AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 CODEX : NÉBULEUSE DU CROISSANT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Maître du Jeu | Dieu Suprême
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 2130
Crédits : IVIA by Conteur

MessageSujet: CODEX : NÉBULEUSE DU CROISSANT   Mar 27 Jan 2015, 05:06


- Zone Stellaire -
NÉBULEUSE DU CROISSANT

Secteur délimitant la frontière entre l'Espace Concilien et les Systèmes Terminus, la Nébuleuse du Croissant est surtout connue pour la planète Illium, une importante colonie asari.

Le Relais du Croissant se situe dans le système Tasalé


SYSTÈMES STELLAIRES DE LA ZONE




LA CARTE GALACTIQUE



LUSARN


Planètes du système :

- Jontan : Pégaside en orbite intérieure rapide autour de l'étoile Lusarn, Jontan présente des températures dépassant les 1 000 °C. Une analyse de son orbite a mis en évidence un noyau d'éléments lourds de masse deux fois supérieure à l'atmosphère hydrogène-hélium de la planète.

- Euntanta : Elle est étonnamment similaire à la Terre. Sa distance orbitale est comparable et, malgré une taille légèrement supérieure, sa densité plus faible lui donne une masse, une pression atmosphérique et une pesanteur très semblables. Là s'arrête toutefois la comparaison, car son étoile Lusarn, de classe F, émet plus de huit fois l'énergie d'Hélios : Euntanta est donc une fournaise désertique dont les réserves d'eau se sont depuis longtemps évaporées dans l'atmosphère gorgée d'azote et de dioxyde de carbone. Malgré ces conditions infernales, quelques avant-postes miniers ont osé s'y installer. Le personnel vit dans des bunkers souterrains et travaille la nuit, par l'intermédiaire de robots téléguidés qui opèrent en surface et chargent les cargaisons.

- Beyalt : L'énergie de Lusarn triture la ceinture d'astéroïde de Nirana, un anneau de matière protoplanétaire relativement proche de l'étoile. Toutefois, cette chaleur n'est pas suffisante pour faire fondre les astéroïdes et permettre leur agglomération, comme c'est le cas lors de la formation des planètes. Alors, les astéroïdes carbonés comme Beyalt conservent leur forme inerte et brute. Beyalt n'a pas encore été exploité. Les sondes révèlent que l'astéroïde est riche en chondites et en troïlite.

- Doriae : Doriae est une grande planète chaude à l'atmosphère empoisonnée, composée d'oxydes d'azote acides. Trop proche de Lusarn pour que ces éléments se condensent en pluie, elle n'en présente pas moins un environnement trop hostile pour permettre à des formes de vie plus complexes que les bactéries de se développer.

- Tarith : Tarith ressemble en grande partie à la Terre, à une grosse exception près : son atmosphère est relativement riche en chlore, d'où la brume verdâtre que l'on peut observer en fixant l'horizon. Le chlore est devenu un élément vital de la flore tarithienne : par mécanisme de défense contre les herbivores locaux, de nombreuses espèces ont développé la faculté de dégager un nuage de chlore toxique en cas de menace. Ce gaz est plus lourd que l'oxygène atmosphérique et tend donc à s'accumuler à basse altitude. Un inconvénient qui, sans proscrire la colonisation, la handicape quand même sensiblement. Des signaux intermittents émanent du centre d'un grand marais de chlore.

- Xetic : Xetic, géante gazeuse méthane-ammoniac, est célèbre avant tout pour le sinistre camp Kal'thor, établi sur sa lune glaciaire Gesis. Kal'thor était un centre de formation en environnement hostile appartenant aux Soleils bleus, encadré par un groupe de Butariens ex-agents des Forces spéciales d'intervention. En 2168, l'affaire eut des retentissements dans tout le secteur lorsqu'il apparut que le taux de mortalité des recrues avoisinait les 18 %. Le gouvernement asari d'Illium demanda une enquête qui révéla des fosses communes contenant les dépouilles de recrues par centaines, certaines vieilles de vingt ans. Le camp fut immédiatement fermé et les restes rapatriés sur leurs planètes d'origine. Une enquête interne des Soleils bleus découvrit que les guerriers butariens avaient utilisé des méthodes de formation draconiennes, néanmoins en adéquation avec celles qu'ils avaient subies pour rejoindre les FSI. Malgré la fermeture de Kal'thor, ils furent donc innocentés et affectés à d'autres sections. La nébuleuse du Croissant étant au-delà de la loi concilienne, aucun chef d'inculpation n'a pu être retenu contre les Soleils bleus.

ONDESTE

Seule la colonie Asari sur Zesmeni vaut le détour dans le système Ondeste.

Planètes du système :

- Zesmeni : Froide, sombre et enveloppée d'une atmosphère à base de méthane et d'ammoniac, Zesmeni n'en a pas moins attiré les ardeurs de sociétés minières asari tournées vers l'industrie militaire : il faut dire qu'on y trouve d'importants gisements de métaux légers précieux, notamment titane et lithium (l'un intervenant dans la fabrication de munitions pour armes électromagnétiques, l'autre dans les dissipateurs thermiques à fluide caloporteur des bâtiments militaires).

- Acaéria : Bien qu'Acaéria avoisine la taille de la Terre, elle ne contient que 28 % de sa masse. Son atmosphère ténue est composée de néon et d'azote moléculaire, mais le dioxyde de carbone prédominant a depuis longtemps gelé et formé une croûte de givre. Si le noyau d'Acaéria est fait de métaux lourds, le volume de la planète est pour l'essentiel constitué de glace d'eau. Plusieurs fullerènes uniques ont été identifiés à la surface après avoir traversé les strates de glace sous l'effet du cryovolcanisme. Acaéria comporte une grande lune tellurique similaire en composition à Séléné.

- Maisuth : Planète la plus excentrée de la rouge Ondeste, la naine de glace Maisuth n'a eu pour tout visiteur qu'une sonde automatisée de passage en 1874. Celle-ci n'a détecté aucune ressource d'importance.


TASALE



Planètes du système :

- Bergale : Bien que Bergale ne relève pas du modèle classique de type Vénus, elle n'est qu'à peine plus hospitalière. Son noyau renferme une profusion d'éléments radioactifs et de métaux lourds. Cette densité minérale, ajoutée à sa proximité avec l'étoile Tasalé, surchauffe la planète et suscite une importante activité volcanique. L'écorce de Bergale est trop rigide pour assurer la mobilité des plaques tectoniques : la planète connaît ainsi des cycles récurrents où la pression accumulée engendre un phénomène volcanique de grande ampleur. Les éruptions rejettent des scories sur des milliers de kilomètres, creusent des cratères gigantesques et expulsent assez de matériaux en fusion pour submerger des continents entiers. La dernière éruption de cette magnitude remonte à 812 000 ans. Le taux d'émission actuel des gaz volcaniques suggère que la prochaine éruption surviendra dans les 10 000 prochaines années.

- Illium : Sa description détaillée se situe dans les destinations possibles de la Nébuleuse du Croissant. Veuillez vous y référer pour voir sa description.

- Ponolus : Planète de classe Vénus standard, Ponolus semble plutôt inerte, comparée aux violentes effusions volcaniques qui ébranlent régulièrement le monde intérieur de Bergale. À l'inverse, Polonus n'entretient aucune activité volcanique ou tectonique. L'événement le plus spectaculaire survenu au cours des derniers millions d'années a été la fondation de la station Alviusic, en 2092, une station de recherche orbitale asari abîmée sur la planète après sa collision avec un météore. La plupart des occupants furent évacués à temps, mais six autres périrent dans l'incident. L'épave de la station repose désormais dans la Plaine de Kriusite, dans l'hémisphère sud.

- Teukria : Nommée d'après une légendaire archère Asari de l'âge du Fer sur Thessia, Teukria est un astéroïde assez grand pour être considéré comme une planète naine ou encore une "mésoplanète" comme le disent certains. Sa gravité est suffisante pour lui donner une forme sphérique. Exploité pour son nickel et son fer, les mines de Teukria furent abandonnées quand les Moissonneurs déferlèrent dans le système. Ces installations ont repris le travail après une courte interruption.

- Thail : Thail est une géante gazeuse hydrogène-hélium standard. Son système annulaire complexe ne remonte qu'à quelques millions d'années et demeure instable. Ces anneaux seraient formés par les débris d'une comète.

- Naxell : Naxell est une géante glaciaire à l'atmosphère chargée de méthane et d'ammoniac. Plusieurs sociétés énergétiques mineures, évincées du lucratif système Faïa par la concurrence, s'efforcent d'y établir une infrastructure d'extraction de l'hélium-3 pour approvisionner Illium. L'investisseur principal est la corporation humaine Eldfell-Ashland Energy. Leurs efforts sont néanmoins sapés par la pression extralégale exercée par les « Cartels H-3 » du système Faïa, du simple dumping jusqu'aux obstructions bureaucratiques (refus de permis, constantes inspections « hygiène et sécurité »).

ZELENE



Planètes du système :

- Nepyma : En orbite synchrone autour de l'étoile Zélène, Nepyma présente par conséquent une face éclairée et une face cachée, ainsi qu'une mince bande de terrain presque habitable. Malheureusement, la biosphère locale, basée sur une atmosphère d'oxygène chlorée, compense son manque de sophistication par une dangerosité de tous les instants. Le vaisseau d'exploration asari Verallas se posa sur Nepyma en 1684 pour y étudier l'écologie locale. À l'insu de l'équipage, quelques microbes indigènes fixant le chlore échappèrent à la décontamination et s'infiltrèrent dans le vaisseau. Le Verallas regagna Nos Parnalo, son port d'attache sur Illium, milieu tempéré et riche en chlore inusité où les microbes de Nepyman proliférèrent.
Ces derniers dévorèrent les chlores de la planète et produisirent en contrepartie des polychlorobiphényles (PCB) toxiques. Le temps de contenir l'infestation, une zone de près de 30 kilomètres carrés avait été transformée en véritable décharge de déchets toxiques. Il fallut donc abandonner Nos Parnalo au profit de Nos Astra.

- Helyme : Helyme est un monde « post-éden » qui possédait autrefois une atmosphère oxygène-azote similaire à la Terre. Elle jouit toujours d'eau en abondance, mais présente des températures uniformément froides (ainsi que de fortes disparités entre les saisons, son obliquité de 38 degrés oblige).
Helyme serait la planète d'origine des Arthenns, une espèce spationautique qui disparut il y a environ 300 000 ans. Les événements qui ont ainsi changé la face d'Helyme ne sont pas explicités à ce jour. Il semble que toute forme de vie plus complexe que le zooplancton ait été anéantie à l'échelle planétaire. La flore n'a pas été touchée, mais le manque d'oxydo-réduction a entraîné une oxygénation de l'atmosphère, des tempêtes électriques et finalement des incendies planétaires qui ont ravagé la flore. Beaucoup de scientifiques voient dans la chute d'Helyme les conséquences d'une arme biologique qui aurait échappé au contrôle de ses créateurs. Pour cette raison, il est strictement interdit de s'y poser. Les sociétés d'Illium ont déployé à cet effet un réseau de satellites de quarantaine pour dissuader les pillards d'atterrir dans ces cités en ruines.

- Epho : Epho est une planète tellurique à l'atmosphère composée d'oxygène et de dioxyde de carbone. De grands cratères criblent sa surface, résultant visiblement d'armes à impacts cinétiques majeurs. Entre eux, les restes de lignes de train à sustentation magnétique laissent à penser que ces cratères étaient autrefois des avant-postes miniers ou autres infrastructures arthenni. La région équatoriale contient un vaste réseau de canyons formés par l'eau liquide abondante sur cette planète.
RECOMMANDATIONS AUX VOYAGEURS : au niveau de la mer, l'atmosphère d'Epho est composée d'environ 41 % de dioxyde de carbone, soit 4 à 6 fois le niveau nécessaire pour provoquer en quelques minutes un évanouissement chez la plupart des espèces. Le port d'un masque respiratoire est une nécessité à la surface d'Epho.

- Gaélon : Gaelon est entourée d'un important système d'anneaux. Les anneaux intérieurs sont composés de nanoproduits carboniques pulvérisés que l'on associe généralement aux restes d'une infrastructure arthenni d'extraction d'hélium-3. Les rares débris de plus grande taille trouvés jusqu'ici indiquent une technologie d'usinage au moins égale aux meilleurs savoir-faire actuels de la galaxie.
Les anneaux extérieurs contiennent glace d'eau, poussière de silicates et quelques morceaux de roches dont l'analyse décèle souvent des fractures violentes et des signes de réchauffement rapide. Certains théoriciens parahistoriques soutiennent que les anneaux extérieurs représentent les débris d'une ou plusieurs lunes détruites par un bombardement électromagnétique. Cette thèse a toutefois été rejetée par tous les xénoarchéologues les plus éminents. S'il est théoriquement possible de pulvériser une petite lune en la pilonnant depuis un cuirassé, aucune espèce ne voit de raison pour justifier un tel acte.


DESTINATIONS


Pour visiter une des destinations ci-dessous, il vous suffit de cliquer sur l'un des lieux afin de passer en vitesse SLM et les explorer !

-|Planète particulière |- :
-| Objets stellaires |- :
-| Retour au Secteur |- : Secteur 2 - Systèmes Terminus
-| Retour à la vue globale |- : Galaxie - La Voie Lactée




Éteindre la musique






Revenir en haut Aller en bas
 

CODEX : NÉBULEUSE DU CROISSANT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Nébuleuse du Croissant-