AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Nouvelle demeure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 90

MessageSujet: Nouvelle demeure   Lun 05 Déc 2016, 20:51
Intervention MJ : NonDate : 5 Décembre 2201 RP Tout public
Anton Ardak ♦ Jila'Kis Nar Lanketh ♦
Nouvelle demeure




Nouvelle demeure


Jila regardait à travers le fin hublot du transporteur contrebandier à bord duquel elle se trouvait. Les mois sur Rannoch furent insupportables. Elle avait été séparée de ses deux acolytes, le premier, un Quarien était incarcéré sur Rannoch et en attente de jugement. Le second allait être transféré dans une prison sous juridiction Humaine le mois prochain. Elle était la seule qui avait réussie à se dissimuler et s'enfuir de sa planète natale après une arrivée tout en beauté. C'est avec espoir qu'elle leur avait promise la liberté, et elle comptait bien la leur rendre un jour. Ils étaient ses derniers frères encore en vie, l'abandon des siens était proscrit, surtout lorsqu'ils étaient en passe de s'éteindre.

Naviguant de station minière en avant poste local. Jila avait réussie à se faire embarquer sur ce petit vaisseau dirigé par un Turien étonnamment sympathique. Ce dernier arborait plusieurs balafres et il semblait avoir bien vécu. Il dirigeait de manière stricte un équipage hétéroclite de Butariens, Humains et Galariens. Une petite dizaine de convives dont certains racontaient plusieurs histoires effrayantes concernant leur état psychologique.

Détachant son regard du vide spatial, la Quarienne partit en direction du minuscule espace que le capitaine lui avait confiée. Elle avait installée un petit lit de fortune à base de couvertures entassée les unes sur les autres servant de matelas, c'était tout. Hormis son Omni-tech, une arme qu'elle avait achetée à l'équipage et ce qu'elle portait sur elle, la Quarienne ne possédait plus rien.
S'adossant contre le mur elle passa les prochaines heures à regarder différent rapports et Archives contenus dans ses dossiers. C'était la première fois que le temps lui permettait d'être un peu nostalgique.
Les yeux fatiguant à cause de l'omni-tech, le sommeil l'emporta.

Un petit bruit régulier la tira de son sommeil, c'était le capitaine qui tapait sur sa visière cherchant à la tirer de son sommeil. Selon le vieux briscard, il ne restait qu'une heure avant de débarquer sur Omega.

-Omega.. plus de dix ans que je n'y ai pas mise les pieds...

Elle le remercia, une fois seule elle continua à se tirer de la torpeur qui l'avait envahie. Regagnant le hublot qu'elle aimait temps, le décors avait évolué, nombres d'Astéroide peuplait maintenant les étoiles. L'approche de la station était toujours une étape obligeant un pilote à passer en pilotage manuel. Bien que des vaisseaux plus récent que cette carlingue possédaient un système d'évitement des objets stellaire. Ce n'était ici pas le cas.

Comme convenu, Jila paya la fin du trajet une fois à quais. Remerciant son hôte et adressant un bref adieu à l'équipage elle s'en alla d'un pas décidé qui fut bien vite interrompu. Un groupe d'humains et de butariens en armure de combat s'approchèrent d'elle. L'un d'entre eux la braqua alors qu'elle était presque arrivée au bout des docks.

- Retourne en arrière rejoindre ton salaud de patron !

Sans rien laisser paraître à travers son casque, Jila tiqua quelques secondes avant d'obéir dans un premier temps. Elle ne dit rien comme à son habitude. En se retournant elle croisa le regard du vieux Turiens qui semblait blêmir d'un coup. Décidément rien ne semblait plus aller. Qui était du bon côté ? Elle en avait rien à foutre, sa vie semblait être mise en jeu comme celle de tous les acteurs ici présents et ses sens s'aiguisèrent d'un coup.
La Quarienne s'était rapprochée de l'équipage du vaisseau, elle n'entendait pas bien ce qu'ils se racontaient avec leurs opposants, trop occupée à analyser la situation. Six hommes les avaient arrêtés, les trois premiers semblaient galonnés comparés aux trois autres qui avaient l'air de s'être équipés avec ce qu'ils avaient pu trouver dans une décharge de matériel militaire.

Un coup de feu parti, le vieux turien s'effondra. Aussitôt Jila se jeta au sol roulant maladroitement sur le côté, venant se cogner contre la paroi de la station. Dans le mouvement elle dégaina le pistolet qu'elle venait d'acheter, un vieux modèle à surchauffe. Rapidement elle tira plusieurs fois en direction du leader du groupe. Rien ne sembla se produire, Essuyant un tir qui faillis désactiver immédiatement ses cinétiques, Jila passa rapidement près du Turien au sol et prit son fusil avant de rejoindre une couverture de fortune. Derrière le container, un abri provisoire, elle en profita pour jeter un oeil au statut de l'arme, munition classique et chargeur plein. Un des assaillants du fond tomba à son tour mais plus de la moitié des alliés de la Quarienne étaient déjà à terre.

Se montrant le temps d'un tir, Jila abattit l'un des suivants qui ne portait même pas d'armure. Une nouvelle fois à l'abri, Jila pianota sur son Omnitech afin de lâcher un leurre à l'aide de son drône. Une vif image d'elle sembla se jeter de part et d'autre des dock attirant quelques tirs. Profitant de cette situation avantageuse, la véritable Jila en profita pour se remontrer et vider une bonne moitié de chargeur sur l'humain en tête qui s'effondra après que ces cinétiques disparaissent.
Prenant un risque, elle se jeta en avant jusqu'à se retrouver aux côtés de l'homme qu'elle venait d'abattre. Tentant de lui arracher son arme, celui qu'elle croyait mort essaya de s'opposer mais reçus un coup de pieds droit dans le visage. L'arme en main, Jila l'acheva d'un tir.
Jetant un œil derrière elle, elle comprit que tous ses compagnons étaient tombés. Il ne restait plus que deux opposants qui prirent la fuite au moment ou elle se releva. Elle abattit le plus éloigné des deux en lui tirant dans le dos et se jeta sur le dernier avec qui elle eut un échange bref au corps à corps avant que son Omnilame ne lui transperce les côtes. Une brève toux émanant du pauvre hère vint tâcher de sang le casque de la Quarienne laissant retomber le Butarien inanimé.

Tentant de reprendre ses esprits en s'assurant qu'elle était hors de danger, le bruit d'une porte entrain de coulisser non loin d'elle attira son regard. C'est à ce moment qu'elle vit un humain ramper au sol, celui qu'elle avait abattu en lui tirant dans le dos avait survécu, le bougre semblait essayer de s'accrocher tel un miséreux aux jambes du nouveau venu.









Feat ...





Thème Jila:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Ravageur
Rang : Pacificateur
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 1103

MessageSujet: Re: Nouvelle demeure   Lun 05 Déc 2016, 21:36
L’inauguration de Wonderland terminée, et ses derniers ordres transmis, Anton prépara méthodiquement son départ d’Oméga pour des terres plus vertes.

Tout d’abord il devait rencontrer son ancien gouvernement, le Haut Conseil Na’Hesit d’Anhur serait plus que ravi de la visite de leur ancien héros de guerre, bien que ce titre tienne plus de la propagande que de réels actes militaires. Toutefois ces petits mensonges arrangeaient les deux parties, aussi Anton se gardait bien d’en discuter la véracité.

Ensuite, il allait se rendre sur Korlus pour reprendre contact avec la pègre locale. Il avait de nombreuses choses à discuter avec les mafieux locaux, aussi il allait sûrement devoir y rester quelques jours voir semaines.

Dès les choses terminées sur Korlus, il allait partir pour l’Abysse Néméenne afin d’y rencontrer plusieurs factions de pirates et esclavagistes pour tenter de lier un éventuel pacte. Et enfin le voyage se terminerait sur la visite au gouverneur de l’Hégémonie sur Lorek afin de conclure définitivement quelques discussions ouvertes quelques mois auparavant.

Tout ceci prendrait énormément de temps au final, aussi Anton dût très vite repousser les propositions de ses lieutenants de le suivre, et obligea du coup Jagah’Ei à assurer le commandement le temps de son absence. De toute manière Kyre était bien trop occupée avec sa nouvelle arène, tandis que Kydra devait partir parcourir l’espace sous peu.

Ce temps d’absence permettrait à tout le monde de prendre pleinement leurs marques sur leurs nouvelles activités et d’apprendre à contrôler le territoire leur étant impartie. Les doutes concernaient la gestion des clans vorchas loyaux, et même si Aerdris semblait parvenir à les contenir pour le moment, il était évident qu’ils étaient de plus en plus instables, et il y avait aussi le cas des Egyptiens. Ces ennemis mystérieux qui avaient tenté à de multiples reprises de déstabiliser les quartiers des Pacificateurs.

Mais qu’importe, ce voyage était impossible à repousser ou à annuler, aussi il ne restait plus qu’à faire confiance en ses lieutenants. Toutefois pour s’assurer un départ sécurisé, étant donné qu’il avait ordonné à ses gardes du corps de rester sur place, Anton dût choisir l’heure et l’emplacement de son départ au hasard, et sans prévenir plus de mondes que nécessaire.

Aussi le fondateur de l’organisation des Pacificateurs déambulait seul en direction des quais d’Oméga lorsqu’il perçut une série de coups de feu particulièrement bruyants provenant d’un hangar plus loin. Et au contraire de tout bon sens, Anton se dirigea vers ces bruits de lutte plutôt que de continuer sereinement vers sa destination.

En vérité, l’appel du conflit prenait le pas sur son désir de quitter la station au plus vite. Toutefois, la déception du butarien fut forte lorsqu’il activa la porte menant au hangar, et aperçut que le conflit semblait bel et bien terminé. Néanmoins, un humain agonisant semblait vouloir faire plaisir à Anton et s’amusa à ramper jusqu’aux pieds du colosse butarien.

Ce dernier s’accroupit alors et scruta l’inconnu droit dans les yeux. Le blessé sembla soudain reconnaitre celui dont il appelait la clémence et tenter d’ôter sa main, mais trop tard. La poigne d’acier d’Anton avait déjà immobilisée sa proie

« Disparais de ma vue, vermine. » Répondit simplement Anton, un large sourire carnassier sur les lèvres.

Et soudain le Pacificateur releva l’humain pour le faire atterrir sur les genoux, puis une lame dentelée de vingt centimètres vint pénétrer sa chair transperçant sans soucis la gorge du mourant. Alors seulement, le butarien repoussa l’être sanguinolent au sol et enjamba la carcasse sans même un regard.

Une fois sa mission accomplit, Anton scruta les alentours et remarqua de nombreux corps jonchant l’entrée d’un vaisseau, ainsi que dans les alentours du hangar. Une quarienne attira rapidement le regard de l’ancien chasseur de prime.

« Toi, raconte-moi ce qu’il vient de se dérouler ici, parle vite je suis pressé. » Déclama le butarien tout en commençant à fouiller les cadavres jonchant le sol. Les survivants ou témoins de la scène, qui n’avaient pas été interpellé par le Pacificateur se replièrent bien vite en reconnaissant l’uniforme du nouveau venu et après quelques minutes, seuls la quarienne et le butarien semblaient encore présents.

La fouille elle ne donna guère de choses intéressantes, hormis quelques sachets de sable rouge, quelques armes obsolètes ou des crédits en quantité ridicule. Ne restait donc plus qu’à écouter le récit de la quarienne, et éventuellement décider de son avenir.


Je suis la fille d'Anton Ardak. Et accessoirement, reine pirate profitant actuellement de ses congés.
Kydra Lifith, 27 janvier 2202

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 90

MessageSujet: Re: Nouvelle demeure   Lun 05 Déc 2016, 22:29

Nouvelle demeure


Voyant les civils alentours déguerpirent à l'approche du nouveau venu et à en juger par sa prestance, il semblait être un personnage important des alentours. Jila se demanda un instant dans quel bourbier elle s'était encore impliquée sans le savoir. Il fallait espérer que les hommes qu'elle venait de tuer ne lui appartienne pas sinon elle n'aurait pas le temps de reprendre son souffle.

Elle eu presque pité de l'homme qui trouva la mort brutalement aux pieds de ce butarien avant de se rappeler ce qu'elle venait elle même de faire.
Le ton employé par son nouvel interlocuteur ne lui plu guère mais elle était assez intelligente pour mettre sa fierté de côté. Elle était inconnue ici et pire que ça, elle ne connaissait rien de l'équilibre du pouvoir régnant sur cette station. Offenser n'importe qui n'était pas la bonne idée du jour.

Jila rangea l'arme ou elle le pouvait et essuya brièvement son casque à l'aide de sa cape.

- Je suis sortie de ce vaisseau après avoir marchandée mon transport, ces hommes sont arrivés et ont abattus le capitaine du vaisseau et son équipage. Prise à partie j'ai du écraser quelques crânes.

La Quarienne n'avait toujours pas désactivée son Omnilame, voyant avec quelle hostilité le Butarien c'était posé ici. Malgré elle, elle garda son bras tendus, tout son corps était tendu, prêt à agir remarque..

- A qui ai-je l'honneur ? J'abats des Butariens et dans la seconde vous voilà, comprenez ma méfiance.

Toujours sur le qui vive, Jila observa plus en détail l'homme face à elle. Il semblait lui manquer un oeil, elle ne croyait pas avoir vue de Butarien possédant une telle blessure par le passé. Imposer le respect tout en étant ainsi atrophié pour un Butarien c'était quelque chose, connaissant deux trois banalités sur la culture de ce peuple.

Cachée par sa visière, elle jeta un œil aux alentours, c'était incroyable, les gens qui n'avaient presque pas pris la peine de fuir la fusillade c'était enfuis depuis qu'il était arrivé. On dirait que personne ne voulait être vu de lui et la réaction du mourant avait laissée Jila perplexe quant à l'identité du Butarien. Il était bien armé, son armure ne semblait avoir aucuns liens avec l'équipement porté par les assaillants de tout à l'heure.





Feat ...



Thème Jila:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Ravageur
Rang : Pacificateur
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 1103

MessageSujet: Re: Nouvelle demeure   Mar 06 Déc 2016, 19:08
La quarienne avait du mordant, cela était évident. Toutefois le simple fait de survivre à un affrontement contre des bandits accros à la poudre et dont l’équipement ne serait même pas suffisant pour prendre d’assaut un snack ne suffisait nullement à contrebalancer une langue trop bien pendue. Surtout lorsqu’on fait partie d’aucune organisation digne de ce nom. Et qu’on se balade dans une combinaison étanche afin d’éviter d’entrer en contact avec tout type de germe.

Tous éléments mis bout à bout ne laissait que bien peu de chance à cette quarienne de survivre plus de quelques jours sur Oméga, ce qui agaçait légèrement le butarien qui devait se taper une petite discussion avec un cadavre ambulant. Néanmoins, alors qu’il s’apprêtait à abandonner l’idée d’apprendre quoique ce soit de la situation, Anton décida de laisser une chance, une seule à cette quarienne qui semblait sûr de ses compétences.

Après c’était comme ça qu’il avait rencontré certains de ses plus brillants soldats, sur un malentendu, une curiosité soudaine et inexplicable. Aussi le fondateur des Pacificateurs décida de continuer contre toutes attentes à discuter avec cette représentante d’une espèce qu’il estimait bien peu. Mais cela se déroulerait après qu’il eut terminé sa fouille méthodique des corps jonchant le hangar, et qu’il eut récupéré la moindre chose pouvant avoir de la valeur.

De prime abord, une telle chose pouvait paraitre bien triviale, voir curieusement déshonorante pour quelqu’un régnant sur plusieurs quartiers d’une station comptant près de sept millions de personnes. Pourtant, il n’y avait nul désir cupide ou curiosité malsaine, mais simplement un désir inné de tirer parti de toutes les ressources disponibles. Une habitude héritée de sa carrière de chasseur de prime, lorsqu’il devait encore s’en sortir par lui-même sans jamais pouvoir compter sur autrui.

Et cela enfin terminé, Anton se releva pour scruter, avec une curiosité teintée de mépris, celle qui lui faisait désormais face. Rien chez elle ne transpirait la puissance, mais là n’était pas le seul moyen d’impressionner, toutefois avec leur combinaison les quariens ne pouvaient guère se vanter de distiller le moindre charisme ou élégance. Ne restait plus donc que les quelques formes qu’ils pouvaient dévoiler au travers de leur tenue hautement personnalisée.

« Ce n’est pas une déclaration qui te vaudra la moindre forme de respect, quarienne. » Et Anton cracha presque avec dédain le dernier terme, comme s’il s’agissait d’une quelconque insulte dont on éprouve une certaine forme de honte après usage. De celles qui n’apporte aucune sensation de supériorité, juste du mépris.

« Et je n’ai pas l’habitude de me présenter à une personne qui confond ce genre de vermine avec moi pour la simple raison qu’on appartient à la même espèce. » Rétorqua le butarien en collant un bon coup de pied dans le corps sans vie d’un butarien trainant au sol. « Mais comme je suis d’une bonne humeur en ce jour, je vais te donner un bon conseil. Ne commet jamais plus l’erreur d’ignorer ta place sur Oméga. En arrivant ici tu n’es rien d’autre qu’un tas de viande, et la seule chose qui te sépare du vide spatial c’est de comprendre lorsque tu as affaire à plus gros poisson que toi. »

Et Anton lâcha son plus beau sourire à la quarienne. De ceux qui foutent la trousse aux plus courageux des individus, de par son aspect profondément carnassier et cruel. Le tout en rangeant lentement et visuellement inratable, sa lame traditionnelle qu’il venait d’utiliser quelques instants auparavant.

« J’ai presque pitié de toi, qui ne connait même pas la situation actuelle d’Oméga. Qui débarque sans connaître les Pacificateurs. Car c’est cette organisation que je représente pauvre voyageuse. »

Puis l’ancien chasseur de prime s’avança jusqu’à atteindre le corps sans vie d’un vieux turien que la quarienne semblait avoir indiqué lorsqu’elle parlait du capitaine du navire se trouvant juste dans le hangar.

« Un ami à toi ? » Lâcha Anton tout en s’agenouillant aux côtés du turien. Soudain, le butarien attrapa la tête du corps et referma doucement les yeux du défunt tout en inclinant sa tête sur la gauche en signe de respect. Bien qu’il ne soit pas croyant, ni même traditionnaliste, Anton possédait tout de même un certain respect pour ceux qui mourait au combat. Surtout lorsqu’ils ne sont nullement ses ennemis.

« Toi qui ignore tout d’ici, quels sont donc tes plans ? A moins que tu ne fasses parties de ces foules d’anonymes idiots qui espèrent trouver richesse et liberté en ces lieux, tu devrais trouver rapidement un moyen de te renseigner sur ce qui importe vraiment de savoir, qui dirige quoi, qui a le pouvoir de te mener vers ce que tu recherches. »

Le Pacificateur était étonnement bavard, mais qu’importe il avait encore plusieurs heures avant son départ, et de toute manière le pilote ne prendrait jamais le risque de partir sans lui. Aussi Anton s’autorisa une petite discussion pour donner une petite chance de survie à cette quarienne qui arrivait à attiser un tout petit peu de la curiosité du butarien à trois yeux. Ne restait plus qu’à découvrir si cette flamme avait la moindre chance de grandir, ou allait s’éteindre aussi vite qu’elle était apparue.


Je suis la fille d'Anton Ardak. Et accessoirement, reine pirate profitant actuellement de ses congés.
Kydra Lifith, 27 janvier 2202

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 90

MessageSujet: Re: Nouvelle demeure   Ven 09 Déc 2016, 21:16

Nouvelle demeure


Le Butarien prit une nouvelle fois le temps de dépouiller tout ce qui pouvait être utile sur les cadavres restants. Une attitude un peu déroutante dans l'immédiat mais Jila se retint de tout commentaire. L'air se tendis un peu plus lorsque son opposant reprit la parole.

Le discours qui suivit ne fit qu'irriter la Quarienne. Elle détestait au premier abord ce genre de personne, se donnant une stature, un rôle et une image l'emportant sur celle des autres. Leader de mon cul ou de la Galaxie il ne valait probablement pas mieux que les miséreux venant de perdre la vie. Malgré cette analyse hâtive, elle savait que le choix ne lui était pas permis dans l'immédiat et qu'il fallait dire à ce Butarien ce qu'il voulait entendre. Chose ironique, ce besoin pressant qu'il avait eu de se positionner au dessus d'elle pour commencer immédiatement à parler de respect, doutait il ainsi de sa prestance naturelle qui pourtant irradiait ? Ce ton qu'elle interprétait comme du défis ne faisait que la mettre en rogne mais il fallait cependant garder un certain contrôle sur les prochains mots qu'elle sortirait.

Blablabla pitié de moi... quelle facilité dans le dialogue Evidemment qu'elle ne connaissait rien à la région, n'étant pas d'ici, elle reverait de pouvoir lui mettre le nez dans la merde qu'elle venait de quitter sur Tortuga. Ce n'était pas cette station qui allait l'impressionner. Cette pensée traversant son esprit lui rappela d'ailleurs un instant qui elle était. Ce n'était pas ce Butarien qui allait lui dicter sa manière d'être. Être prudente ? Elle n'avait pas besoin qu'on le lui dise, c'était une évidence même, pour l'instant il ne valait guère mieux que le leader de la milice FIRE, arrogant et sûr de lui. Aucunes noblesse n'émanait de cette façon d'être.

Son geste envers le défunt Turien étonna promptement la Quarienne mais cela ne suffirait pas à lui faire oublier ce qu'elle venait de voir et d'entendre pour le moment.

- Non, je ne le connaissais pas, je l'ai payé pour un service, notre amitié s'arrête là.

D'un geste, Jila termina de ranger ses armes, imitant le Butarien et sa lame.
Tout en restant à bonne distance de son intelocuteur, elle se plaça devant lui avec un regard dur qui ne transparaissait malheureusement pas à travers sa visière. Tout se jouait dans la gestuelle et le timbre de la voix pour un Quarien, malheureusement elle restait bien droite et aux aguets.

- Liberté vous dites ? Ici... intéressant mais je ne suis pas là pour ça. Des hommes, des armes, à terme voilà ce dont j'ai besoin. Mais je ne suis pas persuadé que mes intrigues personnelles vous intéressent. Je ne pense pas vous appréciez, Mais comme vous en parlez, vous semblez avoir le pouvoir de me mener à la réussite de mes objectifs.

Jila s'approcha un peu plus du Butarien sans pour autant s'approcher de ce que l'on pourrait appeler "l'espace vital".

- J'espionne, traque, vole, tue. Ma vie se résume avec ces quelques mots. Pacificateurs c'est bien ça ? Quoi que cela représente ici, je n'ai jamais entendus parler de ce nom d'où je viens. Tortuga.

Jila hésitait, elle préférait étudier la réaction du Butarien avant de n'en dévoiler un peu plus.









Feat ...



Thème Jila:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Ravageur
Rang : Pacificateur
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 1103

MessageSujet: Re: Nouvelle demeure   Ven 09 Déc 2016, 23:00
Amusé, Anton écouta la bravade de la quarienne lui faisant face. Mais bien qu’amusé, un certain agacement commençait à pointer dans l’esprit du butarien. Qui était-elle, ou lui d’ailleurs, la virilité des quariens avait toujours était particulière, pour se présenter ainsi avec autant d’assurance ? Personne, du moins sur Oméga, et cela seul valait sur la station. Son appartenance à un quelconque gang ou nation extérieur n’avait ici guère d’intérêt et n’empêchait jamais de finir dans l’espace.

« Au moins tu n’es pas complètement idiotie au point d’imaginer trouver la liberté dans le coin. Toutefois tu prends la mauvaise approche avec-moi si tu désires vraiment parvenir à te bâtir une armée sur cette station. »

Commença le butarien avant lâcha ostensiblement le manche de son couteau et écarter les bras comme pour englober tout ce qui pouvait l’entourer.

« Regarde par toi-même, ici règne l’anarchie car la Reine n’est plus. Aria a fui les lieux aussi vite qu’elle le pouvait, car même elle n’était plus capable de tenir en laisse le vent de renouveau soufflant en ces terres.

Tu veux des armes, des combattants ? Tout cela se trouve en masse sur Oméga, mais personne ne te suivra pour l’heure. Car l’heure du sang a sonné, et déjà les varrens se massent dans l’attente du plus phénoménale des festins possible.

Je te parle d’une guerre. La vraie pas cette pathétique imitation qui sévit un peu partout dans les Terminus. Et je suis sûr que tu vas te pavaner en déclarant savoir ce que c’est, tout simplement parce que tu viens de Tortuga. Et je te le concède, cette planète est un nid à danger, mais non tu ne sais rien. Lorsque la guerre éclatera réellement sur Oméga, le sang coulera à flot, les corps chuteront par milliers et noieront les innocents tant et si bien qu’il en existe sur ces terres. »


Alors Anton éclata de rire et posa son pied sur le crâne d’un humain trainant mort à même le sol. Puis d’un coup sec et violent, le butarien éclata la boite crânienne du macchabé aspergeant les alentours de débris et de cervelle.

« Tu n’es pas venue au bon moment pour fonder quoique ce soit. Par contre tu es tombé au bon endroit au bon moment pour parvenir à ton but. Si la violence ne te fait pas peur, si réellement tuer est ta vie, alors tu peux dès à présent rejoindre un clan, une famille et préparer tes armes pour cette guerre totale qui approche à l’horizon. »

Soudain, Anton se pencha et ramassa un morceau de cervelle qu’il expédia ensuite vers son interlocutrice quarienne.

« Sache toutefois que ce qui va arriver fera de toi un animal. Tu perdras tout ce que tu possèdes, et sûrement aussi ce que tu ne possèdes pas, mais aussi la vie. Car contrairement à ce qu’on t’a annoncé, ce ne sont pas forcément les forts qui survivent, mais aussi les chanceux, les lâches, les traîtres et ça, eux le savent.

Si tu possèdes la moindre cervelle alors réfléchis bien à ce que tu veux réellement. Sinon tu termineras aussi bêtement que ces junkies qui ont tenté leur chance. Mais je perçois en toi quelque chose, peut être une once de force, ou n’est-ce qu’un reflet dans ton casque. »


Déclama avec un sourire narquois le chef des Pacificateurs qui tourna alors le dos à la quarienne, et commença à faire quelques pas en direction de la sortie.

« Si tu veux savoir ce que représente vraiment les Pacificateurs, suis-moi. Maintenant, sans hésitation et découvre ce que tu peux faire pour moi. Sache simplement que ce que moi je peux faire pour toi suffira amplement à remplir ton but.

Alors viens quarienne de Tortuga, emboite mes pas et avance vers la guerre et la mort. Mais aussi vers la grandeur. »


Et soudain, le butarien s’arrêta net et se tourna une dernière fois vers l’inconnue.

« Au fait moi c’est Anton. »

Puis les pas de l’ancien chasseur de prime le menèrent vers la sortie, et la suite de son chemin.


Je suis la fille d'Anton Ardak. Et accessoirement, reine pirate profitant actuellement de ses congés.
Kydra Lifith, 27 janvier 2202

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 90

MessageSujet: Re: Nouvelle demeure   Sam 10 Déc 2016, 22:57

Nouvelle demeure


Ce n'est pas sans surprise que Jila observait dorénavant le Butarien changeant une nouvelle fois de ton. Ses phrasées lui en apprirent un peu plus sur la situation actuelle d'Omega bien qu'il n'entra guère dans le coeur du sujet. Omega était donc tombée, voilà bien longtemps en effet qu'elle n'y avait pas mise les pieds.
Elle avait dû mal s'exprimer, se bâtir une armée n'étais pas vraiment l'idée. C'était un peu plus complexe que cela. Si il pouvait déjà l'aider à libérer ses frères ce serait un grand pas. Mais on n'avait rien sans rien et cette règle était d'or sur Omega.

Il avait raison, Jila aurait très bien pu se pavaner en disant qu'elle connaissait la guerre, cette prévision de la part du Butarien tira un bref sourire masqué à la Quarienne qui sans relâcher sa méfiance, était à l'écoute. Ce discours semblait un tant soit peu extrémiste à ses yeux, il était encore difficile de saisir le personnage qui s'agitait grandement. Ce qu'il fallait retenir, c'était que l'époque actuelle semblait bien merdique pour venir chercher quoi que ce soit sur la Station et l'anarchie hein ? Il faut croire que cela collait bien à l'accueil qu'elle venait de recevoir en débarquant ici.

Elle le laissa terminer, sans le couper. Jila n'aimait pas ça, que l'on parle d'elle à sa place. Non elle ne deviendrait pas une espèce de brute sanguinaire comme l'image donnée par le Butarien, elle ne perdrait rien, elle n'avait plus rien à perdre, tout à gagner en revanche. Sa situation pouvait sembler anodine pour les autres mais elle se sentait au bout du rouleau, anéantie par la destruction de son monde, de ce qu'elle avait chérie toute sa vie. Tout ceci n'était qu'une vaste manoeuvre de la dernière chance, suivant certains anciens préceptes, elle se devait de survivre et de transmettre sa pensée, leur pensée. Elle ne laisserait pas la guerre lui refaire une morale.

Ce long monologue terminé, cela ne semblait pas être le moment de discuter, remettre en question tout ce qui venait d'être dit. C'est d'un naturel spontané qu'elle répondit brièvement à la présentation du dénommé Anton.

- " On m'appelle Jila, Anton..

Ne sachant pas où se diriger, la Quarienne suivit le Butarien de près tout en restant un peu en retrait, comme si une convention s'était établie entre les deux individus. La route ne fut pas bien longue, ils changèrent juste de dock. Jurant avec le silence de mort d'où ils venaient, ce secteur ci pullulait d'individus en tout genre. Il était impossible pour Jila de définir si oui ou non ces hommes travaillaient pour ce Anton ou non. Un Vaisseau était amarré au dock et gardé. Visiblement c'est vers ce dernier que le Butarien se dirigeait. La curiosité commença à gagner Jila, elle savait que beaucoup de choses allait se décider dans peu de temps. A défaut de gagner la confiance de quiconque ici, il fallait au moins qu'elle puisse faire ses preuves... Tout recommencer, être considéré comme du "rien"... Elle enrageait au fond d'elle même peinant à accepter l'idée de travailler avec ce qui semblait être à ses yeux, des moins que rien, de vulgaires pirates et mercenaires sans foi ni lois.

Essayant de se raisonner, elle décida d'accorder le bénéfice du doute à tout ces gens qu'elle apercevait. Il y avait forcément des gros cons un peu partout dans le hangar mais à l'image du vaisseau qu'elle venait d'emprunter, ils avaient tous des raisons d'être ce qu'ils étaient aujourd'hui.
Elle n'en était pas sûre, mais tout ce beau monde semblait assez hétéroclite, il ne semblait pas y avoir une seule dominance raciale mais à moins que ces yeux ne lui joue des tours, peu ou pas de Quariens étaient présents.




Feat ...



Thème Jila:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Ravageur
Rang : Pacificateur
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 1103

MessageSujet: Re: Nouvelle demeure   Dim 11 Déc 2016, 12:57
Contre toute attente, y compris celle d’Anton, la quarienne qui se présenta sous le nom de Jila suivit son guide butarien sans se plaindre ou jouer les durs. Que ce fut par intérêt, curiosité ou simplement parce qu’ils se dirigeaient dans la même direction, cela importait peu car désormais le butarien pouvait commencer son jeu de recrutement, quelque chose qu’il aimait profondément.

Pour ce qui était du nom de la quarienne, qu’il fut vrai où inventé cela ne changeait rien pour un Anton qui ne manquait pas de combattants qui avaient abandonné leur ancienne identité pour devenir quelqu’un d’autre. Toutefois il fallait encore régler une chose importante avant de continuer. Aussi le fondateur des Pacificateurs se tourna vers la quarienne une fois qu’ils furent au point de rendez-vous.

« Contrairement à ce que tu as pu déclarer auparavant Jila, tes intrigues personnelles ont de l’importance à mes yeux. Afin de juger si tu es vraiment utile, ou si le fait de partager une marche me crée des ennemis.

En ce moment, un évènement majeur est en marche sur Oméga, tu l’as très bien compris. Et bien sache que j’en suis l’un des moteurs. »


Lâcha simplement un Anton maintenant très occupé à jauger la troupe hétéroclite qui s’amassait sur le quai de son vaisseau. Peu à peu d’ailleurs les Pacificateurs locaux, ainsi que quelques membres d’autres gangs ou même de soldats d’autres mondes remarquèrent l’arrivée de leur chef et rapidement ils se mirent tous en rang pour saluer dignement sa présence.

Anton inclina la tête de plaisir devant une discipline pareille et s’avança jusqu’à devenir le centre d’attention de tout le monde, puis grimpa sur une caisse pas très grande afin d’être pleinement visible de tous.

« Mes amis, nous nous apprêtons à partir plusieurs semaines voir mois pour diverses destinations. J’espère donc que vous avez fait correctement vos adieux à notre estimée Edgaarden. »

Quelques rires fusèrent, et presque tous lâchèrent un sourire. Seuls les vétérans Na’Hesits sur place gardèrent un silence absolu.

« Nous allons maintenant rejoindre mon monde natal, Anhur et nous y resterons deux semaines. Durant ce temps, la majeure partie d’entre vous aura quartier libre. Toutefois je ne tolèrerai aucun conflit sur place, et tout manquement au respect des lois locales entrainera une punition.
D’ailleurs il en sera de même durant la totalité du voyage. »


Clama Anton le regard noir. Les combattants lui faisant face baissèrent pour la plupart les yeux. Puis soudain le butarien éclata de rire et reprit sa tirade.

« Mais j’ai confiance, aussi durant tout ce voyage vous aurez alcools, nourritures et femmes à volonté. L’organisation payera vos dépenses de divertissement et de plaisir aussi profitez. »
D’un coup les sourires et les rires revinrent, mais aussi des cris de joie.

« Maintenant occupez-vous de ce vaisseau. Je veux un départ d’ici deux heures maximum. »

Puis Anton redescendit de son estrade improvisée et se tourna à nouveau vers sa partenaire de marche.

« Allons-nous assoir quelque part ou la discussion est possible. » Déclara sobrement le butarien avant de guider la quarienne un peu plus loin ou une table et trois chaises trainaient. Sans rien dire, l’ancien chasseur de prime s’installa sur l’une des chaises et attrapa un verre qui trainait sur la table.

Très rapidement, un butarien surgit et remplit le verre de son patron sans un bruit, avant de repartir s’occuper de ses affaires non sans un signe de tête respectueux de son supérieur reconnaissant.

« Bien maintenant nous pouvons discuter. Je me présente donc à nouveau, Anton Ardak fondateur et chef des Pacificateurs. Nous dirigeons un cinquième de la station suite à notre victoire militaire contre les troupes d’Aria quelques mois auparavant.

Sur Oméga, nous dirigeons les quartiers les plus vivants, nous brassons notre propre bière, et enfin nous possédons une arène de course qui vient d’être inaugurée. Une seconde arène, de combat celle-ci, viendra sous peu.

Maintenant tu sais tout. Tu me parles de tes intrigues personnelles, de tes besoins en combattants et en armes. Sache que si tu possèdes le moindre intérêt, et que si tu es prête à combattre pour autre chose que ta personne, alors je suis capable de te fournir tout ce dont tu as besoin.

Armement de qualité et en nombre, de fabrication concillienne. Combattants provenant de mondes divers, à l’entraînement irréprochable et digne de troupes régulières. Des forces spéciales capables d’en remontrer aux meilleures unités concilliennes. Mais tout cela a un coût et ma générosité n’est pas illimitée.

Mais avant de parler de mes demandes, ou de ce que je veux. Parle-moi de tes problèmes. N’ai pas peur d’entrer dans les détails, j’ai du temps à tuer, et un intérêt tout particulier à cet instant. Toutefois sache que je n’aime pas perdre mon temps, aussi si ta quête est une simple vengeance matrimoniale, ou une vengeance pathétique alors exempt toi de m’enjoliver ton cas. »


Déclama l’ancien ravageur avant de prendre une longue et agréable gorgée d’Edgaarden.

« Toutefois, si jamais tu parviens à me plaire, sache que tu as déjà trouvé ton mécène généreux. »

Inutile de dire ce qu’il se passerait en cas d’ennui ou de mensonge, Anton n’avait pas besoin de déblatérer pour énoncer les évidences, ses actes suffisaient à exprimer tout cela pour lui


Je suis la fille d'Anton Ardak. Et accessoirement, reine pirate profitant actuellement de ses congés.
Kydra Lifith, 27 janvier 2202

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 90

MessageSujet: Re: Nouvelle demeure   Dim 11 Déc 2016, 16:35

Nouvelle demeure


La Quarienne comprenait le minimum d'intérêt que pouvait porter Anton à la situation de ses hommes, il était important de savoir si il n'allait pas se créer de puissants ennemis en acceptant quelqu'un dans ses rangs. Maintenant qu'il en parlait, le rejoindre était aussi une bonne manière de se protéger bien que Jila n'ait pas besoin de protection aujourd'hui.

Leur petite entrevue se coupa net lorsque la masse ici présente s’aperçut que leur leader était arrivé. Une masse informe se coordonnant parfaitement en rang serré donnant l'illusion presque parfaite d'une armée concilienne ou d'un rassemblement officiel Impériens qui flatta les mirettes de la Quarienne. Ils étaient peut être moins des déchets spatiaux que ce qu'elle avait pu croire quelques minutes auparavant. Une forme de rigueur stricte et honnête semblait être établie entre les grouillos de base et leur supérieurs.
Anton parla d'Anhur, son monde natal, cela n'évoquait rien à la Quarienne, elle n'y avait jamais mit les pieds bien qu'elle connaisse l'existence de cette planète et sa localisation. L'étonnante "générosité" dont faisait preuve Anton envers ses hommes l'étonna, pour elle, il y avait anguille sous roche. L'anguille étant très certainement la dévotion extrême de ses hommes envers leur leader. L'ancienne Juge était bien mal placée pour juger cela, provenant d'un ordre ou les leaders étaient à la limite du sacré, de la légende, offenser le dirigeant de l'ordre aurait été impensable.

Acquiesçant, Jila suivit Anton jusqu'à trouver un endroit un peu plus paisible dans le hangar ou s'asseoir. Précipitamment un nouvel inconnu apporta une collation pour son supérieur, sans se l'expliquer, cela fit sourire la Quarienne.
Croisant machinalement les bras et les jambes, la Quarienne écouta attentivement ce que le Butarien devait lui dire, elle resta muette et fixe tel une statue.
Un peu plus tôt, elle avait du mal s'exprimer, elle n'avait pas besoin a proprement parler de combattants ou de diriger quoi que ce soit. Au service de ce butarien, elle pouvait agir seule ou à la tête d'un commando mais rien de plus. Il était certainement trop tôt pour dévoiler le fond de sa pensée, elle recruterait ses premiers fidèles bien plus tard. Les futurs frères dont elle avait besoin devait d'abord être des amis, des gens de confiances et jeunes de préférences pensait encore une Jila trop fanatisée.

Se redressant et s'accoudant légèrement sur le rebord de caisson qui servait de table au duo, l'ex-juge prit soin de choisir ses mots avant d'entamer brièvement son histoire.

-"Il est étonnant de voir à quel point la situation d'Omega à changée. "

Elle venait de penser bêtement à voix haute, ce qui trahissait quand même sa surprise quand à la situation locale.

-" Comme je l'ai déjà dis je viens de Tortuga, j'étais basée là bas au sein de la Forteresse de Castilla, maison de mon ordre, les Impériens. Nous sommes... à ce moment elle déglutit presque avec dégoût nous étions, un groupe, une famille soudée de chasseurs de primes aux compétences reconnues, mais je ne vais pas entrer dans les détails et vous ennuyer avec un pavé historique, si cela peut vous intéresser, sachez juste que j'étais ce que l'on appelle une Juge, un chasseur de prime classique mais fidèle, avec la particularité de traquer les traîtres et les dissidents de l'ordre.

La quarienne s'arrêta quelques instants puis reprit.

-"C'est peut être notre chute qui peut me faire dire que oui, j'ai connu la guerre, pour répondre à votre question un peu plus tôt. Pour faire simple, j'ai fuis avec deux autres survivants à bord d'une navette et nous nous sommes écrasés sur Rannoch. Là j'ai passée plusieurs mois comme clandestine, cachée comme une moins que rien à tenter de m'échapper de ce cailloux sordide. Mes compagnons ont été arrêtés, l'un d'eux traine en prison sur Rannoch, l'autre à été transféré aux forces de l'Alliance.

Jila s'arrêta un instant, respirant lentement. Elle sortit le vieux flingue presque rouillé qu'elle avait achetée beaucoup trop cher et le posa sur la table, elle en fit de même avec le fusil du vieux Turien.

-" Voilà tout ce que je possède à présent. Je peux être fidèle, je l'ai déjà été, je peux être dévouée. Je ne demande que deux choses à terme. Me permettre de tenter de libérer mes frères, et me laisser partir une fois votre mission accomplie. Après, peut être voyez vous la conquête comme une vengeance, moi je la perçois comme un droit. Mais je pense que nous voyons les choses à peu près de la même façon sur ce sujet. Sachez juste que mon passé ne vous causera nul ennui.

Admettons que je vous intéresse, je ne demande pas grand chose, juste un équipement personnel décent, je peux bosser seule ou en groupe selon vos besoins par la suite. Je sais aussi ce que loyauté veut dire.


Jila se figea à nouveau laissant le Butarien analyser tout ce qu'elle venait de dire. Elle ne savait pas si son discours fut convaincant ou non. De son côté elle espérait juste obtenir ce dont elle avait besoin, un maître puissant pour qui travailler, une enclume ou se forger un nom et une réputation. Ses plans, ses désirs étaient de toute façon repoussés à plus tard, elle saurait faire des problèmes d'Anton, ses propres problèmes.



Feat ...



Thème Jila:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Ravageur
Rang : Pacificateur
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 1103

MessageSujet: Re: Nouvelle demeure   Dim 11 Déc 2016, 21:19
Les impériens. Le nom disait fortement quelque chose à Anton qui dû fouiller longuement dans sa mémoire pour réussir en en trouver la raison. Puis la lumière jaillit, et aussitôt tout revint en mémoire du butarien. L’ordre des chasseurs de prime hautement réputé et très recherché dans de nombreux cercles. Un ordre qui avait d’ailleurs volé pas mal de boulots à l’ancien chasseur qu’était Anton.

Et bien qu’il ait réussi à se faire une réputation par lui-même, il avait toujours été incapable de contrebalancer le nombre et l’équipement des impériens, qui continuèrent longtemps à être des rivaux sérieux sur le marché. D’ailleurs, par deux fois Anton avait pu observer des impériens en action. Tout d’abord un turien avec qui il avait coopéré vers la fin de sa carrière, mais aussi une humaine qu’il avait été obligé de tuer lors d’un combat extrêmement difficile.

Et mystérieusement, l’ordre avait de moins en moins été aperçu, et avait même carrément disparu des radars ces derniers temps. Ainsi ils avaient connu un déclin rapide et sanglant, la chose était dommageable mais en même temps extrêmement intéressante. De nombreuses questions découlées de ces révélations, et l’excitation d’Anton commença à croitre rapidement.

Aussi c’est avec un grand sourire que le butarien reprit la parole après la présentation de Jila.

« Je connais les Impériens. » Commença tout d’abord Anton avant de se taire et de déguster une nouvelle gorgée de sa boisson. « Enfin je les connaissais, et il me semble hautement préjudiciable qu’un groupe aussi réputé puisse décliner et s’éteindre sans que quiconque y porte la moindre attention.

C’est aussi ça le malheur des guerres, elles ont tendance à rendre inaudible les horreurs en périphérie. Mais … »
S’exclama soudain le Pacificateur avant de faire une pause presque théâtrale.

« … Il n’est jamais écrit dans le marbre qu’un ordre mourant doit disparaitre. Toutefois il est évident que les Impériens se sont éteins parce qu’ils n’étaient plus en phase avec l’ordre nouveau. C’est là que je me permets d’entrer en scène, mais aussi et surtout c’est là que toi tu entres en scène. »
Et Anton se leva tout à coup et commença à faire les cents pas.

« Ton ordre peut renaître, et je me doute que c’est là ton but. Et ce de plusieurs manières. Premièrement en relançant le programme habituel de ton ordre, te condamnant à répéter inlassablement les erreurs du passé et à continuer à survivre et non à croitre.

Deuxièmement en vendant ton idéal au plus offrant pour devenir la marionnette d’un autre, et perdre à terme l’essence même de ton ordre. Et enfin en prenant en compte le nouveau monde qui s’offre à toi et en acceptant les changements inévitables qui vont de pair.

Je me présente maintenant à toi avec ces trois propositions à part égale. Si tu ne désires pas tenir les rênes, tu peux me remettre ton ordre et me laisser le faire revenir en une unité spéciale de mon armée. Tu formerais et entrainerais les recrues afin de maintenir l’essentiel de l’esprit impériens.

Tu peux aussi décider de vouloir reformer ton ordre sur Oméga, je te laisserai un domaine et tu pourras à terme partir vaquer à tes menues vengeances. Ou alors … »


Susurra doucement Anton en retournant auprès de son invitée. Se plaçant en tailleur devant Jila, armée de son plus beau sourire carnassier.

« Tu peux recréer l’ordre en assumant seule le commandement. Tu peux devenir le grand maître de ton ordre, mais en acceptant que la galaxie ait changé. Travail à mes côtés pour me permettre d’instaurer mon règne, combat jusqu’à baigner dans le sang. Dans le même temps tu pourras t’arranger pour commencer dès maintenant à reconstruire ton ordre, sans que quiconque ne te dise quoi faire.
Je peux te financer, t’armer, te fournir en recrues. Je peux combler tous tes besoins, et en échange je ne te demande qu’une seule chose. Sois une arme pour moi. »


Alors seulement Anton retourna s’assoir tranquillement pour terminer sa boisson tout en continuant à sourire à pleines dents.

« Tu peux commencer à rebâtir sur Oméga, refaire le plein et effacer les doutes et les chagrins qui t’abîment l’esprit. Comme je l’ai dit, un ordre nouveau est en place, et je t’offre l’opportunité de prendre le vaisseau en marche plutôt que de continuer à être condamné à attendre au spatioport qu’il daigne enfin venir vous récupérer.

Si tu as des doutes sur l’offre que je te fais, je te propose même de m’accompagner pour ma tournée que je vais entreprendre. Je m’apprête à visiter des mondes, qui comme toi espèrent revenir dans la course, espèrent rebâtir ce qu’ils avaient perdu. Des alliés qui m’aideront à prendre possession de ce qui me revient de droit, et qui pourront aussi t’aider à reprendre les terres qui t’ont été volé.

En acceptant de te joindre à moi, c’est un serment que je te propose. Un serment qui lie nos avenirs, et qui t’assurera qu’une fois la guerre à venir terminée, nous prendrons à tes côtés part au voyage vengeur qui t’attend.

Enfin je te propose de posséder une annexe de ton ordre sur Oméga qui assurera pour les siècles à venir une alliance bénéfique et pérenne. »


Et Anton fixa alors intensément le casque de son interlocutrice. Il espérait réellement être tombé sur un Impérien compétent et ambitieux, pas un survivant pathétique sans avenir.

« Au fait, je connais ton ordre car il fut de tout temps à mes yeux un rival. J’ai été chasseur de prime, et j’ai toujours respecté les valeurs et la force de ton ordre. C’est aussi pour ça que j’espère pouvoir puiser cette même force pour mon bénéfice.

Toutefois sache que je n’ai qu’une parole, et que si tu acceptes mon offre, je ne me reposerai jamais tant que tu n’auras pas récupéré ton bien. Et surtout que si nous gagnons, alors tu gagneras un allié extrêmement puissant en ma personne. »


Maintenant les dés étaient jetés, aussi le butarien sombra dans le mutisme, n’attendant plus que la réponse de Jila.


Je suis la fille d'Anton Ardak. Et accessoirement, reine pirate profitant actuellement de ses congés.
Kydra Lifith, 27 janvier 2202

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 90

MessageSujet: Re: Nouvelle demeure   Lun 12 Déc 2016, 18:41

Nouvelle demeure


Les premiers mots du Butarien flattèrent l'orgueil de la chasseuse de primes et cela c'était peut être vu.
Les suppositions émisent pas le Butariens semblaient.. toutes plus louches les unes que les autres pourtant quelque chose donnait envie à Jila de croire qu'il n'y avait pas d'entourloupe. Elle savait bien que si elle acceptait, une règle tacite serait établie entre eux deux. Pourtant, cela semblait viable.

Entendre le Butarien parler ainsi perturbait la Quarienne, elle savait bien ce qu'il s'était passer, mais discuter ainsi de la reconstruction de l'ordre défunt marquait bel et bien la fin d'une ère la concernant.
Presque immédiatement, sa tête dis non aux deux première propositions de son interlocuteur. L'Ordre ne serait jamais une idée, un concept vendu à quelqu'un. C'était une idéologie, une manière de vivre, une culture. Il avait déjà quasi sombré une fois par le passé, un ancien héros connus de tous au sein de la grande famille avait réussi à les sauver, était-ce le rôle que Jila devait endosser aujourd'hui à son tour ? Avait-elle les épaules pour le faire ? Pour réussir ?

Comment ce Butarien pouvait parler aussi aisément de tout cela, un mal de crâne s'annonçait déjà pour la Quarienne, tout ceci semblait irréaliste et tellement lourd de conséquences. Au même instant elle écoutait le Butarien, pensait à ce qu'il disait tout en imaginant ce qu'elle devrait faire pour réussir en imaginant qu'elle accepte son offre...

Jila fixa quelques instants le Butarien, sans dire mot, seul la respiration filtrée à travers son casque venait rompre le calme établis par cet instant crucial entre les deux protagonistes.

- " Je ne peux me résoudre à accepter vos deux premières propositions, ce serait renier mes principes. J'assumerai la reconstruction de l'ordre. Je n'ai d'autres choix aujourd'hui que de vous faire confiance et sachez que je réussirai, ou mourrait en ayant essayée.

Comme je vous l'ai déjà dis, je suis une personne loyale et j'engage ma personne ainsi que le nouvel Ordre Impérien si je ne devais pas survivre, à honorer la dette que je vous dois dès aujourd'hui.


Jila marqua une pause avant de reprendre la discussion à propos du voyage que le Butarien avait mentionné dans ses explications.

-"Concernant votre visites de mondes. Je ne suis pas certaine de savoir à quoi vous pensez. Mais je n'ai rien de mieux à faire ci ce n'est tourner en rond sur la station. Vous me donnez l'occasion de ne pas chômer et vous accompagner serait surement un bon début pour prendre la température sur la situation actuelle et commencer dans mon coin, à établir un plan d'action concret.

Terminant sa phrase presque trop vite, la Quarienne marqua une pause pour vérifier qu'elle n'avait rien omise. Satisfaite elle appuya ses dires par un hochement de tête censé représenter la détermination. dans quoi s'embarquait elle ? Nul ne pouvait le dire aujourd'hui, mais cela resterait plus productif que de travailler seule dans son coin ou de prendre un carré de terre sur Rannoch.


Feat ...



Thème Jila:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Ravageur
Rang : Pacificateur
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 1103

MessageSujet: Re: Nouvelle demeure   Jeu 15 Déc 2016, 09:33
Voilà, Jila en venait rapidement à la seule proposition qui ait un sens et cela fit plaisir à Anton de voir que sa curiosité était une nouvelle fois récompensée. Par contre la quarienne se présentait ouvertement comme loyale, chose qui caractérisait avant tout les individus doutant eux-mêmes de leur loyauté et de leur aptitude à tenir parole. Mais qu’importe, de toute manière Jila ne disposait que d’un capital confiance extrêmement limité voire inexistant, aussi seuls ses actes allaient être pris en compte.

« C’est un plaisir que de faire affaire avec vous Jila. » Répondit simplement Anton devant la réponse pleine de bonnes intentions de sa potentielle partenaire en affaire.

« Et nos vous en faîtes pas, vous comprendrez extrêmement vite ou je veux en venir avec cette visite des mondes que j’entreprends. Et puis cette occasion sera sûrement extrêmement productive pour ton ordre lui aussi. Mais tout cela attendra qu’on arrive à notre première destination. Ne vous inquiétez pas, elle sera d’une grande importance pour notre avenir à tous les deux. »

Puis Anton se leva, scruta avec autorité les alentours, jusqu’à ce qu’un Pacificateur débarque et lui annonce d’une voix assurée.

« Nous sommes prêts à partir. »

Aussitôt le fondateur de l’organisation félicita son acolyte et l’enjoignit à rejoindre son poste et à prévenir le pilote que tout était bon pour le départ. Chose que le turien s’empressa de faire.

« Bien, je peux donc compter sur ta présence et ta volonté d’agir pour le bien des Terminus, du coup ne perdons pas de temps en palabres inutiles et allons accomplir les actes qui scelleront cette alliance chanceuse. »

S’exclama Anton en s’enfonçant rapidement au cœur du vaisseau se transport choisit pour cette mission. Désormais le chemin allait être long jusqu’au retour, mais pour un bénéfice d’une importance vitale, et pour un monde meilleur.


Je suis la fille d'Anton Ardak. Et accessoirement, reine pirate profitant actuellement de ses congés.
Kydra Lifith, 27 janvier 2202

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Nouvelle demeure   
Revenir en haut Aller en bas
 

Nouvelle demeure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Nébuleuse d'Oméga :: Oméga-