AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Mission de sauvetage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


Administrateur
Messages : 8034
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Mission de sauvetage   Mar 09 Fév 2016, 22:49
Intervention MJ : NonDate : 1er février 2201 RP Tout public
Adrien AnnazSkyler Revan
Mission de sauvetage




Endormi, Adrien fut réveillé par son omni-tech qui vibrait. Les yeux gonflés, il alluma sa machine et regarda qui le contactait à deux heures du matin. De la nuit même, à cette heure. Bien évidemment, il n’y avait que très peu de monde qui pouvait le contacter à un tel moment : sa sœur, ou son boulot. Aujourd’hui, ce fut la deuxième hypothèse qui se confirma. Un message urgent de la part de l’Alliance. Quittant la chambre sans faire de bruit pour ne pas réveiller la Turienne qui y dormait, le lieutenant se rendit dans la salle pour y écouter le message. Très simplement, il était convoqué ainsi que le reste de son équipe dans le bâtiment principal de l’Alliance. Ce qui ne signifiait qu’une chose : il allait partir au combat.

S’habillant et laissant un message pour sa locataire qui dormait actuellement, Adrien quitta son appartement, direction le QG de l’Alliance. En chemin, il envoya un message à ses sergents, pour qu’eux même réveillent les soldats de leurs escouades. Au final, ils devraient être là dans une bonne demi-heure, le temps que leur lieutenant reçoive ses ordres. Le trajet fut particulièrement calme, rare étant les personnes éveillés. Mais pas inexistante pour autant : la Citadelle ne dormait jamais vraiment. Adrien arriva enfin au bâtiment de l’Alliance, où il se rendit dans l’une des salles de réunion où l’attendait son supérieur.

Celui-ci semblait lui aussi avoir été tiré de son sommeil, vu ses traits tirés. Il n’en était cependant pas moins vif et alerte, et expliqua rapidement à Adrien ce qu’il se passait. Un groupe de pirates avait effectué un raid sur une colonie de l’Alliance, profitant de la nuit. Les défenses avaient été désactivées pour réparation, leur permettant d’arriver sans souci. Malheureusement pour eux, quelqu’un avait réussi à réactiver les tourelles sol-air et toucher le vaisseau pirate avant qu’ils ne s’enfuient, touchant un réacteur. Une patrouille de surveillance les avait vus se poser sur Vioresa, une planète glacière non revendiquée par qui que ce soit. Les pirates ayant kidnappés des civils, l’objectif de la mission était évident : sauver les otages. En plus de son équipe, Adrien se verrait placer sous ses ordres une autre escouade, dirigée par une Major. Adrien reçu ses ordres via omni-tech avec les infos importantes, puis son supérieur lui laissa la place où il allait expliquer la mission aux soldats sous ses ordres.

Lisant les explicatifs de mission détaillé, le lieutenant apprit les informations à savoir sur Vioresa : planète glacée, atmosphère respirable, non revendiquée. En substance, c’était tout ce qu’il y avait à savoir. Aucune info sur les pirates n’était sûre, mais ils semblaient être une petite centaine. Plutôt inquiétant. Enfin, il lut les informations sur la Major qui allait travailler avec lui. Skyler Revan était donc une biotique, ce qu’Adrien ne manqua pas de noter. Il n’avait pas beaucoup travaillé avec des biotiques, mais il appréciait les opportunités tactiques qu’offraient leurs pouvoirs. Enfin, la jeune femme avait participé à l’apaisement des tensions sur Eden Prime lors de la révolte. Un bon point pour elle, qui semblait savoir garder la tête froide.

Paramétrant l’ordinateur qui lui permettrait d’afficher les informations en rétroprojecteur, Adrien entendit les premiers de ses hommes arriver. Il termina ce qu’il faisait avant de les saluer. Ils n’étaient pas vraiment frais et peu enthousiastes. Ils n’aimaient pas particulièrement se faire réveiller à cette heure un dimanche. Cependant, les pirates ne s’arrêtaient pas à ce genre de considération. Le lieutenant envoya quelques soldats chercher des cafés pour éveiller tout ce petit monde afin qu’ils soient attentifs pendant le briefing. Le reste des soldats arrivait pendant que les délégués au café étaient en train de récupérer de quoi satisfaire tout le monde, et la salle était maintenant bien remplie quand les cafés arrivèrent.

« Bonjour tout le monde. Je suppose que vous n’êtes pas ravi d’être réveillés à une telle heure, mais le crime n’attend pas. Le briefing commencera dans quelques minutes, car nous allons travailler en collaboration avec une autre équipe. Réveillez-vous en attendant. »

Il n’obtint que des grognements approbateurs en réponse, mais il n’attendait pas grand-chose de plus. Au moins, ses hommes savaient désormais qu’ils allaient être déployés sur une mission d’importance. Assez en tout cas pour que 40 soldats soit un nombre insuffisant pour faire le travail. En attendant la deuxième équipe, quelques soldats s’étirèrent, achevant de se réveiller. Quelques uns envoyaient des messages à la famille ou aux amis pour décommander des rendez-vous prévus pour la journée ou le lendemain, ou simplement prévenir de leur départ de la Citadelle. Quelques minutes après la prise de parole d’Adrien, la porte s’ouvrit à nouveau sur un groupe de personne qu’il ne connaissait pas. Sans aucun doute, le Major Revan et ses soldats.

« Bien, nous sommes au complet, alors au travail. Avant toute chose, voici le Major Revan et ses hommes, qui travailleront de concert avec nous. Et voici donc le travail en question. Il y a quelques heures, profitant de la nuit, un vaisseau pirate conséquent à attaquer une colonie. Ce qui aurait pu passer pour une attaque désespérée s’est au final très bien déroulée puisque fort opportunément, les défenses de la colonie étaient désactivées. Les pirates étaient bien organisés et nombreux comme je le disais : les rapports, bien que non fiable, parlent d’une centaine d’assaillants. Une razzia à donc eu lieu sur la colonie, et les pirates ont emportés de nombreuses personnes, sans doute pour les vendre en tant qu’esclave. Mais avant le départ du vaisseau, les défenses ont été réactivées, touchant les propulseurs du vaisseau. Il a donc été obligé de se poser en urgence sur Vioresa afin de faire les réparations pour rejoindre les Systèmes Terminus. Il va donc falloir que l’on se déploie rapidement pour les empêcher de s’enfuir. Concernant la planète : atmosphère respirable, mais planète glaciale. Elle n’est revendiquée par personne, nous n’avons donc pas le souci de froisser une espèce particulière en y allant. Et c’est tout ce qu’il y a à savoir. Embarquement dans quinze minutes au quai G33. Au boulot tout le monde. Revan, si vous pouviez rester un moment… »

Les soldats se dispersèrent, direction les quais. Quinze minutes n’était pas un délai court, mais il fallait malgré tout ne pas perdre de temps. Bien que vu l’heure, ils n’allaient pas avoir à se frayer un chemin dans la foule. La Major resta dans la pièce, à la demande d’Adrien. Celui-ci attendit que les derniers soldats quittent la pièce avant de reprendre la parole.

« Désolé de vous séparer de votre escouade Major, mais je pense que ce serait une bonne chose que nous parlions en privée. Avant toute chose, bien que je sois votre supérieur, ne vous gênez pas si vous avez des idées, des questions ou autre. Ce n’est pas en vous taisant que vous m’aiderez, je n’ai pas toute les connaissances de la Galaxie, sinon je me serais couché plus tôt hier soir. Ensuite, je ne souhaite pas usurper votre autorité sur vos hommes, je ne sais pas quels sont leurs spécialités, leurs défauts ou autre. Je vous laisse donc maîtresse à bord. Tout ce que je vous demande, c’est d’obéir quand je donnerais un ordre. A vous de décider de la meilleur manière de le faire. Et donc, si vous avez des questions maintenant à laquelle je n’ai pas répondu durant le briefing, n’hésitez pas à les poser en marchant. Il nous reste un peu plus de dix minutes pour rejoindre le vaisseau. »

Sur ces mots, Adrien se dirigea vers la porte et l’ouvrit pour laisser passer le major. La mission n’allait pas être évidente, avec des civils à protéger et des forces ennemies potentiellement en surnombre. Mais comme le disait le proverbe : à l’impossible, nul n’est tenu.
Couleur Annaz : #00ff00


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Major en poste sur un vaisseau dans une unité d'intervention au sol
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 96
Crédits : tumblr - cherrytree

MessageSujet: Re: Mission de sauvetage   Jeu 11 Fév 2016, 03:41
Mission de sauvetage
Avec Adrien Annaz

¤ Appartement de Skyler Revan, 02h03 ¤


Le silence régnait dans la chambre. Mon sommeil était paisible, pour une fois. Rien ne semblait troubler cette nuit récupératrice, et pourtant, toute bonne chose avait une fin. Une sonnerie retentit, me réveillant dans un grognement. Il était déjà l'heure de me lever ? J'ouvris péniblement les yeux, mais je remarquai qu'il faisait encore nuit. C'était étrange. Qu'est ce qui m'avait réveillé ? Ah oui, mon omnitech posé sur la table de nuit. Quelqu'un cherchait à me contacter. A cette heure-ci, cela ne pouvait être qu'une urgence militaire. Personne d'autre n'avait de raison de me déranger à une heure aussi tardive. Attrapant mon omnitech, j'allumai la lumière et regardai qui me contactait. Il s'agissait de mon supérieur, le Capitaine Turner. Génial, je sentis que mon agréable nuit de sommeil était terminée. Je quittai mon lit, puis je pris l'appel.

"Capitaine ?! Que me vaut un appel aussi tardif ?"

"Navré de vous déranger à cette heure-ci, Major. Mais, j'ai besoin de vous pour une mission urgente. Les membres de votre unité vont vous rejoindre à la base dans les plus brefs délais, vous travaillerez en collaboration avec le Lieutenant Annaz et son équipe. Vous aurez les détails de votre mission à votre arrivée. Bonne chance, Major".

Je remerciai mon supérieur, puis j'éteignis mon omnitech en soupirant. Heureusement que j'avais un peu dormi, sinon j'aurais été bien fatiguée, même si j'aurais bien aimé continuer ma nuit. J'avais peu de temps pour me préparer, je fis donc vite. Une douche rapide, un petit en-cas, ma tenue militaire enfilée et mon équipement préparé dans un sac, je finis par quitter mon appartement, et je pris la direction de la base de l'Alliance. La Citadelle était tranquille en cette heure nocturne, je pus rapidement arriver sur mon lieu de travail.


¤ QG de l'Alliance, 02h27 ¤


Une fois arrivée à la base, je m'aperçus que la quasi totalité de mon unité était là. Dix huit hommes et femmes étaient présents et prêts pour le combat. Certains à moitié réveillés, d'autres impatients de savoir pour quelle raison ils étaient là en pleine nuit. A mon arrivée, ils me saluèrent tout en me demandant la raison de leur venue. Je leur répondis que je n'en savais pas plus, si ce n'était que nous allions travailler avec un autre groupe. Mon unité ne fut pas surprise, cela nous arrivait régulièrement d'être intégré à d'autres groupes de combat pour effectuer certaines missions. Le briefing allait bientôt commencer, et mes deux hommes retardataires firent leur entrée dans les temps. Ensemble, nous arrivâmes dans la salle où le début de la mission allait commencer. Pendant que mon unité pris place, je rejoignis l'officier de l'autre groupe déjà présent, et je le saluai en me mettant au garde à vous.


"Lieutenant Annaz ? Major Skyler Revan, à vos ordres".

Une fois son salut rendu, je me déplaçai vers mon unité, puis j'écoutai les paroles d'Adrien. Ainsi donc, cette mission urgente était une mission de sauvetage, concernant des colons enlevés par des pirates, dont le vaisseau s'était posé en catastrophe sur une planète neutre et assez inhospitalière. Les pirates étaient vraiment un fléau pour nous, et dans ce cas présent, ils favorisaient l'esclavage. Il ne fallait pas laisser passer ça. La mission était périlleuse, mais mon unité était entraînée pour ce genre d'expédition. Et je supposai que les hommes du Lieutenant étaient dans la même situation. Nous verrons bien comment faire pour éliminer toute menace, et mener la mission à bien en sauvant les colons enlevés. A la fin du briefing, Adrien ordonna à tous les hommes de rejoindre le quai G33 pour l'embarquement, tout en me demandant de rester. Je rassurai les membres de mon unité en leur disant que je les rejoindrais rapidement, puis je vins à la hauteur du Lieutenant. Ecoutant ses dires, je me penchai d'abord sur l'ordinateur pour étudier différentes données, puis je me dirigeai vers une table située au fond de la salle, où je me servis un bon café. J'allais en avoir besoin pour finir de me réveiller. Buvant le breuvage à petites gorgées, je regardai Adrien.

"Merci Lieutenant. Effectivement, je me demandais si vous aviez d'autres informations concernant Vioresa. Je n'ai pas encore consulté la base de données, mais savez-vous s'il y a des présences qui pourraient nous être hostiles, comme des animaux par exemple ? A notre arrivée, quelle sera la température à la surface, ainsi que la période rotation pour savoir si nous allons opérer de jour ou de nuit ? Avant notre arrivée là bas, nous devrons déterminer les conditions météorologiques. Par exemple, une tempête de neige serait problématique, mais elle couvrirait notre atterrissage".

J'aimais connaitre le plus de détails sur les lieux où j'allais effectuer une mission, afin de mieux visualiser le terrain. Cependant, je savais que dans certains cas, il pouvait y avoir peu ou pas d'information concernant quelques planètes, il fallait y aller un peu à l'aveuglette. Une fois mon café terminé, je franchis la porte, et suivis Adrien jusqu'au quai pour l'embarquement. Pendant le trajet, nous continuâmes de parler de la mission.

"Avez-vous déjà un plan pour infiltrer le vaisseau des pirates ? D'après votre rapport, ils sont supérieurs en nombre, mais nous aurons l'effet de surprise. Il faudra sûrement effectuer plusieurs groupes pour couvrir le plus de terrain possible afin de neutraliser rapidement l'ennemi, et trouver les colons. Savez-vous de quel genre de bâtiment il s'agit ? J'ai des plans de plusieurs vaisseaux, nous pourrions les étudier sur le chemin".

Environ dix minutes plus tard, nous arrivâmes tous deux au quai G33 où les soldats de nos unités embarquaient à bord du vaisseau. Nous fîmes de même, et sur la passerelle, je continuai de parler avec Adrien.

"Mes hommes sont des soldats entraînés pour ce genre de mission. J'ai trois militaires spécialisés dans le combat de précision, quatre experts en explosifs, et quatre militaires spécialisés en infiltration. Deux de mes hommes ont également des compétences médicales en plus de leur formation de combat. Tous les autres sont compétents en armement d'assaut".

Une fois à bord, la passerelle se retira, le vaisseau alluma ses moteurs. Puis, une fois l'ordre reçu, il décolla et fila vers l'espace pour rejoindre le relais cosmodésique qui lui permettrait de se rendre dans la Travée de l'Attique. Le voyage durerait quelques heures, j'en profitai pour ordonner à mes ordres d'aller se détendre, et préparer leurs matériels. Il fallait être opérationnel avant l'arrivée vers notre destination.

by Epilucial





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


Administrateur
Messages : 8034
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: Mission de sauvetage   Mar 16 Fév 2016, 00:02


Sur le chemin menant aux quais, Adrien écouta les questions de la Major. Uniquement des questions tactiques, comme la température, la présence de faune ou un potentiel plan d’attaque. Des interrogations effectivement pleines de bon sens, mais dont le Lieutenant n’avait pas beaucoup de réponses. En fait, il n’avait pas beaucoup plus d’informations que celles transmises lors du briefing. Malgré tout, il s’efforçait de tirer des conclusions des informations, ou plutôt de l’absence d’informations, qu’on lui avait communiquées avant que les deux groupes soient réunis. Une fois à bord du vaisseau, et avant que la Major ne le quitte pour aller s’occuper de ses hommes, il entreprit de répondre à ses questions.

« Je dois vous avouer que je n’ai pas eu beaucoup plus d’informations que celles données plus tôt. Néanmoins, si on ne m’a pas informé de présence de créatures hostiles, je suppose que c’est parce qu’il n’y en a pas. Pareillement, je ne connais pas la température exacte, hormis qu’il ne doit pas faire très chaud si la planète est qualifiée de glaciaire. Quand à avoir une idée… C’était justement l’objet de mes réflexions le temps du trajet jusqu’à Vioresa. J’ai de toute façon prévu une petite réunion avant de débarquer, où je vous ferais part de mon plan. On se revoit donc à ce moment là. »

Avec un salut, les deux militaires se séparèrent. Adrien se dirigea vers ses hommes, en train de s’installer dans les diverses couchettes pour terminer leurs nuits écourtés. Certains décidèrent de ne pas se rendormir et s’installèrent à une table au réfectoire pour ne pas déranger les endormis. Sûr que l’installation se passait bien, Adrien rejoignit une salle au calme où il put mettre en place son plan. Un exercice difficile quand on manquait de sommeil, rendu encore plus complexe par le manque d’information sur les pirates. Est-ce que leur vaisseau avait des mécas pour se défendre ? Est-ce qu’ils savaient qu’une escouade de l’Alliance pouvait débarquer ? Sans compter bien d’autres facteurs qui pouvaient être décisifs. Bref, un travail bien compliqué.

Plusieurs heures plus tard, ils arrivèrent en vue de la planète. Même depuis l’orbite, ils pouvaient voir que la couleur majoritaire n’était pas un bleu lumineux mais bien une belle couche de blanc. Passant à côté d’un hublot en se dirigeant vers la salle de réunion, il prit quelques instants pour contempler Vioresa. Il avait fait chercher ses sergents et le Major Revan, mais ils n’allaient pas arriver dans la seconde. Il profita de cette pause pour récapituler son plan, puis reparti. La salle de réunion qu’il allait rejoindre était standard : il avait déjà jeté un œil un peu plus tôt. Une longue table, un projecteur au milieu, et les chaises pour s’assoir. Il n’avait de toute façon pas besoin de plus, cela dit. Il entra dans la pièce une poignée de minutes avant que le Major et les sergents entrent. Adrien leur fit signe de s’assoir avant de leur présenter le plan.

«Ok, j’espère que vous avez pu vous reposer un peu, une longue journée nous attend. Tout d’abord, la température sur la planète est bien évidemment glaciale, puisqu’on est dans les -50° Celsius. Equipement intégral pour tout le monde si vous ne voulez pas avoir une extrémité gelée. Ensuite, concernant la manière d’opérer. Faute d’informations concrètes, le plan est susceptible de changer, mais il restera globalement le même. La priorité est de sauver les civils, il faut donc aller les chercher. Le groupe se séparera en deux : une partie, la plus grande, ira au contact des pirates. Le but est de faire assez de bruits pour attirer l’attention sur le même point. Pendant ce temps, un groupe plus petit devra contourner la zone de combat et entrer par la porte de derrière et sauver les otages. Je suppose qu’il serait idiot de la part des pirates de séparer les civils, ils devraient donc tous être dans la même pièce. En revanche, ils seront protégés. Le groupe de sauvetage devra donc faire de son mieux pour se préparer au combat, mais il restera discret le plus longtemps possible. Enfin, il n’y a pas assez de navettes pour nous descendre tous : nous seront donc obligés de faire descendre l’équipe de diversion en deux temps. 75 personnes en tout, 40 et 35. Les derniers soldats attendront notre feu vert pour quitter le vaisseau et se poser à l’autre bout des combats. J’espère que ce plan vous va. Et une dernière chose : la frégate qui surveillait le vaisseau pirate depuis l’orbite vient de nous signaler que les réparations ont bien avancées, il faut donc se dépêcher. Au boulot tout le monde ! Senalen, vous restez ici et vous commanderez l’escouade de sauvetage. Allez chercher les hommes qui vous accompagneront. » Le sergent fit un salut à son chef avant de s’éclipser, allant prévenir sa compagnie et sélectionner les soldats qui l’accompagneraient.

Les trois autres sergents, Adrien et le Major quittèrent la pièce à la suite, partant s’équiper et rejoignant la cale pour monter dans les Kodiaks. Une certaine agitation régnait d’ailleurs autour des navettes, une quarantaine de soldats montant à bord. Le lieutenant monta dans la première navette, les autres se remplissant au fur et à mesure. Quand la dernière porte de navette se fut refermée, celle de la frégate s’ouvrit, déversant les quatre Kodiak en direction de Vioresa. Assis dans la navette, les neuf soldats en compagnie d’Adrien étaient silencieux, concentrés sur le combat à venir. Le lieutenant, debout, enclencha la liaison avec l’une des autres navettes où se trouvait le Major.

« Tout va bien de votre côté Major ? Une dernière remarque avant de débarquer ? Une fois sur place, on risque d’être rapidement occupé, donc c’est le moment où jamais. »


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Major en poste sur un vaisseau dans une unité d'intervention au sol
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 96
Crédits : tumblr - cherrytree

MessageSujet: Re: Mission de sauvetage   Mar 01 Mar 2016, 23:40
Mission de sauvetage
Avec Adrien Annaz

Après avoir fait rapidement un rapport sur les effectifs de mon équipage au Lieutenant Annaz, je le saluai, puis je pris congé de lui, tout en repensant aux informations qu'il venait de me donner concernant la planète Vioresa. De maigres informations, nous en saurions sûrement un peu plus plus une fois sur place. En attendant, il fallait patienter. Alors que le vaisseau filait dans l'espace, prêt à effectuer un voyage de plusieurs heures, je retournai voir les hommes qui étaient sous mon commandement. Ils m'attendaient sagement à l'entrée de la salle de repos, après avoir déposé leurs affaires et leurs armes dans les dortoirs réservés à l'équipage. A mon arrivée, ils se levèrent pour savoir ce qui allait se passer.

"Le voyage va durer quelques heures, vous avez le temps de faire ce que vous voulez, et vous détendre au maximum avant la mission. Permission de terminer vos nuits. Profitez de ce laps de temps pour vous reposer. Je veux que vous soyez au top à notre arrivée".

Beaucoup eurent l'air d'approuver mes paroles. Pour eux aussi, la nuit avait été bien trop courte à leur goût. La plupart de mes hommes se dirigèrent d'ailleurs vers les couchettes pour s'y allonger et dormir encore un peu. Quelques uns préférèrent rester dans le réfectoire, en compagnie de l'autre équipage, pour faire des parties de cartes, discuter ou simplement passer le temps en lisant des livres. Quant à moi, je choisis de rester au réfectoire avec eux. J'étais trop excitée par cette mission pour réussir à retrouver le sommeil, même si j'aurais préféré me reposer un peu. Mes hommes passèrent un moment agréable, et je les rejoignis volontiers. J'étais peut être leur supérieur hiérarchique, mais j'étais comme eux. Un soldat. Et entre soldats, nous étions comme une famille. Autant garder de bons rapports avec eux. Je participai même à une partie de cartes, même si je ne gagnais pas souvent. L'entente était détendue et calme, et même si nous étions tous concentrés sur ce que nous étions entrain de faire, je sentis la tension monter peu à peu dans la salle au fur et à mesure que le voyage se poursuivait.

A un moment, je quittai la table pour aller chercher à manger. Certains soldats ne faisaient que grignoter quelque chose. La plupart avait l'estomac trop noué pour avaler un truc. Quant à moi, ce fut tout le contraire. J'avais faim, et étant une biotique, je devais recharger mon énergie. Heureusement que je faisais pas mal de sport vu tout ce que je mangeais habituellement. Malgré l'heure matinale, mes hommes ne furent pas du tout surpris de me voir manger comme si c'était l'heure du déjeuner, avec une assiette bien remplie. Ils avaient l'habitude car ils connaissaient mes capacités. Discutant avec mon équipe, rigolant pour décompresser, je ne vis pas le temps passer. Et alors que le vaisseau arrivait en orbite de Vioresa, un militaire vint à ma rencontre pour me dire qu'Adrien m'attendait. M'excusant auprès de mes hommes, je le suivis jusqu'à la salle de réunion où se trouvaient le jeune Lieutenant, ainsi que trois sergents.

Je m'installai à table, et j'écoutai les paroles d'Adrien concernant la mission, les informations sur la planète, et les objectifs des différents groupes. Une planète vraiment inhospitalière, deux équipes qui allaient se séparer, deux objectifs à suivre. Dit comme ça, ça avait l'air simple. En réalité, cette mission allait vite ressembler à un enfer. Tandis que les Sergents quittaient la pièce, après la réunion, je m'approchai de la vitre qui donnait sur une grande planète d'un blanc immaculé. Rien que la surface pouvait nous tuer si nous ne prenions pas toutes nos précautions. Annaz s'éclipsa à son tour, et je profitai de quelques minutes pour utiliser un terminal, et grappiller quelques informations sur Vioresa grâce aux capteurs du vaisseau. Effectivement, Adrien avait raison, il ne semblait pas y avoir de créature dangereuse sur la planète, ni prédateur. Un bon point pour nous, les pirates étaient déjà un danger suffisant qu'il fallait gérer. Pour le reste, les capteurs détectèrent des rafales de vent et une petite tempête de neige à la surface. Cela dissimulerait un peu notre approche. Il n'y eu rien d'autre d'exploitable dans la base de données. Je quittai à mon tour la pièce et retournai voir mes hommes qui avaient commencé à s'équiper en armes, armures et matériel. Je pris quelques minutes pour les expliquer le plan d'action et leur donner les directives à suivre, puis répondre à leurs questions, avant de les suivre jusqu'à la cale où se trouvaient nos véhicules de transport. Je fus également parée pour le combat, dans mon armure Ariake Technologies, armée de mon fidèle Pistolet lourd Phalanx attaché à la cuisse droite, ainsi que du M-9 Tempête qui se trouvait dans mon dos, au cas où. Contrairement aux autres soldats, mon armement était léger, mais parce que mes pouvoirs compensaient largement cette faiblesse. Je n'aimais pas trop m'encombrer, je devais rester agile, mes mouvements devaient rester fluides. Des armes plus puissantes m'auraient handicapée.

La moitié de l'équipe de diversion se répartirent dans les quatre kodiaks présents dans la cale. Je montai dans l'un d'eux avec mes hommes, puis la navette décolla avec les autres, filant vers la planète blanche. Debout près de la porte, je consultai mon omni-tech pour analyser en détails les plans du vaisseau que nous allions attaquer. Puis, je regardai par le minuscule hublot. La surface se rapprochait peu à peu, le voyage était stressant. Près de dix minutes s'écoulèrent, jusqu'à ce que le Kodiak dans lequel je me trouvais fut secoué de tremblements, causés par la tempête qui venait de l'engloutir. A ce moment là, Adrien me contacta, et je regardai l'écran sur lequel il venait d'apparaître.


"Tout va bien, Lieutenant. Nous sommes un peu secoués, mais rien de méchant. La tempête cachera un peu notre arrivée et nous fera gagner du temps. Par contre, j'ai une suggestion. Etant donné que le vaisseau pirate devrait bientôt décoller, je pense qu'il faudrait envoyer une petite unité pour neutraliser les moteurs. Il ne faut pas que ce vaisseau décolle. Je peux envoyer quelques uns de mes hommes, si ce plan vous paraît convenable".

Les radars finirent par indiquer la présence du vaisseau ennemi, et les Kodiaks se posèrent à une distance raisonnable, avant de décoller et retourner à la frégate pour charger le reste de l'équipe de diversion. En attendant leur arrivée, nous restâmes sur place, le temps de vérifier que tout était calme. Les pirates ne semblèrent pas nous avoir remarqué dans cette tempête, une bonne chose pour nous. Pour le moment en tout cas. Il faisait très froid, mais il fallait tenir le coup. Après de longues minutes, la première partie de l'équipe arrivée commença sa progression vers la porte principale du vaisseau pirate, située vers l'avant de la coque. L'équipe d'infiltration pourra s'engouffrer par la soute, à l'arrière, une fois l'attention de nos ennemis portée sur nous. Avançant prudemment, je finis par distinguer le bâtiment dans cet épais nuage blanc. Le vent glacial fouettait mon visage, mais ma concentration restait au maximum, tout comme pour les autres. Arrivés au niveau de la porte principale, quelques soldats experts dans le piratage tentèrent de forcer l'ouverture du sas. Les pirates ne devaient sûrement pas s'attendre à ce qu'il y ait du danger pour eux, c'était parfait. Les minutes passèrent, puis le sas s'ouvrit enfin. Toujours sur nos gardes en cas de riposte, je finis par contacter Adrien qui se trouvait un peu plus loin, en compagnie de ses hommes.

"Lieutenant, le sas est ouvert. On peut entrer dans le vaisseau".

Alors que les premiers hommes pénétrèrent à l'intérieur du bâtiment, une alarme retentit dans les couloirs. Notre présence était enfin détectée. A partir de cet instant, notre survie ne déprendrait que de nous. J'avançai dans un couloir, derrière d'autres soldats, quand tout à coup, des pirates apparurent et commencèrent à nous tirer dessus. Je me mis à couvert, puis je répliquai comme les autres. Certains étaient partis dans d'autres couloirs pour assurer un périmètre et éviter de se faire encercler. Les ennemis vinrent de plus en plus nombreux, et il n'y avait pas que des humains. Certaines cibles furent difficiles à abattre, et quelques uns des soldats de l'Alliance furent blessés, ou périrent au combat. Les minutes semblaient s'écouler lentement, et à l'extérieur, la seconde vague de Kodiaks arriva pour nous apporter des renforts, avant de repartir chercher l'équipe d'infiltration qui s'occuperait de secourir les prisonniers. Le combat fut acharné dans les couloirs, l'adrénaline était au maximum. Chacun luttait pour sa survie. Alors que je changeais la cellule d'énergie de mon arme, un pirate me prit pour cible, avant que je sois prête à faire feu. Avec rapidité, je concentrai mon énergie, je levai ma main vers lui. Un éclat bleu m'enveloppa, et l'instant d'après, une décharge bleutée frappa avec force le pirate qui fut projeté en arrière, et heurta avec violence le mur derrière lui, faisant craquer les os de son corps. Pas le temps de réfléchir davantage, je levai à nouveau mon arme chargée, et je recommençai à faire feu sur nos assaillants.

by Epilucial





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


Administrateur
Messages : 8034
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: Mission de sauvetage   Dim 27 Mar 2016, 00:04


Une légère secousse secoua Adrien à bord du Kodiak. Même si le trajet était plutôt calme, les navettes n’étaient pas réputées pour être grand luxe, et un flux d’air pouvait secouer un peu les occupants, comme à l’instant. Rien de bien dérangeant cependant, et pas assez pour déséquilibrer le soldat qui gardait le regard rivé sur l’écran où le visage de la Major s’affichait. Leur voyage ne semblait pas plus désagréable que celui du Lieutenant, et elle ne semblait pas encore particulièrement préoccupée. Un peu soucieuse peut-être, lorsqu’elle présenta son idée à son supérieur.

" Etant donné que le vaisseau pirate devrait bientôt décoller, je pense qu'il faudrait envoyer une petite unité pour neutraliser les moteurs. Il ne faut pas que ce vaisseau décolle. Je peux envoyer quelques uns de mes hommes, si ce plan vous paraît convenable".

C’était effectivement une bonne idée. Adrien avait exclu cette hypothèse à cause du temps que mettraient les moteurs à s’allumer, un temps normalement trop long pour causer le moindre problème. Malgré tout, si la Major pensait que c’était une possibilité non négligeable, ce serait idiot de ne pas en tenir compte. Ils avaient été deux à y penser, autant ne pas faire preuve de confiance mal placée en se disant que les pirates n’avaient pas pu y penser. Le Lieutenant donna son accord pour qu’une petite équipe sois dépêchée sur place, afin qu’ils sabotent les moteurs. Rien d’explosif bien entendu, mais au moins les empêcher de prendre le large. Une fois fais, ils devaient rejoindre le gros des forces pour prendre part aux combats.

Les navettes arrivèrent en surface de la planète et les soldats en sortirent. La zone était calme, comme prévue, puisque assez à l’écart pour éviter les regards indiscrets tout en étant assez proche pour ne pas avoir à aller trop loin pour arriver aux abords du vaisseau pirate. Les soldats fraichement débarqués montèrent quand même la garde et inspectèrent la zone comme ils étaient censés le faire en attendant l’arrivée de leurs collègues dans la deuxième vague de navette. Les environs étant calme, ils n’avaient pas grand-chose pour occuper leur attente.

Une fois les deux groupes réunis, ils patientèrent le temps que les véhicules redécollent avant de se mettre en marche. En combinaison intégrale, Adrien n’avait pas à s’inquiéter du froid ou du vent. Il avait appris, avec le temps, que cligner des yeux ou chasser des gouttes d’eau à cause de la météo n’était pas forcément une très bonne chose en plein combat. Ici, seule la température était gênante, mais c’était suffisant pour poser problème, de l’avis du Lieutenant.

L’arrivé en vue du vaisseau se fit sous tension mais sans heurts. Les pirates devaient être concentrés sur la réparation des moteurs, et ne pas faire attention aux alentours. Après tout, ils ne se savaient pas suivis, et ils devaient gérer leurs prisonniers. C’était suffisant pour les occuper. Un premier groupe de peu de soldats se dirigea vers le sas, dirigé par la Major. Ils passèrent quelques secondes à pirater la porte, qui n’était pas particulièrement protégée contre ce genre d’attaque. Ils allaient pouvoir s’infiltrer discrètement dans le vaisseau sans alerter la moitié de la planète. La Major contacta Adrien pour lui confirmer l’ouverture de la porte, et le groupe de diversion entra dans le vaisseau, une dizaine de soldats quelques pas derrière. Ils allaient saboter les moteurs comme prévu, et devaient donc se séparer du groupe assez tôt.

A peine les premiers hommes avaient-ils fait quelques pas qu’une alarme retentit dans le vaisseau. Vraisemblablement, les pirates n’étaient pas aussi laxistes qu’Adrien le pensait. Aussitôt, les soldats se mirent en position de combat, près à ouvrir le feu sur le premier ennemi à portée. Les trente premières secondes furent calmes, ce qui permit au groupe de sortir du goulot que formait le sas. Ils étaient toujours dans un couloir, mais ils pouvaient bouger un minimum. Ce qui n’était pas plus mal, car rapidement, les pirates arrivèrent. Les premiers échangent de tirs eurent lieu, tandis que l’arrière garde de sabotage prenait la poudre d’escampette pour trouver les moteurs. Une petite partie des soldats en retrait qui ne pouvaient pas tirer sans risque de toucher un allié prirent les couloirs latéraux, essayant d’éviter tout contournement où d’en créer un.

Au cœur des combats, Adrien n’avait guère le temps d’observer ses coéquipiers. L’échange était brutal, et dans cet espace confiné, le bruit était assourdissant. Levant son arme pour tirer une brève rafale vers un pirate, le Lieutenant aperçut du coin de l’œil une vague bleu. Il regarda avec plus d’attention dans cette direction et se rappela en voyant la Major que l’équipe comptait une biotique. Il oubliait toujours la manière dont la biotique se manifestait, surtout en plein combat. Rassuré, il se concentra à nouveau sur les combats.

Le silence retomba aussi brusquement que les combats avaient éclatés. Les pirates éliminés, il était temps de s’occuper des blessés. Plusieurs soldats étaient tombés, blessés plus ou moins grièvement. Le médigel fut distribué pour palier aux blessures, en attendant l’extraction. Adrien laissa une poignée de soldats veiller sur leurs collègues blessés avant d’ordonner aux autres de se remettre en route dans le vaisseau. Les premiers ennemis étaient au final trop peu nombreux pour qu’il s’agisse du gros des pirates.

_____________________________________________________________________________________________________

Le sergent Senalen avançait à pas de loup, à l’autre bout du vaisseau. Ils avaient été déposés assez loin du vaisseau au cas où des sentinelles avaient été postées pour surveiller les alentours. Ils avaient entendus dans le lointain la sirène d’alarme déclenchée par le groupe de diversion. Au moins, ils faisaient bien leur travail. Avec ses 25 soldats, ils avaient piratés la porte pour s’infiltrer dans le vaisseau, sans signaler leur présence contrairement à l’autre groupe. Ils s’étaient peu enfoncés dans le vaisseau jusqu’à présent, et fouillaient autant de pièces que possible en espérant tomber sur les otages. Mais ils faisaient choux blancs pour l’instant.

_____________________________________________________________________________________________________

Les 15 soldats qui constituaient l’équipe de sabotage avançaient prudemment dans le vaisseau. Ils avaient laissés leurs collègues en plein combat qui, si il n’avait peu de chances d’être décisif pour la mission, pouvait se révéler dangereux. Malheureusement ils ne pouvaient rien faire pour aider, car trop loin en retrait. Par conséquent, la meilleure solution consistait à se mettre au travail le plus vite possible, ce qu’ils avaient fait. Le couloir dans lequel circulait actuellement le Caporal Mathis était vide de toute présence et de tout embranchement. Pour l’instant, ils cherchaient simplement à trouver une intersection d’où ils pourraient tenter d’atteindre la salle des moteurs.


Cela faisait plusieurs minutes que le groupe de diversion avançait sans rencontrer âme qui vive, ce qui commençait à sérieusement inquiéter Adrien. Pour ne pas se montrer comme ça, les pirates devaient préparer quelque chose, et ils avaient l’avantage du terrain. Sans partager ses craintes, il conseilla quand même à ses hommes de redoubler de prudence, et envoya deux soldats en éclaireur pour parer à toute éventualité. Tendu, les soldats avançaient l’arme en main pour réagir au moindre signe de danger.

Un nouveau couloir déboucha étonnement sur un autre couloir, mais celui-ci pourvu de nombreuses portes donnant probablement sur des pièces à vivre. Les deux éclaireurs s’arrêtèrent le temps de recevoir les ordres de leur supérieur. Adrien leur fit signe d’avancer très doucement et de scanner le terrain devant eux pour anticiper un potentiel piège. Aussi prudemment que possible, les deux s’engagèrent dans le couloir jusqu’à la première porte. Là, l’un des deux la pirata pour l’ouvrir. Aussitôt, les trois autres portes s’ouvrirent chacune sur une dizaine de pirates. Les deux soldats furent rapidement tués sous la puissance de feu, tandis que les portes déversaient leurs occupants. Même si ce n’était pas nécessaire, Adrien fit signe aux soldats en retrait avec lui de se replier, ce qu’ils avaient déjà fait.

« Merde. Bon, Major, vous pouvez pas leur balancer quelque chose pour les calmer ? Une attaque biotique, n’importe laquelle ? Ou nous protéger à la limite ? Sinon… On y va à l’ancienne. »


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Major en poste sur un vaisseau dans une unité d'intervention au sol
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 96
Crédits : tumblr - cherrytree

MessageSujet: Re: Mission de sauvetage   Ven 15 Avr 2016, 23:34
Mission de sauvetage
Avec Adrien Annaz

Les premières minutes qui suivirent l'entrée du groupe dans le vaisseau passèrent très lentement. La survie était primordiale, et chacun luttait avec force pour rester vivant. Le combat fut enragé, mais finalement, les pirates tombèrent jusqu'au dernier. Du moins, pour le moment. En entrant dans l'appareil, j'avais vu un petit groupe se séparer et s'engouffrer dans un autre couloir. Probablement pour aller saboter les moteurs, comme je l'avais suggéré à Adrien. Il fallait absolument éviter que le vaisseau décolle, ou tout serait perdu. Pendant ce temps, le combat cessa enfin, et je fis le tour de mon équipe pour voir s'il y avait des blessés. Ou pire. Quelques uns de mes hommes étaient plus ou moins blessés, mais par chance, pas de perte à déplorer. Pourvu que ça continue. J'ordonnai aux infirmiers de s'occuper des blessés, pendant que quelques soldats aptes au combat resteraient sur place pour les protéger. Maintenant que l'alerte était donnée, les pirates allaient tout faire pour nous empêcher de mener notre mission à bien et nous éliminer jusqu'au dernier. Il fallait les éloigner des blessés, et donc il fallait avancer pour agrandir notre périmètre de sécurité. Pas le choix, je passai devant avec quelques uns de mes hommes, aux côtés du Lieutenant Annaz qui fit de même.

Avec prudence, nous avançâmes dans les couloirs, mais personne ne vint à notre rencontre. Le silence pesant régnait dans l'atmosphère. Ce n'était pas normal, je n'aimais pas ça. Les pirates devaient sûrement mettre une stratégie en oeuvre, mais laquelle ? Ils avaient tenté la force, et ils avaient échoué. Peut être s'étaient-ils repliés quelque part pour nous attendre ? Ou alors, avaient-ils décidé d'exécuter les otages ? Pourvu que le groupe d'infiltration les trouve au plus vite. Je m'arrêtai avec le reste des soldats, au détour d'un couloir, quand une communication nous parvint.


//Lieutenant ? Major ? Ici le Sergent Senalen. Nous sommes entrés dans le vaisseau sans résistance. Nous avons commencé à chercher les otages, mais pour le moment, rien à signaler. Aucune présence ennemie signalée. Nous poursuivons les recherches//.

//Bien reçu, Sergent. Restez sur vos gardes, notre présence est détectée. Nous avons attirer l'attention des pirates sur nous//.

Je jetai un coup d'oeil à Adrien qui avait également entendu la conversation avec le Sergent Senalen, puis je continuai d'avancer, en me rapprochant du Lieutenant pour lui parler à voix basse.

"Où sont-ils passés ? Ce silence n'est pas normal, ils préparent sûrement quelque chose".

Adrien fut visiblement du même avis que moi, car après nous être à nouveau arrêtés, il ordonna à deux soldats de partir en éclaireur. S'il y avait un piège, inutile que tout le monde se jette dans la gueule du loup. Et deux personnes seraient plus discrètes qu'un bataillon entier. Cependant, les choses ne se passèrent pas comme prévu. Alors que les deux éclaireurs avancèrent dans un couloir rempli de portes, l'un d'eux en ouvrit une après l'avoir piraté. Mais, contre toute attente, toutes les portes s'ouvrirent en même temps, et de nombreux pirates apparurent en tuant les deux soldats qui ne purent rien faire pour se défendre. Sur ordre d'Adrien, nous nous repliâmes au détour d'un couloir, tirant de temps à autre en direction des assaillants pour les empêcher d'avancer dans le couloir. La situation était sans issue, nous ne pouvions plus progresser. Et si nous tardions à éliminer la menace, des renforts allaient arriver et nous serions rapidement submergés. Adrien me demanda alors si je pouvais remédier à la situation sans foncer dans le tas. Sa question me fit sourire malgré la situation périlleuse dans laquelle nous nous trouvions.

"Désolée Lieutenant, je ne suis pas magicienne" lui lançai-je sur un ton humoristique, avant de reprendre mon sérieux. "Je vais vois ce que je peux faire".

Je m'approchai du détour du couloir, jetant un rapide coup d'oeil pour analyser la situation. Aussitôt, un tir de laser me fit reculer à l'abri. Plusieurs pirates lourdement armés commençaient déjà à avancer dans le couloir pour se rapprocher de nous, il fallait faire au plus vite. Concentrant mon énergie, j'agis avec rapidité en levant la main, me mettant à nouveau à découvert pour lancer ma télékinésie sur l'un des pirates. Puis, je me remis à l'abri avant de me faire tuer. Le pirate ciblé, étonné de ce qui lui arrivait, s'éleva dans les airs et flotta vers le plafond, incapable de revenir sur la terre ferme. Je fis à nouveau la même opération sur un autre ennemi, mais rapidement, je me sentis essoufflée. Je n'allais pas pouvoir faire ça indéfiniment. Je ressentais déjà la fatigue m'envahir, et ce n'était pas du tout le moment d'être affaiblie. Je devais me ménager pour la suite de l'opération. Secouant la tête, je regardai Adrien.

"Je ne vais pas pouvoir tous les avoir de cette façon. Il va falloir y aller à l'ancienne".

Deux pirates étaient déjà hors de combat, ou presque. Ils essayèrent tant bien que mal de revenir sur le sol, mais en vain bien sûr. Je fis un signe de tête à l'un de mes hommes qui s'approcha alors du détour du couloir, et lança une grenade en direction des assaillants. Deux secondes plus tard, une détonation puissante retentit, et nous entendîmes des cris de douleur. L'air s'emplit de l'odeur de chair brûlée, ce qui était très désagréable. Sans attendre, mes hommes et moi chargèrent, profitant de la confusion pour prendre l'avantage.

by Epilucial





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


Administrateur
Messages : 8034
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: Mission de sauvetage   Sam 28 Mai 2016, 14:29


Adrien regarda la jeune femme sourire à sa question. Il ne savait absolument pas de quoi elle était capable, aussi espérait-il qu’elle allait sortir un atout de sa manche. Une sorte de projection surpuissante, ou une bulle biotique pour les protéger tous, voir une singularité pour les déstabiliser. Cela dit, vu le monde dans le couloir, il fallait une sacrée puissance pour nettoyer la zone. Ce qui n’était apparemment pas le cas de la Major

"Désolée Lieutenant, je ne suis pas magicienne." "Je vais vois ce que je peux faire".

Ca serait toujours ça de pris. Adrien regarda la jeune femme se concentrer, une aura bleutée l’entourant comme toute personne s’apprêtant à utiliser la biotique. Il la vit lever sa main, concentrant son pouvoir, puis écraser l’un des pirates. Elle recommença l’opération, faisant reculer les pirates qui s’inquiéter de se voir confronter à de la biotique. Ils n’avaient cependant pas à s’inquiéter : la Major cessa d’utiliser ses pouvoirs, au final trop peu efficace pour la fatigue accumulée. Adrien hocha la tête quand elle s’expliqua, et la laissa prendre l’initiative du combat, dont les hostilités furent ouvertes par une grenade bien placés. Ses hommes et elles s’engagèrent dans le couloir, profitant du chaos crée, tandis que les soldats d’Adrien les couvraient le temps qu’ils trouvent un abri dans l’une des salles adjacentes.

Au final, les choses auraient pu se passer plus mal. Les soldats du Major se mirent à couvert pendant que les forces d’Adrien effectuaient un tir de couverture, tandis que les pirates hésitaient à repartir à l’assaut. Le temps qu’ils se décident, la majorité des soldats étaient en sécurité et protégèrent leurs amis le temps que tous se trouvent hors de la trajectoire des balles. A partir de là, ce fut un combat des plus classiques, alternant les rafales et les mises à couvert. Quelques tirs percussifs traversèrent le couloir pour renverser des groupes d’ennemis trop téméraires, ainsi que quelques grenades peu nombreuses à cause de l’étroitesse du couloir.

Les derniers pirates éliminés, Adrien fit un rapide état des pertes. Hormis les deux soldats tués alors qu’ils servaient d’éclaireurs, il n’y avait que des blessés. Le travail d’équipe de l’Alliance avait montré sa supériorité sur l’individualisme des pirates, et s’en sortait sans trop de dégâts.
Une fois les soldats indemnes réunit et les blessés laissés sous surveillance avec pour consigne de rejoindre leurs coéquipiers laissés un peu plus tôt, Adrien donna le signal du départ. Ils avaient encore du travail à faire, le temps que l’équipe de sauvetage trouve les otages.

____________________________________________________________________________________________________

L’équipe chargée de retrouver les otages continuait de ne rien trouver. Senalen désespérait et s’énerver à faire choux blanc, car il savait que chaque minute passée à la recherches de leurs cibles augmentaient les chances qu’ils se fassent découvrir et les dangers encourus par les autres groupes. Il décida donc de séparer l’équipe en deux afin de couvrir le maximum de terrain, avec comme consigne de se retrouver au même endroit dans quinze minutes, mais sans rien tenter si l’un des deux groupes trouvait les otages. Cela retarderait peut-être la libération, mais c’était un risque à prendre.

____________________________________________________________________________________________________


Dans les couloirs à l’arrière du vaisseau, l’équipe du Caporal Mathis se savait proche de leur objectif grâce à plusieurs indices. Tout d’abord, ils savaient, géographiquement parlant, qu’ils approchaient de l’arrière du vaisseau. Ensuite, de plus en plus de bruit de soudure, de grognements et autres signaux indiquant un travail manuel se faisait entendre. Avec un peu de chances, les soldats auraient l’effet de surprise pour prendre le contrôle de la pièce. Se mettant en position derrière la porte menant à la salle des machines, le Caporal donna le signal de l’attaque.

____________________________________________________________________________________________________


Les couloirs se succédaient sans qu’ils ne rencontrent âme qui vive. C’était à la fois une bonne chose, et très angoissant, car ils pouvaient difficilement faire diversion si ils ne croisaient personne. De plus, les lieux étaient très silencieux, comme si ils étaient à l’opposé des pirates. Adrien se triturait les méninges pour savoir quoi faire, et il finit par se rendre à l’évidence : revenir sur leurs pas serait inutile, il fallait donc forcer les pirates à venir vers eux. Dirigeant les soldats dans une pièce assez grande, il les laisse souffler un coup le temps de communiquer le fruit de ses réflexions à la Major.

« Bon, j’ai l’impression qu’ils ne nous cherchent pas plus que ça, il va falloir les faire venir… On va donc faire un maximum de bordel, de préférence le genre de truc qui attire l’attention : grenades, explosions… Et ensuite, il faudra se tenir prêt, ils vont sans doute venir en force. Préparez vos hommes et concentrez-vous, parce que ça va bientôt être un sacré festival. »


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Mission de sauvetage   
Revenir en haut Aller en bas
 

Mission de sauvetage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Travée de l'Attique :: Nébuleuse du Pylos-