AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 CODEX : NÉBULEUSE OMÉGA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Maître du Jeu | Dieu Suprême
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 2120
Crédits : IVIA by Conteur

MessageSujet: CODEX : NÉBULEUSE OMÉGA    Lun 26 Jan 2015, 11:47


- Zone Stellaire -
NÉBULEUSE D'OMÉGA

L'une des zones stellaires les plus importantes des Systèmes Terminus, si ce n'est la plus importante. Première destination de tous pirates et gens peu scrupuleux, la Nébuleuse d'Oméga abrite la station minière du même nom, servant de repaires à de multiples gangs ainsi que le Relais Oméga 4.

Le Relais Oméga se situe dans le système Sahrabarik

SYSTÈMES STELLAIRES DE LA ZONE

LA CARTE GALACTIQUE



AMADA

Le système Amada a été le théâtre d'une violente bataille entre deux antiques espèces qui changèrent l'écosystème d'Eingana qui est à présent semblable à Thessia dans ses capacités biotiques.

Planètes du système :

- Takkan : Planète intérieure en orbite autour d'Amada, étoile de classe F, Takkan est un roc aride, brûlé par le soleil. Son atmosphère à base de dioxyde de carbone et la quasi-absence de magnétosphère n'offrent aucune protection ou presque contre les redoutables radiations stellaires. Heureusement, Takkan ne dispose que de maigres ressources exploitables. Seule caractéristique remarquable, son désert de sable violet, dans l'hémisphère sud, qui procéderait de l'érosion du manganèse.

- Karora : Karora n'est rien de plus qu'un gros rocher évoluant en orbite synchrone d'Amada. Seule caractéristique notable : une chaîne de cratères étirée sur tout l'hémisphère nord, résultat putatif d'une pluie de météores. La faible densité de Karora suggère qu'elle ne recèle aucune richesse minérale, au-delà des métaux légers banals. Elle retient une atmosphère ténue composée de krypton et de xénon.

- Eingana : Eingana est un monde chaud, superbe et mortel, parsemé de carcasses d'antiques vaisseaux stellaires. Voilà environ 127 000 ans, plusieurs batailles furent livrées en orbite entre deux espèces organiques, les Thoi'han et les Inusannon. Bien qu'il ne subsiste aucune archive du conflit, la plupart des historiens conjecturent que ces deux races se disputaient la colonisation d'Eingana, sans aucune volonté de partage. Les deux belligérants perdirent des centaines de vaisseaux au cours de multiples affrontements au zénith d'Eingana et de sa lune, Barraiya. Plusieurs de ces vaisseaux furent happés par la gravité de la planète. Les propulseurs SLM de ces navires se disloquèrent, répandant de l'élément zéro raffiné sur un vaste périmètre. La contamination qui s'ensuivit provoqua un désastre écologique de grande ampleur. Parmi les rares espèces animales qui survécurent, plusieurs développèrent des pouvoirs biotiques. La biosphère d'Eingana, saturée d'énergie et hostile, rend toute tentative de colonisation hautement risquée.

- Alchéra : L'écorce d'Alchéra est composée de carbone et d'eau gelée. Bien que d'une faible densité, ses vastes dimensions lui permettent de retenir une atmosphère dense à base de méthane et d'ammoniac. On estime que si Alchéra avait acquis davantage de masse lors de la formation du système Amada, elle aurait constitué le cœur d'une deuxième géante gazeuse en bordure du système. Alchéra possède trois lunes : Uluru, Wandjina et Baiame. On trouve également à sa surface le site du crash du Normandy SR-1.

- Anjéa : Anjea est une géante glaciaire ammoniac-méthane typique. Sa couleur verte caractéristique s'explique par les traces de chlorine dans l'atmosphère. Les balayages radar ont révélé la présence d'objets creux non motorisés évoluant dans les bandes nuageuses équatoriales. De 3,14 par 12,56 mètres sur 28,26 mètres, ces objets semblent pourvus de « voiles » ou « d'ailes » qui les maintiennent en suspension. Bien que trop profondément enfouis dans les amas nuageux d'Anjea pour permettre leur étude, la théorie la plus répandue parmi les xénoarchéologues est qu'il s'agirait des « cercueils » d'une ancienne race, livrés au repos dans les reflux de la géante gazeuse.

ARINLARKAN

Ne possèdant qu'une planète, Arinlarkan est un système où sa seule planète n'est pas une halte conseillée.

Planètes du système :

- Utha : Accablée de radiations gamma et UV émises par l'étoile de classe F autour de laquelle elle gravite, Utha n'inspire à personne l'envie de se poser. Recouverte d'eau salée, elle dispose d'une hydrosphère et d'une couche d'ozone semblables à celles de la Terre, mais celles-ci font pâle figure face aux radiations mortelles qui frappent la planète. Son atmosphère riche en azote et pauvre en oxygène n'est en rien modifiée par les rares protéines qui parviennent à se former dans les profondeurs océaniques. Utha sert pourtant de halte aux esclaves ayant échappé à leur maître butarien. Le peu de terres qu'elle comporte est tectoniquement stable. Quant à sa lourde ceinture de radiations et à ses tempêtes électriques, elles ont l'avantage de brouiller la plupart des capteurs. Les vaisseaux en fuite se dissimulent donc souvent sur Utha le temps d'effectuer leur décharge statique et de faire des provisions de deutérium avant de foncer à bride abattue vers le relais cosmodésique du secteur.


BATALLA

Outre d'être le fief d'une colonie butarienne et Elcor, Batalla est un système où naquit la légende du terrible pirate Essul.

Planètes du système :

- Logasiri : À peine plus grande qu'un astéroïde carboné, Logasiri est une planète à la croûte riche en carbone qui retient une atmosphère extrêmement ténue à base de dioxyde de carbone et d'hélium. Sa surface est assez fraîche pour disposer d'eau à l'état liquide, mais elle est en voie d'assèchement dans la mesure où la planète a perdu la masse critique nécessaire à un cycle hydrologique auto-entretenu. Néanmoins, les Butariens ont colonisés la planète en forçant leurs esclaves à travailler dans leurs mines et centres agricoles. C'est un travail dur, titanesque et éreintant, malgré l'environnement à faible pesanteur. De toutes les histoires horribles que racontent les esclaves du secteur, la plus immonde a lieu sur Logasiri : l'esclavagiste Silparon aurait en effet tué à la tâche 420 esclaves en l'espace d'une année galactique standard, puis broyé les cadavres pour en faire du compost pour son centre agricole. Il a fini empoisonné par sa femme, mais son ombre et le fantôme de son modèle économique flottent encore sur cette planète-calvaire.

- Thunawanuro : Havre de paix peu commun dans l'anarchie des systèmes Terminus, Thunawanuro est une planète qui, malgré sa pesanteur écrasante, abrite de la vie en abondance. Comme son nom pesant l'indique, elle a été colonisée par les Elcors qui y ont implanté plusieurs usines en plein essor. L'essentiel de l'énergie provient de barrages hydroélectriques et de biocarburants produits par une algue rugueuse et dure comme du bois. Les mines exportent uranium, thorium et or au prix de champs cosmodésique puissants pour échapper à la pesanteur. Il va sans dire que les pirates fondent sur les convois elcors dès qu'ils quittent l'orbite, mais les sociétés militaires qui les encadrent découragent jusqu'aux plus hardis des assaillants. Les Butariens y voient là une occasion de se rapprocher des Elcors pour profiter de leurs ressources en tout pacifisme. (Capitale : Nurhemathun / Fondation : 2035)

- Nearog : Nearog est une géante gazeuse hydrogène-méthane dont les lunes étaient jadis le repaire d'Essul, seigneur de guerre butarien qui terrorisait les systèmes Terminus. Désireux de rallier une armée de pirates à son panache, il parvint à effectuer une attaque-éclair sur 11 planètes habitables. Heureusement pour le reste de la galaxie, les crimes d'Essul attirèrent l'attention des Spectres, qui déduisirent l'emplacement de sa tanière et procédèrent à son assassinat. L'empire d'Essul, fondé sur une armée tentaculaire, ne tarda pas à s'effondrer. Ses réserves perdues d'élément zéro sont devenues une légende qui pousse certains stellaires naïfs à consacrer tout leur temps et toutes leurs ressources à passer le système Batalla au crible, persuadés qu'ils finiront par faire fortune là où tant d'autres ont échoué.

FATHAR

Le système Fathar abrite

Planètes du système :

- Lorek : Lorek est un exemple extrêmement rare de monde habitable tournant autour d'une naine rouge. À l'origine, elle était une colonie asari indépendante nommée Esan. La planète a ensuite été annexée par l'Hégémonie Butarienne en 1913, causant un incident galactique mineur. Malgré plusieurs tentatives de chefs militaires locaux du système Terminus, ils n'ont jamais pu prendre Lorek.
Pendant la Grande Guerre, les Moissonneurs envoyèrent une force terrestre pour moissonner systématiquement la population rencontrée. Une fois les moissonneurs détruits, la colonie sombra dans le chaos et tous les vaisseaux survivant quittèrent la planète vers Khar'shan. Lorsque la nouvelle hégémonie arriva en 2198, les colons et soldats y découvrirent une très faible communauté de quelques 100 000 âmes qui tentaient tant bien que mal de survivre. Avoir de nouveau le soutien de leur monde mère fût reçu comme une bénédiction. A ce jour la communauté butarienne commence la reconstruction d'un centre militaire et de la ville principale. (Capitale : Jalnor / Fondation : 1764)

- Korar : Korar est une petite planète rocheuse dénuée de vie qui se distingue par sa richesse en thorium, un élément utilisé dans la confection d'alliages et de boucliers anti-radiations. Une petite colonie de mineurs survit tant bien que mal à sa surface, dans la crainte permanente d'un raid de pirates des systèmes Terminus. Plus aucun enfant ne réside sur Korar depuis 2047, triste date à laquelle un groupe de pirates enleva tous les enfants de la colonie pour les réduire en esclavage. Les couples quittent aujourd'hui la planète aux premiers signes de grossesse. Soucieux de récupérer un maximum de ressources, les Butariens de Lorek ont envisagé d'autres voies que l'esclavagisme, tant par leur manque de moyens que par envie de se démarquer. Ils proposèrent alors leur aide militaire à Korar. Désormais, cette colonie mutli-raciale est sous la protection butarienne qui est aidée d'une milice locale.

- Dorgal : La surface de Dorgal est une boue épaisse chargée d'éthane. Sa température globale moyenne se situe juste au-dessous du point d'ébullition de cet hydrocarbure et elle abrite des formes de vie carbonées simples mais diverses. La gravité de Dorgal est suffisante pour retenir une fine atmosphère d'azote et de monoxyde de carbone, mais le méthane qui en était le principal composant il y a plusieurs milliards d'années de cela a depuis longtemps disparu.

KAIRAVAMORI

Sous dominance butarienne, ce système abrite nombre de repaires pirates, basés principalement sur Vatar.

Planètes du système :

- Sehtor : Planète tellurique à l'atmosphère écrasante, Sehtor n'est guère connue que par des scans orbitaux, ses conditions oppressantes décourageant toute exploration. Son atmosphère contient de l'azote mais également un pourcentage particulièrement élevé d'éthane, qui forme des poches près de la surface. Riche en corindon, la croûte de la planète peut atteindre en journée des températures caniculaires qui dépassent le seuil d'autocombustion de l'éthane et créent des poches de flammes dans le paysage. Par conséquent, toute sortie à pied est déconseillée sur Sehtor et aucune société n'a daigné en financer l'exploration.

- Vatar : Située dans l'écosphère d'un soleil orange sur le déclin, Vatar serait habitable s'il n'y avait cette atmosphère riche en dioxyde de carbone et cette surface gelée qui tue la majorité des bactéries productrices d'oxygène. Néanmoins, nombreux sont les pirates et les esclavagistes à y avoir installé leur bastion, hors d'atteinte de toute autorité galactique.
RECOMMANDATIONS AUX VOYAGEURS : un nombre non négligeable de signaux de détresse nous étant parvenus à moins d'un million de kilomètres de Vatar, tout transit civil y est déconseillé.

- Uwan Oche : (« Uwan Première ») est une planète rocailleuse prise dans les glaces sous un ciel lourd de méthane. Nommée d'après le consortium Uwan, société industrielle butarienne qui en a financé l'exploration et la colonisation, Uwan Oche fournit dans sa croûte la majeure partie des allotropes du bore utilisés dans l'omni-gel des systèmes Terminus ainsi qu'une grande quantité de métaux à l'Hégémonie. La zone est tout naturellement devenue le fief des pirates qui tentent de voler le gel raffiné ou ses ingrédients dès que les transporteurs quittent l'atmosphère. Lors de la Grande Guerre, les butariens abandonnèrent la prospection de la planète laissant toutes les stations de prospections et satellites en place. Cela leur permis de redémarrer l'exploitation très rapidement après la défaite des Moissonneurs, délogeant à l'occasion les pirates qui dès lors ne se risquent plus à venir.

SAHRABARIK

Abritant la célèbre Oméga, la station minière millénaire, Sahrabarik est aussi l'un des seuls accès connu au Noyau Galactique, le centre de la Voie Lactée.

Planètes du système :

- Oméga : Sa description détaillée se situe dans les destinations possibles de la Nébuleuse Oméga. Veuillez vous y référer pour voir sa description.

- Urdak : La naine brune Urdak a la particularité de graviter en orbite intérieure, alors que la séparation moyenne des systèmes binaires à naines rouges ou brunes est de 8 UA. Le système Sahrabarik, vieux d'environ 12 milliards d'années, a depuis longtemps consommé tout son deutérium nécessaire à la fusion, d'où une luminosité inférieure à la plupart des naines brunes. Urdak est une naine brune de classe L avec une température relativement basse de 1 300 °C, mais sa chaleur et sa gravité l'ont rendue peu propice au développement. Selon les rumeurs, les chefs de plusieurs syndicats du crime d'Oméga auraient un pied-à-terre sur certaines lunes locales. Quoi qu'il en soit, les conflits entre vaisseaux des syndicats sont monnaie courante autour de cette planète aux niveaux des anneaux. Les agences d'informations d'Oméga entretiennent d'ailleurs des satellites aux points Lagrange d'Urdak pour pouvoir suivre en temps réel ces combats, véritable manne d'audimat.

- Imorkan : Géante gazeuse méthane-ammoniac classique, Imorkan constitue le gisement principal d'hélium-3 pour les vaisseaux en provenance ou à destination d'Oméga. La plupart de ses stations de ravitaillement sont exploitées par des cartels criminels qui se livrent une guerre des prix acharnée, quand ce n'est pas une guerre tout court. Imorkan est également notable pour ses stations-relais où le pirate pressé trouvera carburant, munitions, stupéfiants, jeux d'argent et faveurs sexuelles à toute heure.

- Bindur : Si Bindur était plus proche de Sahrabarik, son atmosphère serait composée de dioxyde de carbone et d'éthane. Mais dans le froid intense de l'orbite extérieure, ces deux éléments ont depuis longtemps gelé.

- Relais Oméga 4 : Le Relais oméga IV est entouré de balises d'alerte et d'avertissement automatisées. Au cours du dernier millénaires, de nombreux vaisseaux ont tentés de le traverser et aucun n'en est revenu. Les seuls capables de traverser le relais sans encombre étaient les mystérieux Récolteurs. Il existe de nombreuses théories concernant la disparition des vaisseaux qui franchissent le relais. Certains disent qu'il y a un trou noir de l'autre côté. La plupart, cependant, pensent que les Récolteurs capturent et détruisent les vaisseaux traversant le relais. En réalité, le Relais Oméga IV mène au coeur de la galaxie, a proximité du trou noir supermassif qui en est le centre, vers la base des Récolteurs. Des protocoles standard de transit dans les relais font que les vaisseaux dérivent de quelques milliers de kilomètres au lieu de "réapparaître" à côté du relais, permettant ainsi le passage de flottes entières. Cependant, cela est fatal dans le noyau galactique. En conséquence, la zone autour du relais dans le noyau galactique est remplie de débris et d'épaves de nombreux vaisseaux qui tentèrent le voyage auparavant et dont les équipages n'ont pas survécu. L'IFF Moissonneur permet d'activé les protocoles avancés du relais Oméga IV, permettant au vaisseau équipé de traverser en toute sécurité et de se trouver à distance de sécurité malgré la proximité du trou noir. Le relais du côté du noyau galactique est identique au relais Oméga IV, brillant d'une lueur orange sinistre au lieu d'un bleu rassurant. Dorénavant accessible, certaines équipes scientifiques aimeraient un jour passer le relais pour étudier de plus près le coeur galactique, mais il est pour l'instant interdit, et aucune technologie sur l'IFF moissonneur n'a fuité.


DESTINATIONS


Pour visiter une des destinations ci-dessous, il vous suffit de cliquer sur l'un des lieux afin de passer en vitesse SLM et les explorer !

-| Objets stellaires |- :
-| Retour au Secteur |- : Secteur 2 - Systèmes Terminus
-| Retour à la vue globale |- : Galaxie - La Voie Lactée




Éteindre la musique






Revenir en haut Aller en bas
 

CODEX : NÉBULEUSE OMÉGA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Nébuleuse d'Oméga-