AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4119

MessageSujet: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Ven 15 Jan 2016, 07:29
Mission #6Date : 15 Janvier 2201 RP Violent
Dahl Elkoss ♦ Anton Ardak ♦ Kyreshorl Venterra ♦ Elena T'soran ♦ Derruk Khätk ♦ Kydra Lifith
Le Crépuscule d'Oméga


Les doigts fins et élégants d'une asari caressèrent avec douceur la nuque d'Aria. Un sourire satisfait s'installa avec la lenteur du délice sur les lèvres de la Matriarche. Elle se détendit tandis que les mains de sa masseuse filaient contre son cou, pour se perdre vers les clavicules. Lentement, sûrement, comme un serpent louvoyant vers sa cible, elles s'approchèrent de la naissance des seins. Aria attrapa le menton de sa compagne du moment, son nom importait peu, pour aller mordre ses lèvres. À ce moment précis, le terminal commença à clignoter d'une lumière légèrement jaune, d'un mouvement de main, la Matriache rendit silencieux l'appareil avant que la sonnerie ne se déclenche. Pas maintenant.
Nous sommes le 14 janvier 2201. Il est 15 heures.

-----------

Shoran observe silencieusement l'After life depuis l'extérieur. Elle croise les bras en semblant réfléchir. Derrière elle, ses hommes sont aussi silencieux. Pas un seul ne semble vouloir déranger le fil de pensées de la chef. Lorsqu'elle se retourne, c'est avec un simple hochement de tête que les ravageurs comprennent. Il est temps. Ils la suivent comme une seule entité dans les rues de la station, ils passent sans que personne ne se mettent au travers de leurs chemins, comme une coulée de boue toxique jusqu'à leur repère. Ici, seul le bruit frénétique des armes que l'on nettoie et déploie se faisait entendre. À la vue de la leader, certaines têtes se relevèrent. Le simple sourire sur les mandibules de la turienne donna bien des informations sur la suite des opérations.

"Vous avez encore 12 heures."

Douze heures avant que la station ne sombre dans un chaos nécessaire. Celui du changement qui s'amorce. Shoran s'étira. Il était temps de montrer à la Reine Pirate comment descendre d'un trône avec beauté.
Nous sommes le 14 janvier 2201. Il est 16 heures.

-----------

"C'est proche.
- Je vous pensais plus pertinent. Je n'ai pas besoin d'évidences.
- Une véritable heure vous serait d'un intérêt limité, préparez dès maintenant. Vous avez déjà perdu trop de temps. "

Les doigts d'Aria se promenaient sur l'accoudoir d'un fauteuil, une grimace frustrée était présente sur son visage. Peut-on lui reprocher d'avoir voulu profiter une dernière fois de la vue engageante d'un l'After-Life sans cadavre pour se faire plaisir ? Elle ne pensait pas. Elle resta silencieuse. Ce qui ne sembla pas plaire à l'interlocuteur avec qui elle discutait sur le terminal. Une voix masculine aux accents impérieux.

"Je vous laisse."

L'asari se releva et s'appuya sur le haut dossier d'un siège. Cela faisait des années qu'elle était prête pour cette guerre, elle avait elle-même reconstruit cette station depuis les fondements laissés par Cerberus. Elle n'avait jamais pensé à sa vieillesse. Ainsi sont la plupart des asaris, toujours "L'Être" avant le "Devenir". Elle se tourna vers un turien qui travaillait pour elle depuis déjà de longues années.

"Allez me chercher Venterra."

La Reine Pirate plissa les yeux tandis qu'elle observait les fêtards à l'extérieur de son dôme de verre. Elle ne devait laisser rien paraître de ce qui était en train de se prévoir. Même si elle le sentait, sa station était toute proche de l'ébullition. Elle connaissait chaque être présent, le regard de chacun en lui parlant à sa place. Ces différences d'opinions infimes qui laissaient place à la trahison, lorsque trop mal cultivée. Aujourd'hui, ils cherchaient tous le changement. Un enfant n'apprend pas sans faire d'erreur. Elle tourna à peine la tête lorsque l'Ardat Yakshi entra dans la pièce.

"Les Ravageurs -Shoran- ont décidés de prendre Oméga. Leur attaque devrait atteindre plusieurs points de la station. Mais j'aimerais te voir en défendre un en particulier."

Aria se tourna vers Kyreshorl, les bras croisés. Elle avait cette expression déterminée ordinaire.

"L'After Life va nous servir de QG. Je suis certaine que tu sauras repousser toute personne non désirée dans ses lieux. Je te confie une compagnie de quinze de mes meilleurs hommes pour t'assurer que le couloir principal d'accès reste propre. Ils t'attendent déjà en bas, dans les pièces que tu connais."

Aria fixa le dos de Kyre l'espace d'un instant lorsqu'elle sortit pour suivre ses ordres, du moins, elle l'espérait. Exceptionnellement, les portes de l'After life ferment plus tôt. Sans doute pour inventaire des armes.
Nous sommes le 15 janvier, quelques minutes après minuit.

-----------

Shoran fut aidée pour monter sur le haut d'un Atlas, l'un des cinq qu'ils avaient réussi à acheter sur le réseau pour l'occasion. Elle se releva une fois sur l'épaule de l'énorme robot, autour d'elle, le gang était déjà en cours de rassemblement. C'était comme observer la mer avant la tempête, l'écume se formant au creux des vagues. Elle eut du mal à réfréner un rire, elle se tourna vers son bras droit.

"Les navettes sont bien hors de portée des défenses de la station ? -le mouvement fut affirmatif- Parfait. -Elle se tourna vers ses compatriotes avec le sourire 'une victoire déjà atteinte-. Ravageurs !"

La foule répondit d'un seul hurlement, d'une brutalité assourdissante. Les armes s'entrechoquèrent, les uns et les autres se bousculèrent, on célébrait la bataille à venir.

"Vous savez tous que cette nuit, l'immuable, la statique, la reine pirate, tombera de son balcon. Elle s'écrasera la tête la première contre le sol de la nouvelle réalité ! Trop d'années pour un seul règne !"

Shoran leva son fusil à cette phrase, la foule se remit à crier pour montrer son contentement.

"La mort ne veut pas l'emporter, et pendant ce temps, Oméga meurt dans ses mains grabataires ! Cette nuit est la nuit ! Vos armes sont celles qui instaureront un renouveau mérité sur Oméga ! Jamais les Ravageurs n'auront meilleur temps pour faire entendre leurs fusils et leur hargne contre cet ancien pouvoir ! C'est la nuit de la Renaissance !"

Elle leva de nouveau son arme en répétant :

"DE LA RENAISSANCE !"

Nous sommes le 15 janvier, il est 4 heures du matin.

-----------

Aria appuya sur une tablette, d'une voix calme et mesurée, on entendit dans le centre de commandement d'Oméga.

"L'appel d'avertissement a été donné depuis assez longtemps. Activez les défenses orbitales, je ne veux plus voir un vaisseau à proximité. Activez les défenses du centre de commandement également. Suivez scrupuleusement les procédures."

Un instant se passa, quelques secondes où les personnes présentes commencèrent à s'activer. La voix d'Aria résonna de nouveau, elle semblait fatiguée.

"Ce n'est qu'une nuit de chaos de plus. Nous nous reverrons demain."

La communication coupa.

Nous sommes le 15 janvier, il est 4 heures du matin.

-----------

Au loin, dans un vaisseau furtif, on scrute silencieusement le petit point que représente Oméga à travers la baie d'observation. La pièce est éteinte pour laisser la luminosité de l'espace briller à travers la vitre. Une voix masculine et impérieuse surgit des ténèbres de l'endroit, accompagné d'un mouvement de tête vers la droite.

"Sais-tu, Codex, qu'il existe un jeu humain, nommé 'Tarot' ?"

Il n'y eut qu'un autre mouvement en réponse à sa droite, une négation.

"C'est un jeu qu'ils utilisaient pour prévoir l'avenir. La carte 13 ne portait pas de nom. Elle pouvait représenter deux choses : la mort ou un nouveau commencement.
- Les deux sont souvent liés.
- Oui. -murmura la voix impérieuse- Exactement."

C'est avec un rictus sur les lèvres que son regard se déposa sur Oméga de nouveau.
Citation :
Les hostilités sont lancées. Chacun pour soi et que le meilleur gagne.

Les lance grenades sont autorisés, je reviens sur ce que j'avais dis. Ce premier post est surtout un post de préparation à l'action, à vous de me montrer que vous saurez être plus intelligent que mes PNJ. La bataille commencera réellement au prochain post.

Situation actuelle :
- Des Ravageurs convergent vers le Centre de Commandement et l'After-Life depuis leur QG. Ils sont lourdement armés.
- Les forces d'Aria détiennent tous les points forts de la station (Centre de commandement, Docks et After-Life).
- Les défenses externes de la station ont été enclenchées, tous les vaisseaux n'ayant pas quittés un périmètre sécuritaire y sont bombardés. Un avertissement a été donné 15 minutes auparavant.

Le plan global de la station:
 

Vous avez 8 jours pour répondre. Si besoin de précision ou questions, n'hésitez pas à poser sur le topic dédié ou par MP. Amusez-vous bien !


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Ravageur
Rang : Pacificateur
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 1102

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Ven 15 Jan 2016, 14:19
Enfin. Le bruit des bottes qui battent en rythme sur le sol trop lisse de la station. Enfin ! Le bruit caractéristique des armes qui s'entretiennent. ENFIN ! Anton se rattrapa in extremis à un mur, l'excitation qui le gagnait était si forte, si absolue qu'elle était en passe de prendre le contrôle total de son corps. Indéniablement celle-ci le fragilisait, faisant trembler avec force ses jambes pourtant solides, faisant vibrer son cœur pourtant bien accroché. Mais qui pouvait-il réellement contre tout cela ? Cela fait maintenant presque quatre longues années que le désir fait battre son cœur par une ambition secrète plus forte que n’importe quel sentiment.

Néanmoins, il n’était nulle question de capitulation, le Pacificateur était bien trop arrogant pour cela, non l’excitation serait sa force et non sa perte. Alors peu à peu, à la seule force de sa volonté, le butarien vainquit les tremblements de l’esprit, et enfin du corps. Ce ne fut plus alors un ravageur qui reprit sa posture de dominant, mais un tout nouvel être, un futur empereur ou un mort, le destin n’aurait nullement le plaisir d’en décider, Anton allait décider lui-même de sa fin. Et ceci était non négociable.

Toutefois, avant de produire son avenir, il faut l’organiser, aussi le Pacificateur reprit sa marche vers le quartier général de ses forces, un entrepôt ou une probatrice avait trouvé la mort, et des mains même d’Anton. Un plaisir inouie pour un être tel que lui, donnant logiquement un attachement particulier de l’ancien ravageur à ce lieu. Dans l’entrepôt, des centaines de combattants se pressaient de toutes parts, d’anciens ravageurs, minoritaires, des gangsters provenant de gangs sans grands intérêts, des représentants des Soleils Bleus, en tout cas d’une branche alliée, d’anciens laquais d’Aria, mais aussi et surtout la fierté du Pacificateur.

L’ensemble des Pacificateurs se trouvaient sur place, l’élite des ravageurs, une dizaine de combattants parmi les meilleurs traqueurs des Terminus, et surtout très bien équipés. Ainsi qu’un commando de l’Hégémonie provenant de Lorek, des alliés surprenant mais appréciable étant donné leurs capacités martiales, et des mafieux de la pègre de Korlus, principalement des turiens, tous d’anciennes connaissance d’Anton et des tueurs implacables, mais aussi, et dans un sens le point le plus important aux yeux du butarien, tout un détachement de soldats Na’Hesits. Ces guerriers butariens étaient des vétérans ayant combattu à deux reprises dans des guerres à grande échelle, et qui avaient personnellement accompagné Anton sur Turvess.

Evidemment, toutes les troupes ne se trouvaient pas sur place, le reste patrouillant à l’extérieur ou se regroupaient dans les docks ou à Dahl terminus, mais les meilleurs combattants du Pacificateur se trouvaient bel et bien ici, armés et prêts à mettre la galaxie à terre. Aussi lorsqu’Anton pénétra dans le hangar, les hurlements fusèrent, la joie proliféra ainsi qu’un désir ardent de vaincre. Tout cela mélangé, fit trépigner d’excitation Anton, qui garda alors quelques secondes le silence, autant pour attendre que la foule se taise, que lui-même se calme.

Une fois cela terminé, Anton grimpa à l’étage, dans le centre de contrôle, plutôt un bureau en vérité, du bâtiment, puis se plaça bien visible de la masse, en s’appuyant contre la rambarde du centre de commandement. Le butarien était vêtu de son habituelle armure, mais pour une fois masquée par une espèce de large poncho masquant tout le haut de son corps.

« C’est fait. La guerre que nous attendions tous a commencé. » Les hurlements jaillirent à nouveau. « Le règne décadent d’Aria vient d’atteindre son terme. Les combats que nous allons engendrer seront la cloche funèbre qui annoncera la fin d’une ère de stagnation. Ca y est, s’en est fini des siècles de frustrations, les Terminus vont se libérer du joug des lâches, des faibles et des traitres. La collusion entre les dirigeants de ces lieux et les pantins du Conseil est terminée, il n’y a nuls Shepard pour sauver la mise à la traitre qui nous régit. Il n’y a nulles planques pour celle qui nous a menés au chaos. » La rage prit alors corps et la foule hua celle par qui leur colère était née.

« Aujourd’hui, les cloches hurlantes de notre colère seront la seule chose qui hantera la station. Aujourd’hui, nous porterons le coup fatal qui mettra à bas la reine traitresse. Aujourd’hui, nous vaincront et purgeront les laquais qui se mettront en travers de notre chemin. » D’un seul coup, toutes les armes furent levées et chaque participant beugla alors son désir de porter personnellement le coup de grâce à chacun de ses traitres.

Soudain, Anton reprit un ton plus mesuré, presque calme. « Ces années de soumission, ont laissé dans mon esprit des cicatrices indélébiles. » Puis la voix se fit à nouveau plus rageuse. « Mais soyez assurés, ma détermination n’a jamais été aussi grande. Je mènerais la traque, je mènerais chacun d’entre vous avec la même fureur impitoyable qui m’a animé toutes ces années. »

Alors, les « Anton » fusèrent alors que chacun remettait le contrôle de son corps et de son esprit au butarien animé d’une sainte fureur. Devant un tel spectacle, l’ancien ravageur lâcha alors un large et parfaitement sincère sourire qui illumina tout son visage. Puis, alors que le silence ne semblait guère vouloir reprendre possession des lieux, Anton leva les mains, apportant lui-même la chose.

« Je sais que certains d’entre vous ont déjà entendu la rumeur, et je dois l’annoncer ici-bas. La vérité est dans chacun de ces mots. La chef des ravageurs, Shoran. » Et à ce nom, le sourire du butarien se fit soudain mauvais. « Va lancer son assaut contre les forces de la reine autoproclamée, facilitant dans le même temps notre propre ambition. Les deux parasites vont s’entre détruire, laissant le chemin libre à un véritable avenir pour chacun d’entre nous. » La joie pouvait aisément se lire sur chaque visage de l’assemblée. « Je vous demande donc de combattre avec encore plus de détermination, de porter la mort avec une fureur plus puissante encore. »

Puis le sourire plus agréable du Pacificateur revint tout aussi soudainement qu’il était parti. « J’ai une dernière nouvelle. » Cette dernière était surtout destinée aux non résident de la station, qui étaient mine de rien très nombreux. « Ce jour, va décider vers qui je vais me tourner pour mener la station. Alors je proclame dès maintenant, le chef qui conquière le plus de territoires se verra offrir une place de choix. Le chef qui apporte le plus de têtes de ravageurs se verra offrir une place de choix, Celui ou celle qui m’apporte la tête de Shoran se verra offrir son poids en or, et un pourcentage sur la production d’ezo. Et évidement une place à mes côtés. Pour ce qui est d’Aria, que personne ne tente de l’attaquer, esquivez, repliez-vous, Tenez au courant les autres de son emplacement. »

Si les premières déclarations avaient rencontré un franc succès, la dernière fut un véritable succès d’estime, et les ovations fusèrent alors que l’appât du gain achevait de convaincre pleinement chaque combattant présent. Alors, Anton jeta son poncho, dévoilant la chose qu’il tenait caché jusqu’alors. L’amure du Pacificateur avait été limée pour faire disparaitre toute mention des ravageurs, dévoilant un nouvel emblème, nettement plus personnel.

Le nouveau sigle laissa tout d’abord la foule surprise, puis les sourires fleurirent alors que l’ironie sous-jacente était pleinement appréciée. Le symbole des spectres orné d’une tête de mort butarienne, le tout agrémenté de quelques décorations. Une fois assuré que tous eurent compris ou assimilé la nouvelle, Anton reprit la parole, la voix forte et amusée.

« Voici notre nouveau symbole, celui qui guidera notre prise de pouvoir et qui fera plier nos adversaires d’effrois. Un spectre a maintenu Aria au pouvoir, alors un spectre la fera chuter. Je serais ce spectre, le premier des Terminus et le premier butarien. » L’assemblée était hypnotisé par le culot de son leader. La peur des spectres étaient génétique dans les Terminus. « Terminé de baisser la tête devant la galaxie, terminé de se terrer de peur, nous allons prendre nos destin en mains et bâtir un véritable empire. »

Le symbole :
Spoiler:
 

Peu à peu, la peur quitta le visage de la foule, et les rires éclatèrent rapidement suivit du désir d’enfin s’émanciper de cette terreur primale qu’exerçait l’espace concilient en leur cœur. Oméga allait devenir leur, et une véritable nation allait en naitre.

« Bien maintenant le temps des discours touche à son terme, que chacun se prépare à partir, nous avons une révolution à mener. »

Et Anton se détacha de rambarde et quitta le centre de commandement, puis sans un regard pour la foule excitée, le hangar. Une fois dans les rues étroites et obscures d’Oméga, l’ancien ravageur s’arrêta enfin et fut alors rattrapé par trois autres individus. Les trois pacificateurs arboraient un large sourire de plaisir, et l’un d’entre eux, un lysthenis prénommé Zaekael prit la parole.

« Les vorchas ont été rassemblés, les chefs t’attendent. » la réponse fit sourire Anton, qui ne répondit pas attendant le reste des nouvelles. C’est alors que Jagath’Ei, un butarien, prit la parole. « Gernlo nous a contacté, Aria prévoit de défendre l’Afterlife, par contre elle a nommée Kyreshorl comme chef de la défense. » Une nouvelle extrêmement intéressante. Puis Aerdris, un vorcha approcha. « Soleils Bleus être prêts, eux attendre la réponse des clans pour agir. »

Ainsi tout se goupillait à la perfection, il ne restait donc plus qu’à terminer les derniers préparatifs pour que la machine s’enclenche.

« Excellent, je vais rejoindre les clans. Aerdris, tu me suis, Zaekael, tu rejoins les autres Pacificateurs et tu prépares la troupe. Enfin Jagaht’Ei, occupe-toi des ravageurs fidèles, qu’ils liment la marque et se taguent le nouveau symbole. »

Les trois Pacificateurs acquiescèrent et les deux concernés se dispersèrent tandis qu’Aerdris vint se placer en protection de son chef. Le duo s’en alla alors pour rejoindre un appartement, qui vu de l’extérieur n’avait aucun intérêt, mais se révélait vite être une armurerie clandestine. Une fois sur place, Anton gagna très rapidement l’appartement concerné, ignorant les nombreux combattants qu’il rencontrait, la plupart étant de toute manière auparavant présent dans l’entrepôt.

Une fois sur place, l’ancien ravageur trouva sans surprise une dizaine de vorchas trop occupés à se chamailler qu’à faire attention à leur environnement. Heureusement, frapper sur la table vigoureusement suffit amplement à leur rappeler la situation. Les chefs de clans s’intéressèrent alors enfin aux nouveaux venus, et particulièrement au vorcha lourdement armé se tenant aux côtés du butarien. Cela convenait parfaitement au Pacificateur.

« Chefs de clans, vous savez parfaitement pourquoi je suis ici. Le changement a commencé, et plus rien ne pourra les arrêter. Je suis ici pour vous faire une offre simple et honnête, que personne n’osera ou ne voudra vous faire.

Aria et ses laquais vous ont opprimé depuis des années, vous n’êtes considérés que comme de la chienlit et Gavorn s’amuse régulièrement à vous traquer pour son plaisir. Votre avenir sur cette station est écrit dans le marbre, et vous subirez éternellement les affres du rejet. »


Les chef vorchas dévoilèrent les dents, et commencèrent à s’énerver alors que les insultes fusaient. Toutefois, tout changea lorsqu’Anton sortit un magnifique pistolet incrusté d’or et de platine, ainsi qu’une belle boite de munitions et qu’il déposa le tout sur la table. Les incrustations représentaient des visages de vorchas, et devant une telle chose, les yeux des chefs s’illuminèrent alors qu’ils étaient prêts à se jeter dessus.

« Mais je vous propose de changer tout cela. Rameutez tous les clans vorchas à vous, et formez une armée implacable et je vous assure que tout cela changera. Si vous m’aidez à vaincre, alors je serais un bienfaiteur pour les vorchas, vous connaitrez la reconnaissance et vos clans sortiront plus puissants qu’ils ne l’ont jamais été.

Formez une armée pour moi, combattez en mon nom et alors je ferais de vous les plus puissants seigneurs de guerre vorchas de la galaxie. Je fais une promesse de plus, le chef de clan qui réussira en premier à conquérir les docks se verra offrir une place à mes côtés, le titre de seigneur des vorchas d’Oméga. Et si vous prêtez vos forces pour la guerre, alors quartier sera offert pour les vorchas.

Réfléchissez bien, tout un quartier ou vous règnerez en maître. Et ultime cadeau, si Gavorn est capturé en vie, alors je vous en ferais cadeau, vous en ferez ce que bon vous semble. Voilà mon offre. Nulle autre faction ne vous offrira quoique ce soit de plus, vous le savez, Shoran et Aria n’ont que du mépris pour vous. Alors que moi-même je suis secondé par plus d’un vorcha, comme Aerdris que j’ai formé personnellement. Choisissez entre le pouvoir et la soumission. Mais choisissez vites. »


Et Anton claqua des doigts, laissant alors pénétrer une dizaine de combattants qui déposèrent chacun leur tour un pistolet semblable au premier.

« Un premier cadeau pour les chefs suffisamment intelligents pour avoir acceptés cette rencontre. Pensez aux richesses qui pourraient venir en cas de victoire. »

La diplomatie parvenait à son terme, aussi le Pacificateur quitta la pièce pour laisser pleinement les vorchas assimiler les propos qu’il avait prononcés, mais aussi et surtout prendre leur décision. Rien ne servait de rester plus longtemps. De son côté, Aerdris pavana quelques secondes de plus devant les chefs de clans avides, puis rattrapa au pas de course son supérieur.

« Bien Aerdris, rejoins les Soleils Bleus et attend la réponse des clans, tu seras le coordinateur de la horde si elle nous rejoint. J’ai toute confiance en toi. » Le Pacificateur montra pleinement sa surprise devant la décision du butarien, lui le vorcha qui subissait d’innombrables railleries de la part des ravageurs devenait un chef de guerre, puis la fierté l’envahit, l’envoyant accomplir sa mission avec diligence.

Maintenant, il restait les deux points majeurs à organiser avant de lancer enfin le plan. Aussi Anton regagna l’entrepôt, et y retrouva deux autres Pacificateurs, le butarien Narlon et le turien, seul et unique représentant de son espèce dans le groupe d’élite, Lanius.

« Narlon, tu contactes Gern, dis-lui de se mettre en lien avec Kyre. Qu’il dise à Kyre d’organiser la meilleure défense possible, les ravageurs doivent saigner massivement lors de l’attaque. Je veux une boucherie. Et si possible, un maximum de laquais d’Aria doivent suivre. » Le butarien s’empressa de quitter le hangar trop bruyant, pour s’occuper de son appel. « Lanius, tu rejoins au pas de course Dahl terminus, prévient le volus que l’assaut se concentrera en premier lieu sur les mines. Il comprendra ce que je vise, ensuite j’ai une deuxième mission pour toi. Dirige toi vers la ruelle qui longe le siège de l’entreprise et dépose ce holopad dans un trou qui se trouver pile au milieu de la rue. Ensuite rebouche-le en déplaçant une plaque située à gauche. »

Le turien n’hésita pas plus que le butarien avant lui et se précipita vers sa destination. Aussi Anton n’avait plus à faire attention à eux, tout serait réalisé comme convenu. Mais soudain, une asari surgit et se plaça droit devant l’ancien ravageur. L’alien avait un regard farouche, mais ne portait déjà plus le symbole des ravageurs qui ornaient autrefois son armure.

« Un butarien proclame qu’il est votre allié et demande votre présence. Il est à la sortie de secours du hangar. » Immédiatement, Anton se rappela du contrebandier qu’il avait engagé, Deruuk, ce ne pouvait être que lui. Ce qu’il foutait dans le coin, ça c’était une autre question. « Bien. » Puis, alors que l’asari s’apprêtait à retourner à ses occupations, Anton l’arrêta en reprenant simplement la parole. « J’ai une mission pour vous. Gagnez cette adresse et contactez l’humaine qui s’y trouve. Dites-lui simplement que la chasse a commencé, puis accompagnez là partout où elle le désire. Si elle n’a pas besoin de vous, reprenez simplement votre place dans le contingent. »

Et comme d’habitude, le butarien quitta la discussion sans un au revoir, se contentant de tourner le dos et de partir. Une nouvelle rencontre était prévue, et le temps n’était pas à laisser trainer les choses, aussi Anton gagna la position présumée du capitaine contrebandier … qui se trouvait évidemment bel et bien là. Deruuk faisait les cent pas, encore et toujours accompagné de son humain et de son krogan de compagnie. S’il y avait d’autres individus, l’ancien ravageur ne pouvait les voir, aussi décida-t-il de ne pas en tenir compte.

"Et bien capitaine, vous semblez ne plus désirer vous séparer de moi. Je suis étonné de vous voir en ces moments si dangereux, pourtant j’en suis heureux, un allié de plus est toujours quelque chose d’utile. A moins que ce ne soit votre départ qui soit prévu. » Il était assez fou pour tenter le coup malgré les canons de défense, après tout. « Si toutefois c’est de votre aide dont il est question, alors entrez donc, que je ne sois jamais taxé d’être un mauvais hôte. » L’ironie était palpable, mais Anton ne pouvait s’en empêcher alors que le désir de porter la guerre à la galaxie entière menaçait de l’emporter à tout moment.

« Nous avons tant à discuter, et si peu de temps pour le faire après tout. Venez, mes armées sont sur le point d’emprunter le sentier de la guerre. Venez avant que la fureur ne balaye les maigres moments de liberté que nous possédons encore. »

Et Anton se décala pour laisser entrer le capitaine et ses alliés.


Je suis la fille d'Anton Ardak. Et accessoirement, reine pirate profitant actuellement de ses congés.
Kydra Lifith, 27 janvier 2202

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : L'orphelinat des Ombres
Rang : Ardat-Yakshi
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit blanche
Messages : 599

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Dim 17 Jan 2016, 14:28

Jeux de pouvoir.







Tout était en place… Les préparatifs avaient été longs et noyés dans une organisation compliquée, tout avait dû être fait dans l’ombre la plus totale à l’abri des regards, des oreilles et surtout des soupçons. Mais enfin, tout était réglé comme une horloge d’un côté comme de l’autre, cette fois ce n’était pas un jeu, peu de choses dans sa vie n’avait jamais été aussi sérieuses et dangereuses, malgré tout son éternel sourire affinait ses fines lèvres en une pointe venimeuse. L’araignée avait tissée sa toile au travers des flammes ardentes d’une station fragile alimentée par un combustible hautement inflammable. Ce n’était pas tant qu’elle souhaitait voir mourir l’un ou l’autre, non pas cette fois, elle n’avait pas à se plaindre de sa situation, mais que pouvait apporter de tels changement ? Pas même pour elle, mais pour toute la station, et si tout devait évoluer.. Ou irait Omega ? Dans quelle direction ? Ça c’était une chose qu’elle voulait voir. Sans parler de son instinct de survie, ici tu gagnes ou tu crève.

Les Ravageurs -Shoran- ont décidés de prendre Oméga. Leur attaque devrait atteindre plusieurs points de la station. Mais j'aimerais te voir en défendre un en particulier… L'After Life va nous servir de QG. Je suis certaine que tu sauras repousser toute personne non désirée dans ses lieux. Je te confie une compagnie de quinze de mes meilleurs hommes pour t'assurer que le couloir principal d'accès reste propre. Ils t'attendent déjà en bas, dans les pièces que tu connais.

Et puisqu’il en était ainsi, tout se passait comme prévu, elle allait accomplir cet ordre avec un sourire léger. Il n’y avait pas si longtemps encore qu’elle voulait revivre une bataille de cette envergure, elle qui avait vécu l’enfer de nombreuses batailles depuis plus de 600 ans de combats et de guerres. Elle allait une fois de plus démontrer la fureur qu’insinue son nom, la destruction qui née de ses mains et le démon qui de cache derrière ses yeux.
Elle descendait les escaliers ver les salles, pensive, elle sentait ses tripes, sa pression sanguine, ses nerfs, sa peau, tous ses sens, son corps entier commençait à vibrer. Elle s’arrêta quelques secondes à deux mètres de la porte et pris une longue et profonde inspiration qu’elle maintint en elle le plus longtemps possible, jusqu’à sentir son corps paniquer et lorsqu’elle ne put tenir plus longtemps elle cracha l’air et repris son souffle avec un large sourire et un léger rire.

« Oui.. J’adore ça. Ce n’est pas aujourd’hui qu’on m’empêchera de respirer. »

Elle entra joyeusement dans la première pièce ou comme Aria l’eut dit, une bonne grosse poignée de guerriers triés avec soin parmi les meilleurs, pour la plupart des Krogans et des butariens. Elle aperçut dans le tas une asari qu’elle connaissait assez bien, réputée pour ses ravages en tant que sniper. Dans le hangar était préparées plusieurs tourelles automatiques et des mitrailleuses lourdes montées et autres surprises de choix, sans parler de l’équipement en pagaille soigneusement disposés en libre-service et les caisses de munitions gavées à ras bord. Comme prévu, Aria tenait à rester la grande patronne, et comme d’habitude elle ne rigolait pas avec les moyens qu’elle se permettrait d’employer. « Les choses que l’on possède finissent par nous posséder » pensa-t-elle. Elle approcha de Karrlog, le Krogan avec qui elle avait fait équipe pendant le Blackout.

« Préviens les équipes T1 et T2 et faites-vous confirmer que le l’ordre de non-retour est prêt à être exécuté. Je veux que Surprise 1, 2 et 3 soient également prêt dans les prochaines 5 minutes. Krissi et son équipe de tireurs d’élite sont prêts ? »

« T1 et T2 sont déjà opé j’ai reçu leurs confirmation il y a deux minutes, je m’occupe des équipes « surprise »…. Ok ils sont prêts. Equipe Krissi prête au déploiement. Et biensur, il y a nous tous et on est foutument prêts hehehe.. »


« Bien, allez-y.. Et Karrlog, comme pour le Blackout, pas de pitié. »

Elle esquissa un sourire amusé au Krogan qui éclata d’un rire sadique et s’en alla continuer la finalisation des préparatifs Tandis que Kyre se dirigeait vers l'extérieur des portes, en haut des marches d'entrée.

« Une mitrailleuse lourde montée au front accompagnée de deux tourelles automatiques, on en garde une en backup au cas ou, préparez les barricades au bas des marches je veux personne capable de s’approcher à moins de 35 mètres. Préparez les boucliers cinétiques, je veux une équipe de ravitaillement par intervalle de cinq minutes ainsi qu’une équipe médicale. J’espère que vous n’avez pas oublié l’anti aérien ainsi que les sous-sols. T1 et T2 ne sortes que lorsque l’ordre leur sera donné, de même pour les équipes Surprises. Déployez les drones d’observation et activez les mines. Stockez le ravitaillement dans le couloir. »

Kyre observait tout ce beau monde s’activer avant de répandre les enfers sur les troupes de Shoran, elle n’avait pas le choix, Shoran n’était pas à prendre à la légère. Elle ferait en sorte que la turienne s’écrase sur les défenses coute que coute.
Gernlo s’approcha d’elle tout en tenant dans une main un harnais a munition visiblement emplis de grenades.

« Cadeau, tu sais qui te dis que t’as interet de démonter les troupes de Shoran. »


Kyre vit son sourire s’élargir déjà en voyant le fameux harnais lui revenir et surtout par rapport au message d’Anton. En fait elle ne put retenir un léger rictus quelque peu sadique tout en enfilant le cadeau.

« Comme si on allait perdre contre une turienne et toute une bande d’ingrats. Et puis, ce n’est pas comme si je n’avais pas prévu plus de surprises pour les accueillir en bonne et due forme … Nous allons déclencher le chaos et déverser les ténèbres sur leurs troupes, à tel point que jamais plus personne n’osera contester notre force. »

Elle ricana, non sans être accompagnée des quelques-uns l’ayant entendue, elle pouvait admirer les regards flambants de chacun des guerriers ici présents. Le plan, pour le moment se déroulait comme voulu, et dans un premier temps, elle avait une bataille à gagner et une turienne à tuer. La suite ne dépendrait que de l’avenir proche des évènements.

« S’ils sont en face avec pour but de vous tuer, c’est qu’ils vous craignent, alors montrez leur qu’ils ont raison d’avoir peur. Une chose est sure, quiconque gagnera aujourd’hui, cette place ne sera plus jamais la même. D’ici quelques minutes ou quelques heures peut-être, lorsque nous irons nous battre nous serons les premiers à poser le pied sur le terrain et nous serons les derniers à le quitter, morts ou vifs ! »

Alors que la préparation du terrain de terminait rapidement, Kyre se tenait debout en haut des marches de l’entrée, elle observait ce qui bientôt deviendrait un champ de bataille méconnaissable son petit sourire en coin habituel étirant ses lèvres en une fine pointe. Elle fût rejointe par Gernlo et Kerrlog, l'un a sa gauche, l'autre à sa droite.




A mon signal, Déchainez les enfers.








Kyre:
 


Dernière édition par Kyreshorl Venterra le Mar 19 Jan 2016, 20:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 106

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Lun 18 Jan 2016, 03:05
-Tu es sûr qu'elle te va ?

Deruuk s'étira dans l'armure que lui avait donné Malcolm Baldwin, son mécano. De couleur pourpre, elle semblait bien usée, mais solide.

-Je crois... mais je suis un peu gêné au niveau de la taille, c'est normal ?
-Le torse fait partie d'un set différent. L'armure en elle-même est une Hahne-Kedar. Je crois. Je suis sûr pour les bras en tout cas. Le torse ressemble plus à du Ariake. Je n'ai pas trouvé de casque.
-Peut-être qu'on jour on aura de l'équipement fiable, souffla Deruuk.

Il était grand temps de récupérer une armure plus solide que les combinaisons spatiales du vaisseau. Malcolm et Graam avaient les leurs, mais Deruuk n'avait pas enfilé d'armure depuis des années. Il passa la journée avec, pour être sûr qu'elle lui aille. Finalement, la gêne du torse différent passa rapidement, et il parvint à se mouvoir avec aisance dans toutes les directions. Il la détacha, et la posa dans la réserve, avec les armes qu'ils avaient amassées jusqu'ici. Il se sentait plus serein à l'idée d'avoir un équipement qui augmentait ses chances de survie. Qui sait ? A Omega, ça pouvait péter n'importe quand...

***

Anhur.

-On se calme, messieurs...

Deruuk et Malcolm faisaient face à une bonne vingtaine de soldats, qui avaient tous pointé leurs armes en direction des deux compères. La discussion était très largement partie du mauvais coté, mais Deruuk avait toujours du mal à contenir ses mots face à des butariens. Les deux amis avaient les bras levés pour essayer de calmer le jeu. Deruuk agita doucement la main droite.


-Puis-je ?

Pas de réponse. Il baissa un peu les bras. Il tira le coté gauche de son cache poussière pour mettre les poches intérieures en évidences. Il fourra deux doigts dans l'une d'entre elles et put entendre le son des armes se chargeant. Il tira le pad de sa poche, et le leva dans les airs.

-Est-ce que vous savez lire, au moins ? déclara Deruuk, inclinant de manière évidente sa tête vers la droite.

Même dans les situations les plus ardues, Deruuk n'aimait pas perdre son sang froid. Il faisait exprès de souligner les signes d'irrespect de la caste butarienne. L'un des soldats s'approcha et prit le pad des mains du capitaine. Il prit quelques secondes pour lire, puis se tourna vers celui qui avait une armure légèrement plus ornée que les autres.

-Il vient de la part d'Anton Ardak, monsieur.

Celui qui semblait être le chef du commando baissa son arme, les autres suivirent. Khätk et Mal baissèrent les bras.

-Deruuk Khätk ? demanda simplement le butarien.
-Oh, donc vous savez lire ? Merveilleux. Je vos que mes compatriotes ont fait des progrès.

Il sourit, inclinant toujours sa tête vers la droite.


-Ardak nous avait prévenu de votre réticence, Khätk. Mais je ne pensais pas que nous allions faire le voyage sur... ça.

Il orienta son regard sur Serenity, posée un peu plus loin, derrière Deruuk. Sa tête s'inclina très légèrement vers la droite mais Deruuk le remarqua immédiatement.

-C'est un vieux morceau, mais elle fonctionne à merveille.

Plus ou moins.

-Et vous verrez que c'est l'un des vaisseaux les plus discrets du système ; cependant... je ne pensais pas que vous seriez... autant, imita Khätk.
-Si c'est un problème de rations, ce n'est pas un problème. Les Na'Hesits sont tout à fait capable de tenir le voyage.

Deruuk eut un sourire contenté. Le Na'Hesit s'avança, et tendit la main, en inclinant un peu sa tête vers la gauche.


-Je connais votre nom, mais le mien vous est inconnu. Colonel Brenin Gefkevan.

Deruuk hésita. Il regarda la main pendant une seconde, puis décida de la serrer, sans incliner sa tête.

-Bienvenue à bord de Serenity, colonel.

Et il laissa les butariens se diriger vers le vaisseau. Malcolm s'approcha de Deruuk.

-Et on peut leur faire confiance ? demanda Baldwin tout bas.
-...Non.


***

15 janvier 2200, il est 3 heures du matin. Serenity se pose tranquillement dans l'un des docks d'Omega. Deruuk, au poste de pilotage, se détache du siège et se lève en s'étirant. Il est en retard. Mais il n'est pas pressé. Harley, pose immédiatement son casque sur les oreilles. Ils vont rester pour un bout de temps. Khätk a décidé de prendre un peu de repos, les allez-retours ont été très fréquents ces deux premières semaines, et son vaisseau commence à fatiguer. Sauf nécessité, il ne quittera pas la station avant plusieurs jours. Il était malgré tout de plutôt bonne humeur. Les Na'Hesits s'étaient faits tous petits. Ils n'étaient pas bruyants et n'ont pas mit de désordre. C'était déjà une bonne nouvelle. Il passa le couloir et alla directement dans la cuisine. Il était en retard. Mais il s'en moquait. Cependant, Gefkevan n'était pas du même avis.


-Capitaine, ouvrez les portes immédiatement.
-Pressé, colonel ?
-Vous avez eu vos ordres. Ardak vous avait ordonné de nous ramener à Omega pour le 14 janvier. Vous avez un jour de retard.
-Anton Ardak ne me donne pas d'ordre, clama Deruuk en haussant la voix. Il me confie des missions, et je les mène à bien. J'ai mené cette mission à bien. Vous avez refusé de me parler de la votre, peu m'importe ! Nous sommes arrivés. Rien ne vous empêche de sortir !

Gefkevan regarda Deruuk avec un air de dégoût, et inclina sa tête vers la droite.


-Capitaine Deruuk Khätk, ce fut un plaisir.

Un mensonge évident, mais Deruuk n'y fit pas attention. Il se demanda tout de même si Gefkevan se retenait de nature, ou si cela avait un rapport avec le fait que Khätk connaisse Anton. Le colonel sorti, laissant Deruuk seul dans la cuisine.


Il prit son temps pour terminer sa ration, puis se leva en se craquant le dos. Holly entra. Elle semblait se réveiller.

-Comment va ta jambe ?
-Je suis shooté au medi-gel façon Ledra, tout baigne, dit-elle, souriant, et en se dirigeant vers les placards.
-Mal et Graam dorment ?
-Probablement. Eh, y'a plus de céréales ?
-Je ne sais pas comment vous faites pour manger ce truc.

-Nous non plus, répondit Holly. Eeh, tu n'avais pas rendez-vous avec Anton ?
-Si, il y a environ vingt-quatre heures.

Un petit silence s'installa.

-Eh bien ?
-Eh bien je vais y aller.

Il se leva, et se dirigea sans un mot de plus vers la sortie. Il arriva sur la passerelle du hangar. La porte de celui-ci était grande ouverte, et Neimrin Ledra était en train de pianoter sur un ordinateur.

-Eh doc, dit Deruuk en descendant les escaliers, vous dormez pas ?
-J'ai fini de dormir il y a bien longtemps.

Deruuk enfila son cache poussière et s'apprêta à sortir.

-Je ne sais pas ce que vous leur avez dit, capitaine, mais vos congénères sont partis. En courant. C'était le branle bas de combat.
-A ce point ? demanda Khätk, intrigué. Hm. Vous pourrez fermer les portes derrière moi ?

Ledra fit oui de la tête, sans quitter les yeux de son écran.

Deruuk sorti sur les docks, l'énorme porte se referma derrière lui. Il commença à se diriger doucement vers le QG des ravageurs, où il trouverait probablement Anton. Il était plongé dans ses pensées. Rien n'expliquait le jour de retard. Il commença à imaginer des excuses à donner afin d'être sûr d'être payé convenablement. L'argent ne manquait pas forcément, mais s'il voulait prendre des vacances, autant en récupérer autant que possible. La foule de gens allant en sens inverse ne le sorti pas réellement de ses pensées, et il continua sa route sans faire attention à toute cette cohue. Il mit quelques longues minutes avant d'arriver à l'étage principal de la station. L'étage d'Afterlife, là où toute se passait, ou presque. Le QG n'était plus très loin. Cependant...
Deruuk se stoppa. Il tendit l'oreille. Il n'entendait rien. Rien. Quelque chose n'allait pas. Où était les basses ? La musique d'Afterlife ne s'arrêtait pourtant jamais. Par précaution, il longea les murs. Il hésita. Plus de musique à Afterlife, cela voulait probablement dire que quelque chose de mauvais se trouvait là-bas. Peut-être était-il bon de faire un détour ? Il rebroussa le chemin pour remonter autre part. Plus loin, il croisa un petit groupe d'hommes armés. Il en reconnu un, il faisait parti des ravageurs.


-Hé !

Les soldats se stoppèrent. L'un d'eux reconnu Deruuk et s'avança vers lui.

-Khätk, vous n'êtes pas au rassemblement ?
-Rassemblement ? Quel rassemblement ?
-On ne vous a pas prévenu ? Shoran déclare la guerre à Aria ! Anton met son plan à exécution, on renverse la turienne maintenant !

Deruuk laissa échapper un rire grinçant, accompagné d'un très large sourire. Il regardait l'humain comme s'il attendait la suite d'un blague. Son sourire disparut dès qu'il comprit. Il regarda son armure. Les sigils des ravageurs avaient été rayés.


-Vous êtes sérieux.
-Evidemment que je suis sérieux ! Venez avec nous, nous sommes en retard aussi, ça a déjà du commencer ! C'est juste à coté, à l'entrepôt...
-Non.

Il fit quelques pas en arrière.

-Non.

Il se détourna et se mit à courir vers les docks.

-Non !

Ah les cons ! Ah les abrutis ! Ah les salauds ! Non ! C'était lui l'imbécile ! Anton qui lui demande de rameuter un commando entier sur Omega pour une date précise, c'est évident ! Ça allait être un massacre ! Un vrai massacre ! Il se foutait bien de quel camp sortirait victorieux, il devait dégager d'ici au plus vite ! Il appela Holly avec son omni-tech.

-Holly ! hurla-t-il.
-Deruuk ?

Elle semblait plus surprise qu'autre chose.

-Il faut qu'on dégage d'ici, maintenant !
-Mais pourquoi ?
-Trop long à expliquer, mais maintenant !

Il avait sprinté sur tout le trajet. Et ce trajet qui lui avait prit une bonne vingtaine de minutes ne lui en avait prit que cinq. Il arriva sur les docks, les portes du vaisseau s'ouvrirent, Graam déboula du vaisseau, armé, prêt à tirer.

-Où ils sont cette fois ? cria-t-il.
-Nulle part ! Rentre imbécile !
-*Cap... capitaine ?*
-Harley, tu fais chauffer les moteurs ?

Il arriva en quelques secondes seulement au poste de pilotage. Holly se retourna, l'air désolée. Harley évita son regard. Un message d'alerte était affiché sur le panneau de commande. C'était un avertissement donné par la station. Les défenses orbitales seront activées dans une quinzaine de minutes, il fallait partir maintenant ! Il regarda l'heure de l'alerte.

-Je m'étais endormie... dit timidement Harley, pleine de remords.

Envoyée il y a vingt minutes. Il se laissa tomber sur le siège, et se massa le front.

-Tu peux m'expliquer ce qui se passe, Deruuk ? déclara Holly.

Il leva une main, comme pour demander une minute de répit.

-Shoran vient de déclarer la guerre à Aria. C'est officiel. Anton déclare la guerre à Shoran. Possiblement Aria.

Un long silence s'installa. Malcolm et Graam entrèrent.

-Qu'est-ce qui se passe ? répéta Baldwin.

Sans même lui répondre, Holly secoua Deruuk.

-Deruuk, il faut y aller !
-Comment ça il faut y aller ?
-Ecoute moi bien. Anton nous a donner bien plus que ce qu'on ne voudrait l'admettre, et sans lui, on serait tous dans la merde !

Elle le regardait dans les yeux. Elle était plus sérieuse que jamais.

-Ce qu'il vient de faire, c'est l'une des pires décisions de sa vie ! Il a besoin de toute l'aide possible ! Dont la nôtre !

Elle releva la tête et regarda les deux anciens mercenaires.

-Il nous a promis du changement. Alors faisons en sorte qu'il survive pour l'opérer.

Un long silence s'installa à nouveau. Deruuk resta enfoncé dans son siège pendant de longues minutes, les yeux hypnotisés par les lueurs de l'écran. Personne n'osait rien dire. C'était dans ces moments-là qu'une petite voix tournait dans la tête de Deruuk. Cette petite voix, qui lui soufflait des idées. Et parfois, ces idées... étaient terriblement mauvaises. Peut-être était-il temps de les écouter.


-Qu'est-ce que tu vas faire ? demanda Holly, qui connaissait déjà la réponse.

Il se leva.

-Je pars en guerre.

***

Malcolm sorti un énorme coffre de sous son lit. Il l'ouvrit. Son armure de mercenaire était là. Exactement comme il l'avait laissée. Il n'y avait jamais retouché. Il contempla le torse de celle-ci. Le sigil des soleils bleus était toujours peint sur le métal. Il sorti un énorme couteau, et le pointa vers le symbole. Il contempla le contenu du coffre, hésitant. Puis, au bout d'une longue minute qui lui parut être une éternité, il planta la pointe du couteau, et créa une énorme rature sur le sigil. Il répéta l'opération, effaçant du mieux qu'il put la peinture de l'armure. Quand il eut fini, c'était un travail de cochon. On pouvait encore clairement discerner le soleil bleu. Mais on voyait aussi tous les coups de couteaux, ça lui suffisait. Il était temps de partir en guerre.


***


-Je t'appelle bientôt.
-Je reste là avec Harley. Si une estropiée devient nécessaire sur le champ de bataille, j'accourrai.

Il sourit. Puis se détourna de Holly, son armure enfilée, un Vindicator sur le dos et un Carnifex à la cuisse. Il se répétait les mots qu'il venait de prononcer. Oui, c'est ça. Pour la bonne cause. C'est ce qu'il fallait se dire. La vérité, bien évidemment, c'est qu'il était bloqué. S'il le pouvait, il s'enfuirait le plus loin possible de ce conflit. Mais il était embarqué dedans maintenant. Si Anton s'était vraiment détourné de Shoran, alors Deruuk ne pouvait pas la laisser gagner. Tout était contradictoire dans sa tête. Le pour, le contre, tout se mêlait. Il ne savais pas réellement quoi faire. Alors il ne faisait qu'écouter ces pensées à l'arrière de son crâne. Il était temps d'agir à l'instinct.
Malcolm avait revêtu son armure. Elle était en mauvais état. Pleine de rayures énormes, faites délibérément, probablement. Il avait emmené son Mantis avec lui, et son casque ne laissait pas transparaître son visage. Qui sait ce à quoi il pensait en ce moment même ? Lui et Deruuk avaient tous les deux un certain dégoût de la guerre. Mais ils l'avaient tous les deux fait. Alors ils y retournaient. Graam, lui, était accompagné d'un large sourire. Il rêvait d'avoir un peu d'action, et il tenait son Claymore de la main, chargé. On sentait que le krogan ne tenait plus sur place. Ledra les suivait de loin, une mallette à la main. Il avait lui-même décidé de les joindre, espérant sauver une ou deux vies une fois les hostilités commencées. Le galarien n'était équipé que d'un petit locust, collé à sa taille.
Tous les quatre se dirigèrent vers l'endroit où Deruuk avait croisé les soldats.


-Tu sais s'il y a un entrepôt pas loin ? demanda-t-il à Baldwin.
-Hm... je crois qu'il y en a un par là ?

Malcolm guida la marche, et, très vite, ils arrivèrent devant une porte gardée. Les deux soldats portaient des blasons différents. L'un portait le sigil des ravageurs, l'autre des soleils bleus. Malcolm hésita légèrement à la vue des soleils bleus. Il jeta un coup d’œil à son armure. C'était peut-être un peu trop évident. Deruuk lui ne s'arrêta pas un instant. Il se planta devant les deux soldats, qui pointaient désormais leurs armes dans sa direction.

-HALTE !
-Inutile de hurler, répondit-il avec fermeté, je me doute bien que cet endroit est gardé. Seulement ça fait deux fois en quatre jours qu'on pointe injustement ses armes contre moi. Et je sens que la journée va être ponctuée par les balles perdues. Est-ce que c'est ici qu'Anton Ardak est retranché ?
-Z'êtes un envoyé de Shoran ?
-Non imbécile, si c'était le cas, je serais venu avec un putain de drapeau blanc ! Vas donc dire à ton crétin de maître que son allié le plus précieux vient d'arriver !

Le garde hésita, regarda son compère, puis passa la porte. Deruuk se retourna vers ses deux coéquipiers. Par tous les dieux que la journée allait être longue. Il ne devait même pas être six heures du matin et il perdait déjà patience. Il n'avait pas eut de nuit de sommeil, et il commençait à le sentir. Il se frottait les yeux, lorsqu'une voix reconnaissable se fit entendre.


-Et bien capitaine, vous semblez ne plus désirer vous séparer de moi.

Deruuk tourna la tête, avec le genre d'expression qui suffisent à fusiller quelqu'un. Anton était devant lui, en armure reluisante, ornée d'un blason grotesque.

-Je suis étonné de vous voir en ces moments si dangereux, pourtant j’en suis heureux, un allié de plus est toujours quelque chose d’utile. A moins que ce ne soit votre départ qui soit prévu.

Deruuk serra le poing. Il savait parfaitement que ça lui était impossible avec les canons de défense orbitale.

-Si toutefois c’est de votre aide dont il est question, alors entrez donc, que je ne sois jamais taxé d’être un mauvais hôte.
-Ne jouez pas au plus malin avec moi, Ardak, déclara Deruuk, en pointant du doigt son interlocuteur.

Il en profitait aussi pour incliner sa tête le plus à droite possible. Il était là pour aider, mais il était énervé, fatigué, et prêt à exploser. Autant être le plus irrespectueux possible envers son ''supérieur''.

-Nous avons tant à discuter, et si peu de temps pour le faire après tout. Venez, mes armées sont sur le point d’emprunter le sentier de la guerre. Venez avant que la fureur ne balaye les maigres moments de liberté que nous possédons encore.

Deruuk gardait son expression d'énervement, mais ne répondit rien. Il n'y avait rien à répondre à ça. Un fou. Voilà ce qu'était Anton Ardak. Il venait de déclarer la guerre, non pas à Omega, mais au système terminus tout entier. Ce plaisir de la guerre. De la violence. Deruuk ne supportait pas son peuple. Anton s'écarta, comme pour l'inviter à entrer. Khätk s'avança, et passa la porte. Il fut suivi de ses trois compères. Il se laissa guider vers un endroit un peu plus privé. L'entrepôt était immense. Et l'armée qui s'y trouvait l'était encore plus. Le nombre n'était rien comparé à l'équipement et la variété. Il croisa un visage connu du regard. Gefkevan le calcula, puis inclina sa tête vers la droite. Deruuk ne prit même pas la peine de répondre à ça. Il suivit Anton à l'intérieur de ce qui semblait plus ou moins être un poste de commande. Malcolm s'appuya contre le mur et croisa les bras. Graam fit face à la fenêtre isolée -et probablement blindée- qui faisait face à l'entrepôt, d'où on pouvait voir tous les mouvements de troupes. Il y avait un sacré bout de monde. Ledra repéra un siège et s'y assit scolairement. Deruuk, lui, resta debout. Il dévisageait Anton. Il ne prit pas vraiment le temps de réfléchir et clama ce qu'il avait sur le cœur depuis le début.

-Je constate que vos pions étaient mieux informés que moi de ce qui se passait.

Une phrase dite dans le calme, mais emplie de colère et de rage. Il se sentait utilisé. Mais il souffla un gros coup. Il laissait la fatigue prendre le dessus.

-Ce que vous avez fait était irréfléchi. Et j'aime être prévenu lorsque mon s...

Il manqua de faire un lapsus irrattrapable.

-...associé, décide de faire des action irréfléchies.

Il regarda Malcolm, les lumières de son casque rayonnaient dans le coin sombre d'où il s'était installé.

-Cependant, je viens apporter mon aide, qui sera peut-être bien plus précieuse que prévue...

Il essayait d'attiser l'intérêt d'Anton. Mais avant tout, ce qu'il voulait, c'était le faire parler.

-Mais avant tout, je veux un topo total. Situation, plans.

Il refusait de faire quoique ce soit sans ces informations. Il pensait pourtant avoir été clair. Deruuk Khätk n'était pas un simple pion.


Et puis...

Il pointa le blason du doigt.

-C'est quoi, ça?
HRP:
 





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Ravageur
Rang : Pacificateur
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 1102

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Lun 18 Jan 2016, 11:51
Deruuk était furieux, cela était aussi indéniable que son insubordination commençait lentement mais sûrement à saper la patience d’un Anton déjà légèrement irrité par le retard inconséquent de son allié insupportable. Mais de cela, le capitaine semblait nullement le comprendre, ou de s’en moquer éperdument. Le contrebandier devait sûrement sur estimer sa propre importance, lui et ses trois combattants n’avaient au final qu’un poids extrêmement faible, et maintenant que la guerre allait commencer, son vaisseau plus aucun.

En vérité, l’idée de se débarrasser de Deruuk pensa très rapidement dans l’esprit du Pacificateur, qui l’effaça malgré tout l’envie qu’il pouvait ressentir pour cette idée. En effet, Anton allait utiliser le capitaine jusqu’à au bout, et le prix à payer était subir le courroux mal placé d’un individu bouffi de sa propre importance, alors pour le moment le butarien le payerait.

Aussi, Anton garda le silence alors que la petite troupe empruntait l’ascenseur pour gagner à nouveau le centre de commandement archaïque de l’endroit. Une fois sur place, l’ambitieux butarien resta muet quelques instants de plus alors que le contrebandier vomissait son flot de reproches et questionnements. Lorsqu’enfin le capitaine sembla accepter de la fermer, l’ancien ravageur s’installa en prenant tout son temps sur le premier siège libre qu’il trouva.

Une main sur le manche de son couteau de combat, qui se trouvait accroché à sa ceinture, l’autre posée sur une table, le Pacificateur resta dans son mutisme encore quelques secondes, scrutant un Deruuk excédé.

« Je ne joue nullement avec vous, capitaine. » Le dernier mot était presque craché comme un titre noble, de manière indubitablement moqueuse. « Dans cette histoire, si je devais cibler un fautif quelconque à tout ce qu’il se passe, je donnerais votre incompétence à tenir un délai. N’avais-je pas précisément indiqué la date du 14 ? Est-ce de ma faute si votre équipage doit désormais payer cette erreur ? »

Anton gardait son sang-froid de manière impressionnante, à aucun moment son sourire ne disparut, ni le moindre tremblement de colère ne vint dévoiler le véritable état profond du Pacificateur à cet instant précis.

« Vous voulez un topo. C’est amusant, je n’ai reçu nulle preuve que notre collaboration se soit transformée, faisant de vous mon supérieur. » Puis le sourire de l’ancien ravageur disparut complètement. « Notre partenariat portait sur vos missions pour moi, il s’est terminé à l’instant même où vous avez décidé de rompre l’accord en décidant de vous présenter un jour plus tard que prévu. Il n’y a plus ni coopération ni alliance à cet instant précis capitaine. »

Puis le sourire réapparut aussi soudainement qu’il avait quitté le visage du butarien.

« Toutefois, je ne suis nullement aussi irrespectueux que vous Deruuk. J’ai toujours tenu mes engagements et vous salaires ont été parfaitement respectés et largement au-dessus du marché habituel, et en vérité je n’ai jamais vraiment eu de raisons de me plaindre de vos compétences, hormis en cette occasion, qui n’en est pas moins parvenu avant le commencement des opérations.

Aussi je vais effacer votre erreur de ma mémoire, et vous proposez une nouvelle alliance. Néanmoins, les points vont grandement changer, si vous persistez dans cette attitude enfantine de rébellion, alors je couperais court à toute coopération, si vous persistez à manquer de respect à ce que vous nommez mes outils, nous ne serons plus alliés. C’est on ne peut plus simple, devenez un véritable allié et j’en serais un pour vous. »


Anton regardait encore fixement son interlocuteur droit dans les yeux, ne bougea pas d’un pouce.

« Nous sommes une seule et même armée, la dissension et l’irrespect n’y auront pas court, alors apprenez à vous contrôler capitaine. Vous n’êtes plus un enfant, je n’ai pas le temps de vous apprendre les bonnes manières. »

Les doigts de l’ancien ravageur commencèrent à taper en rythme sur la table.

« Si nous restons associés, une chose est bonne à noter malgré tout. Je suis le maître de cette armée, je serais le dirigeant de cette station, ce qui aura une conséquence, nous ne serons jamais égaux. Si je reste courtois et respectueux envers vous, c’est que je comprends que la coopération est le fondement de la victoire. Notre alliance est à la manière du fonctionnement de votre vaisseau, nous sommes alliés, j’écoute et prend en compte votre avis, mais je suis celui qui décide, qui donne l’avis final. » La comparaison devait au moins être claire pour Deruuk qui semblait laisser une grande liberté à son équipage.

« Mais comme je suis de bonne humeur, malgré votre tentative de me l’ôter, je vais partager avec vous les informations que je possède pour que votre équipage et vous puissiez pleinement décider de participer ou non à ce que j’organise. »

Et Anton se leva, se dirigeant sans prêter la moindre attention aux autres, vers une table située au centre de la pièce. S’y trouvait un appareil massif qui, une fois activé, activa une projection holographique de la station.

« Première information, je n’ai nullement donné l’ordre d’attaquer quiconque pour le moment. Shoran doit se douter de quelque chose, mais je ne lui ai pas déclaré la guerre, ni à Aria. Je n’avais nullement prévu mon assaut pour ce jour, ni ce mois d’ailleurs. Mais je vais saisir cette magnifique occasion.

Au départ j’avais imaginé devoir affronter Shoran, puis Aria, peut-être même les deux à la fois, mais elles me facilitent grandement les affaires en décidant de s’affronter ainsi. A l’heure actuelle, Shoran prépare son assaut sur l’Afterlife et son lieutenant Jikew a tenté plusieurs fois de me contacter. Ils vont rapidement comprendre mes intentions, sauf qu’ils ne sauront pas si je me suis rallié à Aria ou si je désire autre chose.

Pour le moment nous avons un énorme avantage. Et un avantage que je n’aurais jamais imaginé recevoir aussi généreusement. Aussi nous allons attendre que l’assaut sur l’Afterlife commence, puis nous fondrons sur les mines de la station pour en prendre possession et nous bâtir une base que nous rendrons imprenable, et alors nous lancerons le reste des combats. »


L’idée était très simplifiée, et rapidement résumée mais elle était presque exacte. Quelques détails n’étaient pas encore dévoilés, mais tout cela suffirait largement au capitaine et ses alliés pour prendre une décision. Aussi Anton ne se perdit il pas en explications plus longues.

« Pour ce qui est de, ça. C’est le symbole de ma rébellion, celle d’un rejet de la peur. Les spectres terrorisent les Terminus, Aria terrorise Oméga, je vais balayer cette peur. Unir pour une fois les citoyens de cette station et bâtir un royaume ou nous serons une véritable nation, un idéal global plus qu’une simple alliance des personnes qui refusent la tyrannie concillienne. Ce symbole est temporaire, d’abord nous détruisons la peur qui nous enserre, puis celle qui nous force à la stagnation et une fois libres, nous créerons notre propre symbole. »

Maintenant, Anton n’avait plus rien à ajouter. Soit Deruuk se joignait à eux, soit il ne fera pas partie de cet avenir prévu par le butarien. Qu’il aille se trouver une autre planète ou exercer sa haine de ses compères.


Je suis la fille d'Anton Ardak. Et accessoirement, reine pirate profitant actuellement de ses congés.
Kydra Lifith, 27 janvier 2202

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant (banni du Protectorat)
Rang : Maître de la finance
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3123-omnitech-personnel-de-dahl-elkoss


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 1716
Crédits : Sabrus - DeviantArt

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Mer 20 Jan 2016, 13:48
Le Crépuscule d'Oméga




Je hais voir les événements m'échapper. J'ai toujours haï ça. J'aime diriger les événements, ou les prédire, ou les provoquer. Je n'aime pas être pris de court par une saleté d'ambitieuse qui a mal préparé son coup. Comme Shoran et son coup d'état sur Oméga, alors même que les groupes se battant pour le contrôle était bien plus nombreux que quiconque pouvait le voir. Pas même moi, en fait.
Évidemment, ce n'était pas une réelle surprise. Aria était affaiblie, énormément d'individus lorgnait sur son trône, et Shoran était la mieux placée pour l'obtenir. Mais ça m'énervais quand-même de devoir accéléré mes plans.
Mais reprenons au début, lorsque, pour la première fois depuis plus d'une décennie, l'Afterlife a fermé ses portes au public en avance.




15 Janvier 2201,
Oméga, siège de Dahl Terminus
Branle-bas de combat


« Patron, les vaisseaux cargos ont reçu un message. D'Aria en personne. »

Le volus ouvrit le message sur son écran. Aussitôt, la voix de la Reine pirate s'éleva, informant que tous les vaisseaux devaient quitter la zone ou se poser dans les spatioports dans les 15 minutes à venir, après quoi ils seraient attaqués et détruits par les défenses orbitales de la station.
Dahl hocha la tête. Cela concordait avec les informations qu'il avait reçu plus tôt, et aux dernières tendances d'Oméga. L'affrontement commençait.

« SHHHK. Que les vaisseaux se posent dans notre spatioport. SHHHK. Après quoi, verrouillez le. SHHHK. Organisez la défense, convainquez les équipages et capitaine extérieurs, SHHHK, de participer à la protection commune. »

Le butarien acquiesça et quitta la pièce. Dahl envoya un message à ses conseillers puis rejoignît la salle de réunion. Tous y étaient déjà : Jerata, les jumeaux galariens, le commandant des forces de sécurité de l'entreprise, ainsi que le chef du spatioport sur un omniécran.

« SHHHK. Nous avons peu de temps, et beaucoup à faire. SHHHK. L'état d'urgence est déclaré : Shoran s'attaque à Aria. SHHHK. Karrass, vous êtes chargés du spatioport. SHHHK. N'hésitez pas à descendre à vue tout un individu semblant dangereux. SHHHK. Interdisez les décollages, mais si ça vous complique la tâche, SHHHK, envoyez un de ces fous se faire massacrer par les canons d'Aria. SHHHK. Ça devrait convaincre les autres de vous assister. SHHK. Tenez Smith au courant des événements. »

Le butarien du spatioport acquiesça puis prit congé. Dahl se tourna ensuite vers le reste de ses lieutenants.

« SHHHK. L'entreprise est fermée pour aujourd’hui. SHHHK. Les employés quittant les lieux ne sont pas autorisés à revenir. SHHHK. Fortifiez les positions, mais tâchez d'être discret. SHHHK. Je préfère éviter au maximum le conflit ici-même. SHHHK. En revanche, laissez les forces spéciales à part. SHHHK. Elles auront d'autres tâches. »
« Entendu, monsieur. »
« Les forces de Éclipse présente, qu'en faisons nous ? »
« SHHHK. Elles seront envoyées à l'extérieur soutenir nos intérêts. »
« Parfait. »
« SHHHK. Les galariens, essayez d'apprendre tout ce que vous pouvez sur les événements de la station. SHHHK. Je veux que des plans soient mis à jour en temps réel. »
« Entendu, boss ! Mais on aura besoin d'aide sur ce coup-là. »
« SHHHK. Je vais vous mettre en contact avec nos alliés, SHHHK, et Éclipse apportera aussi son lot d'informations. SHHHK. Maintenant, rompez. »

Les différents conseillers partirent les uns après les autres, Jerata en dernière. Elle était la plus au courant des plans du volus, et savait que son rôle pourrait devenir bien plus important dans les temps à venir.

« Nous maintenons vos prévisions ? »
« SHHHK. Oui, Jerata. SHHHK. Va parler aux employés. SHHHK. C'est l'occasion idéale pour que tu devienne, dans leur tête, la nouvelle dirigeante. »
« Ce n'est pas encore fait. »
« SHHHK. Si tout se passe bien, ça le sera. »

La butarienne quitta à son tour la pièce, laissant le volus seul. Celui-ci pianota alors son omnitech, désactivant les appareils de surveillance et verrouillant la porte. Le secret absolu était nécessaire.
La table centrale s'enfonça dans le sol, tandis qu'une communication instantanée s'ouvrait. Très peu de groupes disposaient de la technologie nécessaire, mais la technologie était justement la spécialité de celui auquel Dahl appartenait désormais.
Seul un individu du cercle était présent. Normal, la réunion étant improvisée. Mais l'Histoire n'était jamais absente, et elle se chargerait d'informer les autres.

« SHHHK. Contacte les membres du Cercle. SHHHK. Les coups d'état démarrent sur Oméga. SHHHK. Je m'arrangerai pour que l'Ordre soit des vainqueurs, SHHHK, mais j'aurai besoin de l'Armure pour l'évacuation. »

La femme hocha la tête. Les messages étaient sans doute déjà envoyés, même.

« Il est temps que vous quittiez la station, en effet. Des tâches vous attendent. »
« SHHHK. Ne me dictez pas mes actions. SHHHK. Sans moi, vous seriez sur le point de disparaître. »
« Nous servons la Science. Avant tout, et toujours. C'est un honneur que de participer à son développement. Ne l'oubliez pas. »

Le volus ne répondit pas. Il ne servait à rien de discuter avec elle.

« SHHHK. Je vous tiendrai au courant des événements. »

La communication se coupa. Dahl soupira, puis pianota à nouveau son omnitech, réactivant les systèmes habituels de la salle, la transformant en centre de commandement général. Les informations ne tardèrent pas à affluer, arrivant des différents poste de commande de son entreprise : le paramilitaire pour les forces de sécurité, le technologique pour les défenses informatiques et l'espionnage, et ainsi de suite. Le volus vit arriver le turien envoyé par Anton, valida à distance la demande du butarien. Attaquer par les mines étaient judicieux, comme Shepard l'avait démontré des années plus tôt. Le chemin était long et tortueux, mais permettait d'accéder à plusieurs points névralgiques de la sécurité, notamment aux sources d'énergies des défenses extérieures.
Ce point était primordial. Dahl ne comptait pas rester sur la station. Les coups d'états étaient l'occasion rêvée pour disparaître. Mais alors, il aurait besoin d'un vaisseau pour venir le chercher, un vaisseau qui ne devra pas être détruit par les défenses extérieures. Le vaisseau mère de l'Armure le pourrait sans doute, mais autant lui simplifier la tâche.



Ça ne semble pas démarrer si mal, n'est ce pas ? Ça démarre même plutôt bien. Enfin, pour moi, certains devaient déjà sentir à quel point ils allaient souffrir.
Mais tout ne fut pas parfait, au final. Un autre groupe était présent, sans que je le sache. Un groupe qui allait influencer les choses. Un groupe que je rencontrais pour la première fois, mais qui était déjà mon ennemi.
Ça démarrait bien, oui. Mais au final, rien n'est si simple.




Notes HRP :
Dahl Elkoss : #ffcc00,
James Bringtown : #0066ff


"Tout respirait Dahl Elkoss, le seul volus plus burné qu’un krogan."
- Anton Ardak, 2202
Journal de Bord, avec présentation de mes personnages secondaires




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 411

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Mer 20 Jan 2016, 16:53


La lame fendit l'air. Cela ne produisait pas un bruit particulier, juste un souffle menaçant qui annonçait que la chose qui allait se trouver en travers de son chemin allait subir une sentence douloureuse pour cela. Mais pas cette fois. Une main s'empara de la poignée de l'arme, l'arrêtant net dans son élan. Puis, d'un même mouvement, elle relança le couteau en l'air. En remontant la source, la main s'avéra appartenir à une humaine. Elle faisait virevolter son jouet, trouvant en cela une occupation suffisamment intéressante pour oublier le reste. Elle décida d’interrompre le cycle un instant, afin de mieux observer la lame. Cette petite chose était tellement dangereuse, vestige d'un temps où il ne suffisait pas d'appuyer sur une gâchette pour tuer. Et qu'en serait il dans le futur ? Est ce qu'il suffira de penser pour ôter la vie ? Ça a toujours été quasiment le cas, d'une certaine manière.

Le regard de l'humaine dépassa la lame et se fixa plus loin, sur Oméga. La cité était dans le même état habituel, avec cette même lueur, cet aspect indomptable et grandiose, en apparence en tout cas. L'air lui était vicié, pesant, beaucoup plus chargé que d'habitude. Assise devant son logement, elle prit quelques gorgées de la bière qu'elle tenait dans l'autre main, profitant de la vue qui s'offrait à elle. L'homme qui se trouvait à ses côtés se rapprocha pour lui parler.

Kydra, des ravageurs se sont mis en marche vers le centre d'Oméga.

Évidemment. Tous les événements récents ne pouvaient être une suite de coïncidences, quelque chose de très gros se préparait, les dégâts allaient être monstrueux, et il était aisé de comprendre quels en étaient les enjeux. Contemplant la ville, elle imaginait facilement les prédateurs en son sein, prêts à s’entre-tuer pour le trône. Elle ne put s'empêcher de sourire à cette idée. La convoitise était le meilleur moyen de provoquer une purge aussi grande et avec une efficacité redoutable. Mais ce genre de situation était impossible chez les conciliens, embourbés qu'ils étaient dans leurs règlements et leur droiture. Pour eux, il fallait le provoquer d'une manière ou d'une autre. Mais ici, c'était le plus fort qui l'emportait irrémédiablement, raison pour laquelle ce genre d'affrontements avaient lieu tout naturellement. En temps normal, elle aurait regardé de loin, attendant avec impatience de savoir quel prétendant allait l'emporter et comptant avec délectation le nombre de cadavres qui grandissait. Mais les choses avaient changé, elle avait placé sa loyauté envers l'un d'eux désormais, en espérant qu'il répondrait à ses attentes. Ce qu'elle allait savoir de toute manière, bien assez tôt. Elle se tourna vers l'homme.

Allez y. Faites comme prévu.

Il lui fit un signe de tête et alla rejoindre les trois autres mercenaires qui contrairement à l'humaine, n'étaient pas lourdement armés.

On y va.

Les quatre individus se séparèrent et disparurent dans les ruelles. Kydra rengaina son couteau et reprit son observation en finissant sa bière. Au vu de la situation, elle ne pouvait se permettre d'agir sans précaution, il allait falloir qu'elle s'adapte méticuleusement aux événements. Et pour ça, elle avait besoin d'informations. Les mercenaires étaient partis se positionner discrètement aux points clés de la station pour les lui donner. Deux d'entre eux allaient se placer en surveillance aux mines et aux docks, et les deux autres devaient la tenir informer de l'avancée des ravageurs. Il lui suffirait d'agir en tenant compte de cela. La meilleure chose qu'elle pouvait faire pour aider le butarien était d'éliminer ses concurrents, leur mort favoriserait inéluctablement son ascension. Mais les cibles étaient d'un tout autre niveau, elle allait devoir s'y prendre d'une manière complètement différente. Elle n'était en aucun cas la seule à vouloir la mort de si grosses pointures, et si elles avaient survécu, c'était bien pour une raison. Mais dans certaines situations, un individu pouvait s'avérer plus efficace qu'une armée, en tout cas, elle ne pouvait le savoir tant qu'elle n'avait pas essayé.

Un mouvement la tira hors de ses pensées, quelqu'un s'approchait d'elle. L'humaine se mit immédiatement sur ses gardes en reconnaissant l'armure des ravageurs, mais l'individu n'était pas en position de combat et ne semblait pas hostile. Il s'agissait d'une asari avec ses tentacules crâniennes droites, comme prêtes à faire feu. Kydra ricana un instant en imaginant une bleutée tirer des balles par l'arrière de son crâne mais se reprit rapidement en voyant la mine sérieuse de la nouvelle venue. Cette dernière la repéra et ne lui adressa que quelques mots.

La chasse a commencé.

Inutile de demander qui l'envoyait, cela semblait évident. S'il mobilisait ses pions les plus marginaux, cela signifiait qu'il était sur le point de frapper un grand coup lui aussi. La situation semblait après tout favorable à cela. L'avantage est qu'elle allait pouvoir être fixé sur ce qu'il voulait entreprendre. L'humaine s'étira et profita de ce repos encore quelques instants. Peu importe ce qui allait se passer, elle avait besoin de son corps en pleine forme, ignorant encore ce qu'elle allait devoir lui faire subir. Elle se leva, vérifia une dernière fois son lance grenade et son canon lourd et reporta son attention sur l'asari.

Dans ce cas, amène moi à Anton.

****

Impressionnant, ils étaient vraiment sur le pied de guerre. Kydra n'avait pas eu de problèmes à pénétrer ici, l'asari étant des leurs. Des guerriers en tout genre s'activaient dans l'entrepôt, se préparant à faire pleuvoir la mort sur tout ce qui s'opposerait à eux. Tout ceci faisait bouillir son sang, pour la première fois de sa vie elle allait participer à un conflit de grande envergure, en faisant partie des combattants. Elle n'était plus la fille impuissante qui avait du ramper au milieu des cadavres de ses congénères pour survivre. Cette fille là était morte il y a bien longtemps, elle le savait, mais se retrouver directement confronté à cette réalité était un fait bien différent. Cela ne faisait qu'augmenter davantage son excitation. Quoiqu'il adviendrait par la suite, elle ferait tout pour parvenir à ses fins, jusqu'à son dernier souffle. Kydra continua de suivre sa guide qui l'emmenait au butarien. Qu'il lui donne une cible ou quoi que ce soit d'autre, elle était prête à faire le nécessaire pour le placer au sommet.

Kydra ?

Une communication venant d'un des mercenaires.

Kurt ? Que se passe t il ?

Shoran ne plaisante pas du tout. C'est pas un petit contingent qu'elle envoie sur la gueule d'Aria, ils ont même des Atlas.

Quoiqu'il se passe par la suite, une chose était certaine, Oméga ne serait plus jamais la même.






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant
Rang : Mercenaire
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3304-elena-t-soran-journal-de-bord


Messages : 296
Crédits : tsabszy - Deviantart

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Mer 20 Jan 2016, 19:35

Le Crépuscule d'Oméga




Rues d’Omega, 15 janvier 2201, vers 3 heures du matin



J’vous remets quelque chose ?


La bouche qui venait d’interpeller Elena appartenait à un vieux barman Krogan qui
jouait les serveuses dans un bar miteux d’Omega.


Non merci, on allait partir”, lui répondit l’Asari en déposant ce qu’elle devait sur le
comptoir.


Elle avait passé la soirée en compagnie de sa pilote, Lucy O’Neil, passant de bar en bar,
chacun plus rempli de crasse et d’individus au taux d’alcoolémie déconseillé que le
précédent.


"Alors, cet anniversaire, il te plaît ?

- Un peu qu'il me plaît, c'est rare que je m'éclate comme ça ! Ça me tue encore que tu y
ai pensé !


- Et encore, t'as pas tout vu. Écoute moi bien, ça va faire bientôt quatre ans qu'on se
connaît et, de ce que je comprends, tu n'as toujours pas visité le lieu de débauche
ultime. Donc, ce soir, on se fait l'Au-Dela, étage inférieur !
"


Ayant écouté de manière très indiscrète toute la conversation, le Krogan crut judicieux
de s'immiscer dedans.


"Dites, pour l'Au-Dela, j'y compterait pas trop, Aria a foutu tout le monde dehors vers
minuit. Alors moi vous me direz ça m'arrange bien, les clients viennent ici pour-


- Merci de l'info", le coupa sèchement Elena en quittant le bar.



"C'est normal qu'il soit fermé à cette heure de la nuit ? Je pensais qu'il restait ouvert
jusqu'au matin au moins.


- Non, c'est pas normal. Ça peut être n'importe quoi, une panne, une rixte dans la
boîte, ou autre. Mais je n'aime pas ça du tout...
Je suis désolée pour la soirée mais ça se présente plutôt mal. On retourne au vaisseau,
je m'equipe et je vais voir ce qu'il se passe.
"


Les deux camarades traversèrent la station rapidement, croisant sur leur chemin une
foule de gens qui, ayant été déçus par la fermeture de la boîte d'Aria, se reportaient
sur les autres établissements. Un œil aguerri pouvait également apercevoir quelques
troupes des Ravageurs qui passaient en pressant le pas, comme si ils étaient en retard
à un rendez-vous urgent. Au fond d'elle-même, Elena avait la solide impression que
quelque chose d'important se tramait sur la station.


En passant devant l'Au-Dela, elles furent frappées par l'absence presque totale de
bruit. Ce quartier, habituellement grouillant de monde, était maintenant vide et
silencieux. J'ai un mauvais pressentiment, se dit Elena en pressant davantage.
Elles franchirent enfin le sas du Scavenger qui les attendait sur les quais.


"Lucy, fais chauffer les moteurs, je veux qu'on puisse partir en urgence si jamais la
situation est pire que ce que je pense.


- Oui chef !", plaisanta la pilote.


En quelques minutes, Elena s'equipa de son armure, attrapa son Carnifex, son Mattock
qu'elle venait d'acheter, et fut prête à ressortir du vaisseau.
Les rues étaient cette fois presque désertes, la populace ayant décidé que sans l'Au-
Dela, il valait mieux retourner se coucher.


Elena s'approchait peu à peu des grandes portes du QG de la reine des Terminus. Elle
se mit à penser que si ce n'était qu'une panne matérielle, elle risquait vraiment de
passer pour une débile. Ou de se faire exécuter, c'est selon. Alors que ces pensées
tournaient dans son crâne, l'Asari entendit son Omni-Tech gresiller légèrement.


"Elena on a un petit problème.

- On a essayé d'avoir une autorisation de décollage, et tout ce qu'on a reçu c'est un
message d'avertissement. Si on est dans l'espace autour de la station d'ici quinze
minutes, on se fait obliterer.


- Les salopards ! Lucy, combien de temps d'ici au relais ?

- Sept minutes, je peux pas faire moins.

- Bordel ! Bon, restez là, gardez le vaisseau, planquez vous si ça commence à chauffer.
Moi je vais essayer d'enquêter à l'Au-Dela."


Elena sentait sa tension monter à chaque seconde : si Aria voulait abattre tous les
vaisseaux du secteur, ce n'était très probablement pas à cause d'une panne dans sa
boîte de nuit. En toute logique, elle aurait du retourner se terrer dans son vaisseau et
attendre que tout cela passe. Mais elle avait évolué, elle n'était plus aussi faible et
lâche qu'auparavant.

Lorsqu'elle arriva aux abords de l'Au-Dela, elle eu du mal à
reconnaître l'endroit à cause des grosses barricades dressées devant la porte, là où
habituellement s'étendait la longue file des gens désespérant d'entrer dans l'antre
d'Aria. À côté d'elles se tenait une escouade de ce qui semblait être les gardiens du
lieu. A leur tête se tenait une personne qu'elle avait déjà rencontré une fois, une Asari
nommée Kyreshorl. Elle se souvenait d'elle comme l'agent d'Aria qui avait failli lui

coûter sa peau. Cependant, elle se souvenait aussi que c'était une excellente
combattante, et quelqu'un qu'il valait mieux avoir de son côté.

Soudain, les événements prirent un jour nouveau dans son esprit. L'Au-Dela fermé,
l'espace aérien vidé, des gardes d'Aria aux endroits. Deux choses cependant la
frappèrent : les Ravageurs avait été particulièrement agités pendant cette soirée, et de
plus aucun des défenseurs qu'elle observait en ce moment ne portait leur symbole.
Shoran était elle enfin devenue folle ?


Elle se rendit compte du peu de discrétion avec laquelle elle était entrée sur la place, et
se dit que si la troupe ne l'avait pas encore repérée, cela ne pouvait pas durer. Venir
fouiller devant un des endroits les mieux gardés d'Omega n'était sans doute pas une
très bonne idée et elle se doutait que les gardes ne lui réservait sûrement pas un
traitement de faveur. Cependant, c'était sans doute la seule manière d'obtenir des
réponses et d'avoir une bonne baston de surcroît.


Elle s'avança donc vers les barricades en faisant attention de ne pas faire de
mouvement agressif.


"Mon nom est Elena T'Soran. Je sais que vous allez combattre pour Aria, et peut-être ne
refuserez-vous pas un bras de plus.
"

Elle s'était rapproché encore un peu plus et dirigeait son regard vers l'Asari en charge des
opérations.


"Vous n'avez sûrement aucune raison de me faire confiance, mais vous m'avez déjà vu
à l'œuvre. Laissez moi vous faire mes preuves en combattant avec vous.
"


Un long silence suivit, et Elena se préparait à se faire fusiller sur place à tout moment si
Kyreshorl prenait sa tirade comme un affront. Un mince espoir subsistait cependant,
conforté en partie par le souvenir de leur petite alliance dans le passé. Les soldats
tenaient leurs armes braquées sur Elena, attendant simplement l'ordre de faire feu.



Dernière édition par Elena T'Soran le Dim 13 Mar 2016, 13:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 106

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Mer 20 Jan 2016, 23:55
La chose qui était sûre, c'est qu'Anton avait rassemblé une sacrée armée. Humains, butariens, turiens, asaris, et même vorchas. Graam cherchait des krogans du regard. Il n'en voyait pas beaucoup, mais il y en avait. Il trépignait tellement d'impatience. Il avait envie de descendre ces marches et de donner des coups de tête à tout va, charger dans la mêlée et de mettre fin aux pittoresques vies de ses ennemis. Il écoutait à peine la conversation, et ne pouvait effacer le large sourire béat de son visage. Anton, lui, n'était pas dans le même sentiment. Il semblait s'impatienter et répondit avec fermeté, et autorité.

-Je ne joue nullement avec vous, « capitaine ». Dans cette histoire, si je devais cibler un fautif quelconque à tout ce qu’il se passe, je donnerais votre incompétence à tenir un délai. N’avais-je pas précisément indiqué la date du 14 ? Est-ce de ma faute si votre équipage doit désormais payer cette erreur?

Malcolm se redressa. Il fit un pas en avant et commença à lever le bras. Deruuk le stoppa d'un simple signe de la main. Il voulait entendre ce qu'Anton avait à dire.

-Vous voulez un topo. C’est amusant, je n’ai reçu nulle preuve que notre collaboration se soit transformée, faisant de vous mon supérieur. Notre partenariat portait sur vos missions pour moi, il s’est terminé à l’instant même où vous avez décidé de rompre l’accord en décidant de vous présenter un jour plus tard que prévu. Il n’y a plus ni coopération ni alliance à cet instant précis capitaine.

Il avait raison. Deruuk le savais lui-même, il avait merdé sur cette dernière mission. Pas de beaucoup, mais de déjà trop. Intérieurement, il se disait qu'Anton aurait pu au moins lui indiquer l'importance de la mission, mais il ne dit rien. Rien ne justifiait le retard. Baldwin n'était pas de cet avis. Sa voix se fit entendre au travers de son casque.


-Hey !
-Malcolm.

Deruuk s'était adressé à son co-équipier un air sévère. L'ex-soleil bleu hésita, baissa la main et se recolla contre le mur. Il croisa les bras avec mécontentement. Khätk tourna le visage vers Anton, l'invitant du regard à continuer.

Anton termina de parler. Il était confiant, et ne s'était pas arrêté une seule seconde. On aurait pu croire que son texte était préparé à l'avance, mais il ne l'était pas. Deruuk fut remit à sa place. Ce dernier ne disait mot. Il écoutait, il réfléchissait. Même s'il avait parfois le sang chaud, il n'était pas non plus buté. Tout ce que disait Anton était vrai. Khätk n'avait pas le droit de se plaindre. Pas maintenant. Il regarda avec attention la carte de la station, écoutant le plan d'Anton, qui lui était donné sans même confirmation de son alliance, renforçant ce sentiment de malaise que Deruuk éprouvait depuis les dix dernières minutes. Une fois qu'Ardak eut fini, le contrebandier ferma les poings et posa ses métacarpiens sur la table où Anton venait de faire sa présentation, son regard, vide, orienté vers le centre de celle-ci.

-Non.

Il prit un temps. Un long temps. Il n'arrivait pas à penser à autre chose que les mots d'Holly. Il les répétait et les re-répétait dans sa tête, en boucle.

-Non, vous avez raison.

Il se sentait obligé de revenir sur les mots d'Anton.

-Je...

Comme toujours, admettre ses erreurs était toujours plus difficile que de les rejeter sur quelqu'un. Il eut besoin d'un temps. Il souffla et regarda Anton droit dans les yeux, au travers de l'hologramme.


-Je suis dans le tort le plus total.

Il sentait son cœur battre. Il battait vite, et fort.

-Je suis responsable de la mise en danger de mon équipage, et...

Il n'avait pas envie de le dire, mais il en avait besoin.

-Comme l'a dit mon second...

Il eut un sourire nerveux, puis se contrôla.

-Vous nous avez donné bien plus que nous aimerions l'admettre.

Un boulot stable, et suffisamment d'argent pour manger. C'était déjà beaucoup.

-Effectivement, je pourrais partir me cacher dans un coin sombre, et ne ressortir que lorsque les vents se seraient calmés. Mais... Pour ce que vous avez fait pour nous, pour ça... Je tiens à donner mon aide, bien qu'elle ne soit pas aussi...

Précieuse que prévue. Il ne finit pas sa phrase. Il se passa la main sur le haut du visage. Il était fatigué, fatigué, fatigué... Revenir sur ses mots ainsi, c'était comme retourner sa veste pour sauver l'image. C'était inutile et déplacé. Il laissa un autre temps mort, réfléchissant. Il observa l'hologramme, puis se reprit

-Mais, je ne suis pas le seul.

Il pointa Baldwin, toujours accoudé contre le mur.

-Malcolm, que vous connaissez, est un excellent ingénieur, et un plutôt bon tireur. Demandez lui de garder un couloir ou une entrée et il saura rendre le lieu inaccessible.

Malcolm ne bougeait pas d'un centimètre. Il n'aimait pas Anton. Il le trouvait bien trop proche de ses anciens leader de gang. Le genre de personne à sacrifier ses soldats pour un rien. Deruuk se tourna vers le krogan.


-Graam est... Enfin, vous pouvez l'envoyer sur les lignes de front, il se fera un plaisir de déblayer le chemin.

Il chercha Neimrin du regard, puis le désigna. Ce dernier se leva aussitôt.

-Ledra est un excellent médecin. Je pense qu'il sera plus qu'utile pour sauver quelques vies. Je laisse mes trois hommes à votre commandement. Quand à moi...

Il réflechissait.

-Je ne sais pas si, après tout cela, ma présence à Omega sera tolérable, peu importe le camp gagnant...

Devait-il parler des tentatives d'assassinat de plus en plus nombreuses ? Il s'était fait assaillir en ces lieux il y a à peine une semaine, et la danseuse lui avait laissé quelques cicatrices... Non, il n'était temps de se plaindre. Il donna un petit coup sur la table.

-Mais vous m'avez promis du changement. Je ferai en sorte que vous subsistiez pour l'effectuer. Si je me greffais à votre garde personnelle, je ne vous ralentirais pas.


Il y eut comme un silence. Qu'est-ce qu'Anton allait dire ? Il n'attendit pas la réponse, et désigna l'hologramme.

-On attends le début des hostilités, puis on fonce sur les mines. D'accord, mais, et après ? Non, même pas. Et pendant ? Les mines sont immenses, bien trop grandes pour être fortifiées convenablement, probablement même pour votre armée. Et si Shoran décide d'abord de s'occuper de vous avant de se lancer vers Aria ? Est-ce qu'on sait comment les deux camps sont équipés ? Avons-nous d'autres alliés potentiels ? Et, plus important encore...


Il se mordit la lèvre supérieure. Il était probable qu'Ardak n'y ait pas pensé, non.

-...que se passe-t-il en cas d'échec ?

Il regardait Anton d'un air interrogatif.

-Un plan de fuite ? Une échappatoire ?

Il désigna les docks.

-Mon vaisseau est ici. Cela serait un bon plan B en cas de problème. Bien que nous ne pussions rien faire avec les défenses orbitales...

Il donnait ces informations dans le but de faire réfléchir Anton. Il fallait envisager toutes le possibilités, toutes les problématiques. Et si..? Et si..? Même avec un certain avantage, l'armée de Shoran et d'Aria restaient probablement supérieures, et un esprit lucide est un cran de sûreté. Restait à savoir si Anton allait en prendre compte ou non.





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : L'orphelinat des Ombres
Rang : Ardat-Yakshi
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit blanche
Messages : 599

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Jeu 21 Jan 2016, 13:40

Jeux de pouvoir.








Ils étaient presque prêts, les barricades étaient montées et solides, les boucliers cinétiques étaient disposés de façon logique pour une protection optimale que ce soit les combattants autant que les ravitailleurs. Les différents plans étaient déployés et chaque équipe était prête à recevoir ses ordres. A l’intérieur, bien à l’abris et bien protégé on pouvait trouver un ordinateur et plusieurs dispositifs dont on pouvait être certain qu’ils n’étaient pas là pour faire joli. Kyre observa le montage et les branchements avec le butarien qui s’en occupait, tout était fin prêt.

« Je reçois bien les signaux, tout est prêt, il ne te restera plus qu’à me faire parvenir les ordres afin que je puisse avoir ma part de plaisir. »


« Parfait, ne t’en fait pas ils arriveront plus vite que tu ne le pense.. »


Avec un échange de sourire, Kyre se dirigea vers les portes intérieure et entra dans la grande salle de l’Au-Delà, vide et sans musique, une vue particulièrement rare, elle avança de quelques pas pour se mettre en évidence et adresse un signe à Aria, un signe bref, simple et qui ne voulait dire une seule chose : « On est prêts ». Suivie de près par Garnlo, elle se tourna vers lui.

« Avant que les portes ne soient scellées, prend donc quelques bouteilles, juste assez pour offrir une lampée a chacun des nôtres, je tien au moral de ceux qui se battent à mes côtés. »


Suite à quoi l’asari retourna dans le couloir qu’elle traversa jusqu’à sortir sur les marches avec une pointe d’impatience, au plus le temps passait au moins elle tenait en place, il fallait que cela commence bientôt.

« Kyreshorl, on a un.. Une invitée. »


Aux mots de Karrlog, Kyre tourna la tête vers les barricades ou une asari était tenue en joue par nombre de gardiens. Avec le sentiment de l’avoir déjà vue, elle s’approcha un peu attendant de voir ce qu’elle avait à dire.

"Mon nom est Elena T'Soran. Je sais que vous allez combattre pour Aria, et peut-être ne
refuserez-vous pas un bras de plus. Vous n'avez sûrement aucune raison de me faire confiance, mais vous m'avez déjà vu à l'œuvre. Laissez-moi vous faire mes preuves en combattant avec vous."


Effectivement Kyre se souvenait d’elle, il était vrai qu’elle avait des compétences, et que ce jour-là tout ne s’était pas passé comme prévu, mais l’asari n’était pas une ennemie, ça elle s’en souvenait. Peser le pour et le contre, refuser des mains talentueuses serait foncièrement stupide et au cas où il valait mieux l’avoir de son côté étant donné qu’ils n’étaient pas très nombreux.

« Faites la entrer, scannez la et gardez un œil sur elle, au cas où jusqu’au moment où on la verra tuer nos ennemis. »

Un Krogan se démerda tant bien que mal à la faire passer par-dessus la barricade, non sans râler un tant soit peu en bon krogan. Une fois l’asari de l’autre côté Kyre la laissa monter quelques marches. Un autre Karrlog se planta devant l’asari en pianotant son omnitech avant d’effectuer un scanner sur Elena. « Un instant… » Le rayon Scanner passa trois fois sur l’asari ce qui fut assez long pour que Kyre ait le soupçon que Karrlog ait lancé deux ou trois fois le scanner d’affilée. Puis il tourna la tête vers Kyre, dans un soupire.

« Bon.. Elle est clean. »


Karrlog s’écarta.

« Comme tu l’as dit toi-même, cette situation ne nous permet pas de te faire confiance, mais je vais faire un pari risqué. Nous avons déjà combattu ensembles, mon pari se tiendra à cela, j’espère que je n’aurais pas à revenir sur ma décision. »« En attendant, bienvenue à l’endroit les plus dangereux de la station, j’espère que tu es bien préparée. »

Au moins il y avait un peu plus de couleur parmi les gardiens du QG de la reine, mais surtout un combattant de plus, ce qui n’était pas négligeable. Tous étaient maintenant en attente en sirotant un peu l'alcool que Kyre avait demandé plus tôt, un étrange silence avait envahis la grande place devant l’Au-Delà, un silence oppressant, une forte tension et beaucoup d’impatience, le tout mélangé à une violente soif de sang. C’était ça.. Le meilleur cocktail que pouvait offrir Omega.






Kyre:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Ravageur
Rang : Pacificateur
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 1102

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Sam 23 Jan 2016, 14:16
Tout aurait plus dérapé alors même que rien n’avait réellement commencé. A tout autre moment qu’en ce jour, la situation aurait d’ailleurs été catastrophique, mais heureusement pour l’humain se prénommant Malcolm Baldwin aurait connu le courroux légendaire du Pacificateur. Néanmoins, le bonheur du moment suffit à annihiler toute colère en Anton qui ignora alors les tentatives pathétique de l’humain de laisser éclater la sienne.

Toutefois, ce qui sauva réellement le contrebandier, bien plus encore que la joie de l’ancien ravageur, se trouva être la réaction même de son supérieur, le capitaine Khätk qui se trouva comme transfiguré sous les propos d’un Anton plus franc que jamais. En effet, Deruuk ravala soudain toute sa bille et se transforma enfin en un allié stable qui abandonne ses rébellions inutiles et contre productives. Ce changement étonna bien plus le Pacificateur qu’il n’accepterait jamais de l’admettre jamais, mais amusa aussi grandement un Anton qui effaça de sa mémoire les réactions de l’humain.

Désormais, l’Alliance repartait de zéro, le butarien était prêt à oublier toutes les erreurs et manques de respect de toute la troupe, en espérant que ce changement soit une véritable décision et non un évènement passager. Toutefois, Deruuk semblait aussi motivé à repartir à zéro que son employeur aussi décida-t-il de faire sincèrement et sérieusement les présentations avec ses acolytes. Au nombre de trois, les membres d’équipage du capitaine semblait compétents, mais aussi dangereusement indépendants, avec un krogan aussi impressionnant que le reste de ses congénères. Une équipe intéressante à n’en point douter.

Mais, Anton n’eut pas le temps d’en placer une que déjà le capitaine butarien continuait à parler, semblant ne plus vouloir s’arrêter. Et le Pacificateur décida de laisser Deruuk en terminer avec toutes ses interrogations et présentations avant de prendre la parole, aussi le butarien se contenta de scruter le visage de son interlocuteur, voyant tour à tour, la fatigue, le doute, la colère et l’espoir transparaitre dans son regard. Deruuk était vraiment un personnage passionnant, son histoire devait l’être sans hésitation, aussi Anton se promit de le questionner sur cela une fois tout ceci terminé.

Puis le capitaine contrebandier en termina enfin, laissant alors le champ libre au Pacificateur pour revenir sur les différents points soulevés par son allié.

« Mais au contraire Deruuk. » Anton employait volontairement le prénom du capitaine pour renforcer la camaraderie qui devait impérativement naitre pour maximiser son utilité. « Votre aide est plus que la bienvenue. Je sais que tu as échappé à de nombreuses tentatives d’assassinat, ce qui fait de toi quelque chose de rare et d’appréciable. Un survivant, voilà ce que tu es. Et c’est de cela dont j’ai besoin. D’esprits libres capables de s’adapter et de survivre à tout ce qu’on peut placer sur leur route.

C’est avec plaisir que je joindrais tes hommes à mes troupes, car je sais que tu ne t’entoures que de personnes qui te sont semblables. Graam, tu rejoindras le commando Na’Hesit, ils auront besoin de ta puissance de feu. Ledra, tu te joindras aux unités de soutien, la chef de contingent Alina se trouve dans le coin sud-ouest de l’entrepôt. Pour ce qui est de toi Malcolm. Tu te joindras au contingent d’ingénieurs dirigé par Solan, il se trouve dans le coin est de l’entrepôt. »


Puis Anton leur indiqua qu’ils pouvaient rejoindre de suite leur contingent, ce qu’ils firent non sans demander son avis à leur capitaine. Une fois qu’il ne resta plus que les deux butariens dans la pièce, le Pacificateur se releva enfin et, tout en gardant sa main droite sur la poignée de son couteau de combat, fit le tour de la table diffusant l’hologramme de la station, jusqu’à se retrouver juste à côté de Deruuk.

« Tu seras avec moi pendant les combats, mais sache que je ne suis pas le genre de commandant à rester en arrière. » Peu de chances que cela dissuade le contrebandier qui semblait penser pareil, mais autant être totalement honnête. « Le plan est plus complexe que de simplement prendre les mines Deruuk. En vérité, et bien peu le savent, mais il existe un endroit bien plus important que le centre de commandement sur Oméga. Au-delà des mines se trouve le cœur même de la station, de là on peut désactiver la plupart des systèmes, et même prendre le contrôle d’un grand nombre d’entre eux.

Contrôler le cœur revient à contrôler la technologie d’Oméga, et avoir un droit de vie ou de mort sur un grand nombre de quartiers. Nous pourrions même couper le courant dans les secteurs désirés. Nous serions les véritables maîtres d’Oméga tout simplement. »


Puis Anton déposa une main sur l’épaule du contrebandier, avant de la retirer très rapidement.

« Pour ce qui est de Shoran, pour le moment elle n’est pas véritablement un danger, même si elle peut très vite en devenir un. Mais pour le moment elle concentre son attaque sur l’Afterlife, la quasi-totalité de ses troupes s’y dirigent nous laissant virtuellement libres de nos mouvements. Seulement je n’ai pas répondu aux demandes d’aide de Shoran et elle doit maintenant soupçonner que je ne suis plus son allié.

Pour ce qui est de nos autres alliés, il est évident que mon armée ne se contente pas de ce qu’il se trouve ici. Mais nul besoin de s’inquiéter pour cela maintenant, chaque pièce est en place et n’attend plus que les ordres pour agir. Toutefois, le plus important de mes alliés sera de la partie pour prendre les mines, les troupes de Dahl terminus et d’Eclipse nous y rejoindront. »


Puis le Pacificateur désactiva l’hologramme de la station et se dirigea vers l’ascenseur, faisant signe à deruuk de le suivre.

« Pour ce qui est de la fuite, en cas d’échec. Tout cela dépendra de tant de choses que je ne peux pas réellement répondre à cela. Si la défaite est assurée, alors je vous autorise à fuir et quitter la station avec votre navette. Pour ce qui me concerne, je ne pense pas que je serais encore en vie pour prévoir une telle chose. »

Alors l’ascenseur atteignit l’étage désiré, et la porte s’ouvrit pour laisser passer les deux butariens. Anton fut alors une nouvelle frappé par l’ampleur de la force qu’il était parvenu à amasser, lui le pauvre soldat d’une famille pauvre d’Anhur qui avait réussi à lever une armée. Le plaisir de sa réussite vit apparaitre un large sourire sur son visage. C’est alors qu’une asari réapparut, avec à ses côtés une humaine fort dérangeante mais bien connu du butarien.

« L’humaine désirait que je la guide vers vous. »

Anton acquiesça et fit signe à l’ancienne ravageur de les laisser, Kydra semblait complètement surexcitée à l’idée de la guerre annoncée. Une excellente chose.

« Kydra. Je suis heureux que l’accord soit signé, mais je suis étonné que vous décidiez de vous joindre directement à nous. Néanmoins cela est une bonne chose, j’ai une mission à vous confier. J’ai besoin de quelqu’un capable d’une grande discrétion pour mener à bien une mission d’assassinat.

La mission consiste en décapiter les ravageurs afin de gêner leurs opérations sans les faire perdre directement. Il faut mettre à mort l’un des lieutenants de Shoran, Jikew un drell qui gère les finances du groupe et s’occupe des pots de vins des ravageurs aux différents gangs qu’ils conservent comme alliés.

Il est le pilier des alliances des ravageurs, et un excellent gestionnaire. En ce moment même, il doit coordonner les actions des différents groupes qui sont trop loin de Shoran pour recevoir directement ses ordres. Il faudrait s’infiltrer dans la base des ravageurs et abattre Jikew. »


L’humaine qui possédait un sens certain de la discrétion, était un individu largement capable de mener à bien cette mission dangereuse.

« Evidemment, nous possédons les plans de la base, et un agent en interne qui peut vous aider. Une fois cette mission accomplit, deux autres cibles s’offrent à vous, Rhys un humain qui mène les troupes lourdes des ravageurs, et Shoran. La mission est simple, semer la mort.

Toutefois, les meurtres ne doivent pas être aveugles, faire tomber Shoran trop vite serait complètement contre-productif. Il faut au préalable que ses troupes saignent celles d’Aria. Aussi il est impératif de commencer par Jikew. »


Les ordres étaient donnés, que Kydra réussisse, alors la guerre serait facilitée et il existerait moins d’individus à traquer en cas de victoire. Qu’elle rate, alors le conflit n’en serait que plus long et sanglant, aussi Anton espéra que l’humaine fut aussi compétente qu’elle se plaisait à le croire.

Puis Anton activa son omnitech et envoya à tous ses alliés l’ordre le plus attendu. Ils partaient pour les mines, la guerre pouvait enfin commencer.


Je suis la fille d'Anton Ardak. Et accessoirement, reine pirate profitant actuellement de ses congés.
Kydra Lifith, 27 janvier 2202

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4119

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Lun 25 Jan 2016, 20:54
Oméga, perle des terminus était devenue le théâtre magnifique d'une bataille grandiose. Chacun fermait ses portes, espérant qu'une grenade ne toquerait pas, barricadait ses fenêtres en prévention. Certains préparaient consciencieusement les pillages qui pourraient être faits après les combats. Chacun était donc à son ouvrage.

Il travaillait comme un damné qui met en place sa propre pénitence. Il se préparait à marcher dans la trace des grands, il voulait avaler Oméga en entière et la mâcher sous les dents de sa vision dévoyée. Il était comme ça, ce butarien. Aux commandes de sa petite armée, prêt à ordonner l'ensemble de ses troupes pour une première et ultime fois. Anton Ardak, tu as su donner à ta haine mélangée d'espoir une saveur de réalité. Où t'emmèneras donc cette folie ? Toi ? Spectre des Terminus ? Tu n'es qu'un sac de frappes. À force de survivre aux coups, tu t'es cru immortel.
Ils y croient à tes conneries, pourtant. Ils croient que tu peux changer la station ou ils croient que tu es le meilleur vecteur d'anarchie ? Les Pacificateurs sont là pour ta Traque. Ils te connaissent, mais les autres ? Ils veulent juste être quelque chose, sortir de leurs habitudes. Devenir le nouveau seigneur d'un quartier, gagner assez d'argent pour se payer du sable rouge jusqu'à en mourir, ou simplement combattre jusqu'à la dernière minute

-----------

Combattre jusqu'au dernier instant. C'est le sentiment, la sensation qu'avaient tous ceux qui protégeaient l'After-Life depuis l'extérieur. Les hommes de Kyre encore plus que les autres semblaient emplis de cette motivation, 'une tâche finale et si honorable. Seul Gernlo semblait avant tout motivé par le sang et le fait de tuer ceux qui étaient en face. Les tourelles furent montées dans un quartier qui se vidait de plus en plus vite des derniers habitants. Derrière eux, une fois les ravitaillements placés dans le couloir, protégé par des blindages, un bruit lourd et grinçant se fit entendre. Chaque issue extérieure vers l'After-Life se ferma, un mur de métal de 50 bons centimètres se levant contre les portes et les fenêtres. Un léger tremblement du sol montrait sans doute que la même se produisait dans les souterrains. Seule la porte du couloir -bien que verrouillée- resta visible. Il semblait qu'Ara laissait le choix à ses alliés de se retrancher en cas de menace ultime, un communicateur luisant d'un vert rassurant près du chambranle de la porte.
Les barricades terminées, on plaça le la mitrailleuse lourde, protégée de tous les côtés par un blindage. On commença à déployer un véritable champ de mines et les drones anti-air. Dans cette partie d'Oméga, si bourdonnante d'activité ordinairement, on entendait juste les murmures d'une guerre prochaine, d'un crépuscule au massacre.

-----------

Difficile d'ignorer cette odeur de fer, prémices de l'odeur du sang, même à travers le filtre d'une combinaison Volus. N'est-ce pas ? Mais cela permet tellement, les guerres. C'est qu'il s'agit là de beaucoup d'argent, de pouvoir et surtout, surtout ! De savoir enfin ce que chacun de ne sais pas. Les cartes vont s'abattre les unes après les autres sur la table, celles d'Arya, celles de Shoran. Mieux. Elles vont être si plongées dans leurs jeux qu'il sera même possible de tricher, de découvrir ses cartes avant même qu'elles ne tombent sur le satin vert d'une antique table de poker.

Alors que tu finissais de prévoir ta sortie, ou ta fuite, comme il serait important de le dire. La voix d'un de tes galariens se fit entendre.

"C'est… Monsieur, c'est comme si la station était en train de se métamorphoser ! Des murs sortent de partout !"

Tandis que le plan de la station s'affichait devant Dahl, les points signifiaient les mouvements de "terrain" étaient légions. Autour du centre de commandement, en particulier, mais aussi dans tous les quartiers des deux anneaux supérieurs de la station. Certains points brillaient même au niveau des mines. Était-ce un effet de la nouvelle apprise ou une réelle sensation ? Le sol semblait vibrer légèrement.

-----------

Les clans Vortchas fixèrent le butarien sortir, certains sifflaient légèrement. Une fois les intrus disparus, chacun attrapa le pistolet qui lui avait été offert, ils passèrent près d'une minute à observer les cadeaux sous toutes les coutures. Ssh'tek était le plus âgé, du haut de ses 17 ans, il présentait toutes les affres de la douleur. Il fallait comprendre ici qu'il était le plus résistant et le plus respecté de la table. Cinq des autres chefs présents l'étaient grâce à lui, ceux-ci étaient plus calmes que les quatre autres qui discutaient en agitant les pistolets, argumentant sur les différentes stratégies à adopter : profiter de la "guerre" pour piller ? Tenter de faire confiance au Butarien ? Se ranger du côté de Shoran ? Chacun avait sa propre idée des choses à faire. Ssh'tek fit claquer le pistolet d'or sur la table, une nuée de sifflement lui répondit avant qu'il ne prenne la parole.

"Le butarien n'a pas faux… Nous ne ssssommes que des rejets icsssi. Aerdrissss est un Vortcha de confiancsssse, il l'a promu à des hautes ressssponsabilités. Les docks ne ssssont pas une csssible difficsssile… "

Les quatre qui débattaient hochèrent la tête. Le plus jeune d'entre eux -sept ans à peine- agita le pistolet en complétant :

"Pouvoir… Gavorn doit mourir.
- Les docks et Gavorn…"

Chacun s'agressa d'un sifflement et la réunion, rapide, fut interrompue. Les quatre chefs "indépendants" se levèrent et quittèrent la pièce. Ssh'tek resta avec ses vassaux et tendit la main vers le plus jeune, celui-ci lui siffla dessus. Le vétéran tira alors dans l'épaule de celui qui osait le confronter, sans vraiment prévenir. Il se jeta sur le blessé et attrapa son pistolet. C'est en appuyant sur une épaule du pied, les yeux dans ceux de son vassal qu'il siffla de nouveau. Les autres, motivés par la douleur de l'un des leurs, commencèrent à se rassembler en cercles autour du combat.
Le message était simple, donné par la douleur comme vecteur de parole. Je suis là pour donner les ordres. Deviens plus fort. Tu pourras les donner quand tu seras plus fort. En attendant, donne-moi ton pistolet et écoute-moi. De nouvelles douleurs salvatrices te renforceront. Ssh'tek reprit la parole.

"Gavorn est au csssentre de commandement. Sssshoran m'a donné sa tête et un autre cadeau…"

Le chef des clans lança sur la table un paquet qui libéra une poudre rouge en tombant sur la table.

"Csssse soir, nous n'aurons plus besoin d'eux. Jusssste nous ! Nous prendrons notre propre quartier !"

L'ambition est une passion dévorante. La passion est un feu mortel. Seuls quatre chefs de clan Vorchas vinrent se présenter auprès d'Aerdris. Prêt au combat. Et ils furent aussi surpris que lui de ne pas voir les autres se présenter. Ces lâches.

-----------

Shoran était à la tête d'une véritable armée. Et en ce sens, le fait qu'elle reprenne le contrôle d'Oméga lui semblait plus que logique, elle était restée sur l'épaule de l'Atlas tandis qu'ils se dirigeaient vers le centre de commandement. L'émergence des murs fut une mauvaise surprise, mais rien n'est assez puissant pour des pains d'explosifs. Une fois les rues de la station dégagées les unes après les autres, un campement de fortune fut installé à équidistance entre le Centre de Commandement et l'AfterLife. Jiwek avait tout prévu et les installations furent renforcées en très peu de temps.
Shoran savait qu'Aria, affaiblie, tiendrait une guerre de position. La force brute, malgré les simagrées de Rhys à ce propos, ne serait que d'une utilité limitée. Shoran observa un instant le plan devant elle. Tout en parlant, elle montrait les endroits.

"Je veux des éclaireurs vers l'AfterLife, qu'ils grimpent les murs sans les faire exploser. Je veux que nos meilleurs snipers les suivent, avec quelques ingénieurs. Une fois ceux-ci placés. Nous enverrons ensuite par navette deux unités de 50 hommes ainsi que Les fils du Patriarches, ils ouvriront la marche. Je veux également des ingénieurs Quariens pour dynamiter les égouts."

Elle passa ensuite au centre de commandement.

"C'est notre cible principale. Là aussi, éclaireur en premier lieu. Qu'ils placent le brouilleur de transmission. Ensuite, cinq unités de 75 hommes et trois des ATLAS. Je veux nos meilleurs ingénieurs prêts à entrer pour prendre possession de l'endroit aussi facilement que Rhys boit une bouteille d'alcool. Les pacificateurs devront faire des rondes environ 150 mètres autour du bâtiment pour trouver le passage des renforts et les prendre en embuscade. Je…
- Shoran ?"

Il s'agissait de Jiwek, un drell habillé de manière discrète. Il était connu de tous pour être le bras droit de Shoran niveau logistique. C'est avec un ton mesuré qu'il annonça la nouvelle :
"Anton et sa bande ont disparu. Ils ne sont ni ici, ni du côté du repaire. Ils ne répondent pas à mes tentatives de contact. Les Soleils Bleus signalent également la défection d'une partie de leurs troupes. Ssh'tek est arrivé au camp avec des nouvelles étranges, affirmant que le butarien a tenté de les corrompre."

Shoran frappa sur la table, brusquement, avec un cri de rage.

"Quel sac de merde ! Je n'ai pas le temps pour ses conneries. Envoie les Thanatos à leur place et préviens Rhys.
- Pour ?
- Qu'il écrase toute tentative de la part de cet emmerdeur, qu'il lui recrève ses quatre yeux et lui fasse bouffer sa putain de rébellion. Mais qu'il se concentre surtout sur le centre de commandement avec les patrouilles."

Jiwek eut juste un petit sourire. Les Thanatos était une compagnie d'une dizaine individu aux ordres directs de Rhys. Dans un mouvement d'humeur, elle fit un geste de la main à travers l'hologramme devant elle.

"Ni lui, ni Aria ne vont me prendre mon trône. Que les éclaireurs partent immédiatement !"

-----------

Dans le centre de commandement, on avait appliqué les procédures demandées par Aria. Les défenses orbitales avaient été mises en place, ainsi que les murs pour ralentir l'avancée des armées. Les systèmes de protection des mines avaient également été activés. Des murs deux fois plus épais que ceux présents en ville avaient scellé les entrées et des méchas avaient été activés dans les mines pour en assurer la protection. À l'extérieur, des tourelles automatiques avaient été mises en place dans cet espace dégagé qu'était l'entrée des mines.

Dans le centre lui-même, on verrouillait les procédures, on brisait les écrans qui pouvaient permettre le piratage. On se préparait plus que de mesure. L'extérieur de l'endroit était devenu un véritable bunker, le nombre d'hommes autour de l'endroit et le matériel était supérieur par deux à l'AfterLife. Quelques vétérans, beaucoup de tout-venant. L'assaut allait arriver. On priait. Aria avait à présent les derniers contrôles de la station dirigés vers elle. À l'extérieur, les éclaireurs déployaient un brouilleur pour empêcher les communications de passer.

-----------

L'assaut sur l'AfterLife commença également. Les snipers se placèrent avec beaucoup de discrétion, attendant le signal. Les éclaireurs signalèrent les défenses visibles et les navettes déposèrent les troupes derrière les murs les plus proches qui s'étaient levés. Une compagnie krogane, lourdement armée et protégée d'armures épaisses monta de nouveau dans une des navettes une fois celle-ci vidée des autres hommes et du matériel. Les ingénieurs Quariens, accompagnés d'une garde d'une dizaine d'hommes descendirent dans les égouts.
La navette contenant les Krogans s'éleva alors depuis derrière le mur où il étaient planqués pour foncer directement sur la première barricade de l'After-Life. Vite abattue, elle s'écrasa néanmoins à une dizaine de mètres de la ligne de protection. Les krogans -ayant prévu le crash, peu blessés par es sécurités prises- commencèrent à en sortir, derrière eux, des explosions se firent entendre, ouvrant des brèches dans les murs. Le chef des Fils du Patriache se mit à hurler depuis la cabine tandis que ses frères chargeaient l'AfterLife et que les snipers commençaient leurs premiers tirs.

MJ a écrit:
Situation actuelle :
- Le discours d'Anton a galvanisé ses troupes, si bien que certains se voient déjà roi d'un quartier ou d'un autre. Malgré une volonté d'unité, les troupes pensent avant tout à leur propre part du trésor.
- L'After-Life est protégée par une garnison d'une soixantaine d'hommes et femmes, sans compter les ingénieurs et les médecins. Les barricades sont en place, ainsi que les tourelles et un canon principal. Les sous-terrains sont sous surveillance. Le terrain est miné.
- L'énergie est mère de tout. Avec l'électricité, Arya peut enfin faire de la station la forteresse mortelle qu'elle avait prévue avec les ingénieurs après Cerberus -décédés pour la plupart durant le BlackOut-. Des murs bloquent certains quartiers, en particulier le centre de commandement et l'After Life.
- Les mines sont également bloquées par des murs, encore plus larges que ceux trouvables dans la cité. Elles sont scellées et protégées par des méchas et des tourelles. Des patrouilles mécaniques rôdent également à l'intérieur.
- Trois clans Vorchas se sont alliés à Anton.
- Shoran a découvert la traîtrise d'Anton. Elle attaque actuellement l'After-Life et le centre de commandement.
- Les communications dans un rayon de 5 kilomètres autour du centre de commandement sont brouillées, des effets peuvent se ressentir sur toute la station.

Voici ! J'espère que cela vous plaît, très bonne chance pour la suite ! Vous avez de nouveau 8 jours, un seul post chacun cette fois. Je répondrais en avance si les posts sont tous donnés avant 8 jours.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Ravageur
Rang : Pacificateur
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 1102

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Mar 26 Jan 2016, 11:48
Ainsi les dés étaient lancés et plus rien ne pouvait faire revenir la situation en arrière, Shoran et Aria s’étaient déclarées la guerre et la station allait trembler devant le courroux de ces deux êtres hors normes. D’un point de vue extérieur, Anton aurait apprécié la situation, il aurait aimé observer le duel à venir et pris un plaisir presque inégalable à découvrir la mort d’une des deux leaders.

Mais maintenant tout venait de changer, lui le modeste chasseur de prime qui avait posé les pieds quinze ans auparavant pour une mission dont il n’avait plus guère de souvenirs. Déjà temps d’années à parcourir les rues pour accumuler les contrats à la petite semaine et parvenir à se lier avec l’un des êtres les plus puissants de cette station. Le chef des serres d’alors, qui devint par la suite un excellent ami d’Anton, Zevik Orlok, un butarien ambitieux qui avait tenté de renverser Aria pour finir trahit par l’un de ses lieutenants, Shoran.

Quelle ironie que tout se déroule une nouvelle fois de la même manière, Shoran se rebellant contre Aria, et l’un de ses lieutenants qui la trahit. Peut-être que l’histoire était réellement un éternel recommencement, mais cette fois-ci Anton ne serait pas loin, perdu sur un monde sans grand intérêt à déambuler dans le désert alors que la guerre avait lieu. Non cette fois Anton en serait partie intégrante, et même plus, parviendrait à supplanter tous les autres.

Si en vérité il n’était qu’un outsider attendu par personne et craint par peu, alors le butarien allait prouver aux grands de la station qu’il n’était pas le faible qu’ils pouvaient s’imaginer. Ils avaient tous ignoré la véritable puissance, et avec elle Anton allait vaincre. Même en sous nombre, même sous-estimé, la victoire serait au bout du chemin. De toute manière plus la victoire était inattendue plus sa gloire en serait grande, et cette fois-ci elle éclipsera tout le reste.

Toutefois, avant que tout cela ne soit décidé, les actes allaient primer. Aussi Anton décida de repousser quelques peu le départ, et grimpa sur un container gisant contre la paroi de l’entrepôt, témoin muet d’une des plus grandes bataille de l’ancien ravageur.

« Formez les contingents. » La voix dure du butarien résonna dans tout le bâtiment, amenant avec lui un silence rapidement coupé par le bruit des unités se formant. Quelques minutes furent nécessaires pour que l’armée soit totalement organisée.

« Le plan d’attaque est simple. Le contingent d’insertion transporte le pilier de notre assaut, il sera chargé de mener l’attaque des mines. Le contingent de percée formera l’arrière garde, une fois les mines pénétrées, vous prendrez la tête et sécuriserez la première cavité de forage.

Le contingent d’affrontement se scindera en deux groupes, le premier attirera l’attention des défenses, sans prendre de risques inconsidérés, le second restera avec le contingent d’environnement. Ce dernier s’occupera de verrouiller la zone après notre passage.

D’après nos agents, Aria a organisé de très nombreux travaux dans de nombreux secteurs de la station, aussi nous n’avons pour le moment que peu d’informations sur les défenses qui nous attendent une fois dans les mines. Aussi le contingent d’insertion devra mener l’avant-garde en préalable de toute attaque. »


Les différents chefs d’unités donnèrent alors plus en détail les plans de l’attaque, qu’ils avaient directement reçue d’Anton lors de la réunion précédente. Satisfait, le Pacificateur redescendit du container et lança les mouvements de son armée. Le simple fait de penser ainsi à cet amas de combattants suffit à redonner un plaisir certain à l’ancien ravageur qui se surprit à sourire.

Toutefois, tout ne pouvait rester parfait, alors qu’un Soleil Bleu, Lanius et un parfait inconnu arrivaient au pas de course. Se sentant prêt à entendre les première mauvaises nouvelles, Anton fit signe au Soleil Bleu de parler en premier.

« Seul trois clans vorchas sont venus. Il semblerait que les autres se soient ralliés à Shoran. » La nouvelle, bien qu’étonnante, ne déstabilisa guère l’ancien ravageur qui avait prévu une utilité limitée des clans. Ce qui dérangeait vraiment le Pacificateur c’est que Shoran puisse lui piquer ses alliés.

« Bien, changement de plan. Rapatriez les clans vorchas dans la planque de Wsoran, pour le moment il est inutile d’assiéger les docks. Dites aux vorchas qu’ils ont gagné ma confiance et qu’ils auront une récompense bien supérieure une fois la victoire assurée. Dites leur bien que désormais tous les autres clans sont nos ennemis, et qu’une fois vainqueur tous les membres des autres clans seront partagés entre les leurs.
Dites à Wsoran qu’il sépare les clans pour qu’ils ne s’entretuent pas. »


Une fois chargé des ordres, le Soleil Bleu repartit sur le champ. S’avança alors Lanius.

« Les troupes de Dahl terminus sont prêtes et ont déjà commencé à quitter les lieux pour rejoindre les mines. Je pense qu’elles y seront avant nous, mais de peu. »

Cette fois-ci les nouvelles étaient loin d’être mauvaises.

« Bien, retourne avec les troupes de Dahl et dit lui de nous attendre avant de lancer l’assaut. Nous aurons besoin des méchas d’Eclipse par la suite. » Le turien quitta alors le hangar pour transmettre les demandes de son chef. Il ne restait plus alors que l’inconnu, un butarien portant le sigle d’un gang mineur.

« Anton Ardak. » Et le butarien pencha la tête sur la gauche en signe de profond respect, et de soumission. Ce en quoi Anton lui répondit par un hochement de tête à droite, symbole de supériorité. « Je suis Geor’Ge soldat du clan des sangs purs. Ce serait un honneur si nous pouvions soutenir l’un de nos frères pour que notre espèce domine cette station. »

Les sangs purs, un gang de fanatiques prônant la supériorité de l’espèce butarienne et vénérant un prêcheur fou qui avait largement fédérer sur Oméga lors de la conquête de Cerberus en accusant l’humanité de tous les maux. Depuis le gang sème la terreur en kidnappant de nombreux humains pour les revendre en esclaves.

Heureusement, extrêmement peu d’humains faisaient partie de l’armée d’Anton, la plupart soutenant Aria pour son amitié supposée avec le Grand Shepard, ou Rhys le lieutenant de Shoran. Aussi la proposition pouvait être acceptée sans trop de risques.

« Que les sangs purs se joignent à nous. Mais je ne veux aucune dissension dans mon armé. Je ne tolèrerais donc pas la moindre insulte à l’un des miens que ce soit bien clair. »

Le butarien acquiesça à nouveau en inclinant sa tête sur la gauche, puis se plaça aux côtés dun Anton bien trop pressé par ses obligations pour prêter plus attention à un seul individu.

***

L’entrée des mines étaient désormais visible de toute l’armée, et ce qu’elle vit ne fut pas pour la réjouir. Il était indéniable qu’Aria avait encore de nombreuses armes sous sa manche, et que la reine était encore loin d’être si faible qu’on put le prétendre. Elle avait fait barricader toute l’entrée par un mur épais qui semblait complètement indestructible. Mais le pire restait sûrement les défenses que le contingent d’insertion avait découvertes en arrivant. Plusieurs batteries de tourelles et des unités de méchas formaient une défense solide.
Toutefois l’absence de combattants autonomes était une nouvelle excellente, et contrebalança amplement la mauvaise surprise de ces défenses.

Alors un ravageur, qui n’avait pas effacé ses marquages d’appartenance au groupe apparut, se faisant escorter par deux combattants Na’Hesits. L’espion, un galarien, scrutait Anton avec ses yeux globuleux mais ne semblait exprimer nul mépris ou respect. Le regard habituel d’un galarien en vérité. L’un des Na’Hesits prit alors la parole.

« Nous l’avons attrapé alors qu’il espionnait nos forces. Il ne s’est même pas débattu. »

L’espion arbora alors un large sourire.

« Votre armée ne vaut pas grand-chose face à celle de notre future reine. Vous êtes fini Pacificateur Ardak. Nous menons l’assaut sur l’Afterlife et le centre de commandement, bientôt nous tiendrons la station. En plus Rhys a reçu pour ordre de vous crever les yeux, bientôt vous serez comme tous les traitres, un trophée. Nous … » Comme à son habitude, le galarien se fit fidèle à son espèce et déblatéra toutes ces conneries à toute vitesse. Mais Anton commençait à en avoir déjà marre et coupa net son interlocuteur. « Nous ? » Et un carnifex apparut subitement sur le front de l’espion qui n’eut que le temps de faire grossir encore plus ses yeux avant qu’une balle ne lui détruise le crâne.

Le même Na’hesit reprit alors la parole, tandis que le second plaçait le corps du galarien sur ses épaules avant de s’éloigner de la zone.

« Eclipse est déjà en place. Ils semblent préparer un assaut, mais une autre nouvelle, nous ne parvenons plus à contacter le reste de nos forces. »

Ainsi Aria avait décidé de brouiller les communications, une stratégie intelligente et logique. Toutefois, c’est pour ça que l’ancien ravageur avait décidé de tant utiliser des êtres vivants pour transmettre ses ordres, une stratégie aussi veille que les butariens, mais qui restait toujours le plus sûr des moyens de communication.

Puis l’armée atteignit les rangs des forces d’Eclipse, qui avait déjà commencé à activer une grande partie de leur force mécanisée. Et pour la première de sa vie, Anton fut heureux de voir le groupe mercenaire, qui était le plus efficace des alliés pour une pareille situation. Ses nombreux ingénieurs et biotiques étaient une force non négligeable, encore plus lorsque les adversaires se révélaient être des robots et des tourelles automatisées.
Aussi Anton se dirigea vers ses nouveaux alliés, qui réagirent rapidement aux nouveaux venus en envoyant une asari et deux méchas à leur rencontre.

« Anton Ardak je suppose ? » L’asari semblait correspondre en tout point aux membres de son espèce, et aux représentants d’Eclipse. Une saloperie méprisante et hautaine, mais sûrement compétente. « Nos forces sont prêtes à détruire les défenses adverses, mais pour le mur que faisons-nous ? »

Anton ne prêta guère attention à l’asari, se contentant d’observer l’épaisse protection qui le séparait de sa destination.

« Je doute que votre regard aussi perçant soit-il suffise à faire s’effondrer ce mur. » Les propos de l’asari étaient sarcastique mais amusèrent plus qu’ils n’irritèrent le butarien, qui garda encore quelques secondes le silence avant de daigner répondre. « Occupez-vous déjà des défenses. Et essayez de ne pas gâcher toutes vos troupes dessus, j’aurais encore besoin de vos méchas par la suite. »

L’asari ricana et se détourna de la discussion pour partir donner ses ordres. Mais s'arrêta soudain en reprenant son sérieux. "Notre allié commun vous fait dire qu'il a mis en place un système de transmission que vous pouvez utiliser malgré le brouillage. Sur le canal Terminus." Puis l'asari s'en retourna avec son armée, laissant alors Anton seul avec un Deruuk bien silencieux depuis leur départ.

« La guerre ne fait que commencer capitaine, nous aurons tout le temps d’exercer nos compétences d’ici à ce qu’elle se termine. Si toutefois l’action vous démange, je peux vous confier une mission. Une entrée secondaire doit exister, un tunnel de maintenance ou toute autre entrée trop petite pour contenir une armée, un Pacificateur a saoulé un technicien qui s’est alors vanté de savoir entrer et sortir sans que personne ne le sache.

Prenez donc les membres de votre équipage, ils réintégreront leurs unités après que nous ayons débarrassé l’endroit de cet agaçant mur de défense. Tâchez de me trouver ce tunnel s’il existe et s’il n’est pas défendu, essayer de vous infiltrer le plus loin possible. Je veux des infos sur ce qu’il se trouve derrière ce mur. »


Et l’ancien ravageur regagna ses forces pour organiser ses troupes en position défensive afin de s’assurer que personne ne vienne prendre ses forces par surprise. La nouvelle du canal de transmission non brouillé laissait le Pacificateur perplexe, devait-il réellement se reposer sur lui ? Anton décida de s'en passer au maximum, se contentant de transmettre de courts messages à ses différents alliés. Les messagers allaient encore être le centre de la communication pour le moment.

La confiance en Dahl était déjà réduite habituellement, mais cette fois-ci elle était proche du néant tandis que l'absence flagrante des forces personnelles du volus se faisait ressentir. Le butarien venait réellement d'entrer dans le jeu le plus dangereux de sa vie.

P.S. :
Spoiler:
 


Je suis la fille d'Anton Ardak. Et accessoirement, reine pirate profitant actuellement de ses congés.
Kydra Lifith, 27 janvier 2202

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant (banni du Protectorat)
Rang : Maître de la finance
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3123-omnitech-personnel-de-dahl-elkoss


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 1716
Crédits : Sabrus - DeviantArt

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Jeu 28 Jan 2016, 22:16
Le Crépuscule d'Oméga




La Reine Pirate nous avait réservé bien des surprises. Elle n'avait pas volé son titre, ni son trône !
Ses manœuvres, en fait, m'ont même poussé à me ré-intéressé à ce conflit que j'estimais déjà secondaire.
Orgueilleux ? Oui, sans doute l'étais-je. Je le suis toujours. Mais j'avais beaucoup de choses à faire, alors. Beaucoup de plans à préparer, puis à exécuter. Mais le défi intellectuel... Se faisait si plaisant. Les Ralois n'avaient pas montré autant de résistance qu'Oméga.
Mais je radote. Les murs s'étaient donc élevés, protégeant les bases de Aria T'Loak, ainsi que les sources de sa puissance. Anton Ardak et les forces que je lui avait envoyé visaient ces dernières. Pour ma part, je me décidais de passer à mon tour à l'offensive.




15 Janvier 2201,
Oméga


« C'est... Monsieur, c'est comme si la station était en train de se métamorphoser ! Des murs sortent de partout ! »
Le volus ne répondit pas, regardant la nouvelle carte se dressant devant lui. La station entière devenant une place forte aux cœurs multiples, labyrinthes de pièges contrôlés par des belligérants aux intérêts égoïstes et sans aucune loyauté. L'unique question concernant Dahl était celle-ci : de quel côté était-il, justement ?
« On détecte un trou dans les données autour du centre de commandement d'Aria. Un brouilleur. Il a été déclenché juste après la levée des murs. Ils doivent être contrôlés de là-bas. »
« SHHHK. Jusqu'où agit le brouilleur ? »
« Plusieurs kilomètres autour du CC. Mais on détecte des perturbations aléatoires quasiment partout dans la station. »
« SHHHK. Je vois. »
Le volus réfléchit un instant, puis reprit sa discussion. Il n'y avait pas de problème de transmission avec les galariens, mais ils travaillaient sur place, donc en réseau de communication interne à l'entreprise.
« SHHHK. Peut on contacter le spatioport ? »
« Faisable. Tout de suite. »
La nouvelle communication s'ouvrit, bien plus inégale, tressautant même.
« Patron ? .. vous reçoit mal ! »
« SHHHK. Allumez les vaisseaux cargos. SHHHK. Utilisez leurs propres réseaux de communications. »
« … vaisseaux, compris. »
« SHHHK. Rouvrez la communication dès que possible. »
Le volus n'eut pas à attendre longtemps. Cinq minutes plus tard, le commandant du spatioport ré-apparu sur l'holoécran de Dahl.
« Voilà, monsieur. »
« SHHHK. Parfait. SHHHK. Maintenez, créez moi un réseau recouvrant la station avec les vaisseaux. SHHHK. Je veux que tout ceux y ayant accès puisse communiquer partout sur la station. SHHHK. Et je veux que nous puissions tout surveiller. »
« Entendu. À qui donnons nous les accès ? »
« SHHHK. Contactez Éclipse, pour commencer. SHHHK. Créez également un réseau pour Ardak et ses hommes. SHHHK. Je veux plusieurs ondes différentes, SHHHK, pour que les différents groupes ne s'entendent pas. »
« Entendu, ce sera fait. »

« SHHHK. Réservez plusieurs réseaux en plus. SHHHK. Et envoyez les codes ici. »
« Oui. »
Dahl coupa la communication, puis en rouvrit une autre vers sa seconde, Jerata.
« SHHHK. Envoyez le commando de Bringtown voir Shoran. SHHHK. Sans doute a-t-elle elle aussi besoin d'un réseau de communications. »



Jouer, c'est se mettre en danger. Et croyez moi, sur ce point, Oméga était la plus grande table de jeu de la galaxie ! Mes forces, bien qu'efficaces, étaient négligeables face aux autres joueurs de la partie. Je n'avais que deux avantages : mes ressources, et je n'avais pas besoin d'éliminer les autres pour gagner. Il me suffisait de parier sur le bon cheval.
Aria me semblait être un très mauvais pari, malgré ses surprises. Mais surtout, je n'avais encore aucun moyen de communiquer avec elle. Restaient donc Shoran et Ardak. Je ne connaissais pas personnellement la première. J'étais de connivence avec le second, mais ne l'appréciait pas. Non, c’est un euphémisme : je les méprisais, lui, sa soif de sang, et son avidité aveugle. Malgré ça, il était un bon outil, et un vainqueur potentiel. Je me devais donc de négocier avec les deux en attendant que le vainqueur se démarque.




15 Janvier 2201,
Oméga


« SHHHK. Pacificateur Ardak. SHHHK. J'ai envoyé un commando autour du centre de commandement de Aria. SHHHK. Si tout se passe bien, il devrait passer par les lignes de Shoran. SHHHK. Merci de ne pas l'attaquer. SHHHK. Vous pourrez le contacter une fois qu'il aura traverser, SHHHK, si vous le souhaitez. »
Le volus envoya le message au butarien puis passa sur une nouvelle communication. Le visage de James Bringtown apparut devant lui.
« Patron, nous arrivons à proximité du camp de Shoran au CC. »
« SHHHK. Parfait. SHHHK. Demandez à être escortés jusqu'à un responsable et laisser moi lui parler. SHHHK. Vous serez sans doute surveillés par la suite, n'oubliez donc pas les consignes. »
« Ne pas participer à l'assaut. Explorer les environs du CC, tenter de couper ses communications, saboter ses lignes de tensions, tout ce qui le relie à l'extérieur afin de l'isoler des autres forces de Aria et des mécanismes de la station. Mais avant ça, tenter également d'entrer en contact avec Aria T'Loak. »
« SHHHK. Exact. SHHHK. Ardak vous contactera peut être sur un canal sécurisé. SHHHK. Suivez ses consignes, discrètement. SHHHK. Et maintenant, allez-y. »
La mission était dangereuse, le volus le savait. Le commando, douze individus rudement entraînés des forces spéciales de Dahl Terminus, allait devoir naviguer entre deux voir trois factions hostiles. Mais leur mission était importante : le centre de commandement était la pièce majeure d'Aria. il fallait soit l'isoler de la partie, soit se le rattacher en tant qu'allié.
Les combattants arrivèrent au camp, les bras levés en signe de paix. Ils expliquèrent rapidement d'où ils venaient, et demandèrent à parler à l'un des dirigeants du camp. Après un bref conciliabule, le commando fut escorté.



C'était un coup de poker. Si Ardak m'avait trahi et vendu à Shoran mes actions, ou si elle l'avait appris d'autres manières, ou si elle m'estimait dans le camp d'Aria ou du Pacificateur, mes hommes étaient morts. Mais c'était un risque à prendre.
Ce que je comptais dire à la chef des Ravageurs ou son représentant ? La vérité, tout simplement ! Lui proposer d'utiliser mon réseau de communication, le sien ne pouvant fonctionner aussi proche du CC, en échange d'un droit de passage afin de tenter de mettre ma pierre à l'édifice. Ou plutôt de retirer la mienne, en fait.
Et si elle s'interrogeait sur pourquoi lui faire confiance, continuer sur la même veine :
« SHHHK. Je suis dans le camp des gagnants. SHHHK. Vous êtes ma meilleure cliente, et avez la plus grosse armée. SHHHK. Tout pour gagner, donc. »




Notes HRP :
Dahl Elkoss : #ffcc00,
James Bringtown : #0066ff


"Tout respirait Dahl Elkoss, le seul volus plus burné qu’un krogan."
- Anton Ardak, 2202
Journal de Bord, avec présentation de mes personnages secondaires




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 411

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Ven 29 Jan 2016, 17:17


Un silence impeccable régnait. Aucun bruit ne venait perturber cet endroit, seul l'air qui s'engouffrait dans les ruelles permettait de s'en rendre réellement compte. La zone semblait retenir son souffle, tentant de se faire discrète, attendant la fin de l'orage. Et pourtant, si l'on tendait l'oreille, un grondement infime, insaisissable se faisait percevoir. Comme si le cœur de la station s'était mis à battre et qu'Oméga elle même allait prendre des mesures contre ces parasites un peu trop volubiles.

Sur le toit d'un des bâtiments, Kydra se tenait debout face à quelques individus. Bras croisés et une expression de profonde détermination recouvrant son visage, elle fixait l'un des hommes dans les yeux. Ce dernier ne semblait pas du tout partager la même attitude.

Mais enfin Kydra, on savait qu'on aurait probablement une cible à éliminer, mais il faut savoir être réaliste quand c'est nécessaire, là il s'agit de suicide pur, il n'y a pas d'autres termes.

L'humaine avait contacté les mercenaires dès qu'elle avait reçu les directives d'Anton, l'objectif étant désormais clairement défini, ils devaient se rassembler et décider de la marche à suivre. Mais depuis qu'elle leur avait annoncé le nom de la cible, ils ne cessaient d'essayer de la convaincre de renoncer. Ce qui sans réelle surprise, n'avait aucun succès. A vrai dire, cette discussion commençait à légèrement échauffer l'humaine, elle n'aurait pas pris le temps de débattre si elle n'avait pas eu besoin d'eux, mais s'ils ne pouvaient plus lui être utile, elle allait devoir agir seule. Kydra se détourna d'eux.

Alors dans ce cas, partez. S'il y en a un qui possède encore une once d'honneur et de courage, je combattrais à ses côtés, mais les autres, dégagez.

L'honneur. C'est cette petite merveille qui faisait que Kydra avait plus confiance en eux qu'en tous les autres mercenaires, peu importe la somme. Elle leur avait sauvé la vie une fois, et ils considéraient avoir une dette envers elle. Ils étaient englués dans cette notion d'honneur et de fierté qui leur empêchait d'aller de l'avant. L'humaine ne pouvait pas vraiment comprendre ce point de vue, car il était plus néfaste qu'autre chose et il fallait bien souvent être prêt à tout pour survivre. Mais ainsi, elle ne craignait pas de se faire poignarder dans le dos, et elle pouvait les manipuler plus facilement. Sa dernière tirade avait sans aucun doute eut l'effet escompté, car s'ils essayaient de la convaincre, ce n'était pas pour sa vie à elle, mais pour la leur, sachant pertinemment qu'ils la suivraient jusqu'au bout. Lorsque Kydra se retourna et aperçut la grimace de Kurt, elle savait qu'elle avait réussi à écourter les négociations. Sans grande surprise, aucun des mercenaires ne bougea, ils restèrent plantés sur place.

Bien, maintenant, nous allons pouvoir nous concentrer sur notre cible et on a besoin d'informations. Kurt, emmène nous à ton précédent poste d'observation. On avisera une fois sur place.

***


Les ravageurs avaient installé un camp entre le centre de commandement et l'Afterlife, c'est à partir de là qu'ils dirigeaient l’ensemble de leur troupes. Même s'ils y étaient depuis peu de temps, ils avaient déjà solidement verrouillé la position. Des patrouilles de ravageurs, des tourelles et deux Atlas se préparaient à déchaîner la mort sur tout ce qui oserait s'approcher. Il n'y avait aucune chance de s'en sortir en attaquant de front et l'infiltration était très risquée, voire impossible au vu de la sécurité déployée. Il allait falloir trouver un autre moyen de pénétrer à l'intérieur et Kydra venait justement d'avoir une idée sur le sujet. L’exécution semblait plutôt simple, en revanche, une fois lancée, elle ne pourrait pas revenir en arrière et la moindre erreur pouvait entraîner sa mort. Mais il y avait une chance pour que cette méthode fonctionne à la perfection, tout dépendrait de la suite.

Pour cela, il fallait trouver une cible particulière, une humaine, seule de préférence, ce qui n'était pas très difficile. Le groupe trouva rapidement ce qu'il cherchait, une femme en armure de ravageur patrouillait le long de la zone. Kurt se mit à découvert dans la ruelle et approcha en levant les mains, sans aucune arme. L'humaine le mit immédiatement en joue.

Je viens en paix, j'ai des informations qui pourraient vous intéresser concernant Anton. Mais il faudra y mettre le prix.

La femme s'approcha et garda son arme levée. Elle activa son omnitech, sans doute pour prévenir les autres de ce qu'elle avait trouvé, ce qu'il ne devait absolument pas se passer. Kydra arriva dans son dos et lui appliqua une procédure classique, main gauche recouvrant sa bouche, l'empêchant d'émettre un cri et la main droite lui ouvrant la gorge avec une lame, tout en la penchant en arrière, lui faisant perdre l'équilibre et l'empêchant de se débattre. Kurt se jeta également en avant et s'empara des armes de l'humaine, évitant qu'elle ne tire pour prévenir les alentours. Ils transportèrent rapidement le corps désormais sans vie hors de la zone. Il allait falloir agir vite.
Dans une petite ruelle, les mercenaires et Kydra étaient regroupés autour du cadavre.

Enlevez lui son armure.

Les hommes se regardèrent avant de s'appliquer à la tache, l'humaine fit de même de son côté et retira son équipement. Kurt la regarda, il venait de comprendre son intention.

Tu es vraiment folle, est ce que ça t’arrive de réfléchir avec lucidité ?

Si tu as une meilleure méthode pour passer les défenses, je t'écoute. Dans le cas contraire, c'est la meilleure solution. Les ravageurs ne connaissent pas mon visage, sauf quelques individus, mais ils sont avec Anton, aucune chance de les trouver ici. Et au vu de l'armée qu'à assemblé Shoran, il me semble évident qu'ils ne connaissent pas le visage de chacun de leur membre. Seuls ceux qui savent qui est...

Kydra se pencha vers l'omnitech activé de la défunte.

… Holly Fienley, peuvent me griller, mais je ne compte pas crier ma nouvelle identité sur tous les toits.

Tu es bien consciente que tu peux mourir au moindre faux pas ?

Kydra afficha un large sourire en guise de réponse.

Cependant, je vais avoir besoin de votre aide pour être sure que cela fonctionne.

L'humaine transperça l'armure ravageur avec son omnilame, au niveau de la poitrine, et l'équipa. Elle n'était pas confortable et peu pratique, la forme de son corps étant différente de celui de la défunte, mais c'était toujours mieux qu'avec une armure krogan. La femme trempa sa main dans la gorge du cadavre et recouvrit son visage de son sang, par éclaboussures. Les mercenaires se débarrassèrent ensuite du corps, le jetant dans le vide, disparaissant dans le néant de la station. Du gâchis, mais elle n'avait pas le temps pour ça. Kydra expliqua rapidement ce qu'elle attendait des autres. Kurt donna alors les ordres à ses hommes.

On se repliera vers ta position, il faut que l'endroit soit suffisamment dégagé, et toi places toi en position de sniper sur un angle de 90°, attaque les sur le flanc quand ils seront sur nous, on avisera par la suite selon leur formation, on doit les occuper autant que possible, mais s'ils sont trop nombreux repliez vous, brouillez les pistes, faites leur perdre le plus de temps possible. Quand à toi, tu vas nous accompagner.

Le plan était lancé, il n'y aurait bientôt plus de marche arrière possible. Les trois individus retournèrent à l'endroit du crime et attendirent le passage d'autres ravageurs dans l'ombre. Ce qui ne tarda pas, une patrouille de trois soldats arriva, l'un d'eux semblait sur les nerfs.

Holly ? Réponds bon sang ! Elle était censé surveiller cette zone pourtant non ? Qu'est ce qu'elle branle ?


Kydra fit un signe de tête à Kurt et ils sortirent de leur cachette, faisant pleuvoir le feu sur la patrouille. L'humaine tira une grenade sur eux, détruisant leur bouclier, les prenant complètement par surprise. Les deux mercenaires continuèrent leur feu nourri, achevant rapidement les patrouilleurs qui n'avaient même pas eu le temps de riposter. Le bruit de l'incident avait sans aucun doute retentit fortement aux alentours, attirant les forces aux alentours.

Kydra se jeta en avant, posant sa main ensanglanté sur la brèche de son armure, elle avança imitant une blessure en s'éloignant du lieu de l'incident où les mercenaires continuaient de tirer dans le vide autour d'elle. Elle croisa rapidement une patrouille plus nombreuse qui s'était déjà déployé en formation de combat. Elle prit une voix apeurée.

Faites attention, on nous attaque !

Un turien la mit à couvert derrière un mur.

Une attaque ? De qui s'agit il ?

Kydra lui répondit avec une grimace.

Je ne sais pas, je n'ai pas eu le temps de les voir.

Merde. Brok ! Va prévenir les autres qu'il y a une brèche sur ce flanc ! John amènes là au centre médical, les autres avec moi !

Le turien emmena le reste de la patrouille vers les mercenaires, Kydra espérait qu'ils étaient prêts à ce qui allait leur tomber dessus. L'humain qui avait été désigné lui donna du médigel et prit son bras par dessus l'épaule, l'aidant à se déplacer. Le remerciant, l'humaine le suivit et les deux individus avancèrent, passant les fortifications, là où tourelles et gardes s'étaient mis sur la défensive après avoir entendu l'incident. Kydra se retint d'éclater de rire au vu de la situation, quoi de plus efficace que l'ennemi lui même pour pénétrer chez lui ? Ils progressèrent dans le camp, des tas de ravageurs étaient sur le pied de guerre, et ils étaient nombreux, les troupes d'Anton paraissaient presque dérisoire à côté. Elle comprit rapidement l'importance qu'Aria et Shoran s'épuisent mutuellement, car ils n'auraient sinon pas la moindre chance de l'emporter.

Mais Kydra avait des problèmes plus urgents actuellement. Elle ne pouvait se permettre d'atteindre le centre médical, car ils se rendraient rapidement compte qu'elle n'était pas blessée. Elle allait devoir se débarrasser de son guide avant. Elle devait attendre qu'ils soient seuls pour cela. Lorsqu'ils arrivèrent au couloir menant à sa destination, il s'avéra qu'il était vide, logique puisque les combats venaient à peine de commencer, elle devait d'ailleurs sans aucun doute être la première « blessée » que l'on amenait ici. La situation était parfaite, l'humaine sortit à nouveau son couteau et transperça la gorge de l'humain sans aucun avertissement, mais cette fois ci, elle avait placé la lame en travers de sa trachée, l'empêchant d'émettre rien d'autre que des gargouillis. L'homme regarda Kydra avec des yeux emplis de surprise et de terreur avant de s'éteindre. La femme déplaça rapidement le corps dans une salle auxiliaire, tentant de le cacher du mieux qu'elle le pouvait et entreprit d'essuyer le sang qu'elle avait sur elle.

Le compte à rebours était lancé, elle allait devoir agir vite. Avant que le turien ne lâche les mercenaires et ne vienne s'interroger sur la position de l'homme qu'il avait envoyé, ou avant que quelqu'un ne découvre le cadavre ici même. Et si quelqu'un venait à s'interroger sur sa présence ici alors qu'elle était censée patrouiller à l'extérieur du camp, elle lui répondrait qu'elle avait un message à apporter à Jikew. En attendant, il était préférable qu'elle localise sa cible plus discrètement et si l'occasion se présentait, de saboter ce qu'elle pouvait à l'intérieur du camp.

Quoiqu'il arrive, la suite promettait d'être mouvementée. Kydra se mit à sourire alors qu'elle sortait du bâtiment et commençait sa marche funèbre.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : L'orphelinat des Ombres
Rang : Ardat-Yakshi
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit blanche
Messages : 599

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Sam 30 Jan 2016, 16:23

Jeux de pouvoir.







Ils arrivent, préparez-vous et faites chauffer les mitrailleuses, donnez le feu vert aux snipers il y aura très probablement des tireurs d’élite en face, qu’ils s’en occupent en priorité.

Un ton calme et surtout froid. Enfin l’attente était terminée, son cœur et ses tripes se détendaient soudainement la libérant de toute tension, enfin libre de toute gène. Elle observa de derrière une barricade blindée montée en haut des marches, la navette emplie de krogans arriver et s’écraser sur la première défense. En rythme avec le crash, les murs se faisaient détruire par de bonnes doses d’explosifs, comme ils l’avaient prévu, de toutes façons ils n’avaient pas le choix, c’était le seul moyen de passer rapidement sans trop sacrifier le débit d’arrivée des troupes. Tout ceci n’était qu’un test et cela arrangeait Kyre, autant Shoran voyait mieux leurs défense, autant cela permettait à Kyre de régler certains paramètres si besoin et d’évaluer ses propres plans d’action.
Les éclats de barricade tout comme de navette avaient volés dans une sensation de ralentis, si bien que Kyre n’eut pas besoin de se décaler lorsque qu’un débris métallique passa à côté de sa tête. Les vibrations du choc avaient fait vibrer son corps comme celui de chacun de ses hommes et avait retentis comme le coup d’envoi du début de la guerre. Son regard devint celui d’une bête tout comme sa façon de se mouvoir alors qu’elle empoignait lentement son lance grenades.

Aucun krogan ne doit passer cette barrière. Feu.

Elle resta sans bouger derrière le gros bouclier cinétique à observer le cataclysme de projectiles que s’abattait férocement sur les krogans en contre bas, ils avaient beau être des krogans, lorsqu’ils étaient arrosés à l’arme montée lourde ils devenaient des cibles à trouer. La navette elle-même devenait peu à peu une passoire face au canon autoporté. Malgré tout il y avait de la réponse, les guerriers de Shoran n’étaient pas là pour rien et les premières balles commençaient à fuser dans leur direction.

Il était fort probable que les premières troupes à arriver serait des troupes sacrifiables surtout lorsque qu’ils envoyaient qu’une seule navette, des troupes sacrifiables mais capables de lourd dégâts. Mais tous ici savaient qu’ils ne devaient en aucun cas les laisser faire et heureusement tous étaient entrainés intelligemment, ils sont calmes, ils écoutent, ils savent aligner une mire et ils sont capables de tirer sans gaspiller de munitions inutilement. Quant à Kyre, elle allait devoir prouver ses talents de tacticienne, elle devait faire confiance en ses snipers et donner les bons ordres. Les snipers ennemis avaient enfin montrés le bout de leurs nez et déjà des balles venaient tenter d’atteindre le canon en vain, les boucliers cinétiques faisaient une bonne défense pour le tireur et l’équipe de snipers alliés faisait du bon boulot et faisait de leur mieux pour ne donner aucun temps de répit à l’ennemi.

Karrlog, fait sauter la navette avec le lance-roquettes, ils se cachent trop, un seul tir, ne te rate pas.

Avec un large sourire le krogan déplia l’arme lourde et fit un pas de côté pour sortir de derrière la barricade et faire fuser la roquette droit sur la navette qui fit deux tours sur elle-même dans une marée de feu en envoyant valser ceux qui s’en servait de protection. Dans le même temps plusieurs balles frôlèrent le Krogan qui heureusement pour lui portait une armure lourde ornée de bouclier cinétique. Suite à quoi Kyre tira un triolet de grenades accompagnées d’une flambée de balles tirées par le reste des siens, histoire de ne laisser aucune chance de survie aux blessés. De leurs côté, les snipers devaient alterner un tir et un passage à couvert, se couvrant les uns les autres contre les snipers opposés dans un but de confusion puis d’oppression tandis que des observateurs bien cachés transmettaient les infos via des radios de proximité non concernées par le brouilleur instauré sur Oméga par Aria. Déjà des médecins devaient prodiguer des premiers soins sur les premières blessures, légères pour le moment.

L’assaut principal ne devrai plus tarder, préviens surprise 1 et dit leurs de se tenir prêts, nous allons bientôt passer aux choses sérieuses.


Le gros de la bataille de l’Au-Delà allait bientôt commencer, tout ceci n’était qu’une ébauche, de l’amuse-gueule ou une mise en température, dans quelques instants le plat chaud allait arriver et une chose était sure, le plat serait cuit à point.






Kyre:
 


Dernière édition par Kyreshorl Venterra le Mer 03 Fév 2016, 12:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 106

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Mar 02 Fév 2016, 23:56
Deruuk souffla un coup. Il semblait qu'Anton était prêt à le pardonner. Tant mieux. Deruuk s'était laissé emporté, et il ne pouvait être que soulagé que son congénère l'en pardonne. Encore. Il fallait l'admettre, Anton avait une excellente patience. Mais malgré tout, Deruuk sentait que ce n'était qu'un jeu pour lui. Tout d'un coup, il se mettait à l'appeler par son nom et à le tutoyer, le tout avec le sourire. Mais Khätk savait qu'il ne devait pas y faire attention. Ça, c'était de la politique. De la diplomatie. Anton fit signe à ses coéquipiers qu'ils pouvaient rejoindre leur contingents. Deruuk les arrêta d'un signe de la main, s'excusa à Anton d'un mouvement de tête, puis se dirigea vers les trois hommes.

-Ecoutez-moi bien. Que ce soit bien clair. Vous suivez les ordres qu'on vous donne. Surtout toi Malcolm.

Pour toute réponse, l'humain croisa les bras avec dédain.

-C'est la guerre. On a déjà tous plus ou moins donné pendant les batailles, mais celle-ci pourrait bien être la dernière. Sauf si vous suivez les ordres.

Malcolm n'était pas du même avis. Pour lui, suivre les ordres d'Anton résultaient en une mort certaine sur les lignes de front. Il espérait tomber sur un capitaine plus digne de confiance que le butarien, auquel cas il ne lui serait pas si difficile de suivre les directives données. Autrement...

-Bon. Graam, n'en fait pas trop, Ledra, ne perdez jamais votre sang-froid.

Il laissa les deux contrebandiers se tourner vers la sortie, puis arrêta Malcolm d'une main.

-Mal.
-Capitaine.

Deruuk sentait la tension. On avait pas forcément besoin de voir le visage d'une personne pour ressentir ses émotions.

-Je t'implore de faire ce que je te demande.

Il y eut un silence.

-Capitaine, je vous fais confiance. Je vous doit la vie. Mais si le moindre d'entre nous trouverait la mort dans cette affrontement stupide, je quitterais Serinity une bonne fois pour toute. Et si telle chose arrivait, j'espère que les autres feraient de même.

Sans un mot de plus, il se détourna de son capitaine et sorti. Ces paroles frappèrent comme un coup de poing dans l'estomac de Deruuk. Il en était arrivé à là. Son membre d'équipage le plus digne de confiance était prêt à lui tourner le dos. Il adressa un regard gêné à Anton, puis se replaça devant l'hologramme et pria l'ex-ravageur de continuer.

-Tu seras avec moi pendant les combats, mais sache que je ne suis pas le genre de commandant à rester en arrière.

Merde. Rien qu'à cette idée, Deruuk était déjà épuisé. Il se ressaisit. Il était là pour combattre, pas pour se la couler douce. Surtout pas après ce que venait de dire Malcolm. Il en eut des vertiges.
Anton aborda le sujet du centre de commandement. Deruuk, lui, ne pensait qu'au moment où son aide ne serait plus requise et où la vie de son équipage ne serait plus en jeu. Ardak se comportait étonnement docilement avec lui. Amical, mais presque condescendant à certains moments. Khätk essayait de se convaincre que cela partait de bonnes intentions. Il suivi son supérieur dans l'ascenseur. Bien évidemment, Anton n'avait pas pensé à un plan de fuite. Pour lui, la seule défaite possible était la mort. Pauvre fou. Cependant, il émit l'idée que la fuite éventuelle du capitaine ne le gênait pas. Cela irrita un peu Deruuk. Il était du genre à fuir, il le savait bien. Mais était-ce réellement la seule image qu'on avait de lui ? Un couard prêt à fuir à la première occasion venue ? Il avait mal à la tête. Une fois au sol, Anton sorti et se mit à marcher d'un pas déterminé. Autour de lui, les troupes couraient, s'équipaient, chargeait, s'échauffaient. On se serait cru dans une véritable fourmilière. Ardak s'arrêta pour discuter avec une humaine. L'attention de Deruuk, elle, était entièrement orientée vers les couleurs bleues de l'armure rayée de Malcolm, en train d'écouter un salarien en train de hurler pour se faire entendre. Soudain, Anton reparti de plus belle, et à une telle vitesse que Deruuk avait du mal à le suivre en marchant. Ils partaient pour les mines. Les combats allaient commencer.



***


Graam alla à la rencontre de Gefkevan. Le butarien fut surpris de revoir le krogan ainsi.

-Votre capitaine n'est pas avec vous ?
-Non, répondit simplement Graam.

Un temps.

-Alors que faites vous là ? demanda finalement Gefkevan.

Graam imita bêtement un salut militaire de l'Alliance, étant le seul qu'il connaissait.

-Ordre d'Anton Ardak. Je dois rejoindre votre commando. Il paraît que vous avez besoin de puissance de feu.

Gefkevan hérissa les poils devant le salut de la bête, puis vérifia l'information en quelques secondes en tapotant sur son omni-tool. Il soupira.

-Nous n'avons en aucun cas 'besoin' de puissance de feu. Mais nous ne dirons pas non à un ajout. Tâchez de garder la mesure, nous partons pour les mines immédiatement.
-Chef oui chef ! hurla le krogan en refaisant le salut humain, tout en ayant un large sourire moqueur sur son visage.
-Et par pitié, stoppez ce petit numéro insultant, termina le butarien en faisant signe à son unité.


***


Ledra arriva haletant auprès de son contingent. Le coin sud-est, c'était plus loin que ça n'en avait l'air. Il bomba le torse et, mallette en main, salua la première personne venue.

-Neimrin Ledra, je suis là pour assister à l'aide médicale !

Le turien le regarda, étonné.

-Okay...

Un temps. Un long temps. Une gêne, presque.

-Eh bien je crois que vous devriez vous rediriger vers Alina.

Il pointa une humaine. Qui semblait plongée dans une séries de pads. Ledra remercia le turien et se dirigea vers elle. Il recommença la démarche. Bomber le torse, et salua.

-Neimrin Ledra, je suis là pour...
-Expérience ? Coupa-t-elle sans lever les yeux.
-Pardon ?

Elle le regarda.

-Votre expérience en matière médicale.
-Oh. Eh bien j'ai été médecin en clinique pendant vingt ans sur Haratar. Et j'ai un doctorat en médecine de la plus grand université de Sur'kesh, bien évidemment ! Pour l'instant je suis docteur dans le vaisseau dirigé par...
-Rejoignez Tanesh, le turien là-bas, le coupa-t-elle une nouvelle fois en pointant le turien à qui il s'était adressé plus tôt.
-Bien compris.

Il s'en retourna au turien.

-Monsieur Tanesh ? Demanda-t-il.

Le turien se retourna étonné.

-Oh, c'est vous ? Vous avez parlé à Alina ?
-Elle m'a redirigé vers vous.
-J'espère que vous avez plus d'expérience que les hommes que j'ai pour l'instant. La majorité d'entre eux n'ont jamais participé au combat.
-Eh bien habituellement je suis médecin de clinique... mais je travaille bien sous la pression.

Le turien eut un petit rire.

-Tant mieux. Parce que nous, on part sur le champ de bataille.


***


-...et n'oubliez pas ! On ne tue pas l'asari ! Shoran doit être descendue, mais Aria n'est pas une priorité ! Ordre d'Anton ! Bien. Nous partons pour les mines dans cinq minutes !

Le galarien descendit de son piédstal pour se diriger directement vers Malcolm, qui attendait, les bras derrière le dos.

-Vous ! dit le galarien. Vous avez rejoint mes hommes vers le milieu de mon discours, puis vous l'avez écouté sans rien dire. Touriste ou soldat ?
-Soldat.

Le galarien le considérat un instant.

-C'est Ardak qui vous envoie ? Vous étiez un ancien soleil bleu ?
-C'est bien Anton qui m'envoie. Je ne le suis plus depuis des années. Je travaille pour Deruuk Khätk.
-Deruuk Khätk ?

Le galarien fit la grimace.

-Vous auriez mieux fait de garder cette information pour vous, garçon. Je connais le gaillard. On ne peut pas lui faire confiance. Enfin, si Ardak vous envoie, c'est que vous êtes compétent. Du moins je l'espère. Je suis Solan. Capitaine des ingénieurs. Je vous préviens, je mets la main à la pâte. Je ne resterai pas derrière et je garderai un œil sur vous.. ?
-Baldwin. Malcolm Baldwin.
-Baldwin. Je ne veux pas recevoir du plomb par l'arrière de la tête.

Malcolm venait à peine de rencontrer son capitaine qu'il en avait déjà mal à la tête. Il se ressaisit et se contenta de suivre son supérieur. Ils partaient vers les mines.


***



Deruuk resta près d'Anton tout le chemin. Mais il ne faisait pas très attention à lui pour l'instant. Il tentait de se ménager, et de se reposer le plus possible avant les combats. Pendant son discours galvanisant, Deruuk en profita pour s'appuyer contre un mur, et de fermer les yeux quelques instants. Lorsqu'il les rouvrit, le discours était fini. Anton discutait avec différents membres de son armée. Et soudain, Deruuk reconnu un blason qui ne lui plu pas du tout. Les sans purs. Ces immondes salopards allaient donc tenter de se joindre à la partie ? Il avait déjà eut affaire à eux par le passé. Ils étaient complètement fanatiques. Racistes de la pire espèce. Et les humains étaient pour eux une souillure encore pire que la peste elle-même. Il était trop loin pour entendre, mais le représentant du culte semblait satisfait. Ça n'était pas bon du tout. Deruuk chercha Baldwin des yeux. Quand il le trouva, il fut soulagé. Il se dirigea vers Anton. Il était trop tard désormais probablement, et il ne désirait pas rouvrir les plaies en voies de réparation en se montrant difficile avec lui. Il décida d'aller voir Graam. Il évita le plus possible le regard lourd de Gefkevan, et se dirigea directement sur le krogan.

-Tout se passe bien ?
-Tout roule capitaine, on s'apprête à...

Un coup de feu. Deruuk se retourna d'un coup. Anton venait de décocher une balle dans la tête d'un galarien. Le cœur de Khätk battait à cent à l'heure. Il se dirigea vers son supérieur.

-Si vous pouviez ne pas me donner de crises cardiaques ainsi, je vous en serait extrêmement reconnaissant, ria Deruuk.

Le pacificateur ne répondit rien, car il fut directement embarqué dans une conversation avec une asari, que Deruuk écouta d'une oreille. Il ne lâchait pas Malcolm du regard. Soudain, son supérieur le réveilla.

-La guerre ne fait que commencer capitaine, nous aurons tout le temps d’exercer nos compétences d’ici à ce qu’elle se termine. Si toutefois l’action vous démange, je peux vous confier une mission.

Deruuk était intéressé. Une mission, comme ça. Anton lui expliqua la situation. Deruuk avait ressenti les vibrations et avait vu le mur comme tout le monde, mais il ne s'était pas tellement préoccupé de cela. Il écouta attentivement les directives, puis réfléchit.

-Je pourrais partir en reconnaissance, oui. Je tenterait de vous dire précisément ce que je trouve via le canal de transmission du volus.

Sur ces mots, il parti immédiatement. Il savait qu'il ne devait absolument pas tarder. Il se dirigea vers le contingent d'ingénieurs. Un galarien l'accueilli avec dédain.

-Deruuk Khätk, je présume ?
-C'est ça.
-Hm. J'ai reçu votre petit protégé.
-Je dois lui parler. Anton m'a donné une mission, j'aurai besoin de lui.

Malcolm apparut comme par magie. Sa voix au travers du casque.

-Capitaine ?
-Mal. Anton veut qu'on parte en reconnaissance. Enfin, moi. Mais je peux emporter des membres de mon équipe. Graam est bien trop gros et bruyant. Ledra n'a pas d'expérience au combat.
-J'ai compris.

Deruuk espérait aussi profiter de ce temps pour discuter des mots de Baldwin qui le tiraillaient depuis des heures. Un peu de temps seuls lui permettrait de...

-Un instant.

Le galarien se retourna.

-Jazza ! Tu t'occupe du contingent pendant mon absence ! Je viens avec vous.

Deruuk fit des grands yeux.

-Quoi ?
-Il n'est pas question que je vous fasse confiance avec une telle mission. Anton peut peut-être oublier et pardonner, mais pas moi. Je vous surveillerai. De toute manière, je suis un pro de l'infiltration. L'un des meilleurs espions de Sur'Kesh et...

Les regards dubitatifs firent stopper le galarien.

-En bref, c'est un ordre que je vous donne, Khätk.

Deruuk soupira. S'il était aussi bon qu'il le disait, tout irait bien. Encore fallait-il trouver cette fichue entrée.





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4119

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Ven 05 Fév 2016, 06:02
La transmission était un peu mauvaise. Beaucoup de coupure dans les écrans. Ils venaient tout juste de sortir du relais cosmodésique. Il fallut encore quelque temps avant d'atteindre une distance respectable de la corvette qui stationnait à bonne distance de la station Oméga. Il prit connaissance rapidement des derniers évènements pendant que son vaisseau -digne navette- se plaçait à bonne distance d'Oméga, il se plaça moins loin de la station que son prédécesseur. C'est avec une habitude féline qu'il jongla avec la console de contrôle, passant sous ses yeux un grand nombre de rapports. Une transmission codée s'afficha sur son écran principal, il l'ouvrit.

"Vous avez manqué d'arriver en retard, Tetra.
- Une navette n'a pas exactement les mêmes propulseurs que ma corvette habituelle, Codex.
- Vous savez qu'il s'agit ici de sécurité. Moins d'inertie, meilleure poussée. Il s'agit de bouger vite et d'être bien caché.
- Je sais, je sais. On ne peut pas peindre un camouflage étoilé sur mon vaisseau."

Il mit son camouflage en place, son véhicule étant immobile, la couverture était presque parfaite. Tetra était un Turien dont le visage brillait de reflets bleutés, sa tête semblait être composée d'un bloc de glace que l'on aurait taillé sous le souffle d'un vent violent. Ses deux yeux noirs et vifs étaient sous une visière numérique. Il s'acharnait à coder les transmissions qu'il allait envoyer vers Oméga du mieux possible. L'arrière de sa navette, ordinairement une pièce de vie, avait été réorganisé à la va-vite pour une salle d'holoconférence de bonne taille.

"Je ne comprends pas réellement. Depuis quand sommes-nous investis dans les guerres ?
- Depuis toujours."

C'était la voix impérieuse qui avait répondu. Le turien dans sa navette se laissa tomber sur son siège, comme légèrement sonné. Il ne s'attendait pas à ce que le grand patron se soit déplacé en personne.

"Nous avons juste le luxe de la neutralité dans les services que nous offrons."

Il secoua la tête pour se reprendre et se remit au travail sans faire plus de remarques, liant les consoles de transmission holographique d'Oméga à son vaisseau. Trois points. Heureusement, ceux-ci étaient assez loin du centre de commandement pour échapper au brouillage.

"Je résume ma mission : offrir une plate-forme de discussion protégée d'Aria ou Shoran et jouer le médiateur entre les différentes parties. Codex, tu me confirmes la véracité de toutes les informations des dossiers.
- Oui, comme toujours. Ce ne sera pas une mission diplomatique facile aujourd'hui, Tetra. Sans doute même la plus difficile depuis les débuts.
- Et bien, c'est sans doute le moment où j'avoue que je commençais de toute manière à m'ennuyer dans mon travail."

Il regarda les calibrations de données se finir, un demi-sourire sur la mandibule. La grimace disparue bien vite lorsqu'après un léger silence, une dernière phrase fusa :

"Ne vous surestimez pas."
_______________________________


Oméga devenait l'aimable champ de bataille que la station se devait d'être. Les cadavres en tête, les idées de fer et de poudre qui claquaient contre l'esprit des faibles. L'odeur de brûlé. La chaire qui noircit. Bref. Le bonheur ! N'est-ce pas Venterra ? On a beau se réfréner, apprendre de tout, vieillir. Quoi de plus beau que les cris de rage de celui qui perd ? La vie gagne tout son sens dans les batailles, et en particulier les victoires. Celle-ci ne serait qu'une autre sur la liste. C'est s'oublier, soi et sa propre conscience, qui sera ici le seul moyen de survie. Accepter sa charge. Accepter de donner les ordres dans l'intérêt des autres.

L'assaut sur l'After Life fut moins chaotique que celui du Centre de Commandement. Depuis les hauteurs, des éclaireurs installèrent également des balises de brouillages, empêchant les communications longue distance. Celui-ci, pour des raisons évidentes, avait été installé après l'attaque, elle était : particulièrement visible. Bien que renforcée de boucliers cinétiques.

Les Fils du Patriarche se séparèrent brusquement en voyant arriver le missile qui venait de détruire leur abri, les soldats prirent alors le corps de leurs compagnons pour servir de protection. Les lourdes armures de combat formaient des barrières étrangement résistantes. Le sacrifice n'aura pas été totalement inutile.
Les snipers de Shoran répondirent alors aux tirs sur les Krogans en visant directement le plus dangereux. Trois tirs consécutifs visèrent Karrlog, par chance, ils touchèrent différentes parties de son armure. Le krogan grogna en se mettant à l'abri, difficile de résister à une deuxième salve dans ce genre-là. En face, les façades où les snipers avaient été aperçus crépitaient sous les tirs. Les sous-sols explosèrent brusquement, créant des ouvertures dans le sol à une dizaine de mètres de l'After Life. Ils n'avaient pas cherché à forcer le passage, ne passant pas les portes qui leur auraient amené à affronter les soldats de Venterra. Ils avaient même bloqué ces portes-là. Bien que profondes, des échelles télescopiques avaient été placées le long de celles-ci par les ingénieurs. Des boucliers cinétiques furent déployés devant pour éviter les arrivées trop directes de grenade.

Bien vite, les mitraillettes se concentrèrent sur la foule qui venait de devant et des côtés de la place principale. C'était là un assaut de centaines d'individus, spécialisation et races confondues. Des bulles de protections biotiques et bouclier en avant, des soldats en arrière. Les ingénieurs venant des égouts fournissaient en munitions si nécessaires et tentaient d'attaquer avec leurs drones. Dans le fond, on calibrait également un lance-missile, à l'arrière des murs explosé. Ce n'était certainement plus un jeu.

_______________________________

Du côté des murs de la mine, la situation semblait sous contrôle. Va'Rae, d'Éclipse était presque amusée par les défenses qu'on leur proposait de combattre. Sous-évaluée, sous armées, elle n'avait définitivement qu'un effet dissuasif, la réelle menace n'était pas là. Elle donna quelques ordres qui se perdirent parmi les unités, les ingénieurs furent envoyés par petites troupes à l'assaut des défenses du mur qui furent relativement vite démantelées. Le problème principal était bien celui des murs. Et là, elle n'y pouvait pas grand-chose.
Une fois les défenses surpassées, avec quelques blessés légers, elle contacta Karon. Le Galarien était le deuxième chef des mercenaires, il était resté à la base pour sa part. Elle lui fit un exposé rapide de la situation. Il répondit par un grognement.

Les sécurités balayées, on apporta un autre homme à Anton. Celui-ci ne paraissait pas particulièrement menaçant. L'air penaud, il portait la combinaison de ceux qui travaillent dans la station, grade supérieur. Peut-être un ingénieur. Il regardait fièrement ses pieds et évitait soigneusement de lever la tête.

"On l'a trouvé planqué dans un angle mort. Il s'appelle Jenjak. Il dit qu'il faut pas le tuer, qu'il peut être utile."

Lui devait savoir ce qui se cachait derrière les murs, peut-être même connaissait-il une façon de les passer... [Le Dialogue se fera en MP ou/et Skype.]

_______________________________


Bringtown était un type honnête. Presque. Enfin, un homme qui fait ce qu'on lui dit. C'est déjà pas mal. D'autres se plaindraient de pires vices. Aussi "Allez voir Shoran" n'était certainement pas si difficile que ça. Il avait 11 de ses meilleurs hommes avec lui. Mais que représentent 11 hommes face à un véritable camp de guerre ? Shoran avait sous ses ordres un nombre d'hommes encore inconnu, les plus optimistes parlaient de 1500, d'autres encore plus. Mais le premier chiffre paraissait être le plus cohérent. On le sépara de ses hommes et on le fit marcher un moment, après avoir passé trois patrouilles différentes. Devant un bâtiment dont fenêtre et portes avaient été barricadées, on le désarma. C'est devant Shoran et Jiwek qu'on le conduisit directement. Au coeur même du camp, au milieu de la toile.

"Dalh Elkoss aimerait vous parler d'un arrangement. Un canal de discussion pour éviter les brouillages d'Aria.
- Aria n'est responsable d'aucun brouillage. Contrairement à moi."

Elle leva la tête vers Bringtown. Elle avait le deux mains sur la table du plan holographique, penchée en avant. Malgré cette position, elle semblait irradier d'une hargne presque palpable. Jiwek eut un sourire en coin franchement désagréable pour Bringtown.

"Vous vous doutez que j'ai prévu des moyens d'éviter les inconvénients que j'impose à mes ennemis. J'espère que vous avez mieux à m'offrir. Comme par exemple, la raison pour laquelle Eclipse se rassemble près des mines."

Derrière Bringtown, la patrouille qui l'avait accompagné, auparavant passive, devint plus menaçante tandis qu'elle pointait deux pistolets en sa direction. Il leva les mains, attendant la réponse de Dahl.

"SHHHK. Eclipse aide à pénétrer les mines, SHHHK, accompagnant Anton Ardak, SHHHK, votre lieutenant."

_______________________________

Les équipes galariennes avaient-elles plus de chance que leurs comparses ? Oh oui, définitivement. Une explosion inexpliquée dans l'une des mines leur avait donné un avantage indéniable pendant un instant. Un instant très flou où les protocoles de sécurité de la station se relancèrent, une source annexe de courant ayant dû être dérivée à la hâte. Mais cela avait été suffisant pour extraire un plan partiel de ce qu'étaient devenues les galeries de la mine. Et surtout un point bien particulier qui fit travailler les neurones du chef d'équipe bien trop vite. Il manqua de se tuer lui-même par réflexion.

"Boss ! Il FAUT que vous voyiez ce que nous venons de trouver !"

Le Galarien afficha un plan des mines devant Dahl. Les nouvelles données, erratiques dans leur affichage, prirent un certain temps à se superposer. Elles étaient incomplètes. Mais indiquait une étrangeté qu'il était difficile d'ignorer. Le volus avait en main une carte. Une nouvelle. [Information envoyée en MP.]

Ce ne fut que quelques secondes plus tard, qu'il entendit les demandes de Shoran. Et qu'il y répondit avec la mauvaise foi la plus profonde.

_______________________________

Dans le type situation pourrie, Kydra n'était pas sous les meilleurs auspices. En sein du camp, le chaos de la guerre permettait toutes les folies que l'on s'accorde lorsqu'on se croit immortel. Immortelle. La lame, le cou, le sang. L'humain les yeux révulsés sur le sol.
Kydra pouvait marcher tant qu'elle voulait vers le centre de commandement, on l'arrêta. Très simplement, de la main. Une patrouille. La première des trois que durent passer les hommes de Bringtown. Ils étaient quatre. Deux turiens, un humain et une asari. Armés. Leurs modules de communication crachaient des informations en continu, parmi les nouvelles se trouvait celle de la disparition d'un commando du côté du camp. Sans doute un groupe isolé, ajoutait le responsable de la centralisation des combats. "Méfiance donc."
C'est le premier turien qui lui répondit.

"T'es nouvelle, non ? Si tu veux donner un message à Jiwek, utilise ton communicateur pour contacter Kyrille en premier. Si ton info vaut le coup, il la fera passer. Tout le monde va pas s'amuser à aller voir les boss pour rien, ils seraient capables de te flinguer si ta nouvelle vaut pas le coup."

L'asari ricana, comme pour valider ce qu'avait dit le turien tandis l'humain soupirait en levant les yeux au ciel. Il marmonna : "Les nouveaux..."

_______________________________

Tetra s'enveloppa dans une toge lâche et plaça sur son crâne un masque qui adoucissait les aspérités de son visage. Si son illusion holographique, simple T. majuscule, venait à être brisée, il ne voulait en aucun cas se retrouver avec son signalement à travers les systèmes terminus. Précaution luxueuse, mais prudence avant tout. La salle d'holoconférence se nappa d'un bleu vif tandis que les différents belligérants de la discussion apparaissaient les uns après les autres. En premier lieu, il y avait un Krogan. En deuxième lieu, il y avait un Turien. En troisième lieu, il y avait un Galarien. Le turien s'adressa directement au Galarien, un demi-sourire pointant avec méchanceté sur sa face pleine de cicatrices :

"Vous n'avez pas votre pute avec vous aujourd'hui, Karon ?"

Le Galarien croisa ses mains devant lui et se contenta de l'ignorer. Le Krogan eut un rire rapide. Tetra prit alors la parole, dans son ton, une certaine satisfaction se fit entendre. Comme s'il était heureux d'être là, coincé entre les trois principaux groupes mercenaires d'Oméga.

"Messieurs. Je vous remercie d'être tous présents, à la demande d'Éclipse. Notre objectif principal de discussion est simple. Nous sommes ici pour choisir qui va gagner cette guerre."

MJ a écrit:

Situation actuelle :
- Un nouveau brouilleur a été placé près de l'Afterlife par Shoran.
- Les troupes de Dahl sont dans la merde. LOL
- Les défenses extérieures des mines ont été désactivées.

Temps de réponse de huit jours, toujours, mais je serais absente deux jours (Samedi et Dimanche) ! Totalement dispo Lundi néanmoins pour ceux qui ont besoin d'infos. Mais comme toujours, si réponses plus tôt, suite de la mission plus tôt !


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant (banni du Protectorat)
Rang : Maître de la finance
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3123-omnitech-personnel-de-dahl-elkoss


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 1716
Crédits : Sabrus - DeviantArt

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Lun 08 Fév 2016, 19:43
Le Crépuscule d'Oméga



Shoran n'avait rien, RIEN, d'une négociatrice. C'était une tacticienne, une leader, une combattante brutale et efficace. Très intelligente, oui, mais avec une maîtrise au fond limitée de l'information et de la désinformation. Cette dualité – sa force brute monstrueuse symbolisée par son gang, couplée à ses réseaux limités lorsqu'ils 'agissait de faire preuve de finesse – la rendait à la fois plus visible et plus effrayante que Aria. Et la discussion que j'ai eu avec elle en est le parfait exemple : elle pouvait épargner comme tuer mes hommes, je ne saurais jamais si c'est pas calcul ou pas absence de calculs...



15 Janvier 2200,
Oméga


Bringtown arriva face à Shoran, désarmé et isolé. Ça va, j'ai vécu pire, se dit il.

« Dahl aimerait vous parler d'un arrangement. Un canal de discussion pour éviter les brouillages d'Aria. »
« Aria n'est responsable d'aucun brouillage. Contrairement à moi. »

Mauvaise pioche.

« Vous vous doutez que j'ai prévu des moyens d'éviter les inconvénients que j'impose à mes ennemis. J'espère que vous avez mieux à m'offrir. Comme par exemple, la raison pour la quelle Eclipse se rassemble près des mines. »

Les gardes de Shoran se montrèrent plus agressif. OK, là, ça devient dangereux. L'humain activa son omnitech, entamant une communication avec son patron. Le sort du combattant reposait entre lest mains du volus...

« SHHHK. Éclipse aide à pénétrer les mines, SHHHK, accompagnant Anton Ardak, SHHHK, votre lieutenant. »
« Vous vous moquez de moi, Dahl ?! Anton m'a trahi et il ne semble pas s'en cacher ! »
« SHHHK. Je ne suis pas dans vos petits papiers, SHHHK, et je n'ai pas d'agents chez vous. SHHHK. Ardak est le principal, pour ne pas dire l'unique, Ravageur avec lequel j'ai des contacts fréquents. SHHHK. Quand un client fidèle me demande du soutien concernant le coup d'état de sa patronne, SHHHK, j'obéis. SHHHK. Je me suis simplement dis que ça faisais parti de votre plan. »

Shoran leva les yeux au ciel, marmonnant. Ce fut Jiwek qui reprit la discussion.

« Merveilleux. En ce cas, quelle est votre nouvelle position sur la question ? »
« SHHHK. Je ne vais pas vous parler de fidélité, de longue amitié ou d'autres grands sentiments. SHHHK. Je suis du côté des vainqueurs. SHHHK. Vous avez l'armée, l'organisation, les moyens. SHHHK. Le vainqueur le plus probable, donc. »
« Vous allez donc demander à Eclipse de nous rejoindre ? »
« SHHHK. Où la voulez vous ? »

Jiwek et Shoran se regardèrent et discutèrent à voix basse.

« SHHHK. Si je peux permettre une suggestion. SHHHK. Éclipse peut-être utile avec vous, mais ce sont des mercenaires. SHHHK. ils rechigneront à monter en première ligne face aux défenses d'Aria. SHHHK.
Mais à l'heure actuelle, là où ils sont, ils peuvent vous aider de deux façons. SHHHK. D'une, en soutenant l'attaque de Ardak sur les générateurs dAria. SHHHK. Ce qui paralysera les défenses de la Reine. SHHHK.
De deux, ce sont également des agents positionnés en nombre juste à côté du rebelle. SHHHK. S'ils se retirent, vous devrez affronter l'armée de Ardak pour l'éliminer. SHHHK. Alors que là... SHHHK. Vos assassins sont déjà en places. SHHHK. Mais je comprendrais si vous vous méfiez. »


Jiwek se leva finalement.

« Dahl. Quel est votre prix ? »

Dahl sourit. Au moins avaient ils l'intelligence de ne pas croire qu'il les rejoindrait sans discuter. La seule chose à savoir était : que négocier? Jamais Shoran ne lui donnerait autant que Ardak, évidemment. Mais il ne fallait pas pour autant se moquer de la négociation : qui sait comment les affrontements pouvaient se terminer.

« SHHHK. L'ézo. SHHHK. Pas tout, évidemment. SHHHK. Mais je veux pouvoir en extraire et commercer une partie. SHHHK. Disons... 10% de ce que produit actuellement la station. SHHHK »

A la fois peu, et beaucoup. Peu, car ce n'était au fond qu'une minorité de ce qui reviendrait à Shoran, si elle gagnait. Beaucoup, car l'ézo était rare, et puissant entre les mains ce qui sait l'utiliser...
Jiwek fronça légèrement les sourcils.

« Cela ferait de vous quelqu'un de particulièrement puissant. »
« SHHHK. Vous négociez avec moi : je suis déjà puissant. SHHHK. Mais mon intérêt n'est ni dans l'affrontement, SHHHK, ni dans la domination de la station. SHHHK. Dahl Terminus a besoin de vaisseaux pour se répandre, SHHHK, et l'ézo est indispensable aux vaisseaux. SHHHK. Laissez m'en une partie, et non seulement vous aurez mon aide aujourd'hui, SHHHK, mais également le soutien de ma flotte demain. »

Shoran hocha la tête légèrement.

« Bien, Dahl, nous allons faire ainsi. »
« SHHHK. Entendu, Shoran. SHHHK. Quels sont les ordres d’Éclipse, donc ? »
« Qu'ils prennent les mines avec Anton, nous avons de toute manière des générateurs de secours pour ne pas reproduire le désastre du Black Out. Je veux des rapports à chaque heure. »
« SHHHK. Entendu. SHHHK. Des ordres concernant Ardak ? SHHHK. »

Shoran posa ses mains sur la table.

« Tuer Ardak n'est pas dans mes plans. Laissons le prouver sa valeur puisque qu'il n'est pas une menace pour moi. »
« SHHHK. Entendu, Shoran. SHHHK. Je vous laisse mon commando, si vous le désirez. SHHHK. Sinon, ils continueront leur missions, SHHHK, à savoir se renseigner sur les positions de Aria. »
« Nous allons les équiper d'émetteurs. Saluez Va'Rae pour moi. Shoran, terminée. »

La communication se coupa. James salua Shoran.

« A vos ordres, madame. Je vais prévenir mes hommes, nous prenons les émetteurs puis nous partons en reconnaissance. »

L'humain prit congé, soulager d'être toujours en vie, tout en sachant pertinemment que ce n'était que le début.



Bringtown a toujours eu une bonne étoile. À moins que ce ne soit moi, sa bonne étoile ? Enfin, c'est aussi moi qui le mettait en première ligne, normal que je l'en sorte également. Quoiqu'il en soit, il avait une nouvelle fois survécu, pour un temps. Et j'avais désormais un commando en plein dans la zone de troubles, libre de naviguer. Je me devais de bien l'utiliser, et la reconnaissance était une bonne excuse pour attendre le bon moment.



15 Janvier 2200,
Oméga


A plusieurs kilomètres de là, Dahl regardait l'écran où s'était tenu le visage de Shoran. La situation semblait, pour l'instant, calmée sur ce plan. Mais le volus jouait avec le feu et en avait conscience.
Mais après tout, c'est en prenant des risques qu'il avait obtenu son pouvoir.
Nouvelle communication, sécurisée, vers Anton Ardak.

« SHHHK. Ardak, j'ai une information intéressante. SHHHK. Il y a, dans les profondeurs des mines, hors des scanners, SHHHK, deux tunnels menant respectivement à l'intérieur de l'Afterlife, SHHHK, et à proximité du CC d'Aria. SHHHK. Je crois que vous avez des contacts dans le bar d'Aria. SHHHK. C'est l'occasion de voir s'ils peuvent vous rallier les troupes s'y trouvant, SHHHK, et tendre une embuscade monstrueuse aux forces de Shoran. SHHHK. Mais c'est vous le stratège. SHHHK. Bonne chance dans les mines. »

Le volus coupa la négociation, puis en ouvrit une nouvelle, vers Éclipse.

« SHHHK. Va'Rae, Shoran vous passe le bonjour. SHHHK. La prudence est de mise. »



Notes HRP :
Dahl Elkoss : #ffcc00,
James Bringtown : #0066ff


"Tout respirait Dahl Elkoss, le seul volus plus burné qu’un krogan."
- Anton Ardak, 2202
Journal de Bord, avec présentation de mes personnages secondaires




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Ravageur
Rang : Pacificateur
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 1102

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Lun 08 Fév 2016, 20:33
Tout se déroulait pour le mieux. Evidemment tout cela était fortement à relativiser, Shoran avait une armée impressionnante d’après les derniers rapports, même si elle connaitrait une refonte une fois que les assauts du centre de commandement et de l’Au-Delà seraient terminés. Il y avait aussi le cas Aria, qui était totalement introuvable, certains arguant même qu’elle avait fui, chose inenvisageable pour Anton. Non jamais la reine ne fuirait devant pareil défi, ses assaillants n’étaient pas Cerberus de la Grande Guerre, et n’avait aucun adjugeant pour terroriser la station.

Il y avait aussi le cas Dahl Terminus, qui n’avait pas envoyé ses troupes comme convenu. Alors oui Eclipse se trouvait là comme prévu mais cela était tout le contraire de rassurant. La trahison du volus semblait actée, le nabot préparait sûrement l’un de ses plans vicieux, et le butarien aurait juré que le résultat ne serait pas pour lui plaire.

Pourtant aucun de ces désagrément n’arrivaient à entamer la joie profonde de l’ancien ravageur, pas même cet immense mur qui continuait à lui résister tandis qu’Eclipse s’échinait à déclarer son démantèlement comme impossible pour eux. Et alors Anton comprit une chose, le véritable plaisir qui l’envahissait en ce moment même n’était pas celui de penser au pouvoir, mais d’anéantir ceux qui pouvaient l’en empêcher. Un doute s’immisça alors en lui, le pouvoir suffirait-il à le satisfaire ?

Toutefois l’interrogation fut balayée aussi rapidement qu’elle s’était insinuait en lui, lorsque deux combattants apportèrent un soit disant ingénieur se prévalant de connaître les lieux.

"Jenjak. Curieux qu'un ingénieur se cache du mauvais côté de la barrière. Qu'Est-ce qu'il me prouve que tu as réellement la moindre valeur ?" lança presque aussitôt Anton, qui scruta alors fixement l’inconnu de son regard aussi perçant que la plus tranchante des lames.

Jenjak se mit à trembler légèrement, évitant le regard du butarien avec toujours plus de brio.

"Je connais bien les mines... Aria en a fait un véritable labyrinthe lors de la reconstruction"

Anton attrapa son couteau de combat dentelé sans toutefois sortir la lame de son fourreau, se contentant de rendre le geste aisément compréhensible.

"Tu connais les mines. Une chose intéressante, mais la simple connaissance des lieux ne m'est pas plus utile que des cartes. Ce dont j'ai besoin c'est de quelqu'un qui connaît l'emplacement des dangers.
Et éventuellement quelqu'un qui connaît des routes qui parviennent à les éviter. Une telle chose vaudrait le plus grand respect qui soit et une assurance certaine de prolonger une vie qu'il serait dommage de gâcher."


En comprenant qu’une chance s’offrait à lui, Jenjak cessa de trembler comme une feuille et se permis même la folie de croiser le regard inquisiteur de son interlocuteur, chose qu’il regretta aussitôt tant ses tremblements reprirent de plus belle.

"Je... Je sais qu'il existe une paroi fine. Il suffirait de quelques explosifs pour dégager une entrée... Les dangers dans la mine... Il y a les patrouilles, les tourelles... Nous n'avions plus le droit d'accéder au fin fond de la mine par contre."

La main du butarien ne s'éloigna pas d'un cran du manche de son arme. Et l’ancien ravageur s’approcha même de plus en plus près de l’ingénieur qui semblait sur le point de flancher.

"Parfait. Mène mes hommes à cette faille, et si ton plan fonctionne alors tu auras sauvé ta vie. Dans le cas contraire." Et Anton ne termina pas sa phrase, la réponse étant à la fois aussi évidente qu'inutile, et l'esprit est bien mieux à s'imaginer mourir que s'entendre énoncer une telle proposition.

Jenjak hocha la tête, regardant enfin le butarien presque avec reconnaissance. Aussitôt Anton fit appeler le commando Na’hesit qui récupéra l’ingénieur pour qu’il les guide vers la cible. Les explosions ne furent guère plus longues à se faire entendre, Anton ayant juste le temps de rejoindre la chef locale d’Eclipse avant qu’elles ne se déclenchent, faisant s’effondrer une partie du mur sur quelques mètres, largement de quoi permettre à l’armée de continuer sa route.

Néanmoins, le spectre des Terminus ne réagit pas immédiatement à la nouvelle ouverture se contentant d’envoyer un rapide message à Deruuk pour qu’il revienne dans les rangs. Puis Anton se reconcentra sur ce qu’il avait prévu, c’est-à-dire la discussion avec la représentante d’Eclipse.

« Je veux que vos troupes ouvrent la marche. Le contingent de percée et moi-même vous accompagneront. Il serait triste que notre bonne entente soit brisée par un soupçon de sacrifice non volontaire. Maintenant envoyez les mécas nettoyer l’autre côté.» L’ironie était évidente, et le butarien ne parvint nullement à l’effacer, sa vieille rancœur à l’encontre de la faction mercenaire ne s’étant jamais complètement résorbée.

Toutefois, Anton ne resta nullement pour entendre la réponse de l’asari, et tourna talons pour rejoindre ses forces qui se réorganisaient déjà pour s’adapter à la morphologie de l’entrée. La faille n’était que de six mètres de large, il n’était donc pas question d’une entrée en force, heureusement les mécas de combat d’Eclipse prenaient ici toute leur importance en encaissant s’il le faut toute embuscade.

Rapidement le dirigeant de l’armée atteignit les rangs des troupes qu’il visait en particulier, le contingent de percée et plus particulièrement les krogans et les sangs purs. Immédiatement le chef des Na’Hesits, rapidement suivi de Graam le krogan compagnon de Deruuk, et Geor’Ge se dirigèrent vers leur supérieur, curieux des nouveaux ordres. Puis un Krogan massif arriva, éclipsant même Graam par sa taille et sa masse.

« Changement, Eclipse prend la tête, le contingent de percée les accompagneront. Gorbag prend tous les krogans avec toi et vous collez Eclipse au plus près. Vous êtes chargés de la protection des leurs ingénieurs. » Le Krogan massif lâcha un grand sourire qui contrastait sérieusement avec les nombreuses cicatrices qui parsemaient son visage, et qui pouvait aussi surprendre au vu de la tâche confiée par son chef. Pourtant Gorbag partit sans se plaindre, emportant un Graam circonspect dans son sillage.

« Brenin, forme plusieurs petites unités qui suivront les mécas. Ne vous mêlez pas des combats, recensez les défenses et pièges. Tu as toute largeur pour prendre les décisions qui s’imposent si tu dois prendre une décision rapidement. » Le colonel Na’Hesit n’hésita pas une seconde et retourna dans son unité pour transmettre les ordres. Ne restait plus que les Sangs Purs.

« Geor’Ge, que vos sangs purs restent avec moi. Surveillez les troupes d’Eclipses sans que cela soit trop voyant. » Le fanatique semblait apprécier son rôle et partit presque en sautillant les transmettre à ses Co légionnaires. Se méfier des aliens était leur péché mignon, autant profiter de leur expertise.

Tout cela organisé, Anton clama l’ordre de marche, et les unités mécas repartirent en avant, pénétrant six par six dans la brèche crée par les explosifs. La chose prendrait de longues minutes pour que l’avant-garde puisse complètement pénétrer les lieux, aussi l’ancien ravageur expédia-t-il un nouveau message aux autres chefs de contingents et à leurs seconds.

« - Contingent d’insertion part en éclaireur à l’extérieur des mines pour débusquer et éliminer les possibles espions. Ne pas engager le combat contre de grosses unités. Pénètre en dernier dans les mines.
- Contingent d’affrontement, s’organise en défense autour du contingent d’environnement et pénètre en troisième dans les mines.
- Contingent d’environnement, pénétrez directement dans les mines après le contingent de percée et mettez en place un système de défense automatisé pour rendre la brèche imprenable.
- Si la moindre force majeure se présente pénétrez au plus vite les mines et tenez la brèche jusqu’à nouvel ordre. »


Les ordres étaient clairs, et furent respectés. Alors soudain une communication inattendue prit le spectre des Terminus de court, Dahl Elkoss en personne cherchait à le contacter. Qu'est-ce volus véreux pouvait bien lui vouloir.

« SHHHK. Ardak, j'ai une information intéressante. SHHHK. Il y a, dans les profondeurs des mines, hors des scanners, SHHHK, deux tunnels menant respectivement à l'intérieur de l'Afterlife, SHHHK, et à proximité du CC d'Aria. SHHHK. Je crois que vous avez des contacts dans le bar d'Aria. SHHHK. C'est l'occasion de voir s'ils peuvent vous rallier les troupes s'y trouvant, SHHHK, et tendre une embuscade monstrueuse aux forces de Shoran. SHHHK. Mais c'est vous le stratège. SHHHK. Bonne chance dans les mines. »

Les choses étaient à la fois étonnantes, agréables et fortement perturbantes. Le volus rompaient le contrat sans les moindres égards pour son allié mais sortaient ses plans secrets sans ciller. Indéniablement Dahl était un être impressionnant et Anton éprouvait une certaine fascination à son égard, doublée d'une violente envie de le démembrer.

Toutefois l'importance des informations était telle que l'ancien ravageur se contint et répondit sans montrer le moins du monde ce désir.

"Un plaisir de travailler avec vous Dahl. Information reçues." Tout devenait soudainement extrêmement intéressant. Toutefois, pour que l'information se révèle réellement utile, il fallait d'abord sécuriser le chemin dans les mines. Aussi Anton expédia un message à son acolyte menant les forces encore non entrainées dans le conflit, le vorcha Aerdris.

"Changement de plan, que les troupes se préparent à partir, et surtout à combattre. Nous allons frapper fort, très fort."

Un nouveau message allait suivre lorsque le destinataire réapparut comme par miracle au bon moment.

« Deruuk, vous revenez à temps, notre tour de pénétrer dans les mines est venu. »

En effet, les mécas venaient de pénétrer intégralement dans les lieux, ne dévoilant pour le moment aucunes défenses proches de l’entrée, les choses changeraient rapidement à n’en point douter. Alors les deux gardes surveillant l’ingénieur bavard revinrent avec leur prisonnier.

« Deruuk je vous présente Jenjak, il sera notre invité pour quelques temps. Et votre nouvelle mission est de le protéger. Il serait terriblement dommage qu’il subisse un accident en route. » L’ingénieur trembla comme un nouveau-né à ces paroles et scruta avec peur son nouveau baby sitter. Ce qui aurait en temps normal amusé Anton, mais le temps était précieux désormais aussi le butarien calma immédiatement l'ingénieur. « Non il n’est pas chargé de vous assassiner. Uniquement de veiller à votre protection et à récupérer vos précieux conseils. »

Puis Anton s’avança, le contrebandier dans ses pas, prêt à pénétrer les mines, comme s’il entrait dans son futur château. Désormais les choses sérieuses allaient réellement commencer.

Spoiler:
 


Je suis la fille d'Anton Ardak. Et accessoirement, reine pirate profitant actuellement de ses congés.
Kydra Lifith, 27 janvier 2202

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : L'orphelinat des Ombres
Rang : Ardat-Yakshi
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit blanche
Messages : 599

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Mer 10 Fév 2016, 12:15

Jeux de pouvoir.







« Dites aux snipers d’utiliser des munitions antigrav et qu’ils bousillent ce brouilleur, je veux une communication correcte dans les plus bref délais en attendant, étant donné que nous avons un brouilleur, tire un signal visuel pour surprise 1. »

Un informateur était partit a toute jambes exécuter le premier ordre tandis que le second préparait un pistolet a fusée dans lequel il avait chargé une cartouche rose qu’il tira directement au-dessus du champ de bataille.

« Bien, vas maintenant dire à notre ami de préparer son premier déclencheur, c’est pour bientôt. »

La foule ennemie s’approchait dangereusement et en masse, il était presque certain de toucher quelqu’un en tirant au pif en face sans prendre la peine de viser le moment était donc parfait, le signal avait été donné et exactement dans les temps, l’aéronef qui portait le pseudo « surprise » avait décollé et était passé au-dessus de la foule tout en arrosant de sa mitrailleuse lourde et de ses roquettes pour un maximum de dégâts possible tandis qu’à son bord, le copilote s’occupait de larguer une série de petites bombes sur l’armée de soldats qui avaient donné l’assaut. L’aeronef avait profité de la surprise pour faire un aller-retour puis s’en était allé suite à de nombreux dégâts reçus. Chose qui était prévue, néanmoins, en face ils faisaient moins les malins, oui ils étaient nombreux, mais l’afterlife n’était pas sans ressources et aurait du répondant jusqu’à la fin. Les tourments, tout comme les dégâts plus qu’importants causés par « surprise » avaient laissé un créneau de temps suffisant aux snipers pour utiliser des munitions antigrav sur les boucliers du brouilleur, il ne résisterait plus très longtemps maintenant.




Le combat perdurait, comme attendu, il y avait comme prévu plus de victimes parmi l’armée de Shoran que parmi la défense mais les premières blessures graves arrivaient et les médecins commençaient à avoir leurs premières interventions chirurgicales dans le couloir. Les défenseurs usaient d’explosifs en tout genre et d’armes lourdes, réapprovisionnés régulièrement pour le moment ils tenaient bon, les barricades étaient efficaces. Karrlog avait rechargé son bouclier cinétique et avait repris part au combat, un peu plus prudemment ceci dit. Kyre également prenait le temps te tirer quelques grenades aux points les plus utiles, combattre tout en analysant tout le champ de bataille était compliqué, ce qui était la raison pour laquelle elle ne devait pas se perdre dans la folie et les ravages, mais bien rester concentrée et coordonner son équipe intelligemment.

Enfin le brouilleur avait été détruit à coup de balles antigrav, Krissi avait directement hurlé « Brouilleur détruit ! Brouilleur détruit ! » Dans les oreilles de tout le monde via radio communication non sans démonter les tympans de Kyre.

« Ta gueule ! On a compris ! Pas besoin de nous bousiller les oreilles ! Déjà qu’à te regarder ça me pique les yeux ! »

Visiblement les tympans de Karrlog avaient également peu apprécié la joie de l’asari.
« Je t’emmerde mon chou ! »

« Bon travail ! Équipe Krissi continuez de vous concentrer sur les snipers adverses pour le moment tuez-les tous ! Les autres continuez comme ça, ne les laissez pas approcher. »

Personne n’avait besoin d’en savoir plus pour le moment, mais tout le monde attendait, quelque chose allait bientôt se passer, l’assaut était une chose, mais Kyre comme tous les autres savait qu’il ne s’agirait pas que de ça.





Kyre:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant
Rang : Mercenaire
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3304-elena-t-soran-journal-de-bord


Messages : 296
Crédits : tsabszy - Deviantart

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Jeu 11 Fév 2016, 20:37
Une horde de bêtes sauvages enragées n'ayant pour seul objectif que de détruire tout sur leur passage. C'était l'impression qu'Elena avait jusque-là de l'assaut des Ravageurs contre l'Afterlife. En un sens, cette brutalité presque indomptable lui plaisait, car elle pouvait la stopper d'une seule rafale de Mattock.


La défense organisée par Kyreshorl semblait plus qu'efficace. En face, les attaquants tombaient comme des mouches alors que les défenseurs ne subissaient que peu de pertes. Pourtant, la fatigue et l'usure se faisaient ressentir; Elena vit un Krogan à couvert à ses côtés tenter de se lever pour peut-être changer de position.

" Reste à couvert, bordel ! "

Le Krogan, sans avoir écouté un mot de l'Asari faire un faux mouvement et recevoir trois balles dans le thorax. Elle se précipita vers lui et le traina avec difficulté derrière une barricade.

Elle généra ensuite une bulle biotique et accompagna le Galarien qui traînait le blessé jusqu'au couloir de l'Afterlife. Celui-ci était déjà occupé par plusieurs blessés graves, que les chirurgiens tentaient de soigner du mieux qu'ils pouvaient. Dès que la grande porte se referma sur le Krogan et le médecin, Elena couru vers la barricade la plus proche. Elle avait perdu beaucoup de forces en maintenant cette barrière sous les tirs ennemis, et elle avait besoin de récupérer quelques instants.

Pendant son petit repos, Elena se rendit compte qu'elle s'était engagé à se battre pour quelqu'un qu'elle ne connaissait pas, au nom d'une cause inexistante, contre des ennemis dont elle ne savait pas grand-chose. Et au final, cette situation commençait à lui plaire. Se détacher de contraintes, de complots, de camps; combattre pour combattre, tuer pour tuer. Et puis de toute façon, c'était trop tard pour reculer maintenant, il fallait assumer et aller jusqu'au bout.

Elle leva les yeux vers Kyreshorl qui était en train de donner des ordres à deux de ses soldats. L'un d'eux s'éloigna de quelques pas et tira en l'air une fusée de détresse. Quelques instants plus tard, un vrombissement énorme retentit tandis que le dénommé Surprise 1 dechainait ses armes contre la horde qui fut brisée dans sa lancée.

Elena profita du répit offert par l'attaque pour abattre les derniers opposants qui restaient debout. Cependant, il ne s'agissait pas de trois pequenauds avec un flingue rouillé dans les mains. Professionnelle et déterminée, l'armée de Shoran se ressaisit et l'assaut reprit. Cependant, la résistance avait été galvanisée par l'apparition de Surprise, qui avait eu comme effet secondaire de montrer aux deux camps que l'Afterlife tenait bon et avait encore de la ressource.

Les combats semblaient s'éterniser et on aurait pu croire que l'un des deux camps allait mourir d'épuisement. C'est alors que les snipers, qui visaient depuis un moment le brouiller de communication parvinrent à traverser son bouclier et, en quelques tirs bien placés, le firent exploser.

Une folle hurla sur la radio que les communications étaient rétablies, ce qui n'est pour seul effet que d'assourdir tout le monde, certains manquants de peu quelques balles dans le crâne dans la distraction. La chef de la défense reprit rapidement le contrôle des communications et transmit ses derniers ordres.

" Bon travail ! Équipe Krissi continuez de vous concentrer sur les snipers adverses pour le moment tuez-les tous ! Les autres continuez comme ça, ne les laissez pas approcher."

Il fallait donc continuer à tuer. Tuer pour la gloire d'Aria. Ou celle de quelqu'un d'autre d'ailleurs. Après tout, ce n'était plus vraiment si important.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 411

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Sam 13 Fév 2016, 14:43


Exister. Une notion fondamentale, la base de toute chose. Cela requiert deux éléments fondamentaux : l'espace et le temps. Une fois cela réunit, en obtenant une matière, un passé, un présent et un avenir, chaque objet, de la plus petite particule à la plus grande étoile émet des informations de par sa simple existence. C'est l'enchevêtrement de ces informations, leur collision, leur union qui forge ce que l'homme appelle le destin. Et le plus grand émetteur d'informations existant est la vie. Celle qui s'autorise à modifier l'avenir de ce qui n'est pas vivant se considérant supérieur. Pour le cerveau humain, cela représentait un véritable défi, nombre d'hommes ont passé leur vie à tenter de percer le sens de leur existence et à essayer de la dompter, de faire prendre la direction qu'ils souhaitaient à leur vie, en clair, à comprendre et à contrôler leur destin. Mais cela, personne n'en est capable, pas même les espèces avec avec une grande longévité, les asaris ou les krogans, pas même les galariens, versés dans la science. En vérité, le concept de destin est inaccessible, même pour des formes de vies intelligentes. La liberté de choix ne serait en réalité qu'une illusion, la réflexion étant une invention de l'esprit alors que la décision est prise par le corps et non par l'âme. En ce sens, des formes de vies intelligentes ne sont pas différentes de simples machines, le calcul étant simplement remplacé par la réflexion, donnant ainsi cet illusion de liberté.

Cependant, il est possible qu'un jour quelqu'un s'éveille à une conscience réelle de soi et du monde, une telle personne prendrait alors de réelles décisions et pourrait maîtriser complètement le destin. Cet éveil n'est pourtant qu’un rêve lointain, mais peut être accessible désormais, maintenant que les moissonneurs ne sont plus, et que la vie va pouvoir continuer d'évoluer. Et l'évolution a en ce jour un point central, un astéroïde, un simple astéroïde, mais les conséquences de ce qui s'y déroulait, auraient un impact sur le destin de bien des existences.

Au milieu de cette tempête se trouvait Kydra, particule parmi l'infinité, une humaine qui se fichait bien de cette notion de destin. Elle était là pour accomplir son idéal, ce qu'elle croyait être la raison de son existence, peu importe le reste, elle pouvait bien mourir en essayant de l'atteindre, cela lui importait peu tant qu'elle avait tout mis en œuvre pour changer ce monde à sa manière. Ce caractère, cette forte volonté, cette puissante croyance envers ce qu'elle pensait juste, c'est ce qui l'avait amené jusqu'ici, n'éprouvant aucun remords pour les vies prises, aucun regret pour les choix effectués, lui permettant de continuer d'aller de l'avant sans jamais se retourner. Tout du moins c'était le cas, jusqu'à cet instant.

Le poing percuta violemment le visage de Kydra, la puissance du choc la fit reculer et elle tomba au sol. Sonnée quelques instants, elle reprit conscience et leva la tête vers le turien qui lui avait assené le coup.

T'es bouchée ou quoi ? T'as entendu ce qu'on t'a dit ?

Ses collègues s'esclaffaient sans retenue derrière lui mais l'humaine n'y prêta pas attention, fixant le bâtiment qui les dominait. Barricadé et entouré d'une solide défense, il était si proche mais si inaccessible à la fois. Sa cible était à l'intérieur, et la patrouille venait d'anéantir ses chances d'y entrer pacifiquement. Mais il y avait autre chose, au delà du fait qu'il lui semblait impossible de s'y infiltrer ou d'anéantir sa défense, une chose qui l'avait poussé à ignorer la patrouille et à continuer d'avancer machinalement, lui valant ce rappel à l'ordre percutant. Ce bâtiment, cet endroit, cette matière infranchissable signifiait la fin de la route pour elle. Sa cible était à l'intérieur, sa mort permettrait le succès de la mission, l'augmentation des chances de réussites du butarien et surtout un pas de plus vers son idéal, son rêve, ce qu'elle voulait faire de la galaxie. Orienter et sacrifier sa vie dans un tel but, ce en quoi elle avait toujours cru, le doute n'avait pas sa place là dessus. Et pourtant, là, fixant le bâtiment, elle se rendit compte d'une chose, horrible, froide et pourtant si révélatrice, elle ne voulait pas se sacrifier pour son idéal tout simplement parce qu'il s'agissait d'une invention.

Cette simple pensée commença à détruire tout ce qui constituait son être, et pour la première fois depuis bien longtemps, elle se mit à avoir peur. Prostrée de terreur, non pas face à ce qui l'entourait, mais face à elle même. En vérité, rien n'avait changé, elle était toujours la petite fille tremblante de peur dans les ruines, tentant de ne pas faire de bruit pour ne pas attirer l'attention des zombies. Seul un monticule de cadavres séparait l'enfant de l'adulte, mais rien, rien n'avait changé. Tout ce qu'elle avait accompli, tout ce en quoi elle avait cru, tout cela n'était qu'un mensonge, elle n'était rien d'autre qu'une machine faite pour tuer, tuer encore, tuer, tuer... Jusqu'à ce que quelqu'un lui prenne sa vie, à elle. Son idéal n'était qu'une invention de l'esprit, lui permettant de se définir comme humaine, de se donner un but, de l'empêcher de prendre conscience de cette vraie nature, lui permettant de tuer sans aucune considération. Et c'est à cet instant précis, face à une mort qui signifierait l'accomplissement de son rêve, que ses barrières mentales tombèrent et qu'elle comprit qui elle était réellement. Même la joie et la haine qu'elle avait ressenti au cours de ses échecs et de ses victoires, même tout cela n'était que mensonge ?

Recroquevillée, tremblante, une lumière apparut sur le corps de Kydra. En levant la tête, elle vit son frère debout face à elle, la contemplant d'un visage sans aucune expression. Elle l'avait abandonné, purement et simplement, sans même le prévenir, sans même aucun remords, lui qui était pourtant l'être qui lui était le plus cher. Et pour quoi ? Pour une invention, une ridicule auto-persuasion. Son frère se tourna et s'éloigna d'elle. Kydra tendit son bras vers lui.

A...Attends !

Elle voulait lui dire à quel point elle était désolée, à quel point elle n'était qu'une merde d'avoir agi ainsi, à quel point elle tenait à lui. Mais la silhouette de son frère prit la forme de la crosse d'une arme qui lui percuta la tête. Allongée sur le sol, crachant du sang, ce choc la fit revenir dans la réalité. Le turien pointait désormais directement son arme sur elle.

Bon écoutes moi bien, si tu jartes pas d'ici 4 secondes je te descends, t'as pigé ?

Kydra baissa la tête. A quoi bon résister ? A quoi bon tenter de vivre ?

1...

Continuer de vivre pour se trouver un réel objectif ? Hors de question, faire cela reviendrait à effacer purement et simplement tout ce qu'elle avait vécu, rendant le tout encore plus vide qu'il ne l'était déjà. Vivre pour les membres de son entourage ? Inutile, personne ne portait Kydra dans son cœur, et son frère devait sûrement haïr la créature qu'elle était.

2...

Vivre pour accomplir l'idéal d'un autre ? Après tout, elle était là aussi pour le butarien, lui qui au moins, savait qui il était réellement et avait la volonté et les capacités de changer ce monde qui l'entoure. Mais elle refusait, de dévouer ainsi sa vie et sa liberté à quelqu'un, un destin pire que la mort.

3...

Mais alors pourquoi ? Pourquoi ce pincement dans sa poitrine ? Pourquoi cette volonté de vivre ? Était ce seulement son instinct de survie qui agissait ainsi ? Mais peu importe les questions ou les réponses, il n'y avait qu'un seul fait simple, il n'y avait tout simplement pas besoin d'une raison pour vivre. Kydra était une créature qui écourtait la vie des autres pour rallonger la sienne, c'était la seule et unique vérité qui la constituait, il n'y avait besoin de rien d'autre.

4 !

Kydra attrapa le bout du canon et dévia sa trajectoire alors que le turien pressait la gâchette. La balle alla se loger mollement dans le sol.

Très bien, je m'en vais.

L'humaine se leva et tournant le dos à la patrouille en s'éloignant.

Elle m'fout les jetons cette gonzesse.

Elle a pas intérêt à se repointer ici en tout cas.

Kydra s'éloigna, marchant délicatement, la tête vide de toute pensée. A cet instant, elle n'était rien d'autre qu'une enveloppe vide de tout contenu, une enveloppe qui ne souhaitait pourtant qu'une seule chose, être remplie. Ses pas la menèrent machinalement d'où elle venait, au centre médical. L'endroit n'était plus aussi calme qu'à son départ, tout le monde s'activait et cela ne pouvait signifier qu'une seule chose, le combat avait commencé. Kydra se tenait là, sans l'être réellement, sans savoir quoi faire, sans savoir quoi penser. Elle se dirigea vers l'une des pièces et s'aspergea la tête avec de l'eau, y enlevant la boue et le sang qui s'y étaient invités. Elle profita de ce moment pour contempler ses mains, ces petites merveilles qu'elle pouvait contrôler à loisir et leur faire faire ce qu'elle souhaitait tant qu'elles étaient accrochées au reste. Elle était vivante.


Vivante. Elle l'avait senti au fond d'elle en s'approchant de ce bâtiment tout là bas, qu'elle y laisserait la vie, et pourtant elle était toujours là. Même si d'une certaine manière, Kydra était bel et bien morte, prostrée aux pieds de cette patrouille de ravageurs. Mais désormais, tout un nouvel avenir s'ouvrait devant elle et elle se rendit compte rapidement qu'elle ne pouvait avancer s'il n'y avait pas de destination. Mais sa blessure était encore trop grande ouverte, trop douloureuse pour se livrer à pareille folie. Elle ne pouvait pour l'instant que se contenter de faire ce qu'elle avait toujours fait.

Eh vous ! Vous n'êtes pas blessée à ce que je vois, filez nous donc un coup de main !

En effet, elle se trouvait actuellement dans le camp d'une puissante force qui tentait de prendre le contrôle d'Oméga et d'asseoir sa domination. L'endroit idéal pour y accomplir son art et actuellement, elle n'avait pas besoin de raisons supplémentaires. Et quel meilleur endroit pour frapper que celui où l'ennemi panse ses plaies.

D'accord, que dois je faire ?

Elle devait attendre. Les risques grandissaient pour que quelqu'un découvre le cadavre et tente de joindre la patrouille qui l'avait amené ici, mais si Kurt avait fait son boulot correctement, il n'y avait pas de soucis à se faire. Il lui suffisait simplement d'attendre, jouer le jeu puis faire ce en quoi elle excellait. Elle n'était qu'une machine après tout non ? Et une machine se contentait d'accomplir sa tâche encore et encore jusqu'à son arrêt définitif. C'était simple et froid, mais à cet instant précis, il s'agissait de la seule chose sur laquelle Kydra pouvait s'appuyer pour éviter de sombrer totalement dans la folie et de perdre à jamais ce reste d'identité qui subsistait encore, mais qui était pourtant si fragile.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4119

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Mer 17 Fév 2016, 04:35
La situation devant l'After-Life avait très rapidement dégénéré. Et cette façon de le présenter pouvait être prise comme un euphémisme assez léger. Le désastre était léger mais amer pour Shoran comme pour Kyre. La commandante des Ravageurs réfléchissait à plein régime avec son chef de la stratégie. Elle avait laissé partir les hommes de Dahl après la discussion qu'elle avait eue avec leur commandant. Le silence fut court dans la tente de commandement. Ce fut Jiwek qui reprit rapidement la parole.

"Il fallait s'attendre à ce que de nouveaux acteurs se mêlent au combat, Shoran."
- Je m'attends aux arrivées des Bersekers et des Soleils Bleus dans la partie, Jiwek, mais ce Volus s'amuse bien trop.
- Il faut prévoir les guerres, Shoran, mais il faut aussi prévoir ce qui va se passer après les combats.
- Au moins avons-nous un moyen rapide de nous débarrasser d'Anton et sa bande d'imbéciles. Ils vont nettoyer les mines pour nous. S'ils survivent, nous verrons qu'est-ce qu'un traître peut vraiment valoir.

Jiwek passa à un autre sujet en fixant les plans.

"La résistance au niveau de l'After Life est bien plus importante que celle du Centre de Commandement.
- Nous n'avons pas vu un seul des lieutenants d'Aria pour l'instant, je n'aime pas ça du tout. La résistance du centre de Commandement est une blague, les hommes en défenses semblent très vaguement entraînés. Nous l'aurons pris d'ici une heure ou deux. Elle prépare quelque chose d'autre.
- Les pronostiques les plus pessimistes parlent de sa fuite.
- Impossible.
- Elle serait dans l'After Life alors ? À attendre avec trois de ses lieutenants ?"

Shoran releva la main, l'air énervé.

"Je te laisse le camp. Je vais prendre un Atlas pour déranger un peu cette résistance du côté de l'After-Life. Il paraît qu'ils ont quelques 'surprises'."

Jiwek n'eut pas besoin de relever le nez pour imaginer le sourire cruel qui s'était dessiné sur le visage de la Turienne. Il se contenta de rester nez à nez avec le flux de données qui provenaient des différents champs de bataille. Il vérifia l'état de son bouclier par précaution et hocha la tête.

Plus loin dans le camp, plus loin, parmi les bâtiments, c'est le destin d'un feu follet qui s'anime entre les soldats. Celui d'une humaine qui prend pleinement conscience qu'elle a une volonté propre. Que cette volonté avait toujours été contrôlée par d'autres. Qu'elle vivait pour les autres, sans pour autant les respecter. Quel but y a-t-il pour de l'obéissance sans respect et sans peur ? Quel être but que remplir sa carcasse d'un fin goût d'être et de devenir ? Les émotions sont trop fortes pour celle qui s'en protège à mourir, pour celle qui pensait qu'on lui avait tout extirpé. On fuit, on se cache, on survit. Pour atteindre un grand but. L'extase.

Les soldats passaient à côté d'elle en l'ignorant, pour l'instant, l'alerte n'avait pas été notée. Les combats faisaient rage et un mort de plus ou de moins était minime dans l'équation de la guerre. Personne ne pensait au fait qu'une femme seule pourrait tenter d'attaquer qui que ce soit dans ce camp. On discutait dans l'infirmerie.

"Moins de pertes que prévu sur le Centre de Commandement. Plus sur l'After Life. Envoyez la division 5 des soigneurs là-bas, nous devons rééquilibrer les équipes.
- Shoran va rejoindre les soldats avec un ATLAS. Elle prend une partie de la garnison avec elle.
- Entendu. Toi, là ! La pas blessée ! Va renforcer la garde au lieu de tirer au flanc !"

On s'adressait à Kydra. On lui montrait un groupe de deux autres soldats qui filaient relever la première garde de la tente. Un humain et un soldat. Les autres avec qui elles avaient discuté venaient juste de partir pour accompagner Shoran. [L'action se fera en MP ou/et Skype.]

Shoran était montée dans l'Atlas -rapidement peint en rouge et ocre- et avait pris une vingtaine d'hommes avec elle. Il lui fallut une petite demi-heure pour arriver sur les lieux du combat, la machine n'était pas particulièrement connue pour sa rapidité. Elle gardait un contact régulier avec Jiwek.

"Lancez les missiles vers leur aéronef, je me lancerais dans le combat rapidement. Je ne veux pas de ce genre de chose pour me déranger. Chargez un autre missile directement sur leur bouclier principal. Nous les aurons.
- Shoran, Rhys me signale qu'il a trouvé un contingent de troupes d'Aria au nord du Centre de Commandement.
- Qu'il évalue la situation avant d'attaquer. Envoie les hommes de Dahl l'épauler.
- Bien."

Près de l'After-Life, la situation commençait à décliner de nouveau pour les défenseurs. L'aéronef, après ses lourds dégâts, fut finalement abattu. Les snipers adverses avaient l'avantage de la hauteur et seules des minutions lourdes pouvaient les atteindre -détruisant les sols où ils s'étaient allongés. Mais les mitrailleuses lourdes devaient repousser également les assaillants et les biotiques qui tentaient des percés les lignes. Parfois, un allié était projeté en arrière, créant une brèche dans une défense qui se fait de plus en plus difficile. Lorsque l'ATLAS de Shoran apparu près de la porte qui avait été explosée, des cris de joie résonnèrent sur le champ de bataille. Les troupes furent galvanisées de voir simplement leur leader. Karlogg leva alors le nez et marmonna.

"Tout se passe comme Aria l'avait dit."

Il se tourna vers Kyre.

"Je dois te parler. Rapidement."
[Le Dialogue se fera en MP ou/et Skype.]

_____________________________

Dans les mines avançaient les troupes d'Anton. Le trou dans le mur avait permis aux troupes de passer sans trop de soucis. Conduis par Jenjak, ils cheminaient à travers de longs couloirs métalliques, passant parfois par des ponts suspendus ou à côté des grands extracteurs. Ils croisaient des patrouilles mécaniques de temps en temps, et des tourelles de surveillance, mais avec l'aide des soleils Bleus, les pertes furent minimes. Juste quelques blessés et un mort. Qui était tombé d'une passerelle en voulant esquiver un tir. Ils avancèrent presque trop facilement. Étrangement, Jenjak, que Deruuk surveillait était de plus en plus excité tandis qu'ils s'enfonçaient dans la mine. Au bout d'un moment, tandis qu'ils arrivaient vers la moitié du chemin vers les consoles de contrôle, la sécurité se fit de plus en plus importante. Des portes bloquaient l'armée, forçant les hackers des Soleils Bleus à user de plus en plus de ruse pour passer à travers. Les pertes commencèrent à être plus lourdes. Les systèmes automatiques plus fins, plus vicieux, il fallait preuve de prudence. Va'Rae communiqua avec Anton.

"À partir d'ici les plans des couloirs semblent changer des dernières topographies faites de l'endroit. Nous devrions vraiment nous méfier. De plus, je commence à perdre des hommes sur les machines. Des ordres particuliers ?"

À l'extérieur, tout semblait calme pour l'instant. Chacun ne prenait pas son rôle à la légère pour autant. Les mines seraient sans doute la prochaine cible de Shoran, ou reprises par Aria dès qu'elle aurait découvert l'intrusion.

______________________________________

Mais Aria était au courant de tout depuis déjà un temps assez long. Elle fixait les écrans de surveillance de la mine depuis son bunker, basé dans les fondements de celle-ci. Il était certain que le bruit des piliers d'extraction n'était pas la berceuse la plus agréable à entendre, mais les précédents désastres lui avaient appris à ne plus laisser les mines sans surveillance. Quelle meilleure protection qu'elle-même ? Elle se massa légèrement l'arête du nez en voyant l'invasion qui se dirigeait actuellement vers les contrôles des mines et non loin d'elle. Elle regarda celui qui semblait être le dirigeant de cette troupe.

"Qui est-ce ? Il me dit quelque chose.
- Anton, il travaille pour Shoran."

Aria se caressa le menton un instant. Elle releva et s'étira mollement.

"Les méchas ne suffiront pas à arrêter cette armée. Mettez le bunker en alerte rouge. Ils ne doivent pas atteindre les contrôles des mines. Nous allons les prendre par surprise."

Le Krogan à ses côtés hocha la tête. Elle se retourna vers les écrans, son regard était plus soucieux que ce qu'elle laissait paraître. Au plus profond des mines allait commencer un nouveau foyer de bataille.Aria ne pensait pas devoir sortir du milieu de sa toile aussi tôt, Shoran n'avait même pas été engluée.
MJ a écrit:

Situation actuelle :
- Kydra est appelée à la garde de la tente principale.
- La situation à l'After Life se complique de par le manque de résistance au Centre de Commandement.
- Anton progresse dans les mines à rythme constant, néanmoins, des soucis sont à prévoir.
- Un contingent de force d'Aria a été trouvé au nord du centre de commandement (environ 3 kilomètres). Pour Dahl, cela correspond à l'entrée du tunnel repéré par tes Galariens.

Voilà ! N'hésitez pas à prendre l'initiative de venir me parler sur Skype pour que je vous joue un de mes PNJ pour les besoins de votre RP. Je vais devoir parler en particulier à Kyre et Kydra ce tour-ci pour pouvoir faire avancer les choses de leurs côtés, néanmoins, toute demande est la bienvenue !


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : L'orphelinat des Ombres
Rang : Ardat-Yakshi
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit blanche
Messages : 599

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   Sam 20 Fév 2016, 11:55

La stratégie du piège.







La situation devenait difficile, très difficile. L’aéronef avait fini par être descendu, ce qui n’était pas inattendu pour ne pas dire que c’était même prévu voir même nécessaire, il avait fait son travail comme voulu et les dégâts infligés à l’ennemi avaient été incommensurables. Le grand problème restait les snipers, bon nombre avaient été atteint, mais leur position avantageuse rendait le combat particulièrement compliqué. Les snipers de l’équipe de Kyre ne parvenaient presque qu’à les empêcher de tirer, ce qui était déjà une bonne chose. La défense commençait à être gravement touchée cette fois il y avait des cadavres et des blessés incapables de combattre laissés à l’abandon, ils ne pouvaient pas se permettre de perdre du temps, des ressources et des médecins pour ceux dans l’incapacité de combattre. C’était cruel, mais inévitable.
Mais enfin, ENFIN l’Atlas de Shoran montra le bout de son nez et Kyre esquissa un large sourire malsain, elle était enfin venue se jeter dans les crocs de la mort. Aller-y scandez son nom pauvres imbéciles, scandez votre joie et votre courage en pensant écraser le moral de ceux qui savent déjà qu’ils vont mourir de vos ravages…

« Tout se passe comme Aria l'avait dit. »

Kyre et Karlogg avaient murmurés à l’unisson l’exacte même phrase alors que le krogan se tournait justement vers la démone, celle dont les yeux fixés sur le vitrage de l’appareil de destruction que pilotait Shoran rugissaient l’avidité de son être et la démence de son esprit.

Je dois te parler. Rapidement.
Tu as quelque chose en tête Karlogg?
J'étais pas sensé le dire avant que Shoran se ramène, mais Aria a un plan pour l'AfterLife.

Le Krogan, d’un geste d’une puissance inouïe envoya une nouvelle grenade à une distance impressionnante en plein parmi les ennemis avant de continuer normalement de parler tandis qu’en paysage de fond Kyre pouvait apercevoir la déflagration faire danser avec elle quelques nombreux membres de race mixte dans les airs.

On va perdre, mais c'est le but. Faut faire un repli vers l'intérieur. C'est rempli d'explosif. On va leur faire sauter l'After Life à la gueule après s'être cassé par la sortie de secours.

Kyre quelque peu intriguée par l'inconnu de cette partie des plans d'Aria se mit à réfléchir rapidement, mais elle n’eut pas besoin de longtemps pour comprendre l’enjeu, soit ils exécutaient le plan, soit ils crevaient tous ici.
D'une certaine façon je m'en doutais un peu, ils sont trop nombreux... hm c'était donc ça la suite.
Le Krogan eut un sourire.
Il Faudra donc sacrifier du monde.
Ouais, à toi de voir qui tu veux emmener.
Tous ceux qui le peuvent au moment voulu.. On doit être crédible, mais de sûr il nous faut Gernlo et le reste de l'élite avec nous, plus nombreux nous serons, plus de chance on aura de les détruire.
Je te laisserais actionner la détonation. Le mieux, ce serait qu'on ait Shoran dans ce beau bordel. Fin, je te laisse gérer. Après, on va aller prendre ses troupes à revers au centre de Commandement.
Ouais.. On as déjà les mines aux pieds de la barricade à faire sauter, mais laissons passer Shoran avant. On doit la piéger.
Karlogg frappa dans le dos de l'asari avec presque un semblant de joie.
Du coup, quels sont les ordres ?
Kyre esquissa un sourire malsain tout rechargeant son lance grenades.

Je vais lui envoyer une invitation qu’elle ne pourra pas refuser, passe-moi le lance-roquette ! L’Atlas de Shoran vas pas tarder à faire une brèche dans la barricade, à ce moment-là je sonne la retraite, à ce moment précis tu donnes le signal aux équipes T1 & 2 de passer à l'action ce sera parfait pour couvrir notre retraite et cela devrais les précipiter à nous suivre à l’intérieur. On attend que Shoran passe et on déclenche les mines, les dégâts seront monstrueux contre son armée et elle sera forcée de nous suivre. Ensuite, on la piège dans l'Afterlife pour la faire sauter avec le reste. Dans le pire des cas on a encore un atout à jouer contre lequel un Atlas ne fera pas le poids.

Et c'est parti ! Répondit-il en armant son fusil en parfaite synchronisation avec l’asari qui venait de dessiner un cœur rose fluo sur la roquette via omni-tool qu’elle avait ensuite chargée dans le lanceur Kyre se leva aussitôt et pointa le lance-roquette en direction de l’Atlas de Shoran en balançant ; A l'amour comme à la guerre, tous les coups sont permis ! Elle déclencha le lanceur qui éjecta la roquette dont le cœur rose fluo brillait avec les flammes, le projectile fusa à travers le champ de bataille et se planta aux pieds de Shoran pour exploser et n’abimer qu’une bonne fraction de ses boucliers. Kyre mima de lui souffler un bisou avec un large sourire d’un geste arrogant tellement exagéré qu’elle-même se serait mis des gifles puis elle sauta à couvert à côté du Krogan.

Bien.. Elle arrive !
Ça doit être la meilleure invitation à danser que j’ai jamais vue.
C’est pas une invitation à danser, C’est une invitation à me rejoindre dans mon lit.
La chanceuse !
On va dire ça comme ça..

Provoquer Shoran en se foutant de sa gueule d’une façon aussi directe, c’était certainement la seule fois dans la vie de la turienne que cela devait lui être arrivé et vu le caractère de la bestiole, il était fort probable que ses yeux saignent tant sa rage devait lui pêter au casque. Il ne fallut justement pas bien longtemps justement pour que l’Atlas parvienne à amocher la barricade principale, il était temps. Une roquette de plus et Shoran sera en position de se frayer un chemin direct à l’intérieur, dans son approche Shoran parvint à faire sauter la mitrailleuse lourde ainsi que son utilisateur. C’était le bon moment.

Retraite, tout le monde à l’intérieur ! Reculez et n’arrêtez pas de tirer !

A ces mots la barricade se faisait littéralement éventrer de par le doux maniement de Shoran et son armure géante. Garnlo et tout le reste de l’élite d’Aria reculaient dans l’entrée alors que l’Atlas se frayait un chemin dans les marches obstruées de barricades et boucliers suivit de son armée qui s’agglutinait dans la barricade pour entrer par la brèche. Le sourire de Kyre s’élargit en une pointe féroce alors qu’elle appuyait sur le détonateur que le butarien venait de lui donner…

Plusieurs dizaine de mines dispatchées tout au long de la barricade la réaction en chaine du côté gauche jusqu’au côté droit en moins de deux secondes, le sol tremblait à tel point que même Shoran s’était stoppé un moment pour comprendre que son armée venait de se faire atomiser la gueule alors qu’elle s’agglutinait comme des affamés sans cervelle contre la barricade que certains tentaient d’escalader.

Aller tous à l’intérieur il faut protéger Aria !

Karlogg avec un large sourire tira une fusée bleue dans les airs avant d’entrer et fermer la porte pour suivre le reste du groupe s’enfoncer dans l’afterlife, abandonnant les blessés incapables de se mouvoir dans le couloir. En réponse à la fusée T1 et T2 jaillirent de fenêtres de deux bâtiments faisant face à l’afterlife, deux mitrailleuses lourdes autoportées munies de protections qui déclenchèrent les enfers dans le dos de l’armée de Shoran déjà en panique à cause de l’explosion, le seul mot définissant purement et correctement la scène n’était autre que « Massacre ».

Le groupe qui comptait maintenant moins de la moitié de la totalité des guerriers au début du combat avait traversé la boite de nuit. Ils avaient franchis plusieurs portes pour accéder au tunnel qui les mèneraient sous peu dans une rue hors du quartier du QG de la reine. A ce moment, la porte d’entrée se faisait défoncer avec une haine sans nom et de nombreux coups de feu avaient achevé les blessés abandonnés sans la moindre pitié, Shoran était à l’intérieur.




Le sas était resté ouvert, était-ce une invitation ? La seconde porte est maintenant arrachée, Shoran dans son Atlas, suivie du reste de ses hommes s’engouffraient dans la grande pièce principale jusqu’alors plongée dans le noir à l’exception de quelques lumières rouges pas assez puissante pour éclairer les lieux. Tous sont surpris par le sas qui se referme derrière-eux, puis sur les côtés, puis devant. Chaque porte affiche maintenant un écran rouge, verrouillé. Nombreux commencent à sentir leur poitrine compressée par la panique, ils comprennent, le piège est maintenant fermé sur eux.

Le groupe de Kyre observe l’afterlife de loin, le butarien les yeux rivés sur l’écran de son lordinateur pianote tranquillement, sereinement, puis il s’arrête et tourne la tête vers Kyre… Son signe de tête veut tout dire, l’Ardat-yakshi lève brièvement le second détonateur et appuis instantanément dessus sans quitter le QG des yeux pour observer les flammes, écouter le grondement, sentir le souffle et la chaleur, le sol vibrer sous ses pieds.. L’Afterlife n’était maintenant plus qu’un amas de gravats propulsés dans les airs parmi les flammes… et la mort.




Kyre:
 


Dernière édition par Kyreshorl Venterra le Lun 22 Fév 2016, 11:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Intrigue #6] Le Crépuscule d'Oméga

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Nébuleuse d'Oméga :: Oméga-