AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 L'Eclipse d'Ontarom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4124

MessageSujet: L'Eclipse d'Ontarom   Dim 29 Mai 2016, 14:02
Intervention MJ : OuiDate :  22 Avril 2201RP Violent
Caelus Chronol ♦ Baptist Von Lytanis ♦ Ravi Vertax
L’Éclipse d'Ontarom



L'Éclipse d'Ontarom
22 Avril 2201

Ontarom



Base de l'Alliance, division biotique

La navette eut à peine le temps de se poser que la Spectre Lymuciir D'kytis et son apprentie Ravi Vertax en descendaient. Pressée par le temps, l'asari coupa court les présentation avec le comité d'accueil.
« Ils sont réunis ? »
« Réfectoire, c'est la plus grande salle. Et tout le monde est prêt à partir. Mais nous avons déjà perdu le contact avec Thonal. »
« Allons-y. Nous n’avons que peu de temps. »
Les gradés guidèrent les deux femmes jusqu'à la salle, où une estrade avait été montée à la va-vite. Une petite foule de combattants s'y trouvaient, tous équipés et prêts pour le combat, mais l'oeil exercé percevait le trouble dû à la précipitation. C’est en voyant le supérieur de la station arriver que le calme se fit.
« Soldat, le temps presse. Veuillez donc prêter attention à Lymuciir D'kytis, Spectre envoyée par le Conseil. »
« Merci Amiral. Soldats, d'ici une demi-heure, vous serez tous en chemin vers la Lune de cette planète afin de l'empêcher de s'écraser. »
L'asari leva les bras, interrompant la rumeur commençant à s'élever.
« L'information n’est tombée que tardivement, ce qui explique l'absence de renfort et la précipitation du moment. Le terroriste Machiavel organise une nouvelle attaque, contre vous. Utilisant des réseaux extrémistes anti-alliance, il compte prendre votre Lune. En fait, il y est même probablement déjà.
Ne bougez pas avant d'en recevoir l'ordre ! Cette mission est trop importante pour que la précipitation la fasse échouer. Il n'y a à l'heure actuelle pas assez de vaisseau sur la planète pour permettre à toutes les troupes d'y aller. Il a donc été décidé que ce serait vous, la division biotique, qui serait envoyée en priorité, tandis que les autres divisions formeraient les vagues de renfort successives. Vos capacités s'avéreront cruciales. »

L'asari activa son omnitech, et une représentation de la lune d'Ontarom apparu. Cette-ci présentait de nombreuses infrastructures, à la fois en extérieur – les réacteurs permettant de calculer et contrôler sa trajectoire – et en intérieur : les tunnels et ascenseurs descendant vers le cœur d'ézo construit par l'Alliance, fournissant l'énergie nécessaire aux réacteurs pour contrôler l'orbite de Thonal.
« Les objectifs sont simples : nous débarquerons en plusieurs points sur Thonal. Si des centres de l'Alliance résiste toujours, des renforts les rejoindront. En dehors de ça, nous devrons à la fois contrôler suffisamment d'installations extérieures pour contrôler l'orbite lunaire, et surtout atteindre le cœur d'ézo sans qui rien n’est possible. Les premiers seront les plus simples à avoir, grâce aux vagues de renforts suivants. Le cœur sera le plus difficile à atteindre, et c’est pour cela qu'il est notre priorité.
Et maintenant, si vous avez des questions, merci de les poser via omnitechs à vos supérieurs en rejoignant le spatioport. Nous n'avons pas le temps de discuter ici. »

La Spectre claqua des mains, et tout le monde se mit en mouvement. Elle même et son apprentie se dirigèrent à leur tour vers les navettes, où elles ne tardèrent pas par être rejoint par le commando devant les accompagner : l'escouade C de la division biotique

Peu avant l'arrivée de l'asari sur Ontarom

« Le système anti-communication est activé. »
Le turien acquiesça, et le butarien retourna à son poste. Un anti-humain, marqué par la mort des siens par la faute du Commandant Shepard. Il n'était pas le seul ici : c’est une petite flotte qui débarquait, composée principalement de réseaux illégaux butariens, turiens et humains. Tous désirant exterminer l'Alliance, tous méprisant les deux autres factions, mais collaborant car la prise du jour était trop tentante.
Faire s'effondrer une lune n'était pas à la portée de n'importe qui.


____________INFOS MJ____________


Et c’est parti !

Gui, pour ce tour-ci, j'aimerai que tu poste en premier, afin de décrire ton plan à l'assaut de la planète pendant que la Spectre lève les troupes. Si tu as besoin de détails sur les défenses, MP moi !

Les deux autres, si vous avez des questions et que vous voulez les réponses pour vos posts, MP moi aussi ! Sinon, vous pouvez allez jusqu’au débarquement sur la planète et commencez à vous battre. Considérez que vous serez proche d'une entrée d'installation souterraine contrôlée par l'ennemi.

Bap, tu peux diriger tes PNJs (ton escouade), mais tu ne t'occupe pas des autres escouade et de ce qu'il se passe ailleurs sur Thonal.

Ravi, tu peux raisonnablement diriger la Spectre si tu le souhaite, et sinon n'hésite pas à me demander ce qu'elle va dire ou faire pour l'écrire dans ton post.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance interstellaire/ Division biotique
Rang : Lieutenant / N1
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 85

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Mar 31 Mai 2016, 19:41
Spoiler:
 



Trente minutes plus tôt toute la base s'était éveillée de sa léthargie routinière par des sirènes indiquant les ennuis. L'escouade C de Baptist gagna ,comme le voulait la procédure , son point de commandement pour s'équiper et être briffé avant un éventuel déploiement.
Tout le personnel combattant de la division biotique, du moins les unités non déployées, reçurent par omnitech l'ordre de se rendre dans le réfectoire pour briefing. Le fait de rassembler toute la division ne présentait en soit rien de bon. Ça sentait le danger imminent, ce qui confirma les craintes du sous-lieutenant par un rapide briefing donné par un capitaine. La situation était alarmante, la lune d'Ontarum était attaquée par un ennemi inconnu aux motivations inconnues, un vrai merdier en somme. Pour couronner le tout la majorité de la flotte de guerre était aux abonnés absent, du moins pour répondre rapidement à la menace.
Le capitaine laissa la place au commandant de la Division lui même, à le voir équipé de pied en cap comme le plus simple des troufions on deviné qu'il n'allait pas à la cueillette des champignons, à ses côtés se tenait également un Amiral.

- Bon je ne vais pas vous expliquer ce que vous savez déjà les gars, je n'en sait pas plus. Aux vues des faits on est dans la merde jusqu'au cou et on est la seule force pouvant répondre avec rapidité pour ce coup. Commença le commandant

- Soldat, le temps presse. Veuillez donc prêter attention à Lymuciir D'kytis, Spectre envoyée par le Conseil . Repris l'Amiral en présentant une asari et une turienne qui entraient avec d'autres gradés

Baptist n'avait pas besoin de regarder ses camarades de la division pour savoir ce qu'ils pensaient. Qu'est ce que les envoyés du Conseil foutaient la ? Lui même grognait tout seul à l'idée que les spectres viennent fouiner des les affaires de l'Alliance. Si l'Alliance se faisait attaquer elle devait agir comme elle le faisait jusqu'à maintenant, c'est à dire botter le cul de ses opposants.
On put sentir la grogne sur le visage du commandant de la division, il n'était pas connu pour aimer se faire assister par le Conseil.
Les informations données par les spectres s’avérèrent précieuses et inquiétantes, on ne parlait pas d'une attaque désorganisée façon butos, mais bien d'un danger imminent mettant en danger la survie de la planète elle même . La colère et l'envie de combattre monta d'un cran chez le sous-lieutenant, comme chez la plupart des soldats, on attaqué aux portes de l'Alliance.
A la fin du briefing toute la Division se dépêcha au spatioport pour déploiement. Les escouades biotiques recevaient sur le trajet leurs assignations et objectifs via omnitech. L'escouade C accompagnait les spectres.

- Division Biotique écoutez moi ,beugla le commandant, ancien N7 de son état, avant que les unités n'embarquent dans les kodiaks. La Division décrivit un cercle autour de son chef qui partait également au combat malgré les supplications de l'Amiral. Ici c'est votre base bordel de merde ! Faites comme vous voulez mais montrez leur qui on est ! Faites comme vous voulez mais je veux qu'ils souffrent. Je veux que vous leur arrachiez le cœur encore palpitant et que vous l'écrasiez sous votre botte.
Pour l'Alliance soldats !!. OOOoooorah !!!
.

Il termina ainsi, par ce vieux crie des marines américains, accompagné par toute la Division présente. Ce discours eut le mérite de galvaniser les troupes. Le combat, tous étaient pressés d'affronter l'ennemi, Baptist le premier, il voulait écraser ces insectes. Le décollage et le trajet se fit dans le silence, enfin pas totalement, Kurt tenta de draguer la spectre asari sous les rires des autres membres de l'unité. Le malheureux essuya pics sur pics. C'était plus une maniére de décompresser avant le combat à venir qu'autre chose.

- Escouade C, arrivée sur Zone dans 5 minutes fit le pilote. Le QG signal également qu'il y a un blocage des transmissions au sol. Si vous vous faites déborder va falloir serrer les fesses et prier trés fort la déesse Asari......Sans vouloir vous vexer mam'zelle reprit il en se souvenant de l'asari à bord

- Bon passez tous vos omnitechs sur le canal sécurisé les gars. Vous avez entendu le monsieur, on sera seul sur place. La priorité sera d'épauler les spectres jusqu'au coeur d'ezo de la planéte et éventuellement d'arrivé à rétablir les communications.
On fais le même topo que d'ordinaire. Krogan, Tonton, Russkof vous êtes au contact avec moi. Emma, Doc, comme d'habitude vous nous suivez comme des ombres et vous activez les boucliers biotiques quand ça chauffe trop.
Princesse, Emma, en soutien. Le bleu- le plus jeune de l'unité, un génie de l'informatique- on compte sur toi en cas de piratage.
Essayez d'en blesser au moins un qu'on tortura qu'on interrogera
. Un sourire sadique se dessina sur le visage d'Emma. La prochaine tournée sera pour moi

Le Kodiak commençait à être secoué dans tout les sens par des explosions, on pouvais sentir que le pilote faisait des merveilles pour que tout le monde reste en vie. On pouvait entendre le bruit des balles crépiter sur la carlingue du vaisseau.
« Bon les gars je vous cache pas que ça chauffe en bas ! Vous avez un comité d'accueil du genre pas sympa qui vous attend, je ne pourrais maintenir ma position qu'une vingtaine de secondes sinon je serais trop exposé !

- C'est plus qu'il nous en faut ! Cria Baptist en mettant son casque

-Bonne chasse Escouade C

-Oorah chuchota Baptist en descendant du kodiak

L'ouverture ce fit sur le côté non exposé par les tirs. Le pilote avait descendu suffisamment l'appareil au ras du sol pour offrir une couverture aux tirs ennemis. Baptist eut une petite pensée émue pour le mécano de la base en pensant à tout les futurs kodiaks qu'il allait devoir réparer.

L'Escouade C et les spectres se placèrent en protection derrière des containers entreposé sur le site d’atterrissage, la protection qu'ils offraient était suffisante.
Quand le kodiak décolla le carnaval commença, les tirs fusèrent de toute part. Boom Boom, le cœur du sous-lieutenant commença à accélérer. L'adrénaline montait en lui aussi vite que la satisfaction d'un volus qui gagnait de l'argent, chacune des fibres de son corps en était ampli. A cela se mêlait une anxiété, pas une peur de combattre, non, mais celle de perdre une nouvelle fois des membres de son unité. Cependant ce dernier sentiment fut rapidement de côté quand Kurt beugla

- 10 ennemis en face lieutenant ! Il se mit accroupit pour mieux parler à son chef J'en ai compté cinq derrière la protection gauche, et cinq autres derriére la protection droite, il se peut qu'il y en ait plus, leur armement à l'air léger

- [b]Russkof boule biotique sur le flanc droit, Le bleu sur le flanc gauche. Krogan tu sais ce que tu as à faire – il acquiesca d'un signe de la tête- Doc', Anna préparez vous à nous couvrir avec vos boucliers.
Go !

Les biotiques lancérent leur attaque, les sphéres biotiques se positionnèrent juste au dessus des positions ennemis. Rapidement rejointe par une déchirure lancée par le sous lieutenant et son subordonné.
Quand le bruit particulier de détonation biotique se fit entendre l'unité fondit sur l'ennemi comme un seul homme. Le mécanisme avait été répété mainte et mainte fois à l'entraînement. La boule biotique élevait les ennemis peu ou pas protégé par des boucliers, la déchirure venait créer une explosion qui venait projeter les adversaires. A défaut d'être mortelle cette technique créait une belle pagaille dans les défenses adverses, l'onde de choc ainsi crée assourdissait les unités protégées par des boucliers et permettait à l'escouade de se découvrir pour attaquer. De plus les biotiques plutôt « défensif » à l'image du Doc et de Anna, offraient par leurs boucliers biotiques une éphémère protection à leur unité si il demeurait une poche de résistance, permettant d'arriver indemne au contact de l'ennemi. Le tout était appuyé par les deux snipers de l'équipe, Emma et Charles (Princesse), ainsi que par Youssouf (le bleu) qui usait de drones de soutien.
Le résultat fut ici assez satisfaisant, la plupart des ennemis avaient essuyé l'explosion, ce qui les avait sonné. Trois s'étaient découvert et avaient fais les frais des snipers de l'équipe, le reste avait été balayé par l'Escouade et les spectres qui avaient fondu sur les positions ennemis.Une fois la zone sécurisé Youssouf commença à pirater le sas d'ouverture. Pendant ce temps le reste de l'escouade cherchait des survivants parmi les adversaires, pour pouvoir les « interroger ».

- Chef, y a un butos ici qui est encore vivant. Kurt le portait à bout de bras comme si il ne pesait rien pour le lancer comme un sac de farine devant son lieutenant. Il ne mit à genou devant le chef d'escouade

- Je ne vous direz rien humains ! Votre race mérite de crev....

Il fut coupé dans ses insultes par la botte du sous lieutenant qui s'écrasa sur son visage. En un an quasiment à combattre les pirates du secteur Baptist avait appris les us et coutumes des butariens, en l’occurrence ici cela signifiait en langage pirate que la conversation se devait d'être brève.

- La ferme le butos. Bon je vais jouer franc jeu. On est pressé vois tu – 5 minutes avant ouverture de la porte cria le bleu par dessus son épaule - et on a pas le temps de jouer avec toi. Comme mon collègue vient de le dire on a 5 minutes à t'accorder. Donc si tu ne parles pas on va te torturer mais sans délicatesse et ça risque de faire assez mal et crois moi je veux éviter ça tout autant que toi.....
Bon on commence, combien vous êtes ici 
? Baptist se plaça à la hauteur du butarien

- Allez vous faire f... AAAAAAAAAAAAAh

La lame d'un couteau généré par l'omnitech venait de se planter dans la main du butarien, l’empalant sur le sol. La lame disparue mais la résine générée par la lame resta dans la plaie.

- Comme je te le disais on est assez pressé par le temps. Vois tu on a un docteur dans l'équipe, il connaît bien la morpho des extraterrestres, il pourrait te soigner, pas vrai Doc' ? -l’intéressé acquiesça-... ou agrandir la plaie. Ou on devrais te laisser entre les mains des spectres, ils doivent mieux s'y connaître que nous

Il se tourna pour les chercher du regard. La torture n'était pas véritablement approuvé par le sous-lieutenant, mais à situation exceptionnelle, outil exceptionnel









Dernière édition par Baptist Von Lytanis le Mar 26 Juil 2016, 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Spectre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4287-fiche-de-presentation-de-r
http://www.masseffect-reborn.fr/t4291-journal-personnel-de-ravi-vertax


Hé Hé !
Messages : 219
Crédits : Essence of Rapture - moi

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Sam 04 Juin 2016, 19:15

L'Eclipse d'Ontarom

- On arrive bientôt.

La voix de l'Asari la tira de ses réflexions. Encore distraite, la Turienne hocha de la tête avant de regarder une dernière fois son omnitech. La photo de Caelus Chronol, alias Machiavel, disparut alors qu'elle quitta l'application et fermait l'appareil.
Ravi jetta un oeil à son professeur, se grattant une mandibule, puis décida de garder le silence à la place. Elle se leva néanmoins pour rejoindre la Spectre, essayant d'empêcher ses pensées de s'éloigner à nouveau.

Elle aurait préféré que l'ancien Kabalhim soit mort. Il avait été accusé de désertion, fortement soupçonné de la mort de ses hommes et de toute façon accusé de ne pas avoir tenu son rôle après que des traces aient été retrouvés, supposant sa survie. Une honte pour les Turiens et leur esprit militaire ; une encore plus grande pour les Cabales et leur réputation qui s'en était trouvée entachée. Et comme il était coutume, puisqu'il n'avait pas donné signe de vie, on avait préféré penser le Turien mort et enterré, caché loin d'eux, où ses actes ne pouvaient plus causer de honte.

Loupé. Prenez un nouveau ticket et retentez votre chance.

Il s'agissait d'une affaire de Cabales, resté au sein des Cabales. Que seuls connaissaient certains, comme les hautes sphères de la Hiérarchie et, à priori, le Conseil et les Spectres désormais.
Les yeux bleus glissèrent vers son mentor qui lui tournait le dos. En tant qu'Apprentie, elle venait juste de recevoir le dossier. Normal après tout ; Machiavel n'avait pas donné signe de vie depuis l'attentat de Palaven, et Vertax n'avait rejoint le rang des candidats que depuis Janvier. Et vu son statut un peu hybride, elle était loin derrière dans la liste de ceux à mettre au courant le plus rapidement. Elle recevait les informations au compte-goutte, au grès des missions sur lesquelles on l'évaluait. Mais c'était un peu frustrant de se dire qu'un tel secret, une telle déchéance, avait dû être partagé. Quand bien même dans les faits cela ne changeait rien.

La navette atterrit. Un large comité d'accueil se tenait déjà là avec l'angoisse en toile de fond. Lymuciir prit les rênes et son apprentie la suivit en silence. Elle préféra observer sur tout le trajet qui les menait au réfectoire. La tenue des gradés, les médailles et galons, les traits tirés, les yeux qui ne semblaient pas voir la réalité mais envisager toutes les possibilités, tous les futurs. Un milliers d'informations qu'ils tentaient de combiner, de modifier, d'envisager, d'appréhender... Après Palaven, c'était au tour de l'Alliance. Et cela ne leur plaisait pas. Evidemment.
Les soldats n'étaient pas dans le même état d'esprit. Il y avait Sadalan sous dune, comme disait l'expression. Ils sentaient le danger et les mauvaises nouvelles prête à déferler, mais sans en connaître encore le contenu.

Les Humains étaient amusant à observer. Très expressifs, avec tout un tas de muscle pour indiquer leur ressenti rien que sur leur visage. Ravi reprit ses anciennes habitudes, guettant le moindre petit détail. Et pour Chronol, elle décida de laisser le passé au placard et de se concentrer uniquement sur Machiavel.
Ragaillardie, elle croisa les bras, observant en arrière la Spectre parler et les réactions sur les visages. Ils avaient senti le coup venir, mais l'annonce de l'attaque terroriste les enrageait. Et sans doute l'annonce qu'ils seraient "soumis" à la Spectre et au Conseil. En tant que Superviseur, elle avait souvent eu affaire à ce froncement de sourcil et cet air mi-dégoûté, mi-"on n’a pas le choix". Comme en Novembre dernier...

Ce qui résulta du debriefing fut l'envoie d'une division biotique pour assister les deux femmes, des ordres de mission et d'un départ immédiat.
Et au spatioport, elles eurent le droit à une scène digne des plus grands films. Le commandant harangua ses troupes à grand renforts de cris virils, d'injures et de testostérone dégoulinante. Ravi roula des yeux en poussant un soupir expressif.

- Pourquoi faut-il que les Humains exagèrent toujours...?, murmura-t-elle à son professeur, qui ne prit pas la peine de lui répondre.

Elle haussa des épaules. La question était de toute façon plus rhétorique que réelle. Et une réponse possible était "parce qu'ils se sentent obligés d'exagéré en présence d'agents du Conseil". En tout cas, la Turienne n'avait observé ce genre de comportement que depuis qu'elle était devenue Superviseure. Vraiment, s'il ne s'agissait pas de fierté mal placé, elle ne pouvait pas dire ce que c'était.

Chacun s'installa dans la navette. Ils étaient à un ou deux hommes de remplir la capacité maximale, se retrouvant à court d'espace personnel. Mais cela ne gênait pas les militaires ou les agents, chacun étant habitué à sa façon. L'un des humains, une sorte de colosse massif tout en muscle, alla même jusqu'à se sentir poussé des ailes, abordant D'kytis, lui disant qu'elle avait de beaux yeux, que c'était impressionnant de voir une telle Spectre... Des dragues plus maladroites les unes que les autres. Au fur et à mesure que le temps passait, les réponses de l'intéressée devenaient de plus en plus sèches. A côté, Ravi grimaça avant de se décaler sur la droite, poussant une femme contre le mur. Puis, ignorant les reproches qu'on lui faisait et qu'elle aurait pu prévenir, elle compta jusqu'à cinq.

A trois et demi, le poing ganté de la Spectre s'abattit avec force sur le menton de l'Humain, le faisant chuter en arrière. Puis, sans lui laisser le temps de reprendre ses esprits, elle l'attrapa par le col de l'armure. Les yeux brillaient d'une rage contenue alors qu'elle parlait calmement. Ses mots faisaient l'effet d'un couperet.

- L'une de vos lunes est sur le point de s'écraser sur une de vos colonies. Si vous êtes tellement en chien, allez dans un bar à pute de votre espèce et laissez les professionnels travailler.

Les rires s'étaient tus sur le coup. Ravi cocha une nouvelle croix sur son omnitech; depuis qu'elle était en équipe avec l'Asari, c'était donc la septième fois qu'on tentait de la draguer, et la septième qu'elle mettait à terre l'imprudent qui osait.
Comme s'il avait senti la tension s'élever d'un cran, le pilote annonça l'approche imminente de leur cible. Heureusement pour lui, sa phrase sur la déesse Asari fut tout bonnement ignoré par l'intéressée.

Intérieurement, la Turienne se demanda si la mission avait des chances de bien se dérouler. A vue de nez, c'était pour le moment fifty-fifty. Un court moment, elle partagea ce que son pauvre Watson avait bien dû penser pendant leurs années de service en commun. Puis elle haussa les épaules. L'entente se ferait, de gré ou de force. Enfin, entente... Ce n'était même pas nécessaire. Tant que les Humains obéissaient et que Lymuciir se retenait de les tuer le temps de la mission, il n'y avait pas de raison que ça se passe mal.

L’atterrissage se fit non sans difficultés alors que les mesures de sécurité étaient appliquées par les terroristes. Le pilote fit de son mieux pour en éviter la plupart mais les balles crépitaient contre la carlingue, donnant aux soldats l'impression d'être en pleine période de mousson. La porte s'ouvrit de l'autre côté; le sol n'était pas très bas et l'exposition aux tirs aussi minimes que possible dans ces conditions. Le groupe fila sur le champ de bataille, s'arrangeant pour trouver couvert auprès de grandes caisses assez renforcées pour tenir le coup. Une vingtaine d'ennemis les encerclaient presque, clama le grand humain que l'Asari avait séché un peu plus tôt.
En réponse, le Lieutenant qui gérait la troupe beugla plusieurs ordres et les pouvoirs biotiques se mirent à voler.

La Turienne leva un sourcil et regarda son professeur, claquant silencieusement des mandibules. L'échange de regards leur permit de se mettre d'accord; elles étaient face à un gâchis biotique comme il était rare d'en voir. Ils balançaient leurs pouvoirs comme si de rien était, usant à peine de leurs armes et comme s'il s'agissait de l'ennemi final. Certains créèrent même des bulles biotiques pour protéger leurs alliés, malgré l'énorme fatigue qu'une telle maîtrise demandait en échange.

- 20%, grommela Ravi en sortant son Paladin.

Le poids de son Mattock à l'arrière était tentant, mais vu le déluge de biotique en face, il s'agirait d'un gâchis de balles. Les Humains s'efforçaient de nettoyer la zone au mieux, sans se soucier du coup en épuisement que demandait l'ezo. Vraiment, la dignité des membres de l'Alliance était TRES mal placée. A croire qu'ils avaient quelque chose à compenser, comme s'ils devaient constamment valider leur appartenance au Conseil. A moins qu'ils ne cherchaient qu'à se montrer meilleurs que les autres?
A côté, son aînée prit elle aussi son arme et elles entreprirent de tirer sur les cibles qui se dévoilaient ou étaient délogées par la division C. Les ennemis furent rapidement balayés mais le résultat ne plaisait pas à Vertax. Et il était fort probable que la patience de D'kytis soit en train d'être rongée à grande vitesse.

Cela ne s'arrangea pas lorsqu'ils trouvèrent un Butarien que les Humains s'empressèrent de "faire parler". Ou en tout cas essayèrent, à grand renfort de torture. La Turienne leva les yeux pour ce qui était sans doute loin d'être la dernière fois.
Un jour, elle expliquerait aux Alliancieux la différence entre "Superviser" des Superviseurs et "Mener la mission alors fermez là et obéissez nous" des Spectres. Et elle étudierait cette obsession qu'ils avaient à vouloir passer pour les bons élèves de la classe. C'était tout simplement incompréhensible.

Pourtant, sa professeur n'agit pas. En tout cas pas tout de suite. C'était soit un test, soit que leur comportement n'était pas aussi grave qu'il semblait. Mais ce qu'elle pensait n'était pas forcément ce que son élève approuvait.

- ou agrandir la plaie. Ou on devrait te laisser entre les mains des spectres, ils doivent mieux s'y connaître que nous.

Ah, ils se rappelaient d'eux? Merveilleux.

- Non, voyons, pas la peine! Faites, on regarde. Je veux dire, vous êtes une division biotique, nous sommes considérés comme les élites des élites des armées conciliennes... Je vous en prie, vous devez mieux savoir que nous.

Ravi sourit, écartant ses mandibules pour dévoiler ses dents. Ses remarques acides semblèrent avoir marquée un léger temps d'hésitation chez l'Humain. Le Butarien continuait d'enrager, tentant de dégager sa prise, ignorant le sang qui coulait d'une de ses mains.

- Allez. Hop hop! J'ai hâte de voir comment vous vous débrouillez.

Le sourire s'agrandit encore alors que la Turienne s’accroupissait au sol, son menton dans une de ses mains. Elle avait l'air de s'amuser, voir même de se moquer d'eux. Et pourquoi pas? Elle avait toujours été impétueuse, sauf à l'armée, et apprit à ne pas bouder son mérite depuis. Alors oui, parfois, elle se sentait pousser des ailes. Et sa langue en profitait pour frapper et piquer.
Elle s'apprêtait à continuer de railler l'air surpris du Lieutenant lorsqu'une voix sévère se fit entendre derrière elle.

- Ravi.

Le sourire se changea en grimace. "Tout de suite", lança-t-elle avant de s'approcher vers le prisonnier. Dans le même moment, elle attrapa le col de l'Humain et le tira en arrière pour se laisser la place. Kurt leva un sourcil, surpris mais le sourire acéré de l'apprentie sembla le retenir de dire quoique ce soit.

- Bien bien bien.... Ne jamais laisser les amateurs faire, hein?

Elle reçut le cracha stoïquement, l'essuyant comme s'il ne s'agissait de rien.

- J'aime les fortes têtes. C'est toujours plus amusant. Kure, c'est ça? Kurt, pardon. Vous lui faites tendre une de ses jambes s'il vous plaît? Merci, vous êtes bien aimable.

Le pied botté se posa sur le genou. Le Butarien ne s'était pas vraiment laissé faire, avait tenté de s'échapper mais la prise était trop ferme pour qu'il y arrive. Surtout que sa plaie devait lui faire un mal de chien et qu'il devait avoir un léger désordre dans ses organes internes, vu la tempête biotique qu'il avait dû encaisser. Au moins partiellement.
La biotique accentua la pression de son pied sur l'articulation. Leur prisonnier retint un grognement mais garda l'air stoïque et fier de ceux qui tiendront leur langue jusqu'à la fin. Ou au moins leur fierté.

- Plus qu'une minute. Le temps file hein? Pas de temps à perdre.
Je ne vais pas te prendre pour un con. T'as choisi le mauvais camp et t'as aucune chance de t'en sortir. Au mieux on te fout en taule pour collaboration, au pire...
Au pire, voilà tes choix. J'ai du médigel. Parle et je te laisse une chance de crever dignement, l'arme à la main. J'te vois mal te rendre. Je te laisse même un Humain pour un duel si c'est ton petit plaisir. Ne dis rien, et je suis sûre que les Humains derrière moi se feront un plaisir de te massacrer comme un chien alors que tu es attaché.

Tu préfères quoi?


Les dents aiguisées brillèrent.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4124

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Lun 06 Juin 2016, 02:00

L'Éclipse d'Ontarom
22 Avril 2201

Ontarom



Les humains, puis la turienne, mais cela ne faisait aucune différence aux yeux du butarien. Celui-ci serrait les dents, résistant autant que possible. Il n'avait que faire de mourir, il voulait seulement que les humains paient. Qu'ils paient pour avoir causé l'isolement de son espèce, la mort de tout un système de son peuple, l'abandon des siens fasse aux Moissonneurs.
Mais la douleur était forte, et il voulait en finir. Alors il répondit.

"Et toi, tu préfère quoi ? Flinguer les tiens, qui vengent Palaven dans la station, en chienne du Conseil que tu es ?". Le butarien s'interrompit le temps de lancer un crachat, qui n'atteignit même pas sa cible. "Vous perdez votre temps. Vous êtes déjà morts."

Malgré les insistances de la turienne et de l'escouade, le butarien n'ajouta rien de plus. La Spectre s'approcha à son tour du butarien, arme en main, et l'acheva.

"Il avait raison sur au moins une chose : nous n'avons pas le temps de rester ici. Et soyez prudents, s'il y a vraiment des turiens sur place. Ils sauront mieux se battre.". L'asari se retourna vers la porte et le pirate informatique. "Combien de temps ?"
"Quand vous voulez, j'ai le contrôle."
"Tout le monde en position. N'oubliez pas nos objectifs : l’ascenseur principal pour le cœur d'ézo."

L'escouade s'arma et se prépara à entrer. Les choses sérieuses commençaient.


____________INFOS MJ____________



Au vu de l'inactivité de Caelus, il n'est plus utile de s'en occuper, on fait sans lui !

Bap, j'aimerai que tu lance un D20 et que tu m'envoies le résultat, en MP. Ça déterminera l'opposition ennemie et comment ton escouade s'en sort. Et je suis partisan du "réussite = moins que tel chiffre", le chiffre étant décidé par moi selon vos actions LOL

En dehors de ça, je vous invite à poster plusieurs fois ce tour ci, ou du moins à prévoir un combat sur plusieurs posts. Le complexe n'est pas immense mais il ne s'agit pas non plus d'une pièce unique. L'ascenseur sera bien protégé. Je posterai à l'occasion pour ajouter des événements :p

Si vous avez des questions, comme toujours, ma boîte à MP est ouverte !



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance interstellaire/ Division biotique
Rang : Lieutenant / N1
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 85

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Mer 15 Juin 2016, 18:29
La manière hautaine de parler de la turienne étonna quelque peu le lieutenant, il n'était pas véritablement habitué à travailler aux côtés de militaires d'autres espéces, encore moins aux côtés de l'élite concilienne.
Les différences de caractéres ztaient assez visibles. L'asari demeurait assez mesurée et respectueuse, quoi que le géant roux avait dû sentir passer la baffe dans le transport de troupe mais il l'avait cherché. La turienne en revanche semblait moins commode, au verbe acéré et à l'air hautain. Baptist soupira, décidément turiens et humains avaient encore de belles années de rivalité devant eux.

-Enfoirés de spectres ,grommela Emma en voyant la turienne se moquer de Kurt, toujours à se croire au dessus des autres ceux la

C'était un miracle que Natasha ou Emma ne soient pas encore tombées sur les envoyés du Conseil. Il fallait dire que la situation ne prêtait pas véritablement à un quelconque règlement de compte entre espèces, en cela Baptist remercia le ciel et pria pour que les deux fortes têtes du groupe continuent ainsi. Cependant la vision du cracha que le butarien lança sur la turienne provoqua sans nul doute une joie mesquine dans le cœur de Kurt.
Le butarien d'ailleurs ne fut pas plus bavard avec la spectre. N'étant d'aucune utilité il fut achevé.

- Les portes sont déverrouillées Lieutenant

- Bien joué le bleu

Emma et Charles, les snipers du groupe, se tenaient déjà prêt à aligner n'importe quel ennemi qui attendait derrière le sas, ils avaient profité des quelques minutes de déverrouillage de la porte blindé pour déplacer des protections assez loin pour ensuite se retrancher derriére. Le reste du groupe s'était divisé sur les côtés du sas, s'adossant sur les murs blindés à la manière des forces spéciales avant un assaut.

Quand les portes blindés s'ouvrirent un déluge de feu éclata. « Mitrailleuse lourde chef » eut le temps de dire princesse dans son micro avant de se jeter derrière la plaque qui lui servait de protection. Bien qu'assez loin avec Emma c'était eux qui se recevaient toute la purée, ils étaient à bonne distance mais de face derrière des protections. Le tireur ne devait pas les avoir repéré mais semblait être un fou de la gâchette, peut être le stress ou la peur.

L'important avec une mitrailleuse lourde ce n'était pas tant de connaître sa puissance de feux,ça tout le monde, même un krogan – c'est dire – le savait, mais plutôt les quelques précieuses secondes d'espace entre les rafales ou le rechargement qui constituaient ses principaux défauts. Défaut pouvant être facilement exploité. Enfin ici le tireur se faisait couvrir pendant son rechargement par ses coéquipiers et l'espace fermé du couloir rendait délicat tout assaut.

Baptist se risqua à jeter un coup d’œil au couloir, une balle frôla son casque. Ces enfoirés s'étaient positionnés bien en retrait pour éviter de se faire avoir par un simple jet de grenades. Bien pensé.

« Je m'occupe du tireur juste si vous pouviez balancer une grenade paralysante ça m'arrangerais ». La voix d'Emma résonnait dans le micro.

Baptiste régla une grenade flash qu'il put lancer assez loin en s'aidant de ses pouvoirs biotiques.
Le bruit significatif de la grenade, ainsi que les cris de surprise des assiégés fit se découvrir Emma. La premiére classe démontra une fois de plus son habilité en touchant du premier coup le tireur de la mitrailleuse lourde. Son fusil étant une Veuve les probabilités de survie de ce dernier étaient quasi nulles

« Tireur abattu.
J'ai encore 6 troufions en visuel lieutenant.......
5 – on entendit une fois de plus le bruit de la Veuve-
4.... C'est dingue leur obsession à vouloir utiliser la mitrailleuse lourde.......
Les derniers ont compris la leçon, ils se planquent et ne semblent pas vouloir sortir leur nez lieut' 
»

Bien au moins le plus gros du nettoyage avait été fait, il allait pouvoir ordonner l'assa..... Non au final l'ordre semblait devenu obsolète, les spectres, qui écoutaient sagement Emma jusque la , n'avaient pas attendu un quelconque ordre de Baptist pour débouler dans le couloir. Ils furent donc les premiers à entrer, fauchant les dernières velléités des survivants en un éclair, le reste de l'escouade sur les talons.
En balayant le couloir du regard on pu voir les ravages qu'avait causé le fusil veuve, les charmantes munitions de cette arme avaient tendance à en mettre de partout une fois la cible traversée en retapissant façon art abstrait les murs aux alentours, ici le résultat n'était pas beau à voir.

« Pas mal le tableau de chasse hin » fit Emma-qui avait rejoint le groupe- moqueuse en donnant une tape sur l'épaule de Kurt.

Leur chef pendant ce temps consultait avec les spectres l'itinéraire le plus rapide pour arriver sur l'objectif. La première option d'itinéraire des spectres à l'origine ,l 'ascenseur qui se trouvait au bout du couloir, avait dû être écarté car il avait été scellé, le bleu avait même certifié en le scannant que les terroristes l'avaient bourré de mines. Il ne restait plus que la deuxième option, une progression standard avec son lot probable de portes sécurisées et de gardes.
« Bon quand faut y aller » soupira le lieutenant en suivant les spectres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Chaos
Rang : Electron libre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4358-rapports-sur-caelus-machiavel-chronol#65349


Messages : 124
Crédits : meken.deviantart.com

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Jeu 16 Juin 2016, 14:52

Une semaine plus tôt.

« Voici les plans. C'est une cible de choix. C'est la seule dans tout le quadran qui corresponde à vos critères. »
Ainsi s'était avancé un humain. Il s'était rapproché du petit troupeau, affichant sur son corps relativement bien bâti des habits reflétant un côté aventurier sans crainte, à peine lavé, avec encore de maigres tâches de graisses sur son visage tiré et ridé. Malgré cette apparence impitoyable, on sentait dans ses yeux, à la palpitation de ses capillaires sanguins, à la pupille rétrécie - qu'il avait peur. Il n'était clairement pas à l'aise.

Fort heureusement, son interlocuteur s'était habitué à ce genre de timides cracheurs de venin, qui se repliaient et faisaient le mort une fois trop brusqués par l'ombre d'un géant. Géant, c'était peu dire, avec ses deux bons mètres et quelques, dépassant ainsi de beaucoup la coupe type militaire de l'humain récemment intervenu. C'était une des choses qui lui inspiraient, derrière la peur, la haine et la colère envers cette race élancée et pourtant robuste, que même la peau s'était enhardie, renforcée face à un soleil trop généreux.

Il avait donc levé les yeux vers ce visage. Vers ces tatouages faciaux blancs immaculés, qui contrastaient sur un noir ébène, qu'on aurait dit de charbon. Néanmoins, il n'eût pas a chercher longtemps les petits yeux d'or viciés par un trait noir vertical. Ces mêmes yeux là qui le scrutaient désormais, avec toute la condescendance qu'ils pouvaient transmettre. Le turien en question prit du pouce et de l'index le datapad qui contenaient les fameux plans. Il y jeta un bref coup d’œil en faisant voler son doigt, comme un crayon de fusain, au dessus de l'écran qui dispensait alors différentes informations à chaque mouvement tel un artiste. Le natif de Digeris restait silencieux. Tout comme l'humain, et tout ceux qui étaient présents avec eux.

Étaient réunis différents groupuscules, pirates, ou "seigneurs de guerre" - comme aimaient s'appeler certains d'entre eux -. Certains de la Travée, d'autre des Terminus. C'étaient tous des extrémistes, nationalistes ou terroristes de bas étage en puissance. Ils avaient cependant tous quelque chose en commun : la haine de l'Alliance. Pour des raisons qui dépassaient totalement l'intérêt d'un être tel que Caelus Chronol, alias Machiavel.

« Thonal, lune d'Ontarom. », se contenta-t-il de dire. Puis il leva la tête vers la petite assemblée qui était là autour de ce qu'on pourrait appeler une table de commandement. « Vous n'avez pas peur des biotiques, vous ? C'est curieux. Il fallait vraiment qu'un débile comme moi passe dans le secteur pour tout me coller sur le dos. » A cette réplique, certains des visages commençaient a se déformer de légères grimaces vexées. « Qu'importe, c'est votre jour de chance messieurs ! Si vous ne vous entretuez pas avant, l'Alliance Interstellaire prendra un bon coup dans les bijoux de famille ! »

Ce fut à son tour de déformer son visage d'un sourire carnassier révélant deux rangées de scies qu'on aurait appelées dents sur un autre individu. Couplées à ses tatouages, il avait tout de quoi le rendre fou à lier rien qu'à le voir.


Maintenant

« Tenez-vous à ce que je vous ai dit. », lançait-il sur son omnitech bleu. « Fortifiez et tenez les complexes. N'hésitez pas à tout faire péter si vous êtes submergés. Je vous laisse à vos commandements. Tenez-moi juste au courant de l'avancée de leurs renforts. »

Machiavel coupa net la transmission. Il valait mieux qu'ils soient frustrés, cela n'attiserait que davantage leur haine et leur combativité. D'un autre côté, il n'aurait pas à entendre leurs misérables voix. Qu'ils se prennent pour des chefs et meurent en pensant devenirs martyrs d'une cause juste. Les morts ne parlent ni ne remportent de victoire. Seuls les conquérants écrivent l'histoire.
Mais, de cela, Caelus n'en avait rien à faire. La seule chose qui comptait pour lui était la somme des dégâts.

Lorsqu'ils avaient investi la lune en un véritable Blitzkrieg, Caelus, accompagné de quelques guerriers le suivant régulièrement dans ses péripéties, s'était divisé de la troupe principale avec d'autres combattants empruntés aux extrémistes pour le plus rapidement possible s'emparer du coeur d'ézo alimentant les systèmes de propulsion de la lune lorsque son orbite deviendrait dangereuse pour Ontarom.

« Après tout, on ne fait que forcer un peu le destin...! », disait-il avec un rictus sournois alors qu'il empoignait un des défenseurs et qu'il lui lança une projection dans la bouche, faisant imploser son fragile crâne.

L'attaque d'origine avait été un succès dans sa majorité. Il restait maintenant a gagner le plus de temps possible. Pour ça, il devait compter sur d'autres gens - chose qu'il détestait plus que tout -. On n'était jamais mieux servi que par soi-même. C'est ce qu'il pensa alors qu'il défonça à coup de projections et de déchirures, aussi furieusement lancées les unes que les autres, la porte qui donnait accès au dernier complexe - celui où résidait le fameux cœur. Alors qu'il déchainait sa propre haine et sa puissance contre cette pauvre porte qui n'avait rien demandé à l'aube de cette journée, même les combattants autour de lui constataient l'étendue de la folie qui émanait du tristement célèbre terroriste. Puis, la porte, d'abord fracturée, explosa en d'innombrables morceaux de braises, de béton, de fer et d'acier.

Le nuage gris et épais qui s'était créé fut alors transpercé de tirs d'armes lourdes, dispersant la masse sombre. Il évita alors de justesse en se jetant à sa gauche sur des plaques grillagées plusieurs de leurs rafales. Les milices locales, accompagnées de quelques biotiques, avaient alors fortifié leurs positions en attendant les renforts... Cela ne ferait que leur gagner quelques minutes. Caelus espéra cependant que ces minutes là ne seraient pas des minutes de trop pour leur objectif.

« Ecrasez-moi cette racaille ! On a pas de temps à perdre avec ces chiens ! », dit-il en se relevant, récupérant un peu de son souffle contre le mur a côté duquel il y avait l'entrée forcée dans le complexe, après autant de déflagrations biotiques. A force de trop forcer, il savait qu'il mettrait un premier pied dans une force qu'il évite soigneusement d'utiliser ces derniers temps...

Il observa alors les combattants extrémistes et quelques de ses propres guerriers se mettre en position, se préparant a déloger les défenseurs à coups de grenades et de munitions incendiaires.





Récompenses Ythaq'Fi/Harmitt:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Spectre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4287-fiche-de-presentation-de-r
http://www.masseffect-reborn.fr/t4291-journal-personnel-de-ravi-vertax


Hé Hé !
Messages : 219
Crédits : Essence of Rapture - moi

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Dim 19 Juin 2016, 20:52

L'Eclipse d'Ontarom

- Et toi, tu préfères quoi ? Flinguer les tiens, qui vengent Palaven dans la station, en chienne du Conseil que tu es ?

Evidemment... Elle avait essayé de lui faire connaître la notion de dignité, mais le Butarien y était résolument fermé. Elle aurait dû s'en douter.
Le sourire resta en place lorsque le mot "chienne" retentit. Seuls ses yeux se plissèrent à la notion du mot alors que son regard restait ancré sur le mercenaire.

- Wouf.

Son pied écrasa violemment le genou, bien décidé à le rompre. A défaut de pouvoir le briser, elle réussit tout de même à le fracturer et le déplacer, provoquant un grognement étouffé mais bien plus fort que précédemment. Ravi révéla un peu plus ses dents, les mandibules légèrement plus basses qu'en temps normal. Elle appréciait de voir que l'air farouche avait été remplacé un instant par une expression de douleur.
Bien décidée à continuer, elle commença à faire bouger l'articulation d'un côté et de l'autre. Un coup de feu interrompit son action et elle grimaça, langue sortie, alors qu'un peu de sang chaud vint s'écraser sur son visage. Lymuciir en avait assez. Elle s'enquit du temps restant à attendre l'ouverture de la porte et pressa la troupe lorsque celle-ci fut sur le point de s'ouvrir. Il n'y avait pas de temps à attendre, c'était vrai.

La Turienne se releva, abandonnant totalement le cadavre inutile pour rejoindra sa professeur.

- Vertax, la prochaine fois que tu te décideras à torturer un Butarien, vise les yeux. Ils tiennent plus à eux qu'au reste de leur corps.

Oh... Elle n'y avait pas pensé.

- Merci. A vrai dire, je doute qu'il aurait parlé même comme ça. Je pensais davantage à lui offrir une mort noble.

Elle haussa les épaules, souriant avec ironie.

- Il faut croire que c'est une notion dont ils sont totalement dépourvus...

- Tu peux garder ce genre de réflexion pour toi.

Ouuuutch... Elle aurait dû se douter du retour de flamme. La Spectre était à l'humour ce qu'un Hanari éclopé à moitié mort était à la danse : quelque chose qu'on ne verrait jamais et qu'on espérait d'ailleurs ne jamais voir.

Elles ne restèrent pas ensemble très longtemps car dès que les imposants battants pivotèrent, un crépitement aussi soudain que brutal les firent se jeter sur le côté.
Il ne s'agissait pas tant de tirs destinés à les arrêter, mais plutôt un tir de barrage. Ils essayaient de gagner du temps ou de ne pas se faire massacrer. Les deux possibilités étaient combinables, mais la première semblait légèrement plus prendre le pas que l'autre. Le temps de recharge leur laissait un peu plus de possibilité de maniement, mais les pirates continuaient de tirer au calibre léger.
A défaut de pouvoir passer les portes, Ravi sauta vers un couvert plus proche, grimaçant alors que l'une ou l'autre des attaques fut absorbée par son bouclier. Une vague bleutée se répandit de l'épaule jusqu'au milieu du corps pour disparaître alors que les batteries se remettaient doucement de l'assaut. Malgré tout, sa tentative avait marché; elle était désormais non loin de la division biotique.
Ceux-ci non plus n'avaient pas perdus de temps et s'étaient déployés, notamment une sniper. Elle avait raison; les tireurs avaient pris soins de se placer assez loin des attaques biotiques. Pas forcément trop loin, mais assez pour qu'ils ne soient même pas frôlés. Mais ils n'étaient pas à l'abri des grenades pour autant et les ennemis ainsi paralysés finirent vite par succomber sous les tirs des snipers.

Les autres essayèrent de se retirer mais ne furent pas assez rapides. Maintenant que Lymuciir et Ravi avaient la voie libre, elles n'allaient pas se contenter d'attendre que la troupe fasse leur affaire. Elles s'élancèrent à la poursuite des fuyards pour les empêcher de préparer d'autres défenses plus loin. L'Asari en abattu un dans le dos, faisant léviter un second pour lui tirer dessus. La Turienne ne fut pas en reste, empêchant l'un des siens de s'enfuir avec un tir dans la jambe. Elle le délaissa, laissant à son aînée le soin de l'abattre. Celui qui était en tête essayait déjà de passer une porte, menaçant de la bloquer derrière lui. Il n'en eut pas le temps; la projection biotique l'envoya s'écraser contre le mur parallèle. L'apprentie se jeta sur lui alors qu'il tentait de se relever. L'omnilame dans sa gorge l'empêcha d'aller plus loin et l'homme glissa le long de la cloison, laissant derrière lui une traînée rouge.

- Fini, fanfaronna joyeusement la Turienne alors qu'elle se relevait.

Le regard noir de l'Asari la convainquit de ne pas continuer plus. Woupsi.

Le couloir était désormais désert. L'ascenseur se situait à leur gauche, prêt à être... inutilisé. Un rapide scan d'un des humains leur avait appris qu'il était scellé et miné. Le seul moyen d'atteindre le coeur était ce foutu ascenseur. Les escaliers ne descendaient pas aussi profondément et, même si cela avait été le cas, il y aurait eu trop d'étages à descendre pour qu'ils arrivent à temps.
Cela donna lieux à un conciliabule exceptionnel avec le Lieutenant Von Lytanis, Lymuciir et Vertax. Le premier fit apparaître un plan holographique des lieux. Un doigt griffu pointa un escalier situé dans la pièce juste à côté.

- On peut essayer par là. Les terroristes ne nous ont pas tant devancé que ça; sceller l'ascenseur a dû leur demander du temps. Assez pour que nous puissions arriver et leur empêcher de se préparer davantage.

Elle fit parcourir sa griffe un peu plus bas, deux étages en dessous de celui actuel. Le -3 brillait doucement, encadré un peu plus loin du plan.
Les deux autres l'écoutaient silencieusement.

- On pourra tenter de prendre l'ascenseur à partir d'ici. Ou, s'il est toujours bloqué, le forcer à monter assez pour nous laisser de quoi descendre en rappel.

Ils essayent de nous ralentir. Enfin, nous tuer aussi, mais surtout nous ralentir. Du coup, leurs pièges vont surtout être emmerdants à défaire, mais pas forcément bien pensés.


Le lieutenant soupira. La Spectre qualifiée hocha la tête pour donner son accord quant au plan.

- Bon quand faut y aller...

Toujours pas de temps à perdre hein? C'était un peu une course contre la montre qu'il fallait gagner. La salle d'à côté contenait quelques méchas qui n'avaient pas eu le temps d'être désactivés. Qui sait ce qui se serait passé si elle n'avait pas empêché le pirate d'arriver jusque là? Au lieu de perdre du temps à les détruire, la troupe se déplaça discrètement jusqu'aux escaliers, scellant la porte derrière eux. S'ils s'activaient pour une raison ou pour l'autre, ils ne seraient pas pris en sandwich ainsi.

Le calme avait pris possession de la cage d'escalier, à tel point qu'on entendait l'écho des pas retentir. Le chuintement d'une porte qui se refermait se fit entendre plus bas. Ils avaient été entendus (l'inverse aurait été impossible) et devaient désormais être attendus... Inutile de vouloir être discrets; dès qu'un scan leur révéla une absence de pièges ou bombes, ils pressèrent le pas jusqu'au troisième sous-sol. La serrure holographique affichait une couleur rouge qui devait être bien visible de l'autre côté. Il était facile d'imaginer que plusieurs canons étaient pointés sur la porte, attendant qu'elle soit ouverte pour tirer. Divers objets avaient été placés plus bas pour empêcher d'atteindre le dernier sous-sol mais laissaient assez de place pour que quelques personnes s'y planquent.
D'un geste de la main, la Turienne fit signe à quatre humains, Kurt, le Lieutenant, le technicien et une humaine qui lui semblait assez forte en biotique, de venir la rejoindre. Les autres furent gentiment priés de remonter un peu afin de surveiller leurs arrières et d'éviter de se faire canarder comme des lapins.
Elle ne prononça pas un mot pour s'expliquer. Si on les attendait, ce n'étaient pas la peine de s'annoncer encore plus en parlant ou hurlant. A coups de signes, elle fit comprendre à l'ingénieur de déverrouiller ce qui devait l'être. Ce n'était pas compliqué, ni trop long - une simple serrure standard. Ce n'était pas là leur moyen de défense.

L'ancienne cabale aida l'Humain à revenir en sécurité alors que les balles fusèrent à l'instant même où les portes faisaient mine de s'ouvrir, quitte à ce qu'elles viennent crépiter contre la cloison de métal. Le geste d'aide n'avait pas été tout à fait désintéressé; en même temps, la femme profita de l'angle pour lancer sa biotique, grimaçant alors que son bouclier faiblit, puis céda lorsqu'elle se plaqua une nouvelle fois contre son abri. Elle avait profité de leur faible angle de tir pour lancer ses ondes, sans avoir eu le temps de voir si elle avait réellement des ennemis dans sa trajectoire ou non. La détonation qui suivit s'accompagna de quelques cris et ordres aboyés. Assez pour lui dire que, si elle avait causé quelques blessures, elle avait surtout réussi à les déstabiliser un peu. De quoi raréfier les tirs et permettre aux autres biotiques de tenter leur chance ou de balancer une ou deux grenades, pour leur permettre de tenter une percée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4124

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Mer 22 Juin 2016, 23:56

____________INFOS MJ____________



Hum, je n'ai pas grand chose à dire, donc je vous donnes des directives HRP ^^

Bap et Ravi, vous continuez comme ça ! Ravi, fais moi un jet de dé 20 sur l'organisation, pour déterminer à quel point l'attaque biotique a déstabilisé les ennemis. Je vous donne ensuite les conséquences. dans tous les cas, vous pourrez suite à ça prendre l'ascenseur pour atteindre le cœur d'ézo.

Caelus, tu peux achever la résistance au cœur ce tour ci, et mettre en place ton plan. Si tu veux des détails techniques sur la pièce, le fonctionnement, ou autre truc tout droit sorti de l'imagination du MJ, tu sais comment me joindre ^^
Et lance moi un dé 20 aussi. Pour l'efficacité de tes soldats LOL



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance interstellaire/ Division biotique
Rang : Lieutenant / N1
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 85

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Lun 27 Juin 2016, 21:16
Quand les cries des ennemis retentirent en réponse aux attaques biotiques de la turienne Kurt s'élança, Baptist et Natasha à sa suite. « Biotique de contact » c'était les mots étranges, opposés même, qui happaient le regard d'un lecteur lisant le dossier du géant roux.
Sautant par dessus sa protection, fusil à pompe en main, il partait à la rencontre des terroristes. Ces derniers s’étaient mis sur deux rangs pour optimiser leur puissance de feu, le premier genou au sol, le second debout à la manière des carrés napoléoniens. Du moins s'était leur position d'origine, la plupart étaient au sol, sonnés. La turienne avait clairement fait mouche avec ses attaques.

L'un d'eux, qui s'était relevé plus rapidement que ses compères, mis en joue Kurt. Ce dernier chargea son opposant par une charge biotique, son genou s'écrasant violemment sur le crâne non protégé de son adversaire dans un craquement sinistre. Tel un démon semant la mort il vidait son chargeur sur ses adversaires qui se trouvaient autour de lui.

Plus mesuré Baptist et Natasha se contentaient d'éliminer au fusil d'assaut les adversaires qui commençaient à répliquer, tout en prenant garde de ne pas toucher leur camarade. Bientôt il ne resta de la défense qu'un amoncellement de cadavres ennemis.
Enfin c'est ce qu'il croyait, un des butos , qui s'était reçu deux balles dans le buffet, actionna un explosif qu'il tenait dans sa main. Le Lieutenant était le plus proche, Kurt et Natasha dans son dos. Devant la situation Baptist utilisa en urgence une onde de choc sur le sol, l'onde qu'il déploya, modérément puissante, écarta l'engin explosif et son déclencheur sur quatre mètres, mais également ses subordonnés.
L'onde de l'explosion le propulsa sur deux mètres en arrière. La rencontre avec le sol, assez violente, le sonna pendant quelques secondes. Quand il revint à lui le visage du Doc, d'une Natasha inquiète et de la spectre étaient au dessus de lui, le scrutant à la manière des bébés bordés par leur parents. Pas vraiment glorieux comme situation.

- En voilà un chanceux ,fit le Doc visiblement amusé, un ou deux métres de plus et vous étiez mort mon lieutenant

En réponse le lieutenant grogna, son corps était endolori mais il s'agissait apparemment plus de peur que de mal. Il devait une fière chandelle à ses boucliers de protection, ceux ci étaient néanmoins foutu maintenant, si il se recevait une balle il allait le sentir.

-Mais non il en faut plus pour tuer le lieutenant fit le géant avec une grosse tape dans le dos qui le fit tousser avant de le relever d'un bras

En regardant dans la direction de l'explosion il put voir qu'effectivement il avait eut de la chance, la ou avait eu lieu la détonation n'était plus qu'une zone calcinée dans une rayon de deux mètres. Il allait vraiment croire qu'à force il avait le cul bordé de nouilles comme le lui avait répété sans cesse l'instructeur des sous-officiers.

-Lieutenant, l'ascenseur ici n'est pas scellé ! Je ne détecte pas non plus de pièges.
Ils ont juste mis un blocage basique


Cette phrase du bleu,apportant une nouvelle inespérée, sonna comme un doux rêve pour tout le groupe, ces imbéciles devaient avoir été pressés. Le temps gagné par cette erreur allait peut être se montrer décisif, nul doute qu'un comité d'accueil avait dû être placé dans les accès donnant au dernier étage dans lequel se trouvait la salle principale. Ici user de l'ascenseur allait faire gagner du temps et les prendre de court.

-Lieutenant, venez voir !

Baptist entra dans la pièce jouxtant l'ascenseur en entendant Anna l’appeler, laissant le piratage de l'ascenseur entre de bonnes mains.
La piéce en question, criblée de balles dans les murs, qui semblait avoir été une salle de gardes, n'était plus qu'une pièce jonchée de cadavres aux couleurs de l'Alliance. Les cadavres présentaient des traces d'impacts différents. Certains étaient criblés de balles de face, d'autres, le personnel civil peut être, ne présentaient qu'une trace de balle au niveau de la tête. Une exécution dans les règles.
Cette vision macabre laissa un goût amer aux membres du groupe venu les rejoindre. Les mâchoires se serraient au même titre que les poings , les cœurs se fermaient.

-Ascenseur déverrouillé Lieutenant la voix du bleu tira les spectateurs de la scéne visite vous avez découvert quoi dans cette piéce ?

-Une raison de plus de combattre....

Ces terroristes allaient définitivement payer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Chaos
Rang : Electron libre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4358-rapports-sur-caelus-machiavel-chronol#65349


Messages : 124
Crédits : meken.deviantart.com

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Mar 28 Juin 2016, 14:58

Caelus, encore affaibli par la salve de projections toutes aussi furieusement lancées les unes que les autres, se contentait de regarder ses hommes et ceux gracieusement prêtés par les groupes extrémistes pénétrer la porte ébréchée en milles fragments, infiltrant ainsi le dernier rempart avant l'objectif principal, à savoir le cœur énergétique des systèmes de propulsion de la lune, censés la faire sortir de sa trajectoire. Il était ainsi, adossé à gauche de la porte, posant son regard inquisiteur sur chaque personne traversant l'entrée. Au bout d'un moment, après avoir bien repris son souffle, il se décida à se remettre en marche. Ce n'est pas pour autant qu'il se pressa, après tout, ses hommes semblaient étonnamment efficaces et robustes au combat aujourd'hui. Cela ne l'étonna pas vis à vis de ses propres combattants, qui l'accompagnaient plus ou moins régulièrement dans ses exactions, non, il était aussi satisfait des autres, de la chair à canon, que la crainte et la haine avaient transformés en véritables machines à tuer.

Quand, à son tour, il pénétra le seuil de la porte qu'il avait détruite plus tôt, il contempla alors un travail déjà bien entamé : des corps jonchant le sol, de divers uniformes et couleurs, des murs défigurés de trous de décharges thermiques et d'explosions. Il entendait encore des combats plus loin. Pour la première fois il apprécia presque le fait d'avoir tout servi sur un plateau d'argent. Celui lui arrivait rarement, lui qui préférait largement avoir les pieds et les mains dans le sang de ses ennemis plutôt que dans les diffusions holographiques d'un centre de commandement.

« Machiavel, il reste une petite poche de résistance dans la salle du réacteur, ils sont cernés. On peut d'ores et déjà dire que le cœur d'ézo est à nous. », annonçait Breïvik presque fièrement.
« Parfait. Ecrasez-les, et prévenez les autres cellules, si elles ne sont pas déjà détruites par la contre-attaque. »
Il y eût un signe d'acquiescement, et le dit Breïvik tourna les talons pour se hâter dans ses tâches. Breïvik faisait partie de ces réguliers. Pour un humain, c'était un guerrier que Caelus appelait quelqu'un d'honorable - un mot non pris à la légère par le terroriste -, et il l'appréciait dans ses rangs. Il lui avait déjà prouvé maintes fois son dévouement et Caelus le lui avait bien rendu. Bien entendu, l'ex-Kabalim ne faisait confiance à personne, pas même à ses propres soldats, mais Breïvik faisait partie du cercle des personnes un peu plus proches.
Cela fit d'ailleurs sourire le turien couleur ébène d'entendre son surnom, Machiavel. Un surnom venu des Humains après une de ses exactions sur Eden Prime, obtenu par l'intervention d'un humain, Lleyton Benam et de sa superviseure à l'époque, Moryn Thymoris. Deux personnages avec lesquelles Machiavel jouait de temps à autres au chat et à la souris pour son simple plaisir.

Le turien traversa alors le dédale de couloirs et de salles plus ou moins grandes où toute résistance avait déjà été éliminée. Les ordres furent retransmis par Breïvik, et on vit déjà, depuis d'autres issues, des survivants d'autres groupes rejoindre le groupe d'attaque principal. Tant pis, ils seraient cernés ici, mais l'objectif serait atteint. Enfin, Machiavel avait toujours un échappatoire. Il se gardait bien sûr de le dire aux autres couards qui lui servait de bouclier vivant.
« L'ordre de rassemblement a été donné, ils tiendront le bâtiment le temps de s'occuper du réacteur. », lui transmettait Breïvik par omnitech.

Caelus ne compta pas les minutes, qui lui parurent relativement longues, avant d'arriver à la dite salle, mais ses troupes semblaient avoir rempli leur contrat avec brio. Des pertes avaient été subies, mais lorsqu'il arriva dans l'immense hangar revisité pour accueillir le cœur d'ézo, où des échafaudages, des écrans, holographiques ou non, des plateformes pour la plupart grillagées, avec des fenêtres qui couvraient une partie haute du bâtiment là où il donnait sur l'extérieur, il sembla presque impressionné. Les envahisseurs couraient dans les tout les sens, cherchant d'une façon ou d'une autre, sous les ordres de leurs chefs d'équipes, à organiser une défense potable dans le bâtiment. Ce n'était qu'une question de minutes avant que la contre-attaque n'arrive à leurs portes, et il était temps d'achever leur mission.

Détourner, détruire ou neutraliser un cœur d'ézo n'était en rien une chose aisée, et encore moins rapide. Il faudrait certainement un temps considérable avant de réussir un tel exploit, c'est pourquoi les techniciens qui avaient accompagné les terroristes se mirent immédiatement au travail en se ruant sur la rangée d'ordinateurs qui encerclait une sorte de piédestal sur lequel résidait une énorme boule de matériaux sophistiqués afin d'enfermer le fameux réacteur. Des câbles de tailles variées en sortaient de partout. Caelus traversa la salle, toujours les yeux sur l'objet trônant au fond de l'immense pièce. Il se planta devant, contemplant la technologie qui lui permettrait peut-être de porter un coup dur à l'Alliance Interstellaire.

« Breïvik. Organise les défenses, et dit aux chefs de factions d'ordonner leurs hommes, ils seront plus farouches au sein de leur propre synergie. Qu'ils combattent jusqu'à la mort, car il n'auront pas le temps de fuir quoi qu'il en soit. »

Caelus fronçait les arcades sourcilières en observant les techniciens à l’œuvre. Certes, il connaissait des bases de piratage, sommes toutes assez classiques, mais, si cela paraissait orgueilleux, appuyer sur le bouton final lui permettrait d'être sûr et certain de l'exécution du plan. En attendant, ils devraient se battre. Comme il avait quelques minutes devant lui avant l'instant fatidique, il alluma son omnitech, et pianota dessus, une carte de l'endroit apparu, et il repéra l'endroit précis qu'il cherchait. Son ticket de sortie.

Il l'avait dit. C'était de la chair à canon, de la marmaille faite pour être sacrifiée en martyr, et lui avait toujours un échappatoire. Cependant, il ne partirait pas sans combattre.

« Les chefs de cellules rapportent un groupe de biotiques très acharnés et la présence d'un Spectre. », reçu-t-il en message sur son omnitech.

Il leva les yeux vers la grosse boule mystérieuse.
« Un Spectre, hm ? Voilà que le Conseil se décide enfin a employer les grands moyens... »




Récompenses Ythaq'Fi/Harmitt:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4124

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Mer 29 Juin 2016, 01:33

L'Éclipse d'Ontarom
22 Avril 2201

Ontarom



Base souterraine, première ligne de défense


Les hommes étaient nombreux, et prêts. ils avaient reçu des renforts supplémentaires, affaiblissant le contrôle sur les complexes extérieurs afin de garder celui du cœur d'ézo. Chaque organisation avait réuni ses membres, évitant de trop côtoyer ses alliés du jour. Les ordres étaient clairs : combattre jusqu'à la mort. Ceci n'avait que moyennement plus à certain, mais qui oserait se rebeller à cet instant ?

Le bip de l'ascenseur résonna. Aussitôt, le déluge de feu commença, depuis les terroristes retranchés vers l'ascenseur et depuis l'escouade biotique vers ses ennemis. La pitié était absente de toutes considérations.
Le combat s'annonçait rude.

Base souterraine, cœur d'ézo

Les échos du combat résonnaient jusqu'ici. Les pirates travaillaient toujours le cœur d'ézo, modifiant la trajectoire programmée pour que la lune s'effondre à court terme sur la planète, sans espoir de changer la donne. C'était là l'avantage des masses immenses et de la gravité : les forces devenaient très vites incontrôlables. Mais les systèmes informatiques résistaient aux ordres contraires à leur programmation, et les pirates avançaient lentement.


____________INFOS MJ____________



Saloute !

Bap, j'aimerai que deux (ou plus, si tu veux) de tes soldats se retrouvent mis hors combat. Pas mort, mais plus capable de participer. En dehors de ça, vous parvenez à franchir la ligne de défense ce tour ci.

Aussi, je n'ai rien précisé sur l'ascenseur afin de vous laisser de la liberté sur comment vous arrivez. L'ascenseur vient, c'est tout.

Caelus, tu agis comme tu l'entends. Si tu comptes te montrer à l'escouade, préviens sur l'organisation, histoire que Ravi en prenne compte : ça la touche particulièrement, de même que la Spectre asari ^^



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Spectre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4287-fiche-de-presentation-de-r
http://www.masseffect-reborn.fr/t4291-journal-personnel-de-ravi-vertax


Hé Hé !
Messages : 219
Crédits : Essence of Rapture - moi

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Lun 04 Juil 2016, 15:09

L'Eclipse d'Ontarom

L'attaque avait réussi. Les mercenaires avaient manqué de jugeote et étaient restés regroupés devant la porte afin de maximiser les dégâts, sans prendre le temps de penser à une contre-attaque. Une partie d'entre eux s'étaient alors retrouvés à reculer, certains allant même jusqu'à tomber sous le coup inattendu. Une autre partie s'était jetée en arrière par instinct de survie. Quoiqu'il en soit, l'effet avait été là : Le flot de tir, jusque-là nourrit, venait de se tarir, leur laissant une ouverture. Il n'en fallut pas plus à la division biotique ; comme un seul homme, ils s'élancèrent sur la position, préparant arme et pouvoir pourvu que cela empêche leurs ennemis de se relever. Ils se jetaient dessus comme si chaque seconde d'inactivité aurait pu signer leur arrêt de mort. Et à raison : Laisser la possibilité à une poignée de se relever et de reprendre leur attaque aurait coûté gros.
La Spectre les assistait aussi, un peu plus en arrière, tirant et achevant ceux qui faisaient mine d'être trop agressif. Elle ne semblait pas porter attention à sa disciple, laquelle s'en accommodait bien. Plutôt que de rejoindre le feu de l'action, la Turienne retira son gant, examinant avec une moue le sang qui s'écoulait. Puis, logique des choses, elle porta sa main à sa bouche, suçotant le liquide bleu tandis qu'elle réfléchissait.

Elle avait été chanceuse. C'était un fait indéniable. Les quelques secondes qui lui avaient fallu pour préparer et lancer ses ondes avaient été courtes mais intense dans ces conditions. Que ses boucliers se fassent détruire, elle s'y attendait. Qu'une balle perforante réussisse à l'entailler si profondément... moins. Enfin, au moins cela ne gênait que très peu ses mouvements et la douleur, pour l'instant sourde, serait vite oubliée. Plus que du muscle, c'était la chaire et la peau qui avaient pris l'attaque, réduisant la gravité à "infime". Mais il aurait fallu être sot et non pas téméraire pour s'élancer dans une bataille sans boucliers. Elle risquait d'être moins chanceuse la prochaine fois et recevoir une nouvelle balle - mais entre les deux yeux cette fois.
Enfin, ses batteries seraient rechargées d'ici à ce que l'ascenseur ne soit descendu - voir même avant et elle aurait possiblement une nouvelle cicatrice à ajouter à sa collection. Une bonne journée pour le moment en somme.

Les yeux verdoyants glissèrent vers l'Asari. Celle-ci avait cessé d'attaquer et contemplait la salle avec une moue... Lymuciirienne. Elle ne disait rien et, si elle imaginait Ravi couarde, ne laissait pas présager de ses sentiments. Pas plus que si elle pensait imbécile de s'élancer vers la mort sans protection aucune. Certes, la Cabale ne l'avait pas fréquenté longtemps mais Esprits que cette femme était aussi imperméable qu'imperturbable. Comme quoi, il existait des Spectres de toute sorte, allant du taciturne muet au bavard joyeux. Une partie d'elle aurait souhaité être avoir un professeur de ce genre, mais la majorité s'accordait à dire que si Lymuciir avait le sens de l'humour d'une loutre morte, elle n'en restait pas moins une professionnelle dont l'expérience et le savoir-faire était plus précieux qu'un concours de tir à l'ennemi.

Sa curiosité piquée au vif par l'immobilisme de sa comparse, la Turienne voulut en savoir plus. Il ne fallut pas plus de temps pour que la tête de l'apprentie surgisse de derrière le battant pour observer ce qui se passait. Elles eurent toutes deux le réflexe de se préparer à répliquer et réduire un maximum de dégâts lorsque l'explosion retentit.

Si l'explosion n'avait pas été forte, sa soudaineté avait surpris tous ceux qui ne regardaient pas ou avaient vu leur attention déplacée sur quelque chose d'autre. Alors que la paix reprenait ses droits et que certains se calmaient, dissipant l'aura d'ézo qui les entouraient, d'autres accouraient auprès du Lieutenant et des deux-trois hommes qui se tenaient à ses côtés à ce moment. Notamment la Spectre qui jeta sur lui un oeil vaguement inquiet. Soit elle voulait sincèrement s'enquérir de son état, soit, plus probable, cherchait-elle à vérifier la mort alors que son esprit passait en revue les divers grades des soldats et qui semblait le plus à même de remplacer l'officier dans son rôle de chef de la troupe. Le "probablement mort" ne l'étant pas, elle se désintéressa de lui pour exiger de l'ingénieur qu'il s'attèle à vérifier l'état de l'ascenseur au plus vite.
Ravi resta un peu plus longtemps, observant l'officier se faire relever et examiner par les siens avant de se détourner elle aussi. Ce faisant, son regard rencontra celui d'un des soldats, un jeune à première vue. Il rougit légèrement, bafouilla quelques mots et finit par aller jusqu'à l'élévateur sans plus d'explications. La Turienne haussa les épaules, reprenant le cours de ses propres affaires.
En temps normal, elle aurait cherché, se serait amusée de cette confusion et aurait joué un peu plus. Mais elle n'en avait pas le coeur. L'urgence ne faisait que croître, de même l'angoisse... Non, plutôt l'appréhension de la rencontre à venir. S'ils le voyaient.

- Lieutenant, l'ascenseur ici n'est pas scellé ! Je ne détecte pas non plus de pièges.
Ils ont juste mis un blocage basique.


- Alors retirez le, claqua la voix sèche et autoritaire de l'Asari.

Il bafouilla quelques mots avant de retourner à sa tâche sans aucune autre formalité. A côté de cela, l'autre partie du groupe partit de son côté. Et au milieu de tout ça, une Superviseure qui regardait faire, l'esprit ailleurs. Elle n'avait, à vrai dire, rien d'autre pour s'occuper et pour une fois, nulle envie de palabrer. Elle songeait, soucieuse, fixant la porte de l'ascenseur. Finalement elle se décida à placer une remarque, sans doute judicieuse, lorsque tous furent rassemblés devant les portes qui s'ouvraient, révélant la cabine.

- Nous sommes bien d'accord, on ne va pas s'empiler là-dedans pour sûrement se faire tirer dessus une fois arrivés à destination?

- Non. Nous allons voyager grâce aux câbles. Kurt, gardez les portes ouvertes et assez de place pour que nous passions. Le.... "bleu" - sa voix aurait suffi à refroidir Palaven jusqu'à moins quarante - faites descendre la cabine d'un cran. Vous, lança-t-elle en désignant une des femmes du groupe, ouvrez la trappe du toit une fois dessus.
Exécution.


Oh, voix douce, agréable et si autoritaire.... Lymuciir savait prendre les choses en main et, au vu de l'urgence et la délicatesse de la mission, ne pas confier les rênes à quiconque d'autre qu'une personne de confiance. Elle-même, pour l'occasion.

Bon gré mal gré, le rang de Spectre aidant sûrement, les Humains s'exécutèrent. Peut-être que dans leur esprit ils s'amusaient à massacrer l'Asari, à défaut de pouvoir espérer réussir dans le monde réel... Comme si elle en avait cure. L'importance de la mission volait bien au-dessus de savoir si une des divisions biotiques de l'Alliance l'appréciait ou non. Et pour ça, la Turienne respectait son aînée. Les comportements presque turiens avaient toujours le chic pour la charmer.
Leur formation fut rapidement achevée, réussissant tant bien que mal à se rassembler tous les onze sur la surface. Difficile de se coller à des parois qui n'existent pas et à garder l'équilibre. Ravi mit un genou à terre, scrutant la cabine face par la trappe. Elle fut secouée comme les autres quand l'appareil se mit en branle, commençant à entamer sa descente rapide. Si certains discutaient, la presque-Spectre gardait résolument le silence. Deux de ses doigts tapotaient sur le métal à un rythme régulier, ses mandibules cliquetant au même tempo. Plus le temps passait, plus ils arrivaient au dénouement final, à la rencontre... Alors, Machiavel ou Caelus? La question ne connaîtrait sa réponse qu'à la fin.

L'ascenseur s'arrêta et, comme il fallait s'y attendre, il y eu quelques secondes de tirs avant que les mercenaires ne s'arrêtent, comprenant le leurre. Trop tard pour eux, une grenade venait d'être lancée par la trappe, roulant hors de leur vue jusqu'à l'endroit présumé des mercenaires. La détonation provoqua quelques cris et assez d'ordres, trahissant le désordre qui régnait dans leur rang.
L'ancienne Cabale se laissa tomber dans la cabine, atterrissant lourdement sur le sol avant de rouler sur le côté pour mieux se plaquer contre un des murs. Pour la seconde fois de la journée la détonation biotique explosa, blessant ou perturbants quelques-uns de leurs ennemis. Leur fenêtre d'ouverture se prolongeait ; à côté d'elle les Humains passèrent la cabine pour combattre. Contrairement à la fois d'avant, elle les suivit, attrapant son pistolet et abattant deux mercenaires qui avaient mis leur arme en joue - une balle dans la gorge de l'un, l'autre dans la hanche puis dans le torse. Biotique et tirs finirent d'achever la résistance, Ravi allant même jusqu'à en achever un à l'omnilame.

Ils n'étaient que dans une salle quelconque, proche du coeur certes, mais pas dans l'action elle-même... La porte qui menait à l'autre était plus loin face à eux. Et s'ils avaient eu l'avantage grâce à l'effet de surprise, ça n'était plus le cas. Que la prochaine pièce soit le laboratoire ou juste un autre corridor avant lui, le combat s'annonçait rude.

Il fallait avancer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance interstellaire/ Division biotique
Rang : Lieutenant / N1
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 85

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Dim 17 Juil 2016, 14:33
La ruse proposée par la turienne avait fonctionné, les terroristes avaient pu être pris par surprise et -de loin ce qui était le plus important- ils ne comptaient encore aucune perte dans leurs rangs. Vu les forces envoyées par les terroristes, ces derniers pensaient sûrement qu'ils allaient mettre un terme à l'avancée de l'escouade ici, cependant ils se firent tous balayé et mangeaient maintenant le pavé. Leur équipement n'avait rien à voir avec ceux qu'ils avaient combattu jusqu'à présent, les armures étaient de type militaire et l'armement était également plus perfectionné faisant pensé à des mercenaires. Si ces bourrins n'avaient pas lâché des grenades et tiré comme des malpropres ils se seraient aperçu que l'ascenseur était vide, l'issue du combat en aurait été tout autre.
En regardant dans la direction de l'habitacle de l'ascenseur le lieutenant put voir à quoi l'escouade avait échappé, l'intérieur était criblé de balles et de traces d'explosions.


Passé le combat l'escouade se regroupa autour de Youssouf, le bleu, qui exposait ou se trouvait l'escouade aux spectres. Ce satané bleu, il avait réussi à transférer la carte de l'étage sur son omnitech en bidouillant sur un ordinateur de la piéce.
Baptist ne savait d'ailleurs pas ce qui était le plus inquiétant, le voir arriver à obtenir des informations classées secret défense avec facilité ,ou les virus qu'il avait lui même « confectionné spécialement pour ce genre d'occasion ». Dans tout les cas ce petit insolent avait du talent à revendre.
Le bougre en question, qui avait enlevé son casque pour que ses propos soient clairs, était rouge comme une pivoine. Il fallait dire que l'attitude quelque peu froide des spectres l'impressionnait beaucoup.

« Si j'en crois le plan nous sommes bientôt arrivé sur l'objectif.
La piéce ici va donner lieu à un dédale de couloirs. Il va falloir prendre celui-ci
-il appuya sur un bouton qui colora l'itinéraire- pour arriver au poste de contrôle, qui est la salle qui se trouve juste avant l'objectif »


-Donc en prenant d'assaut cette pièce on rameutera sûrement ceux de la salle de commande -fit Natasha- Remarquez c'est pas comme si on avais le choix hin.

Effectivement, l'effet de surprise n'allait pas être au rendez-vous. De plus il y avait fort à parier que la valeur combative de ce dernier carré allait être bien supérieure aux autres opposants.

-Puis avec tout ceux que l'on a tué jusqu'à présent ils ne doivent plus avoir grand monde avec eux


Cette dernière phrase fit sourire l'escouade......sauf les deux spectres dont les têtes impassibles auraient même pu déprimer un volus gagnant de l'argent. Le plan fut vite vu par les envoyées du Conseil et l'escouade se remit en route.
Enfin pas toute, Baptist ordonna à Charles et Emma de rester pour assurer leurs arrières, par précaution. Le regard noir de la première classe en dit long sur sa déception d'être laissée ainsi mais elle ne discuta pas les ordres.


Plus ils se rapprochaient du cœur de la base et plus la tension devenait palpable. Sans un mot l'escouade continuait sa progression sous la directives des spectres. Chaque pas les rapprochant un peu plus de la fin de cette mission.
Enfin ils commençaient à voir le bout de ce mauvais rêve. Ces enfoirés de terroristes ne toucherait pas à leur planète. Baptist s'était promis depuis cette mission qui lui avait laissé des marques dans l'esprit et la chair de ne plus revivre la perte de civils, le sauvetage d'Ontarum lui tenait ainsi beaucoup à cœur. Une sorte de rédemption.

A mesure qu'ils avançaient vers leur objectif les traces de combats précédents étaient visibles. Les murs habituellement immaculés portaient des traces de balles et de sang, tantôt accompagné au sol des corps des défenseurs et des assaillants. Chaque fois un des membres de l'escouade s'arrêtait, sans un mot, pour prendre les plaques d'identités des leurs tombés au combat, avant de rejoindre le groupe.
La lutte semblait avoir été acharnée mais l'ennemi avait submergé les défenseurs. Cependant une série de questions taraudait le lieutenant, comment de terroristes avaient ils pu entrer si facilement dans une structure sécurisée ? De plus attaquer et émettre avec efficacité un brouillage sur une base de ce type demandait d'énormes moyens.... La suite de cette affaire allait sûrement donné lieu à une chasse aux sorcières.

Les spectres forcèrent l'arrêt de la troupe, tirant par la même occasion le lieutenant de ses pensées. L'escouade se trouvait à la fin d'un couloir, débouchant sur une intersection. La direction de gauche donnait suite à un petit couloir se terminant par l'entrée du poste de contrôle.
Le lieutenant passa en tête de file pour jeter un coup d’œil rapide à cette derniére salle. Il remarqua deux choses. La premiére était que les bonhommes en face semblaient très bien équipé, ils discutaient entre eux pour faire passer le temps. La deuxième, de loin la plus inquiétante, était l'état de la porte blindé . Elle avait été littéralement éventrée, à coups d'armes lourdes certes, mais également par des décharges biotiques dont les traces d’impacts étaient reconnaissables. La puissance de celui ou celle qui avait fais ça été terrifiante.
Sur les ordres des spectres toute l'escouade sortie toute ses grenades incapacitantes et autres moyens de gagner du temps.
Vu les forces en présence le premier coup serait décisif. L'escouade était clairement en sous nombre, si les ennemis les stoppés dans le couloir ils se feraient tirer comme des lapins,ils devaient donc éliminer rapidement les ennemis du poste de contrôle pour ensuite donner l'assaut de la salle au cœur d'ezo.
Le cœur du sous lieutenant battait la chamade, sa respiration se faisait également plus rapide. Ils n'avaient pas le droit à l'erreur. Sa main était crispée sur sa grenade flash. Avait il peur ? Oui, mais davantage pour ses hommes que pour lui même. La main rassurante de Natasha se posa sur son épaule, ce qui le calma.
Les Spectres firent un signe, le signal. Un déluge de grenades s’abattit dans le poste de contrôle, accompagné des cris de surprise et d'ordres aboyés. L'assaut commençait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Chaos
Rang : Electron libre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4358-rapports-sur-caelus-machiavel-chronol#65349


Messages : 124
Crédits : meken.deviantart.com

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Mer 27 Juil 2016, 16:46
HRP : Désolé, texte court, pas d'inspiration... j'essaie de faire avancer la chose mais bon. Sad

Le dispositif était en place. La fête était prête. Il ne manquait plus que les convives, qui ne manqueraient pas d'arriver tôt ou tard. Machiavel était, comme à son habitude, un peu plus en hauteur, sur une petite passerelle qui d'habitude servait à la maintenance du cœur d'ézo. Ce n'était plus qu'une question de temps avant que le calme ne finirait par s'absoudre à la tempête. Les troupes mercenaires ou terroristes étaient clairsemées çà et là, sous les ordres de leurs chefs respectifs. Caelus attendait de pied ferme les "Spectres", et était impatient de savoir ce qu'ils avaient dans le ventre. Après tout, depuis les nombreuses années qu'il s'adonnait à ses activités qui lui avait valu sa tristement célèbre réputation, il n'avait eu affaire qu'à un unique Spectre. Et ce n'était même pas un combat.

C'est enfin que le déluge commença. Des tirs, des grenades, des pluies de balles, des cris, des éclats lumineux, des mouvements, des halètements d'agonie ou de stress intense... Tout le monde était concerné.

Et c'est ainsi que les troupes ennemies et alliées jouaient un jeu d'accordéon, de mouvements, de tentatives de percées, et c'est ainsi que, vis à vis des différents fronts qui s'orientaient à eux, le désordre s'empara de l'immense hangar qui contenait l'objectif de tout un-chacun. Le Coeur. Pour que celui-ci soit détruit, neutralisé ou annihilé, il fallait que les techniciens puissent s'affairer a leurs tableaux de bord sans dérangement.

Et ce fut même dans ce tumulte, ce capharnaüm de bruit d'explosions et de ricochets de balles saupoudrées par des hurlements de mort qu'ils tentaient d'accomplir le sombre dessein de leurs maîtres.

Caelus tenterait de veiller à ce que cela soit fait. Pour cela, il se contentait pour le moment, depuis son perchoir, de lancer quelques salves de projection très ciblées qui anéantirait un assaut ou une charge donnée par des ennemis trop farouches. Ou du moins, qui rendrait hors d'état de nuire suffisamment de personnes pour que les défenses puissent tuer le reste.

« Les troupes ont forcé la première ligne de défense, ils arrivent dans le périmètre du hangar principal. », reçu-t-il en message sur son omnitech.
« Activez les pièges. Qu'ils soient réduit en poussière ! »

Ce n'était bien sûr qu'un effet théâtral. Les dit pièges reposaient en de petites bombes planquées dans les plafonds, quelques grilles d'évacuation ou autres luminaires, qui se déclencherait pour laisser exploser ci et là des mélanges de bombes à sous-munitions, de grenades aveuglantes, et de charges explosives brutes. De quoi retarder et éliminer la première vague d'ennemis. Cela leur confierait au moins un avantage de temps pour les principaux accès. Les accès secondaires, déjà sous les assauts des forces de l'Alliance et associés, seraient plus difficiles a défendre.

C'est alors que Machiavel, ainsi que toute personne qui fut dans ce secteur de la lune, put entendre les explosions en chaîne des pièges placés dans les premiers couloirs, ce qui ne manqua pas de provoquer un ou deux éboulements pour les deux ou trois endroits où étaient placés les charges d'explosifs bruts.

Il fallait juste gagner du temps !
« On nous signale que les Spectres ont pénétré le périmètre. »
« Quoi ? Déjà ! Combien sont-ils ?! »
« Deux, peut-être plus ! »
« Combien ?!! »
Il n'eût pas de réponse, signifiant que Breïvik n'avait tout simplement pas de réponse.

Il était venu le temps de se dégourdir les pattes et de sauver sa peau. Les techniciens et scientifiques seraient probablement la priorité de ces soit disant agents d'élite. Machiavel ni ses lieutenants ne pourraient les protéger suffisamment longtemps pendant que les autres allaient au casse-pipe. Ils improviseraient, comme d'habitude.




Récompenses Ythaq'Fi/Harmitt:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance interstellaire/ Division biotique
Rang : Lieutenant / N1
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 85

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Jeu 28 Juil 2016, 21:35
La pluie de grenades aveuglantes, suivie des grenades classiques, avait eut son petit effet chez les terroristes.
La Section s'élança, la fumé provoquée offrait une couverture supplémentaire. Cependant le gain de temps donné de prime à bord par la manœuvre fut anéanti en une fraction de seconde par une série d'explosion......

La détonation survint dans le couloir ou ils se trouvaient, juste avant qu'ils ne passent cette foutue porte. Instinctivement Baptist dressa ses boucliers biotiques, malgré leur qualité médiocre, s'attendant au choc et au contre coup provoqué par l'énergie pour se protéger d'une telle explosion. Mais rien ne se fit, les flammes léchèrent voracement l'espace autour de la section mais une bulle leur barrait toute avancée. C'était totalement fou, l'énergie dépensée ici devait être énorme pour son utilisateur.

L'action ne dura que quelques secondes, ne laissant qu'un couloir noirci par les flammes et une épaisse fumée. En se tournant vers sa section le sous-lieutenant vit l'asari plier le genou au sol à cause de fatigue, voilà qui répondait à ses questions.
Ce qui demandait au moins la coordination de deux biotiques humains vétérans ,pour protéger un groupe comme le leur, avait demandé à une asari cinq seconde.
Des tirs commencèrent à fuser dans leur direction, traversant l'écran de fumée. La situation allait être intenable si ils restaient dans cet espace fermé.

« Kurt tu portes la demoiselle. Doc, Anna en tête de file pour nous protéger. On fonce ! »

La Turienne se plaça en tête du groupe accompagnée d'Anna et du Doc, couvrant à coups de boucliers biotiques les tirs qui leur étaient destinés. Le groupe passa rapidement la porte, par la même l'écran de fumé.
Les défenseurs, du moins ceux qui restaient après les explosions de grenades, s'étaient repliés derrière les portes du hangar dans lequel se trouvait le cœur d'ezo, l'objectif. Ces vieux briscards s'étaient bien protégés de l'explosion.

La Section se déploya dans la salle dans laquelle elle se trouvait pour se mettre derriére des abris de fortune. Le sous-lieutenant avait trouvé le dit abris derriére ce qui avait été jadis un bureau de garde. A ses côtés se trouvait Kurt et l'Asari, qui se remettait de sa dépense d'énergie.

Le reste de la Section s'était soit adossé derrière des bureaux, soit derriére des protections placées par les terroristes -des murs magnétiques ,alimentés par une sorte de générateur portable, ressemblant à ceux qu'utilisaient Cerberus lors de la Grande Guerre.

Quelques mètres seulement les séparés du hangar, quelques mètres parcourus par les traits de munitions que les opposants s'envoyaient dans un ballet mortel. Un détail diraient les krogans.

«Couvrez-moi »

Le sous-lieutenant sauta par dessus sa protection, il avait laissé à Kurt son fusil d'assaut, il devait courir vite. Certains appellent ça le courage, d'autres la bêtise profonde, dans tout les cas cela eut le mérite de découvrir les défenseurs. Sans surprise les tirs fusaient dans sa direction, ils étaient proche, trop proche. Cependant les terroristes qui se découvraient pour viser l'officier se faisaient impitoyablement abattre. Baptist dressa dans sa course un bouclier biotique ,tout juste bon à arrêter une rafale, ce qu'il fit d'ailleurs.

Quand il fut à porté il asséna une projection qui balaya les quelques défenseurs de l'entrée du hangar. L'attaque en elle même n'avait rien de meurtrière, mais elle permit au moins à la Section de manœuvrer pour se positionner aux murs contiguës à l'entrée du hangar.

La position permettait à la fois de défendre et d'attaquer, cependant les ennemis n'avaient qu'à attendre sagement qu'ils tentent une sortie pour les accueillir à coup de fusils d'assaut. Le temps jouait contre eux
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Spectre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4287-fiche-de-presentation-de-r
http://www.masseffect-reborn.fr/t4291-journal-personnel-de-ravi-vertax


Hé Hé !
Messages : 219
Crédits : Essence of Rapture - moi

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Ven 05 Aoû 2016, 14:30

L'Eclipse d'Ontarom
Le pistolet claqua alors que le chargeur remplit prenait la place qui lui revenait de droit dans l'arme. La Turienne claqua des mandibules en comptant ses réserves. Assez pour tenir et mener l'assaut qu'elle espérait le dernier. Les cartouches thermiques ne se créaient pas toutes seules et s'ils avaient réussis à en glaner quelques-unes sur leurs opposants, il ne fallait pas oublier qu'ils étaient une dizaine à devoir se les partager. De toute façon, ça ne pouvait pas continuer comme ça encore longtemps. A force, cette foutue lune allait vraiment finir par s'exploser sur Ontarom - et eux avec.

L'assaut au pied de l'ascenseur avait été un succès. Evidemment, leurs ennemis à crans s'étaient fait un plaisir de mitrailler la cage sans prendre le temps de vérifier. Quelques secondes durant avant qu'ils ne comprennent alors que roulaient fatalement à leur pied des grenades. Tout s'était enchaîné et terminé rapidement. Fin de l'Histoire.

- ... avec tous ceux que l'on a tué jusqu'à présent ils ne doivent plus avoir grand monde avec eux.

La phrase du Lieutenant lui parut vaguement aux oreilles. Pour la première fois de sa vie de policière au sein du SSC, le cerveau de la Turienne décida de balancer l'information à la poubelle sans autre forme de procès. Ce fut donc tout naturellement que ses traits affichèrent un air retord et une absence de sourire frappante pour qui la connaissait. Si Watson avait été là, il aurait peut-être parlé d'apocalypse imminent. Ou il s'en serait royalement foutu. Sans doute ça la dernière option.

- On avance. Tic-Tac, Tic-Tac fait l'horloge pendant qu'on essaye de se rassurer comme on peut. Personnellement, ça ira à partir du moment où cette foutue lune n'aura pas envie de rouler un patin à la colonie.

Elle était à cran ? Bien sûr qu'elle l'était. Ou en tout cas remonté. Les muscles de sa nuque ne l'avaient pas tiraillé ainsi depuis 87.
Caelus était mort en même temps. Elle allait le montrer à la face du monde en ramenant le cadavre de Machiavel. Laver l'honneur de l'ancien Kabalhim était la moindre des choses qu'elle pouvait faire.

Le couloir était un charnier, où se mêlait le sang rouge des humains qui avaient défendus l'endroit jusqu'au bout, et celui bleu de ceux qui avaient voulu le prendre. Quelques Butariens traînaient aussi ici et là mais c'était secondaire à l'Histoire. L'odeur prenait à la gorge tant elle était âcre et moite. Tant que celle des chaires brûlées ne la rejoignait pas...

Le poing de l'Asari se leva soudainement, forçant leur groupe à l'arrêt. Intersection, poste de contrôle à gauche, à droite... le couloir qui s'enfonçait dans les entrailles devait mener à un réfectoire, une salle de repos ou des laboratoires. Quoique ce soit, c'était moitié moins intéressant qu'une pièce remplie de terroriste armés et de l'équivalent d'une grosse bombe nucléaire. Ou de trois tiens. Trois était un bon chiffre.
Le Lieutenant passa en tête, s'arrêta, sembla de dos et de loin en plissant très fort les yeux perdre des couleurs. La Spectre l'avait suivi. Si Ravi avait été à ses côtés, elle l'aurait pu voir foudroyer la pièce du regard et se mordre la lèvre inférieure. Au lieu de ça, elle l'observa uniquement, en une série de signes militaires, ordonner qu'on ramasse les dernières grenades incapacitantes et qu'on, grossièrement, balance tout ça au milieu pour ensuite leur pourrir la gueule à ces enfoirés.

En traduisant assez librement, certes.

Les paroles de l'Asari étant ordre, il en fut selon sa volonté. Les grenades explosèrent, soulevant des nuages de poussière grise ou un puissant flash selon leur nature. A l'attaque soudaine répondirent des cris et même quelques coups tirés à l'aveugle avant qu'un ordre aboyé ne ramène les tireurs à la raison. Les militaires eurent le temps de faire quelques pas avant qu'une seconde série d'explosion n'ébranlent le couloir. Ces enfoirés avaient même pensé à ça.
Instinctivement, la Turienne leva son bras pour protéger ses yeux, prête à s'élancer dans le cœur du réacteur. Elle ne prendrait pas les flammes de vitesse mais aussi maigre l'espoir soit-il, il était à tenter.

Elle l'aurait fait ; la Hiérarchie lui avait appris à tenter le tout pour le tout pour une mission, quitte à en mourir et, sur le coup, elle ne voyait pas d'autre solution. Jusqu'à ce que la surface violette en demi-sphère apparaisse devant eux. Les flammes venaient s'écraser contre elle, léchant furieusement les bords comme un animal enragé aurait griffé une vitre. Des gravats venaient s'abattre violemment sur la surface, faisant apparaître des cercles qui ondulaient avant de disparaître alors que les pierres roulaient tranquillement jusqu'au sol, inefficace.
Et au milieu de la bulle, Lymuciir. Les traits tirés, la douleur et la concentration visibles sur son visage bleu, tellement empreint de volonté à ce moment. Si Ravi avait été intéressée par les femmes, elle serait tombée amoureuse à l'instant. La Spectre était un mélange de fureur et de volonté guerrière séduisante. Et Esprits qu'elle était impressionnante. La Cabale aurait tué pour être capable de dresser une telle bulle ; hélas pour elle, on lui avait toujours appris à user de ses dons pour l'action plus que pour la défense. Le "malheur" d'être tombé dans une section d'assaut.

Une pluie de balle vint tenter de mettre à mal la protection d'ézo. Le son semblable à un mélange de pluie et de grêle les tira de la torpeur dans laquelle la soudaineté des événements les avaient plongés. Il n'avait pas dû s'écouler plus de cinq secondes depuis, même si le temps avait semblé ralentir pour mieux profiter de ce qui se passait.

- Kurt tu portes la demoiselle. Doc, Anna en tête de file pour nous protéger. On fonce !

Une Spectre à terre, une encore debout. Il fallait assurer.

Menant le groupe, suivit de très près par le médecin et l'une des Humaines, la Turienne se faufila à travers la fumée et les tables à travers ce qui lui semblait le chemin le plus sûr. Ils émergèrent de la brume pour découvrir une grande salle. Pas le temps de s'y intéresser davantage ; chacun sauta derrière un couvert. Ce n'est qu'à ce moment-là, une fois plus ou moins à l'abri des tirs nourris, qu'ils pouvaient vraiment s'intéresser à où ils se trouvaient.
Alors que l'apprentie se tenait derrière une grande plaque de métal sur la droite, son professeur et le dirigeant de la section étaient tout à gauche. Le reste des hommes s'était dispatché çà et là de façon plus ou moins équilibrée. Devant eux, l'assaut nourrit d'hommes plus nombreux. Avec une action coordonnée, ils pouvaient...

- Couvrez-moi

... se jeter tête la première dans la bataille ? Était-il Humain ou Krogan celui-là ? Force était de constater que Von Lytanis avait de la témérité à revendre. Ou une profonde envie de mourir. Ou les deux. Ou il était un Lemming. Elle allait bien trouver un adjectif pour le qualifier.
Mattock à l'épaule, grommelant entre ses mandibules qu'ils étaient bien mignons, mais que la prochaine fois que l'Alliance déciderait d'envoyer des gars à eux ils seraient gentils de vérifier qu'ils avaient un minimum goût à la vie, Vertax visa un des hommes qui rechargeait. Deux balles vinrent le toucher au bras avant qu'elle ne rectifie le tir, visant la gorge. Il s'effondra dans un borborygme que nul ne pouvait entendre dans tout ce vacarme. Un second puis un troisième volèrent de façon tragi-comique, comme dans un holo alors qu'ils avaient été visés par deux soldats. Finalement, le Lieutenant envoya les défenses à l'entrée du Cœur dans les airs d'une projection, permettant au reste de la troupe de venir.

Et les ennemis étaient encore nombreux. De moins en moins, mais en position stratégique. Pour une énième fois depuis le début de leur mission, l'échange de coups eu lieu, forçant chaque camp à se replier derrière les maigres protections. Quelques militaires étaient restés en arrière, leur donnant le champ libre pour tirer ; il aurait été idiot que l'ensemble de leur force ne s'amasse derrière les portes pour essayer de tirer comme ils pouvaient, un peu chacun à leur tour.
Ils prenaient le dessus. Petit à petit, balle après balle, les terroristes reculèrent tant et si bien que le groupe put investir la salle, trouver de nouveaux endroits où se réfugier et continuer leur assaut. Le hangar était principalement vide, mais des passerelles et des escaliers montaient. Au centre, le cœur d'ézo, solidement enfermé dans une cage de verre, tournoyait. Et à ses pieds les ordinateurs qui le contrôlaient et répartissaient son énergie. Ceux-là même qui par leur biais "dirigeaient" la lune. A contre-jour, des silhouettes s'activaient sur les appareils, accroupis pour éviter d'être des cibles. Ce faisant, la fenêtre de tir pour les avoir était faible. Un bon sniper pouvait en abattre un, gagner une ou deux minutes avant que les autres ne reculent ou aillent se réfugier hors de portée.

Esprits savaient qu'ils ne cracheraient pas sur ce petit bonus.

- SNIPER!

Elle n'avait pas besoin de se perdre en explications alors qu'elle même s'occupait d'éviter de mourir d'une balle dans la tête. En trois tirs de Mattock, elle abattit ce qui ressemblait à un Butarien en armure ou quelque chose de plus ou moins apparent.
Sur une passerelle à mi-hauteur, alors qu'il était penché sur un des appareils, une silhouette s'effondra tête la première sur l'écran, rebondit un peu à l'impact avant de glisser mollement sur le côté. Les ombres se reculèrent avant de revenir à la charge, préférant se glisser derrière l'imposante machinerie. La fenêtre de tir s'en retrouvait définitivement fermée. Pour le moment.
Ravi fit un pas hors de sa planque pour observer le champ de bataille. Un éclat violet attira son attention et elle n'évita la projection que grâce à ses réflexes et, surtout, ses boucliers qui absorbèrent une grande partie du choc.

Au-dessus d'eux, Ca... Mach... Bordel. C'était vrai qu'ils se ressemblaient les deux. Parce qu'ils étaient la même personne, évidemment. Le rapport le hurlait. Tout le disait. Mais l'Esprit... l'Esprit n'était pas le même. Ravi pouvait le jurer. Machiavel n'était pas Caelus. Pas celui qu'elle avait pu rencontrer et connaître lorsqu'il était chez les Cabales.
Il avait souri. Elle en était persuadée. Même d’aussi loin, elle avait l'impression qu'il leur avait adressé un signe de salut, qu'il allait partir. Son côté anguille reprenait le dessus. C'en était hors de question.

La Turienne balaya trois ennemis d'une onde de choc, en déstabilisant un autre par leur explosion. A vu de nez, leur groupe était désormais légèrement en supériorité contrairement aux terroristes. Il devait en rester un peu moins d’une dizaine. Douze maximum, sans compter les ingénieurs. Ils pourraient le faire. Ce serait suffisant. Lymuciir semblait avoir repris un peu, en tout cas assez pour se saisir de son arme et participer à l'attaque.

Bien. Bien bien bien bien bien.

- Von Lytanis, continuez l'attaque avec vos hommes ; envoyez-en aux passerelles dès qu'ils seront moins nombreux. Votre priorité est d'abattre les ingénieurs et de contrer leur manœuvre d'écrasement.
Je pars à la poursuite de Machiavel.


Les escaliers de métal se tenaient au milieu ; la Cabale s'élança, grimaçant alors que son bouclier faiblit puis s'arrêta alors qu'elle arrivait à leur pied. Elle commença à grimper rapidement, avalant les marches comme si sa vie en dépendait.

Elle allait arrêter Machiavel. D'une balle dans la tête si c'était nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4124

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Jeu 25 Aoû 2016, 18:24

L'Éclipse d'Ontarom
22 Avril 2201

Ontarom



« Je pars à la poursuite de Machiavel. »

Lymuciir grogna en entendant la turienne. La colère prenait le dessus chez l'apprentie : Vertax était douée, mais Machiavel était meilleur. La Spectre releva les yeux vers le turien, positionné sur la passerelle supérieure. Celui ci souriait en regardant les combats, une aura nimbée de mauve autour de lui. L'asari suivit son regard, jusqu'à l'apprentie qui courrait comme une furie vers l'escalier, épuisant ses forces avant un combat trop difficile pour elle.
La bleue releva les yeux vers sa cible, juste à temps pour la voir attaquer. Deux projections fonçant droit vers l'escouade humaine l'accompagnant.
La première frappa durement une humaine, dont la barrière s'effondra sous le choc. Lymuciir crût entendre un cri de douleur lorsque la femme se retrouva au sol, mais elle ne semblait pas gravement blessé.
La seconde en revanche... C'est l'un des humains les plus âgé qui la prit de plein fouet, directement en plein torse. L'homme s'écrasa contre le mur derrière lui, sans pousser un cri, les poumons déjà vidé par le choc. Lymuciir eu le temps de voir l'armure profondément enfoncée dans la cage thoracique de l'homme avant qu'il ne tombe au sol. L'asari ferma ses yeux.
Lorsqu'elle les rouvrit, l'aura biotique s'était rétablit autour de son corps, et la Spectre se propulsa vers le haut, sautant puissamment sur la passerelle supérieure. L'asari se reçut souplement, relâcha la pression de son esprit, et parti sur les traces du traître turien.
En bas, l'affrontement s'était arrêté un instant sur le mouvement de l'asari, puis reprit de plus belle.

Le mouvement de Von Lytanis était risqué mais audacieux, et s'était avéré payant. Bénéficiant d'une position à proximité immédiate des terroristes, l'humain put suffisamment les divertir pour permettre à ses alliés de causer de nombreuses pertes. Les criminels ne tardèrent pas à se replier au centre de la salle, autour des ingénieurs toujours occupés sur les ordinateurs. Par les autres portes, d'autres ennemis arrivaient en masse, mais au lieu de participer au combat ils se retournaient pour résister face à d'autres arrivants. De tout part, la pression augmentait sur les ennemis de l'Alliance.

L'escouade de Von Lytanis atteignit la position du biotique. Celui-ci allait se relever quand le médecin l'arrêta.
« Tu es blessé à la cuisse, laisse moi stabiliser ça ! »
Les autres combattants s'écartèrent, formant un arc de cercle, harcelant les derniers ennemis retranchés et prenant à revers ceux n'étant pas assez prudents. Le regard du blessé se porta sur ses compagnons, sans en retrouver certain. Il passa ensuite au docteur, interrogatif.
« Emma est derrière, elle récupère. Foster... est mort. »
« Stop ! Stop ! »
Les combats ralentirent, alors que l'un des techniciens humain appelait à baisser les armes.
« On va tous se calmer ! Ces ordinateurs sont sous notre contrôle, et on peut crasher cette saloperie de lune d'un instant à l'autre ! Mais je me rend compte que je ne veux pas crever ici. Donc voilà ce qu'on va faire : vous baissez les armes, vous nous filez un itinéraire sûr avec un vaisseau, on se casse, et votre foutue planète survit ! »

Lymuciir esquiva de justesse le coup tourné vers son visage.
Machiavel n'avait pas fuit. Il s'était juste placé en embuscade, attendant sa poursuivante. Mais il avait frappé un peu haut – vers le visage d'une turienne et non d'une asari.
Les deux individus ne prirent pas le temps de se jauger et attaquèrent directement. Le turien perdit rapidement l'avantage de la surprise, mais sa mitraillette était plus utile à cette distance que le fusil d'assaut de la Spectre, qu'elle perdit rapidement. Toutefois, la femme se battait mieux, et prit peu à peu l'avantage. Le turien reçut plusieurs coups à la poitrine, avant d'être projeté sur plusieurs mètres en arrière. Mais c'est là que l'asari se rendit compte de son erreur.
Machiavel s'était relevé presque instantanément. Il lança aussitôt une Lévitation sur l'asari et la jeta contre un mur. Puis de nouveaux deux Projections, et Lymuciir puisa profondément dans ses ressources pour ne subir qu'un choc et ne pas finir comme l'humain. Épuisée mais pas encore vaincue, Machiavel la mise en joue mais fut de nouveau interrompu par une rafale de tirs : Vertax arrivait à son tour.


____________INFOS MJ____________


Saloute, désolé du retard !

Bap, je te laisse décider de la réaction de l'Alliance face aux terroristes. Je suis à ta disposition si vous voulez discuter/négocier.

Ravi, Gui, offrez nous un bon combat ! Caelus est plus puissant niveau biotique, mais en un contre deux, même si Lymuciir est épuisée, il ne peut pas gagner. Par contre, il peut blesser ses adversaires, et les épuiser suffisamment pour fuir. À noter aussi que l'asari n'a pas encore récupéré son fusil d'assaut !



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance interstellaire/ Division biotique
Rang : Lieutenant / N1
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 85

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Dim 28 Aoû 2016, 12:44
Baptist avait été quelques minutes plus tôt sur les talons de la spectre avant que celle-ci ne s'empresse de pourchasser ce turien à la peau de charbon, laissant aux bons soins de l'humain la charge de poursuivre la mission. Si dans les grandes lignes cela ne lui posait pas outre mesure de problèmes sa situation était un peu plus délicate, en suivant la turienne il s'était écarté du reste de la section et se retrouvait maintenant derrière un abris de fortune.

Sa jambe commençait à le faire salement souffrir au point qu'il commença à sautiller pour s'allonger derrière une rambarde couverte qui lui faisait office de protection. Avec l'adrénaline il ne l'avait pas senti en premier lieu, entrant dans le hall de contrôle à la suite de la turienne sans véritablement réfléchir. En un coup d’œil il put en voir la cause, une plaie béante au niveau de la cuisse gauche venait de lui rappeler que jouer les héros avait toujours des conséquences. Il grommela en s'accroupissant pour tirer depuis sa position, la douleur le rappelait à l'ordre.
Fichus boucliers biotiques ! Dire qu'il avait même éprouvé une certaine fierté en arrêtant les tirs.
La plaie en elle même n'avait pas l'air trop grave mais elle saignait abondamment, le sous-lieutenant jugea plus sage d'attendre le reste de son escouade.

Il pensait qu'avant l'arrivée de l'escouade ses adversaires profiteraient de son isolement pour le prendre sur les flancs mais en réalité peux d'entre eux s'occupaient de lui, la plupart couraient pour prêter main forte à leurs camarades, protégeant d'autres points d’accès. Le sous-lieutenant se trouvait par ailleurs à une trentaine de mètres des techniciens, qui se cachaient tant bien que mal derrière les panneaux de contrôle. Profitant de sa position il les ciblé sans état d'âme, si ils étaient bien couvert cela les maintenait néanmoins dans un climat d'insécurité, il crut même réussir à en toucher.
Cependant les terroristes ,bien qu'occupé, n'en restaient pas moins dangereux, l'impact sur son casque au moment de se remettre à couvert venait de le lui prouver.
En enlevant cette protection devenue inutile il vit arriver sa section

« Vous en avez mis du temps » lança t'il d'un voix bravarde ,tout en essayant de se remettre debout mais les hurlements de Manfred, le doc de l'équipe, en voyant sa blessure eut tôt fait de le raviser.

« Tu es blessé à la cuisse, laisse moi stabiliser ça ! » ce n'était pas un conseil de la part du médecin mais un ordre. A côté Natascha en profitait pour lui passer un savon.
« Natasha ,la coupant dans son sermon, tu prend le commandement en attendant qu'on me rafistole ! Il n'en reste plus beaucoup, essayez de les prendre sur les flancs. Abattre les techniciens est prioritaire.» Elle fit un signe d'acquiescement avant de lancer ses ordres.
Le regard du jeune homme divagua sur les membres de l'escouade qui s'étaient positionnés sur les flancs, longeant la rambarde pour harceler et prendre à revers les techniciens. Emile et Anna manquaient cependant à l'appel, toujours en retard ces deux la. Avant qu'il n'ait pu poser la question le Doc lui apprit la nouvelle

« Foster est mort... Anna a une fracture, elle est hors combat mais elle va bien. »
La nouvelle lui fit l'effet d'une bombe. Foster était un pilier du groupe doublé d'un biotique extrêmement compétent, le savoir mort était un choc. Le colosse lui semblait invincible, lui qui avait survécu à la Grande Guerre ne pouvait pas périr comme ça.

« Comment ? »

-Le turien.

La réponse avait le mérite d'être claire. Bordel.... Son cœur se serrait à mesure que la colère se déversait en en lui. Son rythme cardiaque s'accélérait. Il pouvait entendre les battements de son cœur exprimer sa rage et son impuissance. Ils étaient si prés du but. A cet instant il aurait si facile de tout laissé tomber pour partir à la poursuite du turien.....
Non, la mission restait encore à accomplir, il aurait tout le temps d 'exprimer sa haine à l'encontre du terroriste après.

Manfred lui fit signe qu'il avait finit, sur ceux le sous-lieutenant partit à la suite de ses hommes. Les terroristes tombaient comme des mouches. Il ne restait qu'une maigre résistance, dans ce capharnaüm. Les techniciens étaient apeurés, quand un montrait sa tête il se faisait impitoyablement abattre.
C'est d'ailleurs dans ce climat qu'un bisounours de l'espace fit son apparition.

« STOP ! STOP »

Le dit héros criait depuis la ou il se cachait, à tel point que les combattant, du moins ceux autour du cœur d'ezo, cessèrent de faire feux autour de lui, intrigué. Le sous-lieutenant lui même ordonna une halte au feu

« On va tous se calmer ! Ces ordinateurs sont sous notre contrôle, et on peut crasher cette saloperie de lune d'un instant à l'autre ! Mais je me rend compte que je ne veux pas crever ici. Donc voilà ce qu'on va faire : vous baissez les armes, vous nous filez un itinéraire sûr avec un vaisseau, on se casse, et votre foutue planète survit ! »

Mais quel bonheur?! Un optimiste. La personne en question avait dû penser que participer à une mission terroriste relevais d'une promenade digestive

« Qu'est ce qui nous prouve que vous n'allez pas lâcher les systèmes en partant ? » Baptist devait gagner du temps. L'autre en face commença à râler, indiquant que c'était eux qui étaient en position de force

« Lieutenant on a pris position, on peu les tirer comme des lapins de la ou on est» la voix de Natasha venait de raisonner dans son oreillette. Youssouf , Kurt et Natasha, à l'abri des plaques sur les rambardes, avaient pu se positionner sur les flancs des techniciens.
En somme ils étaient cuits.
« Bien -chuchota Baptist- Kurt,Nat' , nettoyez la zone et emmenez le bleu aux panneaux de contrôle. On vous couvrira.
Gardez au moins un technicien en v....."


Avant que l'ordre ait pu être donné un coup de feu claqua. Le technicien, héros d'un jour, s'écroula. Mort. Un butarien jusqu'au boutiste n'était visiblement pas très emballé au doux son de la lâcheté.

« Go, on interviens ! »


Baptist sauta au dessus de la rambarde pour courir – du moins ça y ressemblé- jusqu'au cœur d'ezo, Manfred à sa suite, usant de ses boucliers biotiques.
Les techniciens commencèrent à user des quelques armes à leur disposition, aidé par les quelques criminels restant. Leurs compagnons combattant les autres escouades de l'Alliance tombaient comme des mouches, offrant un répit non négligeable.

Ha l'énergie du désespoir. Voyez votre fin bande de salauds !. La piteuse résistance autour du cœur d'ezo fut balayée par Kurt et Natascha, tirants les derniers défenseurs comme des pigeons depuis leur position. Comme convenu ses hommes avaient épargné un technicien.
Baptist le souleva par le col, le claquant avec violence contre la glace blindée montrant le cœur d'ezo.
« Ne me tuez pas, ne me tuez pas ! »
«La ferme !
C'est très simple. Tu nous dis comment rétablir les paramètres et on te laisse la vie sauve. Compris ? »


L'homme acquiesça vivement de la tête, paraissant visiblement moins exigeant sur ce que valait sa vie.

« Le Bleu – Youssouf fit son apparition – on compte sur toi maintenant. Pose lui toute les questions que tu souhaites, si il essaie de t'embobiner tu l'abats »

« Lieut' y a quelques ennemis qui commencent à rappliquer »

Quelques terroristes, voyant que la mission était un échec, commençait à dégarnir leurs forces face à l'Alliance qui continuait à les maintenir sous pression.

« Bon les gars, inutile de vous dire que la mission passe avant tout. On arrive à la fin, protégeons le Bleu et le survivant de nos vies si il ne faut.
Manfred tu les protèges avec tes boucliers.
Exécution! »


Tenir, ils devaient tenir
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Spectre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4287-fiche-de-presentation-de-r
http://www.masseffect-reborn.fr/t4291-journal-personnel-de-ravi-vertax


Hé Hé !
Messages : 219
Crédits : Essence of Rapture - moi

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Dim 25 Sep 2016, 12:27
L'Eclipse d'Ontarom
Ravi avalait les escaliers avec un entêtement tout particulier, escaladant parfois les marches deux par deux pour gagner quelques précieuses secondes. Ses yeux verts restaient fixés vers le haut, refusant de lâcher Machiavel. Parfois effectivement, elle devait regarder devant elle pour s’assurer qu’aucun ennemi ne la visait ou lorsque son pied butait contre une marche, la forçant à reprendre son équilibre. Mais globalement, elle gardait une bonne partie de son attention sur le Turien. Un mélange de colère, d’appréhension et d’envie d’en finir lui chatouillait le cœur. Un cocktail explosif, qui redoublait sa motivation et ses forces. Même si, lui souffla une toute petite partie de son esprit, elle ne serait pas contre une bonne douche chaude après tout cela. Une bonne et longue douche.

Alors qu’en dessous résonnait le chant des combats, au-dessus, c’était le bruit de ses bottes contre la passerelle métallique qui dominait. Le terroriste ne faisait aucun bruit, l’ignorait totalement, préférant fixer le sol. C’était presque frustrant.
La Turienne comprit qu’elle était effectivement bien moins intéressante que ça lorsqu’elle tomba nez à nez avec une Lymuciir filant dans les airs, entourée d’ézo bouillonnant et avec sur le visage assez de détermination et de fureur pour faire s’excuser un Moissonneur. La vision avait marqué chez la jeune femme une demi-seconde d’hésitation ; d’une part pour savoir si elle n’avait pas rêvé, de l’autre pour prendre en compte qu’elle était encore un peu loin d’avoir un tel niveau biotique. Pour la première question, la réponse fut vite donnée ; même un esprit TRES productif n’aurait pas pu donner des traits aussi résolus à la Spectre. Pour un peu, on aurait pensé qu’elle faisait un effort très important pour se dévorer les lèvres en les pinçant l’une contre l’autre et à détruire le mur d’un simple regard. Quant à l’autre réalisation, elle fut prise, acceptée et la course reprit avec la promesse de s’entraîner bien plus à l’avenir.

C’est sur un presque dérapage que l’ancienne Cabale arriva à l’étage des deux biotiques. Elle n’était arrivée qu’une demi-minute plus tard, plus ou moins mais ils n’avaient pas attendus plus pour se jeter à la gorge l’un de l’autre.
Caelus n’avait jamais été très bon au corps à corps, préférant la maîtrise biotique et les armes au pugilat simple. Il y avait un côté rassurant à se rendre compte que c’était toujours le cas, malgré toutes ces trahisons. Comme si, quelque part, il était toujours le même. Le côté psychopathe et déshonoré en plus.

En attendant, l’échange de coup avaient été favorable, dans un premier temps, à l’Asari, mais la situation avait vite changé. Projetée en l’air, elle avait réussi à lever une barrière juste à temps pour éviter les deux projections qui fonçaient vers elle. Peut-être aurait-elle pu durer encore un peu comme ça face aux rafales de balles ou bien, trop épuisée pour réagir, elle n’aurait pas eu le temps de dresser un nouveau bouclier et ce serait écroulée ainsi. Dans le doute, Ravi ne leur laissa pas le temps d’essayer.
Elle tira une salve dissuasive de son Paladin, cherchant plus à détourner l’attention de Machiavel sur sa victime que de vraiment le toucher. Ce qu’elle visa par contre, ce fut la mitraillette qu’il avait en main afin d’au moins la lui faire lâcher. L’effet ne fut pas celui escompté car il raffermit sa prise et tourna le canon vers elle. Profitant de sa course, la femme se laissa tomber au sol, cherchant à tacler les jambes de son adversaire. Celui-ci recula comme on pouvait s’y attendre, mais sa visée fut perturbée. Cela laissa le temps à la biotique de relever la jambe, tapant dans le bras qui tenait l’arme, la faisant cette fois-ci glisser sur le sol, un peu plus loin. Elle se releva souplement, encaissant le coup de poing qu’il lui plaça entre les côtes, puis se mit en position de garde avant d’attaquer à son tour. Elle ne devait pas lui laisser la moindre seconde de répit. Tant pis pour les frappes imprécises, les esquives de justesse ou les feintes nombreuses. Le but ici était de ne pas laisser le temps à l’homme de récupérer son arme, ni de se concentrer suffisamment pour balancer une attaque biotique. Elle l’affaiblirait petit à petit ainsi, en le forçant à reculer et attaquer au poing. Lymuciir aurait le temps de récupérer et de l’aider ainsi.

Le combat commença donc, échange presque permanent de coups. S’il faisait mine de vouloir récupérer son arme, Ravi lui sautait dessus, plaçant un coup de pied ou de coude pour l’obliger à reprendre son attention sur elle. S’il reculait et s’entourait de biotique, elle se baissait et visait le ventre.
Ce petit manège dura une quinzaine de secondes. Derrière eux, l’Asari venait de se relever et préparait une frappe biotique qu’elle projetterait sans doute lorsque les deux seraient moins entremêlés que ça. A moins qu’elle n’envisage à terme que la Turienne était totalement sacrifiable. Mais ça, l’intéressée s’en foutait royalement. Elle souriait alors qu’elle forçait Machiavel à ne s’intéresser qu’à elle. Un petit sourire en coin, un peu mutin, assez insolent. Le genre qu’elle aimait lancer à ses entraînements chez les Cabales. Oh, certes, Machiavel était plus âgé – et elle aussi – que lorsqu’ils étaient dans l’armée. Il avait perfectionné sa technique, la rendant plus sauvage et violente, mais aussi plus précise. Dommage pour lui, s’il était bien meilleur qu’elle en biotique, elle avait toujours eu goût au pugilat.

Elle aurait pu continuer comme ça un moment, moitié présente en vrai, moitié plongée dans sa nostalgie. Jusqu’à ce qu’elle fasse un pas en arrière suite à une feinte. Un petit pas de rien du tout, qui l’éloignait à peine d’une demi-seconde de son adversaire. La demi-seconde de trop. Il entoura son poing d’ezo et lui envoya entre les côtes. Ravi recula sous le choc, tombant et glissant d’un mètre sur le sol. Elle resta là, pliée sur elle-même, jurant entre ses mandibules alors que son cerveau essayait de connaître son degré de douleur, situé entre « Beaucoup » et « Putain de bordel de merde qu’est-ce qui m’a pris de faire ce putain de pas à la con ».
L’Asari reprit le relais alors que son élève se relevait doucement, la respiration un peu sifflante sous le choc.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4124

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   Dim 25 Sep 2016, 13:39

L'Éclipse d'Ontarom
22 Avril 2201

Ontarom



Caelus Chronol sentait ses forces déclinées. Ses deux adversaires se succédaient violemment, ne lui laissant aucune pause. Il parvint enfin à repousser la turienne, uniquement pour encaisser de plein fouet l'onde de choc de la Spectre asari. Le turien se retrouva jeté au sol, à peine relevé que son ennemie commençait à lui tirer dessus. Sa barrière, son bouclier cédèrent, et plusieurs balles l'atteignirent. La douleur lui donna une ultime décharge d'adrénaline et la fureur lui obscurcit la vue.

« CREVEZ !!! »

Il libéra sa biotique, sans se pré-occuper de la concentrer, de viser, ou d'une quelconque forme de contrôle. Il la libéra, et l'explosion fit se fissurer les murs, le plafond et le sol autour de lui, alors que tout ce qui l'entourait était projeté plusieurs mètres en arrière. Il la libéra, puis il tomba au sol, incapable de tenir encore debout.

Le turien marchait à quatre pattes, rampant presque, vers l'autre côté du couloir, en direction de la sortie. Il ramassa son arme au passage, regarda derrière lui. Les deux femmes se relevaient, secouées mais bientôt aptes à reprendre la traque. Le turien se laissa basculer sur le dos, regardant le plafond. Des grenades contrôlées par son omnitech y étaient cachées, une embuscade supplémentaire comme celles qui avaient déjà explosé le long des autres accès. Incapable de faire de réels dommages à la structure en temps normal, mais avec les constructions déjà affaiblies... Il devait espérer que l'ensemble ne s'effondre pas sur lui.

Au moins, si c'était le cas, la turienne et l'asari ne s'en sortirait pas non plus.

La turienne s'était relevée et le regardait. Il lui lança un clin d’œil, puis fit activa les explosifs. Toute une section du plafond et du mur s'écroula, sur une courte distance finalement, mais créant un passage insurmontable.

Machiavel souffla, bruyamment. L'adrénaline ne suffisait plus. Il devait avoir plusieurs côtes brisées, et le sang coulait par ses plaies. Il se remit vers le ventre, et reparti vers sa destination.

***



Le centre de commandement de la lune était une boucherie.
Des morts, partout. Les murs vermeils de sang. Des gémissements et des cris résonnaient encore. Mais plus de tirs, sauf occasionnellement, lorsqu'un des terroriste était achevé parce que personne ne voulait gâcher une dose d'omnigel sur lui. Mais même les tirs arrêtèrent bientôt, alors que les chefs retenaient leurs hommes : les survivants devaient être interrogés.
Pour le groupe de Van Lytanis, la victoire était coûteuse. D'autres blessures étaient apparues face aux derniers assauts, bien qu'aucune de grave. Et derrière eux, les ordinateurs, qui confirmaient que le système était bien remis en place. La planète était sauvée.

Épilogue

Plusieurs cérémonies suivirent. Hommages aux morts, récompenses aux combattants. L'unité de Von Lytanis fut particulièrement distinguée, pour son rôle en première ligne.
La Spectre et son apprentie restèrent quelques jours, le temps de discuter avec les chefs de l'Alliance comment se partager les prisonniers. Puis elles repartirent vers la Citadelle, convoquées par le Conseil. Si elles avaient réussi à arrêter l'acte criminel, Machiavel courrait toujours : le couloir déblayé continuait jusqu'à un monte charge, le plafond défoncé par une navette de guerre. Le turien avait pris garde à préparer sa porte de sortie.


____________INFOS MJ____________



Et c'est fini !

Bon, la fin a été bordélique. Donc Bap, un gros désolé pour tous ces retards ><

D'ailleurs, Bap, 3 points de compétences à distribuer en biotique ou en militaire (ou à garder en réserve). N'oublie pas que tu as également été blessé à la cuisse, même si depuis avril, tu es totalement guéri.

Ravi, tu continue d'être suivie par Lymuciir.

Caelus, tu as subi des blessures, et te faire soigner est plus difficile. Tu peux en tenir compte dans les RPs avec Anton et co, ou non !

Ciao !



Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'Eclipse d'Ontarom   
Revenir en haut Aller en bas
 

L'Eclipse d'Ontarom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Travée de l'Attique :: Bordure de Kepler-