AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4110

MessageSujet: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Sam 06 Mai 2017, 22:56
Intervention MJ : OuiDate : 6 Mai 2202 RP Tout public
Tharak Nar'Jamon ♦ Artérius Vorasen ♦ Ravi Vertax ♦ Kira Nae Châne
Les Ambassadeurs



Les Ambassadeurs
6 Mai 2202

Lasjae



La corvette du Conseil filait à travers le système Trinité. À son bord, un peu plus d'une vingtaine d'individus se préparaient à débarquer dans l'inconnu. Leur mission : rencontrer une nouvelle espèce, peut-être future membre de l'espace concilien.

Cette mission revenait précisément à deux personnes. La première était Tharak Nar'Jamon, le butarien ayant permis la découverte de ce système et de cette espèce, représentant de l'Hégémonie. L'autre était Artérius Vorasen, désigné et proposé par la Hiérarchie pour représenter l'espace concilien et convaincre les laksals du bien fondé d'une association.

La mission s'annonçait rude : l'espèce à l'apparence insectoïde était une civilisation encore loin d'avoir atteindre l'ère de l'exploration spatiale, et la venue d'aliens sur leur monde provoquerait à coup sûr nombre de bouleversement. Mais dans le même temps, la présence des systèmes Terminus à deux sauts ne permettait pas au peuple de Lasjae de prétendre à une évolution sans impact galactique. Ainsi, autant pour protéger les laksals des pirates que pour empêcher les criminels d'atteindre l'espace concilien, la délégation devait mettre au point un accord avec le jeune peuple, un accord autorisant le Conseil et ses alliés à installer une base sur la planète.

Les deux dirigeants savaient toutefois que quelque soit l'issue des négociations, le Conseil installerait cette base. Il en paierait les conséquences plus tard, si nécessaire, mais il ne pouvait accepter que le nouvel espace Frontalier devienne une zone d'extension pour les pirates.

Autour du duo, la plupart des individus s’activant étaient armés : une vingtaine de combattant d'élite butariens et turiens, devant assurer la protection de la délégation contre tous les dangers. Mais une personne montrait une apparence bien plus civile : une drelle observait la scène, son drone caméra à côté d'elle, tandis que les images s'accumulaient pour son futur reportage. Kira Nae Châne avait eu l'immense honneur d'assurer la couverture médiatique de l'événement. Si beaucoup se demandait pourquoi elle, entre tou-te-s, avait été désignée, la réponse tenait peut être en la présence de son garde du corps : peu de monde acceptait d'aller sur une planète aussi hostile aux formes de vie habituelles.

Enfin, navigant au sein de la troupe, se trouvait Ravi Vertax. La jeune Spectre était également responsable de la sécurité de la délégation, mais devait surtout s'assurer du bon déroulement des négociations et de l'obtention des objectifs. Si les laksals se montraient trop agressifs et fermés, si les ambassadeurs échouaient ou mourraient, la turienne avait toute latitude pour agir de la manière qu'elle estimait la meilleure, tant que le Conseil obtenait ce qu'il voulait : que les laksals ne se soient pas une gêne favorisant les pirates.

« Arrivée dans une dizaine de minutes, attachez-vous et préparez vous à la descente. »



La première chose qui frappa l'escouade fut la gravité. De 2,5g, chacun se sentait devenir un véritable poids lourd, et seuls les mécanismes hautement évolués des armures permettaient de se mouvoir correctement. Les relevés des armures confirmaient les scans spatiaux : l'atmosphère présentait une acidité exceptionnelle, à même de ronger les chairs, ainsi qu'une forte température et pression atmosphérique faisant de cet endroit le dernier lieu où une espèce souhaiterait vivre.

Rapidement, les trois véhicules prévus pour le convoi furent alignés. Un Mako doté d'un puissant canon, et deux transporteurs contenant également l'eau et la nourriture nécessaire à la survie des étrangers à ce monde. Les repas à venir seraient frugaux.

Autour de la vingtaine d'individus s’étendait une terre rocheuse, une steppe où les plantes ressemblaient à des pierres, ne bougeant pas alors que le vent soufflait. À l'horizon s'apercevait leur destination : une série de monticules, semblables à des tours, s'élevant trop haut pour être de simples reliefs sur cette planète si lourde. Leur arrivée aurait été repérée n'importe où, mais sur cette planète à la technologie peu développée ? Peut-être pas.

C'était désormais à la troupe d'ouvrir la voie vers une nouvelle ère pour Lasjae.


____________INFOS MJ____________



Et c'est reparti pour un tour !

Le principe de cette intrigue est de vous laisser pas mal de libertés. Vous gérez ce RP comme d'habitude et je n'interviens que lorsque les laksals entreront en jeu, ou si vous avez une demande particulière, ou si j'ai envie de vous coller un événement. :3

Autre chose : vous êtes des explorateurs. N'hésitez pas à créer des choses dans vos RPs en plus de ce que je vous apprendrai au fur et à mesure ! Les fiches codex demandent à être développées ! Smile



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 98

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Dim 07 Mai 2017, 09:38
L’esprit de Tharak était complètement bouleversé.

Venir ainsi, dans un territoire revenant de droit à l’Hégémonie, dans un système portant son propre nom de famille, était en soi un honneur. Après tout, être le premier butarien à fouler du pied un monde n’était pas une chose si incongrue pour le descendant d’une longue lignée d’explorateurs. Premier butarien à être allé dans l’espace, premier butarien à avoir posé le pied sur la lune de Khar’Shan, premier commandant de vaisseau à pénétrer dans l’espace concilien, les actions honorifiques s’enchainaient et pouvaient prendre de nombreuses minutes à s’égrainer.

Après tout, les butariens avaient déjà plus de deux milles années d’existence au sein de la communauté galactique.

Et pourtant de là venait le bouleversement. Après plusieurs millénaires de présence, ou se trouvait désormais l’Hégémonie ? Hors de l’Histoire, hors du véritable jeu galactique. Mais à qui la faute ? La réponse était aussi blessante que rageante. En premier lieu à son dirigeant actuel, le mégalomaniaque et incompétent Dal’Shan, mais en second lieu au Conseil. Tout au long de l’histoire, ce groupe n’avait eu de cesse de planter des bâtons dans les roues de l’Hégémonie.

Favorisant l’Alliance, enchainant les embargos économiques et militaires, et même lorsque l’entente semblait atteinte, d’autres coups de poignards fusaient. L’espace Frontalier était une idée de Tharak, mais le Conseil avait déclaré la zone libre de conquête, permettant à l’Alliance de reprendre sereinement ses actions d’intimidation et d’appropriation des terres. Laisser une terre ouverte à tous n’étant jamais un signe d’équité, surtout lorsqu’une des puissances en jeu n’était autre qu’un ogre sociopathe et bouffi d’ambition, mais aussi terriblement fanatisé par des idéaux qu’il n’applique même pas.

Mais pire, le Conseil bien que jugeant la colonisation libre, décida de retirer ce droit de l’équation à la seconde même ou ses intérêts entrèrent en ligne de compte. Le Système Nar’Jamon, découverte butarienne, nommée par les butariens revenaient à l’Hégémonie de droit, et de parole. Mais comme toujours, le droit ne s’applique plus dès lors qu’il entrave ses créateurs. Aussi dès qu’une espèce primitive fut découverte, il envoya paitre toutes ses promesses et déclarations sur l’honneur et se rua sur place.

Usant de l’excuse ridicule de la menace pirate, tout le monde sachant qu’une flotte butarienne était aussi compétente à sécuriser la zone qu’une flotte concilienne, le Conseil décida de déclarer qu’il était de son devoir d’agir et de bâtir une base militaire sur place. L’avidité, le manque d’honneur et l’injure qui était faite à l’Hégémonie enrageait profondément Tharak.

Mais le comble du mépris et de la bêtise provint lorsque le Conseil « invita » l’Hégémonie à s’adjoindre à la mission des ambassadeurs. Regarder un homme découvrir une terre lui appartenant et soudain lui dérober la chose ne suffisait pas, le Conseil devait ensuite bâtir une maison dessus et inviter l’homme qu’on vient de voler pour y dîner. Si l’Hégémonie avait les moyens de se faire entendre face au titan qu’était le Conseil, il y a bien longtemps qu’une flotte serait intervenue pour virer la vermine pirate, former une unité de surveillance du relais et débuter la construction d’une colonie pour servir d’ambassade avec ce nouveau peuple.

Mais non, le Conseil préférait agir avec bêtise et laissait tranquillement les hordes pirates se servir sur place, s’assurant une juste colère des populations locales. Leur premier contact aurait pu être des ambassadeurs justes et amicaux, mais non maintenant les xénos allaient être assimilés à des tueurs sanguinaires. Le Conseil était indéniablement le pire gestionnaire de crise de la galaxie. Finalement Shepard était peut être bel et bien ce grand héros tant idolâtré. Après tout quiconque parvient à sauver le Conseil de lui-même devait être exceptionnel.

Aussi, partagé entre pensées sombres et joie intense de faire honneur à ses ancêtres et sa nation, indépendamment de sa haine profonde pour son dirigeant, Tharak passa tout le voyage dans la corvette du Conseil à imaginer cette première rencontre, à penser ses actions, les erreurs à ne pas commettre et comment jongler entre les désirs constants du Conseil à ne pas tenir sa parole. Ici il n’était pas membre du Conseil, pas représentant des nations le constituant. Il ne parlerait que pour son peuple, sa nation. Si le Conseil s’était imaginé une seule seconde que l’ancien Ministre de la Vérité allait vendre sa dignité, qu’il se colle un doigt jusqu’au coude.

Puis, alors que le vaisseau s’apprêtait à passer le relais du système Nar’Jamon, Tharak décida de changer subitement ses plans. Partant à la recherche du ou des représentants du Conseil dans le vaisseau, tout en ordonnant à son escouade de récupérer un maximum d’information sur les technologies s’y trouvant, le gouverneur de Gellix tomba rapidement sur un turien de faction qui lui indiquant sans grande politesse ou se trouvait l’ambassadeur Artérius Vorasen.

Le nom eut un effet extraordinaire sur Tharak qui effaça aussitôt toute frustration de son esprit. Tout sourire, le butarien s’en alla gaiement jusqu’au général turien. Si apprendre qu’Artérius était le représentant du Conseil n’était pas seulement une excellente nouvelle sur le plan politique, c’était aussi un plaisir sur le plan personnel. Ce général turien était, aux yeux de Tharak, le meilleur allié possible dans cette situation, et indubitablement la parfaite représentation de ce donnerait une galaxie plus juste, et adoptant le principe de mérite dans son principe d’évolution.

La mission était désormais extraordinairement plus attrayante. Le gouverneur de Gellix avait un interlocuteur intelligent, rusé et surtout comprenant les intérêts que l’avenir recèle. Maintenant il restait à discuter directement avec lui des intérêts de la Hiérarchie dans cette affaire, et pourquoi le Conseil avait tout à gagner à rendre le système à son propriétaire légitime.

Ainsi motivé et confiant, Tharak demanda aux factionnaires turiens d’indiquer à Artérius qui se présentait présentement dans son QG temporaire. Rapidement la porte fut ouverte pour laisser passer le représentant butarien.

« Artérius. C’est un plaisir que de se revoir en une telle occasion. »

La pièce du général était à l’image de ce qu’il appréciait, sobre, empli d’écrans pour suivre les innombrables dossiers qu’il devait gérer, mais aussi comportant un jeu, espèce de mélange d’un jeu d’échec humain et d’une partie de miniatures aux règles infiniment plus complexes, le tout avec des règles plus respectueuses de celles d’une vraie bataille.

« Et je vois que l’on peut reprendre notre partie entreprise sur Gellix. Parfait discutons donc en jouant. »

Et Tharak alla s’assoir sur le canapé, laissant le fauteuil à son estimé camarade. C’était une habitude pour les deux gradés désormais, que de discuter autour d’une partie, habitude prise lors des très rares venues du général Vorasen sur Gellix. Venues qui permettaient de discuter avenir, gestion, politique, et changements à venir, ou à faire venir…

« L’Hégémonie veut ce système, Artérius. Le Conseil bafoue sa promesse de libre conquête en intervenant ainsi, et tu le sais. »

Commença directement Tharak tout en faisant mouvoir sa première unité. Une représentation turienne d’une escouade d’éclaireurs de l’Hégémonie. Pour pouvoir incarner cette faction, le gouverneur de Gellix avait dû commander à ses subordonnés un long travail de codage et d’apprentissage des règles. Désormais le jeu était plus équilibré, même si l’esprit tactique et stratégique d’Artérius ramenait quasiment toujours la victoire à ce dernier.

« Nous ne voulons pas de cette base. Le Conseil doit accepter que notre flotte vienne purger l’espace local et que l’on s’occupe de fermer l’arrivée d’eau. Nous savons nous occuper des pirates et autres vermines, tu le sais très bien.

Et si la pilule ne passe pas, nous pourrons toujours discuter d’une flotte temporaire provenant de la Hiérarchie pour nous soutenir dans l’effort. Mais le sol de Lasjae appartient aux Laskals et à l’Hégémonie tant que ce peuple est incapable de se civiliser. »


Tharak savait commencer fort, mais il commençait à cerner l’esprit belliqueux mais visionnaire du général turien. Après tout, il avait compris que l’Hégémonie n’était pas du tout une gêne dans sa vision de la galaxie, loin de là même.

Ah, le malheur d’être visionnaire dans le royaume des aveugles.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 170
Crédits : Essence-Of-Rapture

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Dim 07 Mai 2017, 15:22
Artérius n'avait jamais eu besoin de beaucoup de sommeil, mais la fatigue des derniers jours commençait à se faire sentir. Et bien évidemment, aujourd'hui encore allait être une journée mouvementée. Mais après tout, ce n'était pas tout les jours que l'on découvrait un nouveau secteur, et encore moins une nouvelle planète habitée par une toute nouvelle forme de vie sentiente. Mais plus encore que cette découverte, la manière dont elle avait été gérée et ses implications épuisaient d'ores et déjà le Général. Alors que toute cette zone appartenait de droit à l'Hégémonie butarienne, et personne ne pouvait honnêtement dire le contraire, le Conseil si bien-pensant s'était malgré tout rué sur cette nouvelle zone de l'espace. Une fois encore, il prêchait une chose pour agir de manière exactement opposée ... Mais cela ne surprenait même plus le Général.

Artérius était donc là pour une raison bien précise : officiellement, il était là pour représenter les intérêts du Conseil et pour s'assurer que le premier contact avec les Laksals se passe en toute quiétude. Si ce dernier objectif restait pour le Général inchangé, le premier, en revanche, était déjà plus ouvert à débat dans son esprit. Après tout, il était un turien, et le représentant de son peuple bien avant d'être celui du Conseil ...

Après avoir embarqué sur la corvette affrétée par la Citadelle et confirmé avec le timonier le cap à prendre, le turien ressentit le besoin de rattraper tout ce sommeil en retard. Il devait malgré tout rester à l’affût du moindre changement tant dans sa mission qu'à propos d'éventuelles nouvelles de Palaven. Dans cet esprit, il alla s'installer dans la salle de réunion de la corvette, qu'il réquisitionna complètement en postant deux de ses dix Légionnaire à la porte et en prenant possession du moindre écran de la pièce. Si la Spectre ou la journaliste avaient une réclamation à faire, ils n'auraient qu'à la transmettre aux gardes taciturnes. Artérius entreprit donc de faire un somme dans ce qui devait être le siège du capitaine, ce qui ne fut pas bien dur, le turien ayant déjà depuis bien longtemps acquit la capacité fort utile de pouvoir s'endormir en toutes circonstances.

Il fut réveillé quelques heures plus tard par le biais de son omnitech par Alectus. Il le prévenait qu'ils arrivaient sur Gellix pour récupérer le Gouverneur Nar'Jamon. Cette mission gagnait en intérêt grâce à sa présence, mais Artérius se rendormit bien vite. Si Tharak voulait le voir, il était assez grand pour venir le chercher. Ce fut - hélas - ce qu'il fit quelques temps plus tard, réveillant une fois de plus un Artérius dépité. Malgré tout, il était agréable de revoir le butarien, que le Général avait appris à connaître et à apprécier au fil du temps et de leurs rencontres hélas trop rares.

    - Le plaisir serait partagé, Tharak, si tu ne venais pas de me réveiller.

Le ton pouvait paraître abrupt, voir même agressif, à un observateur extérieur, mais le sourire en coin qu'Artérius adressait à celui qu'il considérait comme son égal ne montrait aucune méchanceté. Le butarien suggéra ensuite de continuer leur partie, ce qu'Artérius accepta d'un geste de la main invitant Tharak à s’asseoir.

Le Gouverneur commença à avancer ses troupes et à parler. Son interlocuteur l'écoutait d'une oreille distraite, sachant pertinemment ce qu'il était en train de lui dire. Il regardait les éclaireurs butariens avancer vers sa position. Le Général avait un centre fort, composé d'un blindé lourd, parfait pour attirer l'attention. Le reste était camouflé aux alentours ou prêt à être déployé. A quoi bon foncer tête la première alors que l'on pouvait attirer son adversaire dans un piège ? Ses mouvements terminés, le turien leva la tête vers Tharak et lui répondit sur un ton des plus sérieux :

    - Évidemment que je le sais. Pourquoi crois-tu que je sois ici, que j'ai insisté pour être le seul représentant "concilien" ? Le Conseil est allé trop loin, cette fois-ci. Il a même fallu négocier pour que vous soyez inclu à cette petite expédition ... Tu sais très bien que je suis un ami des Butariens, et tu te doute bien ce que je pense de ce système au nom fort approprié et de son appartenance. Tu sais aussi que je préfère mille fois qu'une flotte butarienne s'occupe de ce secteur plutôt que de voir venir parader un quelconque humain pédant, parce que, ne nous le cachons pas, c'est ce qui arrivera si le Conseil ne parvient pas à entendre raison et réclame ce territoire. Des guerres ont été déclenchées pour moins que ça ...

De son blindé, il tira un obus à sous-munitions sur les éclaireurs butariens, que sa propre avant-garde avait repéré. Avec un grand sourire carnassier, il reprit :

    - Mais heureusement, toi et moi sommes là pour éviter ça. Mon objectif premier, ici, est d'assurer la revendication du secteur par l'Hégémonie. Le Conseil ne sera peut-être pas d'accord, mais si ces imbéciles ne comprennent pas que j'essaie de les sauvegarder de leur propre stupidité, c'est sans doute que le point de non-retour est franchi pour eux ... Mais tu sais aussi que mon devoir et mon loyauté va à mon peuple avant tout. Aussi, pour apaiser les tensions et pour le bénéfice de tous, peut-être pourrions nous arriver à un accord pour une garnison planétaire partagée entre butariens et turiens. Après tout, si ça marche pour Gellix ...
    Enfin, évidemment, ce ne sont que des propositions, et rien n'est encore joué. Nous ne devrions pas mettre très longtemps pour arriver, et une fois au sol, il ne faudra surtout pas paraître divisés. J'ai déjà transmis mes instructions à la Spectre et à la journaliste qui nous accompagnent : elles sont là pour observer, alors elles font exactement ça, et en silence. Ça te convient ?

Un premier pod de débarquement s'écrasait sur le flanc d'une des troupes butariennes sous le regard amusé du Général.


Anton dresse mon portrait fidèle.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 98

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Dim 07 Mai 2017, 16:13
Artérius avait toujours eu une passion pour ses blindés … et l’amour des armées renforcées. Aussi Tharak s’était amusé à attirer son attention sur ses éclaireurs, les envoyant vers le milieu. Bien sûr il ne fut guère surpris de les voir si rapidement repérés et mis en pièce par les tirs d’artillerie. Toutefois, le gouverneur de Gellix n’était pas butarien à se faire avoir par les mêmes habitudes, aussi l’artillerie occupée à pilonner la zone, Tharak expédia ses transports rapides à toute vitesse pour déposer les forces spéciales sur les flancs adverses.

Le but étant d’engager l’adversaire au plus vite au corps à corps. D’ailleurs dans ce but, les FS avaient été exclusivement équipées de fusils à pompe. Voir les flancs succomber à ses meilleurs unités était un plaisir grisant, toutefois cette fois-ci l’ancien D’yanoi n’avait pas le loisir d’en profiter, le véritable combat se déroulait tout autre part.

« Tu sais, une base du Conseil n’est pas en soi un si grand problème. Toutefois par respect pour mon peuple, il est inenvisageable que des soldats de l’Alliance soient mis en garnison sur ce monde. Nous sommes sûrs que l’Hégémonie sera hautement réceptive à une base militaire de la Hiérarchie en soutien à la pacification de ce système. »

Les flancs de la Hiérarchie ne flanchaient toujours pas malgré les terribles pertes et cela commençait à devenir dangereux pour les FS désormais enlisées dans une guerre de tranchée. Pour éviter une pareille débâcle, Tharak expédia ses unités pénales massivement à la charge du centre, et donc du blindé lourd, que les criminels se sacrifient pour défendre la gloire et l’honneur de la victoire.

« Pour ce qui est de Gellix, il serait mesquin de récompenser un si glorieux symbole de coopération par une vulgaire base militaire. Le système Nar’Jamon n’est encore qu’au balbutiement de son exploration, il ne serait pas si extraordinaire d’espérer trouver un monde dextrogyre en son sein, ou tout du moins découvrir des zones riches en ressources.

L’Hégémonie ne sera jamais taxée d’être un allié ingrat. Mais comme tu le dis, rien n’est encore joué. Les Laskals peuvent se révéler des ennemis mortels, le Conseil peut décider d’outrepasser tes recommandations, ou le fou à la tête de l’Hégémonie peut décider de laisser libre court à ses lubies autodestructrices. Le chemin que nous entreprenons est périlleux, mais si nous réussissons, l’Hégémonie, la Hiérarchie et les Laskals en sortiront plus forts que jamais. »


Voyant ses unités pénitentiaires se faire tailler en pièce, Tharak eut un sourire nostalgique et scruta ses réserves. Il n’avait aucune chance dans une lutte fixe ou à distance, mais Artérius aurait quelques surprises s’il omettait la discipline butarienne. Ne restait plus maintenant qu’à réussir à porter le combat directement dans le cœur des lignes adverses. Et faire taire ce foutu super lourd.

« Par contre, la présence d’une Spectre nous laisse perplexe. Même si nous sommes sûrs que cette dernière se révèlera extrêmement utile en cas de danger, nous sommes curieux de connaitre sa mission réelle. Nous surveiller ? »

Un tir d’artillerie particulièrement chanceux fit voler en morceau un commissaire politique, permettant au reste de son unité de s’enfuir en tous sens, avant de voir les différentes têtes des fuyards éclater comme une pastèque trop mûre. Saloperie de criminels.

« Pour ce qui est de la journaliste, nous apprécions pas mal Kira Nae, c’est une drelle compétente et sincèrement intègre. Nous ne voyons pas le problème à ce qu’elle puisse s’exprimer. »

Le pod de débarquement turien précédemment débarqué venait d’être complètement broyé par un tir de char, mais quelques survivants continuaient le combat sans coup férir. Le courage des turiens était tout bonnement extraordinaire, et légèrement agaçant dans ce jeu. Aussi Tharak expédia deux escouades de plus pour en terminer avec la résistance locale … Avant de voir plusieurs nouveaux pods terminer leur débarquement au beau milieu de ses renforts.

Dommage que les pods de l’Hégémonie n’avaient pu être terminé à temps.

« Toutefois, quoiqu’il se passe, nous voulons les Laskals. »

Toutefois une chose avait été terminée à temps. Les escouades de gladiateurs, et ces dernières chargèrent et débutèrent un sanglant massacre dans les rangs des assaillants venus du ciel. Après tout la mort peut aussi venir du sol.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 170
Crédits : Essence-Of-Rapture

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Dim 07 Mai 2017, 17:13
L'Hégémonie se défendait bien. Mais ses soldats étaient fait pour de l'attaque frontale : une charge, des dégâts maximaux, et un repli en règle avant de recommencer. Hélas pour eux, les soldats d'élite de Tharak avaient été immobilisés et étaient maintenant obligé de jouer selon les règles de la Hiérarchie. S'il semblait que les soldats de la Hiérachie étaient inférieurs et sur le point de se faire submergés, il n'en était rien. Car les parfaits compagnons d'un centre solide sont des flancs qui frappent violemment. Ainsi, des forêts entourant la carte de jeu sortirent des unités de tireurs d'élites turiens, qui commencèrent à arroser généreusement les positions butariennes.

    - La Spectre ? Officiellement, elle est là pour nous protéger. Mais tu sais comme moi que nous n'avons pas besoin d'elle pour ça. Donc oui, elle est là pour nous surveiller.

Le centre tenait, mais les pods arrivaient trop lentement, et s'ils fournissaient une protection correcte, cela ne suffisait pas. Le blindé commença donc son avancée vers le camp butarien, écrasant inexorablement l'infanterie légère de son opposant. Hélas, pour maximiser son potentiel, il fallait garder un rythme assez lent, et le blindé n'arriverait sans doute pas à temps pour sauver les turiens isolés.

    - Pour la drelle, je n'ai rien contre elle. Mais il s'agit là d'une mission diplomatique, et de premier contact qui plus est. Qu'elle documente de tout son saoul, mais qu'elle n’interfère pas dans les négociations.

Artérius lança un ordre de regroupement pour les turiens sortis des pods, afin de lutter plus efficacement contre les gladiateurs qui chargeaient. Mais ces derniers étaient déjà arrivés au contact, et ils prélevaient un lourd tribut dans ses combattants.

    - Tu veux les Laksals ? Ce n'est pas aussi simple que ça, Tharak. Effectivement, ils pourraient être des auxiliaires de valeur, mais n'oublie pas ce qu'ils sont, où ils sont. Nous serons des étrangers venus des étoiles, armés d'une technologie qui dépasse de loin tout ce qu'ils pourraient imaginer. Nous serrons au minimum des mages, peut-être même des dieux. Vos revendications sur cette planète et son espace seront pour eux aussi valables que celle de n'importe qui. Il s'agira tout d'abord de leur faire comprendre qui nous sommes, ce que nous venons faire sur LEUR planète. Une fois tout cela compris et accepté, alors on pourra aller plus avant. Mais ce serait pure folie que de les plonger directement dans la communauté galactique, et ça les mènerait invariablement à leur perte, et ni toi, ni moi, ni personne n'en retirerait de bénéfice. Crois-moi, je comprends ton désir de vouloir partager ta culture, tes traditions avec une nouvelle race, sans tout les préjugés qui obscurcissent le jugement de trop de gens dans cette galaxie, mais je t'enjoins à ne pas trop te hâter.

Artérius n'avait plus le choix. Il devait déployer ses dernières réserves. Les gladiateurs étaient occupés au corps-à-corps au centre de la carte, les force spéciales toujours sur les flancs, près de la zone de déploiement turienne. Il devait refermer l'étau. Le Général lança l'ordre de déploiement des deux derniers pods, de façon à enfermer les gladiateurs entre les turiens au contact et les nouveaux arrivants. Et ces derniers n'étaient pas n'importe qui. Les butariens n'avaient pas le monopole de la charge brute, arme au poing. Des capsules sortirent des guerriers krogans, fidèlement représentés, avides d'en découdre. Sitôt atterris, sitôt au combat.
Avec les compliments du Général Dorn.


Anton dresse mon portrait fidèle.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 98

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Dim 07 Mai 2017, 17:51
La bataille était serrée, mais indubitablement la supériorité des turiens dans les combats statiques commençait à prélever lourdement au sein de l’infanterie butarienne. Toutefois, Tharak n’avait pas prévu de se rendre si aisément, et le super lourd découvrit rapidement pourquoi autant d’unités avaient été envoyées à la boucherie dans son chemin. Les mines explosèrent dès que le char se mit à broyer les carcasses de ses victimes. Les chenilles du super blindé cédèrent rapidement face aux mines spécialisées et s’immobilisa bêtement.

Un sourire de victoire illumina le visage du gouverneur devant la parfaite réussite de son plan.

« Kira n’est là que pour filmer. Si les journalistes sont là pour raconter l’histoire pas pour la faire. Nous pensons que la drelle maîtrise parfaitement cette nuance. Pour ce qui est de la Spectre, qu’elle fouine donc après tout l’Hégémonie n’est pas l’ennemi des Laksals ou du Conseil. Peut-être qu’un témoignage de plus servira enfin à faire entendre raison aux conseillers. »

Puis les Krogans se dévoilèrent dans toute leur majesté, émergeant des pods de débarquement avec grâce. Quelques secondes plus tard, la quasi-totalité des gladiateurs gisait dans son sang et sa merde.

« Des krogans, sérieusement ? Foutue mise à jour. »

Ne restait donc plus qu’à sortir les ultimes unités de réserve, les assassins de l’OKS, trois butariens, un sniper, un gladiateur et un biotique. Extrêmement dangereux et à même de mettre à mort le plus entrainé des combattants d’élite, ils arrivèrent de trois bords de table. Le sniper de derrière les rangs adverses, avec pour but d’abattre le général turien, le biotique en soutien des FS et enfin le gladiateur qui chargea le chef de guerre krogan.

« Nous ne parlons pas d’élever ce peuple par la force, mais de lui assurer le droit de grandir par lui-même sans la propagande concilienne. Par la force des choses, du destin ou simplement le hasard, ils se retrouvent au sein de l’espace de l’Hégémonie et il est de notre devoir de protéger cette espèce. Ils recevront le droit de choisir comment ils s’élèveront, naturellement ou avec l’aide d’autrui.

Il est hors de question de reproduire l’erreur des galariens, les Laksals recevront notre soutien, sans intervention militaire. Ils découvriront s’ils le désirent la technologie, recevront un enseignement technique, apprendront une culture adaptée à l’espace sans que cela dénature ou supplante la leur. Je ne suis pas Argonar. Les Laksals ne seront pas transformés en esclaves, ni en bêtes de guerre, nous ne bâtirons pas des nuées d’usines polluant et dénaturant leur état naturel.

Toutefois, il est hors de question que des hordes d’abrutis s’agitent en tous sens sur ce monde, apprennent aux Laksals à vénérer une déesse lambda, leur rachète tout en échange de perles ou de crédits sans qu’ils comprennent le sens profond de cette échange. Il est hors de question qu’une école asari apprenne aux Laskals l’art de manger avec une cuillère comme un vorcha de compagnie.

L’Hégémonie protégera cette espèce, et pour cela il faudra que l’Hégémonie se protège d’elle-même. Mais en attendant un tel changement, nous assurerons leur protection. »


Le général turien chuta à la suite d’un tir particulièrement bien placé, les FS furent encerclées et même le biotique ne put rien faire tandis que le canon principal du char super lourd terminait de décharger sa frustration sur sa barrière, terminant sa démonstration de rage seulement après avoir aplati complètement l’endroit. Le gladiateur d’élite parvint à éventrer le chef krogan et lui couper un bras mais le foutu guerrier enragé parvint à emporter son bourreau dans la tombe.

Puis la charge des krogans se termina lorsque leur rage leur fit entreprendre de tailler en pièce le commandant de l’Hégémonie à coup de fusils à pompe. La défaite n’était pas totale, mais néanmoins c’était une nouvelle défaite. Heureusement, le général local n’allait guère pouvoir s’en vanter.

« Mais pourquoi pas des auxiliaires après tout. Ça vaudra toujours plus qu’un volus dans la cavalerie légère. »

La pique était amicale tant les deux avaient déjà discuté auparavant de l’étrange coutume turienne.

« Mais ils seront dans tous les cas les seuls à demander un tel poste. »

Soudain la voix du pilote résonna dans tout le vaisseau, annonçant l’arrivée prochaine sur la planète Lasjae. Cœur actuel de l’histoire galactique. De son côté, le cœur de Tharak se serra avec l'espoir d'être face à la plus grande histoire butarienne, et non sa pire honte.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Spectre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4287-fiche-de-presentation-de-r
http://www.masseffect-reborn.fr/t4291-journal-personnel-de-ravi-vertax


Hé Hé !
Messages : 189
Crédits : Essence of Rapture - moi

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Lun 08 Mai 2017, 17:49
Les Ambassadeurs
La découverte d'un nouvel espace; les frontières de la Voie Lactée repoussées, un nouveau territoire, de nouvelles planètes, une nouvelle espèce. C'était un grand jour pour la Galaxie. Les Butariens, à l'origine de l'activation du relais, avaient naturellement envoyé leur ambassadeur. Le Conseil, de son côté, désireux de garder la nouvelle frontière avec les Terminus à portée de main, avait aussi demander à Artérius Vorasen, Général de la Hiérarchie, d'y aller pour les représenter. Et au milieu de ces deux géants politique, Ravi Vertax, nouvellement Spectre, surveillait ce beau monde et empêchait qui de se tirer dans les pattes, qui de mourir sur un monde encore inconnu. A côté, on retrouvait une jeune journaliste, Kira Nae Châne, d'un petit journal pourtant plus prompt à s'attirer les foudres qu'à recevoir les honneurs. Et pourtant, elle se retrouvait chargée de la couverture médiatique de cet événement. Une chance pour elle.

Un grand jour pour la galaxie, vraiment. S'ils arrivaient à se sortir de ce merdier.

Car la Turienne avait de quoi grincer des mandibules. Le Conseil l'avait envoyé éviter que les ambassadeurs respectifs et leur garde d'élite se fasse tuer. Aucun problème avec ça; des longues années chez les Cabales et les Superviseurs avaient forgé ses compétences martiales, et l'appui des élites entraînés pouvaient sans aucun doute l'emporter face à une race dont la technologie était encore balbutiante. A moins que ladite espèce n'ait une force monstrueuse et un gros avantage de terrain, comme être parfaitement évolué pour une planète d'une gravité écrasante et mortelle à la moindre fissure d'armure. Mais, sans ces petits détails, ils géraient parfaitement.
Ce qui commençait à être plus ... délicat, c'était plutôt l'autre partie de sa mission. Celui où elle devait réussir à empêcher deux dignitaires de se tirer dans les pattes, ou de tirer dans les pattes du Conseil, ou les Laskals de refuser la collaboration.
Bref, le Conseil, avec tout le respect qu'elle avait pour lui, avait décidé d'envoyer une Spectre à peine nommée, réputée pour chercher ses adversaires et repousser les gens dans leurs derniers retranchements par ses seules piques verbales, non formée à la politique ... et bien faire de la politique justement.

Facile. Elle réussirait les mandibules croisées, ahah... Oh Esprits.

Évidemment, tout avait commencé de la meilleure façon possible; on avait bourré Butariens, Turiens et une Drelle dans une corvette, puis envoyé tout ce beau monde en direction du système Nar'Jamon, du nom du représentant Butarien. En avant guingamp, merci, au revoir et bonne chance.
Oh, sur le papier, la stratégie était parfaite. Elle permettait un premier contact en zone fermée, donc sans vraiment pouvoir y échapper, et évitait les effusions de sang inutile. Le projet commençait à pêcher dès lors que les deux Ambassadeurs avaient décidés de s'enfermer dans leur coin et de discuter entre eux ou, comme Ravi aimait le dire "se déshabillaient pour se frotter l'un contre l'autre en disant que c'était trop génial", ce que d'autres espèces nommaient "politique" apparemment.

Elle reprit une gorgée de son thé, sa chaise tirée vers l'arrière et ses pieds sur la table de la salle commune. D'ici, elle avait une vue magnifique sur la porte de la salle de réunion, où les deux hommes palabraient. Ses yeux parcouraient les dossiers de Vorasen et de Nar'Jamon. Les deux se connaissaient, ce qui laissait un petit espoir d'entente commune. Du moins entre eux. Seulement, Nar'Jamon, comme une partie des Butarien, était fermé aux Humains, et le Général Vorasen n'était pas connu pour être plus ouvert d'esprit. Mais... il y avait des épingles à tirer, dans cette immense botte de foins.
Elle éplucha patiemment les informations, formant petit à petit sa main. Il y avait quelques cartes à abattre selon les situations et elle pouvait espérer en gagner d'autres avec les Laskals. Observer, puis jouer. C'était ça les règles du poker, non ?

La femme ne tourna pas la tête lorsqu'un Turien arriva. Il était de toute façon "générique". Le genre militaire, élite, fier de son appartenance, presque transparent. Quelqu'un qui devait peut-être être intéressant dans sa vie privée mais qui, au boulot, était presque présent mais absent. Une main qui tenait un flingue, en gros.

- Oui ?

Elle ne regardait toujours pas l'homme, tournant les pages sur son omnitech.

- Le Général Vorasen vous transmet ses instructions; votre mission consiste à observer; il vous est demandé de vous en tenir à ce rôle.

Le doigt s'arrêta un instant alors que l'esprit de Vertax caressait l'idée sublime d'abattre un Général d'une balle dans la nuque, puis de balancer le corps dans le volcan le plus proche. Non, mauvaise idée. Elle auraient bien trop de paperasse à gérer.

- Dites à votre Général que je ne reçois mes ordres que de très peu de monde. Et qu'il n'en fait pas partie.

C'était une façon politique de dire "va te faire voir", n'est-ce pas ? Quelle galère.

De nouveau seule, la Turienne claqua des mandibules. Elle pouvait débarquer dans la salle de réunion, défoncer cette dernière du pied et se faire entendre. Mais elle ne ferait qu'installer un peu plus la défiance ou le mépris dont le Général faisait clairement preuve. Quand à Nar'Jamon, s'il avait eu un espoir d'apprécier le Conseil, ce sentiment s'en retrouverait éteint. Mais les laisser discuter comme ça, s'écarter volontairement d'eux et leur laisser le champs libre... C'était un pari.
Observer, puis agir... D'accord, mais quand s'arrêtait la face d'observation?

A côté d'elle, la journaliste arriva à son tour. Cette fois-ci, la biotique tourna la tête, lui souriant.

- Mademoiselle Châne ! Enchantée de vous rencontrer. Je suis la Spectre chargée de la sécurité. Ravi Vertax. Vous comprendrez que je vous demande de ne pas me citer, ni de montrer de quelconque images de moi ?
Vous voulez un thé ?


Elle désigna sa tasse à moitié vide d'un geste du doigt, gardant sa posture nonchalante.

- Je ne vous proposerais pas celui que j'ai pris, il est dextro. Mais je crois qu'ils ont un thé terrestre dans les réserves plutôt intéressant.

L'avantage des vaisseaux envoyés par le Conseil et contenant des dirigeants, c'était qu'ils étaient habituellement bien fournis en service. Libre à la Drelle de se servir après quoi.

- Vous êtes là pour couvrir la rencontre et les négociations? C'est un grand moment.

Il y avait une carte à abattre. Le sourire s'élargit.

- Puis-je me permettre de vous donner un "ordre" de Spectre ? Filmez tout. Du premier contact jusqu'aux débats, en passant par notre atterrissage et notre départ. Imaginez un peu la richesse du futur documentaire que vous pourrez avoir grâce à cela ! On pourrait même mettre le film complet dans les Archives du Conseil.
Je me doute que le Général Vorasen et l'Ambassadeur Nar'Jamon seront fiers de devenir les visages de cette future collaboration. Chaque moment est précieux, après tout.


Elle lui lança un clin d'oeil avec un sourire charmant.

Peut-être qu'elle finirait par y prendre goût, à ce poker....


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 39

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Lun 08 Mai 2017, 20:30



Lasjae...
Petite planète invivable, mortelle.
Le découverte d'un monde nouveau d'où parvient à s'extraire quelques belles promesses mais surtout : Une nouvelle espèce, les Laksal.
Jamais de sa vie Kira Nae ne s'était attendu à vivre un jour un événement d'une telle ampleur ! Elle qui s'évertuait à penser que plus rien ne pouvait se cacher à travers la vois lactée.
Comment une telle chose avait pu-t-elle être autant invisible au yeux des gens ? Un espèce encore inconnue, progressant lentement sur une planète inexplorée. Et voilà qu'un relais cosmodésique ouvrait la porte à une nouvelle voie, à une nouvelle vie. Et la Drelle s'apprêtait à y poser le pied, avec tout ce que cela impliquait.
La journaliste s'écarta du hublot, s'éloignant de ses rêveries sans limites lorsqu'elle entendit un bruit de pas régulier s'approcher d'elle.

- On ne devrait pas tarder à arriver sur Lasjae Kira. Annonça Haz Arkiel, son garde du corps.

En bon Butarien qu'il était, Haz bénéficiait d'un pragmatisme et d'un caractère rude à toute épreuve avec lequel se complétait un physique et une technique parée au moindre problème. Bien que Kira Nae le connaisse depuis plus de de dix ans, Haz ayant énormément contribué à sa survie sur Omega et à la création du journal, elle ne parvenait toujours pas à sonder ses pensées et sentiments bien enfouis au plus profond de lui. Toute cette histoire ne semblait en aucun cas l'affecter, contrairement à elle qui sentait en ses entrailles une jubilation mêlé de stress qu'elle n'avait plus ressenti depuis longtemps.

Elle le remercia gentiment, se déplaçant vers l'une des tables du réfectoire qui accueillait le gros de l'équipage.
En tant que simple journaliste, Haz et Kira Nae ne bénéficiaient d'aucun traitement de faveur, leur chambre disposait du minimum syndical du confort, au moins avaient-ils eu la chance de ne la partager qu'entre eux, ce qui, étonnamment, parut gêné le Butarien qui jugea préférable de s'occuper à glaner quelques informations par-ci par-là lorsque la Drelle profitait de ses nuits.

- Tu as pu trouver d'autres informations sur d'éventuels vaisseaux arrivant en même temps que nous ? Demanda la journaliste alors qu'elle s'appliquait à économiser ses mouvements, l'humidité de cette salle emplie de fourneaux et d'instrument de plonge rendait sa peau plus poisseuse qu'à l'accoutumée et elle ne voulait en aucun cas montrer un signe de faiblesse. Si elle ne parvenait pas à s'accommoder à ce vaisseau, l'arrivée sur Lasjae risquait d'être atrocement pénible.
- Les systèmes Terminus se sont pas mal agité, déclara le Butarien tout bas, je serais étonné de ne pas voir quelques mercenaires dans les parages.
- Le sang des Laksals promet beaucoup, confirma la journaliste sur le même ton, qui ne serait pas tenté ? J'imagine que le conseil et l'hégémonie ont prévu de quoi les contrer.
- Beaucoup de soldats, donc.

Elle acquiesça. Enormément de monde allait prendre quelques vacances sur Lasjae. Beaucoup d'évènements susceptible de se produire, et si peut de temps et de personne sur le terrain pour les capter.

- J'aurais aimé pouvoir emmener tout le monde, se lamenta la journaliste. A deux on risque de passer à coté de beaucoup de choses, cantonné comme on le sera à sourire derrière les ambassadeurs.
- Pourtant, j'aurais pensé que cette opportunité te plairait.
- Bien sûr que oui ! S'offusqua la Drelle. Qui pourrait rêver mieux Haz ? Je dis juste qu'il ne faudra pas se contenter de regarder passivement. Le moindre détail peut-être intéressant, il y a fort à parier qu'on sera bridé sur certains points. L'hégémonie nous laissera peut-être quelques liberté, mais le conseil...
- Je vois ce que tu veux dire...Sans vouloir t'offenser, je trouve ça étrange que Jarod est été choisi pour couvrir un tel événement.
- Je ne me fais pas d'illusion Haz, on ne sera sûrement pas les seul sur le terrain.

La Drelle croisa les doigts sur sa bouche, en plein reflexion.

- Nous ne sommes là que grâce à Nar'Jamon, aucun doute là dessus. Le conseil dépêchera sûrement d'autres personne pour une couverture plus...Centrée sur leurs besoins.
- Tu as quelque chose en tête...Supposa le Butarien après avoir observé la Drelle.
- Peut-être...Concéda Kira Nae. Jouer à fond la carte du politiquement correct et s'attirer quelques faveurs du conseil, ou bien marquer un peu plus de point pour l'hégémonie...

Un silence flotta quelques instants, rythmés par le bruissement presque imperceptible tant il était redondant.

- Et qu'est-ce qu'on choisi ? Demanda Haz qui se doutait que sa patronne avait déjà porté un jugement sur cette question.
- Pour l'instant, on observe. L'arrivée va être difficile pour tout le monde, et la rencontre avec les Laksal est un sujet suffisamment incroyable pour commencer. La suite se fera en fonction des négociations j'imagine.

Kira Nae se leva, profitant de ses derniers instant en robe, la combinaison qu'elle enfilerait sous peu n'était en rien en adéquation avec son style vestimentaire. Soit, perdre son confort ne lui faisait pas peur.

Je vais me préparer. On se retrouve tout à l'heure Haz.

Sans autre forme de cérémonie, Kira Nae Châne quitta le réfectoire pour se diriger vers les cabines. En chemin, alors que le couloir menant aux espaces réservés au ambassadeurs, son instinct la poussa à emprunter ce chemin dans l'espoir de rencontrer une quelconque personne d'importance de qui elle pourrait tirer quelques informations intéressantes qu'on aurait pu "omettre" de lui dire.

- Mademoiselle Châne ! Annonça une voix alors qu'elle passait près des quartiers du conseiller. Enchantée de vous rencontrer. Je suis la Spectre chargée de la sécurité. Ravi Vertax. Vous comprendrez que je vous demande de ne pas me citer, ni de montrer de quelconque images de moi ?
Vous voulez un thé ?


La journaliste prit quelques secondes pour analyser la personne qui venait de l'invectiver, comme à son habitude. Une Turienne dont les marques claniques bleues ressortaient avidement de son visage.

- Ravi Vertax, répéta la Drelle comme pour imprégner ce nom dans sa mémoire. Enchantée également.[/color]

La spectre pointa du doigt une tasse de thé à moitié vide puis enchaîna les répliques ne laissant à la Drelle que le temps de s'installer en face d'elle.

- Non merci, refusa poliment la journaliste une fois que sa voix se fut éteinte. Si j'ai bien compris, vous "m'ordonner" de tout filmer sauf vous ? Vous ne souhaitez donc pas vous aussi devenir un visage éminent de cette expédition ?

Kira Nae retourna le sourire que lui offrit la Turienne. Ravi Vertax semblait avoir le même âge que la Drelle et celle-ci respectait toujours les femmes qui parvenaient à prouver leur valeurs dans leur domaine, et devenir spectre était de loin un preuve suffisante.

- Ne vous inquiétez pas, je n'ai pas prévu de laisser quoique ce soit m'échapper. Nous assistons à un événement important pour tout le monde, même si le conseil et l'hégémonie focaliseront l'attention de tous, je n'aime pas laissé à l'écart les personnes de l'ombre qui contribuent tout autant à l'histoire.

Ses yeux dorés rivés dans ceux de la Turienne, Kira Nae tenta de pousser un peu plus personnellement la discussion. Qu'elle le veuille ou non, Ravi Vertax participait au projet et ses actions influenceraient tout autant le déroulement de la rencontre que celles des dignitaires. Un mauvais geste de sa part ou un acte mal interprété pouvait facilement mené à l'incident diplomatique. La journaliste jugea bon de se renseigner un peu sur cette femme au cas où un tel dénouement venait à se produire.

- Je n'ai jamais eu l'occasion de rencontrer un spectre, avoua la Drelle avec ton admiratif légèrement exagéré, vous devez avoir une longue carrière derrière vous à ce poste pour que l'on vous offre de telles responsabilités. Vous être spectre depuis longtemps ?

En tant que tel, et malgré la liberté dont elle jouissait, les Spectres demeuraientt une institution créée par le conseil et, bien que Vertax n'ai officiellement à rendre de compte à personne, elle ne pouvait s'empêcher de la mettre dans la case des alliés de celui-ci. En somme, elle représentait un poids de plus du conseil contre l'hégémonie puisque, à sa connaissance, Aucun garde du corps Butarien ne jouissait du même rôle que la Turienne.

- J'imagine que ces prochains jours vont être riches en émotions. Entre les négociants et les systèmes terminus tout proche...Qu'en pensez-vous ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 98

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Lun 08 Mai 2017, 22:26
« Bien Artérius, il semblerait que l’histoire nous appel. Nous nous retrouverons au sol. »

Déclara sobrement Tharak tout en se levant pour quitter la pièce, sans un regard de plus pour son homologue. Une fois sortie de la salle, le gouverneur d’un monde encore à naitre décida de prendre la direction de la soute, ou se trouvait toute son équipe, et l’équipement nécessaire à toute descente sur la surface brûlante et acide de ce monde mortel. Prévenant son commando d’élite, qu’il avait lui-même crée bien des années auparavant en choisissant la crème de la crème parmi les jeunes recrues.

Il avait même commandé lui-même ce commando lors de la Grande Guerre, même si le colonel en charge de l’escouade s’occupait grandement des aspects stratégiques et tactiques des combats. Tharak étant pour sa part plus un apport psychologique et symbolique à une unité particulièrement efficace et mortelle. Avec le temps s’était créée une relation symbiotique et filiale tandis que le commando prenait le rôle que sa fille avait fui.

Mais peu importait les liens, dans une mission officielle il n’y avait que les ordres et la réussite à envisager.
Puis, alors qu’il s’avançait sans trop s’intéresser à son environnement, une voix familière interpela l’esprit du butarien qui se figea sur place. Scrutant les alentours, il ne fut pas surpris de découvrir les deux éléments particuliers à bord en pleine discussion. Les deux semblaient s’apprécier et la turienne était étonnement ouverte. Chose qui amplifia la suspicion de Tharak à son égard.

Après quelques secondes d’hésitation, le gouverneur et ambassadeur décida de dévier sa course pour rejoindre l’étrange duo. La journaliste avide de vérité et l’assassin avide de secrets. Arrivé à leur portée, et sans se gêner, Tharak entra directement dans la discussion.

« Kira Nae, c’est un plaisir que de vous revoir. Il paraissait évident que vous étiez la seule à même de mener avec rigueur et respect des faits un tel reportage. Voyez donc que l’Hégémonie tient ses promesses, et que nous ne renierons jamais les accords passés. Si nous devions vous servir dans le cadre d’une interview plus intimiste, nous nous tiendrons à votre service en cas de survie. »

Large inclination de la tête sur la gauche en signe de profond respect, puis discret clin d’œil amical. Une étrange habitude humaine que Tharak avait appris à aimer. Après tout il était idiot de refuser ce qu’une espèce pouvait faire de bien.

Puis le gouverneur et ambassadeur se tourna vers la turienne. Il ignorait son nom, sa mission, son palmarès mais éprouvait un respect à minima pour sa personne. S’élever aussi haut demandait un investissement conséquent et des talents par trop rares. Aussi, non sans quelques instants d’hésitation, Tharak inclina aussi la tête vers la gauche, un tout petit peu, mais assez pour être perceptible.

« Spectre. » La curiosité du butarien à son égard était sincère, mais il était bien trop évident que la turienne serait une ennemie dans cette situation pour pouvoir se mettre à discuter avec franchise pour le moment. Le Conseil avait déposé son roquet dans le vaisseau, et on ne dépose pas un tel fardeau à des ambassadeurs sans que cela implique une mise en garde très simple, voire carrément simpliste. Nous avons les plus gros flingues.

Même si l’idée de voire une Spectre parvenir à vaincre un commando de la mort de l’OKS était tout à fait saugrenue, l’entraînement extrême de ces derniers étant inégalés dans la galaxie, les mythes derrière les Spectres étaient suffisamment impressionnants pour tempérer l’envie de voir une telle chose arriver. Et puis, il serait hautement dommage d’apprendre que ses forces spéciales ne sont pas les plus fortes de la galaxie. Sûrement pour ça d’ailleurs que les Forces spéciales de chaque nation mettent un point d’honneur à ne jamais combattre celle des autres nations.

« Je suis sûr que la collaboration sera une franche réussite, Spectre. Après tout le Conseil a tout à gagner à un règlement intelligent de la situation, n’est-ce pas ? »

Large sourire absolument pas sincère.

« Le plaisir de la coopération. Nous sommes en tout cas heureux de recevoir l’aide de l’élite du Conseil dans cette mission, si les rumeurs sont fondées, les pirates et autres vermines ne seront pas le moins du monde une menace.

Enfin ils ne l’auraient jamais été si la flotte de l’Hégémonie avait été acceptée pour mener à bien cette opération de nettoyage. Mais peu importe les erreurs du passé, désormais nous avançons d’une même voix vers l’avenir. »


Cette fois-ci le sourire changea radicalement pour devenir totalement franc. Après tout Tharak n’avait rien contre cette turienne, sa fonction ou sa présence. Et puis la turienne pouvait s’avérer utile après tout, et de toute manière elle n’inspirait nullement au butarien une crainte suffisante pour qu’il ne continue pas à lutter pour la cause légitime de son peuple.

« Toutefois, nous allons maintenant vous laisser. Nous devons nous préparer à atterrir après tout. Au plaisir de se revoir dans la soute. »

Et Tharak quitta la discussion sans attendre la moindre réponse, s’avança gaiement vers sa destination finale. Plusieurs minutes plus tard, le butarien arriva au bon endroit et scrutant ses dix soldats d’élites qui étaient déjà tous complètement équipés. Leur uniforme de l’OKS était proprement sublime dans ses couleurs noirs et rouges, le logo de l’Hégémonie magnifiquement sculpté en relief au niveau du cœur, les bandelettes en or sur les épaulières et la visière noircie du casque ne laissant pas de visibilité sur le visage des combattants.

Une fier unité qui avait opté pour une armure clairement affiliée, pas d’opération de sabotage, d’assassinat ou à ne pas rendre publique, ici il s’agissait d’un premier contact. Dans une telle opération la fierté nationale est un facteur obligatoire. Toutefois quelque chose chagrinait Tharak, il ne pouvait cette fois-ci se présenter dans tout sa splendeur, son uniforme de D’yanoi n’offrant clairement pas de protection suffisante, aussi le butarien allait devoir porter la même combinaison que ses gardes du corps.

D’ailleurs, étant donné que chaque armure était strictement identique, personne en dehors du commando ne saurait qui était qui d’un point de vue extérieur. Aussi Tharak s’empressa de se changer tant qu’il restait seul avec ses soldats dans la soute, puis se mélangea complètement avec ses protecteurs. Ne restait plus qu’à attendre les autres, et que la navette se pose complètement.

Choses qui arrivèrent quelques minutes plus tard.

Tout le monde présent, la navette se posa au sol lourdement et ouvrit enfin sa porte. Un vent agressif et bouillonnant vint frapper l’intérieur du vaisseau emportant sable et humidité acide dans son sillage. Toutefois il en fallait plus pour doucher l’ardeur d’un Tharak euphorique, aussi dès que l’avidité des vents de la planète se fit moins ardente, l’ambassadeur butarien rua en avant et posa en premier le pied sur le sable bouillant de ce monde hostile.

A peine avait-il accompli cet acte qu’une puissante fierté conquit tout son être et une fierté sans nom lui fait accomplir le second, puis le troisième, et ainsi de suite, pas. Chaque mouvement se transformant en une plénitude absolue et parfaite … jusqu’à ce que le Colonel Perturabo rappel en discussion interne à son supérieur qu’il n’était pas vraiment prudent de se ruer ainsi à l’aventure. Chose qui ramena immédiatement l’ambassadeur au présent, et lui fit entreprendre une observation plus sérieuse des alentours.

Trois massives structures rocheuses s’offraient à la vue de la troupe des ambassadeurs, destination que Tharak avait arbitrairement décidée pour tenter de rencontrer officiellement et officieusement les Laksals. De toute manière le reste des lieux n’étaient guère digne d’intérêt tant l’espace n’était qu’un immense vide dans une immense plaine désertique. De plus des vents violents balayaient la zone, transportant sable et gravillons en tous sens, rien n’était vivant ou ne semblait l’être. Toutefois, sa certitude d’être en sécurité s’estompa rapidement tandis que le butarien découvrait soudainement d’innombrables trous anormalement coniques tout autour d’eux.

Parfois des jets de sables jaillissaient de ces structures en profondeur, se perdant rapidement dans les vagues de vent. Le doute envahi alors l’esprit de Tharak qui ouvrit sans attendre le canal commun à toute l’équipe.

« Sables mouvants ou prédateurs dans les environs, évitez les trous. »

Enfin restait à comprendre quels prédateurs pouvaient attendre sa nourriture dans un endroit aussi pourri …


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 170
Crédits : Essence-Of-Rapture

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Mar 09 Mai 2017, 20:56
Cela avait été une bonne partie, même si la victoire n'avait été cette fois acquise que grâce à la chance. Artérius ne réagit même pas à la pique sur les Volus, Tharak connaissant parfaitement son avis sur la question. Mais ce dernier avait raison sur un point : l'histoire les attendait et il était plus que temps d'aller se préparer.

Une fois le Butarien parti, Artérius interrompit ses divers brouilleurs, et quitta lui aussi la pièce, entraînant ses deux gardes avec lui. Avant de se diriger vers l'armurerie où l'attendaient ses huit autres soldats, il fit un détour vers une des consoles du vaisseau. Il avait en effet reçu sur son omnitech le rapport de l'homme chargé d'apporter ses consignes à la Spectre, et la réponse de cette dernière. Cette mission s'annonçait déjà suffisamment compliquée comme ça sans que cette dernière n'y mette du sien ... L'ordinateur de bord lui apprit la localisation de la turienne, et Artérius se mit en route.

Quand il la trouva, elle était en compagnie de la journaliste drelle, et le Général aperçu Tharak qui s'éloignait au loin. Sans doute était-il venu se présenter officiellement, à moins qu'il ne l'ai déjà fait avant de venir le voir dans la salle de réunion. Mais qu'importe. Sans même prendre la peine de faire attention si les deux jeunes femmes avaient repris leur conversation après le départ du butarien, Artérius s'approcha et dit d'un ton sec :

    - Spectre. Un mot, s'il vous plaît.

Voyant que ni l'une ni l'autre ne bougeait, chacune étant sans doute indécise quant à la conduite à tenir, Artérius fit un signe de tête à ses hommes qui se tenaient en retrait. Les deux turiens s'approchèrent et escortèrent la drelle un peu plus loin, hors de portée d'oreilles, doucement mais avec diligence. Le Général se retourna alors vers la turienne qui tenait toujours sa tasse de thé dans les mains.

    - Vous n'avez pas souhaité écouter la première fois, alors je vais être moins diplomate la seconde. Le Conseil vous a placé sur ce vaisseau et dans cette mission pour deux objectifs : l'observation, et la protection - notre protection. Nous nous aventurons sur une planète inconnue, dangereuse, et gouvernée par des aliens dont nous ne savons rien, et pour garder cette mission et ses membres en sûreté, j'ai besoin d'être sûr que chaque personne qui descendra sur cette planète sera discipliné et obéira aux ordres que le Gouverneur Nar'Jamon ou moi-même pourrions donner. J'ai confiance en mes hommes, j'ai confiance en Nar'Jamon, mais vous, je ne vous connais pas, et de fait, ne vous fais pas confiance.
    Alors soit vous obéissez, soit vous restez sur ce vaisseau, pour la sécurité de tous.

Sans même attendre de réponse, Artérius repartit, ses gardes le suivant quelques secondes après. Direction l'armurerie, cette fois, et son équipe. L'escouade Lux était déjà en train de s'équiper, et Alectus avait préparé les armures des retardataires. Il s'agissait là d'armure plus lourdes que les habituelles, puisqu'elles embarquaient, en plus des systèmes de survie nécessaires à l’atterrissage sur la planète, des composants expérimentaux d'exo-armures, afin de pouvoir manœuvrer en toute quiétude dans des environnements extrêmes, comme, par exemple, une planète à la gravité très élevée et aux températures extrêmes. Comme à chaque fois que Lux devait protéger un VIP, les armures étaient toutes strictement identiques, à l'exception près des chiffres inscrit en ancien alphabet turien en haut à droite du torse. Chaque membre de l'escouade se voyait ensuite assigner aléatoirement une armure, afin qu'en cas de danger, l'ennemi ne sache jamais où se trouvait la cible importante. En ce jour, donc, Artérius avait hérité de l'armure numérotée Quatre. Tous étaient équipés, outre les armes de poing habituelles, de Phaëton pré-cartouches thermiques, bien qu'une des Turiennes avait troqué le solide fusil d'assaut pour un fusil de précision.

Ainsi équipés, le groupe de turiens massifs se rendit dans la soute où les attendait le reste de l'expédition. L’atterrissage n'était désormais plus que dans quelques minutes. Artérius ne regarda même si la Spectre se trouvait parmi le groupe. Si elle n'était pas là, tant pis pour elle, mais dans le cas contraire, c'est qu'elle acceptait tacitement les conditions du Général. Et si elle ne voyait pas les choses ainsi, et bien ... Il sera toujours temps de s'occuper d'elle ...

Lorsque les portes s'ouvrirent, le vent chargé de sable vint s'abattre sur les visières des turiens, mais pas un ne bougea face aux éléments. Un des butariens, qui devait être Tharak, à en juger par son attitude, se rua en bas de la rampe, bien décidé à poser en premier le pied sur la planète de "son" système. Cela fit sourire Artérius dans son casque, mais après tout, il comprenait bien le Gouverneur. Il avait de quoi être fier.
Mais l'euphorie fut de courte durée : ils avaient tous une mission à accomplir, et des aliens à rencontrer.

L'armure numéro Un, attribuée à Alectus, pris la tête du groupe de turien. Comme toujours dans ces situation là, le Un commandait, peu importait son possesseur. Ce n'était pas vraiment un problème, vu le passif de chaque membre de l'escouade, chacun étant tout à fait capable de diriger sa propre unité. Mais, par chance, c'était l'ami et second d'Artérius qui avait gagné cette charge. C'est donc confiant que le Général suivit son "chef".

    - Bien reçu, Gouverneur. Faites attention où vous mettez les pieds et restez à l’affût du moindre mouvement. Allez, on bouge !


Anton dresse mon portrait fidèle.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Spectre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4287-fiche-de-presentation-de-r
http://www.masseffect-reborn.fr/t4291-journal-personnel-de-ravi-vertax


Hé Hé !
Messages : 189
Crédits : Essence of Rapture - moi

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Sam 13 Mai 2017, 12:58
Les Ambassadeurs
La Drelle l’avait mal comprise. Parfait. Comment espérer se faire comprendre des Ambassadeurs, si elle n’arrivait même pas à ce qu’une personne normale et saine d’esprit suive le fil de sa pensée ? Par les Esprits… Elle aurait souhaité, même pour un court instant, pouvoir se doter de son franc-parler habituel. Mais l’Histoire regardait, et celle-ci était une immonde petite saloperie en terme de « Ah, je vais me rappeler des choses comme ça et puis voilà ».


La Turienne leva un doigt, finissant de boire le reste de son thé. Elle prit bien soin à n’en perdre aucune goutte. Si cette délégation se déroulait comme pour les Yaghs, elle aurait besoin d’un remontant un peu plus fort, la prochaine fois qu’elle mettrait les pieds sur le vaisseau.

- Vous m’avez mal comprise. Tout le monde n’est pas Shepard, ni ne souhaite le devenir ; vous comprenez sans doute à quel point il peut être difficile de mener certaines opérations si votre visage est connu, tout comme votre nom.
Parlez des actions de la « Spectre » si ça vous chante. Mais que mon identité reste inconnue ; de visage ou de nom.


Elle la regarda avec son air le plus sérieux, le genre qu’elle n’utilisait que rarement et quand elle voulait être sûre de faire passer le message. Elle reprit son sourire après s’être assurée que, dans les yeux de la journaliste, tout avait été clairement intégré.

- Je n'ai jamais eu l'occasion de rencontrer un spectre. Vous devez avoir une longue carrière derrière vous à ce poste pour que l'on vous offre de telles responsabilités. Vous être spectre depuis longtemps ?

- Je suis Turienne, répondit-elle en baissant sa mandibule gauche, révélant un sourire en coin. Je pense que cela répond à la question sur ma carrière.
Quand à ma nomination… - Elle s’arrêta un instant, hésitant sur le choix des mots – disons que j’ai déjà pu toucher au métier.


Elle reprit son silence, ouvrant une nouvelle fois son omnitech. Il ne s’agissait pas de dossiers ou d’un quelconque rapport, mais simplement d’une page du journal « Jarod ». Si la Drelle était aussi curieuse, elle jetterait le « coup d’œil discret mais investigateur » des journalistes. Elle se régalait d’avance à l’idée de la tête qu’elle ferait en découvrant son propre travail. Irait-elle jusqu’à en faire de la pub ? « Lisez Jarod, un journal approuvé même par une Spectre ? ». Tant qu’elle ne lui demandait pas de dire que c’était son préféré de la Citadelle…

- J'imagine que ces prochains jours vont être riches en émotions. Entre les négociants et les systèmes terminus tout proche...Qu'en pensez-vous ?

Fidèle à elle même, jusqu’au bout des écailles. Elle commençait réellement à la croire lorsqu’elle affirmait que rien n’échapperait à son œil acéré.

- J’en pense que la rencontre avec une nouvelle espèce est toujours riches en émotions. Quand celle-ci se fait sous des circonstances aussi exceptionnelles, alors nous ne sommes plus dans un événement rare, mais bien unique.

La journaliste devrait se contenter de ces mots. Ravi n’avait pas l’intention de continuer et de toute façon, l’Ambassadeur Butarien venait de se joindre à la discussion. A en croire ce qu’il racontait, lui et Châne se connaissaient. La Spectre nota dans son esprit cette information et entoura ça et là quelques mots pour plus tard, alors que son corps se levait et que ses mains prenaient appuis sur la table.

- Spectre.

- Ambassadeur Nar’Jamon, c’est un plaisir que de vous rencontrer. Elle inclina la tête à son tour alors que ses mandibules cliquetèrent doucement.

A quel point est-ce que sa présence le troublait ? Il faisait montre de respect, certes, mais il en existait différentes formes ; celui poli, celui véritable, celui face à un adversaire de valeur, celui pour éviter de se retrouver poignardé dans le dos, celui face aux capacités et non la personne… Duquel faisait preuve le Butarien ? Difficile à dire, bien que certains étaient plus probables que d’autres.
Le simple fait d’envoyer un Spectre était un geste politique, entre preuve de bonne volonté et menace dissimulé. Une façon pour le Conseil de choisir entre tendre la main ou brandir le poing. Et c’était au dit Spectre de décider de ce qu’il en serait, en fonction de sa mission.

- Je suis sûr que la collaboration sera une franche réussite, Spectre. Après tout le Conseil a tout à gagner à un règlement intelligent de la situation, n’est-ce pas ?

Il sonnait faux.

- Effectivement, Ambassadeur. Tout comme les Butariens ont à cœur de faire reconnaître leurs droits et leur valeur.

Tendre la main avant de serrer le poing si cela était nécessaire. L’esprit de la Turienne tapota ses griffes sur la table alors qu’elle regardait ses cartes et les triait.

- Le plaisir de la coopération. Nous sommes en tout cas heureux de recevoir l’aide de l’élite du Conseil dans cette mission, si les rumeurs sont fondées, les pirates et autres vermines ne seront pas le moins du monde une menace. 


Elle se contenta d’incliner la tête en guise de remerciements.

- Enfin ils ne l’auraient jamais été si la flotte de l’Hégémonie avait été acceptée pour mener à bien cette opération de nettoyage. Mais peu importe les erreurs du passé, désormais nous avançons d’une même voix vers l’avenir. 


Il semblait sincère, contrairement à avant. A quel point était-il fidèle au pouvoir en place ? Pas au sein du Conseil, mais bien de l’Hégémonie. Loin de réagir comme à son habitude, elle marchait sur des œufs, et chaque mot devait être choisit avec une parcimonie dont elle ne faisait pas autant preuve en temps normal.

- Il est dans l’intérêt de tous de collaborer ensemble, et non les uns contre les autres.

Une approbation tant politique que pour la mission actuelle. Est-ce que ça risquait de sonner comme « Ne me tirez pas une balle dans le dos et je ne vous massacrerais pas, vous et vos hommes » ? Elle n’avait pas l’intention de se montrer menaçante… Esprits…
Elle enverrait tout ce politiquement correct se faire foutre à la première occasion. Elle le savait d’avance. Alors pourquoi s’emmerder à ce point ? Après tout, le Conseil l’avait envoyé en connaissance de cause. Qu’ils se démerdent en politique, elle s’occupait de gérer la mission.

Oui, mais l’Histoire regardait, hein ?



Que l’Histoire aille se faire foutre.

- Oh, et puis merde, finit-elle par claquer entre ses dents.
Je n’ai aucune foutue idée de ce qu’à prévu le Conseil sur la position des Butariens, finit-elle par lâcher en agitant sa main. Néanmoins, je sais que votre peuple a déjà démontré sa valeur par le passé. Mais les alliances et les défiances se font et se défont, tout comme elles se renouent avec le temps.

Elle lui laissa le loisir de méditer sur ces mots. Tharak n’avait pas le temps de s’y intéresser d’avantage, ou ne voulait pas se lancer dans ce qui pouvait être une longue discussion. A raison ; ils étaient censés discuter avec les Laskals, et non entre eux. Mais au moins pouvait-il être assuré que Ravi : de une se contrefoutait de ce que le Conseil prévoyait ou non, et de deux si ce n’est appréciait, au moins respectait les Butariens.
Une main tendue plutôt qu’un doigt levé, c’était déjà bien non ?

La Spectre s’apprêtait à son tour à partir se préparer lorsque ce fut au tour du Général Vorasen de débarquer. Bien, après avoir passé le voyage entier à discuter dans leur coin, voilà qu’ils daignaient enfin se joindre au commun des mortels. Encore que, le Turien venait surtout s’assurer que le commun des mortels comprennent leur « place ». Dommage qu’il n’ait pas intégré le message ; ses ordres, elle s’en tapait les mandibules. Et encore, ses mandibules étaient bien trop précieuses pour les empoisonner avec de telles sornettes.
Aussi montra-t-elle son désintérêt en affichant ostensiblement son air le plus blasé devant le Général. Il ne daigna même pas continuer son discours ni lui laisser le temps de répliquer, préférant s’enfuir avant qu’elle lui fasse bien comprendre où il pouvait mettre son mépris. Petit indice : De préférence dans un endroit où le soleil ne brillait jamais. Et elle se proposait de l’y aider, à grand coup de projection si ça ne suffisait pas.
Oui, son métier de Superviseure lui avait donné l’habitude de telles situations. Il n’était pas rare que l’ingérence du Conseil, comme ils l’appelaient, soit mal vu, voir fasse l’effet d’un mollard craché en pleine gueule. Elle avait déjà vu des grandes pontes essayer de la rabaisser, de lui donner des ordres proches de la punition pour piquet, voir de lui mettre des bâtons entre les roues. Rien de tout cela ne l’avait jamais arrêté. Alors ce n’était pas aujourd’hui que tout ceci allait commencer. Numéro deux de la Hiérarchie ou pas.

- Quel toq…

Son regard se tourna vers la Drelle, toujours présente.

- Vous filmez, hein ? Bien. Super ! Heureuse de voir que vous prenez mes demandes à la lettre. Si vous voulez bien m’excuser, je vais aller me préparer. La journée va être longue.


Elle s’arrêta à côté de la journaliste, posant sa main sur son épaule. Avec ce petit sourire en coin bien à elle, comme toujours.

- Au moins vous aurez une autre preuve pour la postérité ; même chez les Turiens, les dirigeants peuvent être à côté de la plaque.


Elle fila après un clin d’oeil à la caméra. Elle avait réquisitionné une petite salle comme la sienne et y avait entreposé son équipement, dont ses armes et son armure, en plus de quelques babioles toujours utiles à avoir sur soit. Elle rangea ces dernières dans des compartiments facilement accessibles, histoire de pouvoir les sortir rapidement. Médigel et kit de réparations entre autres, en cas de mauvaise surprise. Même s’il était fort probable que toute blessure ouverte soit mortelle qu’importe sa gravité au vu du climat fortement acide. Mais Ravi était une éternelle optimiste après tout. Et ne faisait confiance à personne pour assurer sa propre sécurité aussi. Pas dans un tel contexte.
Après avoir vérifié rapidement que son Mattock et sa Veuve Noire - « cadeau » du Conseil à rendre en l’état à la fin de la mission, malheureusement - étaient en état de fonctionner, elle finit par enfiler son armure.

La protection était neuve, et cela se sentait quand elle l’enfilait. Les jointures étaient plus souple que d’habitude, il manquait les éraflures habituelles de son ancienne tenue et il n’y avait plus ce jeu au niveau de la ceinture.
On ne pouvait même pas dire qu’il s’agissait de l’armure officielle des Spectres, ceux-ci n’en ayant pas réellement. Mais comme celle de ses confrères, elle était gravée du symbole discret mais présent du Conseil côté gauche. Et elle était noire. Bien sûr, d’aucun aurait trouvé ridicule une couleur si visible mais au sein des Spectres, chacun faisait comme bon lui semblait. Et de toute façon, le caméo n’était rien face à un bon camouflage optique.
Mais bon, une armure noire pour une Turienne noire… Ravi s’était jetée sur cette occasion sans se faire prier.

Désormais équipée, elle rejoignit le reste des troupes. Si Artérius pensait un seul instant qu’elle lui obéirait, il irait se faire voir en beauté. Mais, dans le doute, la femme décida de garder sa biotique en dernier recours. On ne savait jamais après tout…


****

Bien. Très bien. Je vais les laisser crever. Et regarder. En grignotant un truc. Histoire d’apprécier le dîner-spectacle.

Telle fut la pensée qui tenta de s’incruster fermement dans le cerveau de Ravi. Les Ambassadeurs avaient décidé de l’emmerder au plus au point. Elle ne voyait pas d’autre solution. Ou ils étaient suicidaires, et avaient décidé qu’il s’agissait du meilleur moment pour accomplir leur fantasme.

Elle roula des yeux face aux troupes. Oui, camoufler le chef parmi l’escouade pouvait paraître pour une bonne idée souvent. Quand on s’attendait à rencontrer des forces hostiles ou qu’on souhaitait le faire voyager incognito. Mais l’idée restait viable lorsque :

1. On prévenait la personne chargée de la sécurité de qui était qui. Histoire que celle-ci ne vienne pas secourir un soldat au lieu du foutu ambassadeur. Loupé.
2. On ne voulait pas passer pour un con lorsqu’on s’avancerait, casqué, tout simplement méconnaissable et sans chance de se faire distinguer et qu’on pointerait le doigt en disant « Oui, alors c’est avec moi qu’il faut négocier s’il vous plaît ».
Soit les Laskals attaqueraient, et dans ce cas les chances de mener une négociation étaient faibles, soit ils n’attaquaient pas et ils risquaient, de par leur culture, de ne reconnaître les chefs que par un signe distinctif d’une position supérieure. Loupé bis.
3. De toute façon, si c’était parce qu’on craignait les bêtes sauvages, ces dernières ne feraient pas la différence entre « bouffe normale » et « bouffe qui parle pour les autres ».

Le Général avait eu l’intelligence d’utiliser des armures chiffrées. Encore que…

Dans un soupir, la femme sortit son Omnitech. Au moins, le Butarien était facile à reconnaître, puisque l’escouade était restée en arrière, laissant leur chef faire fièrement le premier pas. Puis le second et ainsi de suite, avant que ses gardes ne se rappellent à son bon souvenir, finissant par le rejoindre.
La Spectre scanna la silhouette et enregistra les informations. Un de reconnu, au second. Pour le Général, elle y alla en partie par élimination, retirant d’office les Turiennes, puis scanna le reste des hommes jusqu’à trouver celui qui correspondait. Il fut enregistré à son tour, tout comme le numéro d’armure.

La journée allait être si longue… Mais au moins allaient-ils faire partie des premiers à découvrir un monde inhospitalier, remplis de créatures plus ou moins pacifiste et d’une espèce primitive qui, avec de la chance, n’allait pas les attaquer et leur arracher le visage. Le tout dans un groupe de dirigeants avec ce qui pouvait s’apparenter à des pulsions suicidaires dignes d’un Lemings.

Au moins la journaliste avait un minimum de sens de survie.


La troupe se mise en marche, déambulant dans les décors gigantesques et mystérieux de Lasjae. Même avec les armures assistées, la gravité se faisait ressentir. Chaque pas demandait une énergie plus importante que les planètes d’origine, si bien que, sans aide, il aurait sans doute été difficile de ne faire qu’arracher une jambe de la surface pour la reposer à peine plus loin de son emplacement premier. Les élites s’y habituèrent vite et composèrent avec, en accord avec leur entraînement. Aussi avancèrent-ils d’un bon rythme, quoique ralentit par la prudence.
La journaliste semblait un peu moins habile dans l’exercice, bien qu’elle ait son garde du corps. Une ou deux fois, la Turienne lui proposa son aide, sans jamais la forcer. Il s’agissait d’un bras tendu, afin que le Butarien et elle ne lui servent d’appui, ou d’un avertissement ferme sur où elle mettait les pieds. Mais globalement, elle semblait plutôt bien s’en sortir pour une civile.

Leur destination, sur décision de Tharak, était un mont rocheux, assez haut, qui dominait largement les plaines environnantes dévorées par le vent et le sable. La montagne pouvait en être à l’origine par ailleurs, amenant la brise à se fendre contre elle, puis avaler les dunes environnantes en rugissant. Éloignée de plusieurs kilomètres de la zone d’atterrissage, il leur faudrait sûrement deux heures avant de pouvoir l’atteindre.
En attendant restait le problème des trous de sables que le Butarien avait repéré, lesquels crachaient de temps à autre, comme s’il s’agissait d’une respiration. Simple mouvement terrestre ou créature organiques? Impossible à dire en l’état ; aussi devaient-ils faire preuve de prudence et adopter une tactique adaptée afin de …

- Bien reçu, Gouverneur. Faites attention où vous mettez les pieds et restez à l’affût du moindre mouvement. Allez, on bouge !

- STOP. ARRÊT COMPLET DES TROUPES.

Ce fut une Ravi qui retenait sa langue au mieux qui remonta le contingent de soldats, poussant de l’épaule qui avait l’idée malheureuse d’obstruer son chemin. Elle était avec des crétins finis. Et ça se disait élite… Encore pouvait-elle comprendre une telle inconscience de la part des dirigeants ; ils avaient été militaires dans leur jeunesse mais ne dirigeaient actuellement plus les troupes que de loin, donnant les ordres directs alors que les militaires composaient avec la réalité du terrain. Mais de la part des Hastatims ? Des OKS ? Déception.

- Bien. Je n’ai pas le temps de vous faire un cours sur les stratégies militaires à adopter sur des mondes inconnus et face à des topographies à dangerosité reconnue, alors contentez de respirer et ne pas bouger.
Je passe en éclaireuse. Vous restez là ; je reste en canal ouvert. Je vous communiquerais toutes les informations nécessaires. Vous ne bougez pas d’ici.


Puis elle s’avança, ignorant ceux qui se trouvaient derrière elles.

La zone s’étalait sur quatre bons kilomètres pour à peine un de long mais obligeait à la prudence pour éviter les pièges. c’était le sable le plus traître. Par moment, il se soulevait en masse, léchant les dunes et bouchant la vue jusqu’à un mètre devant soit avant de retomber comme il s’était levé. Il glissait aussi, menaçant de la faire chuter dans l’inconnu, en plus de cacher le début des pentes. Un mauvais pas pouvait suffire à se retrouver engloutit. Entre les trous il pouvait y avoir vingt mètres d’écart comme un seul et leur taille variait tout autant.
Elle continuait son avancée lorsqu’un tremblement secoua violemment la terre. Il ne dura que quelques secondes et la Turienne réussit à garder son équilibre malgré la surprise. S’ils n’étaient pas encore sûr du potentiel danger, au moins les dignitaires allaient peut-être réfléchir à deux fois avant de s’avancer à leur tour. Elle continua, cherchant du regard les aspérités et indices qui montraient le chemin.
Bien sûr, ils pouvaient toujours contourner l’endroit, mais c’était prendre le risque de rajouter un temps supplémentaire, voir de se perdre en tours et détours inutiles. Et si cela lui permettait de grappiller quelques minutes de tranquillité…

La Spectre finit par arriver au bout du chemin et regarda derrière elle. Ils étaient toujours là. En face d’elle se trouvait une longue paroi rocheuse haute de vingt mètres qui serpentait sur une dizaine de mètres avant de s’éloigner des trous.

- Attendez. Je grimpe pour avoir un meilleur angle de vue.

Elle s’élança, attrapant la première prise qui venait avant de se hisser avec une rapidité surprenante malgré la gravité ambiante. L’armure assistée faisait bien son travail. Elle continua ainsi de suite, cherchant la moindre prise, la première fissure ou le premier rocher assez solide pour s’élancer toujours plus en avant.
Son escalade était presque terminée lorsqu’elle posa sa main droite sur une pierre grise située non loin du bord. Celle-ci s’arracha sous son poids et elle retint sa chute de son autre main. Mais ce ne fut pas ce qui l’étonnait le plus. Elle resta un instant à regarder la pierre qu’elle tenait encore.

Parce que celle-ci avait des pattes.

Et des mandibules.

Et des petits yeux effrayés.

Sous son abri, l’insecte long d'une trentaine de centimètres cherchait le contact du sol, agitant vainement une série de six pattes. Il avait deux gros yeux et plusieurs petits juste au dessus ; près de son corps, la pierre semblait avoir été creusée par frottement et un liquide étrange semblait assurer l’adhésion.
La Turienne reposa prudemment la créature et la regarda un instant filer le long des rochers avant de se poser une nouvelle fois sur la paroi, se fondant petit à petit avec son environnement. Elle n’avait pas le temps d’observer d’avantage. A la place, elle s’élança, forçant sur ses avant-bras pour se hisser jusqu’en haut de la colline. Du moment où elle était partie jusqu'à celui où elle était arrivée ici il s'était écoulé une quinzaine de minutes tout au plus.

La vue était parfaite. Pas trop haute, elle offrait malgré tout une belle vue d’ensemble sur la plaine aux couleurs or et safran. Et surtout sur les trous de sable. Certains semblaient se créer, petit à petit. En tout cas, elle ne se rappelait pas être passée près d’une série de trois vers la fin de son parcours.
Au dessus, les nuages mordorés se fendaient par moment, laissant apercevoir le ciel gris-bleu qui dominait le monde. Occupée à sortir son fusil de précision, la femme ne vit pas un des nuages fendre les cieux, révélant une créature gigantesque, comme composée de brume. Un organique, presque semblable à un étrange végétal, terriblement léger pour une planète aussi lourde, qui flottait paisiblement dans les cieux. De temps à autre il ouvrait sa large gueule, produisant une série d’éclats bleus. A moins qu’il n’avalait ce qui produisait les éclats ? Difficile à savoir.
Pour ceux en bas, le spectacle devait être grandiose. Si la Turienne l’avait vu, elle aurait sans doute émis ses hypothèses sur la composition de la créature, sans doute gazeux, sans doute pas si organique que ça, cent pour cent étrange. Mais ce n’était pas le cas ; elle avait pris place et concentrait son attention sur la plaine.

- Attention à vous, des trous se forment imperceptiblement. Je vous guide ; vous avancerez deux par deux. Trente mètres de distance minimum entre chaque groupe.
On commence.


Ils ne lui faisaient pas confiance. Elle était en position haute, avec une Veuve Noire sur les genoux, prête à tirer et les guidait, tenant basiquement leurs vies entre ses mains.
Elle avait une mission à accomplir et ne laisserait pas leurs doutes l’en empêcher. Mais, il fallait l’avouer, c’était aussi à mourir de rire quand on connaissait l’ironie de la situation.



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 39

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Ven 26 Mai 2017, 11:34



Kira Nae échangeait avec la spectre sur le ton de la banalité. Etrangement, la Turienne n'avait pas directement répondu à sa question, préférant plutôt donner une réponse évasive. Peut être la journaliste n'était-elle pas seule à devoir faire ses preuves aujourd'hui, intéressant.
La conversation fut toutefois rompu par un homme pour le moins intéressant. Artérius Vorasen.
Après une approche plutôt sèche et un regard qui en disons long, la Drelle comprit que sa présence n'était pas souhaitée.

- Bien...Annonça la journaliste en se levant. Nous nous reverrons sur la terre ferme. Conseiller, Spectre.

Au détour du couloir, la journaliste alluma sa caméra et, dos au mur, garda une oreille discrète sur la conversation. Malheureusement, peu de chose lui parvint, rien qu'un son étouffé que la caméra peinait à enregistrer. Soit, l'image pourrait toujours être utile et l'attitude des deux protagonistes laissait une impression de désaccord, et la dernière réplique que lui accorda la spectre en revenant confirma cette pensée. Intéressant...
D'une pression sur l'omnitech, la journaliste coupa la caméra et prit le chemin inverse pour retrouver sa chambre. L'atterrissage n'allait plus tarder, il valait mieux qu'elle s'y prépare, poser le pied sur une planète étrangère, qui plus est invivable pour eux, méritait un petit moment de préparation mentale.


***


- Tout va bien Kira ? Demanda Haz par communication privée.

La Drelle respira un grand coup. Les portes s'ouvrirait sous peu. Bien sûr, toute une flopée de militaire descendraient avant eux et, encore avant, les dirigeants. Kira Nae vérifia les paramètres de sa caméra et, rapidement, la plaça dans le coin supérieur gauche du hangar, l'image donnait une bonne vision en plongée sur l'ensemble des conquérants, les tenues rutilante des soldat de Nar Jamon contrastaient avec les plaques grises du vaisseau. Belle prise, le rendu devrait être à la hauteur de l'évènement.

- On verra bien quand les portes s'ouvriront.

Et elle s'ouvrit enfin, crachant son sable fin à l'intérieur du hangar. La sortie en héros de Nar Jamon fit naître un léger sourire sur le visage de la Drelle. La caméra suivit le mouvement du Butarien, voilà une entrée qui serait du plus bel effet pour le reportage qui suivra, quoiqu'un peu cliché.

Les uns après les autres, les troupes débordèrent du vaisseau en parfaite synchronisation, identique à un assaut guérrier.

- Une invasion. Déclara doucement Kira Nae Châne.

Voila à quoi ressemblaient les images filmées qu'elle percevait dans une coin de son casque.
Puis vint leur tour. Lentement, le corps plombé par la gravité écrasante, Kira posa le pied sur la terre ferme. Un instant, la journaliste eut un tournis. La gravité ? Peut-être bien. Mais il y avait autre chose. Kira Nae avait eu l'occasion de voyager dans sa vie, mais ces longues dunes sablonneuses, ce calme seulement brisé par les envahisseurs. Rien sur cette planète n'attendait leur venue.
De toute sa vie, jamais Kira Nae ne s'était sentie aussi..."Alien".
Une chose était sûre, aucun d'eux n'était à sa place à cet endroit. Etait-ce cela qu'avait ressenti les premiers explorateurs Drells ?

- Tous les peuples représenté ici sont passé par ce moment. Tempéra Haz.

Effectivement, et beaucoup de ces moments s'étaient transformés en guerre...

- Espérons juste qu'ils...
- Haz...Le stoppa la journaliste, la voix étrangement perdue. Lève la tête.

Il obéit, joignant son regard à celui de sa patronne, et ce qu'il vit lui fit un instant baisser la lourde arme qu'il tenait si fermement.
Haut dans le ciel, le corps disséminé au travers des nuages vaporeux et inégalement dispersés au quatre vents, une gigantesque gueules s'ouvrit sur le néant, s'extirpant de ce qu'il pensait être un amas de cumulus des plus ordinaire.

- Qu'est-ce que c'est que ce truc...S'interrogea le Butarien sans vraiment y attendre de réponse.

D'une pression sur l'omnitech, la caméra tournoya jusqu'à prendre l'entièreté de la créature céleste.

- Je crois que nous venons d'avoir notre premier contact sur cette planète Haz...
- Attention à vous, résonna la voix de la spectre à travers leurs casques, des trous se forment imperceptiblement. Je vous guide ; vous avancerez deux par deux. Trente mètres de distance minimum entre chaque groupe.
On commence.


Haz arracha tant bien que mal ses yeux de la créature, non sans lorgner de temps en temps pour s'assurer qu'il gardait une distance respectable.

- Ok. Conclut-il fermement. Reste près de moi Kira.[/color]
- Aucun risque que je te quitte...Lança la journaliste, oubliant un moment son rôle et sa caméra pour s'abandonner dans la contemplation du ciel. Puis, d'un hochement de tête, reprit ses esprit et s'approcha au plus près du Butarien.
- Ok. Allons-y.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 98

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Lun 29 Mai 2017, 17:44
Cette Spectre était une engeance particulière.

Loin des clichés liés aux membres de son espèce, la turienne semblait étonnement indépendante d’esprit, et surtout de paroles. Ses réactions étaient celles d’une personne particulièrement sûr d’elle et de ses attributs, chose peu étonnante étant donnée sa fonction, mais prouvant l’étrangeté du recrutement concilien. Les Spectres étaient-ils tous des individus narcissiques, réticents à se soumettre à une autorité nationale ?

Tharak n’avait eu la chance, ou la malchance, c’est selon, de ne rencontrer qu’une seule Spectre et de suivre l’histoire autorisée de deux autres. Le héros Shepard et le boucher Artérius. L’un avait tué l’autre pour débuter sa légende. Amusante mise en abîme pour ceux rêvant de rejoindre les éléments qu’un grand nombre juge comme l’élite de l’élite. Mais maintenant, alors que la Spectre turienne venait de clamer ses ordres et s’éloignait comme si de rien n’était.

Le gouverneur de Gellix avait bien du mal à s’imaginer les Spectres comme autre chose que des mercenaires sans respect pour la hiérarchie et l’autorité naturelle d’un gouvernement. Certes le Conseil avait le pouvoir sur ces individus fanatiquement indépendants, mais qui pouvait jurer que chaque Spectre est bel et bien à l’œuvre dans l’intérêt commun ?

Une engeance dangereuse et malsaine.

Pourtant, Tharak décida de faire confiance à cette Spectre, non pas cette confiance qui nous mène à l’amitié ou le respect mutuel, non la simple reconnaissance des compétences d’un individu. Si la turienne souhaitait partir en éclaireur alors soit, qu’elle parte en avant. Ainsi le temps s’écoula, la Spectre faisant cavalier seul toujours plus loin, et plus haut par la suite, tandis que les deux journalistes tentaient de s’adapter et comprendre ce monde.

Se désintéressant de ses partenaires, le représentant butarien fixa son regard en destination des trois monticules rocheux, sublimes plateformes érodées, véritables représentation de la survie d’un élément contre toute logique. Qu’étaient ces Laksals ? Des survivants brutaux d’un monde implacable ? Des bâtisseurs avides de richesses ? Des explorateurs curieux et d’infatigables innovateurs ?

Quelle pitié que cette rencontre due se faire en piétinant les carcasses de pirates, tandis que la bêtise belliqueuse des combattants concilliens terminaient de bétonner et renforcer des avant-postes guerriers dans le mensonger but de « pacifier » le secteur. La présence de véritables flottes de guerre aurait suffi à décourager la totalité des bandes esclavagistes, pirates et autres dégénérés du genre. Mais non, le Conseil exigeait une base terrestre, se moquant de la logique la plus élémentaire pour ce qui est de la diplomatie.

D’abord jauger les différents protagonistes puis définir les plans d’actions. L’échec complet des relations du Conseil auprès des Yaghs et des Ralois ne semblaient pas le moins du monde servir de leçon au Conseil, mais qu’attendre d’un gouvernement qui n’hésite pas à bafouer ses propres lois lorsqu’ils en ressentent le besoin.

Au loin un animal, ou peut-être pas, passa majestueusement dans les formations nuageuses de la planète, balayant quelques instants les sombres pensées du haut gradé de l’Hégémonie. Mais tout cela fut rapidement détruit lorsque les communications laissèrent passer la voix particulière de la Spectre. Il était plus que temps de se remettre en marche.

Suivant scrupuleusement les consignes données, l’équipe butarienne atteignit sans mal une zone moins dangereuse, et nettement plus stable, au plus près des piliers rocheux. Une fois en sécurité, Tharak coupa la voix en provenance de la Spectre et se concentra sur les environs, ne trouvant rien de particulier, le gouverneur ordonna à son équipe de se mettre en marche.

Longeant quelques temps la structure rocheuse, le commando et l’ambassadeur finirent par tomber sur une grotte à première vue naturelle.

« Tout le monde. Nous avons une entrée, Nous allons y pénétrer de quelques mètres puis nous vous attendrons. »

Inutile de se lancer en courant dans un réseau totalement inconnu de grottes, et de toute manière tout cela pouvait n’être qu’un bête cul de sac. Aussi les soldats activèrent leurs lampes tactiques, les armes toujours en mode non létal. Chose faite, la troupe s’avança dans la grotte.

Et elle n’était clairement pas un cul de sac, loin de là même. L’entrée était une cavité assez grande pour contenir un petit village, et étrangement elle était loin d’être plongée dans les ténèbres. En effet, quelques champignons géants brillaient assez largement d’une étrange lueur bleue. Ces immenses spécimens de Mycètes étaient extrêmement beaux, même malgré le fait que leur large chapeau étant étrangement beaucoup plus grand que le pied.

Rien d’autre ne semblait particulièrement vivant dans la zone, aussi Tharak s’intéressa plus avant à la réelle information. De multiples tunnels partaient de cet endroit pour se disperser dans tous les sens, certains menant vers le haut, d’autres plus profondément.

« Une bonne entrée pour un empire sous terrain. »

Déclama, plus pour lui que quelqu’un d’autre, un Tharak presque trop pressé de rencontrer ce fameux peuple intelligent.

« En position défensive, on attend le reste de la troupe maintenant. Sûrement que la Spectre aura une critique bien sentie concernant nos choix stratégiques à faire avant de pouvoir continuer. Entre temps, scannez moi tout ça sans vous approcher plus que nécessaire. »

Quatre commandos butariens se placèrent près de leur supérieur, le reste s’éparpilla pour effectuer la tâche demandée. Les mycètes s’avérèrent être des mycètes, quelques arthropodes furent découverts mais rien ne dévoilant la présence ou l’existence d’une quelconque peuple insectoide conscient.

Restait donc véritablement à attendre le reste de la troupe.

A moins qu’ils aient découverts tout autre chose entre temps …


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 170
Crédits : Essence-Of-Rapture

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Lun 05 Juin 2017, 08:40
Décidément, leur "protectrice" était pour le moins ... irritante. Non contente d'ignorer complètement les ordres, elle prenait en plus la liberté de manquer de respect à celui qui les donnait. Voilà précisément la raison pour laquelle, malgré tout le respect qu'il avait pour l'efficacité des Spectres, Artérius ne pouvait pas supporter de s'en voir adjoindre un à une de ses équipes. Bien sûr, chaque élite du Conseil était différent, mais l'arrogance et l'incapacité totale de travailler en équipe semblait être, hélas, un critère primordial pour leur recrutement.

Et ce trait de personnalité de la jeune Turienne ne semblait pas plus plaire à Artérius qu'à ses hommes. En effet, il les connaissait très bien, et il pouvait les sentir crispés, énervés et il était certains que s'il regardait attentivement, il pourrait voir les poings de ses compagnons se serrer autour de leurs armes. Mais il ne convenait pas de s'emporter. Pas tout de suite. Même si elle était un choix pour le moins douteux pour une mission diplomatique, il était à espérer que ses capacités rattrapent ce fait. Aussi, Artérius prit sur lui de ne pas la réprimander une fois de plus. Il trouverait bien une autre méthode pour la faire rentrer dans le rang.

    - Mais qu'est-ce qu'elle croit, cette conne ? Général ?

    - Laisse tomber, Alectus. On la laisse faire ce qu'elle veut ... pour l'instant.

    - Mais Géné...

    - On laisse filer, j'ai dit. Si elle veut aller jouer les filles de l'air sur un piton rocheux sur une planète inconnue, grand bien lui fasse. Je préfère que soit soit elle qui prenne les risques stupides plutôt que l'un d'entre vous.

Tandis que la Spectre continuait son ascension, la troupe turienne ne restait pas inactive.

    - Bon, ce n'est pas que je ne lui fait pas confiance mais ... Kaseo, Traja, Aemilius, vous passez devant, armes prêtes. Nec, Igni, derrière, avec les drones. Je veux un scan précis de chaque grain de poussière avant qu'on ne pose le pied dessus. Le reste sur les flancs et à l'arrière. Et Nyx ... garde un œil sur la Spectre.

Il n'y eu aucune réponse. Ce n'était pas nécessaire. Chacun agit ainsi qu'il lui avait été ordonné, et l’escouade se trouva bien vite en formation. Tous scrutaient le paysage, à l’affût du moindre mouvement. Mais ce n'était pas du simple professionnalisme. Il y avait là également une part d'émerveillement, et Artérius ne faisait pas exception : après tout, ce n'était pas tout les jours que l'on était amené à visiter une nouvelle planète et toutes les merveilles potentielles qu'elle renfermait. Pour le grand turien - sans doute comme pour le reste des personnes présentes -, l'émerveillement se mua en peur fugace lorsque le béhémoth volant se fit aperçevoir à travers les nuages. Mais bien vite, tout revint à la normale quand il apparut évident que le colossal être n'était absolument pas intéressé par ces nouvelles petites créatures sur sa planète.

Le groupe butarien avait à présent franchit la zone instable, et ce fut au tour des turiens. Il s'avancèrent, restant attentifs aux recommandations de la Spectre qui faisait, il fallait bien l'avouer, un travail plutôt correct. Ses observations, ajoutées aux différents relevés obtenus grâce aux drones, permirent un passage en toute sécurité et finalement plutôt rapide. De l'autre côté, cependant, aucun butarien. Il y avait en revanche des traces qui indiquaient par où avaient poursuivi les hommes de Nar'Jamon.

    - Tiberius, tu reste ici et tu attends les autres. On va rejoindre les butariens. On reste toujours en communication.

Le dénommé Tiberius hocha la tête tandis que le reste de la troupe continua son chemin, sur les traces des butariens, lorsque tous entendirent le message du Gouverneur. Une entrée ? Un grotte sans doute. Voilà qui promettait. Après tout, n'était-ce pas ce qu'ils venaient chercher ? Les turiens accélérèrent alors l'allure, et rejoignirent bientôt le premier groupe.

    - Belle trouvaille, Gouverneur. Rien de particulier à l'horizon, et vous nous trouvez cette grotte miracle !

Mais Artérius n'eut pas plus le temps de parler qu'une série de sons lourds, des échos légèrement étouffés mais pourtant bien perceptibles, se firent entendre.

    - Décidément, c'est une bonne pioche. Ça ressemble fort à des explosions ça, et s'il y en a des naturelles, c'est plutôt artificiel en général. On part voir ce que c'est, Gouverneur ? J'ai laissé un de mes hommes derrière pour montrer le chemin aux autres. Alectus, tiens-le informé.

Alors que le second du Général s'exécutait, ce dernier commença à s'avancer vers le boyau duquel semblait venir les sons, ses hommes et les butariens sur les talons. L'entrée était assez grande, haute comme deux turiens et large comme trois ou quatre, mais se rétrécissait petit à petit, si bien qu'ils furent obligés de continuer en file indienne. Par moment, le tunnel s'élargissait de nouveau, mais l'instant d'après, il reprenait sa taille d'avant ; l'avancée n'était donc pas très aisée. Par deux fois, ils firent face à un embranchement, et ils se décidèrent bien vite grâce aux sons. Les "explosions" avaient cessées, mais un battement sourd et régulier, quoi qu'assez diffus, se faisait maintenant entendre. Pas de doute, c'était la bonne direction pour qui entendait découvrir quelque chose. Par précaution, tant pour les suivants que pour le retour, le groupe marqua les intersections empruntées.

Soudain, le tunnel s'élargit de nouveau, et bien plus et bien plus durablement que précédemment. Cela continua sur une bonne vingtaine de mètre avant de déboucher sur une immense caverne. Avant d'y pénétrer, Artérius fit stopper ses hommes et intima l'ordre de couper les lampes frontales. Sans elles, il fallait se fier à la vision nocturne, qui donnait certes un rendu bien moins bon que la réalité, mais qui avait l'avantage de ne pas se dévoiler. Et si à l'autre bout de ce tunnel se trouvait un peuple primitif, mieux vallait l'observer avant d'entreprendre quoi que ce soit.

Le groupe ainsi paré progressa donc lentement vers la sortie, et il arrivèrent dans une grotte si grande qu'elle aurait bien pu accueillir le vaisseau qui les avaient amené. Par chance, le tunnel débouchait en surplomb de la majorité de la caverne, qui était de leur côté desservie par un simple chemin qui descendait sur tout le long de la paroi. Équipés comme ils l'étaient et torches éteintes, dans l'obscurité qui régnait dans cette hauteur, ils seraient donc invisible pour quoi - ou qui - que ce soit en bas de la caverne, pour peu qu'ils fassent preuve de discrétion. Tous s'approchèrent du bord du chemin pour mieux observer le contrebas.

    - Tharak, sans vouloir me répéter, vous avez vraiment du nez ...




HRP IRP:
 

HRP HRP:
 


Anton dresse mon portrait fidèle.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4110

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Lun 05 Juin 2017, 16:29

Les Ambassadeurs
6 Mai 2202

Lasjae



Vous arrivez peu à peu dans la caverne, vous serrant sur le chemin en regardant le vide face à vous. Une fois les appareils activé, les contours deviennent peu à peu discernables. Le peu de lumière éclairant l'endroit vient de ce qui semblaient être des piques rougeoyant légèrement, plantées dans le sol de la caverne, sans réelle organisation. Mais ce qui attire réellement votre attention, ce sont les laksals, de l'autre côté de la caverne, un peu en dessous de vous.

Il y en a une vingtaine, dans un tunnel qui semble poursuivre bien plus loin. Vous voyez la plupart d'entre eux debout, alignés, comme faisant une chaîne. La plupart se tient sur deux jambes, usant de leurs quatre membres supérieurs pour porter leurs fardeaux, se déplaçant assez lentement. Ils transportent ce qui pourrait être des pots en terre cuite, et les dépose avec soins à plusieurs endroits du tunnel. Au bout de quelques minutes, les pots sont posés, et les laksals commencent alors à les manipuler. Peu après, ils sortent rapidement de la grotte et dévoilent leur véritable mobilité : sur six pattes, ils sont extrêmement rapides et agiles, sortant du trou aussi bien en se tenant sur le plafond que sur le sol même.

Les laksals ont eu juste le temps de quitter le trou avant que les pots n'explosent, réduisant des larges part du tunnel en morceaux et l'élargissant de tout part. L'approfondissant aussi, peut être, mais vous ne parvenez pas à en voir le bout. Ils y retournent alors et déblaient le passage.


Les laksals observés:
 



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 39

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Dim 11 Juin 2017, 20:34



- Voila quelques minutes que nous avons atterris sur Lasjae et les signes de vie sont encore minces malgré la rencontre majestueuse d'un animal local...

Kira déclamait ses information à grand renfort de gestuelle tandis que le camera flottait face à elle avant de se déporter vers les monticules rocheux et les grandes plaines sablonneuses qui l'environnaient.

- L'atmosphère extérieure ne semble propice ni pour nous, ni pour les Laskals qui restent timides pour le moment.

Derrière elle se faufilait en file indienne les derniers participants à l'expédition, toujours guidés par la spectre. Kira Nae en profita pour capturer ce petits ballets en commentant la dangerosité du parcours qu'elle avait elle-même empruntée, sûr qu'un peu de suspens malsain serait bénéficiaire à son article !

Derrière elle, le groupe de soldat semblait se mettre en branle et la Drelle profita de ce bref instant de préparation pour alpaguer l'un des soldats Turien resté en bout de file.

- Comme vous le voyiez, annonçait Kira Nae tout en se dirigeant à reculons vers le groupe de soldat, l'hégémonie et le conseil n'ont pas lésiné sur la sécurité de cette expédition, bien que le but essentiel de cette rencontre soit bien la discussion avec les Laskals, si toutefois cela est possible.

Un peu de lèche non plus ne ferait pas de mal, il fallait bien plaire à tout le monde.
Tout en s'avançant, Kira Nae rageait intérieurement, leur passage tardif lors du défilé censé leur faire éviter un plongeon direct dans les sables les avait sensiblement éloigné de Nar'Jamon et du conseiller Vorasen, ce qui, soyons honnête, les plaçait bien loin de l'action.

- Tu as repéré le d'Yanoi ou le général Vorasen Haz ? Demanda rapidement la journaliste.
- Pas encore, lui répondit une voix grésillante par son écouteur. Ils sont bien devant.[/color]
- Je n'ai pas besoin de toi pour l'instant, il y a assez de soldat ici, trouve les moi s'il-te-plait.
- Je suis sur le coup Kira.

La journaliste interrompit rapidement la conversation alors que l'un des soldat se retournait vers elle, une main tendue en avant dans un geste sûrement censé calmer son pas rapide.

- Bonjour ! Lança la Drelle de son plus beau sourire que le soldat ne verrait malheureusement pas puisque son casque empêchait tout simplement de voir son visage.

Kira Nae pesta en silence, encore quelque chose qui ne serait pas à son avantage pendant l'expédition, cette armure de protection était un véritable fardeau et la forte gravité lui clouait littéralement les jambes.

- Kira Nae Châne, de Jarod, je couvre l'évènement. Auriez-vous par hasard cinq minutes pour m'éclairer sur la situation ?
- Ralentissez s'il-vous-plait, intima calmement le soldat, évitez de d'interférer dans actions vous risqueriez de vous retrouver en mauvaise posture.
"Magnifique, songea la Drelle avec ironie, un bon petit soldat."

Fort heureusement pour elle, un de ses collègues proche d'eux s'intéressa à la conversation.

- Qu'est-ce qu'il se passe ? Demanda-t-il en alternant entre son collègue et la Drelle.
- Oh, bonjour ! Kira Nae Châne, je capte l'évènement et j'aurais aimé avoir un petit point sur votre situation, vous qui êtes en première ligne après tout !
- Est-ce que vous filmez ? Demanda le soldat d'un ton si sérieux.

D'une pression sur l'omnitech, Kira Nae coupa l'engin qui vint se placer au niveau de ses hanches. De toute manière, elle ne s'attendait pas à une révélation incroyable de leur part, juste connaître l'emplacement des personnalité intéressante, et les gens parlaient souvent plus facilement quand ils ne se sentaient pas filmés, en particulier le corps armé.

- Plus maintenant ! Assura la Drelle avec un nouveau sourire invisible. Vous connaissez un peu la suite des opérations ?
- Pour l'instant nous cherchons le moindre signe de présence Laskals en surface.
- Il est plus probable qu'ils vivent sous terre, c'est bien ça ?
- Tout à fait, confirma le soldat, le but est de les approcher sans violence pour engager le dialogue. L'équipe Butarienne a repéré l'entrée d'un réseau souterrain plus en amont. Ils s'apprêtent à y entrer.

Le journaliste tiqua à cette annonce. Voila ce qu'elle voulait, ses têtes d'affiche, et elles allaient bientôt disparaître sous terre sans qu'elle ne puisse suivre leurs actions si elles ne se dépêchait pas.

- Un réseau souterrain ? S'extasia exagérément la journaliste. La rencontre ne saurait tarder ! Oh, excusez-moi, j'aimerai pouvoir faire une image de l'arrivée du dernier groupe, je dois y aller.

Coupant son élan, la journaliste revint rapidement vers le second soldat, délaissant son collègue trop à cheval sur son métier.

- Quel est votre nom ?
- Soldat Tarassen.
- Je serai ravie de recueillir vos impressions quand tout sera terminé. A bientôt alors !

Et elle repartit, aussi rapidement qu'elle était venu, si elle ne ressortait pas de cette expérience avec des jambes en béton armé...

- Haz, appela-t-elle en communication privée. Ils sont à l'avant, on y va.
- Je te vois, je te suis.

D'un geste bref et rapide, la Drelle ordonna à son équipier Butarien de presser le pas. Il ne devait en aucun cas rater cela !


***


- Je suis désolé, vous ne pouvez pas passer. Annonça un soldat tandis que Kira Nae avançait à vive allure vers l'entrée du souterrain.
- Oh, bien sûr, je comprend tout à fait.

Si tôt dit, la journaliste repartit de son pas le plus léger pour contourner l'élément perturbateur et repartit de plus belle.

- Dépêche-toi Haz, lança la Drelle à son camarade en communication privée, si on rate la rencontre avec les Laskals je risque d'être très contrariée pour la suite de...

Un bruit sourd vibra entre les mur de la grotte.

- Qu'est-ce que c'était ? Demanda la journaliste en se stoppant net.
- Une explosion ?

Haz la dépassa rapidement, prenant instinctivement place devant sa patronne, le fusil allongé face à lui.

- Laisse tomber Haz, on avance !

Du bout des doigts, Kira Nae balança sa camera en toute vitesse jusqu'au bout du tunnel. Du coin de l'oeil, elle repéra déjà quelques groupes de soldats bien loin devant eux, puis, alors que l'engin ralentit pour survoler le gros des troupes camouflé en amont d'une crevasse, la journaliste décèlera.

- Haz, regarde la caméra.

Ils étaient là. Insectoïdes, rampant le long des murs à une vitesse affolante. Au bout du tunnel, une vive lumière éclaira brièvement les environ.

- Il creuse ? S'étonna Haz en comprenant le manège qui se tramait.

Mais Kira ne répondit pas, déjà la journaliste, en prenant soin de couper la communication externe pour qu'aucun son n'en sorte, narrait les événements avec toute la précision dont elle était capable.
Lentement, la caméra descendit le long de la paroi au dessus du d'Yanoi et du général.
Le premier contact approchait et tout, dans la démarche, la manière d'opérer pour agrandir le tunnel et l'aspect primaire des Laskals annonçait une rencontre pour le moins...Explosive !


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 98

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Jeu 15 Juin 2017, 17:23
Tout cela était proprement merveilleux …

Non pas le fait que le général Vorasen eu félicité son homologue butarien, ou que Kira Nae puisse enfin effectuer un reportage qui allait proprement faire exploser sa carrière, et sûrement pas le fait que la Spectre eu disparu. Non c’était la vue de cette nouvelle espèce. Bien que guère reluisantes par leur aspect insectoide, ces individus étaient tous unis dans un effort communs, merveilleuse vision pour tout individu plaçant le bien commun avant le bien individuel.

Ce peuple travaillait avec méthode, force, et une passion impressionnante.

C’est ainsi que la première rencontre, bien loin des futurs échanges, quels qu’ils soient, donna une force nouvelle à Tharak, qui décida de prendre les devants. Ce n’est pas en hésitant que l’on force le destin à se soumettre après tout. Aussi Tharak Nar’Jamon, fier représentant de l’Hégémonie, s’avança plein d’une motivation nouvelle, et entreprit de descendre dans le trou, rapidement suivi par ses gardes du corps.
Néanmoins, avant même de se mettre en branle, Tharak s’exclama, à destination de son homologue turien, tout en souriant.

« Nous espérons que vous avez raison Artérius, j’espère que vous avez raison. »

Puis la troupe s’avança sans fléchir, la troupe se suivant telle une colonne d’insectes ruchers, jusqu’à finalement parvenir en contrebas. De là, les premiers représentants des laksals, probablement des ouvriers, commencèrent à apercevoir les nouveaux venus ce qui causa une grande agitation dans leurs rangs. Certains partirent rapidement dans les tunnels, d’autres se serrèrent et un dernier semblait franchement hésiter à charger dans le tas.

C’est alors que la voix de Tharak résonna, tout du moins un enregistrement de sa voix, qui déblatéra continuellement un message de paix quelconque. Dans le même temps, les gardes butariens baissèrent ostensiblement leurs armes. Les différents conseillers tactiques de l’Hégémonie avaient hésité sur la marche à suivre, utiliser des phéromones jugés agréables, une plaque représentant des dessins stylisés, un échange d’objets, mais rien ne pouvait dire si l’espère jugeaient les odeurs de la même manière, était pourvue de yeux interprétant les choses de la même manière ou si tout simplement de tels gestes étaient une insulte ou une déclaration de guerre.

Aussi le centre de la pensée avait décidé unanimement de faire simple. Les autres évènements auraient lieu après vérification des coutumes locales, et sous l’œil de caméras compétentes. Aucuns doutes d’ailleurs que Kira et son journal y soient invités.

Mais pas le temps de s’appesantir sur le futur, le présent était déjà bien assez tendu comme cela. Aussi Tharak s’avança seul, de quelques pas seulement, et rangea son arme dans le dos, se plaça les bras le long du corps et prit la parole, directement cette fois.

« Nous sommes le représentant de l’Hégémonie, et voici les représentants du Conseil et de l’espace concilien. Nous sommes ici en paix, nous sommes les ambassadeurs de nations qui foulent votre sol dans le plus grand respect. »

Aucunes foutues probabilités que ces individus comprennent la langue butarienne mais peu importe, l’important étant qu’ils se mettent à leur tour à s’exprimer de sorte que le traducteur puisse débuter son travail en ayant des données assimilables. En espérant qu’il soit assez performant pour cela, et que les laksals décident de s’exprimer un jour.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4110

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Jeu 15 Juin 2017, 20:53

Les Ambassadeurs
6 Mai 2202

Lasjae



L'arrivée des aliens surprend les laksals. Plusieurs semblent s'être enfuis, d'autres font fronts, mais vous pouvez voir derrière la première ligne qu'une bonne moitié des laksals rassemblent leurs pots explosifs.

Néanmoins, tous se figent en observant Tharak parler, légèrement plus bas qu'eux, au fond du trou. L'un des laksals s'avancent alors, extrêmement agités, sur deux pattes, secouant les quatre autres en claquetant. À l'arrière ligne des butariens, un soldat pousse alors un cri.

En le regardant, pouvez observez sa cheville saisie, l'armure presque broyée. Le soldat tire dans l'espèce de pince l'ayant frappé, la faisant aussitôt se renfoncer dans le sol. Pour peu de temps : les piques de lumières rassemblés à proximité s'élèvent du sol, bien plus nombreux, et ce qui semblent être une tortue de 3 mètres de diamètre se jette sur le butarien avec une vivacité imprévisible.

Tant qu'aux laksals, eux ont reculé légèrement dans le tunnel, sans pour autant fuir, semblant pour l'instant observer les événements en claquetant.


La créature agressive:
 



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Spectre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4287-fiche-de-presentation-de-r
http://www.masseffect-reborn.fr/t4291-journal-personnel-de-ravi-vertax


Hé Hé !
Messages : 189
Crédits : Essence of Rapture - moi

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Jeu 15 Juin 2017, 23:13
Les Ambassadeurs
Tout avait pourtant si bien commencé... Et ce n'était même pas totalement ironique.

Certes, les Ambassadeurs avaient décidés de rencontrer les Laskals là où la Spectre avait commencé à chercher à les contourner. Dans sa tête, elle imaginait qu'il était préférable de se rendre à la ville plutôt que de se présenter aux premiers ouvriers qui passaient. Mais avec le recul, elle s'était dit que leur décision était certainement meilleure. Arriver face à une forteresse pouvait passer pour une attaque, ou engendrer un mouvement de foule, voir des gardes qui voyaient en eux des créatures étranges et menaçantes. Bref, pas forcément le meilleur moyen pour un premier contact réussi. Le vieux coup de "menez nous à nos chefs, nous venons en paix" pouvait se montrer moins meurtrier, à défaut de marcher correctement.

Et dans un premier temps, les choses avaient semblé se dérouler efficacement effectivement. Tharak s'était jeté vers les Laskals, sous l'approbation silencieuse d'Artérius, suivit de ses hommes et avait débité les conneries habituelles "Nous venons en paix, on est pas méchants, évitez de nous attaquer et on ne vous tirera pas dessus". En plus diplomatique. Et les insectoïdes avaient écouté. Ou plutôt, ils avaient agité les bras vaguement, hurlant dans leur langue étrange ce qui, à y penser, devait se traduire par "Mais dégagez de là, bordel de cons".

S'ils avaient pu comprendre, ils auraient sans doute pu réagir. Avant que la tortue géante ne sorte de Terre pour bouffer un des soldats d'élite de Tharak.

Sur le coup, les pensées de Vertax étaient revenus au galop et le "ohbonsankilsoncon" avait surgit de son cerveau. Et l'espace d'une toute petite microseconde, l'idée de les regarder se démerder seul lui avait fait du pied, l'avait imploré de l'écouter, pour finalement se replier dans les recoins les plus sombres de son inconscience alors que ses mains saisissaient son Mattock.

Oh, comme il aurait été fantastique de parler d'une bataille épique. D'un combat contre un géant de trois mètres enflammé, rugissant d'une colère primitive, se ruant sur les Butariens dans le but de dévorer les impudents qui avaient approché son territoire. Du courage d'un Hastatim qui aurait mené son devoir jusqu'au bout, protégeant son Maître ou le diplomate Nar'Jamon. Du sang et de la fureur, du courage face à l'inconnu. Et, puisqu'elle est notre héros, d'une Ravi sautant sur le dos de la créature, risquant sa vie, détruisant ses boucliers, grillant peut-être même quelques systèmes de survie sur les piques bouillantes pour abattre son omnilame dans le crâne de la bête, la terrassant sur le coup après que les armées conjointes aient fini d'épuiser son corps caparaçonné.

Un récit épique, filmé par Kira Naê et son acolyte. Le genre d'épopée qu'on retrouvait dans les livres.

Oui, qu'on retrouvait dans les livres. C'était le cas de le dire. Car concrètement, ce qui suivit l'attaque de la tortuoïde, ce fut une salve de tir conjointe, tant qu'elle était encore un peu loin de Tharak. Vingt hommes environ, qui tiraient sur une même cible. Il y eut quelques balles perdues, parfois s'écrasant sur un bouclier OKS, proximité oblige, parfois venant percuter le sol alors que, d'un mouvement vif, la bête cherchait à esquiver la pluie d'éclairs qui s'abattaient sur sa lourde carapace. Des balles percèrent ses défenses, d'autres frappèrent les jointures de sa carapace, pénétrant des points faibles et - c'était presque certain - un Butarien bien positionné lui avait même tiré dans l'oeil. Mais globalement, personne ne dut tirer plus de trois balles avant que le monstre ne s'écrase dans un râle guttural.
Le silence retomba, glacial. Les Laskals qui n'avaient pas fuit avaient observé la scène avec de l'interdiction dans leur... regard ? Quelque chose dans leur attitude laissait entendre que pour eux, ils venaient d'accomplir un exploit qu'on aurait jamais cru possible. En tout cas pas à leur niveau. L'équivalent humain de tuer un dragon peut-être ? Ou d'un lvl 5 dans un MMO qui voyait son équipe tuer un boss niveau 45 ? Quelque chose du genre.

La Turienne glissa à son tour la pente, atterrissant en souplesse sur la roche mêlée à la terre souple. Elle s'avança jusqu'au cadavre, attentive à la moindre secousse de la terre, au moindre tremblement un peu suspect qui lui dirait de se jeter sur le côté et de tirer. Quand bien même l'absence d'autres piques colorées laissaient entendre qu'il n'y en aurait pas d'autres, qui savait ce qui pouvait se cacher dans les profondeurs de Lasjae ? Mis à part les Laskals eux même.

Il n'y avait pas besoin d'approcher la main des longues pointes rougeâtres pour sentir la chaleur qui se dégageait. C'était... fascinant. Un système de défense ou un signal d'avertissement destiné à éloigner les étrangers de son territoire. A moins que c'était tout le contraire, une façon d'attirer à soi des créatures cherchant à se réchauffer ? Il aurait fallu qu'ils aient le sang froid pour ça, non ?
Depuis qu'ils avaient débarqués sur la planète, elle se sentait pousser l'âme d'une scientifique.

La Spectre regarda la corniche en hauteur, observant la Drell s'avancer timidement. Souriant sous son casque, elle pointa la bête d'un doigt.

- J'espère que vous avez eu le temps de filmer.

Après quoi, elle s'en désintéressa. Inutile de prendre la pose pour demander une photo ou de perdre du temps pour l'étudier. Ils n'étaient pas là pour ça.
A la place, elle rejoignit Tharak, son Mattock dans le dos. Elle croisa les bras sur sa poitrine. Face à eux, les Laskals s'agitaient, cliquetaient, toutes ces petites choses que leurs traducteurs tentaient de transmettre petit à petit. Si le Général Vorasen n'était pas encore avec eux, il ne tarderait pas à se joindre à la fête.

- Bien... On passe soit pour des dieux, soit pour des monstres. Il y a une carte à tirer dans tous les cas, vous ne pensez pas ?

...

Quoique, si on passe pour des monstres, je doute qu'ils acceptent de nous présenter à leur chef.


La suite ne lui appartenait pas. Pour le moment. Ou en tout cas, elle la cédait momentanément.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4110

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Ven 16 Juin 2017, 14:42

Les Ambassadeurs
6 Mai 2202

Lasjae



Les laksals regardent la créature se faire exécuter depuis leur position. Leurs postures comme leurs regards sont interprétables de multiples manières. Quand le combat termine, ils restent neutres encore un temps, observant les aliens venus sur leur planète. Puis ils se remettent à claqueter, les uns avec les autres, vous jetant des coups d’œil réguliers. Finalement, presque tous les laksals repartirent dans le tunnel qu'ils agrandissaient, transportant leurs explosifs dans des sacs. Les deux derniers se retournent vers vous et vous désignent successivement avec le tunnel, avant de partir à la suite de leurs comparses.

Les deux laksals vous attendent, vous guidant dans ce qui devient rapidement un labyrinthe souterrain. Ils ne transportent pas de lumière avec eux, la votre semble leur suffire, à moins qu'ils ne se repèrent en claquetant régulièrement. Dans le même temps, vos omnitechs commencent à percevoir des termes. « Armes. », « Fobhua », « Jioz », « Guerre ». Aucune phrase encore cependant, et le duo ignore vos tentatives de communications.

Un bon quart d'heure plus tard, les laksals arrivent devant une membrane bloquant le chemin. Sans se démonter, ils la transpercent, la laissant pendante, puis l'écartent pour vous laisser le passage. Derrière eux, une salle meublée et éclairée par des piques similaires à ceux que vous avez vu sur le dos de la tortue, séparés de la carapace cette fois-ci. Plusieurs laksals vous attendent déjà, mais trois sont différents de ceux que vous avez vu : six membres partent d'un abdomen imposant et pourvue de queues, actuellement posé sur ce qui ressemble à des coussins, tandis que six autres sont fixés à un buste et manipulent des objets posés sur des sortes de petites tables entourant les coussins. Si ces laksals ne semblent pas très grands, vers le mètre 80, ils doivent cependant dépasser les deux mètres de longs. Les autres, un peu moins d'une dizaine, sont plus en retrait dans la pièce, avec de longs et épais bâtons en mains.

Les laksals interrompent leurs claquement en vous voyant arriver, puis celui du milieu les reprend en vous faisant face. Vos omnitechs améliorent peu à peu les traductions.

« Vous. Mission/Objectif/Volonté ? Ennemis ? »


Les laksals assis sur les coussins:
 



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 170
Crédits : Essence-Of-Rapture

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Mar 20 Juin 2017, 09:44
Les choses se déroulèrent plutôt rapidement après la découverte des ouvriers laksals, mais cela pouvait être une bonne chose. Le gouverneur butarien se précipita vers les locaux, dévalant le chemin, tout aussi excité que lorsqu'il avait posé le premier pied sur la planète, et ses hommes le suivirent de près. Mais sans doute avait-il raison : après tout, il ne servait à rien de s'attarder et de se demander ce qui pourrait arriver. C'était le temps des actions, et advienne que pourra.

Artérius et ses hommes restèrent un peu en retrait, attendant le reste de l'équipe avant de continuer. Ces derniers les ayant rejoint, ils passèrent devant la troupe pour s'engager sur le chemin vers le contrebas. Parfait, personne ne manquait, et aucun problème n'était apparu hors de la grotte. Le Général intima l'ordre à Nyx de rester en hauteur, à l’affût, au cas où, puis amorça lui aussi la descente, toujours accompagné de ses fidèles soldats.

A travers la radio, Artérius compris que le Gouverneur avait initié le premier contact, de manière plutôt classique - mais toujours efficace, si l'on excepte les Yaghs. Soudain, un cri butarien se fit entendre, à la fois sur les ondes et, bien plus étouffé, dans la grotte, et les tirs commencèrent sitôt après, pendant une secondes, peut-être deux. La créature poussa un ultime râle, et s'abattit au sol, morte. Hélas, il en était de même pour le soldat butarien. Mais l'attaque, si elle laissa les Laksals interdit, eut malgré tout le mérite de les faire s'activer après un moment de flottement inquiétant.

C'est à ce moment qu'Artérius et ces hommes rejoignirent le groupe. La bête était encore plus impressionnante vue de près, mais, après tout, que pouvait-elle face à la puissance des nouveaux arrivants ? Le Général garda toutefois dans un coin de son esprit l'idée de revenir, une fois des relations entamées avec les Laksals, afin de faire ces parties de chasse qu'il affectionnait tant. Mais l'heure n'était pas au divertissement. Déjà les laksals commençaient à retourner dans leurs tunnels, et deux d'entre eux firent signes aux aliens qu'était Artérius et ses compagnons de les suivre.

Les deux insectoïdes les menèrent à travers un réseau de galeries complexe et totalement plongé dans le noir si bien qu'Artérius donna l'ordre de rallumer les lampes. Il serait étonnant que cela effraie leurs hôtes, après le déluge de feu auquel ils avaient assisté peu avant. Lesdits hôtes, cependant, ne semblaient pas du tout avoir besoin de lumière : disposaient-ils d'une vision nocturne, d'une quelconque écholocation ou tout autre procédé naturel fascinant, ou s'agissait-il simplement d'économiser des ressources quand ils parcouraient des boyaux qu'ils devaient connaître par cœur ?

Quoi qu'il en soit, le groupe finit par atteindre son objectif, et ils durent passer par une sorte de membrane relativement opaque. Ce monde était définitivement étrange et intéressant. On eut dit une sorte de porte, mais constituée de tissus organiques. Il était à espérer - pour les Laksals - que le tissu était auto-régénérant, car le cas contraire sous-entendait qu'il fallait remplacer la porte à chaque utilisation ... Le reste de la salle dans laquelle ils venaient de pénétrer était tout aussi intéressante. S'il était impossible au turien de déterminer de quel matériau étaient constitués les meubles qui garnissaient la pièce sans les approcher de plus près, le reste du mobilier pouvait suggérer une origine animale, à l'instar des luminaires fabriqués à base de piques dorsales de cet espèce de reptiliens caparaçonné qui les avaient accueillis plus tôt.

Trois autochtones s'avancèrent vers le groupe à l'unisson. S'ils parlaient le même dialecte cliquetant que les premiers laksals, dire qu'ils ne se ressemblaient pas serait un doux euphémisme. Une allure insectoïde et de multiples membres, mais la ressemblance s’arrêtaient là. S'agissait-il de deux espèces différentes travaillant de concert, ou d'une seule et même race ayant évolué différemment pour satisfaire ses besoins au mieux ? Tant de questions se posaient !

Mais quelle que soit la réponse, leurs nouveaux interlocuteurs devaient appartenir à une caste dirigeante - tout du moins pour cet endroit -, par opposition à ce qui serait donc les ouvriers croisés dans la salle en amont. Le fait qu'ils prennent la discussion en main étayait encore plus l'hypothèse d'Artérius. Heureusement, les omnitechs commençaient à saisir des bribes de langage. Ce n'était pas complet, loin de là, mais c'était un début plus que bienvenu, et cela devrait suffire à créer un premier contact satisfaisant, et la base de donnée de l'omnitech s'agrandirait bientôt de manière exponentielle.

Pendant un instant, le Général envisagea de laisser Nar'Jamon prendre la parole - après tout, c'est avant tout pour son peuple qu'ils étaient tous là - mais il se ravisa : il était important, après tout, de montrer la diversité de cette expédition et de la galaxie en dehors. Il s'avança alors d'un pas, afin de se démarquer de ses compagnons, et énonça d'une voix calme - même s'il doutait que les cliquetis retransmis par l'omnitech laisse transparaître une quelconque émotion.

    - Nous vous saluons et vous honorons. Nous sommes des représentants et ambassadeurs de nos nations par delà les étoiles et avons été envoyés ici afin de vous rencontrer et, si tel est votre désir, établir des relations avec vous et apprendre à nous connaître.

Ne sachant pas quel niveau technologique et scientifique les laksals avaient atteint, Artérius n'était pas sûr de savoir comment ils allaient réagir à l'évocation de peuplades habitant les étoiles, mais, après tout, il ne servait à rien de le cacher.


Anton dresse mon portrait fidèle.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 714

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Mar 20 Juin 2017, 16:16



Lorsqu'un crit retentit à travers la caverne, le premier réflexe de Kira Nae fut d'en déterminer la position. Rien ne servait de courir comme une folle aux quatre coins de la grotte sans savoir d'où venait la menace. Vraisemblablement, les Laskals face à eux n'avaient esquissé aucun mouvement d'attaque. Peut-être était-ce l'oeuvre des fuyard, et s'ils n'étaient pas les ouvriers auxquels ils pensaient ? Quoiqu'il en fut de ces créatures, la menace se révéla bien vite et la Drelle ne put que porter un regard ébahi sur cette nouvelle espèce démesurée. Combien de créatures gigantesque comptait Lasjae ?
Les balles fusèrent, résonnant horriblement dans ce lieu clos, Kira Nae n'hésita qu'une demi seconde avant de s'éjecter dans un renfoncement partiellement protégé par une roche friable. Par chance, la Drelle ne s'était pas encore beaucoup avancé vers les Laskals et les échauffourées se tenait sensiblement éloignées de sa personne, ce qui ne l'empêcha pas pour autant de sentir la température monter lorsque que la gigantesque tortue tenta une approche frontale.
Se sentant partiellement en sécurité dans son excavation, la journaliste vérifia l'angle de vue de sa caméra, non sans s'assurer qu'aucune pince ni remous étranges du sol n'annonçait l'arrivée d'une autre créature, allez savoir combien d'entre elles pouvaient s'enterrer ici.
Les assauts ininterrompus des colons semblèrent venir à bout du mastodonte et la caméra put s'arrêter quelques instants sur les quelques Laskals restés en spectateurs de la scène. Si la journaliste demeurait bien incapable d'interpréter une quelconque émotions sur ces visages peu banal, leur position ne ressemblait en rien a une posture banal, pattes ballantes, dos droit, les Laskals semblaient observer ce manège comme des enfants s'ébahiraient face à un défilé de soldat.
Ne restait qu'à espérer que tout cela ne soit pas pris comme une menace, ce qui serait étonnant, l'histoire nous l'a souvent montré...

Avant de se remettre en mouvement, la Drelle put capturer quelque images de la créatures décédée, prenant ce temps pour retrouver une respiration à peu près censée. D'une communication privée, elle put localiser son camarade Butarien qui revint se placer à ses cotés, par chance, la créature ne l'avais pas blessé, lui étant bien plus loin qu'elle au moment de l'attaque, toutefois, Haz ne cessait de jeter des regards inquiets aux environs. Ils repartirent néanmoins, la caméra les suivant docilement quelques mètre au dessus d'eux.
La hauteur du tunnel était telle qu'il devenait difficile d'en voir le plafond, même le jeu de lampe torche ne faisait qu'accentuer les ombres tant la surface semblait disparate.

- Kira, annonça Haz en communication privée. Lève un peu la caméra.

La Drelle s'exécuta, redressant l'objectif vers les parties ombragées de la caverne. C'est alors que deux minuscules points lumineux se dérobèrent lorsque que la caresse d'une lumière glissa sur la zone.

- Je vois...Déclara la journaliste non sans une pointe d'inquiétude. C'est de bonne guerre, on débarque sans prévenir et on tue une créature gigantesque, va savoir, c'était peut-être une divinité chez eux.
- J'ai l'impression qu'il y en a plusieurs qui nous suivent.
- Tu penses que les soldat les ont repérés ?
- J'espère bien. Je vais en prévenir un, en espérant qu'il puisse faire remonter l'info.
- Ok, je laisse la caméra à cette hauteur au cas où.

Ce fut quelques minutes plus tard que le groupe parvint enfin à destination. Non sans mal, la journaliste parvint à s'avancer un peu plus près de l'action, même si elle demeurait à un écart respectable des généraux. D'un coup d'oeil, Kira Nae tenta de repérer la spectre, cette Turienne savait se faire discrète, peut-être aurait-elle dû demander à Haz de lui transmettre l'information également. De toute manière, la spectre gardait sûrement un canal en communication direct avec Vorasen et Nar'Jamon. Peut-être même étaient-ils déjà tous au courant. Bref, elle n'était de toute façon pas là pour assurer la sécurité, mais bien pour observer, retenir, et rester en vie jusqu'à la publication !

Alors qu'ils pénétraient dans ce qui ressemblait à une salle, le degré de technologie et d'évolution de cette nouvelle espèce dégrade irrémédiablement dans l'esprit de la Drelle lorsque ses pas foulèrent cette espèce de tenture organique, mais le pire resta cette nouvelle "Race" ? "Espèce" ? Qui se tenait devant eux, fort de leurs six à douze pattes, semblable à une espèce plus évolué des Laskals observés jusqu'à présent.

- J'ai de plus en plus l'impression de me trouver dans une fourmilière...Se plaignit Haz en communication privée lorsqu'il finit par rejoindre sa patronne.

Et à raison ! Cette espèces se rapprochait véritablement aux insectes et peut-être même à leur mode de vie. Dans ce cas, y avait-il quelque part dans ces boyaux une reine gérant tous les autres ? Au moins, un semblant de hiérarchie apparaissaient entre les Laskals.

- Vous. Grésillèrent les omnitechs. Mission/Objectif/Volonté ? Ennemis ? »
- Nous vous saluons et vous honorons. Résonna la voix du général Vorasen reprit en écho par la traduction. Nous sommes des représentants et ambassadeurs de nos nations par delà les étoiles et avons été envoyés ici afin de vous rencontrer et, si tel est votre désir, établir des relations avec vous et apprendre à nous connaître.

"Contact établi." Songea Kira Nae, les muscles en alerte.

Au moindre quiproquo, un carnage pouvait se déclencher sans crier gare. Instinctivement, la drelle s'approcha de son protecteur, un œil posé sur les images de sa caméra, la main prête à actionner son camouflage tactique.
Juste au cas où...





Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 98

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Mer 21 Juin 2017, 12:14
Enfin.

Le premier contact était enfin en cours. Malheureusement, même si cela participe au charme d’une vraie première rencontre, la communication était indubitablement difficile, surtout qu’il était presque impossible de lire les expressions faciales de cette espèce insectoïde. Mais peu importait à Tharak, lui qui voyait ce moment comme un aboutissement d’une génération de Nar’Jamon dévouée à l’exploration.

Mais avant toute chose, l’ambassadeur et gouverneur en exil activa la communication interne à son équipe.

« Récupérez le corps de notre frère. Il est hors de question qu’il termine son voyage en cet endroit. »

Le soldat O’Lein Val’Daros des Ombres de Khar’Shan était un soldat hautement décoré et compétent ayant participé à d’innombrables opérations et même à l’opération Marteau. Tharak se jura donc que sur les cartes de l’Hégémonie ces promontoires rocheux porteront son nom.

Puis la troupe suivit sagement le guide laksal, qui connaissait indubitablement par cœur son environnement. Heureusement, les omnitechs commençaient à maîtriser peu à peu le langage guttural de ce peuple impressionnant, toutefois, Tharak conserva le silence, préférant conserver ses interventions pour les maitres de ces terres. Esprit de la ruche comme les rachnis ? Commandement par la force ? Les phéromones ? Le fonctionnement de ce peuple restait complètement mystérieux ce qui laissait présager d’éventuelles bourdes.

Un long quart d’heure plus tard, toute la délégation arriva enfin à ce qui semblait être un centre de divertissement, de repos et d’orgies. Tout du moins dans de nombreuses civilisations médiévales, ce qui n’était pas pour surprendre le gouverneur butarien. Mais il y avait tout de même une chose d’étonnante, la forme et la carrure de la nouvelle forme de vie laksal présente. Totalement différente des autres, elle était soit une autre espèce soit une forme adaptée à une fonction spécifique. L’abdomen prolongé pouvait sous-entendre un rôle d’incubateur ou de porteur.

Toutefois la manière de vivre de ces nouveaux laksals sous entendaient plus un rôle important, aussi il y avait plus de probabilités qu’ils s’occupent des naissances. Une société matriarcale ? S’interrogea aussitôt Tharak, balayant toutefois bien vite le questionnement tandis qu’Artérius Vorasen s’arrogeait le droit de prendre la parole en premier. L’ancien ministre de la Vérité ne s’en offusqua nullement, sachant qu’il restait le représentant de la nation la plus puissante de la galaxie, mais aussi du gouvernement réunissant le plus d’espèces.

Et l’intervention du général fut tout à fait sobre, loin de ce que son homologue prévoyait en cette situation exceptionnelle. Il fallait juste espérer que les actions de Kira Nae avec sa caméra n’énervent pas les maîtres des lieux. Le calme rétablit, Tharak s’avança, exécutant une parfaite inclinaison de sa tête sur la gauche en signe de profond respect ? Puis se redressa, tout en indiquant à ses hommes de présenter le corps sans vie de son soldat.

« Nous nous présentons ici à vous en amis. Des amis qui ont perdu l'un des leurs en désirant simplement prendre contact avec vous. En l'honneur du frère mort, j'espère que vois daignerez prendre en considération nos propos.»

Difficile de juger du respect dû aux morts dans ce monde dangereux, mais il n'était pas totalement inconsidéré que la mort est une notion universelle. C'était aussi une grande prise de risque, ils pouvaient mourir alors tuons les, pouvait s'écrier l'esprit belliqueux. Mais c'était aussi une manière de démystifier la déification probable des gens de l'espace. Chose qui n'était clairement pas dans les plans de Tharak.

« Nous sommes le représentant Tharak Nar’Jamon de l’Hégémonie, et nous sommes ici en tant que porte-parole des étoiles avec le soutien d’un peuple confraternel. »

Tharak indiqua clairement Artérius.

« Notre mission est simple honorables hôtes, nous sommes ici pour soutenir l’action des Laksals à balayer les envahisseurs venus d’ailleurs. Nous sommes aussi ici pour présenter au mouvement qui dirige ce monde notre volonté à protéger les territoires de votre peuple.

Pour se faire, l’Hégémonie est venue demander sobrement l’autorisation de faire intervenir ses armées pour mettre un terme aux exactions que les pillards et rebelles commettent sur ces terres. Dans ce but, nous sommes ici pour négocier les conditions d’une telle opération.

Et dans tous les cas, l’Hégémonie désire fonder des liens avec un nouveau peuple, en l’occurrence le vôtre. Commerce, échanges, élévation. Tout ce qui plairait à votre mouvement directeur. »


Difficile de comprendre ce que les Laksals allaient bien pouvoir piger à tout cette déclaration, ou même s’ils allaient prendre correctement la chose. Mais il était vital que les discussions débutent au plus tôt, l’opération militaire inconsidérée du Conseil pouvait saborder toute l’opération à tout moment.

Restait aussi à voir ce que la Spectre avait pour ordre.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4110

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Mer 21 Juin 2017, 13:52

Les Ambassadeurs
6 Mai 2202

Lasjae



Les laksals regardent le turien ayant parlé sans répondre. Ils réagissent davantage aux dires de Nar'Jamon, commençant à claqueter, notamment avec l'un des guides vous ayant amené dans la salle.

« Mort ? »
« Éclaireur. Mort. »

Les trio se retourne ensuite vers les individus ayant pénétré la salle.

« Vous volonté aider ? Vous petit êtres, petits être attaquer nous. Pourquoi vous aider ? »

Derrière vous, vous remarquez également que la membrane se referme peu à peu, comme se régénérant.

HRP : j'aimerai que vous décidiez qui exactement est dans la salle, en dehors des PJ. Vous pouvez bien sûr faire entrer tout le monde, mais alors vous serez assez serrés et devrez vous éparpiller dans la pièce. Si vous voulez rester face aux laksals sans vous éparpiller, vous pouvez être jusqu'à 8. sachant que Tharak a fait venir les porteurs du cadavre, mais qu'ils peuvent toujours ressortir.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Spectre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4287-fiche-de-presentation-de-r
http://www.masseffect-reborn.fr/t4291-journal-personnel-de-ravi-vertax


Hé Hé !
Messages : 189
Crédits : Essence of Rapture - moi

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   Jeu 22 Juin 2017, 22:55
Les Ambassadeurs
Et ils parlaient, parlaient... Si Vorasen avait été court et concis, Tharak quant à lui préférait exposer la situation d'une façon très ... romanesque dirons nous. Derrière eux, Ravi s'efforçait de garder son air le plus neutre, bien que son casque effaçait toutes traces du moindre sourire. Mais elle se doutait que ce que son visage montrerait, son corps le reproduirait. Et être en partie avachie, la joue dans la main à tapoter des doigts sur le sol n'était pas la bonne attitude à adopter lors d'une rencontre diplomatique. En plus, ils étaient tous debout.

Ils n'avaient pas pu tous rentrer, la pièce qui abritait les trois Laskals étranges n'étant pas prévue pour une délégation d'une vingtaine de personne. Aussi le Général avait pris un de ses hommes, sans doute celui de confiance pour l'accompagner. Décision qui permit à la Spectre de constater les failles des scanners. Ni l'un ni l'autre ne portaient le bon numéro d'armure. Il fallait savoir se reconnaître vaincu quand on l'était; numéro quatre donc ?
La journaliste, Kira, était toujours accompagnée de son garde du corps et l'Ambassadeur Butarien avait fait venir deux de ses hommes, portant le cadavre de l'éclaireur. Un poids morts - sans mauvais jeu de mots - qu'il serait judicieux de ramener au vaisseau le plus vite possible. Après avoir présenté leur perte, il fit un signe aux gardes de reculer vers la porte, dont la membrane se refermait doucement. Trop rapide à sa connaissance pour qu'il s'agisse d'un être vivant, trop "avancé" pour qu'il s'agisse d'une technologie... Une sorte de plante peut-être ? Ou une substance qu'un des leurs pouvait produire et transformer en meubles ? Peu ragoûtant mais ... pourquoi pas ? Après tout, l'espèce semblait comprendre plusieurs sous-espèces. Les ouvriers de tout à l'heure ne ressemblaient que très peu aux dignitaires présents ici. Peut-être un vague air de ressemblance dans les pattes ou le faciès, encore que il fallait vouloir les voir.

Les rouages de son esprit se mirent en marche alors que, d'une oreille distraite, elle écoutait le Butarien parler de l'Hégémonie.
Différents, n'est-ce pas ? Ne serait-ce que sur le plan physique, tous ne devaient pas pouvoir remplir les mêmes rôles. Les ouvriers étaient plus robustes que les Laskals devant eux et plus petits: les "chefs" plus longs et aux membres plus fins. Bien sûr, ils pouvaient posséder une force cachée, mais elle les voyait mal pouvoir porter de lourdes charges. A moins que ça ne soit une réflexion raciste aux yeux des insectoïdes mais force était de constater l'uniformité des ambassadeurs et celle des soldats.
Une espèce dont chaque rôle était défini dès la naissance... Si c'était vrai, la mentalité serait forcément différente. Elle mit cette hypothèse de côté, préférant passer à la suite pour l'instant.
L'époque se voulait "moyenâgeuse", soit, historiquement parlant, une époque de conflits. Elle avait étudié rapidement les stratégies guerrières des autres races et, plus que sommairement, leurs évolutions. Globalement, un paterne se dessinait; tout le monde s'était toujours joyeusement foutu sur la gueule pour une raison d'idée, de couleur de peau, d'appartenance (la guerre de l'Union était un bon exemple), un bout de territoire, une croyance ou tout ce que vous voulez. Alors que les Laskals n'en ai jamais connus aucun, voilà une hypothèse qui semblait plus improbable que de voir Malgor danser vêtu d'un string couvrant trop peu pour laisser de la place à l'imagination, et ce en Prime Time.
Autre chose à déduire mis à part ça ? Elle en savait trop peu pour dresser des plans en dehors de ça. Leur mentalité, leurs façons d'agir, de comprendre, de voir le monde ... Seuls les discussions à venir allaient lui permettre de comprendre ou, au moins d'imaginer. Si elle évitait de laisser son anthropomorphisme interpréter des choses.

- Vous volonté aider ? Vous petit êtres, petits être attaquer nous. Pourquoi vous aider ?

Oh, Tharak avait fini de parler ? C'était le moment de leur damner le pion ce tour-ci. Tant pis pour Artérius, persuadé que les Spectres étaient de vulgaires gardes du corps, à prendre avec des pincettes pour éviter que Nar'Jamon ne se sente offusqué. Le tout sans faire de bourde diplomatique envers une espèce inconnue dont personne ne savait rien.
Il ne fallait plus que rajouter une dizaine des tortues de tout à l'heure à combattre avec une main attaché dans le dos pendant que Vorasen tenterait de lui balancer des cailloux dessus et tout serait parfait. ... C'était ironique, le Monde. Juste au cas où.

Ravi s'avança, mettant au clair la visière de son casque. Un geste simple, qu'elle était pourtant la seule à faire. Mais quitte à rencontrer des gens venus de "par delà les étoiles" autant leur montrer à quoi ils ressemblaient, non ?

- A défaut de savoir quel nom on vous donne, je vous appellerait "Dignitaires"; un mot utilisé chez nous pour s'adresser à des gens de pouvoirs. Si vous avez un autre mot, je serais ravie de l'utiliser.

D'un doigté rapide et efficace, la Turienne chargea une photo de ses dossiers personnels. Une ancienne où elle se trouvait avec Watson, l'officier A'Reka et le Lieutenant Jibs lors d'une soirée quelconque. En dehors de montrer ses photos de vacances - comme certains pourraient vouloir le penser - il s'agissait ici de produire un échantillon infime de la diversité du Conseil. Elle n'avait pas le temps de faire des recherches extranets sur chaque espèce ni se lancer dans un cours.
Surtout au vu des limites du traducteur.

- Turienne. Humain. Asari. Galarien. Butarien - commenta-t-elle en montrant l'Ambassadeur d'un geste du bras, puis l'agita vers Kira Nae - Drelle ... Ce n'est qu'un exemple de la diversité des peuples qui vivent dans la galaxie. Il en manque encore.
Certains sont unis dans l'idée de vivre en paix, d'autres veulent suivre leur propre voie, d'autres veulent faire fit des lois. Ceux qui vous attaquent font partis de la dernière catégorie. Nous, nous représentons ceux qui veulent l'unité - Le Conseil. L'Ambassadeur Tharak, comme il vous l'a dit, l'Hégémonie, la seconde.


Elle utilisait des phrases courtes mais pas non plus simplistes, laissant le temps au traducteur de faire son office, évitant de perdre les Laskals avec des mots et des principes dont le sens pouvait leur échapper.

- Ceux qui vous attaquent sont aussi nos ennemis. Vous êtes sans doute forts et organisés, mais le combat est injuste; leurs armes sont meilleures que les vôtres. Nous n'avons pas pour principe d'interférer dans l'évolution d'une espèce, à moins que vous ne soyez en danger. C'est pour cela que nous sommes ici. Pour être vos alliés dans la lutte qui vous oppose aux traîtres de chez nous.

Hégémonie et Conseil.

Mains tendus, vers Tharak et les Laskals. Restait à voir l'effet donné. S'ils arrivaient à mal interpréter ses propos, choisis avec tant de soin et de diplomatie ...

Et bien, elle continuerait d'essayer.



Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs   
Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue #9 : L'Espace Frontalier - Les Ambassadeurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Espace Frontalier :: Nar'Jamon :: Lasjae-