AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs[Ravi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 25
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs[Ravi]   Ven 05 Mai 2017, 14:59
Intervention MJ :NonDate : 3/2202 RP Tout public , mais ya de la baston Very Happy
Urdnot Graash ♦ Ravi Vertax♦
Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs



Dans un bar des secteurs, un peu miteux ou la plupart des gens y venant sont des criminels ou délinquants ne pouvaient guère accéder à mieux, toutes les races se confondaient et de tout ce bazar émanait une franche camaraderie. On riait, on se donnait des coups, des types volaient à droit à gauche du bar et des Asaris ainsi que quelques femelles d'autres races -humaines comprises- dansaient pour divertir les loubards en manque de cuisses alors qu'elles, cherchaient sans doutes juste à payer leurs loyers et études. Ce genre de bars était un peu un phare pour un Krogan. Personne ne va juger un mastodonte de quatre cent kilos, surtout quand il fait craquer ses os avant d'entrer.. Certes on pouvait le regarder de travers mais dans les secteurs, dans les coins les plus dangereux ou le SSC ne vient pas souvent, ces mauvais regards s'estompaient vite. Encore plus dans les bars, des lieux exiguës ou un Krogan est clairement à son avantage.

C'est donc dans un bar de ce genre que Graash s'était posé. Tout d'abord pour faire le point sur sa situation. Et surtout, connaître les nouvelles de la galaxie. Enfin, au moins de la citadelle. Cette dernière avait vu sa population humaine doubler depuis les événements de la grande guerre, et c'était normal, celle-ci se trouvant désormais juste au dessus du monde d'origine des humains. C'est ainsi que le mastodonte se tint debout au comptoir, vu que la plupart des chaises et autres tabourets ne supporteraient pas son poids. Devant lui se tenait le barman, un turien qui semblait plus vieux que la plupart, mais qui connaissait bien le bougre. D'ordinaire le turien virerait les gens qui mettaient le bazar dans son établissement -et vu le bazar déjà présent, c'était beaucoup dire- mais pas Graash. En général, ce Krogan ne le gênait pas, c'était bien plus souvent des types ayant eu "un verre de trop dans la cafetière" qui provoquaient le Krogan dans un combat à mains nues.

Dans un soupire assez guttural, le Krogan fit un petit signe de son doigt au barman, qui lui délivrait un verre, enfin un vase, vu la taille démesurée du verre de Ryncol, la seule boisson qui achève réellement un Krogan à la fin de la soirée. Il avait besoin d'un boulot, pas pour survivre, non, ça il pouvait facilement le faire, c'était juste qu'il avait la bougeotte, un besoin urgent de sang, de violence, de déplacement. Et les quelques rixes qui se présentaient à lui ne suffiront bientôt plus à calmer son tempérament guerrier. Le barman regardait le Krogan qui lui, regardait son verre et se décidait à prendre parole.

"Hé mon gars, t'as toujours rien trouvé? "

Le barman et Graash entretenaient une certaine proximité, ils n'étaient pas amis. Le Krogan n'en avait aucun. Mais ils étaient proches, au point que notre Jaune pouvait discuter avec lui sans avoir à se dire que son marteau allait répendre sa cervelle autour de lui. C'est pour cela que le Krogan jaune secoua négativement la tête alors qu'il reprit une gorgée de sa boisson.

"J'dois avoir découvert le pouvoir d'invisibilité biotique j'crois."

Cette petite remarque fit sourire le barman qui tendit la bouteille de Ryncol, la posant sur le comptoir avec un regard compréhensif. Graash avait plusieurs fois aidé le turien à vider le bar de ses gêneurs. Mais dans la tête de Graash, il voulait surtout être tranquil. Avoir de la musique électro qui lui bousille le cerveau autant que le ryncol et être avec lui-même et ses cicatrices comme compagnie de nuit. Graash n'est pas un héros, c'est un tueur, une bête de combat sans réelle morale et il lui arrive juste d'exécuter les bons contrats par moment.

"Elle est pour toi celle là, cadeau du patron."

D'un levé de son verre, il signifiait un "merci" au turien, n'ayant pas le courage de parler plus que cela. Ce fût à ce moment qu'un groupe de jeunes, humains, turiens, galariens, butariens, bref, une bande de joyeux drilles entrèrent dans le bar. Ils n'avaient pas de Krogans avec eux, ce qui signifiait qu'une chose: Qu'ils allaient chercher des ennuis avec notre Krogan jaune. Soupirant légèrement il essaya de se concentrer sur son verre, plutôt que sur eux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Spectre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4287-fiche-de-presentation-de-r
http://www.masseffect-reborn.fr/t4291-journal-personnel-de-ravi-vertax


Hé Hé !
Messages : 192
Crédits : Essence of Rapture - moi

MessageSujet: Re: Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs[Ravi]   Ven 05 Mai 2017, 23:06
Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs
La Citadelle avait deux visages lorsqu'on la connaissait bien; celle évidemment du tourisme et du Centre Galactique dans un premier temps. Présidium, Secteurs supérieurs, bar réputés, rues surveillées et calmes, grands magasins, les quais... Le bordel qu'on appréciait de voir quand on y mettait les pieds pour la dernière fois. Et il y avait évidemment tous les monuments, musées, arcades pour divertir ce beau monde. Un joyaux si magnifique qu'on l'aurait cru unique; une véritable déclaration d'harmonie et de coopération dans l'univers. Et puis évidemment, il y avait l'autre face. Celle des Secteurs inférieurs, les intermédiaires étant plutôt destinés à une vie de tous les jours et connaissaient des patrouilles assez régulières pour ne pas être embêtés.
Sans dire que le SSC les avaient abandonnés, les quartiers inférieurs étaient plus ou moins laissés aux mains des petits délinquants et à ceux un peu plus gros qui voulaient se faire les dents jusqu'à ce que leurs affaires les poussent de toute façon vers la sortie. Ce n'était pas une décision officielle, évidemment, mais Ravi l'avait toujours considéré comme un os à ronger, une sorte de jouet qui fait "Shpouick-Shpouick" qu'on laissait à une bande de Varrens surexcités afin de se laisser un peu la paix. Ce genre de quartiers comprenait souvent des rebuts sur lesquels on fermait les yeux ; passagers illégaux, petites frappes, petits réseaux de drogues, pour ceux qui aimaient se les enfiler dans les sphères un peu plus élevées... Depuis Machiavel, on avait soigneusement passé au lance-flamme tout ce qui pouvait se montrer une menace terroriste sérieuse. On avait démantelé ainsi plusieurs réseaux, mais très peu qui venaient du bas; la plupart s'étaient retrouvés à des endroits bien plus inattendus, même si, comme le disait l'expression "Ce que le Pijyak voit, le Pijyak imite".

Bien évidemment, on ne pouvait pas débarquer avec ses gros sabots de policiers dans un tel quartier. Déjà parce que c'était un coup à se faire frapper dans les parties avant de se faire cramer sa voiture, mais aussi parce que, aussi bizarre que ça puisse paraître, les gens étaient moyennement partant pour discuter illégalité quand ils avaient un uniforme à côté d'eux.
Voilà pourquoi Vertax, apprentie Spectre et Turienne de presque bon goût, se retrouvait à écluser un fond de verre plus ou moins propre dans un bar plus ou moins miteux. Ou surtout miteux. Au moins les propriétaires ne diffusaient pas de la musique assourdissante et n'essayaient pas de faire consommer leurs clients à grandes tentatives de cocktails chics et branchés. Seules les danseuses étaient une raison de faire pleuvoir les crédits et encore. Il fallait aimer l'Humaine et l'Asari en majorité, ce qui n'était pas vraiment son cas. Au moins le barman était-il Turien, ce qui réduisait drastiquement le moindre risque de se retrouver à vomir ses tripes au fond d'un caniveau, alors que l'estomac se faisait brûler par une saloperie de boisson lévo. L'inverse n'était pas forcément vrai même si mauvaise pour le commerce.

D'un signe de la main, la femme fit signe à l'intéressé de rempiler. Celui-ci abandonna un instant le Krogan avec lequel il discutait pour s’acquitter de sa tâche avant de reprendre sa conversation, sortant ce qui tenait de l'aquarium renforcé pour son comparse. Même s'il était pittoresque, elle ne s'intéressa pas au spectacle, préférant regarder le fond de son verre comme si elle y cherchait la vérité. A sa droite, ça discutait à mi-voix et on s'échangeait des mots de passe murmurés à bout de lèvres et des informations semi nébuleuses comme "j'en ai pris dix kilos, tu as intérêts à les refourguer et vite". Un simple trafic de drogues, d'après ce qu'elle entendait, mais elle nota tout de même les informations dans son cerveau pour les transmettre à la brigade intéressée. Au mieux, ils trouvaient un autre réseau qui se finançait via la drogue, au pire ses collègues auraient tout de même droit à une petite prime, ou au moins des entre-félicitations cordiales.
Malgré tout, la biotique gardait le goût de l'inutilité. Elle devait être là depuis bien deux heures, à faire traîner ses verres comme elle pouvait et en tenue civile - à savoir pantalon, bottes et sweat-shirt à capuches, sans compter quelques accessoires typiques - sans rien récolter de plus intéressants que des délits mineurs.
Évidemment, il ne s'agissait pas d'une mission de Spectre officielle, juste d'un coup de main aux collègues du SSC complètement débordés. A croire qu'elle n'avait rien de mieux à faire que ça... Enfin, elle était censée avoir mieux à faire que ça, vu que, théoriquement, elle était en congés. Mais "congés" signifiait chez certains "travailler sur des choses moins importantes". Et elle devait elle-même payer ce qu'elle consommait. Quelle tristesse de déchéance de ... Ah, c'était du hallex qu'ils refilaient? Il connaissait un succès fou ces derniers temps, façon phénix renaissant.

Ravi s'avala une nouvelle micro gorgée qu'elle fit passer pour une grande rasade. Derrière elle, un brouhaha s'accrut, laissant supposer l'arrivée d'une nouvelle troupe de clients. Comme beaucoup de buveurs présents, elle détourna la tête pour apercevoir l'origine du bruit. Une bande d'une dizaine de gars d'espèces mélangés; possiblement un gang local. Ou des amis venus s'encanailler et connaître le frisson de l'interdit. On en trouvait souvent, des jeunes de bonne famille qui commençaient leur "initiation" dans les bas fonds avant de remonter vers des réseaux plus chics et plus facilement atteignables - et où ils pouvaient être à peu près sûrs de la qualité de leur dope.
La menace analysée, elle se détourna des nouveaux arrivants. Ils allaient au mieux jouer les bravaches, au pire faire du bar le leur et faire fuir les clients; au moins aurait-elle une raison de remonter. Encore une fois, ce n'était pas comme si elle avait trouvé une lasse importante d'indices ici.

Parmi la bande, celui qui faisait office de chef s'avança vers le comptoir, poussant les hommes à droite de la Turienne comme s'ils ne faisaient que gêner. Ceux-ci sentaient bien que les choses allaient vite tourner au vinaigre, aussi sortirent-ils sans demander leur reste... Et sans payer la note, vu la rage dont fit soudainement preuve le patron.

- Pas de bordel dans mon bar ! Et vous me payez leurs consos.

Derrière le Galarien - sans doute le seul à avoir un cerveau - un Butarien s'avança, faisant jouer de ses faibles muscles apparents. Il essayait d'avoir l'air menaçant, et cela aurait sans doute put réussir s'il n'avait pas eu un léger strabisme à un oeil gauche. Une fois qu'on l'avait vu, on ne pouvait plus que se concentrer sur ça.

- Ah ouais? Et qui va nous y obliger? Toi? Ton mastodonte?

Il désigna d'un geste du menton le Krogan jaune. Bon sang, même sa tentative d'intimidation orale était clichée. Son air assuré se retrouva quelque peu perturbé lorsqu'il entendit une petite voix rire, avant d'éclater franchement de façon tonitruante.
Accoudée au bar, à moitié tournée vers eux, Ravi dévoilait ses dents.

- "Ton mastodonte, urgh urgh"... Sérieusement les gars, vous avez maté "Moi, Dur et Méchant" avant de venir ou quoi?

Elle se leva, tapotant l'épaule du Krogan d'un geste sympathique.

- Pas besoin de travailler, je gère. Patron, remettez lui du Ryncol, c'est pour moi.

D'un mouvement fluide des pieds, elle fit demi-tour sans bouger de sa position initiale, posant ses mains sur ses hanches avant de balancer sa tête sur le côté. Deux Galariens, dont le chef de la bande, trois humains, un Turien, une Asari discrète, un Drell et deux Butariens. Une bande bien hétéroclite, franchement. Des bravaches qui jouaient les gros bras pour détourner l'attention sur autre chose. Leurs vêtements faisaient penser à ceux qui essayaient de se fondre dans la masse, mais sans savoir où ils allaient; vêtements déchirés, à messages aussi divers et variés que "Je mets les pieds où je veux" ou "Informatic High School of Noveria, tentatives de badassisation clichée... Ouais, des gamins des quartiers supérieurs en manque de sensation.
Tomber sur quelqu'un loin d'être impressionnée ne faisaient pas partie de leur plan sans doute. Ils étaient venus dans l'espoir de bousculer un peu et de jouer les caïds. Ils avaient mis les pieds où ils voulaient ouais, mais surtout au mauvais endroit.

- Dites les gars, vous savez qu'il y a d'autres moyens pour se suicider?

Elle désigna l'intéressé d'un coup de pouce.

- Ce genre de bestiole, quand ça rentre en Rage du sang, c'est pas beau à voir. Sans offense hein
, précisa-t-elle à l'intéressé. A la limite, vous auriez eu un Krogan aussi, pourquoi pas. Un peu comme ce film là... King Kong contre Godzilla, une connerie du genre.
Hey, c'est pas la peine de me regarder comme ça; ces gosses ont aucune chance contre vous.


- Tu insinues qu'on est faibles?

Oh esprits qu'ils étaient cons.

- Ouais. Et ça manque d'armure assistée pour que vous espériez vous en sortir en vie. Et de cerveaux. Avec un peu de chance, vous en avez peut-être un demi à vous tous...

Les réflexes furent plus rapides que le poing qui vola soudainement vers elle. A noter: le Butarien n'avait aucune patience. Et il était lent.
La future Spectre avait simplement plié les genoux et s'apprêtait à répliquer lorsqu'elle se rappela un petit détail; le coup ne l'avait pas frappé, mais elle avait tout de même entendu un bruit. Celui de phalanges qui heurtaient l'équivalent d'un mur en béton recouvert de chaire.
Un rapide coup d’œil derrière elle lui confirma l'évidence; le jeunot n'avait pas sut arrêter sa course, finissant dans le visage impassible du Krogan, qui observait la scène jusque là.

Bien.

Les petits gars étaient effectivement suicidaires. Mais elle aurait été une mauvaise flic si elle ne l'empêchait pas de les tuer.

Une fois qu'il aurait finit de les assommer va.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 25
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Re: Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs[Ravi]   Sam 06 Mai 2017, 12:55

Et bien, il ne leurs aura pas fallut longtemps pour rendre plus agréable la journée du Krogan. La petite bande de bébés pyjaks qui se prenaient pour des Caïds débarquaient dans le bar comme si celui-ci leurs appartenait. Grave erreur. Mais s'il n'y avait eut que ça, le jaune aurait passé au dessus. Le barman aussi, après tout, des imbéciles qui pètent plus haut que leurs popotin dans les secteurs, ce n'est pas ce qui manquait. Cela dit, ces dix mercenaires semblaient vouloir bien embêter son camarade Turien. En faisant fuir la clientèle et surtout ne pas payer pour eux. Il se sentait comme dans un de ces mauvais holofilms qu'il adorait.. Tellement de clichés, tellement de paroles ridicules. Le Krogan souriait toujours dos à ces énergumènes buvant son Ryncol alors qu'il entendait le plus beau compliment qu'un Butarien pouvait lui faire en l'insultant de Mastodonte. Quand son verre claquait sur le comptoir, prêt à se lever du haut de ses deux mètres soixante-dix -bosse comprise, il y tient-, une main toucha son épaule, de façon amicale. Suivie d'une voix, féminine..enfin, féminine et turienne. En temps normal, il aurait probablement envoyer bouler la turienne en lui disant de toucher son cul pour voir mais l'appel d'un autre verre de Ryncol a été plus fort, aussi il était retourné sur ses deux verres de Ryncol prêt à être bu par le gros lézard.

Il écoutait ensuite le récit de disuation de la turienne, ce qui le fit sourire alors qu'il se retenait pour faire face à tout ce monde. Il voyait enfin le joli groupe, non-armés. Et avec un Galarien qui tremblait déjà à l'idée d'affronter la bête qu'il était. Haussant les épaules à son " Sans offense, hein ". Il avait l'habitude de ce genre de compliments qui en était vraiment un pour une fois mais plantant son regard sur elle plutôt que sur les bébés pyjaks qui se jouaient grands. Elle lui demandait de ne pas la regarder comme ça, parce qu'ils n'avaient pas la moindre chance contre lui. Haussant une nouvelle fois les épaules, il allait répondre, lorsque le Butarien l'ouvrit.

- Tu insinues qu'on est faibles?

Le Krogan voulait répondre mais la turienne avait la langue plus rapide que la sienne. Après tout il s'en fichait, lui, tout ce qu'il voulait c'était lancer la baston. Et cette turienne venait de le faire pour lui. Graash commençait à rire face à la réplique de la femelle jusqu'à ce qu'un poing vienne l'effleurer au niveau du visage. C'était comme si tout le bar s'était tut, plus un bruit, juste le barman qui lâchant dans un petit soupire déséspéré:

"Oh non.."


La réaction du Krogan ne se fit pas attendre, on put voir ses pupilles se retractées alors qu'il lâchant un grand cri de guerre. Ce n'était qu'une petite bagarre dans un bar mais pour lui, chaque combat méritait son petit cri. Le jaune attrapa le visage du Butarien et lui assainit un coup de tête qui résonnait dans tout le bar, les oreilles plus fines pouvaient entendre sans doutes, les os du crâne Butarien se fissurer suivis de très près par un rire d'un gros lézard qui semblait prendre son pied, chargeant comme un bon gros bourrin les neufs garnements restant, infligeant deux gros coups de la corde à linge sur deux malheureux qui essayaient juste de se défendre. Chopant au vol le Galarien qui essayait déjà de s'enfuir, il le balançait sur la table de types qui avaient oser regarder de travers notre lézard Jaune, fonçant à leurs tour dans la bataille en Sautant sur la bosse du Krogan rejoint pas les tout le monde. Le Krogan se prenait coups sur coups, en rendait tout autant , faisant voler contre les murs plusieurs types ivres morts. Mais son attention était surtout centrée sur les dix qui avaient démarré tout ça. Il était tenté de leurs briser les os un à un et c'est ce qui arriva quand l'un des Turiens du groupe vint tenté un direct du droit. Le Krogan répliquait d'un coup de tête sur le poing qui, dans un craquement qui en mettrait mal à l'aise plus d'un, le résultat était amusant pour la bête:

Le turien se tenait le bras, perdant du sang qui s'était replié sur lui-même, donnant l'aspect d'un accordéon au membre. Quant aux deux types sur son dos, il les attrapa, les jeta au sol et leurs infligea à l'un un écrasement de son gros pied et l'autre, Graash fit un bond et laissa son coude atterrir droit dans l'estomac du bougre. Ce fût uniquement lorsqu'ils prirent le mobilier pour frapper le Krogan que ce dernier fut sonné et traîné, tabassé à plusieurs sur le sol mais, bien sûr il avait mal, mais il riait aux éclats, prenant difficilement appui sur ses jambes pour effectuer un bon gros plaquage sur deux d'entre eux, fonçant droit sur le comptoir avec ses deux colis. Tout autour de lui, la bagarre générale avait éclaté. Peut-être la turienne à la grande bouche allait participer? Contre lui en plus?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Spectre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4287-fiche-de-presentation-de-r
http://www.masseffect-reborn.fr/t4291-journal-personnel-de-ravi-vertax


Hé Hé !
Messages : 192
Crédits : Essence of Rapture - moi

MessageSujet: Re: Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs[Ravi]   Mar 09 Mai 2017, 00:47
Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs
Tout avait été rire et bonne humeur dans un premier temps. Les petits cons se faisaient rosser par un Krogan en colère, mais on pouvait apparenter ce massacre en règle à un petit "chahutage" innocent. Bien sûr, il balançait certain par-ci, par-là, jetait à l'autre bout de la pièce Butarien et Galarien, mais c'était une bagarre de bar tout ce qu'il y avait de plus banale. Pour signifier la normalité de la chose, Ravi s'était à nouveau accoudée au bar, finissant réellement son verre alors qu'elle ricanait entre ses mandibules. Parfois, elle lançait un petit "holé" alors que le Krogan chargeait ou un "je vous l'avais dis" avant de boire une gorgée.
Oui, tout était jeu et amusement. Du moins, jusqu'à l'incident. Un Turien avait essayé de frapper le Krogan, lequel avait répliqué d'un coup de boule. Madame Tête rencontra Monsieur Poing, le laissant brisé par tant de charmes. A ce moment là, la Turienne ne riait plus, loin de là. Parce que le gamin présentait une fracture ouverte d'une part, ce qui le laisserait handicapé pendant un moment, mais aussi parce que le videur avait toutes les chances de finir en Rage du sang, voir de simplement s'oublier. Aussi, lorsque deux autres délinquants essayèrent de le tabasser après l'avoir mis au sol, l'apprentie décida d'agir.

Mais d'abord, finir son verre qu'elle avait payé.

Elle reposa violemment le verre sur le comptoir, remerciant les Esprits que celui-ci soit en métal, évitant de rajouter au prix de la consommation celui du récipient. Elle agita les doigts en direction du patron, lequel était caché en partie sous son comptoir, sans doute comptant ce que tout ce bordel allait lui coûter. A moins qu'il n'ait souscrit à l'assurance tout risque, laquelle comprenait aussi les bagarres de bar provoquée par les Krogans enivrées. Une option qui coûtait plus cher, mais c'était étrangement montrée utile avec le temps, à tel point qu'il y avait parfois des enquêtes pour fraude à l'assurance. Une sombre affaire d'ami Krogan qui devait tout casser et dont une partie était payée...
Enfin. Là n'était pas le sujet.

- Appelez les services de soin d'urgence, que quelqu'un s'occupe de ce gosse avant qu'il perde son sang. Dégagez le à l'entrée, aussi discrètement que possible. Il est temps de faire danser notre ami Krogan.

Face à elle, l'intéressé était en train de charger, portant sur ses épaules deux gamins qui devaient regretter de jouer les caïds. Ah, ces congés... Elle s'en rappellerait longtemps.

- Toi, n'y comptes même pas, murmura-t-elle entre ses mandibules.

Elle s'élança prestement, sautant à l'aide d'une chaise. Profitant de son bond, elle mit le genoux droit en avant, venant heurter le visage du Krogan pour interrompre sa charge, ou tout du moins l'arrêter. Elle n'avait pas vraiment pour idée de lui faire mal, mais plutôt de détourner son attention. Pour être sûr que ça marche, elle passa son bras derrière sa nuque, le forçant à se tourner vers elle, achevant de dévier sa trajectoire. Elle le lâcha presque aussitôt pour l'éviter de l'attraper et amortit sa chute d'une roulade. Elle se releva aussitôt, sautillant sur place en position de garde.
Par surprise ou par soudain manque d'intérêt, il avait lâché ses victimes, lesquelles s'écrasèrent tout de même sur le bar, mais qui ne furent au moins pas écrasée entre le bar et plus de cinq cent kilos de fureur brute.

- Allez mon grand... Regarde moi ! C'est avec moi qu'il faut danser. Une Turienne pour deux gosses, l'affaire est belle non ?

Elle esquiva la charge d'un pas sur le côté. Elle ne comptait pas le frapper, ni même lui rendre les coups pour éviter de s'exposer, mais plutôt le fatiguer, quand bien même elle devrait danser toute la nuit. Enfin, jusqu'à l'arrivée des secours, lesquelles seraient possiblement accompagnés par le SSC. Elle allait devoir réfléchir à une excuse. "Non Monsieur l'Agent, c'est pas ce que vous croyez et pendant que j'y pense, filez ces infos à vos confrères, vous serez aimable" ? Mmmh, elle trouverait mieux.
Elle balança le poids de son corps en arrière, évitant un coup de poing. La biotique laissait ses réflexes faire alors que son esprit était concentré sur les explications à venir. Elle virevolta, évitant une autre frappe. Ses yeux verts restaient fixés sur ceux du Krogan. On pouvait lire aisément les mouvements à venir si on se concentrait sur les yeux. Après tout, ne disait-on pas qu'ils étaient le reflet de l'âme?

Nouveau saut en arrière, suivit de pas rapides sur le côté, pour se retrouver dans le dos de son adversaire. Toujours aucun coup de sa part, mais une garde présente, si jamais elle se montrait trop lente, ou se laissait surprendre. Autour d'eux, le chaos régnait. Un des caïd avait voulu frapper le mastodonte, avait finit par heurter un client qui cherchait à se barrer, lequel avait répliqué, ce qui avait entraîné son ami dans le combat, et ainsi de suite. Quelques malheureux cherchaient à ramper ailleurs, certains s'étaient réfugiés dans un coin de la pièce après avoir cherché abri derrière un canapé renversé. D'autres, comme le videur, prenaient un malin plaisir à se foutre joyeusement sur la gueule dans la plus belle tradition de combat de bar qui soit.

La femme leva les bras à temps, encaissant un coup de boule. Elle profita du moment pour sauter et lui rouler sur la bosse afin d'atterrir de l'autre côté. Il essaya de l'attraper, sans succès, ses bras n'étant pas assez longs pour son dos. Malgré tout, il manqua de peu sa cheville, mais elle se libéra d'une ruade.

Ses professeurs l'avaient toujours qualifiés d'anguille, et sa formation de Cabale avait finit de lui faire apprécier le combat au corps à corps.

Elle ne le frapperait pas, mais lui aurait bien du mal à l'attraper. Après tout, un Krogan était fort, mais sa masse le rendait un peu trop lent par rapport à un adversaire plus léger.

Séparée de lui de quelques pas, elle sautilla sur place et lança un coup dans le vide.

- Alors, finit de danser ? Déjà épuisé ?
Moi qui croyait les Krogans endurants !


Elle ria pour mieux le provoquer. Qu'il vienne. Elle l'attendait.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 25
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Re: Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs[Ravi]   Mar 09 Mai 2017, 12:06
Et le combat pouvait recommencer, mais le plan de la turienne semblait bien fonctionner. Si d'ordinaire, le krogan se concetrerait sur tous en même temps, enivré par le combat, activant peut-être même sa rage de sang pour massacrer tout tel un rouleau compresseur sur pattes, là, c'était un duel à l'ancienne qui se profilait à l'horizon. Voir une turienne, agile, prendre son intérêt avait eu pour effet de laisser tomber ces menus frétins et se concentrer sur la viande de qualité. Enfin, façon de parler, il n'allait pas la manger. Quoi que..

- Allez mon grand... Regarde moi ! C'est avec moi qu'il faut danser. Une Turienne pour deux gosses, l'affaire est belle non ?

Elle n'avait pas besoin de tant de palabres, lui, il allait se battre contre elle. Un vrai défi. Elle cachait pas mal de choses. Ce n'était pas la capacité de combat commune des turiens d'être agile comme ça. Et le pauvre gosse turien qui fait de la musique avec son bras en accordéon pouvait en témoigner. Elle était douée. Mais ce n'était pas une criminelle, enfin criminelle, elle ne faisait pas partie des gens communs d'Oméga. Elle ne cherchait pas à le frapper, mais à l'épuiser. Sa tentative de charge esquivée faisait un peu rager le bourrin. Elle était rapide, lui était fort, très fort, mais lent. Prévisible. Elle esquivait ses coups, ses charges, mais, il était aussi têtu que violent. Elle ne le lâchait pas du regard ce qui avait le don de l'énerver . Un petit complexe au niveau de ses yeux bleus sans doutes... Tout autour d'eux c'était le boxon, des types volaient aussi bien que des assiettes, des verres, tiens, il n'avait pas remarqué le Volus en entrant. Graash lui-même n'était pas aussi concentré dans le combat qu'il prétendait l'être. Ca manquait de meurtre, mais vu que c'était probablement un agent du SSC ou pire, et voulant éviter la prison, -c'est vrai, on s'ennuie ferme là dedans !- il préférait éviter de tuer ces gens, même si, au moment même où ils se battaient, des tas de deals de drogues, de règlement de compte et probablement même de commerce d'esclaves avaient lieu. Après tout, cette bagarre de bar impliquant un Krogan devait être du pain béni pour une diversion.

Raté de peu ! Alors que la turienne faisait un bon gracieux après avoir encaissé un coup de crâne du reptile atterissant dans son dos et donc, hors de portée de ses bras, long juste comme il le fallait, mais pas assez pour faire le tour de sa magnifique bosse. Elle était loin de lui désormais. Et comme pour se moquer de sa lenteur, elle le provoquait une nouvelle fois. Graash était loin d'être fatigué, au contraire, il était dans un stade juste avant la rage de sang, mais tout aussi jouissif pour lui. Un combat qui valait la peine. Il commençait à comprendre pourquoi elle ne l'attaquait pas. Ca lui laisserait l'occasion pour lui de la toucher. Enfin, c'est ce qu'il croyait. Répondant à la provocation par de la provocation il craqua chacun des os de son corps, se baissant pour esquiver un pauvre gars qui se faisait jeter par un autre.

"T'es p'tet pas douée en baston, mais dans la danse classique t'es une bête gamine ! "

"Gamine", c'est un terme qu'il utilise à tort et à travers, il n'a que six cent ans et des tas d'autres dépassait son âge, mais, il aimait bien appeler les gens comme ça depuis qu'il avait vu son acteur préféré de ses holofims de série B le dire. Oui, Graash a le mental d'un enfant, un enfant vieux de six cent ans qui adore arracher la tête des gens, mais il n'en reste pas moins un grand gamin qui a ses héros, ses codes moraux proches de ceux-ci et se comporte comme eux, plus ou moins. Attrapant un verre d'alcool qui, par miracle tenait encore debout sur sa table, il en but le contenu, fonçant sur la turienne après un cri à faire frissonner cerberus, s'arrêtant au dernier moment pour effectuer un crochet du droit suivit immédiatement d'un direct du gauche et enfin, un bon coup de tête. Mais il n'en restera pas là.

"Haha, mes amis m'appellent Graash, mes ennemis, les renforts. "

Encore une punchline du Krogan, il aimait bien se présenter en plein combat, il disait toujours que cela rapprocherait toujours plus les gens que de simplement s'asseoir et discuter devant un steak. La colère, la rage, l'adrénaline, faisait dire ce qu'on pensait vraiment.

Le temps passait durant ce combat, et des sirènes se faisaient entendre. Le krogan devrait s'enfuir, mais il avait mieux, bien mieux à faire. Il moulinait dans le vent durant tout le combat. Il s'épuisait, il savait qu'elle gagnait du temps, mais lui, il aimait bien tout ça, une danse... Oui, comme il le disait une danse. Il s'arrêta une petite seconde, un peu haletant. Commençant à rire une nouvelle fois. Prenant la parole.

"Tu me plais petite, j'aurais aimé t'avoir à mes côtés au combat !"
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Spectre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4287-fiche-de-presentation-de-r
http://www.masseffect-reborn.fr/t4291-journal-personnel-de-ravi-vertax


Hé Hé !
Messages : 192
Crédits : Essence of Rapture - moi

MessageSujet: Re: Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs[Ravi]   Lun 15 Mai 2017, 01:30
Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs
Petits sauts pour rester tendue et ne pas perdre le rythme ; sourire provocateur, posture dominante… On aurait pu la croire folle d’être si bravache face à un immense Krogan. Mais ainsi était Ravi. Pourquoi taire ses compétences ? Pourquoi effacer son talent, son travail, tout ce qu’elle avait bâti ? Elle était forte, vive, audacieuse. A deux doigts de devenir Spectre. Alors pourquoi ne pas s’en draper d’un manteau de fierté ? Pourquoi ne pas rire d’une bagarre de bar, de s’en régaler ? Et le videur faisait un adversaire coriace en terme de force brute. Mais aussi dans l’art de la réplique. Il ne se laissait pas faire non plus. Elle en rencontrait moins qu’elle ne le souhaitait, ce genre d’adversaires.

-T'es p'tet pas douée en baston, mais dans la danse classique t'es une bête gamine !

La Turienne ria, leva à nouveau les poings, continuant à danser comme il l’appelait si bien.

- Mieux que tu ne bouges, petit papy !


L’âge n’était qu’un chiffre, qui pouvait au mieux se targuer d’influencer les capacités et les réflexes, mais rien de plus. Oui, le Krogan avait du en voir des choses. Mais qu’avait-il appris ? Qu’en avait-il tiré, de tout cela ? Avait-il progressé ou s’était-il laissé stagné, fort de ses acquis, de ce qu’il croyait savoir ?
La vie était une lutte constante et un changement en deux sens. A soi de décider s’il était mélioratif ou dégressif.

Son adversaire attrapa un verre, présent par l’univers sait comment, et l’avala, marquant une pause dans le combat. Il avait bien compris que la femme ne cherchait ni ouverture, ni possibilité de l’abattre, aussi pouvait-il se permettre cette parenthèse. Pendant ce temps, elle continuait son manège, feintant en souriant, faisant mine d’avancer d’un pas pour reculer aussitôt, d’aller à gauche pour finir à droite, et inversement. Elle gaspillait des forces dans le processus, mais ses ressources semblaient illimités. La fatigue viendrait, évidemment, mais elle n’était pour le moment pas invitée. Qu’elle attende et qu’elle regarde ! Son heure viendrait.
Une fois le verre vide, le Krogan se rua une nouvelle fois. Il avait tenté de la déstabiliser, c’était ça ? Une bonne tentative dans le fond, quoique très maladroite. Une bataille n’était terminée que lorsqu’on le disait clairement ou que les armes étaient posées.
Elle sauta sur le côté comme il fallait s’y attendre pour éviter la charge. Mais au lieu de passer à côté et de foncer dans le vide, il s’arrêta, décochant un coup puissant du poing droit et un plus fourbe du gauche. Elle bloqua le premier, évita le second, se jeta en arrière pour éviter le coup de tête.

Bon, d’accord. Elle ne s’y était peut être pas réellement attendu, à ça. Un point pour lui.

- Haha, mes amis m'appellent Graash, mes ennemis, les renforts.

- Et donc, petit papy, dois-je appeler à l’aide ou me présenter ? « Au secours » ne me sied pas, alors autant dire que je suis… Ravi ! Ahah.


L’ardeur la faisait éclater de rire. Comme si la rage de combat du Krogan se trouvait être un virus prompt à se propager dans les rangs. Elle riait encore alors qu’elle sautait sur une table, esquivant un coup de genoux. Elle se gaussait sans s’arrêter alors qu’elle bloquait, virevoltait, feintait pour mieux se déplacer. Une anguille aurait été moins glissante et moins ricanante que la Turienne en cet instant.

Ils auraient pu continuer oui, jusqu’au bout de la nuit s’il l’avait fallut. Quitte à se séparer à l’aube naissante. Mais troubles et Citadelle ne faisait pas bon ménage, même au coeur des quartiers presque délaissés. On entendit les sirènes, le fracas des curieux qui préféraient qu’on ne leur pose pas de questions et qui s’éloignaient en évitant soigneusement l’éclairage des néons. Le SSC arrivait au secours, de même que l’équipe médicale.
Face à elle, son puissant adversaire s’arrêta. Il haletait, un peu comme elle. Epuisé ou non, l’exercice réclamait son dû ; une part d’énergie pour une grande part d’amusement.

Il ria. Elle le regarda, repartit dans son fou-rire.

- Tu me plais petite, j'aurais aimé t'avoir à mes côtés au combat !

- Allons, tu aurais râlé. « Trop vive, trop souple… Et ces deux là ne comptent que pour un », j’aurais entendu ça toute la soirée je parie !


La porte s’ouvrit, les interrompant. Face à eux, trois agents s’avancèrent, armes incapacitantes au poing. Ils leur fit signe de les rejoindre, sans les lâcher du canon. La Turienne leva les mains, haussa les épaules et obéit.

- J’arrive, j’arrive… Inutile de monter sur vos grands chevaux.

On ne gagnait rien à sortir son titre à la vue de tout le monde, si ce n’est la perte totale de son anonymat ou de sa couverture. Elle préféra jouer les lambdas, se faisant embarquer au poste comme tout le monde.
Ils eurent le droit à l’interrogatoire de rigueur, dans des pièces séparées, comme le voulait la logique. En tout cas, celle de Graash dû être plus rigoureuse que celle de Ravi. De son côté, c’était plutôt elle qui menait la danse.

L’agent humain chargé de l’interroger put en effet la trouver assise sur la chaise, face au bureau, mais les pieds sur celui-ci. Elle avait été menottée selon la procédure, mais ne s’inquiétait pas plus que cela de son état. Il déposa deux tasses sur le meuble ; l’une était ornée d’un « D ».

- Agent Orson – c’est ce qu’il y a marqué sur votre badge, non ? Ah non, Orsen -, bonsoir. Vous avez déjà mon identité avec les scans, alors autant s’épargner les formalités. Vous me retirez ça ?

Désormais libre, elle claqua ses mandibules joyeusement, buvant une gorgée, Ah, le thé insipide et fade de la machine… Que de souvenirs.

- Dites à l’enquêteur Kassius qu’il y a un trafic de Halex aux quartiers inférieurs. Le revendeur et le fournisseur se voient souvent au bar où vous m’avez arrêtés. Il refourgue surtout du côté de la clinique, mais étend parfois ses acquéreurs au marché de vente. Le revendeur est un humain, très commun mais il faut lui demander s’il sait à quelle heure ouvre l’Antre de Choras. Tout le monde sait que le bar a fermé, mais ils ont considéré que c’était une bonne idée… Aussi étrange que ça puisse paraître.


- Et pour la merde au bar ?

Elle haussa des épaules.

- Une bande de jeunes couillons. Ils ont cherché la bagarre, ont frappé le Krogan, et une chose en entraînant une autre… Un accident qui fait éclater une poudrière en somme.
Vous le relâchez ?


Le policier grogna.

- Il a cassé le bras d’un gamin. Je vois mal comment le libérer.

- C’est un Krogan, Orsen. On a voulu le frapper, il a paré. J’étais aux premières loges. Les autres de la bande n’ont rien de plus que des bleus et des ecchymoses. S’il avait réellement voulu leur faire mal, ça aurait été pire.
Gardez le deux heures, puis relâchez le. Avec un avertissement si vous voulez. Par contre ne vous étonnez pas s’il vous dit de vous carrer votre avertissement au cul.

Si vous n’avez rien d’autre à avancer … Je vais voir Watson. Je me demande comment il s’en sort sans moi.


Sa visite lui révéla que le nouveau Superviseur Abaigh s’en sortait très bien et elle passa l’heure à discuter et fourrer son nez dans ses papiers, ne se privant pas de donner son point de vue sur certaines affaires ou glisser une hypothèse, comme ça.

Elle était déjà sorti lorsque le Krogan fut relâché. Elle l’accueilli d’un petit signe de la main.

- Ah, liberté chérie hein ? Un dernier verre ? En évitant la bagarre générale cette fois-ci.

Un adversaire méritant gagnait une récompense, ne serait-ce que pour l’avoir divertit.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 25
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Re: Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs[Ravi]   Lun 22 Mai 2017, 12:26
S'il y a bien une chose que Graash ne peut reprocher à la citadelle lorsqu'il y est, c'est bien sa rapidité de réaction, même dans les endroits où elle n'est même pas censée être présente, tout du moins pas assez pour être notable. Mais ils étaient là. Trois agents du SSC , un humain était présent parmi eux et braquaient déjà leurs armes vers les deux combattants encore plus ou moins debout et intacts. Sa compagnie turienne n'avait pas la moindre blessure sans doutes dû à son numéro de danseuse, notre Krogan lui, avait quelques cicatrices, qui allaient de toutes façons se résorbées d'elles mêmes dans quelques heures, mais, elle étaient plus infligées par des jeunes gens du coins assez fou pour croire qu'un tesson de bouteille suffirait à vaincre un Krogan, alors que c'est le Krogan qui bat le tesson. Levant ses bras en l'air le jaune indiquait qu'il ne ferait pas de vagues avec l'autorité, sa dernière visite étant déjà bien pénible et longue.

Les menottes aux poignets, bien qu'étant très simples à retirer, le Krogan fût emmené au poste avec une bonne quinzaine de personnes, ainsi que la turienne, mais quelque chose lui disait qu'elle n'allait pas rester longtemps. Ses doutes se confirmaient, elle était bien de l'autorité, mais pas du SSC, sinon, au mieux elle se serait faite sermonnée. Non, c'est de l'autorité couverte tout ça.. Peut-être une espionne turienne, ou quelque chose comme ça.

Grash fit signe au patron du bar Turien, qui lui rendit le signe. Le patron savait bien qu'il était assez dangereux d'avoir des Krogans comme clients, mais pour la défense de Graash, il n'avait définitivement pas commencé la bagarre, loin de là. Mais bon, ça reste un bon gros bourrin, il ne refuse pas si c'est proposé si gentiment par une bande de petits.. hm..merdeux ? Oui, c'est le bon terme. Une fois dans la navette, il s'était retrouvé avec quelques uns des jeunes garçons cités plus haut avec un charmant titre. Ils avaient tous quelques ecchymoses et autres blessures légères qui leurs donnent l'air enfin plus adultes. Selon les critères Krogans bien sûr.

L'un des gamins , le Galarien n' osait même pas croiser le regard du Krogan, de peur sans doutes, ou de honte, après tout, si la mémoire de Graash n'était pas mauvaise, c'était le premier à s'enfuir. En temps normal, il aurait qualifié cela de lâche, mais, le Galarien a fait preuve de sagesse cette fois. Déjà physiquement il n'était pas de taille, mais en plus, à mains nues contre un Krogan, les chances diminuaient de plus en plus au point d'atteindre le zéro absolu. En revanche, du côté de ses amis présents dans la navette avec lui, le butarien semblait amorphe, absent, malade même. Est-ce qu'il avait frappé trop fort ? Donnant une petite tape au gars du SSC présent avec eux, qui semblait plus que méfiant et, manifestement peu habitué à la familiarité Kroganne, Graash pointa du doigt le Butarien.

" Hé, il n'a pas l'air bien celui-là, et il n'a pas bu une goutte, j'pense qu'il devrait aller à l'hôpital."

Réfléchissant un court instant, très court même, il prit l'expression d'une personne ayant une illumination .

"Ha ouais, il s'est mangé un de mes coups de boule à pleine puissance, il est encore en état de choc !"

Il se mit à rire à gorge déployée, tapant sur sa cuisse et donnant quelques petits coups de coudes amicaux à l'agent du SSC cherchant son rire à lui aussi mais, le silence de la navette n'était brisé que par ses rires. Rires qui se calmèrent très vite. Il n'y avait décidement personne avec qui le Krogan pourrait s'amuser de ce genre de choses. Lâchant un soupire, presque dépité, il tira une grimace, visiblement déçu.

"Bwah vous ne savez pas vous amuser.."

Cette phrase réveilla soudainement le Butarien de son coma, qui fronçait ses quatre sourcils, enfin, si on pouvait appeler ça ainsi, pointant du doigt le lézard géant.

"Ta race n'a rien à faire dans la citadelle, restez à Tuchanka surtout toi. "


Le Krogan fit semblant d'être choqué par les propos du Butarien, alors que la navette atterissait enfin dans les locaux du SSC. Passant le premier, il se retourna pour regarder le butarien avec un petit sourire.

"Ta mère était là-bas, elle n'avait rien à faire avec moi, pourtant, j'te garantis qu'elle s'était bien amusée, gamin. "


Eclatant une nouvelle fois de rire, le Krogan prit la direction des bureau, alors que le Butarien était en train de se jetter vers lui, retenu par tout les gens menottés qui hurlaient des " Mais calme toi !" . Graash était désormais dans les couloirs, bien qu'ils étaient imposants en hauteur, quelque fois, leurs largeur laissaient à désirer pour un individu aussi large. Mais il fallait faire avec ! En chemin, il croisa un humain, ce même humain qui l'avait interrogé il y a quelques temps, celui-ci lui fit un signe, levant sa tasse de café au passage du Krogan alors que ce dernier fit un petit signe de tête pour le saluer. L'avantage de vivre de façon quasi immortelle en tant que Krogan, c'est qu'on commence à connaître tout le personnel du SSC à force de finir au poste. Il entra dans une pièce d'interrogatoire, comme à chaque fois, un type arrivait, avec un autre armé, "au cas où". La scène, il la connaissait par coeur. Un interrogatoire pour savoir quel était ce foutoir, mais cette fois-ci, il reconnaissait le gars. Un turien avec qu'il il avait un peu bourlingué durant une période sur Oméga. Cétait un bon type, qui n'avait rien à faire dans le monde du crime. L'agent du SSC tendit la main vers Graash, celui-ci la saisit dans une salutation typiquement clichée des holo série B.

"Salut Graash ! Alors, que-est-ce que t'as fait encore? T'as tué personne cette fois j'espère ! "

Le Krogan retint un petit rire, soufflant du nez comme substitut, haussant les épaules.

"Nan, une bagarre de bar toute bête, je ne l'ai pas commencée, t'sais c'est ce bar dans les secteurs où j'vais souvent, celui avec le patron turien ? "


Le turien fit oui de la tête.

"Ouais, le seul qui t'accepte malgré le bordel que tu mets à chaque fois ?"

Graash fit oui de la tête. Reprenant son récit.

"Ouais, ya eu une bande de gamins qui ont voulu jouer les durs, sans doutes des gosses de riches. La, la turienne prends les choses en mains et pas de chances, un poing esquivé arrive sur moi. J'sens rien tu te doutes mais , là c'était trop tentant. Je me lance dans la bagarre, et je fous un coup de boule à un bras qui fonce vers moi, le bras finit en instrument d'humain tout plié..euh..accordépéon j'crois. Enfin on s'en fout. Elle a joué le jeu la gamine, j'ai eu ma rage de sang qui a fait des siennes, elle a su attirée toute mon attention en me provoquant jusqu'à ce que tes collègues arrivent."

Bien qu'il se soit rangé, l'agent du SSC ne peut s'empêcher de rire au récit, imaginant la rixe de bar. Notant tout ça, un humain rentrant dans la pièce, observant le Krogan, d'un air réprobateur, comme si on regardait un enfant ayant fait une grave bêtise. L'humain inspira, prenant une voix et un air sérieux et menaçant.

"Bon..on va te garder une heure, mais tu ne devras plus refaire ça, compris? "

Graash regarda l'humain, puis le turien, ce dernier savait déjà ce qu'il allait dire. Le Krogan lui-même savait ce qu'il allait dire, quand à l'humain, on avait du surement l'avertir aussi. Esquissant un sourire taquin, le jaune répondit.

"Tu sais, ça doit bien faire deux bon siècles que je viens ici, j'ai vu toutes les races me dire la même chose. alors ton avertissement, tu peux te le mettre profond dans le cul, et ton fusil avec. "

Se levant de son siège, il s'approcha du Turien, serrant une dernière fois sa main avant de quitter la pièce, ainsi que les locaux du SSC. Sur le chemin, il croisa la turienne, soit elle venait d'être libérée comme lui, soit elle l'attendait. Normalement, la deuxième option serait favorable, mais dans le cas de cette Turienne, c'était avec méfiance qu'il préférait la première. Cette dite méfiance s'effaça immédiatement lorsqu'elle lui proposait un verre. Son ryncol lui manquait déjà. Bien entendu, elle lui rappelait de ne pas provoquer de bagarre cette fois-ci.

" Hé, d'accord gamine ! Allons dans un bar huppé, au moins, je me contenterais des regards choqué."

Il pointa du doigt un bar pas loin du présidium, dans les coins du secteur les moins..dangereux, ou le SSC se pavanait un peu partout. C'était un bar assez luxueux, avec pourtant quelques Krogans à l'intérieur, certains étaient des videurs bien sûr, les meilleurs gros bras de la galaxie, mais d'autres buvaient en se racontant quelques anecdotes sur leurs vie passée, ou leurs dernier boulot de mercenaire. C'était la seule chose positive à être mercenaire. Ce n'est pas le contrat qui nous désigne, mais comment nous l’exécutons. La plupart des récits parlaient surtout de la grande guerre. Il y avait même un Krogan avec un torse synthétique au deux tiers. Cette guerre était sale, et il était à peu près sûr que la gamine turienne l'accompagnant n'y avait pas participé. Il s'installait à une table, avec des sièges assez larges pour sa constitution, faisant signe à un serveur.

"Alors gamine, t'es dans quel service? Les services secrets turiens? Spectre? Sûrement pas du SSC en tout cas. "
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Spectre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4287-fiche-de-presentation-de-r
http://www.masseffect-reborn.fr/t4291-journal-personnel-de-ravi-vertax


Hé Hé !
Messages : 192
Crédits : Essence of Rapture - moi

MessageSujet: Re: Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs[Ravi]   Sam 10 Juin 2017, 20:53
Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs
Même méritant, un Krogan restait un Krogan. On ne pouvait pas leur enlever ça. Agiter un verre de Ryncol avait pour effet de faire d'eux un bon ami d'un soir, d'une vie ou de finir jeté par dessus bord, si l'intéressé était vraiment trop remonté pour accepter un verre gratuit. C'est donc non sans surprise que Graash accepta l'invitation, l'embarquant vers un bar huppé où les siens étaient acceptés. Une acceptation qui n'avait rien d'étonnant, avec le recul. Les Krogans étaient entrés depuis 2187 dans la Galaxie, si on osait dire les choses ainsi. Leurs efforts durant la Guerre contre les Moissonneurs, ainsi que la politique mené par Urdnot Wrex et un geste diplomatique du Conseil pour effacer les erreurs du Génophage, avaient rendus à leur espèce le droit d'aller et venir. Ce qui était le plus surprenant, c'était de concilier "Krogans" et "huppé" dans une même phrase; même les ambassadeurs préféraient l'ambiance des bars normaux plutôt que de ceux où l'élite ou la semi-élite se fréquentait avec moult alcools chers et classiques. Merde, elle qui avait voulu le remercier, voilà qu'il comptait vider son porte-feuille avec un Cimetière qui contiendrait un peu tout les alcools que l'établissement avait en stock. Voir du Ryncol de "qualité supérieure avec huile de moteur raffinée à froid par de jeunes vierges Asaris". Bien que la Turienne ne connaisse pas exactement la composition, elle était à peu près sûre qu'il pouvait s'agir d'une stratégie marketing valable.
Enfin... Une promesse était une promesse, mais elle nota silencieusement de se mordre la mandibule la prochaine fois qu'il lui viendrait l'idée de proposer quoique ce soit. Ou alors elle imposerait l'endroit où ils picoleraient. Ou elle ferait des petits coupons avec un montant maximum.

La femme se laissa tomber sur une chaise avec un soupir, tentant de trouver un quelconque argument pour faire passer sa dépense en note de frais. Note de frais, alors qu'elle n'était pas en mission officielle... Elle trouverait quelque chose.

Un seul coup d'oeil à la carte suffit à la faire grimacer. Les Whiskys de qualité supérieur flirtaient avec des vins aussi rare que cher, comme le Romanée-Conti qu'elle ne pouvait de toute façon pas boire. Inutile d'espérer trouver des cocktails avec des noms plus exotiques que "Souffle Printanier"et elle aurait mis sa main à couper que demander quoique ce soit de moins de quinze ans d'âge serait passé pour une crime de lèse-majesté.
Si, plus jeune, Ravi avait déjà pu déguster des alcools fins et délicats, elle n'avait jamais compris l'intérêt de mettre cinq milles crédits dans une bouteille qu'on garderait précieusement dans sa cave avant de la déboucher plus tard, ou qu'on dégustait de demi-gorgées en demi-gorgées. Boire un coup dans un bar était à ses yeux censé être un bon moment à passer, pas faire une dégustation de ce qui se faisait de plus précieux.

Lorsque le serveur vint se planter devant eux, elle lui indiqua l'alcool le plus normal - et le moins cher - qu'elle avait pu dénicher. Il ne fit aucun commentaire sur le duo hétéroclite, ni leur tenue en contre-pied avec l'ambiance générale. Il n'était pas rare de voir des chefs d'entreprises ou des personnes assez riches pour s'offrir un verre à quatre cent crédits s'habiller de façon plus normal qu'on aurait pu le penser.

- Je te préviens, souligna la Turienne alors que le serveur se tournait vers Graash, je ne paye que le premier verre.

Elle sentait bien qu'elle allait regrette ces mots. Mais ce qui était dit était dit, comme indiqué plus tôt. Mais elle préférait sécuriser ce qu'elle pouvait, et éviter de se retrouver avec le prix d'un appartement sur le Présidium en guise de note. Elle ferma la carte dans un claquement sec et la jeta sur la table. Carte qui glissa sur quelques centimètres avant de s'immobiliser devant l'ancienne Cabale aux mains jointes sur sa poitrine.

- Alors gamine, t'es dans quel service? Les services secrets turiens? Spectre? Sûrement pas du SSC en tout cas.

L'intéressée cliqueta un instant avant qu'un coin de sa bouche ne se soulève, dévoilant ses dents. Hey... Moitié vrai, moitié faux le papy. Peut-être était-ce du à son baroudage. Son esprit prit bonne note de la remarque; la prochaine fois, elle se ferait plus discrète.
En attendant, elle ricana.

- Ouais, tout à fait, je suis en réalité la Garde Noire - Spectre - N7 - Chasseresse Shepardux. Mince, j'aurais jamais cru être découverte. Je t'ai déjà dit que j'étais à un quart Elcor aussi ?

Ce n'était pas un mensonge. Plutôt une demi vérité cachée sous un monceau d'ironie. Et elle était plutôt forte à ce niveau. Après tout, un vrai Turien reconnaissait ses actes, mais il n'allait pas jusqu'à avouer tout ce qu'il pouvait à la moindre question un peu vague. Ils auraient fait de mauvais Spectres sinon. Ou des Spectres à la Shepard, à se présenter sous leur titre au premier venu.

Un petit signe de tête fut tout ce qui remercia le serveur pour sa rapidité et son efficacité. La gorgée qu'elle avala fut vite suivit par une grimace. Ah oui quand même. Quand ils disaient "citron", elle ne s'était pas attendue à ce que ça soit si... citron. Il y avait vraiment autre chose que ça là dedans ? Elle jeta un regard méfiant à la boisson, laquelle lui répondit en restant parfaitement immobile dans sa clarté blanc-trouble. Ok, elle venait donc de payer une centaine de crédits pour un citron confit dans de l'alcool. Ou ce qui était censé être de l'alcool.

Limoncello, ses mandibules oui.

- Urgh, quoique tu ai pris, j'espère que ça ne contient pas de ça.
Sinon, pour te répondre.... SSC. Superviseur même, puisqu'on en est à l'étape où on se balance tous nos petits secrets honteux.

Et toi alors, Papy ?


Elle réessaya de siroter une gorgée et finit par renoncer. Ce n'était même pas comme si elle pouvait le proposer à Graash, à moins de vouloir tuer un Krogan devant témoin. Elle poussa le verre sur le côté et se réinstalla confortablement sur sa chaise. Au moins ils étaient loin des tabourets de bars inconfortables. Ce petit renfort rouge et moelleux était parfait pour sa bosse; pour une fois, elle pouvait s'affaler si elle le voulait sans que ça soit gênant.
Elle se retint malgré tout, restant droite pour mieux caler son visage au creux de sa main alors que son coude vint réclamer le bout de table qui lui appartenait.

- Mercenaire ? Chef de guerre ? Ambassadeur qui s'amuse à se fritter avec le commun du peuple ? Je crois qu'il ne se passe pas un mois sans que ça arrive.
Je penche sur Mercenaire. Depuis... Attends, tu m'appelles gamine... Au bas mot sept cent ou huit cent ans d'existence, dont six ou sept cent de mercenariat ? J'ai juste ?


De sa main libre, une griffe vint tapoter le rebord du récipient. Peut-être que si elle laissait un glaçon fondre dedans, le tout deviendrait plus buvable ?



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 25
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Re: Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs[Ravi]   Sam 17 Juin 2017, 11:03
Le bar était comme Graash l'avait prévu, huppé. Et comme il l'avait prévu, des regards outrés se posaient sur lui. Jugeant, prenant de haut le Krogan. S'il y a bien une chose commune à toutes les races de la galaxie, c'est l'attitude des riches nantis qui n'ont connu que ça. Cela dit, les quelques Krogans présents levèrent leurs boissons en salutation à leurs confrères, ce à quoi Graash répondit d'un signe de la main. Ils ne se connaissaient pas, où du moins, il n'avait pas l'air de là au moins il se sentait moins "seule tâche" dans le beau tableau. Mais il fallait reconnaître que la turienne l'accompagnant ne passait pas inaperçu. A dire vrai, leur duo devait y être pour beaucoup. Normalement, Krogans et Turiens veulent s’entre-tuer, mais Graash juge quelqu'un par ses actions, peu importe sa race d'origine et ce qu'elle a fait. Si nous étions tous responsables des actes de nos ancêtres, toute sa race devrait être arrêtée et mise en quarantaine pour sa rébellion. Fort heureusement, ce n'est pas le cas. Et c'est aussi pourquoi il possède quelques collègues Turiens avec lesquels il a pas mal rouler sa bosse, sans jeu de mots.

Les prix étaient, sans surprise totalement exorbitant. Même si Graash venait à remporter le million de crédit dans un braquage de banque Volus, il finirait pauvre dans l'heure qui suivait. La réaction de la turienne face aux prix exorbitants le fit rire bruyamment, le genre de rire qui résonne et qui fait peur aux faibles. "Un seul verre" qu'elle dit.

"Hé, pas de soucis Gamine, j'ai pas envie de vendre un de mes estomacs pour un verre en plus. "

Plus sérieusement, elle répondit de façon évasive mais comique à la question du Krogan, au sujet de ses fonctions. Il notait cela dit que ses deux propositions restaient dans la liste, sans doutes qu'elle était effectivement spectre ou agent secret turienne. Il est normal de vouloir cacher cette information, on ne crie pas sur les toits qu'on est un agent du conseil qui a carte blanche pour mener à bien ses missions. Surtout que la trahison de Saren, passée il y a pourtant bien longtemps maintenant continue de hanter les quelques esprits ayant prit de plein fouet cette trahison. Une disgrace pour les turiens, sans doutes. Un "Beau p'tit enfoiré" pour les Krogans. Il voulait guérir le génophage, mais utiliser la dette éternelle des Krogans pour s'en faire une armée. Recommencer ce qui avait causé la rebellion en somme, mais cette fois, contre lui-même.

Et puis, les questions "intimes" vinrent sur la table. Non sans lâcher un nouveau rire à la réaction de la demoiselle face au "limoncello", le problème des boissons de riche, c'est qu'il faut être riche pour apprécier un truc pareil. Ce n'est pas pour rien que les Krogans sont rarement riches, ils préfèrent la picrate de bas étages avec plus d'alcool que de goût, qui vous assome en moins de deux que le vin de 100 ans de cave ou d'autres bêtises de ce genre. Par instinct de survie, bien que tenté par le défi d'une mort imminente à l'intoxication de connerie bourgeoise, il se ravisa quant à boire ce verre , préférant son ryncool, oui, ryncool, pas ryncol, soit ils ont fait une belle faute à la boisson iconique Kroganne, soit le barman se fout de sa gueule, il ne savait pas ce qui était le pire. Buvant le brevage, il manqua de recracher le truc, pas à cause de sa forte teneur en alcool et autre composant normalement mortel, mais par son manque flagrant.

"Ryncool..ryncool..mon cul ouais ! C'est de la bière sans bulles avec un pauvre glaçon à 600 crédits ! J'en donnerais même pas un Varren malade !"

Le regard outré du barman et du serveur, s'occupant au loin manquait de faire rire à nouveau le Krogan, mais il se rappelait qu'on lui avait posé une question, sur ce qu'il faisait. Elle était douée la gamine, elle voyait juste sur tout, sauf son âge. Six cent ans pour un Krogan, c'est pas grand chose me direz vous, mais ça suffit largement pour se dire "J'ai tout vu." Sauf un Volus se prendre pour un dieu. Mais ça viendra avec le temps.

"Ouais p'tite, t'as bon sur à peu près tout, mais j'ai six cent ans, avec à peu près 500 de mercenariat. J'ai arrêté de compter au bout d'un moment."

Mercenaire tout bête, ça peut paraître bateau, mais c'est presque une fierté, On fait ce pourquoi nous sommes programmé: Tuer, se battre, montrer sa dominance. Si certains Krogans le faisaient aussi bien sur un champ de bataille qu'en grimpant les échelons d'une organisation mercenaire, Graash restait humble, et se contentait d'enchaîner les contrats. Un jour, peut-être un jour il aura sa propre organisation. Mais pour le moment, il devait amasser des fonds colossaux pour la développer.

"J'ai fait pas mal de bêtises, avec et pour toutes les races connues vivantes. Tiens, tu savais que les Hanaris sont des psychopathes qui n'hésitent pas à buter tout ce qui s'opposait à eux? Enfin, ils envoient d'autres gens le faire à leurs place évidemment. Les tentacules propres tout ça."

Un problème avec Graash, c'est qu'il ne peut pas s'empêcher de parler de ses anciens récits épiques . Normalement, ça rebute toute personne étrangère à un champ de bataille.

"Les drells sont de formidables rivaux au corps à corps aussi. J'dis ça, parce qu'ils étaient trois à essayer de me buter lors d'une mission, avec leurs p'tites épées cure-dents. Ces saletés m'ont planté un nombre incalculable de fois, mais une fois que tu tues l'un des leurs, ils sont un peu moins.. concentrés. "

Se rendant compte qu'il recommençait à parler de lui et de ses hauts faits comme un papy, il soupira, se disant qu'il devient gâteux, alors qu'il avait encore 500 ans à vivre.

"Et toi, t'as quel âge? J'dirais entre vingt et trente ans, vu ta fougue, ton visage pas beaucoup marqué par la guerre et ta bonté à calmer un Krogan, plutôt que de le mettre K.O. "


Ca aussi, n'importe quel agent du SSC, spectre, agent secret, enfin, n'importe qui ayant un peu d'expérience avec un Krogan en milieu clos sait qu'on ne peut pas facilement calmer un Krogan, qu'il valait mieux le neutraliser de façon non-léthale plutôt que de se fatiguer à l'épuiser comme un animal dans une arène. D'ailleurs, "bonté" était négatif aux yeux d'un Krogan. Ca signifiait faible, ou mourir vite.

"Un conseil, tout les Krogans ne font pas comme moi, si c'est un autre, mets le à terre."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Spectre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4287-fiche-de-presentation-de-r
http://www.masseffect-reborn.fr/t4291-journal-personnel-de-ravi-vertax


Hé Hé !
Messages : 192
Crédits : Essence of Rapture - moi

MessageSujet: Re: Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs[Ravi]   Dim 25 Juin 2017, 22:48
Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs
Ravi manqua de s'étouffer. Six cent crédits ?! Graash avait pris un verre à six cent crédits ?! Pour du Ryncol qui ne valait pas un vrai bon mélange de goudron plastazoté ? C'était six fois le prix de son propre verre.

...

ELLE AVAIT DÉPENSE SEPT CENTS CRÉDITS EN UNE SOIRÉE?! Sept cent dix, si on comptait son verre du bar miteux d'avant. Mais bordel quand même ! Elle aurait pu s'offrir une arme de poing avec cet argent. Ou de quoi manger pour une semaine. Pas qu'elle ait besoin de s'acheter un nouveau pistolet, pas plus qu'elle ne soit sur la corde raide pour se payer ses nombreux repas. Le principe restait là; son compte bancaire devait ricaner. Voilà qui la mettait de mauvais poil.
Elle plongea ses mandibules dans son verre dans un nouvel essai de finir son foutu contenu. Les glaçons avaient bien fondus, mais il s'agissait maintenant d'eau vaguement citronnée.

La Turienne s'était vraiment fait avoir sur cette soirée. Entre le coup de main et maintenant ça... Au moins Graash agissait en Krogan, se foutant de la bien-pensance des clients et n'hésitant pas à dire tout haut ce dont tout le monde devait se gargariser, à savoir que les prix frôlaient le vol.
A cette remarque, elle confirma d'un hochement de tête et d'un soupire.

- M'en parles pas... T'as bien choisis ton coin toi.

Est-ce qu'ils seraient foutus de lui faire payer une carafe d'eau ? Ce n'était même pas une question à se poser ; ils la présenteraient comme une eau venant d'une source lointaine et mystérieuse pour la bagatelle de cinquante crédits seulement. La biotique se vengerait sur un fast-food juste après, si c'était comme ça.

Donc, le Krogan avait six cent ans. Elle avait visé un peu trop haut mais pas si loin que ça non plus. De plus, la mentalité de son compagnon collait avec celle du baroudeur qui avait tout vu tout fait. Surtout avec sa tentative de lui faire un cours magistrale sur les races et leurs comportements. Pour les Hanaris, c'était moins que plus surprenant ; certains vénéraient les Portes-Flammes avec un fanatisme qui avait failli causer l'anéantissement de leur espèce une fois face aux Moissonneurs. Les Drells au corps à corps... Pas mal d'assassins drells adeptes de lames, donc ça se tenait. Ils étaient aussi bons tireurs d'ailleurs.
Par contre, qu'il l'imagine plus jeune qu'elle ne l'était vraiment... C'en était vexant. Surtout en la prenant pour une parfaite bleue. L'espace d'un instant, elle hésita à le faire léviter et le laisser là après une remarque bien sentie. Mais :

1. Le patron n'apprécierait pas
2. Graash ne serait sans doute pas très jouasse non plus
3. L'utilisation intempestive de la biotique sur la Citadelle n'était pas très très bien vue, pour une raison "inconnue".

A la place, Vertax tenta de siffloter son verre avec l'air digne de la Turienne qui écoutait, finissant par être la Turienne digne qui écoute en grimaçant. Les Esprits en soient témoins, elle finirait ces foutus cent crédits liquide. Même si elle avait à peine entamé la moitié du verre. Ou un peu moins que la moitié.

- J'ai, fini-telle par lancer en reprenant sa contenance mais sa voix teintée d'acide, trente-six ans. Trente sept ce mois de juin, soit trois mois, mais je pense que pour un Krogan, c'est du détail. Alors disons trente sept.
J'ai été, comme la plupart des miens, militaire dès l'âge de quinze ans pour quinze années de service. J'ai été envoyée sur toute la surface de Palaven avec mon groupe de Cabale, ainsi que pour de nombreuses missions de soutien et de reprise de points une fois l'ordre d'abandonner Palaven émis, lors de la Guerre. J'ai participé à l'assaut sur Terre, combattu une Brute, failli crever sous des décombres après qu'elle m'ait chargé dans un bâtiment.
J'ai passé les cinq années suivantes à accomplir divers missions pour le compte de la Hiérarchie, notamment en affrontant des pirates aussi divers que variés. Et ça comprend le Krogan enragé dans un vaisseau étroit.
J'ai passé les années d'après à être formée pour le SSC, enquêter et intervenir sur un peu tout, que ce soit de l'arrestation de meurtrier aux petits deals comme tout à l'heure.

Non, ne te fatigues pas. Je sais ce que tu vas me dire Papy.

"Mais gamine, c'est rien, t'as trente sept ans, j'en ai six cents ans, ces gosses de nos jours, j'vous jure". Crois moi, si l'âge faisait vraiment l'expérience, ça ferait longtemps que les Asaris auraient les meilleurs putains d'armées de toute la galaxie ou les meilleurs mercenaires. Spoiler alerte, pour l'armée, les Turiens restent en tête. Et je suis sûre qu'elles se font battre en ce qui concerne le mercenariat.

Si j'avais voulu t'abattre, je t'aurais tiré trois balle entre les deux yeux. Si j'avais voulu te mettre K.O comme tu dis, ça aurait été une seule.
Tu crois que je t'ai combattu ? Je t'ai fais danser. J'aurais été sérieuse, tu ne te serais pas approché. Au sens propre du terme.


La femme croisa les bras. Elle souriait, évidemment. A quel moment ne souriait-elle pas ? Mais il ne s'agissait pas de la moue chaleureuse ou gentiment moqueuse dont elle se couvrait habituellement. C'était celui carnassier de celle qui connaît ses capacités et n'émet pas une hypothèse ; elle affirmait. Si Graash voulait vraiment jouer au con, il se mordrait les doigts.

Krogan ou pas.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 25
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Re: Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs[Ravi]   Lun 26 Juin 2017, 16:42
Et ben, elle avait l'air énervée la turienne ! C'était le prix de son verre ? La veangeance n'est pas qu'une question de poing dans la tronche pour Graash. Non, ce n'était pas à cause du prix du verre, bien que cela pouvait être une des étapes. Son âge. Ce fût lorsqu'elle dit son âge que le Krogan réalisa la cause de sa colère . Ca et le fait qu'il la prenait pour moins expérimentée qu'elle était. Il devait se le reconnaître à lui-même, il a bien foiré son coup. Mais il n' allait pas se vexer comme elle après son discours, buvant une autre gorgée de sa boisson du diable, si tant est que le diable puisse être un concept Krogan et fixa la turienne, l'air haineux, colérique, grognant un peu, avant de rire bruyamment, tapant sur la table .

"Hé, t'étais souple pourtant tout à l'heure, Un balai t'es soudainement rentré dans le cul pour que tu sois aussi rigide? "

L'assemblée s'était retournée vers le Krogan rieur et surtout, vachement vulguaire, les riches fûrent scandalisés, les krogans diplômates esquissèrent un léger sourire, sans doutes amusés. Le Krogan fit signe au serveur qui devait encore être choqué de ses propos de venir . Bien que le siège était confortable, le Krogan s'était mit encore plus à l'aise sur sa chaise, un bras sur le dossier l'air de rien. Lorsque l'employé fût arrivé à hauteur du Krogan, celui-ci l'attrapa par le col, rapprochant son oreille de son énorme bouche, celle capable de vous bouffer la tête, l'air de rien. Même s'il va en prison, même s'il se fait executer par le SSC, la perspective de se faire tuer donnait des frissons à ce pauvre gars qui faisait juste son travail.

"Bon, je veux un véritable alcool, une bouteille d'un truc qui ne respire pas le riche sans aucun goûts. Soit tu me files ça, soit tu peux inviter ton patron à aller se faire voir pour que je paye les boissons. J'lui colle un procès pour attaque au bon goût, j'suis sur qu'un avocat Volus voudra se faire un peu d'argent sur cette affaire et fermer ton bouge d'escroc. "

Relâchant le serveur, Graash arborait un petit sourire sur le visage, satisfait de sa réplique. Il observait la Turienne, se grattant le menton.

"Alors en gros t'es plus vieille que je le pensais et avec beaucoup plus d'expérience que je l'imaginais, et ouais, je me doute bien que t'aurais pu me buter, vu toutes les ouvertures que j 'ai laissé. Mais en même temps, une bagarre dans un bouge et un champ de bataille, ya des différences. Enfin ouais, 'scuse moi de l'erreur, t'emballe plus comme ça, j'ai plus envie de converser après. "

Il se replaçait correctement sur sa chaise, coudes sur la table, sans gêne, il était prêt à raconter sa vie, un truc de vieillard sans doutes. Il fallait dire que l' évocation d'un combat contre une brute réveillait de bons souvenirs de guerre au reptile. Le krogan pointa du doigt ses cicatrices, marque de griffes énormes. Gage pour lui de sa participation à la guerre sur terre.

"Toi aussi t'as combattu une brute hein ? Ben, j'avais plus de munitions, mon marteau avait volé dans un coin, il me restait plus que mes p'tites mains de travailleur pour finir le boulot contre la brute. Tu t'es déjà pris une charge Krogan dans le torse ? Ben, c'est encore pire que ça avec une brute. "

Le serveur arriva avec deux nouveaux verres, et deux bouteilles, cette fois-ci. On pouvait ne pas craindre un Krogan grâce au SSC pas loin, mais la peur d'un Volus qui vous colle un procès, il n'y avait rien de pire pour quelqu'un de la citadelle. L'une était du vrai ryncol, l'autre, un alcool dextro-aminé. Sans doute un genre de whisky, il ne faisait pas attention à la boisson de la demoiselle. Trop occupé à reprendre son récit en se servant un verre.

" J'ai combattu ce machin à mains nues. Le combat le plus intense que j'ai vécu jusque là. Ce machin m'a crevé, mais j'ai eu raison de lui en le tabassant avec un débris d'immeuble pas trop loin, pas trop gros, mais juste assez pour écraser sa sale tête."

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs[Ravi]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Aller viens boire un p'tit coup dans les secteurs[Ravi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Bulle locale :: Citadelle-