AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Braquage à l'Asarienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 113

MessageSujet: Braquage à l'Asarienne   Lun 13 Avr 2015, 16:25


Intervention MJ : NonDate : Avril 2200 RP Tout public
Alice sharp “shark” ♦ Allena Reïs “Djinn” ♦ Vindex Treyn “Horus” ♦ Kutuk Siak “Cut” ♦ Leonardus Seneca
Braquage à l’Asarienne


Sanves, quel étrange monde, présenté comme une planète touristique, il s’agissait en réalité d’un des mondes banquier les plus importants de tout l’espace concilien. Un paradis fiscal en plein cœur du domaine asari, toutes les banques de la galaxie avaient au moins un local sur place. Une cible de choix pour ceux prêt à s’enrichir. Et tel était le cas d’Alice et son équipe. La planète était réputée pour sa sécurité, tous les casses où vol qui y étaient perpétrer, étaient sévèrement punis, souvent au prix du sang. Mais comme beaucoup de lieux, la réputation finissait par remplacer la réalité, d’après ses recherches, la dernière réelle tentative de braquage remontée à près de deux siècles, quand les asaris étaient seules maîtresses des lieux. Aujourd’hui la population était répartie entre elles et les humains, chaque espèce ayant ses propres forces de sécurité, ses zones d’influences, et ses objectifs. Les civils ne le voyaient sans doute pas, mais Sanves était en proie à une guerre de pouvoir interne causée par le marché banquier.

De plus l’attaque des Moissonneurs lors de la grande guerre bien que minime comparée à celle de Thessia, avait causé de nombreuse failles dans le système de défense, et même aujourd’hui certaine persistée. Alice y avait donc vu l’opportunité rêvée de faire d’une pierre deux coups, s’enrichir et remplir un objectif. Certaines personnes souhaitaient voir la puissante économie asari perdre du terrain sur le marché. Un braquage réussi sur une de leur planète, avec le vol d’une somme suffisamment importante, représenterait la première pierre pouvant causer l’avalanche. Pour un tel acte elle obtiendrait des informations qui lui étaient nécessaires pour la suite de ses plans.

Elle avait donc organisé un braquage en bonne et due forme, une petite équipe de gens compétent dans leurs domaines, et suffisamment raisonnable pour éviter le bain de sang. Elle se tourna vers eux, il en manquait un, déjà sur le terrain, dans la navette se trouvait une jeune humaine, la hackeuse qu’on nommait Djinn, elle n’avait encore jamais bossé avec elle, mais elle commençait à avoir une solide réputation dans les Terminus, et ses contacts la lui avaient recommandée, ça suffisait. Celui qui était au commande, Horus, était un turien, pas réellement lié au crime organisé, mais bon pilote, et assez intelligent pour profiter d’une opportunité financière sans poser de problèmes.

Elle avait choisi une cible presque facile, évitant les vieilles banques solidement installées et assez futées pour répartir leurs fonds dans plusieurs lieux. Son regard s’était posé sur la Haelys'bank, un groupe en pleine essor, trop gourmand selon les dire de ses concurrent. Elle avait installé sa banque centrale sur Sanves et y avait amassé une véritable fortune pour s’imposer rapidement sur le marché local. De ce fait elle s’était mis à dos les autres forces en place, et s’était rendu plus vulnérable à une attaque. Car dans son empressement, elle avait mis en place un système de sécurité expérimental, Tout les crédits étaient stockés dans des barres de mémoire physique sur place, mais les accès au coffre nécessitaient chaque fois des accès aux serveurs distants. Il avait fallu peu de temps à un expert pour y voir une faille.

Alice s’étira et vint s’asseoir face à la hackeuse. Elle posa au sol un projecteur holographique qui s’activa immédiatement, affichant entre elles un réseau complexe de flux de données. Elle-même n’y comprenait pas grand-chose en dehors de la théorie, mais elle se doutait que Djinn devait être bien moins perdu qu’elle. Elle s’éclaircit la gorge et parla.

-Voici le plan. La Haelys'bank reçoit tous les jours de nouveaux client entre dix heures et midi, ils effectuent pour chacun d’entre eux une ouverture de compte et la mise à disposition d’un coffre privé au sein de l’agence. Ce qu’ils ignorent encore pour l’instant, c’est qu’une fois toutes les trois semaines, les serveurs de sécurité satellite réactualisent toutes les transmissions par mesure de protection, et ceux, exactement sur la même plage horaire, causant une faille lors du transfert des informations des nouveaux comptes.
Le flux de données est si important que cela est invisible à moins d’avoir les informations précises de chiffrages du compte en question. Hors il se trouve que la Haelys'bank a choisi un chiffrage basé sur les informations biométrique du client. En d’autre termes, la clé d’accès au flux pendant qu’il est vulnérable n’est autre que le code génétique du client.

Alice lança la démonstration holographique. Comme une masse compacte, les données affluaient en tous sens, rendant illisible la moindre bribe. Quand l’actualisation des transmissions commençait, le flux s’éparpillait créant littéralement des brèches dans cette masse, des sortes d’éclatement de données qui se reconstituait aussi vite que leurs apparitions. Enfin venait le décodage à l’aide du code génétique, des sigles rouge vif apparaissait çà et là dans le brouhaha bleu, et peu à peu, ils imposaient au reste des données une direction finissant par créer un fin rayon bleu luminescent entouré de ces symboles rouges.

-Comme vous pouvez le voir, la théorie est simple. Mais le chiffrement se transforme constamment, c’est là que tu interviens Djinn, tu dois réussir à adapter le code au fur et à mesure qu’il change, jusqu’à avoir le contrôle total du flux, et cela sans que le satellite ne le repère pour un temps.
Le code génétique que tu utiliseras est celui-ci.


Elle lui tendit un datapad contenant les données.

-Il appartient à un dénommé Leonardus Seneca, un turien qui a rendez-vous dans quelque minutes, il ne s’agit là que des premières lignes de son code génétique, elles te permettront de t’infiltrer et de désactivé l’alarme automatique. Mais pour prendre le contrôle entier du système, tu auras besoin du code intégral, et pour cela il n’y a qu’un endroit où le trouver, sur lui. Donc tu dois venir à l’intérieur. Dès que tu auras réglé le souci de l’alarme, mon agent sur place, que l’on nommera Cut, nous rejoindra avec l’équipement, ce qui va nous permettre de passer tranquillement les barrières de sécurité de notre côté.

Ensuite tu te brancheras à Seneca pour utiliser toutes les données de son sang, et prendre le contrôle du système. Les verrous électroniques du coffre sauteront à ce moment-là, Cut et moi nous occuperons des verrous physiques. Cinq minutes après le piratage, l’alerte sera donnée par le satellite, c’est le temps maximum autorisé par son programme. Nous ne ressortirons pas à temps, donc inutile de stresser à leur arrivée, la sortie se fera en temps et en heures.


Elle se tourna vers le pilote.

-Horus, tu attendras dans la rue parallèle, au point et à l’horaire que nous avons convenu. Tu seras nos yeux dehors, si quoi que ce soit arrive, tu nous préviens, et on décampe. Je ne veux pas de massacre, ni de perte de contrôle, si je dis qu’on abandonne, on abandonne. Vous avez des questions avant qu’on y aille ?



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 116

MessageSujet: Re: Braquage à l'Asarienne   Mer 15 Avr 2015, 22:02
J'arrive sur Sanves deux jours avant le reste de mon équipe de cambrioleur avec le sac d'arme et mon armure revêtit comme Shark me l'a demandé. La première journée a été chiante comme on pourrais dire, essayer de se trouver un endroit où vivre pendant le laps de temps que je suis sur cette planète remplis de crédits a profusion tout en restant incognito. Je réussis à me trouver un coin sec dans les égouts, une pièce qui servait comme entrepôt il y a longtemps si je me fit au grand nombre d'étagère que je peux apercevoir dans l'entrer.

Je dépose le sac contenant les armes et la tablette pour la hackeuse et commence à inspecter la pièce de fonds en comble. Je sors une petite lampe de poche du sac et inspecte la pièce, tout semble normal à l'exception du mur du fond qui semble très friable. Le mur est sur le point de tomber sous les coups du temps et un petit coup de pouce d'un explosif suffirait à le faire s'effondrer, même une exposition en surface assez fort pourrais le faire tomber, ça pourrais être pratique pour s'évader en cas d'urgence. Je place un émetteur GPS dans un trou du mur au cas ou et je prends le reste de ma journée pour inspecter les égouts et mémoriser leur plan.

Certain des parties des égouts sont impossibles d'accès à cause de l'odeur trop acre et d'autre d'autre son parfait pour une course rapide. Pendant tout le temps que j'ai passé dans les égouts je n'ai vu qu'un seul robot d'entretien. Je retourne dans l'entrepôt de plus tôt et attend que le temps passe, j'inspecte mon équipement, fais un petit sommeil, mange un boost énergétique, vérifie que les armes sont tous là et il est l'heure de commencer l'infiltration. J'évite le robot d'entretien et me dirige vers l'entrer que Shark m'avais conseillé d'emprunter selon le plan du bâtiment, arriver au point indiquer j'aperçois avec un petit rire que la porte qui devrais être la à été condamnée.Sois je fais un trou dans le mur pour passer, sois je trouve un autre chemin et le temps joue contre moi.

Je dépose le sac d'arme au sol et dégaine ma longue épée, je tape avec mon pommeau sur le mur a plusieurs reprises. Sa sonne creux, assez pour avoir un double de mur, un double de mur très bien fais. Je range mon épée et enfile mon gantelet d'énergie, la manière que les terminus l'utilise est très pratique pour défoncer des crâne, ce mur va sûrement exploser aussi. Je charge le gantelet et frappe en libérant sa charge au moment de l'impact, mon poing passe complètement au travers comme prévu. Je range mon gantelet et agrandi le trou a main maintenant que le mur est affaibli, de l'autre coter j'aperçois la porte que Shark m'a montré. Je passe le sac d'arme en bandoulière avant de craquer le code hexadécimal de la porte pour entre dans la banque et commence mon infiltration, avec le sac mon camouflage n'est pas vraiment utile.

Le sous-sol de la banque est remplie de tuyauterie et de système électronique, au plafond je vois un système d'aération de grande stature. Je remarque cinq caméras de sécurité, un dans chaque coin et une autre au centre qui fais des rotations de 360° en 23 secondes. Je me déplace furtivement dans les angles morts des caméras vers le coin le plus proche tout en évitant la caméra rotative, je me cache derrière une caisse pour éviter la caméra centrale, dès que la caméra enlève son champ de vision de ma cachette je commence a pirater la caméra qui est devant moi.

Douze secondes que j'ai pris pour le pirater et geler le dernière cycle de 23 secondes un cycle où on ne me vois pas sur les écrans, je profite du peu de temps qui me reste pour enlever la grille de ventilation, accrocher au mur, qui est juste sous la caméra que je viens de désactiver et m'engager dans le conduis en replaçant soigneusement la grille à sa place. Le reste est du gâteau avec mes semelles de botte recouverte de fourrure le bruit de mes pas ne font aucun sons sur la paroi métallique du système de ventilation et me rendre à la salle central avec le sac d'armes me prends peu de temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendantiste/Neutre
Rang : Insolent
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffectsaga.com
http://www.masseffect-reborn.fr/t3020-vindex-treyn-ravalement-de-facade-en-cours


Esprit de Lukesh
Messages : 157
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: Braquage à l'Asarienne   Lun 20 Avr 2015, 18:48

Une chambre d'hôtel bon marché. Des murs vétustes, une chambre à l'hygiène douteuse, une isolation pourrie. Bref du bon marché. Vindex patientait devant la fenêtre du logement qu'il lui avait été attribué. Il observait les allées et venues des habitants de cette planète, la plupart étant des Asaris. Le quartier ou il se trouvait n'était pas l'un des plus riches de la ville, maisons délabrées, rues sales. Le temps était morne.
Officiellement il était Eisen Corvuus, un Turien drogué, minable et sans histoire. En réalité, il se retrouvait ici car il avait été contacté pour un travail en tant que transporteur. Trois personnes au total, il devait en récupérer deux, les déposer à l'angle de Rune Save et attendre leur signal pour venir les chercher avec un membre en plus.
Pas de noms, leur objectif ne l'intéressait pas. Seul compter le fait de les déposer là ou le destinataire lui avait demandé, et de préférence en entier.
Son omnitech bipa, c'était l'heure.

Il enfila sa veste et descendit les escaliers le plus sereinement possible. Dehors l'attendait son véhicule, des gamins jouaient à proximité des navettes, le mercenaire préféra les ignorer tout en surveillant ses poches. Sa voiture était noire métallisé, pas trop voyante, les vitres étaient fumées. Il avait lui même apporté certaines modifications, l'ajout d'un boîtier électronique pour reprogrammer le moteur, une nouvelle transmission, des propulseurs plus puissants etc...
La navette démarra silencieusement, un léger ronflement se fit entendre quand il décolla. Pour l'instant il se devait d'être discret.

Il se glissa dans le flot de la circulation, respectant les limitations. Une patrouille de sécurité passa à côté de lui. Il approchait du point de rendez vous, il mit ses lunettes sur son nez, elles se teintèrent. Il se gara au milieu de plusieurs véhicules près d'un parc. Il attendit regardant l'heure, ses passagers n'allaient pas tarder. Les minutes s'écoulèrent puis il vit deux femmes humaines s'approchaient, en passant l'une d'entre elles tapota doucement la carrosserie. Il appuya sur un bouton et les portes s'ouvrirent. Elles grimpèrent aussitôt. Le pilote redémarra et fila vers la destination à allure modérée.
L'humaine aux cheveux blancs commença à parler expliquant le rôle de Djinn. Vindex n'écouta pas et se concentra sur sa conduite. Cela ne le concernait pas.

La femme l'interpelle par le patronyme qu'il avait choisit pour cette mission : Horus. Le mercenaire avait opté pour ce pseudonyme car il était friand de la mythologie humaine.

-Horus, tu attendras dans la rue parallèle, au point et à l’horaire que nous avons convenu. Tu seras nos yeux dehors, si quoi que ce soit arrive, tu nous préviens, et on décampe. Je ne veux pas de massacre, ni de perte de contrôle, si je dis qu’on abandonne, on abandonne. Vous avez des questions avant qu’on y aille ?

-Oui, estimation de la durée de la mission ?


Treyn Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 66

MessageSujet: Re: Braquage à l'Asarienne   Mar 21 Avr 2015, 14:12
La Haelys'bank était l’une de ses grosses banques qui accueillaient de nombreux clients et prétendaient être sécurisées par la perfection des systèmes de surveillance. Pourtant chaque chose avait son contraire et le Turien ne doutait pas que certains hors la loi tenteraient volontiers de trouver la faille et sans doutes qu’ils s’y engouffreraient avec joie. Léonardus vérifia sa sacoche de médecin ; juste après il avait des consultations à faire et même si ça ne l’enthousiasmait pas il fallait bien qu’il ouvre un compte pour recevoir ses crédits. Le médecin regarda sa montre ; neuf heures cinquante-cinq, le docteur haussa les épaules et pénétra dans l’établissement, être en avance ne faisait pas de mal.

Le toubib attendit un bref instant avant de se faire cueillir par son banquier avant de s’installer dans un bureau à l’écart, c’était une jeune Asari qui devait avoir deux cents ans. Les salutations classiques furent de vigueur, malgré un léger malaise dont l’ancien militaire ne laissait rien transparaître, il présenta brièvement sa situation et la raison de l’ouverture d’un compte et d’un coffre privé. Même s’il aurait volontiers eu un entretien avec un membre d’une autre espèce, son aversion profonde pour les tentacules ne l’empêchait pas de pouvoir parler normalement avec une femme bleue qui pouvait vivre plusieurs siècles. Léonardus se renfonça légèrement dans son siège alors que l’experte en finance lui expliquait certaines choses, dont la façon dont était sécurisé l’argent de leurs clients dans les grandes lignes. Sans doute pour le rassurer, les gens aimaient bien savoir comment leur argent était sécurisé. Mais à vrai dire, c’était un peu comme les chirurgiens qui expliquaient à leurs patients comment ils allaient être opérés, mais une fois sur le billard il suffisait que le médecin oublie un outil à l’intérieur ou pire, et c’était le drame.
C’était exactement pareil avec le système bancaire ; il suffisait d’une seule erreur, d’un simple petit grain de sable bien placé pour stopper où détruire la machine, aussi bien huilée soit-elle. Enfin, quand ce n’était pas des braqueurs où des escrocs qui s’engouffraient dans une faille pour en tirer profit.

-Monsieur Seneca, il me faut votre ADN pour que je puisse vous ouvrir un compte.

L’Asari mit au centre de la table, par-dessus les papiers administratifs, un petit scanner plat qui prendrait ses empreintes tout ce qu’il faudrait pour que le docteur soit fiché dans une base de donné. S’il le fallait, qu’il en soit ainsi.
Qu’était-il pour refuser ? Juste un toubib qui avait survécu à bien pire qu’un passage à la banque, de toute façon il avait dix mille crédits à mettre en sureté suite à des évènements fâcheux face à un Drell que Léonardus n’avait guère envie de provoquer. Quoique ce dernier ait fait preuve d’humanité en lui laissant la vie sauve, toutefois ce n’était pas une raison pour essayer de lui tenir tête.
Pour marcher avec une balle dans les côtes il fallait avoir une constitution hors-norme.
Le médecin haussa les épaules et posa sa main sur le scanner.
S’il n’y avait que ça de demander.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 113

MessageSujet: Re: Braquage à l'Asarienne   Mar 21 Avr 2015, 16:22


-Moins d’une heure si tout le monde fait ce qu’il a à faire.

Elle avait répondu à Horus tout en expliquant à Djinn certaine spécificité du matériel. L’heure défilait, il était temps d’y aller. Alice enfila un long manteau par-dessus son armure. Elle tendit à la hackeuse un étrange tour de cou métalisé, avant de passer une pièce identique autour de sa nuque.

-c’est un brouilleur neural, toute personne près de vous verra ses synapses perturbés, l’empêchant d’enregistrer votre visage dans sa mémoire, dès qu’il tourne les yeux il oublie à quoi vous ressemblez. La panne que l’on déclenchera effacera les données de surveillance, et ce système nous effacera de la tête de tous les gens présent.

Un dernier coup d’œil à l’horloge, Alice donna un coup sur la carlingue, donnant à Horus le signal. La navette décéléra jusqu’à se poser au sol sans même un a coup. Alice ouvrit la large porte latérale et sortit sans un mot de plus, suivit par Djinn. Elles prirent une distance respectable entre elles avant d’arriver à la banque. Le bâtiment était classieux, et détonnait même par son architecture, ceux qui lui étaient collés faisaient pâle figure. Alice grimpa prestement les quelques marches qui la séparaient de l’entrée, comme prévu, les détecteurs n’eurent aucune réaction, merci Cut, elle avança d’une démarche à l’aise dans le hall de la banque, partout autour d’elle des gens s’agitaient, des clients, des conseillers, des secrétaires. Un garde près de l’entrée semblait s’endormir plus qu’autre chose, un humain, plus tout jeune, mal rasé et l’œil terne injecté de sang.

Alice sourit intérieurement, ils auraient au moins pu prendre un soldat qui ne buvait pas, ou du moins un krogan qui pouvait ingurgiter de l’alcool par baril entier. Alice chercha la cible, et son regard finit par se bloquer sur elle. Le turien discutait avec une jeune asari, sans doute chargée de l’ouverture de son compte, le médecin semblait s’ennuyer ferme, préférant sans doute être ailleurs. Elle prit une longue inspiration, Leonardus tendit la main vers un petit scan posé devant lui. Alice jetta un regard à Djinn, et celle-ci se mit immédiatement au travail, regardant toujours fixement devant elle, on pouvait voir ses doigts pianoter à une vitesse folle sur son omnitech. La mercenaire n’avait aucune idée sur la façon dont elle pouvait taper toutes les commandes sans même y jeter un coup d’œil, et c’était pour cela qu’elle l’avait embauchée.

A l’instant même où le turien déposa ses doigts sur la surface lisse, tout sauta. Les lumières grillèrent et les caméras s’éteignirent. Un petit cri de surprise s’échappa de la gorge de certain, mais surtout, tout le monde balayait la pièce des yeux pour comprendre. Alice marcha d’un pas décidé vers le garde qui semblait encore plus perdu que les autres. En sentant un courant d’air la frôler, elle tendit une près d’elle, et on déposa l'étui de son carnifex dans celle-ci. Décidément la discrétion des drells méritaient bien sa légende, elle ne l’avait ni vu ni entendu, ne s’étant fier qu’à son instinct de chasseuse.

Quand le garde posa enfin les yeux sur elle, elle était au contact, et la crosse de son arme tout juste dégainée vint le percuter à la tempe, son corps s’effondra lourdement. Shark se pencha et ramassa son arme ainsi que la paire de menotte à sa ceinture. Elle se retourna vers le reste de la salle, qui avait à présent les yeux tourné vers elle, surement attiré par l’altercation. Elle parla d’une voix forte et calme, couvrant les murmures.

-Mesdames, messieurs, vous venez d’être pris en otages, cela ne sera pas long, je ne crierais pas, je ne vous demanderais pas de vous jeter au sol, ni même d’avoir peur de nous. Restez confortablement assis et attendez que cela passe. Si une personne bouge, ou décide de l’ouvrir, une balle dans la tête sera ma seule réponse. Il y aura surement un ou deux coup de feu, ne hurlait pas si vous n’êtes pas touchés, cela me donne mal au crâne et me rend agressive, ce qui entrainera la réaction que j’ai annoncée. Mon ami ici présent, va installer immédiatement des explosifs sur les portes, n’essayer donc pas de tenter une sortie, si un seul de ces détonateurs explose sans mon autorisation, je tue toutes les personnes présente.

Elle fit un signe de tête à Cut qui partit s’occuper de sa tâche, ainsi que de l’étude du coffre. Elle se dirigea vers Leonardus, Djinn sur ses talons, avec dans ses mains le système de piratage que lui avait remis le drell. Des murmures naissaient un peu partout, mais aucun mouvement n’était tenté, cela commencé bien. Elle arriva au niveau du bureau où se tenait l’asari et Seneca.

-Bonjour docteur, ma collègue ici présente va installer un système de transcription génétique sur vous. Cela va vous démangé quelque peu. J’ai besoin que votre cerveau fonctionne à plein régime afin que le travail soit plus simple pour mon amie. Je vais donc vous donner de quoi vous occuper et vous concentrer.

Sans aucun avertissement, Alice leva son arme et mis une balle dans l’épaule de la conseillère asari qui chuta en arrière dans un grand cri, très vite repris par les hurlements alentours. Alice se retourna vers la sale avec un regard courroucé. Elle parla d’une voix hautement menaçante.

-N’oubliez pas les règles que nous venons de mettre en place, je veux du silence.

Quelque couinement effrayé, et le silence revint dans la sale, en dehors des gémissements de douleur de la demoiselle bleue. Elle fixa Leonardus.

-Au travail doc.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 116

MessageSujet: Re: Braquage à l'Asarienne   Jeu 23 Avr 2015, 22:02
J'avance dans les conduits de ventilations à bonne vitesse sans un bruit, même si le sac contenant les explosifs et les armes me gêne un tant soit peux, j'avance dans les temps convenus avec Shark. Je prends un embranchement pour contourner une grille de ventilation qui permet de voir la salle principale de la banque ,j'aurais pu descendre là, mais je serais tombé nez a nez avec Leo, le turien que j'ai rencontré quelque mois plutôt. Le croiser dans la rue normalement m'aurais fais un grand plaisir, mais pendant une mission , une mission où on ne dois pas nous reconnaitre en plus. Espérons que le collier brouiller fourni par Shark va faire effet sur Léo comme si on ne se serai jamais rencontré. Le black out de Djin se produit à l'instant, je maudit le hasard pour ce coup de malchance, je retire la grille de ventilations pour la déposer dans le conduit d'air avant d'activer mon camouflage et de sauter dans la pièce central pour finir ma chute deux mètres derrière mon ancien toubi.



Je remonte le collet de mon long manteau pour mettre tous les chances de mon côté au cas où on une personne me remarquerait après avoir ôté mon camouflage, je me précipite le dos courbé en longent le mur le plus proche jusqu'à ce que Shark arrive à porter d'un cours sprint. J'ouvre le sac et attrape l'étui du carnifex et cours comme une ombre jusqu'au dos de Shark pour dépose son arme dans sa main, je poursuis ma course avec mon sac et mon camouflage désactivé pour aller confier à Djin son Serre et son système de piratage. J'attends avec elle jusqu'à ce que Shark me donne le signal pour les explosifs, je me mets à ma tâche un peu de contre coeur, une des premières chosew que Shark m'a dit c'est qu'elle voulait éviter un bain de sang et elle est la première à ouvrir le feux sur une innocente.



Je me déplace rapidement vers la première porte de sortie pour aller lui accrocher une mine a faible puissance, assez forte pour éparpiller partout dans la pièce la première personne qui essaie de sortir ou de rentrer dans la salle. Je passe de porte à porte pour aller faire pareil avec tous les portes, je passe à coter de plusieurs personnes qui me regardent avec un air terrifié et d'autre avec un visage rempli de mépris. Àpres avoir terminé de placer les mines sur les portes de sortie je me dirige vers le coffre-fort, en cours de route une banquière asari très bien habiller crache à mes pieds. Les visages de mépris passent ,mais ca par contre. Je lâche le sac remplis d'explosif et je dégaine ma longe épée, elle continue de me regarder d'un air supérieur confortablement assise dans sa chaise, je lève ma lame prête frapper. Le visage de l'asari change pour un air effrayé , un visage que j'aime,mais qui mérite quand même une punition par pur plaisir. J'abats ma lame en diagonale sans toucher l'asari et je continue ma rotation pou lui asséner un coup de talon avec ma jambe arrière en plein sur la mâchoire, la banquière tombe de sa chaise avec surement une mâchoire cassé pour se fracasser la tête sur le sol et perdre conscience.



Je ramasse le sac d'explosif et je me dirige vers le coffre fort en rangent mon épée dans son fourreau dans mon dos, la plupart des visages de mépris sont devenus des visages terrifiés comme tous les autres. Je me plante devant la porte du coffre fort et commence à examiner le verrou colossale, ce n'est pas la première fois que j'utilise des explosif pour faire sauter un coffre fort ,mais cette porte si risque de nous proposer problème. Le type d'alliage, l'épaisseur, la sorte du verrou, le nombre de soutien externe, les explosifs à ezo vont faire sauter cette porte pour sur ,mais si il y a une seconde protection autre que la porte le manque d'explosif va être chiant. Je sors les explosifs et dépose le sac vide au sol pour les placers là où il feront le plus de dégâts à la porte et je remets le détonateur a Shark .

-J'ai utilisé tout les explosifs comme prévu, le plaisir de tout faire sauter te reviens ma chère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendantiste/Neutre
Rang : Insolent
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffectsaga.com
http://www.masseffect-reborn.fr/t3020-vindex-treyn-ravalement-de-facade-en-cours


Esprit de Lukesh
Messages : 157
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: Braquage à l'Asarienne   Mer 29 Avr 2015, 00:16

Environ une heure, c'était long pour un braquage. N'importe qui pouvait rentrer dans le bâtiment ou prévenir les forces de l'ordre en cas de bruit suspect. Si jamais le secteur était bouclé ça allait être coton pour les faire sortir de la banque. Enfin ils n'en étaient pas encore là. Le Turien abandonna ses pensées négatives et revint à sa conduite. Le trafic avait beau être dense, il n'en était pas moins fluide.Il ne roulait ni trop rapidement ni trop lentement pour attirer l'attention, respectant les règles de circulation. Il vira vers le secteur des affaires. Ci et là on pouvait voir différentes sociétés en tout genre allant des modestes bâtiments de petites entreprises aux grands buildings de boites connues dans toute la galaxie.

Il y avait déjà moins de monde dans ce coin là, le véhicule s'engagea dans une rue ou se trouvait toutes sortes de bâtiments mais un se différencié des autres. Un style épuré, gracieux et pleins de fioritures, il écrasait les autres locaux rien que par sa présence, le plus pur style Asari, en l’occurrence une banque Asari, la Haelys'bank. L’Humaine au bandeau donna un léger coup contre la carlingue. Le pilote lâcha la commande des gaz, laissant la navette perdre de la vitesse avant de se stopper à quelques mètres du bâtiment cible. Elle ouvrit la porte et sortit rapidement suivi de près par Djinn. Le mercenaire observa les deux femmes rentrer dans la banque. Il n'avait plus qu'à attendre, la partie la plus chiante du travail.

Il redémarra et alla garer la voiture sur un parking en face de la Haelys'bank. Il activa son omni-tech et surfa sur différentes fréquences jusqu'à tomber sur la bonne.

« Secteur C3, altercation entre plusieurs individus, demande intervention immédiate.... Bien reçu,
grésillèrent les voix. »

Il laissa l'omnitech allumé et s'enfonça dans le siège. Pour l'instant la zone était calme... Pour l'instant.

Les minutes passèrent un silence lourd pesait sur la rue. Personne ne venait, c'était mort. Un claquement sec comme un coup de feu... Niveau discrétion on pouvait repasser. Il démarra immédiatement le véhicule et appuya plusieurs fois sur la pédale d'accélération. Le bruit du moteur doublé à la ligne des propulseurs fit un bruit digne d'une arme de gros calibre. Il entendit une personne l'insulter, Vindex sourit et poussa une dernière fois le moteur à plein régime avant de filer. Il conduisit quelques minutes avant de revenir près de son point de départ dans une petite ruelle.
Il espérait que ces coéquipiers seraient plus silencieux à l'avenir …. Et il ne savait même pas à quel point il se trompait....


Treyn Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 66

MessageSujet: Re: Braquage à l'Asarienne   Jeu 30 Avr 2015, 18:58
Tous les plombs venaient de sauter si on en croyait la baisse de luminosité, les caméras ne semblaient plus d’actualité et le regard de sa banquière croisa le sien ; oui quelque chose n’allait pas mais ce n’était pas de sa faute.
Un bruit de chute l’informa qu’on venait de tomber à côté de lui mais personne en vue, le Turien sonda du regard les lieux avant de voir qu’une humaine se dirigeait droit vers lui et à en juger par son visage et son petit monologue ce n’était pas une cliente. En tout cas elle venait pour un retrait de masse.

-Bonjour docteur, ma collègue ici présente va installer un système de transcription génétique sur vous. Cela va vous démangé quelque peu. J’ai besoin que votre cerveau fonctionne à plein régime afin que le travail soit plus simple pour mon amie. Je vais donc vous donner de quoi vous occuper et vous concentrer.

Elle pouvait aller se faire foutre ! Même s’il n’était plus soldat il était encore assez intègre pour ne pas aider des braqueurs, quitte à en souffrir ! Sa banquière s’écroula par terre, une balle dans l’épaule, la sadique exigea une nouvelle fois le silence. On brancha Léonardus au système de transcription alors que l’humaine lui intimait de soigner l’Asari.
Une salope de première classe en somme. Toutefois le docteur ne pipa mot et se précipita au secours de la civile comme il l’avait fait pendant toute sa vie. Déchirant la manche de sa patiente pour constater les dégâts, le toubib prit une inspiration en voyant l’étendue du carnage ; l’artère axillaire était éclatée à première vue et les muscles étaient en hachis. Epongeant le flot de sang avec le tissu qui avait viré au rouge, le Turien déglutit et chercha la balle tout en essayant de bloquer la plaie.
Le projectile avait traversé, en témoignait le trou dans le plancher.
Ca ce n’était pas bon du tout ; une artère de toucher avec rien pour compresser le flot de sang, l’anémie arriverait vite et ce n’était pas avec ses deux mains qu’il pourrait faire quelque chose. Le médecin ramena du pied sa trousse de secours avant de chercher à tâtons un sédatif et évidemment il n’y avait rien d’assez puissant. Léonardus bourra de tissu l’artère et colla le bras de l’Asari à son torse ; c’était le seul moyen de comprimer efficacement, même si c’était inconfortable pour elle. L’ancien militaire s’arrêta ; il n’y avait plus grand-chose à faire si ce n’était attendre et prier pour que les secours arrivent aussi vite que possible, le Turien prit la veste de sa banquière avant de l’en recouvrir. Avec toute l’énergie que son corps allait perdre avec le manque de sang, inutile de le solliciter pour autre chose.
Désormais il allait devoir prier pour qu’on lui trouve une autre utilité.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 113

MessageSujet: Re: Braquage à l'Asarienne   Ven 01 Mai 2015, 20:51


Alice préféra ne pas faire de commentaire sur le comportement de Cut, laissant croire aux otages terrorisés qu’il avait sa bénédiction plutôt que de penser à une possible faille dans leur unité. Il avait été efficace jusqu’à maintenant, et son coup de sang n’y changeait rien.

Alors même que le turien se penchait sur sa patiente, Djinn se mit à l’œuvre. Le cercle passait autour du bras du médecin, et ses doigts voltigeant à toute vitesse sur l’omnitech. L’asari était mal en point, mais Alice connaissait bien la façon de prendre une vie, et si tout se passait comme selon le plan, alors elle vivrait. Une lumière verte jaillit de l’omnitech de la pirate, signalant qu’elle avait pris le contrôle du bâtiment, désactivant les sécurités restantes. Alice se tourna vers Cut, et lui indiqua le reste des otages.

-Dans 3 minutes, laisse le médecin appeler la police, et une ambulance pour la demoiselle. Le temps qu’ils arrivent, aligne les tous devant les portes, à bonne distance, que les mines ne les abîment pas par accident. Je vais m’occuper du coffre. Djinn, avec moi.

Alice prit la direction de la salle des coffres, suivit de près par la jeune hackeuse qui pianotait toujours, maintenant maîtresse de la banque. Étonnamment, elles passèrent devant le coffre sans s’y arrêter, la mercenaire vérifiant juste que les explosifs étaient correctement positionnés sur celle-ci. Il n’y en avait pas assez pour faire sauter une porte de cette épaisseur, mais suffisamment en tout cas pour faire croire à une réelle tentative. Elles continuèrent dans les couloirs de la banque, jusqu’à parvenir à la salle des serveurs, Alice entra la première, un sourire aux lèvres, là était la véritable richesse de cette banque. Dès milliards de comptes, de données, et de crédits, sans aucune existence physique. Elle donna à Djinn une clé de stockage, et celle-ci l’installa sur les serveurs, le flux de données qui s’affichait sur les écrans varia imperceptiblement. C’était lancer.

Elles revinrent d’un pas hâté vers la salle principale, où Kutuk devait avoir fini les préparatifs. Elle entendait déjà les sirènes en dehors du bâtiment, le piège se refermait assurément. Elle envoya un message à Horus, le prévenant que la mission allait aboutir et de ne pas s’inquiéter de l’arrivée des forces de l’ordre. Tenir la position prévue était son seul objectif.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 116

MessageSujet: Re: Braquage à l'Asarienne   Lun 04 Mai 2015, 02:30
Shark me donne ces consignes avant de disparaitre avec Djin du hall principal pour probablement aller à la salle des serveurs et me laissant seul avec les otages et Léo, devoir lui adresser la parole me conviens pas vraiment, mais au moins je sais qui ne vas pas flancher si je lui adresse la parole. Je me promène de gauche à droite dans le hall en donnant de discrets coups d'œil à Leo et à la banquière qui a déjà un pied dans la tombe. Le sang bleuâtre coule de sa plaie malgré l’intervention du turien, quand je pars en mission je transporte toujours une dose de medigel au cas où sa tournerait en carnage. Qu'elle meurt me dérange pas le moins du monde mais sa pourrais calmer la tension qui a dans la pièce. Le temps passe et le délai des trois minutes sont écouler, trois minutes qui ont été affreusement long, je marche jusqu'au médecin et lui tends un omnitech de communication.-Appelle les autorités et une.pas le temps de finir ma phrase que je suis coupé par un banquier humain qui se lève de sa chaise et qui me pointue un revolver dans ma direction.-Stop ne fais pas ce que se drell te dis de faire, se braquage se termine ici.Comment il a réussi à rentrer une arme dans le bureau ne pose pas probleme,qu'il le pointe sur moi m'agace,l'humain prends un omnitech et le met à son oreille.- Oui allo police envoyer des agents on est en train de se faire braquer. Pendant que le banquier parle au force de l'ordre je me penche m'accroupie lentement devant le toubi et lui remet l'omnitech et ma dose de medigel en pointant l'asari. Sauver la vie d'une inconnu n'es pas dans mais habitude, mais elle n'a pas à mourir elle. Je fouille dans le sac du médecin et prends un scalpel dans ma main avant de le projeter sur celle qui tient un revolver du banquier tout en courant dans sa direction. Quatre pas me suffisent pour arriver à porter et se lui planter un couteau de lancer dans le cœur. Je le retiens pour ne pas qui tombe au sol, je le dépose dos sur le plancher en lui murmurant à l'oreille que j'étais désoler,qu'il ne m'avais pas laisser le choix. Je retire le couteau du mort en me levant,ma main couvers du sang rouge de l'humain.-Aller que tout le monde se mets en ligne devant les porte et à bonne distance de ces dernière si vous tenez à vos vie! Tout le monde se lève et exécute mes directives rapidement,lentement au début mais dès que ke proteste pour qu'il se presse tout s’accélère et sans accro, je range ma lame couverts de sang en me disant que j'ai bien fais de mentir à l'humain au moins comme sa,sa lui a peut-être apporter un peu de réconfort avant de mourir. Je regarde dans la direction de Leo, il a surement remarquer qui je suis ,mais le temps qui me dénonce je serais déjà loin d’ici
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendantiste/Neutre
Rang : Insolent
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffectsaga.com
http://www.masseffect-reborn.fr/t3020-vindex-treyn-ravalement-de-facade-en-cours


Esprit de Lukesh
Messages : 157
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: Braquage à l'Asarienne   Mer 06 Mai 2015, 19:02

Vindex était toujours assis dans la voiture, attendant patiemment que le groupe est terminé son travail. Cela faisait déjà un bon moment qu'ils étaient à l'intérieur, et l'alerte n'avait toujours pas été donnée, preuve du professionnalisme des braqueurs.
De temps à autres des ordres émanaient de la radio, indiquant des altercations, des vols ou accidents... Bref rien qui ne les concernait.

Dehors, c'était le calme plat, rien ne pouvait donner l'impression qu'un casse se déroulait actuellement. Le ciel était vide de nuage, seul le soleil était présent. Il ne manquait plus qu'une plage de sable pour se croire en vacances... Hélas les bâtiments du quartier des affaires le ramenèrent rapidement à la réalité.

Le Turien laissa échapper un léger grognement, ce n'était pas dans ses habitudes de se laisser aller à de telles divagations et décida de se concentrer sur l'instant présent.
Les minutes continuèrent à s'écouler lentement.
L'omnitech cracha :

« On nous signale un braquage à la Haelys'bank, toutes les unités disponibles doivent s'y rendre le plus rapidement possible pour sécuriser la zone. »

Au total il comptabilisa cinq patrouilles qui seraient là dans les cinq minutes à venir. Au loin les sirènes se faisaient déjà entendre. Alice le contacta pour lui dire de tenir la position.

« Reçu, j'attends votre signal. »

Il fixa son harnais de sécurité, prêt à intervenir. Les premières voitures des forces de l'ordre commençaient à arriver, disposant leur voiture en cordon de sécurité autour de l'entrée principale. Des demandes de renforts et d'unités spécialisés étaient demandés sur le canal des flics.

Il en profita pour avertir le groupe à l'intérieur, s'il ne sortait pas dans les dix à quinze minutes à venir, les extraire de la zone allait devenir compliqué.


Treyn Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 66

MessageSujet: Re: Braquage à l'Asarienne   Ven 08 Mai 2015, 17:16
Continuant à veiller sur l’état de santé de l’Asari, Léonardus déglutit ; la situation était catastrophique pour elle et potentiellement mortelle mais elle avait de bonnes chances de s’en tirer. Les braqueurs ne semblaient pas trop portés sur les effusions de sang inutiles, si l’on exceptait bien évidemment sa patiente qui avait une épaule bien abimée. Il avait déjà connu pire comme situation, mais ici il n’avait pas un Phaeton pour pulvériser les menaces extérieures, juste son intelligence et son sang-froid qui n’allaient pas faire long feu si les choses dégénéraient. Des bruits de pas informèrent le Turien que quelqu’un l’approchait, sans relever la tête de peur d’envenimer la situation en voyant le visage de l’un des braqueurs, une voix qu’il avait déjà entendu autre part dans la galaxie lui demanda d’appeler une ambulance et la police, alors qu’un omnitech de communication s’introduisait dans son champ de vision.
Ce n’était pas l’assassin adepte des armes blanches qui lui aurait laissé quelques milliers de crédits sur Omega ?

-Stop ne fais pas ce que se drell te dis de faire, se braquage se termine ici.

Le médecin se stoppa net ; ce n’était pas dans le plan ça. Baissant un petit plus la tête, histoire de diminuer les chances de se prendre une balle perdue, le docteur écouta attentivement l’individu excessivement courageux qui appelait la police.
L’omnitech d’il y avait quelques instants refit son apparition, avec une dose de médigel pour sa banquière. Relevant le regard, le toubib eut le souffle coupé en ayant bien confirmation qu’il s’agissait de l’assassin de la station. Qu’est-ce qu’il faisait ici ? Sans chercher à savoir ce que cherchait cette vieille connaissance dans son sac, Léonardus appliqua la dose de médigel à l’Asari et continua de presser la plaie par précaution ; le médigel avait beau se rigidifier rapidement pour refermer les plaies, une artère avec suffisamment de pression pouvait peut-être interrompre le processus.
Puis les bruitages suffirent à eux-mêmes.

-Aller que tout le monde se mets en ligne devant les porte et à bonne distance de ces dernière si vous tenez à vos vie!

Bon, sa banquière aussi mais avec sa blessure un déplacement comme ça n’était certainement pas le bienvenue. Mais si elle refusait d’obtempérer les conséquences pourraient être désastreuses pour sa santé. Le médecin déglutit une nouvelle fois et aida sa banquière à se lever tout en compressant bien le bras contre le reste du corps, histoire d’éviter une nouvelle hémorragie, la paire se traîna à l’endroit indiqué par le drell. Léonardus avait l’habitude d’aider des gens à se déplacer, surtout à cause de la guerre contre les moissonneurs mais malgré l’expertise dont il pouvait faire preuve, le blessé aussi devait connaître les bons gestes à faire pour ne pas gêner l’autre. Hors ici ce n’était pas le cas et même si l’Asari n’était pas un poids mort, elle se révélait maladroite. Loin de lui en tenir rancune, le toubib stressait plutôt à l’idée de ce qui allait leur arriver.

HRP ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 113

MessageSujet: Re: Braquage à l'Asarienne   Jeu 14 Mai 2015, 14:57


Alors qu’elle surgissait dans la salle principale, Djinn toujours à sa suite, Alice dut prendre un instant pour analyser la scène, malgré le respect de ses ordres, un mort par arme blanche et la tension nouvelle qui régnait dans la salle lui indiquait que tout ne se passer pas exactement comme prévu. Cut avait su gérer la situation, et ses gestes calmes montrer le peu d’importance qu’il donnait à l’événement. La zone de confort était franchie, et il ne faudrait que peu de temps avant qu’un autre idiot commence à paniquer parmi les otages. Heureusement, leur projet arrivait à son terme. Elle laissa le Drell lui résumé l’événement tout en observant le dos du médecin turien, qui serrait contre lui la blessée. Elle hocha la tête en signe d’accord avant de se diriger vers lui, murmurant à son niveau pour que lui seul entende.

-Lorsque vous serez dehors, et que les enquêteurs vous demanderont quel rôle vous ayez eu dans cette histoire, je vous déconseille de parler de l’utilisation de votre code génétique par ma collègue ici présente. Il serait difficile de leur expliquer comment nous avons obtenu votre code et l’heure exacte de votre rendez-vous sans votre aide. Les asaris n’aiment pas qu’on touche à leurs colonies, et moins encore à leurs crédits, un coupable se trouve facilement parmi les innocents dans ce genre de cas. Racontez simplement comment vous avez sauvé une demoiselle trop orgueilleuse d’une mort certaine, ce sera plus sain pour votre séjour ici. Croyez-moi, vous ne le regretterez pas.

Elle s’éloigna de lui sans un mot de plus, faisant signe à ses compagnons. Il n’avait pas l’obligation de mentir, et cela ne changerait rien pour elle et son équipe qui seraient loin dans quelques minutes, mais elle aimerait l’idée de garder pour elle le secret son plan, tout comme elle espérait ne pas voir le médecin finir en prison simplement pour avoir été un pion, un reste de sa morale sans doute.

Alors que les otages se trouvaient tous à une bonne distance des portes, son équipe vint se positionner en un groupe serré de l’autre côté de la pièce, contre le mur opposer. Alice déposa la dernière charge sur ce mur à quelque mètre d’eux. A l’étage inférieur, sur le même axe, se trouvait la chambre forte, et sa porte couverte d’explosif puissant, passer pour éclater celle-ci, mais suffisamment pour causer des dégâts structurel aux murs alentours, et notamment celui près duquel ils étaient. Alice jeta un dernier coup d’œil à son équipe avant de contacter Horus pour lui signaler un départ imminent. D’une voix claire, elle dit :

-Allons-y.

Une légére pointe de douleur naquit dans son crâne alors qu’elle appelait sa biotique, un instant passa et enfin l’énergie d’un couleur bleue incandescente jaillit de son être, formant autour d’eux une bulle solide et stable. Quand elle eut vérifié qu’aucun défaut n’affaiblissait sa barrière, elle déclencha d’une pression tous les explosifs. Une fraction de seconde et l’enfer déferla, le temps paru ralentir aux yeux d’Alice. Les portes explosèrent envoyant toutes sortes d’éclats sur les forces de l’ordre qui peinaient encore à se mettre en place, les otages furent soufflés par l’explosion tombant rudement au sol, sauf le toubib qui eut l’intelligence de s’accroupir en couvrant sa blessée.

Les murs tremblèrent et celui proche d’eux vola en éclat à l’endroit où se trouvait la charge. Toute sa surface se fendilla avant de s’écrouler purement et simplement, sa base ayant éclaté autour de la porte du coffre. Alice pousse sa sphère vers l’éboulement soudain, profitant du trou béant créé précédemment pour passer avec ses compagnons. Des dizaines de pierres tombaient autour d’eux, roulant sur la barrière en crépitant. Un pan de mur complet percuta le bouclier sur l’une de ses faces, avec une telle violence que Alice faillit céder sous l’effort. Mais après quelques instants au sein de ce fracas, ils émergèrent de l’autre côté. Précédait par un immense nuage de poussières, ils avaient du mal à distinguer ce qui se trouvait autour d’eux, mais Alice savait qu’il s’agissait d’ustensile de cuisine, fourneaux et autres joyeuseté trouvable dans la cuisine d’un restaurant de luxe se trouvant dans la rue parallèle à celle de la banque. Sans même faire une pause ils continuèrent leur route, masqué par la fumée et les cris, ils débarquèrent dans la salle de repas, tout le monde s’enfuyait en criant sans même les remarquer, simplement paniquer par les explosions et le nuage qu’elle avait créé. Ils ne firent que suivre le mouvement, se laissant porter par le flot de personnes, une seconde plus tard ils étaient à l’air libre profitant de la cohue pour se faufiler dans une petite ruelle qui les mena droit à leur point de rendez-vous.

Alors qu’il montait dans la navette saluant Horus qui démarra sans tarder, Alice sourit, les autorités avaient été plus longues à réagir qu’elle ne l’avait calculé, et ils n’auraient même pas encore mis en place les premiers barrages qu’ils seraient déjà hors de la zone. Le temps de contenir la foule, de déplacer les débris pour retrouver leurs corps et d’inspecter la chambre pour découvrir que rien avait été volé, ils seraient loin, et riches, leur programmes ayant prélevé des millions de crédits sur autant de comptes, toujours avec une somme suffisamment basses pour ne pas alerter les senseurs, avec tellement de virement et de transfert que l’argent deviendrait introuvable. Ils se sépareraient avec leurs part, sa complice blessée aurait la sienne, et même le médecin rabat-joie serait à l'abri pour quelques temps si il trouvait les bons mots lors de son interrogatoire.
Le braquage était d’ores et déjà un succès.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Braquage à l'Asarienne   
Revenir en haut Aller en bas
 

Braquage à l'Asarienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace concilien extérieur :: Nébuleuse Athéna-