AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Le lézard et la grenouille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 183
Crédits : moi-même

MessageSujet: Le lézard et la grenouille   Ven 17 Juin 2016, 22:13
Intervention MJ : NonDate : Février 2198Rp non-violent
Tori Jorunn • Abbadon Bynare
Le lézard et la grenouille



# Piares, planète du système Parnitha, nébuleuse d’Athéna
# Février 2198


Lorsqu’elle quitta le vaisseau cargo qui l’a déposée là, elle se sentit mieux. Il faut dire que ce vieux machin miteux avait failli avoir raison de ses dernières vertèbres plus ou moins intactes ! Elle vérifia son sac à dos, réajustant ses sangles et s’éloigna des infrastructures de la civilisation. Elle connaissait bien le chemin pour y venir fréquemment. Pas aussi hostile que Kirinth, Piares n’était pas le havre fertile qu’on pouvait espérer trouver aux cœurs de l’influence des bleutées. Pourtant, cette planète couverte de désert l’avait littéralement conquise. Après tout, les asaris l’ont nommée comme leur déesse des morts, un guide d’âme… une planète tant exploitée que c’est un aspect sec et triste qui subsiste. Cette sérénité et des paysages magnifiques en font une destination touristique particulière. Une destination emplie de sens pour Tori.

Après tant d’année, elle s’est trouvé un endroit bien à elle dans un lieu éloigné des rares infrastructures planétaires. Ces périodes de retraite spirituelle, lui permettent de méditer et prier. Se ressourcer. Elle soigne son âme de cette manière. L’aspect de cette planète n’est pas sans renforcer son désir de retrouver un monde viable pour les seins. Chasser, vivre au milieu du sable, il lui semblait que son corps s’émancipait avec bonheur. D’ailleurs, elle commençait toujours par un petit footing. Ce footing termina sur des allures de sprint. La drelle était réputée parmi les siens pour être rapide. Très rapide et elle appréciait se dépenser de cette manière.

Elle courut pendant une bonne heure jusqu’à sa destination. Jusqu’à s’effondrer dans une dune sableuse en éclatant de rire. Si son peuple avait été assez nombreux et fort, elle aurait bien fait sportive d’élite plutôt que combattante. C’est une chose qui lui plaisait bien plus dans son ensemble. Une chose pour laquelle elle était plutôt douée. Elle se releva et sans crier gare déchargea son énergie biotique dans le sol. L’onde de choc se propagea et s’écrasa contre un rocher. Après cet excès d’activité, elle gravit le flanc de la petite montagne et se percha sur un promontoire rocheux. Elle admira le paysage encore une fois, aimant leur relief et les volutes de sable que le vent arrachait aux dunes. Elle déposa son sac et s’assit.

Ici, face à l’immensité des roches escarpées, l’expression d’une planète surexploitée prenait toute son sens. On pouvait apercevoir quelques ruines également, ces paysages étaient propres à prolonger la drelle, orpheline de planète, dans un état très nostalgique. Cependant, ce climat avait sur elle l’effet d’une étreinte maternelle réconfortante.

La biotique était une chose captivante, une expression de puissance. Cependant, elle avait appris que pour travailler son don, il ne suffisait pas de tout faire exploser. Même si c’était bien drôle et jouissif. Il valait mieux travailler la subtilité du geste, la concentration, la visualisation énergétique. Elle n’avait pas eu d’excellent professeur de biotique dans sa jeunesse, il fallait le reconnaître et elle avait appris tardivement auprès d’asari à mieux maîtriser ce talent brut qu’elle possédait. Depuis, elle s’appliquait à méditer et procéder à des exercices fondamentaux. Par exemple, visualiser l’énergie au bout de sa main gauche, la faire parcourir ses bras jusqu’à la main droite. Recommencer. Invariablement, faire danser l’énergie dans son corps et en maîtrisé chaque centimètre. Ces derniers temps avaient été plutôt calmes, elle avait passé son mois entre entraînement et mondanité. Surtout l’entraînement en fait, car pour maintenir son haut niveau, elle passait des heures par jours à entraîner son corps. Que ce soit physiquement, psychiquement et biotiquement. En soit, la troisième option découlait des deux premières.

Une fois son entraînement biotique terminé, elle fredonna une petite prière. Sa mère la lui chantait souvent quand elle était petite et elle l’appréciait beaucoup.

A Toi, Mère de la vie, je remets mon foyer
Puisse-t-il être bienheureux et sauf
A Toi, Chasseresse, je remets mon chemin
Puisse-t-il être abondant et protégé
A Toi, Maîtresse Céleste, je remets mon âme
Puisse-t-elle trouver la voie juste

A Vous, je dédie ma vie,
celle du passé, du jour présent
et celle à venir

Elle était en train de sortir de son sac des provisions lorsque son instinct l’alerta. Un sentiment d’être observée se concrétisa et elle se redressa, aux aguets. Il n’y avait usuellement personne par ici, aussi se méfiait-elle de ce genre de pressentiment. Les drells étaient réputés pour leur capacité martiale, mais leur talent de chasseur leur venait aussi de leur étrange spiritualité. Si son instinct lui soufflait une chose, même illogique, elle s’y pliera sans trop se poser de question. Elle ne se sentait pas réellement en danger, mais alerte.

La chose qui l’observait ou qui approchait était attendue patiemment. L’âge lui avait, après tout, enseigné quelques notions de sagesse.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 321
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Jeu 23 Juin 2016, 13:33

Le Lézard et la Grenouille
Février 2198

Nébuleuse d'Athéna, Système Parnitha, Piarès



Piarès... une planète désertique, l'une des premières destinations spatiale des asari, portant le nom de leur déesse du Passage vers l'au-delà. Probablement datée d'avant les philosophies asari actuelles : les déesses bleues ne sont presque plus vénérées aujourd'hui, et les penseuses de ce peuple parlent davantage d'un Tout et d'un Néant que d'un au-delà.
Il m'a fallu réviser pas mal de connaissances sur les mythologies et croyances xéno, avant cette mission. Les asari, pour la planète. Mais aussi et surtout les drells, puisque c'en était une que j'allais rencontrer. Enfin, revoir, même si nous n'avions guère fait connaissance lors de notre première collaboration.
Pourquoi cette planète-ci, éloignée de tous centres drell ? Plusieurs possibilités. Peut-être cet isolement, justement, une volonté de couper les ponts avec son quotidien. Peut-être aussi pour la ressemblance avec la planète natale des drell : un immense désert laissant libre cours à la solitude. Peut-être encore à cause de la ressemblance entre Piarès et Klahira, la déesse drell de l'au-delà et des océans. Une nouvelle déesse du voyage vers l'inconnu, en somme. Hey, je vous ai bien dit que j'avais révisé ?
Bon, rétrospectivement, je me rend compte que j'avais encore beaucoup à apprendre. C'est toujours le cas. Mais il est difficile de se renseigner sur un peuple ayant frôlé l'extinction.

*****



Abbadon posa le pied sur Piarès. Il remarqua aussitôt la sécheresse de l'air environnant, la chaleur du soleil, et le peu de monde présent. Il s'agissait de l'unique spatioport – même s'il méritait davantage le nom de avant-poste – de la planète, étape indispensable à tout individu atterrissant légalement. Et si proche de la planète mère asari, mieux valait faire les choses en toute légalité.
Le regard du batracien se baladait sur son environnement. On trouvait principalement des agences de voyages locales, proposant guides, véhicules et matériels pour faire de longues randonnées sur la planète. Il y avait également un hôtel, et évidemment le spatioport accueillant les étrangers et s'assurant du bon déroulement des arrivées et départ.
Le galarien avait déjà prévu le matériel nécessaire pour son escapade : une tenue légère apparemment banale mais en fait spécialement conçue pour son espèce, afin d'éviter la déshydratation. Plusieurs litres d'eau, de la nourriture concentrée, et le datapad contenant ses notes sur les drells en général, et sur la drell qu'il suivait en particulier. Seule manquait celle-ci, en fait, qui n'arriverait que le lendemain matin à bord d'un cargo. Abbadon avait envisagé de l'aborder dès son arrivée, puis s'était dit qu'une balade lui ferait du bien. Discuter loin de tout pouvait aussi avoir son intérêt.
Bien évidemment, la coïncidence serait un peu trop grosse pour être crédible. Mais Abbadon ne se faisait pas de soucis à ce propos. En fait, il ne s'attendait pas à de soucis particuliers sur cette mission, au point de ne garder que son arme de poing, rangée au fond de son sac, et d'avoir laissé son précieux Venom sur son vaisseaux, bien à l'abri dans les hangars du spatioport.
Le galarien n'avait besoin que de peu de sommeil, aussi il profita d'une partie de la nuit pour en apprendre davantage sur les horizons immédiats de la ville et sur la planète en elle même. Puis il parti prendre une heure de repos avant l'arrivée de la drell.

*****



J'ai observé Tori alors qu'elle quittait son vaisseau. Un cargo anonyme, apportant voyageurs et provisions sur une planète ne pouvant proposer d'elle-même la diversité de nourriture et de ressources auxquelles nous sommes habitués. Elle même ne s'était pas attardée, son équipement déjà prêt. Je ne tarda pas à lui emboîter le pas. Elle ne prenait pas spécialement soin à masquer ses traces, ses pas n'étaient légers que de par son habitude, et je savais que je pourrai la trouver en temps voulu. Je marchais donc, calmement, profitant des paysages de cette planète que je n'avais jamais visitée.
Ce désert est magnifique. Quasiment l'opposé des jungles luxuriantes de ma propre planète, où l’exubérance de la biodiversité et de la vie se voit à chaque mètre, Piarès est un paysage calme et nostalgique, où les grandes étendues parcourues de quelques rares mouvements ne sont rompues que par les quelques hauteurs et par la présence de vieux bâtiments en ruine, témoins d'un autre âge où les ressources étaient encore exploitées.
J'attendais avec une certaine impatience la venue de la nuit, où la vie nocturne se dévoilerait et où les paysages se pareraient de nouvelles palettes de couleurs.
Il me fallu quelques heures pour rejoindre la drell. Celle-ci avait pris de l'avance par une course, assez longue. Extrêmement endurante. Lorsque je l'aperçue, elle était sur un monticule rocheux, au sommet d'une dune de sable. Fredonnant des paroles portées par le vent.

*****



Abbadon s'arrêta un instant, attendant respectueusement que la prière de la drell se termine. Ceci ne tarda pas, et il se remit en route, tranquillement, tandis qu'elle-même s'occupait de son sac. Du moins, commença, car elle s'interrompit rapidement, semblant aux aguets. Abbadon ne changea pas de rythme, arriva à proximité, où il démêla le voile couvrant son visage et le protégeant du soleil.
« Bonjour Jorunn. »
Le galarien ne se représenta pas, les capacités mémorielles des drells étant ce qu'elles sont. Tori se rappelait sans aucun doute mieux que lui les événements les ayant fait se rencontrer.
« Permettez vous que je vous tienne compagnie ? C’est pour vous que je suis venu. Pour vous, et pour les Enfants d'Amonkira. Vous attisez ma curiosité. »
C'était franc, c'était dit. Le galarien n'avait pas d'intérêt à le cacher.
« Mais rien de pressant. Désirez vous partager mon repas ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 183
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Dim 26 Juin 2016, 22:11
Mais qu’est-ce qu’un batracien faisait là ? Sur une planète aussi chaude et inhospitalière que pouvait l’être les planètes humides pour les siens. Elle reposa son pistolet en reconnaissant Abbadon. La surprise ne diminua pas, mais à tort ou raison, elle ne l’évaluait plus comme une menace. Sa voilette l’amusa et attira son attention, il avait dû être vraiment très motivé pour marcher aussi longtemps sous un soleil de plomb. Soleil qui se couchait progressivement et qui avec sa disparition amènerait un froid mordant sur le désert.

« Bonjour, Abbadon. »

Elle tapota le sol à proximité d’elle, pour l’inviter à la rejoindre sur son rocher. Derrière elle, la roche se creusait en une grotte. Cette dernière était visiblement bien aménagée. Dans l’obscurité trompée par une petite lampe, on distinguait la porte d’un petit abri. Elle l’avait construit au fil des années, l’entrée était constituée d’une capsule de survie. Elle avait ensuite isolé minutieusement le tout contre la roche. Derrière cette paroi artificielle, la cavité était exiguë, plus longue que haute. Impossible d’y tenir debout. Cependant, elle avait amené là de quoi tenir un siège. Eau et nourriture conditionnées, de la munition, médicaments, des couvertures. C’était confortable et dans ce petit abri caché au milieu de nulle part, elle se sentait bien. Devant, elle avait creusé un foyer pour un feu. Elle se tenait assise sur un rocher qui avait certainement été amené ici dans ce but. Dans la cavité, à ses pieds, des braises rougeoyaient doucement.

« Ainsi, vous n’êtes pas qu’un petit mercenaire… »

Le sourire de la drelle était étrange, normal avec des mandibules écailleuses dure… Rien à voir avec la peau de bébé d’un humain, mais la mimique était amicale. Elle se souvenait parfaitement de leur aventure commune. Bien que lors de cette dernière ce soit plutôt les frasques d’une bleutée immature qui l’ait agacées, le galarien avait attiré son attention. Il faut dire qu’il était d’une rare efficacité. Une efficacité qui l’avait intriguée. L’inverse se vérifiait visiblement, le galarien très franc ne cacha pas ses intentions. Tant mieux, le contraire lui aurait fortement déplut. Il était tout de même flatteur ou inquiétant qu’il ait fourni autant d’effort pour la suivre. Cette présence confirmait son intuition et ouvraient de nombreuses questions.

« Qu’avez-vous à manger ? J’ai tout ce qu’il me faut, mais nous pouvons partager. »

Il n'était pas pressé, elle ne n'était pas non plus. Son repas n’avait rien de très original, elle n’avait pas encore eu le temps de partir en chasse. Cette activité était sa préférée ici, la faune était un petit challenge à traquer. Elle devait souvent parcourir de grandes distances et la chaleur gâtait très vite la viande. Elle ne savait pas si c’était dans son sang ou un effet psychologique dû à l’état de sa race, mais ces activités étaient fondamentales à ses yeux. Elle avait beaucoup réfléchi à ce genre de question, sans y trouver de réelle réponse.

C’était la première fois qu’elle partageait cette cachette-là avec quelqu’un. Elle aurait plutôt imaginé quelque chose de plus intime comme raison. Sa hasardeuse destinée lui jouait bien des tours. Elle était certaine, cependant, que cette discussion promettait d’être très enrichissante. Après tout, le galarien avait bien choisit sa drelle pour parler de son organisation. Elle en était une ambassadrice officielle et propager leurs idées étaient d’une grande importance pour eux. Elle avait déjà participé à des réunions et conférence sur sol galarien. Leurs scientifiques pouvaient leur apporter beaucoup dans leur lutte contre le syndrome de Képral. Abbadon n’avait rien d’un scientifique et elle était curieuse de connaître les raisons de sa démarche.

Pour l’instant, elle le laisserait mener la discussion. Elle aimait observer une phase plus passive et observatrice, pour mieux cerner son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 321
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Dim 03 Juil 2016, 23:53

Le Lézard et la Grenouille
Février 2198

Nébuleuse d'Athéna, Système Parnitha, Piarès



« Ainsi, vous n'êtes pas qu'un petit mercenaire. »
« Pas tous les jours, du moins. »

Abbadon sourit, sans donner plus de détails. La drell saurait tirer des conclusions. Ou bien elle poserait franchement la question, et le galarien répondrait. Répondrait quoi ? Il verrait sur le moment. Il n'était pas censé parler de son affiliation, mais prendre Jorunn pour une idiote serait une stupidité.

« Qu’avez-vous à manger ? J’ai tout ce qu’il me faut, mais nous pouvons partager. »
« De la nourriture extrêmement concentrée. Gustativement, c'est pauvre, mais c'est le plus pratique quand on doit partir sans savoir jusqu'où on ira. D'autant plus si l'on a des besoins énergétiques très élevés. »

Comme la biotique, ou l'organisme hyper consommateur des galariens. Se nourrir était l'un des principaux budgets d'Abbadon. Avec le temps, bon gré mal gré, il s'était habitué à se blinder de compléments alimentaires pour subvenir à ses besoins, accompagnant de la nourriture plus goûteuse satisfaisant son palais. Mais impossible d'amener ce genre de plat avec lui dans le désert.
Il commença à sortir ce qu'il avait dans son sac, le disposant entre lui et sa camarade, tout en poursuivant la discussion.

« Une belle planète que celle-ci. Je n'ai pas assez souvent l'occasion de me balader pour le plaisir. Toujours doit y être mêlé un objectif pratique. »

Le galarien laissa son regard se perdre sur l'horizon où le soleil disparaissait peu à peu. Bizarrement, le ciel ne s'enflammait pas comme on aurait pu l'attendre, il semblait au contraire recouvrir un feu mourant lentement. Le vent se faisait plus froid.

« Mais heureusement, les délais sont ceux de mon choix. Permettez vous que je vous tutoie ? J'aimerai vous accompagner quelques jours, à titre... d'observateur. Ceci semble froid, mais j'apprécierai que ce soit plutôt amical en laissant mes obligations en arrière. Une simple curiosité d'un individu envers un autre, en somme. D'où ma demande. Et puis, vous me tutoyez déjà. »

Un sourire, accompagnant la phrase et en atténuant le propos sombre. L'enquête préliminaire d'Abbadon n'avait rien dévoilé de spécialement suspect, et Tori Jorunn lui avait plutôt fait bonne impression. Il souhaitait donc réellement que cette mission ressemble plus à une permission qu'à de l'espionnage.

« Mais je vous dois peut-être quelques explications, avant. Pourquoi vous observer, et de quel droit. ». La question du "droit" était toujours épineuse au sein du GSI, car intimement lié à l'esprit galarien. Un esprit froid, calculateur, pragmatique. Le droit appartenait au survivant. « Je n'en n'ai aucun droit, mais je le prend quand-même. Et pourquoi... Pour éviter que d'autres aient à le faire. Parce que c'est moi que vous avez croisé en mission, et pas un autre. Ainsi va le Cycle. ». Abbadon finit sa phrase sur un haussement d'épaules. « Si cela vous convient, alors nous pouvons passer à la suite. Et je vous appellerai Tori. C'est quand même plus agréable que de se faire appeler Jorunn ! »

Un petit rire, peut-être partagé. La drell parlait peu, mais ne semblait pas spécialement dérangée ou méfiante, juste attentive. Ne lui refusant pas, le galarien poursuivit.

« Et donc, Tori, comment occupe tu tes jours sur cette planète ? On attribue aux drells un comportement assez mystique et méditatif, la rumeur est elle fondée ? »


HRP: si quelque chose ne te vas pas, n'hésite pas à le signaler Smile
Et étant donné que l'on est dans un RP discussion, je pense que l'on peut faire sauter la règle du nombre minimal de mots et écrire comme on le sent, si ça te convient Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 183
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Ven 15 Juil 2016, 23:05
Elle plissa son nez, curieuse. Elle n’était pas une grande connaisseuse des galariens et elle n’avait pas envisagé tous les désavantages de leurs organismes hyperactifs. Elle prit l’une des barres protéinées qu’il avait. Pourquoi pas, elle avait de toute manière besoin de reprendre des forces après son entraînement biotique. Le goût industriel n’était pas fameux, mais il était acceptable. C’est la texture qui lui plaisait le moins dans ce genre d’alimentation.

« Es-tu sûr de vouloir suivre un être de mon genre dans son élément naturel ? »


Elle sourit. Certainement, lui venait-il un tas d’idée d’occupation très divertissantes… et épuisantes. La question était rhétorique, aussi continua-t-elle à répondre. Elle ne prit pas la peine de commenter ses histoires de droits étranges. Le galarien parlait de cercle et de trucs un peu conceptuels visiblement qu’elle méconnaissait.

Elle poursuivit donc avec un sourire très tendre. Elle aimait parler de sa culture.

« Oui, la rumeur est fondée. »
Elle posa la main sur son cœur. « Je ne pourrais pas te parler au nom de mon peuple entier, car nous nous sommes quelque peu disséminé. Nous avons évolué et l’environnement change les communautés. Je sais que certains des miens ont renoncés à nos croyances. Ce n’est pas grave... mais c’est une autre et vaste question. » Elle la clôture d'un mouvement de main.

« Me concernant, je viens ici lors de mes permissions. Ce terrain me sert à me ressourcer, à vivre … j’y trouve un équilibre. J’adore chasser ! »
Elle joint ses mains, les claquant. « Je peux t’y emmener si tu arrives à suivre… » Elle arque une arcade, gentiment moqueuse.

HRP:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 321
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Sam 23 Juil 2016, 11:27

Le Lézard et la Grenouille
Février 2198

Nébuleuse d'Athéna, Système Parnitha, Piarès



Abbadon écoutait tranquillement sa camarade. Ainsi la rumeur était fondée, au moins dans le cas de Tori, même si elle avouait que ce n'était pas le cas de toute son espèce notamment à cause du changement d'environnement. Avait elle grandi sur Kahjé entourée de drell ayant changé de foi, ou ailleurs en observant la religion hanari des Portes Flammes se répandre chez ses semblables du Synacte ?
Les dossiers sur Shepard et ses compagnons parlaient notamment de Thane Krios, l'assassin. Lui aussi avait un comportement éminemment religieux, et était pourtant né sur Kahjé – en plus d'avoir fait parti du Synacte. Malgré l'environnement très différent de Rakhana, les traditions drelles semblaient survivre.
Des rapports plus récents parlaient toutefois de troubles religieux plus importants. Ils étaient toutefois peu étudiés, ne présentant pas de réels dangers pour la galaxie. Peut être Tori en saurait-elle plus.

Le choix de la planète n'était pas explicité, mais le galarien estima avoir vu juste. Se ressourcer, vivre, chasser... cette planète était le lieu idéal pour la drell traditionaliste. Elle s'y sentait dans son élément naturel – ce qu'il était. Tout le contraire du galarien.

« J'adore chasser ! Je peux t'y emmener si tu arrives à suivre... ». Le galarien sourit face à la taquinerie.
« Je pense pouvoir te suivre, mais la chasse me sera une nouveauté ! Les miens ne la pratiquent plus depuis très longtemps. Comment chasses-tu ? Je veux dire, avec quelles armes, ou instruments ?».

Le galarien se tût un instant, se remémorant l'histoire de son peuple. Certes, ils avaient été chasseurs, comme toutes les autres espèces dominantes de la galaxie. Mais les notions d'écologie étaient survenues très tôt chez les siens, poussant son peuple à limiter au maximum l'impact sur l'environnement, favorisant les élevages et les cultures en accord avec l'écosystème. En conséquence, Sur'Kesh était l'une des planètes à la biodiversité la plus grande parmi les espèces conciliennes, extrêmement riche en ressources naturelles, espèces vivantes, etc. Tout le contraire de Rakhana, au final, qui avait toujours été désertique.

« Où as tu appris à chasser ? Kahjé ne dispose pas de terres suffisantes, à ma connaissance. ».

En fait, Abbadon ne voyait pas trop ce que l'on pouvait apprendre sur la planète aquatique, à part la pêche – si autorisée – la religion hanari, et une syntaxe grammaticalement particulière.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 183
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Sam 23 Juil 2016, 21:30
« Ca dépend de la bête, je vais certainement te décevoir, mais je chasse de manière moderne. Je connais en théorie des méthodes ancestrales, mais la faune de notre planète s’y prêtait mieux… » un léger silence. « Et je ne suis pas très bonne chasseur antique, j’apprécie que mon fusil me soit d’une utilité différente. La traque est un art inchangé, cependant. Lire les déserts, c'est le plus compliqué à apprendre.»

Elle savait qu’en clignant des yeux, elle s’exposait à un retour de souvenir. Elle garda bien fixement ses doubles paupières ouvertes.

« Je n’ai pas du tout grandi sur Kahjé. »


Un monde affreux, cauchemardesque, empli d’eau. Quelle ironie que leurs sauveurs proviennent d’une pareille planète.

« Je suis une enfant des étoiles qui chemine sur un chemin de poussière… »


Clignement d’yeux. Elle lève le museau, le ciel est encore trop clair pour laisser paraître ses compagnes. Vous me manquez, douces amantes.

« Je suis née sur Osaré, mais je n’y pas vécu. Mes parents avaient la maladie des vagabonds...»


Sa main ondule, suivant un chemin invisible.

« Pour te répondre, j’ai beaucoup appris durant ma scolarité, le reste je l’ai appris seule. En nous dort un potentiel qui n’attend qu’une oreille attentive pour s’éveiller. »

« Je ne connais pas bien ta race. Il serait équitable que tu me partages aussi quelques aperçus de ta vie. Je te laisse choisir de quoi tu as envie de parler, avant de te harceler… »


Elle tendit au galarien une gourde d’eau. Cet élément avec lequel elle avait un rapport si particulier. Il leur était nécessaire et pourtant, sans un équilibre délicat, elle les rongeait de l’intérieur, les pourrissait. Une traitresse, voilà ce qu’était l’eau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 321
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Jeu 28 Juil 2016, 12:03

Le Lézard et la Grenouille
Février 2198

Nébuleuse d'Athéna, Système Parnitha, Piarès



Tori n'était donc pas née sur Kahjé, au sein du Synacte. Ceci expliquait des choses – sa foi traditionnelle très présente, son apparente liberté dans ses mouvements – mais soulevait aussi d'autres questions. Comme d'où venait son entraînement de commando. Sa ''scolarité'', répondait-elle de façon évasive, et le reste seule. Abbadon voyait mal des parents donner un entraînement aussi abouti à leur fille, et savait parfaitement que ces compétences n'étaient atteignable seul que dans des conditions très particulières. La drell ne disait pas tout – mais c'était normal. Le galarien en apprendrait davantage dans les jours à venir, il n'en doutait point.

« Je ne connais pas bien ta race. Il serait équitable que tu me partages aussi quelques aperçus de ta vie. Je te laisse choisir de quoi tu as envie de parler, avant de te harceler… »
« Une demande bien raisonnable en effet. Voyons... »

Abbadon se laissa quelques instants de réflexion, profitant avec plaisir de l'eau offerte par sa camarade. Malgré sa tenue conçue pour limiter au maximum la perte d'humidité, il sentait en permanence la sécheresse de son environnement, bien plus forte que ce qu'appréciait son peuple.

« J'ai démarré ma vie à l'opposée de la tienne. Je suis né dans un clan ambitieux et puissant, et ait été considéré comme un outil politique dès ma conception. »

Comme un espion à la solde de sa famille, en fait. Ironiquement.

« Jusqu'à mes 8 ans, je n'ai quitté les Terres de mon clan uniquement pour rencontrer d'autres grandes familles lors de bals et de gala. Des réceptions grandioses faites pour que l'hôte impressionne et montre l'intérêt qu'il y a à négocier avec lui. Je pense que tu les détesterais, mais c'est quelque chose d’extrêmement stimulant chez mon peuple : la quête de secrets et de manipulation tout en devant maintenir une étiquette irréprochable. La plupart de mes missions requiert moins de contrôle qu'il n'en faut pour sortir indemne d'un bal galarien. »

Bien qu'il soit très rare que des violences éclosent encore dans ce genre d'événement – et que si cela arrivait, les responsables se couvraient en général de honte – des cas historiques avaient montré que ces bals pouvaient être de véritables embuscades. Lors de l'ère sombre galarienne – l'équivalent du Moyen-Âge humain – un clan nommé Stark avait été entièrement éliminé lors d'un bal de ce genre. Les violences avaient été de plus en plus refrénées avec le temps, mais l'étiquette était également devenue de plus en plus exigeante, et les cas étaient nombreux de galariens ostracisé de la vie politique par leur manque de contrôle et de discrétion.

« Mais comme dit, tout changea à mes 8 ans. C'était en 2183, l'attaque geth sur la Citadelle. J'ai alors rejoins l'armée, et j'ai enfin commencé à visiter la galaxie et à devenir plus indépendant de mon clan. Indépendance qui est devenue définitive après la Crise galarienne de 2193. »

Indépendance... Un joli mot pour dire que Abbadon avait préféré aidé le GSI plutôt que les siens, ce qui avait amené à l'anéantissement du clan Bynare et le départ d'Abbadon de Sur'Kesh.

« Depuis je voyage dans la galaxie, en remplissant diverses missions pour les intérêts des miens. J'en ai quelques unes assez sympathique à mon actif, si ça t'intéresse. Je ne doute pas que ce soit aussi ton cas ! »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 183
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Ven 12 Aoû 2016, 20:15
Le galarien lui livrait un aperçu plutôt complet de sa vie. Il évitait, lui aussi, d’être réellement précis sur ses activités. Il avait cependant vu juste, jouer sur des terrains flous, ce n’était pas tellement son crédo.

« Je n’aurais pas aimé ça, je crois... mais je ne peux pas réellement comprendre. Le mot clan n’a pas vraiment de sens pour moi. Tout comme le mot, bal, réception, étiquette… Je suppose que ça peut être amusant, … mais je n’ai pas réellement de vie sociale communautaire sur laquelle prendre exemple. Ce qui fait que je suis un interlocuteur un peu limité à ce sujet. »

« Ton peuple déguise-t-il les guerriers en danseuse ? Tu parles à demi-mot, Abbadon. Quel genre de militaire es-tu donc ? C’est vraiment curieux. Lorsque je réfléchis à toutes les données que tu me livres, je ne parviens pas à te comprendre. »


Non, les circonvolutions rhétoriques, ce n’est vraiment pas son truc. Elle préférait tenter la franchise, après tout, il ne voyageait pas sans objectif, mission et est venu jusqu’ici pour l’étudier. Ces détails énoncés avec franchise préalablement, l’avaient tout de même marquée. Il convenait de s’assurer de la provenance de son interlocuteur, bien qu’elle tende à lui faire naturellement confiance. Ce qu’elle ne comprenait pas tendait à la rendre méfiante et les motivations du galarien lui apparaissaient comme des plus floues.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 321
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Mar 30 Aoû 2016, 19:25

Le Lézard et la Grenouille
Février 2198

Nébuleuse d'Athéna, Système Parnitha, Piarès



« Ton peuple déguise-t-il les guerriers en danseuse ? Tu parles à demi-mot, Abbadon. Quel genre de militaire es-tu donc ? C’est vraiment curieux. Lorsque je réfléchis à toutes les données que tu me livres, je ne parviens pas à te comprendre. »

Quelle étrange question ! S'agit-il d'une image, d'une allégorie, ou s'agit il d'une véritable rumeur sur mon peuple ? Je pense plutôt pour la première supposition : j'aurai entendu parler de ce cliché plus tôt dans le cas contraire. Et l'idée d'un guerrier danseur me semble assez cohérente avec la psyché de ma partenaire de discussion.
Ce qui est plus clair, en revanche, c’est qu'elle veut des informations plus précises.

« Le genre à danser autour de l'ennemi au lieu de l'affronter de face ? ». Petit rire. « Je ne vois pas quoi te répondre. Si je dévoilais mes méthodes à la moindre discussion, je perdrais beaucoup en efficacité. Disons seulement que mon travail est de prendre connaissance et d'évaluer la menace potentielle de différents individus et groupes. Et, dans le cas où cette menace s'avérait plus que potentielle pour la sécurité galactique, je travaille à y mettre fin. Mais il est normal de ne pas se comprendre, pas encore du moins. Nous venons tout juste de nous rencontrer. Je ne te comprend pas encore, enfant des étoiles ! C'est pour cela que je suis ici après tout. Te connaître davantage, te comprendre, et comprendre ta place dans cette galaxie. Tes compétences sont rares, et il convient de savoir dans quels buts elles sont utilisées. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 183
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Jeu 01 Sep 2016, 23:41
Hochement de tête.

« La galaxie n’a pas à avoir peur d’une race à moitié éteinte. »
Un soupire, elle reprend.

« Pour me comprendre, il faut être capable d’imaginer l’inimaginable en soit… c'est un sentiment plutôt révoltant à vivre. Imaginez... que vous soyez peut-être le dernier représentant de votre genre... pf !

Notre but est de survivre… Idéalement, la communauté à laquelle j’appartiens a pour intention de croître et à terme regagner notre planète mère. Pour cela nous avons besoin de moyen, de science… au final, on se rend compte que le seul nerf de la guerre c’est l’argent… nous commerçons donc beaucoup et chaque sous est investi… à court terme en aménagement pour notre colonie et a plus long terme pour notre planète… »


Elle observa le galarien, intriguant qu’une petite tête puisse être aussi célériquement intelligent.

« C’est un cas de figure très classique, en soi. Tout groupe déraciné, menacé cherche à retrouver un environnement sécurisant et positif. »

Elle sort de son sac une petite bourse et la tend au batracien.

« Ce sont des insectes grillés et assaisonné. Très protéiné et typiquement drell. Je les ai achetés en partant. »

« Pour être autonome, il n’y a pas de secret, il faut être capable de faire les gros bras. Moi, je travaille dans la sécurité. Travaillais, c’est un peu plus complexe… en vieillissant j’ai mis la casquette d’ambassadrice. »
Elle mime le couvre-chef.

« Je parle donc avec plaisir de ma cause si c’est ce qui vous intéresse… ?»



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 321
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Mer 07 Sep 2016, 13:59

Le Lézard et la Grenouille
Février 2198

Nébuleuse d'Athéna, Système Parnitha, Piarès



Imaginer l'imaginable... Oui, je vois bien ce qu'elle veut dire. Il faut dire que depuis les Moissonneurs... l'inimaginable est devenu d'un seul coup très réaliste. Mais entre savoir et sentir, la différence est forte, surtout lorsque l'on est membre d'une espèce étant restée à l'écart de la guerre.
En revanche, le dernier représentant de mon genre... je le comprend mieux. Il n'y aura plus de Bynare après moi, tout au plus des prétendants ré-utilisant le nom. La lignée principale sera éteinte. Mais contrairement à Tori, je ne me sens pas le devoir de corriger ce fait.

Mon interlocutrice continue son explication, sur son groupe. Les Enfants d'Amonkira. Partisans d'une séparation entre drells et hanaris, quoique officiellement pour une collaboration. Mais leur existence hors des gouvernements conciliens rend leurs actions parfois... floues.

Tori me tend une petite bourse d'insectes grillés. J'en prend quelques uns avec un hochement de tête, en remerciement, puis fait craquer le premier sous mes dents. Pas mauvais.

La drell termine en parlant d'elle-même. Gros bras et ambassadrice. J'ai pu voir le premier cas de figure en effet, et si je ne qualifierai pas ses bras de gros, le terme d'efficace me semble bien le minimum.

« N'avions nous pas conclu de nous tutoyer ? ». Je sourie, la taquinant. « Ta cause m'intéresse, en effet. J'ai eu l'occasion de te voir faire les gros bras, mais pas encore de te voir en tant qu'ambassadrice ! Coloniser Rakhana est une opération complexe, plus que de terraformée une planète inhabitable. Je sais que la plupart des accords interespèces sur la question drell portent davantage sur le soin du Syndrome de Képral, et ces recherches sont déjà coûteuses. Comment comptez vous trouver les financements ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 183
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Mer 07 Sep 2016, 21:30

 « Ah ! Je ne suis pas encore accoutumée au tu, désolée. »

Elle rentre légèrement la tête dans les épaules et remue l’échine. C’est presque drôle un drell contrit.

« Ambassadrice, c’est vraiment plus compliqué … Surtout quand il s’agit de diplomatie de galaxie. Les faux-semblants me convenant moyennement, je ne suis pas profilée favorablement pour ce genre de tâche.

Mais ! j’aime beaucoup parler, ça compense !»


Beaucoup réfléchir également. Arf, heureusement qu’elle n’est pas confrontée aux débats les plus délicats, mais plutôt à la communication générale et au recrutement.

« Je suis encore moins scientifique… et je n’y entends pas trop en terraformation et recherches… je sais que les deux se font. C’est bien. Cependant, les recherches contre le syndromes de Képral se font beaucoup parmi les notre de Kahjé, la société hanarienne. Oui… je suppose que … puisque Erha nous a tous rassemblé, pour admirer de si près… et si loin notre Mère, c’est dans cet espoir de fouler son sol. Ce n’est pas un désire rationnel, mais cela fait partie de nos motivations fondamentales. Supprimez l’hostilité humide et nos soucis de maladie seront également un souvenir, nous attaquons le problème à la source. Il est bon cependant de soigner nos forces pour nous garantir d’arriver à cet objectif, en nombre. J’ai foi en notre destinée.»

Elle appose la main au niveau de son cœur. Pause très légèrement marquée, elle reprend. Elle est emplie d’une conviction imperturbable, ses mots en dégoulinent.

« Scientifiquement, je ne sais pas si c’est pertinent ou si cela semble fou. Mais en nos cœurs, c’est un moteur. Je sais que nous avons eu des résultats très encourageant, je l’ai lu dans la presse dernièrement. »

« Nos financements sont d’ordres plus privés. Nous avons nos propres fonds de commerce et sommes actifs sur le marché. Je jalouse un peu la réussite de mes confrères marchands. Il faut croire que l’argent, c’est vraiment plus parlant que des discours lyrics. »


Elle rit encore, en congé, elle est toujours plus joviale.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 321
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Jeu 08 Sep 2016, 13:27

Le Lézard et la Grenouille
Février 2198

Nébuleuse d'Athéna, Système Parnitha, Piarès



Tori me raconte un petit peu sa cause, ses objectifs, ses motivations. J'écoute attentivement, mais je m'interroge aussi en mon fort intérieur. La drell est... idéaliste, c’est le mot. Trop, peut-être. Vouloir une planète adaptée à la physiologie drelle est une bonne chose, j'en suis convaincu. Mais Rakhana ? La planète est trop pauvre, elle est en fin de vie. Et faire revivre une planète me semble une tâche trop complexe... Mais je ne suis pas un scientifique. Sans doute y a-t-il des gens, parmi son groupe, qui ont des plans. J'espère seulement qu'ils ne sont pas manipulés par des investisseurs leurs faisant miroiter des mirages au visage.

« N'avez vous jamais envisagé une autre planète que Rakhana ? Les planètes sèches sont rarement appréciées des peuples conciliens. Il serait peut-être plus simple d'acheter une planète, même s'il s'agit d'une opération réellement coûteuse. Je ne suis pas scientifique non plus, mais il me semble que Rakhana est extrêmement pauvre en ressource, et je ne pense pas qu'une espèce ait découvert un moyen de multiplier les ressources naturelles... Les préserver, oui, développer ce qui existe déjà... Mais recréer ce qui a disparu ? Enfin, je suppose que les Enfants d'Amonkira ont leurs propres scientifiques pour étudier ces questions ? »

En parlant, je pense encore à d'autres possibilités. Si effectivement, l'organisation que représente Tori est plus idéaliste que réaliste, alors elle court réellement le risque d'être manipulée. Et à quoi serait prêt un peuple frôlant l'extinction et ayant besoin d'aide pour survivre ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 183
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Sam 10 Sep 2016, 21:59
« C’est envisagé, oui. Ce genre de démarche fait également partie de mes charges. C’est, en effet, une possibilité coûteuse qui demande des moyens et appuis dont nous manquons malheureusement. »

« Pour l’instant Erha pourvoit à nos besoins en terme de terre. Bien que cette lune soit trop pauvre pour une quelconque ambition plus grande que la colonie qu’elle fait déjà vivre. »

« Je ne suis pas scientifique, Abbadon, ni politicienne… je suis ce que l’on me demande et je sais que nos dirigeants sont avisés. Nous ne retrouverons certainement jamais la planète que nous avons détruite. Tu as raison. Mais, nous ne pouvons pas nous résigner à mettre une croix sur celle qui nous a vus naître. C’est un lien mystique et sentimental, pas une chaîne. »

« Nous avons quelques scientifiques et travaillons avec des instituts ou autres nations. Nous utilisons majoritairement la matière grise des autres, à ce que j’ai compris. Nous n’avons pas d’école assez poussée pour former nos éventuelles vocations scientifiques, avouons-le. Il est amusant de voir le pragmatisme très calculé dont les miens font preuves. »

« C’est un peu du charabia… qu’en dit ton analyse ? »


Après tout, s'il l'étudiait, elle pouvait avoir la primeur de ses conclusions. Cette discussion très étrange lui semblait un excellent moyen d'accéder à un brin de sagesse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 321
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Mer 14 Sep 2016, 19:04

Le Lézard et la Grenouille
Février 2198

Nébuleuse d'Athéna, Système Parnitha, Piarès



« Mon analyse. Haha. »

Que déduire de ce qu'elle me dit ? Qu'analyser dans ce discours finalement assez sombre et incertain ? Quelques petites choses, mais si peu. Je ne suis pas un spécialiste de la question, que ce soit au point de vue scientifique ou politique. Je suis un soldat...

« Vous êtes un peuple intéressant. Intelligent. Pragmatique. Optimiste. Idéaliste. Désespéré. »

Je soupire. Je n'ai pas envie de faire de mal à la jeune femme.

« C'est... logique, au final. J'ignore si tu es représentative des drells, et si les drells d'aujourd'hui sont représentatifs de ce que vous étiez. Mais à l'heure actuelle... la menace pesant sur votre espèce vous défini plus que tout autre facteur.
Je ne dis pas ça par méchanceté. N'importe quelle espèce en serait au même point à votre place. Et en plus de votre nombre si réduit, la majeure partie des drells est dépendante des hanari, alors même que vivre avec eux entraîne le Syndrome de Képral ! Et de la découlent les divisions de factions et d'opinions qui sévissent chez les tiens... »


Désespérés ils sont, mais surtout dans une situation désespérante, en fait.

« Je ne suis pas la bonne personne pour en parler avec toi. Les quariens, et peut-être les krogans, comprendraient sans doute mieux votre position. Eux même ont été assez proches de l'extinction. Ils ont survécu. Mais les quariens étaient unis et indépendants, et les krogans disposaient de leur planète mère. Vous... votre situation est plus complexe encore. Le Syndrome de Képral complexifie tout, en fait.
Le soigner est en cours de route, mais quel en serait l'impact ? J'ignore en quel sens travaille les scientifiques sur le sujet. Mais s'il s'agit de modifications génétiques lourdes, alors il pourrait parfaitement naître deux espèces de drells. L'une, adaptée au climat aride de votre planète natale, et en voie d'extinction. L'autre, adaptée et peut-être même dépendante d'un territoire humide, parfaite symbiose des hanaris, et à jamais attachée à eux. »


Sombres possibilités. Peut-être ais-je des craintes pour rien. Mais je me dis que cette possibilité conviendrait sans doute à beaucoup de monde. Essayons de penser plus positif.

« Vous avez besoin d'une terre où vivre et vous rassembler, et Kahjé ne convient pas. En ce sens, ton objectif est logique, et trouver une planète pour les drells serait une avancée formidable. Mais il faudrait que votre organisation soit davantage rattachés aux drells de Kahjé et aux politiciens hanaris. Tout serait plus simple si leur gouvernement vous soutenait. Peut être explorer des planètes et secteurs inconnus au nom des hanaris, en échange de quoi ils vous donneraient et financeraient la colonisation d'une planète aride sitôt que vous en auriez découvert une ? Et aussi mettre au proint un Synacte applicable à une situation où drells et hanaris ne vivraient plus ensembles. À moins que vous ne souhaitiez supprimer le Synacte. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 183
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Lun 19 Sep 2016, 16:23
« La réalité peut être perçue comme méchante, mais c’est une épreuve affrontée avec honneur. Enfant, je savais que la situation était grave… mais j’étais heureuse. Je suis toujours heureuse de voir nos enfants courir dans les rues et jouer en criant. Quoiqu’il advienne, nous avons un avenir. »

« Moi, je cultive la survie de l’enfant en moi. Parce que tu as raison, le syndrome de Krépal… c’est désespéré. »

« Les hanaris sont des poulpes qui ont leurs propres particularités, en effet. »
Elle rit. « Ils sont aussi compliqués à comprendre qu’un drell survivant. Même pire.»

Elle s’assied et appuie une joue contre sa main. Pensive. Quand on se penche seul sur cette question, elle est insoluble. Cependant, elle n'était pas seule, sur ce problème. Elle avait dans sa main, celle des siens et dans les leurs la volonté de leurs ancêtres. Devait-elle être désespérée ? Peut-être, mais elle se sentait emplie d'un optimisme insolent. Elle a confiance. Les Déesses y veillent.

« Le Synacte, on ne l’a jamais rejeté. Peut-être le modifier… mais il est trop important, lié à notre essence, pour qu’on puisse juste le supprimer. En tout cas, pas tout de suite, pas brusquement. Le modifier, oui… ça peut être envisageable. »

« Quoi qu’on fasse, tout prendra du temps. Ça tombe bien, on est patient. Et puis, je n’ai pas que des soucis à l’échelle d’un peuple. J’ai aussi ma petite personne à entretenir. Entre mes plans d’entraînements quotidiens, mon job, ça ne me laisse pas beaucoup de temps. Je ne reste ici que trois jours et je repars en mission. »


Elle énumère au fur et à mesure sur ses doigts qu’elle finit par agiter.

« Demain matin, on se lève avant l’aurore pour chasser. »


Finalement, c'est agréable d'avoir de la compagnie parfois. Elle ne regrettait pas d'avoir été suivie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 321
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Dim 25 Sep 2016, 11:54

Le Lézard et la Grenouille
Février 2198

Nébuleuse d'Athéna, Système Parnitha, Piarès



Tori est curieuse. Répondant et réagissant aux questions et remarques, mais souvent avec des tournures de phrases qui semblaient esquiver les écueils, tel un poisson nageant habilement. Ou un lézard grimpant un rocher.
Comme quoi, nos origines nous influencent par delà les millénaires.

Ma comparse continue, abordant le Synacte. Curieusement, elle ne semble pas vraiment avoir pensé à la modification, pourtant obligatoire, de l'accord de son peuple avec les hanari. Ou peut-être ne souhaite elle pas aborder un sujet si personnel à son peuple, et dont les implications sont si dangereuses politiquement. Peut-être que son organisation a déjà des ébauches de Synacte modifié, mais qu'elle ne souhaite pas que cela s'ébruite par peur de la réaction des hanari.
Ou peut-être que je réfléchis trop.

Elle termine sur le fait de prendre soin d'elle-même, dès qu'elle le peut. C'est une bonne chose. À trop s'oublier, on finit par en perdre sa nature.

« Demain matin, on se lève avant l'aurore pour chasser. »

Sa remarque me fait sourire. J'ai une petite surprise pour elle.

« Les galariens ne dorment qu'une heure par jour. Je vais faire un petit tour pour profiter du désert nocturne avant de me reposer. Et je serai près demain matin. »

Je me redresse sur mes jambes. Entre la randonnée du jour et la longue discussion de la soirée, la nuit a prit ses position et le désert est nimbé d'un spectre oscillant du bleu très pâle au violet quasiment noir.

« Passe une bonne nuit, à demain matin. »

***



Je n'ai pas marché très longtemps. Mais je me suis arrêté plusieurs fois, pour profiter du paysage et réfléchir.
La nuit est fraîche, mais l'atmosphère a gagné en humidité, ce qui la rend bien plus agréable à mes yeux. Ce que je vois me rappelle un peu les holo sur la planète Amarantine, les installations asari désaffectées en plus.
Mais ce à quoi je réfléchis est plus intéressant. Que penser des Enfants d'Amonkira ?
Un groupe politique drell proposant une alternative à la situation actuelle. Assez traditionaliste, fonctionne au système D, présente au monde un visage plus proche du doux rêveur que du catalyseur de changement. Des agents compétents utilisés pour créer des liens et des relations.
En un mot comme en cent, un groupe dont les objectifs et méthodes n'ont rien de dérangeant, mais qui pourrait être utilisé ou manipulé.
Bah, un groupe à surveiller quoi, comme tant d'autres. Et qui peut faire beaucoup de bien s'il reçoit les bons soutiens. À noter dans mon rapport, peut être que le GSI envisagera d'en parler ailleurs.
Ceci étant dit, il est temps d'aller dormir un peu.

***



La drell est allongée dans son petit chez soi. Spartiate, mais parfait pour l'utilisation qui en est faite. Je vais m'allonger à mon tour, en faisant attention à ne pas la déranger. Une bonne journée est derrière moi, je ne devrai pas avoir de mal à dormir.

***



Qu'est ce qui m'a réveillé ? Je l'ignore, peut-être ai-je juste suffisamment dormi. L'heure de partir approche, de toute façon. Et ma camarade est déjà éveillée.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 183
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Jeu 29 Sep 2016, 04:56
Une heure, ce n'est pas beaucoup ! Il est vrai qu'elle n'avait pas tiré cette conclusion malgré leur rythme de vie rapide et leur espérance de vie écourtée. Les galariens étaient véritablement une race intrigante. Elle répond à son vœu de bonne nuit et se réarticule en direction de son abris. C'est spartiate, mais elle aime cet endroit. Elle laisse dehors une petite veilleuse pour faciliter le retour du batracien, même si elle n'est pas certaine que ce soit réellement nécessaire. C'est l'intention qui compte, alors elle se décida à l'accrocher.

Elle n'est pas frileuse, mais contrairement aux lézards, elle n'a pas le sang-froid. Elle prit donc soin, une fois sa toilette faite et son déséquipèrent achevé, de se couvrir d'une couverture. Elle s'endormit rapidement, la journée ayant été bien remplie.

~
Dans son rêve, elle marche. Elle marche dans un désert. Immense. Lorsqu'elle voit une infrastructure, elle se rend compte que ce sont des drells qu'elle voit, beaucoup. Une ville. Une ville ? C'est juste, ils ont trouvé un endroit… Elle y évolue, observe, s'installe dans un établissement. Elle y voit sa mère et d'autres, des vivants des morts. Les hôpitaux ne sont pas bondés de malades, crachant leurs poumons pourris.
~

Elle ouvrit un œil, son alarme intrusion venait de vibrer à son poignet. Elle distingua du coin de l'œil le galarien qui se couchait. Parfait. Cela voulait dire qu'il lui restait encore une heure de sommeil à savourer. Elle replongea donc avec délice dans cet étrange rêve, qui faisait certainement écho à leur conversation de la veille. Elle voulait encore rêver de nuages sur les déserts et de vents poussiéreux.

Elle se réveilla peu de temps après. Elle trouva le galarien assez drôlement mignon ainsi assoupi. Il a vraiment de gros yeux, ce fut sa pensée du matin et elle l'amusa. Elle sortit discrètement pour le laisser finir sa nuit. C'est ça de faire le couche-tard…

Elle raviva le feu et se décida à cuisiner un petit-déjeuner. Lorsqu'elle était ici, elle prenait plaisir à manger de la nourriture saine et non-industrielle. Elle ne pouvait pas tout trouver là, alors elle apportait des stocks, mais elle les complétait toujours avec quelque chose de frais. Elle ne savait pas trop ce qu'Abbadon apprécierait, mais il valait mieux bien manger avant de partir.

Elle mélangea une purée de plante racinaire à des œufs qu'elle avait ramassés hier en chemin. Elle était en effet passée près d'une colonie d'oiseau des falaises et avait profité du prétexte pour travailler son escalade. Rien de mieux que des œufs aussi frais, à gober un délice. La purée fera un apport en sucre lent convenable. Elle l'agrémenta de quelques petits morceaux de viande.

Le galarien ne tarda pas à la rejoindre, peut-être réveillé par la bonne odeur ? En tout cas, bonne à son nez de drelle. Elle a déjà préparé son paquetage, il ne leur manque plus que de finir le repas pour pouvoir partir. Elle tendit un bol fumant au galarien.

"Bien dormi ?"

C'était amusant de partager des moments intimes et courants avec un presque inconnu. Un camarade d'arme, ça compte pas comme inconnu, cela dit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 321
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Sam 01 Oct 2016, 23:23

Le Lézard et la Grenouille
Février 2198

Nébuleuse d'Athéna, Système Parnitha, Piarès



« Bien dormi ? »

Tori est dehors, le repas devant elle, en train de manger. Un petit déjeuner assez protéiné, à vue d’œil. Ça tombe bien : comme souvent, je suis affamé.

« Très bien, merci. Même si le climat sec me change un peu de mes habitudes ! »

Je souris en même temps, m'amusant de ma capacité innée à trouver des défauts à toutes situations. Dormir ''à la belle étoile'' – comme disent les humains – n'a rien de désagréable de manière occasionnelle, et dormir en agréable compagnie sans avoir à être sur mes aguets est quelque chose de si rare que ça en devient un luxe à mes yeux. C'était donc une excellente nuit, en fait.
Je m'empare du bol fumant, commençant à manger, tout en parlant.

« C'est très bon, merci. Comment la chasse s'organise-t-elle ? Je sais me déplacer discrètement et me fondre dans le décors, mais je t'avoue n'avoir qu'un pistolet sur moi. Et pas vraiment le genre utile face à des animaux. »

C’est le moins que l'on puisse dire : avec ses munitions étant en réalité de mini grenades, le Scorpion est tout sauf une arme de chasse.

« Je sais parfaitement me camoufler et me déplacer en silence, en revanche. Si ça peut t'être utile dans ta chasse ! »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 183
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Mer 12 Oct 2016, 22:24
« Tant mieux ! On aura peut-être une chance d’approcher du gibier alors ! »

Répondit-elle à sa dernière phrase. Elle entra ensuite dans le petit abri et ouvrit un coffre sécurisé par un code. Elle en extirpa un vieux Viper. Fonctionnel, mais il portait les affres du temps et des après engagement. Elle l’avait mis en retraite dans sa cache, au cas où. Elle observa l’arme brièvement, elle avait commencé avec elle. Enfin, dès qu’elle avait été en âge de la manier… Quand on a les bras trop petits pour atteindre la gâchette, on utilise un autre type d’arme. A dire vrai, elle avait commencé au pistolet avant de se spécialiser. Le fusil de précision restait son arme préférée. Si élégante et si … elle rompit sa contemplation et retourna vers Abbadon.

« La faune ici n’est pas trop terrible, mais on ne sait jamais. »


Elle lui donna le fusil, ainsi qu’un chargeur munitionné. Après avoir chargé un sac contenant de l’eau, denrée importante dans le désert. Bien que sa physionomie soit capable de supporter la chaleur, elle préférait avoir une sécurité, qui plus est quand on est accompagnée d’un batracien. Il avait bien raison de signaler le caractère inhabituel du climat pour lui. Elle hocha de la tête et descendit la colline rocheuse.

La partie préférée de la chasse commençait, le jour naissant s’animait peu à peu. Elle huma l’air, tout était parfait. Elle jeta un œil en arrière pour s’assurer qu’Abbadon la suivait. Cet individu était décidément étonnant. Il était maintenant temps de vérifier s’il était aussi discret qu’il le prétendait ! Ils durent marcher un temps avant que la drelle, observant le sol, ne s’arrête brièvement. De petites traces au sol, parmi tant d’autres dans les dunes, attirèrent son attention. Elle devait avouer que ce genre de sol était particulièrement difficile à lire. Elle aurait pu partir vers les plaines rocailleuses, mais elle avait envie de challenger son compagnon de route.

Se challenger elle-même également… Sa piste partait en direction d’un point d’eau qu’ils découvrirent après une petite marche. La bête était bien passée par-là, mais avait déjà quitté les lieux. La marre boueuse lui confirma toutefois la nature de l’animal, une petite antilope* des déserts. Farouche et très rapide. Un mâle certainement, car il n’y avait aucun signe de troupeau. Elle indiqua les traces, enfin clairement visibles, dans la boue au galarien.

« Elles sont fraîches. »


Sauf que le bovidé les fit carapater jusqu’à une zone de rocaille et là… la drelle s’accroupit sur un rocher, observant le paysage écharpé. Frustration. Elle détestait devoir renoncer à une traque. Son instinct et son orgueil ronchonnaient. L’étendue de pierre rendait les traces invisibles et elle n’était pas accompagnée d’un compagnon au flair aiguisé.

« Là, c’est moche. Même moi je ne pourrais pas le tracer là-dedans. »

Persévérance et marche, voilà ce qui rythmait la chasse. Cependant, la position leur offrait un très bon point de vue sur le point d’eau, ou plutôt la zone vaguement marécageuse. La drelle indiqua d’un geste de la main le contrebas. Elle observa l’environnement et choisi un endroit où elle s’assit. Elle fit signe au galarien de la rejoindre.

« Soleil, vent. Meilleur endroit. Maintenant, on se tait et on attend. C’est un endroit très facile, ici. Tu as intérêt à viser juste.
»

Elle arma tout de même son fusil. C’était un privilège qu’elle lui adressait, puisqu’il était son invité, la mise à mort lui revenait. Après tout, il l’avait bien méritée, après ces heures de marche dans la chaleur. Et puis, il n'avait pas menti en prétendant savoir se déplacer discrètement. Et le soleil qui se levait, fit grimper très rapidement la chaleur. Aux heures de marche allait s'ajouter le temps de l'attente, aux aguets du prochain assoiffé qui viendrait à portée de viseur.


*antilope asari, il va de soit, mais je ne m’aventurerai pas dans des précisions trop pointue.




Dernière édition par Tori Jorunn le Ven 04 Nov 2016, 20:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 321
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Sam 29 Oct 2016, 11:14

Le Lézard et la Grenouille
Février 2198

Nébuleuse d'Athéna, Système Parnitha, Piarès



Je réceptionne le fusil, un ancien modèle de Viper bien entretenu. Au cas où la faune serait dangereuse, donc ?
Bah, je pense que même sans arme, s'en sortir face à des animaux ne devrait pas être si compliqué. Puis, je dois bien avouer ne pas très bien maîtriser les fusils de précision !
Quelques vivres supplémentaires et nous voilà partis.

***


Tori est réellement une pisteuse. Après avoir remarqué quelques minuscules traces dans les dunes, elle m'a emmené auprès d'un point d'eau, puis dans une zone rocailleuse où la piste a disparu. Est-ce un hasard, est-ce un réflexe de survie, l'animal sait il qu'il est suivi ? J'avoue l'ignorer. La plupart des mes connaissances en biologie et comportement sont centrées autour des espèces intelligentes.

« Soleil, vent. Meilleur endroit. Maintenant, on se tait et on attend. C’est un endroit très facile, ici. Tu as intérêt à viser juste. »
« Hum. »

Tori me laisse à nouveau le fusil, me laissant « l'honneur » d'abattre l'animal. Je le prend en main, hésitant. Le principe de la chasse est d'en ramener une bête, et je ne souhaite pas offenser mon hôte. Et il faut bien manger ce soir, même si nous avons encore des réserves. Mais culturellement, mon peuple ne la pratique plus depuis des millénaires.
Je repose le fusil entre nous.

« Je ne suis pas à l'aise avec la chasse. Chez les miens... c'est une pratique qui a disparu très tôt dans notre évolution. Et même si ce tir est facile, je suis bien capable de l'échouer ! ». Un petit rire gêné m'échappe. « Je peux immobiliser l'animal de loin, si tu le souhaite. Tout comme je pourrai sans doute te permettre de reprendre la traque avec un scan de l'omnitech sur la fin de la piste. Mais la chasse en perdrai toute sa saveur, je gage. »

Je laisse le silence s'installer à nouveau. Je me demande quand est-ce que ''l'antilope'' reviendra. La chaleur monte, sans doute qu'elle aura bientôt soif. Elle, où une autre bête de son acabit. Je me met donc en état de semi-conscience, le corps profondément tourné vers l'extérieur et la perception des sons et images, tandis que mon esprit vogue sans réel but.

Quel est mon avis sur la chasse, en fait ? Sportivement intéressant, je dirai. Mais tuer l'animal ne m'intéresse pas. Ancrage culturel important certes, mais aussi le fait que je ne trouve pas le défi réellement intéressant... La bête n'a que ses réflexes et son instinct, bien peu face à la technique, ou même la mémoire ancestrale des espèces intelligentes.
Ou peut-être que je pense ça car trop habitué à un autre type de chasse : la chasse aux informations, dans le monde moderne complexe. La chasse à l'individu, dans les territoires urbains de la Travée et des systèmes Terminus. Peut-être suis-je juste trop... Urbain, au final.

Après un temps indéterminé, viens ce que nous attendions. De légers bruits de succions dans la boue, apportés par le vent qui souffle toujours vers nous. Je baisse les yeux, vois la bête qui s'approche tranquillement du point d'eau, inconsciente du danger. Tori va sans doute l'abattre, rapidement, proprement.


PS : Tu m'as qualifié deux fois de butarien dans ton post, alors que je suis un galarien Razz
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 183
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Sam 05 Nov 2016, 00:27
Déçue ou intriguée, elle ne saurait pas réellement mettre de mot sur le sentiment que lui inspire son refus. Elle comprenait cependant son argument, si cela ne faisait plus partie de ses mœurs depuis si longtemps, c’était une réaction compréhensible.

« Je vais donc offrir une juste chance à notre proie. »


Elle ne toucha pas au fusil et se glissa le long du rocher. Elle progressa aussi rapidement qu’elle le pouvait tout en restant discrète. Lorsque la distance se réduisit, elle enclencha son camouflage optique. L’animal se basait sur ses sens pour sentir ses ennemis venir. Elle savait que cet animal au long cou gracile avait d'excellents yeux et une ouïe commune. Elle devait donc prêter attention à sa progression, profiter du couvert des rochers au maximum et progresser plus lentement à découvert. Comme elle était sous le vent, elle ne pourrait pas la repérer à l'odeur. Elle devait aussi compter sur une autre donnée, l'instinct. Un animal observé le sens, le devine très souvent, sans même voir son prédateur. Son camouflage optique était par ailleurs trop imparfait pour berner l'oeil exercé du bovidé. Elle put profiter de sa distraction pour approcher à une cinquantaine de mètres. Un léger crépitement lui annonça qu'il ne restait plus qu'une dizaine de seconde à l'activation du camouflage optique.

C’est cet instant qu’elle préférait dans la chasse. Quand la concentration tend l’esprit à son paroxysme, que toutes les ressources de son corps sont utilisées à leur optimum. Un état d’esprit qu’il était important de savoir atteindre et qui finalement, se retrouvait dans bien des aspects de la vie, même courante. Il était aussi important de savoir courir vite, car à présent ses capacités physiques allaient véritablement entrer en jeu.

L’animal relève la tête dans sa direction.

Quelques foulées de plus, portée par la puissance de son bassin, elle allonge encore. Le camouflage vol en éclat et elle retrouve son apparence normale. Clignement d’yeux respectifs.

L’animal, mû par un réflexe instinctif, tourne, puis bondit pour s’éloigner au galop.

La drelle lancée à pleine vitesse saute, car le sol désormais se transforme en boue spongieuse. C’est à cette seconde que tout se joue. Elle n’a pas sorti l’arme et tend les bras en une danse millimétrée par l’habitude. La biotique matérialisée se transforme en une boule d’énergie qui est projetée sur l’animal. Son projectile atteint l'animal, alors qu'elle se réceptionne en dérapant.

L’animal est rapide, mais l’énergie encore plus et il est projeté au sol. Le sol boueux le fait glisser lorsqu’il essaie de se relever, paniqué. La lame de l’omnilame tranchant la carotide met vite fin à sa tentative de fuite.

Voilà.

Elle prit une minute pour retrouver son souffle. Voulant être discrète, elle avait restreint sa respiration au minimum syndical. Elle se sent bien, heureuse. Elle se baissa ensuite sur la dépouille et souffla une prière de remerciement. Elle jeta un œil derrière elle. Le galarien arriverait d’ici une poignée de minute, effectuant le même trajet qu’elle. Elle ouvrit sa gourde et bu goulument. Le fusil aurait eu l’avantage d’économiser son énergie. Elle devait cependant remercier le galarien, qui inconsciemment l’avait poussé à agir ainsi. Une bravade, car elle n’était pas certaine de son coup. Heureusement, l’animal était petit, car pour être précise, elle n’avait pu envoyer une projection que de faible puissance. Tout cela l’avait mise en appétit ! Elle ramassa la dépouille et l’emmena à un endroit moins humide pour la vider. A présent, il faudra faire vite pour rentrer, car avec la chaleur, la viande se garde très mal.

Lorsque le galarien arriva, elle l’accueilli avec un grand sourire. Elle était crottée à volonté et moite de sueur, mais formidablement heureuse. Les sensations de la chasse étaient incomparable, mais elle devait avouer que de la partager, c’était encore mieux. Ce n’était pas souvent que cela lui arrivait, mais elle ne regrettait en rien cette nouveauté.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 321
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Sam 19 Nov 2016, 14:20

Le Lézard et la Grenouille
Février 2198

Nébuleuse d'Athéna, Système Parnitha, Piarès



« Je vais donc offrir une juste chance à notre proie. »
La femme descend le long du rocher, glissant avec avance, laissant le fusil à côté de moi. Oh oh. Au corps à corps donc ? Voilà qui va être sportif.
Je les observe, la chasseuse et la proie. L'antilope ne semble se douter de rien, buvant simplement de l'eau par cette chaude journée. Tori est entièrement sous contrôle, et disparaît rapidement derrière son camouflage optique. Je suis trop loin pour distinguer les éclats de lumière qui m'auraient permis de suivre sa progression, je me contente donc de regarder la scène en son ensemble.
La proie fini par relever sa tête, semblant aux aguets. Je la vois peu après faire un saut en arrière, alors que le camouflage optique de Tori cède, laissant place à la drell toute en action, une projection s'échappant de ses mains pour mettre au sol l'antilope. Ma comparse n'a plus qu'à abattre rapidement la bête du tranchant de son omnilame.

Hum.

Je me lève, passe le fusil à mon épaule, descend tranquillement le long du rocher. La question de la chasse me taraude, me dérange. Je devrai en parler à Tori.
Celle-ci est sur le cadavre de l'animal, le vidant et récupérant les morceaux intéressants. Je lui souris en réponse à son accueil et me place à côté d'elle, l'aidant silencieusement à découper les morceaux et à les empaqueter. Il va falloir tout ramener jusqu'à son abri, autant ne pas traîner inutilement.

*****



La nourriture grille sur le feu de camp.
Le retour s'est fait sans difficultés, malgré le poids supplémentaire et la chaleur montante de la journée. Mais maintenant, le soleil laisse sa place à la nuit, et le crépuscule pare le désert de sa palette de couleur orangée.
Et une odeur appétissante s'élève du feu de camp, alors que je commence à couper des tranches de viande pour les distribuer.
« Je pense que je te dois quelques explications. Sur pourquoi j'ai refusé de tirer sur l'animal. »
Je me rassois, l'assiette posée sur mes genoux en tailleur.
« Les miens ont pris très tôt conscience de l'importance de l'écosystème. Beaucoup plus tôt que les autres espèces connues à ce jour. À partir de là... nous avons pris soin de nous développé en tentant de réduire au minimum cet impact.
Bien sûr, ça ne fut pas parfait. Nous avons aussi eu des industries polluantes, des changements climatiques, du braconnage. Mais à une échelle finalement assez réduite, et avec un impact limité.
Sur Sur'kesh, la chasse c'est pas seulement quelque chose de non pratiqué. C'est même réprouvé, limité au contrôle d'espèces particulières.
Il faudrait que tu visite ma planète natale. Que tu voies nos constructions, très condensées et quasiment dissimulées dans l'environnement. La vie vibrante en dehors des villes, dans les jungles préservées. La diversité des espèces animales. L'isolement aussi, qui existe aussi entre nos cités, maintenu par le système des Familles, car il ne faut pas croire que tout est rose dans notre société...
Je ne dis pas ça par reproche, ou avec une ambition de donner une leçon. Les galariens ont déjà fait l'erreur de se croire suffisamment supérieur pour élever une espèce, et quand on voit nos relations actuelles avec les krogans... mais je m'égare. Je pense que cette visite pourrait t'intéresser, car ton peuple cherche une planète où vivre, que vous êtes adaptés à des écosystèmes fragiles, et que Rakhana ne sera pas l'unique planète en fin de vie si les tiens n'apprennent pas à entretenir votre environnement. »

Je m'arrête un instant. Je crains de blesser ma comparse. C'est, après tout, extrêmement orgueilleux de conseiller à une espèce de prendre modèle sur la mienne, alors même que nos organismes et nos contextes d'apparitions sont si différents.
« Et c’est là que j'en reviens à la chasse. J'en comprend, intellectuellement, l'intérêt. Je chasse aussi à ma manière, bien que mon terrain soit les villes, et que mes cibles sont des représentantes d'autres espèces intelligentes. Mais chasser les animaux, aidé de compétences techniques modernes, de matériel de combat et de capacités biotiques ? Si l'on n'en a pas de besoin urgent... Je comprend la tradition, le besoin de l'entretenir. Mais j'aimerai que vous soyez prudents sur ce que vous choisissez de maintenir, dans votre culture. »
Je regarde mon assiette. Malgré tout, j'ai mangé la viande, et l'ai trouvée savoureuse. Un repas, sur cette planète désertique quasiment abandonnée, ne change rien, au fond. Mais si les touristes chasseurs sont récurrents, c'est autre chose. Enfin, les asari savent gérer ce genre de comportement, elles ont l'habitude voir sur le long terme.
« J'espère ne pas te blesser en disant cela. Et peut-être as-tu bien d'autres arguments, auxquels je n'ai pas pensé ! »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 183
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   Dim 27 Nov 2016, 23:21
Dans le désert il est vital de faire vite. La chaleur pourrit la viande beaucoup plus rapidement. Heureusement, ils ne s’étaient pas trop éloignés. La viande put donc être consommée et traitée au campement. Ils n’ont pas réellement parlé, pas plus de quelques mots banals depuis la chasse. La drelle ne s’en formalise pas et au contraire apprécie le silence capable de naître en eux. Il n’y avait pas de malaise, pas de faux semblants sociaux à respecter. Une simplicité touchante. Ce n’est qu’au moment de la découpe de la viande que le batracien se décida à chasser leur troisième comparse.

Son explication est intéressante. Elle avait eu peur d’avoir blessé son camarade, mais elle se rendit compte que le problème était visiblement plus profond. Il n’était pas étonnant qu’il ait des appréhensions et incompréhension au vu de la philosophie de son peuple.

« Je ne suis pas certaine d’apprécier les jungles… »
Elle sourit. « … mais je visiterai avec plaisir ton monde. Il est vrai que nous venons de deux univers plutôt opposé. Je découvre vos pensées et histoire. Je suis navrée si la chasse de tout à l’heure n’a pas été à ton goût. Cela nous permet cependant d’avoir l’estomac plein et d’avoir une conversation des plus intéressantes. »

« J’ai de la peine à imaginer un monde tel que tu me le décris. Tout comme j’admets avec peine que tu as bien raison de juger ce que nous avons infligé à notre planète mère. »


Les arguments avancés étaient avancé par une intelligence et une sensibilité très juste.

« Je te rassure sur un point, la chasse traditionnelle, est pour les miens un folklore entretenu, mais qui demeure le rare éclat du miroir brisé qu’est notre passé. Je ne la pratique qu’ici et occasionnellement. Nous avons appris, je l’espère. Il est vrai que si notre mémoire est exceptionnelle, nous pouvons influencer sur notre mémoire collective en laissant s’éteindre certaine informations. Cependant, l’oubli nous semble la pire des choses. J’ai eu pendant mes classes des notions d’environnement et de biologie. Je t’avouerai que je n’ai pas trop aimé, jeune, mais j’en comprends à présent l’importance. La culture c’est quelque chose d’assez capricieux et de difficilement canalisable. N’oublions pas… que je ne représente qu’un petit groupe et que l’entier des notre est disséminé, leur culture a eux peut être très opposée des nôtres. Nos origines sont parfois le seul trait d’union. »

« Poétiquement, ce serait comme… si on s’asseyait autour d’un foyer, aux côtés de nos ancêtres et qu’à travers eux nous puissions dialoguer comme un. La chasse est un souvenir. Une racine sur laquelle on peut s’assoir pour partager. Tout comme nous le faisons. C’est un chemin spirituel. Un chemin qui enseigne à l’âme la valeur de la vie et de nos Dieux. La chasse c’est un rapport sain à la mort. Un dialogue avec elle. Nous avons donné la mort à cette antilope, je l’ai remerciée de tout mon être, car aujourd’hui, elle nous fait vivre. Je n’ai pas éprouvé de joie. J’ai éprouvé de la pitié, de la tristesse et un peu de dégout. Surtout de la paix. Il fallait le faire pourtant. Cet apprentissage là, est important. Le respect de la mort enseigne le respect de la vie, harmonise nos consciences. »

« Nous formons des guerriers. Des corps en prêts, nous avons besoin de fortifier leurs âmes. Il est nécessaire, d’enseigner le sentiment de respect par son aspect le plus traditionnel et le plus profond. »

« Je n’aurais pas été la même sans la chasse. Juste une machine à tuer ? Tu sais que les drells sont capable de dissocier de manière durable leur être. Soit de n’éprouver aucun sentiment propre quant aux actes que l’on commet au nom d’autre. En pratique c’est beaucoup plus compliqué à gérer. Et ces enseignements fondamentaux sont des clés. Des clés qui permettent d’apporter des éléments, des clés de stabilités à l’âme. »

« Sans équilibre, le corps et l’âme périssent, on tombe malade. Alors qu’aujourd’hui, nous sommes très vulnérables, il est vital que nous soyons apte à vivre apaiser. »

« C’est une petite chose qui fait partie d’un tout. Je crois. Pour moi, elle a été importante, en tout cas. Ce ne sera pas le cas pour tous. On a tous des voies différentes. »

Ah. Zut, elle s'était emballée et avait clairement monologué !
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le lézard et la grenouille   
Revenir en haut Aller en bas
 

Le lézard et la grenouille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace concilien extérieur :: Nébuleuse Athéna-