AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Nevea Dalahan [terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 9

MessageSujet: Nevea Dalahan [terminée]   Lun 20 Mar 2017, 02:41
Registre Galactique des espèces
Nevea / Dalahan

Informations primaires

Sexe : /
Race : Asari
Âge : 162 ans
Faction : Mercenaire
Poste / Grade : Chef d’escouade
Parenté : Une mère chiante et un Krogan mort.
Situation maritale : Célibataire a temps partiel
Planète d'origine : Omega


Histoire





« Hey beauté, tu m’offres une danse ? »

Le regard glacé d’un œil unique se tourne lentement vers un Turien dont la démarche et l’élocution démontre une prise d’alcool des plus immodérées. Les lèvres de l’Asari se crispent en un sourire aussi amusé que méprisant.
Sa voix est rauque pour une sœurs, même si ses inflexions chantantes ne laissent aucun doute quant à ses origines. Son ton est léger, moqueur avant tout.

« Je ne pense pas que tu aime mon genre de valse, va décuver ailleurs. »

D'une main elle lui fait le signe universel signifiant « dégage » avant de retourner vers son verre. Le Turien lui lance un regard des plus surpris, ne comprenant visiblement que les merveilles de son charme alcoolisé n'aient pas l'effet escompté sur la « jeune »… « demoiselle ». Malgré ce premier échec, sûr de lui comme seul peut l'être quelqu'un perdu dans l'ivresse, il s'appuie – manquant de s'effondrer – sur le bar, à côté de la mercenaire violacée dont le regard s'emplit de lassitude devant ce spectacle navrant.

« Au contraire bébé, j’aime les femmes fortes comme toi c’est d’autant plus grét… graté... »

On voit presque les rouages tourner sous ses écailles.

« Gratifiant ! Gratifiant de les... dresser. »

Il complète cette phrase d'un sourire entendu qui se veut aussi irrésistible que dominateur – effet qu'il n'arrive pas vraiment à obtenir alors que l'Asari fait sa taille et que, contrairement à lui, elle n'est pas à moitié affalée sur le comptoir. Cette dernière est d'ailleurs en train de crisper son poing. Ses iris illuminé d'une énergie biotique résiduelle. Nevea jette un regard en coin à la sœur qui tient le bar. Cette dernière lui fait un signe négatif de la tête, un plis réprobateur sur les lèvres. Bordel, c'est tout le problème avec les mondes conciliens, on ne peut même pas briser quelques écailles turiennes sans que les forces de sécurité te mette en détention pour deux jours.
Ce mec ne valait clairement pas de gâcher autant de temps.

« Bonne chance avec ça, mais va te trouver une autre cause mon gars, cette voie là mène a ta perte. »

La mercenaire ponctue la fin de sa phrase d'une longue gorgée et du son de son verre claquant sur le comptoir. Le dragueur, lui, la regarde d'un air vague, le temps que ses neurones embrumé comprenne la phrase et construire une réponse à n'en pas douter. Pendant ce temps-là, Nevea, décidée à ignorer les fâcheux pour le reste du temps qu'il lui faudra pour se retrouver dans un état d'ivresse avancée décide de se rappeler comment la vie l'a amenée dans un Bar d'Ilium a se faire draguer par un turien bourré sur le regard méfiant d'une barmaid a deux doigts d'appeler la sécurité.
Douce nostalgie.

* * *

Tout avait commencé dans un bar. Mais pas vraiment le même, celui-ci était remplit de clients plus ou moins alcoolisés, plus ou moins en train de se battre. Sa mère avait le rôle de la barmaid au regard méprisant et son père celui du Krogan bourré.
La vie n'est elle donc qu'une longue répétition ?

Enfin, le reste de l'histoire elle ne la connaît pas vraiment dans les détails – faute d'être née. Mais de ce que sa mère lui a raconté après coup, alors qu'elle grandissait dans le ventre de cette dernière, son « géniteur » est parti en guerre et, comme beaucoup, n'en est pas revenu. Ouais, sortez les violons, un Krogan de moins dans la galaxie, il nous manquera. En tout cas, Nevea n'a pas connu son père, mais de ce qu'elle en sais, il était presque aussi brute que sa mère – sans toutefois y arriver. Les chats ne font pas des chiens n'est-ce pas ?
Son enfance est déjà loin et les sœurs n'ont pas la mémoire des Drell – pour le meilleur sans doute, un millénaire de souvenirs parfaits… effrayant – mais elle se souvient de l'avoir passé à suivre sa mère d'un contrat à l'autre. Une vie passée sur des stations mal famées, des vaisseaux bruyants, le tout baignant dans une odeur de sang et d'explosif.
Une enfance heureuse.

Oui, sur le papier, cela sonne comme un nid a traumatisme et, en toute franchise, c'est peut-être le cas pour d'autres. Toutefois, toute délicatesse mise à part, sa mère l'aimait – et l'aime encore lorsqu'elles se croisent – et l'éduqua du mieux qu'elle put, lui enseignant ce qu'elle considérait nécessaire à sa survie dans une enfance aussi chaotique que pleine d'amour et de complicité maternelle. Entretenir un fusil n'est pas forcement une corvée si vos petites mains bleues sont prises dans celles, grandes et calleuses de votre mère, l'odeur de la mort n'est répugnante que lorsque que vous ne pensez pas que c'est celle de votre maman et les vaisseaux paraissent bien moins froid et mort lorsque vous jouez a cache cache dedans.
Personne n'a une enfance toute rose, mais Nevea n'échangerai pas la sienne pour celle d'une jeune Asari choyée et couverte de cadeaux sur Théssia. Si un « tonton » Krogan ne vous a pas fait faire l'avion et ne vous a pas appris à donner des coups de boule, alors votre enfance est sans doute plus sombre que la sienne.

On est forgé par notre vie.
Nevea grandit dans les systèmes terminus, principalement et si vous la fréquentez un peu, vous vous en douterez. Elle a dû survivre avant de vivre et ce depuis qu'elle est assez grande pour tenir une arme – ce qu'elle a vite appris à faire avec un certain talent.
Une fois qu'elle eut quitté le giron de sa mère – assez tôt pour une sœurs – peu après la cinquantaine, la jeune asari partit elle-même à l'aventure, restant relativement loin de l'espace concilien, lui préférant les systèmes dont elle connaissait les règles. Elle fut vite engagée par éclipse, même si son talent biotique est médiocre pour une sœur, elle sait mettre une balle là où ça fait mal et, entre nous, c'est le plus important.
Sans se presser, au fil des années, Nevea prit du grade dans l'organisation qui, elle aussi, prenant de l'ampleur. À l'époque Aria dirigeait encore Omega, figure centrale des systèmes flottant au-dessus des conflits entre les trois grandes armées mercenaires.

Alors qu’elle mettait a profit ses talents de bricoleuse et de combattante au service d’éclipse, les Turiens mirent une branlé aux humains, petits nouveaux de la galaxie qui, pourtant, ne tardèrent pas a faire parler d’eux. Et pour cause, très vite, on retrouva ces mammifères bavards partout si ce n’est chez les Berserker. Pas vraiment biotique, pas vraiment tech… un genre de butarien avec moins d’yeux et de muscles – du moins c’est comme cela que la mercenaire les voyait a l’époque.

Pas vraiment préoccupé par la politique galactique, elle ne se souciait pas vraiment de ces nouvelles troupes à l’espérance de vie aussi petite que leur égo est grand. Mais bon, toutes les races se sentent au dessus des autres, ce n’était pas vraiment une grande nouvelle.
C'est durant l'année 2175 qu'elle perdit son œil. Pour une raison stupide. Un groupe de voyous spatiaux lui faisait des avances plus ou moins subtiles, cherchant à lui proposer une « fête » des plus joyeuses où une paire de fesses violacée recevrait tout plein d'attention – si vous avez déjà été dragué par des pirates bourrés, vous connaissez le niveau – elle-même totalement ivre, décida de donner une leçon au chef du groupe en lui prouvant qu'avec une vélocité suffisante un genou peut mettre fin aux plus basses des envies.
Ses potes l'ont mal prit. Une bagarre générale a suivi. A un moment, quelqu'un a prix un verre et le lui à exploser sur le visage. Le reste est un mélange flou de sang violet, de douleur, et du bruit de son arme qui se vide sur un cadavre uniquement agité par l'impact des balles. Puis elle s'est évanouie et, lorsqu'elle s'est réveillée, elle sortait de la table d'opération d'un médecin d'Omega qui, pour un prix exorbitant, avait retiré les éclats entrés dans son orbite et les restes semi-liquides de ce qui fut son œil gauche.
Pas vraiment le meilleur moment de sa vie.
Toutefois, si vous lui demandez, elle vous racontera probablement une bataille épique contre une trentaine de brutes sans pitié.
Il faut bien se vendre !

Ensuite ? Et bien, après quelques mois de convalescence elle reprit le travail – il faut manger – juste à temps pour faire partie des larges troupe qu'Eclipse fournit aux abolitionnistes humaino-butariens lors de la Rébellion d'Anhur.
Deux ans de guerre. Peu de pose et une victoire aussi durement obtenue que bien mérité. Pendant ce temps, les humains ont joyeusement agité leurs gros vaisseaux dans la moitié des systèmes pour montrer aux pirates qu'il ne fallait pas venir emmerder l'alliance. Leçon que beaucoup de monde apprendra à respecter au fil des année suivante pour tout dire.

Pendant ce temps-là Nevea profitait de la paie substantielle que cette longue mission lui avait rapporté, se payant du bon temps avec son escouade sur Omega en s'acquittant de petits boulots sans trop de risques et en honorant leurs morts à grand renfort de d'alcool et de bagarres. Elle s'était fait un petit nom à l'époque, sans être vraiment une célébrité du milieu, son nom avait une certaine valeur sur un contrat et au sein d'éclipse. Après tout, lorsque ta vie dépend de la solidité de tes techno-blindages, de la programmation de tes mechas et du nombre de balles que tu peux mettre sans t'en prendre, soit tu meurs, soit tu apprends. Nevea avait appris. Assez pour avoir une petite troupe à ses ordres.
Les années suivantes furent calmes pour tout dire. Quelques gros contrats, quelques petits boulots. En terme de rang, elle stagnait un peu, ne désirant pas vraiment plus de responsabilité que cela et se sentant bien avec sa part actuelle de la paie.

Mais, après cinq années assez plates, de nouveaux événements vinrent déranger la paix galactique – une bonne nouvelle pour tous les mercenaires – quelque chose qui commençait comme une simple attaque Geth, mais qui marquait le début de quelque chose que personne, ou presque, ne voyait venir.
Pour tout dire, Nevea apprit surtout cela via la recrudescence de travail que cette nouvelle « guerre » amenait. Le premier spectre humain, la trahison supposée de Saren… tout ça, elle n'en sut que des rumeurs : il y avait des fesses de synthétiques à botter et c'était loin d'être du niveau de danger d'une escouade de mécha loki mal programmé. Son équipe fut déployée sur le front, comme beaucoup d'autre, pour protéger des colonies persuadées d'être en danger – à tort ou a raison – pour déloger des proches de résistance Geth ou, tout simplement, pour expliquer « gentiment » aux pirates que cette nouvelle guerre n'était pas un passe droit pour piller les vaisseaux volus.
Pour ce qui est de l'attaque de la Citadelle… ce fut une nouvelle immanquable. Toutefois, comme la plupart des gens, elle préféra se dire que les Geth avaient réussi à faire un très – très très – gros et puissant vaisseau plutôt que de croire à la légende incongrue d'une espèce de robots millénaires décidés à éliminer toute race consciente. Les humains et leur imagination !

De toute façon, il y avait des choses a faire sur Omega, parce que, comme si la paix – toute relative sur cette station – ne satisfaisait pas tout le monde, a peine quelques mois après l’incident de la citadèle, une figure est plus inquiétante commença a se faire connaître sur Omega.
Un genre de justicier aussi aveugle dans ses idéaux que clairvoyant dans sa visée. Malgré un but discutable : faire disparaître le crime de de la station, ce type là réussissait l’improbable tour de force d’en avoir l’air capable. Le pire ? Les utopistes s’attire et, très vite, ce ne fut plus un loup solitaire mais tout une meute qui saignait a blanc les gangs et les groupes de mercenaires – démarcation floue, je vous l’accorde – usant avec brio de sabotage, de tactique de guérilla et profitant du fait que malgré leur activités similaires, organiser les trois grandes forces de la station tenait du miracle.
Le problème pour lui ? Les utopistes ne font pas bon ménage avec les menaces de morts et les grosses sommes d’argents. Les traîtres ça ne cours pas les rues… sauf peut-être celles d’Omega.
Trahison il y eut, Miracle il y eut.

Le problème ? C’est que les miracles ne sont pas forcement en votre faveur.
Du coup Nevea s’est retrouvé a partir sur le front, pour chasser le chef de meute encore en vie qui, face à une coalition aussi inattendue que motivée, avait du se réfugier dans un cul de sac perdu dans la station. Et comme Eclipse ne lésine pas sur la vengeance, le groupe mercenaire envoya toutes les troupes mercenaires tout en recrutant massivement du freelance comme chaire a canon.
L’endroit était une moissonneuse batteuse avec, en guise de lame, les tir d’Archangel qui fauchaient du mercenaire comme s’il n’y avait pas de lendemain.
Détail amusant, et important, la mère Nevea était là a ce moment là, surveillant la scène de loin.
Le destin fait parfois bien les choses, habituée de la citadelle, cette dernière connaissant le visage du sauveteur ce celle-ci et, tout mort qu’il fut censé être, lorsque le visage de shepard fut perceptible dans son zoom optique, elle comprit que le potage recelait peut-être deux ou trois organes reproducteurs de Krogans au complet.
Le discutions fut courte mais salvatrice, la mercenaire eut le chois entre effectuer une retraite d’elle même ou bien voir sa mère venir la chercher devant toute la troupe pour tirer son popotin violacée hors de danger.
Elle a choisis la première solution.
Une balle de fusil de sa mère. Un vorcha qui explose en une boule de feu assez chaude pour faire fondre un Krogan. Pendant l’instant de panique et la recherche de ce nouveau tireur, la jeune Asari pis la poudre d’escampette jusqu’aux taxi, deux droites a un garde butarien plus tard et mère et fille s’envolent avant que tout ne tourne au carnage.
Heureusement pour son grade au sein d’Eclipse, le changement de direction et le massacre général de l’endroit furent assez chaotiques pour que personne ne lui demande la raison de sa miraculeuse survie.
Merci maman.

L'incident des récolteurs ne la toucha clairement pas, pour tout dire, elle ne fut au courant que bien après. Par contre, la destruction du Relais Butarien fut une nouvelle qui se rependit comme une traînée de poudre dans le milieu des mercenaire et Shepard passa de « botteur de cul en chef » a « génocidaire a tendance suicidaire ». Un titre qui lui valut l'inimitié de pas mal de monde, après tout, peu de gens apprécient que l'on extermine quasiment une race.
Puis Cerberus, une organisation humaine des plus appréciable – ou presque – décide qu’Aria ne mérite pas le contrôle d’Omega. Après une défense aussi enflammée que vaine, les forces mercenaire durent fuir pour eviter de trop lourde perte. En somme, survivre pour se battre plus tard, un goût amère dans la bouche.
Que du bonheur.
Là-dessus, pas le temps de niaiser, les machines de la légende incongrue révélée par Shepard décide de débarquer en plein lumière, reprenant le titre de « botteur de cul en chef » et l'appliquant a échelle galactique.
Double bonheur.
Très vite, Nevea et une grande partie d'éclipse fut, sous les ordres d'Aria - contrôlant plus ou moins discrètement le nouveau chef des mercenaires jaunes – assignée à la flotte terminus et se retrouver, bon gré mal gré, à se frotter à une armée fourni en reste de butariens mutés, rapidement suivi par une horde d'humains et de turiens plus ou moins mécanisés.
Triple bonheur.

Shepard regagne des Galons en sauvant – littéralement – la galaxie, balaise le mec, dans une grosse explosion de lumière à échelle interstellaire. Il faut faire les choses en grand. Nevea, à ce moment, se battait entre une troupe de berserker et un mecha Ymir. Lorsque l'énième vague de cannibales explosa et que les silhouettes apocalyptiques de moissonneurs furent détruit de concert.
Vous avez déjà été heureux ? Pas comme ce jour-là. Croyez-moi.

La suite ?
Un autre genre de guerre. La chute du conseil, des autorités galactiques et les relais hors d'usage, la loi du plus fort n'a pas tardé à refaire surface, surtout sur les mondes isolés… des mondes où il ne resterait qu'une armée de mercenaires sans chef définit avec beaucoup de munitions et peu de vivres.
Toutefois, les joies de la victoire et la camaraderie née de voir la mort d'aussi prêt et de la repousser ensemble, prémunis l'arrivée du véritable chaos. Très vite tout le monde fut rationné et, une fois les éléments les plus « instables » éliminés – la guerre peut rendre fou… surtout celle-ci – un genre de loi martiale s'installa. Pas vraiment simple à mettre en place avec des berserker mais quelques rafales et bottages de cul en règle firent taire la plus grande partie… le reste étant catégorisé instable et mourant.
On répara les vaisseaux, s'organisant avec les planètes habitées du système. Nevea mis a profit ses talents techniques pour aider à réparer les vaisseaux, les installations, les mechas des agriculteurs, les installations de communication, l'heure n'était plus au combat. Pour tout dire, même elle avait eu plus que sa dose. Malgré les idées préconçues sur les mercenaires, les civils étaient plus qu'heureux de recevoir l'aide de ces derniers et les liens se renforcèrent.

Au bout de deux ans et demi, un nombre suffisant de relais sont remis en état et les mercenaire retrouvent leurs mondes et, pour Nevea, Omega.
Heureuse et surprise que sa mère ai survécu, elle passe un peu de temps avec elle, profitant de l'accalmie pour quitter Eclipse et la station – peu de temps avant qu'Aria s'en fasse évincer - bien que gardant des relations amicales avec le groupe mercenaire, elle fonde sa propre escouade freelance avec ses anciens frères d'arme. Aussi hétéroclite que joyeuse, il y a autant d'ancien Berserk que d'Éclipse ou de Soleil bleu et même quelques civils récupéré sursle chemin, ceux que la vie d'aventure attirait plus que la reconstruction de leur monde.

* * *

Huit, neuvième verre ?
Le Turien est partis depuis une poignée de minutes, lassé de parler a un mur, la barmaid a laissé, à la demande de Nevea, la bouteille sur le bar. Un sourire flotte sur ses lèvres rendues insensible par l’alcool. Elle est heureuse de sa petite troupe, il font un boulot d’enfer, pas tous vétérans, pas tous intelligents, mais des amis autant qu’ils sont et de bons.
Ca vaut le coup d’aller faire un tour sur Ilium pour trouver des contrat non ? Quitte à devoir s’enivrer pour oublier les fâcheux et le regard médusé des serveuses.
Du coup… un dixième verre ?


Apparence


Être grande, ça te permet de les voir venir de plus loin… mais en général, ça veux dire qu’il faut trouver des trucs beaucoup plus gros pour te mettre a couvert.
Nevea est grande pour une Asari, a moins que vous soyez un Turien ou un humain particulièrement gâté verticalement, elle vous regardera de haut…
Et aimera ça.

Vous avez déjà vu un tas de muscles a peau bleu ? Moi non plus. Mais je pense qu'elle doit être dans la catégorie qui s'en rapproche le plus. L'asari n'est ces humains qui se gonflent dans tous les sens pour poster de jolies photos de corps huilés sur l'extranet : elle a une vie active et ça se voit. On dira sans doute que la mercenaire des épaules de nageuse, elle préfère se dire que ses « origines » kroganes et une cinquantaine d'années de combats intenses laissent des traces même sur une silhouette de danseuse.
Rajoutez les quelques cicatrices, une orbite oculaire aussi vide qu'un crane de vortcha et vous comprenez pourquoi Nevea n'entre plus dans la catégorie très recherchée des sœurs qui ondulent, déshabillée de latex et de cuir dans la moitié des boites de la galaxie.
Ô déesse, quel horrible regret que cela. Mouais, ou pas.

Pourtant, elle n'est pas repoussante – pour être franc peu des sœurs le sont – elle s'éloigne justement lentement du « canon » de son espèce, comme beaucoup plus d'Asari que les holos publicitaires le font croire. Dressée sur une paire de jambes capables d'envoyer un humain au sol d'un seul coup de pied, la peau violacée de son ventre se tend sur une ceinture abdominale développée, surmontée d'une poitrine que l'entraînement et une vie loin du luxe et des repas régulier a largement réduite en dessous de la moyenne Asari. Ses épaules sont larges, ornés d'une musculature puissante, assez pour tirer avec un exécuteur sans se déboîter une articulation.
Entre les deux pousse un cou qui semblerait presque gracile en comparaison, donnant a la « jeune » mercenaire un port de tête d'une noblesse incongrue.

Son visage est dur, peut-être cela vient-il de sa parenté Krogan mais, d'un autre côté, sa mère a plus un visage de marbre que de sucre.
Des pommettes saillante surmonte une ligne de mâchoire aussi tranchante qu'une omnilame qui se termine sur un menton marqué. Son nez est droit, marqué par deux cicatrices horizontales qui ont pris, avec le temps, une teinte bleue nuit, ressortant sur sa peau violine. Son œil encore intact est, comme ceux de la plupart des sœurs, d'un bleu de glacier, luisant légèrement de pouvoir biotique lorsqu'elle se prépare au combat, ou bien, tout simplement, que son humeur s'échauffe.

Le peu de soin qu'elle apporte à sa crête cartilagineuse ferait grincer des dents plus d'une matriarche, il n'est pas rare que ce très reconnaissable attribut racial se dresse à l'arrière de son crane tel les écailles d'un Turien – donnant à penser que les gènes peuvent sauter une génération – et ne sont qu'au mieux qu'approximativement symétriques.
Si sa peau ne possède pas le marquage très poussée de certaines Asari, elle est tachetée, notamment sur le haut du crâne, par de petite tâche d'un violet bien plus sombre et quelque lignes de cette teinte partent de ses yeux, une autre tranchant verticalement sa lèvre inférieure et son menton.


Caractère


« Certain dirait que je suis une brute, je leur dirai d’aller de faire f... »

Nevea n'a pas la langue dans sa poche, ayant grandi dans un monde de violence et d'excès, elle à développer une répartie cinglante et une peau épaisse. C'est comme cela que l'on survit paraît-il. Non pas qu'elle se soit enfermée dans quelque carapace de ténèbres et de froid – très peu pour elle – elle sait au contraire exprimer ses pensées librement et n'hésite pas à les dire en face, même lorsque cela risque de provoquer quelques inimités. La jeune femme n'est pas incapable de diplomatie – après tout, elle doit bien discuter avec la clientèle – mais elle lui préfère en général une franchisse totale. Si elle vous aime bien, c'est très rafraîchissant, sinon… elle vous le fera savoir très vite.

Encore jeune, pour une Asari, notre mercenaire en est encore dans cette étrange phase de recherche et d'amusement que la plupart des sœurs traversent et passe à se vendre au plus offrant, que ce soit leurs atouts ou leurs flingues. Elle a préféré mettre aux enchères les seconds.
Pour tout dire, elle aime se battre – une énième chose à mettre sur ses origines Kroganes ? - la montée d'adrénaline, le parfum de la victoire, les explosions, les impacts que chacun de ses tirs renvoi jusque dans son épaule la font vibrer. Nevea n'apprécie pas spécialement de prendre une vie, mais, habituée depuis toute petite à la mort des autres, cela ne la touche pas plus que cela. Ce ne sera pas sur sa conscience si un imbécile se retrouve du mauvais côté du flingue, ça c'est certain. Après tout, il faut bien mourir de quelque chose !

Ce n'est de toute façon pas le genre de personne à haïr. Elle préfère mépriser, la haine c'est trop de temps et d'énergie. Elle ne porte pas de jugement raciaux dans l'ensemble – même si, comme beaucoup de ceux qui ont vécu la guerre, les Geth la mettent encore mal à l'aise – et ne se prendra pas la tête à vous enfermer dans quelques stéréotypes raciaux, elle-même exécrant ce spécisme ridicule. Après tout, si on est suffisamment évolué pour que des machines millénaires viennent essayer de nous exterminer, alors on doit l'être assez pour surmonter notre « nature » non ?

Pour ce qui est du reste de sa vie, elle aime faire la fête, boire et qu'on ne la prenne pas pour une biotique juste parce qu'elle est Asari.
Ce n'est pas vraiment un sujet tabou, mais certainement pas un de ceux qu'elle aborde avec le sourire : Nevea est une bille absolue dans la maîtrise de l'eezo. Non pas qu'elle manque de puissance – elle est dans la moyenne de son espèce – mais elle n'a jamais eu le goût ou le talent pour cette pratique et là où la plupart des sœur voit une route pavée de pouvoir elle ne perçoit qu'un cul-de-sac bordé d'échec. Pas assez précis, fluctuant largement selon son humeur, sa biotique est, au mieux, instable et, le plus souvent, inutile. Le fait que, dégoûtée par ses premières tentatives, elle ne se soit jamais vraiment entraînée y est sans doute pour la plus grande part mais, si vous tenez à l'intégrité de votre arrière-train, je vous conseille de ne pas le lui présenter comme ça.

Pour compenser, et par esprit de rébellion face aux stéréotypes raciaux, elle décida de se lancer a corps perdu dans le combat et les multiples usage qu'un omnitech pouvant offrir. Au début, cela fut plus part dépit et par nécessité mais, au fil des année, le bricolage de mecha, d'arme, de vaisseau et de morceau de codes sont devenus ce qui se rapproche de plus d'une passion pour elle – sans surmonter les plaisirs du combat – et il n'est pas rare qu'en dehors de ses contrats elle passe ses journées à coder l'IV de ses machines, a programmer les fonctionnalités d'un drone ou bien à perfectionner ses armes sur un établis.




Compétences / Profil

Voir ce topic pour l'aide.
Profil :

Profil : Commando. Militaire 8, Biotique 0, Technologie 6.

Équipement :

Armes : Pistolet Exécuteur et Lance Pic-Graal (héritage paternel)
Armurerie : /

Compétences :

Militaire : Combattant Moyen. Maîtrise Lourde. Tir percussif, munition phasique, Grenade d’attaque.
Biotique : Oui, Civile.
Technologie : Hacker confirmé. Technoblindage. Tourelle Fixe.




Compléments

Signe(s) distinctif(s) : Borgne, deux cicatrices sur le nez, grande et musclée pour une Asari.
Relations avec les autres : En général plutôt agréable, surtout si vous êtes un client ou un de ses hommes. Elle a des mauvais jours mais elle se défoule rarement sans raison sur des gens. Ne pas chercher la petite bête sous peine de représailles potentiellement violentes.
Des liens prédéfinis ? : Ma mère.
L'objectif de votre personnage à long terme ? : Agrandir son groupe de mercenaire, devenir une source d’information et de travail reconnue dans les systèmes terminus.


Hors Personnage

Célébrité sur l'avatar (seulement si besoin) : /
Comment avez-vous connu le forum ? Google est mon ami.
Est-ce un double compte ? Non
Des remarques ? Pour l’instant aucune, mais je viens d’arriver.



RP d'introduction

/


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 84

MessageSujet: Re: Nevea Dalahan [terminée]   Lun 20 Mar 2017, 03:26
Bienvenue à toi ^^.


Thème Jila:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Ravageur
Rang : Pacificateur
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 1094

MessageSujet: Re: Nevea Dalahan [terminée]   Lun 20 Mar 2017, 17:58
La Bienvenue aussi !


Je suis la fille d'Anton Ardak. Et accessoirement, reine pirate profitant actuellement de ses congés.
Kydra Lifith, 27 janvier 2202

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


En ligne
Administrateur
Messages : 7970
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: Nevea Dalahan [terminée]   Lun 20 Mar 2017, 22:52
Bonsoir Nevea.

Je n'ai rien à dire pour l'avatar et le règlement, on peut donc passer à la suite : la fiche.

Rien à redire pour l'histoire, hormis quelques fautes inattention (des poses au lieu de pauses, ce genre de détails). Idem pour le caractère et l'histoire.

En revanche, concernant l'équipement, je ne suis pas sûr de ton coup. Si il ne comporte aucune erreur, le problème est qu'actuellement tu ne peux pas faire de biotique. Du tout. Tu fais des jolies formes bleues autour de toi, mais pas de biotique. Aucun pouvoir, nada. C'est donc possible, mais à mon avis, c'est pas ce que tu veux. Mais si c'est le cas, préviens moi, car ta fiche est bonne à être validée à part ça.


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 7

MessageSujet: Re: Nevea Dalahan [terminée]   Lun 20 Mar 2017, 23:33
Salut,
Je me permets de répondre en son nom puisque lui et moi on a fait nos fiches ensemble,au détail près qu'il est nettement plus experimenté que moi (c'est mon premier forum RP).
C'est bel et bien ce qu'il veut,de faire une Asari ne pouvant pas maitriser ses pouvoirs. Vois cela comme un craquemole dans l'univers de Harry Potter.
Voila ! Noelman
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


En ligne
Administrateur
Messages : 7970
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: Nevea Dalahan [terminée]   Mar 21 Mar 2017, 00:08
Si tu le dis, je vais faire confiance à maman Asari Trollface


Je te donne le lien pour trouver des partenaires RP : ->ici<-. N'oublie pas de bien respecter la fiche modèle.

Si tu veux chercher des liens avec les autres joueurs, je te conseil de lire les Journaux de Bord. et t'encourage à faire le tien.

Et bienvenue sur le forum.


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Nevea Dalahan [terminée]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Nevea Dalahan [terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Hall du Personnage :: Présentation des Membres :: Fiches Abandonnées-