AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Dans l'Antre du Phénix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant / Black Horse Foods
Rang : Mercenaire / PDG
Voir le profil de l'utilisateur


Administrateur
Messages : 486
Crédits : Gifs : gmacht-rpc

MessageSujet: Dans l'Antre du Phénix   Mer 15 Juil 2015, 15:02
Intervention MJ : NonDate :  Mars 2200RP Violent
Dahl Elkoss ♦ Josh « Ataan » Ivrancic
Dans l'Antre du Phénix

Note : Ce RP fait suite à "Les requins de la finance".





    A bord du Terminus-3

    L'infiltration express dans l'appartement de Dickinson avait conduit Ataan à conclure que la réponse à toute cette mascarade se trouverait sur Pragia. Abbadon avait alors pris les devants et sans se soucier d'éventuelles questions techniques, il avait décidé qu'il valait mieux partir tout de suite. Sachant que cela ne froisserait pas son propre boss, son équipier n'avait pas objecté et ensemble, ils étaient repartis comme si rien ne s'était passé, ce qui signifiait aussi que l'agile agent n'était guère adepte d'investigations plus poussés. Mais vu la teneur très monotone des lieux, il n'y avait vraiment pas grand chose à en retirer.

    La prochaine étape était donc de rejoindre le vaisseau gentiment mis à disposition par Dahl Terminus et, à cette fin, de rejoindre les quais. Et en dépit du boucan et la démesure qu'ils avaient causé, les deux comparses avaient pu s'y rendre sans trop de difficultés une fois le quartier abandonné. Le départ était précipité et sur une station aussi militairement gardée qu'était la Citadelle, c'était surprenant de voir à quelle vitesse la paperasse pouvait aller lorsqu'on demandait aux bonnes personnes. Pour cause, le galarien avait plus d'un tour dans sa manche. Mais il allait de soi que s'il avait une manche bien fournie, c'était avant tout grâce à son patron : Dahl Elkoss, la dernière roue qui venait compléter le... tricycle et qui avait débarqué avec soin et délicatesse. Ataan ne s'était pas senti obligé de devoir se présenter ; d'abord car Abaddon avait certainement dû le faire pour lui et ensuite pour la simple et bonne raison qu'au-delà de son identité, la raison de sa présence était évidente. Officiellement, il était donc le "garde du corps" et bras droit du PDG de Black Horse Foods, ce qui signifiait qu'il était un allié et non un ennemi.

    Les présentations évitées, ils étaient entrés à l'intérieur de l'engin, qui portait le nom ô combien éloquant de Terminus-3. Appeler son vaisseau "Terminus" relevait presque d'une ironie mal placée mais l'effort était louable. On pouvait néanmoins en déduire que cette corvette n'avait pas de personnalité propre et n'était qu'un outil parmi tant d'autres que le volus et ses seconds usaient à plus ou moins bon escient. Le décor n'avait donc rien d'exceptionnel : un gris métallique orné de rouge pourpre ici et là. La mise en place des commandes, elle, forçait l'intrigue : plutôt que d'avoir une carte centrée, elle était adossée au mur du fond, qui cachait presque les deux portes servant à s'introduire dans les parties restantes. Au milieu de cette piège principale, accessible par le petit couloir où squattent usuellement un tas de panneaux, il y avait une table holographique. Cela faisait penser aux centres de commandement que l'on trouve sur les cuirassés ou croiseurs mais en cheap ; cela devait aussi avoir un but commercial quelconque étant donné la nature de la société-mère. Quoiqu'il en soit, c'était cosy mais comme tout le monde, Ataan était un homme et devait dormir. Lui-même avait convaincu le reste de l'équipe que tant qu'ils n'étaient pas à proximité de Pragia, cela ne servait à rien de spéculer sur un quelconque plan d'attaque. Il avait donc rejoint sa chambrette improvisée pour y piquer un somme...

    Le voyage était sans escale et avec un court arrêt au dépot de carburant d'Hercules, dans l'Attique Beta, il avait une durée avoisinant les dix-huit heures. Grosso modo. Il y avait toujours une marge d'erreur étant donné qu'on perd assez vite la notion du temps dans l'espace. Toujours est-il qu'aux dernières nouvelles, ils étaient proches de leur destination. A cet effet, l'Armure sortit de sa tanière et débarqua dans ce qu'il avait choisit de désigner par "centre de voyage", après une traversée courte et pas si éprouvante qu'attendue. Dahl et son exécutant était là, en train d'observer quelque chose sur la table. On n'avait pas eu l'occasion de voir de quoi il s'agissait, précisément... Il pourrait s'agir des plans du complexe qui avaient été volés chez Dickinson. Possibilité non-négligeable. Mais comme on avait rien vu, on ne pouvait rien déduire.

    Ataan n'était pas là pour ça. Sa démarche robuste et la distance presque froide qu'il avait avec le reste du monde donnait l'impression qu'il n'avait pas de temps à perdre. Et c'était vrai. Il activa son omni-tool, sans vergogne. « J'ai un message pour vous. » sortit-il, d'une voix caverneuse. Une image s'afficha alors, laissant diffuser la silhouette d'un homme.

    « Partenaire...

    Ataan m'a avertit de vos avancées. Pragia est une planète qui demeure dangereuse, surtout lorsque l'on se perd dans la jungle. Mais je sais que mon agent connait l'endroit donc vous êtes entre de bonnes mains. Cependant, j'ai préféré envoyer une amie pour vous épauler. C'est une éclaireuse hors-pair et vous saurez à quoi vous en tenir avant de foncer dans la gueule du loup.

    Vous pourrez la retrouver aux coordonnées qu'Ataan va vous transmettre. Je vous laisse vous occuper des détails... techniques et sachez que je vous rejoindrais dès que possible.
    »


    L'image s'effaça et laissa le trio, penaud. Ataan en profita pour tapoter sur son omni-tool, transmettant les dites coordonnées comme prévu. « Vous avez des questions, peut-être ? » ajouta t-il avec courtoisie.






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant (banni du Protectorat)
Rang : Maître de la finance
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3123-omnitech-personnel-de-dahl-elkoss


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 1716
Crédits : Sabrus - DeviantArt

MessageSujet: Re: Dans l'Antre du Phénix   Jeu 16 Juil 2015, 03:27
Dans l'Antre du Phénix



Dans le Terminus-3

Dahl regardait les derniers rapports dans le centre de commandement du vaisseau. Certains étaient envoyés par ses alliés politiques, et servaient principalement à confirmer que Dickinson avait perdu la partie.

D'autres étaient les traditionnels cours de bourse dans la galaxie. Dahl n'avait pas grand chose à craindre de ce côté là – étant donné que son entreprise était basée sur Oméga, nul huissier ne pourrait venir l'embêter même si la bourse d'Illium dans son ensemble s’effondrait – mais il aimait se tenir au courant concernant ses principaux rivaux. Et les bourses bougeaient en effet : la plupart des grossistes, comme lui, voyaient leur valeur augmenter, tandis que plusieurs grandes entreprises élitistes perdaient des parts. Jerata avait pris l'initiative avant même l'accord du volus, et Dahl Terminus achetait depuis son recoin obscur de la galaxie de petits pourcentage de glorieuses sociétés comme Hahne-Kedar, le célèbre fournisseur humain de l'armée de l'Alliance. Un jour viendrait où avoir une porte d'entrée chez eux pourrait être un atout.

Enfin, les derniers rapports étaient ceux de Kelnus, et concernaient les forces envoyées sur Pragia. Devant les enjeux, le turien avait envoyé tous ses soldats les plus expérimentés et spécialisés, y compris quelques mercenaires d'en dehors de Dahl Terminus, ne gardant sur place que la chair à canon et les gros bras typiques d'Oméga. Dahl disposerait de tous les experts possibles et imaginables pour s'attaquer à Manfred.

C'est sur ces entrefaites que ''Ataan'' arriva. Dahl avait été surpris que l'homme en armure ne se présente pas comme étant Ivrancic. Peut-être que le PDG humain avait un besoin d'anonymat absolu. Dans tous les cas, le volus ne romprait pas le secret, de même que l'agent galarien.

« J'ai un message pour vous. »

La voix d'Ataan était grave, profonde, caverneuse. Pleine d'une menace sourde, en fait. Très différente de l'image que renvoyait Ivrancic, qui ressemblait plutôt à un serpent : de beaux atours, des méthodes envoûtantes, et des crocs empoisonnés.

« Partenaire... »

Effectivement, Ivrancic maintenant la distinction entre lui et l'armure. Dahl rêvassa quelques instants, imaginant la possibilité que ce fût le cas. Qui serait Ataan alors ? Un agent humain sans doutes, mais pourquoi Ivrancic n'était pas venu lui aussi alors ? Peut-être que l'Armure était un robot, contrôlé à distance. Le volus rit intérieurement à cette idée. Un robot comme celui-ci serait inutilisable à des années-lumière de distance. Néanmoins, peut-être que cela aurait un intérêt à courte portée. Il faudrait y réfléchir...

« Vous avez des questions, peut-être ? »
« HUUUF. Venez voir. »

Dahl ralluma les rapports militaire de Kelnus, les dévoilant à Ataan.

« HUUUF. Tout ces hommes se rassemblent actuellement autour de Pragia. HUUUF. Ainsi que tout l'équipement que j'ai pu rassembler en ce court laps de temps. HUUUF. Vous connaissez les lieux, HUUUF, je vous laisse donc élaborer le plan d'attaque. HUUUF. Si vous avez besoin de quelque ressource que ce soit, servez vous. HUUUF. Une seule condition à remplir : Manfred doit mourir. HUUUF. »

Une condition évidente, mais Dahl y tenait vraiment. Il ne voulait pas voir Manfred épargner sous prétexte qu'il pourrait encore être utile.

« Je resterai ici lors de l'assaut. HUUUF. Mais je descendrai aussi lorsqu'il aura bien avancé. HUUUF. Je veux pénétrer dans la base de Manfred et le voir mort. HUUUF. L'achever même, si cela s'avère nécessaire. HUUUF. D'ici là, si vous avez besoin de quoi que ce soit une fois au sol, HUUUF, il vous suffira de me contacter. HUUUF. Je vous le fournirai. »

Dahl savait qu'il n'était pas raisonnable de descendre lui-même sur la planète. Mais il s'en foutait. Manfred était plus qu'un objectif, il le prenait comme une affaire personnelle. Néanmoins, il était assez intelligent pour laisser son allié prendre les devants : le volus n'était pas un guerrier, il serait une gêne en première ligne.

La voix du pilote surgit à ce moment là, informant que le vaisseau arrivait auprès de Pragia. Par les hublot, tous purent voir la fin du mode SLM, puis l’apparition de la planète autour de laquelle trois vaisseaux tournaient déjà. Un autre arriva au même moment. Tous portaient le symbole de Dahl Terminus.

« HUUUF. Nous y voici. HUUF. Je suppose que nous devrions commencer par retrouver cette éclaireuse. HUUUF. Après quoi je vous laisserai diriger la mission. HUUUF. A vous de jouer, Ataan. »




Partenaires : Josh "Ataan" Ivrancic
Couleurs personnages:
 


"Tout respirait Dahl Elkoss, le seul volus plus burné qu’un krogan."
- Anton Ardak, 2202
Journal de Bord, avec présentation de mes personnages secondaires




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant / Black Horse Foods
Rang : Mercenaire / PDG
Voir le profil de l'utilisateur


Administrateur
Messages : 486
Crédits : Gifs : gmacht-rpc

MessageSujet: Re: Dans l'Antre du Phénix   Lun 10 Aoû 2015, 14:15



    Zone de débarquement - Pragia

    Dahl avait été suffisamment clair dans ses instructions : c'était un commanditaire, qui mettait à disposition des moyens plus que catégoriques pour effacer son ennemi du paysage. Il fallait dire qu'Ataan avait trouvé un allié de poids en cet humble volus, qui voulait à tout prix s'enorgueillir d'avoir couper la tête de l'hydre financière qu'était Manfred. Cette ambition aveugle le rongeait à tel point qu'il se contentait du soutien moral de son allié PDG, sans forcément lui demander des comptes ou même un financement particulier. En effet, il avait beau ne pas être à la rue, il n'était pas non plus l'un des ténors de la Galaxie et ils n'avaient pas des ressources illimitées. On pouvait sans nul doute se douter qu'il jouait là son ultime jeu et devant ce tapis, on connaissait les deux issues possible : ça allait passer ou ça allait casser. Heureusement pour lui, il avait toujours quelques cartes dans sa manche avec quelques anciens amis de son adversaire... Et peut-être quelques ruses en plus. Après tout, il n'était pas arrivé là où il était sans avoir une once de jugeote.

    Néanmoins, il n'en restait pas moins un volus spécialisé dans les affaires et le parlementaire. Il regarderait donc ses agents réussir ou échouer d'un œil attentif. Et ces mêmes agents venaient d'atteindre les coordonnées laissées à leur encontre, en compagnie de quelques hommes engagés pour l'occasion. Le reste des mercenaires se postaient dans la jungle, à différents endroits, pour couvrir le maximum d'espace. Ils attendraient ainsi les ordres et directives qu'on allait leur donner, juste après avoir rencontré cette fameuse éclaireuse. Elle avait choisi un endroit reclus et discret, avec pour impératif d'atterrir une centaine de mètres à l'est afin d'éviter de se faire repérer dans l'heure. Il fallait ensuite la rejoindre au milieu de nulle part ; un emplacement que les larbins redoutaient. Parfait pour une embuscade ou un piège. Ils n'avaient eu ni l'un ni l'autre... Juste la mauvaise surprise de voir une humaine débarquer de nulle part. Elle était apparue derrière les deux principaux invités. Chacun avait eu sa réaction : Abaddon avait vaguement tenté de sortir son arme mais la demoiselle l'avait attrapé sans vergogne et Ataan, lui, s'était contenté de croiser les bras et de prendre une pose blasée. « Tu fais ta gymnastique dans un arbre, maintenant ? » argua t-il avec sa voix robotique. L'intéressée esquissa un sourire et haussa les épaules. « Tu me présentes ton nouvel ami ? » On acquiesça, se tournant vers le galarien, qui avait l'air un peu perturbé. « Oui... Abaddon, voici Mira. » Mira fit un signe de la main. « Et Mira, voici Abaddon. »

    Les présentations faites, l'éclaireuse accepta de rendre son arme au protégé de Dahl - après tout, il ne s'agissait que d'une boutade. Et pour une fois qu'elle faisait preuve d'humour, il ne fallait pas lui en vouloir. Car en effet, Mira avait pour habitude d'être aussi stricte que rigide, malgré une apparence trompeuse : elle avait les traits d'une jeune femme innocente, bien qu'on voyait déjà qu'elle avait la trentaine passée, et elle était typée indienne, toujours à afficher un sourire radieux. Elle inspirait donc la sympathie mais on se rendait vite compte qu'elle avait une sombre carapace lorsqu'on la connaissait un peu mieux. Et pour être sombre, elle l'était... Josh avait ainsi un peu triché sur ce qu'il avait dit étant donné qu'elle n'avait pas tout à fait un statut d'éclaireuse. En dépit qu'elle avait les qualités pour l'être, c'était avant tout une tueuse à gages qui, il y a quelques années, n'aurait pas hésité à se retourner contre son employeur pour une poignée de crédits. Fort heureusement, elle s'était trouvé un but et une loyauté. Enfin, c'est ce qu'on espérait.

    En attendant, elle était là avant tout pour une mission particulière : dénicher l'affreux Manfred de sa base "secrète". Consciente que le temps pressait, elle avait activé son omni-tool - cet outil si beau qu'on peut l'utiliser à toutes les sauces - pour afficher une carte des environs. « Comme prévu, j'ai inspecté la jungle à la recherche d'une installation abandonnée ou ce genre de chose. Heureusement, Ivrancic savait où chercher et je suis rapidement tombé sur quelque chose... » Elle pointa une zone bien délimitée. « C'est une base souterraine ayant autrefois servi de hangar à Hahne-Kedar. Ou plutôt à un de ses filiales spécialisés dans les drones à IV et ce genre de conneries. Officiellement, c'est désaffecté depuis 2167 donc on a aucune raison de venir fouiller par là. » Elle s'arrêta un instant pour soupirer, sans doute déçue de la facilité du job. « Mais comme vous pourrez le constater, ce n'est pas compliqué de trouver qu'il y a anguille sous roche : les bâtiments dégagent une chaleur anormale et il y a un nombre conséquent de pirates butariens qui trainent dans les parages. Sans doute les gardes de notre magnat de la finance. » Ataan tiqua sur cette information, relevant le museau. « Des butariens ? Je pensais que Manfred avait l'appui des Soleils Bleus. » C'était, en tout cas, ce qui aurait été logique. « C'était le cas lorsque le Général Gravonheart était encore à la tête de la majorité des Soleils Bleus. Mais sa disparition... » La voix de Mira s'éteignit soudainement, le regard vide. « J'ai compris. Sans leader, il y a des conflits internes et Manfred a préféré se payer une garde impitoyable pour se protéger. » Répondant par la même occasion à son interrogation, l'Armure pouvait estimer qu'il avait toutes les informations en main. Il ne restait plus qu'une dernière étape...

    « Bon, quel est le plan ? » Mira releva la tête, se secouant. « Comme je disais, la base est souterraine. Il y a donc des entrées extérieures. L'une d'entre elles a l'air opérationnelle mais le seul problème, c'est que je n'ai aucun moyen de savoir sur quoi on tombera et c'est précisément près de celle-ci que les capteurs thermiques s'affolent. » Autrement dit : là où il y a la chaleur, il y a des ennuis. « Sinon on peut toujours tenter le passage en force. Mais ça se fera avec perte et fracas. » Elle passa la main dans ses cheveux, coupant une nouvelle fois le contact visuel avec ces interlocuteurs. « Ou on pourrait ruser et tenter de se faire inviter à l'intérieur... » Aucun plan n'est parfait et les trois pistes semblaient bonnes. « M'est avis qu'il faudra diviser pour mieux régner. Vous deux, vous pourrez vous la jouer furtive ou Cheval de Troie pendant que je crée une diversion avec le reste des hommes. » affirma Ataan, le plus nonchalamment du monde. Un assaut sur des butariens, c'était son affaire. « Abaddon, vous en dites quoi ? »






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant (banni du Protectorat)
Rang : Maître de la finance
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3123-omnitech-personnel-de-dahl-elkoss


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 1716
Crédits : Sabrus - DeviantArt

MessageSujet: Re: Dans l'Antre du Phénix   Jeu 13 Aoû 2015, 13:31
Dans l'Antre du Phénix



Mars 2200,
Pragia

Entrée dans la base (rapport d'Abbadon)


L'humaine m'a prit par surprise, je l'avoue. Elle s'est emparée de mon fusil Venin avec une facilité assez vexante. Néanmoins, je ne pense pas qu'elle aurait pu éviter la projection que j'avais en main, si je ne m'étais pas retenu de la lancer en voyant l'impassibilité d'Ataan.

La dénommée Mira nous fit ensuite un topo sur la base. Elle avait remplit avec efficacité son rôle d'éclaireuse : plusieurs entrées menant directement sous terre, mais une seule semblait opérationnelle et de nombreuses surprises nous y attendraient. Un passage en force était risqué, une ruse pouvait être tentée mais était tout aussi dangereuse. Ataan a proposé une diversion, restait à savoir comment en profiter.


« Abbadon, vous en pensez quoi ? »

Je réfléchi quelques instants à l'interrogation d'Ataan. Enfin, quelques instant galariens, ça a dut paraître instantané à l'humain !

Personnellement, j'aurai apprécié l'attaque directe, mais les ordres étaient clairs : Manfred devait être éliminé. Une attaque trop violente aurait pu le pousser à la fuite et nous n'avions pas les moyens de le poursuivre ou de l'intercepter dans l'espace.

Le plan d'Ataan me semblait être un bon compromis. Je l'ai donc accepté.


« Entendu Ataan. Mais n'y allez pas trop fort, il ne faudrait pas que le financier prenne peur et s'enfuit. Mira et moi en profiterons pour entrer, nous vous contacterons depuis l'intérieur. »


Notre trio et les mercenaires nous accompagnant partirent ensuite vers l'une des entrées qu'avait repéré l'espionne. Effectivement, comme elle nous l'avait annoncé, tous les capteurs de nos omnitechs s'affolaient à son approche. Pas trace de rondes en revanche, mais c'était compréhensible : sur Pragia, la nature dévorait toute marque de vie intelligente en quelques heures.

Nous arrivâmes enfin en vue du bâtiment. Il était en partie recouvert par la végétation, mais une observation plus minutieuse montrait clairement que l'abandon n'était qu'une façade. Les plantes étaient soigneusement tenues à l'écart des quelques ouvertures, aucune fissure ne lézardait sur les murs, et surtout : des méchas montaient la garde devant une grande porte de métal, suffisamment grande pour permettre à un véhicule d'en sortir.

Nous nous sommes séparés, Mira et moi d'un côté, Ataan et les quelques mercenaires de l'autre. Quelques instants plus tard, on entendit une explosion. Les méchas se tournèrent vers l'origine du son mais ne quittèrent pas leur poste. En revanche, les portes s'ouvrirent et une dizaine – au bas mot - de butariens en sortirent, tous équipés pour le combat. Visiblement, le propriétaire de l'endroit ne rigolait pas avec la sécurité.

Mira et moi attendîmes que les butariens soient hors de vue pour passer à l'attaque. Les méchas ne sont pas de véritables combattants et ils furent éliminer assez rapidement. Puis nous sommes entré dans le bâtiment.

Il s'agissait d'un tunnel descendant directement en sous-sol. Mais contrairement à l'extérieur, on voyait que c’était très fréquenté : de nombreuses trace de pas, et aussi de chenilles. Mira et moi n'avons pas traîné : l'attaque sur les méchas allait vite alerter le reste de la base.

Le premier niveau de la base n'était pas très profond. Elle était déjà en état d'alerte, et l'on voyait des groupes de personnes se déplacer, principalement des combattants, mais pas seulement. Nous avons envoyé un premier message à Ataan et Elkoss pour les informer de notre avancée.

Nous avons esquivé les groupes, avançant discrètement. Seule exception, un combattant butarien isolé, qui se préparait. Nous l'avons attrapé pour l'interroger. Il n'avait pas de codes d'accès particulier, mais à au moins pu nous fournir un plan de la base. Après quoi on s'est débarrassé de lui et nous avons repris notre avancée.

Il n'y avait qu'un seul chemin pour descendre. Le passage était gardé par cinq butariens, et il n'y avait aucune possibilité de les contourner. La salle de garde était faite pour résister, mais les combattants n'étaient pas spécialement sur leurs gardes, se croyant sans doute protégés au cœur même de la base. Mira et moi nous sommes concerté, puis j'ai attaqué, tandis qu'elle me couvrait.

L'attaque, ce n'est pas le fort de mon espèce. En général. Mais quand on est biotique et que l'on a accès à du matériel extrêmement rare, ce genre de considération n'entre plus en compte.

J'ai activé mon armure tech pour augmenter la puissance de mon fusil, j'ai chargé le coup, puis attaqué d'une charge biotique. Le butarien qui l'a encaissée s'est retrouvé jeté au sol, assommé. J'ai relâché la gâchette de mon arme sur son voisin, qui fût déchiqueté par les trois tirs amplifiés. Une roulade pour me mettre à couvert, tandis que Mira abattait un ennemi à son tour d'un tir dans la tête. Les deux derniers n'ont pas résisté bien longtemps.

Une fois toute résistance éliminée, nous nous sommes attaqués à la porte. Aucun des cadavres n'avait de pass, et nous avons commencé à pirater la porte, quand on entendit du grabuge derrière nous. De nouveaux soldats arrivaient. Le piratage continua de manière automatique tandis que nous prenions position pour se défendre. J'envoyais un nouveau message à Ataan.


« On pirate le passage pour le second niveau, mais on est repérés. On a besoin de renfort ! »



Partenaires : Josh "Ataan" Ivrancic
Couleurs personnages:
 


"Tout respirait Dahl Elkoss, le seul volus plus burné qu’un krogan."
- Anton Ardak, 2202
Journal de Bord, avec présentation de mes personnages secondaires




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant / Black Horse Foods
Rang : Mercenaire / PDG
Voir le profil de l'utilisateur


Administrateur
Messages : 486
Crédits : Gifs : gmacht-rpc

MessageSujet: Re: Dans l'Antre du Phénix   Sam 22 Aoû 2015, 01:40



    QG supposé de Manfred - Pragia

    Le plan s'était donc décidé tout naturellement. Mira et Abaddon, en bons éléments aussi furtifs que subtils, se la joueraient discrète en pénétrant par une entrée secondaire tandis qu'Ataan et les indispensables forces engagées par Dahl s'occuperaient de la devanture. Le but étant tout autant de forcer le verrou que de provoquer une diversion telle que tous seraient obligés de s'aventurer sur le pont. Et pour cause, le volus n'avait pas lésiné sur les moyens : les commandos résultaient sans doute de groupes privés ou mercenaires et avaient l'air d'un niveau acceptable... Mais ils avaient un foutu Mako. Et ça, c'était un luxe et un avantage auxquels les adversaires ne s'attendraient pas.

    De surcroît, l'Armure s'était engagé et accroché au véhicule, commandant ainsi la petite troupe. Après tout, il avait été Général. Il pouvait bien mener une attaque frontale. Et puisqu'après tout, les forcenés étaient tous des types payés pour l'occasion, ils n'avaient pas rechigné à suivre les instructions du référent qui avait, ainsi, la vague réputation d'être le second de Dahl le mécène. Bien armés et décidés à partir au suicide, ils avaient avancés à bonne cadence dans la forêt luxuriante, marquant un débarquement très peu futile. Aussi, le Mako s'était arrêté sur le haut de la colline qui surplombait la base. Elle était suffisamment haute pour que l'on puisse apercevoir l'architecture extérieure de l'endroit : une cours où étaient entreposés une demi-tonne de caisses, délimités par trois murs solides et deux tours de garde. C'était une installation sommaire, en fin de compte, mais si la surface laissait à désirer, on pouvait facilement se rendre compte qu'on avait pas lésiné sur les moyens pour construire l'édifice. En outre, c'était du solide.

    Et même quand c'est du solide, ça peut se briser. Les agresseurs ne prenant même pas la peine d'être peu visibles, ils avaient été vite débusqués par les snipers qui n'allaient pas tarder à donner l'alerte avec vivacité. Il était donc temps d'y aller et sans vergogne, l'assaut avait été donné. Ce qui faisait office de tank avait visé la première porte, provoquant ainsi un grand fracas. Il avait ensuite dévalé le versant à une vitesse fulgurante, faisant presque basculer son passager principal. La résistance timide et elle ne savait surtout pas quoi faire devant le bélier improvisé, ce qui lui laissait largement le temps pour tirer une seconde fois sur l'entrée, à moitié dévastée par le premier coup de canon. Conscient qu'on allait foncer dans le tas, Ataan sauta au vol et s'arrangea avec une pirouette. Son équipement intégrale le protégeait du choc, quand bien même il était loin d'être indestructible. Ce qui n'était pas le cas de la gigantesque entrée qui venait de se faire froisser comme de la vulgaire tôle. Immédiatement après cette retentissante introduction, les soldats commencèrent leur invasion en se déployant dans la cour. Le commandant de fortune n'avait plus qu'à profiter du combat général pour s'adonner à son activité favorite : voyager parmi la foule.

    Le croate avait ainsi sorti son fidèle Mattock, l'arme qu'il idolâtrait pour ses tirs percutants et bien dosés. Foulant le sol supposément protégé par les gardes de Manfred, il visait et harponnait qui il pouvait, les butariens tombant un par un. Mais comme c'était le bordel, il y avait surtout beaucoup de tirs et d'effusion de sang dans tous les sens, les camps s'affrontant sans merci. Or, notre intéressé n'avait guère le temps pour ces futilités. Il avait conscience que des renforts avaient été convoqués et qu'il fallait entrer avant que ça n'empire. Augmentant la cadence, il courut en direction de la porte principale. Qui était au finale assez peu imposante mais qui étaient chasse gardée par trois quatre-yeux qui ne tardèrent pas à voir arriver leur nouveau compagnon de jeu.

    Ce dernier s'attendait à des tirs hasardeux en sa direction mais ces ennemis n'en firent rien. Seul l'un d'eux s'était approché pour y aller au corps à corps - sans doute avaient-ils été pris d'un doute en voyant l'armure qu'il y avait en face. Toujours était-il que le butarien avait tenté une droite, sans grand succès. Ne voulant pas s'attarder sur sa personne, Ataan lui pointa le canon du fusil sous son menton et tira, lui explosant le crane. Devant cette exécution sommaire, les gardes cherchèrent à riposter. Mais la rapidité de leur bourreau avait eu raison d'eux et le duo avait vite été criblé de balles. Vérifiant ses boucliers, l'ex-Général s'avança vers eux. Le plus blessé était contre la porte, en train de glisser et de laisser une belle tache. L'autre avait voulu sortir son arme de poing mais c'est justement un poing qu'il eut pour seule récompense. On se débarrassa ensuite du pistolet avant de lui attraper le bras et plus précisément le poignet. En un tour de force, on brisa ce dernier et on le plaqua contre le terminal, qui fonctionnait avec une reconnaissance d'empreinte. La base s'ouvrit alors, tandis qu'on pouvait lâcher le butarien endolori.

    L'Armure était néanmoins persuadé d'un fait : ce serait beaucoup plus compliqué et barbare une fois à l'intérieur. Il respira un bon coup et se retourna, pour voir que plusieurs de ses alliés étaient encore debout et que certains se repliaient dans sa direction après l'arrivée d'une série de renforts. « Pars-là ! » beugla t-il, montrant la voie. Home sweet home, comme dirait l'autre.



    ***

    Solide comme un roc, Ataan venait de réduire au silence quatre novices, laissés là dans un poste visiblement jugé pépère. Et malheureusement, ce n'était pas le cas. L'un d'eux tentait quand même de résister et à terre, il voulait attraper le fusil encore fumant qui était tombé. L'air peu compatissant, son tortionnaire lui brisa la main d'un violent coup de main et rattrapa son Mattock. Il était tombé au cours du combat et malgré l'absence imminente de chargeur, il pourrait encore lui être utile. Se dirigeant vers la porte, parce qu'il ne rencontrait que ça dans ce maudit taudis, il s'approcha de la commande. Il voyait bien qu'elle se faisait manipuler, en profitant pour narguer son utilisateur avec sa mention "Alerte intrusion !". Il examina la chose, fit quelques broutilles pour désactiver la sécurité avant de finalement actionner son ouverture.

    Le centre tournoya, laissant s'échapper les découpures qui servaient de blindage, découvrant ainsi la seconde couche de la porte. Celle-ci s'ouvrit en deux, plus simplement. Deux silhouettes se trouvaient derrière. Et elles avaient daignés tourner le cou pour voir de quoi il s'agissait. Leurs yeux affichaient une certaine surprise. « Entrez ! Et grouillez-vous ! » souffla t-on, visant un butarien qui avait décidé de se mettre à découvert à ce moment là. Mira et Abaddon ne se firent donc pas prier, se mettant un peu à l'abri après avoir essuyé une vague d'ennemis qui voyageaient de couverts en couverts. « Il y a un ascenseur là. Prenez-le. » affirma leur allié alors qu'il faisait exactement le mouvement inverse. Il eut ainsi un deuxième garde qui essayait de le mettre en joug. « Les hommes d'Elkoss sont tous morts. Pratiquement. » enchaina t-il. « Donc... Je vais distraire ceux qui arrivent. Trouvez Manfred. » Continuant à observer le couloir, l'Armure pouvait constater que les ennemis allaient vite commencer à pulluler comme jamais. « Tu vas te faire tuer. » constata l'indienne avec un ton assez monotone, quoiqu'assez enroué. La fatigue du combat obstruait sans doute sa compréhension. Ce n'était peut-être pas l'idée du siècle, à vrai dire... Mais il s'avérait que l'affreux comptable n'avait pas sous-estimé l'importance d'une bonne armée personnelle. Et s'il n'y avait personne pour gérer l'afflux de renforts, tout ceci n'aurait servi à rien.

    « Je vous rejoindrais. » coupa alors Ataan, ne voulant pas rentrer dans des débats inutiles. Il brisa le terminal. Ce qui eut pour effet immédiat de clore la porte et de laisser ses deux compagnons à leur mission. « Enfin j'espère... » murmura t-il, presque pour soi-même. Aussitôt, il se remit en mode combat, agrippant son arme, lorsque quelques tirs vinrent le chatouiller. Et dans un bruit sourd, une balle le percuta, traversant son armure et arrachant sa chair. Comme dit, elle n'était pas indestructible. Lui non plus. Mais d'un autre côté, il avait connu pire journée.






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant (banni du Protectorat)
Rang : Maître de la finance
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3123-omnitech-personnel-de-dahl-elkoss


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 1716
Crédits : Sabrus - DeviantArt

MessageSujet: Re: Dans l'Antre du Phénix   Sam 22 Aoû 2015, 17:08
Dans l'Antre du Phénix



Mars 2200,
Pragia

Renforts


Je restai en arrière lors de la première partie de l'assaut. La quasi-totalité des combattants que j'avais recruté pour cette occasion avait suivi Ataan lors de l'assaut frontal servant également de diversion. Une véritable boucherie. Mais l'objectif avait été atteint : Abbadon et Mira étaient entrés dans la base, ainsi que Ataan et les hommes ayant survécu à la confrontation contre les portes. De mon côté, j'avais donné mes ordres pour m'assurer qu'aucun vaisseau ne quittait la zone et je recevais les rapports réguliers, attendant mon heure avec ma garde personnelle, c'est à dire une trentaine de combattants de Dahl Terminus, bien armés et équipés, choisis pour leur compétence et dirigé par Kelnus.

Néanmoins, entrer dans la base ne signifiait pas avoir gagné. Abbadon nous fit parvenir le plan de la zone lorsqu'il l'a obtenu, et celle-ci était bien défendue. Puis, peu après, nous avons reçu sa demande de renforts. C'est à ce moment là que j'ai ordonné à Kelnus de commencer notre avancée.

Nous avons repris le chemin que Ataan avait creusé, passant la porte défoncée, puis les couloirs marqués par les combats : traces de tirs perdus, éclaboussures de sang, dégâts provoqués par des explosions, et les inévitables cadavres. Ceux ci ne me rassuraient guère, car Ataan avait visiblement perdu la totalité de ses hommes dans ces couloirs. Mais au moins nous n'avons pas eu à combattre : la zone était en état d'alerte – quelle surprise – et des hauts parleurs hurlaient à tout vas que l'ascenseur central était attaqué et que toutes les troupes devaient s'y diriger. Voilà qui nous simplifiait la tâche.

Nous trouvâmes toutefois des vivants, tout un groupe en fait, des civils travaillant pour Manfred. Experts informatiques, comptables, petites main permettant le bon fonctionnement du réseau. Ils ne tentèrent même pas de combattre et se laissèrent gentiment enfermés dans une salle qui fût verrouillée ensuite par mes experts techniques, avant de détruire l'électronique pour empêcher tout piratage.

Au fur et à mesure que nous approchions de l'ascenseur, de la résistance commença à survenir. La plupart des adversaires nous tournaient le dos, se dirigeant dans la même direction que nous, et étaient promptement éliminés. Mais ceci avertissaient les plus proches, qui reculèrent, puis commencèrent à s'organiser pour lutter. Je restai prudemment en arrière avec quelques soldats, ne voulant pas prendre une balle perdue. Je vis quelques uns des miens tomber, tués par les combattants efficaces de Manfred, et il arriva même un moment où avancer semblait compromis.

Mais sans que je puisse expliquer pourquoi, les tentatives de résistance devinrent d'un coup beaucoup moins organisées. Des groupes restaient en place, mais ils semblaient s'ignorer les uns les autres, jusqu'à ce que nous arrivions enfin à la zone précédent l'ascenseur. Les butariens présents dans la pièce se retournèrent à notre approche et commencèrent à se battre, mais désespéramment : la salle n'était pas faite pour repousser une attaque, et ils devaient combattre sur deux fronts, des tirs survenant du long couloir au bout duquel se trouvait l’ascenseur. Peu à peu, les derniers ennemis se rendirent et furent désarmés avant d'être attachés dans un coin. C'était de bons combattants qui serviraient très bien le prochain Manfred.

Enfin, j'entrai, accompagné de mes hommes, dans la salle de l'ascenseur. Mais je n'y voyais pas Abbadon et Mira, contrairement à mes attentes : il n'y avait que Ataan, qui revenait d'un dur combat et souffrait de plusieurs blessures.


« HUUUF. Ne bougez pas, nous allons vous soigner. HUUUF. Où sont passés Abbadon et votre éclaireuse ? »

Ataan répondit, indiquant la porte. Je m'en approchais, mais le système électronique était détruit, empêchant l'ouverture. Je fis quelques signes à mes hommes, et ceux-ci commencèrent à poser des explosifs sur la porte, puis tout le monde recula dans la zone précédente.

« Restez bien à couvert, je déclenche l'explosion ! »

Le souffle de l'explosion parcourut notre pièce, projetant les cadavres et les barricades qui étaient resté à côté des portes. Une fois que ce fut terminé, un coup d’œil confirma que la porte était ouverte. Et derrière, enfin, l'ascenseur. Il ne pouvait contenir qu'une dizaine de personne à la fois.

Ne recevant pas de réponse d'Abbadon, j'envoyais une première dizaine d'hommes. Ceux-ci m'informèrent que la situation était sous contrôle, et je descendis à mon tour, accompagné d'autant de combattants et de Ataan. Nous sommes arrivés sur un lieu de massacre : une salle de commandement où une dizaine de butarien reposaient massacrés au sol, Abbadon couvert de sang et essoufflé au milieu. L'éclaireuse était plus loin, sortant elle aussi d'un rude combat, mais déjà occupée à prendre contrôle du système de sécurité de la base. Et enfin, au fond de la pièce, l'ultime protection avant Manfred, un bouclier recouvrant une nouvelle porte.

« HUUUF. Abbadon ? »
« Mira s'en occupe. Et pour le reste... Je vous ferait un rapport plus tard. Content de vous revoir en vie Ataan. C'était inattendu. »

J'ai toujours ce rapport, d'ailleurs... Et comme vous êtes curieux, je vais vous le faire lire avant de passer à la suite.

Le centre de commandement (rapport d'Abbadon)

Ataan resté en arrière, Mira et moi avons pris l'ascenseur. Je ne pensais pas revoir l'humain, mais il s'est avéré pleins de ressources ! Enfin, à ce moment là, je passais à autre chose : les soldats se sacrifient pour la réussite de la mission, rien d'exceptionnelle. L'entraînement que j'ai reçu nous initie à cette notion de base.

Bref. La descente a été relativement rapide, mais je le met plus sur le compte de l'efficacité de la machine que sur l'idée d'un niveau peu profond. Mira et moi avons tout de même eu le temps de discuter de ce qui nous attendait. Nous n'avions pas croisé de salle de commandement, et il n'y en avait pas sur le plan du premier étage que nous avions. Il y avait donc tout à parier qu'elle serait à ce niveau, avec tout ce que cela impliquait : le commandant des forces ennemies, et ses hommes, probablement les meilleurs. Nous avons rapidement établi un plan : Mira activerait son camouflage tactique dès l'arrivée, tandis que je détournerai l'attention. Pas le top, risqué, mais nous n'avions rien de mieux sous la main.

L'ascenseur est arrivé directement dans la salle de commandement. Mira s'est camouflée dès que les portes ont commencé à s'ouvrir, et je l'ai senti passé lorsqu'elle a quitté l'ascenseur. Pour ma part, j'ai prudemment regardé au delà des portes de l'ascenseur et aperçu une dizaine de butariens qui attendaient. L'un d'entre eux, pas très grand mais assez large d'épaule, donna quelques ordres via les moniteurs puis se tourna vers moi.


« Félicitation pour être arrivé jusqu'ici ! Et seul en plus, bravo ! C'est rare, de voir un galarien en première ligne. »

Il sortit alors son arme, ses hommes se mettant en position. J'étais pour ma part rassuré qu'il n'ait pas aperçu Mira.

« Mais le jeu est fini. Je vais commencer par vous éliminer, puis je vais faire exploser la base au dessus. Tant pis pour les hommes encore en train de se battre ! Mais avec les renforts que vous avez reçu, ils ne sont plus en positon de force. »
« Dix butariens contre un galarien, quelle gloire ! »
« Je ne suis pas là pour la gloire. »
« Mais pas pour paraître lâche non plus. Toi, moi, main nue, butarien, l'oseras tu ? »

Tout le monde s'est immobilisé un instant.

« A main nue ? Toi ? Tu t'es pris un coup sur la tête, galarien ? »

Pour lui prouver ma bonne foi, j'ai rangé mon fusil à pompe dans mon dos et je me suis dévoilé. C'était risqué, mais je me tenais prêt à utiliser ma biotique s'il le fallait.

« La trouille, la fripouille ? »

Nouvelle hésitation, puis il a fait un geste et ses hommes ont baissés leurs armes, sans les rengainer.

« Ok le galarien, vient me montrer ce que tu as dans le ventre. »

Je me suis approché, sans activer ma biotique ni mes mods. Je voulais d'abord le jauger. Lui n'a pas pris tant de précautions, activant directement des lames sur son armure, la rendant encore plus mortelle. Il eut un rire mauvais, puis est parti à l'attaque.

J'ai esquivé ses coups, sans en placer, repérant tout d'abord les emplacements des lames sur son armure. Je ne comptais pas me blesser dessus ! Il a tenté un coup avec son brassard dentelé, mais je l'ai évité en passant sous garde, puis je lui ai donné un coup de poing au visage. Pas de quoi le blesser, juste pour le vexer.


« Petit... »

Il a chargé à nouveau, essayant de m'enserrer dans son armure à pointes. Je me suis jeté au sol puis ait enchaîné avec une roulade lorsqu'il a tenté de m'atteindre. Je me suis relevé et j'ai commencé à activé mon omnilame, discrètement.

« Viens te battre, foutu crapaud ! »

Il s'est jeté sur moi, la rage dans les yeux, mais cette fois-ci, je n'ai pas reculé. Au contraire, j'ai avancé, je lui ai écrasé mon poing dans le visage, en plein dans ses yeux globuleux, puis je suis passé sous son attaque maladroite du poing. L'omnilame s'est alors déployée et, alors qu'il se retournait vers moi, ma lame a transpercée sa gorge.

« Mira, à toi ! »

Les autres butariens se sont réveillés avec un instant de retard, relevant leurs armes alors que Mira commençait déjà à tirer, tandis que je faisais une charge biotique dans leur direction. Le reste du combat fut une boucherie, où ils se sont plusieurs fois touchés entre eux alors que je les éliminais à l'omnilame et à la projection en semant le chaos au milieu de leur groupe, tandis que Mira éliminait ceux qui se retrouvaient isolés de la mêlée.

Le combat fut rapidement terminé. Je désactivai ma lame, essoufflé, tandis que Mira se tournait vers les systèmes électroniques pour désactiver le bouclier protégeant la suite personnelle de Manfred.

Et c'est alors que les hommes de Dahl sont arrivés, puis Dahl lui-même, accompagné de Ataan. Quelques banalités plus tard, nous nous sommes tournés vers Mira, et celle-ci a désactivé le bouclier. Manfred était enfin à portée de main
.




Partenaires : Josh "Ataan" Ivrancic
Couleurs personnages:
 


"Tout respirait Dahl Elkoss, le seul volus plus burné qu’un krogan."
- Anton Ardak, 2202
Journal de Bord, avec présentation de mes personnages secondaires




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant / Black Horse Foods
Rang : Mercenaire / PDG
Voir le profil de l'utilisateur


Administrateur
Messages : 486
Crédits : Gifs : gmacht-rpc

MessageSujet: Re: Dans l'Antre du Phénix   Mar 08 Sep 2015, 00:38



    Installé dans son bureau, le PDG de Black Horse Foods humait le verre qu'il venait de se servir, au mini-bar qui lui avait été offert par un partenaire divers. Il avait eu une longue journée, comme les administrateurs pouvaient connaitre. Entre les réunions, les conférences, les visites ou les rendez-vous, son emploi du temps lui demandait une disponibilité et une concentration à toute épreuve. Un luxe qu'il ne pouvait pas forcément se permettre mais qu'il ne pouvait pas non plus éviter, de peur de compromettre son identité actuelle. Il oscillait donc entre plusieurs mondes, devant parfois troquer son armure pour un costume sur mesure qu'il endossait avec dépit. Et d'une main de fer, il dirigeait sa société et la faisait couler des jours heureux en prenant bien soin de ne pas trop attirer les projecteurs sur lui. Excepté qu'être une personnalité publique demeurait une difficulté nouvelle pour quelqu'un de sa trempe.

    Épuisé, il s'arrêta un instant de contempler le meuble qu'il y avait devant lui et il en fit soigneusement le tour. Il s'assit ensuite avec hâte et fracas sur son siège - bien trop cher pour ce que c'était, soit dit en passant - et se laissa languir à un moment d'évasion, s'avachissant bien au fond du dossier. Soupirant, il cligna des yeux et se mit à soutenir son visage à l'aide de son poing, jetant quelques regards aléatoires sur les ombres qui planaient autour de lui. Et, en fin de compte, ce n'était pas si hasardeux. Une silhouette fine venait de faire son apparition, sortant de sa cachette, vivifiante et téméraire. C'était une femme, la chevelure obscure et les sourcils sévères. Elle tenait une arme, dont le modèle était assez indissociable dans la pénombre. Mais elle l'agitait vigoureusement, tremblant presque. Josh... Varto... Peu importe son nom. Il savait précisément qui elle était et ce qu'elle faisait là. En réalité, il n'attendait que sa venue et devant son entrée "surprise" et agressive, il s'était contenté de siroter une goutte du doux breuvage qui l'accompagnait.

    « C'était vous. A l'Observatoire. » constata t-elle, comme si elle venait de le découvrir. L'intéressé haussa les épaules, se redressant. « Ne niez pas... Je vous ai reconnu. » claqueta t-on, en face. « Je ne nie rien. Ce n'est pas comme si j'étais le plus discret des hommes. » Il posa son verre sur le bureau. « Je sais pas ce que vous foutiez là... Ou ce que vous vouliez... Et franchement, ça n'a aucune importance. » Elle coupa, la voix tremblotante. « Vous avez tué un ami cher. » Ce qui était une affirmation erronée. Il n'était, certes, pas totalement irresponsable et avait joué un rôle dans la mort de ce fameux ami... Mais c'était plutôt à son collègue de fortune qu'il fallait s'adresser car il avait été l'arme et le bourreau dans cette affaire. Pourtant... Le croate avait acquiescé, acceptant une pénitence qui ne lui revenait pas.

    « Pourquoi ?! » cria la jeune femme. La question résonna dans la pièce tandis que le maitre des lieux se relevait, sous le regard méfiant de sa menace. « Ce n'était pas dans mon intention. » dit-il, naturellement. « Mais il a choisit son propre camp. Il savait le coût que ça pouvait avoir. » « Ça ne change rien. » Sèche, elle tenait fermement son pistolet. « En effet. L'importance qu'il avait à vos yeux n'en ait en rien affectée. » expliqua t-il, augmentant les gestes et les petits déplacements peu brusques. « Mais vous croyez que quelqu'un d'autre accorde une quelconque importance à sa mort ? » Il avait touché un point sensible. « Vous le savez comme moi. L'Ordre... Pour eux, c'est juste une ressource qui s'est épuisée, ni plus ni moins. Un dommage collatéral qu'ils vont colmater. »

    Alors que Josh virevoltait avec d'infimes mouvements, l'invitée reculait. « Qu'est-ce que vous savez sur l'Ordre ? » rétorqua t-elle. « Suffisamment. Suffisamment pour connaître ce désir de vengeance qui vous brûle. » Ayant observé une translation pour passer autour de son bureau, le PDG continua son exercice en avançant d'un pas acerbe. « Et je sais aussi que si vous étiez venu pour me tuer, vous l'auriez déjà fait. Votre réputation vous précède... Vous vous accommodez de ce genre de futilités, habituellement. » Il perpétra son avancée, provoquant la colère de son interlocutrice. « VOUS l'avez tué ! » Silence. « VOUS méritez de mourir ! »

    Ayant toujours la mine hésitante, elle pointa son arme sur sa proie. « Peut-être. Mais il est mort parce qu'il défendait une cause pervertie. » Il fit encore un pas. « Et vous le savez autant que moi. Ce n'est pas moi qu'il faut incriminer. Mais eux. » Il continuait son ascension, arrivant presque à l'ultime point. « Si vous êtes convaincue que je suis le seul fautif, alors allez-y. Appuyez sur la détente. » Le canon touchait maintenant la chemise de sa cible. « Mais si vous pensé que je puisse avoir raison... Alors... Aidez-moi, Mira. » Avec une délicatesse extrême, Josh attrapa le pistolet. « Aidez-moi à les arrêter. »


    QG supposé de Manfred - Pragia
    des mois plus tard

    Encore une fois, la journée avait été longue et pavée de moments héroïques. Voire plus suicidaires qu'héroïques, en tout bien tout honneur. Mais ils y étaient. Ils avaient atteint la dernière porte, qui les séparait du Graal... Ou, au moins, de ce qu'ils étaient venu chercher : Manfred.

    Dahl, Abbadon, même Mira avaient peut-être une vague idée de ce sur quoi ils allaient tomber, du richissime vétéran au savant fou. Et ils évaluaient les défenses possibles, ayant conscience que tout n'était pas terminé... Derrière cette porte protégée, on pourrait y retrouver n'importe quoi. Sauf que même si le danger était imminent, ils avaient choisis de l'ouvrir sans même considérer une autre alternative. Et pour cause, seul un homme savait ce qu'il allait en retourner. Et il s'était avancé, ignorant les plaies et blessures qu'il avait subit. Il fermait ainsi le trio dont le reste redoutait l'ouverture avec autant d'adrénaline qu'il ne pourrait jamais en avoir ici bas.

    Et dans un cliquetis, le dernier niveau se livra à leur merci. Deux gardes attendaient là et avait tenté une élimination frontale. Mais les réflexes de l'assassine et son nouvel allié avaient été plus prononcés et les voilà qu'ils s'offraient chacun un duel. Ataan, lui, ne se préoccupa de rien. Il avança, droit comme un piquet, une jambe boitant légèrement. Il parcourait ainsi plusieurs mètres sur une installation en forme de pont, qui donnait l'impression qu'il y avait un vide certain autour d'elle. Et au bout, une silhouette l'attendait. « N'approchez pas ! » beugla t-elle. Elle s'hasarda à un vague tir avant de continuer à reculer. Et plus on s'approchait, plus on distinguait ses traits particuliers : un jeune humain, les cheveux mi-longs bouclés or et vêtu d'un accoutrement plus qu'inhabituel... Sans doute avait-il était dérangé au sortir du lit. Toujours est-il qu'il reculait, voulant échapper à son poursuivant. « Vous ne savez pas à qui vous vous en prenez ! » tenta t-il, sûr de lui. Néanmoins, Ataan s'en contrefichait allégrement. Il s'imposait, gagnant du terrain sur son adversaire.

    Ce dernier n'eut que pour ultime recours de vider son chargeur sur ce qu'il pouvait. Quelques balles furent absorbées parce qu'il restait de bouclier à l'Armure, d'autres le manquèrent. Et une finit par se loger près de son épaule droite, augmentant l'intensité de cette journée. Mais une nouvelle fois, il l'ignorait... Ou plutôt s'en servait pour alimenter sa rage. « Oh si, je sais qui tu es, immonde bâtard pathétique... » Cela faisait une entrée en matière intéressante, surtout qu'elle fut suivie par un coup violent porté au poignet du type, désarmé et impuissant. Sans qu'il ne puisse se défendre, on l'attrapa par le col et on le jeta à l'opposé. Retombant sur ses pattes, il releva aussitôt la tête et tenta de fuir alors qu'il était couché sur le dos.

    Il fut vite rattrapé et sans vergogne, son assaillant l'agrippa cette fois par le cou et le souleva, avec une force étonnante. « Qui êtes-vous... ?! Qu'est-ce que vous me voulez... ?! » balbutia t-il, pouvant à peine respirer. « Rendre justice. » L'expression dans les yeux de l'opprimé changea. « James Bolton. Nessa Elas. Tahar Zimlik. Tu les as sacrifié, inutilement. Juste pour une vulgaire question d'égo. » Prenant peu à peu conscience de l'ampleur de ses méfaits, l'intéressé tenta de se débattre. « Tu croyais que j'avais oublié ? Que tu n'aurais jamais à payer pour ça ? » L'étau se refermait encore sur son petit cou, tandis qu'il griffait ce qu'il pouvait. Avec une volonté indémontable, il finit par ôter le casque de son oppresseur, ne reconnaissant pas promptement qui il avait en face de lui. « Va... Varto ? »

    Ce souvenir, il l'avait gravé dans sa mémoire. Sa première rencontre avec le Soleil Bleu, qui par la suite était devenu Général et à qui il avait voulu prouver toute l'étendue de son pouvoir. Il le croyait mort et enterré. Et pour cause, il se souvenait parfaitement de son visage... Et là, ce n'était pas le sien. Mais l'histoire qu'il évoquait, ça ne pouvait être que lui. Et qui plus est, il avait tiqué à l'entente de ce nom, se rendant compte par la même occasion que ces alliés l'avaient rejoints. Se calmant un peu, il tourna la tête et jeta le corps frêle de Manfred sur le sol, près de Dahl. « Vous vouliez avoir le plaisir de le tuer ? » dit-il, de manière rhétorique. « Alors ne vous privez pas. » Devant le regard effaré de Mira et l'air aussi circonspect que satisfait d'Abbadon, Varto baissa les yeux, vers le casque qui avait roulé non-loin de là, avant de finir sa course dans l'ombre. Le masque était tombé.






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant (banni du Protectorat)
Rang : Maître de la finance
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3123-omnitech-personnel-de-dahl-elkoss


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 1716
Crédits : Sabrus - DeviantArt

MessageSujet: Re: Dans l'Antre du Phénix   Mar 08 Sep 2015, 11:56
Dans l'Antre du Phénix



Mars 2200,
Pragia

Manfred


La dernière porte était tombée. Les deux ultimes gardes, éliminés. Et Ataan s'occupait de Manfred.

Le financier était bien un humain. Il semblait plus jeune que je l'avais envisagé. Et surtout, bien plus pitoyable. Comment avait il pu remonter jusqu'à Barla Von et l'éliminer ?

Abbadon, Mira et moi nous approchions de notre cible, que l'Armure malmenait. Cible à laquelle l'Armure parlait, aussi, en dévoilant plus sur elle que je n'en n'avais appris jusque là.


« Qui êtes vous... ?! Qu'est ce que vous me voulez... ?! »


Je grinçais des dents derrière mon casque. Quel minable. Cet homme dirigeait l'un des plus gros réseau de finance de la galaxie, et il cherchait encore des raisons pour que l'on veuille l’éliminer ?
Certes, il n'avait pas tort, j'avais effectivement d'autres raisons de lui en vouloir. Et Ataan aussi semblait rechercher la vengeance.

Manfred se débattait encore, et il finit par attraper le casque d'Ataan et lui ôter. Je découvrais, sans réelle surprise, le visage d'Ivrancic. Mais je fus bien plus étonné par le nom qui franchit les lèvres du financier.


« Va... Varto ? »

Certes, il y avait plus d'un Varto dans la galaxie, selon toute logique. Mais je ne connaissais qu'un seul individu digne d'être connu avec ce nom. Un individu avec qui j'avais été brièvement en contact, avant qu'il ne quitte Oméga. Le Général Varto, chef des Soleils Bleus. Officiellement mort. Mais apparemment, ce n'était plus le cas.

Ataan – ou Varto, si c'était bien lui – sembla nous remarquer, et jeta l'humain à mes pieds. Celui-ci se ratatina, toujours plus pitoyable.


« Vous vouliez avoir le plaisir de le tuer ? Alors ne vous privez pas. »

Je regardais Manfred, le jaugeant, me remémorant ce que je savais sur lui, tentant de le faire concorder avec ce que je voyais. Je me rappelais ce que je comptais dire, ce que je comptais faire. Lui parler de mon peuple, de Barla Von. Mais je ne parvenais pas à croire que la misérable créature à mes pieds était réellement le cerveau de ces actions. Ou du moins, il était sans doute un cerveau, mais il n'avait visiblement pas la poigne pour être le véritable commanditaire.

Alors je me contentais de sortir mon arme et de lui tirer dans sa tête, réduisant en bouillie tout ce qui se cachait derrière son front. Et pour plus de sécurité, je tirais une seconde fois, dans le cœur.

C'était la première fois que je tuais. Je ne peux pas dire que j'ai aimé ça. C'était assez décevant, même. Je m'attendais à un meurtre signifiant l'apothéose et la fin de ma traque de Manfred. A la place, j'avais l'impression d'avoir seulement franchi un palier, et de voir un nouvel escalier devant moi. Peut-être était-ce mieux, au fond. Car que ferais-je, une fois au sommet, sans rien à escalader ?

Je laissais là le cadavre et m'éloignait du gros des troupes, faisant juste un signe bref à l'attention du trio afin qu'il m'accompagne. Une fois de l'autre côté du pont, je me suis approché des consoles et des omniécrans géants. Tous étaient ouverts, les données circulaient aux yeux de n'importe quel passant.

Je souris derrière mon casque. Les données étaient libres à la vue de tous, mais encore fallait il les comprendre. Et pourquoi aurait il fallu les sécuriser, alors que si un individu accédait à cette salle, c'est que Manfred était mort ? Quand on avait ce genre de création entre les mains, quand on l'avait pris de force à son prédécesseur et qu'on l'avait fait croitre, on ne voulait pas la voir disparaître avec soi.

Tout en contemplant le réseau s'étalant face à moi, je pris la parole, pour que seuls ceux m'accompagnant comprennent.


« SHHHK. Manfred n'était pas seul. SHHHK. Si ce type était derrière l'assassinat de Barla Von, SHHHK, alors les hommes et réseaux de l'ombre ne sont que des légendes. SHHHK. Et nous avons devant nous la preuve que ce n'est pas le cas. »

Les données étaient fascinantes. Notamment celles concernant les prévisions. Jamais je n'avais vu d'algorithme si précis dans leurs dires, sur une période aussi longue, et dont je sentais en plus, instinctivement, qu'ils s'avéreraient justes. Peut-être étais-je grisé par la joie d'avoir eu Manfred. Mais de toute manière, j'allais vite savoir s'ils étaient aussi bons que je le sentais.

Je me détournais enfin du réseau, pour regarder l'humain aux multiples identités.


« SHHHK. Vous m'avez donné la tête de Manfred, comme convenu. SHHHK. A mon tour de vous aider. SHHHK. Vous disiez que c'était le porte monnaie de vos ennemis ? SHHHK. Alors vos ennemis seront à la rue, dès que vous le souhaitez. SHHHK. Et ce sera fait avec plaisir, Ivrancic. SHHHK. A moins que vous ne préfériez Général ? »



Partenaires : Josh "Ataan" Ivrancic
Couleurs personnages:
 


"Tout respirait Dahl Elkoss, le seul volus plus burné qu’un krogan."
- Anton Ardak, 2202
Journal de Bord, avec présentation de mes personnages secondaires




Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Dans l'Antre du Phénix   
Revenir en haut Aller en bas
 

Dans l'Antre du Phénix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Travée de l'Attique :: Etendue Nubienne-