AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Les silences ne font pas tous le même bruit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 39
Crédits : Olsen

MessageSujet: Les silences ne font pas tous le même bruit.   Dim 22 Mai 2016, 14:33
Intervention MJ : NonDate : Mai 2201 RP Tout public
Flora Khavinski
Les silences ne font pas tous le même bruit.






Ses doigts effleurèrent le bois d’épicéa vernis d’un noir profond qui reflétait les maigres lumières de la pièce et les yeux verts du chat aussi noir que l’instrument qui l’observait avec attention assis sur une chaise. elle avait la peau sèche, ses doigts glissaient presque trop facilement sur la tranche. Longuement, elle avançait ses doigts jusqu’à atteindre la première touche, son majeur s’y posa avec une certaine hésitation, mais finalement le chemin reprit, son index frôlait les dièses. Difficilement ses jambes boitaient vers un siège de même facture agrémenté d’un soyeux velours rouge bordeaux, ce fût le seul moment ou sa main quitta le clavier du grand piano, elle se posa sur le siège pour aider la flexion qui lui permettrait de s’asseoir.

A cet instant le grand chat noir aux yeux émeraude posa son menton sur ses pattes avant, fermant doucement les yeux, serein il était l’heure de la sieste. La femme aux longs cheveux blonds dégagea une mèche de devant ses yeux pour la placer derrière une oreille avant de monter les poignets au-dessus du clavier et laisser reposer le bout des doigts sur les touches. Ses mains étaient légèrement tremblantes, mais elle n’avait pu résister à la tentation de glisser ses doigts sur ce grand piano pour tenter de lui faire chanter une douce mélodie. L’effort demandé était difficile, cela faisait des années que son corps était assisté par un exosquelette, ses muscles étaient faibles et rouillés, si bien qu’enfoncer les touches du piano demandait un effort qu’elle ne pourrait supporter plus de cinq minutes. Cinq minutes qui seront très favorables pour la reconstitution de ses muscles et surtout pour ses oreilles et cette vieille passion pour le son du piano, cet instrument mythique qui l’avait accompagné toute sa vie.






L’opération avait été lourde et longue, la technologie d’aujourd’hui avait fait en sorte que les complications soient gérées et certainement due à une grande chance, il n’y en eut que peu. Malgré le fait qu’elle ne puis plus parler à haute voix pour un long moment, elle avait retrouvé son corps, un corps faible qu’elle devait rééduquer à force de longues et difficiles séances de rééducations quotidiennes. Mais peu importe, un tel cadeau lui avait redonné la joie de vivre et de profiter de ce qu’elle aimait. Il fallut un long mois avant qu’elle ne puisse reprendre un peu de travail pour Ariake Technologies, de chez elle, elle regardait et supervisait les avancées des travaux. Pour son équipe c’était un peu comme des vacances, ils avaient enfin l’occasion de rattraper leur retard sans qu’elle ne lance de nouveau projet. Et pour une fois, elle ne réfléchissait pas à de nouveaux projets autre que celui de retrouver un corps en parfait état de fonctionnement avant de reprendre ses idées folles.

Ses doigts se baladaient lentement sur les touches noires et blanches du piano qui résonnait d’une douce mélodie, elle se rappelait exactement de cette mélodie, mais sa mémoire corporelle était en piteux état et ses doigts ne voulaient faires d’efforts pour suivre et il en fallut peu avant que ses bras ne fatiguent. Elle se releva lentement en s’aidant du piano et se dirigea vers sa salle de bain, ses pieds effleuraient le sol en parquais de bois exotique venus d’un système éloigné, elle avançait doucement sous le regard du grand chat qui ne daignait pas ouvrir les deux yeux en même temps, trop bien installé sur sa chaise, il ne fit que s’étirer pour mieux se positionner. Flora retira sa longue chemise blanchet et la posa sur une étagère de la salle de bain soigneusement pliée, elle observa son corps maigre un moment, là où beaucoup se plaindraient de leur sort à avoir un tel corps, elle, était plus motivée que jamais, bientôt elle observera ce corps sculpté et agréable à regarder, ses longues jambes n’auront rien à envier aux modèles que l’on voit partout à la télé.






Le temps passe et peu à peu elle s’habitue à son régime alimentaire strict, à ses séances quotidiennes longues et fatigantes et à ses nouvelles habitudes communicatives et sociales. Elle évoluait peu à peu, ayant démarré à tout juste 40 kg pour 1m79, trois mois plus tard, elle frôlait la barre des 50kg. Les séances de rééducation devenaient peu à peu plus sportives, maintenant que son corps soutenait son poids, il fallait maintenant qu’il gagne en endurance, en souplesse et en force, la marche devenait doucement un footing, un kilomètre devenait deux et les séries d’exercices étaient plus nombreuses. Son corps restait à un taux de gras extrêmement bas à cause du régime hyper ciblé mais ses muscles eux voyaient une croissance constante, lente, mais sure. Si bien qu’elle arrivait même à ouvrir les ouvertures faciles sans aide, énorme progrès par rapport aux premiers jours ou rien que soulever un pot sans le faire tomber lui semblait compliqué. Elle pouvait jouer du piano pendant une petite heure chaque jour, ses doigts et ses avant-bras maintenant plus endurants et souples.

La vie de tous les jours n’avait jamais été aussi physiquement fatigante et en même temps si jouissive, depuis environ deux semaines elle était retournée travailler dans le laboratoire, retour appuyé par une petite réception matinale organisée par les scientifiques de sa section. Certes la communication était d’autant plus compliquée puisqu’elle ne pouvait plus vraiment parler correctement, seul quelques mots enroués arrivaient à s’échapper à forcerie de rééducation oratoire. Cependant, elle était de retour et était une tout autre femme, plus joyeuse bien que toujours dans sa bulle, plus jolie aussi car elle prenait maintenant grand soin de sa personne car de nombreuses chose lui était de nouveau accessible comme le maquillage, la coiffure, mais aussi la mode vestimentaire, tout lui semblait à portée de main, un sentiment incroyable. Un jour peut-être serait-elle capable de porter des talons de soirée sans se casser les dents dans des escaliers.

Pour la première fois aujourd’hui, elle avait sauté le pas, elle avait acheté des jolies chaussures confortables et surtout un jean taille basse avec une coupe slim et qui dit slim dit moulant. Elle était assise en petite culotte sur son lit à observer le dit jean posé sur la chaise en face sans bouger. Elle donnait l’impression de vouloir ordonner au pantalon de venir s’enfiler tout seul et surtout de lui aller parfaitement. Elle faisait maintenant 53 kg pour 1.79m ce qui était un minimum correct, son corps avait repris des formes féminines appréciables voir attirantes et surtout elle se sentait enfin bien dans sa peau. Problème étant qu’elle n’avait jamais rien enfilé de sexy, ou de moulant et elle n’était pas encore tout à fait confiante. Elle se leva et tourna autour du jean à la façon d’un chat méfiant pour finalement l’attraper pour l’enfiler soudainement et observer son reflet dans la glace, un sourire se dessina sur son visage. A partir de ce jour elle pourrait assister aux congrès, aux conférences et autres soirées et évènements important pour les scientifiques de la galaxie. Il ne lui resterait plus qu’à parler de nouveau correctement, mais tout vient à point à qui sait attendre.
Revenir en haut Aller en bas
 

Les silences ne font pas tous le même bruit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Bulle locale :: Citadelle-