AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 CODEX : NÉBULEUSE DE PYLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Maître du Jeu | Dieu Suprême
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 2150
Crédits : IVIA by Conteur

MessageSujet: CODEX : NÉBULEUSE DE PYLOS   Lun 09 Fév 2015, 18:53


- Zone Stellaire -
NÉBULEUSE DE PYLOS

Aux limites de la Travée de l'Attique, la Nébuleuse de Pylos est une zone peu habitée, hormis quelques exploitations minières d'Eldfell-Ashland Energy sur Jonus, et une tentative renouvelée d'éducation par les Asaris du nid à Vorchas qu'est Namakli.

Le Relais de Pylos se situe dans le système Darida

SYSTÈMES STELLAIRES DE LA ZONE

LA CARTE GALACTIQUE



DIRADA

Dirada est avant tout un système aux planètes chaudes ou instables. C'est également un très bon système pour des pirates en quête de repaires ou de proies faciles.

Planètes du système :

- Siano : Siano, nommée d'après une philosophe asari réputée pour son anticonformisme, gravite autour de Dirada sur une orbite inversée. Il s'agirait d'un corps planétaire d'origine inconnue littéralement « catapulté » dans le système il y a des millions d'années. Le plus extérieur de ses deux anneaux d'astéroïdes proviendrait d'un petit planétoïde pulvérisé par l'entrée de Siano dans le système. Formée d'une roche à faible densité, Siano évolue en rotation synchrone autour de Dirada, le même hémisphère toujours exposé à l'étoile. Un complexe de structures artificielles aurait jadis existé au nord de cet hémisphère, hélas gravement dégradé par des millénaires de chaleur et de radiation. Plusieurs dépôts de déchets radioactifs, résidus d'une exploitation nucléaire primitive, ont été mis au jour sur la face cachée de la planète.

- Thenusi : Thenusi est une petite planète tellurique aride. Il apparaît qu'elle retenait autrefois une atmosphère riche en dioxyde de carbone, mais il n'en subsiste aujourd'hui que des traces de krypton et de xénon. Tout comme Siano, elle gravite en orbite synchrone autour de Dirada.

- Canalus : D'une dimension inférieure à la Terre, Canalus présente une densité inhabituellement élevée. L'intensité de l'activité tectonique suggère qu'elle résulte d'une abondance de matériaux radioactifs en son noyau. Ces phénomènes, conjugués à un taux de rotation hors normes, élèvent la température interne de la planète et expliquent son importante activité volcanique. Malgré plusieurs tentatives par différentes compagnies minières remontant dans les années 2070 pour la plus récente, l'instabilité géologique de Canalus en a interdit l'exploitation.

- Zeth : Zeth est une géante gazeuse hydrogène-hélium classique. Sa thermosphère particulièrement riche en soufre lui donne ses bandes nuageuses jaunâtre caractéristique.

- Sinéus : Géante gazeuse hydrogène-hélium classique, Sinéus possède plus de 80 lunes.

- Vioresa : D'une période de révolution avoisinant les deux mille ans, la lointaine et glaciale Vioresa fut tout simplement omise de l'analyse initiale du système par les Asari. Ce n'est que lorsqu'une mission de prospection volus fût détachée sur Canalus qu'elle fût finalement identifiée en détectant un objet massif en mouvement.
Vioresa est une géante glaciaire méthane-ammoniac cernée par un cortège de lunes gelées. Isolée de tout, c'est une escale privilégiée pour les pirates opérant dans la nébuleuse de Pylos et soucieux d'évacuer leur charge statique. Ces deux dernières années, plusieurs dizaines de bâtiments ont disparu alors qu'ils circulaient dans le système Dirada. Puisque Pylos ne se réclame d'aucune autorité souveraine, les patrouilles conciliennes sont trop rares et peu fournies pour quadriller efficacement le secteur. Les pirates responsables n'ont donc jamais été appréhendés.


KRISEROI

Kriseroi est surtout fréquenté pour la planète improbable de Neidus où des formes de vie intelligentes animales ont la faculté particulière d'avoir une acuité thermique très élevée.

Planètes du système :

- Neidus : Neidus se trouve à proximité improbable de la naine rouge Kriseroi. Cette particularité lui vaut d'offrir un environnement propice à la colonisation, malgré la rigueur du climat. Elle évolue en orbite synchrone et possède de ce fait un « côté jour » et un « côté nuit ». Le long du terminateur, la température dépasse à peine 0 °C. Du côté « nuit », la température chute bien en-deçà.
Neidus n'a développé qu'une écologie modeste. Pour l'essentiel, de vagues amas végétaux rassemblés autour des conduits géothermiques. Il existe néanmoins des formes de vie plus évoluées. Plusieurs espèces d'arthropodes herbivores vont et viennent de part et d'autre du terminateur, prélevant ici et là les nutriments indispensables à leur survie. Les prédateurs omnivores qui se repaissent des arthropodes sont autrement plus dangereux. Les formes de vie animales de Neidus sont presque aveugles, mais jouissent d'une exceptionnelle acuité thermique.

- Theonax : La surface de Théonax est recouverte d'eau et d'hydrates d'ammonium à l'état solide, constamment renouvelés par l'activité cryovolcanique. La taille et la densité de la planète suggèrent que son noyau recèle des métaux lourds et retient l'essentiel de la chaleur produite par la formation du système.

- Uzin : Géante glaciaire méthane-ammoniac classique, Uzin possède 37 lunes de dimensions diverses. Chithess, l'une des plus vastes, évolue sur une orbite inversée, preuve qu'elle n'était à l'origine qu'un planétoïde piégé par la gravité de la géante gazeuse. Uzin semble être une exoplanète ayant également été capturée, des millions d'années avant l'arrivée même de Chithess.
Les analyses livrées par les astrogéologues suggèrent que Chithess était il y a plusieurs siècles un monde aquatique, asséché lorsque son orbite s'est circularisée autour d'Uzin. L'océan planétaire, autrefois profond de plusieurs centaines de kilomètres, est rendu aujourd'hui à l'état de glace solide. Plusieurs équipes de recherche ont tenté des forages pour déterminer si les océans d'Uzin abritaient jadis une quelconque forme de vie, mais la question est réputée purement académique.

- Geus : Géus est une géante glaciaire méthane-ammoniac très semblable à sa jumelle, Uzin. Elle présente un aspect presque uniforme aux teintes turquoise.

- Tenoth : Ténoth n'est guère plus qu'une vulgaire « naine de glace » qui a dérivé vers l'intérieur du système depuis le nuage d'Oort de Kriseroi. Elle évolue sur une orbite elliptique fortement excentrée. D'après les projections, elle entrera en collision avec l'atmosphère de Géus d'ici quelques milliards d'années.


NARIPH

Système possédant seulement des captures extrasolaires, Nariph est intéressante pour ses deux géantes gazeuses qui fournissent l'hélium-3 du secteur, ce qui permet une dynamique constante pour le développement de la colonie humaine sur Fargone, l'une des lunes de Jonus.

Planètes du système :

- Isale : Isalé est une géante gazeuse hydrogène-hélium standard. Bien que les géantes gazeuses soient caractérisées par la puissance de leur champ magnétique, la magnétosphère d'Isalé est supérieure en intensité à tous les modèles existants. Située dans le système solaire interne, une zone où les géantes gazeuses ne se forment habituellement pas, Isalé est probablement d'origine extrasolaire.

- Jonus : Jonus, une géante glaciaire pourvue d'une atmosphère à base de méthane et d'ammoniac, tient lieu de dépôt de carburant dans le secteur Pylos. Eldfell-Ashland Energy entretient une base sur l'une de ses lunes pour désagréger la glace d'eau en composés d'oxygène et d'hydrogène et extraire l'hélium-3 de l'atmosphère. Les Moissonneurs ont détruit les installations, non sans avoir déclenché un piège : une bombe atomique rudimentaire destinée aux agresseurs. Depuis l'orbite, les scanners du Normandy peuvent apercevoir une inscription tracée par un employé facétieux sur les ruines de la base : « Sortie atomique ». Plus de quinze ans après, la station a été reconstruite et EAE a repris ses activités.

- Fargone : Ayant échappé de peu à la catastrophe il y'a plus de quinze ans, Fargone est une lune de Jonus sur laquelle une colonie humaine s'est installée. Elle prospère notamment grâce aux activité d'EAE qui entrepose l'hélium raffiné près de la colonie.

SATENT

Satent a été récemment réclamé par les Volus qui se sont installés sur Boro, qui possède l'atmosphère parfaite pour les Volus, composantes très rares dans la Galaxie. Bien que ce système se trouve à proximité des Terminus, la colonisation de la planète leur a été accordé.

Planètes du système :

- Rescel : Cette géante gazeuse est une Pégaside massive qui accomplit sa révolution autour de l'étoile Satent en quatre jours et demi. Comme la plupart des planètes de cette catégorie, elle a migré depuis sa position initiale vers le centre de gravité du système (distance orbitale estimée à 0,3 UA).
Rescel compte parmi les rares géantes gazeuses à manifester une amplitude thermique significative entre les hémisphères, selon leur exposition à la lumière. L'atmosphère absorbe puis restitue la chaleur émise par Satent trop rapidement pour que les vents véhiculent la chaleur jusqu'à la face cachée. La température varie ainsi d'environ 1 000°C entre les deux pôles.

- Raisaris : Planète tellurique composée de métaux légers et dépourvue d'atmosphère, Raisaris est surtout connue pour le cratère de Teryinu, produit par l'impact relativement récent (moins d'un million d'années) d'un astéroïde partiellement composé d'élément zéro. Il s'est abattu sur la planète à une vitesse suffisamment réduite pour que l'ézo reste à fleur de surface. Au fil des ans, bien des pirates et mineurs indépendants ont tenté d'exploiter ce filon. On estime que les débris proviennent du pulsar AAP34211+19. La supernova à l'origine du pulsar a également créé la nébuleuse à émission rouge officieusement baptisée « nébuleuse de Sakura » par les spationautes humains.

- Anedia : Anédia est un corps glaciaire de très faible densité. Sa masse est égale à 4% de celle de la Terre. Elle semble principalement composée de carbone et de glace d'eau. Des traces de krypton et de xénon sont néanmoins apparues dans l'atmosphère au cours du dernier millénaire. Bien que la gravité d'Anédia soit assez faible pour qu'un croiseur s'y pose sans risque, rien ne justifie vraiment qu'on s'en donne la peine.
Des pirates sont réputés exploiter la glace d'eau pour en extraire l'hydrogène et l'oxygène. La région des « Failles anédiennes », dans l'hémisphère sud, est si fréquemment exploitée à cette fin que des albédos de glace brute sont clairement visibles depuis l'orbite.

- Boro : Boro est une récente colonie volus, établie malgré la menace exercée par un groupe de pirates des systèmes Terminus. Les pirates, incapables d'exploiter eux-mêmes la planète, ont « suggéré » aux Volus de recourir à leurs services pour « protéger » la colonie. En réponse, les Volus ont sollicité l'appui militaire de leurs alliés turiens. La température ambiante dépasse les normes de tolérance volus. Néanmoins, Boro conjugue haute pression et biosphère à base d'ammoniac, une combinaison rare mais indispensable aux Volus. La colonie se développe à un rythme rapide. (Colonie : Volus / Capitale : Yila / Fondation : 2180)

- Nataisa : Nataisa est une géante gazeuse tout à fait ordinaire, si ce n'est qu'elle est l'unique planète accessible de cette catégorie dans le système Satent. La colonie Boro, établie par les Volus, y a installé en orbite plusieurs stations automatisées et contacté Narthu Combine pour la construction d'une usine d'extraction de l'hélium-3. Ce projet a cependant pris un retard considérable en raison d'un scandale financier impliquant le PDG de la société et les plus hautes sphères du Ministère frontalier volus.


ZAHERIN

Ce système est principalement connu pour son programme expérimental sur Namakli, qui consiste à socialiser les Vortchas. On trouve aussi sur Namakli des preuves de l'existence des Moissonneurs et Leviathan encore intactes, notamment par l'intermédiaire de peintures rupestres.

Planètes du système :

- Eshtag : Eshtag a été découverte par une équipe conjointe Asari/Vortcha et abandonnée peu après. La fine atmosphère azote-krypton n'est pas un problème pour les Vortchas, mais la température élevée de la planète la rend inhabitable, sauf sous des complexes coûteux. Sa faible densité suggère un manque de ressources de valeur, réglant ainsi la question de l'inutilité de coloniser la planète.

- Namakli : Planète aride mais habitable, Namakli a été brièvement colonisée par la société Pyréna, un consortium de colons asaris et de travailleurs vortchas socialisés. Cependant, après une période de récession économique, beaucoup d'Asaris quittèrent la planète tandis que la population Vortcha ne cessa de croître jusqu'à rendre leur éducation impossible. Redevenant peu à peu violent et incontrôlable, les colonies s'autodétruisirent d'elles-mêmes.
Aujourd'hui, Namakli est un désert faiblement peuplé avec des poches de Vortchas éparpillées partout sur la planète. Les colons rencontrent fréquemment une de ces poches, rendant toute tentative de recolonisation décourageante. L'absence de biotope complexe et la rareté de minéraux précieux achevèrent de faire de la planète, un monde sans intérêts. Au cours des dernières années, personne n'eut la volonté, le financement ou la puissance de feu nécessaire pour rétablir une colonie permanente sur Namakli. Cela changea néanmoins en 2195, lorsqu'un groupe conjoint de Galariens, d'Humains et d'Asari unirent leurs efforts dans l'établissement d'une colonie stable visant à sociabiliser les Vortchas et à réguler leur population pour qu'ils ne soient pas à nouveau incontrôlable.
(Colonie : Multi-raciale / Capitale : Toshora / Fondation : 2195)

- Azrahas : Azrahas est une planète semblable à Vénus, possédant une atmosphère étouffante composée d'azote, de méthane et d'éthane. Comme Namakli, elle est pauvre en métaux. En outre, on soupçonne que quelques astéroïdes ont frappés la planète au cours des derniers millénaires, rendant toute tentative de prospection à la surface de ressources, même banales, impossible. Des vieilles stations spatiales, appartenant à des expéditions scientifique Asari, orbitent autour de la planète depuis bien longtemps. Aucune forme de vie n'est détecté à bord.

- Rotesk : Géante gazeuse principalement composée de d'hydrogène et de méthane, Rostek possédait plusieurs centres d'extraction d'hélium-3 desservant à l'époque les colonies de Namakli, mais il semblerait que leurs barrières cinétiques se soit désactivés en raison du manque d'entretien évident. Le complexe fût détruit par des astéroïdes, provenant sans doute des anneaux de la planète, créant ainsi un nouvel obstacle aux tentatives de recolonisation de Namakli. Mais depuis la fin de la Grande Guerre, Rotesk a regagné un élan de colonisation par les Er Hatash, les Vortchas soutenus par les Asari et Galariens, qui y voient là une possible ascension de cette espèce sous estimée.


DESTINATIONS


Pour visiter une des destinations ci-dessous, il vous suffit de cliquer sur l'un des lieux afin de passer en vitesse SLM et les explorer !

-| Objets stellaires |- :
-| Retour au Secteur |- : Secteur 1 - Travée de l'Attique
-| Retour à la vue globale |- : Galaxie - La Voie Lactée




Éteindre la musique






Revenir en haut Aller en bas
 

CODEX : NÉBULEUSE DE PYLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Travée de l'Attique :: Nébuleuse du Pylos-