AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Demetra Laito [Validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar



Guest
Invité

MessageSujet: Demetra Laito [Validée]   Mar 05 Juin 2012, 22:58

[size=32]WELCOME ON BOARD[/size]

Nom : LAITO
Prénom : DEMETRA
Surnoms : Dem', Demet' ...
Sexe : Féminin
Orientation sexuelle : Pourquoi choisir ?

Date de naissance : 06/03/2164 (33 ans)
Planète d'origine : Terre
Race : Humaine

Affiliation : Alliance Inter-galactique
Vaisseau : SSV Valiant
Poste : Responsable de l'Armement - Ombre du Lieutenant Lleyton Benam
Grade : Artilleur

Père : Major Edric Laito (tué par des Rachnis pendant une mission)
Mère : Inconnue
Frère : Capitaine Daemon Laito




DEMETRA A UNE FÂCHEUSE TENDANCE A :
- Pointer son arme sur la tempe des gens qui l'ennuient
- Jurer comme un docker quand elle est sous le feu ennemi
- Piquer en cuisine des boîtes de salade de fruits
- Taper du poing sur la table quand quelqu'un crie


LES RUMEURS QUI COURENT AU SUJET DE DEMETRA :
- Elle dort entièrement nue - VRAI
- Elle a déjà couché avec le Lieutenant Benam - FAUX
- Elle préfère les femmes - FAUX
- Elle préfère les hommes - FAUX
- Elle trouve l'Ambassadeur Wynn séduisant - VRAI
- Elle trouve la conseillère Faith sexy - VRAI
- Elle a déjà été arrêtée pour avoir déclenché une bagarre dans un bar - VRAI


A RAISON, LES GENS DISENT DE DEMETRA :
- Qu'elle a un sale caractère mais qu'au fond, c'est une gentille
- Qu'elle ne se mariera jamais si elle ne pose pas ses flingues
- Qu'elle devrait prendre la vie un peu plus au sérieux
- Que si elle n'a jamais l'air triste, c'est parce qu'elle cache bien son jeu
- Qu'elle sait se servir de son physique avantageux comme d'une arme
- Qu'elle rit trop fort la plupart du temps
- Que seul le Lieutenant Benam peut la supporter plus d'une journée
- Qu'elle ferait n'importe quoi pour lui d'ailleurs
- Qu'elle traverserait toute la Galaxie pour accomplir une vengeance personnelle
- Que si on veut vivre longtemps, il vaut mieux éviter de la contrarier
- Qu'elle ne laissera jamais tomber les membres de son équipage


MOTIVATIONS DE LA JEUNE FEMME :
Demetra n'est pas du genre à avoir des projets d'avenir. Pour le moment, sa seule volonté est d'accompagner son supérieur et ami, le Lieutenant Lleyton Benam, le plus loin possible. Quand elle sera au bout du chemin, elle décidera quoi faire ensuite. A moins que quelque chose ou quelqu'un ne l'attende sur la route...


FRAGMENT DE VIE #1 – 2180

_ Tu ne peux pas être militaire , avait dit Daemon Laito – alors qu'il n'était encore que Caporal – à sa jeune soeur qui entrait au lycée.
La blondinette s'était plantée devant lui au beau milieu de la rue, les poings sur les hanches et le menton bien haut pour demander en plissant ses jolis yeux bleus :
_ Et je peux savoir pourquoi ?
Daemon eut une exclamation exaspérée, comme s'il trouvait ça dingue de devoir présenter la raison de son affirmation alors qu'elle était ostensible. Pour le prouver, il la désigna d'un large geste du bras gauche.
_ Regarde-toi.
L'assurance de Demetra vacilla légèrement et elle baissa les yeux pour jeter un oeil à sa combinaison. Quoi ? Qu'est-ce qui clochait au juste ? Elle haussa un sourcil et fit comprendre d'un mouvement de tête à son frère qu'elle ne voyait pas là où il voulait en venir. Daemon poussa un profond soupir et passa une main sur son visage. Désignant une affiche représentant une bimbo en image de synthèse sous un néon qui clignotait pitoyablement, il lâcha :
_ Tu ressembles plutôt à ça.
Choquée, Demetra resta plusieurs secondes sans rien dire – ce qui représentait un joli record déjà à l'époque – avant de s'avancer vers le poster pour mieux le voir. La demoiselle qui souriait fièrement dessus avait l'air vraiment très cruche. Par contre, on ne pouvait pas lui enlever que sa combinaison moulante et ses cheveux en bataille lui donnaient un air atrocement sexy. Soudain répugnée, Demetra fit un pas en arrière. Apparemment, Daemon pensait qu'elle le pouvait pas être militaire parce qu'elle avait l'air d'un mannequin de magazines avec sa grande taille et ses cheveux dorés. Qu'à cela ne tienne ! Elle ne dit plus rien pendant le court trajet qu'ils effectuèrent ensemble mais elle avait pris sa décision : elle serait militaire.

FRAGMENT DE VIE #2 – 2183

Une convocation dans le bureau du superviseur, voilà qui n'annonçait guère de bonnes nouvelles, n'est-ce pas ? En entendant l'ordre d'entrer, Demetra s'exécuta comme un gentil petit soldat. Le Major Reynald Miels était installé dans un grand fauteuil de cuir, de l'autre coté d'un bureau sur lequel un ordre parfait régnait en maître. Pas la moindre feuille qui traînait. Pas le moindre trombone. La jeune femme s'immobilisa à une distance raisonnable, le buste bien droit, les mains dans le dos.
_ Recrue Laito... On vient de me rapporter que ce matin vous avez cassé le nez d'un de vos petits camarades lors d'une altercation en cours d'artillerie. La recrue Grandham. Confirmez-vous cette information ?
_ Je la confirme, Monsieur.
Il n'y avait pas la moindre hésitation dans sa voix. A quoi bon nier les faits ? D'autant plus que son superviseur avait sans nul doute une vidéo la montrant à l'oeuvre. Il y eut un petit silence pendant lequel Demetra ne détacha pas son regard de la fenêtre.
_ Est-ce que vous comptez me dire pourquoi ? Demanda finalement le Major Miels, étonné de ne pas la voir se défendre comme tous les autres élèves accusés avant elle de choses similaires.
_ Seulement si vous me demandez de le faire. Monsieur.
L'homme d'âge mûr esquissa un petit sourire. Cette demoiselle n'était décidément pas comme les autres. Elle assumait ses actes et répondait parfaitement au protocole, sans céder à la panique qu'elle aurait du ressentir vis à vis de la situation présente. Il secoua la tête :
_ Ça ira. Grandham est un petit con. Il l'avait sûrement cherché.
Demetra ne put s'empêcher de sourire. Finalement, ce superviseur était cool. Si c'était tout, elle pouvait partir, non ? Attendant son ordre, elle fit surprise de l'entendre poursuivre :
_ En fait, ce n'est pas pour ça que je vous ai fait venir.
Son intérêt était piqué au vif. Elle décrocha son regard de la fenêtre pour le focaliser sur le Major.
_ Monsieur ?
_ J'ai vu votre instructeur pour tout ce qui concerne l'artillerie. Il dit que vous avez réparé les phasers qui étaient en panne sur la corvette d'entraînement. Il dit aussi que vous avez capitalisé le meilleur score possible au tir de missiles en mode manuel, ce qui est, il faut le dire, remarquable. J'ajoute que le compte-rendu au sujet de votre assaut en environnement hostile est très bon. Y a-t-il d'autres dons que vous nous ayez caché ?
Demetra n'était pas peu fière d'elle. Elle gonfla sa poitrine d'orgueil et tenta une petite blague :
_ Je fais d'excellentes tartes aux fruits, Monsieur.
Son superviseur adhéra à son humour et ils se regardèrent en souriant.
_ Vous êtes la fille du Major Laito, n'est-ce pas ?
La jeune femme perdit son sourire et se raidit.
_ Oui. Monsieur.
Elle détestait qu'on fasse le parallèle entre son père et elle. Avec son frère, c'était encore pire. Les deux hommes ne lui avaient appris. Elle fut heureuse de voir que ce n'était là que son interlocuteur voulait en venir lorsqu'il répondit :
_ J'ai fait mes classes avec lui. Vous pourrez lui dire que sa fille est bien plus douée qu'il ne l'était.

FRAGMENT DE VIE #3 – 2186

_ Les enfants, si c'est pour vous battre, ça ne sert à rien qu'on prenne notre semaine de permission en même temps, maugréa le Major Edric Laito en allant se servir une boisson fraîche.
_ Mais c'est elle ! Répliqua Daemon comme s'il avait quatre ans d'âge mental. Elle fait des choses complètement stupides ! Dis-lui, papa !
Demetra se laissa tomber dans un fauteuil avant de délasser une de ses bottes pour la balarder de toutes ses forces sur son frère qui l'évita de justesse. Vous parlez d'un Lieutenant celui-là ! Ses supérieurs avaient bu le jour où ils avaient décidé de lui faire prendre du grade, c'était la seule explication possible.
_ Dem', tu pourrais devenir Spectre vues tes capacités. Ne va pas les gâcher sur un malheureux vaisseau. C'est vraiment ridicule...
_ Mais bordel, qui t'as demandé ton avis ?! Je fais ce que je veux de ma carrière. Avant que j'entre au SAV et que je réussisse les tests, tu disais que je ne pourrais jamais travailler pour les forces armées de l'Alliance et maintenant, tu veux me faire croire que je vaux mieux qu'elles ? Il va falloir choisir, mon vieux.
Le Major Laito regardait ses enfants se chamailler, un petit sourire au coin de lèvres. Il était fier de chacun d'eux. Daemon était un officier réellement exemplaire et avait déjà une brillante carrière derrière lui. Quant à Demetra, c'est vrai qu'il n'aurait pas parié sur elle au tout départ mais il avait déchanté depuis. Son tempérament belliqueux lui causait souvent des problèmes dans ses relations sociales mais on ne pouvait pas dire que c'était un mauvais élément pour l'Alliance. Elle obéissait aux ordres et elle réussissait ses missions. C'était sans doute la raison pour laquelle on venait toujours la sortir de cellule quand elle se faisait embarquer après avoir déclenché une rixe dans un bar. C'était toujours la faute d'un type qui l'avait sous-estimée et avait voulu la peloter bien sûr...

FRAGMENT DE VIE #4 – 2190

_ Qu'est-ce que vous foutez là, Laito ? Demanda d'une voix brusquement ressuscitée le jeune Andreis Bernhardt en voyant une silhouette familière surgir du nuage ambiant de poussière et de cendres.
Demetra assena un coup de pied au soldat déjà à terre en maugréant :
_ Dis-donc, parle-moi mieux, toi ! J'ai l'air d'être là pour quoi à ton avis ? Je viens sauver tes fesses.
Sur ces mots, elle s'accroupit et attrapa le bras de son collègue pour le passer autour de son cou. En serrant les dents, elle usa de toutes ses forces pour l'aider à se remettre debout. L'autre était encore totalement abruti, à la fois par la douleur qui lançait sa jambe blessée et par la présence de la jeune femme.
_ Je croyais que vous ne pouviez pas me sentir, haleta-t-il entre deux gémissements.
Demetra leva les yeux au ciel en ruine.
_ Et, je te rassure, tu as bien raison. Tu me sors complètement par les trous de nez. Mais bon, on est dans la même équipe alors je ne vais pas te laisser crever là. Manquerait plus que tu deviennes un martyr de guerre et que je doive faire semblant d'être émue par ta mort pendant la cérémonie de l'enterrement.
Malgré l'apparent désastre de la situation, Bernhardt pouffa. Il ne savait pas que la rugissante Demetra Laito – que ses collègues et lui appelaient à raison « la lionne » - avait un tel humour. Et S'il avait du deviner quel membre de l'équipage viendrait le chercher dans cet enfer pour l'en tirer, c'était probablement la dernière personne à laquelle il aurait pensé. Il avait plutôt l'habitude de la voir arpenter le pont et donner des ordres à gauche et à droite avec une parfaite implacabilité. Une fois, il l'avait aperçu dans un bar en train de faire du rentre-dedans aux hommes comme aux femmes sans distinction et cette vision si humaine et simple lui avait presque brûlé les yeux.
_ Si on arrive vivant au vaisseau, souffla-t-il en se forçant à avancer, soutenu par elle, tout le monde va savoir que vous avez un coeur.
Demetra haussa un sourcil :
_ Mais oui, tu as raison ! Je ferai peut-être mieux de te laisser là...
Malgré ses paroles, la jeune femme continua sa progression, un petit sourire aux lèvres.


FRAGMENT DE VIE #5 – 2197

Assise au comptoir d'un bar terrien depuis une demie-heure, Demetra hésitait encore le grand brun près de l'entrée qui lui jetait des regards suggestifs et la jolie blonde installée dans le fond avec ses copines. Elle aimait bien les blondes, mais l'homme avait l'air de collectionner les abdominaux, ce qui se valait du coup. Elle allait la jouer à pile ou face quand un groupe de militaires de l'Alliance s'approchèrent du comptoir. Leurs visages lui disaient quelque chose et comme elle avait une bonne mémoire visuelle, elle finit par identifier des membres d'équipage d'un vaisseau pour ainsi dire rival de celui sur lequel elle servait. Rival n'était pas vraiment le mot adéquat. Disons plutôt que le commandant de l'autre vaisseau était un attardé mental doublé d'une buse.
_ Hey ! C'est la nana du Valiant.
Apparemment, elle avait été également reconnue. Demetra descendait souplement de son tabouret au moment où l'un des hommes s'accoudaient à coté d'elle.
_ Salut, chérie. Les bombasses comme toi devraient être interdites à bord. Y a pas trop la queue devant ta cabine ? Si t'as envie de changer de clients, je peux glisser un mot de ta part à mon commandant. Je suis sûr que son bâtiment est plus gros que le bâtiment de ton commandant.
La jeune femme se garda bien de relever la métaphore complètement obscène du décérébré. Elle avait parié avec son frère qu'elle pourrait tenir plus de trois mois sans déclencher une bagarre. Plus que quelques jours et elle aurait gagné. Elle devait résister. Ces idiots n'en valaient pas la peine. Le menton haut, elle les ignora superbement pour s'éloigner de son pas félin vers la sortie. Finalement, ce n'était pas si compliqué que cela de ne pas se battre. Elle devait faire des progrès. Comment se fait-elle qu'elle ait eu tant de problèmes pour contrôler son agressivité avant ?
_ C'est ça ! Retourne te cacher dans les jupes de cet abruti de Benam !
Demetra n'était plus qu'à quelques pas de la porte lorsqu'elle se figea. Quand le type l'avait traitée ouvertement et à plusieurs reprises de prostituée, elle n'avait pas broncher. Ça avait été dur mais elle avait surmonté son envie de lui balancer violemment son genou dans les parties. Ce qu'il venait de dire là, traiter Lleyton d'abruti devant elle, c'était tout bonnement inadmissible. Demetra connaissait le Lieutenant Lleyton Benam depuis onze ans maintenant et on pouvait dire qu'il était son seul réel ami. Depuis le jour de leur rencontre, ils ne s'étaient plus quittés. C'était difficile de déterminer les raisons exactes qui les avaient poussé à s'apprécier autant mais le résultat était là. Quoi qu'il en soit, c'était pour honorer toutes ces raisons que la jeune femme revint sur ses pas, décocha un direct du droit dans le nez du type qui ne l'avait même pas vue revenir. Le cartilage craqua et du sang se mit à couler en abondance. Comme ses compères avaient réagi, elle attrapa un tabouret et assomma quasiment le plus proche avec avant de le lâcher et de se précipiter vers la sortir. Si elle ne se faisait pas arrêtée, son frère ne saurait jamais qu'elle avait perdu son pari, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
 

Demetra Laito [Validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Anciennes fiches-