AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 On ne négocie pas avec les terroristes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


Administrateur
Messages : 8004
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: On ne négocie pas avec les terroristes   Dim 06 Déc 2015, 22:14
Intervention MJ : NonDate : 3 mars 2200 RP Violent
Adrien AnnazNarya Skylus
On ne négocie pas avec les terroristes


On ne négocie pas avec les terroristes

Adrien était en train de prendre son repas lorsqu’il reçu le message sur son omni-tech.

En compagnie d’une partie de ses hommes, ils venaient de terminer une session d’entraînement de tir sur cible quelques dizaines de minutes auparavant, et si certains d’entre eux s’étaient absentés pour manger aux côtés de leur famille, d’autres étaient restés manger avec l’escouade. L’atmosphère était plutôt bon enfant, entre discussions frivoles et moqueries amicales quand au score de tel ou tel soldat. Un début de journée habituel pour tous, jusqu’à la réception de ce fameux message.

Délaissant son repas, Adrien consulta son omni-tech. Le message venait du haut-commandement, concernant leur prochaine mission, sur la planète Ker. Les détails de la mission suivaient le message qu’il consulta rapidement, avant de couper son appareil. Il allait laisser les soldats terminer de manger, et il annoncerait leur départ quand tout le monde serait réuni. Après tout, ils n’étaient pas à une poignée d’heure près.

Une heure trente plus tard, l’intégralité des hommes sous le commandement d’Adrien se tenaient prêts à partir. Paquetage en place, ils embarquèrent dans la frégate, direction la planète Ker, dans le Nexus d’Hadès. Une mission plutôt délicate, pour deux raisons. D’abord, il s’agissait d’une prise d’otage : des pirates avaient détournés un vaisseau sur la planète et capturés les voyageurs. Ensuite, les otages étaient composés de plusieurs races : des Humains et des Turiens. La Hiérarchie voulait récupérer ses civils, et envoyaient une compagnie assister celle d’Adrien. Il allait donc falloir concilier les deux. Au moins, le Lieutenant savait qu’il serait le plus gradé, il dirigerait donc la mission.

Le trajet jusqu’au Nexus d’Hadès fut long. Presque une journée à bord du vaisseau, à enchaîner les sauts à vitesse superluminique. Même si le voyage fut calme, l’attente avant le combat était toujours stressant. Les hommes essayaient de tuer le temps de toutes les manières possibles, entre discussions, jeux et vérification des armes et armures. Rien de très constructif, mais tout les moyens sont bon pour penser à autre chose et ne pas se tourner les pouces.

Comme l’indiquait le rapport sur la planète, Ker était aride. Depuis l’orbite de la planète où ils se trouvaient, la couleur dominante était le jaune sable plus que le bleu océan. La température n’était apparemment pas différente que sur Terre, mais le fait été là. De plus, hormis les pirates et les otages, aucune espèce vivante ne s’y trouvait. Peut-être dans quelques millions d’années… En attendant, la petite armée se préparait à descendre sur la planète, loin du vaisseau abandonné, et au point de rendez-vous avec les Turiens.

L’équipe d’Humains était arrivée en premier sur la zone, ils attendirent que l’escouade Turienne arrive. Ce qui ne tarda pas, une navette Kodiak arrivant sur la zone peu de temps après. Adrien s’avança à la rencontre de leur chef, une Turienne, prenant la parole.

« Sergent-chef Skylus, c’est ça ? Lieutenant Adrien Annaz. Venez, je vais vous expliquer à vous et à vos hommes de quoi il en retourne exactement. »

Et ainsi fut-il fait, Turiens et Humains se retrouvant ensemble pour écouter le débrifing.

« Bonjour à tous. Je suis le lieutenant Annaz, et je vais diriger cette mission. Ne perdons pas de temps et entrons directement dans le vif du sujet. Comme vous le savez sans doute, un vaisseau de transport civil Humano-Turien a été détourné par des pirates sur cette planète. Les voyageurs sont toujours retenus en otage par les agresseurs, dans le vaisseau. Il y avait une cinquantaine de civils à bord, on peut donc supposer qu’ils sont autant maintenant. On ignore combien de pirates, mais sans doute moins, peut-être une trentaine ou un peu plus. Et surtout, on ignore s’ils ont eu le temps ou l’idée d’installer des protections autour du vaisseau pour nous accueillir. L’objectif principal est de sauver les civils, s’occuper des pirates est secondaire : si ils ne nous barrent pas le chemin une fois les otages avec nous, on les ignorent.
Des questions ?
»


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Hiérarchie
Rang : Sergent Chef
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 13
Crédits : Essence Of Rapture

MessageSujet: Re: On ne négocie pas avec les terroristes   Lun 07 Déc 2015, 17:01


Base militaire / Palaven

Plic Ploc. Étrange. Le tempo était irrégulier et la sonorité qui en résultait était différente à chaque fois. Pourtant ça n'aurait pas du être le cas. Il y aurait du y avoir une perte de vitesse bien linéaire, comme l'environnement savait si bien le faire à la perfection. Il avait plu ce jour là, chose rare sur Palaven, et pourtant ces quelques gouttes mal tombées et cherchant à rejoindre le sol à tout prix en était la preuve. Narya, adossée à un bâtiment, était absorbée dans leur contemplation. Pas que cela avait vraiment un intérêt particulier, mais c'était la seule chose qu'elle avait trouvé pour oublier sa frustration et faire passer le temps. On avait interrompu son entraînement avec l'instructeur car le lieutenant commandant la demandait. C'était déjà détestable, elle avait l'habitude de ne finir son entraînement qu'une fois complètement épuisée, l'adrénaline quittait son corps qui se refroidissait, c'était une sensation désagréable. Et pour en rajouter, l'officier devait finir une de ses occupations avant de la recevoir, alors on la faisait poireauter. Heureusement pour elle, ces quelques gouttes avaient eu la bonté de venir s'écraser ici. En y réfléchissant, elle n'avait d'ailleurs jamais observé de l'eau avec autant d’intérêt.
La porte du sas s'ouvrit et un turien en sortit, il avisa Narya.

Sergent, l'officier vous attends à l'intérieur.

Sa nouvelle passion hydrophile disparut aussitôt, remplacée par sa curiosité. La turienne rentra à l'intérieur et aperçut l'officier sur son bureau. Elle se mit au garde à vous.

Sergent, asseyez vous.

Narya s'assit délicatement sur une des chaises. A défaut d'être enfermés dans une pièce toute la journée, les officiers avaient au moins du matériel très confortable. La jeune turienne fixa le lieutenant commandant, il avait les yeux rivés sur ses écrans. Attendait il qu'elle réagisse ? Ou vérifiait il quelques informations avant de parler ? En tout cas, il mettait du temps, si bien que Narya avait l'impression d'être testée. Elle n'avait pas de temps à perdre à essayer de réfléchir à ce qu'il attendait d'elle, ni l'envie de rentrer dans son petit jeu.

Pourquoi vous m'avez fait demander ?

Le turien quitta des yeux ses écrans et la regarda un instant sans rien dire. Il sortit un datapad et le posa devant elle.

On a besoin de vous dans la travée, pour désamorcer une prise d'otages. Juste vous et vos hommes, vous vous joindrez à l'alliance une fois sur place, il y a des civils à eux aussi dans le tas. Pas de vagues ou d'actions inutiles, on a juste besoin que les civils s'en sortent en vie.

Une prise d'otage ? Elle n'avait aucune expérience dans ce genre d'interventions. Il aurait été préférable qu'on l’envoi sous les ordres d'un sous officier pour régler le problème.

Il n'y a pas... Quelqu'un de plus qualifié pour cette situation ?

Manius est déjà en intervention dans une colonie et l'adjudante et en permission. Comme dit vous vous joindrez à l'alliance sur place et j'ai confiance en vos capacités.

Narya était toujours excitée à l'idée d'une mission, c'était l'occasion de montrer ce qu'elle valait. Mais dans cette situation elle avait peur qu'un seul faux pas provoque la mort de tous ces innocents. Tsss non mais qui était elle pour avoir aussi peu confiance en elle ? Il y avait forcément une branche du futur où la plupart de ses hommes et la totalité des civils s'en sortaient en vie. Il ne lui manquait plus qu'à trouver comment l'atteindre.


Navette militaire / Surface de Ker


La navette tremblait, ils atteindraient bientôt la surface. Narya et ses hommes étaient prêts. La turienne souffla dans son masque pour voir la buée se former. Il était rare que seul le respirateur soit nécessaire, une atmosphère irrespirable étant bien souvent invivable. Enfin ici, cela ne changeait rien, il n'y avait aucune créature vivante sur la surface. La navette se posa et les turiens en sortirent. Narya contempla le paysage aride, ce n'était pas si étonnant, finalement. L'escouade avança vers les positions de l'alliance qui était déjà sur place. Un humain vint à leur rencontre et s'adressa à Narya.

Sergent-chef Skylus, c’est ça ? Lieutenant Adrien Annaz. Venez, je vais vous expliquer à vous et à vos hommes de quoi il en retourne exactement.

Très bien, je vous suis.

Évidemment, elle n'y avait pas pensé, elle était tout simplement sous le commandement de l'alliance. Enfin, voilà qui allait simplifier les choses. Ses hommes se mêlèrent aux troupes de l'alliance et tout le monde se positionna pour écouter l'officier. Il fit un bref résumé de la situation et annonça que l'objectif premier était de sauver les civils. En y réfléchissant, les pirates s'étaient sûrement préparé dans le cas d'une intervention discrète. Il allait falloir alors agir rapidement.

Des questions ?

Si je peux me permettre.

La turienne se plaça aux cotés de l'humain.

Les pirates sont immobilisés au sol, peu importe la défense qu'ils ont prévu, nous avons l'avantage du positionnement. Nous pourrions envoyer une petite escouade engager de fausses négociations pour attirer le plus gros de leur attention, pendant ce temps, le reste des troupes se met discrètement en position. Ensuite il s'agira juste de sécuriser les civils le plus rapidement possible.

Narya attendit la réponse de l'humain qui acquiesça, il donna les ordres et toutes les troupes se mirent en marche.

Le vaisseau apparut en visuel, il s'était à moitié crashé et ne semblait pas, du moins en apparence, ne contenir de défenses renforcées. Le lieutenant humain résuma rapidement comment devait agir le groupe censé négocier et tout le monde se mit en position. L'escouade remplit son rôle à la perfection et quelques pirates méfiants engagèrent la discussion. Pendant ce temps, les autres firent le tour du site pour arriver sur l'autre tranche. Les quelques sentinelles à l'extérieur avaient désormais leur attention braqué de l'autre côté. Aussi rapidement et discrètement que possible, les troupes s'approchèrent du vaisseau. Les sas étaient scellés, il allait falloir entrer d'une autre manière. Narya fit un rapide signe à Varro, le turien s'approcha et plaça des charges sur la porte. Tout le monde attendit l'ordre de l'officier. Lorsque celui ci fut donné, la charge explosa et les soldats se ruèrent à l'intérieur. La première cible fut un butarien en train de pisser. Il n'eut pas le temps de bouger ni de comprendre ce qui lui arrivait et mourut instantanément. Les bruits de tirs provenant de l'autre coté se firent également entendre. Maintenant, il fallait sécuriser les civils le plus rapidement possible. Alors que Narya s'apprêtait à rentrer dans le vaisseau à son tour, un énorme bruit de métal brisé se fit entendre. En tournant la tête vers son origine, la turienne vit une plaque tomber et un mécha sortir du vaisseau, pointant ses armes vers les soldats. Sans déconner.

A COUVERT !

Narya se jeta à l'intérieur alors que la machine faisait déjà pleuvoir la mort.




Narya Skylus:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


Administrateur
Messages : 8004
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: On ne négocie pas avec les terroristes   Mer 09 Déc 2015, 00:04

On ne négocie pas avec les terroristes

Le groupe Humano-Turien écouta le débriefing d’Adrien avec attention. La situation n’était pas bonne : nombre d’ennemis inconnus, défenses inconnues… Ils étaient dans le flou le plus complet. Sauver les otages risquait d’être compliqué dans ces conditions. Les soldats en étaient sans doute tous conscient, la concentration et la réflexion se lisait sur leurs visages. Lorsque le Lieutenant demanda s’ils avaient des questions, ce fut la Sergent-chef Turienne qui intervint.

Les pirates sont immobilisés au sol, peu importe la défense qu'ils ont prévu, nous avons l'avantage du positionnement. Nous pourrions envoyer une petite escouade engager de fausses négociations pour attirer le plus gros de leur attention, pendant ce temps, le reste des troupes se met discrètement en position. Ensuite il s'agira juste de sécuriser les civils le plus rapidement possible.

C’était une idée intéressante, bien que dangereuse. Pour l’équipe de négociation en tout cas, puisqu’ils allaient arriver face à la majorité des pirates avec peu d’armes, face à des adversaires prêt à réagir au quart de tour. Mais ils auraient l’avantage de la surprise et de savoir qu’ils allaient couper court à la négociation… Oui, c’était jouable. Risqué, mais jouable. Pendant ce temps le reste des troupes pourraient contourner le vaisseau pour essayer sinon de prendre en sandwich les pirates, au moins de se rapprocher des otages.

Adrien approuva le plan de la jeune Turienne et demanda des volontaires. Il en choisit des deux groupes, 3 Turiens et autant d’Humains, qui se débarrassèrent de leurs fusils d’assaut, fusils à pompe ou tout autre armes de gros calibre pour ne garder que leurs pistolets. Le Lieutenant laissa aussi deux snipers en arrière pour couvrir l’équipe de négociation pour l’instant où la situation dégénérera. De toute façon, des francs-tireurs ne seraient pas vraiment utile dans un vaisseau, autant exploiter leurs forces au maximum et essayer de protéger les volontaires.

Les deux équipes se mirent en marche, chacun de leurs côtés. Pas besoin de se souhaiter bonne chance, tous savaient qu’ils n’avaient pas besoin de chance tant qu’ils avaient leurs flingues. Les quelques centaines de mètres à parcourir se firent sans soucis, même si le trajet fut plus long pour le groupe d’Adrien et de Skylus, vu qu’ils devaient contourner le vaisseau sans se faire repérer. Ce qui semblait être une réussite puisqu’ils ne tombèrent sur personne et n’entendirent aucun cri d’alerte, et arrivèrent jusqu’à la coque du vaisseau écrasé sans embûche. Le Lieutenant fit un court résumé de la situation et rappela l’importance d’agir vite, plus par acquis de conscience que par nécessité, et laissa la place à un Turien qui arma une charge explosive sur la porte du sas devant eux. Après avoir reçu l’ordre, il fit exploser sa charge, et les premiers soldats entrèrent dans le vaisseau, sergent-chef en tête. Les premiers tirs claquèrent hors de vue d’Adrien qui était encore à l’extérieur.


Groupe de négociation.


Les six soldats se rapprochèrent du vaisseau sans prendre la peine de se cacher. Après tout, ce n’était pas le but, bien au contraire. Les pirates comprendraient bien qu’un tel manque de discrétion était signe d’une volonté de paix, et qu’ils n’avaient aucun intérêt à tirer sur des soldats à moitié désarmé. Et effectivement, un détachement de pirates quitta la sécurité du vaisseau pour venir à leur rencontre. Ceux-ci n’avaient par contre pas abandonnés leurs armes et même s’ils ne pointaient pas les militaires, ils se tenaient prêt à réagir. En plus de ça, trois autres pirates restaient en retrait, et eux pointaient ouvertement leurs armes sur les soldats. Heureusement, les deux snipers couvraient l’équipe de négociation.

Les pourparlers s’engagèrent entre l’un des pirates et un des Humains. Les huit soldats avaient décidés de laisser l’un des membres de l’Alliance s’occuper des tractations plutôt qu’un Turien, qui serait moins ouvert aux compromis de par leurs éducations. Les pirates seraient peut-être moins méfiants comme ça. Bien entendu, les négociations n’aboutiraient à rien, mais il fallait gagner du temps. Le pirate exigea un vaisseau en état de marche pour quitter la planète, et une somme astronomique de crédits. L’Humain contre-proposa une amnistie pour la prise d’otage, ce qui ne servirait à rien pour des pirates de ce genre qui devaient avoir bien plus de crimes sur la conscience que ça, et les négociations s’engagèrent pour de bon.

Négociations qui ne durèrent pas longtemps, au final. Non pas par manque de tentative pour trouver un terrain d’entente, mais à cause de l’explosion à l’autre bout de là. Même s’ils s’y attendaient, les militaires eurent un instant de surprise, toujours plus court que le temps de réaction des pirates. Les deux snipers éliminèrent les deux premiers pirates, ceux qui pointaient leurs armes sur le groupe, tandis que le troisième se faisait abattre par les tirs combinés de deux Turiens et un Humain. Les trois autres pirates commencèrent à tirer sur les militaires en se repliant, forçant les soldats à faire de même. Les boucliers avaient encaissés beaucoup de dégâts, il y avait un Humain de blessé légèrement, mais dans l’ensemble, la diversion était un succès.


De l’autre côté du vaisseau.


Un bruit de tonnerre fit sursauter Adrien. Il y avait peu de chances que ce soit un caprice de la météo, vu comme le ciel était bleu. La réponse était bien plus simple et inquiétante. Un morceau du vaisseau venait de tomber sur le sol, arraché par… Un mécha YMIR. Celui-ci ne venait sûrement pas pour souhaiter bonne journée, vu que ses armes étaient pointées sur le groupe d’Adrien, prêtes à ouvrir le feu.

« Putain sérieusement ? »

Sérieusement. Le mécha n’attendit pas de faire les présentations et commença à tirer sur le groupe. Adrien se jeta de côté pour éviter une salve de tir qui remontait sur toute la longueur en face du mécha, tandis que les autres soldats encore à l’extérieur du vaisseau faisaient pareil. Il constata du coin de l’œil que Skylus pour sa part entrait dans l’épave. Adrien ne prit pas le temps de s’inquiéter de ça, il avait d’autres soucis à régler.

Les soldats encore à l’extérieur du vaisseau se dispersèrent rapidement pour éviter de faire une cible trop facile pour le mécha. C’était une technique de base qui avait déjà fait ses preuves. Ils commencèrent à harceler le YMIR, alternant attaques au fusil d’assaut, surcharge pour les peu qui savaient faire ça et courses pour éviter de rester sur la trajectoire de tir. Le souci étant que le mécha ne bougeait pas ou peu, ce qui allait poser un problème : les explosions de mécha était TRÈS puissantes, et Adrien doutait que le vaisseau apprécie ce genre de secousse. Par geste, il fit comprendre aux soldats qu’il fallait faire bouger le mécha loin de l’épave, ce qu’ils comprirent rapidement, ayant sans doute eu la même réflexion que le Lieutenant.

Le souci d’une telle manœuvre était qu’elle rajoutait du danger aux soldats. Se battre en reculant n’était pas évident, même sur terrain propre et plat. Mais ils n’avaient pas vraiment le choix, et agirent en conséquence. Ce ne fut pas sans difficulté, et plusieurs boucliers furent vidés avant que le mécha commence à montrer de sérieux signes de faiblesses. Les soldats sans bouclier s’éloignèrent du combat pour éviter une blessure mortelle, et se contentèrent d’harceler de loin le YMIR. Lorsque celui-ci commença à s’écrouler sur lui-même, tous prirent la fuite le plus loin possible de celui-ci pour éviter d’être secoués par l’explosion. Une très bonne idée, puisque, comme prévu, celle-ci fut impressionnante. Elle avait du se faire ressentir dans le vaisseau aussi, bien que moins importante qu’à côté cela dit.

Adrien laissa aux soldats le temps de souffler un peu avant de donner l’ordre de repartir au vaisseau. Les soldats sans bouclier furent forcés de rester en retrait, pour couvrir l’entrée de loin. Ils ne seraient pas utiles dans l’épave, et risquaient de se faire tuer trop vite pour prendre le moindre risque. Le reste du groupe entra dans le vaisseau, en espérant que les soldats qui étaient entrés avant l’arrivée du mécha s’en sortaient raisonnablement bien.


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Hiérarchie
Rang : Sergent Chef
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 13
Crédits : Essence Of Rapture

MessageSujet: Re: On ne négocie pas avec les terroristes   Mer 09 Déc 2015, 22:18


Narya se réceptionna à l'intérieur. Elle était hors de portée des tirs, mais ceux qui ne l'étaient pas commencèrent à se disperser. Le mécha continua de déverser ses munitions sur eux. L'officier réussirait sûrement à le mettre hors d’état de nuire, elle avait plus urgent pour le moment. La turienne s'enfonça à l'intérieur de l'épave aux côtés des autres soldats, elle leur fit signe de se scinder en petits groupes pour parcourir le plus de surface, le plus rapidement possible. Technoblindage activé, elle et trois de ses hommes pénétrèrent dans une salle. Deux pirates dans les deux coins à l'autre extrémité ouvrirent le feu à leur entrée. Les soldats y perdirent leurs boucliers et répliquèrent instantanément, la puissance de feu était bien différente et les pirates tombèrent. Quelques civils étaient couchés au sol, visiblement terrorisés.

Restez ici, regroupez les civils et protégez les, à n'importe quel prix.

Elle ne pouvait pas se permettre de les exfiltrer, pas tant qu'elle n'était pas certaine que l'extérieur était sécurisé et Annaz aurait sûrement besoin de plus de temps pour s'occuper du mécha. La turienne ne perdit pas de temps et continua de progresser pour rejoindre les autres groupes. De toute évidence il y aurait forcément des morts chez les otages, la surface était beaucoup trop grande pour la sécuriser totalement aussi rapidement. Dans une autre salle, la résistance était plus acharnée, les pirates avaient dressé des barricades de fortune et tenaient tête face aux militaires. Narya abandonna son fusil à pompe pour son phaeton, les tirs puissants mais dispersés étaient inefficace dans une telle situation. Ils ne pouvaient pas non plus utiliser d'explosifs pour les déloger, il allait falloir s'approcher au corps à corps. Du coin de l’œil,elle remarqua l'un des civils turiens qui s'était levé et qui approchait discrètement des pirates. Il en saisit un par le dos et tenta de l’immobiliser. Ce dernier, pris par surprise, se débattit et éjecta le turien, il se retourna et lui tira dessus. Ce laps de temps avait été court mais suffisant, les militaires investirent la pièce et descendirent le pirate désormais à découvert. Ayant perdu la défense sur le flanc, les derniers terroristes derrière la barricade se retrouvèrent encerclés et succombèrent rapidement. Narya s'agenouilla un instant près de civil turien pour vérifier son état, il avait reçu la balle dans le crâne et était mort sur le coup. Elle se releva et donna un ordre identique au précédent aux hommes sur place, ignorant combien d'ennemis étaient encore en vie dans le reste de l'épave. Elle sortit son cimeterre pour se préparer aux éventuels combats rapprochés qui avaient encore lieux. La turienne reprit sa progression en espérant que les autres groupes s'en étaient au moins aussi bien sorti.

En arrivant dans un couloir, elle resta figée sur place en voyant un butarien se servir d'une humaine comme bouclier vivant. Sa main libre tenait une arme de poing qu'il braqua sur la turienne. A l'étroit, cette dernière n'avait aucun moyen d'éviter le tir, et elle ne pouvait pas riposter avec son cimeterre car la civil prendrait le plus gros des dégâts. Elle se prépara à encaisser le choc. Soudain, le bruit d'une gigantesque explosion retentit dans le lointain et une secousse remua toute l'épave. Narya s'appuya sur le mur pour ne pas tomber et le butarien fit de même pour tenter de conserver son équilibre et celui du corps qu'il tenait. La turienne n'hésita pas un seul instant et en profita pour se jeter sur le pirate, omnilame sortit. Elle lui infligea un coup au niveau du bras qui tenait l'arme, ce ne fut pas suffisant pour le couper, mais un peu de chair fut tranchée, quelques tendons sans doute, une blessure suffisante pour l’empêcher d'utiliser correctement sa main. Son propriétaire hurla et lâcha son arme ainsi que l'humaine, Narya en profita pour s'emparer de l'arme de poing et la braquer sur le butarien. Mais celui ci était robuste, et l'attaque ne l'avait paralysé qu'un instant. Il était déjà en train de riposter et lui infligea un violent coup de poing avec son autre bras au niveau de la tête. Sonnée un instant, la turienne tituba et recula mais le pirate revenait déjà à la charge. Elle reprit ses esprits et tira entre ses quatre yeux. Le corps du butarien se figea et il tomba, raide mort.

Narya s'arrêta un instant pour reprendre son souffle. Elle constata que l'humaine en avait profité pour s'enfuir, elle avait prit la direction des salles sécurisées, elle ne devrait pas avoir de problèmes normalement, mais la turienne devait continuer sa route. Toujours armée de l'arme de poing, elle longea le couloir et arriva dans une grande salle. Le corps d'un soldat turien, ainsi que ceux de plusieurs pirates gisaient au sol. Des civils étaient allongés un peu partout et au centre, un pirate couvert de sang s'aperçut de l'arrivée de la turienne. L'homme était recouvert d'explosifs, omnitech activé, il n'avait qu'à les enclencher pour tuer tout le monde dans la pièce. Et il était en train de le faire, sachant pertinemment que dans son état actuel, il n'avait aucune chance contre une militaire. Narya n'avait qu'un très court laps de temps pour agir avant qu'il ne soit trop tard, et elle n'aurait pas de seconde chance.

Narya réussit son tir, les civils sont vivants.
Narya rate son tir, le pirate explose et tue les civils.


La turienne leva son arme et tira. La balle alla se loger directement dans la tête de l'humain qui mourut sur le coup. Alors que son corps s'effondrait, Narya se jeta sur lui et désactiva son omnitech, par mesure de sécurité. Les civils se levèrent un à un, jetant des regards inquiets autour d'eux. Il ne valait mieux pas rester ici, tout danger d'explosion était écarté, mais cela avait éveillé en elle une inquiétude à ce sujet. Qui sait ce que les pirates avaient installé, peut être que l'épave entière était piégée. Il fallait avant tout mettre les civils en sécurité.

Regroupez vous et suivez moi, on va vous sortir d'ici mais ne vous éloignez surtout pas.

Elle allait devoir escorter tout ce petit monde et elle espérait en être capable. Normalement les couloirs jusqu'à ses hommes étaient sans danger, mais elle ne pouvait pas en être certaine. Un turien s'avança et prit une des armes sur le sol, parmi les corps. Narya avança vers lui et posa sa main sur l'arme.

Non, ça c'est mon boulot.

Armer un civil le faisait rentrer dans la catégorie menace, et le mettait forcément en danger. La turienne ne voulait pas que cela arrive. Elle se mit en route et s'engagea de nouveau dans les couloirs, arme à la main, suivi du groupe de civils.



Narya Skylus:
 


Dernière édition par Narya Skylus le Mer 09 Déc 2015, 22:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4124

MessageSujet: Re: On ne négocie pas avec les terroristes   Mer 09 Déc 2015, 22:18
Le membre 'Narya Skylus' a effectué l'action suivante : Jeu de hasard

'Hasard Joueur' :


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


Administrateur
Messages : 8004
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: On ne négocie pas avec les terroristes   Jeu 10 Déc 2015, 20:20

On ne négocie pas avec les terroristes

L’intérieur du vaisseau n’était pas à proprement parler sombre. Les diverses ouvertures laissaient passer la lumière extérieur, de même que les vitres en plus ou moins bonnes état. Néanmoins, les parois empêchaient la luminosité de réellement éclairer les couloirs, plongeant l’épave dans une semi-pénombre entrecoupées de tâches lumineuses dues à un trou dans la carcasse. L’équipe d’Adrien avançait prudemment, même si logiquement, la zone devait être nettoyée par leurs prédécesseurs. Hypothèse renforcée par la découverte du cadavre d’un Butarien, braguette baissée. La personne qui l’avait tué n’avait pas fait preuve de pitié.

Continuant à avancer prudemment, ils se rendirent compte que le vaisseau avait été grandement nettoyé. En plus de quelques cadavres ici et là, ils débouchèrent dans une vaste pièce. Vaste pour un vaisseau en tout cas. Ils se retrouvèrent aussitôt braqués par une poignée de fusil d’assaut, et levèrent leurs armes aussitôt. Si ça avait été un vrai combat, ils seraient partis avec un large désavantage, mais il ne s’agissait que d’une partie des soldats partis à la recherche des otages pendant que le reste du groupe s’occupait du mécha. S’étant reconnus les uns les autres, ils baissèrent leurs armes avant que l’un des Turiens explique à Adrien qu’ils étaient ici pour protéger les otages regroupés ici. Après quelques mots, le Lieutenant leur confirma leur affectation et emmena son groupe dans la direction indiqué par le soldat, qui était celle que la sergent-chef avait prise.

Reprenant leur marche dans le dédale de couloirs, ils tombèrent sur le cadavre d’un Butarien, et sur d’autres gardes du corps d’otages. Il y eut étonnement assez peu de pertes, aussi bien du côté des soldats que des civils. Est-ce que ces derniers n’avaient pas tentés de se défendre ou autre, c’était une question sans importance. Le fait est que la majorité semblait être en bon état, malgré sans doute un traumatisme mental. Après tout, on ne se fait pas kidnapper tout les jours non plus. Malgré tout, ceux qu’il avait croisés semblaient le prendre assez bien. Il n’y avait en tout cas pas de crises de panique ou de larmes.

Après un énième couloir traversé, le groupe prit la voie de gauche à un embranchement. Cette partie du vaisseau semblait avoir été épargnée de combat récent, mais pas de combat tout court. Des traces de sang serpentaient sur le sol, et se poursuivait jusqu’à une porte verrouillée. L’un des soldats, sur l’ordre de son supérieur, pirata la porte pour l’ouvrir, pendant que les autres se tenaient près à toute éventualité et prenaient leurs armes en main. Lorsque le hack se termina et que la porte s’ouvrit, ils se rendirent compte que les précautions étaient inutiles. A l’intérieur de la pièce qu’ils venaient de découvrir se tenaient les cadavres des personnes tuées lors de l’attaque, membre d’équipage, gardes et civils ayant résistés. Adrien donna l’ordre de refermer la porte et de la verrouiller à nouveau. Inutile que les civils tombent dessus par hasard, ils auraient largement le temps de venir récupérer les corps plus tard.

Ils retournèrent sur leurs pas et repartirent en direction de l’embranchement, prenant le chemin qu’ils avaient laissés de côté jusque là. Encore une fois, le trajet fut calme, l’équipe de sauvetage étant déjà passée par là précédemment pour nettoyer la voie. Il ne restait donc plus personne sur le chemin, jusqu’à ce qu’ils tombent sur Skylus et une bande conséquente d’otages. La sergent-chef leur rapporta les derniers événements de même que la tentative d’explosion suicidaire qui avait été déjouée. Adrien été impressionné par le sang-froid dont elle avait fait preuve pour sauver les civils. Désormais réunis, les deux groupes retournèrent sur leurs pas petit à petit, jusqu’à la première pièce visité où ils réunirent tout les otages et les soldats, y compris ceux restés à l’extérieur. Alors qu’ils se préparaient à sortir, le Lieutenant reçu une communication des snipers restés à l’extérieur pour couvrir l’équipe de négociation.

« Lieutenant ? On a un groupe hostile en visuel. Une vingtaine de cible. Contact dans 7 minutes. On arrive pour vous rejoindre. »

Merde. Adrien avait espérer agir assez vite, mais apparemment ça n’avait pas été le cas. Ker était une planète reconnue pour abriter les pieds à terre de plusieurs criminels et pirates de tout poil, qui ne devaient pas particulièrement aimer voir une équipe concilienne débarquer chez eux. Ils venaient sans doute pour faire le ménage. Le groupe de soldats venaient de passer d’attaquant à défenseur. Il repéra la sergent-chef dans la foule et l’emmena loin des civils afin de ne pas les faire paniquer, pour lui expliquer la situation.

« Skylus, on a un problème. Je ne sais pas ce que vous connaissez de la planète, mais c’est entre autre là que quelques pirates et autres bandits ont leurs maisons. Et il se trouve qu’ils n’aiment pas notre compagnie. Une vingtaine d’entre eux arrivent dans notre direction, et seront là dans 7 minutes. Prévenez vos hommes que ce n’est pas fini, et préparez vous à défendre le vaisseau. Essayez de verrouiller les portes, de poser des pièges ou tout ce qui vous passe par la tête. Je pars mettre les civils un peu plus loin et je vous rejoints. Ha, et mes snipers vont arriver, disposez les comme vous voulez. »

Sur ces mots, Adrien regroupa les civils pour leur demander de se rendre dans une pièce plus à l’intérieur du vaisseau, sous le prétexte bancal de laisser les soldats travailler sur les cadavres dans les environs. L’argument n’aurait pas trompé grand monde, mais ils obéirent sans broncher, sans doute trop heureux d’être en vie pour se poser des questions. Le Lieutenant espérait maintenant que Skylus ferait du bon travail.


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Hiérarchie
Rang : Sergent Chef
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 13
Crédits : Essence Of Rapture

MessageSujet: Re: On ne négocie pas avec les terroristes   Sam 12 Déc 2015, 18:50


Toujours aucun signe de pirates, Narya avança prudemment en observant chaque embranchements. Elle était suivie par le groupe de civils qui progressaient dans un silence quasi parfait. La turienne détecta un déplacement étranger et se prépara, mais il s'agissait de l'officier humain, suivi de ses hommes. Elle réprima un soupir de soulagement, elle n'aurait pas pu tomber sur mieux. Skylus s'adressa au lieutenant et lui fit un rapide résumé de la situation et de la provenance des otages derrière elle. Le groupe se dirigea alors vers les salles sécurisées et y regroupa civils et soldats. Narya se dirigea vers les turiens qu'elle avait laissé en arrière pour protéger les civils.

Vous avez eu des complications ?

Non pas la moindre, aucun pirate n'est intervenu, les otages sont ok.

Très bien, alors préparez vous, nous allons les exfiltrer. Mais restez sur vos gardes, on ne sait pas ce qui pourrait nous tomber dessus.

Narya vit Annaz s'approcher d'elle et lui faire signe de la suivre. Elle ignorait de quoi il s'agissait, mais ce n'était sûrement pas de bonnes nouvelles. La turienne le suivit et une fois à l'écart il lui parla.

Skylus, on a un problème. Je ne sais pas ce que vous connaissez de la planète, mais c’est entre autre là que quelques pirates et autres bandits ont leurs maisons. Et il se trouve qu’ils n’aiment pas notre compagnie. Une vingtaine d’entre eux arrivent dans notre direction, et seront là dans 7 minutes. Prévenez vos hommes que ce n’est pas fini, et préparez vous à défendre le vaisseau. Essayez de verrouiller les portes, de poser des pièges ou tout ce qui vous passe par la tête. Je pars mettre les civils un peu plus loin et je vous rejoints. Ha, et mes snipers vont arriver, disposez les comme vous voulez.

A vos ordres.

Et bien, c'était loin d'être terminé finalement, et les rôles s'étaient désormais inversés. L'officier emmena les civils dans une salle au cœur du vaisseau, les éloignant ainsi des flancs. Narya réfléchit rapidement, elle n'avait pas énormément de temps pour tout préparer. Elle ne savait pas de quel côté les bandits arrivaient, et cela ne ferait sans doute pas grande différence, vu que soit ils entreraient comme les militaires l'avaient fait, soit ils emprunteraient la brèche déjà présente, ce qui était plus logique. La turienne scinda ses hommes en deux groupes et s'adressa au premier.

Vous, construisez des barricades sur les accès menant aux salles intérieures, utilisez tout ce que vous pouvez, meubles, sièges, débris, équipement, utilisez même les cadavres des pirates s'il le faut, mais faites ça rapidement, et scellez les accès qui ne sont pas barricadés.

Les hommes se mirent en route et elle s'adressa aux trois turiens restant.

Varro, allez à la brèche par laquelle nous sommes entrés, posez toutes les charges que vous avez dans le secteur, les autres, fouillez les cadavres, certains pirates avaient des explosifs sur eux, si vous en trouvez, posez les dans les salles latérales près de la brèche. Ne cherchez pas l'optimisation, si vous en avez quelques unes, c'est suffisant.

Les turiens partirent vers leur affectation et Narya se dirigea sur le flanc opposé de l'épave pour inspecter la coque. Elle avait subi quelques dégâts durant le crash et des petites brèches s'étaient formés, pas suffisamment grande pour que quelqu'un puisse les franchir, mais permettant néanmoins d'avoir un angle de tir non négligeable sur l'extérieur. La turienne inspecta les salles rapidement, cherchant quelque chose qui pourrait être utile, dans l'espoir un peu vain, de découvrir un système de défense caché que les pirates n'auraient pas activé. Comme prévu, elle ne trouva rien d'intéressant. Le temps lui par contre, passait très rapidement. Narya abandonna ses recherches et regroupa ses hommes, il ne devait plus rester beaucoup de temps. Les francs tireurs étaient là aussi, la turienne leur expliqua ce qu'elle attendait d'eux.

Les snipers, positionnez vous près des petites brèches sur les flancs, une fois que l'ennemi atteindra l'épave, repliez vous. Les autres mettez vous en embuscade sur les salles latérales, lorsqu'ils rentreront attaquez les immédiatement, forcez les à se mettre à couvert, puis repliez vous dans d'autres pièces. C'est ce que j'attends de vous, attaquez les pour les clouer sur une position, puis repliez vous dans des salles différentes, forcez les à se disperser, ralentissez leur progression, mais ne prenez pas de risques, assurez votre retraite jusqu'aux barricades. Une fois que vous serez en sécurité derrière elles, nous ferons sauter les charges. Peu importe le nombre d’ennemis restants, vous devrez tenir ces barricades, quoi qu'il en coûte. Est ce que c'est clair ?

Oui sergent !

Les militaires se mirent immédiatement en position, prêt à recevoir comme il se fallait leurs invités. Narya se posta derrière un mur près de la grande brèche et ses hommes firent de même dans des coins différents, pour multiplier les angles de tir. Ils étaient désormais prêts à déverser la mort sur quiconque tenterai de pénétrer dans l'épave.



Narya Skylus:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


Administrateur
Messages : 8004
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: On ne négocie pas avec les terroristes   Lun 21 Déc 2015, 23:16

On ne négocie pas avec les terroristes

Rapidement, les civils furent mis en sûreté dans une pièce assez isolé du vaisseau. Une seule porte pour entrer, loin de ce qui sera la zone de combat, ils ne risquaient pas d’être dérangés par les affrontements. Sauf si bien sûr, les pirates gagnaient le combat, mais à ce moment là l’intimité serait le dernier de leurs soucis. Adrien referma la porte en intimant au groupe de ne pas bouger pour leur propre sécurité, avant de repartir là où il avait laissé les Turiens. Si tout allait bien, ils auraient encore une poignée de minutes pour installer leurs défenses. Encore fallait-il que Skylus ait eu des idées.

L’ambiance était tendue chez les soldats quand il fut de retour là où il était parti. Eux qui espéraient en avoir fini avec cette histoire se retrouvaient au cœur d’un affrontement totalement imprévu, dans des conditions peu favorables, sans compter leur fatigue. La morosité était donc logique et évidente. Cependant, ça ne les empêchaient pas d’être concentrés sur leur travail, certains soldats désignés par la sergent-chef étant en train d’effectuer leur tâche.

Constatant l’arrivée du Lieutenant, elle lui fit un rapide topo de son idée : les forcer à entrer dans l’épave avec l’aide des snipers postés à l’extérieur, les harceler le plus possible en se repliant pour les attirer, piéger l’une des pièces avec les explosifs trouvés sur le vaisseau, et bloquer les pirates dans la pièce en question. Une fois fait… Il n’y aurait pas de pitié. Le plan étant bon, bien que dangereux : vu l’état de l’épave, les risques que les choses s’écroulent étaient là. Mais il n’en avait pas de meilleur et faute de mieux, se prépara lui aussi au combat. Avec quelques hommes, il parti sur l’une des portes latérale de la dernière salle avant celle qui était piégé, et attendit.

L’attente ne fut pas longue, et les premiers tirs se firent entendre à peine deux minutes après que le groupe se soit installé. Les bruits venaient de l’extérieur, les snipers forçant les pirates à se réfugier dans l’épave comme convenu. Ils ne se firent pas priés, puisque c’était leur destination de toute façon, mais au moins ils n’essaieraient pas de ressortir, sachant que des snipers les attendaient. Ensuite, ce fut les premiers soldats qui attirèrent l’attention des pirates en les attaquants, puis en se repliant. Une fois encore, l’occasion était trop belle pour les pirates et ils se jetèrent à la poursuite des soldats, convaincus d’y voir une cible facile.

Le manège continue encore plusieurs minutes avant que les soldats Turiens et Humains en train de se replier arrivent dans la salle adjacente à celle où était cachée Adrien et son groupe. Ils eurent le temps de reprendre leur souffle avant que les pirates ne débarquent. Le combat fit à nouveau rage, en défaveur des militaires vu le sous-nombre évident. Le groupe de réserve sortit de la salle en apportant un peu de chaos, les pirates ne comprenant pas tout de suite ce qui se passait. Le temps de réaction fut suffisant pour permettre à tous les soldats de se mettre à couvert et de commencer à reculer petit à petit, jusqu’à avoir quitté complètement la salle. La prochaine serait celle piégée.

Ils eurent un peu plus de temps pour se reprendre cette fois-ci, les pirates semblant commencer à faire preuve de prudence. Le combat repris cependant trop tôt à leur goût, et s’avéra aussi sanglant que les autres. Si les militaires s’en sortaient bien grâce à leurs armures, les pirates étaient moins bien équipés et subissaient plus de dégâts. Ils n’hésitaient cependant pas à prendre des risques au vu de leur surnombre, apportant constamment le danger. Ils ignoraient pourtant le plan des soldats, et les laissaient s’enfuir une nouvelle fois quand ceux-ci prirent la porte. Mais cette fois-ci, l’un des soldats cassa le mécanisme au lieu de le laisser en état, et prit ses jambes à son cou, comme les autres. Adrien donna le feu vert à Skylus, qui fit exploser les charges.

Le vaisseau fut secoué, comme Adrien s’y attendait, mais résista étonnamment bien. Il n’y eut aucune chute imprévue, et l’épave resta en un seul morceau. Il choisit quelques hommes pour l’accompagner et firent le contour de la pièce où se trouvaient les pirates, puisque la porte verrouillée était maintenant inutilisable. A l’intérieur, ils constatèrent que les pirates avaient tous été tués, et qu’il n’y avait aucune trace évidente de survivant s’étant enfui. Il communiqua ces informations à la sergent-chef, lui demandant de rapatrier les civils, puis contacta la navette pour qu’elle vienne les récupérer le plus vite possible, afin d’éviter que d’autres pirates ne tentent de venir.

Les civils furent les premiers évacués, la navette ne pouvant transporter tout le monde d’un coup. Les soldats restaient sur le qui-vive en attendant, mais inutilement, car personne ne se montra de près ou de loin. Une partie des militaires embarqua dans la navette pour le deuxième voyage, tandis qu’une dizaine dont Skylus et Annaz restaient encore. Le véhicule revint pour la dernière récupération, et ne laissa cette fois plus personne de vivant aux alentours du vaisseau crashé. C’était presque un miracle que personne n’ait été tué parmi les militaires, mais personne n’allait s’en plaindre. Sur le chemin du retour, Adrien félicita la sergent-chef pour son plan et ses idées. Ils se séparèrent un peu plus tard, chacun retournant vers ses supérieurs avec le rapport de mission. Les civils seraient pris en charge par les services médicaux des différentes races, mais ils n’avaient pas de grandes séquelles, hormis psychologiques. La mission était une franche réussite.



RP TERMINÉ.


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: On ne négocie pas avec les terroristes   
Revenir en haut Aller en bas
 

On ne négocie pas avec les terroristes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Travée de l'Attique :: Nexus Hadès-