AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Maison d'emprunt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 90

MessageSujet: Maison d'emprunt   Lun 27 Juin 2016, 19:33
Intervention MJ : NonDate : 27 Juin 2201RP Tout public
Kori ♦ Jila ♦
Maison d'emprunt




Maison d'emprunt


Le silence était de mise, pourtant, Jila avait l'impression que l'on lui martelait le crâne. Cullen était en train de lui taper sur le casque pour la réveiller, cela faisait presque six heures qu'il conduisait la navette et c'était à son tour de prendre le relais. Handas lui, était installé dans le seul lit de la petite navette de transport, le guerrier avait été blessé au cours de la bataille et sa jambe répondait mal à présent. Jila lui avait donnée des médicaments pour soulager la douleur et le faire dormir. Elle qui était si "second degré" d'habitude, se retrouvait aujourd'hui dans une situation des plus sérieuses. Le destin de ces trois individus devenait incertain, la navette dérivait vers on ne sait ou, l'ezo restant permettrait d'effectuer un seul saut, deux avec un peu de chances. Leurs vies allaient peut être s'arrêter ici après tout. La chance voulait peut être revenir sur sa décision après les avoir épargnés.

Jila se leva et partie au fond du vaisseau vérifier ce qu'ils possédaient encore. Son fusil, celui de Cullen et d'Handas évidemment. Plusieurs chargeurs, quelques grenades, un peu de nourriture, heureusement mixte sinon la Quarienne ou les deux humains seraient dans de beaux draps. Le reste n'avait que peu de valeur, seulement du bric à brac et quelques outils qui leurs seraient utiles en cas d'avaries. Seul le grand brun Cullen possédait quelques connaissances en aérospatial, mais il n'était pas ingénieur ou quoi que ce soit d'autres du même genre.

Les heures passèrent longuement mais surement, le petit groupe eu la bonne surprise de voir qu'il restait assez de carburant pour rebondir sur un autre relais qui les amena directement dans le voile de Persée.
Dès lors, ils pensèrent à Rannoch. Jila leur dit maintes fois que ce n'était pas spécialement une bonne idée, qu'elle n'était pas spécialement en bons termes avec son peuple. Au fond d'elle, elle ne savait pas réellement comment ses congénères allaient réagir, puis elle pouvait mentir. Il faudrait de sacrés explications tout de même pour justifier l'arrivée d'une navette non balisée et de signature inconnue dans l'espace Quarien-Geth avec à son bord, un blessé, une paria et deux humains armés. Décidément, même un mensonge n'allait pas les aider, d'autant plus que la navette ne disposait pas de technologie spéciale comme des systèmes de furtivités. C'était un tout petit vaisseau marchand normalement utilisé par de très gros transporteur pour libérer leurs cargaisons. Il était déjà miraculeux que celle ci, récupérée par les vestiges de l'ordre ait été modifiée afin de pouvoir entrer en interaction avec les relais Cosmodésique.

Ne voyant aucuns signes d'hostilités, Cullen reprit les commandes a plusieurs heures de Rannoch mais un soucis de taille se manifesta. L'extinction des propulseur n'étant plus alimenté, en d'autres termes, l'ézo était à sec et la navette profitant de sa vitesse de sortie du Relais filait droit vers la planète. Le pilote pouvait encore réduire la vitesse avec des booster pour faire une contre poussée, mais il ne pourrait jamais freiner assez rapidement et puissamment pour résister à l'attraction de la planète.
A une distance raisonnable de celle ci, une communication fut établis par le Spatioport du monde natal des Quariens.

Ce fut Jila qui répondit dans leur langue natale pour, espérait-elle, mettre son interlocuteur en confiance.
Pendant ce temps, Cullen lui, activa la balise de détresse de la navette pour faire comprendre rapidement aux Quariens ce qu'il se passait. Le pilote allait devoir traverser l'atmosphère, contrôler son véhicule et enfin se poser, tout ça sans gestion des propulseurs. Chaque coups de freins seraient unique et sans regain de vitesse possible, le crash était largement envisageable.

Jila partit au fond de la navette sangler Handas sur son lit avant de s'attacher elle même sur un siège après avoir fermé la porte de la réserve pour éviter que tout son contenu ne se répande dans la nacelle de pilotage et ne blesse quelqu'un.
La luminosité de la planète se mit à éclairer l'intérieur du vaisseau aussi bien que les effets de son entrée dans l'atmosphère. Cullen commença à donner des gros coup de ralentisseurs qui mirent à rude épreuves les sécurités interne de l'appareil, tel les ceintures. De ce qu’apercevait Jila entre deux secousses ils fonçaient droit dans un désert rocailleux, une terre aride, des voix lui parvenait depuis la radio de Cullen mais elle ne comprenait plus ce qu'il se disait, le vacarme était assourdissant, la coque de la navette tremblait et l'impression que celle ci allait se disloquer était terrifiante.
Très fort, elle pensa dans sa langue natale "Quelle journée de merde".

Tout se passa très vite et Jila n’eus plus conscience de rien, la pression de la force G lui fit perdre connaissance lorsque cette dernière devint trop forte, au dernier moment Cullen tomba lui aussi dans l'inconscience laissant le vaisseau seul maître à bord pour les cents cinquante derniers mètres.
Le véhicule glissa très rapidement sur plusieurs dizaines de mètres en soulevant un nuage de poussière incroyable, écrasant tout sur son passage et faisait de tout petit saut sur les roches les plus dur, il finit par trouver la fin de sa course dans une paroi rocheuse.

Cullen était avachis sur le tableau de bord, ensanglanté sur le visage mais respirant encore, non nez semblait avoir été cassé et son épaule déboitée. Handas lui, était toujours accroché sur son lit tel un fou tandis que Jila restait inconsciente au sol la visière brisée par l'anti-incendie qu'elle s'était violemment prise après que sa ceinture ait lâchée prise.

Pendant ce temps, deux aéronefs atterrissaient non loin du site du crash, un militaire et un civil. Ce furent deux soldats Quariens qui ouvrirent précautionneusement la porte de la navette, enfin.. qui la défoncèrent, celle ci ne répondant plus. Ils découvrirent alors la scène et après jugé la scène sans danger, ils extirpèrent les trois corps inconscients.
Les questions seraient pour plus tard, pour le moment, les trois individus étaient emmenés à la capitale ou ils seraient placés en soins intensif pour le pilote et en observation pour les deux autres.

Un jour passa sans que personne ne soit inquiétés, ce n'est que lorsqu'on laisse Jila marcher et sortir dans une espèce de parc dans l'enceinte de l’hôpital que des officiels Quariens accompagnés à la grande surprise de la Quarienne, part un Geth, vinrent lui poser des questions. Elle donna immédiatement un faux nom, Kohel'Den Vas Hyuntai mais ne fut pas crue une seconde. Elle avait oubliée un détail important, les forces de l'ordre Quarienne avaient fouillées le vaisseau pendant leur convalescence. Leurs tenues respectives, armes, équipements... On les qualifia rapidement d'indésirables. Surtout Jila, les deux hommes l’accompagnant, bien qu'armés, étaient considérés comme visiteurs, il n'était pas rare de voir des gens armés débarquer sur une planète tant que ces armes étaient stockées au spatioport ou remisent à la douane, en l’occurrence, eux n'avaient pas eu le temps de le faire.

Jila dû s'expliquer, elle raconta seulement leurs problèmes spatiaux en omettant volontairement de parler clairement de leur passé, elle insista bien sur le fait que le petit commando n'avait rien de prévu contre Rannoch, que cette planète c'était avérée la meilleure solution possible à leurs yeux pour ravitailler et repartir.

Lorsque la Quarienne fut enfin seule, laissée pour compte dans sa chambre d'hopital sans savoir ou se trouvaient ses collègues, elle vit avec intérêt que sa visière avait été remplacée, adieu sa couleur orangée et ses petites fantaisies, maintenant elle avait un masque classique Quarien teinté de couleur sombre.
Elle devait s'enfuir, on ne la laisserait pas partir comme ça, même si ses fautes étaient anciennes, les Quariens n'oubliaient pas, garder d'anciennes querelles était devenu leur spécialité depuis les Geths.





Feat ...

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 725

MessageSujet: Re: Maison d'emprunt   Lun 04 Juil 2016, 21:38



Kori contemplait pensivement les grandes étendues d'herbe et de chemins aux tracés précis et sans ratures qui s'allongeait lascivement aux pieds de l'hôpital de Khaley'Sephä. Huit mois...Huit long mois que sa sœur et lui étaient revenus vivre sur leur planète mère. Huit long mois à enchaîner des job plus inintéressant et désespérant les un que les autres. Ce qui passait pour un repos bien mérité à son début se transformait dangereusement en attente interminable. En attente de quoi ? Quelque chose, n'importe quoi d'autre que cette étendue verte à coté de laquelle il passait tous les matins en allant travailler.
Il soupira, le casque collé contre la vitre transparente derrière laquelle un oiseau vint le narguer, libre de survoler ce monde et de partir quand bon lui semblait. Le Quarien soupira à nouveau, espérant évacuer tout cet ennui par ce simple souffle.

- Non, ça ne doit pas être cool d'être un oiseau, lança Naki derrière lui, comme si elle lisait dans ces pensées.

C'était peut être le cas après tout. De nombreuses études montrait des cas étrange de compréhension entre jumeaux, ou peut être que Kori tirait une tête beaucoup plus dépité qu'il ne l'aurait cru.

- Je te parie que celui-là est mort dans même pas deux jours, poursuivit sa sœur en se plaçant à ses cotés.
- Il en as de la chance...Soupira le Quarien avec ironie.
- Ben voyons...T'as été déposer ton CV à l'agence de voyage ?

Kori haussa les épaules, silencieux.

- C'est pas en restant les bras croisés que tu va trouver quelque chose qui t'intéresse Kori, le gronda sa sœur jumelle.
- C'est tellement plus facile de déprimer dans son coin, plaisanta-t-il.

Réflexion qui lui valut une tape sur le casque, sa visière rebondissant dans un “bong !“ sonore.

- Ne vas pas lui casser sa visière tout de suite, chacun son tour, rétorqua la voix de leur mère dans leur dos.

Les jumeaux se retournèrent, près de, allongée dans un lit d'hôpital, Sélina'Penyo vivait les derniers instant de la guérison de sa jambe. Un accident tout bête, vraiment, on se croit bricoleur et voilà qu'on se retrouve patient. Sélina s'était vu octroyer un séjour vacances dans cet institut hospitalier pour une semaine complète. Une infection avait passablement atteint sa jambe, mais s'était vu aussitôt régulée par les médecins. Rien de bien méchant en somme.

- Au moins il m'arriverait quelque chose d'intéressant...Bougonna Kori.
- Qu'est-ce qu'il marmonne encore ? Demanda sa mère sans lever le nez de son datapad sur lequel défilait des informations relative à son travail.
- Rien ! Laisse-le ronchonner ! Lança Naki en s'approchant d'elle. Tu veux pas lâcher ton datapad un peu ? T'auras tout le temps de travailler quand tu reprendras du service.

Sélina sourit sans détourner son regard de ses affaires. À vrai dire, elle se sentait inquiète pour son fils, son comportement était devenu plus qu'inquiétant depuis son retour de pèlerinage, et les événements sur Haratar ne semblait pas avoir arrangé les choses. Il semblait...Déprimé. Bien qu'une mère soit censé savoir d'instinct de quoi avait besoin ses enfants, elle ne parvenait pas à faire raviver ce sourire et ce rire qu'elle avait si souvent entendu sous cette combinaison verte. Kori avait toujours été dans la lune, certes, mais cette lune ci lui paraissait bien sombre. C'est pourquoi elle gardait son datapad sur elle en permanence, avancer dans son travail lui permettait de se changer les idées, plutôt que de ressasser cette situation en vain dans sa chambre vide.

- Je vais faire un tour, déclara Kori sans même un au revoir.

Il détestait rester sur place. Et pourtant, il avait l'impression de le faire depuis des mois et des mois, à tourner en rond sans savoir quoi faire. Mais, faute de mieux, Kori avançait comme il le pouvait, un pied devant l'autre, toujours, en attendant qu'un occasion se présente. Quelque chose qui lui donnerait une raison de se lever le matin.



Honneurs:
 


Dernière édition par Kori'Penyo Nar Tarek le Mer 06 Juil 2016, 10:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 90

MessageSujet: Re: Maison d'emprunt   Mar 05 Juil 2016, 14:54

Maison d'emprunt


Jila toujours dans sa chambre de fortune se leva avec précaution. Elle ne sentait pas de douleur particulière à l'exception d"un léger mal de dos dont elle n'avait pas l'habitude. Rapidement elle vérifia ses possessions. Aucunes armes sur elle, peut être étaient elles toujours dans la dépouille du vaisseau, comme elles avaient été scellées dans la soute, si les Quariens n'avait pas pris la peine de désosser la carcasse, il devait rester quelque chose. Rapidement, elle constata qu'elle possédait toujours son omnitech, pianotant dessus elle fut soulagée de voir que tous ses fichiers étaient non violés, il avaient essayés de pirater ses systèmes sans réussite.
D'un mouvement, la Quarienne enfila sa cape de voyage et rabattu la capuche sur son casque. A une exception près, elle se sentait entière, maintenant il faudrait trouver ou retrouver ses armes, ses compagnons et une manière de quitter ce rocher qu'était Rannoch à ses yeux.

Le couloir sur lequel donnait sa chambre était vide. Ne sachant pas à quel point elle était surveillée, Jila prit la décision d'être la plus prudente possible. Afin de ne pas prendre plus de risques, elle s'isola quelques minutes supplémentaire dans sa chambre afin d'envoyer un message crypté aux omnitech de ses collègues. Elle leur expliquait qu'elle allait essayée de trouver un moyen de se tirer d'ici et qu'ils devaient eux aussi trouver une solution pour s'extirper de cette ville et enfin, se retrouver.
Maintenant, elle était seule et dans l'attente de nouvelles de leur part.
Ressortant et suivant les indications murales, Jila se dirigeait vers ce qui semblait être un premier centre d'attente pour les patients et visiteurs. Il y avait des caméra dans deux angles de murs et deux Quariennes tenaient le guichet. Après, une alerte ou autre ne serait pas donnée immédiatement et la jeune femme n'avait pas d'autre moyen pour s'enfuir que de passer par ici, elle n'allait pas démonter tous les gens qu'elle croisait non plus. Ce qui l'inquiétait c'était les deux gardes qui étaient normalement devant sa porte, ils avaient disparus et il était possible qu'elle tombe nez à nez avec eux.

Décidée, Jila traversa la salle d'attente en hochant légèrement la tête pour saluer poliment ceux qui en faisaient autant. Rien ne se passa pour son plus grand soulagement.
Avec une joie non dissimulée, l'ex Impérienne tomba sur une vision holographique interactive de l'hôpital pour s'y retrouver. Elle était au premier étage et des escaliers semblaient assez isolé sur l'est du bâtiment pour rejoindre le rez-de chaussé et s'échapper par une annexe du complexe. Pressée et sentant que plus le temps passait plus elle risquait d'être déclarée en fuite, Jila partie au trot mais une fois à proximité de l'escalier en question. Deux Quariens sereins se raidirent sur le coup.

"Ne bouge plus paria. Bien tenté mais il va falloir nous suivre maintenant."

Le fonctionnaire parlait d'un ton trahissant son angoisse, alors qu'il sortait aussi frénétiquement son arme que son collègue. Jila choisie ce moment pour répondre physiquement. Avant d'être mise en joue elle se jeta sur le premier Quarien d'un coup de coude dans la visière de ce dernier qui tituba, sous le choc, elle lui prit facilement ce qui semblait être un M3-Predator qu'elle utilisa dans la foulée pour donner un coup de crosse dans les côtes du deuxième garde avant de remonter son bras en un uppercut.

Les deux hommes inconscients, elle les traina dans une salle qu'elle repéra rapidement comme vide. Ses sens en alerte et le sel de l'exfiltration lui procurait une sensation qu'elle adorait. Sentir sa vie en jeu était comme une drogue pour elle.
Pendant qu'elle trainait le deuxième corps endormie, a quelques mètres d'elle, un Quarien plus chétif et statique la vu faire. Ni une ni deux elle le braqua de sa nouvelle arme en laissant au préalable le corps qu'elle tenait tomber inerte au sol.

-"Bouge plus ! "

La commando s'approcha du Quarien avec précaution. Il portait une tenue verte et semblait à peu près aussi grand qu'elle. Malgré leurs deux visières elle eu l'impression de voir en lui une jeune personne. Cela importait peu, il lui fallait une mise en garde.

-"Je vais avoir besoin de toi de grès ou de force Quarien. Coopère et tu ne finiras pas comme tes amis."

Elle n'avait pas tuée les deux hommes mais elle espérait qu'ainsi, son interlocuteur serait assez intimidé pour la suivre sans faire d'histoire.

Feat ...

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 725

MessageSujet: Re: Maison d'emprunt   Jeu 07 Juil 2016, 17:31



Kori errait dans les couloirs de l'hôpital, observant les allers et venues des occupants, tantôt infirmier accourant au chevet de quelqu'un, tantôt malade déambulant à la recherche d'eux seuls savaient quoi, tantôt une famille rendant visite à quelqu'un. Il y avait autant de vie dans ce lieu que dans toute la capitale réunie et le Quarien apprécia un instant toute cette effervescence, s'imaginant courir en tout sens our sauver la vie d'un inconnu, sans se poser de question.
Hélas, sa morosité ambiante du moment se rappela rapidement à lui, n'omettant pas de lui faire remarquer qu'il était bien trop tard pour rêver à ce genre de vie, d'ailleurs, il s'en sentirait bien incapable, les études n'avait jamais été son point fort.
En avait-il seulement un ?
D'un geste de main qui eut parut comique à ceux le voyant tergiverser avec lui même, Kori tenta de chasser l'araignée noire qui lui grimpait au casque.

Au coin d'une salle d'attente, le Quarien encaissa de quoi se sustenter, plus dans l'espoir de trouver une occupation que par réelle faim. C'était simplement ce qu'il avait trouvé de plus intéressant à faire à l'heure actuelle. Voila à quoi se résumait son existence depuis son retour, manger, dormir, s'ennuyer...
Ô bien sûr, il aimait beaucoup Khaley'Sephä, une très jolie ville, et la présence de sa mère et de sa sœur le ravissait, bien entendu. Seulement, sa mère était bien trop occupée avec son travail, son nouveau poste dans la compagnie lu demandait énormément de temps, mais elle adorait, ça se voyait quand elle rentrait le soir, épuisée, mais heureuse d'un travail qui lui procure une satisfaction qu'elle n'avait pas eu depuis longtemps. Naki, quant à elle, profitait de ses derniers mois de repos pour gagner de l'argent avant d'entamer sa nouvelle formation qui, à l'entendre, paraissait extrêmement compliquée ! Elle avait choisie sa voie, l'exposition du GIP le lui avait confirmé, cet itinéraire lui vaudrait quelques sacrifices, mais elle était prête à les faire, mue par l'énergie de quelqu'un qui s'est fixé un objectif.
Et Kori vivait au travers des objectifs de sa famille, traversant cette brume de bonne humeur comme une brise glacée, sentant la douce caresse de la joie sur sa peau, mais ne parvenant jamais à se départir du froid qui le constituait.

- Je déprime...Réalisa Kori alors que le “pouf !“ pitoyable de la friandise tombant dans le bac du distributeur le lui confirmait en écho.

Toutefois, il était heureux pour elle, et gâcher cette ambiance l'horripilait. Alors il traînait seule dans les couloir d'un hôpital aux murs blanc, une barre de céréales pendant misérablement au bout de sa main.

À la sortie de la salle d'attente, Kori décida de quitter un moment les salles blafardes de ce lieu et emprunta la porte menant aux escaliers. Aller prendre l'air, très bonne idée, faire un tour dans les jardins, Kori avait toujours aimé les jardins, tous ces lieux où l'on pouvait se cacher dans un coin et laisser son cerveau divaguer tranquillement sur tant de chose jugées immature pour quelqu'un de son âge comme s'imaginer dans la peau d'un médecin ou d'un oiseau. Tout simplement rêver à quelque chose, quelque chose qui le sortirait de sa dangereuse routine.

Un mouvement kidnappa son attention alors qu'il descendait les escaliers. Quelqu'un trainait des sacs au sol, un infirmier sans doute.

- Pas des cadavres j'espère...Songea le Quarien qui, pour le coup, ne put s'empêcher de penser que ça ne serait pas banal !

Le cœur de Kori bondit dans sa poitrine comme son regard assura la mise au point. Pas de sacs, non, mais des cadavres, oui.
Une Quarienne noire encapée leva un canon meurtrier vers lui, un voix autoritaire et qui ne tolérait aucun refus.

- Je vais avoir besoin de toi de grès ou de force Quarien. Coopère et tu ne finiras pas comme tes amis.

- Quarien ? Songea Kori surpris d'avoir cette pensée au vu des conditions. Elle se prend pour un Elcor peut-être ?

Il était évidemment que la Quarienne ne supportait aucune blague. Aussi Kori se contenta d'acquiescer.

- Ok, tempéra Kori, je coopère, mais il va falloir me dire ce que vous attendez de moi.

Le Quarien crut bon de préciser le peu d'intérêt qu'il avait. Rien qu'un simple civil, un Quarien lambda sans compétences particulières si ce n'était avoir la fâcheuse tendance, qui virait à l'habitude, de se retrouver dans la position d'otage.
Lui qui voulait que quelque chose d'intéressant lui arrive, se dit que, finalement, aller chercher à manger dans un distributeur relève aussi de l'aventure !



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 90

MessageSujet: Re: Maison d'emprunt   Sam 26 Nov 2016, 04:14

Maison d'emprunt


Son interlocuteur semblait étrangement serein, Jila ne laissa pas transparaître son irritation.

"- Ne dit rien. "

D'une poigne de fer elle l'attrapa par l'épaule et l'amena auprès des deux corps inertes. Elle l'approchait pour éviter qu'il ne s'échappe, en gardant un oeil sur lui elle termina de dissimuler les deux Quariens inconscients.

"- Tu vas m'accompagner, si tu tentes quoi que ce soit qui pourrait me mettre dans la merde, je te tue sur le champ, tu auras réussi ton coup probablement, mais ce sera ta dernière action ici bas."

D'un signe de la main elle indiqua à son compagnon malgré lui, de la suivre.. Le duo emprunta les escaliers que Jila avait repérée plus tôt et qui devraient permettre de s'éloigner des zones d'influences de l'établissement. La petite escapade se déroula sans accrocs supplémentaire.
Une fois sereine, Jila pensa à dissimuler l'arme qu'elle avait gardée et entama une conversation à faible volume avec son otage.

"- J'ai besoin que tu nous conduise dans un lieu sûr, la suite, après. Pour le moment on se tire d'ici. "

Suivant les plans qu'elle avait mémorisée dans sa tête, le petit duo arriva dans l'annexe de l'hopital, un grand entrepôt remplis à ras bord de produit pharmaceutiques et autres composants complexes de machines en tout genre. Plusieurs rampants étaient garés non loin de ce qui semblait être la sortie.
Sur un Holo, Jila vit que ce lieu faisait aussi office d'arrivée pour les urgences.

- Madame ? Puis-je vous aider ? Vous cherchez quelque chose ?

Surprise, Jila se ressaisie bien vite pour faire face à l'inconnu.

"- Oh merci monsieur vous êtes bien aimable mais mon fils et moi venions rendre visite à un proche récemment admis. Notre véhicule est garé non loin de la sortie et j'ai toujours eu l'habitude de passer par ici. Bonne journée."

Mensonge ? oui, réussite ? Oui aussi, satisfaite, elle pouvait continuer son chemin. Elle avait vu au loin plusieurs civils, indiquant que l'on avait le droit d'être dans les parages. Quelques minutes plus tard, le duo se retrouva un peu plus isolé en périphérie de l'hôpital dans ce qui semblait être un parc.
Plusieurs personnes se promenaient et la Quarienne tiqua une ou deux fois sur en apercevant des unité Geths.

"- Bon, nous voilà plus tranquille. Désolé de t'avoir peut être fait peur. Je suis assez pressée, peux tu me conduire dans un lieu sûr ? Et au fait, ce n'est pas car je m'excuse que je ne te mettrai pas une balle entre les deux yeux si tu me trompe."

Jila avait besoin d'un lieu d'où elle pourrait opérer tranquillement et secrètement, un rien ferait l'affaire tant qu'elle avait un toit et un endroit ou s'approvisionner. Il devait bien lui rester quelques crédits si son compte n'avait pas sauté avec la forteresse... Il faut dire que rien n'était vraiment légal.





Feat ...



Thème Jila:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 725

MessageSujet: Re: Maison d'emprunt   Lun 05 Déc 2016, 16:03



Kori suivait cette Quarienne armée et un peu folle au travers de l'hôpital. La femme lui donnait des ordres à tout va, lui balançant des bouts de phrase que le Quarien écoutait vaguement, trop occupé qu'il était à tenter de trouver un moyen de se sortir de ce nouveau merdier.
Hélas, aucune idée censée ne lui venait à l'esprit, le pistolet que on agresseur tentait de cacher en réfrénait beaucoup...
Lorsqu'ils débouchèrent à l'entrée des urgences, Kori crut voir sa chance tourner. Le lieu bénéficiait d'un nombre conséquent de personnes présentes et quand un employé vint à leur rencontre, le Quarien osa même espérer que cette histoire prenne fin plus vite que prévu. Mais son optimiste fur de courte durée tant la Quarienne noire éluda rapidement la question de l'inconnu sans même laisser la temps à Kori de lui lancer un regard. Geste malheureusement bien inutile, les verres de casque étant légèrement teintés, l'employé n'aurait sûrement pas remarqué les yeux suppliant de Kori. Ne restait qu'à espérer que la gestuelle du couple qu'ils formaient l'ai alerter, mais il en doutait fortement...

Un peu plus tard , le duo atteignit l'un des parcs avoisinant l'hôpital sans que le Quarien n'ai eu d'idée brillante pour se sortir de là.

- Bon, annonça la Quarienne, nous voilà tranquille. Désolé de t 'avoir peut-être fait peur. Je suis assez pressé, peux-tu me conduire dans un lieu sûr ?

Pour le coup, Kori fut étonné qu'un agresseur s'excuse, c'était sans compter la suite de sa phrase où elle souligné que ces petites excuses ne l'empêcherait en rien de lui coller une balle dans la tête. soulagement fut de bien courte durée...
Lui trouver un lieu sûr risquait également de poser un problème majeur.
Où l'emmener ?
Elle ne semblait pas connaître la capitale et Kori pensa un instant la déposer directement chez les autorités. Sûrement qu'elle n'apprécierait que moyennement. Sa maison était totalement exclue des lieux possibles. Risquer la vie de Naki si elle rentrait n'était sûrement pas une bonne idée.
C'est alors qu'un détail le frappa. Détail dont il hésitait à faire part à sa nouvelle connaissance. Il finit toutefois par le lui annoncer.

- Euh...J'ai peut-être un lieu à vous proposer, mais...Je n'ai pas de navette pour y aller. Annonça le Quarien en jetant des regards inquiets. J'imagine que vous n'avez pas de titres de transport.

Apparement non à en juger par le regard qu'elle lui lança. Soit, ils marcheraient. L'endroit auquel il pensait n'était qu'à un petit quart d'heure de marche.


***


Leur trajet les menèrent jusqu'au ruelles peu fréquentées de Khaley Sephä, du genre de celle qui ne comportait que quelques habitations et commerces de quartier. Au centre de l'une de ces ruelles, Kori entreprit d'ouvrir une petite porte adjacente à un volet métallique clos.
Amener la Quarienne dans le garage où il travaillait n'était sûrement pas la meilleure idée qu'il ai eu et risquait grandement de lui porter préjudice s'il prenait le temps d'y réfléchir un tant soit peu...
Mais ses pensées étaient actuellement occupées par une chose bien plus pressante. Le local était fermé aujourd'hui et puis il détestait ce job et son patron de toute façon...

- Voila, annonça le Quarien à son “hôte“. C'est...Le seul lieu qui me soit venu à l'esprit.

Il désigna d'un large arc de cercle du bras la petite salle qui servait d'accueil et par laquelle on pouvait voir l'étendue du garage et ses carcasses d'engin.

- En espérant que ça lui convienne...Songea le Quarien anxieux.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 90

MessageSujet: Re: Maison d'emprunt   Mar 03 Jan 2017, 15:51

Maison d'emprunt



Accordant une confiance toute relative à son jeune otage, la Quarienne suivit le jeune homme à travers la ville. Elle ne disait rien mais observait beaucoup ce qu'était devenu la civilisation Quarienne. Des bâtiments datant d'avant l'exil étaient réinvesti et elle ne pouvait cacher un intérêt pour l'histoire que tout ceci renfermait, toujours très portée sur la culture, l'art et les traditions. Peut être qu'elle aurait aimée les Quariens d'antant... elle doutait que la mentalité générale n'est évoluée depuis dix ans, bien qu'ils soient à nouveaux sédentaires, la hiérarchie et l'ordre établis lors de la Flotte nomade n'avait pas pu disparaître totalement des moeurs et ça, Jila ne le supporterait pas, raison de plus pour quitter à nouveau cette planète.

Leur petit périple trouva sa fin dans un lieu reculé de la ville, presque en bordure de sa périphérie, beaucoup d'industrie de matériaux lourd et d'entrepôts constituaient les lieux. Ils se dirigèrent plus particulièrement vers ce qui semblait être un garage jonché de carcasse et modèle de véhicules, lander et autres rampants en réparations.
Jila regardait les lieux un peu dépitée.

-" Et dans trois jours le propriétaire si ce n'est toi me retrouvera c'est ça ? Cela ne semble pas abandonné, on voit clairement que les machines et l'outillage est utilisé, ne te fiche pas de moi gamin. A moins qu'en ce lieu tu connaisses des personnes prête à aider une clandestine, je risque plus de me faire dénoncer qu'autre chose."

Elle jaugea un peu plus la situation, ici elle pouvait en quelques heures, trafiquer un véhicule déjà réparé et s'en emparer afin de quitter la ville mener ses opérations dissimulée à l'extérieur des zones urbaines. Il lui faudrait au moins un véhicule avec un système radar et de quoi communiquer, elle saurait bidouiller l'engin pour pouvoir se mettre sur les fréquences officielles etc...

S'avançant un peu plus dans le garage tout en se faisant accompagnée de force par son jeune ami, elle chercha son bien.
Rapidement elle tomba sur un Rampant démilitarisé dont la tourelle avait été remplacée par une extention de l'habitacle et la fente permettant normalement au canon de se trouver là, était remplacée par une fenêtre. C'était un véhicule de transport

-"Dis moi mon jeune ami, ce véhicule, il appartient à quelqu'un ou il est à l'abandon ? Ta réponse ne changera pas grand chose mais je suis curieuse. Tu peux m'en dire plus à son sujet et m'aider à le réparer si besoin ? Je te demande si tu peux le faire mais tu n'as pas le choix, n’oublie pas."

Elle était tendue, tant qu'aucuns plans fiables n'étaient établis, Jila n'arriverait pas à se débarasser de son côté autoritaire, cruel et calculateur, elle était peut être entrain de traumatiser ce jeune Quarien mais qu'importe. Il fallait qu'elle se sauve avec ses alliés, il fallait qu'ils perpetuent leur histoire et quitter Rannoch était la première étape coûte que coûte, elle mourrait en essayant si il le fallait.



Feat ...



Thème Jila:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 725

MessageSujet: Re: Maison d'emprunt   Mar 17 Jan 2017, 15:50



Visiblement, la Quarienne n'était pas satisfaite de ce que lui proposait Kori..
Et elle le lui faisait bien comprendre...

- Vous vous attendiez à quoi ? Demanda le Quarien sans trop paraître hautain. Vous prenez le premier pécore venu en pensant qu'il aurait forcément un endroit tranquille et éloigné à vous proposer ? C'est vrai que tout le monde a un entrepôt désaffecté sous la main !

Mais l'expression plus que germée de cette femme ne laissait aucune place à l'ironie. Aussi Kori préféra se taire et lever les mains en signe d'apaisement. Il ne manquerait plus qu'il se prenne un gnon et finisse dans les vapes. Quoi que...Elle le laisserait sûrement tranquille après ça !

Finalement, la Quarienne préféra observer les environs, manifestement résignée à composer avec ce que lui proposait son jeune homologue.
Lorsqu'elle lui posa quelques questions sur un véhicule en réparation au garage, Kori sentit que ses problèmes risquaient de se perpétuer bien après que son agresseur l'ai laissé partir...

- J'imagine que oui, s'il est là. Répondit-il tandis que la Quarienne à la combinaison sombre tournait autour du véhicule. Je crois qu'il y a pas énormément de réparations dessus.

Après un temps durant lequel Kori épiait cette femme, celui-ci réfléchissait à un moyen à un moyen de lui fausser compagnie. Hélas, toutes les portes du garage étaient verrouillées, excepté l'ouverture principale mais la Quarienne aurait le temps de le plaquer au sol en quelques secondes s'il lui venait l'idée de se précipiter vers la sortie. Elle semblait habituée à ce genre de situation, il apparaissait difficile de la berner. Aussi Kori estima préférable de rester dans son coin, non sans laisser les clé du garage bien au chaud dans ses poches.

- Et sinon ? Demanda-t-il sur le ton de la conversation. Vous être quoi au juste ? Hors-la-loi ? Terroriste ? Voleuse de pommes peut-être ?

Le mieux restait qu'elle l'oublie, qu'elle le pense bien docilement derrière elle pour abaisser sa garde, et ensuite...Eh bien, il aviserai...



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Maison d'emprunt   
Revenir en haut Aller en bas
 

Maison d'emprunt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Voile de Persée :: Rannoch-