AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 [Noveria] Parmi les glaciers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4707-termine-l-artisan
http://www.masseffect-reborn.fr/t4712-journal-de-bord-de-l-artisan


Messages : 57

MessageSujet: [Noveria] Parmi les glaciers   Jeu 20 Avr 2017, 21:22
Intervention MJ : NonDate : 20 avril 2202 RP Tout public
Dalh Elkoss ♦ L'Artisan ♦
Parmi les glaciers


La Gorgone était emplie du ronronnement monotone du puissant réacteur SLM Tantale M-42 qui la propulsait à travers l’espace. De faction militaire, l’ancienne frégate de Cerberus n’avait pas vocation à être confortable et le rugissement du réacteur se faisait entendre, ne cachant rien de la puissance qu’il déployait pour permettre à l’Artisan de se rendre à sa destination. Hormis ce grondement régulier, le vaisseau était calme. Son équipage – réduit au strict minimum – n’était composé que d’une vingtaine de mécas de Cerberus, que le vieil homme avait allégrement reprogrammé pour qu’ils puissent s’acquitter de toutes les taches inhérentes à la conduite et l’entretien d’un vaisseau tel que la Gorgone.

Confortablement installé derrière l’élégant bureau qu’il occupait depuis des années, avant même l’arrivée des Moissonneurs dans la Voie Lactée, l’Artisan terminait de relire un traité concernant les Prothéens écrit par l’éminente Asari Liara T’Soni. Le vieil homme ne l’avait jamais rencontrée, bien entendu, mais il était difficile de s’intéresser profondément aux Prothéens sans tomber rapidement sur des travaux la native de Thessia.

    L’Artisan avait trois passions majeures, pour lesquelles il espérait vivre encore longtemps.


La première, bien entendu, était l’existence même des Moissonneurs. Ils étaient – à son sens – la forme de vie synthétique la plus évoluée possible. Toutes les recherches scientifiques dans le domaine devaient tendre vers cette finalité. Longtemps, l’Artisan avait cherché des réponses aux questions les plus fondamentales de l’existence de telles créatures. Qui les avait construites ? Dans quel but ? Venaient-ils de cette galaxie ? Quel pouvait être le degré de connaissance technologique d’une civilisation capable de créer de telles déités ? Et quel rapport avec les Prothéens ? Leur potentiel destructeur était inégalé, et leur faculté d’adaptation était terrifiante. N’avaient-ils pas le pouvoir d’asservir les espèces inférieures pour les envoyer combattre là où leur taille titanesque ne leur permettait pas d’être efficace ? L’Artisan était formel, des engins de mort aussi parfaitement constitués ne pouvaient pas devoir leur existence et leur mission d’extermination systématique d’une force quelconque. Plus d’une décennie de travail sur les messagers de l’Apocalypse n’avait apporté que davantage de frustration et de questions au vieil homme qui continuait d’espérer un jour pouvoir communiquer avec l’un des monstres.

Venait ensuite les Prothéens. Comment ne pas révérer pareille espèce ? Selon toute vraisemblance, ils avaient dû être en moyen d’observer la Terre alors que l’humanité n’en était qu’à ses balbutiements, alors que les civilisations n’existaient même pas. Il était impossible pour le vieil homme d’oublier ce jour de 2148 où la nouvelle la plus sensationnelle depuis la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb ébranla l’entièreté de la société humaine jusque dans ses tréfonds. Des ruines d’une civilisation alien avancée venaient d’être découvertes sur Mars. Dès lors, comment oublier cette frénésie d’exploration qui avait subitement saisi toute la planète Terre, permettant à l’Humanité de montrer ce qu’elle savait faire de plus beau : la mise en commun des ressources de tous les pays pour une cause plus grande : celle de l’Alliance interplanétaire. Comment oublier, à peine plus d’un an après la découverte de l’avant-poste prothéen, celle du relais Charon ? Et comment oublier l’immense bond en avant effectué par les technologies de la Terre à la suite des secrets prothéens ? Tout cela était gravé dans l’esprit de l’Artisan qui ne pouvait que se passionner pour cette espèce disparue à laquelle l’Humanité devait tant.

Enfin, la plus grande énigme à laquelle faisait actuellement face l’Artisan. Les Rachnis. Pour sûr, le choc avait été conséquent pour le vieil homme à l’époque : il fallait désormais accepter que les Humains n’était qu’une espèce parmi d’autres. Et encore, une civilisation considérée comme belliqueuse et arrogante, bien trop jeune pour avoir son mot à dire dans la politique du Conseil de la Citadelle. Il fallait composer avec l’hostilité à peine voilée des Turiens, l’arrogance sans borne des Asaris, et le mépris des Galariens. Puis, lorsque la place au Conseil fut gagnée par Shepard et ses alliés, il avait fallu lutter face à la jalousie des Volus ou encore la défiance des Butariens. Non, la Terre n’avait pas eu la partie facile. Qui sait où aurait été l’Humanité en ce jour de 2202 si des personnages désormais historiques comme Shepard, Andersen, Udina ou Hackett ne s’étaient pas mobilisés pour défendre les intérêts des Humains ? Et puis, il y avait eu la découverte, sur Novéria d’une race encore plus différente. Les Rachnis, ces insectoïdes présumés exterminés des années avant les premiers vols spatiaux habités sur Terre, lors de l’affrontement idéologique entre les Etats-Unis d’Amérique et l’Union des Républiques Soviétiques Socialistes. Ouvrier de génie d’après les archives qu’avaient consulté l’Artisan, ils s’étaient révélés de dangereux spécimens. L’Artisan n’avait que peu travailler sur leur cas ; l’exobiologie n’était pas son domaine de prédilection. Il avait toutefois assisté un temps l’équipe chargée de développer une technologie susceptible de brouiller les signaux transmis par la reine Rachni. Et puis, il était finalement retourné sur son projet d’IA avant de quitter brièvement Noveria pour un retour sur Terre qui lui avait sauvé la vie. Le complexe de Synthetic Insights avait été dévasté, les Rachnis hors de contrôle avaient commis un massacre avant d’être eux-mêmes neutralisés et Mira, la femme de l’Artisan, avait été mortellement blessée. La reine, elle, avait disparue et était présumée toujours vivante bien que sa traque sur Noveria n’avait rien donné. L’Artisan la recherchait donc activement, espérant de l’aider à un retour de son espèce sur la scène galactique ou – au moins – obtenir l’aide de ses ouvriers pour la construction d’un Moissonneur si l’occasion s’en présentait.

« Artisan, nous arrivons au relais Equi Têta. »

L’esprit bouleversé par le souvenir de sa femme, le vieil homme hocha la tête d’un air peiné, la mâchoire tremblante. Il avait cessé de pleurer depuis bien des années, mais la blessure était toujours là, brûlante, douloureuse, le vide ne serait jamais comblé.

« Compris Euryale. Prépare-toi à contacter notre hôte pour lui signifier notre arrivée. »

La main tremblante, l’Artisan se servit un verre de brandy qu’il vida d’un trait, laissant l’alcool lui brûler le œsophage tout en lui procurant cette sensation si réconfortante de savoir sa douleur bientôt partie. Effectivement, le souvenir s’estompa, comme il le faisait à chaque fois que le natif de la Terre noyait son esprit dans les drogues. Puis, il se leva pour s’observer brièvement dans le miroir de son bureau. Il était convenablement habillé, portant un élégant costard ancien. Toujours tiré à quatre épingles, il avait sa barbe taillée et ses cheveux coiffés selon son habitude.

Une alarme rauque parcourut trois fois d’affilée la Gorgone avant que le grondement du moteur SLM ne s’arrête subitement et que la décélération ne se fasse sentir. Il ne fallut qu’un quart d’instant pour que le rugissement plus aigu du moteur à propulsion par anti-protons ne prenne le relai. L’Artisan s’observa une ultime fois, se donnant un feu vert intérieur pour quitter la pièce. Il passa la porte et quitta l’atmosphère feutrée de son bureau aux tapis recouvrant le parquet pour celle des mornes coursives froides et métalliques de la Gorgone. Seules les lumières minimales étaient allumées, et la détection soudaine du propriétaire du vaisseau dans le couloir déclencha une série d’instruction menant – à terme – à l’activation des éclairages réglementaires de la vieilles frégate. Sur chaque porte, on pouvait encore voir les blasons de Cerberus, toujours fidèles au poste malgré les années. Dans la Gorgone, le temps s’était arrêté, on était toujours en 2186.

Arrivé sur la passerelle, l’Artisan prit une grande inspiration satisfaite en voyant la sphère gelée qu’était Noveria se profiler dans l’encadrement de la baie vitrée. Le cœur du vaisseau, le sacro-saint de n’importe quel bâtiment, sentait le métal, le propre, et l’aseptisé. Il n’y avait nulle fantaisie autre que des dizaines de diodes et plusieurs écrans illuminés ou clignotants alors que cinq mécas pianotaient sur des consoles à diverses positions de l’endroit. Au centre de la passerelle, légèrement surélevé, trônait le siège de commandement du vaisseau, normalement réservé à l’officier en chef. En l’occurrence, l’Artisan aimait y siéger lorsque son bâtiment effectuait des approches planétaires. En réalité, Euryale, l’IV de bord, s’occupait de tout piloter sans même avoir besoin d’utiliser son processeur vocal étant donné qu’elle communiquait directement ses informations par le réseau interne du bord aux mécas chargés de l’assister.

Alors que grandissait devant eux la planète glaciaire, l’Artisan ne put s’empêcher d’avoir un pincement au cœur. Il n’était pas revenu depuis des années, depuis cette fameuse attaque sur le complexe de Synthetic Insights. Il essaya de se focaliser sur autre chose alors que l’approche se poursuivait. Ses pensées l’amenèrent à réfléchir sur la rencontre vers laquelle il se dirigeait, ce à quoi il devait s’attendre.

Dalh Elkoss, l’un des intermédiaires indispensables et impossible à éviter sur Omega souhaitait le rencontrer pour une raison que l’Artisan ignorait. Le vieil homme était méfiant. Il n’oubliait pas qu’existait la possibilité que son identité soit connue et que son profil soit encore recherché par l’Alliance en raison de son appartenance à Cerberus. Toutefois, la curiosité avait fini par l’emporter après que Dalh Terminus – la société du mystérieux personnage – ait lui ai proposé de retrouver le Volus sur Noveria, où se trouvait son laboratoire. Disposer d’une telle infrastructure sur cette planète était un signe de plus de l’importance et de l’influence pourtant difficilement visible du fondateur de Dalh Terminus.

« Gorgone, ici la navette envoyée par monsieur Elkoss, nous vous avons sur nos écrans. Veuillez maintenir votre position tandis que nous nous arrimons. »

Légèrement déformée par la transmission, la voix avait rententi sur les haut-parleurs de la passerelle de commandement. L’Artisan hocha simplement du chef avant de se lever avec la volonté de rejoindre le sas extérieur de la frégate.

« Euryale, le vaisseau est à toi. Maintiens-le en alerte et éloigne-toi si tu remarques quelque chose de suspicieux.

- Bien compris, Artisan.
»

Ce faisant, le vieil homme avait quitté la passerelle et marchait désormais dans les mêmes coursives monotones. Il y avait un air de vaisseau fantôme en la Gorgone, à voir ses couloirs vides, la majorité du vaisseau éteint et son équipage silencieux, vaquant à ses occupations sans préoccupations extérieures. Après quelques minutes de marche, l’Artisan arriva devant l’épaisse première porte du sas qui donnait sur le vide. Un bruit sourd de l’autre côté de la coque lui indiqua que la navette venait de s’arrimer. La grande lumière rouge qui surplombait la porte ronde passa au vert et le grand interrupteur rouge situé sur une console à proximité fut libéré de sa cage de plastique transparente. L’Artisan pressa dessus et la lourde porte se scinda en deux moitiés pour le laisser et entrer dans la navette. Il ne lui restait plus qu’à désormais rencontrer son interlocuteur, où qu’il soit.


Dernière édition par Valerion De Lannist le Sam 29 Avr 2017, 18:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant (banni du Protectorat)
Rang : Maître de la finance
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3123-omnitech-personnel-de-dahl-elkoss


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 1731
Crédits : Sabrus - DeviantArt

MessageSujet: Re: [Noveria] Parmi les glaciers   Sam 22 Avr 2017, 12:42
Parmi les glaciers



20 Avril 2202,
Novéria


La navette s'arrima au vaisseau. Par les écrans, depuis son bureau au sol, Dahl voyait les peintures extérieures du Gorgone, retenant à grand peine un grognement. Cerberus. Sérieusement. L'Artisan était-il un survivant, ou un nostalgique de l'organisation suprématiste humaine ?
Ce n'est pas tant que Dahl était contre l'organisation – il était contre, n'ayant jamais partagé ses intérêts, mais il comprenait cette volonté de mettre son espèce au dessus des autres – mais si l'humain faisait parti d'un groupe raciste et fanatique, il serait difficile de négocier.
Mais quel dommage cela serait-il. L'Artisan montrait des connaissances en technologies prothéennes et moissonneures, ainsi qu'en IA, autant de sciences dangereuses apportant du crédit à la rumeur comme quoi il avait réellement été des scientifiques de Cerberus, et donc qu'il serait prêt à travailler sans prêter garde aux conflits... éthiques, pouvant se poser face à lui. Le genre d'homme que l'Ordre appréciait à sa juste de valeur, le genre d'individu se montrant extrêmement utile sitôt qu'ils étaient bien utilisés. Et acceptaient de rester dans les quelques limites imposées.
La connexion entre les deux vaisseaux s'acheva, et l'humain fit son apparition dans la navette. Rien de réellement impressionnant cela dit, ce vaisseau était purement fait pour les trajets entre Novéria et l'orbite. Seule originalité, ses passagers n'avaient pas à passer par le spatioport de la planète privée.
Les agents du volus accueillirent poliment leur invité, le faisant s'asseoir et lui proposant des rafraîchissements le temps de la descente. Dahl se désintéressa de l'écran : il n'y avait rien de spécial à en tirer, et il préférait se tenir prêt à accueillir l'humain dès son arrivée au laboratoire.



« Artisan. SHHHK. Bienvenue en ces lieux. SHHHK. Je suis Dahl. »

Le volus salua de la tête, dans un bref mouvement, à l'humaine. La salutation la plus répandue consistait à serrer la main, mais l'exocombinaison et la différence de taille rendait ce processus désagréable entre humains et volus.

« Si vous acceptez de me suivre. SHHHK. ». Le volus ouvrit la marche, guidant l'humain vers une salle de discussion plus à même de contenir les premiers échanges. « J'espère que le climat Novéria ne vous dérange pas. SHHHK. Il se pourrait que vous vous y rendiez plus régulièrement. SHHHK. Concernant votre vaisseau, il sera à l'abri le temps de nos discussions. SHHHK. Nous lui avons transmis des coordonnées où rester discret. SHHHK. ». Les deux individus prirent place autour d'une table pouvant accueillir une douzaine de personnes, avec un holoécran au centre. Des gardes restèrent de l'autre côté de la porte.

« Manfred, nous sommes arrivés. ». Un hologramme apparût sur l'une des chaises de la table. Un humain lambda, à l'âge difficilement définissable, qui salua rapidement les deux autres personnes présentes. « Dahl. Artisan. »
« Manfred est notre spécialiste scientifique, SHHHK, actuellement en déplacement. SHHHK. Il pourra répondre à vos questions les plus pointues. SHHHK.

Entrons dans le vif du sujet. SHHHK. Ce laboratoire dispose... d'artefacts, disons. SHHHK. De toutes espèces. SHHHK. Des outils technologiques plus ou moins avancés, SHHHK, et pas toujours dans la lignée des sciences actuelles. SHHHK. Basé sur des technologies autres que prothéenne, SHHHK, abandonnées par les espèces lorsqu'elles ont découvert les balises et un chemin tout tracé. SHHHK.

Mes associés et moi-mêmes souhaitons votre avis d'expert sur ces artefacts. SHHHK. Leur état, leur utilité, leur valeur potentielle, SHHHK, tout ce que vous pourrez en dire. SHHHK.
S'ils sont utilisables, SHHHK, ou réhabilitables, SHHHK, et comment. »


Le volus laissa un instant à l'humain, le laissant ingérer les informations. Étudiant aussi ses réactions attentivement. Les artefacts n'étaient que des prétextes, des moyens de voir les réelles connaissances et habilités du docteur. Ainsi que d'apprendre ce qui le motiverait.

« SHHHK. Évidemment, votre travail sera largement rémunéré. SHHHK. Je peux vous proposer bien d'autres choses que des crédits. »



Notes HRP : Tu peux m'envoyer des questions par MP pour mettre les réponses dans ton post !

Dahl Elkoss : #ffcc00,
James Bringtown : #0066ff


"Tout respirait Dahl Elkoss, le seul volus plus burné qu’un krogan."
- Anton Ardak, 2202
Journal de Bord, avec présentation de mes personnages secondaires




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4707-termine-l-artisan
http://www.masseffect-reborn.fr/t4712-journal-de-bord-de-l-artisan


Messages : 57

MessageSujet: Re: [Noveria] Parmi les glaciers   Sam 29 Avr 2017, 18:37
« Artisan. SHHHK. Bienvenue en ces lieux. SHHHK. Je suis Dahl. »

Lorsque le vieil homme sortit de la navette, il remarqua qu’il se trouvait dans un grand hangar. Devant lui se trouvait un fidèle représentant de cette petite espèce replète qu’était les Volus. Dahl. C’était donc lui. Il avait beau ne guère être impressionnant à première vue, il savait précisément qu’il était devant l’un des piliers d’Omega. Peut-être pas de ce que tous connaissaient, mais sans même connaître le véritable niveau d’influence du Volus, il avait pu constater que son entreprise avait le bras long. C’était suffisant pour l’Artisan qui hocha la tête d’un air respectueux, la différence de taille et la combinaison des Volus ne facilitant pas la poignée de main de rigueur lors de ce genre de rencontre.

« Si vous acceptez de me suivre. SHHHK. »

L’Artisan lui emboîta le pas, suivi de près par les gardes du Volus. Ils commencèrent à marcher dans ce qui ressemblait à un grand complexe scientifique que le natif de la Terre trouvait étrangement vide. Tandis qu’ils marchaient dans des couloirs métalliques et parfaitement aseptisés, le Volus reprit la parole.

« J'espère que le climat Novéria ne vous dérange pas. SHHHK. Il se pourrait que vous vous y rendiez plus régulièrement. SHHHK. Concernant votre vaisseau, il sera à l'abri le temps de nos discussions. SHHHK. Nous lui avons transmis des coordonnées où rester discret. SHHHK. »

Ils finirent par arriver dans une grande salle de réunion, au centre de laquelle traînait une longue table bien supérieure aux besoins de leur présente réunion. Alors que les portes se refermaient sur eux, Valerion put constater que leur escorte s’était positionnée de part et d’autre de la porte, la gardant de près depuis l’extérieur. Ils ne seraient pas dérangés.

« Manfred, nous sommes arrivés. »

L’une des chaises sembla s’illuminer alors qu’un homme d’allure tout à fait banale se matérialisa dessus.

« Dahl. Artisan. »

Une fois de plus, le vieil homme salua d’un signe de tête tandis que le Volus lui en disait un peu plus.

« Manfred est notre spécialiste scientifique, SHHHK, actuellement en déplacement. SHHHK. Il pourra répondre à vos questions les plus pointues. SHHHK. Entrons dans le vif du sujet. SHHHK. Ce laboratoire dispose... d'artefacts, disons. SHHHK. De toutes espèces. SHHHK. Des outils technologiques plus ou moins avancés, SHHHK, et pas toujours dans la lignée des sciences actuelles. SHHHK. Basé sur des technologies autres que prothéenne, SHHHK, abandonnées par les espèces lorsqu'elles ont découvert les balises et un chemin tout tracé. SHHHK. Mes associés et moi-même souhaitons votre avis d'expert sur ces artefacts. SHHHK. Leur état, leur utilité, leur valeur potentielle, SHHHK, tout ce que vous pourrez en dire. SHHHK. S'ils sont utilisables, SHHHK, ou réhabilitables, SHHHK, et comment. »

Il marqua une pause, laissant à l’Artisan le temps qu’il lui fallait pour assimiler toutes les données à prendre en compte. Il se fit la réflexion que ce bruit de décompression dans la combinaison du Volus allait finir par l’agacer sérieusement. Toutefois, la proposition était aussi sérieuse qu’intéressante. Ce n’était pas le cœur de connaissance de l’Artisan, mais il en savait suffisamment pour pouvoir étudier à peu près n’importe quoi. Des années de recherche avaient affiné sa compétence d’archéologue.

« SHHHK. Évidemment, votre travail sera largement rémunéré. SHHHK. Je peux vous proposer bien d'autres choses que des crédits. »

L'Artisan esquisse un sourire poli pour accuser réception de l'information. On arrivait dans la face de négociation. Il était temps pour lui de commencer à discuter avec celui qui lui proposait un nouvel emploi stable, le premier depuis la chute de Cerberus.

« Monsieur Dahl, laissez-moi tout d'abord vous remercier pour votre invitation. Votre action sur Omega ne m'est pas inconnue, et je dois avouer que la curiosité m'a poussée à venir vous rencontrer en personne ici-même. »

Il boit ensuite une gorgée de son verre en ne lâchant pas Dahl des yeux.

« Curiosité qui, une fois encore, s'avère payante, monsieur Dahl. Vous éveillez là mon attention. De quels types d'artefacts parlons-nous, toutefois? Des armes, des prototypes de véhicules, des supports de mémoires ? »

Il balaya l'air d'un geste impatient, il n’attendait en réalité pas de réponse.

« Je ne peux rien promettre, l'exotechnologie est une science délicate. De plus, je suis un vieil homme, monsieur Dahl. J'ai bien assez de crédits pour terminer ma vie plus que confortablement. »

Ce faisant, il se pencha par-dessus la table vers le Volus avec un air inquisiteur.

« Alors, je vous écoute. Qu'avez-vous à m'offrir de plus que de simples espèces sonnantes et trébuchantes? »

La question méritait d’être posée. L’Artisan ne crachait jamais sur de l’argent en plus, quand bien même il n’en avait pas besoin. Il s’était affranchi de cette contrainte depuis un bon moment déjà, mais il voulait voir ce que le Volus cachait. On n’invitait pas simplement un personnage de la stature dont il se considérait sans avoir un minimum d’idée derrière la tête.

« SHHHK. Tout cela, et d'autres encore. SHHHK. Technologies de communication, SHHHK, systèmes de propulsion spatiale différents de l'ézo, SHHHK, plans de mécaniques de constructions et systèmes de défense. SHHHK. Ce que les espèces faisaient, SHHHK, ce qu'elles ont créé par elle-même, SHHHK, avant d'entrer dans le moule prévu par les Moissonneurs. »

Le Volus restait vissé dans son siège, assis face à l’Artisan.

« SHHHK. Ce que je peux vous offrir ? SHHHK. La possibilité de satisfaire votre curiosité, voyons. SHHHK. Pas celle de me voir, SHHHK, mais celle d'user des technologies, SHHHK, et non de les regarder comme des antiquités poussiéreuses. SHHHK. »

Dahl se redressa, se penchant à son tour vers l'humain, écartant les bras sur la table comme accueillant toute la pièce en son sein.

« Vous n'êtes pas un vieillard retraité. SHHHK. Vous êtes un scientifique. SHHHK. Votre nom même le hurle à la galaxie. SHHHK. Vous vivez pour créer. SHHHK. Pour laisser votre marque, SHHHK, pour aller au-delà de ce que font les autres. SHHHK. Mais sur Oméga, vous ne le pouvez pas. SHHHK. Vous n'y aurez pas les financements, SHHHK, et même si vous les avez, SHHHK, vous ne pourrez pas créer sans attirer l'attention des puissants. SHHHK. Ils vous recruteront ou vous tueront, SHHHK, et votre nom sera oublié tandis que vos travaux seront volés. »

Il marquait des points, il avait indéniablement raison, le vieil homme était bien obligé de le reconnaître. Toutefois, il semblait au moins ignorer la part qu’avait prise l’Artisan dans les travaux de Cerberus. Il avait déjà marqué la galaxie, ses créations, tout du moins.

« SHHHK. Vous pouvez tenter le coup. SHHHK. Ou vous pouvez accepter ma première offre, SHHHK, et compter sur de plus étroites collaborations à l'avenir. SHHHK. Vous connaissez ma réputation, SHHHK, vous savez ce que j'attends de mes hommes, SHHHK, et ce que je peux leur fournir. SHHHK. L'efficacité absolue, et les moyens de la mettre en place. »

L'air agréablement surpris, le vieil homme se renfonça dans son fauteuil, comme pour chercher une position plus confortable. Au moins, ils allaient droit au but. Pour le scientifique qu’il était, c’était agréablement surprenant.

« Je vois. Je comprends mieux pourquoi vous vous êtes installé ici, monsieur Dalh. »

Un bref sourire passa sur le visage de l'artisan à la mention de planète, tandis qu'il finit par se lever, se dirigeant vers la baie vitrée de la salle de réunion, tournant le dos à ses interlocuteurs. Il resta là quelques secondes, silencieux, à observer le blizzard charrier de la neige entre les sommets aiguisés de Noveria. Cela lui avait manqué.

« Je suis un scientifique, vous l'avez dit vous-même. Je ne suis donc pas vraiment coutumier des négociations sinueuses que vous devez avoir l'habitude de mener, Volus. C'est bien pour votre réputation, que je vous rencontre. Vous avez des moyens qui m'intéressent. Je ne vous demanderai pas un salaire délirant, une simple compensation suffira. Ce que je veux, c'est un accès total et sans limite à vos ressources scientifiques. Des localisations, des champs de fouilles, des artefacts, en priorité Moissonneurs. Sachez que je suis prêt, le cas échéant, à vous offrir bien plus qu'une simple expertise technique. »

« SHHHK. Manfred. »

Un mot. Le seul nom de son assistant scientifique, et l’on pouvait prendre toute la mesure de l’autorité et de l’emprise qu’avait Dahl sur son entreprise, quelle qu’elle pouvait être. Il n’avait même pas daigné jeter un coup d’œil à l’hologramme. Une liste apparût sur l'holoécran de la table, ainsi qu'en transparence sur la baie vitrée où l'Artisan admirait le paysage désolé de la planète glacée.

« Ceci est une liste des artefacts sur lesquels nous travaillons, ainsi que des endroits où nous les étudions. Comme vous vous en doutez, il s'agit principalement de sites de fouilles sur les planètes mères et le premières bases des différentes espèces, ainsi que de fusées et autres appareils envoyés dans l'espace et que nous avons retrouvé au cours des années. Dans un premier temps, c'est sur ces domaines que nous aimerions vous voir travailler. »

L'hologramme s'interrompit un instant, comme préparant ses prochaines déclarations. L'artisan ne lui prêtait pas vraiment d'attention, plongé dans l'analyse de la liste qu'on venait de lui transmettre. C’était phénoménal. Si n’importe qui d’autre lui avait présenté une telle liste, il aurait hurlé à la falsification, au complot et à la malhonnêteté scientifique. Mais étrangement, il y croyait. Il était aspiré par les différentes conclusions qui pouvaient déjà être tirées d’une simple liste bien ordonnées comme celle-ci. Les hommes de Dahl étaient compétents, c’était indéniable.

« Si nous sommes satisfaits de vos travaux, vous aurez accès au reste de notre, y compris sur nos travaux portant sur les Moissonneurs et les Prothéens. »

Manfred ne dit rien de plus, laissant à Dahl le soin de reprendre la parole. Lorsque ce dernier commençant à s’exprimer, l’Artisan se concentra de nouveau, abandonnant presque à regret l’étude des données affichées sur la baie vitrée.

« SHHHK. Bien évidemment, la discrétion la plus absolue est exigée. SHHHK. Comprenez là que même cette invitation ici est une profonde marque d'intérêt, SHHHK, et un premier pas important pour la confiance. SHHHK. Ne vous avisez pas de ne pas la mériter. SHHHK. »

Dahl ne donna pas plus de précisions. La brutalité dont il avait fait preuve sur Oméga n'était un secret pour personne. Cela faisait dix ans que le vieil homme en avait fait sa base d’attache pour son vaisseau.

« Dans le cas où vous accepterez cette offre, SHHHK, nous vous fournirons les autorisations nécessaires pour accéder à nos sites de fouilles. SHHHK. Vos travaux seront à rendre en exclusivité à Manfred, SHHHK, qui dirige cette section scientifique. SHHHK. Il est rigoureusement interdit de transmettre ces informations à d'autres intermédiaires sans autorisations, SHHHK, et plus encore d'informer qui que ce soit de données existantes sur les technologies prothéennes ou moissonneuses. »

Le financier commença à pianoter son omnitech, déclenchant la préparation d'un contrat provisoire.

« SHHHK. Ce sont nos exigences. SHHHK. Si vous y répondez, SHHHK, et vous montrez à la hauteur, SHHHK, vos souhaits seront exaucés, et même surpassés. SHHHK. Nous rejoindre n'est pas une chose aisée, Artisan, SHHHK, mais soyez en assuré... »

Le Volus se leva et s'approcha de l'humain, contemplant à son tour les plaines gelées.

« Vous ne trouverez nul part ailleurs dans cette galaxie ce que nous avons à proposer. »

L’Artisan était encore estomaqué par la teneure de la liste qu’on venait de lui présenter. Indéniablement, l’offre du Volus était unique.

« De ce que je peux voir, vous avez là des objets appartenant à une bonne demi-douzaine d'espèces différentes, toutes antérieures aux Prothéens. Certains avec des similitudes assez singulières entre eux, malgré leur grand âge. C'est une prouesse scientifique majeure, monsieur Dahl. La plupart des instituts de recherche conciliens se seraient ruinés pour ne pouvoir qu'approcher cette liste... Pourquoi avoir conservé tout cela pour vous? Quel est votre but ? »

Le Volus rit.

« Mais enfin, la Science! SHHHK. Cette organisation n'a d'autres buts. SHHHK. Et si vous demandez mon objectif, SHHHK, le défi. SHHHK. Vous n'imaginez pas le challenge que cela représente de tout financer. »

L'artisan posa un regard mi-surpris mi-glacial sur le Volus. Il croisa les bras dans son dos. Le prenait-on pour un idiot ?

« Vous êtes tout de même conscient que je n'en crois pas un mot?

- SHHHK. Ce que vous croyez ou pas ne m'importe pas. SHHHK. Vous n'êtes pas encore membre de l'organisation, SHHHK, pas digne de confiance, SHHHK, tout juste en phase de recrutement. SHHHK. Si cette réponse ne vous convient pas, vous pouvez quitter cette pièce, cette planète, et oublier cette offre.
»

Toute chaleur avait quitté la voix du Volus. L'artisan éclata d'un rire contrit. Il avait fait mouche, se faisant confirmer qu’on avait essayé de le prendre pour un Varren. Il essaya de rassurer son interlocuteur.

« Je ne demande pas à percer vos secrets, monsieur Dahl. Je voulais vous rappeler que je ne suis pas n'importe qui, inutile pour vous de me présenter votre façade de mécène de la Science. »

C’était faux bien entendu, il se demandait bien ce après quoi pouvait courir le Volus. Un petit rire nerveux passa sur la lippe du vieil homme.

« Façade très réussie, je dois vous l'avouer. »

Il haussa finalement les épaules, recentrant son attention sur le paysage. Ce n’était pas ce qui était le plus important, pour le moment.

« J'aimerais pouvoir investir dans votre entreprise, également, monsieur Dahl. Je suis en mesure de vous apporter des liquidités supplémentaires que je me ferai une joie d'investir chez vous. Je n'ai nul doute que ce serait particulièrement rentable. »

Le Volus émit un rire. Pas mauvais ni moqueur, plutôt légèrement surpris. C’était un son que l’Artisan catégorisa immédiatement comme désagréable.

« SHHHK. Pourquoi pas. SHHHK. Je vous ferai parvenir des actions de Dahl Terminus. SHHHK. Elle fonctionne particulièrement bien. SHHHK. Pour les autres, peut être avec le temps. SHHHK. Mais ne vous y trompez pas : ce sont vos connaissances et capacités qui nous intéressent, SHHHK, pas vos liquidités. SHHHK. Quant à ce rôle de mécène... SHHHK. Sachez que vous ne travaillerez pas pour Dahl Terminus. SHHHK. Mon ancien groupe marchant est principalement centré sur Oméga, SHHHK, et spécialisé dans la vente d'armes. SHHHK. Dans les missions que je vous propose, SHHHK, vous croiserez un certain nombre de noms différents, SHHHK, certains connus et d'autres non. SHHHK. Vous vous y habituerez. SHHHK. Mais il est temps d'avoir une réponse. SHHHK. Artisan, acceptez vous mon offre ? »

Le vieil homme eu un sourire mystérieux. Dahl était pressant, c’était agréable de voir quelqu’un qui n’aimait pas perdre son temps. Toutefois, il n’était pas encore prêt à donner sa réponse, il n’avait pas totalement pris sa décision malgré l’attirance évidente qu’elle avait.

« J'ai encore deux questions, si vous me le permettez, Volus. »

Il patienta quelques secondes, puis, voyant que son interlocuteur ne réagissait pas, il enchaina.

« Vous êtes sans doute tout à fait informé que si j'ai gagné ce sobriquet d'Artisan, c'est par ce que je conçois des IV et des mécas... Pourquoi ne pas me demander quoi que ce soit concernant ceci ? »

Le Volus ne répondit pas tout de suite, réfléchissant. L'honnêteté pleine et entière n'était pas de mise, ils se jaugeaient tous deux, essayaient de comprendre les véritables motivations de chacun, et les vrais enjeux de cette rencontre.

« SHHHK. Nous le savons. SHHHK. Nous en reparlerons. »

Le vieil homme acquiesça, l'air intrigué. Il n’en dirait pas plus, c’était évident. Restait la dernière question, anodine, mais qui taraudait l’esprit du vieil homme.

« Fort bien. Voici donc la dernière chose qui me taraude, Volus. Depuis combien de temps? Depuis combien de temps accumulez-vous ces reliques? »

Une nouvelle fois, le Volus prit son temps pour répondre. Une fois de plus, l’Artisan avait le sentiment d’avoir tapé juste.

« SHHHK. Je ne suis pas l'instigateur de ce projet. SHHHK. Ces artefacts ont été découverts par mes prédécesseurs. SHHHK. Mais nous ajoutons tous une pierre à cet édifice. »

L'artisan hocha la tête d'un air entendu. C’était bien ce qu’il pensait. Il semblait impossible d’avoir pu trouver autant d’artefacts en une seule vie. Ou alors, les moyens de Dahl étaient bien supérieurs à tout ce qui pouvait être imaginé.

« Fort bien. Je n'en demanderai pas plus pour le moment. C'est d'accord, monsieur Dahl. J'accepte de mettre mes connaissances à votre service. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant (banni du Protectorat)
Rang : Maître de la finance
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3123-omnitech-personnel-de-dahl-elkoss


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 1731
Crédits : Sabrus - DeviantArt

MessageSujet: Re: [Noveria] Parmi les glaciers   Mer 03 Mai 2017, 22:36
Parmi les glaciers



20 Avril 2202,
Novéria


« Fort bien. Je n'en demanderai pas plus pour le moment. C'est d'accord, monsieur Dahl. J'accepte de mettre mes connaissances à votre service. »

Le financier acquiesça de la tête. Il tapota son omnitech, envoyant un dossier à son nouvel employé : un contrat en apparence banal pour une entreprise lambda. Mais derrière, un bijou de codage aux fonctions adaptatives.

« SHHHK. Simple trace montrant que vous avez un boulot. SHHHK. Il évoluera selon vos besoins du moment, SHHHK, vous permettant d'accéder à nos sites. SHHHK. Ne songez pas à en abuser pour allez à des endroits où vous n'avez rien à faire. SHHHK. Et maintenant, je vais vous faire visiter le laboratoire. SHHHK. Manfred. », termina le volus en saluant l'hologramme qui disparût après un bref signe de la tête.

Dahl ouvrit la marche, quittant la pièce pour être rejoint par quelques autres personnes. Un secrétaire, deux gardes, quelques laborantins venant demander des financements. Dahl se fit accompagner des premiers, congédia pour plus les derniers, et fit signe à l'Artisan de le suivre.

« SHHHK. Laboratoire Dahl Terminus. SHHHK. Son travail : concevoir et améliorer les équipements de combats vendus par l'entreprise. SHHHK. Surtout des armes. SHHHK. »

Sur un rythme de marche tranquille, le petit groupe atteignit une première salle de test, observable à travers des vitres. Les scientifiques s'attelaient à des simulations informatiques. Dahl ne tenta pas de faire croire qu'il savait exactement ce que faisaient ces hommes : lui-même n'avait une connaissance que très basique de la science.

« La plupart des armes et armures étudiées et développées ici sont basées sur des modèles turiens. SHHHK. Quelques équipements butariens et asaris, aussi. SHHHK. Mais ce n'est pas cette section qui vous intéressera le plus. »

La troupe s'enfonça dans le laboratoire, franchissant un portique indiquant une zone de haute sécurité.

« SHHHK. Ici, toutes les recherches sont expérimentales. SHHHK. Développement et remise à niveau de technologies anciennes, SHHHK, ou soutien à d'autres laboratoires expérimentaux. SHHHK. »

Le volus s'arrêta dans une salle vide, dotée de tout le matériel nécessaire pour faire des projections et manipulations holographiques. Le reste de la troupe, excepté l'Artisan, resta en dehors.

« L’ensemble des artefacts que nous trouvons se voit scanné et transféré sur nos serveurs, SHHHK, dont ici. SHHHK. La plupart des tests théoriques se font ainsi, SHHHK, pour éviter de détruire accidentellement un artefact. SHHHK. En dehors de ça, les laboratoires se spécialisent pour obtenir des artefacts. SHHHK. Celui-ci travaille sur les anciennes technologies turiennes, par exemple. SHHHK. Rien d'aussi ancien que les objets pré-prothéen donc, mais intéressant aussi. SHHHK. Saviez vous que les turiens avaient cherché à développer des armes utilisant les ondes agressives de leur soleil ? »

Le volus ricana. L'idée était tombée à l'eau : extrêmement coûteuse en énergie, complexe à transporter, inutilisable en dehors des bonnes conditions atmosphériques. Mais l'idée était là, et associée à la bonne technologie, elle pouvait devenir rentable.

« Quoiqu'il en soit, voici le genre d'endroit auxquels nous vous fourniront l'accès. SHHHK. Les labos et les sites de fouilles. SHHHK. D'abord sur des artefacts non-prothéens et non-moissonneurs. SHHHK. Nos plus brillants scientifiques travaillent déjà sur ces derniers, SHHHK, et Manfred est extrêmement exigeant sur ceux qu'il accepte directement à son service. SHHHK. Mais je sens que vous en avez le potentiel. »

L'Artisan en avait même déjà les capacités, en fait. Mais les connaissances des Archivistes étaient immenses, et seul ceux ayant prouvé leur loyauté pouvaient y accéder.

« SHHHK. Des questions ou remarques ? »



Notes HRP :

Dahl Elkoss : #ffcc00,
James Bringtown : #0066ff


"Tout respirait Dahl Elkoss, le seul volus plus burné qu’un krogan."
- Anton Ardak, 2202
Journal de Bord, avec présentation de mes personnages secondaires




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4707-termine-l-artisan
http://www.masseffect-reborn.fr/t4712-journal-de-bord-de-l-artisan


Messages : 57

MessageSujet: Re: [Noveria] Parmi les glaciers   Ven 05 Mai 2017, 22:56
Et voilà. Il avait accepté. Presque quinze ans après avoir accepté de nouer sa destinée à Noveria une première fois, il remettait le couvert. Ces monts enneigés et ces glaciers avaient été source d’immenses promesses pour l’Artisan. On vivait alors dans une autre galaxie, c’était une autre époque. Les Moissonneurs n’existaient même pas. On avait peine à connaître les Prothéens. Les Geths étaient des forces hostiles à tout être vivant. Et l’humanité n’était qu’une espèce de second rang, mal intégrée, mal considérée. Oh oui, ils avaient parcouru un sacré chemin. Les natifs de la Terre étaient désormais respectés.

Le bruit de décompression du filtre de la combinaison de Dahl ramena l’Artisan à la réalité. Synthetic Insights appartenait désormais au passé. Il lui fallait aller de l’avant. Il avait encore tant à faire, et si peu de temps. Le Volus pianota quelques petites choses sur son omnitech.

« SHHHK. Simple trace montrant que vous avez un boulot. SHHHK. Il évoluera selon vos besoins du moment, SHHHK, vous permettant d'accéder à nos sites. SHHHK. Ne songez pas à en abuser pour allez à des endroits où vous n'avez rien à faire. SHHHK. Et maintenant, je vais vous faire visiter le laboratoire. SHHHK. Manfred. »

Après un rapide hochement de tête, ledit Manfred s’estompa alors que le projecteur holographique s’éteignait. Dahl Elkoss n’avait décidément l’air de rien d’autre qu’un petit intrigant replet, mais sa façon d’agir, d’aller et venir… d’être, même, laissaient transparaître bien plus que ça.

L’Artisan n’était pas à proprement parler impressionné ou apeuré. Il avait connu bien pire. Cerberus n’était pas précisément dirigé par des enfants de chœurs. Omega était aussi une maîtresse sévère pour qui n’y prêtait pas attention. L’Artisan ne se sentait pas précisément inférieur non plus au Volus. Il n’avait pourtant certainement pas son niveau d’influence ou de ressources. Cela lui importait peu, en fin de compte. Ce qui comptait, c’était ce que pouvait apporter le Volus aux aspirations du vieil homme.

Dahl quitta finalement la pièce, l’Artisan le suivant d’un air dubitatif. Un laboratoire. Que diantre allait-il y voir ?

Plusieurs personnages secondaires se rallièrent à la petite procession qui commençait à traverser les mêmes couloirs que plus tôt. Les quelques scientifiques venus plaider pour des subventions supplémentaires se firent rapidement écarter pour ne laisser qu’une sorte d’assistance et les gardes. Et l’Artisan, attentif à tout. C’était le premier contact qu’il allait avoir avec les opérations si secrètes de Dahl. Il ne voulait rien manquer. Peut-être que quelque chose lui mettrait la puce à l’oreille sur tous ces secrets.

« SHHHK. Laboratoire Dahl Terminus. SHHHK. Son travail : concevoir et améliorer les équipements de combats vendus par l'entreprise. SHHHK. Surtout des armes. SHHHK. »

Ne se pressant pas, ils finirent par arriver devant un grand ensemble de vitres donnant sur ce qui était une vaste salle chargée d’engins clignotants. Au milieu de toute cette masse métallique scintillante, quelques scientifiques bourdonnaient autour de moniteurs en veille ou de quelques outils dont le vieil homme reconnaissait aisément l’utilité. Un sourire nostalgique détendit sa moue sceptique. Voilà bien longtemps qu’il n’avait pas vu une équipe aussi bien équipée et aussi concentrée. Pas depuis Cerberus, pas depuis douze longues années d’errance dans les systèmes Terminus.

« La plupart des armes et armures étudiées et développées ici sont basées sur des modèles turiens. SHHHK. Quelques équipements butariens et asaris, aussi. SHHHK. Mais ce n'est pas cette section qui vous intéressera le plus. »

Turiens. Le regard du vieil homme se durcit tandis qu’il croisait celui – opaque – du Volus. L’Artisan avait beau en avoir fréquenté quelques uns, et il savait qu’un de leur représentant avait été un élément central dans la lutte contre les Moissonneurs, et un autre dans un début de pacification d’Omega, il ne parvenait pas à leur faire confiance. Les séquelles de la guerre du Premier contact étaient encore là, bien présentes dans le cœur du vieil homme qui n’était pourtant alors qu’un étudiant à l’université. Il ne s’hasarda pas à contredire le puissant homme d’affaires. Ils reprirent finalement leur promenade au sein des laboratoires jusqu’à parvenir à une lourde porte signalant assez clairement qu’ils arrivaient dans une zone à accès restreint. Ils passèrent sans être inquiétés, le Volus était après tout le maître incontesté des lieux.

« SHHHK. Ici, toutes les recherches sont expérimentales. SHHHK. Développement et remise à niveau de technologies anciennes, SHHHK, ou soutien à d'autres laboratoires expérimentaux. SHHHK. »

D’autres laboratoires expérimentaux… Artisan nota l’information dans un coin de sa tête. Il y avait donc plusieurs complexes scientifiques comme celui-là ?! En fin de compte, Dahl était peut-être sincèrement bien plus puisant qu’il n’essayait de le dissimuler. Ils s’étaient de nouveau arrêtés. Cette fois-ci, la salle semblait étrangement vide. Ils n’entrèrent que tous les deux.

La première chose que le vieil homme notifia était la propreté des lieux. Ce n’était pas là un complexe scientifique construit à la va-vite, dans des conditions d’hygiène douteuses. Tout était à la pointe du progrès. C’était rassurant.

« L’ensemble des artefacts que nous trouvons se voit scanné et transféré sur nos serveurs, SHHHK, dont ici. SHHHK. La plupart des tests théoriques se font ainsi, SHHHK, pour éviter de détruire accidentellement un artefact. SHHHK. En dehors de ça, les laboratoires se spécialisent pour obtenir des artefacts. SHHHK. Celui-ci travaille sur les anciennes technologies turiennes, par exemple. SHHHK. Rien d'aussi ancien que les objets pré-prothéen donc, mais intéressant aussi. SHHHK. Saviez vous que les turiens avaient cherché à développer des armes utilisant les ondes agressives de leur soleil ? »

L’Artisan se mit à sourire. Encore ces Turiens… L’idée était pour le moins audacieuse. Elle méritait sans doute que l’on s’y penche d’ailleurs un peu plus dessus. Ce n’était bien entendu pas ce qui intéressait le vieil homme en premier lieu, mais la curiosité scientifique n’était jamais bien loin. Il savait qu’il correspondait ainsi au cliché de l’homme de science perdant tout jugement face à un nouveau mystère, à une nouvelle étude à mener. Tel était l’Artisan. Passionné par la Science, par les IA, et la robotique.

« Quoiqu'il en soit, voici le genre d'endroit auxquels nous vous fourniront l'accès. SHHHK. Les labos et les sites de fouilles. SHHHK. D'abord sur des artefacts non-prothéens et non-moissonneurs. SHHHK. Nos plus brillants scientifiques travaillent déjà sur ces derniers, SHHHK, et Manfred est extrêmement exigeant sur ceux qu'il accepte directement à son service. SHHHK. Mais je sens que vous en avez le potentiel.

- Oh, vraiment?
» railla l'Artisan.

On y était. C’était donc cela, le test. Pas question de toucher aux technologiques qui intéressaient véritablement l’Artisan avant de le voir s’essayer sur autre chose. L’Artisan laissa échapper un rire moqueur accompagné d’un rictus narquois. Ce faisant, il évoluait lentement dans la pièce, laissant ses mains effleurer les technologies et les outils présents, comme s’il cherchait à s’imprégner de la pièce. Il y avait une sorte de mysticisme dans la démarche de l’Artisan lorsqu’il se préparait à observer, à étudier ou à créer. Il semblait se détacher des questions de ce bas-monde pour s’élever, comme s’il entrait en transe.

« SHHHK. Des questions ou remarques ? »

La question le ramena sur Noveria aussi sec. Des questions ou des remarques. Oui, il avait cela en stock. Mais il y avait autre chose. Quelque chose qui le troublait. Quelque chose, qui l’agaçait, en réalité. Ce Manfred s’était à peine exprimé, il n’avait même pas été là en personne, mais le vieil homme ne le supportait déjà pas. Le regard glacial de l’aristocrate français se posa sur le Volus.

« Soyons sérieux deux minutes. Je suis votre scientifique le plus brillant, Dahl. Je pensais que vous l’auriez compris, depuis le temps. »

Il rompit le contact visuel et reprit sa lente exploration de la salle, l’air calme, le pas délicat.

« Vous avez tout ce dont pourrait rêver n’importe quel chercheur. C’est impressionnant. »

Un sourire plus carnassier fit son apparition sur les lèvres fines du vieil homme.

« Je me plierai à votre évaluation. Le plus vite je pourrai véritablement me mettre au travail, mieux ça vaudra. J’ai besoin de savoir si je serai affecté quelque part ou en mesure de me déplacer. J’ai des obligations sur Omega. A moins que je ne sois affecté ici… ? »

Cela ne l’arrangerait en rien. Outre de devoir vivre de nouveau sur ce caillou gelé qu’il avait du mal à apprécier, l’Artisan travaillait aussi de près avec l’Orphelinat des Ombres. Il tenait également à son vaisseau. La Gorgone contenait toute sa vie, il lui était hors de question de la laisser.

« Qu’attendez-vous de moi, maintenant ? Quand puis-je commencer ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant (banni du Protectorat)
Rang : Maître de la finance
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3123-omnitech-personnel-de-dahl-elkoss


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 1731
Crédits : Sabrus - DeviantArt

MessageSujet: Re: [Noveria] Parmi les glaciers   Lun 08 Mai 2017, 13:12
Parmi les glaciers



20 Avril 2202,
Novéria


« Soyons sérieux deux minutes. Je suis votre scientifique le plus brillant, Dahl. Je pensais que vous l’auriez compris, depuis le temps. »

Dahl se retint de rire. Déjà, parce qu'il ne trouvait pas ça drôle. Ensuite, parce qu'il était habitué à se contrôler. Et enfin, parce que ce n'était pas en méprisant l'orgueilleux humain qu'il en ferait un élément valable.

« Vous avez tout ce dont pourrait rêver n’importe quel chercheur. C’est impressionnant. »

L'humain souriait, l'air avide et ravi. Et encore, tu n'as pas tout vu, se dit le volus. Mais une nouvelle fois, l'Artisan devait faire ses preuves.

« Je me plierai à votre évaluation. Le plus vite je pourrai véritablement me mettre au travail, mieux ça vaudra. J’ai besoin de savoir si je serai affecté quelque part ou en mesure de me déplacer. J’ai des obligations sur Omega. A moins que je ne sois affecté ici… ? Qu’attendez-vous de moi, maintenant ? Quand puis-je commencer ? »
« SHHHK. Vous êtes libre d'aller et venir. SHHHK. Je suis un mécène, pas un baby-sitter. SHHHK. Maintenez le secret sur vos activités pour nous, SHHHK, restez en contact régulier avec Manfred, SHHHK, répondez à l'appel quand nous aurons des missions spécifiques à vous confier, SHHHK, nous ne demandons pas plus. SHHHK. Évidemment, si vous faites des trouvailles, SHHHK, ou avez des pistes de recherches, SHHHK, ou souhaitez obtenir du soutien pour mener une recherche, SHHHK, contactez nous. SHHHK. C'est comme ça que vous nous prouverez véritablement votre valeur. SHHHK. »

Le volus se rapprocha de l'humain, le vissant de son regard.

« SHHHK. Je ne dis pas ça par hasard. SHHHK. Vous êtes meilleur scientifique que n'importe qui à Dahl Terminus. SHHHK. Mais vous n'avez aucune idée des collègues ou des moyens avec lesquels vous pourriez travailler. SHHHK. Même si les rumeurs concernant vous et Cerberus sont réelles. SHHHK. »

Le volus espérait que citer directement la puissante organisation terroriste pro-humaine aurait un peu plus d'effet. Il serait dommage de devoir cantonner l'humain à un rôle secondaire à cause d'une trop grande fierté.

« Je ne dis pas ça par mépris, SHHHK, pas plus que je ne vous sous-estime. SHHHK. Je veux seulement que vous ayez conscience de ce qui s'offre à vous, SHHHK, pour que vous donniez le meilleur de vos capacités. SHHHK. Je n'ai pas l'habitude de faire de mauvais investissements, SHHHK, et il serait déplorable que votre potentiel ne soit pas pleinement exploité. »

Le volus s'éloigna ensuite, laissant un silence s'installer. L'avenir dirait si ces remarques auront fait leur effet, ou non.

« SHHHK. Maintenant, si vous n'avez plus de remarque, je vais vous laisser. SHHHK. N'hésitez pas à étudier ce qui se trouve ici, SHHHK, ou réfléchir à où vous souhaitez aller. SHHHK. Mes hommes vous raccompagneront à votre vaisseau quand vous le souhaiterez. SHHHK. Concernant Manfred et moi-même, SHHHK, vous pourrez nous contacter via votre contrat. SHHHK. »



Notes HRP :

Dahl Elkoss : #ffcc00,
James Bringtown : #0066ff


"Tout respirait Dahl Elkoss, le seul volus plus burné qu’un krogan."
- Anton Ardak, 2202
Journal de Bord, avec présentation de mes personnages secondaires




Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Noveria] Parmi les glaciers   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Noveria] Parmi les glaciers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Nébuleuse de la Tête de cheval-