AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Retrouvailles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


Administrateur
Messages : 8006
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Retrouvailles   Mar 09 Fév 2016, 19:04
Intervention MJ : NonDate : Novembre 2190 RP Tout public
Adrien AnnazEvangeline Wellington
Retrouvailles





La place devant le Big Ben était noire de monde. Devant l’un des plus connus bâtiment de Londres s’étalait une foule hétéroclite, composés majoritairement d’Humains. Aujourd’hui se tenait la commémoration du troisième anniversaire de la fin de la Grande Guerre, et de très nombreuses personnes avaient fait le déplacement pour assister à la cérémonie. Il ne s’agissait pas d’une date marquante, comme le cinquième ou dixième anniversaire, ce qui expliquait l’absence des principaux dirigeants des autres races et du Conseil. Cependant, des politiciens de moindre rang avaient fait le déplacement des planètes mères aliens, et une grande majorité des politiciens Humains étaient là.

La journée avait commencée par marche silencieuse dans Londres, une ville reconstruite en priorité. Quelques villes loin en périphéries contenaient encore des zones mortes, mais de même que Vancouver, la reconstruction de la capitale Britannique avait été une priorité. D’un point de vue moral plus que technique, puisqu’il s’agissait de reconstruire l’endroit qui avait vu les derniers affrontements. Par la suite, diverses manifestations avaient eu lieux, la plupart du temps des témoignages de vétéran, parmi lesquels le Capitaine Coats, ancien bras droit de l’Amiral Anderson pendant la guerre. Puis, dans quelques heures, un discours du vice premier ministre de l’Alliance clôturera la journée de commémoration.

Adrien était en service ce jour là. En partie, du moins. L’organisation avait détachée une certaine partie de ses effectifs pour surveiller chaque rassemblement, et les soldats changeaient entre chaque manifestation. Le major avait surveillé la marche silencieuse en début de journée, puis avait été libéré pour le reste de la commémoration. Il était même en permission pendant trois jours, à sa demande. Il voulait visiter ce nouveau Londres, une ville qu’il n’avait jamais vraiment voulu voir avant la guerre. Maintenant… Il avait vécu trop de choses pour y passer sans s’y arrêter.

Il avait passé quelques temps à écouter les discours de vétérans. En réalité, la plupart ne l’intéressait pas ou peu, puisqu’ils ne faisaient que raconter la nuit d’horreur de l’opération Marteau. Les morts, la camaraderie, les sauvetages, puis la fin de la guerre. Très peu d’informations au final, surtout une sorte de propagande. Quelques uns allaient plus loin que ça, et racontaient des choses intéressantes, comme la manière dont ils avaient éliminés des ennemis en surnombre ou autre. Quelques tactiques de combats étaient données, mais bien peu. Le seul discours qu’il attendait était celui du Capitaine Coats, et des potentielles informations sur la guerre vue de l’intérieur.

Une foule plus conséquente que les autres avait pris place lors du discours du Capitaine. Eux aussi semblaient avoir envie d’entendre l’une des figures de la résistance sur Terre. Encore une fois le discours semblait préprogrammé. Hommage aux défunts, le courage de tous les soldats était loué, message optimiste sur l’avenir… Rien de nouveau sous le soleil. Un seul moment remonta l’intérêt du discours, quand le Capitaine parla des efforts de feu l’Amiral Anderson pour harceler les Moissonneurs, et des difficultés qu’ils avaient eus pour survivre. Ce fut les seules paroles un peu sombre dans ce discours globalement enjoué, mais aussi le seul moment digne d’intérêt.

Délaissant la foule avant le discours du vice premier ministre, Adrien s’installa aux abords de la manifestation, ne souhaitant pas pour l’instant trop s’éloigner. Avec un peu de chance, il y aurait un événement intéressant d’ici la fin de la cérémonie. Ou alors le discours serait intéressant. Mais dans tout les cas, il ne s’intéressait pas autant au politicien qu’aux militaires, et préférait observait les lieux. C’est d’ailleurs en scrutant la foule qu’il aperçut un visage qu’il semblait reconnaitre… Il observa de loin jusqu’à reconnaître effectivement Evangeline Wellington.

La jeune femme avait fait équipe avec Adrien quand elle était journaliste, lors d’une opération consistant à déloger des Geths quelques temps après leur attaque sur la Citadelle. Si l’opération avait été une réussite, il y avait eu plusieurs points noirs. Déjà, plusieurs soldats étaient morts lors de l’attaque. Ensuite, le reportage qu’elle faisait n’était pas vraiment là pour glorifier les militaires, mais plutôt pour dédiaboliser les synthétiques. Ce qui signifiait que plutôt que de diffuser les actions des soldats, l’émission avait diffusé les morts Geths ou leurs fuites. Cependant, Wellington ne cautionnait pas vraiment ces images, et avait fourni à Adrien une vidéo des événements, qu’ils avaient diffusés lors du débrifing d’après-mission. Ce qui avait permit, entre autre, aux soldats de ne pas tenir rigueur à la journaliste du reportage diffusé. Adrien, pour sa part, avait bien compris qu’elle ne faisait que son travail. Il avait cependant apprécié la démarche. Ils avaient maintenus quelques contacts au fil du temps, qui s’étaient rompus après un certain moment.

Assuré d’identité de la femme, Adrien décida d’aller la voir. Après tout, il appréciait Wellington, et ça serait l’occasion de passer un peu de temps avec quelqu’un qu’il connaissait. Il fondit la foule jusqu’à elle, puis lui tapota l’épaule.

« Evangeline Wellington ? Adrien Annaz, vous vous souvenez de moi ? »



Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 33

MessageSujet: Re: Retrouvailles   Mer 10 Fév 2016, 01:21

Rtrouvailles


Londres... Une ville qui ne manquait plus à Evangeline. Elle y avait passée trop de temps ces trois dernières années et globalement, elle avait grandit à côté. Néanmoins aujourd'hui était un jour spécial, la commémoration de l'opération Marteau, l'opération salvatrice de la terre et plus largement, de la galaxie tout entière. Eva y avait participé elle aussi, pas au sol comme beaucoup d'autres, mais dans l'espace. Souvent après ce jour, elle c'était passée en revue les évènements de la bataille et elle en concluait que seul la chance l'avait maintenue en vie. Elle savait que plus jamais, elle ne participerait à une bataille spatiale aussi... aussi.. difficile, violente et impitoyable avec un nombre d'appareils à en rendre fou un Elcor.
Son sentiment était d'ailleurs très paradoxale aujourd'hui, elle partageait la commémoration, la mémoire des soldats et en même temps, un brin de folie lui faisait aimer ce souvenir. Purement lié à la bataille spatiale, ce sentiment de peur se transformant en courage, cette adrénaline cette bulle dans laquelle vous étiez jusqu'à la fin du combat ou de votre vie. Elle l'avait ressentie comme jamais. Ce n'est d'ailleurs que plusieurs jours plus tard que la tension redescendit et que la réalité reprit le dessus, le nom des tués au combat, des bataillons entier décimés, des amis disparus etc... Et là elle pleura comme elle n'avait jamais pleuré lorsqu'elle apprit ce qu'il c'était passé sur la citadelle...

Comme beaucoup elle avait perdu des êtres proches, ses parents dans le sud de l'Angleterre pendant les longs mois de guérilla et sa femme sur la Citadelle. Là, elle ne s'était jamais sentie aussi seule, qui avait elle dans la vie à présent ? Ses hommes, ses frères et sœurs d'armes qui avaient comme elle, tout perdu en décidant de survivre à cet enfer, et de le traverser seul.
Elle avait fait énormément de connerie, elle avait criée, hurlée, elle fut maintes fois tentée de prendre son chasseur et de partir malgré les ordres, seule sur la Citadelle dans ses nuits les plus folles. Mais elle n'aurait pas fait 100 kilomètres qu'ont l'aurait abattue.
Et puis le temps passa, la douleur se calma, la mort se fit accepter et la solitude devint plus une amie, une habitude même, qu'un fardeau.

Voilà tout ce que la jeune femme avait en tête aujourd'hui, un mélange, comme beaucoup.. de mélancolie et de pleins d'autres sentiments liés à chacun.
Elle écoutait les discours des uns et des autres, tous les même au final.
Aujourd'hui elle n'était pas de service, d'ailleurs elle ne l'était pas durant tout ce mois ci. Son vaisseau était en maintenance pendant deux semaines le temps que des réparateurs en fassent le tour car le mois dernier, le porte chasseur avait eu quelques désagréments interne tuant dix ingénieurs et deux hommes de ménages. Un problème liés aux réacteurs forçant le vaisseau à arrêter son activité. Pour présérver le maximum de matériel en cas d'erreur et de destruction du mastodonte, le maximum de matériel lourd avait été déchargé sur Terre dans une zone d'entrepôt surchargée. Chaque pilote était responsable de son chasseur et Eva aimait cette idée... Son chasseur.

Une petite fraîcheur sur sa joue la ramena à la réalité, tout ceci lui avait fait remonter tout un tas de souvenirs et les sentiments, regrets et faiblesses la forcèrent à lâcher quelques larmes, rien de très spectaculaire. La pilote n'aimait pas ça mais l'idée que d'autres puissent être dans le même état qu'elle la rassurait, presque elle sursauta lorsqu'une main vint la tapoter sur l'épaule.

Sur le coup de la surprise elle ne reconnut pas le soldat lui faisant face mais assez rapidement ses yeux se désembuèrent et elle sourit de façon très gênée à Adrien Annaz, le combattant de la Mer pourpre.
Il n'y avait pas besoin qu'elle se rappel les détails de leur rencontre. De plus elle était persuadée qu'en discutait ne servirait à rien, il l'avait trouvée et de ce fait, il avait déjà dû se rappeler de tout ça, tout seul.
Enfin son arrivée à ce moment de faiblesse émotionnelle lui fit faire n'importe quoi. Annaz était un homme que la pilote appréciait et elle ne se rappel pas une seule fois ou l'un de ses messages ne lui avait pas arrachée un sourire. Après la guerre ils avaient réussit à se recontacter mais rien de bien folichon.

Plus par pulsion émotionnelle qu'autre chose donc, elle se jeta presque au cou du soldat comme si elle venait de voir un revenant.

- Que je suis contente de te voir ici Adrien.

Elle avait parlée avec une voix qu'elle avait un peu forcée à être douce et amicale, pour ne pas rendre l'ambiance de ses retrouvailles moroses dès le début.
Rapidement gênée elle le lâcha, de plus il était équipé et probablement en service, ce genre d'attention risquait plus de lui attirer des ennuis qu'autre chose.

- Désolée, je suis un peu perturbée. Non je suis vraiment contente de te voir ici c'est assez improbable non ?

Le vent se leva un peu et l'après midi décida de se gâcher elle même, quelques gouttes commencèrent à tomber et la pilote rabattit une petite veste en cuir noir sur ses épaules afin de se couvrir un peu plus, touchée par le froid.






Feat ...




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


Administrateur
Messages : 8006
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: Retrouvailles   Mer 10 Fév 2016, 20:13


A la surprise d’Adrien, la jeune femme semblait même plus que se souvenir de lui. Elle sauta presque au cou du soldat, qui mit quelques secondes à lui rendre son étreinte. Il s’attendait, si tant est qu’elle se souvenait de lui, à des salutations polies mais formelles. Même s’ils avaient communiqués après la mission sur Chasca, ils n’avaient pas non plus établis des liens très proches. Ils étaient des connaissances, et pas beaucoup plus. Du moins, du point de vue d’Adrien. Peut-être Wellington n’avait-elle pas le même avis sur la question.

Malgré tout, un peu gênée, elle se détacha du major. Le ton de la phrase, plus que la réaction disproportionné à sa vue, mis la puce à l’oreille d’Adrien. Bien sûr, elle pouvait être effectivement heureuse de le voir, mais… Elle semblait être en totale contradiction entre ses actes et… Ses sentiments ? Il ne savait pas trop, mais elle ne semblait pas bien. Une impression rapidement confirmée, puisque l’intéressée elle-même avouait être un peu perturbée. Allons bon. Adrien n’était pas psychiatre, mais il n’aimait pas pour autant savoir des amis en mauvaise forme morale.

« Je suis ravi de te voir aussi, j’avoue ne pas m’y être attendu non plus. J’ai mis un peu de temps à être sûr que ce soit toi, tellement ça me semblait improbable. Mais au final, c’est une très bonne surprise. »

Le temps commence à se couvrir, et même plus : la pluie fit son apparition. Le temps Londonien était connu pour être particulièrement mauvais, et encore une fois il fit honneur à sa réputation. Ce n’était pour l’instant que quelques gouttes peu dérangeantes, mais qui pouvait vite se transformer en torrent particulièrement désagréable. Mieux valait ne pas attendre de voir l’évolution de la situation. De plus, discuter au milieu d’une foule n’était pas ce qu’il y avait de plus agréable, peu importe le lieu. La meilleure solution consistait encore à changer de place, en choisissant de préférence un endroit où la pluie ne risquait pas de passer.

« Que dirais-tu d’aller dans un endroit un peu plus chaud ? Je pense qu’il doit bien y avoir un ou deux bar ouvert en ce moment. Avec un peu de chance, ils ne seront pas trop remplis. »

Traversant la foule entassée devant le Big Ben, le duo fouilla les environs pour trouver un bar ouvert. Il y en avait effectivement, ne voulant sans doute pas rater l’occasion d’une telle rentrée d’argent. Le bar en question, l’Imprévue, était heureusement assez peu rempli. Ils purent, sans trop de difficulté, se trouver une table et commander. Les premiers instants furent silencieux, Adrien profitant du calme. Le décor était plutôt austère, quelques tableaux ici et là pour mettre une touche de couleur, et rien d’autre. La clientèle semblait apprécier la décoration simpliste du bar, qui était à vrai dire assez apaisante.

« Alors, Evangeline, qu’est-ce qu’il y a ? Tu semble troublée, et je doute que ce soit les discours de nos amis politiques qui en soient la raison. Tu veux en parler ? Comme tu dois t’en douter, je ne suis pas en service, bien que je l’étais ce matin. Du coup… J’ai tout mon temps. Et je préfère cent fois le passer à t’écouter toi plutôt que quelqu’un d’autre. Des problèmes avec le travail ? »

Le barman profita de l’instant de silence pour déposer les boissons commandées. Adrien prenait, comme à son habitude, un Temple de Thessia. Un nom un rien pompeux pour un simple cocktail, mais bon… Ce n’est pas lui qui avait décidé du nom. En attendant, il patientait, sans savoir si la jeune femme en face de lui allait s’ouvrir à ses problèmes ou non. Après tout, cela faisait un moment qu’ils ne s’étaient pas parlé. Ce n’était pas des inconnus, mais… Pas des proches non plus. La pudeur pouvait l’empêcher de parler.


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 33

MessageSujet: Re: Retrouvailles   Lun 22 Fév 2016, 03:25

Retrouvailles



Ecoutant le soldat de l'alliance qui venait de la retrouver, Eva le suivit jusque dans un petit café un peu plus à l'écart de tout ce beau monde. Le bruit ambiant était bien plus acceptable et tout le monde était bien moins serré. L'ambiance était moins oppressante et inconsciemment, la pilote se sentie plus à l'aise.
Pendant leur brève marche, Elle avait fixée un bon moment le monument de Big Ben, elle ne savait pas pourquoi mais cette grande tour l'avait toujours intriguée, elle l'avait admirée à chaque fois qu'elle venait à Londres lorsqu'elle était jeune.
C'est aussi un lieu qui avait son importance, c'était là que Kate et elle s'étaient déclarées leur flammes après l'incident en Écosse en 91 lui semblait-il.

Aux premiers abords, le bar n'inspira guère confiance en Evangeline, mais suivant le soldat, ils finirent par s'asseoir à une table sans aucunes fioritures, à l'image de l'établissement.
Quelques regards c'étaient posés sur eux sans trop s'attarder. Il faut dire qu'Adrien n'était pas exactement en tenue de civil, il était probablement en pause d'ailleurs pour se permettre ce petit détour.

- C'est gentil à toi ahah. Non non pas de problèmes particuliers. Je suppose que les plus émotifs sont plus touchés que d'autres par ces cérémonies...
Je ne sais plus à quand remonte notre dernière discussion Adrien, c'est horrible comme ma mémoire ne veut pas m'aider aujourd'hui.
Tu sais, j'ai ré intégrée l'armée durant la guerre, et c'est toujours d'actualité. Je suis basée sur le porte-chasseur en orbite autour de la terre, celui avec lequel les services de logistique sont entrain d'évacuer tout son contenu. Un soucis technique menaçant l'intégrité du bazar. En bref, j'ai la garde de mon SX3. Tu te trouves où toi ? Je suis posée et basée à l'aérodrome de Porthsmouth dans le sud du pays, j'y suis née même, c'est un aérodrome militaire depuis 1942 tu te rends compte ?


Eva ne faisait que parler et elle était allée bien plus loin que la simple réponse attendue par Adrien. Peut être même qu'elle parlait trop. Cette évidence lui sauta à la figure et elle se tue d'un coup, ayant peur de saouler son partenaire. Heureusement le barman vint au même moment à l'encontre des deux soldats pour savoir si ils comptaient consommer un jour.

- Excusez-moi de vous déranger, vous comptez discuter toute la journée ?

Confondue et interrompue dans ses pensées, Eva prit les devants quoique déstabilisée par l'intervention du barman d'une soixantaine d'année un peu bossu mais avec un regard bleu perçant d'une incroyable clarté.

- Oh! Désolé c'est vrai. Un café pas trop serré avec un ou deux sucre s'il vous plaît.

Annaz parla à son tour et satisfait, le barman parti écouler ses commandes.
Pendant ce temps, la blonde croisa ses bras et pianota du bout des doigts sur la table en fixant de temps à autres par mégarde le regard d'Adrien, avant de changer subitement de direction, à chaque fois.
Ce sentiment était étrange, elle avait l'impression d'être avec un fantôme, enfin une personne du passé, de l'avant-guerre, ils n'avaient pas été plus proche que ça par le passé.
Pourtant, Evangeline était heureuse comme pas permis d'être en présence d'une personne qu'elle avait connue, comme si cela lui confirmait bel et bien qu'elle avait eu une vie avant ce nouveau départ tragique forcé par la guerre et les morts.

- Désolé, j'ai un peu parlé... Hormis cette superbe surveillance matinale, que fais tu en ce moment ?


Feat ...


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


Administrateur
Messages : 8006
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: Retrouvailles   Lun 18 Avr 2016, 19:05


Sirotant son cocktail, Adrien écouta la jeune femme parler. Elle lui raconta les événements « récents », sa réintégration dans l’armée pendant la guerre, son affectation actuelle… Elle lui racontait sa vie depuis quelques années. Il faut dire qu’avec l’invasion, ils n’avaient pas vraiment eu le temps de discuter. Et elle avait eu une activité plus débordante que celle d’Adrien, qui avait passé son temps à reconstruire, aider les réfugiés et autres blessés, et travail de ce genre. Par conséquent, il se contentait d’écouter l’ex-journaliste raconter sa vie.

De l’observer aussi. Si elle n’avait pas beaucoup changée depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus, elle semblait plus… Marquée. Comme si plusieurs choses lui avaient coûtés quelques nuits de sommeil. Peut-être son retour à l’armée et les missions qui allaient avec, peut-être autre chose, il n’en savait rien. Mais elle semblait plus grave que dans ses souvenirs. Bien que sa voix et ses yeux semblaient toujours identiques. Elle essayait vraisemblablement de passer outre ces événements et de continuer de l’avant.

L’arrivée du serveur interrompit la jeune femme dans son monologue, demandant un café à l’employé. Elle s’était rendu compte qu’elle parlait beaucoup, puisqu’elle en fit elle-même la remarque à Adrien, lui demandant ce qu’il faisait hormis surveiller la cérémonie. Le soldat prit le temps de boire un peu avant de prendre la parole. Pas qu’il allait annoncer quelque chose de particulièrement passionnant, mais il voulait tout de même avoir le gosier assez humide pour ne pas s’étouffer en parlant.

« Moi ? Ho, pas grand-chose… J’ai aidé un peu les plus démunis sous le giron de l’Alliance, quelques reconstructions de ci de là… Rien de passionnant. La Galaxie est plutôt calme j’ai l’impression. Sans doute le contrecoup de la guerre… Enfin bref, de mon côté, tout est calme. »

La conversation s’éteignit doucement, Adrien n’ayant plus rien à dire. La vie de soldat est assez monotone, tant qu’on ne commence pas à décrire la moindre mission. Et actuellement, la reconstruction semblait occuper la majorité des gens dans la Galaxie, comme il l’avait dit.

« Heu, hum… Ca te dit d’aller faire un tour quand tu auras finie ton café ? Il me semble que la pluie s’est arrêtée, ça peut être le bon moment d’aller visiter la ville. »

En effet, le temps s’était un peu calmé. L’occasion sans doute de voir si certaines enseignes étaient ouvertes malgré ce jour particulier. Une fois les boissons consommées, le couple se leva et quitta le bar, en direction du centre-ville.
Quelques magasins étaient bien ouverts, mais peu. Du point de vue d’Adrien ce ne fut pas les enseignes qui attiraient son attention, mais les stigmates que la ville essayait de camoufler. Derrière les enseignes lumineuses et colorés, il percevait encore les restes de la guerre. Même trois ans après, bien que la plupart des bâtiments aient étés reconstruits, on pouvait encore voir des ruelles avec des traces noires d’impacts. Londres n’étaient pas encore guérie de ses blessures.

Après quelques dizaines de minutes de marche, Adrien avisa une enseigne de salle de jeu. Curieux, il attira sa compagne à l’intérieur afin de voir de quoi il en retournait. L’intérieur était modérément rempli, quelques jeunes et moins jeunes étaient sur quelques bornes d’arcades ou en train de boire un verre commandé envers le gérant qui vendaient quelques boissons. Il jeta un coup d’œil à Eva avant de lui proposer.

« Plutôt Défense de Relai ou Shattered Eezo ? Celui qui perd à un gage. »



Spoiler:
 


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Retrouvailles   
Revenir en haut Aller en bas
 

Retrouvailles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Bulle locale :: Planète Terre-