires sentimentales, les petites amourettes de lycée qui ne survivaient pas au mois ou au trimestre, les rencontres au sein de l'Alliance malgré le règlement mais qui ne duraient jamais non plus... Je crois aussi que c'est parce je dois m'investir trop vite et trop intensément dans une relation, j'en deviens rapidement jalouse voire parfois possessive. J'ai aimée des hommes et des femmes mais j'attends le même investissement en face et je n'ai malheureusement très souvent jamais eue la même en retour. J'ai eu une seule relation sérieuse, c'était donc avec cette Asari d'un commando qui travaillait souvent avec moi, c'est elle qui en tout premier m'a aidé à ne pas sombrer complètement lorsque Gary est mort, elle a continué à me soutenir mais nos engagements respectifs nous ont éloignées l'une de l'autre. Notre relation a duré plusieurs mois mais je la considère comme terminée. Aujourd'hui, j'essaie maintenant d'assumer au mieux mon commandement avec bienveillance et sérieux, de continuer à servir l'Alliance et protéger ma famille qui m'ont tout donné.

Codage par Libella sur Graphiorum



Compétences / Profil

Voir ce topic pour l'aide.
Profil :

Profil : Capitaine, Militaire 9 - Biotique 0 - Technologique 9

Équipement :

Armes : M-3 Predator - M-96 Mattock
Armurerie : M-97 Viper

Compétences :

Militaire : Maîtrise avancée - Combattant entraîné - Tir percussif, Grenades d'attaque, Munitions Incendiaires, Munitions Cryo
Biotique : Non
Technologie : OmniLame - OmniPoing - Surcharge - Technoblindage - Hacker confirmé



Compléments

Signe(s) distinctif(s) : Tatouages (cf description physique), ID Tags de l'Alliance en collier militaire, cicatrices dans le dos et sur le haut du corps, photo souvenir de ma famille au complet
Relations avec les autres : Bienveillante et ouverte d'esprit au premier abord. Haineuse envers les Butariens pour avoir causé la mort de mon frère Gary.
Des liens prédéfinis ? : Shaun McAvoy (professionnel, rivale potentielle) ; Sara Vaylee (amical, meilleures amies) ; Alec Sykes (professionnel, connaissance) ; Urdnot Ante (amical, ami cordial) ; Urdnot Graash (professionnel, connaissance) ; Beeythia Moraios (amical, connaissance)
L'objectif de votre personnage à long terme ? : Protéger l'humanité, ses alliés ainsi que leurs intérêts.


Hors Personnage

Célébrité sur l'avatar (seulement si besoin) : Ada Wong (Resident Evil)
Comment avez-vous connu le forum ? Recherche Google Mass Effect forum RPG
Est-ce un double compte ? Non
Des remarques ? Très beau site et forum que j'ai repéré il y a longtemps et que j'ai pris le temps d'explorer, de lire, d'éplucher avant de m'inscrire. Pas toujours évident pour trouver les informations qu'on cherche, mais cela n'enlève rien à la qualité du forum.








Dernière édition par Ada J. Raikes le Jeu 22 Juin 2017, 23:01, édité 128 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 51
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Ada Jane Raikes ~ We will fight for the lost   Ven 09 Juin 2017, 00:37
RP d'introduction



Congratulations, Lieutenant-Commander



- SSV Saipan, pont de la cabine de l'officier commandant
- 22 avril 2202, en orbite autour d'Elysium


Le bruit de mes bottines résonna doucement alors que je me dirigeai vers la porte de la cabine du contre-amiral Eireann O'Neill, les bruits multiples provenant de la frégate de l'Alliance s'évanouissant presque à ce niveau du vaisseau et permettant ainsi à l'officier supérieur commandant la flottille de frégates de la Cinquième de profiter du début d'un instant de calme avant d'intégrer sa cabine. Rapidement, j'atteignis la porte d'entrée de son lieu de vie et avant d'entrer, je vérifiai donc que ma tenue était correcte, mes bottines soigneusement nettoyées et mon uniforme quotidien renforcé d'officier impeccable. J'eus tôt fait de faire un pas que les capteurs de la cabine détectèrent ma présence devant la porte et quelques secondes plus tard, le voyant de la porte tourna au vert. Je pris une profonde inspiration, mon léger stress avant la rencontre avec ma supérieure retombant légèrement et la porte s'ouvrit, me permettant de pénétrer d'un pas assuré dans la pièce où vivait et m'attendait O'Neill.

La cabine du contre-amiral n'avait pas grand chose à voir avec les dortoirs des soldats voire même des cabines individuelles des officiers moins gradés qu'O'Neill. Dans ma propre cabine, j'avais un confort relatif, un lit correct mais bien meilleur que les couchettes des soldats et des matelots, un ameublement simple mais efficace me permettant d'avoir mes propres effets personnels sans crainte d'être volée et un petit bureau, une décoration sobre que je pouvais adapter un minimum à ma guise et une douche personnelle. Le contre-amiral O'Neill avait à sa disposition une cabine qui était aussi grande qu'un des dortoirs d'équipage, un bureau avec un terminal puis un autre plus petit et plus ancien qu'elle avait fait venir, un espace de détente se composant d'une table basse et d'un canapé, un ameublement plus cossu que celui que j'avais, un grand lit deux places dont les oreillers debout dessus étaient comme un appel à se laisser emporter par le lit où l'amiral dormait et une salle de bains personnelle qui faisait le double de ma douche de cabine. Eireann O'Neill était concentrée sur son OmniTech, consultant certainement des rapports concernant la dernière mission que le Saipan et ses frégates venaient d'effectuer. Le terminal était pourtant non loin de l'amiral mais celle-ci fit comme si l'appareil n'existait pas et fit défiler différents écrans sur son OmniTech avant de relever le regard dans ma direction. Mon arrivée ne fut pas discrète mais je ne voulais pas entrer dans le feutré et lorsque mes yeux croisèrent ceux d'O'Neill, je la saluai de ma façon habituelle, c'est à dire, la plus réglementaire possible, le dos bien droit, le regard fixe vers le hublot de sa cabine, la main bien à plat et à quarante-cinq degrés par rapport à mon bras, l'expression impassible.

Lieutenant-Commandant Raikes au rapport, Amiral.

Le contre-amiral se releva de son bureau, ferma son OmniTech d'un geste nonchalant et se planta devant moi en me fixant pendant quelques secondes avant de me rendre mon salut et de me mettre au repos d'un geste de la main. C'était toujours un moment particulier que de rencontrer son officier commandant d'unité quoique dans mon cas je l'avais déjà rencontrée plusieurs fois auparavant, le contre-amiral O'Neill avait une très bonne réputation parmi les officiers de la Cinquième, certainement une des raisons pour laquelle Hackett l'avait au sein de son état-major. Quelque part, le contre-amiral O'Neill me rappelait Hannah Shepard que j'avais déjà eu l'occasion d'apercevoir lors d'une réunion d'officiers de la Marine, notamment après ma promotion au grade N5. Eireann O'Neill avait ces mêmes traits, ce même regard perçant et sévère qui donnait l'impression à la personne qu'elle regardait qu'elle la sondait pour tenter de lire dans ses pensées ou pour l'examiner. Lorsque j'avais commencé à servir dans la Cinquième, je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre d'un des officiers subalternes de l'amiral Hackett, je me disais qu'elle devait être certes douée mais peut être aussi un peu pédante ou fanfaronne pour avoir servi aux côtés de l'actuel conseiller humain mais il n'en était rien. Eireann O'Neill commandait avec rigueur et discipline, le genre d'officier que j'étais heureuse de servir. J'étais gonflée de fierté et d'honneur d'avoir un tel commandant après mes premiers déploiements, ce fait me motivait encore plus dans ma tâche et la dernière mission n'avait pas échappée à la règle. D'ailleurs, notre rencontre ici était loin d'être fortuite, c'était le contre-amiral O'Neill elle-même qui avait demandé à me voir dans sa cabine. Depuis que je servais dans la Cinquième, j'avais maintenant prise l'habitude de me sentir ainsi auscultée par les yeux clairs d'O'Neill et son regard ne me gênait plus outre-mesure. Les mains croisées dans le dos, les pieds légèrement écartés et le port droit, j'attendis donc un signe de ma cheffe pour enfin connaître le motif de notre rencontre. Le contre-amiral O'Neill croisa les bras tout en continuant de me fixer.

Mon rapport final concernant votre déploiement à bord du Saipan mais aussi votre rapport sur les combats à Fehl Prime est parvenu à l'état-major de la Cinquième, Lieutenant-Commandant.

Je n'eus aucune réaction pour le moment mais je revoyais parfaitement ce qui s'était passé pendant cette bataille qui s'était déroulée quelques jours plus tôt. J'y étais postée avec mon unité au complet en complément d'autres soldats pour la protection de cette colonie. Les assaillants, nombreux au demeurant avaient pris d'assaut la place mais c'était presque une armée de pirates qui attaquait Fehl Prime. Les dégâts avaient été terribles, les pertes nombreuses qu'elles soient parmi les civils ou nos soldats, la colonie avait de plus été attaquée par un virus informatique, tout tenait lieu de l'attaque importante préméditée. Un N7 avait de plus été tué, le commandant Loher, N7 biotique, tué selon des rapports épars par plusieurs ennemis qu'il avait tenté de retenir, certains parlaient même de femmes mais cela n'avait pas pu être confirmé. Le contre-amiral O'Neill avait immédiatement déployée sa flottille de frégates avant l'arrivée de vaisseaux plus importants, permettant ainsi de pouvoir sauver cette colonie très importante pour L''Alliance. L'affrontement avait donc été âpre et bien peu de pirates consentaient à se rendre. J'avais été mise assez rapidement au courant de l'attaque mais il nous a fallu du temps pour nous regrouper et repousser cette vermine des Terminus, j'avais moi même guidé une partie des troupes dans la riposte et l'assaut fut stoppé. Avec mes hommes, nous avions même tué un Krogan qui nous fonçait dessus avant d'envoyer plusieurs pirates ad patres et les morts parmi les rangs de l'ennemi étaient nombreux. J'avais aussi ordonné de ne pas poursuivre l'ennemi, je n'avais pas oublié ce qu'il s'était passé sur Virmire et le fait que j'avais dû commander un détachement quasiment exsangue alors que les pirates ne cessaient de nous attaquer. Les pirates fuyaient devant la violence de notre attaque mais qui sait ce qui nous attendait si on les poursuivait au delà des environs de la colonie ? Notre force était faite pour combattre et chasser l'ennemi de la colonie, nous aurions certainement l'occasion de détruire ces pirates pour de bon et le moindre vaisseau non identifié qui se trouverait encore dans les environs serait abattu sans sommation par les vaisseaux de l'Alliance déployés.

Vous en avez pris plein la gueule n'est ce pas Lieutenant-Commandant ? Mais je dois dire que vous avez brillamment riposté à cette lâche attaque, vous avez pu aider à faire en sorte que la colonie reste debout malgré les dégâts et les pertes subies.

Ce fut une dure victoire, Amiral. L'ennemi nous a pris par surprise et ces terroristes ont pu faire beaucoup de dégâts avant que l'on ne soit en mesure de contre-attaquer et leur faire payer nos morts. Ces fumiers ont aussi tué le Commandant Loher.

Je le sais très bien Lieutenant-Commandant et la perte d'un N7 est toujours très préjudiciable. Ne croyez pas que je n'en ai rien à carrer, je suis aussi remontée que vous envers ces ordures de terroristes qui ont voulu faire sauter notre colonie. Mais vous avez été là, vous et les autres soldats de Fehl Prime pour tenir et contre-attaquer de manière décisive. Vous avez fait votre part dans cette attaque en guidant nos hommes dans ce combat pour repousser l'ennemi qui a préféré prendre la fuite au lieu de crever sur place. En cela, vous avez fait du bon travail, Lieutenant-Commandant.

... Merci Amiral. Nous avons fait ce que nous avons pu pour les repousser mais je prends aussi vos remerciements pour mes hommes.

Naturellement, Lieutenant-Commandant.

Je demeurais neutre devant ma supérieure et ma reconnaissance envers les mots du contre-amiral O'Neill était sobre et formelle mais intérieurement, la colère que je ressentais s'apaisait peu à peu en entendant les compliments de ma supérieure. Eireann O'Neill était connue pour être avare en éloges et lorsqu'elle en faisait, elle avait une bonne raison de le faire mais l'amiral commandant la flottille de frégates de la Cinquième savait distribuer ses compliments et ils étaient généralement mérités car justes. Si le contre-amiral O'Neill me félicitait, c'est qu'elle le pensait vraiment. Toujours aussi stoïque, je continuai de regarder ma supérieure et celle-ci s'éloigna de moi tout en effectuant un geste de la main m'invitant à m'assoir sur le canapé de sa cabine. Légèrement surprise par cette invitation à laquelle je ne m'attendais pas, je m'assis donc sur le canapé tandis qu'elle fit quelques pas à côté de son bureau et elle tira le siège de bureau jusque devant moi avant de s'assoir, les bras et les jambes croisées. Elle releva légèrement le siège, me dépassant donc de quelques centimètres bien qu'elle fut assise et continua donc de dominer l'entretien de sa hauteur en gardant l'ascendant sur moi de par sa position.

Toutefois, Lieutenant-Commandant, je dois vous dire une chose. Je m'interroge sur la décision que vous avez prise concernant le fait de ne pas poursuivre les rares survivants pirates. Certes vous les avez arrêtés mais n'êtes pas parti à la poursuite de l'ennemi, pourquoi ?

Peut-être n'était-ce que moi mais je sentis comme un piège dans cette question. Rien d'étonnant de la part de mon officier supérieur mais cherchait-telle à remettre en cause ma décision malgré l'issue de la bataille et ses félicitations ? Peut-être que cela n'était aussi qu'un test visant à s'assurer qu'un de ses officiers subalternes fasse bien son job... J'entrepris de finalement lui répondre de la manière la plus honnête possible.

Permission de parler en toute franchise, Amiral ?

Bien évidemment, Lieutenant-Commandant, je ne vous ai pas faite venir ici pour me raconter des bobards ou me lécher les bottines.

Le ton du contre-amiral était toujours aussi sec et strict mais je crus y déceler comme un soupçon de taquinerie. Nulle familiarité entre Eireann O'Neill et moi, bien entendu mais la répartie de ma supérieure faillit m'arracher un sourire.

Vous vous souvenez de Virmire, Amiral ? Lorsque... nous avons été pris au piège dans cette vallée ? Je ne voulais pas revivre la même chose. Nous ne savions pas si ces pirates qui prenaient la fuite ne nous auraient pas tendus un piège si on s'éloignait de la colonie. Nos pertes ont été lourdes et il était hors de question d'en faire plus. L'offensive a été stoppée mais j'ai estimé qu'il était plus important de protéger la vie de mes soldats et des colons.

Le contre-amiral O'Neill ne répondit pas immédiatement à ma remarque et pour le coup, ma légère allégresse réprimée de tout à l'heure se transforma en inquiétude. Je ne lui avais pas menti, c'était en effet l'ordre que j'avais donné et pour cette raison mais j'avais comme l'intuition que je jouais assez gros sur ce coup. De plus, ma gorge se serra lentement au souvenir de cet enfer au fond de cette vallée sur Virmire où j'avais bien cru que nous allions tous y rester. Mes mains posées sur mes cuisses se crispèrent légèrement sur elles et ce geste n'avait pas échappé à l'amiral. Cette dernière restait indéchiffrable et continua de me fixer pendant quelques secondes. Je soutins alors son regard, presque figée par la dureté de l'iris d'O'Neill et par son silence olympien. Puis, la cheffe de la flottille de frégates tourna alors la tête vers le petit bar qui était calé entre la cloison de la cabine et à côté du canapé avant de reporter à nouveau son regard sur moi. Cette fois, nulle sévérité ou dureté ne se lisait dans ses yeux, il y avait comme... un début de compassion et elle approcha légèrement son siège de moi. De mon côté, je restais immobile sur le canapé, observant toujours ma supérieure mais aussi quelque peu surprise par son changement d'expression. Allait-elle m'annoncer quelque chose de grave ? Quelque chose était-il arrivée à ma famille ? Encore ? Mon inquiétude devint maintenant une peur, pas encore panique mais mon cœur se mit à battre plus vite et mes mains se crispèrent encore un peu plus. L'amiral ne joua pas plus longtemps avec mes nerfs et reprit la parole.

Je vois... Je vous comprends, Lieutenant-Commandant. Je n'ai pas oublié non plus ce qui vous est arrivé. Pour être très honnête avec vous, à ce moment-là je pensais vraiment que la perte de votre frère vous avait faite perdre la tête. Mais vous m'avez impressionnée par votre maîtrise et votre sens du devoir car vous n'avez pas protesté davantage et vous avez obéi aux ordres. Vous vous êtes de plus battue pour revenir au service actif certes avec de l'aide mais vous en aviez besoin. En ce sens, je trouve que votre grade et votre statut au sein du N7 est mérité.

Elle se leva alors de sa chaise, remettant ses mains dans le dos et se mit à marcher vers le hublot de sa cabine. En situation de combat, le hublot subissait le même sort que les baies vitrées des salles de repos du vaisseau, elles étaient barrés par un rideau blindé afin d'être protégées des tirs de l'ennemi mais au moment où le contre-amiral O'Neill et moi nous parlions, le hublot était ouvert, donnant une petite vue sur la planète d'Elysium qui brillait dans les ténèbres de l'espace. On se serait presque cru en orbite autour de la Terre mais par un simple coup d'œil sur la planète, on savait très vite que ce n'était pas le cas. O'Neill s'arrêta devant le hublot pour regarder dehors, la lumière bleutée et claire de la planète colonisée se voyait à travers un rayon de lumière illuminant la cabine et le lit de l'amiral mais aussi son visage. Elle demeura songeuse alors que je décidai de me lever de mon canapé pour m'approcher de ma supérieure. Il n'y avait pas de tentative d'accolade ou même de contact dans mon esprit mais je ne voulais pas rester trop éloignée de ma supérieure, j'avais aussi le sentiment que je devais venir plus près de l'amiral. Je m'arrêtai alors à deux pas d'elle sans la lâcher du regard. Ce geste aurait pu être mal interprété mais Eireann O'Neill ne protesta pas lorsqu'elle m'entendit avant de tourner son visage vers moi.

Je disais donc que nos rapports ont été remontés à l'état-major de la Cinquième, Lieutenant-Commandant. Ils ont été lus avec attention et l'état-major souhaite vous récompenser pour vos actes à bord et à Fehl Prime. Étant votre Amiral supérieur direct et de par votre statut de soldat du N7, ils m'ont demandé mon avis. Je vous ai recommandé pour prendre la tête de l'Okinawa, la prochaine frégate à rejoindre notre flottille. Cela a été approuvé.

Plusieurs émotions éclatèrent en moi et O'Neill me fit vivre un véritable ascenseur émotionnel. Au début stressée et inquiète qu'elle ne m'annonce une nouvelle grave du genre que le reste de ma famille a été tuée ou quelque chose dans ce style alors qu'elle était sur Terre, je passai ensuite au soulagement le plus profond d'apprendre que ma famille était bien en sécurité et que ce ne pouvait que me concerner moi personnellement. Au fur et à mesure des paroles de l'amiral Shepard, mon soulagement disparut peu à peu pour laisser place à une surprise totale. Mes yeux s'écarquillèrent devant l'amiral qui elle, dessina un sourire, légèrement amusée de ma réaction. Je fus tellement abasourdie d'apprendre une nouvelle pareille que j'en restais bouche bée. Moi, à la tête d'une frégate... Diriger une frégate, ça signifiait plus d'hommes, plus de moyens, plus de responsabilités, un autre statut en plus de mon N5... Je n'eus pas d'autre réaction sur le moment et je restais figée dans ma surprise. Eireann O'Neill était vraiment un amiral hors du commun. Je ne l'avais encore jamais vue telle qu'elle était à l'heure actuelle, sérieuse mais affichant un sourire à son officier subalterne qui venait de se retrouver à la tête d'un vaisseau de l'Alliance. Eireann O'Neill me dépassa, je la suivis du regard quelques secondes après son passage pour la voir revenir avec deux verres d'alcool, un dans chaque main. Le bruit des glaçons tintant dans les verres me sortit de ma léthargie et mes joues devinrent écarlates sitôt ma surprise passée. Le contre-amiral O'Neill me remit un verre dans la main que je tendais et une odeur de cognac me chatouilla les narines.

Je... Je ne sais que dire Amiral c'est... c'est un honneur que d'accepter d'être parmi vos commandants de vaisseau...

Vous n'êtes pas n'importe quel commandant de vaisseau, Raikes, vous êtes aussi la seule parmi mes officiers subalternes à être parmi le N7. Vous connaissez tout le prestige et l'histoire de la Cinquième, je compte sur vous pour ne pas l'usurper et faire honneur à votre grade ainsi qu'à l'Alliance lorsque vous serez aux commandes de votre frégate. Vous serez officiellement intronisée dans les jours à venir mais je regrette que l'état-major de la Cinquième n'ait pu vous l'annoncer formellement lui-même.

Ce fut à mon tour de sourire très légèrement à ma supérieure, une lueur de fierté et de reconnaissance dans mes yeux lorsque je croisais le regard clair d'Eireann O'Neill.

Si je puis me permettre et avec tout le respect que je vous dois Amiral O'Neill, c'est un honneur que de l'entendre venant de vous et ce sera un honneur encore plus grand que d'assumer le commandement d'une frégate sous vos ordres.

Nos verres s'entrechoquèrent et le contre-amiral O'Neill ponctua notre geste d'une dernière parole avec toujours le même sourire envers moi.

Votre réussite rejaillit sur vous, sur moi, sur nous tous, sur la Cinquième et l'Alliance. Je sais que vous vous acquitterez de votre tâche comme vous l'avez toujours fait depuis que vous êtes sous mon commandement. Félicitations, Lieutenant-Commandant Raikes.


Codage par Libella







Dernière édition par Ada J. Raikes le Mer 21 Juin 2017, 22:23, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


En ligne
Administrateur
Messages : 7970
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: Ada Jane Raikes ~ We will fight for the lost   Mar 20 Juin 2017, 20:37
Bonsoir Ada.

Le règlement étant signé, le mot de passe envoyé et l'avatar aux normes, on peut passer à la fiche.


Le premier point négatif est l'absence quasi totale de date. On ne sait pas à quel moment tu passe Major, ou autre, c'est donc difficile de juger de la rapidité de ta montée en grade.

Concernant la force multi-raciale pourquoi pas, mais la justification est bancale. Des Asaris, des Turiens, sur un croiseur Humain, pour tester de l'équipement... J'avoue ne pas voir la logique de la chose.

Concernant le raid sur Elysium... Je n'en ai aucun souvenir. Et vu l'histoire de la planète, c'est le genre de truc qui aurait fait les gros titres... Une autre planète pourquoi pas, mais Elysium, c'est trop gros.

Je rajouterais que globalement tout est parfait pour toi : major de promo, aucune mission échouée, des louanges de partout... C'est assez gênant comme perfection, puisque limite impossible.


Rien à dire pour l'apparence.


Concernant le caractère, c'est un peu ce que je craignais : tu est un peu sans défaut. Certes ton racisme est là (et il est encore modéré, uniquement sur les Butariens), et le fait de trop travailler est un faux défaut. Du coup, ton perso est assez plat. C'est toi que ça regarde, mais je tenais à te signaler que tes collègues RPs risquent de pas trop savoir comment te décrire.



Pour le RP d'intrigue :

Un siège sur Elysium ? Ca aurait fait bouger l'Alliance, et pas un petit peu. Surtout qu'à ce moment là, en 2201 si j'ai bien compris dans ta fiche, les séquelles de la guerre contre les Moissonneurs ont majoritairement disparues, et totalement concernant l'armée. Elysium est tout à fait capable de se défendre seule (en tout cas contre une attaque normale). Donc un siège sur une planète comme ça... Et d'ailleurs, d'où viennent les pirates qui attaquent ? Pour le Raid Skyllien, c'était une coalition menée par un Turien si mes souvenirs sont bons. Il faudrait au moins la même chose là, voir plus si ils prennent l'idée de faire un siège. Bref ça me parait totalement improbable.
A part ça, rien à dire.



Cependant, et je pense que tu t'en doute avec les corrections à faire, le rang N7 ne sera pas possible dès maintenant. Je rajouterais que c'est difficile de juger du "mérite" de ta fiche vu le nombre de modifications faites suite à des demandes à gauche à droite. Ce n'est évidemment pas interdit, mais du coup, ta fiche est un mélange de l'avis d'une dizaine de membres et de ta création, et non plus ton idée pure. Après modification des corrections, je te conseillerais de commencer N4 ou N5, selon ce que tu préfère, et de monter petit à petit en RP jusqu'au N7.
Je rajoute que, du coup, il va falloir modifier tes compétences d'élites et ton équipement pro.


Bon courage pour les corrections.


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 51
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Ada Jane Raikes ~ We will fight for the lost   Mer 21 Juin 2017, 01:03
Corrections effectuées.

J'ai tâché d'y inclure plus de dates et des références à l'âge d'Ada. Le détachement turien a été enlevé mais j'ai essayée d'apporter une autre justification quant à la présence d'un commando asari. Désolée pour la progression trop parfaite, j'y ai incluse des éléments un peu plus négatifs dans la progression d'Ada, j'espère que ça semblera plus réaliste.

Même chose pour le caractère, j'y ai incluse un peu plus d'éléments de défauts à l'intérieur et je trouve que c'est un peu plus équilibré. J'espère que ça conviendra.

À propos du RP d'intro, le contexte a donc été modifié, il n'est plus question d'un siège d'une colonie sur Elysium mais de l'attaque de la base et la colonie de Fehl Prime. Par contre le RP se déroule toujours en orbite autour d'Elysium à bord de la frégate Saipan.

Les compétences et le profil ont été modifiés. Par contre concernant l'armement, je ne vois pas en quoi je changerais, la description du Valiant parle bien des forces spéciales comme le N7. On n'est pas forcément obligé d'être de grade N7, on peut en faire partie pour en avoir un même dans son armurerie ou j'ai peut-être mal interprété ?




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 51
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Ada Jane Raikes ~ We will fight for the lost   Mer 21 Juin 2017, 22:25
Double-post

Pour signaler que j'ai mis à jour mon RP d'introduction suite à la suggestion de Kydra de parler de l'attaque du 14 avril 2202 contre Fehl Prime. Les dates ont donc par conséquent été aussi mises à jour afin de correspondre aux évènements décrits. Je n'ai pas modifié le reste.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


En ligne
Administrateur
Messages : 7970
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: Ada Jane Raikes ~ We will fight for the lost   Jeu 22 Juin 2017, 22:44
L'équipement pro, je parlais du profil. Mais en fait, rien. Par contre le N7 Valiant est réservé aux N7.

Pour les Asaris, je vois toujours pas pourquoi elles seraient sur un vaisseau Humain pour faire des tests. Ca se fait de son côté ça, pas chez les voisins.

Le reste me semble bon.


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 51
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Ada Jane Raikes ~ We will fight for the lost   Jeu 22 Juin 2017, 23:03
Très bien, le N7 Valiant a été remplacé par le M-97 Viper. Les Asaris ont donc été remplacées par une unité de la division biotique de l'Alliance.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


En ligne
Administrateur
Messages : 7970
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: Ada Jane Raikes ~ We will fight for the lost   Jeu 22 Juin 2017, 23:05
Ça me semble tout bon.

Je te donne le lien pour trouver des partenaires RP : ->ici<-. N'oublie pas de bien respecter la fiche modèle.

Si tu veux chercher des liens avec les autres joueurs, je te conseil de lire les Journaux de Bord. et t'encourage à faire le tien.

Et bienvenue sur le forum.


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Ada Jane Raikes ~ We will fight for the lost   
Revenir en haut Aller en bas
 

Ada Jane Raikes ~ We will fight for the lost

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Hall du Personnage :: Présentation des Membres :: Fiches Validées-