AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Le Maître du Haut Château

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 172
Crédits : Essence-Of-Rapture

MessageSujet: Le Maître du Haut Château   Sam 29 Aoû 2015, 22:38
Intervention MJ : NonDate : 29 août 2200 RP Tout public
Artérius Vorasen ♦ Telhius Sharkan
Le Maître du Haut Château


Encore une chaude journée dans le désert d'Atteren. Cela faisait exactement un an qu'Artérius avait laissé sa place au Fort, et pas un jour ne passait sans que cela lui manque. Les parties de chasses organisées des jours à l'avance, les duels contre de jeunes coqs trop sûrs d'eux, l'importante charge de devoir transmettre son savoir aux jeunes générations, et la charge imposante que cela constituait ... Tout cela lui manquait.
Mais il y avait un temps pour tout. Un temps pour la paix et le savoir, et un temps pour la guerre. Et en cette période agitée, la Hiérarchie avait besoin d'un protecteur. Et en cela, il était le meilleur et le plus féroce. Le Fort avait donc gagné un nouveau Gardien, sans doute plus posé que son prédécesseur, et c'était à l'occasion de sa première année de service au sein de cette prestigieuse école que cette célébration était tenue.

Alors qu'Artérius laissait son regard courir à l'extérieur de la navette, il remarqua un immense cratère, creusé pendant la Grande Guerre, et qui servait maintenant de terrain d’entraînement. Le trajet depuis la Forteresse pour s'y rendre prenait aux recrues quelques heures, mais ils étaient à pied. L'arrivée était donc toute proche. Le turien se leva donc pour se préparer. Pendant qu'il attachait sa cape aux boucles des épaulières de son armure, et remettait son épée au côté, le second passager de la navette, un petit turien à la peau sombre en profita pour aller donner les instructions d'atterrissage au pilote. Bien qu'il ne soit jamais venu à Atteren, il avait compris tout de suite que le trajet arrivait à sa fin. C'était l'un des avantages d'une longue collaboration entre deux personnes, puisque l'autre passager n'était autre qu'Alectus Herassen, le second et ami d'Artérius.

Et, comme prévu, après quelques minutes, la navette arriva en vue de la Forteresse d'Atteren, merveille architecturale construite à même une immense falaise, et dont la superficie extérieure n'était qu'une partie de tout le bâtiment. Le vaisseau commença son approche vers le hangar 4, d'habitude rarement utilisé vu le peu de visiteurs. Mais comme il le vit à l'intérieur, ce n'était pas un jour comme les autres, car tout les hangars étaient presque pleins. A la sortie de la navette, il fut accueilli par deux gardes. Si la chose n'était pas inhabituelle, la présence de plusieurs autres agents de sécurité en arrière-plan l'était assez. Mais, après tout, c'était un événement assez "mondain", et nombre de hauts gradés étaient présent ou étaient encore attendus. Artérius surprit même une paire de gardes qui s’interrogeaient sur la possible présence de Garrus.

Ça et là, dans les différents couloirs, il croisait des professeurs et anciens collègues, des élèves l'ayant connu, et autres membres du Fort. Arrivés à un embranchement, Artérius donna quartier libre à son second, et commença à s'enfoncer dans les méandres de l'école, vers les parties peu connues du public et des nouveaux élèves. Il était à la recherche du nouveau Gardien, dont il avait, à sa grande honte, oublié le nom. Le turien fit donc le tour des différents endroit auquel il avait l'habitude d'aller sur son temps libre. Mais nulle trace de celui qu'il cherchait, pas même dans son bureau.

Mais qu'importe ! Il le verrait bien plus tard, lors du principal événement de la journée. Mais il s'agissait de passer le temps, et Artérius n'avait pas vraiment envie de contact avec d'autres pour l'instant. La discussion allait forcément dériver sur le terrain politique, vue l'annonce récente de Malgor : ouvrir la planète ! Bah, quel gâchis ! Même pour un grand événement comme ça, cela comportait trop de risques, et ne servait strictement à rien ! Les deux turiens avaient eu à ce sujet une discussion houleuse, mais le Primarque n'avait pas voulu céder.

De dépit, Artérius se dirigea vers le Hall de l'Honneur. En dehors des arrivées des nouvelles promotions d'élèves et des promotions, cette vaste pièce était rarement visitée. Il y serait sans doute seul, au calme. Le turien s'immobilisa devant les statues des antiques héros de la Hiérarchie, et soupira, pensif :

    - Ah, mes frères. Vous auriez sans nul doute honte de ce que nous sommes devenus ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Hiérarchie Turienne
Rang : Lieutenant-Commandant
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 273

MessageSujet: Re: Le Maître du Haut Château   Jeu 03 Sep 2015, 17:54
La journée avait commencée de bonne heure. La forteresse était agitée tel une fourmilière en raison du caractère spécial de cette journée. Cela faisait un an qu'Atteren avait changée de main et l'école donnait lieu à une importante réception. Le Lieutenant-Commandant avait pu obtenir quelques détails par ci par là au sujet des invités, les noms étaient impressionnants et Telhius se félicitait de pouvoir être présent.

Il y a quelques mois, un message lui était parvenu en provenance de Palaven le rappelant pour une raison qui lui était floue. Sur place on l'informa qu'il serait remplacé pendant quelques temps à la tête de son unité et qu'il se devait d'aller séjourner quelques temps dans la prestigieuse forteresse d'Atteren et qu'il aurait pour mission de former les recrues au combat. Enfin former.. compléter leur formation pourtant déjà bien riche.
Rapidement Telhius s'était fait respecté. Les jeunes d'Atteren étaient de toutes manière des éléments respectueux de la hiérarchie, du grade et de l'expérience alors obtenir ce respect fut une chose aisé pour le vétéran. Rapidement il constata que la totalité des instructeurs à sa connaissance étaient d'anciens combattants. C'était la même chose dans tous les corps d'armes, du combattant au mécano jusqu'à l'infirmier.

Personne ne le lui avait dit, mais une recrue là depuis deux ans déjà lui apprit que les instructeurs de terrain comme l'était Telhius changeaient tous les huit mois. C'était visiblement pour habituer les soldats à différents commandements. C'était une bonne méthode, un soldat prêt à changer de supérieur suite à une mutation ou un décès valait mieux qu'un soldat embourbé dans une habitude routinière, il passait du tyran impitoyable à un supérieur trop téméraire et dangereux pour l'unité. Ensuite ils pouvaient bien avoir un incapable ou un des Héros de la hiérarchie.

Le Hall d'honneur était la direction de la matinée. Les unités les plus méritantes allaient s'aligner dans cette salle majestueuse afin d'accueillir les invités de la Forteresse. C'était un honneur pour ces jeunes Turiens et une récompense pour leurs efforts que le Gardien récompensait.
L'unité de Telhius faisait partie des groupes nominés. Ils étaient deux. Les deux concurrents du Duel.

Le Duel... C'était une bataille annuelle opposant les deux meilleurs unités de l'année sur un théâtre de guerre. Un genre de jeu d'échec grandeur nature, sans aucuns tirs réels évidemment.
Il oppose donc deux unités de deux douzaines d'hommes commandées chacune par un intervenant comme Telhius de grade équivalent hors de la Forteresse. La victoire apporte honneur, respect et gloire à l'unité et vaut une recommandation pour l'instructeur pouvant avoir plusieurs effets bénéfiques sur sa carrière. Les turiens pensant que les recrues d'Atteren sont plus prompt au combat qu'une unité lambda de l'alliance, mieux formées et avec un moral d'acier.

Le Lieutenant-Commandant trouva ses hommes là où ils devaient être et à la bonne heure dans une salle d'armes non loin du Hall d'honneur. Telhius prit quelques minutes pour les saluer et leur faire comprendre que le moindre écart il le leur ferait payer, si ils étaient ici c'est qu'ils l'avaient mérités alors qu'ils ne foutent pas tous leurs efforts en l'air. Le vétéran les dirigeas vers le Hall en sentant une pointe de stress monter en lui. Ce petit stress qui vous prends au ventre lorsque vous tenez entre vos mains quelques chose de dangereux, ici l'âme ardente et la connerie des jeunes était cette chose de dangereux.
Les turiens revêtaient tous leurs armures de combat délestée de camouflages, sacs et autres attaches utilitaires. Ils ne portaient pas d'armes, cela cassait avec l'ambiance générale mais la forte sécurité des lieux obligeaient à quelques changements en vue des personnalités présentes aujourd'hui.
Telhius arborait divers insignes sur son plastron. L'insigne de l'école apposé juste à côté de son grade et surtout, de l'insigne de son unité d'origine qu'il avait bien lustré. Il se complaisait à penser qu'il apportait un peu de gloire à son unité et l'idée que Kimbree puisse être fier de tout ça lui donnait un sourire vainqueur. C'est néanmoins le visage impassible qu'il passa les grandes portes du Hall d'Honneur un... poil en avance. Il était 10h15 et le rendez-vous était prévus pour 10h25. Valait mieux être placé lorsque les autres arriveraient. De façon surprenante une Turien se tenait déjà au milieu de la salle scrutant les lieux et se retournant instantanément en entendant le bruit généré par les lourds pas de vingt-cinq soldats en armure.

Le vétéran arrêta sa troupe à une quinzaine de mètres du Turien et il commença à se poser des questions tout comme les quelques murmures jaillissants derrière lui. C'est à une distance respectueuse du turien à l'épée que Telhius s'arrêta, reconnaissant brusquement la personne lui faisant face. Si ces yeux ne lui jouaient pas des tours, il s'agissait d'Artérius Vorasen, un général et Turien très haut placé dans la hiérarchie. On dit de lui qu'il est le second du Primarque et pour l'avoir entendus de la bouche de certains, c'était aussi l'ancien Gardien d'Atteren.

Il ne fallut pas deux secondes de plus au Lieutenant-Commandant pour faire le lien de sa présence ici. Proche du Primarque et ancien Gardien devait être suffisant, à moins que héros, général ou guerrier d'exception convienne mieux. Le protocole revient vite dans la tête du soldat.

-" Mes respects Général Vorasen. Lieutenant-Commandant Telhius Sharkan."

Devant une telle personne, le turien se tue attendant presque l'autorisation de parler.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 172
Crédits : Essence-Of-Rapture

MessageSujet: Re: Le Maître du Haut Château   Lun 28 Sep 2015, 20:01
Artérius était en profonde réflexion. Comment changer la Hiérarchie, devenue trop molle ? Malgré tout ses défauts, Malgor était au final un homme de bien. Il était un symptôme de la situation, pas la cause. Il fallait du changement, en profondeur. Les pensées tourbillonnaient dans la tête du Général, qui avait désormais les yeux fermés. Cela lui permettait, en sacrifiant sa vue, d'exacerber ses autres sens, déjà aiguisés. Mais il n'y avait que le silence. Parfait ...

Au bout de quelques minutes, cependant, de nombreux bruits de pas se firent entendre dans le couloir. Ils étaient trop nombreux pour appartenir à un groupe de convives, et trop lourds pour être ceux d'une classe se rendant en cours. C'était là une troupe en armure complète.

Les pas se rapprochent, jusqu'à pénétrer dans le Hall. Le Général ouvrit alors les yeux et se retourna, pour faire face aux "intrus", la main posée sur la garde de l'épée. Se trouvaient là une vingtaine, non, vingt-cinq turiens en armure. Ils s’arrêtèrent à une distance respectable, répondant à un ordre de l'homme de tête.
Une classe et un instructeur, donc, sans doute en chemin vers un exercice en dehors de l'école. Mais non ! Les seules classes qui se rassemblaient dans le Hall étaient celles en partance pour le Duel.

Artérius aurait pensé qu'avec les festivités, le Duel aurait été décalé, mais finalement, c'était assez logique. Cette école, comme toute la Hiérarchie, obéissait à une discipline, et rien ne pouvait changer cela. Évidemment, il fallait s'adapter, comme le prouvait l'absence d'arme dans la troupe, mais cela semblait être la seule concession faite au protocole.

L'instructeur s’approchât alors de quelques pas, après avoir jaugé Artérius, et se présentât.
Lieutenant-Commandant Sharkan ? Un nouvel instructeur, ou un intervenant extérieur ? Un intervenant, bien sûr, sinon, il ne participerait pas au Duel. Le nom paraissait familier au Général, mais il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Sans doute un ancien subordonné, ou le fils d'un de ses anciens supérieurs. Mais qu'importe ...
Il semblait respectueux de la hiérarchie, et c'était sans doute, pour être envoyé à Atteren, un bon soldat. Ses hommes semblaient également être de bons éléments. Malgré quelques murmures d'interrogation, ils restaient immobiles, attendant d'autres ordres. Peut-être pensaient-ils qu'il était l'un des juges destiné à les départager.

Artérius s’avança d'un pas, la main toujours sur la garde de son épée.

    - Bonjour, Commandant Sharkan. Repos.

Il désigna les soldats derrière leur commandant de la tête.

    - En route pour le Duel, il semblerait ? Que pensez-vous de vos chances de victoires ? Vos hommes sont prêts ?

Le Général se retourna, et montra de la main les statues.

    - Navré de l'intrusion, mais j'aime venir ici, pour être au calme et y réfléchir.


Dernière édition par Artérius Vorasen le Dim 21 Fév 2016, 23:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Hiérarchie Turienne
Rang : Lieutenant-Commandant
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 273

MessageSujet: Re: Le Maître du Haut Château   Sam 09 Jan 2016, 14:08
Suivant les mots du grand Turien, Telhius se détendit mais il restait encore bien raide malgré tout. Il savait à qui il avait à faire et bien que cela ne soit pas son genre, il stressait un peu. D'ailleurs il lui fallu retourner les mots de Vorasen dans sa tête deux fois avant de comprendre qu'il lui avait posé une question, plus par politesse que réel intérêt probablement, mais ne pas répondre serait idiot.

- Exactement. Mes hommes sont les meilleurs que vous pourrez trouver sur cette forteresse et ils sauront le prouver une fois au combat. C'est la seule certitude que j'ai pour ce duel. L'autre équipe n'est pas à sous-estimer et quoi qu'on dise, un facteur chance est toujours présent sur le champ de bataille. En somme, cinquante cinquante général.

La discussion ne pu se poursuivre bien longtemps que les portes s'ouvraient à nouveau pour laisser entrer une longue file de recrues. La deuxième équipe ainsi que les hauts dirigeants de la forteresse.
Le gardien alla saluer le général et poliment, Telhius salua ces derniers avant de retourner à la tête de sa troupe. Il jeta à nouveau un regard tueur vers ses hommes pour leur rappeler que c'était le moment de leur vie ou ils devaient fermer leur gueule à tout prix. Ils devaient devenir de grands soldats, et cela commençait dès çà présent. La victoire du duel se jouait déjà dans la salle. Il ne fallait pas répondre aux provocations, aux moqueries ou autre. Juste rester concentré.

Après quelques minutes d'attente dans un silence à peine brisé par les éminents turiens qui avaient quelques échanges à formuler, le gardien fit un discours des plus motivants pour encourager les deux camps de recrues avant l'épreuve du duel. Suite à ça, nous rompions proprement les rangs laissant les leader s'installer quelque part où ils pourraient assister au duel si ils le souhaitaient. Ce serait vraiment appréciable de leur part qu'ils le fassent, pour leur image auprès de cette génération de guerrier déjà et pour l'inspiration qu'ils leur donneraient.

Les deux bataillons grimpèrent dans un rampant les emmenant à une dizaine de kilomètres de la forteresse. La zone était encore détruite et des carcasse de véhicules et quelques vestiges de bâtiments trainaient ça et là. La terre elle était sèche et morte, parsemée de bosses et de trous, résultat de forts combats passés.

Conformément aux règles, les deux équipes furent lâchés à deux endroits différents, le tout à deux kilomètres l'une de l'autre.
Disposant d'une vingtaine d'hommes, Telhius forma ses hommes comme ils le leur avait dit dans le rampant. Il avait attribué des grades parmi les meilleurs éléments de son équipe. Bien sûr il dirigerait les opérations, mais les jeunes devaient commencer dès maintenant à savoir diriger.
Son petit contingent serait divisé en deux escouades de huit hommes, un autre accompagnerait Telhius.
Chaque petit groupe était formé ainsi. Un médecin, un technicien, quatre fantassins classiques, et deux hommes lourdement armés en soutien.

Après plusieurs minutes de marches, les deux équipes arrivaient quasiment à portée. Plus loin, Telhius était penché sur son Omni-tech et dirigeait les opération depuis les images transmises par un drône contrôlé par le technicien.
Deux explosion retentirent non loin de l'équipe alpha, les deux grenades fictives avaient failli avoir la moitié du groupe de fantassin. Pourquoi ils avancés si serrés !

- Alpha 1 et 2 vous foutez quoi bordel. Restez pas si collé vous voulez crever ensemble ?
Alpha leader, vous avez quatre hostiles azimut 223 à 400 mètres de votre position. Préparez vous à un feux croisé.

Alpha 7 et 8 déployez vos armes et couvrez Alpha Leader et les autres.


A présent le son de plusieurs fusils se faisait entendre, le bruit des Phaeton était très particulier mais agréable à entendre. Surveillant le drône de l'équipe Bravo, Telhius se rendit compte que deux turien les contournaient vers la position qu'il occupait. Plus de points étaient marqués si le général ennemi était capturé mais.. Pensaient ils vraiment qu'il ne verrait rien ?
Telhius tapota l'épaule de son collègue et lui fit signe de le suivre. Les deux se réfugièrent dans la carcasse d'un vieux chasseurs Trident tombé ici des années plus tôt. Lorsque les deux téméraires approchèrent ils se firent mettre hors jeux directement, malgré une approche assez tactique et osé.

Reprenant la gestion du combat, le pseudo général vit qu'Alpha avait perdu deux hommes, 1 et 2 qui jouaient maintenant le rôle de cadavres factices.
La bataille dura 45 minutes au final. 65 % de pertes pour l'équipe adverse, le reste est fait prisonnier. 45% de pertes pour l'équipe de Sharkan. C'était trop à son goût mais le turien se consolait en imaginant que toutes ces recrues aujourd'hui, valaient bien plus que la plupart des mercenaires et soldats des autres races.

Les recrues d'Atteren étaient exceptionnelles, cela expliquait pourquoi elles avaient été aussi talentueuses et violente. Maintenant la victoire ne revenait pas forcément au gagnant du combat bien que beaucoup de point étaient gagnés. Les stratégies individuelles et globales comptaient aussi beaucoup dans le calcul final et seul le Gardien décidait de qui remportait cette mythique épreuve.

Une heure plus tard, tous se retrouvaient dans la même salle où Vorasen se tenait plus tôt.
La règle ne permettant pas le temps de se changer, tous étaient encore équipés de la tête au pieds, couverts de poussières et de boues.

Le gardien de la forteresse proclama haut et forts de brèves mais sincères félicitations à l'ensemble de ses élèves. Attendant que le silence revint après un garde à vous général de la part de l'assemblée, il s'adressa au Général.

- Autant lié l'utile à l'agréable Général Vorasen. Nous feriez vous l'honneur de partager votre expérience en nous donnant votre avis sur le duel ? Peut être même pourriez-vous octroyer la victoire à l'une des deux équipes. Vous connaissez les règles de toute manière. Ce sera un honneur pour eux que d'être jugé par votre personne.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 172
Crédits : Essence-Of-Rapture

MessageSujet: Re: Le Maître du Haut Château   Dim 21 Fév 2016, 23:51
Le Lieutenant-commandant paraissait assez confiant, malgré son estimation pour le moins approximative.
Ses hommes, après tout, avaient l'air assez fiables, et observaient un silence et une immobilité toute militaire. Mais c'était là des recrues d'Atteren, alors à quoi s'attendre d'autre ?

Artérius suivrait le Duel avec attention, dans l’éventualité où un des soldats ou des commandants se montre particulièrement talentueux. Il était ainsi toujours à l'affut de nouveaux talents pour sa Légion.
Alors que le Turien allait prodiguer quelques conseils de vieux loup à son interlocuteur, les portes s'ouvrirent et la seconde équipe pénétra dans la pièce, accompagnés du Gardien, de certains professeurs, mais aussi de quelques haut-gradés en visite à Atteren. Alectus se trouvait parmi eux.
Artérius se tourna alors vers le commandant :

    - Je pense que notre conversation s'arrête malheureusement ici, Commandant Sharkan. Bonne chance à vous, et puissiez-vous faire honneur à votre unité et à cette école.

Le Gardien arriva sur ces mots, et une conversation s'engagea, sans réel intérêt concret pour le Général, malgré la bonne volonté et les compétences manifestes de son interlocuteur. Alors que les deux groupes de recrues se mettaient en place, Artérius en profita également pour saluer des amis et collègues, discuter de la situation politique turienne et internationale, ainsi que des plus récents mouvements de troupes.
Ils se turent cependant, par respect, pour laisser le Gardien discourir. Une fois celui-ce terminé, les deux équipes se dirigèrent vers la sortie de la salle pour se rendre aux rampants, alors que certains dignitaires s'éclipsèrent, suivant sans doute un emploi du temps chargé. Artérius, pour sa part, rattrapa la seconde équipe, et se manifesta auprès de son leader.

    - Lieutenant Vissal, n'est-ce pas ? Cela faisait longtemps, depuis la Citadelle. Je voulais simplement vous souhaiter bonne chance pour cette épreuve.

Ces salutations effectuées, le Turien se rendit au niveau du centre de commandement d'Atteren, où les autres se trouvaient déjà et où il avait arbitré tant de Duel auparavant.
La salle, assez vaste, comportait des écrans sur presque tout ses murs, ainsi qu'une paire de bureau d'où opéraient autant de techniciens, chargés de s'occuper de tout les flux d'informations reçus.
Artérius s'installa, et en attendant que les recrues arrivent à destination, de nombreuses conversations furent lancées. Des paris fusèrent, et le Général lui-même plaça un petit mais symbolique pari sur la victoire de Titus Vissal. Il avait pu observer sa combativité et son talent de meneur d'homme, et nul doute qu'il avait transmis tout son savoir à ses hommes.
Les rampants arrivèrent enfin sur le lieu du combat. Les escouades vérifièrent une dernière fois leur équipement, les consignes leur furent répétés une ultime fois, et enfin, le combat débuta.

De nombreuses fois au cours des quarante-cinq minutes que durèrent le Duel, des cris fusèrent dans la salle de commandement, lancé par quelque parieur pour lequel le sort ne souriait pas. Ce n'était, après tout, qu'un jeu, et même les turiens savaient apprécier un moment de détente. Malgré cela, tous restaient attentifs aux divers retournements de situation, et tous jugeaient silencieusement chacune des décisions des soldats et formateurs sur le front.

La victoire statistique revint à l'équipe du Lieutenant-Commandant Sharkan, mais dans le Duel, les statistiques n'étaient pas le seul objectif. De multiples paramètres rentraient en ligne de compte pour attribuer la victoire finale, et une victoire sur le terrain uniquement due à la chance ne garantissait en rien une victoire finale.
Des crédits changèrent de mains, pour ceux qui avaient parié sur le résultat préliminaire, et tous retournèrent au Hall de l'Honneur. Les recrues arrivèrent quelques temps après, toujours dans la même armure comme l'exigeaient les règles. Certains avaient fait un effort de présentation, en grattant quelque peu la couche de boue.
Une fois les troupes en ordre, le Gardien félicita ses soldats, recrues comme formateurs, puis fit silence. Tous attendaient le verdict final. Mais lorsqu'il reprit la parole, ce ne fut pas pour annoncer les résultats. Au lieu de cela, il se tourna vers Artérius, placé quelques pas en retrait.

    - Autant lier l'utile à l'agréable, Général Vorasen. Nous feriez vous l'honneur de partager votre expérience en nous donnant votre avis sur le duel ? Peut-être même pourriez-vous octroyer la victoire à l'une des deux équipes ? Vous connaissez les règles, de toute manière. Ce sera un honneur pour eux que d'être jugé par votre personne.

Bien qu'étonné, Artérius ne le montra pas. Décider de l'équipe victorieuse était la prérogative du Gardien, mais, après tout, il était maître en son domaine, et s'il voulait passer cette responsabilité, il était dans son bon droit. Le Turien s'avança alors, la main sur le pommeau de son épée, et après un regard à l'assemblée, pris la parole.

    - C'est moi que vous honorez, Gardien. Ce fut, il faut bien le dire, un Duel très intéressant, et nous avons vu deux approches du combat très différentes, presque opposées, et toutes deux très intéressantes.

Il posa son regard sur le chef de la première équipe.

    - Commandant Sharkan. Un chef devrait, dans la mesure du possible, se battre aux côtés des ses hommes. Votre présence en retrait ne vous apportait ici aucun avantage stratégique particulier, en plus de vous mettre dans une position vulnérable. La présence d'un général au front peut certes être dévastatrice pour le moral des troupes s'il tombe, mais les avantages avant cela sont très important. De plus, le fait que ce soit un exercice et la mise en place d'une chaine de commandement claire permet de supprimer ces désavantages. En outre, vous vous privez de deux soldats pour une majeure partie de la bataille.

Il se tourna ensuite vers le commandant de la seconde équipe.

    - Lieutenant Vissal. Vous avez progressé précautionneusement, adopté une tactique reconnue et efficace. Cependant, vous vous êtes aussi séparé de deux hommes pour aller capturer le général ennemi. C'était, à mon sens, une erreur. Vous étiez à votre déploiement dans une position facilement défendable, et si vous aviez voulu capturer le général, il aurait été plus efficace de séparer vos troupes en deux, en profitant de vos couverts initiaux pour vous défendre contre une troupe supérieure en nombre pendant que vous coupiez la tête de leur offensive à l'arrière.

Le Général revient à une position plus neutre, s'adressant à toute la salle.

    - Je pense avoir fait toutes les remarques qui me venaient à l'esprit. Il y a bien quelques autres erreurs que j'ai décelé, mais je suis sûr que vos commandants aussi, et il ne manqueront sans doute pas de vous en faire part. Quant à prendre une décision à votre place, Gardien, je ne saurait m'y résoudre. Je vous ai cédé ma place, et je ne voudrais pas donner l'impression que je me comporte encore en suzerain de ces lieux.

Le Gardien hocha la tête, puis s'avança pour reprendre la parole qui lui était donnée.

    - Je vous remercie, Général Vorasen. Je vais donc décider du vainqueur moi-même. Après mûre réflexion, et après avoir entendu les divers avis de mes pairs, la victoire revient au Lieutenant Vissal et à son équipe. Ils ont certes perdu du point de vue des statistiques, mais dans un vrai combat, leur stratégie et leur audace leur aurait certainement apporté la victoire. Sachez toutefois, Lieutenant-Commandant Sharkan, que ce ne fut pas une décision facile à prendre, et que vous et vos hommes vous êtes également illustrés sur le champ de bataille.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le Maître du Haut Château   
Revenir en haut Aller en bas
 

Le Maître du Haut Château

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace concilien intérieur :: Crête Apienne :: Palaven-