AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 L'instance de deux mondes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : L'orphelinat des Ombres
Rang : Ardat-Yakshi
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit blanche
Messages : 600

MessageSujet: L'instance de deux mondes   Jeu 04 Aoû 2016, 11:39
Intervention MJ : NonDate : 4 aout 2201 RP Tout public
Kyreshorl Venterra Etc
L'instance de deux mondes









Station Haratar, plateforme D38, 18h37 heure locale.



Le Greylock était un vieux vaisseau de taille moyenne et de type transport il avait déjà eu une longue vie pleine de voyages et avait connus les difficultés qui allaient de pair avec les longues années de dur labeur. La peinture était délavée et les nombreux points de rouilles avaient été traités avec des moyens modestes. Vei était une humaine de moins de trente ans aux cheveux châtains et à la carrure plutôt carrée, elle se trouvait dans la partie arrière du Greylock, et plus précisément dans la salle des machines. Cela faisait un petit moment déjà qu'elle travaillait sur les moteurs du vieux vaisseau, mais il semblait qu'enfin elle approchait de la fin. Du moins, si elle n'avait pas fait d'erreur dans ses bricolages et étant donné son état d'épuisement, la perfection de son travail était loin d'être assurée. L’humaine avait carburé aux dopants à base de vitamines et de caféine toute la journée, ce qui l’avait grandement aidée à tenir ses longues heures de travail. La mécanicienne remettait donc en état une machine qu'elle avait entièrement démontée depuis quelques jours auparavant. En effet, tant pour optimiser l'engin que pour dégager les réparations de fortune que la propriétaire avait effectué, la technicienne avait préféré désassembler le mécanisme entier pour le restaurer ensuite. Évidemment, cela impliquait également que tant qu'elle n'avait pas terminé son ouvrage, le véhicule serait cloué sur le dock. Mais a priori, il ne lui restait plus que quelques boulons à resserrer et la machinerie d’époque devrait être comme neuve. Façon de parler...

- C'est bon JASTER, tu peux remettre le jus !

L'humaine avait beau n'être à bord que depuis quelques semaines, elle s'était déjà habituée à la présence de l'IV datant d’avant-guerre. A la différence de son ancienne IV, JASTER ne venait jamais l'embêter quand elle travaillait. Il restait parfaitement silencieux, et ne se mettait à parler que lorsqu’on le lui demandait. Qui plus est, il ne lui disait pas ce qu'elle devrait faire et ne pas faire. En somme, c'était l'assistant parfait.

- Activation du générateur... Puissance en charge...
- Diagnostic ?
- Capacités de vol restaurées. La poussée en espace conventionnel semble avoir augmenté de 12%. Néanmoins, il est impossible de l'affirmer avec une certitude de plus de 87% tant qu'un test réel n'aura pas été fait.
- Bon, Vick’ devrait être contente.
- Pourquoi devrais-je être contente ? Déclara une femme à la longue chevelure rousse qui pénétrait dans la pièce en ce même instant.
- Ah Vicky, tu tombes bien, je viens de finir de remonter le moteur...
- Tant mieux, tu vas pouvoir m'accompagner dehors comme ça. La coupa-t-elle.
- Pour quoi faire ?
- J'ai peut-être trouvé une petite course à faire, alors on va aller rencontrer la personne qui a besoin de nos services.
- Et en quoi tu as besoin de moi ?
- En rien. Simplement, tu as passé une semaine enfermée dans cette salle à bidouiller les moteurs, alors ça te fera du bien de te dégourdir un peu les jambes et de prendre l'air.
- Ça me ferait surtout du bien de pouvoir dormir un peu en fait. Je suis complètement crevée... Rechignait Vei en s'étirant.
- Ça ne sera pas long. Et je te promets de te laisser dormir tout ton saoul après.
- Bon d'accord... Soupira l'humaine aux cheveux châtains. Mais avant, j'ai besoin d'une bonne douche.
- Là-dessus, on est d'accord. Tu pue.

A ces mots, la mécanicienne passa à côté de son amie pour se diriger vers la partie opposée du vaisseau en tirant la langue. Vicky lui emboîta immédiatement le pas et l'accompagna jusqu'à la tête de l'appareil, en discutant un peu. La technicienne avait cependant du mal à entretenir la conversation, ayant l'esprit trop embrumé pour comprendre tout ce que son interlocutrice lui disait. Arrivée à la zone d'habitation, l'électronicienne fit un rapide détour par sa chambre pour y récupérer des vêtements propres avant de se rendre dans la salle de bain. Là, elle ôta rapidement sa tenue crasseuse pour se placer sous l'eau chaude de la douche. Une importante couche de cambouis se laissait paresseusement emportée par le liquide chaud tapissant temporairement le sol de la cabine d’un noir mat et graisseux. Mais l'humaine n'y prêta guère attention et attrapa une savonnette pour laver son corps nu. L'opération fut plutôt rapide, mais la petite brique de savon changea elle aussi de couleur en parcourant les courbes de la jeune femme. Quoi qu'il en soit, une fois sa peau ayant retrouvé sa blancheur d'origine, cela ne prit pas énormément de temps avant qu’elle ne quitte la salle d'eau pour rejoindre sa chef.

La caucasienne aux yeux émeraudes l'attendait tranquillement non loin du sas de sortie. Comme à son habitude, elle était vêtue d'une façon particulière, qui avait la caractéristique de mettre en valeur la plupart de ses atouts naturels, tout en les masquant partiellement. Ainsi, elle était habillée avec un top court à manche longue, laissant son nombril à l'air libre et rehaussant légèrement sa poitrine, et un bas en toile noire assez moulant. De plus, une veste en cuir était posée sur ces épaules. C'était un style assez original que la rousse affectionnait tout particulièrement. Son amie en revanche était couverte de façon beaucoup plus simple et beaucoup plus neutre, un pantalon assez ample, un débardeur et une veste marron délavée. On sentait immédiatement en la voyant que Vei n'était pas du genre à prêter beaucoup d'attention à son apparence contrairement à sa patronne.

Au fur et à mesure de la marche la mécanicienne semblait un petit peu plus réveillée. La douche avait dû la revigorer quelque peu bien qu’elle conservait des cernes marquée autour des yeux et quelques minutes plus tard, les deux humaines finirent par atteindre le point de rendez-vous. Cela ressemblait à une espèce de salon de thé. Un endroit bien plus paisible que les habituels bars de la station. De nombreuses espèces étaient représentées, mais toutes étaient parfaitement organiques. Voilà qui devrait aider Fayes à se tenir tranquille songea la propriétaire du Greylock. Cette dernière commença à chercher sa cliente des yeux. Elles ne s'étaient jamais vues, mais les deux femmes savaient très bien à qui elles avaient à faire. Ainsi, la pilote savait qu'elle devait chercher une asari dont la peau tendait vers le gris, avec des yeux vairons qu’elle reconnaitrait très vite. Vicky n'avait pas forcément donnée beaucoup d'indications à son interlocutrice, mais elle ne doutait pas que si elle était déjà dans la place, elle l'avait remarqué depuis un bon moment. Les cheveux couleur feu, ce n'était pas l'idéal pour passer inaperçu... Quoi qu'il en soit, après plusieurs secondes à scruter la salle, la rousse eut trouvé celle qu'elle cherchait vers le fond de la pièce, à une table à peine visible et décida donc de la rejoindre.

- Kyreshorl Venterra ? Interrogea Vicky en butant légèrement sur les sonorités de ce nom. Vicky Skross. Vous avez répondu à ma proposition de transport. Ah euh, Vei Nillan, ma mécanicienne, je me suis permis de la faire venir.
- Enchantée ! Lança la concernée d'un ton enjoué.
- Vous ne vous êtes pas placée à l'endroit le plus visible dites-moi. Lança la rouquine sur un ton humoristique pour amorcer la conversation.



Station Oméga, 48h plus tôt.



Un nouveau message sur son ordinateur personnel, à l’ouverture, l’IV à voix de femme semi synthétique de l’appareil prit la parole.
« Vos termes ont été acceptés, nous attendrons en lieux et heure de vos indications. Comme prévu 50% du montant a été versé sur le compte indiqué. »
Après vérifications, la somme colossale avait bel et bien été débitée en toute légalité vers le compte voulu. Elle devait maintenant lancer les préparatifs adéquats pour une livraison discrète en temps et en heures.

Sphère, trouve-moi un appareil privé qui n’est pas tape à l’œil prêt à faire ce genre de livraison et propose leurs 40k crédits pour la course. Dit-elle alors que vêtue de sous-vêtements, elle se levait pour s’étirer.

L’IV se matérialisa en un hologramme en forme de Sphère de couleur rosâtre.
-Trouvé, RFS Greylock, classe moyenne, type transport, propriétaire Vicky Skross, humaine.
Envoi la proposition et active le robot d’entrainement.
-Programme de combat à main nue, niveau 10 madame ?
Pour l’échauffement oui, je suis de bonne humeur !
Deux heures plus tard, le programme enfin terminé.
-Le Psylocke a envoyé une réponse affirmative et demande un rendez-vous sur la station Haratar en vue d’une négociation, le 17 Novembre à 19h30 heure locale.
Très bien, appel Trevos, ce vieux Turien me doit un taxi, je veux deux transports, un léger pour la livraison au relais et une navette direction Haratar, demain.
-Entendu.



Le lendemain sur les docks.



Comme à son habitude, l’asari était vêtue d’une armure légère et moulante dotée de boucliers cinétiques et d’accumulateurs auxiliaires pour sa biotique, de son fidèle M-11 silencieux et d’un couteau de combat courbé. Kyre sortait de l’ascenseur du bâtiment ou se trouvait son appartement, elle enfila sa veste à capuche et marcha moins d’une minute pour arriver aux docks pour retrouver le vieux Turien, assis devant une navette civile Turienne.

Et bien.. Ca faisait un bail que je n’avais pas vus ces jolis yeux me regarder avec autant de... passion. Ironisa-t-il comme à son habitude face au visage habituellement sérieux de Kyre.
Et bien.. Tes mandibules ne se sont toujours pas disloquées de ton vilain visage, le vieux ? Il me semble pourtant que même les miroirs n’en supportent plus la vue.. Elle esquissa un fin sourire.
Toujours aussi charmante.
Toujours aussi moche.
Un léger rire s’échappa des deux personnages et ils entrèrent dans la navette au commentaire « Aller monte, à moins que tu souhaites que je te porte à l’intérieur.. Princesse? » Le voyage jusqu’à Haratar n’était pas vraiment long, bien qu’ils eurent le temps de ressasser le passé et se raconter leurs vies et dernières aventures autour d’un verre, ou deux.

Ici Station Haratar, veuillez-vous identifier.
Ici Navette civile NCT 113, demande autorisation d’amarrage.
Amarrage autorisé, dirigez-vous vers la zone civile A, dock 18.

Une dizaine de minutes plus tard, la navette était accostée à la station, ils avaient une heure d’avance, c’était parfait, elle aimait être en avance. Après la vérification de la navette par une équipe de la station, elle prit le temps pour se diriger vers le lieu de rendez-vous. Cette station était étrangement propre et organisée, plateforme commerciale oblige.

Il lui fallut plusieurs bonnes minutes de marches pour arriver à un.. Genre de salon de thé.
Elle prit place dans un coin ou elle pourrait surveiller qui entre ou sort sans être la première à être remarquée à l’entrée. Et une table dans un angle était parfaite pour cela. Elle fit la commande d’une boisson douce asari et prit une petite tablette holographique, Sphère lui avait confirmé le chargement de la marchandise dans le transport direction le relais de l’Amas du phœnix dont l’arrivée était prévue dans deux heures et demi.
Ce fût seulement quelques minutes après avoir reçu son verre qu’elle vit entrer la rouquine accompagnée d’une autre femme. Elle les observa un moment, sachant pertinemment qu’elles étaient celles avec qui elle avait rendez-vous, Elle posa le holo sur la table et attendit qu’elles la trouvent enfin.

Kyreshorl hocha la tête, puis elle leurs fit signe de la joindre à sa table.
Je vois, enchantée, demoiselles. Une vieille habitude, j’apprécie à voir qui entre ou ne sort des lieux que je fréquente, de plus il y a moins de voisins.
Elle se redressa quelque peu sur son siège et en vint directement au fait.
Bien, j’ai décidé d’augmenter votre paiement en guise de première course afin que nous puissions avoir une relation de confiance pour cette livraison. Elle marqua une pause et poussa la holo tablette sur la table dans leurs direction, la faisant tourner avec doigté afin qu’elles aient juste à lire, le montant avait été monté de 40 000 à 50 000 crédits.
Ceci est la majoration proposée, vous recevrez 50% lors de la récupération de la marchandise et le reste à la livraison terminée. Mes conditions sont les suivantes..
On ne parle en aucun cas de cette livraison, et on ne touche pas à la marchandise sans mon accord, marchandise dont vous aurez plus ample détails à la réception. Ma proposition est à prendre ou à jeter, mais sachez que vous ne trouverez pas tous les jours une simple livraison à un tel prix.


Kyreshorl s’enfonça dans son fauteuil en joignant ses mains sur ses cuisses, attendant la réponse avec un bref sourire aux lèvres. Elle savait très bien que pour un petit vaisseau et qui plus est dans un état pareil, il était impossible de refuser une telle offre. Elle était déjà prête à se lever et les suivre aussitôt la réponse donnée.



Kyre:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : L'orphelinat des Ombres
Rang : Ardat-Yakshi
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit blanche
Messages : 600

MessageSujet: Re: L'instance de deux mondes   Dim 21 Aoû 2016, 16:25
La grande rouquine ne put s'empêcher de laisser une bribe de ses sentiments transparaître lorsqu'elle vit cette somme. Tout d'abord la surprise, mais rapidement vint la satisfaction. Avec une telle somme et l'aide de Vei, elle pourrait sans problème remettre son appareil à neuf, au moins en bonne partie. Cependant, elle était également certaine qu'il s'agissait d'un produit illégal à présent, on ne payait pas aussi cher les services d'un vaisseau aussi vétuste quand on n'avait rien à cacher surtout lorsque l’on s’appelle Kyreshorl Venterra d’Omega. Cela ne la dérangeait pas outre mesure, ce ne serait pas sa première course avec une cargaison capable de l'envoyer derrière les barreaux d’autant plus que tout se ferrait dans les systèmes terminus.

Avant d'accepter, je voudrais savoir une chose. Est-ce que votre cargaison pourrait s'avérer dangereuse pour mon vaisseau ou son équipage ? Radiations, produits toxiques ou corrosifs, explosifs ?

Si Vicky était prête à risquer la prison, elle n'était en revanche pas prête à jouer sa vie bêtement. L'humaine aux yeux émeraudes préférait s'assurer qu'elle ne mourrait pas asphyxiée et que son appareil n'allait pas exploser ou se dépressuriser en plein vol avant d'accepter n'importe quoi à bord. Il ne suffisait pas de faire grimper le prix pour que la jeune femme se plie aux exigences de ses commanditaires sans réfléchir.

Soyez sure mademoiselle Skrauss que si cette cargaison était dangereuse je ne ferais pas le voyage avec vous..

Vicky n'avait aucune raison de refuser. La façon de parler de l’asari malgré son ton froid avait quelque chose d’étrangement rassurant, c'est pourquoi elle se redressa en souriant. Voilà une course qui allait lui rapporter gros. La rouquine se leva et tendit la main à son interlocutrice en lui signalant qu'elles pouvaient décoller dans l'heure si elle le souhaitait.

Seul Vei était encore assise. C'était à croire qu'elle avait perdu toute conscience de ce qui se passait autour d'elle. Et pour cause, c'était précisément le cas. La mécanicienne avait finalement succombé à la fatigue de toutes ces longues heures sans dormir et s'était assoupie. Elle sommeillait tranquillement sur sa chaise, sans un bruit, sa poitrine se gonflant et se dégonflant lentement au rythme de sa respiration. Son amie l'observa un court instant avant de décider de la réveiller, la capitaine donna donc une petite tape sur l'épaule de la technicienne, ce qui suffit à la faire sortir de sa torpeur. Vei entrouvrit lentement les yeux et mit quelques instants à appréhender ce qui l'entourait. Après quelques secondes, elle se remémora ce qui s'était passé avant qu'elle ne s'endorme et comprit que son homologue l'attendait pour retourner au vaisseau. Elle se leva donc en baillant et les trois femmes purent se mettre en route.

Bien vite, le trio atteignit la plateforme P-38. La bidouilleuse n'avait qu'une envie : rejoindre son lit. C'est pourquoi, elle ne remarqua même pas l'individu qui attendait à l'entrée du quai et passa devant lui sans même ralentir. Les deux autres s'arrêtèrent en revanche, il s'agissait d'un turien plutôt imposant. A vue de nez, il devait bien faire dans les 2 mètres, cet individu couvert de cicatrice inquiétait quelque peu Vicky. Il y avait quelque chose en lui de menaçant. Ce n'était pas la première personne balafrée qu'elles rencontraient, mais cet extraterrestre demeurait différent.

Je peux vous aider ? Demanda la capitaine du vaisseau.

Bonjour, je suis là pour l'annonce pour votre vaisseau.. J'aimerai me rendre sur Oméga ou près d'Oméga si vous préférez ne pas l'approcher. Je ne causerai aucun ennui et je suis armé au cas où il y ait des problèmes.


***


Aux yeux de Kyre le deal était certes en bonne voie, bien que la grande rousse soit méfiante, elle était aussi bien naïve, c’était compréhensible, sa proposition avait tout de suspect, mais elle avait été efficace.
Elle n’aurait certainement jamais usé de cette tactique avec un groupe plus gros et moins dans le besoin. Lorsque Vicky eut accepté, Kyre jeta un œil à l’avancée du vaisseau de transport, si tout se passait bien ils arriveraient presque en même temps.

A partir de là les choses commenceront à devenir intéressantes et si tout se passait comme prévu ses plans serait enfin en bonne voie de réussite. Mais ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

Elle avait suivit la rousse et l’endormie au travers de la station, station propre qu’elle ne pouvait que difficilement s’empêcher d’observer, cette différence entre ici et Omega la perturbait quelque peu ici le suspect est celui qui a la main trop proche de son arme. Cependant toute cette sécurité, ces cameras, ces patrouilles, lui semblait bien plus proche d’une prison que d’une station commerciale.

Elles traversèrent les quais, Kyre suivant légèrement en retrait observant la grande humaine d’un œil curieux, elle avait toujours trouvé les humains étranges à cause de leurs cheveux et leur tendance à être tous de couleur de peau complètement différente dont nombre d’entre eux criblés de ces « grains de beauté » comme ils disent. Mais la grande rousse avait quelque chose de plaisant, ses courbes et sa façon de s’habiller était plaisantes, et ces cheveux de feu ondulant au rythme de ses pas avaient quelque chose de captivants. Mais bref, elle n’était pas venue pour se rincer l’œil.

Elles arrivaient maintenant à la plateforme P-38, au travers des baies vitrées on pouvait observer le RFS-Psylocke, ce grand vaisseau d’époque dont les technologies de différentes époques sont mélangées est encore plutôt bien entretenu, malgré tout elle espérait vivement que celui-ci tienne le coup au moins pour cette livraison.
C’est en retombant la tête vers le sas d’entrée qu’elle aperçut le turien, le massif turien même, une belle bête carapacée ornée de cicatrices et d’implants dirait-on, pendant un instant elle pensait à un membre du vaisseau mais aux vues de la réaction de l’humaine, cela n’était pas le cas.
Kyre laissa l’humaine faire, sereine, de toutes façons il n’y avait pas de raison à avoir peur ici vu le niveau de sécurité.
Le turien était un soldat pur et dur, Kyre comprit cela lorsqu’il vida son sac d’une façon si naturellement brute qu’il en amusa brièvement l’Ardat-Yakshi.

L’asari n’avait pris conscience des autres annonces du vaisseau mais elle était prête à parier qu’ils acceptaient de faire taxi au passage. Elle réfléchissait, pesait le pour et le contre à avoir un tel turien a bord pendant une livraison délicate. Il était impossible qu’il soit espion ou dans le genre ses conversations privées étaient sécurisées. Oh et puis merde on verra, elle garderait un œil sur lui.

Hm du moment que personne touche à ma marchandise, je n’ai aucuns problèmes avec ça, après tout c’est votre vaisseau. Un bras armé c’est intéressant bien que normalement tout devrait se dérouler sans bavures. Alternant le regard entre les deux.
Sachez juste que nous avons une livraison à faire avant tout. Dit-elle en fixant un instant le turien de ses yeux aux couleurs désunies.

Elle posa une main sur sa hanche en attendant la réponse de la rouquine et tu turien.


***


Merde ! Vicky ouvrit de grands yeux tandis qu’une envie d’écraser sa main sur son propre visage la parcouru. L’annonce… Elle l’avait postée en arrivant sur Haratar mais avait complètement oublié de la retirer lorsqu’elle avait été contactée par l’asari. La rouquine se trouvait dans une belle situation. Deux clients, avec chacun des arguments plutôt convaincants pour être pris à bord, mais aucun moyen de savoir s’ils étaient d’accord ou non pour cohabiter. D’un côté, l’asari lui offrait une vraie petite fortune pour une livraison qui semblait tout sauf légale, ce qui impliquait qu’elle voudrait sûrement le moins de témoin possible à bord. D’un autre côté, ce turien ne paraissait vraiment pas commode et avait l’air de très bien savoir ce qu’il voulait. Qui savait comment il pourrait réagir si elle refusait de l’emmener jusqu’à sa destination…
Hallelujah ! L’humaine aux yeux émeraudes fut soulagée que la biotique soit aussi conciliante et compréhensive. Cela lui retirait une sacrée épine du pied. Bien sûr, la cargaison de Kyreshorl serait prioritaire, après tout, c’était sa cliente principale techniquement. Elle s’assura rapidement que le turien soit d’accord avec ces conditions, et pour le meilleur, heureusement il les accepta. Bien, deux paies en un seul voyage, dont une très généreuse. Cette course allait très certainement être très intéressante pour le Psylocke et son équipage. La propriétaire du vaisseau invita donc ses deux passagers à monter à bord de son appareil. Les deux la suivirent en silence, n’ayant visiblement pas envie de faire connaissance ou d’engager une quelconque conversation.

Le trio pénétra donc dans le vaisseau, accueilli par la voix de l’IV, les réceptionnant joyeusement, saluant le capitaine et se réjouissant de l’arrivée de ses nouveaux « compagnons ». La jeune fille aux cheveux de feu présenta rapidement les quartiers dans lesquels allaient loger ses passagers. Par chance, elle avait deux cabines de libre, ce qui permettrait à chacun de conserver son intimité. Les deux pièces étaient très spartiates, mais elles présentaient le confort minimum : un lit avec des draps propres. Quoi qu’il en soit, après avoir fait visiter cette partie du vaisseau Vicky laissa le turien s’installer dans ses quartiers temporaires et rejoignit la passerelle en demandant à sa cliente principale de la suivre. Une fraction de secondes plus tard, les deux femmes atteignirent le poste de pilotage.

J’ai supposé que vous ne souhaiteriez pas parler des coordonnées de votre colis devant le turien. Déclara-elle en se tournant vers l'asari. Très bien, je vous écoute, où est ce qu'on récupère votre colis ?
Kyre acquiesça.
Ce n’est pas vraiment un grand secret mais j’apprécie.
Elle activa son omni-tech afin de transférer les infos sur la localisation du rendez-vous.
C’est proche du relais cosmodesique, ainsi nous pourrons enchaîner directement vers la livraison.
Hum, très bien. Y en a pour un petit moment pour entrer les coordonnée dans l'ordinateur de navigation et se rendre là-bas. Si vous voulez aller vous installer dans votre cabine en attendant, je ne vous retiens pas. Je vous appellerai quand on approchera de notre destination.

La belle rousse entreprit de pianoter sur ces boutons pour entrer les coordonnées du point de rendez-vous. En parallèle, elle amorça les procédures de désarrimage et contacta le contrôle d'Haratar pour annoncer son départ et demander un itinéraire de vol pour quitter la station et son périmètre. Ainsi, les énormes bras mécaniques qui retenaient l'appareil se détachèrent de la carlingue, tandis que la trompe d'accès au sas se rétracta. Dans le même temps, la porte du hangar s'ouvrit sur le vide spatial. Un instant plus tard, le Psylocke quittait la plateforme, pour se jeter une fois de plus vers l'immensité galactique.

JASTER, tout est en ordre ?
Coordonnées de vol entrée et validée capitaine. Temps du voyage estimé à 53 minutes et 47 secondes.
Tu n'avais pas des chiffres plus précis ?
Malheureusement non capitaine. Ma programmation ne me permet pas d'être plus précis que les secondes.
JASTER... Cherche la définition de « ironie. »
Ironie, nom féminin, du latin ironia. Sens premier : Manière de railler, de se moquer en ne donnant pas aux mots leur valeur réelle ou complète, ou en faisant entendre le contraire de ce que l'on dit. Sens second...
Ça ira JASTER. Le coupa-t-elle. Les intelligences virtuelles... soupira-t-elle avant de reprendre. Bon, quand on sera à 5 minutes de notre objectif, tu préviendras l'asari et tu lui demanderas de me rejoindre ici. En attendant, concentre-toi sur le vol et avertis moi au moindre problème.
A vos ordres capitaine


***


Pendant ce temps Kyre se dirigeait vers sa cabine, amusée, il y avait quelque chose d’étrangement amusant avec ces vieux vaisseaux increvables. Elle s’allongea dans sa cabine et alluma son data pad dont le compte à rebours de la livraison affichait maintenant 52 minutes. Satisfaite, elle esquissa un fin sourire son plan se déroulait comme prévu pour l’instant et si il se déroulait comme prévu jusqu’au bout, ce soir elle irait surement fêter ça avec sa jeune bras droit. Mais en attendant elle avait 52 minutes à tuer, mais comment ? Peu d’idées lui vinrent à l’esprit appart dormir, jouer ou regarder différentes vidéos sur sa tablette holo elle pensa même un bref instant à tenter de courtiser l’humaine afin de passer le temps d’une façon plus amusante que dormir, mais elle laissa tomber l’idée. Ce n’était pas le moment de flirter. Elle se perdit alors dans la lecture d’une fiction téléchargée sur sa tablette durant une vingtaine de minutes puis ferma les yeux sans vraiment s’endormir, croisant les bras sous la tête.
L’IV vient lui signaler que le vaisseau arriverait à destination dans 5 minutes, Kyre se leva et s’étira brièvement, elle rejoint ensuite le poste de pilotage afin de jeter un œil à l’affichage holographique des scanners et autres appareils de pilotage. Pendant ce temps la rousse préparait le vaisseau à être bientôt abordé, tout particulièrement la soute.

Les voilà.

En effet, un vaisseau de transport moyen approchait en douceur vers eux, un vieux modèle de vaisseau jaunâtre autrefois utilisé par la poste galactique. Celui-ci avait certainement été restauré et amélioré. Le psyloke reçût une transmission pour le peu inattendue.

« Ici le VLCT-Crousti-bat ! Nous avons un joli coli pour maman ! Mais avant tout ! Vous devez me donner le mot de passe héhéhé ! Alors voici la question les enfants : Crouuusti-bat !?? .. Bah alors quoi ?! Aller j’vous le dit parceque j’suis trop cool ! CROUSTI-BAT !!??? QUI PEUT TE BAAAAATTRE !!!! »

« Roh mais qu’est-ce que c’est que ce blanc !? Mettez-y du cœur enfin ! Aller on prend une grosse inspiration comme ça.. HUUUUUUMPFF. » Puis il se mit à hurler telle une rock star. « CRRRRRROUUUUUSTI-BATPHUMRFGH !! » *BTOoNG !* Un son semblable à celui de quelqu’un qui écrase un objet de métal certainement sur la figure de l’animateur retentit dans la cabine de pilotage. « PUTAIN TA GUEULLE ESPECE DE DEBILE ! »... « Ici VLCT-Crousto, paré à aborder.. »

Kyre se dirigea vers la soute de stockage pendant que les opérations d’abordage était lancées, peu de temps plus tard, enfin, le sas s’ouvrit sur Deux turiens dont un plus en avant. Derrière eux une caisse en fer assez massive qu’un porte charges mécanique tenait déjà levée à une vingtaines de centimètres du sol.
Boss. Saluât le turien le plus avancé. Désolé pour l’autre.. Imbécile, je pense qu’il a pris une pilule de trop étant plus jeune. Puis il fit signe au chargeur d’avancer en le guidant à l’intérieur.

Tout est en ordre ?

Tout. Répondit-il avec confiance en lui offrant délicatement une petite mallette métallique. Compte environ trois secondes en tout. Kyreshorl la pris, l’entrouvrit rapidement pour vérifier le contenu, puis acquiesça.
Parfait.

Le chargeur posait très délicatement l’énorme caisse et plaça les cales prévue pour la maintenir en cas de besoin puis repartit dans son vaisseau d’origine. Kyre activa son omni-tech et pianota rapidement dessus pendant quelques secondes.
Comme prévu la seconde part. Dit-elle en confirmant la transaction des crédits vers son interlocuteur.

Merci, à la prochaine ou plutôt, vivement la prochaine. Dit-il en faisant signe aux autres de retourner sur le transporteur. Bonne chance.
Mh. Elle esquissa un signe de tête puis se dirigea vers l’énorme caisse pour taper un code sur un petit pad dans un coin, la caisse se déverrouilla et Kyre ouvrit la porte et fit signe à Vicky d’approcher et jeter un œil.

Ceci est un micro réacteur de système furtif C-Cloack Inc, il est assez puissant pour créer un voile furtif d’une telle taille qu’il vous rendrait un vaisseau cargo totalement invisible aux radars sans problèmes. Il est accompagné de ses deux générateurs jumelés, du système de refroidissement et des diffuseurs, un kit complet pour faire simple. Un vrai bijou de technologie. Elle active son omni-tech. Sphere, procède au paiement de la première part du Psyloke et transmet l’itinéraire de livraison.

Une voix de femme semi synthétique de l’appareil prit la parole. C’est fait, 25 000 crédits viennent d’être débités et la destination dans le système Amada a été transmise. Puis l’omni-tech s’éteint.

Bien, nous y voilà, tout est en ordre de votre côté mademoiselle Skross ?



Kyre:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

L'instance de deux mondes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Nébuleuse d'Oméga-