AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez
 

 La phrase improbable

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14 ... 17 ... 22  Suivant
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:12
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le bus
était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques
comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme étonnant et
surprenant
pour des céphalopodes tel que notre illustre petit Sarkass, qui avait
sa
très profonde et immense grande comme la plus grande des immenses et
superbement incroyable chose que Arté n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement pitoyable.

La
répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive trolleuse Melany était
méchamment
allumée tout comme Tash l'asari à l'avatar pourri malgré sa belle
gentillesse
et ses formes vraiment généreuses et agréable à observer et à tâter du
bout des petits mais boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et
fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime asari
et
superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent pour
sortir
une planche magnifique mais malheureusement étrange par le biais d'un
détour
inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais magnifique mais
grande
mais même pas au niveau mais alors mais harkin le sale tueur de
quariens
gentils et mignons comme de jolies petites boulettes de peluche en
porcelaine de Gien incassable car je l'aime mais qui aime-tu ? la question quelle question ? celle de sarkass laquelle ? celle
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:13
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le bus
était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques
comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme étonnant et
surprenant
pour des céphalopodes tel que notre illustre petit Sarkass, qui avait
sa
très profonde et immense grande comme la plus grande des immenses et
superbement incroyable chose que Arté n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement pitoyable.

La
répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive trolleuse Melany était
méchamment
allumée tout comme Tash l'asari à l'avatar pourri malgré sa belle
gentillesse
et ses formes vraiment généreuses et agréable à observer et à tâter du
bout des petits mais boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et
fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime asari
et
superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent pour
sortir
une planche magnifique mais malheureusement étrange par le biais d'un
détour
inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais magnifique mais
grande
mais même pas au niveau mais alors mais harkin le sale tueur de
quariens
gentils et mignons comme de jolies petites boulettes de peluche en
porcelaine de Gien incassable car je l'aime mais qui aime-tu ? la question quelle question ? celle de sarkass laquelle ? celle qu'
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:13
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le bus
était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques
comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme étonnant et
surprenant
pour des céphalopodes tel que notre illustre petit Sarkass, qui avait
sa
très profonde et immense grande comme la plus grande des immenses et
superbement incroyable chose que Arté n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement pitoyable.

La
répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive trolleuse Melany était
méchamment
allumée tout comme Tash l'asari à l'avatar pourri malgré sa belle
gentillesse
et ses formes vraiment généreuses et agréable à observer et à tâter du
bout des petits mais boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et
fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime asari
et
superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent pour
sortir
une planche magnifique mais malheureusement étrange par le biais d'un
détour
inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais magnifique mais
grande
mais même pas au niveau mais alors mais harkin le sale tueur de
quariens
gentils et mignons comme de jolies petites boulettes de peluche en
porcelaine
de Gien incassable car je l'aime mais qui aime-tu ? la question quelle
question ? celle de sarkass laquelle ? celle qu'il a
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:15
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le bus
était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques
comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme étonnant et
surprenant
pour des céphalopodes tel que notre illustre petit Sarkass, qui avait
sa
très profonde et immense grande comme la plus grande des immenses et
superbement incroyable chose que Arté n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement pitoyable.

La
répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive trolleuse Melany était
méchamment
allumée tout comme Tash l'asari à l'avatar pourri malgré sa belle
gentillesse
et ses formes vraiment généreuses et agréable à observer et à tâter du
bout des petits mais boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et
fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime asari
et
superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent pour
sortir
une planche magnifique mais malheureusement étrange par le biais d'un
détour
inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais magnifique mais
grande
mais même pas au niveau mais alors mais harkin le sale tueur de
quariens
gentils et mignons comme de jolies petites boulettes de peluche en
porcelaine de Gien incassable car je l'aime mais qui aime-tu ? la question quelle question ? celle de sarkass laquelle ? celle qu'il a posé
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:15
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le bus
était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques
comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme étonnant et
surprenant
pour des céphalopodes tel que notre illustre petit Sarkass, qui avait
sa
très profonde et immense grande comme la plus grande des immenses et
superbement incroyable chose que Arté n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement pitoyable.

La
répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive trolleuse Melany était
méchamment
allumée tout comme Tash l'asari à l'avatar pourri malgré sa belle
gentillesse
et ses formes vraiment généreuses et agréable à observer et à tâter du
bout des petits mais boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et
fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime asari
et
superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent pour
sortir
une planche magnifique mais malheureusement étrange par le biais d'un
détour
inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais magnifique mais
grande
mais même pas au niveau mais alors mais harkin le sale tueur de
quariens
gentils et mignons comme de jolies petites boulettes de peluche en
porcelaine
de Gien incassable car je l'aime mais qui aime-tu ? la question quelle
question ? celle de sarkass laquelle ? celle qu'il a posé avant de
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:18
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le bus
était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques
comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme étonnant et
surprenant
pour des céphalopodes tel que notre illustre petit Sarkass, qui avait
sa
très profonde et immense grande comme la plus grande des immenses et
superbement incroyable chose que Arté n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement pitoyable.

La
répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive trolleuse Melany était
méchamment
allumée tout comme Tash l'asari à l'avatar pourri malgré sa belle
gentillesse
et ses formes vraiment généreuses et agréable à observer et à tâter du
bout des petits mais boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et
fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime asari
et
superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent pour
sortir
une planche magnifique mais malheureusement étrange par le biais d'un
détour
inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais magnifique mais
grande
mais même pas au niveau mais alors mais harkin le sale tueur de
quariens
gentils et mignons comme de jolies petites boulettes de peluche en
porcelaine
de Gien incassable car je l'aime mais qui aime-tu ? la question quelle
question ? celle de sarkass laquelle ? celle qu'il a posé avant de devenir
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:19
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le bus
était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques
comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme étonnant et
surprenant
pour des céphalopodes tel que notre illustre petit Sarkass, qui avait
sa
très profonde et immense grande comme la plus grande des immenses et
superbement incroyable chose que Arté n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement pitoyable.

La
répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive trolleuse Melany était
méchamment
allumée tout comme Tash l'asari à l'avatar pourri malgré sa belle
gentillesse
et ses formes vraiment généreuses et agréable à observer et à tâter du
bout des petits mais boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et
fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime asari
et
superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent pour
sortir
une planche magnifique mais malheureusement étrange par le biais d'un
détour
inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais magnifique mais
grande
mais même pas au niveau mais alors mais harkin le sale tueur de
quariens
gentils et mignons comme de jolies petites boulettes de peluche en
porcelaine
de Gien incassable car je l'aime mais qui aime-tu ? la question quelle
question ? celle de sarkass laquelle ? celle qu'il a posé avant de devenir mon
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:19
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le bus
était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques
comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme étonnant et
surprenant
pour des céphalopodes tel que notre illustre petit Sarkass, qui avait
sa
très profonde et immense grande comme la plus grande des immenses et
superbement incroyable chose que Arté n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement pitoyable.

La
répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive trolleuse Melany était
méchamment
allumée tout comme Tash l'asari à l'avatar pourri malgré sa belle
gentillesse
et ses formes vraiment généreuses et agréable à observer et à tâter du
bout des petits mais boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et
fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime asari
et
superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent pour
sortir
une planche magnifique mais malheureusement étrange par le biais d'un
détour
inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais magnifique mais
grande
mais même pas au niveau mais alors mais harkin le sale tueur de
quariens
gentils et mignons comme de jolies petites boulettes de peluche en
porcelaine
de Gien incassable car je l'aime mais qui aime-tu ? la question quelle
question ? celle de sarkass laquelle ? celle qu'il a posé avant de devenir mon punching
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:20
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le bus
était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques
comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme étonnant et
surprenant
pour des céphalopodes tel que notre illustre petit Sarkass, qui avait
sa
très profonde et immense grande comme la plus grande des immenses et
superbement incroyable chose que Arté n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement pitoyable.

La
répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive trolleuse Melany était
méchamment
allumée tout comme Tash l'asari à l'avatar pourri malgré sa belle
gentillesse
et ses formes vraiment généreuses et agréable à observer et à tâter du
bout des petits mais boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et
fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime asari
et
superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent pour
sortir
une planche magnifique mais malheureusement étrange par le biais d'un
détour
inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais magnifique mais
grande
mais même pas au niveau mais alors mais harkin le sale tueur de
quariens
gentils et mignons comme de jolies petites boulettes de peluche en
porcelaine
de Gien incassable car je l'aime mais qui aime-tu ? la question quelle
question ? celle de sarkass laquelle ? celle qu'il a posé avant de devenir mon punching boy
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:21
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le bus
était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques
comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme étonnant et
surprenant
pour des céphalopodes tel que notre illustre petit Sarkass, qui avait
sa
très profonde et immense grande comme la plus grande des immenses et
superbement incroyable chose que Arté n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement pitoyable.

La
répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive trolleuse Melany était
méchamment
allumée tout comme Tash l'asari à l'avatar pourri malgré sa belle
gentillesse
et ses formes vraiment généreuses et agréable à observer et à tâter du
bout des petits mais boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et
fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime asari
et
superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent pour
sortir
une planche magnifique mais malheureusement étrange par le biais d'un
détour
inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais magnifique mais
grande
mais même pas au niveau mais alors mais harkin le sale tueur de
quariens
gentils et mignons comme de jolies petites boulettes de peluche en
porcelaine
de Gien incassable car je l'aime mais qui aime-tu ? la question quelle
question ? celle de sarkass laquelle ? celle qu'il a posé avant de devenir mon punching boy qui
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:22
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le bus
était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques
comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme étonnant et
surprenant
pour des céphalopodes tel que notre illustre petit Sarkass, qui avait
sa
très profonde et immense grande comme la plus grande des immenses et
superbement incroyable chose que Arté n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement pitoyable.

La
répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive trolleuse Melany était
méchamment
allumée tout comme Tash l'asari à l'avatar pourri malgré sa belle
gentillesse
et ses formes vraiment généreuses et agréable à observer et à tâter du
bout des petits mais boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et
fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime asari
et
superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent pour
sortir
une planche magnifique mais malheureusement étrange par le biais d'un
détour
inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais magnifique mais
grande
mais même pas au niveau mais alors mais harkin le sale tueur de
quariens
gentils et mignons comme de jolies petites boulettes de peluche en
porcelaine
de Gien incassable car je l'aime mais qui aime-tu ? la question quelle
question ? celle de sarkass laquelle ? celle qu'il a posé avant de devenir mon punching boy qui me sert
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:22
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le bus
était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques
comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme étonnant et
surprenant
pour des céphalopodes tel que notre illustre petit Sarkass, qui avait
sa
très profonde et immense grande comme la plus grande des immenses et
superbement incroyable chose que Arté n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement pitoyable.

La
répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive trolleuse Melany était
méchamment
allumée tout comme Tash l'asari à l'avatar pourri malgré sa belle
gentillesse
et ses formes vraiment généreuses et agréable à observer et à tâter du
bout des petits mais boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et
fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime asari
et
superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent pour
sortir
une planche magnifique mais malheureusement étrange par le biais d'un
détour
inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais magnifique mais
grande
mais même pas au niveau mais alors mais harkin le sale tueur de
quariens
gentils et mignons comme de jolies petites boulettes de peluche en
porcelaine
de Gien incassable car je l'aime mais qui aime-tu ? la question quelle
question ? celle de sarkass laquelle ? celle qu'il a posé avant de devenir mon punching boy qui me sert d'
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:23
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le bus
était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques
comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme étonnant et
surprenant
pour des céphalopodes tel que notre illustre petit Sarkass, qui avait
sa
très profonde et immense grande comme la plus grande des immenses et
superbement incroyable chose que Arté n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement pitoyable.

La
répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive trolleuse Melany était
méchamment
allumée tout comme Tash l'asari à l'avatar pourri malgré sa belle
gentillesse
et ses formes vraiment généreuses et agréable à observer et à tâter du
bout des petits mais boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et
fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime asari
et
superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent pour
sortir
une planche magnifique mais malheureusement étrange par le biais d'un
détour
inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais magnifique mais
grande
mais même pas au niveau mais alors mais harkin le sale tueur de
quariens
gentils et mignons comme de jolies petites boulettes de peluche en
porcelaine
de Gien incassable car je l'aime mais qui aime-tu ? la question quelle
question ? celle de sarkass laquelle ? celle qu'il a posé avant de devenir mon punching boy qui me sert d'esclave sexuel
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:25
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le bus
était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques
comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme étonnant et
surprenant
pour des céphalopodes tel que notre illustre petit Sarkass, qui avait
sa
très profonde et immense grande comme la plus grande des immenses et
superbement incroyable chose que Arté n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement pitoyable.

La
répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive trolleuse Melany était
méchamment
allumée tout comme Tash l'asari à l'avatar pourri malgré sa belle
gentillesse
et ses formes vraiment généreuses et agréable à observer et à tâter du
bout des petits mais boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et
fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime asari
et
superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent pour
sortir
une planche magnifique mais malheureusement étrange par le biais d'un
détour
inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais magnifique mais
grande
mais même pas au niveau mais alors mais harkin le sale tueur de
quariens
gentils et mignons comme de jolies petites boulettes de peluche en
porcelaine
de Gien incassable car je l'aime mais qui aime-tu ? la question quelle
question ? celle de sarkass laquelle ? celle qu'il a posé avant de devenir mon punching boy qui me sert d'esclave sexuel et de

(T'as des gouts bizarre Tel ...)
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:26
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le bus
était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques
comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme étonnant et
surprenant
pour des céphalopodes tel que notre illustre petit Sarkass, qui avait
sa
très profonde et immense grande comme la plus grande des immenses et
superbement incroyable chose que Arté n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement pitoyable.

Larépugnante et floodeuse ainsi que inoffensive trolleuse Melany était
méchamment
allumée tout comme Tash l'asari à l'avatar pourri malgré sa belle
gentillesse
et ses formes vraiment généreuses et agréable à observer et à tâter du
bout des petits mais boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

MaisAnton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
etfini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime asari
etsuperbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent pour sortir
une planche magnifique mais malheureusement étrange par le biais d'un
détourinattendu ou elle fait la chose, la terrible mais magnifique mais
grande mais même pas au niveau mais alors mais harkin le sale tueur de
quariens gentils et mignons comme de jolies petites boulettes de peluche en porcelaine
de Gien incassable car je l'aime mais qui aime-tu ? la question quelle question ? celle de sarkass laquelle ? celle qu'il a posé avant de devenir mon punching boy qui me sert d'esclave sexuel et de déchets
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:29
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le bus était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur, l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz, Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres métalliques comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme étonnant et surprenant pour des céphalopodes tel que notre illustre petit Sarkass, qui avait sa très profonde et immense grande comme la plus grande des immenses et superbement incroyable chose que Arté n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement pitoyable.

La répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive trolleuse Melany était méchamment allumée tout comme Tash l'asari à l'avatar pourri malgré sa belle gentillesse et ses formes vraiment généreuses et agréable à observer et à tâter du bout des petits mais boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile et fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime asari et superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent pour sortir une planche magnifique mais malheureusement étrange par le biais d'un détour inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais magnifique mais grande mais même pas au niveau mais alors mais harkin le sale tueur de quariens gentils et mignons comme de jolies petites boulettes de peluche en porcelaine de Gien incassable car je l'aime mais qui aime-tu ? la question quelle question ? celle de sarkass laquelle ? celle qu'il a posé avant de devenir mon punching boy qui me sert d'esclave sexuel et de déchets pas beau
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:29
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le
bus était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme
étonnant et surprenant pour des céphalopodes tel que notre illustre
petit Sarkass, qui avait sa très profonde et immense grande comme la
plus grande des immenses et superbement incroyable chose que Arté
n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement
pitoyable.

La répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive
trolleuse Melany était méchamment allumée tout comme Tash l'asari à
l'avatar pourri malgré sa belle gentillesse et ses formes vraiment
généreuses et agréable à observer et à tâter du bout des petits mais
boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime
asari et superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent
pour sortir une planche magnifique mais malheureusement étrange par le
biais d'un détour inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais
magnifique mais grande mais même pas au niveau mais alors mais harkin le
sale tueur de quariens gentils et mignons comme de jolies petites
boulettes de peluche en porcelaine de Gien incassable car je l'aime mais
qui aime-tu ? la question quelle question ? celle de sarkass laquelle ?
celle qu'il a posé avant de devenir mon punching boy qui me sert
d'esclave sexuel et de déchets pas beau comme
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:30
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le
bus était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme
étonnant et surprenant pour des céphalopodes tel que notre illustre
petit Sarkass, qui avait sa très profonde et immense grande comme la
plus grande des immenses et superbement incroyable chose que Arté
n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement
pitoyable.

La répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive
trolleuse Melany était méchamment allumée tout comme Tash l'asari à
l'avatar pourri malgré sa belle gentillesse et ses formes vraiment
généreuses et agréable à observer et à tâter du bout des petits mais
boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime
asari et superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent
pour sortir une planche magnifique mais malheureusement étrange par le
biais d'un détour inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais
magnifique mais grande mais même pas au niveau mais alors mais harkin le
sale tueur de quariens gentils et mignons comme de jolies petites
boulettes de peluche en porcelaine de Gien incassable car je l'aime mais
qui aime-tu ? la question quelle question ? celle de sarkass laquelle ?
celle qu'il a posé avant de devenir mon punching boy qui me sert
d'esclave sexuel et de déchets pas beau comme Viks
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:31
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le
bus était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme
étonnant et surprenant pour des céphalopodes tel que notre illustre
petit Sarkass, qui avait sa très profonde et immense grande comme la
plus grande des immenses et superbement incroyable chose que Arté
n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement
pitoyable.

La répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive
trolleuse Melany était méchamment allumée tout comme Tash l'asari à
l'avatar pourri malgré sa belle gentillesse et ses formes vraiment
généreuses et agréable à observer et à tâter du bout des petits mais
boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime
asari et superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent
pour sortir une planche magnifique mais malheureusement étrange par le
biais d'un détour inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais
magnifique mais grande mais même pas au niveau mais alors mais harkin le
sale tueur de quariens gentils et mignons comme de jolies petites
boulettes de peluche en porcelaine de Gien incassable car je l'aime mais
qui aime-tu ? la question quelle question ? celle de sarkass laquelle ?
celle qu'il a posé avant de devenir mon punching boy qui me sert
d'esclave sexuel et de déchets pas beau comme Viks et
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:33
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le
bus était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme
étonnant et surprenant pour des céphalopodes tel que notre illustre
petit Sarkass, qui avait sa très profonde et immense grande comme la
plus grande des immenses et superbement incroyable chose que Arté
n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement
pitoyable.

La répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive
trolleuse Melany était méchamment allumée tout comme Tash l'asari à
l'avatar pourri malgré sa belle gentillesse et ses formes vraiment
généreuses et agréable à observer et à tâter du bout des petits mais
boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime
asari et superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent
pour sortir une planche magnifique mais malheureusement étrange par le
biais d'un détour inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais
magnifique mais grande mais même pas au niveau mais alors mais harkin le
sale tueur de quariens gentils et mignons comme de jolies petites
boulettes de peluche en porcelaine de Gien incassable car je l'aime mais
qui aime-tu ? la question quelle question ? celle de sarkass laquelle ?
celle qu'il a posé avant de devenir mon punching boy qui me sert
d'esclave sexuel et de déchets pas beau comme Viks et Harkin
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:33
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le
bus était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme
étonnant et surprenant pour des céphalopodes tel que notre illustre
petit Sarkass, qui avait sa très profonde et immense grande comme la
plus grande des immenses et superbement incroyable chose que Arté
n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement
pitoyable.

La répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive
trolleuse Melany était méchamment allumée tout comme Tash l'asari à
l'avatar pourri malgré sa belle gentillesse et ses formes vraiment
généreuses et agréable à observer et à tâter du bout des petits mais
boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime
asari et superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent
pour sortir une planche magnifique mais malheureusement étrange par le
biais d'un détour inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais
magnifique mais grande mais même pas au niveau mais alors mais harkin le
sale tueur de quariens gentils et mignons comme de jolies petites
boulettes de peluche en porcelaine de Gien incassable car je l'aime mais
qui aime-tu ? la question quelle question ? celle de sarkass laquelle ?
celle qu'il a posé avant de devenir mon punching boy qui me sert
d'esclave sexuel et de déchets pas beau comme Viks et Harkin qui pratiquent
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:34
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le
bus était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme
étonnant et surprenant pour des céphalopodes tel que notre illustre
petit Sarkass, qui avait sa très profonde et immense grande comme la
plus grande des immenses et superbement incroyable chose que Arté
n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement
pitoyable.

La répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive
trolleuse Melany était méchamment allumée tout comme Tash l'asari à
l'avatar pourri malgré sa belle gentillesse et ses formes vraiment
généreuses et agréable à observer et à tâter du bout des petits mais
boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime
asari et superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent
pour sortir une planche magnifique mais malheureusement étrange par le
biais d'un détour inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais
magnifique mais grande mais même pas au niveau mais alors mais harkin le
sale tueur de quariens gentils et mignons comme de jolies petites
boulettes de peluche en porcelaine de Gien incassable car je l'aime mais
qui aime-tu ? la question quelle question ? celle de sarkass laquelle ?
celle qu'il a posé avant de devenir mon punching boy qui me sert
d'esclave sexuel et de déchets pas beau comme Viks et Harkin qui pratiquent des ... choses

(Mais qui est ce "Il" du dédut de la phrase ?!)
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:35
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le
bus était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme
étonnant et surprenant pour des céphalopodes tel que notre illustre
petit Sarkass, qui avait sa très profonde et immense grande comme la
plus grande des immenses et superbement incroyable chose que Arté
n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement
pitoyable.

La répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive
trolleuse Melany était méchamment allumée tout comme Tash l'asari à
l'avatar pourri malgré sa belle gentillesse et ses formes vraiment
généreuses et agréable à observer et à tâter du bout des petits mais
boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime
asari et superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent
pour sortir une planche magnifique mais malheureusement étrange par le
biais d'un détour inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais
magnifique mais grande mais même pas au niveau mais alors mais harkin le
sale tueur de quariens gentils et mignons comme de jolies petites
boulettes de peluche en porcelaine de Gien incassable car je l'aime mais
qui aime-tu ? la question quelle question ? celle de sarkass laquelle ?
celle qu'il a posé avant de devenir mon punching boy qui me sert
d'esclave sexuel et de déchets pas beau comme Viks et Harkin qui pratiquent des ... choses sexuellement
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:36
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le
bus était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme
étonnant et surprenant pour des céphalopodes tel que notre illustre
petit Sarkass, qui avait sa très profonde et immense grande comme la
plus grande des immenses et superbement incroyable chose que Arté
n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement
pitoyable.

La répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive
trolleuse Melany était méchamment allumée tout comme Tash l'asari à
l'avatar pourri malgré sa belle gentillesse et ses formes vraiment
généreuses et agréable à observer et à tâter du bout des petits mais
boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime
asari et superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent
pour sortir une planche magnifique mais malheureusement étrange par le
biais d'un détour inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais
magnifique mais grande mais même pas au niveau mais alors mais harkin le
sale tueur de quariens gentils et mignons comme de jolies petites
boulettes de peluche en porcelaine de Gien incassable car je l'aime mais
qui aime-tu ? la question quelle question ? celle de sarkass laquelle ?
celle qu'il a posé avant de devenir mon punching boy qui me sert
d'esclave sexuel et de déchets pas beau comme Viks et Harkin qui pratiquent des ... choses sexuellement inavouables

(Pas de sexe, on va choquer Mel !)
Anonymous
Invité
Invité

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitimeSam 09 Juin 2012, 02:37
Il pense réussir à prendre Melany par les sentiments grâce aux cons et
prudes dont Nefar le diabolique charmeur, en lui disant des choses
explicites et sensuelles que seul Melany pouvait apprécier avec un amour
factice ou réel mais vraiment fougueux et bien sentimentalement
inadapté a la situation actuelle de Conseillère qu'elle était, superbe
et vraiment très bien habillée ainsi que facialement irréprochable tout
comme sa notoriété publique qui était en augmentation depuis qu'une
quarienne perverse jeune et intelligente et perverse faussement d'être
prude car elle était nue sous sa combinaison étanche et transparente
comme l'acier qui la rendait parfaitement noobiste malgré que ce soit un
crime de penser qu'elle était sage parce qu'en réalité elle l'était
complètement.

Mais alors un grand débile, Annaz qui croyait être
bon d'être un pervers déjanté, avec son ami moche Arté qui ressemblait à
rien, selon les critères humains et Intergalactiques approuvés par
tous, du moins ceux intelligents, gambadaient dans les prairies fertiles
du Rwanda désertique et agréable ainsi que paisibles, malgré les
autochtones Turiens rouges de mongolie et ouvertement spéciaux, et même
vraiment idéal pour s’adonner à la lecture de RP écris en prose et en
très petite quantité à cause de leurs sonorité magnifique et lyrique
telle Ariane aux doux fils d'or que je ne pensais pas en entendre
puisqu'un fil n'est pas audible, sauf si il est ensorcelé.

Le
bus était vieux et rouillé depuis que le professeur conteur,
l'administrateur de nefar et la sublime Melany, avait couché avec Annaz,
Artérius, et peut être même maudit le pauvre Lleyton, innocent au
milieu de l'aridité de l'Espace crée par les Moissonneurs, pieuvres
métalliques comme notre Cerberusse qui avait fait preuve d'un calme
étonnant et surprenant pour des céphalopodes tel que notre illustre
petit Sarkass, qui avait sa très profonde et immense grande comme la
plus grande des immenses et superbement incroyable chose que Arté
n'avait jamais résussi à voir comme la petite chose de Viks tellement
pitoyable.

La répugnante et floodeuse ainsi que inoffensive
trolleuse Melany était méchamment allumée tout comme Tash l'asari à
l'avatar pourri malgré sa belle gentillesse et ses formes vraiment
généreuses et agréable à observer et à tâter du bout des petits mais
boudinés doigts d'Annaz qui n'y connait rien à la gente féminine.

Mais
Anton Ardak, fils d'un quatre-oeil bien laid comme un vortcha malhabile
et fini comme la Sagrada Familia alors que Viks et alyx la sublime
asari et superbe femme dessinatrice de comic divin mais vraiment lent
pour sortir une planche magnifique mais malheureusement étrange par le
biais d'un détour inattendu ou elle fait la chose, la terrible mais
magnifique mais grande mais même pas au niveau mais alors mais harkin le
sale tueur de quariens gentils et mignons comme de jolies petites
boulettes de peluche en porcelaine de Gien incassable car je l'aime mais
qui aime-tu ? la question quelle question ? celle de sarkass laquelle ?
celle qu'il a posé avant de devenir mon punching boy qui me sert
d'esclave sexuel et de déchets pas beau comme Viks et Harkin qui pratiquent des ... choses sexuellement inavouables mais filmable
Contenu sponsorisé

La phrase improbable - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La phrase improbable   La phrase improbable - Page 13 Icon_minitime
 

La phrase improbable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 13 sur 22Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14 ... 17 ... 22  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Discussion non RP :: Jeux et Evènements :: Jeux de Flood-