AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 L’acier, gardien des chairs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Agent du SSC à la Cybercriminel
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3533-omnitech-de-scana-naevus


Ombres du Passé
Messages : 172
Crédits : Avatar: Davinarfel / Signature: Bayzee / Alice Sharp

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Mer 11 Mar 2015, 23:44
Le long de l'après midi, le duo avança sur le prototype. Scana réfléchit sur les paroles de Leonardus et découvrait les travaux de Varro. A certain moment la turienne essaya le prototype et demanda à Seneca d'utiliser des balles blanches pour faire un ou deux tests. Quelques sujets furent abordés, rien de bien intéressant. En ayant la tête au boulot Naevus ne pensait pas aux problèmes et s'occupait l'esprit. Au bout d'un moment se fut l'estomac qui demandait à avoir de quoi s'occuper.

De manière unanime les deux turiens décidèrent de partir manger. L’extérieur était bien noir la nuit commencait à apparaitre. Scana regarda les premières étoiles visibles et sentait les odeurs qui venaient de la cantine. ''Ca donne faim. Cette odeur me rappel un plat que fessait ma mère.'' Les deux arrivèrent à la cantine.

Seneca regarda l'intérieur plein. ''Je vous avais dit que je n’aimais pas la foule ?'' Scana regarda son supérieur. ''Je vais vous aider venez avec moi.'' Naevus prit un plateau et esquiva les gens le long du chemin. La cantine était bondée et les gens ne faisaient pas attention. La turienne réussi à prendre se qui lui fessait envie, passa à la caisse et chercha une table.

Dans un coin elle vit le chef de la logistique qui mangeait seul à une table. Elle s'approcha de l'homme seul. ''C'est libre?'' Le gradé se tourna. ''Oui, je vais partir.'' Naevus fit signe à Seneca et réserva la table. Le docteur vint et prit place. Scana voulut commencer une conversation. Mais une autre turienne s’assit à côté d'elle, c'était une urgentiste de même âge qu'elle. ''Salut Seneca.'' Elle se tourna vers Scana. ''C'est toi qui as remit Harek en place?'' L'armurière était surprise. ''Heu.. Oui pourquoi?'' L'autre turienne sourit. ''Je m'appelle Freya et j'ai dû m'occuper de se petit con. Tu as fais se que beaucoup rêvait de faire.'' Scana était gênée. ''Merci et je me présente Scana.'' Les deux turiennes se serrèrent la main et semblaient bien s'entendre. Un autre turien en uniforme d'urgentiste passa à côté des deux turiennes. ''Salut Seneca et vous êtes Naevus. Freya, tu peux souffler les deux autres équipes rattrapes leurs manqués d'heures.'' La turienne se tourna vers son chef.''Sa joue Bravus.'' L'homme partit et la suite du repas Naevus discuta de chose et d'autre avec cette nouvelle amie.

Après que tout le monde avait finit de manger Seneca regardait les deux turiennes qui causaient. ''Il est temps de retourner au charbon" Scana regarda son supérieur. ''On finit cette discussion avec Freya.'' L'urgentiste se tourna à son tour vers Seneca. ''Je la surveillerais.'' Leonardus partit et peut après les deux femmes firent de même. Une fois dans le couloir Freya se tourna vers Scana. ''Pourquoi il c'est sentit obligé de faire le matcho. Il ne sait pas y aller avec finesse.'' L'autre turienne regarda le sol. ''Ouais tu as raison. Déjà ça.'' Freya se rapprocha de Naevus qui elle recula jusqu'au mur. ''Ouais, enfin... je vois se que tu veux dire.'' L'armurière était dos au mur et était gênée par la situation. L'autre se rapprocha de sa consœur et saisie ces poignets. ''Rien que ça. Ne t'inquiète pas. Je vais pas te faire de mal.''

Les deux turiennes étaient coller l'une à l'autre. Puis Freya embrassa Naevus. Cette dernière chercha une zone de fuite. Elle sentait ses poignets bloqués. Soudain elle passa de la géne au bien être. Freya recula sa tête et lâcha les poignets de Scana en affichant un sourire. L'armurière était en conflit interne. Mais face au rare bon instant de la journée. Elle ré embrassa Freya. Elle apprécia de voir que sa collègue ne l'avait pas mal prit et la laissa faire. Cette dernière reprit un peu d'espace et lui sourit à nouveau. ''Je suis sûre que tu as beaucoup de chose à dire. Mais je veux pas me mettre Seneca à dos. Alors retour à la maison.'' L'urgentiste tourna Scana en direction de l'armurerie et la poussa. ''Aller go.'' Naevus voulait retourner vers elle. Mais le travail n'attendait pas. La turienne fit le chemin dans une bonne humeur comme elle ne connaissait que très rarement. Maintenant elle était prête à travailler toute la nuit.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 66

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Jeu 12 Mar 2015, 19:51
Sortant plusieurs troncs en gel balistique d’un placard, le Turien posa le tout sur une table et prit des chutes d’armures pour les caser devant les imitations de chair. La plupart du temps il s’agissait de pièces standard avec derrière quelque chose de différent ; combinaison à nanoparticule, nanotube de carbone. Le genre d’élément de dernière génération qui pouvait sauver des vies et surtout arrêter une balle là où un bouclier et une protection standard se feraient couper en deux.
Léonardus prit ensuite les différentes armes sur la table et enleva les cartouches à blanc pour mettre des balles réelles à la place.
Même si une bonne partie de l’armure était réalisée il fallait trouver quelque chose en dessous qui diminuerait le choc de l’impact. Quand un projectile transperçait le bouclier l’armure ne faisait généralement pas le poids et la collision occasionnait souvent d’énormes dégâts internes chez le malchanceux.
La porte de l’atelier s’ouvrit, Scana venait d’entrer, il avait profité d’une pause durant l’après-midi pour lui donner le code de la porte.

-C’est l’instant de vérité Scana, fini les tests à blanc ! Juste quelques coups à tirer, un peu de résine à appliquer pour coller un revêtement interne et on aura un truc potable et tout à fait descend à présente aux chefs.

Le médecin regarda sa subordonnée qui semblait radieuse, le docteur sourit en voyant que le courant était bien passé entre l’urgentiste et la Turienne. Le toubib regarda sa montre ; ils ne travailleraient qu’une heure où deux ; une bonne nuit de sommeil s’imposerait après pour lui. De toute façon les effets de la Pervitine commençaient doucement à s’estomper et faire un coma d’une douzaine d’heures l’aiderait à récupérer. Voir même un peu plus étant donné la trentaine d’heures qui constituaient la rotation de la planète.
Léonardus prit le Phaëton sur la table et le tendit à la bricoleuse.

-J’ai honte de l’admettre mais je suis un incapable avec tout ce qui est plus gros qu’un pistolet. Alors à vous l’honneur des tests grandeur nature, c'est majoritairement grâce à vos efforts que l'armure a pu être terminé, c'est la moindre des choses que vous puissiez tester par vous même votre oeuvre. Annonça avec un petit sourire le médecin.

Normalement tout devrait résister au fusil d’assaut, c’était l’objectif initial de l’armure ; encaissé des tirs lourds sans fléchir, ou du moins une rafale.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Agent du SSC à la Cybercriminel
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3533-omnitech-de-scana-naevus


Ombres du Passé
Messages : 172
Crédits : Avatar: Davinarfel / Signature: Bayzee / Alice Sharp

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Ven 13 Mar 2015, 00:49

Les couloirs étaient vides et silencieux. La seule personne que l'on apercevait la au milieu était Scana avec son grand sourire et ses pensées qui partaient ailleurs. La turienne arriva à la porte blindée et composa le code. Une fois entrée son supérieur lui adressa la parole. ''C’est l’instant de vérité Scana, fini les tests à blanc ! Juste quelques coups à tirer, un peu de résine à appliquer pour coller un revêtement interne et on aura un truc potable et tout à fait descend à présenter aux chefs.'' La turienne regarda la zone de test. Seneca n'avait pas connecté les alimentations des plaques et pour être en situation réelle et voir s'il n'y avait pas de surchauffe. Elle devait les alimenter.

La femme vint connecter les batteries et Le médecin regarda Scana qui semblait radieuse, le docteur sourit et l'armurière fit de même. Pendant un instant Naevus se demanda si Seneca était au courant de se qui c'était passé. Le turien regarda sa montre et la jeune turienne se pressa de finir pour pouvoir faire le teste. C'était un moment que le duo attendait depuis un moment. La turienne partit contrôler les plans et schémas de toute sorte pour être sur d'être juste dans ce teste.

Léonardus prit le Phaéton sur la table et le tendit à la bricoleuse. ''J’ai honte de l’admettre mais je suis un incapable avec tout ce qui est plus gros qu’un pistolet. Alors à vous l’honneur des tests grandeur nature, c'est majoritairement grâce à vos efforts que l'armure a pu être terminé, c'est la moindre des choses que vous puissiez tester par vous même votre oeuvre.'' Naevus regarda le léger sourire de Seneca et prit le phaëton. ''C'est un honneur. Mais je ne le fait pas pour moi.'' La jeune femme chargea l'arme et pointa une des plaques. ''Je le fais pour Varro. Sans lui, je n'aurais jamais eu les connaissances pour venir ici.'' La tireuse commença avec des courtes rafales sur différentes cibles. Certaines lâchèrent directement et d'autre semblaient tenir. ''Je vais passer aux testes supplémentaires.'' Naevus sortit son Carnifex et un allonge canon qu'elle avait trouvée dans les affaires par ici. Elle se mit à courte portée. C'était le meilleur moyen de voir si l'armure était vraiment bien solide. Elle tire et là seulement deux armures semblaient avoir tenues.

Scana pausa les armes et regarda le résultat. ''C'était radical. Mais si elles survivent à ça. C'est du haut de gamme.'' L'armurière se tourna vers Seneca et le fixa du regard avec un sourire complice.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 66

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Sam 14 Mar 2015, 18:25
-C'est un honneur. Mais je ne le fait pas pour moi. Je le fais pour Varro. Sans lui, je n'aurais jamais eu les connaissances pour venir ici.

Il avait un instant songé à parler de Varro mais le médecin pensait que le mentionner obscurcirait l’humeur de sa collègue. Apparemment elle lui était reconnaissante de lui avoir enseigné assez de choses pour être ici à prototyper des armures.
L’un des doutes du Turien se confirma ; il était mauvais, très mauvais pour comprendre les sentiments cachés d’autrui, ou alors c’était juste Scana qui changeait assez vite d’humeur et essayait de positiver. Les deux étaient valables ; le docteur avait juste mis vingt années soit plus de la moitié de sa vie à séduire la femme de sa vie. Peut-être qu’un an aurait suffi, peut-être qu’il avait fait le meilleur résultat, mais pour l’instant avec douze années de vie commune le lien avec l’être aimé ne s’était pas encore abîmé.
Sa compatriote commença à tirer en rafale sur les différentes cibles qui partirent en charpies pour quelques-unes, mais la majorité tint bon. Le toubib nota les résultats sur un datapad prévu à cet effet.

-Je vais passer aux testes supplémentaires.

Des tests supplémentaires ? Ce n’était pas prévu ça. Sa subordonnée sortit son carniflex à canon long et commença à tirer à bout portant sur les survivantes de la précédente expérimentation. Une bonne partie vola en morceaux sur le sol, seul deux résistèrent ; les nanoparticules et une autre chose qui ne lui aurait pas semblé résisté à un tel impact. Au moins les projectiles n’avaient pas ricoché, même si les probabilités étaient infimes Léonardus avait déjà vu des cartouches retourner à l’envoyeur à cause d’un angle de tir très particulier.

-C'était radical. Mais si elles survivent à ça. C'est du haut de gamme.
-On change de modèle d’arme et d’armures tous les trente où quarante ans, on peut bien se payer du haut de gamme. Répondit le médecin.

L’armée Turienne se reposait parfois sur ses lauriers avec son statut de plus grande puissance de la galaxie, mais avec les moissonneurs, une fois la guerre terminée sans doutes que moderniser l’armée et ses équipements seraient une priorité. En attendant certaines armes en service commençaient à se faire vieille et changer de matériel ne serait pas de refus. Toutefois si le prototype développé passait dans les chaînes de montage le docteur serait étonné de porter une protection dont il avait participé au développement.

-J’ai cru voir que le courant passait bien entre vous et Freya, en tout cas au point que je tienne la chandelle et me fonde dans le décor sans rien dire. C’est bien de sociabiliser. Fit remarquer Léonardus de façon tout à fait innocente.

Le Turien bâilla aux corneilles à s’en décrocher la mâchoire et malgré la main devant la bouche on pouvait aisément deviner qu’il commençait à fatiguer.

-Vos tests supplémentaires ont été très utiles, quoiqu’un poil bourrin. Enfin, maintenant on sait ce qui est le mieux pour nos soldats, je ne vais pas vous reprocher de vouloir le meilleur pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Agent du SSC à la Cybercriminel
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3533-omnitech-de-scana-naevus


Ombres du Passé
Messages : 172
Crédits : Avatar: Davinarfel / Signature: Bayzee / Alice Sharp

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Dim 15 Mar 2015, 13:37
Le docteur fut surpris de voir le test au Carnifex et releva les donner sur un datapad. L'armurière pensait devoir se justifier. ''On change de modèle d’arme et d’armures tous les trente où quarante ans, on peut bien se payer du haut de gamme.'' Scana retira l'allonge canon de son pistolet et sourit à Leonardus. Elle venait de faire assez de tire pour la journée et le médecin semblait bien fatigué. ''J’ai cru voir que le courant passait bien entre vous et Freya, en tout cas au point que je tienne la chandelle et me fonde dans le décor sans rien dire. C’est bien de sociabiliser.'' La turienne fut surprise. Que savait il sur le niveau de relation entre elle et Freya. Es ce qu'elle était connue pour ça. Puis elle se tourna en direction de Seneca qui semblait pas jouer des sourcils ou faire quoi que se soit d'autre pour montrer qu'il savait quelque chose.

Le turien se mit à bailler au point qu'on aurait pu penser qu'il allait perdre sa mâchoire. La turienne envoya un message vite fait à une connaissance. ''Vos tests supplémentaires ont été très utiles, quoique un poil bourrin. Enfin, maintenant on sait ce qui est le mieux pour nos soldats, je ne vais pas vous reprocher de vouloir le meilleur pour eux.'' Scana appréciait les discussions avec Seneca. Les deux avaient les mêmes points de vues sur certaine chose. ''C'était bourrin, mais comme vous ou tu. Je ne sais pas si je peux vous tutoyer. Enfin, il est vrai que nos hommes méritent le mieux.'' Seneca la regarda. "Nous pouvons nous tutoyer" La turienne bailla à son tour et son omnitech lui signala un nouveau message. ''Ok. Je note pour la suite. Je vais te laisser, je tiens plus debout. Je vois que tu n'es pas en meilleurs état que moi.'' Naevus attendit l'approbation de son supérieur et se retira en prenant son sac.

Une fois dehors, elle lu le message qui venait de Freya. Lors de leur discussion dans le couloir, elles avaient prévues de se revoir à la fin de leurs occupations. Scana avait envoyée se message pour dire qu'elle avait terminée. Freya lui avait renvoyée un message ayant le lieu de rendez vous. La turienne sortit du bâtiment et attendit près d'un poteau bien précis en regardant les étoiles. Une silhouette vint dans sa direction. L'armurière était trop occuper à rêver en regardant la lumière lointaine. Un bras se posa sur son épaule gauche et une tête sur la droite. ''Tu cherche quoi là haut?'' Scana tourna la tête vers Freya. ''Je ne cherche rien. Je contemple.'' L'urgentiste regarda la rêveuse avec un grand sourire. ''C'est rare les gens qui prennent encore le temps de regarder les choses.'' Freya embrassa sa collègue. ''J'ai une chambré rien que pour nous.'' L'armurière prit son sac et les deux turiennes se mirent en route. ''Je suis sûre que tu as beaucoup de chose à me raconter.'' Naevus regarda sa consœur. ''Tu as surement des histoires à me raconter aussi?'' Les deux se sourirent et commencèrent à s'organiser pour le reste de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 66

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Lun 16 Mar 2015, 18:53
La Turienne s’en allant, Léonardus bailla une nouvelle fois et se dirigea vers la caserne des officiers qui était pleine, pas à craquer mais il y avait du monde. La plupart causaient, certains bouquinaient quand d’autres regardaient des vidéos sur leurs omnitechs. L’officier du corps médical s’étala sur son lit avant de regarder le plafond qui avait été peint de façon à donner l’illusion que c’était du bois. Les yeux toujours occupé à parcourir la plafond, le médecin prit son Predator et le posa sur sa table de chevet dans un geste coutumier. Le docteur enleva ses chaussures et la plupart de ses vêtements, pour une fois il avait l’énergie de se mettre en sous-vêtements comme les autres pour dormir.

-Hey, Seneca. C’est de la part d’un de mes hommes. Lui annonça un lieutenant de la logistique. A ce qui paraît tu l’as aidé à régler un truc avec un de tes subordonnés.

Le Turien lui lança un chargeur de munitions perforantes ; pas le meilleur en puissance d’arrêt mais au moins ça percerait les boucliers. Le toubib remercia son collègue avant de finir de retirer son pantalon avant de plonger sous les couvertures alors que ça somnolence se faisait de plus en plus forte.
Le sommeil l’emporta au plus vite et comme d’habitude son subconscient lui fit faire des rêves qu’il ne crut jamais possibles.
Un petit humain lui demande de lui dessiner un animal dont il ne se souvenait plus du nom avant que celui-ci ne lui en fasse la requête, hélas l’officier médical n’ayant pas de crayon il ne put répondre à la demande du petit être qui s’effaça dans le vent aussi vite qu’il était apparu. Maintenant le médecin était seul dans le désert, peut-être qu’il aurait dû essayer de lui dessiner un animal dans le sable, une fumée jaune attira son attention au loin, Léonardus haussa les épaules et se décida de se rapprocher de la source de ces émanations colorées. La marche s’éternisa, puis il tomba enfin son origine ; une sorte de transporteur de troupes avec à son bord deux humain encore. Un jeune et un vieux si sa vue ne le trompait pas.
Incroyable cette détermination à faire des choses étranges comme ça dans des coins paumés. Un jour il devrait demander à un des ces êtres d’où venait cette faculté.
En essayant de rallier le véhicule le Turien s’écrasa face contre sable, d’habitude cela aurait amorti sa chute mais celui-ci était dur comme du béton.
Le docteur ouvrit les yeux, il était par terre, tombé du lit comme un idiot.

-Ma tête... J’ai mal...
-Pense à tous les mecs que t’as rafistolé qui ont dû prendre bien plus cher que toi, pense à leur souffrance. C’est pas un petit bobo qui va te faire mal Léo. T’as survécu à pire avec moins de compétence.

Vaugus, la voie de la raison avec le tact qu’une brute enragée.
Léonardus se releva et s’habilla en vitesse ; les autres se levaient et il n’y avait pas de raison qu’il reste à faire la grasse matinée. Le soleil était déjà levé, il devait avoir dormi une douzaine d’heures, c’était largement suffisant s’il se mettait à jeun de meth pour la journée.

-Pas de Harek en vue ? demanda le toubib à son collègue urgentiste.
-Je sais pas ce qu’il t’a faits celui-là mais je pense que je te ferais gagner du temps si je le cognais de ta part non ? Il est passé hier, il avait le poignet déboîté, qu’il était tombé il paraît. C’pas toi qui a faits ça ?
-C’est trop voyant pour que ce soi moi.
-Je veux bien t’offrir une pelle, mais par contre la carte forestière tu te débrouilles.

Enterré un cadavre dans la forêt ? Alors qu’un médecin pouvait tuer de plein de façons différente quelqu’un sans éveiller les soupçons ?
Léonardus n’allait pas brutaliser Harek, pas assez subtil et trop d’inconvénients pour sa carrière. A la prochaine ouverture il s’engouffrerait dedans et réglerait certaines choses sans la moindre violence physique.
En s’étirant, le Turien se dirigea vers la cantine et prit son classique café avec des sortes de biscuits ultras caloriques qui devaient faire partie des rations militaires qu’il gobait en mission, la ressemblance au niveau du goût était frappante ; amère, salée mais pas désagréable à manger une fois qu’on était habitué. Il commençait même à trouver ça bon. Une fois son petit déjeuner finit, le médecin quitta le lieu de restauration ; la base commençait seulement à s’éveiller. Aussi le docteur s’accorda un petit temps de dialogue avec Bravus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Agent du SSC à la Cybercriminel
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3533-omnitech-de-scana-naevus


Ombres du Passé
Messages : 172
Crédits : Avatar: Davinarfel / Signature: Bayzee / Alice Sharp

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Mar 17 Mar 2015, 15:24
La température était très chaude au point que la turienne avait oubliée le poids de son matériel. Scana avançait dans le bâtiment avec son omni hache et son équipement de pompier. Le femme évitait les gros foyers de flamme dans l'incendie et prenait son courage à deux mains pour trouver des survivants. Soudain, elle arriva prêt d'un appartement où quelqu'un semblait crier. La combattante du feu défonça la porte et rejoignit la pièce d'où lui semblait venir le cri. La femme rentra, mais il n'y avait personne et les flammes lui bloqua l'entrée. Naevus se mit à regarder autour d'elle, mais tout semblait perdu. Soudain deux autres collègues arrivèrent avec une lance pour éteindre les flammes. La femme à la hache sortit et contrôla une pièce d'où venait des appelles à l'aide. La turienne frappa la porte avec toute ses forces. La porte finit par céder.

Dans la pièce qui n'était pas encore envahie par les flammes se trouvait un homme qui protégeait une fillette. L'homme était dos à Scana. ''Monsieur il faut que vous veniez avec moi.'' Alors que l'homme se tourna vers sa sauveuse. Cette dernière se tourna vers couloir d'où venait un cri de quelqu'un d'enragé. Ce dernier arriva, c'était Harek. la collègue de Naevus qui tenait la lance leva sa visière. C'était Freya et le second enleva son casque c'était Seneca en voyant le fou se précipita sur Scana, il vint en renfort. Harek tenta de frapper la turienne avec une barre et cette dernière parra avec sa hache. Leonardus envoya le turien voler avec un coup bien placé. Naevus tourna la tête vers les survivants et resta la bouche ouverte en voyant l'homme qu'elle connaissait. ''Varro?'' Il tenait toujours cette fillette par la main et regarda la pompière. ''Sauvez la fille en premier. Elle s'appel Scana.'' La sauveteuse regarda la fillette et se reconnue.

La turienne se réveilla avec une sueur froide dans le dos. Freya était dans le même lit et la fixait du regard en étant couchée devant elle. ''Alors, tu nous fais des cauchemars? Tu es toutes paniquées.'' Scana regarda Freya. ''Surtout des rêves bizarres.'' L'armurière se leva et l'urgentiste la fixait. ''Moi, j'ai plutôt bien dormi. Il faut dire que tu n'étais pas mauvaise pour une première fois.'' Naevus partit ce doucher et revint s'habiller en s’assaillant au bord du lit. Une paire de bras se mirent au cou de la bricoleuse et une tête passa part dessus son épaule. ''Tu mérite ton surnom de sauvage de Digeris.'' Les turiennes croisèrent leur regard. ''Comment tu as fait pour être déjà prête?'' l'urgentiste montra un sourire. ''L'habitude d'un horaire précis. J'ai préférée te laisser dormir un peu plus.'' Les deux complices se préparèrent et partirent pour commencer une nouvelle journée.

Scana et Freya se dirigèrent en direction de la cantine. Une fois à destination, elles prirent leur déjeuner de quoi tenir jusqu'au prochain repas et causèrent de tout et n'importe quoi. A la fin chacune prit le chemin de son lieu de travail. Sans avoir fait attention, Naevus avait des gants de chirurgien dans une poche qui ressortaient et du désinfectant dans une autre. Elle cacha le désinfectant. Mais ne contrôla pas le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 66

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Mer 18 Mar 2015, 15:20
Tremper le pinceau dans la résine, étaler la résine sur l’intérieur de l’armure, tremper le pinceau dans la résine, étaler la résine sur l’intérieur de l’armure. Ainsi de suite pendant un petit bout de temps qui parût long à Leonardus alors que cela ne faisait même pas une demi-heure dans la réalité. Sans Scana où Varro c’était différent ; personne pour partager cette tâche obligatoire mais au combien rébarbatif. Évidemment Bravus avait du travail, inutile de songer à lancer une conversation avec lui, de toute façon si c’était pour entendre en bruit de fond une scie à os faisant son office il aurait lancé un film qu’il n’avait pas sur son omnitech. Dessus il n’y avait rien si ce n’était l’hymne Turien que le médecin écoutait une fois par an à l’occasion des grandes fêtes. Le docteur n’avait rien de divertissant car c’était un officier et il était toujours sujet à des inspections, aussi rares soient-elles et être pris avec de la musique où des films téléchargés sur extranet n’était pas le meilleur pour progresser dans une carrière militaire.

-Un jour, mon ancêtre Léopoldus fut envoyer creuser dans la forêt, y avait soi-disant du paladium, commença à chantonner le toubib ,bah si y en avait on savait pas où il se trouvait.

La porte s’ouvrit, Léonardus stoppa son instant chanson en braquant son regard vers l’intrus ; juste Scana qui venait d’arriver.

-Salut, la nuit a été bonne ?

Puis du blanc vint éveiller l’attention de l’officier qui orienta ses yeux vers l’une des poches sa subordonnée ; des gants de chirurgien ? Non, sa vue devait le tromper, mais quand même à son âge ce serait trop tôt pour une cataracte et on ne se découvrait pas une myopie dans la fin de la trentaine, si ?
La turienne n’était pas une voleuse de matériel, elle avait carte blanche niveau équipement grâce à cette armurerie. Un petit souvenir peut-être ?
En fait, Léonardus ne savait pas comment interpréter cela et fit donc comme d’habitude quand il ne savait pas comment aborder le sujet ; jouer le con qui faisait remarquer quelque chose innocemment.

-Si vous voulez des gants plus épais il y en a des tiroirs pleins. Expliqua en souriant le toubib.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Agent du SSC à la Cybercriminel
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3533-omnitech-de-scana-naevus


Ombres du Passé
Messages : 172
Crédits : Avatar: Davinarfel / Signature: Bayzee / Alice Sharp

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Mer 18 Mar 2015, 17:42
La journée commençait bien. Le temps n'était mauvais et il n'y avait pas de casse pieds en vue. Scana approcha de la porte et composa le code instinctivement. Une fois la porte ouverte, elle vit Leonardus qui était en train d'étaler la résine sur l'armure. Le turien se tourna vers elle. ''Salut, la nuit a été bonne ?'' La femme pensa à ses activités physiques de cette nuit et le rêve spécial. ''J'ai fait un rêve bizarre sinon j'ai bien dormis.'' Naevus souriait et semblait être de très bonne humeur. Elle se demandait si elle devait parler du rêve. Mais elle se dit que ce n'était pas utile.

L'armurière ferma la porte derrière elle. Soudain elle se rendit compte que le peintre la fixait. En regardant ces yeux, elle vit que se n'était pas son visage qu'il regardait. Seneca semblait être surpris par une chose sur Naevus. ''Si vous voulez des gants plus épais il y en a des tiroirs pleins.'' La turienne ne comprit pas directement. Scana suivit le regard de Leonardus et vit les gants de chirurgie qui sortaient de sa poche. Scana se dit qu'elle aurait pas du utiliser son uniforme et surtout, ne pas le donner à Freya. La turienne se posa une question. Qu'allait elle trouver d'autre dans ses poches.

Seneca regardait Naevus, qui elle cherchait de sortir de se pétrin. Soit elle disait la vérité: On les a utilisé avec Freya pour des jeux de grandes. Ou sinon elle devait trouver une excuse. La turienne exclue la première solution et passa sur le mensonge. D'un côté il ne fallait pas dire n'importe quoi sinon Leonardus verrait le mensonge. Elle devait éviter plusieurs choses. La première qui se voyait surtout avec la vérité. Evite de découvrir qu'elle utilisait du matériel pour une relation possible. La deuxième, ne pas se faire simplement passer pour une voleuse. Même si Leonardus connaissait Scana, mais qu'un bruit de couloir dit que la turienne est une voleuse se ne serait pas bon pour elle. Et en trois éviter de finir avec une étiquette de menteuse. Les gens qui mentent trop, ne sont pas digne de confiance.

La turienne fit tournée tout ces critères dans sa tête et une idée qui pourrait passer. ''Je les ai trouvée se matin à l'entrée de la douche et...'' La turienne eut un blanc. ''Je voulais voir si j'arrivais à trouver leur propriétaire.'' La femme sentait le manque de crédibilité dû à son blanc. Mais de l'autre côté, elle les avaient eut de la même manière. Freya les avaient glissés dans sa poche. Une question vint à l'esprit de Scana. Est ce qu'elle les avaient utilisée hier soir. Il y avait eut l'emploit de gant comme ceux là. Mais chacune des deux participantes en avaient. Naevus sortit de ses pensés et questions tordues et regarda Seneca pour voir si il y croyait.


Récompenses:
 

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 66

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Ven 20 Mar 2015, 12:43
-Je les ai trouvée se matin à l'entrée de la douche et...

La douche, cette pièce diabolique on l’on trouvait des gants de chirurgien. Léonardus commença à sourire devant cette réponse peu habituelle et attendit un petit peu avant de répondre, laissant Scana retrouver ses mots.

-Je voulais voir si j'arrivais à trouver leur propriétaire.

La plupart des gants étaient jetables car laver du latex où autres matière synthétique recouverte de sang n’était pas évident, en particulier avec des gants aussi déformables. Le Turien sourit en songeant au vilain mensonge que venait de raconter sa subordonnée et à vrai dire quelque chose lui arriva de plein fouet au cerveau ; et si elle passé sa nuit en compagnie de quelqu’un ? A vrai dire ça ne lui importait guère tant que sa collègue était en bonne santé, mais si ça empiétait sur la qualité de son travail ce serait un peu plus gênant.
Le médecin laissa un échappé un petit rire amusé, loin d’être moqueur, plutôt celui qu’on avait quand on entendait un mensonge gros comme le poing.

-J’ai rarement vu des médecins qui gardent leurs paires de gants à usage unique. Si vous le trouvez informez-moi de l’identité de cette personne, j’aimerais bien rencontrer ce spécimen qui a tout oublié des principes de base de la médecine.

Evidemment il ne croyait en rien ce qu’il venait de dire ; le docteur savait pertinemment que même les infirmiers connaissaient les règles en vigueur concernant l’utilisation d’instruments à usage unique. Opérer quelqu’un laissait souvent des germes sur les gants et par mesure de précaution on les jetait une fois l’opération terminée. De toute façon le matériel médical ce n’était pas ce qui manquait dans cette base, une idée apparue dans l’esprit du toubib qui avait mine de rien envie de se divertir un peu. S’il voulait tirer la vérité de Scana, Léonardus n’avait pas de raison de ne pas le faire en s’amusant.

-Je vous conseille de les jeter, leur propriétaire pourra s’en procurer d’autres à la pharmacie centrale ; ce n’est pas ce qui manque les gants médicaux. Après j’aimerais savoir comment une paire de gants jetable a pu s’échouer dans une caserne.

C’était vicieux mais le médecin était d’humeur taquine, il s’excuserait plus tard de son humour douteux. Mais si sa subordonnée persistait à garder le silence sur la véritable provenance de la paire de gants le toubib n’insisterait pas et conserverait dans un coin de sa tête ce petit évènement qui avait perturbé la matinée longue et ennuyeuse qu’il vivait avant son arrivée. Avoir la Turienne dans la même pièce que lui permettait d’avoir une conversation avec quelqu’un d’autre que sa conscience.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Agent du SSC à la Cybercriminel
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3533-omnitech-de-scana-naevus


Ombres du Passé
Messages : 172
Crédits : Avatar: Davinarfel / Signature: Bayzee / Alice Sharp

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Dim 22 Mar 2015, 00:12
L'odeur de la résine était forte et prenait aux narines. Leonardus se mit à sourire après l'explication de Scana qui lui réponda en souriant à son tour. ''J’ai rarement vu des médecins qui gardent leurs paires de gants à usage unique. Si vous le trouvez informez-moi de l’identité de cette personne, j’aimerais bien rencontrer ce spécimen qui a tout oublié des principes de base de la médecine.'' La turienne avait oubliée se détail. Il ne semblait pas la traiter de voleuse c'était déjà une bonne nouvelle. Seneca ne semblait pas fâché. Mais maintenant, elle devait trouver une suite pour corriger cette bourde. Naevus avait de la peine à se motiver pour continuer le mensonge. Il faut dire que sa mentalité typiquement turienne la rattrapait.

Scana était ailleurs et Leonardus continua. ''Je vous conseille de les jeter, leur propriétaire pourra s’en procurer d’autres à la pharmacie centrale ; ce n’est pas ce qui manque les gants médicaux. Après j’aimerais savoir comment une paire de gants jetable a pu s’échouer dans une caserne.'' La jeune femme se mit à légèrement rougir. ''C'est pas faux.'' La turienne sortit les gants de sa poche et les inspecta. Il y avait un reste d'odeur de sueur et en regardant à la lumière. Elle remarqua des marques d'usure et une déchirure sur le gant. L'armurière posa les gants sur une table et se tourna en direction de son supérieur. ''Alors pour la manière d'y arriver, c'est une bonne question. Mais niveau utilisation, je peux vous dire que se genre d'article a beaucoup d'emploi en caserne.'' Naevus repensa à ces utilisations et en sourit. En revenant sur l'instant présent, elle sentit qu'elle avait encore empirée son cas. La bricoleuse partit vers une partie de l'armure et essaya de changer le sujet. ''Enfin... Vous... Vous en êtes où?''

La turienne ce décida à avouer une partit de la vérité sans tout dire. ''J'ai une paire dans la caserne. Enfin voilà.'' La turienne rougit encore et prenait des outils pour contrôler une partie de l'armure. Elle se sentait encore plus au fond du trou. ''Excuse moi. C'était déplacée de ma part.'' La jeune femme était gênée. Elle se tut et montra qu'elle était toujours ouverte à la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 66

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Mer 25 Mar 2015, 14:43
-C'est pas faux.

Elle posa les gants sur la table après les avoir brièvement regardés, Léonardus était à deux doigts d’exploser de rire devant ce mensonge qui grossissait de plus en plus. L’usure des protections médicales attestait d’une utilisation brève, Scana lui cachait des choses c’était sûr.

-Alors pour la manière d'y arriver, c'est une bonne question. Mais niveau utilisation, je peux vous dire que se genre d'article a beaucoup d'emploi en caserne.

Fétichisme ? Opération chirurgicale ? Cuisine ?
A vrai dire, excepté la seconde option le Turien ne savait pas vraiment ce qu’on pouvait faire d’autres avec. Pour les patients ayant des maladies sanguines on utilisait plusieurs pairs de gants en même temps pour limiter les risques de contaminations. Naevus sourit, ce qui força le médecin à contenir son fou rire face à sa subordonnée qui était en train d’aggraver son cas. Etait-elle consciente qu’il pouvait y avoir un double sens à cette conversation ? A vrai dire sans doutes qu’elle ne s’en était rendu compte que trop tard et c’était tant mieux car il était marié et fidèle. Sa compatriote s’attarda sur l’armure en tentant de se rattraper.

-Enfin... Vous... Vous en êtes où?

Il y avait juste à finir d’appliquer de la résine. C’était une évidence.

-J'ai une paire dans la caserne. Enfin voilà.

Elle prit des outils et malgré les plaques osseuses Scana rougissait, il fallait le faire pour s’enfoncer à ce point-là. Le docteur affichait un franc sourire et n’arrivait pas à s’en défaire face à sa collègue Turienne qui contrôla une partie de l’armure avec un outil.

-Excuse moi. C'était déplacée de ma part.

Léonardus explosa de rire sans même essayer de se retenir en entendant les excuses tardives de Naevus qui réalisait enfin ce qu’elle avait dit. Ce n’était pas un rire moqueur mais plutôt un rire amusé qui ne se voulait nullement offensant même s’il pouvait être mal interprété.

-Déplacé ? Nan, on vient juste de parler de l’utilisation détournée de gants en latex, rien de déplacé. Pour une promotion, faudra sans doutes reparler des sujets de conversation. Fit remarquer en plaisantant Léonardus. L’armure est presque terminée, juste à appliquer de la résine, assembler le tout et on en aura fini.

Le Turien avait beau être patient et parfois un peu réservé, il ne fallait pas le pousser dans ses retranchements humoristiques, Scana lui avait inconsciemment offert une jolie occasion de rire et même s’il avait fait des efforts pour ne pas la saisir sa subordonnée lui avait carrément mis entre les mains. Mais le Turien n’était pas outré par cette conversation totalement hors sujet.

-Ah, et je ne veux pas savoir quel usage tu fais de ces gants sur ton temps personnel, si le secret médical existe, il y a des choses que les patients peuvent aussi garder pour eux. Tant que ça n’empiète pas sur le travail où que tu ne te retrouves pas à l’infirmerie à cause de ça, ça ne me concerne pas. Rajouta Léonardus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Agent du SSC à la Cybercriminel
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3533-omnitech-de-scana-naevus


Ombres du Passé
Messages : 172
Crédits : Avatar: Davinarfel / Signature: Bayzee / Alice Sharp

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Jeu 26 Mar 2015, 11:56
L'ambiance était partagé dans l'armurerie. Leonardus était en train de rire sans retenu et Scana chercha à se faire petite. ''Déplacé ? Nan, on vient juste de parler de l’utilisation détournée de gants en latex, rien de déplacé. Pour une promotion, faudra sans doutes reparler des sujets de conversation. '' La turienne se sentait soulagée avec une partie de la réponse. Mais le rappel de l'emploi des gants mettait mal à l'aise la jeune. ''L’armure est presque terminée, juste à appliquer de la résine, assembler le tout et on en aura fini.'' Elle le savait au premier regard. Mais l'envie d'éviter d'empirer son cas était forte au point de raconter n'importe quoi.


Naevus c'était asseia sur une chaise et regarda le sol. ''Ah, et je ne veux pas savoir quel usage tu fais de ces gants sur ton temps personnel, si le secret médical existe, il y a des choses que les patients peuvent aussi garder pour eux. Tant que ça n’empiète pas sur le travail où que tu ne te retrouves pas à l’infirmerie à cause de ça, ça ne me concerne pas.'' La turienne était partagée par des larmes de honte et une envie de rigolo par rapport à la remarque de Seneca qui tournait l'histoire au dérisoire total. ''Je me sens vraiment conne.'' La turienne réfléchit à la phrase du docteur. ''Il faudrait vraiment manquer d'adresse pour finir à l'infirmerie en faisant ça.'' La jeune femme se tapa le front. ''Mais quelle cruche, je suis encore assez bête pour continuer.'' Naevus était dans l'impossibilité de regarder le toubib après tant de honte. ''Ma mère ma toujours dit de réfléchir avant de parler. Et maintenant, je vois le résultat quand on ne le fait pas.'' Elle ne savait plus quoi faire.

Dans sa mal adresse la turienne se rendit compte que la manche de son uniforme trempait dans un flaque de résine. Scana retira sa veste et resta en T-shirt. ''Bon maintenant qu'on a dit une bonne partit des sujets intimes. On pourrait parler d'autres choses?'' La bricoleuse continuait à faire le contrôle de certains circuits électroniques. ''On pourrait parler des passes temps?'' Naevus prit la combinaison pour mettre dessous l'armure. L'armurière sortit un phaëton et rassembla les différentes pièces de l'armure. La femme écouta la réponse de Seneca tout en allant dans un coin de la salle où personne ne la verrait, pour se changer et mettre le dessous de l'armure. Elle sortit de sa cachette avec la combinaison et sourit à Leonardus. ''On va voir ce que ça donne dès que tout les morceaux sont secs?''
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 66

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Dim 29 Mar 2015, 21:53
Scana contempla les résultats de sa tendance à s’étendre sur des sujets qui pouvaient rester secret et se tapa le front devant sa bêtise qui l’amena à dire une nouvelle erreur. Alors comme ça il fallait le faire pour se blesser avec des gants de chirurgien pour un usage personnel. Elle réussit d’ailleurs à tâcher son uniforme, ce qui était secondaire étant donné que ça partirait à la machine.

-Bon maintenant qu'on a dit une bonne partit des sujets intimes. On pourrait parler d'autres choses?

Le médecin esquissa un sourire.

-On pourrait parler des passes temps ?
-J’aime lire, aller regarder des bêtises sur Extranet, j’avoue aussi que j’aimerais bien tirer au lance-roquette, histoire de voir ce que ça peut faire. Sinon je suis un adepte du tir sur cible aérienne, ça exerce et ça détend.

La Turienne s’éclipsa dans un coin de la salle où le docteur ne la verrait pas se changer, de toute façon il était déjà marié et il ne comptait pas tromper du regard sa femme. Enfin, il comprenait la décision de Scana.
Elle revint avec la combinaison sur le dos, ça lui allait bien, pas particulièrement moulant, pas du tout en fait ; on se foutait de savoir ce qu’on mettait tant que ce n’était pas à la vue des autres. Dans sa vie quotidienne le toubib avait des t-shirts et des chemises avec marqué dessus « ceci n’est pas un Turien » pour quand il restait chez lui et ça lui allait.

-On va voir ce que ça donne dès que tout les morceaux sont secs?

Ils n’avaient que ça à faire de toute façon, Léonardus s’enfonça dans son siège et commença à regarder le plafond ; l’attente passerait peut-être un peu moins vite. Le médecin n'aimait pas l'attente car c'était synonyme d'aléatoire en médecine : un coma pouvait sonner la fin de la vie active de quelqu'un par exemple.

-Oui. puis un éclair d’illumination foudroya Léonardus. Peut-être les placer sur le radia...

Le turien se souvint de la dernière fois qu’il avait posé des produits chimiques près d’un radiateur ; tout avait sauté, bon ce n’était pas de sa faute le mélange était instable de base. Mais le souvenir était encore assez frais dans sa mémoire pour le dissuader de réitérer l’expérience.

-En fait, à cause d’expériences précédentes je pense que placer la résine près d’une source de chaleur pourrait être une mauvaise idée. Après étant donné que vous avez enfilé la combinaison, dois-je comprendre que vous voulez tester vous-même l’armure, sa résistance et les autres facteurs à prendre en compte ?

C’était faire preuve de témérité qu’accepter de se faire tirer dessus, même en sachant pertinemment que l’armure encaisserait parfaitement le choc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Agent du SSC à la Cybercriminel
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3533-omnitech-de-scana-naevus


Ombres du Passé
Messages : 172
Crédits : Avatar: Davinarfel / Signature: Bayzee / Alice Sharp

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Lun 30 Mar 2015, 16:41
L'odeur de résine était encore forte malgré les aérations en route. Le docteur regardait le plafond et l'armurière était avec la combinaisons sur le dos et se demandait se qu'il y a avait ici pour faire sécher les pièces. ''Oui. Peut-être les placer sur le radia...'' Leonardus se coupa nette. L'idée du radiateur était bizarre pour Scana. ''En fait, à cause d’expériences précédentes je pense que placer la résine près d’une source de chaleur pourrait être une mauvaise idée. Après étant donné que vous avez enfilé la combinaison, dois-je comprendre que vous voulez tester vous-même l’armure, sa résistance et les autres facteurs à prendre en compte ?'' La turienne regarda le médecin. ''Je pense qu'il le faut. Si l'armure résiste mais que la personne est criblée de bleu se n'est pas une réussite et il faut que elle soit supportable à porter.'' La bricoleuse contrôla la combinaison et eut une idée.

D'un instant à un autre, elle piqua un sprint et alla voir un officier dans l'entrepôt. Elle arriva devant l'homme qu'elle cherchait. ''Bonjours 1ère classe Naevus. Je voudrais savoir si la base est équipée de four industriel?'' L'homme la regarda et semblait intrigué par la tenue de l'armurière. ''Vous êtes la subordonnée de Seneca?'' La turienne répondit d'un signe de tête et le lieutenant réfléchit. ''Ouais dans le bâtiment d'à côté. Avant il faisait de l'entretien de pièce pour les chars.'' La jeune femme fit un grand sourire. ''Merci beaucoup.'' L'officier n'eut pas le temps de répondre à la bricoleuse quelle était déjà repartit.

Scana revint vers Leonardus. ''Leo, je sais comment on va faire.'' La turienne prit l'homme par le bras. ''Vient, je vais te montrer.'' La jeune femme fit signe de la suivre tout en écoute son supérieur et suivi le chemin de l'ancienne atelier. Une fois à destination, elle ouvra la porte qui semblait être inutilisée depuis un moment. Elle ouvra la porte qui donna accès à un ancien atelier poussiéreux. Il restait quelques pièces de char et outils de mécano. Étonnamment, il restait un mako dans le fond de l'atelier. Il était à moitié démonté, mais la partie principale était là. Naevus avança et chercha la machine de sa quête. Après avoir traversée l'atelier, elle trouva l'immense machine avec les portes ouvertes. La bricoleuse regarda l'installation et regarda Seneca. ''Vous pensez avoir l'autorisation pour pouvoir utiliser ces locaux?'' La jeune femme s'approcha des disjoncteurs du bâtiment tout en écoutant le médecin. ''Il me suffit de remettre le courant et on lance la préchauffe de ce four. En moins d'une heure les pièces seront prêtes.'' Elle sortit le matériel et se prépara à lancer l'installation.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 66

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Jeu 02 Avr 2015, 17:39
-Je pense qu'il le faut. Si l'armure résiste mais que la personne est criblée de bleu se n'est pas une réussite et il faut que elle soit supportable à porter.

Ca semblait une bonne idée, la Turienne contrôla la combinaison avant d’avoir une idée et de disparaître tel un éclair dans la nuit. Le temps que ses neurones considèrent l’information et la traitent elle était déjà partie, laissant le médecin sourire en voyant la fougue de la jeunesse. Bon, la trentaine n’était pas vraiment la vieillesse mais il n’était plus tout jeune comme dans ses vertes années. Malgré tout ça ne l’avait pas empêché de rempiler pour une durée indéterminée.
Le docteur se leva et se décida à attendre sa subordonnée de façon un peu plus professionnelle, si elle revenait. Aussi, pour bien s’assurer qu’il ne louperait pas la première classe le toubib quitta l’armurerie et attendit devant le bâtiment, au bout d’une minute, peut-être deux ; il ne saurait dire si Scana avait franchi le mur du son dans sa course. En tout cas elle revint très vite et avec des informations utiles, elle traîna avec elle Léonardus sur le chemin du retour par le bras, l’officier médical n’opposant guère de résistance.

-Je vois que quand vous voulez accélérer les choses vous prenez le problème à bras le corps.

La collègue ouvrit une porte d’un bâtiment dans lequel il n’était jamais allé ; un atelier qui n’était plus utilisé à en juger par la poussière. Il y avait même un mako désossé, sans doutes que certaines pièces étaient partis pour d’autres engins de combat mais on pouvait encore reconnaître le véhicule. Puis le médecin reconnut l’objet de la quête de sa subordonnée ; un gros four industriel qui devait servir à faire cuir des objets, ou à les faire sécher sans doutes. En tout cas ça ne ressemblait guère aux crématoriums des hôpitaux et des morgues, enfin, dans les deux cas ça devait chauffer très fort.

-Vous pensez avoir l'autorisation pour pouvoir utiliser ces locaux?

Il était toubib, pas logisticien. Mais vu l’état du bâtiment ça ne gênerait pas grand monde qu’il soit utilisé une unique fois, sauf peut-être les comptables qui crieraient un coup en voyant qu’on leur avait demandés. Scana obliqua directement vers le disjoncteur.
D’ailleurs un coup elle le tutoyait, un autre elle le vouvoyait. Bah, il avait fait et vu pire comme gaffe, pas vraiment le genre de chose qui coûtait une promotion.

-Oui, sans doutes. De toute façon ce n’est pas comme si ça allait déranger quelqu’un.
-Il me suffit de remettre le courant et on lance la préchauffe de ce four. En moins d'une heure les pièces seront prêtes.

Léonardus décrocha le module multifonction sous le canon de son prédator et activa la lampe-torche ; tous les câbles semblaient en place mais il n’était pas électricien. Peut-être que ça clochait quelque part, peut-être que non. Les grands néons arrachèrent à l’obscurité l’intégralité des locaux, éteignant par la même occasion les lampes de secours qui ne s’activaient qu’en cas de désactivation de l’éclairage principal. Un élément captiva l’attention du docteur ; des mégots de cigarette, peut-être que des gens profitaient du relatif abandon des lieux pour squatter de temps en temps. Léonardus remit le module sous le canon de son pistolet.
Enfin, c’était un problème de seconde importance.

-Hmm, je ne m’y connais pas trop mais ce genre de truc ça doit bouffer de l’énergie non ? Tu imagines on plonge toute la base dans le noir à cause de ça ? Plaisanta le médecin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Agent du SSC à la Cybercriminel
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3533-omnitech-de-scana-naevus


Ombres du Passé
Messages : 172
Crédits : Avatar: Davinarfel / Signature: Bayzee / Alice Sharp

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Lun 06 Avr 2015, 21:48
Le silence de l'atelier abandonné était perturbé par les deux turiens qui étudiait les lieux. L'homme regardait l'intérieur du four et la jeune femme était près des disjoncteurs. ''Hmm, je ne m’y connais pas trop mais ce genre de truc ça doit bouffer de l’énergie non ? Tu imagines on plonge toute la base dans le noir à cause de ça ?'' La turienne n’attendit pas la fin de la phrase et remit l'alimentation dans l'atelier, mais de manière progressive. ''Ne t'inquiète pas Leo. Je maîtrise.'' Elle sortit cette phrase avec une grande conviction et de l'assurance dans sa voix. Le courant circula dans les éclairages, les appareils et les prises des locaux. Dans son élan, elle partit vers le four et reprit des notes sur son omnitech. Méthodiquement, elle fit le tour de l'appareil en regardant ses notes de mise en service.

Après avoir lancé la préchauffe du four, elle fixa le toubib. ''Plus qu'à aller chercher l'armure et attendre que le four soit à bonne température.'' Scana prit un trans palette dans le coin et alla à l'armurerie. Sur le chemin, elle croisa Harek dans le couloir qui avait effectivement le poignet foutu après leur dernière rencontre. ''Toi, tu m'as casser...'' La turienne passa en courant d'aire sans prêter attention. Une fois dans l'entrepôt qui se situait à l'entrée de l'armurerie, La jeune bricoleuse prit une palette avec des montants et la mit devant l'entrée du labo aux armures. Elle prit un très grand soin dans le déplacement des éléments et aida volontiers l’assistance de Leonardus.

Sur le chemin du retour la turienne était moins stressée et parlait avec son supérieur en étant en partie plongée dans ses esprits. ''Je suis impatiente de tester cette armure. En dehors du prototype des commandos spatiaux que j'avais pue tester à la fin de ma formation se sera mon premier vrai projet.'' L'armurière regarda Seneca. Une fois dans le couloirs avant l'entrée de l’atelier aux chars. Les deux turiens croisèrent Freya. L'urgentiste regarda la turienne au grand sourire. ''Tu as achevée Harek?'' Scana lacha son convoi et embrassa sa copine. ''Non, on est sur le point de terminer un projet.'' Freya regarda Seneca derrière et sourit à Naevus. ''Alors vas y et go. Je suis heureuse pour toi.'' Les deux turiennes finir leur conversation par un câlin et tout le monde reprit son chemin.

Le duo de l'armurerie arriva devant le four. Scana inspecta la température. ''Il sera prêt dans 5 minutes.'' Naevus vint à côté de Seneca et semblait encore plus joyeuse qu'avant. Le sourire habituel chez elle le prouvait.


Récompenses:
 

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 66

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Sam 11 Avr 2015, 16:17
-Ne t'inquiète pas Leo. Je maîtrise.

Bon si elle maîtrisait il n’y avait pas de raisons de s’inquiéter après tout, le Turien avait déjà vu pire et une panne de courant serait le cadet de ses soucis.

-Plus qu'à aller chercher l'armure et attendre que le four soit à bonne température.

Bon, sans doutes la meilleure chose à faire. Scana prit un transpalette et se dirigea vers l’armurerie, le médecin haussa les épaules et suivit la Turienne, c’était elle qui avait pris la direction des opérations à ce stade, de toute façon le docteur n’était pas ingénieur. Aussi, Léonardus suivit sa subordonnée sans opposer de résistance. En chemin la paire tomba sur l’individu que la spécialiste avait abimé, celui-ci se contenta de rappeler sèchement les faits à celle qui lui avait mis une correction.
Les deux se regardèrent un instant et c’est face à un regard chargé de haine que le jeune soldat se retrouva confronté. Le toubib reprit sa route juste après, suivant sa collègue de prêt avant de l’aider à bouger les pièces d’armure une fois la palette de chargement prête.

Scana, sur le chemin du retour, choisit de lancer la conversation, comme quoi elle était impatiente de tester l’engin et que c’était son premier vrai projet depuis la formation. Son baptême du feu pensa le médecin ; lui n’avait expérimenté les soins que sur des mannequins et avait observé des opérations. Mais une fois sur le champ de bataille avec un type qui hurlait à la mort à cause d’un bras déchiqueté par une mitrailleuse les choses étaient beaucoup plus inquiétant.

-Quand j’ai fait ma première opération sur le terrain en situation réelle j’étais moins enthousiaste.

Mais l’armurière ne semblait guère stresser, d’ailleurs l’une de ses connaissances se dirigeait vers eux. Sans doutes que les deux Turiennes allaient engager la conversation, à vrai dire ça ne gênait pas vraiment Léonardus.

-Tu as achevée Harek?

Elles s’embrassèrent, c’est là que tout devint clair dans l’esprit du docteur ; elles sortaient ensemble. Ca expliquait tout ; les gants qui avaient servi à faire des choses que la pudeur réprouvait, sa réaction quand il les avait évoqués et les explications vaseuses qui avaient suivi. Alors comme ça, c’était avec elle que sortait Scana.

-Non, on est sur le point de terminer un projet.

L’urgentiste regarda le toubib dont le visage totalement inexpressif trahissait une très intense réflexion digne des plus grands philosophes. La paire finit la conversation et après un câlin le trajet reprit son cours normal.


L’armurière prépara le four avant de venir s’installer à côté du médecin qui s’était adossé contre un mur. L’engin serait prêt dans cinq minutes et avec une Scana qui souriait jusqu’aux oreilles, le doute n’était plus vraiment permis sur la relation qu’elle avait.
L’air de rien, Léonardus prit un balai et commença à virer les mégots qu’il avait vus avant de lancer de façon tout à faire innocence :

-Je crois que j’ai résolu l’affaire des gants en latex… dit-il, tout sourire.
Je n’ai rien contre votre relation, mais comme je l’ai dit, que ça n’empiète pas sur le travail et surtout ; préparez-vous à l’éloignement. Je ne sais pas si vous faites parties du même régiment où brigade, mais avec les affectations il est tout à fait possible que vous vous retrouviez éloigné. J’en sais quelque chose.

Sa femme, même division mais pourtant souvent affectée à des endroits différents. Même si au fond de lui il n’y croyait pas, il y avait toujours cette peur que le conjoint parte voir ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Agent du SSC à la Cybercriminel
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3533-omnitech-de-scana-naevus


Ombres du Passé
Messages : 172
Crédits : Avatar: Davinarfel / Signature: Bayzee / Alice Sharp

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Lun 13 Avr 2015, 13:21
Le four tournait et Scana se réjouissait de voir l'armure terminé et ça se voyait à son sourire et son humeur. ''Je crois que j’ai résolu l’affaire des gants en latex…'' La turienne regarda Leonardus qui avait un grand sourire. ''Je n’ai rien contre votre relation, mais comme je l’ai dit, que ça n’empiète pas sur le travail et surtout ; préparez-vous à l’éloignement. Je ne sais pas si vous faites parties du même régiment où brigade, mais avec les affectations il est tout à fait possible que vous vous retrouviez éloigné. J’en sais quelque chose.'' Le toubib venait d'aborder un sujet qui pouvait être sensible chez certaines personnes. Pour la bricoleuse ça ne semblait pas être très dérangeant. ''On le sait et on c'est promit que notre relation tenait sur nos sentiments l'une pour l'autre. Essayer d'avoir des nouvelles de l'autre. Tant que cette guerre n'est pas finie, on ne veut pas se faire de plus gros promesse que ça.''

Naevus regardait Seneca. ''Avec votre femme et votre fille ça doit être plus dur. Elles ont quelles âges?'' La jeune femme était intriguée par son supérieur et voulait mieux le connaitre. Elle continua à interroger l'homme sur sa famille et une fois quelle avait eux sa dernière réponse, elle eut que des souvenirs qui lui revenait. ''Elle a de la chance de t'avoir comme père. Mais à t'elle quelqu'un à qui se confier une soeur , une cousine ou une meilleur amie? Quand tu me parle d'elle, je pense aux choses que j'aurais voulue confier à quelqu'un d'autre et aux choses que j'aurais voulue qu'ont me disent ou savoir.'' L'armurière cherchait dans sa tête. ''D'après son âge, elle va bientôt aller à l'école de recrue. Passage où elle sera mise à rude épreuve et durant lequel, certains n'hésitent pas à te faire craquer.'' Le four sonna et la turienne l'ouvra.

Elle prit l'armure et la posa sur la plateforme du four qui rentra pour une cuisson dans la machine. La turienne repensa à son école de recrue, il y avait eut de bons amis et surtout beaucoup d'expérience faite par elle même. Elle ne regrettait pas ses souvenirs, mais certaines choses auraient pues être faites autrement avec ce quelle savait aujourd'hui. Seul deux choses lui avaient permise de tenir cette étape, ses amis et le fait que sa mère l'avait entraînée pour un environnement comme celui ci. Une fois l'armure en cuisson, Scana retourna à côté de Leonardus. Elle était toujours souriante et regardait son omnitech pour les instructions du four.


Récompenses:
 

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 66

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Mer 15 Avr 2015, 23:56
-Elle a de la chance de t'avoir comme père. Mais à t'elle quelqu'un à qui se confier une soeur , une cousine ou une meilleur amie? Quand tu me parle d'elle, je pense aux choses que j'aurais voulue confier à quelqu'un d'autre et aux choses que j'aurais voulue qu'ont me disent ou savoir.

Non, le latex ce n’était pas fait pour l’usage qu’elle en avait fait.

-D'après son âge, elle va bientôt aller à l'école de recrue. Passage où elle sera mise à rude épreuve et durant lequel, certains n'hésitent pas à te faire craquer.
-Elle a un frère, mais ce n’est pas la même chose. L’école des recrues… C’est une autre histoire.

De l’école des recrues il gardait un souvenir particulier ; avec un instructeur infâme et sa femme qui se disputait sans cesse avec. Le sergent Hartemus, un danger public qui avait essayé de toutes les façons possibles de le briser, pourtant toutes les recrues avaient tenu bon et étaient restés soudés face à ce tyran. Sans doute que sans lui, Léonardus n’en serait pas ici et n’aurait pas été quelqu’un d’aussi altruiste et parfois direct. Être maltraité par une ordure avait parfois du bon si l’on résistait assez.

-Quand elle entrera à l’école des recrues la guerre sera finie et avec ce qu’ils auront vaincu, elle comme d’autres, ce sera sans doute plus facile que pour nous. A ce moment-là je pense que nous devrions garder contact avec d’anciens camarades ; voir comment les autres s’en sortent.

Le médecin réfléchit un instant ; il n’aimait pas la guerre, mais il ne pouvait pas nier que sans sa dose d’adrénaline quotidienne la vie lui semblerait bien fade. L’action était une partie intégrante de son quotidien et sans l’hémoglobine que le docteur voyait couler chaque jour, le Turien s’ennuierait sans doute ; la vie civile il ne savait pas s’il devait l’accueillir comme une bénédiction ou le contraire.
La conversation continua, le toubib répondant aux questions de Scana à mesure qu’elles arrivaient, posant lui aussi des questions à l’armurière alors que le temps passait. Devant eux un prototype d’armure était en train de sécher mais pourtant ils trouvaient toujours le temps de discuter. Une fois la cuisson et l’assemblage terminés, l’ingénieure revêtit l’armure et passa une heure ou deux avec, la protection corporelle se révélant confortable et relativement maniable. Plus léger et plus résistant, c’était le schéma typique d’évolution des différents uniformes que l’armée Turienne avait.
Puis vint le moment de se séparer du bijou de technologie qu’ils avaient bricolée et d’envoyer le tout au QG.

-Bon… Nous en avons fini avec tout cela.
Mais comme les humains disent « après le travail, le réconfort ». Alors, pourquoi ne pas fêter cela avec d’autres ? Je pense que certains et certaines seront ravis de prendre une petite pause après le travail. Nous avons tous mérité une petite récompense.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Agent du SSC à la Cybercriminel
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3533-omnitech-de-scana-naevus


Ombres du Passé
Messages : 172
Crédits : Avatar: Davinarfel / Signature: Bayzee / Alice Sharp

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    Ven 17 Avr 2015, 14:51
Le four tournait mais ne faisait pas autant de bruit que se qu'avait pensée la turienne. Le toubib révéla qu'il avait un fils et la jeune femme regarda l'homme. Il avait parlé de sa fille mais jamais de son fils. ''Quand elle entrera à l’école des recrues la guerre sera finie et avec ce qu’ils auront vaincu, elle comme d’autres, ce sera sans doute plus facile que pour nous. A ce moment-là je pense que nous devrions garder contact avec d’anciens camarades ; voir comment les autres s’en sortent. '' Naevus sourit à son collègue. Il était vrai qu'après avoir vécu une guerre comme celle là, l'école de recrue n'est rien à côté. Peut être que certain des formateurs seraient remplacés et surtout ceux qui serait là serait des vétérans et donc capable de donnée des instructions utiles.

En voyant le turien devenir pensif après cette conversation, la femme réfléchi sur cette histoire de guerre et du reste. Il n'avait jamais pensée à quoi pour ressembler sa vie après la guerre et après le service. La vie civile était très vaste et le conflit n'était pas encore finit. Scana laissa son regard partir dans le vide. Elle pensa aux possibilité avec sa formation actuelle. Elle pourrait aller chez Armax ou à la police pour l’entretien du matériel. L'armée donnait du travail intéressant. Mais c'est un style de vie qu'il faut aimer pour tenir. L'armurière était jeune, mais elle savait qu'elle ne resterait pas dans l'armée toute sa vie.

La turienne reprit la conversation avec son supérieur quelle voyait plus comme un ami. Les deux turiens parlaient de tout et n'importe quoi et Naevus se confia sur certaines choses à Seneca. Maintenant qu'il avait dit sur sa famille, c'était la moindre des choses qu'elle en dise plus sur la sienne. La jeune parla des angoisses qu'elle avait eut pendant son enfance, quand elle voyait sa mère partir pour éteindre des incendies chimiques. Mais aussi les bons instant quelle avait passée avec son père qui voulait qu'elle sache tirer au sniper avant son entrée à l'école de recrue. Pendant ce temps l'armure était prête à être essayée.

La turienne prit les pièces et les équipa. Les premières sensations étaient plutôt bonnes. L'armure était agréable à porter et elle fit un échauffement avec différents exercices, de la frappe à mains nues et avec des armes. Puis ils passèrent sur un parcours d'infanterie pour la tester dans toutes les situations possibles. Un fois les différant testes passé, La turienne enleva le casque et s'appuya contre son ami. ''Je t'annonce que c'est une réussite. J'aurais mêmes envie de la garder pour moi.'' Un peut plus tard quand le duo arriva à l'arumrerie Leonardus remit l'ambiance. ''Mais comme les humains disent « après le travail, le réconfort ». Alors, pourquoi ne pas fêter cela avec d’autres ? Je pense que certains et certaines seront ravis de prendre une petite pause après le travail. Nous avons tous mérité une petite récompense.'' L'armurière sourit. ''ça pourrait se faire. On lance les invitations et on resserve la mess des officiers.'' Scana n'était pas discrète dans son humour et elle ne semblait pas gênée. Après tout le protoype était finit et la jeune était plus qu'heureuse de cette journée.


Récompenses:
 

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L’acier, gardien des chairs    
Revenir en haut Aller en bas
 

L’acier, gardien des chairs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace concilien intérieur :: Crête Apienne-