AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Un geth, une asari et beaucoup de flingues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


En ligne
De la Magie dans l'air
Messages : 653

MessageSujet: Un geth, une asari et beaucoup de flingues   Mer 12 Avr 2017, 01:48
Intervention MJ : NonDate : 10 Mars 2202 RP Tout public
Informateur ♦ Beeythia Moraios
Un geth, une asari et beaucoup de flingues



Une autre belle journée sur Illium. L'étoile de la planète était bien haute dans le ciel et les grandes villes bourdonnaient d'activité en tout genre. Comme à son habitude, le commerce et l'argent dominaient sur cette planète asari des systèmes terminus. Cette planète faisait partie des rares mondes civilisés de cette zone galactique... ou du moins, civilisés en apparence. Après tout, quiconque avec un peu de jugeote savait qu'Illium pouvait parfois être aussi dangereuse qu'Oméga. La différence c'était des problèmes financier qui vous causaient des problèmes et non des criminels en tout genre. Contrat de servage, drogue, financier crapuleux. Ce n'était pas les attrapes qui manquaient sur cette planète. Voilà pourquoi il valait mieux être prudent dans ce monde.

Toutefois, cela n'avait pas vraiment d'importance pour l'heure. L'important concernait plutôt un visiteur plutôt atypique de la planète. Bien sûr, Illium recevait son lot d'individus en tout genre et de toute races. Des mercenaires asari, des criminels butariens, des évangélistes hanari, des artistes elcors, etc. Cependant, il était plus rare d'y trouver des geths, surtout un geth avec un petit animal. Voilà ce fameux visiteur atypique. Ce geth à la poitrine et aux yeux rouges, avec des bandes blanches sur le torse. Le tout avec un petit animal originaire de Rannoch, un gohala, perché sur sa tête. Un duo qui était loin de passé inaperçu, même sur une planète aussi cosmopolite qu'Illium. Que pouvait bien faire un geth sur Illium? La réponse était très simple: des affaires commerciales.

Depuis maintenant quelques mois, le GIP cherchaient de nouveaux fournisseurs en armement, afin d'augmenter et de diversifié ses réserves d'armes. Pour ce faire, ils avaient lancés une annonce envoyés aux diverses sociétés privés d'armement à travers la galaxie. Puis, il avait suffit d'attendre les appels d'offre des compagnies. Rapidement, la liste c'était réduite à trois entreprises. L'une d'elle, Lumiéna Corporation, se trouvait sur Illium. Voilà la raison pour laquelle le GIP avait dépêché l'un des siens sur la planète, afin de bien prendre connaissance de l'offre de l'entreprise et pour tester le matériel proposé. Évidemment, il n'avait pas envoyé n'importe qui. Chaque entreprise recevrait la visite d'un membre haut gradé du GIP. C'était donc le capitaine Informateur qui avait été choisi pour cette entreprise.

Quand le geth avait reçu sa nouvelle affectation, il n'avait pas hésité une seule seconde. Il était retourné dans on lieu de résidence, afin d'aller chercher son animal de compagnie. Un gohala des montagnes répondant au nom d'Anuli. La charmante créature avait sauté sur son maître dès son arrivé, grimpant sur lui comme il aimait tant le faire. Informateur avait pris quelques trucs nécessaires pour le gohala, puis avait pris la première navette disponible pour Illium. À peine arrivé, Anuli démontra beaucoup d'enthousiasme. Il faut dire que le duo était déjà venu sur place, pour promouvoir les gohalas et en ouvrir le marché sur la planète. Cela avait plutôt bien fonctionné. D'ici quelques mois, divers animaleries de la planète commencerait à vendre des gohalas des montagnes et des plaines.

En chemin vers la Lumiéna Corporation, Informateur étudia rapidement des informations sur la compagnie. Elle était désormais dirigé par une asari répondant au nom de Beeythia Moraios. La compagnie avait été averti de sa venue, mais apparemment, cela se limitait à son grade et son heure approximative d'arrivée. Le geth arriva sur place avec une dizaine de minutes d'avance. Certains employés le dévisagèrent alors qu'il pénétrait dans les lieux. À moins que ce soit le duo geth gohala qui les faisaient réagir? Peu importe, Informateur arriva à la réception et s'adressa directement à la réceptionniste asari.


-Bonjour, je suis le capitaine Informateur du GIP. Je dois rencontrer votre président Beeythia Moraios. Est-elle disponible pour me recevoir?

L'asari le regarda bizarrement pendant quelques secondes, probablement à cause d'Anuli perché sur le haut de la tête d'Informateur, scrutant les environs en poussant des petits cris excité. Puis, l'asari appela la direction.






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4652-beeythia-moraios-aka-bee-b
http://www.masseffect-reborn.fr/t4656-journal-de-bord-de-beeythia-moraios


En ligne
Messages : 25
Crédits : Krelek Aelos

MessageSujet: Re: Un geth, une asari et beaucoup de flingues   Jeu 13 Avr 2017, 03:04

INFORMATEUR
UN GETH, UNE ASARI ET BEAUCOUP DE FLINGUES
Souvent, durant certaines nuits agitées, le passé ressurgissait avec violence dans les cauchemars de Beeythia. Indomptables et incontrôlables créatures peuplant les nuits, ceux-ci hantaient et dansaient derrières les paupières closes de la jeune asari…
     
 
***
 
Noveria. Qui d’autre, dans son bon sens, pourrait volontairement décider de venir ici. Qui d’autre que des scientifiques zélés, dont je faisais parti, lancé la ruée vers l’or. Cette planète était austère et morne, tout de blanc vêtue. Le vent sifflait sans cesse, de sa présence mordante, au travers du moindre espace insuffisamment protégé. Au détour d’un regard par une fenêtre, je n’apercevais qu’une vaste étendue étincelante recouvrant des pics rocheux et des bâtiments grisâtres battus par les éléments.
 
L’ambiance intérieure n’était pas plus chaleureuse. Nous survivions, tant bien que mal, alors que partout dans la galaxie la guerre faisait rage. Elle n’épargnait personne. Nous nous étions reclus dans une partie encore intacte d’un bâtiment de recherche appartenant à Synthetic Insights… ou ce qu’il restait du complexe mis à part l’endroit où nous nous trouvions. Légèrement éloigné du tumulte central, nous profitions d’un calme apparent, quoique parfois brisé par une vague d’ennemis perdue. Notre plus grand problème fut sans doute le plus simple : survivre. Nourriture, eau et nous essayions de maintenir des conditions de vie décentes, pour le mieux que cela pouvait être.
 
Et c’était dur… Très dur. Je ne m’étais jamais préparé à vivre cela dans ma vie. Cent sept ans et je vivais pour la première fois un cauchemar éveillé. Je me battais, tous les jours, pour ne pas me laisser envahir par mes émotions, omniprésentes. Purs réflexes cognitifs ou simple faiblesse d’esprit… Aucune idée mais il était clair pour moi, à cette époque, que je ne pourrais en sortir vivante alors qu’à peine une semaine auparavant, j’apprenais la mort de ma mère. Affrontant chaque problème au jour le jour, désireuse de ne pas m’avancer dans cet avenir incertain, je survivais, peut-être un peu plus difficilement que les autres.
 
Mais il subsistait un problème bien plus insidieux, invisible et pourtant bien présent que nous connaissions sous le terme d’endoctrinement. La plupart d’entre nous, malgré notre état de scientifiques, n’étions pas capable de comprendre le phénomène. Uniquement d’en mesurer les conséquences. Ce n’était arrivé qu’une fois mais cela avait aisément suffi pour engendrer une source de stress supplémentaire au sein de la colonie de fortune. Les regards suspicieux, les comportements légèrement différents, tout était surveillé et épié. Pire encore, la malchance avait voulu que l’endoctrinée en question soit une pauvre asari avec qui j’avais eu l’occasion de partager nos recherches. Une horreur de plus… J’avais même passé la journée suivante recroquevillée sur mon matelas, sale et usé. Ce n’était que sur la visite d’un professeur amical et devant l’inquiétude générale sur mon propre endoctrinement que j’étais progressivement sorti de cet état.
 
Je me rappellerai toujours les yeux de cette chercheuse, d’un blanc luisant, qui nous avaient tour à tour fixés alors que nous étions interdits et effrayés. Sa voix, anormalement graveleuse, n’avait réussi qu’à sortir un « vous ne survivrez pas » bon à glacer le sang. Ce n’est que lorsque qu’elle s’élança furieusement, prise par une démence inimaginable, en direction de la personne la plus proche, son visage résolument déformé par une rage extrême qu’une détonation retentie dans la pièce principale où nous nous trouvions. Plus loin, un autre scientifique, le visage pâle et fermé, abaissait maintenant son arme encore fumante et l’asari tombait sur le sol dans un bruit sourd et un gargouillement sinistre qui m’hanta pendant plusieurs jours.
 
Cette nuit là avait été étrangement calme, même le vent froid paraissait avoir pris quelques heures de repos. Une grande lune blanchâtre projetait sa pâle lumière dans la pièce où nous dormions tous, faute de place, dans une ambiance funeste.
Un grand bruit vint briser ce silence, une table retournée traversa le fond de la pièce dans un fracas. Éveillée en sursaut, comme la plupart d’entre nous, j’attrapais l’arme sur une autre table, à quelques dizaines de centimètres, dans un mouvement involontaire dont je ne me souviens même pas.
Le spectacle qui s’offrit à ma vue était aussi inquiétant que désastreux. Le professeur, les traits tirés dans une expression de colère extrême, se trouvait à califourchon sur une chercheuse paniquée dont le visage rougissait à vue d’œil. Ses mains, mues par une force insoupçonnée, enserrait le cou de la jeune femme avec le ferme dessein de mort. Je croisais alors son regard, implorant, les yeux humides rougis par le manque d’oxygène. Pétrifiée, je regardais les vains coups qu’elle tentait de porter à l’imperturbable agresseur.
« … endoctriné ! ». Ce sont les seules paroles dont je me souvenais. Une puissante détonation, tout près de moi, et le professeur s’écroulait, livide et crispé, sur la chercheuse qui respirait de longues et intenses bouffées d’air. Mes nerfs lâchaient alors, assourdie par la détonation et je tombais à la renverse, dans le néant.
 
Ce ne fut que le lendemain que je repris contact avec la réalité, comme si rien ne s’était passé. Chancelante, je tentais de m’asseoir retenue par une main apparemment bienveillante. La demoiselle, dont mon esprit se remémorait encore tordu par la douleur, m’épiait d’un regard tendre. Deux grosses marques violettes et bleutées faisait le tour de son cou. Dans un flashback, la nuit précédente me revint en mémoire : les cris, l’ambiance, le professeur !
 
-        Je… Où… Est-ce que… c’était vrai ? – parvint-je à articuler lentement.
-     Oui… Oui, tout était malheureusement vrai. Endoctriné… Et… Tu m’as sauvé la vie ! Je te suis redevable, tant redevable ! – répondit-elle, les yeux fixés dans les miens.
-       Pardon ? Je… Je ne suis pas sûre de comprendre.
-       Oui ! Tu as tiré, avec une précision exemplaire même… Et tu m’as sauvé.
 
L’air, pendant plusieurs longues secondes, ne parvint plus jusqu’à mes poumons. Rejetant ma tête un peu plus loin, je vomis piètrement une bile acide. J’ai… J’ai tué quelqu’un. C… Comment ai-je pu ? C’était si… Une larme chaude coula abruptement sur ma joue droite tandis que je sentais la main chaleureuse sur mon épaule. Assise, les genoux repliés, je fondis en larme, l’esprit embué. J’avais tué pour sauver une vie… Mais… J’avais moi-même donné la mort à quelqu’un. Rien que ce mot… la mort. Deux bras m’attrapèrent alors, enserrés sur mes frêles épaules qui supportaient maintenant d’avoir tué pour la première fois…
 
***
Appartement de Beeythia, Illium.
 
 Transpirante et essoufflée, je sentis le confortable lit sous mon corps endoloris. J’allumais mon OmniTech. 5h43 du matin. Des vaisseaux en tout genre vrombissait déjà avec vigueur au dehors, gageant des premières livraisons alors que le jour pointait à peine son nez. Ma chemise de nuit collée sur ma peau, j’entrepris de me diriger vers la douche. Comme je haïssais ces cauchemars, souvenirs d’un autre temps que je préfèrerais oublier. Ils étaient… si vivides et intenses.
 
Siège de la Lumiena, début d’après-midi.
 
« Madame Moraios. Le… membre du GIP que vous attendiez est présent pour votre entretien. » La voix aux allures robotique, déformée par le communicateur, résonnait dans mon bureau silencieux. Parfait, parfaitement à l’heure.
« Accompagnez le vers mon bureau, je l’y attends. Merci beaucoup, Ni'yao. » lui répondis-je d’un ton léger. J’appréciais cette jeune secrétaire, ambitieuse et animée. Elle effectuait toujours son travail avec une serviabilité exemplaire qui ne manquait pas de charmer le client dès ses premiers pas.
 
A peine cinq minutes plus tard, le chuintement caractéristique de la porte coulissante m’informait de leur présence. D’un geste rapide, je refermais les fenêtres de mon ordinateur personnel et m’apprêtais à accueillir notre hôte avec respect.
 
Un hoquet de surprise fut tout ce que je parvins à sortir. Mes grands yeux verts écarquillés, je dévisageais le client qui venait d’apparaître nonchalamment dans l’embrasure. Un… Geth ?! Un vrai de vrai ? Je n’en croyais pas mes yeux et il fallut plusieurs longues secondes, peut-être une bonne quinzaine pour que je revienne à peu près à mes esprits.
 
-       Pardonnez-moi… il… euh… C’est la première fois que je rencontre un Geth, vous savez.
 
Une intelligence artificielle. Passionnée, j’avais voué ma vie à étudier le comportement de ceux-ci. Et, je me retrouvais avec un Geth qui formait l’une des intelligences les plus abouties à ce jour !  Je sentais vivement l’excitation monter.
Lui, presque immobile, se tenait droit à quelques mètres. Son œil si particulier paraissait tourné en ma direction. Il était grand, très grand par rapport à moi. Ce qui composait son corps était d’un gris brillant coupé par deux bandes blanches partant des épaules jusqu'au centre de son torse, rouge comme son œil, d’un rouge intense. Tout paraissait si bien fait, si… parfait. Jusqu’ici passé inaperçue, je remarquais une curieuse petite bête sur sa tête.
 
-       Bonjour ! Je suis Beeythia Moraios, PDG de cette entreprise. Ravi de faire votre connaissance. Et… euh… pardonnez moi mais… il y a quelque chose sur votre… euh… tête. – Je marquais une courte pause. – Mais… euh… vous êtes un Geth ? Un vrai de vrai ?
 
L’excitation parlait à ma place et mes yeux pétillait de bonheur. Si seulement nous nous étions rencontré dans un autre milieu. Remarquant tout à coup l’impolitesse dont je faisais état, j’affichais un regard contrit, je m’excusais platement devant le Geth qui devait me prendre pour… une folle asari puérile et indisciplinée… tout en lui montrant la chaise devant moi.
 
-       Excusez-moi… Je… c’est une longue histoire.
 
Beeythia Moraios
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


En ligne
De la Magie dans l'air
Messages : 653

MessageSujet: Re: Un geth, une asari et beaucoup de flingues   Mar 18 Avr 2017, 22:53
Informateur attendait en silence tandis que la réceptionniste asari contactait sa directrice. De son côté, Anuli continuait d'observer les alentours avec entrain. C'était des aspects que le geth aimait bien de la petite créature. Il avait une soif de découverte énorme, beaucoup d'entrain et la peur ne semblait pas pouvoir le ralentir. Dire qu'au tout début, le gohala lui avait été confié temporairement, afin de faire la promotion de ces créatures à travers diverses planètes de la galaxie. Le tout afin d'en lancer le commerce ailleurs que sur le territoire getho-quarien. La promotion c'était bien déroulée. Quant au duo, il c'était attaché l'un à l'autre. Au final, une fois les campagnes de promotion terminée, Informateur avait demandé à pouvoir garder Anuli. Aucune objection n'avait été formulé. Depuis, le geth et le gohala était régulièrement ensemble. Le capitaine du GIP était juste de le prendre avec lui lors de mission dangereuse ou lorsqu'il aurait été mal avisé de l'avoir avec lui. Mieux vaut éviter d'offenser quelqu'un en amenant un animal au mauvais endroit ou moment.

Après un petit moment, la réceptionniste lui demanda de la suivre jusqu'au bureau de la directrice. Informateur s'exécuta aussitôt. Il devait cependant marcher plus lentement qu'il ne l'aurait fait normalement. Sa grande taille faisait en sorte que ses enjambées étaient plus importantes que celle de l'asari. Ainsi, s'il marchait à vitesse normale, il ne ferait que la dépassé rapidement. Tandis qu'ils progressaient dans les bureaux de Lumiéna Corporation, le geth observait les environs. Les postes de travail étaient variables selon la nature du travail de chaque employés. Ainsi, les individus ayant des emplois administratifs occupaient des bureaux standards. Alors que les ingénieurs et chercheurs pouvaient occupés à plusieurs des salles de tailles variables. La réaction des employés qu'ils croisaient en chemin variaient également. Certains les ignoraient totalement, d'autres leur jetaient quelques regards et quelques uns les regardèrent passé avec un air quelque peu surpris. À cause du gohala, du geth ou bien un petit mélange des deux?

Informateur les ignora, il avait l'habitude de voir des gens se montrer curieux ou mal alaise en la présence de geths. Avec le temps, les organiques finiraient par s'habituer à la présence des siens. Difficile de savoir combien de temps cela prendrait. Après tout, les gens avaient encore en tête la guerre de l'Éveil. Un évènement des plus brutal, aussi bien pour les créateurs que pour les geths. Les geths avaient remportés la guerre et laissé leurs créateurs fuir, mais la population galactique n'avait pas interprété le tout de la meilleure des façons. Résultat, ils attaquaient les geth à vue jusqu'à il y a peu. Le cas des geth hérétiques n'avait pas aidé non plus. Ces hérétiques avaient nuit grandement à la réputation des geths, qui étaient déjà très mauvaise.

Après environ cinq minutes de marches la réceptionniste commença à ralentir son allure, signe qu'ils étaient presque arrivée à destination. En effet, elle s'arrêta devant la porte d'un bureau. Les portes s'ouvrirent et Informateur entra, tandis que la réceptionniste asari s'en allait, retournant probablement à son bureau. Dès qu'il rentra, le geth aperçu une asari, certainement Beeythia Moraios, assise à son bureau, à son ordinateur. La taille des lieux ne laissaient aucun doute, c'était bien la directrice de la compagnie. Lorsque l'asari se tourna vers lui, elle laissa échapper un hoquet de surprise, tandis que ses yeux verts s'agrandissaient très rapidement et elle demeura silencieuse pendant un bon moment. Visiblement, elle n'avait pas été prévenue que le GIP lui envoyait un geth et non un quarien ou une quarienne. Beeythia finit toutefois par prendre la parole. Elle commença par s'excuser et l'informa rapidement que c'était la première fois qu'elle rencontrait un geth.

Pendant un court moment, Informateur se demanda si elle voulait dire cela dans le sens qu'elle n'avait jamais vu de geth de sa vie ou bien qu'elle n'avait pas vu de geth individualisé. Cela n'avait cependant pas vraiment d'importance. L'asari reprit la parole, se présentant, confirma qu'elle était bien Beeythia Moraios, PDG de Lumiéna Corporation. Elle attira ensuite son attention sur Anuli, qui continuait d'être percher sur sa tête. Ensuite de quoi l'asari lui demanda s'il était un vrai geth. Finalement, elle lui présenta des excuses, en l'invitant à s'asseoir. Informateur prit place dans le siège que l'asari lui offrait. La chaise émit de léger son qu'on aurait pu assimiler à de la protestation, suite au poids infligé. Cependant, elle tint bon. Dès qu'il fut assis, Anuli descendit de sa tête et vint se reposer sur l'épaule droite du geth. Ce dernier approcha sa main de la créature qui se laissa prendre. Informateur tenait désormais Anuli dans sa main gauche ouverte, lui caressant délicatement la tête d'un doigt de son autre main. La petite créature démontrant rapidement qu'elle adorait cela.


-Pour répondre à votre question de tout à l'heure, Madame Moraios, je suis bel et bien un vrai geth. Même si je ne vois pas ce que pourrait être un vrai faux geth ou un faux vrai geth. Ou bien encore, un faux de faux geth.

C'était censé être un léger trait d'humour. Informateur tentait depuis peu de faire dans cette habitude qu'il avait pu observer chez les organiques. Difficile cependant de faire une bonne blague. Pour l'heure, peu de ses tentatives avaient portés fruit.

-Autrement, cette créature, comme vous dîtes, est un gohala, madame. Une espèce animal originaire de Rannoch et ayant une place d'animal de compagnie au sein de la société quarienne et geth... surtout quarienne, en fait. Représentant de l'une des trois variantes de cette petite espèce herbivore. Il fut baptisé Anuli.

Le geth se tut un court moment, avant de reprendre la parole.

-D'ailleurs, puis-je savoir de quoi il est question lorsque vous avez dit qu'il s'agissait d'une longue histoire, il y a quelques instants?






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4652-beeythia-moraios-aka-bee-b
http://www.masseffect-reborn.fr/t4656-journal-de-bord-de-beeythia-moraios


En ligne
Messages : 25
Crédits : Krelek Aelos

MessageSujet: Re: Un geth, une asari et beaucoup de flingues   Jeu 20 Avr 2017, 02:22

INFORMATEUR
UN GETH, UNE ASARI ET BEAUCOUP DE FLINGUES
Le contrecoup de l’arrivée du Geth dans mon bureau était maintenant passé. Malgré tout, je continuai par moment de fixer mon hôte pendant plusieurs longues secondes, comme si, par ce moyen, je pouvais percer le fonctionnement de cette magnifique œuvre dotée de raison qui me faisait face, maintenant assise. Même dans cette position, il était si impressionnant que je craignis, au son du supplice que subissait la chaise, qu’il ne s’écroula au sol.

 
Curieusement, sans parole aucune, la petite chose qui trônait auparavant sur sa tête descendit souplement sur l’épaule de son maitre, comme si ces deux-là avaient eu une conversation auquel je ne pouvais participer. Curieux animal, par ailleurs. Il m’était totalement inconnu et pourtant, son air si doux et ses grands yeux me fixaient avec intérêt. Il continuait son chemin vers la main soulevée du Geth qui démontrait une particulière attention pour son animal. Celui-ci m’impressionnait, de part sa gestuelle notamment. Si novatrice. Pourtant bien plus vieux que l’époque actuelle, nous aurions encore beaucoup à apprendre de ceux-ci et du talent quarien en matière technologique. Dommage que l’histoire se soit ainsi écrite… Bien différente d’une guerre sans merci, ces deux peuples auraient pu vivre grâce à une coopération mutuelle bénéfique et nouvelle…
 
Ramenant mes pensées à l’instant présent, la voix si distincte du Geth se fit entendre dans mon vaste bureau, cliquetante et robotique, articulant avec soin toutes les sonorités. Sa tête bougeait légèrement en rythme avec ses paroles. Courtois, il s’adressa en me vouvoyant, s’autorisant même des tergiversions futiles qui m’arrachèrent un rire franc.
 
-       Te… - commençai-je, entre deux éclats de rire. – Tenons-nous en au « vrai de vrai », n’est-ce pas ! Je suis ravie de vous accueillir aujourd’hui ! – dis-je alors que mon rire se calmait progressivement.
 
Je ne savais comment nommer le Geth, celui-ci ne m’ayant pas révélé l’éventuel nom qu’il portait. Je me contentais donc de rester neutre et chaleureuse à son égard.
Mes yeux se dirigèrent de nouveau, presque contre mon gré, vers le petit animal vers lequel j’adressai un regard fondant.
 
-       Coucou Anuli ! – Je ne pus m’empêcher de lancer cette phrase avec un ton légèrement plus aigu et léger devant la curiosité de l’animal. Le Geth, lui, restait patiemment immobile, en continuant ses explications bienvenues.
 
Originaire de Rannoch, la planète natale quarienne d’où ils avaient été par la suite expulsé, condamnés à l’errance. Cette animal était donc un gohala, mignon petit être ressemblant à une jolie boule de poils. C’était rafraichissant d’entendre ça, surtout venant d’un Geth. Rannoch, Geth et Quarien dans la même phrase soulevaient souvent les mêmes ternes pensés et l’on oubliait, volontairement ou non, l’avant et l’après de ce malheureux épisode.
 
Ouvrant une petite fenêtre sur mon OmniTech, je notais de me renseigner sur cette merveilleuse petite espèce, presque instantanément décidée à franchir le pas de l’adoption. Je m’imaginais déjà apporter toute mon affection à cette petite chose. J’étais captivée par les paroles de mon hôte.
 
Notre entrevue se passait sous les meilleurs auspices, bien meilleurs que j’aurais pu l’imaginer vis-à-vis d’une rencontre professionnelle qui visait, à l’origine, à la négociation d’un contrat d’armement. Celle-ci prenait la tournure d’une rencontre aussi fortuite d’appréciable, loin du rigide protocole et des paroles calculées…
 
Je ne m’attendais sans doute pas à cette curiosité provenant du Geth. Loin d’être invasive, je n’aurais pas pressenti qu’il rebondirait sur ma dernière remaque, plus destinée à minablement justifier mon excitation momentanée. Peut-être insensible à ce genre d’esquive improbable, visant plutôt à exposer l’intérêt passable de ladite histoire. Mais, admirative que j’étais, je répondis avec un grand plaisir à la question personnelle du Geth, curieuse sur ses réactions que j’étais. La mine amusée, je prenais quelques secondes de réflexion pour obtenir une réponse correcte et concise ce qui, pour ma part, relevait d’une difficulté certaine.
 
-       Je parlais de manière imagée – dis-je d’une voix douce. – Depuis de nombreuses années en arrière, je suis passionnée par les intelligences artificielles et virtuelles. Comme j’ai pu, au regard de mes, sans doute médiocres, capacités, j’ai voué ma vie à cette étude. Apprendre, comprendre, assimiler dans un ultime but : éviter les erreurs du passé. Peut-être l’avez-vous remarqué, mais je suis extrêmement attentive à la gestuelle et à la recevabilité que vous avez des émotions.
 
Désireuse d’être la plus agréable possible avec le Geth, je ressentais toutefois un inconfort alors que je parlais. Tel que je voyais mes propos, j’appréhendais que mon interlocuteur puisse l’interpréter comme étant de la condescendance de ma part, une sorte de supériorité qui me donnait tout le loisir de l’étudier comme je l’aurais fait avec un vulgaire programme informatique. Mon inconfort provenait du fait que c’était l’exact opposé que je ressentais, une empathie presque parentale pour eux et un ardent désir de les voir reconnu et acceptés, comme toute IA.
D’un bref regard, j’apercevais Illium, vaste et indomptée, par la grande baie vitrée qui tapissait un pan entier de mon bureau. De fins raies de lumières venaient s’écraser ici et là, dans la pièce. Cette planète cosmopolite était la représentation, certes déformée, de l’acceptation de tous tel que je le voyais.
 
-       Enfin… vous devez me prendre pour une petite asari qui se croit tout permis mais ce n’est pas le cas. Je ne suis que passionnée mais… sans doute pas passionnante. – Je laissais échapper un rire étouffé. – Bref. – conclu-je d’un souffle jovial. Que diriez-vous d’en venir à ce qui nous réunit aujourd’hui ? Vous avez toute mon attention.
 
Je reportai une nouvelle fois mon regard vers le gohala qui paraissait tout exalté de la sortie avec son maitre.

Beeythia Moraios
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


En ligne
De la Magie dans l'air
Messages : 653

MessageSujet: Re: Un geth, une asari et beaucoup de flingues   Sam 22 Avr 2017, 02:22
Informateur observait Beeythia en silence, afin de se faire une opinion sur l'asari. Pour l'heure, elle n'avait pas proférée, ni commis d'insultes quelconque envers lui. De plus, l'asari ne démontrait pas non plus de l'hostilité. À première vue, elle n'était donc pas anti-geth. Toutefois, c'était également la directrice de la Lumiéna Corporation et donc une femme d'affaire. Donc, il ne fallait pas exclure la possibilité qu'elle dissimulait ses véritables sentiments, afin de ne pas nuire à ses chances de faire des affaires plus que profitable. Bien sûr, ce n'était qu'une hypothèse. De nombreux organiques de diverses civilisations n'avaient pas de haine ou de mépris envers les geths. Pour l'heure, Informateur la classa dans le groupe des non-hostile. Le geth avait 5 grands classements: hostile convaincu, intolérants modéré, non-hostile, sympathisant et ami. Restait à voir si l'asari demeurait dans sa catégorie ou non.

Beeythia avait bien rit lorsqu'il avait fait une plaisanterie. Toutefois, Informateur n'était pas encore certains de pouvoir considérer cela comme une bonne blague. Il faudrait qu'il la répète à d'autres personnes, afin de savoir si elle était vraiment bonne ou bien si l'asari avait un sens de l'humour plus simple. Par la suite, le directrice de Lumiéna Corporation avait détourné son intérêt vers Anuli, l'observant alors qu'il savourait les caresses de son maître. Le regard de Beeythia se remplis même de tendresse et elle salua Anuli en changeant légèrement sa voix pour la rendre plus aigu et plus légère. Le capitaine du GIP avait pu observer cette tendance chez de nombreux organiques, lorsqu'ils s'adressaient à des animaux. Il savait que cela avait pour but de se montrer attachant et plus doux envers les intéressés. Toutefois, il était peu certains que les dits animaux comprenaient ce qu'on leur disait. Peut-être un peu, mais guère plus.

En entendant son nom, Anuli réagit légèrement en jetant un regard à Beeythia. La créature l'observa pendant quelques secondes, avant de fermer les yeux et de recommencer à savourer pleinement les caresses d'Informateur. Une sorte de façon de dire qu'il restait attentif, mais préférait retourner au confort, pour le moment. De son côté, Informateur se doutait que l'asari devait trouver cela peut-être un peu étrange. Après tout, voir une machine se lier à un animal et en prendre soin, cela devait paraître étrange. Cependant, même si c'était le cas, le geth n'en avait cure. L'histoire démontrait que de nombreux éléments étaient jugés comme étrange ou dérangeant au début, mais devenaient normal avec le temps. Un bon exemple était le mariage multi-racial. Tous les espèces, sauf peut-être les asaris, étaient passé par un schéma où fréquenter amoureusement un alien était étrange ou dérangeant. Aujourd'hui, cela se faisait à la tonne.

Lorsque Beeythia activa son omnitech, Informateur ne put s'empêcher de se demander si elle était en train de prendre une photo. Cela lui était arrivé de voir des passants le prendre Anuli et lui en photo, pour des raisons diverses. Toutefois, il nota qu'en réalité, l'asari semblait prendre des notes. Voilà quelque chose que le geth n'arrivait pas à comprendre. Pourquoi rendre le côté opposé de l'écran holographique d'un omnitech transparent. Cela permettait facilement de voir les données affichées. Certes, cela durait peu longtemps et donc à moins d'avoir une bonne mémoire, difficile de connaitre tout le contenu, mais tout de même. Quoiqu'il en soit, Beeythia prenait des notes sur les gohalas. Probablement pour tenter d'en acquérir un ou une. Informateur nota mentalement de lui prodiguer quelques conseils.

Dès que Beeythia eut terminée de prendre ses notes, elle se décida à répondre aux questions qu'il lui avait posés. Ainsi, elle s'intéressait aux IA et aux IV, ayant passé une période de sa vie à les étudier. Elle avoua également avoir grandement observer ses mouvements et ses émotions, afin de mieux cerner son fonctionnement. Elle fit ensuite un léger trait d'humour... du moins, c'est ce qu'il lui sembla, car elle poussa un léger rire. Il était temps d'aborder la véritable raison de sa présence.


-En effet, je crois que nous pouvons commencer, directrice Morairos. Tout d'abord, laissez moi me présenter. Capitaine Informateur, du GIP. Un nom que j'ai reçut pendant la bataille de la Terre. Certains trouvaient que je parlais trop et fournissais trop d'information sur presque tout. Comme vous le savez, le GIP a lancé des appels d'offre afin d'acquérir du nouvel armement. Votre compagnie y a répondu et fait désormais partit des quelques-unes dont la candidature a été retenue. On m'a donc envoyé pour connaître plus en profondeur votre proposition et également pour évaluer et tester les armes que vous proposez.

Le geth se tut un court moment, le temps de déposer Anuli sur ses cuisses. La petite créature se laissa faire, observant les alentours pendant un court moment, puis se roula en boule, apparemment décidé à faire un somme.

-Si vous vous demandez pourquoi le GIP recherche des armes extérieures, c'est parce que nous croyons que la diversité est importantes. Un armement variée permet une plus grande adaptabilité. De plus, si cela permet d'avoir accès à de l'armement qu'un ennemi ne maitrise pas, c'est encore mieux.

Il se tut à nouveau un court moment, afin de laisser un temps d'assimilation à Beeythia.

-D'ailleurs, pour en revenir à votre précédente remarque. Je l'ai en effet remarqué. Vous n'êtes pas la première à faire le commentaire sur les sentiments. Je ne le prends pas mal. Je n'en suis pas dénué, c'est le plus important. J'ai de nombreux souvenirs cher, de moments importants, qu'ils soient heureux ou non. Je ne prétendraient pas que je puis éprouver tous les sentiments organiques, ce n'est pas pour autant que je n'essaie pas. Quant à ma gestuelle, je tiens à préciser que même si je suis âgé de plus de 300 ans, ma plateforme n'a qu'une quarantaine d'années.

Devait-il aborder la question des gohalas? Pourquoi pas.

-J'ai pu noter que vous preniez des notes sur les gohalas. Si vous désirez acquérir un ou une gohala, des entrepreneurs quariens ont déjà conclus des accords avec diverses animaleries d'Illium. Vous pourrez donc en retrouver sur la planète d'ici deux ou trois mois. Deux des trois variantes pour être exacte, les gohalas des montagnes, comme Anuli, et les gohalas des plaines. Si vous vous interrogez sur la troisième variante, inutile de les rechercher, ils se sont éteints, suite à la volonté des créateurs quariens.






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4652-beeythia-moraios-aka-bee-b
http://www.masseffect-reborn.fr/t4656-journal-de-bord-de-beeythia-moraios


En ligne
Messages : 25
Crédits : Krelek Aelos

MessageSujet: Re: Un geth, une asari et beaucoup de flingues   Sam 29 Avr 2017, 19:15

INFORMATEUR
UN GETH, UNE ASARI ET BEAUCOUP DE FLINGUES

Un très léger vrombissement se fit entendre dans le spacieux bureau. Je détournais la tête vers la ventilation qui se mettait alors en marche afin de renouveler l’air de la pièce à intervalles réguliers. Un petit courant d’air se fit ressentir sur mes épaules découvertes alors que je soupçonnais que le Geth ne pourrait le ressentir. Celui-ci était toujours assis sur cette pauvre chaise grinçante, devant moi, et exposait d’une voix toute robotique et monocorde caractéristique la raison pour laquelle nous avions convenu de nous rencontrer aujourd’hui.
 
Basée sur Illium, la Lumiena Corporation est une entreprise à dominance Asari mais absolument pas xénophobe et ethnocentrique pour autant. Les dernières campagnes de recrutement que j’avais personnellement demandées, jugées nécessaire pour le renforcement de la production sur certains sites mais également en accord avec différentes planètes pour offrir des postes à pouvoir à une population nouvelle, post-guerre, désireuse de travailler. Si, par pure fierté patriotique, j’aidais, non pas à la suprématie asari, mais à son développement, je ne m’obstinais pas à rester enfermer au sein frontières de notre espace. Ce qui m’avait décidé, au vu de l’importance d’un organe tel que le GIP, à répondre à leur appel d’offre aboutissant sur l’entrevue d’aujourd’hui. Et j’appréciais cette ouverture. Nos profits servaient uniquement à un réinvestir intensivement dans la recherche et le développement, pas à l’enrichissement personnel. Ainsi, la Lumiena pourrait œuvrer elle-même, à son échelle, à une cause plus grande.

C’était avec une certaine fierté que j’avais évidemment appris que notre réponse d’offre avait eu une petite importance aux yeux du GIP et avec une jubilation toute personnelle que j’avais convenu de cette entrevue. Il n’était pourtant pas question de céder à cette excitation d’avoir enfin pu accomplir quelque chose par moi-même devant Informateur et des négociations restaient nécessaires.  

-      Ma proposition englobe bien évidemment tout un arsenal d’armement et d’armures en fonction de vos besoins et de vos choix. – répondis-je avec un air entendu. Des armures légères les plus communes du marché asari aux armures les plus lourdes en passant par des modèles plus… limités de part les avancées que nous avons pu effectuer dans leur développement. Nous pourrons en parler plus en avant si vous le souhaitez. De même, pour l’armement, des armes de poing les plus discrètes à une artillerie beaucoup plus conséquente et destructrice. Mais…

GIP ou pas, j’avais mis un point d’honneur à m’enquérir de l’utilisation qui serait faite de ce que je viendrais à vendre via des contrats si importants. Pas question de participer à des activités illégales et à d’éventuels actes répréhensibles. Toute organisation, même militaire ou gouvernementale, effectuait des opérations plus ou moins à cheval sur les lois. J’avais justement saisi l’opportunité d’accéder à ce post pour pouvoir limiter l’impact de cette vente ô combien importante et… dangereuse. Je le mesurais plus que jamais et, malgré tout, malgré mon épanouissement personnel, j’étais encore en proie à des tiraillement interne quand à ce que je ressentais vis-à-vis de mon activité et je me faisais probablement bonne conscience…. Tout hypocrite que j’étais.

Je relevais alors les yeux vers le Geth et son craquant animal pour poursuivre :

-       J’ai besoin de l’assurance d’une utilisation de cet équipement dans un unique but de paix. Je comprends que cela puisse vous paraître stupide comme remarque mais je ne veux pas qu’elles servent à d’éventuelles opérations égoïstes. 


 
Je soufflais légèrement, consciente de ma propre faiblesse. Qui étais-je pour demander cela ? Les paroles qui suivirent allégèrent au moment opportun la situation. 
 
Le Geth ressentait donc bien des émotions et sentiments, encore limités mais c’était un fait des plus capitaux. Loin d’être conduits par des lignes de codes qui ne laissaient assurément que peu de marge de manœuvre à leur être, ils étaient pleinement indépendants, capable de différencier le « bien » du « mal ». Une preuve vivante, s’il en faut, que la réputation des AI était fausse et qu’il était temps d’apprendre de nos erreurs du passé. Ma curiosité piquée au vif, je ne pus m’empêcher de poser une question en retour : 

-       Vous avez changé de plateforme ? Avez-vous des sensations particulières lors de ce genre de changement ? Ressentez-vous des difficultés pour reprendre le contrôle de votre nouvelle plateforme ? 

Une rencontre vraiment plus intéressante que prévue et j’appréciais avec simplicité ce moment, ressentant presque… de la gratitude pour le GIP d’avoir envoyé un Geth !

Avec un soucis du détail et de l’information tout particulier, le Geth avait remarqué mes gestes et interprété mes intentions avec exactitude. Parfait !
 
-       Je le note avec plaisir ! A lui seul, Anuli m’a conquise ! Je me renseignerai d’ici quelques mois alors.
Beeythia Moraios
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


En ligne
De la Magie dans l'air
Messages : 653

MessageSujet: Re: Un geth, une asari et beaucoup de flingues   Mer 03 Mai 2017, 02:04
Une fois ses petites explications sur les gohalas données à Beeythia, Informateur se tut, laissant à l'asari la liberté de prendre la parole. Elle serait sûrement empressée de poursuivre sur le sujet des appels d'offre du GIP et de faire l'étalage des marchandises proposées par sa compagnie. Avant que l'asari prenne la parole, le système de ventilation se mit en marche, renouvelant l'air de la pièce et en modifiant légèrement la température. Informateur ne pouvait sentir ce petit courant d'air, mais il pouvait voir et percevoir certains éléments démontrant sa présence. Tout d'abord, la température de la pièce diminuait très légèrement. Ensuite, le frémissement causé par ce vent artificiel. En effet, on pouvait voir de léger mouvement dû au vent. Par exemple, les habits de l'asari qui ondulait très légèrement, presque imperceptible, ou encore, les poils d'Anuli qui ondulaient. Informateur caressa doucement la tête du gohala endormit.

Avant d'être envoyé pour cette affectation, le geth avait pris la peine d'étudier le cas de la Lumiéna Corporation. Ces domaines d'activités étaient assez variées et elle était majoritairement composée d'asari. Cela ne l'empêchait pas de faire des affaires avec d'autres peuples. En même temps, quand on parle de contrats pouvant rapporter des sommes colossales, la xénophobie avait tendance à se taire. De plus, contrairement à d'autres compagnies recherchant le profit et n'ayant aucun scrupule, la Lumiéna Corporation avait un autre mode de pensée. Plus de crédits pour le développement et les recherches et surtout aucune vente d'armes à des individus peu recommandable. Évidemment, cela limitait les profits à se mettre en poche, mais cela permettait d'avoir une meilleure réputation et également d'avoir la conscience tranquille.

L'asari prit donc la parole. Elle commença donc à présenter l'offre de la Lumiéna Corporation. Leur offre se composait d'une forte diversité d'équipement militaire. Beeythia commença par proposer des armures de divers catégories, des légères communes du marché asari aux armures lourdes. Quant à l'armement, cela allait des armes de poings à l'artillerie lourde, apparemment. Toutefois, elle s'arrêta quelques secondes après avoir formulés un ''Mais''. Visiblement, il y avait un détail dont elle voulait parler. Peut-être gênant, peut-être conditionnel, difficile à dire. Elle détourna le regard pendant quelques secondes. Puis, l'asari le regarda de nouveau, en reprenant la parole. Beeythia voulait apparemment s'assurer que l'équipement recherché par le GIP serait utilisé à des fins de maintient de la paix et non à des fins égoïstes, avant de paraître gênée de demander cela. Informateur resta silencieux, attendant de voir si l'asari avait d'autres choses à dire. Il ne comptait pas lui mentir. Le geth pouvait certes lui promettre que cet armement ne serait pas destiné à un mauvais usage, à court et moyen terme. Cependant, il lui serait impossible de dire que cela serait toujours le cas dans une cinquantaine d'années et plus. Après tout, les choses changent à travers les années.

L'asari termina son plaidoyer en l'interrogeant sur ses changements de plateforme, ses sensations en le faisant et autres détails concernant cette procédure. Puis, à la question des gohalas, Beeythia affirma qu'Anuli l'avait déjà charmée et qu'elle comptait bien se renseigner sur les gohalas, le moment venu. Il était désormais temps pour le geth de répondre aux inquiétudes de la jeune asari.


-Pour commencer, directrice Beeythia, ma visite est surtout concentré sur l'armement et non sur les armures. Je ferai cependant mention de votre offre dans mon rapport à mes supérieurs. S'ils sont intéressés à faire l'acquisition d'armure auprès de la Lumiéna Corporation, ils enverront quelqu'un d'autres, des quariens, afin d'évaluer ces armures. Pour ma part, étant déjà une armure à proprement parlé, je ne serais pas en mesure de vérifier certains aspects.

Cela se voulait un autre léger trait d'humour.

-Quant à l'armement, nous recherchons actuellement de l'armement pouvant être transportés par des individus. Nous ne souhaitons pas faire l'acquisition de véhicules de combats, ni d'artilleries lourdes. Ces armes seront destinés à deux grandes fins. La première, la protection des territoires de l'amirauté. À l'heure actuelle, quariens et geths n'ont pas de vision expansionniste majeure. Nous n'avons donc pas de raison de chercher à prendre possession de nouveaux territoires qu'ils soient occupés ou non. Quant à des territoires à des fins économiques, l'armement serait utilisé à des fins défensives. Le deuxième cas sera pour la chasse aux groupes criminels. Le fait que nos territoires soient situés dans les systèmes Terminus fait en sorte que nous devons de temps en temps prendre des mesures afin d'éliminer des groupes criminels traversant nos frontières ou œuvrant à proximité.

Informateur se tut un moment, avant d'aborder les questions posées par l'asari sur son changement de plateforme.

-Pour répondre à vos questions concernant mon changement de plateforme, je ne suis pas vraiment en mesure de vous aider de quelques façon que ce soit. J'ai d'abord occupé une plateforme avant la guerre de l'éveil, afin de participer et d'aider à l'entraînement des commandos quariens. Je l'ai ensuite quitté après la fin de la guerre de l'éveil. Ma première plateforme a ensuite été recyclés. Par la suite divers changement de plateforme à travers les années, mais toujours alors que mon peuple avait le Consensus. Je n'ai aucun souvenir de mon intégration dans cette plateforme. Elle a eu lieu pendant que les geths étaient contrôlés par les moissonneurs. Bref, depuis que mon peuple a obtenu l'individualité, je n'ai pas quitté une seule fois ma plateforme actuelle. Je n'avais pas de raison particulière pour faire un changement. De toute façon, les réparations d'urgence que j'ai subit pendant la bataille de la Terre m'ont permis de me différencier des miens physiquement, avant les optimisations que je me suis faites. Cela me rend plus facilement identifiable pour mes amis organiques.

Le geth décida de rajouter un dernier détail sur les gohalas, un détail important pour éviter un incident malencontreux.

-D'ailleurs, puisque vous appréciez les gohalas et souhaitez vous en procurer un, surtout n'oubliez pas qu'ils sont des créatures dextro, comme les créateurs quariens. Lors des promotions sur Illium, auxquels j'ai participé, j'ai pu voir nombre d'asaris tenter d'en nourrir avec des aliment levo, sans se douter qu'elles allaient uniquement les empoisonner.






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4652-beeythia-moraios-aka-bee-b
http://www.masseffect-reborn.fr/t4656-journal-de-bord-de-beeythia-moraios


En ligne
Messages : 25
Crédits : Krelek Aelos

MessageSujet: Re: Un geth, une asari et beaucoup de flingues   Ven 12 Mai 2017, 00:20

INFORMATEUR
UN GETH, UNE ASARI ET BEAUCOUP DE FLINGUES

 
Grâce aux paroles du capitaine Informateur, j’avais la possibilité de comprendre plus précisément en quoi consistait l’appel d’offres resté, peut-être volontairement, vague. Était-ce dans l’optique de laisser plus de marge de manœuvre aux négociations et à l’appréciation du matériel en fonction des propositions ? Possible. Malgré tout, notre récente politique de recrutement coûtait une certaine somme que nous avions décidée, conjointement avec le conseil d’administration, d’amortir en améliorant notre visibilité au-delà des limites de l’espace Asari où nous étions les plus reconnus. Après tout, la Lumiena pouvait s’enorgueillir de posséder un vaste choix allant des armes de poing aux vaisseaux destroyers ! Peu d’entreprises pouvaient en dire autant. Mais cela impliquait une gestion particulièrement plus ardue.
 
De l’armement pouvant être transportées. C’était limpide. Toujours à l’écoute des paroles du Geth, j’appuyais sur une touche du datapad posé sur mon bureau, jusqu’ici éteint et entrait diverses valeurs. Des ordres principalement, notamment la préparation de certaines salles. Il fallait que je puisse montrer les meilleurs atouts de la Lumiena pour espérer concourir aux buts que nous nous étions fixés. De plus, j’ordonnais la mise à disposition d’un stand de tir, au cas où au moins.
 
Une nouvelle fois pensive, j’hochais plusieurs fois la tête, ponctué de « hmmm » approbateurs. Je ne m’étais penchée sur la politique que récemment et encore… dans des proportions très limitées. Je ne lui accordais pas de crédit, non par manque de confiance ou incompréhension, mais par manque de temps. Je ne pouvais m’empêcher d’admirer les « épaules » du Conseil. Être capable d’incarner l’autorité suprême d’une institution galactique, de faire face aux crises et d’en assumer les conséquences malgré les injonctions et les critiques. Déjà que moi, faisant de mon mieux en usant sans répit de toutes mes capacités pour contenter tout le monde, employés et clients, je recevais parfois des critiques bien senties sur mon OmniTech…
De cette position relativement éloignée de la politique, il m’était par conséquent difficile d’avoir un avis sur les paroles du Geth. Oui, tel qu’il le laissait entendre, les armes seraient utilisées avec parcimonie mais les réelles implications restaient impénétrables. Mais que pouvais-je demander de plus ? J’étais PDG, pas dans les forces de l’ordre. Et puis bon… les systèmes Terminus, si tristement connus…
 
-        Mmmmmh… Vos actions me paraissent logiques et honnêtes même s’il ne convient pas que j’en juge. Je vous remercie pour votre franchise tout de même, Informateur. – dis-je d’un ton sollicitant.
 
D’une légère pression sur mes talons, je reculais ma chaise et invitait le Geth à en faire de même, la climatisation toujours activée, le trafic dense toujours visible derrière. J’adressai un signe respectueux au Geth en direction de la porte coulissante qu’il avait franchi quelques temps plus tôt. Celle-ci s’ouvrit et je lui emboitais le pas avec plaisir, heureuse de pouvoir finalement marcher un peu.
 
-        S’il en est possible, je souhaiterais vous montrer deux parties différentes de notre entreprise située sur Illium. Outre qu’une simple présentation, j’estime qu’en tant qu’acheteur, vous apprécierez peut-être de pouvoir juger vous-même de la qualité que nous mettons dans l’élaboration de nos pièces d’arme et d’armure. Bien sûr, si vous ne le souhaitez pas, nous pourrons directement nous diriger vers un stand de tir où vous pourrez effectuer votre choix pour une éventuelle vente. Qu’en pensez-vous ? – exposais-je au son de nos pas au travers du bâtiment. Il acquiesçait, nous pourrions donc faire un petit détour.
 
Tandis que mes pas s’étouffaient d’un léger claquement de semelle, ceux du Geth résonnaient, lourds et cliquetants, sur les murs alentours. Même si la plupart des pièces étaient d’un blanc immaculé et peu original, l’accent avait été mis sur différentes couleurs ici, dans les couloirs. Cette décision qui n’émanait pas de moi mais des anciens dirigeants était appréciée, cassant la monotonie. On n’était pas dans un bagne ! Le sol était lui recouvert d’un carrelage dallé gris et blanc.
 
Il nous fallut entre cinq et dix minutes pour arriver à l’endroit prévu. Nous nous trouvions devant une longue pièce visible à travers de gigantesques baies vitrées dont l’opacité avait été réduite à son minimum, spécialement pour notre arrivée. Il était particulièrement rare qu’un visiteur étranger puisse accéder à cette partie ô combien névralgique de notre activité. Mais, eu égard au potentiel contrat, je connaissais de plus le GIP de nom ce qui me valait d’y accorder une certaine confiance. Malgré tout, notre arrivée avait été prévue et rien d’important ne pouvait être aperçu.
 
En effet, nous regardions l’une des salles de « développement ». Ici, les armes et armures étaient sans cesse étudiées sous la forme de projection en trois dimensions, ici et là. Les images bleutées bougeaient ou affichaient différentes données en fonction des besoins. Au fond de la pièce, vers le mur opposé, l’on pouvait assister, sans doute, à un désaccord entre deux ingénieurs qui, penchés sur leurs OmniTech, échangeaient quelques vives paroles inaudibles. Des bureaux étaient disposés de manière ordonnées, certains débordants d’objets en tout genre au rangement douteux.
 
-        Voici, comme nous l’appelons « l’intel room ». Prévisions, modelages, simulations, calculs… C’est le principe de base. Nous tentons d’obtenir toutes sortes de variables et d’informations possibles afin de créer exactement ce que nous souhaitons par la suite. Ici, plusieurs équipes d’ingénieurs travaillent d’arrache-pied pour l’avancement technologique et pour une meilleure utilisation de nos pièces.
 
Je laissais donc tout le loisir au Geth de voir tout ce qui s’offrait à lui, prête à répondre à d’éventuelles questions ou interrogations. Meilleur impression je ferais, mieux ce sera.
 

Beeythia Moraios
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


En ligne
De la Magie dans l'air
Messages : 653

MessageSujet: Re: Un geth, une asari et beaucoup de flingues   Dim 14 Mai 2017, 20:21
La rencontre se poursuivait dans le bureau de la directrice de la Lumiéna Corporation. Informateur avait rapidement remarquer que la directrice Beeythia semblait prendre des notes. C'est du moins ce que les mouvements de ces doigts semblaient suggérer. Elle devait probablement noter les types de marchandises recherchés par le GIP et possiblement envoyer certaines instructions. Comme le geth devrait tester les armes proposées par la Lumiéna Corporation, il serait logique qu'une salle de tir ou d'entraînement soit mis à disposition. Évidemment, les armes y seraient attendant d'être essayer par le capitaine du GIP. De plus, tandis qu'Informateur lui parlait, l'asari réagissait en laissant entendre de léger ''hmm'' et en hochant la tête. Le synthétique avait pu voir de nombreux organiques utiliser ce genre de réponse. C'était souvent parce que ces derniers étaient partiellement distrait. Quoiqu'il en soit, une fois les explications du geth terminé, l'asari le remercia pour sa franchise. Puis, elle fit reculer sa chaise, se leva et l'invita d'un geste à faire de même. Il devait être temps d'aller tester l'armement proposé par la compagnie. Avant de se lever, le geth glissa une main en direction d'Anuli. Il saisit délicatement le gohala et le souleva légèrement, assez pour glisser son autre main sous la créature. Cette dernière se réveilla presque aussitôt, jetant des regards autour de lui.

Informateur se leva à son tour, tandis que l'asari lui indiquait poliment la porte. Le geth se mit en marche. Sans attendre un geste de son maître, Anuli quitta la main du geth et commença à grimper sur le bras de ce dernier. La petite créature démontra rapidement ses habilités de grimpeurs car elle rejoignit seule l'épaule droite d'Informateur. Puis, Anuli se rapprocha du coup du geth et commença à se frotter contre lui. Informateur y répondit en lui caressant doucement la tête d'un doigt de la main gauche. La petite créature resta à sa place, observant depuis l'épaule de son grand maître. La porte du bureau s'ouvrit devant le synthétique et il sortit du bureau, suivit aussitôt par Beeythia.

Le geth croyait que la directrice le dirigerait immédiatement vers une aire d'essai, mais elle fit une autre proposition. Elle lui proposa donc de leur montrer deux parties différentes de l'entreprise. Elle jugeait qu'en tant qu'acheteur, il devrait apprécier de voir par lui même la qualité de la fabrication et de l'élaboration des armes et des armures. Du moins, c'était optionnel, rien ne l'obligeait à faire une telle visite. Sans attendre Informateur accepta en acquiesçant. Il n'avait pas de raison particulière de renoncer à une telle visite. Cela pourrait être intéressant. Certes, il était fort probable que Beeythia fasse cela dans l'unique but de bien faire paraître son entreprise et d'augmenter ces chances d'obtenir le contrat. Toutefois, pour Informateur c'était également l'occasion d'évaluer le travail de l'entreprise. C'était bien beau de faire les meilleures armes de la galaxie, si les conditions de travail et le professionnalisme laissaient à désirer, cela restait une mauvaise compagnie.

Tandis qu'ils marchaient dans les couloirs, le bruit de leurs pas résonnaient. N'importe quel idiot pouvait rapidement remarquer la différence entre eux. Déjà, les pas de l'asari émettant seulement un léger claquement. Tandis que ceux d'Informateur étaient plus lourd. Évidemment, dans le cas présent, la différence entre les deux individus résidaient majoritairement dans leurs poids. De part sa taille et sa composition, le geth avait une masse supérieure à celle de l'asari. Toutefois, cela n'empêchait pas Informateur d'être discret s'il le souhaitait. Après tout, s'il était dans une plateforme de type chasseur, ce n'était pas pour rien. Cependant, comme le geth n'était ni en mission militaire, ni en terrain hostile, c'était inutile.

Le geth ne prêta que peu d'attention au décor l'entourant. Il avait toutefois remarqué la grande différence entre les salles et le couloir. Un blanc immaculé pour les salles, pour des raisons qu'Informateur avait du mal à expliquer, et de la couleur pour le couloir. Le geth comprenait mal pourquoi les organiques avaient tant besoin que leurs salles de recherche soient aussi blanche. Pour des recherches de nature chimique, biochimique et médicale, c'était logique. Toutefois, des salles blanches pour des salles destinés à l'étude de l'armement, plutôt étrange considérant que l'expérimentation de ces dîtes armes finissaient pas salir rapidement les murs.

Le trajet dura un grand total de sept minutes et quarante six secondes. Ils arrivèrent devant une grande pièce qu'ils pouvaient observer à travers une baie vitrée. L'endroit était occupé par divers ingénieurs et des plans holographique d'armes et d'armures de variétés diverses. Les plans flottaient dans les airs, pouvant être bouger dans n'importe quel sens, selon les besoins des scientifiques et ingénieurs. Tandis que Beeythia lui parlait, le geth put voir un ingénieur s'approcher d'un hologramme d'arme, l'hologramme sembla exploser, mais en réalité c'était plutôt comme si l'arme c'était soudainement démonté, permettant une observation plus précise ces composantes. Plus loin, deux ingénieurs semblaient en plein débat. De plus, parmi les bureaux plus loin, les états variaient de très ordonnés à fouillis complet. Informateur n'avait pas de raison de faire de commentaire sur la question. Il avait put remarquer que les individus les plus brillants pouvaient parfois être très bizarres ou désordonnés.

Le geth ne vit aucune arme ou armure inhabituelle ou inconnue parmi les hologrammes présents. Logiquement, les plans plus secrets avaient été retiré avant sa visite. C'était logique, afin d'éviter le vol de plan. Aucune entreprise ne désirait voir son futur produit se retrouver sur le marché, à cause d'une compagnie concurrente. Le geth observa pendant un moment, avant de poser quelques questions à l'asari.


-Je vois. Toutefois, est-ce que cet endroit se limite à la conception théorique, ou bien y a-t-il vraiment des armes ou armures qui sont fabriqués ici? De plus, je ne vois que des armes et armures parmi les plans ici présent. Est-ce que c'est parce que vous compartimentés vos recherches? Donc, armes portables et armures dans ce centre de recherche et véhicules dans un autre?

Le geth se tut un court instant, pour laisser le temps à l'asari de répondre à ses premières questions.

-Pour le développement en lui-même, vous concentrez vos efforts sur les nouvelles technologies ou bien sur l'amélioration des technologies déjà existantes? Également, toutes ces armes et armures, est-ce qu'il s'agit de conception destinés à la vente de votre entreprise?... Je m'explique, est-ce qu'il y a des conceptions qui sont en fait commander par une autre entreprise ou un gouvernement? Donc, une conception d'équipement dont le brevet appartiendra au final à un de vos clients, une fois la conception terminée?

Avant que l'asari ne puisse répondre à ses nouvelles questions, le geth remarqua un petit détail, du côté des deux ingénieurs en pleine argumentation. Ces derniers étaient en train de rentrer de nouvelles données pour la création d'un nouveau concept d'arme, type fusil de précision. Toutefois, le synthétique remarqua une erreur dans leur démarche. Il n'était pas expert en armement, mais à force de s'occuper soi-même de l'entretien de ses armes, on apprend beaucoup de chose. Le geth s'approcha de la rangée de vitre, apercevant une console pour rejoindre directement les travailleurs de la zone. Il activa le tout et pris la parole.

-Veuillez pardonner le dérangement. À l'attention des deux ingénieurs au fond de la pièce, votre disposition pour votre nouveau concept d'arme est inadéquat et ne fera qu'entraîner une surchauffe, voir une explosion de l'arme.

Les ingénieurs concernés tournèrent leur regard dans sa direction et commencèrent à rire, leur voix étant également rapporté par le système de communication.

-Laisse travailler les experts, le grille-pain.

Ils terminèrent l’agencement de leur modèle. Puis, montrèrent l'hologramme avec fierté.

-Un à zéro pour le savoir scientifique et les organiques.

Toutefois, l'hologramme vira rapidement au rouge, un message d'erreur apparaissant et annonçant un risque élevé de surchauffe pour cette configuration. Le geth répondit sur un ton neutre.

-Un à zéro pour le grille-pain, plutôt.

Déjà, les collègues des deux ingénieurs commençaient à se moquer des deux prétentieux.






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4652-beeythia-moraios-aka-bee-b
http://www.masseffect-reborn.fr/t4656-journal-de-bord-de-beeythia-moraios


En ligne
Messages : 25
Crédits : Krelek Aelos

MessageSujet: Re: Un geth, une asari et beaucoup de flingues   Lun 19 Juin 2017, 21:16

INFORMATEUR
UN GETH, UNE ASARI ET BEAUCOUP DE FLINGUES


Le Geth paraissait indubitablement intéressé par ce que je m’étais décidé à lui montrer, si peu soit-il. Ce qui s’assimilait à sa tête et à son œil bougeait frénétiquement à l’affût des données que collectait ses capteurs sensoriels en vue d’une compréhension sans doute plus poussée. Quelles étaient ses pensées ? Je ne pouvais le savoir, celui-ci restant dans un mutisme contemplateur pendant plusieurs minutes, face à la grande baie vitrée s’étendant devant nous. Etait-il ne serait-ce qu’un peu surpris par les moyens que j’étalais devant ses capteurs ou bien était-il simplement en train de se lamenter sur la pauvreté de nos technologies, aussi pointues furent-elles ?
Il en profitait d’ailleurs pour couper le silence qui s’était installé, apparemment empreint d’une curiosité que j’appréciais. S’ensuivit un flot de question, plus ou moins précises, que je peinais à retenir mentalement. Loin d’être uniquement centrées sur la technologie que nous tentions de développer en elle-même, il posait tout un panel d’interrogations pratiques, structurelles et même économiques. Son processeur logique était très bien rodé, car si Informateur n’avait peut-être jamais travaillé dans une entreprise de cette taille, il put en tirer des extrapolations tout à fait correctes.
Enjouée par l’intérêt qu’il affichait, je commençais à ouvrir la bouche – un son ressemblant vaguement à « Pppeeh » en sortit – qu’un je fus coupée par le Geth qui avait détourné son regard sur deux ingénieurs au cours d’un débat vraisemblablement houleux. Distraite, je ne compris pas réellement ce qu’il se passait, le Geth pointant une erreur aux deux travailleurs qui la balayèrent d’un revers de main irrespectueux, doublé d’un « grille-pain ». Au-delà de leur échec, je jetais un regard noir sur les ingénieurs qui comprirent rapidement leur erreur en me voyant, leurs visages maintenant décomposés. Tout conciliante et compréhensive que j’étais, je ne pouvais tolérer cette forme d’irrespect total, qui plus est sans connaissance de leur interlocuteur qui se trouvait un potentiel futur partenaire commercial.
D’enjouée j’étais maintenant gênée par la réaction en question. Fort heureusement, le Geth ne parut en tenir rigueur mais je m’empressais d’ajouter, sur un ton d’excuse :
 
-       Je… ehm… suis désolé, M. Informateur, de la façon dont il s’est adressé à vous. Je me chargerai de formuler un avertissement.
 
Je faisais volontairement fi de l’hilarité qui avait gagné la pièce, en colère par cette image piteuse que nous affichions. Il me fallu trois grandes inspirations pour retrouver un état d’esprit plus sain pour reprendre mes réponses aux questions du Geth. Tant bien que mal, mon visage s’éclaircit et j’attire son attention en toussotant légèrement.
 
-       Concernant vos interrogations, que diriez-vous que j’y réponde sur le chemin qui nous mène vers notre dernière destination ?
 
Le Geth opina et je tendais la main vers la direction choisie, en guise d’invitation.
 
-       Parfait. Donc, pour votre première question, – J’effectuais un effort de réflexion – oui. Les bâtiments de la Lumiena sur Illium sont centrés sur la théorie et sont principalement chargés de toutes les tâches administratives et managériales de l’entreprise. C’est un peu le siège, dirons-nous. Dans une logique d’efficacité, cela nous mène à votre deuxième question.
Effectivement, nos recherches sont compartimentées et ce pour que chacun ait à disposition les ressources humaines et matérielles pour effectuer sa tâche au mieux. Divers bâtiments de la Lumiena sont donc délocalisés dans ce but, leur localisation gérée par le besoin de nous approcher des ressources intermédiaires nécessaires durant le processus de fabrication. Autrement, nous aurions un méli-mélo technologique et humain ingérable.
Les recherches se font sur tout un panel de projets théoriques dont l’amélioration de technologies existantes et la recherche de nouvelles, sans réellement distinguer une part plus importante pour l’une ou pour l’autre. Dans tous les cas, nos brevets restent bien évidemment la propriété de la Lumiena et ne sauraient être vendus.
L’entreprise ne compte que trois centres de recherches principaux affectés à des tâches respectives, un pour les armes et armures et deux pour les vaisseaux. Nous ne comptons pas moins de 50 sites de productions secondaires et trois chantiers navals principaux, toutes marchandises comprises.
Nous évaluons également les possibilités d’agrandir nos prestations dans le futur.
Pour le reste de vos interrogations, je ne peux malheureusement que rester vague, ce que vous comprenez j’espère. Dans tous les cas, nous avons diverses destinations pour nos productions mais une chose est sûre, c’est que nous combattons et œuvrons financièrement et matériellement dans le but de stopper les activités illégales se déroulant dans les Terminus. Outre le passé de l’entreprise, nous voulons servir la paix et non la guerre.
 
Je laissais ces paroles en suspens au moment où nous traversions le dernier couloir pour déboucher sur une salle d’exposition des plus banales. ]La description est disponible dans le RP que j’ai fait avec Hwang. Réfère toi y, je n’ai pas le courage de réécrire ça.] d’où trônaient la plupart des armes usuelles et quelques-unes spéciales exposées pour l’occasion.
 
-       Bien. Nous voici dans la salle d’exposition. Vous pouvez définir vos besoins précis en fonction des modèles ici présents et nous transmettre vos attentes détaillées. Par la suite, le contrat en bonne et due forme pourra être signé. 
Beeythia Moraios
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


En ligne
De la Magie dans l'air
Messages : 653

MessageSujet: Re: Un geth, une asari et beaucoup de flingues   Mer 21 Juin 2017, 03:22
Informateur observait en silence les deux ingénieurs subir les moqueries de leurs collègues. Après tout, en quelques secondes, le geth venait de les humilier, devant témoin. Du moins, d'en humilier l'un des deux. Cependant, l'ingénieur en question l'avait bien cherché en se montrant trop orgueilleux pour reconnaître qu'il était sur le point de faire une erreur. Maintenant, il en payait le prix. Leur gêne apparente se transforma rapidement en peur ou quelque chose qui s'en rapprochait. Le geth se désintéressa des deux individus et se tourna vers l'asari qui avait désormais une expression quelque peu gênée. Soit ces deux idiots avaient aperçu leur patronne et venaient d'avoir très peur de sa réaction, soit elle avait déjà réagit et c'était cela qui leur avait fait peur. L'asari s'excusa rapidement pour les propos de ses employés, promettant de formuler un avertissement contre les fautifs.

-Ce genre d'insultes ne me touchent pas directrice Beeythia. Cela ne fait que démontrer un manque de maturité, ainsi qu'une profonde ignorance. Probablement aussi de la crainte déguisée en mépris, selon les cas.

Pendant ce temps, l'asari prenait plusieurs grandes respirations, probablement pour retrouver son calme. Elle proposa ensuite de répondre à ces questions, tandis qu'ils marchaient vers leur prochaine destination. Le synthétique n'y voyait aucune raison de s'y opposer, il accepta donc en opinant, comme il avait vu de nombreux organiques le faire. Ils reprirent donc leur marche, Anuli passant d'une épaule à l'autre de son maître, pour observer les alentours.

Beeythia commença donc ses explications. Ainsi, les bâtiment de la Lumiéna Corporation sur Illium se chargeaient surtout des recherches théoriques et de la direction de toute l'entreprise. C'était donc le siège social de toute la corporation. Les recherches étaient compartimentés afin d'améliorer l'efficacité du développement. La localisation des divers centres et infrastructures étaient surtout déterminés par la proximité des ressources nécessaires au développement et à la fabrication du matériel dont l'infrastructure se chargeait. Les recherches de la corporation s'effectuait aussi bien sur les nouvelles technologies que l'amélioration des technologies déjà existantes. De plus, tout brevet mis en place par la Lumiéna demeurait sa propriété. Les centres de recherches quant à eux étaient divisés en trois. Deux pour les véhicules et un pour les armes et armures. Finalement, la corporation disposait de 50 centre de fabrications et trois chantiers navals. Du moins, pour le moment, l'entreprise voulant poursuivre sa croissance. De plus, l'asari affirma que leur but était d’alimenter la paix et non la guerre, donc pas d'approvisionnement pour les terminus. Évidemment, Informateur savait que c'était une demi-vérité non dite. Après tout, les systèmes getho-quarien étaient dans les systèmes terminus, mais uniquement d'un point de vue géographique de la galaxie. Le geth ne put s'empêcher d'espérer que le Conseil décide un jour de redessiner la carte galactique pour sortir les territoires de l'Amirauté des Systèmes Terminus. Ce serait plus symbolique qu'autre chose, mais tout de même.

Leur pas finirent par les conduire dans une salle d'exposition où reposait les divers modèles d'armes vendues par la Lumiéna, ainsi que leurs descriptifs. Il y avait également des armures, mais Informateur ne s'y intéressa pas. Le geth écouta l'asari sans dire un mot. L'équipement variait de l'armement de base, à celui plus avancé, pour tous les types. Chaque arme était disposé sur son petit présentoir. Également, on pouvait voir plus loin un stand de tir à travers une grande baie vitrée. Visiblement, l'endroit pouvait également être utilisé pour tester des armures, du moins pour les déplacements. Peu de chance que les porteurs aient envie de tester leur résistance au tir.

Informateur commença à se promener dans la pièce d'exposition, jetant un œil aux diverses armes offertes. Son regard ne restait que quelques instants sur chacune d'elle. On aurait pu prendre cela pour un manque d'intérêt, mais il ne fallait pas oublier la nature synthétique d'Informateur. Ainsi, le geth analysait rapidement les éléments observables, en quelques secondes. Alros qu'un être organique en aurait pour plusieurs minutes. Après avoir fait le tour, le geth donna une liste des armes dont il souhaitait faire des essaies. La liste comprenait donc: pistolet, fusil d'assaut, fusil de précision et fusil à pompe. Pour chaque type d'arme, il avait sélectionnés trois armes, selon leur statistique. Variant ainsi de celle ayant les éléments les plus bas, la plus intermédiaire et la plus élevé. Beeythia rentra rapidement quelques commandes dans son omnitech pour que les dîtes armes leur soient envoyés. Ils passèrent ensuite dans le stand de tir. Ils n'eurent qu'à attendre qu'un court moment pour qu'un employé arrive avec une partie des armes, les pistolets. L'employé repartit en prévenant qu'il serait de retour dans un moment avec les fusils d'assaut.

Le geth s'approcha des pistolets disposés sur un comptoir du stand de tir, pour les cibles à 15 mètres. Il commença par les prendre en main, un après l'autre pour évaluer leur poids. Le synthétique prenait en note chaque détail dans un fichier visuel et de donné qu'il présenterait à ses supérieurs. Une fois fait, il pris en note quelques autres donnés, notamment sur l'ergonomie de l'arme. Il était temps de tester l'arme. Toutefois, deux petits éléments à régler avant. Informateur laissa les armes sur le comptoir et se dirigea vers l'asari légèrement en retrait. Alors qu'il s'approchait, le geth tendis une main vers Anuli et le gohala sauta dedans aussitôt. Il tendit ensuite la créature vers Beeythia qui tendit ses mains à son tour par réflexe. Il déposa Anuli dans les mains de l'asari.


-Je vous prierais de le surveiller pendant que j'effectue les test. Cela ne serait pas sécuritaire pour lui de rester sur moi pendant les tirs.

Puis, le geth déposa une boîte sur la table près de Beeythia et retourna au stand. Il n'avait pas peur que l'asari ait l'idée de lui voler son gohala. Déjà, le geth avait tout les documents légaux pour démontrer qu'Anuli était son animal de compagnie ainsi que des amis pouvant en témoigner. Quant à la possibilité qu'elle lui fasse du mal... Si cela arrivait, personne ne retrouvait jamais le cadavre de l'asari. Les cibles actuellement disponible se composait de silhouette holographique de turien. Informateur utilisa l'interface offerte au comptoir pour changer de cible, la remplaçant par la silhouette d'un zombie moissonneur. Puis, il prit la première arme et commença à tirer sur la cible. Il vida chargeur de l'arme et observa les résultats, tout ses tirs avaient atteint la cible, à divers endroits. Le synthétique nota les résultats, puis passa à la prochaine arme. Avant qu'il commence à tirer, Informateur entendit Anuli pousser un léger cri caractéristique. Il se retourna et vit Beeythia qui le regardait. Elle devait probablement se demander si elle avait fait quelque chose de mal, avec la petite créature.

-Anuli fait seulement savoir qu'il commence à avoir faim. Pourriez-vous le nourrir, je vous prie. La boîte contient deux rations de nourriture et d'eau. Il suffit de les lui donner. Vous pouvez simplement le laisser prendre la nourriture lui-même ou bien les lui donner un à un à la main, si vous le souhaitez. Par contre, évitez d'en manger, il s'agit de fruits, de légumes et de noix dextro.






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4652-beeythia-moraios-aka-bee-b
http://www.masseffect-reborn.fr/t4656-journal-de-bord-de-beeythia-moraios


En ligne
Messages : 25
Crédits : Krelek Aelos

MessageSujet: Re: Un geth, une asari et beaucoup de flingues   Jeu 22 Juin 2017, 04:17

INFORMATEUR
UN GETH, UNE ASARI ET BEAUCOUP DE FLINGUES

 
Si jusque là, j’aurais pu avoir d’éventuels doutes sur la nature de mon interlocuteur, l’arrivée dans la salle d’exposition les balaya tous. J’avais en face de moi un agent du GIP et, plus encore, un Geth, une intelligence artificielle. Habilement, mécaniquement même, je l’observais en silence passant rapidement d’une arme à l’autre, soupesant l’une, retournant une autre. Pour moi, c’était un spectacle ahurrissant. Pourtant habituée aux prouesses du genre, voir en situation la capacité de traitement de l’information d’une intelligence artificielle arrivait encore à faire pétiller mes yeux d’une sorte de fierté. Je ne pourrais dire avec précision d’où elle venait pourtant. 
 
Il ne fallut guère longtemps pour qu’une liste précise atterrisse dans mes mains et, sans piper mot, je m’exécutais afin de contenter Informateur et nous passions rapidement dans la salle adjacente. Des armes de très bonne facture ne tardèrent pas à arriver des mains d’une magnifique Asari les disposant méthodiquement sur le pas de tir, n’attendant que l’avis du Geth qui évalua apparemment rapidement ce qui était à disposition.

Ce fut avec une réelle surprise que, quelques minutes plus tard, celui-ci déposait doucement le gohala dans mes mains. Je l’avais presque oublié, calme qu’il était sur les épaules de son maitre. Le petit animal paraissait si fragile, si doux. Un peu surprise, je ne peux que bredouiller quelques sons maladroits et heureusement, j’acquiesçais pour me faire comprendre. Je n’entendis même pas les coups de feu grâce aux boules anti-bruit préalablement portées. Celle-ci était extrêmement bien faite. Elles détectaient automatique le niveau des décibels alentours pour ne s’activer qu’en cas de besoin. Leur matière, presque poreuse en temps normal, se contractait pour bloquer le passage aux sons lorsque le bruit était trop fort. Mais, malgré cette technologie, toute mon attention était portée sur Anuli, les sourcils arqués dans un signe de compassion extrême. La petite chose me regardait elle aussi, sans doute curieuse des bras nouveaux qui la tenait et dans lesquels son maitre avait jugé bon de la confier. Je me risquais, d’une main fébrile, à caresser doucement la tête de l’animal lorsque celui-ci poussa un petit cri. Je me retournais d’un coup vers le Geth avec un regard interrogateur, enlevant ma main dans un mouvement éclair de peur de lui avoir fait un quelconque mal. Je poussais un soupir de soulagement lorsque je compris que cette petite chose toute mignonne ne demandait qu’à manger. 
 
-       Bien sûr ! Avec plaisir ! – dis-je avec un sourire radieux. Les gohalas étaient vraiment de magnifiques petits animaux.

Ayant une petite appréhension de mal faire, je laissais le petit être se servir lui-même, tout guilleret, dans la boite. Ses mâchoires se refermaient rapidement sur la nourriture qu’il paraissait apprécier grandement. On aurait presque dit qu’il souriait même, ou peut-être me faisais-je simplement des visions. 
 
Nous restions ainsi tous les deux, moi prenant confiance et gratouillant gentiment Anuli sur le dos, lui grapillant avidement les petits fruits à intervalles réguliers. Cela dura même tout le temps qu’il fallu au Geth pour obtenir les résultats de ses tests. Nous pourrions sans doute passer très vite à la suite. 
 
Lorsque les armes encore fumantes furent posées sur le stand, la culasse soigneusement retirée, je me dirigeai vers Informateur et tendait vers lui le petit Anuli, désireuse de lui permettre de retrouver au plus vite la présence réconfortante de son maitre.

-       Anuli est vraiment magnifique, M. Informateur. Et sans doute bien moins timide que moi ! – lançais-je en riant. Il est malheureusement temps qu’il revienne entre des mains plus expertes que les miennes. Bien. Nous approchons malheureusement de la fin de notre rencontre. Vos observations de prime abord sont-elles concluantes ? Avez-vous des questions ou remarques supplémentaires ? S’il advenait qu’une arme ait besoin de changement mineurs spécifiques, c’est tout à fait possible dans la limite d’un seul chargement. Vous comprenez, nous avons d’immenses chaines de production à faire tourner.

Beeythia Moraios
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


En ligne
De la Magie dans l'air
Messages : 653

MessageSujet: Re: Un geth, une asari et beaucoup de flingues   Ven 23 Juin 2017, 02:16
Informateur observa Anuli et Beeythia pendant un moment. L'asari semblait quelque peu hésitante, le démontrant dans sa manière de nourrir le gohala. En effet, au lieu de tenter de le nourrir elle-même, Beeythia le laissa piocher lui-même dans son plat. Après un moment d'hésitation, elle commença cependant à lui gratter doucement le dos. Cela n'arrêta pas la petite bête de continuer à manger. Toutefois, Informateur connaissait assez bien la petite créature pour savoir qu'il aimait cela. Finalement, le geth se détourna de cette vue et recommença ses test d'armements. Il reprit donc où il en était avant d'être interrompu par son animal de compagnie. Ainsi, le synthétique testa les deux autres pistolets. Ensuite, il effectua les mêmes examens avec les trois fusils d'assaut. Puis, vinrent les fusils à pompe qu'il testa à courte et moyenne portée. Finalement, le geth termina ses tests par l'utilisation des trois fusils de précision. Pour ce dernier test, il agit de manière légèrement différente. En effet, il commença par des tirs lent et espacés, pour évaluer la précision de ces trois armes dans des conditions idéales. Puis, Informateur recommença, mais en tirant aussi rapidement possible, pour se rapprocher davantage de la situation d'un tireur d'élite en plein affrontement.

Les tests furent plutôt concluant. Les fusils d'assauts semblaient très performants. De même pour les pistolets. Quant aux fusils de précisions et aux fusils à pompe, il laisserait d'autres en juger. De toute façon, il n'était là que pour faire une évaluation de la marchandise, ce n'était pas lui, mais ses supérieurs qui choisiraient au final. Le rapport et l'évaluation du synthétique ne feraient que les aider à prendre une décision. Le geth laissa les armes à leur place sur le comptoir, un employé s'occuperait de les ranger plus tard, probablement la même asari.

Beeythia vint dans sa direction, avant de lui tendre Anuli. Elle fit quelques commentaires sur le petit animal. Puis, elle revint sur les affaires en cours. L'asari désira savoir s'il avait encore des questions à formuler sur les produits offerts par sa compagnie. Elle mentionna également que si les armes avaient besoin de modification, il serait possible d'en faire une, selon le type d'arme. Toutefois, dans le monde des affaires, Informateur savait que cela pouvait changer selon la taille de la commande. Avant qu'il réponse à l'asari, Anuli se manifesta. Le gohala frotta sa tête duveteuse contre les bras de Beeythia.


-Visiblement, Anuli vous aime bien. C'est comme cela que les gohalas démontrent qu'ils apprécient quelqu'un, en se frottant contre un bras ou une jambe.

Le geth tendit tranquillement son bras vers la petite créature, cette dernière délaissa l'asari et grimpa sur le bras de son maître, puis, il commença à grimper sur l'imposante poitrine du geth. Ce dernier gardait une main sous le gohala, au cas où celui-ci tomberait. Cependant, ce ne fut pas le cas. Il termina sa petite session d'escalade et alla cette fois se loger contre le cou de son maître, répétant le même manège qu'avec Beeythia.

-Et c'est comme cela qu'ils démontrent leur affection envers un autre individu.

Le geth caressa tendrement la tête d'Anuli, avant de reprendre la discussion.

-Alors, pour répondre à vos interrogations. Non, je n'ai pas d'autres questions à formuler. Mes tests balistiques m'ont permis d'avoir une bonne idée de la qualité de vos armes. Je remettrai mon rapport et mon évaluation à mes supérieurs. Ce sera à eux de prendre la décision finale. Normalement, cela devrait prendre entre un et deux mois. Cela pourrait se conclure de deux façons: commandes entières auprès de votre compagnie, commande partielle ou aucune commande. Je recommanderai cependant les pistolets de la Lumiéna Corporation. Je ne suis cependant pas en mesure de vous informer si des modifications seraient nécessaire, ni la quantité d'armement qui pourraient être acheté. Quant aux armures que votre société offre, si le GIP se montre intéressé, un ou plusieurs créateurs quariens seront envoyés pour les évaluer.

Le geth se tut un court instant.

-Pour ce qui est de la faible timidité que vous avez évoqué tout à l'heure, cela n'a rien d'anormal. La timidité et la gêne sont des traits de caractère surtout présent chez les espèces civilisés. Les animaux ont rarement ce genre de trait de caractère car ils n'ont pas de société à proprement parlé. Ils ne se jugent pas entre eux et donc ne craignent pas le jugement des autres. De plus, les gohalas sont naturellement des créatures enjoués et peu violente. En fait, il n'y a que trois cas dans lesquels un gohala peut ou se montre violent. Durant la première journée de la naissance des petits, la femelle est trop épuisé pour se déplacer, le mâle protège donc sa famille et attaque quiconque s'approche trop. Ensuite, pendant plusieurs semaines après la naissance des petits, les parents attaquent s'ils sentent une menace contre leur progéniture. Finalement, un gohala domestique défendant son maître, mais il s'agit cependant d'un cas de figure très rare, surtout observer chez les gohalas de la flotte nomade.

Le geth semblait être partit pour parler un bon moment, mais Anuli poussa à nouveau un petit cri, pour attirer l'attention de son mâitre. Ce dernier se tût et commença à lui grattouiller sous le menton. Anuli semblait aux anges.






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4652-beeythia-moraios-aka-bee-b
http://www.masseffect-reborn.fr/t4656-journal-de-bord-de-beeythia-moraios


En ligne
Messages : 25
Crédits : Krelek Aelos

MessageSujet: Re: Un geth, une asari et beaucoup de flingues   Mar 27 Juin 2017, 02:05

INFORMATEUR
UN GETH, UNE ASARI ET BEAUCOUP DE FLINGUES


Anuli ne dérogeait pas à la règle. Les animaux étaient connus pour être d’indéfectibles compagnons, toujours loyaux, toujours aimants, toujours attentionnés à leur manière. C’était fondant de voir le petit gohala retourné dans les bras de son maître Informateur. Quel duo des plus particulier ils formaient. Un animal dont l’apparence laissait supposer sa fragile composition et un massif Geth qui avait développé cet attachement pour son gohala.
Je les observais quelques secondes le temps que l’animal rejoigne son perchoir avec toute l’agilité dont il était capable et concluais d’un signe de tête :
 
-        Vous formez un duo de choc, à n’en pas douter ! – Tout en ponctuant ma phrase d’un clin d’œil avant de réaliser qu’Informateur ne comprendrait peut-être pas le geste.
 
Je continuais d’hocher d’ailleurs pensivement la tête à l’écoute de ses observations. J’étais sans doute un peu soucieuse. Après tout, j’avais une grande confiance dans la qualité de nos équipements. Comment pourrait-il en être autrement toutefois ? Ma confiance était très importante tant sur un cadre concernant purement mes opinions personnelles mais pour l’entreprise et tout ceux qui y œuvraient sans relâche. Même si cette pensée faisait naître des sentiments paradoxaux en moi, je me devais d’être une image, une ambassadrice voire même quelqu’un qui doit attirer l’attention sans pour autant l’accaparer. Et tout ceci ne résumait qu’avec difficulté l’entièrement de mon rôle…
Je fus pour autant soulagée de voir que les premières constatations du Geth étaient positives et laisser présager des nouvelles rassurantes. Décidant d’accueillir cette nouvelle comme l’accomplissement de la journée, je repris la parole :
 
-        Ce que vous me dites nous permet d’entrevoir une coopération fructueuse, je l’espère ! Je n’ai ainsi pour ainsi dire rien à rajouter. Vous-même ou vos supérieurs pouvez la Lumiena pour toute question ou pour envisager la conclusion du contrat final quand vous le voulez, avec nos équipes. N’oubliez pas également que nous proposons un catalogue particulièrement fourni de vaisseaux.
Je n’oublie pas ce que vous me dites sur les gohalas et je ne manquerais pas d’envisager de m’occuper avec amour d’un si joli animal.
 
Le Geth semblait manifestement bien parti pour évoquer nombre d’informations sur les gohalas, informations que je ne jugeais pas inintéressantes mais dont malheureusement, le temps me manquait pour en apprécier la valeur.
 
-        Dans tous les cas, ce fut pour ma part un grand plaisir d’avoir affaire avec vous, M. Informateur. – entrepris-je de dire dès que le Geth eut fini. Je me dois de vous laisser car des affaires m’attendent. J’ai même l’impression qu’il y a toujours quelque chose qui m’attend finalement. Je vous souhaite un très bon retour et j’espère vous revoir très bientôt !
 
Nous nous séparions quelques mètres plus loin, alors que je reprenais l’ascension de la tour infernale, le Geth se dirigeant lui vers la sortie, raccompagnée par une assistante au moins autant impressionnée que moi à la vue de la carrure d’Informateur. J’esquissais un sourire face à la situation mais également un sourire de satisfaction. J’étais presque… heureuse et fière même. Mais, nous venions de consolider des relations importantes et ce fut mon succès du jour. 
Beeythia Moraios
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un geth, une asari et beaucoup de flingues   
Revenir en haut Aller en bas
 

Un geth, une asari et beaucoup de flingues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Nébuleuse du Croissant :: Illium-