AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Toubib or not Toubib

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4232-sara-vaylee
http://www.masseffect-reborn.fr/t4233-journal-de-bord-de-sara-vaylee


Messages : 220
Crédits : me

MessageSujet: Toubib or not Toubib   Mer 08 Mar 2017, 20:14
Intervention MJ : NonDate : 15 février 2202RP Tout public
Hwang Dae-Hyun ♦ Sara Vaylee
Toubib or not Toubib




Je vais à Riiiiiooo ! S’exclama la rouquine sur le pont d’atterrissage au Commandant Sykes, enchainant quelques pas de danse à reculons, un large sourire sur le visage. Évidement, elle ne s’aperçut au dernier moment de la marche et manqua de tomber mais Sara se rattrapa in extremis à la rambarde. Je ne suis pas tombée ?! Je ne suis pas tombée.

À plus, les nuls ! Non, ne dis surtout pas ça, tu vas te retrouver éjectée du Midway à la prochaine mission. Elle lui fit un signe de la main et partit d’un pas rapide en direction des ascenseurs du spatioports de la Citadelle. Le médecin avait retrouvé sa bonne humeur même si ce n’était qu’une façade. Il était temps pour elle de faire son deuil et de reprendre sa vie. Passant par son appartement, la jeune femme attrapa ses affaires et partit immédiatement prendre le premier transport pour rejoindre Londres. Sara devait rejoindre une vieille connaissance, le médecin qui l’avait pris sous son aile à bord du Leipzig et qui l’avait formé. Cox, qui aurait dû prendre sa retraite, travaillait sur Terre à présent dans la Villa. Aux dernières nouvelles. Cela faisait près de cinq ans qu’ils ne s’étaient pas revus faute de temps et d’organisation. À la mort de ses parents, il avait agi comme un père avec elle, la poussant toujours plus vers le haut même s'il avait été parfois exécrable. Il était un modèle pour l'ancienne blonde. Cherchant le prochain vol, une voix reconnaissable parmi des milliers l’interpella.

Gisèle !

Se retournant, elle retrouva à quelques mètres d’elle, le septentenaire et non moins en forme, Aaron Cox. Il avait pris un coup de vieux et s’était rasé le crâne, enlevant les railleries sur sa coupe de caniche habituelle.

Coxiiii, mais on ne devait pas se retrouver à Rio ?!

Non, je suis à Londres maintenant, tu n’as pas reçu mon dernier message ?

Elle hocha de la tête, dépitée et demanda d’une petite voix.

Mais le sable, les vagues et les appletinis ?

Oublie.

Grimaçant, elle se rapprochant et là où il chercha à lui serrer la main, elle le prit dans ses bras. Il fut d’abord crispé le temps de quelques secondes mais sentit qu’il y avait bien plus derrière cet échange et il finit par entourer ses bras autour d’elle.

Qu’est-ce que vous avez prévu alors ? Demanda-t-elle peu après en se détachant de lui, un sourire aux lèvres.

On m’a appelé pour des visites médicales. On ira manger dans un resto ce soir. Je vais te laisser les clés de m…

A votre âge? Lança-t-elle malicieuse. Je peux vous aider, comme ça, ça ira plus vite ?

Cox hésita quelques instants puis accepta d’un signe de tête. Son sac de voyage sur le dos, la rousse suivit son mentor vers son véhicule et ils partirent en direction d’un des centres médicaux de l’Alliance. Ils se racontèrent ce qu’ils leur étaient arrivés ces dernières années. Sara regardait dehors, amusée, car elle savait de qui elle avait pris. Ils se posaient mutuellement des questions pour avoir un état global de l’autre personne. Déformation professionnelle, Sara avait pris l’habitude par de simple question d’évaluer les autres même si ce n’était pas conscient. Elle évita d’aborder le sujet de son intervention chirurgicale, sujet encore trop douloureux.

L’hôpital était sur six étages et regroupait différents services, une aile s’occupant des militaires et une autre uniquement des civils. Ils se dirigèrent vers des escaliers pour monter au premier étage et après avoir marché dans un long couloir peu décoré, ils arrivèrent dans un large espace qui faisait office de salle d’attente avec des chaises, plusieurs portes numérotées ainsi qu’une secrétaire occupée à rédiger un texte. Cox alla s’arranger pour donner l’autorisation à la jeune femme de travailler à ses côtés, puis ils prirent chacun un bureau et se partagèrent la liste des personnes venant pour une visite médicale. Un nom apparut qui la fit sourire. Dae-Hyun.

Je m’occupe de lui, annonça Sara en le notant sur sa liste.

Les listes furent transmises à la secrétaire qui enverrait chaque personne au bon médecin. Il y eu deux personnes avant qu’elle n’ait le temps de regarder le dossier de l'ancien membre du Leipzig. Divers bilans, informations médicales sur son état de santé, ses dernières activités. Elle écarquilla les yeux en voyant son évolution. Assise derrière le bureau, elle avait les deux coudes posés sur la table, ses mains jointent et l’asséna d’un regard sévère lorsque le jeune homme entra dans la pièce.

Alors comme ça, on ne me dit pas qu’on est un N1, Enseigne Hwang ?

Elle appuya sur le mot Enseigne pour lui montrer qu’il ne pouvait rien lui cacher. Evidemment, elle avait son dossier en main. Non seulement, il avait pris du grade, mais en plus, il avait été invité à la Villa !





"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"



Revenir en haut Aller en bas

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Enseigne
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 57
Crédits : Myself

MessageSujet: Re: Toubib or not Toubib   Jeu 09 Mar 2017, 17:07


Toubib or Not Toubib


Ma permission touchait à sa fin, il fallait bien se remettre un jour au service actif de l'Alliance. Dans notre logement familial à Séoul, je réajustais mon uniforme. Étant maintenant un officier, j'avais la possibilité de porter un uniforme différent que celui des soldats moins gradés que moi mais je souhaitais garder mon uniforme quotidien, ce qui me distinguait des autres étaient mes passants d'épaule d'Enseigne et ma veste renforcée par rapport au reste des soldats. Le miroir dans ma chambre renvoya mon image alors que je vérifiais mes passants et mes bottines, l'air songeur. Une visite médicale m'attendait avant que l'on n'autorise mon retour au service actif et certainement mon invitation à la session N2 du programme d'entraînement des forces spéciales N. Je n'aimais pas tellement passer entre les mains des médecins alors que je me sentais très bien que ça soit dans mon corps ou dans ma tête mais il le fallait, il fallait que je me plie aux exigences dues à mon métier et l'on n'allait pas laisser un estropié aller défendre la Terre et ses colonies contre tout et n'importe quoi. Je pivotais pour ensuite ramasser mon sac de paquetage sur le lit et quittais la pièce pour descendre dans le living-room. Ma sœur, Sun-Hee m'attendait déjà, également dans son uniforme de l'Alliance en tant que médecin militaire et elle devait aller prendre son service dans un hôpital de l'Alliance.

- Allez amène toi Dae. Les médecins militaires n'aiment pas attendre, je te rappelle qu'on t'attends à Londres !
- Oui je sais Sun, ça fait 3 fois que tu me le rappelles déjà. Et puis les médecins militaires sont comme dans le civil, quand on les consulte ils te prennent toujours en retard.
- Chhhht la ferme Dae, j'aime pas entendre ça. Quand je consulte je prends toujours mes patients à temps.
- Bien sûr... en plus je ne sais pas qui c'est le médecin. Mais bon, je ne peux pas faire autrement, il faut bien que les gradés voient que je suis toujours apte.
- Eh si y faut, ce sera une jolie infirmière qui t'examinera. Elle te dira que t'es bien bâti et tout... dit-elle en me faisant un clin d'œil malicieux, un brin l'air aguicheuse.
- Mouais non j'y crois qu'à moitié, je préfère aller voir une danseuse Asari pour ça.
- Ah ! J'aimerais bien voir ça, t'es toujours en train de bafouiller devant une Asari.
- Bref, on y va cette conversation me donne envie tuer des ragondins.

C'est en compagnie d'une Sun-Hee toute hilare que je quittais notre maison et elle m'accompagna jusqu'au spatioport où une navette pour Londres s'apprêtait à partir. L'on partagea une dernière longue étreinte entre frère et sœur où l'on se promettait de s'appeler en holo dès que possible et l'on se quitta sans un regard en arrière, elle partant pour son hôpital, moi à bord de la navette. Cette dernière n'était pas très libre et la plupart des places étaient occupées. Mais je pus me trouver une place à bord et l'engin s'éleva dans les airs pour filer en direction de la capitale anglaise, également porte d'entrée de la Terre pour tout vaisseau extérieur. Le voyage n'était pas de tout repos et je n'étais pas mécontent d'être arrivé à Londres, le voyage m'avait laissé un mélange d'appréhension et de stress que je ressentais à chaque fois avant un départ en mission mais j'avais en plus, une pression supplémentaire car pour la première fois j'allais véritablement servir en tant qu'officier et la session N2 se déroulerait ailleurs qu'à la Vilar de Rio. Je ne connaissais pas encore le vaisseau dans lequel j'allais atterrir, peut-être que le médecin qui allait m'examiner me le dirait. Généralement la visite médicale à effectuer avant le retour au service se déroulait la veille ou au grand maximum 2 jours avant de se présenter au commandant du vaisseau où l'on doit servir.

Au spatioport, je pris un taxi qui m'emmena directement dans la zone réservée de l'Alliance, où se trouvait un spatioport plus petit mais réservé aux vaisseaux militaires, le centre de commandant et QG de l'Alliance à Londres ainsi que divers bâtiments dont des centres médicaux, aussi ouverts aux civils et c'est là que je devais me rendre. Dans l'un de ces centres, traversant un couloir d'une blancheur immaculée après l'entrée, je débouchais ensuite dans l'aile réservée aux militaires et quelques soldats de rang de première classe que je vis dans un autre couloir, remarquant mes passants d'épaule me saluèrent. Je leur rendis le salut sans m'arrêter et me mit à chercher la salle d'attente où je devais aller. Arrivant à celle-ci, attirant les regards de quelques soldats attendant déjà, je m'annonçais à la secrétaire qui faisait le tri entre les soldats patients et elle me confirma que j'étais attendu, m'envoyant attendre sur une chaise en attendant, mon sac de paquetage à mes pieds. Je patientais, les mains croisées, mes coudes reposant sur mes genoux, le dos légèrement bombé. La secrétaire vint me trouver quelques minutes plus tard et m'envoya vers la porte numéro 2. Quelle ne fut pas ma surprise en voyant la femme qui était assise derrière le bureau du médecin alors que la secrétaire refermait la porte derrière moi.

- Lieutenant Vaylee ? Maman ?

Je souriais en reconnaissant la médecin que j'avais connu lorsque j'étais déployé à bord du Leipzig et c'est avec un soulagement non feint que je compris que la personne qui allait m'examiner l'avait déjà fait auparavant et que ça allait certainement être rapide. Mais je devais reconnaître que j'aurais aimé passé plus de temps avec elle, cela faisait un bout de temps que je ne l'avais pas vu, me contentant surtout d'échanger des messages avec elle de temps en temps via l'Extranet. Mais sa question me revint en mémoire et l'espace d'un instant je redevenais le jeune Premier Maître intimidé que j'étais lorsqu'elle me connut. Je m'approchais du bureau, posant mon sac de paquetage à mes pieds et d'un air un peu raide, je la saluais, le bras bien droit comme ma main, le regard fixe devant moi et mon sourire disparaissant dans la foulée. Elle ne me mit pas au repos immédiatement.

- Demande permission de s'excuser lieutenant. Je comptais vous le dire mais je ne savais pas encore quand et comment. Je suis sorti de l'école d'officiers en octobre 2201 et je suis accrédité N1 depuis environ 3 semaines, je sors de permission.

Je remarquais sa manière d'avoir prononcé le nom de mon grade et mon regard dévia légèrement vers le dossier sur son bureau. Elle savait donc déjà tout sur moi et ma carrière dans l'Alliance, je ne pouvais décidément rien lui cacher. Mes yeux la regardèrent de nouveau et je ne pouvais m'empêcher de sourire légèrement en coin.

- Ça fait plaisir de vous voir lieutenant Vaylee, si j'avais su plus tôt que c'était Maman qui m'examinerai, je serais venu avec du Kimchi, du Bibimbap et du Japchae. Ça aurait senti la nourriture dans l'hôpital mais au moins on aurait bien mangé.
Fiche by Dev Nerd Girl


Dernière édition par Hwang Dae-Hyun le Mer 21 Juin 2017, 10:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4232-sara-vaylee
http://www.masseffect-reborn.fr/t4233-journal-de-bord-de-sara-vaylee


Messages : 220
Crédits : me

MessageSujet: Re: Toubib or not Toubib   Mer 29 Mar 2017, 17:00


La pièce, jusqu’à présent plongée dans une douce pénombre que la nouvellement rouquine appréciait grandement, baigna soudainement de lumières ce qui illuminait la salle simplement décorée. Il y avait accroché aux murs deux écrans où des paysages défilaient à un rythme régulier passant à des zones balnéaires à tropicales à désertiques, mais aussi une simple table de fortune en fer où était posé une plante grasse, accompagnée de deux chaises ainsi que d’une table d’auscultation sous la fenêtre et d’une armoire où était entreposés des instruments médicaux. Rien de bien foufou…

Le médecin resta imperturbable au point que son visage, qui était habituellement un livre ouvert, ne montra aucune émotion. Enfin, seulement jusqu’à ce qu’il l’appelât par le surnom qu’elle avait porté pendant plus de dix ans sur le Leipzig. Deux secondes et demi, je m’améliore ! Son visage reprit rapidement son sourire habituel à la vue du militaire. Sara le regarda se poster au garde-à-vous, et attendit un peu avant de le mettre au repos pour profiter de la situation. Le grade permettait cela tant qu’il ne s’élevait pas, car il était certain que l’Enseigne Hwang allait la dépasser dans les années à venir et qu’elle finirait par le saluer sur son passage comme tous ceux qu’elle avait pu voir évoluer à bord du Leipzig.

Accordé, assieds-toi, ça me fait plaisir de voir que tu grimpes les échelons brillamment. Je n’aurai pas dû être là, mais j’aide mon mentor pour qu’il termine ses visites plus vite. Et depuis le temps que tu me parles de cette nourriture au nom suffisamment exotique pour que ma mémoire fasse barrière, j’attends toujours. Avant de commencer, j’insiste pour que tu m’envoies les prochaines dates de tes perm’ pour voir si l’une d’entre elles coordonne avec les miennes. Comme ça, j’aurai enfin l’occasion de goûter à l’un de tes Kim-bim-chouette.

Sara s’appuya sur le dossier de son siège, poussa un peu la chaise pour se mettre à l’aise, croisant les jambes au passage. Le trentenaire connaissait sa façon de faire, elle posait des questions et il lui répondait ce qui lui permettait dévaluer réellement de l’état psychologique de son patient. Enfin, en partie. Dire que tout allait bien ne serait pas suffisant et il le savait. Elle se plaisait à donner un côté informel à ces instants car le médecin finirait par s’ennuyer très vite de voir des gens défiler dans son bureau et pianoter un « apte » à chacun. Elle reprit la datapad et relut en diagonal les quelques informations sur le militaire assis de l’autre côté de la table puis reprit calmement sur un ton chaleureux.

Bon, bon, bon, alors avant de passer sur le billard… Enfin la table, j’ai besoin d’une mise à jour (tu lis trop de livres sur les synthétiques en ce moment). Comment vas-tu ? Toi, ta sœur, toi avant et après ton entraînement, non parce que ça peut changer, t’es bien avant, pas bien après ou à l’inverse, tu n’es pas bien avant et … Pas bien après… Ce qui impliquerait un traumatisme psychologique qui dépasse mes compétences, ajoute-t-elle en se parlant quelques instants à soi-même, l’air songeur. Ahah ! Je divague ! Enfin bon, j’ai entendu dire que c’était très intense moralement et physiquement, que l’entraînement militaire standard était du gâteau à côté. Dis-moi tout…

Non parce que le réveil à trois heures du matin pour aller courir sous la pluie, hmm.






"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"



Revenir en haut Aller en bas

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Enseigne
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 57
Crédits : Myself

MessageSujet: Re: Toubib or not Toubib   Mer 05 Avr 2017, 12:24


Toubib or Not to Toubib


C'est avec reconnaissance et un certain sourire que je me mis au repos sur son ordre et m'assis sur le siège en face de son bureau. Comme je l'escomptais, Sara perdait vite son air sérieux de médecin militaire et j'opinais lorsqu'elle me dit qu'elle voulait avoir mes dates de perm'. Je notais mentalement de préparer cela via mon OmniTech tout de suite car je ne savais que les dates de mes deux prochaines mises en service sauf si l'avis d'un médecin de l'Alliance, comme celui de Sara, en disait autrement. J'espérais ardemment que je ne serais pas réformé et que je puisse toujours servir dans l'armée mais j'avais suffisamment confiance en moi de ce côté là et je ne doutais pas que Maman soit aussi de mon côté. Sa dernière réflexion me fit rire et je la corrigeais.

- Non Kimchi, Sara c'est pas compliqué ! Mais mon préféré reste le Bibimbap. En plus tu remarqueras que je sais très bien cuisiner. Concernant mes dates de perm' pour le moment je sais que je serais libéré à la fin de l'été pour le mois de septembre et après je pense revenir pour la fin de l'année. Mais bon on a gardé l'habitude de ne plus trop fêter la fin d'année dans ma famille. Quoique maintenant on marquerait bien le coup... C'est une chance donc que tu sois là ! J'ai un bol pas permis, savoir qu'un vieux ronchon de médecin à deux mois de la retraite allait m'examiner, ça ne m'enchantait guère. Voir que c'est le Lieutenant Vaylee par contre...

Je la chambrais un peu mais cela me fit encore rire. Néanmoins, elle se replongea très vite dans le motif de notre rencontre et prit son datapad. Je l'écoutais d'une oreille en regardant la salle autour de nous, d'une décoration assez austère. Cela me faisait beaucoup penser aux infirmeries des vaisseaux mais sans le côté vaisseau en plus. Il y avait toujours la machine du médecin et tout ses instruments mais l'impression était différente. Puis, je revins vers elle, un air attentif sur le visage. L'évaluation psychologique n'était pas quelque chose dont j'étais forcément fan et si ça avait été un autre médecin j'en aurais certainement dit le moins possible mais ici c'était Maman, c'était totalement différente et j'ai appris à avoir confiance en elle donc je savais qu'avec elle, je pouvais parler de beaucoup de choses.

- Ah alors... Eh bien moi écoute, ça va bien franchement, pour un N1. Ma réflexion me fit sourire avant de rire nerveusement.

- Ma sœur est toujours dans l'hôpital militaire principal de Séoul, elle est en train de faire son école d'officiers, elle veut diriger son propre service donc elle alterne entre l'école d'officiers et son hôpital. Diriger des gens lui a fait du bien. Avant je ne savais même pas si elle était capable de se faire obéir de qui que ce soit mais la Grande Guerre nous a tous changé. C'est une sœur totalement différente que j'ai maintenant, elle est devenue bien plus mature, bien plus responsable, elle a maintenant des gens sous ses ordres et n'a pas peur d'endosser plus de responsabilités. Par contre, elle me traite toujours comme son petit frère, elle ne se lasse pas de me chambrer mais je suis très content et fier d'elle. J'eus un petit sourire en rougissant légèrement en repensant à plus tôt ce matin avant de poursuivre.

- J'ai aussi une pensée pour ma mère même si elle n'est pas dans l'Alliance, j'ai quand même pu la voir pendant ma perm' elle se remet doucement, de nous 3 c'est elle qui a été la plus affectée par la Grande Guerre. Mais elle continue à être suivie et à suivre sa thérapie même si elle dit que sa fierté en prend un coup. Elle ne rechigne pas à aller voir un psychologue que ma sœur lui a recommandé et elle va mieux. Je la sens fatiguée surtout, ça fait un moment qu'elle n'a pas pris de vacances, elle se donne beaucoup pour l'école où elle travaille. Je fis une légère moue avant de parler de moi.

- Après quand à moi... Ben j'en ai bavé putain. J'eus un léger rire nerveux avant de me tasser légèrement sur la chaise. J'en ai chié que ça soit à l'école d'officiers et à la Vilar. La Vilar oh bordel... Je passais une paume de main sur mes lèvres. L'école d'officiers encore, ça allait, j'ai travaillé dur mais c'était encore dans mes cordes. Je n'ai pas fini major de ma promo mais j'étais juste derrière on a été moins d'une dizaine à avoir reçu l'invitation du programme N. Par contre une fois à Rio, personne ne la ramenait. Je ne la ramène déjà pas alors je te raconte pas... En plus en arrivant tu sais à la Vilar, ils ont mis une statue de Shepard ? Ben t'arrives il te regarde déjà, tu te sens tout petit. Et puis les 20h d'efforts quotidiens, c'est à te tuer, j'ai voulu abandonner plus d'une fois. C'est pas humain de supporter autant. On était un peu plus d'une centaine au début, on a fini on était moins de 20-15. Mais je me suis accroché, des fois je regardais Shepard, je me disais "merde qu'est ce qu'il dirait ? C'est un putain de N7... Et nous on doit être ses héritiers ? Alors c'est pas en pleurnichant qu'on le sera." et j'y retournais. Tu verras j'ai quelques cicatrices de plus de cet entraînement mais au bout j'ai eu mon rang N1. J'ai bien cru que je serais brisé pendant cet entraînement. L'entraînement standard à côté ? Mais c'est du combat de bac à sable.

Je fis un léger geste de dédain mais je le dirigeais bien entendu vers les soldats qui la ramenaient après avoir reçu leurs galons de caporal, ce genre de prétentieux que je détestais et que j'avais malheureusement à chapeauter souvent bien que le rang N1 en calmait plus d'un.

- Voilà maintenant c'est derrière, il y a la session N2 qui arrive bientôt et j'ai bien l'intention de l'avoir. Plus d'une fois j'ai maudis l'Alliance pour mon état mais j'ai compris ce qu'il incombait d'être titulaire du rang N et j'en suis ressorti différent bien sûr. J'ai remarqué que j'étais devenu moins patient qu'avant aussi. Pas expéditif mais disons... que je suis plus ferme et déterminé maintenant. Du moins c'est l'impression que j'ai. Là pour en être sorti endurci, c'est peu de le dire. Mais après... si ça peut te rassurer, j'aime toujours autant le football, la lecture et la bouffe. Surtout la bouffe en fait, les rations de merde qu'on bouffait dans la cambrousse de Rio... Oh putain les trucs infâmes quoi, pour nous garder en alerte en permanence, je peux te dire qu'après, manger un fast-food c'est de la haute gastronomie.
Fiche by Dev Nerd Girl


Dernière édition par Hwang Dae-Hyun le Mer 21 Juin 2017, 10:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4232-sara-vaylee
http://www.masseffect-reborn.fr/t4233-journal-de-bord-de-sara-vaylee


Messages : 220
Crédits : me

MessageSujet: Re: Toubib or not Toubib   Mar 18 Avr 2017, 15:26


Le soldat la reprit sur sa prononciation des repas coréens et Sara esquissa un sourire, pensant qu’il était bien difficile de les prononcer, mais bien plus facile de les manger. Le médecin sentait qu’il l’inviterait à manger à la prochaine permission qu’ils auront ensemble l’un de ses repas aux noms imprononçable. Burger avec des frites, ça ce n’est pas difficile à prononcer. La rousse hoche de la tête en notant sur son Omnitech la période possible pour recroiser le militaire. Elle ne s’était pas intéressée à ses prochaines perm’, cherchant plutôt à repartir le plus tôt possible afin de rester le moins longtemps à quai. Hwang lui rappela qu’il n’avait pas l’habitude de fêter la fin d’année avec sa famille, la jeune femme nota dans un coin de sa tête cette information qu’elle avait déjà entendue. Il était possible que cela soit un simple point de vue culturel mais les mots choisis semblaient trouver un point de chute un peu plus profond. L’absence de son père, mort lors de l’attaque des Moissonneurs.

Le militaire avait de la chance malgré la perte de son père, d’avoir une famille qui l’entoure, même s’ils avaient vécu des horreurs, la culpabilité du survivant touchait toute sa famille. Mais cela avait fait de lui, comme pour sa sœur, une personne plus forte. Cependant, il n’était pas difficile de ressentir qu’au fond, bien enfoui, il restait une blessure profonde cachée par des années d’espoir et de barrières créée par l’inconscient afin de se protéger car Hwang n’avait pas le choix. C’était ça ou se laisser choir. Sara ne pouvait pas s’empêcher de penser, de comparer avec ce qu’elle avait vécu. Le passé créait l’individu, le forge et lui donne cette authenticité et justifie chaque acte, réponse. La famille Vaylee n’avait jamais fêté une quelconque fête, trop concentrer sur leur carrière alors elle ne ressentait pas un quelconque sentiment de tristesse lors de ces périodes. Sa seule famille était les membres des vaisseaux auxquels elle appartenait et appartient.

Sara grimaça lorsqu’il la taquina sur le fait qu’elle était celle qui allait l’examiner.

On ne touche pas au vieux ronchon qui est dans l’autre pièce. C’est Mon vieux ronchon. Et c’est lui qui m’a formée. Je dois l’avouer, il est bien meilleur médecin que moi, mais ça, il ne faut pas le dire car il se lancera dans un monologue diarrhéique assommant. Tu as dû le croiser à la Villa … c’était le médecin sur place, conclu-t-elle avant de poser ses questions et commencer son interrogatoire.

Le jeune homme commença à répondre aux questions posées par la rouquine qui prenait des notes sur son pad, sur lequel elle pourrait revenir dessus par la suite, mais cela lui permettait de faire un rapide rapport pour valider ou invalider son retour. Il lui donna des nouvelles sur sa sœur qui allait être bientôt une consœur. Sara sourit à l’idée d’imaginer cette femme taquiner sans gêne son frère. Il pourrait devenir un N7 qu’elle le cherchera toujours. Sara avait toujours voulu avoir un petit frère ou une petite sœur, ou être la petite sœur de quelqu’un mais ses parents avaient eu des difficultés à l’avoir et ils leur étaient impossibles d’avoir un autre enfant. Et c’était en partie pour cela qu’elle maternait tout le monde.

Il vint naturellement parler de sa mère sans qu’elle n’ait besoin de poser la question. De ce qu’elle savait, il avait été très présent pour elle, jouant le rôle de l’homme de la famille alors qu’il n’était que trop jeune pour endosser ce rôle. À vouloir les protéger, il avait dû naturellement se tourner vers l’armée pour continuer de veiller sur elle. Sara faisait des suppositions et n’avait jamais aborder ce sujet avec lui. Il finit par lui raconter comment c’était passé son entraînement pour obtenir le rang N1. Le lieu l’avait marqué, il avait failli baisser les bras mais avait trouvé la force de continuer. Il en était ressorti plus fort et pensait avoir changé.

Ce n’est pas en Shepard que tu dois chercher la force et l’énergie, c’est en toi que tu dois la trouver, dans ce que tu veux faire de ce N. C’est dans ta volonté de réussir, de ne pas baisser les bras et de toujours vouloir te surpasser que tu arriveras à dépasser toutes les difficultés et parvenir à un rang supérieur.

La tête légèrement penchée, Sara plongea son regard dans celui de l’enseigne. Elle avait retrouvé son sérieux et retrouvait sa place de médecin, le même médecin qu’il avait connu sur le Leipzig qui était capable d’être un véritable boulet et une bête de foire mais qui était aussi de se montrer intransigeante lorsqu’il était question de ses patients. Un Dr Jekyll et Mr Hide burlesque. Elle voulait lui rappeler cela car c’était plus important que savoir ce que voudrait une légende de l’héritage qu’il a laissé. Il était, pour beaucoup, le modèle de la jeunesse enrôlé dans l’Alliance, à vouloir être à son image, avoir cette gloire sans penser aux sacrifices qu’il avait fait pour sauver la galaxie. Regardant les notes qu’elle avait prises, elle laissa quelques secondes de silence, ne laissant pas le temps au militaire de répondre. Le médecin se racla la gorge et reprit.

Pouvoir accéder à la Vila est une sacrée reconnaissance de tes capacités par tes supérieurs Dae-Hyun. C’est une chance donnée à peu de monde, surtout pour avoir réussi l’épreuve. Pourquoi avoir voulu passer ton N1 ? On t’a envoyé l’invitation pour recevoir la formation N, certes, mais pourquoi y être allé ? Qu’est-ce qui t’as poussé à vouloir suivre ce chemin ? Ce n’est pas la même chose que d’entrer, j’ai envie de dire, simplement dans l’Alliance. C’est plus.





"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"



Revenir en haut Aller en bas

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Enseigne
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 57
Crédits : Myself

MessageSujet: Re: Toubib or not Toubib   Mer 26 Avr 2017, 11:43


Toubib or Not to Toubib


Je la laissais prendre connaissance de mes réponses que je lui avais dis en toute honnêteté, je me sentais à l'aise et en confiance avec Sara. Ça a mis son temps, je me rappelais qu'au début elle me faisait même un peu peur, elle était assez entreprenante et plutôt sûre d'elle et la médecin militaire ne nous laissait pas nous échapper aussi facilement de son infirmerie. Mais maintenant, j'avais appris à la connaître et je savais que je pouvais lui dire ce que j'avais sur le cœur. Elle était bienveillante mais aussi investie sérieusement dans son travail, c'était quelque chose que j'avais remarqué chez elle passé la légère appréhension naturelle de chaque être humain voire même humanoïde de voir son médecin. D'ailleurs elle en fit encore preuve même maintenant ici dans ce cabinet de l'hôpital militaire de l'Alliance. Je m'attendais maintenant à ses premiers commentaires sur mes réponses que je venais de lui donner, commentaires que j'écoutais attentivement car ils allaient certainement être intéressants mais aussi décisifs dans sa décision finale de me déclarer à nouveau apte au service ou à me réformer, ce que je ne désirais absolument pas.

Elle ne me laissait pas répondre quand elle commenta le fait que je lui disais que Shepard m'avait inspiré. Néanmoins, et ça elle ne pouvait pas me l'enlever, la statue de la légende m'avait aidé à ne pas abandonner et comme elle le disait, j'ai dû chercher et puiser en moi pour avoir la force de continuer. Si ça n'avait pas été le cas, je pense que je n'aurais même pas pu obtenir mon rang N1. La tête légèrement penchée, elle demeurait dans son rôle de médecin, contrastant assez grandement avec l'instant de détente que nous avions eu tout à l'heure. Elle me questionna ensuite sur mes raisons d'avoir accepté l'invitation et d'avoir rejoint le programme N. Sur le coup, je ne répondais pas, bien évidemment c'était une question que je ne m'étais quasiment pas posé auparavant. Je devais admettre qu'elle m'avait un peu cloué le bec et je pris plusieurs secondes pour lui répondre, toujours avec franchise quoique teintée d'une légère hésitation, non pas parce que j'avais des choses à cacher mais parce que j'essayais de choisir soigneusement mes mots.

- Je ne cherche pas à devenir un deuxième Shepard si c'est ce que tu penses. Je ne serais jamais comme lui et j'espère ne devoir jamais à faire les mêmes sacrifices que lui. Quand au programme N... Je pense que tu dois t'en douter mais on rejoint l'Alliance et le programme N pour des raisons différentes. J'aimerais être bref mais je pense qu'en fait, je vais m'expliquer en long et en large.

Je pris une grande respiration et je commençais à expliquer mes choix et mes raison, cette fois d'un air plus assuré, peut être parce que j'étais plus sûr de moi et de ce que j'allais dire.

- On a tous vécu chacun de notre côté et de notre manière à la guerre contre ces Moissonneurs, moi je l'ai vécue et vue de mes yeux d'adolescent, j'ai vu mon père mourir, tué sous mes yeux pendant l'évacuation de Séoul, quand une horde de zombies et de cannibales et je ne sais quelle autre saloperie encore nous sont tombés dessus. C'est le genre de choses qui te marque à vie... Plus d'une fois quand j'étais réfugié, je voulais prendre un Avenger et aller bourrer un Moissonneur. Mais après quand la guerre était terminée, j'ai voulu faire au mieux pour pouvoir protéger les miens et les autres, qui ont vécu aussi leur propre tragédie, je ne voulais plus voir ma sœur pleurer et ma mère désespérée... Et puis je ne te cache pas que la propagande, notamment autour de Shepard est aussi passée par là... Mais même s'il n'y avait pas eu Shepard sur les affiches, je me serais quand même engagé.

Je fis une pause, je voyais qu'elle prenait des notes avant que de reprendre, mes avant-bras posés sur mes genoux.

- Puis, au fil de mes missions, j'ai pris du galon, je suis monté en grade, des gens se sont mis à compter sur moi et je ne devais pas les décevoir. C'est quand je suis devenu sous-officier que j'ai entendu parler du programme N. Je m'étais toujours demandé pourquoi le N7 sur l'uniforme de Shepard sur les affiches et quand je demandais ce que c'était, je n'avais pas trop compris. Mais lorsque ensuite on m'a expliqué ce que c'était... Je n'ai pensé à rien d'autre, je voulais intégrer ce programme, j'ai demandé comment on devait faire, on m'a répondu "travaille dur." J'ai pris ça au pied de la lettre, j'ai cravaché partout où j'étais, l'école d'officiers pareil et ça a fini par payer, j'ai eu mon invitation.

Je détournais ensuite légèrement le regard, rougissant avant de continuer sur un ton légèrement coupable.

- J'ai fait la même connerie que beaucoup de potentiels N font en arrivant à la Vilar, je n'ai pensé qu'à me la péter et à rêver de gloire. Mais l'entraînement m'a fait redescendre sur Terre et pas doucement.

Je la regardais à nouveau avec un air un peu plus déterminé.

- Mais cela ne m'a pas arrêté, je me suis accroché et je suis devenu N1. J'ai compris ce qu'être titulaire du rang N veut dire, aucunement la gloire au combat ou la reconnaissance d'un star mais nous sommes l'élite. Nous sommes les meilleurs parmi ce que l'humanité a à offrir d'un point de vue militaire, beaucoup repose sur nous et la présence d'un N inspire les soldats, je pense avoir compris tout le prestige et l'honneur autour du rang N qui est convoité par beaucoup et mes motivations ont changées en cours de route. Je ne cherche plus à être vu ou reconnu, je ne cherche plus les médailles, les décorations ou les hauts grades, je veux offrir le meilleur de ce que j'ai et j'ai l'impression qu'on aura besoin de tout le monde au sein de l'Alliance notamment de cette élite que sont les N. Je veux aider à faire de cette galaxie un endroit meilleur, nous n'en avons pas d'autre et après toute la merde qui nous est tombé dessus, je me suis dis "plus jamais ça" et si en devenant un N, je peux aider à le faire, je le ferais. Si une autre catastrophe de type Moissonneur nous retombe dessus, je veux être là pour l'arrêter.
Fiche by Dev Nerd Girl


Dernière édition par Hwang Dae-Hyun le Mer 21 Juin 2017, 10:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4232-sara-vaylee
http://www.masseffect-reborn.fr/t4233-journal-de-bord-de-sara-vaylee


Messages : 220
Crédits : me

MessageSujet: Re: Toubib or not Toubib   Mar 16 Mai 2017, 17:28


Sara avait réussi à toucher un point intéressant sur lequel il semblait buter. Pourquoi s’était-il lancé dans cette aventure ? Le soldat ne semblait pas s’être posé cette question en allant à la Villa. Cette conversation lui permettrait ainsi une petite introspection. Avec l’expérience, elle avait appris à déceler certaines particularités, certaines réactions, certaines paroles pouvant faire sens et permettaient à l’autre d’être aiguillé sur lui-même. La rouquine ne s’était pas lancée dans la médecine pour apprendre et faire de la psychologie, loin de là, voir même l’opposé de cela. Elle préférait sans hésiter les salles d’opération, les chirurgies, avoir un scalpel et plonger ses deux mains dans les entrailles d’un autre… Pour lui sauver la vie. La première fois que j’ai mis la main dans des entrailles, j’ai failli m’évanouir. C’était en partie pour cela qu’elle s’était dirigée sur le devant de la scène en prenant place sur un vaisseau de guerre. Voir Cox à l’œuvre l’avait aussi beaucoup influencée, car il partait sur le terrain et intervenait dans des situations parfois risquées. C’était pour cela que sur le Leipzig, il lui arrivait d’aller aussi sur le terrain quand cela nécessiter ses compétences. Bref, tout cela pour dire que malgré son adoration pour la chirurgie, en tant que médecin de bord, elle devait aussi voir le profil psychologique de chacun et elle avait appris en lisant, en écoutant et en s’intéressant aux autres de par son caractère et sa nature curieuse. Ce n’était pas pour autant qu’elle se considérait comme la meilleure et était consciente qu’elle pouvait passer à côté de certains problèmes.

Le regard malicieux que le médecin posa sur lui montra qu’elle attendait de lui qu’il explique plus longuement sa décision. Ce n’était pas avec quelqu’un de peu loquace que le médecin pourra apprendre et comprendre pour évaluer. Au contraire, il fallait parfois savoir tirer les vers du nez pour avoir des réponses. Heureusement, ce n’était pas le cas du coréen qui s’ouvrait avec facilité. Parce qu’il la connaissait et qu’il lui faisait confiance, mais aussi parce qu’il n’avait pas le choix. S’il voulait valider cette étape, Dae Hyun devait se confier. Or, ce ne devait pas forcément être permis, car elle avait un avantage certain et une certaine affinité qui pouvait poser un problème éthique, mais c’était savoir, être professionnelle et savoir dire non quitte à perdre son amitié si cela était nécessaire.

Il y a beaucoup de choses dans ce que tu dis qui sont intéressantes à développer et qui vont au-delà de cette entrevue. Et tu sais que j’adore ça. On va les prendre une par une.

La rouquine se positionna confortablement sur sa chaise, ses coudes se posant sur la table pour joindre ses mains, réfléchissant afin de pouvoir amener ses idées en douceur.

D’abord, je ne remets pas en doute tes convictions ni tes décisions, je cherche seulement à comprendre pour t’aider en retour. Je me demande parfois si tu n’as pas voulu échapper à certaines responsabilités pour quelque chose de plus grand. Comme celle de protéger ta famille pour pouvoir protéger un plus grand nombre. Tu es le dernier homme de ta famille. Tu étais jeune et que tu n’avais pas forcément les ressources nécessaires pour assumer ce rôle-là. À côté, tu as été particulièrement sensible à cette propagande, la propagande autour de Shepard, c’est normal et tu avais besoin de cette représentation forte qu’était cet homme. Mais est-ce que tout simplement le fait de te retrouver face à ta famille, face à ta mère, face à ta sœur, voir ton père à travers eux a fait que d’une certaine manière qui a fait que tu as fui ta famille pour aller protéger la galaxie à l’image de cet homme, ce héros, pour ne pas souffrir de voir en continue l’image de cet être cher perdu.

Il n’y avait pas de jugement dans ses paroles, seulement une réflexion qui pouvait sembler partir loin. L’idée était que la perte de son père l’avait entraîné inconsciemment à rechercher une figure masculine qui puisse lui montrer l’exemple, un père de substitutions en l’occurrence, un modèle sur lequel s’appuyer pour tracer sa route. Et dans ses paroles, le médecin semblait entendre cela. À côté, partir de la Terre était un moyen de se protéger de souvenirs douloureux. Cette idée pouvait être totalement erronée, car certains pensent que cela n’a aucun lien, mais Sara considérait que cela pouvait influencer, toujours de manière profonde et souvent inconsciente l’avenir de chacun. Pourquoi avoir choisi ce métier si ce n’est le besoin de protéger ce qu’il n’a pas pu protéger plus jeune ? De plus, comment allait-il réagir s’il apprenait des mois plus tard de la mort de sa mère s’il est en mission de l’autre côté de la galaxie ? Regrettera-t-il sa décision d’être un militaire, car il n’aura pas été présent pour elle à ce moment-là ?

Après, il faut avoir une sacrée force de caractère pour pouvoir passer les tests de la Villa et il faut aussi avoir les capacités d’y parvenir, de réussir, de surpasser les attentes qu’on peut avoir de soi, se surpasser tout simplement. T’en as les capacités.

Un sourire sincère se dessine sur les lèvres du médecin, s’effaçant lentement alors qu’elle revoyait une note prise un peu plus tôt. Elle se racla la gorge et enchaîna tranquillement sur ce qu’elle espérait entendre par la suite.

Mais… Tu dis avoir cherché la gloire ? Pourquoi ? Est-ce que tu veux développer un peu plus ce que tu dis ?

Avant de s’engager, de subir les entraînements militaires et vivre sa première mission, le soldat n’avait probablement pas conscience des risques qu’il prenait en posant sa signature sur un formulaire de recrutement. Il avait vu ses hommes et ses femmes, ses héros de guerre à travers la propagande de l’Alliance et comme pour beaucoup, il cherchait la reconnaissance des autres, le besoin d’être connu au-delà de son entourage pour satisfaire un manque pouvant varier d’une personne à l’autre. Ce n’était pas la première fois que Sara entendait ce besoin de gloire, mais chacun avait son avis là-dessus et elle attendait de la part du soldat une explication même minime. Elle notait chacune de ses réactions, son attitude, son comportement lorsqu’il parlait, mais aussi lorsqu’elle lui répondait afin de voir comment il réagissait. Ce n’était pas un test, ce n’était pas parce qu’il pouvait mal réagir à certaines réponses que cela faisait de lui une personne inapte. Et pourtant, l’Alliance attendait d’avoir des personnes qui maîtrisaient parfaitement leurs émotions face un n’importe quel ennemi ou allié. Seulement le médecin considérait que ce n’était qu’une façade, un spectacle à offrir aux autres pour ne pas flancher. Elle avait toujours dit qu’ils avaient le droit de craquer, craquer un instant pour ne pas succomber au moment fatidique.




[Quand Sara fait de la psychologie de comptoir Trollface]


"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"



Revenir en haut Aller en bas

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Enseigne
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 57
Crédits : Myself

MessageSujet: Re: Toubib or not Toubib   Mar 23 Mai 2017, 21:58


Toubib or Not to Toubib


Elle ne me lâchait pas du regard, pour sûr et tel que je connaissais Sara, elle allait certainement me demander de développer. Elle me faisait le coup à chaque fois quand on se voyait à l'infirmerie sur le Leipzig et là elle ne dérogeait pas à la règle. Des bribes de souvenirs me revinrent, je me revoyais, jeune Quartier-Maître devant cette femme officier, intimidé. Je la trouvais plutôt jolie mais sa fonction et son grade me revenait sans cesse en mémoire et j'avais du mal à me concentrer sur ce qu'elle disait. Depuis, beaucoup de temps est passé et j'avais appris à passer un peu outre sa fonction et son grade, elle était devenue une amie à qui j'aimais bien m'ouvrir, même si c'était au départ bien plus professionnel que véritablement à cause de notre lien affectif.

Elle se mit alors à rebondir sur ce que je disais, pour le moment je n'avais pas l'impression d'avoir dit de conneries mais je la laissais appuyer son propos. Je ne connaissais pas Sara pour être la meilleure psychologue que je connaisse, ça tenait même presque de la psychologie de comptoir mais j'étais encore moins doué qu'elle, c'était elle la médecin pas moi. Elle commenta donc mes mots en me donnant des pistes de réflexion que je n'avais auparavant même jamais envisagé ou pensé. Ma famille était bien entendu totalement au centre de la conversation et de la réflexion mais également mon point de vue à propos de Shepard. Si je comprenais bien ce qu'elle voulait dire, la mort de mon père était la source de cette réflexion. Je devais admettre que l'absence de mon père assez jeune m'avait marqué et me marquait toujours. Je sentais que Sara faisait attention à ne pas me blesser dans ses propos, elle voulait m'inciter à parler d'un sujet sensible. Même avec ma sœur ou encore ma mère, parler de papa était un sujet assez tabou. Cela faisait pourtant des années qu'il est mort mais personne n'avait encore jamais osé véritablement en parler.

- T'as peut être raison... J'ai peut être inconsciemment voulu fuir. Lorsque je me suis engagé, je ne l'ai pas fait avec un sentiment de fuite. Je me suis surtout dit que devenir soldat était le meilleur moyen pour moi de protéger ma famille, ma sœur a fait à peu près le même calcul mais elle a procédé différemment. Elle s'est déjà occupé de blessés pendant la Grande Guerre, elle a voulu poursuivre après cette dernière mais au lieu d'aller en hôpital disons classique, elle a préféré elle aussi s'engager dans l'Alliance, sans combattre mais elle a voulu soigner les soldats. Elle s'est engagé quasiment en même temps que moi, à quelques jours près... Mais en y repensant, il est vrai que j'ai un peu voulu voir autre chose que les camps de réfugiés ou Séoul... Je pense très souvent à mon père. Les souvenirs que j'ai de lui me rappelait un homme assez effacé et se contentant de ce qu'il avait. Il n'avait jamais quitté la Terre ou même la Corée je pense... Il ne nous a jamais parlé de voyage ou de quoi que ce soit, c'était surtout ma mère que l'on voyait très souvent ma sœur et moi. Je ne sais pas comment j'ai vu Shepard du coup. Pour moi il restait la légende et le héros, comme tu dis. Mon inconscient a peut être suivi le cheminement que tu dis.

J'engageais une réflexion sur mes propres mots alors que je ne l'avais jamais fait auparavant. Mon père n'était plus là, de fait je devenais en quelque sorte, le chef de famille bien que le véritable chef était selon moi, ma mère, c'était surtout elle qui commandait dans notre famille. Je me suis engagé et j'ai pu voir autre chose que la ville de Séoul ou même la Terre. L'Alliance m'a permis de voyager à travers la galaxie, voir autre chose m'avait véritablement ouvert et même changé les idées. De ce côté là, je devais bien admettre qu'elle avait raison, le fait de sortir de la Terre me faisait penser à autre chose et me rappelait bien moins le souvenir somme toute assez flou de mon père même si je savais qu'il restait avant tout mon père. Je ne me faisais pas de soucis majeurs concernant ma propre famille, ma mère avait retrouvé la profession qu'elle aimait et était en de bonnes mains, ma sœur suivait à peu de choses près le même parcours que moi, à la différence près qu'elle ne combattait pas. Au fil de ma réflexion, je commençais même à me préoccuper bien plus de moi-même que de ma famille ou des autres. J'attendais même la suite avec une légère appréhension alors que Sara se mit à me sourire. Ses compliments me fit un peu rougir et je la regardais comme si elle venait de me proposer un dîner. Je haussais ensuite légèrement les épaules quand à sa question suivante.

- Alors, je voudrais dire avant que même en étant simple matelot à bord d'un vaisseau, je n'ai jamais été dénigré, méprisé ou battu. J'étais toujours traité avec respect, bien évidemment avec les soldats, les collègues, on se chambrait, ça se bizutait un peu mais ce n'est jamais allé au delà de l’inacceptable. Avec la possibilité de monter en grade dans l'Alliance, je n'ai pas hésité j'y suis allé, va me citer quelqu'un qui veut toujours rester en bas de la hiérarchie. À la sortie de l'école, j'ai donc cette invitation, je me sentais spécial, on m'a donné l'occasion de me distinguer, j'y suis allé. On connaît tout les deux tout le cirque qui s'est construit autour du programme N, on m'a donné l'occasion de le rejoindre, je me suis senti... unique donc du coup, mon ego a gonflé et j'ai voulu devenir le meilleur, d'où ma recherche de gloire. Je voulais me la péter, je ne l'ai jamais fait avant, ce n'est pas dans ma nature de me vanter mais là c'était le programme N quoi. Et du coup l'entraînement a été comme une grosse claque dans la gueule qui m'a fait redescendre sur terre. La gloire, c'était inutile. Comme tu dis, j'ai voulu me surpasser mais à bon escient, pas pour gonfler mon ego mais pour devenir un meilleur soldat.

Je me rassis un peu plus convenablement sur ma chaise, me redressant, le dos contre le dossier de ma chaise, fixant maintenant la médecin.

HRP:
 

Fiche by Dev Nerd Girl

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Toubib or not Toubib   
Revenir en haut Aller en bas
 

Toubib or not Toubib

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Bulle locale :: Planète Terre-